Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

I. Cour et bureaucratie

La marine royale, une filiale Colbert

Daniel Dessert

Texte intégral

1L'accession de Colbert aux affaires en septembre 1661 semble marquer un tournant décisif dans la conduite de l'économie et de la politique du royaume. L’État trouve en lui le champion du bien public, le chantre de la bonne administration, dévoué au service du monarque et de la grandeur française. Surtout, une nouvelle éthique du service semble animer le ministre mais ce qu'on qualifie d'avènement de l'absolutisme n'est en fait que l'affirmation de ce centralisme gouvernemental et administratif, garant d'efficacité et de rationalisme. Colbert a pris grand soin de répandre son credo au travers d'une abondante littérature, à la fois partisane et propagandiste. Ses philippiques contre le passé récent, porteur de tous les abus, de toutes les faiblesses, tendent à mieux faire ressortir la pratique nouvelle qu'il propose au pays. Sa vision manichéenne oppose la maxime de l'ordre, sa politique, à celle du désordre, celle de son prédécesseur Fouquet, présentée sous une forme volontairement simplifiée à des fins didactiques.

  • 1 Pierre CLÉMENT, éd, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1861-1882,10 vol. , vol.  (...)
  • 2 Ibid., pp. 65-67.

2Dans son fameux Mémoires sur les affaires des finances de France pour servir à l'histoire1, le plus long texte sorti d'une plume pourtant prolixe, il expose pour le roi et pour ses concitoyens son dessein. Il s'agit tout à la fois d'un historique des dernières années du ministère de Mazarin, d'une dénonciation de la conduite du surintendant déchu et d'une défense en règle de sa propre politique. Il voit dans le désordre, cause de tous les maux, les tares administratives, sociales et les pratiques coupables qui ont corrompu l'exercice du pouvoir et le cheminement des affaires. Tous les malheurs du temps, tous les embarras de l’État découlent donc des débordements d'un ministre des Finances corrompu qui a mis en coupe réglée le royaume grâce à un réseau de créatures avides et stipendiées auxquelles il a abandonné l'exploitation du royaume. Circonstances aggravantes, ces dernières appartiennent à la race détestée des financiers, ces parasites qui se repaissent de la monarchie et des peuples. Loin de s'amender après la disparition du cardinal, Fouquet a renforcé sa politique coupable en noyautant par des affidés les meilleures places de la cour, de la magistrature ou de l'administration économique des affaires. Pour preuve éclatante de cet état de fait, Colbert s'attarde longuement et minutieusement sur la situation maritime et économique de la France, déplorable à ses yeux, secteurs dans lesquels l'inaction ou la corruption de "l'Écureuil" a fait sentir tous les effets pervers de ses mauvaises pratiques2. Aussi, n'est-il point surprenant que les choses de la mer, dans le sens le plus large du terme, revêtent une importance capitale et que, dans ces conditions, l'étude de son action dans ce domaine indique la pratique nouvelle qu'il entend promouvoir et permet d'apprécier en quoi il prétend faire figure de novateur et de réformateur.

  • 3 Daniel DESSERT, "Finances et société au XVIIe siècle : à propos de la Chambre de Justice de 1661", (...)

3Assurément, la Marine représente une des clés de voûte du Colbertisme. Dans sa diversité, elle concerne aussi bien la politique économique, coloniale et financière que la réorganisation de la pratique quotidienne de l'administration. En ce sens, elle s'affirme comme le laboratoire préféré où se met en place et s'ordonne le mercantilisme. La mer et son contrôle, tant commercial que militaire, soutend toute une politique manufacturière et marchande avec les compagnies de commerce, et l'essor d'une flotte de guerre permanente telle que l'avait rêvée Richelieu, gardienne des intérêts maritimes français. Or la technicité qui accompagne la mise en place d'une telle infrastructure impose le recours à des spécialistes et non plus à des créatures comme celles dénoncées par Colbert. En ce sens, la maxime de l'ordre semble imposer une démarche nouvelle, cadrant parfaitement avec ses objectifs personnels. Colbert, d'ailleurs, s'avance avec pragmatisme et fort progressivement. Ce n'est qu'après bien des années qu'il réussit à dominer officiellement tous les postes régissant ces divers secteurs. D'une part, le roi, encore tout auréolé de son coup d'autorité de 1661, entend conserver la haute main sur la direction des affaires, même dans des secteurs qu'il ne connaît pas et tout en conservant sa confiance à son nouveau mentor. La réorganisation administrative et financière, entreprise par Colbert durant la Chambre de Justice (1661-1669)3, lui permet d'avancer encore de façon masquée, tant vis-à-vis de ses adversaires que du souverain, dont il a su mieux que quiconque appréhender les ressorts intellectuels et psychologiques. C'est patiemment qu'il concentre, avec l'aval de son maître, les différents rênes du pouvoir maritime et économique. De septembre 1661 à mars 1669, il s'occupe tant comme intendant que contrôleur général des finances de tout ce qui touche aux affaires de marine, même si nominalement celle-ci relève encore du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Lionne. L'acquisition en 1668 de la charge de secrétaire d’État de Guénégaud lui permet alors de prendre en main officiellement tout le département de la mer (règlement du 7 mars 1669). Dans la foulée, la suppression de la charge de grand maître et surintendant de la navigation, vacante par la disparition en Candie du duc de Beaufort, et le rétablissement de celle d'amiral de France au profit d'un bâtard royal, Louis, comte de Vermandois, âgé de deux ans, confortent la mainmise de Colbert.

  • 4 AN, Marine, B2 13, 24/6/1671, f° 120-125.

