Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

I. Cour et bureaucratie

Des réseaux d'amitié aux clientèles centralisées : les provinces et la cour (France, xvie-xviie siècle)

Arlette Jouanna

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier les positions de Robert HARDING. Anatomy of a Power Elite. The Provincial Gover (...)
  • 2 L'importance de la notion de crédit et la distinction entre ses deux aspects ont bien été mises en (...)
  • 3 BRANTÔME, Pierre de BOUR PETIT E, abbé de, "Vies des grands capitaines françois", dans Oeuvres Comp (...)
  • 4 C. PAIL.LARD "Additions critiques à l'histoire de la conjuration d'Amboise", Revue Historique, t. X (...)

1Les études sur les clientèles dans la France des XVIe et XVIIe siècles ont jusqu’à présent consacré beaucoup de place au rôle respectif que tenaient dans ce type de relation l'affection sincère et l'intérêt1.Il est un autre paramètre, lié il est vrai à celui-ci, et tout aussi important : à savoir le degré de dépendance ou d'indépendance qui caractérisait les liens personnels. Cet aspect sera abordé ici à travers la notion de crédit. Les divers sens du mot crédit peuvent être regroupés en deux catégories : d'une part, ce que l'on pourrait appeler le crédit local, et de l'autre le crédit central2. Le premier désigne le pouvoir d'obtenir un "service" de ses "amis", "clients" ou "fidèles" ; le second évoque la capacité à se faire accorder par le roi des faveurs pour soi ou pour ceux que l'on cherche à gratifier. Le théâtre où se manifeste le crédit local peut être relativement étroit, comme c'est le cas lorsqu'il s'agit du voisinage, ou beaucoup plus vaste, aux dimensions d'une ou de plusieurs provinces ; le lieu où s'éprouve le crédit central est la cour. Deux citations permettront de saisir les deux aspects du mot. Le premier est bien suggéré par Brantôme : voulant faire comprendre le prestige dont jouissaient au sein des noblesses provinciales Henri d'Orléans, duc de Longueville, gouverneur de Picardie, et Jean-Louis de Nogaret, duc d'Épernon, il écrit que ces deux seigneurs étaient "assez bastans, par le moyen de leurs amys, serviteurs et créditz, [pour] esmouvoir toute la France"3. Quant au second aspect du mot, on peut l'illustrer avec cette phrase par laquelle l'ambassadeur d'Espagne Chantonnay constate, à la veille des guerres de Religion, la faveur des Guises auprès du roi François II : "Tout est réduit sous les ailes de la maison de Guise (...) tant se conforme-t-on à suivre qui a le crédit..."4.

2Ce que je souhaite proposer ici, c'est une réflexion, à travers l'analyse de quelques exemples, sur la corrélation entre ces deux formes de crédit, corrélation qui pourrait se formuler ainsi : tant qu'il existe des individus possesseurs d'un crédit local autonome, que ce soit dans un espace réduit comme le voisinage ou plus large comme la province ou le "pays", ces espaces peuvent conserver une relative indépendance et une vie politique qui leur est propre ; en revanche, à partir du moment où le crédit local devient si dépendant du crédit central qu'il est anéanti si celui-ci vient à manquer, alors la cour apparaît comme la Bourse centrale où se négocient les faveurs royales ; elle concentre l'essentiel de la vie politique au détriment de la province et devient le point d'aboutissement de toutes les chaînes de clientèles, affaiblissant ainsi considérablement la vitalité des anciens réseaux d'amitié.

  • 5 L'amitié au sens classique du terme, entre les gentilshommes a été étudiée par Jean-Marie CONSTANT, (...)

3Les réseaux d'amitié correspondent à une forme de relation qui doit être distinguée des clientèles, bien que dans la réalité des situations concrètes il soit parfois difficile de déterminer exactement à quel type de situation on a affaire. Le mot "ami" revient très souvent dans les correspondances des gentilshommes5. On se tromperait si on se contentait de lui donner dans tous les cas le sens qu'il a aujourd'hui. Bien souvent, un "ami" est quelqu'un que l'on a obligé et auquel l'on est donc en droit de demander un service en cas de besoin. C'est un débiteur ; pour reconnaître son obligation, il envoie à celui qui lui a fait un "bon office" une lettre de remerciement qui est en fait une reconnaissance de dette : il s'y déclare son "serviteur" et son "obligé", exprime le souhait de pouvoir "se revancher", et supplie son correspondant de "l'employer" à la première occasion. Voici un exemple d'une de ces lettres : le 22 novembre 1545, Paul de Termes, maréchal de France, écrit à Guy de Maugiron, lieutenant général du roi en Dauphiné :

  • 6 "Lettres adressées à Guy de Maugiron durant les guerres du Piémont et du Nord de la France (1545-15 (...)

"Monsieur, j'ai entendu par mon homme qui est à la Court le bon office que avez fait pour moy en icelle, en ce qu'il m'a touché et le bien de mes affaires, dont je vous remercie bien fort et vous en demeureray en grande obligation. Je vous supplye, puisqu'ainsi il vous a pleu commencer à me porter telle amityé, continuer, s'il vous plaist, en icelle, dont je me vouldroye bien revencher, s'il feust en ma puissance, à vous fère quelque service. Mais n'ayant le moyen à présent, il vous plairra accepter le bon vouloir pour le faict".. Et il signe "Vostre entièrement bon amy prest à vous faire service"6.