4L'objectif principal, décisif dans le déploiement de la politique maritime et coloniale de la France, le rétablissement d'une flotte royale avec toute l'infrastructure portuaire et logistique l'accompagnant nécessairement, s'avère extrêmement difficile à réaliser. Car on semble partir de zéro. Il n'y a que peu de ports et d'arsenaux utilisables, Marseille, Toulon, les établissements de Charente disséminés autour de Brouage et de Soubise, tandis que Brest reste à l'état d'ébauche et que Le Havre et Dunkerque se trouvent à l'abandon ou totalement désorganisés. La marine royale se limite à une vingtaine de bâtiments, pour la plupart mal équipés, ne naviguant pratiquement pas, quant aux galères, il n'y en a qu'une poignée opérationnelle. Or, d'emblée, le roi et son ministre sont décidés à doter le pays de forces navales considérables qui le mettraient au niveau des Provinces-Unies ou de l'Angleterre. Louis XIV a fixé en 1671 les effectifs de la flotte à 120 vaisseaux, 22 frégates, sans compter 38 autres bâtiments de charge ou brûlots qui accompagnent les escadres et assurent une partie de leur logistique4. Effort considérable, puisque avec ces effectifs, la France se dote ainsi de la plus importante flotte du moment. Une telle armada suppose naturellement l'existence d'un réseau de ports et d'arsenaux, parfaitement équipés, judicieusement choisis, gages de l'efficacité et du succès attendus pour les opérations futures. On a retenu comme bases navales Dunkerque, Le Havre, Brest, Rochefort, pour le Ponant, auxquels s'adjoindra pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg Port-Louis, avant-port de Lorient, à l'origine base de la compagnie des Indes orientales. En Levant, les galères sont concentrées à Marseille, tandis que Toulon accueille l'escadre de Méditerranée.

  • 5 AN, Marine, B8 27 et B8 28, Horque d'Amecourt, premier commis au dépôt de la Marine, "Campagnes su (...)

5L'implantation des arsenaux, où seront construits, équipés, entretenus les vaisseaux, représente un problème au moins aussi important que la sélections d'une base navale. En effet, la marine, pour la première fois dans l'histoire du monde moderne, à cause de la diversité des matériels et de leur abondance qu'elle induit, pose la dimension industrielle et économique de la guerre. Il faut du bois, du fer, du chanvre, par conséquent des forêts, des mines, des cultures mais aussi des fonderies d'ancres et de canons, des corderies, des ateliers de construction et de radoub, sans parler tout ce qui accompagne ravitaillement des navires, la nourriture et l'équipement des matelots et des soldats qui vont les monter. La construction navale, l'entretien, qui appellent les maîtres charpentiers, et les nombreux corps de métier qui prennent soin du navire ou concourent à son équipement, entraînent un formidable courant humain. A cela s'ajoute l'épineux problème des matelots, denrée rare en des temps où le service du roi demeure très mal perçu, lorsqu'il n'est pas rejeté catégoriquement comme un abus d'autorité insupportable. Les problèmes humains, industriels et logistiques sont d'autant plus grands que les armements réalisés ne cessent de croître pour atteindre pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg des proportions énormes, autour de 90 vaisseaux, des ports comme Toulon et Brest rassemblant parfois la moitié de la flotte royale5. Ainsi, la responsabilité dans la conduite d'autant de tâches, d'autant d'hommes, indispensables pour la réussite des desseins du roi, s'avère-t-elle écrasante, notamment dans chacune des bases navales où sont préparées les escadres. Aussi, le choix de l'intendant de marine auquel la monarchie a confié ce fardeau, doit-il suivre une philosophie précise pour distinguer les personnalités ad hoc dans des fonctions si capitales.

  • 6 Yvonne BÉZARD, Fonctionnaires maritimes et coloniaux sous Louis XIV, les Bégon, Paris, A. Michel, (...)

6Plus encore que son homologue dans une généralité, l'intendant, ou le commissaire général ordonnateur pour les ports qui n'ont pas été encore chapeautés par un intendant, représente le pouvoir royal dont il est l'exécutant scrupuleux. Véritable courroie de transmission des décisions du pouvoir central, rien ne peut se faire sans son zèle ou sa compétence. Installé sur les marches du royaume à des distances considérables, compte tenu des moyens de liaison de l'époque - 470 km pour Rochefort, 600 km pour Brest, 800 à 900 km pour Marseille ou Toulon - il jouit donc d'une autonomie qui fait de lui un proconsul dans son département. L'étendue de ses attributions renforce sa responsabilité et décuple son influence. Ses pouvoirs de police, justice et finance peuvent même occasionnellement se fondre avec ceux d'une généralité, comme cela a été le cas de La Rochelle avec Bégon6. Quoi qu'il en soit, il est l'inspirateur de la politique technique du pouvoir, tant au niveau de la construction navale que des radoubs dont il suit la conduite avec grand soin. Il allie donc des compétences multiples de technicien à des qualités de gestionnaire tant dans la conclusion des marchés de fournitures diverses que dans le développement urbanistique du port et de l'organisation spatiale de l'arsenal. Tour à tour urbaniste, ingénieur militaire, promoteur immobilier, ergonome, il est également l'animateur économique soutenant les compagnies de commerce et les entreprises manufacturières. Ainsi, l'action d'un Colbert de Terron à Rochefort, d'un Pierre Arnoul, d'un Girardin de Vauvré à Toulon ou Marseille, enfin d'un Desclouzeaux à Brest, dépasse de très loin l'horizon local. Cette polyvalence jointe à son rôle fondamental de représentant privilégié du pouvoir central, face aux intérêts particuliers locaux ou aux tentatives d'indépendance du corps des officiers de marine, démontre la large palette sur laquelle il joue. Sa capacité à passer du rôle de la simple administration navale à celui de coordinateur de l'activité maritime et coloniale, indique combien, eu égard à sa responsabilité, le choix de cet administrateur conditionne le succès de la politique navale du gouvernement.

  • 7 Dunkerque n'est administré par un intendant qu'en 1683, Le Havre, en 1680, Brest, en 1674, tandis (...)
  • 8 AN, Marine, C2 55, C2 57, p. 4.
  • 9 Daniel DESSERT, op. cit., p. 535, notice François Berthelot.

7Cependant, l'intendant n'est point isolé, il compte une poignée de collaborateurs qui l'assistent et qui constituent un vivier dans lequel le ministre puise en promouvant les meilleurs d'entre eux. Les commissaires et les contrôleurs s'attachent essentiellement à la direction quotidienne des affaires de l'arsenal, assurant souvent des intérim. Ils sont d'ailleurs de véritables ordonnateurs au même titre qu'un intendant dans les ports secondaires7. Enfin, il y a la cohorte des écrivains qui représentent également un soutien matériel et déchargent les principaux officiers de plume des tâches les plus subalternes. Toutefois, l'administration de la marine ne se limite pas à ces responsables portuaires. Un certain nombre d'autres officiers jouent un rôle éminent dans l'entourage du ministre. Les intendants généraux des classes se chargent de gérer l'épineux problème des équipages et, en escadre, les intendants des armées navales administrent au mieux les gros armements engendrés par les campagnes de guerre. Il convient de rattacher à ces gestionnaires de haut niveau certains responsables des fournitures fondamentales comme le bois ou la poudre. C'est le cas notamment du président Duguay chargé en Bourgogne de superviser l'exploitation forestière de cette très importante province pour le ravitaillement des ports du Levant. C'est le cas encore de Dumont de Blaignac, chargé de la prospection des Pyrénées et de tout le sud-ouest pour les fournitures indispensables aux bases navales du Ponant8. On peut leur adjoindre François Berthelot, commissaire général des poudres et salpêtres de France et, à ce titre, responsable de l'approvisionnement de la flotte9.