  • 7 François de LA ROCHEFOUCAULD, Maximes, éd. J. Truchet, Paris, Garnier, 1967, p. 414 ; cité par Alai (...)

4Celui qui a fourni le "bon office" est dans la position d'un créancier par rapport au débiteur qu'il a obligé ; il a en quelque sorte acheté le droit de réclamer un service à ce dernier. Il a donc un certain pouvoir sur lui. Mais les positions de débiteur et de créancier sont interchangeables ; la relation s'inverse au gré des services donnés ou reçus. L'amitié est fondée sur la réciprocité et l'échange des "bons offices" ; ainsi se créent des réseaux dans lesquels les amis sont liés par leurs dettes mutuelles et les attentes qui en résultent. Un vocabulaire affectif accompagne ces échanges, exprimant des sentiments sincères ou feints. C'est cette ambiguïté que blâme un moraliste comme La Rochefoucauld dans la définition qu'il donne de l'amitié : "Ce que les hommes ont nommé amitié n'est qu'une société, qu'un ménagement réciproque d'intérêts et qu'un échange de bons offices ; ce n'est enfin qu'un commerce où l'amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner"7.

  • 8 Le réseau d'amitié du sire de Gouberville a été étudié par Elisabeth TEALL, "The Myth of Royal Cent (...)

5C'est dans les relations de voisinage des gentilshommes provinciaux que l'on découvre les réseaux d'amitié les plus vivaces. Correspondances et livres de raison permettent d'en comprendre le fonctionnement. Voici, par exemple, celui du sire de Gouberville, au milieu du XVIe siècle. Ce petit noble rural du Cotentin bien connu des historiens est lié à ses voisins, parents ou amis par un échange de bons procédés, qui vont de la simple visite de courtoisie à l'aide apportée lors d'un procès, en passant par l'envoi de cadeaux, le conseil et la médiation pour la conclusion des mariages, le parrainage des enfants8.

6A un niveau plus élevé, la correspondance de Jean Ebrard de SaintSulpice, publiée par Edmond Cabié en 1906, aide à reconstituer le réseau d'amis de cet important seigneur du Quercy. Saint-Sulpice est très conscient de la supériorité que lui donne la possession d'un grand nombre d'amis dans sa province. Lors d'un différend avec l'usurpateur d'une de ses terres, il lui fait dire qu'il possède "beaucoup plus d'amis qu'il n'a et d'autre qualité..." Le service qu'il demande à ces derniers est, en l'occurrence, très concret : l'aider à expulser son adversaire hors de sa terre. Son réseau d'amitié englobe des catholiques et des protestants, ce qui est très utile au temps des guerres de Religion : ainsi le voit-on, lui qui est catholique, faire valoir des dettes d'amitié auprès de tel ou tel capitaine protestant et lui demander d'épargner ses biens. En effet, si les solidarités religieuses et/ou familiales sont impérieuses, elles ne dispensent pas de payer les obligations contractées. C'est ce que l'un des correspondants de Saint-Sulpice, qui se trouve écartelé entre deux dettes, appelle le "devoir d'amitié". Saint-Sulpice est lui-même souvent sollicité ; ainsi, le 7 août 1580, Jacques de Crussol, duc d'Uzès, lui écrit pour déplorer les malheurs du Quercy, et ajoute :

  • 9 Edmond CABIÉ, éd., Guerres de Religion dans le Sud-Ouest de la France et principalement dans le Que (...)

"Cela m'a mû, assuré de votre amitié, de vous supplier qu'en mon absence, il vous plaise me servir de bon voisin et ami, tant à départir de votre faveur et bons conseils à ceux qui sont près de mes enfants à Assier, que procurer pour moi, envers le maréchal de Biron [beau-frère de Saint-Sulpice] à ce que la quotité imposée sur mes terres, spécialement à Assier, soit défalquée ou du moins employée à l'entreténement des soldats que je y tiens pour le service du roi..."9.

7Ainsi, les réseaux d'amitié fonctionnent comme un système d'entraide mutuelle et jouent le rôle d'assurances contre les aléas de l'existence : plus l'on a d'amis bien placés, plus l'on peut faire face à l'imprévu. On entretient leur bonne volonté par l'envoi de cadeaux (poissons, venaison, vins, fruits, parfums, chiens, chevaux, éperviers) ou bien encore de simples lettres d'amitié.

  • 10 Lettre de Bertrand de Saint-Sulpice à sa mère, 4 août 1578, ibid., col. 412 ; lettre du même à la m (...)
  • 11 Voici une chaîne d'intercession à quatre niveaux (les ecclésiastiques du diocèse de Cahars, l'évêqu (...)

8La cour n'est évidemment pas absente du réseau d'amis de Saint-Sulpice : il y occupe en effet des charges considérables (il est en 1558 gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, en 1569 gouverneur et surintendant de la maison de François d'Alençon et, la même année, conseiller au Conseil d'État, enfin, en 1580, chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit). Sa femme est dame d'honneur de Catherine de Médicis ; son fils Henri a été l'un des "mignons" d'Henri III, et Bertrand, un autre fils, a fait de longs séjours à la cour. Mais celle-ci n'est qu'un pôle parmi d'autres dans la géographie du réseau d'amis de Saint-Sulpice. Pôle très important, sans nul doute : on s'y fait des "amis" précieux, comme l'écrit Bertrand à sa mère ; c'est là, en particulier, que M. de Castries et le Duc de Joyeuse intercèdent pour lui auprès du roi pour lui faire obtenir la charge de sénéchal de Quercy10. On saisit très bien, dans la correspondance des Saint-Sulpice, des chaînes d'intercession à trois ou quatre niveaux, aboutissant à la Cour11.