  • 10 AN, Marine, C2 55, C2 57, pp. 97, 113. René MEMAIN, La marine de guerre sous Louis XIV, le matérie (...)

8Au total, ce groupe restreint de responsables a suivi un cursus où la nomination à une intendance prend toute son importance. La carrière de Pierre Arnoul (1651-1719)10, pose le problème du recrutement, confronté à la philosophie générale qu'inspire Colbert. Ses humanités à peine terminées, le jeune Arnoul est envoyé en mission d'information en Italie, en Flandre, en Angleterre et en Hollande (1670-1671) où il s'initie aux grandes questions techniques maritimes : constructions navales, fournitures, radoubs, tactiques. Nommé à son retour commissaire de la marine à Toulon (1671), il passe l'année suivante en Ponant comme contrôleur général avant de revenir en Méditerranée (1673) cette fois comme intendant des galères et des fortifications de Provence - à vingt quatre ans ! Mais il s'agit d'un bref intermède puisqu'il est nommé en 1674 à Toulon, poste qu'il occupe jusqu'en 1679. Ainsi, c'est à un très jeune homme qu'on confie la conduite des opérations déterminantes dans le déroulement de la guerre de Hollande en le chargeant de l'armement de l'escadre de Méditerranée. En 1679, ce parcours brillant connaît un accident. Il est tenu pour responsable du naufrage de plusieurs bâtiments venant de son département, perte que l'on attribue à un mauvais entretien, ce qui lui vaut d'être cassé. Toutefois, la disgrâce reste de très courte durée. Dès 1680, il est nommé intendant du Havre, puis s'occupe entre 1681 et 1683, toujours comme intendant, des fortifications de Bayonne et de l'île de Ré. En 1683, il accède à l'intendance de Rochefort qu'il occupera jusqu'en 1688. Quand éclate la guerre de la ligue d'Augsbourg, on lui confie l'intendance des fortifications maritimes de Picardie et des pays conquis, puis, en 1692, l'inspection générale des classes du royaume. Lorsque la guerre de Succession d'Espagne survient, on l'envoie en renfort auprès du roi Philippe pour travailler à la défense de Cadix et organiser le ravitaillement des galères et vaisseaux du Roi catholique. Enfin, il termine sa carrière par un retour symbolique à son premier grand poste, l'intendance des galères à laquelle est adjoint le commerce du Levant, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort en 1719. Ainsi se clôt une carrière de près d'un demi-siècle, où, à l'exception de Brest et de Dunkerque, il a rempli tous les postes principaux de la marine, ce qui, à n'en point douter, fait de lui un des hommes les plus compétents, sinon le plus compétent, en affaires de marine royale.

9Cette étonnante réussite représente-t-elle un exemple brillant de la nouvelle administration qu'a modelée Colbert ou bien une exception ? Une étude prosopographique des plus hauts responsables maritimes, tenant compte de leur origine sociale, géographique et de leur cursus, autorise une réponse. On retiendra donc à cet effet les intendants ou les commissaires généraux ayant eu en charge une base de la marine royale, ceux ayant exercé auprès du ministre des fonctions capitales (classes ou fournitures), enfin les titulaires des intendances coloniales (Îles d'Amérique et du Canada), étroitement liés à la marine.

Intendants et Commissaires généraux de la Marine (1661-1715)

Ports de guerre

Dunkerque

10

Le Havre.

9

Brest

4

Port-Louis

3

Rochefort

5

Marseille

7

Toulon

6

Iles d'Amérique

6

Canada

8

Autres intendants

7

Total

65

  • 11 Le présent article a été rédigé à partir des études de : Nicolas, François et Pierre Amoul, Franço (...)

10En réalité, compte tenu des individus ayant exercé plusieurs postes, il n'y a que 41 titulaires. Si on s'exprime en terme de famille, l'éventail se resserre encore car plusieurs administrateurs, comme les Amoul ou les Bégon, proviennent d'une même famille. Ainsi, seulement trente six familles ont oeuvré au côté des deux dynasties ministérielles des Colbert et des Phélypeaux à la construction et à l'effort maritime français11. L'analyse de l'origine géographique des familles et de la profession des pères de ces administrateurs précise leur profil.

  • 12 Daniel DESSERT, op. cit., p. 107.

11L'origine géographique des administrateurs ne surprend pas les familiers de l'Ancien Régime. Comme pour d'autres groupes, en particulier les gens de finance, ils sont issus dans leur écrasante majorité du nord de la France, notamment Paris, les pays de Loire et le complexe champano-bourguignon12. On remarque que les provinces maritimes n'engendrent pas de vocation particulière. En fait, comme en bien des domaines, les familles liées au service de l’État se recrutent dans les régions proches du pouvoir royal. La condition des pères s'avère positive car l'administrateur appartient au monde de l'office, c'est-à-dire au service de l’Etat, atavique dans ces familles-là. Au passage, on note la prédominance des officiers de robe ou de finance, ce qui montre que nos administrateurs sont issus de milieux les prédisposant à leurs futures fonctions. Le moment venu, ils ne seront pas surpris par les problèmes de gestion des matériels et des hommes. Quant au contentieux que ces activités engendrent souvent, leur formation juridique familiale aide fort opportunément à le dominer.

  • 13 Colbert de Terron est en fonction de 1661 à 1674 à Rochefort et fait la campagne de 1675 sur la fl (...)