  • 12 Ibid., col. 411,414,415,418.

9Cependant, en lisant cette correspondance, on n'a pas le sentiment que la Cour soit indispensable à la famille. Il y a d'abord le fait que la vie qu'on y mène ruine les fortunes et use les patiences : c'est le prétexte que saisit Saint-Sulpice pour rappeler son fils et se retirer lui-même12. Mais surtout la solidité de son crédit local, mesurée au nombre de ses amis, est telle qu'il est loin de dépendre entièrement de son crédit auprès du souverain. A cet égard, Henri III a besoin de lui tout autant qu'il a besoin du roi. Ainsi, en 1577, lors de la paix de Bergerac, Henri III, qui sait très bien qu'il ne peut se passer de l'appui des principaux gentilshommes provinciaux s'il veut qu'elle ne reste pas lettre morte, écrit à Saint-Sulpice, le 15 novembre :

  • 13 Ibid., col. 383.

"Je désire aussi que vous employiez tous les moyens que Dieu vous a donnés en mon pays de Guyenne et le crédit que votre vertu vous a acquis envers la noblesse et les gens de bien pour la faire exécuter et observer"13.

  • 14 Ibid., col. 410-411.

10Par certains côtés, leurs relations s'apparentent à un échange de services. Lorsque, par exemple, le 24 juillet 1577, le roi demande à Saint-Sulpice d'escorter Catherine de Médicis qui va conduire sa fille Marguerite auprès du roi de Navarre, il termine sa lettre en promettant à son correspondant, en guise de récompense, de faire mettre sa compagnie "au rôle des premières qui feront montre"14. De ce point de vue, Jean Ebrard de Saint-Sulpice, tout sujet qu'il est et qu'il se reconnaît, est aussi un "ami" du roi.

  • 15 Ainsi, en octobre 1560, Armand de Gontaut-Biron, qui est "un des principaux seigneurs du pays et de (...)

11Ces relations témoignent d'un temps où le crédit local n'est pas encore en corrélation très étroite avec le crédit central. Le pouvoir d'un gentilhomme dans ses terres dépend de facteurs sur lesquels le roi a peu de prise : dans le cadre du voisinage, la familiarité, la confiance, l'inter connaissance ; dans celui de la province, le prestige et l'ancienneté du lignage, l'ampleur de la parentèle, la fiabilité et l'étendue des réseaux d'amitié ; à quoi il faut ajouter le charisme personnel. S'il veut mettre ces atouts à son service, le roi doit "caresser" leurs possesseurs, comme l'on dit alors, et les traiter comme des "amis". Il y a ainsi, dans les provinces, de nombreux gentilshommes dont on dit qu'ils sont "aimés" et "suivis" ; lorsqu'ils rentrent chez eux, les nobles du pays viennent spontanément les visiter, accomplissant ainsi l'un des devoirs de l'amitié15.

  • 16 La Mothe-Fénelon à Madame de Saint-Sulpice, 18 août 1584, dans Edmond CABIÉ, op. cit., col. 717. L' (...)

12La possession d'un crédit local autonome conditionne la liberté du service offert au roi. Celui-ci, en échange, distribue dons, charges et dignités. La forme la plus prisée du service est celui des armes, qui est censé jouer dans le mécanisme de l'ascension sociale un rôle encore plus important que le service de conseil ou le service domestique dans la maison du roi. C'est l'exploit guerrier qui doit par excellence provoquer la libéralité royale. Comme il est, à la différence des autres services, accompli le plus souvent loin des yeux du souverain, il lui faut un intermédiaire auprès de lui : ce doit être la réputation, la renommée, le bruit que fait dans le monde un acte généreux. Dans ce système, le seul intercesseur valable est l'honneur ; les gentilshommes autour du roi doivent amplifier, par leurs récits, le bruit des exploits, mais ne doivent pas être des intercesseurs au sens propre du terme, dont l'honneur véritable n'a que faire. C'est ainsi qu'un cousin de Saint-Sulpice, l'évêque de Sarlat La Mothe-Fénelon, écrit, au sujet des services rendus par Bertrand dans l'armée royale : "je mettrai peine de publier sa valeur et sa vertu par mes lettres à la cour, ainsi qu'il les manifeste par ses gestes et braves exploits là où il est" ; il fait ainsi office non seulement de parent, mais aussi de "parfait ami et bon serviteur"16. Biaise de Monluc, qui a été l'un des théoriciens les plus ardents du rôle de l'honneur dans l'ascension sociale, au point d'avoir prétendu qu'il lui devait entièrement sa réussite, s'est élevé violemment, à la fin de sa vie, contre ce qui pouvait entraver son efficacité, et en particulier contre la part croissante de l'intercession des Grands à la cour :

  • 17 Biaise de MONLUC, Commentaires, éd. Paul Courteault, Paris, Gallimard, (coll. Bibliothèque de la Pl (...)