12Le cursus des titulaires complète leur portrait. 24 d'entre eux ont fait toute leur carrière dans la marine, tandis que 15 sont des transfuges du monde de l'office (justice ou finance) et 2 de la marchandise. Il semble donc que se dégage un modèle de gestionnaire maritime en conformité avec le programme et les idées de Colbert. Le service a suscité des fonctionnaires ayant une longue pratique du métier parmi lesquels le ministre a distingué des gens de grands talents, tels Colbert de Terron, Pierre et Nicolas Arnoul, Desclouzeaux, Robert ou Bégon, tous également remarquables par la longueur de leur carrière, signe évident de compétence13. Ainsi, il apparaît que Colbert et ses successeurs ont affranchi l’État des "factions", des "créatures" qui l'entouraient et dans lesquelles Colbert avait vu tant de freins et de causes de débordements ou d'inefficacité. En somme, grâce à lui, la monarchie se serait dotée d'un corps de véritables "technocrates", entièrement dévoués à la monarchie archétypes du "fonctionnaire" libre de toutes contraintes sociales de l'Ancien Régine. Pourtant, cette description aseptisée est illusoire car dans une autre lecture sociologique de ce microcosme dévoile une réalité fort différente.

  • 14 Yvonne BÉZARD, op. cit. ; Daniel DESSERT, op. cit., p. 530, notice Michel Bégon de Montfermeil. Pa (...)
  • 15 Daniel DESSERT, op. cit., p. 565, notice François Berthelot, et p. 699, notice François d'Usson de (...)

13Il existe une approche des administrateurs maritimes, fondée sur les alliances et, au-delà des apparences, sur les accointances avec d'autres activités moins ouvertement avouées sous l'Ancien Régime, notamment la finance, on sait que Colbert discerne dans la maltôte la raison de tous les malheurs de l’État et de toutes les carences. Il affecte depuis 1661, avec les poursuites de la Chambre de Justice, de l'éliminer de la vie publique. L'air du temps est à la chasse aux partisans dont on renverse les affaires, dont on révise la fortune et qu'on raye de la vie sociale par des règlements de compte soigneusement conduits. Or, si l'on observe avec soin le milieu familial des administrateurs de la marine, on constate qu'ils appartiennent à une très grosse majorité (60 %) au monde de la finance. Par le sang, par la parentèle, ils se rattachent aux publicains. Mieux, certains ont participé aux finances du roi à l’instar de Bégon de Montfermeil, de Paul de Louvigny14, ou encore de François Berthelot et d'Usson de Bonrepaus, fermiers généraux et intéressés dans les munitions de guerre et les vivres aux armées de terre et de mer15. Ainsi, la finance, loin d'être ostracisée, triomphe dans les activités maritimes. Ce phénomène est conforté par l'étroite concentration du milieu naval où les liens familiaux, les alliances entre administrateurs sont très puissants, ce qui reproduit le microcosme caractéristique du monde de l'argent.

  • 16 Gaston RAMBERT, Nicolas Arnoul, intendant des Galères à Marseille (1665-1674), Marseille, Les Edit (...)
  • 17 AN, Marine, C2 55, C2 57, pp. 5,192, 201 ; D2c 222.
  • 18 Yvonne BÉZARD, op. cit.
  • 19 AN, Marine, C2 55, C2 56, pp. 30-31 ; C2 57, pp. 4-8, 28-29, 118 ; C2 61, p. 13 ; D2c 222. M PERRI (...)
  • 20 AN, Marine, C2 55 ; R. MEMAIN, op. cit., pp. 382-419, 482-184.
  • 21 R. MEMAIN, op. cit., pp. 420-435.
  • 22 AN, MC., CXVII, 196, 17/10/1704, contrat de mariage entre Pierre Amoul et Marie-Henriette Brodart.

14La belle carrière de Pierre Arnoul doit beaucoup à son père Nicolas qui a été intendant des galères, puis de Toulon, auquel il succédera deux fois16. La tradition familiale s'est maintenue puisque son frère, Nicolas François Arnoul de Vaucresson, après une carrière coloniale qui le conduit à l'intendance des Îles d'Amérique, le remplace à l'intendance de Marseille, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort17 Les Bégon se comportent également comme une dynastie d'administrateurs avec Michel Bégon, son frère Montfermeil, leurs descendants au XVIIIe siècle18 Les Hocquart, les Duguay, les Robert, les Clairambault fournissent des cas analogues19. Quand il ne s'agit pas de descendance directe, ce sont les liens collatéraux entre oncles, neveux ou cousins qui jouent. Colbert de Terron a fait toute sa carrière à Rochefort qu'il a pour ainsi dire créé. Il s'est appuyé dans sa tâche sur son neveu Pierre Chertemps de Seuil qui passera ensuite à Brest où il développera le port au point d'en faire une des deux plus grandes bases de la marine20. C'est un autre cousin de Colbert de Terron qui lui succède à Rochefort en la personne de Charles Lucas de Demuyn21. Si l'on élargit encore les réseaux d'alliance pour s'attacher aux parentèles, leur concentration s'affirme plus nettement encore. Lorsque Pierre Arnoul, convole en secondes noces, il ne rompt pas avec son milieu car il choisit Marie-Henriette Brodart, fille de l'ancien intendant des galères qui l'a remplacé en 167522. De la sorte, entre 1661 et 1726, les membres de la tribu Arnoul-Brodart tiennent l'intendance de Marseille durant 35 ans. Mais ce ne sont pas les seuls liens que la tribu a noués avec des administrateurs maritimes. Les Arnoul sont alliés à François Berthelot tandis que Brodart cousine avec l'intendant du Canada Bochart de Champigny. Au total, les investigations généalogiques dégagent un écheveau de familles entrecroisées où 60 % des intendants sont apparentés à un confrère. Dans ces conditions, il faut nuancer la vision de l'administrateur que l'on sélectionne au mérite. Le poids de la naissance et des alliances explique beaucoup de promotions. Comme dans d'autres secteurs de la société d'Ancien Régime, l'homme nouveau, avancé par son talent, n'existe pas vraiment. L'intendant demeure toujours l'aboutissement d'une saga familiale et les ressorts de son succès dépendent de l'importance et de l'ubiquité de sa parentèle. Cependant, un autre facteur, décisif, implique la réussite professionnelle : les liens du sang ou d'amitié avec le ministre en personne.

  • 23 Jean-Claude DUBÉ, Les Intendants de la Nouvelle-France, Fides, 1984, pp. 290-292, 294-299.