"Si je pouvois, écrit-il dans ses Commentaires, retourner à mon commencement d'aage, je ne me soucierois jamais de dépendre du Roy ny de la Royne, sinon de ceux qui ont crédit près leurs Majestez ; car encore que je feisse le plus mal qu'homme sçauroit faire, ils me couvriroient mes fautes, voyant que je ne dépendrais que d'eux, et leur bien et honneur est avoir des serviteurs, qu'ils appellent créatures. Si le Roy ne faisoit du bien que de luy-mesmes, il leur rongneroit les ongles. Mais qui veut avoir récompence, qui veult estre cogneu, il faut se donner à monsieur ou à madame, car le Roy donne tout à eux et ne cognoit les autres que par leur rapport"17.

13C'est là protester contre la multiplication des liens de clientèle et contre le remplacement du service armé par le service courtisan.

  • 18 Baldassar CASTIGLIONE, Il Cortegiano, 1ère traduction française par Jacques COLIN, Le Courtisan, Pa (...)

14Selon cette perspective, la cour, indépendamment de son rôle d'école de la civilité et de la courtoisie, doit être le lieu du Conseil et du service domestique du roi, mais très secondairement celui de l'intercession ; encore celle-ci doit-elle se réduire à l'amplification du bruit des exploits, c'est-à-dire à un office d'amitié rendu aux vaillants. Lieu de conseil et de service honorable, la Cour doit être formée de la réunion de seigneurs libres faisant allégeance au roi, le conseillant librement et en recevant des récompenses pour leur mérites guerriers. C'est l'image idéalisée que présente l'un des traités de cour qui a eu le plus de succès au XVIe siècle, Le Courtisan de Baldassar Castiglione. Cette image survit dans les ouvrages consacrés à la cour jusqu'au début du XVIIe siècle, où l'on en trouve les derniers reflets dans les œuvres de Louis Guyon et Nicolas Pasquier (1604 et 1611)18 ; elle perdure, semble-t-il, tant qu'elle est encore plausible, c'est-à-dire tant que subsiste l'autonomie du crédit local des gentilshommes, gage de leur liberté comme de la vitalité des liens personnels provinciaux.

  • 19 Lettres de Henri 1er à Mathurin des Essarts, publiées dans la préface de René de MAULDE LA CLAVIÈRE (...)
  • 20 Voici quelques variations sur cette formule : " [j']attens tous mes meilleurs amys dont je vous tie (...)
  • 21 Kristen Brooke NEUSCHEL, op. cit., pp. 34-35. Louis de Lannoy, affecté par Condé à la défense de Ro (...)
  • 22 L'expression "amitié jurée" est utilisée par l'un des mignons d'Henri III, François d’Espinay de Sa (...)

15Les réseaux d'amitié, et c'est ce qui les différencie le plus clairement des clientèles, sont en effet caractérisés par la relative indépendance et même la relative égalité des partenaires, dans la mesure où les besoins réciproques de chacun s'équivalent. L'obligation qu'ils imposent n'est nullement une contrainte. Cela explique que, dans ce type de relation, si l'un des partenaires est de statut supérieur, il n'en doit pas moins présenter ses demandes de services sur le ton de la prière. Ainsi voit-on, par exemple, le prince Henri1er de Condé écrire, le 15 décembre 1578, à un seigneur du Gâtinais, Mathurin des Essarts ; il l'assure de son amitié et le prie de le tenir dans "les bonnes grâces" des gentilshommes ses voisins. Dans ce cas, c'est donc l’inférieur qui joue le rôle d'intercesseur pour le supérieur. Le 14 décembre de l'année suivante, Condé va plus loin en demandant à des Essarts de venir le rejoindre avec tous les amis qu'il pourra rassembler : "je vous prie, la présente reçue, me venir trouver en compagnie du meilleur nombre de vos voisins et amis qu'il vous sera possible"19. Cette dernière phrase est une formule quasi ritualisée, dont on trouve de multiples exemples chaque fois qu'il s'agit de mobiliser "les amis des amis"20. Mais, ainsi convoqués, les "amis" peuvent venir ou non, ou encore interrompre leur aide quand bon leur semble. Henri de Condé en a fait l'expérience au début des guerres de Religion, comme l'a montré l'historienne américaine Kristen Brooke Neuschel : il est abandonné en cours de campagne par Louis de Lannoy, sire de Morvilliers et par François de Hangest, sire de Genlis. Des clients ou des fidèles, ces seigneurs picards ? Non, des "amis" de Condé, qui cessent leur service dès qu'ils estiment avoir suffisamment accompli leur devoir d'amitié21. Même lorsqu'il s'agit d'amitié renforcée par un serment, même lorsqu'elle se consolide sous forme "d'alliance" ou "d'union", les partenaires qu'elle réunit conservent une indépendance et une liberté relatives22.

  • 23 Roland MOUSNIER a beaucoup insisté sur les liens affectifs qui unissent les "fidèles" à leurs "maît (...)

16Il en va tout autrement lorsque, des réseaux d'amitié, on passe aux clientèles. De circulaire, la relation devient verticale ; l'inégalité entre les partenaires s'accroît ; la position de l'inférieur est caractérisée par la dépendance à l'égard du supérieur, dépendance qui est le plus souvent matérielle. Deux cas peuvent se présenter : ou bien c'est l'inférieur qui se donne au supérieur ; ou bien c'est le supérieur qui recrute. Le premier phénomène, sur lequel les travaux de Roland Mousnier ont particulièrement attiré l'attention, est très ambigu, très difficile à classer. C'est surtout à son propos que les historiens ont essayé de mesurer la part que tient l'affectivité ou l'intérêt dans les relations de fidélité23.

  • 24 René de LUCINGE, Lettres sur les débuts de la Ligue (1585), éd. Alain DUFOUR, Genève, Droz, 1964 : (...)
  • 25 Par exemple celle que rassemble autour de lui le jeune duc Charles de Guise lorsqu'il vient faire s (...)
  • 26 MONTAIGNE, Les Essais, éd. A. THIBAUDET et M RAT, Paris, Gallimard, (Coll. Bibliothèque de La Pléia (...)
  • 27 Henri ESTIENNE, dans ses Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, Genève, 1578, qui e (...)

17Plus clair est le cas où le supérieur recrute. Il se compose ainsi une "maison" et une équipe d'administrateurs formées de serviteurs rétribués qui occupent des charges précises, intendance, conseil, service de chambre et de bouche. Il peut aussi se créer une suite, c'est-à-dire un groupe de gentilshommes stipendiés, parfois nourris, portant bien souvent la livrée du maître, et dont la présence autour de lui est le signe visible de sa supériorité sociale. L'importance de ces suites est un élément décisif dans la compétition pour le prestige : c'est ainsi que les deux "archimignons" de Henri III, Épernon et Joyeuse, comparent avec acrimonie leurs suites respectives24. Il peut exister des suites d'amitié25 ; mais, lorsqu'elles sont gagées, la dépendance de ceux qui les composent en est évidemment accrue. Réfléchissant sur ce genre de relation à l'égard du roi, Montaigne a pu écrire : "Outre plusieurs autres inconvénients qui blessent notre franchise par ces obligations particulières, le jugement d'un homme gagé et acheté, ou il est moins entier et moins libre, ou il est taché et d'imprudence et d'ingratitude"26. Le mot "créature", quoique souvent employé dans un sens qui n'est pas péjoratif, exprime bien cependant la dépendance27.

  • 28 La correspondance de Saint-Sulpice contient deux lettres de septembre 1576, l'une du duc de Mayenne (...)

18Un cas particulier est la constitution de "partis", c'est-à-dire de groupements de personnes unies pour agir en vue d'un objectif commun, religieux ou politique. Les partis peuvent se recruter soit à partir de réseaux d'amitié, soit à partir de clientèles ; inversement, ce type de recrutement peut aussi susciter la formation d'une clientèle. Les relations ainsi créées peuvent être renforcées par un serment et l'échange d'engagements écrits28.

19Dans les cas qui viennent d'être évoqués, maisons, suites entretenues, partis, l'indépendance de leurs maîtres à l'égard de la faveur royale peut être totale, s'ils sont assez riches et si leur crédit local est assez grand. Lorsque ces conditions sont remplies, un Grand se comporte, lorsqu'il recrute des inférieurs, comme un distributeur autonome de charges, de pensions et de gages.

20Mais il y a aussi, dans la plupart des clientèles, des composantes qui s'expliquent par la puissance d'intercession de leur patron ; celui-ci n'agit plus alors comme un distributeur autonome de bienfaits, mais comme le redistributeur de ceux qui proviennent du souverain, c'est-à-dire des charges royales civiles ou militaires, ou de toute autre faveur, financière ou honorifique. Ce schéma est compliqué, il est vrai, par la vénalité des offices, par l'aliénation aux engagistes ou aux apanagistes de la capacité à nommer à des fonctions diverses, par l'abandon de certains pouvoirs de nomination militaire aux capitaines de compagnies, aux colonels de régiments, aux gouverneurs, à des officiers supérieurs comme le colonel général de l'infanterie ; quelques-uns de ces aspects ont contribué à prolonger la faculté de distribution autonome des plus grands nobles. Mais il n'en reste pas moins que toute une partie des clientèles nobiliaires est entretenue par l'intercession de leurs patrons, qui elle-même dépend de leur crédit auprès du roi. A cet égard, ils sont des courtiers de la faveur royale, des "brokers", comme les appellent les historiens anglo-saxons.

  • 29 Sharon KETTERING, op. cit., pp. 215-220. Sur les clientèles militaires, voir André CORVISIER, L'arm (...)

21Or la tendance, en France, depuis la fin du XVe siècle, est à la croissance du rôle de l'intercession dans la constitution des clientèles. A cela, une raison essentielle : la réserve de charges et d'honneurs qu'il est au pouvoir du roi de distribuer augmente au fur et à mesure que se multiplient les cours de justice, que croissent les effectifs de l'armée royale, que se perfectionne l'administration financière et que s'affirme l'emprise monarchique sur l'église gallicane. Parallèlement, la lente décroissance de la taille des "maisons" nobiliaires, sensible surtout après 1680, la diminution des "suites", la disparition, sous Louis XIV, des clientèles militaires les plus vastes, celles qui englobaient plusieurs régiments voire toute une armée, tout cela jalonne le déclin progressif du pouvoir autonome de distribution des Grands29. Ainsi, l'avantage qu'ont, du point de vue de leurs maîtres, les clientèles sur les réseaux d'amitié est contrebalancé par l'importance croissante de l'intercession auprès du roi : de plus en plus les clientèles dépendent du crédit central.