15Le choix des intendants ne s'effectue pas en effet au hasard, il répond à une démarche de Colbert soigneusement mûrie et patiemment poursuivie. Dans les toutes premières années de son ministère, il s'est d'abord appuyé pour les postes clé sur d'anciens techniciens venant de l'entourage de Richelieu (Le Roux d'Infreville, Testard de La Guette), ou des Vendôme (Matharel). En Ponant, pour développer les installations de Charente qui lui tiennent très à coeur et dont il souhaite faire un établissement modèle pour toute la marine, il se tourne tout naturellement vers son cousin Terron. Celui-ci prospectait depuis des années la région pour le compte du cardinal Mazarin, se consacrant en particulier à ses intérêts maritimes. Ce choix d'un parent très proche est d'autant plus acceptable que Terron a acquis pendant ce temps la maîtrise du sujet. A partir de 1669-1670 Colbert, contrôlant bien le portefeuille de la mer, étend l'emprise de son clan familial. Il a obtenu pour son fils aîné Seignelay la survivance de sa charge pour la marine et lui fait donner une formation rigoureuse et complète qui va en faire le meilleur ministre de la marine qu'ait connu l'Ancien Régime. Dans les provinces, il amplifie son influence en nommant ses cousins de Seuil à Brest et Lucas de Demuyn à Rochefort. Terron, malade et vieilli, demandant à se retirer, reçoit une dernière mission : l'intendance de l'armée navale de Méditerranée durant la campagne décisive de Sicile (1675). A Marseille, c'est un autre cousin, Brodart, qui supervise les galères et, enfin, Michel Bégon entame le beau cursus qui le conduit successivement à l'intendance des Iles d'Amérique et à celle de Rochefort, après un passage à Marseille, tandis que ses frères œuvrent dans les activités para-maritimes des compagnies de commerce et du ravitaillement des escadres. D'autres parents de Colbert, comme Jean Hyacinthe Hocquart auprès du ministre, Du Chesneau et de Meulles au Canada ? complètent la kyrielle des Colbertides qui travaillent aux affaires maritimes de la monarchie23.

16Cette mainmise colbertienne ne se limite pas qu'à des parents. Nombre d'amis ou de créatures ont été placés par ses soins à des postes de responsabilité. La carrière des Arnoul, notamment celle de Nicolas et de Pierre, n'a pas d'autres origines et doit tout à cette protection ministérielle. C'est à Nicolas que revient l'honneur de propulser la famille dans les plus hauts emplois de la marine. Il est issu des bureaux de la guerre comme proche collaborateur du secrétaire d’Etat Sublet des Noyers. Une tradition familiale veut qu'à cette occasion, il eût mis le pied à l'étrier au jeune Colbert en le faisant admettre dans l'administration des guerres. Tradition suspecte où la famille semble s'être attribué le beau rôle en plaçant ses rapports avec le futur contrôleur général des finances sous un éclairage flatteur. Quoi qu'il en soit, il est probable que les deux hommes se sont connus dès cette époque et aient noué des relations demeurées toujours amicales. Si Arnoul quitte le service lors du retrait de Sublet, il n'en reste pas moins un homme actif, en particulier dans des affaires telles que l'exploitation du canal de l'Ourcq, entreprise malheureuse qui malmène sa fortune. Aussi, est-ce une aide certaine qu’il reçoit de Colbert lorsque celui-ci l'appelle pour administrer les galères (1665), ce que Nicolas Arnoul réussit bien et lui vaut, à la disparition de Matharel, l'intendance de Toulon. Ses succès et ses relations avec le ministre favorisent l'avancement de sa famille, notamment celui de son fils Pierre qui paraît d'emblée promis à une belle carrière. Ce dernier, compagnon d'étude de Seignelay, entretient avec lui des liens amicaux et a souvent servi de modèle au futur secrétaire d’État. Cela explique son crédit auprès du ministre qui lui a permis de ne connaître après son limogeage de 1679 qu'une courte disgrâce de onze mois.

17Mais l'avancement par Colbert ne concerne pas seulement des amis, il s'étend également aux créatures qui avaient entouré et servi Mazarin. Colbert n'oublie jamais qu'il a été au centre du lobby du cardinal, ce qui lui a donné l'occasion de se faire des relations et de se constituer au travers du service de Son Éminence une clientèle, mobilisée une fois qu'il est aux affaires. Cette démarche est capitale pour comprendre que le programme du ministre et sa rapide mise en oeuvre présupposent en fait une équipe déjà constituée et aveuglément dévouée. La place de Berthelot, détenteur du monopole de l'exploitation et de la gestion des poudres illustre parfaitement cette situation. Ancien collaborateur de François Jacquier, le plus célèbre munitionnaire de son temps, l'un des principaux manieurs d'argent du royaume et un proche de Mazarin, Berthelot s'est rallié, à la différence de son patron, à Colbert. Décision heureuse : alors que Jacquier est écrasé par la Chambre de Justice, lui s'est rangé parmi les défenseurs de la politique économique, maritime, financière et coloniale du ministre. Mieux, grâce à son crédit, il a permis à son ancien patron de reprendre ses activités et de mettre ses talents au service de Colbert.

  • 24 AN, M.C., CXVII, 196, 17/10/1704, contrat de mariage entre Pierre Aroul et Marie-Henriette Brodart
  • 25 Daniel DESSERT, op. cit., pp. 591-592, notices de Claude et Pierre Girardin.
  • 26 AN, M.C., CXVII, 719, 22/12/1724, inventaire après décès de Jean-Louis Girardin de Vauvré. La cote (...)