  • 30 Ce qui ne débouche cependant pas, comme il l'affirme, sur "a failure of clientage".
  • 31 Mémoires du vicomte de Turenne, depuis duc de Bouillon, 1565-1586, éd. comte BAGUENAULT DE PUCHESSE (...)
  • 32 Pour recruter, on peut utiliser les services d'un agent. En décembre 1574, un gentilhomme bourguign (...)

22Dans ce mouvement de longue durée, les guerres de Religion ont cependant marqué un coup d'arrêt. C'est ce que Robert Harding a appelé la crise du patronage royal30. Non seulement les réseaux d'amitié sont renforcés, mais le rôle de l'intercession auprès du roi recule. En revanche croît celui de l'intercession auprès des centres secondaires dispensateurs de charges et de dons, centres qui se multiplient, en partie parce que des provinces entières échappent au souverain, en partie parce que celui-ci contrôle moins bien les processus de nomination. Le phénomène du malcontentement prend alors de l'ampleur : pour peu qu'un client ne soit pas satisfait de la protection accordée par son maître, il se proclame haut et fort "malcontent", ce qui est une façon de se déclarer libre et disponible pour d'autres engagements. "En ce temps-là, écrit le vicomte Henri de Turenne dans ses Mémoires, les divisions des frères du Roi, de ceux de Guise, de ceux de la Religion, faisoient suivre une liberté de se mécontenter facilement, ayant facilité un chacun de recouvrer un maître lorsqu'on en perdoit un ; et, aussitôt qu'on voyoit quelqu'un mal content, il ne manquoit pas d'estre recherché d'autre part"31. L'importance des clientèles, souvent transformées en partis, est en effet, à ce moment-là, une arme pour manipuler le roi ; le crédit qu'elles procurent sert bien souvent à forcer la faveur royale. La corrélation peut alors être inversée ; c'est le crédit central qui dépend du crédit local, soutenu et amplifié par une cause politique ou religieuse. Recruter massivement devient une stratégie décisive32.

  • 33 Journal de Claude HATON, cité par Jean BOUTIER, Alain DEWERFE, Daniel NORDMAN, Un tour de France ro (...)

23Dans ces conditions, la sortie hors de la cour représente un moyen de pression sur le roi à la fois jouable et rentable. Lorsque les Grands quittent ostensiblement la cour, se faisant comme une bannière de leur mécontentement, ils font peser une menace grave sur le roi, car en les perdant celui-ci perd le moyen d'agir sur leurs clients et leurs amis. Pendant les guerres de Religion, la cour semble être le théâtre du jeu de "boute-hors", a noté le curé de Provins Claude Haton : il suffit que les uns arrivent pour que leurs adversaires en partent33.

  • 34 Mémoires de Turenne, op. cit., p. 71.
  • 35 Cité par Franklin Ch. PALM, Politics and Religion in Sixteenth-Century France. A Study of the Caree (...)
  • 36 L'anecdote est rapportée par Mark GREENGRASS, op. cit., p. 167. Le mot "affinité" est employé dans (...)

24La rupture momentanée peut même être envisagée sans trop de risques. Le vicomte de Turenne, lors de la révolte des Malcontents (1574-1576) peut se permettre de rire des efforts du roi pour le faire arrêter : sa famille, explique-t-il dans ses Mémoires, est "aimée et honorée et des villes et de la noblesse" d'Auvergne ; autour de lui, cinquante ou soixante gentilshommes dévoués sont prêts à faire un mauvais parti aux envoyés royaux34. La prise d'armes du maréchal Henri de Montmorency-Damville, en 1574, offre un autre exemple révélateur. Gouverneur de Languedoc, celui-ci jouit alors d'un puissant crédit local, où concourent à la fois des réseaux d'amitié et des clientèles. L'ambassadeur anglais en a été frappé : le gouverneur, a-t-il écrit, est "merveilleusement aimé" ("marvellously beloved")35. Beaucoup sont sensibles à la puissance de séduction de ce grand seigneur à la fois courtois et hautain, brave et rusé. Son habileté à susciter les dévouements en font un chef efficace, comme en témoigne cette anecdote rapportée par une relation anonyme : lorsqu'il eut triomphé de la résistance de Sommières, où commandait pour le roi le capitaine Goul, un lointain parent, "après disner, il se promena long-temps avec lui dans la basse-cour du château et lui reprocha sa déloyauté" ; touché au coeur, le capitaine fondit en larmes. Damville a su créer autour de lui un réseau complexe où se côtoient les amitiés, les fidélités et les clientèles, que Mark Greengrass a proposé d'appeler son "affinité"36. Grâce à ces atouts, consolidés il est vrai par l'alliance stratégique avec les Huguenots et par le soutien du mouvement des Malcontents, Montmorency-Damville a pu survivre politiquement, bien que temporairement dépossédé de la faveur royale et durablement établi loin de la cour.

  • 37 René de LUCINGE, op. cit.,p. 23.
  • 38 SULLY, op. cit., vol. I, p. 551.

25Mais, de tels tours de force sont difficiles à réussir. Les Guises, pour leur part, ont été moins heureux. Lors de la monopolisation de la faveur royale par les "archimignons" Joyeuse et Épernon, leur propre crédit auprès du roi s'est trouvé considérablement diminué. Or, lorsqu'un maître est "décrié", selon le mot révélateur parfois employé, le risque est grand de voir les clients aller chercher ailleurs un protecteur. L'ambassadeur de Savoie René de Lucinge a noté avec perspicacité la peur des Guises de voir leur clientèle fondre comme neige au soleil : sans réaction rapide de leur part en 1584-1585, écrit-il, "leurs amis et alliés se fussent affaiblis, parce qu'ils sont abaissés et privés des états, sans rang, sans réputation, tellement que, différant davantage, ils eussent senti, peu après, défaillir leurs forces, et en moyens et en nombre, car on les alloit subornant, et tachoit de les soustraire”37. Pour stopper l'hémorragie, les Guises ont cru bon de s'allier avec les catholiques radicaux des villes et d'adopter l'idéologie ligueuse : stratégie qui, par certains aspects, est la même que celle de Damville, quoique de contenu entièrement opposé. Mais, cette fois, le roi refuse de se laisser manipuler ; il fait assassiner les Guises ; le fils du Balafré, le jeune duc Charles, comprend la leçon et se rallie au roi de Navarre devenu roi de France38.

  • 39 Voir les exemples donnés dans la thèse dactylographiée de Nicholas FESSENDEN, Epernon and Guyenne : (...)

26Il arrive pourtant encore, dans la première moitié du XVIIe siècle, que certains essaient de maintenir leur crédit local tout en restant loin de la cour. C'est le cas d’Épernon, qui, par son exceptionnelle longévité, apparaît, sous le règne de Louis XIII, comme un homme d'un autre âge. La difficulté de l'entreprise se montre clairement lors de son fameux conflit avec l'archevêque de Bordeaux, Henri d'Escoubleau de Sourdis, qu'ont analysé Nicholas Fessenden et Christian Jouhaud. Le réseau d'amis, de clients et de fidèles qu’Épernon entretient en Guyenne, province dont il est le gouverneur, est largement alimenté par son prestige et sa richesse personnels ; dans cette mesure, il est relativement indépendant du pouvoir central. Non qu’Épernon n'ait recours à l'intercession : les exemples sont nombreux d'interventions de sa part auprès de Richelieu en faveur de ses protégés39. Mais, lorsqu'il s'adresse au ministre dans ce but, Épernon utilise le langage de l'amitié. Voici par exemple la façon dont il rédige, le 20 décembre 1631, une lettre d'intercession pour les parlementaires de Bordeaux, destinée à Richelieu :

  • 40 Les Papiers de Richelieu. Section politique intérieure. Correspondance et papiers d'Etat, éd. Pierr (...)

"Monsieur, La croianse que Messieurs de la court de Parlement de Bordeaux ont conceue que vous me faictes l'honneur de me donner part à votre amitié et bonne grâce leur a fait estimer qu'ils pourraient tirer quelque service de ma recommandation envers vous"... Et il termine en affirmant : "je [vous] seray beaucoup [obligé] en mon particulier pour vous rendre service bien humble en toutes les occasions quy s'offriront"40.

27C'est là le langage d'un "ami" plus que d'un client ; l'insistance est mise sur l'échange de services.

28Sourdis, à la différence d'Épernon, est l'homme de Richelieu. Il s'est construit à Bordeaux une clientèle que l'on peut appeler "centralisée", dans la mesure où elle se rattache plus directement au cardinal ; l'archevêque, mal enraciné dans la province, apparaît comme une créature de ce dernier. Les deux réseaux ne peuvent coexister sans heurt.

  • 41 Christian JOUHAUD, "Le duc et l'archevêque : action politique, représentations et pouvoir au temps (...)

29L'affrontement entre les deux hommes se déroule de façon spectaculaire à Bordeaux à la fin de 1633. L'enjeu étant le prestige, source essentielle des fidélités vouées à Épernon, il faut atteindre ce que les anthropologues appellent le "capital symbolique" de l'adversaire. C'est pourquoi chacun se livre à des rites de défi public destinés à provoquer l'humiliation41. C'est Sourdis qui l'emporte ; Épernon perd son sang-froid, lève la main sur l'archevêque, s'attire ainsi son excommunication et la désapprobation du roi. La disgrâce est immédiate ; l'une des premières conséquences est que tous les jurats appartenant à la clientèle épernoniste sont renvoyés.

  • 42 Lettre d'Epernon au roi, septembre 1637, citée par Nicholas FESSENDEN, op. cit.. p. 153.

30Les derniers soubresauts du vieux duc sont tout aussi révélateurs. Par un extraordinaire retournement de situation, Épernon met à profit une violente émeute populaire, en juin 1635, pour récupérer son crédit local : à 81 ans il accourt, l'épée à la main et mate les rebelles. Mi-reconnaissance pour la rapidité de l'intervention, mi-admiration pour sa bravoure, les notables bordelais retrouvent leur réflexes de déférence et de fidélité à son égard. Mais la France entre cette année-là en guerre ouverte contre l'Espagne ; Épernon refuse alors très clairement de mettre en péril son crédit local en appuyant par la force les exigences fiscales du cardinal : il écrit au roi qu'il souhaite conserver sa "réputation" et ne pas l'exposer aux clameurs de ses pauvres sujets42. Épernon se comporte ainsi en "ami", qui entend négocier librement son crédit. La conduite suspecte de son fils Bernard fait le reste : c'est, en 1638, la disgrâce définitive et sans retour. Épernon meurt peu après, le 13 janvier 1642, à 87 ans.