18C'est peut-être le cas de Girardin de Vauvré qui s'avère le plus édifiant. Il succède en effet à Pierre Arnoul débutant une des plus longues intendances de la marine, puisqu'il conserve son poste toulonnais jusqu'en 1725, au terme d'une carrière remarquable couronnée par une place au Conseil de marine et qui fait de lui l'un des grands spécialistes français de la marine24 Or l'avènement de Colbert ne semblait en rien promettre réussite. Comme beaucoup de ses confrères, Vauvré est un fils de la finance, son père et son oncle ayant compté parmi les plus gros partisans de leur temps25. Il a perdu son père Pierre Girardin en 1657 et la direction de la famille est passée à son oncle Claude, qui, en mars 1661, fait le mauvais choix en se ralliant à Fouquet. Le résultat ne s'est pas fait attendre : la Chambre de Justice a accablé la famille Girardin sous une taxe de 8.000.000 de livres et éliminé Claude, contraint de gagner l'Italie où il meurt ruiné et oublié. Un malheureux procès entre la mère de Vauvré et Colbert n'arrange pas la situation, aussi peut-on penser que le jeune Vauvré, alors enseigne de vaisseau, a peu de chances de s'avancer. Il abandonne le service à la mer pour l'administration. Comme commissaire, il donne satisfaction tant à Rochefort qu'au Havre, puis Dunkerque ou en escadre lors de la campagne de 1673 contre la Hollande, ou encore dans l'armée navale de Vivonne en Méditerranée. Malgré tous ses services signalés, il est surprenant de le voir nommé en 1680 à Toulon. Pourtant, à y regarder de près, cette décision surprend moins qu'on pourrait le croire et conforte l'ubiquité spécifique du milieu maritime. En fait, la famille Girardin appartient, comme Colbert, à l'ancien lobby de Mazarin. Le père et l'oncle de Vauvré administraient les biens ecclésiastiques de Son Eminence et, à ce titre, ont travaillé en étroite collaboration avec l'ancien intendant privé du Cardinal. C'est dire que Vauvré a vécu dans une famille où les problèmes de gestion, notamment financiers, étaient le pain quotidien. Dès sa plus tendre enfance, il a baigné dans un milieu qui le prédisposait à l'administration et cela, Colbert ne l'ignore pas. Enfin, atout supplémentaire, l'année même de sa nomination à Toulon, Vauvré se marie. Il choisit habilement un parti qui l'ancre profondément dans le personnel économico-maritime, proche de Colbert. Il épouse en effet une des filles de François Bellinzani, intendant du commerce, l'un des plus importants protagonistes de la politique colbertiste26. il ne quitte pas d'ailleurs le milieu affectionné par sa famille et par Colbert puisque son beau-père est un ancien du lobby Mazarin et qu'il a servi les héritiers universels du cardinal, le duc et la duchesse Mazarin.

  • 27 Daniel DESSERT, "Colbert contre Colbert" dans Un nouveau Colbert, Actes du colloque pour le tricen (...)

19En fin de compte, le personnel administratif de la marine se présente plutôt comme un lobby analogue à celui qui entoure Colbert dans le domaine financier avec lequel il offre plus d'un point commun puisque Usson de Bonrepaus, Berthelot ou Louvigny appartiennent à ces deux entités. L'osmose est plus grande encore si l'on considère l'administration financière de la marine. Dans la pratique, les intendants de la marine ne représentent qu'une facette de l'énorme conglomérat de gestionnaires et de financiers qui anime le système colbertiste. En ce sens, Colbert ne rompt pas avec les méthodes qu'il prétend combattre, bien au contraire, il les aggrave en les systématisant. Cela ne veut pas dire a priori que ça engendre toujours, comme il le fait croire, le désordre. Il a usé de cet argument contestable pour pouvoir mieux abattre son rival Fouquet. Une gestion à partir d'un groupe cohérent et concentré de personnages liés les uns aux autres par le sang ou l'amitié n'est pas forcément facteur d'inefficacité. La dépendance envers le ministre renforce dans une certaine mesure la qualité de l’administration car le gestionnaire est à la fois le parent, l'ami mais aussi l'obligé du ministre. Par contre, en systématisant cette pratique, le clientélisme familial se transforme en monopole, ce qui induit un dérapage. Inexorablement se met en place un système qui dément dans la pratique, ce que Colbert désire comme théoricien27. La maxime de l'ordre, génératrice du technocrate dévoué à la cause royale, pétri d'efficacité et de probité, fait place dans le quotidien à une mafia. Mafia dont la stabilité devient la preuve même de la bonne gestion du ministre, peu enclin à sévir contre des gens qu'il a repérés et qui le touchent de si près. L'efficacité se trouve dévoyée par le clientélisme. Une preuve évidente de cette altération du mode de gouvernement de la marine se manifeste au moment de la disparition de Colbert.

20Dans les quelques mois encadrant sa mort (6 septembre 1683), on assiste en effet au départ des principaux administrateurs issus de la famille Colbert. De Seuil quitte Brest (12 décembre 1683) pour une honorable charge de président au Parlement de Bretagne, tandis que Brodart abandonne les galères (juin 1684). Ces mutations succèdent à la révocation de Demuyn à Rochefort (4 janvier 1683), que Seignelay réussissait à arracher à son père peu de temps avant son décès. Or chacun de ces départs, liés à la disparition du protecteur, s'explique par des raisons soigneusement occultées mais qui laissent deviner que les partants ont été en réalité inférieurs à leur tâche, leur administration, insuffisante, voire suspecte. Ils ne se sont maintenus que par faveur du ministre qui les a protégés. On est loin du Colbert, parangon de la bonne administration. La hâte de Seignelay à donner un coup de balai s'explique. Moins souple que son père, placé devant la montée du clan Louvois et le recul d'influence des Colbertides qui suit la disparition de Jean-Baptiste, il lui faut serrer les rangs. Car des bruits fâcheux montent et cernent le lobby Colbert, l'affaiblissant. Ces départs ou ces limogeages plus ou moins discrets coïncident avec d'autres affaires où de proches collaborateurs de Colbert se trouvent impliqués. Voici qu'éclate un beau scandale avec l'arrestation du président Duguay chargé de l'exploitation des bois de Bourgogne. Celui-ci, avec la complicité des officiers de plume locaux, a pillé les forêts confiées à sa garde. Pendant des années, le ministre, réputé tout voir tout connaître, avait été abusé. En même temps, Bellinzani est arrêté, lui-aussi pour participation à une affaire de fausse monnaie et d'escroquerie dans l'administration des fonds que Louis XIV, à titre personnel, avait placé dans la compagnie des Indes. Là encore, le scandale éclabousse les Colbertides puisque l'intendant des finances, Nicolas Desmaretz, neveu du ministre, doit démissionner et se retirer pour un long exil. Une fois de plus, Colbert avait été trompé. Il est possible cependant qu'il n'ait voulu rien savoir afin de protéger son lobby, support de son système. Ainsi, la pratique du patronage dans le recrutement des administrateurs de la monarchie, dans quelque domaine que ce soit, éclaire d'un jour nouveau notre compréhension de la gestion du royaume et des mécanisme socio-politiques qui la régissent.

21Contrairement aux affirmations de Colbert, le comportement clanique n'est pas une perversion due à la corruption d'un méchant, mais bien une pratique sociologique habituelle au pouvoir. Dans une société où l'individu n'est rien, où l'homme nouveau n'a pas d'existence, où chacun est le fruit du patient travail des générations qui l'ont précédé, la promotion par un clientélisme familial ou amical, ressort de puissants lobbies, est une nécessité. Elle n'est pas a priori porteuse de débordements et ne débouche que sur ce que le maître du lobby veut bien en faire. Par essence, elle pérennise les relations d'homme à homme, issues du système féodal et garantit l'équilibre politique, administratif et social. En soi, ce patronage clanique demeure la base de la société d'Ancien Régime. Le parent, l'ami, la créature sont autant de facettes d'un univers à la fois fermé mais en expansion. Dans un régime hiérarchisé, où le pouvoir administratif centralisateur est encore modeste, le clientélisme assure une gestion personnalisée, porteuse, de façon contradictoire mais simultanée, d'efficacité et de corruption. Elle assure la filiation entre les grands lobbies, centrés sur des personnalités exceptionnelles (Richelieu, Mazarin, Colbert), qui se succèdent et assurent la continuité du pouvoir dans la vieille monarchie. Les contemporains en sont parfaitement conscients et jouent le jeu. C'est très évident chez les personnages qui tentent de faire carrière, alors qu'ils ne sont pratiquement pas épontillés socialement.

  • 28 BN, Mélanges Colbert 103, f° 88, 11/7/1661.

22Le grand spécialiste des fortifications, le chevalier de Clairville, en est un exemple flagrant. Dès les premiers mois suivant la disparition de Mazarin, alors que Fouquet semble tout puissant et Colbert, subalterne dans ses fonctions d'intendant des finances, il fait allégeance à ce dernier. Chargé par Colbert d'espionner le surintendant et de l'avertir de tous les projets maritimes et économiques que Fouquet échafaude, il adresse ses informations au Rémois dans des lettres à la suscription significative :'Monsieur mon très honoré patron"28. Ainsi, dès l'origine, Colbert n'instaure pas le "fonctionnaire" zélé mais conserve le "client" qui privilégie avant tout les liens personnels, même en se drapant dans le voile flou et rassurant du service royal. Le commissaire général Antoine de Mauclerc n'exprime pas autre chose en commentant la nomination de François Roger Robert qui lui a été préféré pour l'intendance de Brest :

  • 29 BN, Fr. 22812, f° 9v°, lettre de Mauclerc à Cabart, 12/1/1703.

"Monsieur de Pontchartrain m'a mandé que le Roi avait donné son intendance à monsieur Robert et qu'il songeait à moi pour me placer autant que moi-même. Qu'il n'était pas nécessaire que je lui écrivisse pour mon avancement, que mes services lui étaient connus, qu'il allait mettre tout en usage pour me faire obtenir les grâces du Roi. Cela s'appelle en bon français endormir les gens que l'on croit qui se repaissent de fumées. Je lui ai fait réponse que mes services m'avaient mérité une intendance avant Monsieur Robert et qu'il n'avait été avancé que parce qu'il avait des patrons, que je n'avais que mes services qui parlassent pour moi et que si j'avais eu l'âme assez basse pour me faire des patrons par de l'argent, j'aurais été avancé avant lui, que s'il veut agir de bonne foi en ma faveur qu'il est temps qu'il le fasse ou jamais"29.

  • 30 Une soeur de Robert, Marguerite Robert, avait épousé René Mignon, S.R., premier commis de Colbert (...)

23Certes, on peut interpréter cette déclaration comme un acte de dépit d'un candidat malheureux devant le succès d'un concurrent. L'étude des carrières de Mauclerc et de Robert montre que l'objection du premier n'est pas dénuée de tout fondement. L'un, fils d'un élu de Montreuil-sur-Seine et l'autre, d'un avocat parisien, sont de famille n'ayant aucune tradition ni relation maritimes. Mauclerc a débuté comme enseigne de vaisseau, puis, passé à la plume, est devenu commissaire, ensuite contrôleur à Rochefort, enfin commissaire général au Port-Louis, où il a prouvé sa valeur durant toute la ligue d'Augsbourg. Robert, lui aussi, a gravi tous les échelons de la marine. Écrivain à Toulon en 1682, commissaire, commissaire général, intendant des Îles d'Amérique puis de Dunkerque, il accède en 1703 au poste prestigieux de Brest qu'il devait garder jusqu'à sa mort en 1736. Comme le suggère Mauclerc, il n'est pas impossible que la parentèle et le clientélisme aient fait pencher la balance en sa faveur. Deux de ses beaux-frères ont occupé des fonctions importantes, l'un comme commis du frère de Colbert, Croissy secrétaire d’État aux affaires étrangères, l'autre, comme collaborateur de Bellinzani30. C'est précisément à Toulon, en sous ordre du gendre de ce dernier, que Robert débute. Aussi n'y aurait-il rien détonnant que l'appui d'un Colbertide et de deux créatures du ministre, dont l'une aussi influente que Vauvré, aient favorisé - même sous les Pontchartrain - l'ascension d'un épigone du lobby Colbert. D'autant que Louis et Jérôme Phélypeaux n'ont pas hésité à assurer la continuité dans la marine en faisant confiance au personnel légué par leurs deux prédécesseurs.

24Plus généralement, le recrutement des administrateurs de la marine démontre combien la société d'Ancien Régime s'affirme un surprenant reproducteur de stéréotypes. Dans ces schémas, les regroupements familiaux et amicaux, soudés par des liens de clientélisme, s'avèrent l'un des ciments fondamentaux de cette société. Toute la vie publique s'en trouve imprégnée. Les secousses politiques qui scandent l'histoire intérieure de la monarchie traduisent la gestation de ces entités familiales et claniques, qui se combattent pour exploiter les fruits les plus juteux d'un régime qu'elles servent, dont elles se servent aussi, dans un dialogue souvent remis en cause et pourtant sans cesse recommencé.

Notes

1 Pierre CLÉMENT, éd, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1861-1882,10 vol. , vol. II/l, pp. 17-68.

2 Ibid., pp. 65-67.

3 Daniel DESSERT, "Finances et société au XVIIe siècle : à propos de la Chambre de Justice de 1661", Annales E.S.C., 1974, pp. 847-882 ; Daniel DESSERT, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984.

4 AN, Marine, B2 13, 24/6/1671, f° 120-125.

5 AN, Marine, B8 27 et B8 28, Horque d'Amecourt, premier commis au dépôt de la Marine, "Campagnes sur mer ou Histoire navale depuis 1610 jusques en 1750”, 2 vol. manuscrits, XVIIIe siècle, vol. H, pp. 447-561.

6 Yvonne BÉZARD, Fonctionnaires maritimes et coloniaux sous Louis XIV, les Bégon, Paris, A. Michel, 1932.

7 Dunkerque n'est administré par un intendant qu'en 1683, Le Havre, en 1680, Brest, en 1674, tandis que Port-Louis restait sous la coupe d'un commissaire général.

8 AN, Marine, C2 55, C2 57, p. 4.

9 Daniel DESSERT, op. cit., p. 535, notice François Berthelot.

10 AN, Marine, C2 55, C2 57, pp. 97, 113. René MEMAIN, La marine de guerre sous Louis XIV, le matériel. Rochefort, arsenal modèle de Colbert, Paris, Hachette, 1937, pp. 436-465.

11 Le présent article a été rédigé à partir des études de : Nicolas, François et Pierre Amoul, François de Beauhamais, Michel Bégon l'aîné et le cadet, François Berthelot, Jean Bochart de Champigny, Jean-Baptiste Brodait, Claude Céberet, Hubert Champy des Clouzeaux, Pierre Chertemps de Seuil, Charles Clairambault, Jean Colbert de Terron, Jacques Duchesneau, Henry-Jules et Nicolas-Bénigne Duguay, Gabriel Dumaitz de Goimpy, Vital Dumas, Charles Dumont de Blaignac, Jean-Louis Girardin de Vauvré, Pierre Gravier d'Ortières, Jean-Louis Habert de Montmort, Jean-Hyacinthe Hocquart, Louis Le Bigot de Gastines, Louis Le Roux d'Infreville, Paul de Louvigny d'Orgemont, Honoré Lucas de Demuyn, Louis Matharel, Antoine de Mauclerc, Jacques de Meulles, Nicolas Nacquart, Jean-Baptiste Patoulet, Antoine-François Phélipeaux d'Herbault, Jacques Raudot et Antoine-Denis Raudot, François-Roger Robert, Louis Robert de La Fortelle, Jean Talon, Louis Testard de La Guette et François d'Usson de Bonrepaus.

12 Daniel DESSERT, op. cit., p. 107.

13 Colbert de Terron est en fonction de 1661 à 1674 à Rochefort et fait la campagne de 1675 sur la flotte expédiée à Messine. Pierre Arnoul, lui, compte près de 50 ans de service dans la Marine, Champy des Clouzeaux, 17 ans dans celle de Brest, Robert, 33 ans dans la même, et Michel Bégon, 28 ans dans les intendances successives des îles d'Amérique, de Marseille et de Rochefort, dont 22 rien que pour ce dernier poste.

14 Yvonne BÉZARD, op. cit. ; Daniel DESSERT, op. cit., p. 530, notice Michel Bégon de Montfermeil. Paul de Louvigny qui appartient à une famille réformée, insérée dans le petit univers de la famille protestante, a d'abord secondé son parent Samuel Daliès de La Tour, l'un des plus importants financiers du ministère Colbert et le plus notable des fournisseurs de la Marine.

15 Daniel DESSERT, op. cit., p. 565, notice François Berthelot, et p. 699, notice François d'Usson de Bonrepaus.

16 Gaston RAMBERT, Nicolas Arnoul, intendant des Galères à Marseille (1665-1674), Marseille, Les Editions de « Provincia », 1931.

17 AN, Marine, C2 55, C2 57, pp. 5,192, 201 ; D2c 222.

18 Yvonne BÉZARD, op. cit.

19 AN, Marine, C2 55, C2 56, pp. 30-31 ; C2 57, pp. 4-8, 28-29, 118 ; C2 61, p. 13 ; D2c 222. M PERRICHET, "Plume ou épée : problèmes de carrière dans quelques familles d'administration de la Marine au XVIIIe siècle" dans Actes du 91e Congrès national des Sociétés savantes, Rennes, 1966, Paris, Bibliothèque Nationale, 1969 ; généalogie des Clairambault, hors texte.

20 AN, Marine, C2 55 ; R. MEMAIN, op. cit., pp. 382-419, 482-184.

21 R. MEMAIN, op. cit., pp. 420-435.

22 AN, MC., CXVII, 196, 17/10/1704, contrat de mariage entre Pierre Amoul et Marie-Henriette Brodart.

23 Jean-Claude DUBÉ, Les Intendants de la Nouvelle-France, Fides, 1984, pp. 290-292, 294-299.

24 AN, M.C., CXVII, 196, 17/10/1704, contrat de mariage entre Pierre Aroul et Marie-Henriette Brodart.

25 Daniel DESSERT, op. cit., pp. 591-592, notices de Claude et Pierre Girardin.

26 AN, M.C., CXVII, 719, 22/12/1724, inventaire après décès de Jean-Louis Girardin de Vauvré. La cote 1 des papiers mentionne le contrat de mariage de Vauvré et de Louise Bellinzani du 3/3/1680 devant de Beauvais, notaire à Paris (minute non conservée).

27 Daniel DESSERT, "Colbert contre Colbert" dans Un nouveau Colbert, Actes du colloque pour le tricentenaire de la mort de Colbert, éd. Roland MOUSNIER, Paris, Sedes, 1985.

28 BN, Mélanges Colbert 103, f° 88, 11/7/1661.

29 BN, Fr. 22812, f° 9v°, lettre de Mauclerc à Cabart, 12/1/1703.

30 Une soeur de Robert, Marguerite Robert, avait épousé René Mignon, S.R., premier commis de Colbert de Croissy, secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Leur soeur, Marie Robert, avait, elle, convolé avec Jean Dunoyer, commis de l'intendant du Commerce, François Bellanzani. BN, dossiers bleus 569, 15047 et cabinet d'Hozier 292, 7979, f° 3-4.

Auteur

École Navale, Lanvéoc-Poulmic

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540