  • 43 Kenneth DUNKLEY, "Patronage and Power in Seventeenth-Century France: Richelieu's Clients and the Es (...)
  • 44 Ainsi, en 1662, l'évêque de Mende sollicite de Colbert une lettre où celui-ci lui demanderait le no (...)
  • 45 Sharon KETTERING, op. cit., pp. 80-85; id., "Clientage during the French Wars of Religion" art. cit (...)

31Seules désormais ont des chances de subsister les clientèles centralisées, reliées à la cour par des liens solides, comme celles que se constitue Richelieu, étudiées pour la Bretagne par Kenneth Dunkley ou pour le Languedoc par William Beik43. Les patrons de ces clientèles sollicitent parfois du pouvoir central des lettres attestant la qualité de leur relation avec lui, véritables lettres de créance, à la seule fin de les montrer à leurs clients ; inversement, d'autres s'arrangent pour faire savoir en haut lieu le nombre de leurs clients, afin de montrer qu'ils méritent le crédit royal44. Les clientèles trop indépendantes sont détruites à plus ou moins longue échéance : en Provence, province aux solides traditions de liberté, celle des Carcès ou des Valbelle le seront par Mazarin seulement45.

  • 46 Monique CHATENET, "Henri III et l'ordre de la cour. Evolution de l'étiquette à travers les règlemen (...)

32Les Grands ont compris dans leur ensemble que leur intérêt est de vivre à la cour, là où l'on peut capter à la source la faveur royale. A la centralisation progressive des clientèles répond le déplacement de la plupart des Grands de la périphérie vers le centre, qui se produit spontanément à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Henri 1er de Montmorency-Damville donne l'exemple en 1594, lorsqu'il abandonne sa position stratégique en Languedoc et revient vivre à Chantilly, près du roi. Corrélativement, la cour prend le visage que dépeignent d'innombrables mémorialistes du XVIIe siècle : ce n'est plus le lieu du Conseil et du service libre, mais celui de la distribution centrale des faveurs et par conséquent celui de l'intercession et de la compétition. Le mérite récompensé n'est plus tant l'exploit de guerre que l’art de faire sa cour. La disposition intérieure des palais royaux reflète cette évolution par la multiplication de cette pièce adaptée aux temps nouveaux, l'antichambre46.

  • 47 Robert HARDING, op. cit., pp. 35-36.
  • 48 La haine que suscitait ainsi la monopolisation de la faveur royale est bien suggérée dans le manife (...)
  • 49 Roger de BUSSY-RABUTIN, Mémoires, éd. Ludovic LALANNE, Paris, G. Marpon et Flammarion, 1882, 2 vol. (...)

33Il faudrait pouvoir étudier avec plus de précision le phénomène de l'intercession, à la manière de ce qu'a fait Robert Harding pour les années 1553, 1560 et 1561, et non seulement compter le nombre de grâces obtenues par tel ou tel intercesseur, mais aussi mesurer la dépendance ainsi créée47. Le processus de centralisation de la faveur se traduit, dans une première étape, par l'apparition de "favoris", c'est-à-dire d'hommes qui jouissent de la confiance du roi et à qui celui-ci délègue totalement ou partiellement son rôle de distribution ou de nomination48. Le temps des favoris se caractérise par une situation de monopole au profit d'un petit nombre et par le malcontentement des autres, les exclus. L'exclusion frappe alors trois catégories de personnes : au niveau le plus haut, ceux qui ont perdu leur crédit, et qui sont exclus de l'intercession ; au dessous, les exclus de la distribution, qui peuvent être soit les clients frustrés des premiers, soit des provinciaux sans protecteur et donc sans emploi. Dans ce système relationnel de plus en plus centralisé, sorte de toile d'araignée dont les fils distribuent la manne des bienfaits royaux du centre vers la périphérie, il faut impérativement pouvoir se "raccrocher" à ces fils. C'est le mot utilisé, par exemple, par Bussy-Rabutin, qui, après une disgrâce, cherche "une rencontre propre à [le] raccrocher à la cour"49.

  • 50 Arlette JOUANNA, op. cit., pp. 222-226; John Russell MAJOR, art. cit. La reconquête du crédit centr (...)

34Les exclus de l'intercession n'ont guère d'autre perspective pour retrouver leur crédit que les révolutions de palais ou les révoltes armées. Dans la première catégorie se rangent des tentatives avortées comme la journée des Dupes en 1630 ou le complot de 1636, destinées à écarter Richelieu par l'exil ou par la mort. Les révoltes de Condé contre la monopolisation de la faveur par Concini ou de la reine Marie de Médicis contre Luynes fournissent des exemples particulièrement clairs de la seconde solution : elles visent avant tout à faire pression sur le roi afin de retrouver le crédit perdu50.

  • 51 LA BRUYERE, De la Cour, Les Caractères, éd. R. GARAPON, Paris, Garnier, 1962, p. 67.
  • 52 "... je suis à me resouldre à se que ay affere de aller trouver monsegneur, ou aller en ma meson, o (...)
  • 53 Alain COUPRIE, op. cit., pp. 215-218.
  • 54 André CORVISIER, art. cit.

35Quant aux exclus provinciaux de la distribution, ceux qui ne font pas ou plus partie d'une clientèle, ils se consolent en vantant leur liberté. "Un noble, s'il vit chez lui dans sa province, il vit libre, mais sans appui ; s'il vit à la cour, il est protégé, mais il est esclave : cela se compense", écrit en une phrase douce-amère La Bruyère51. Le thème de la liberté provinciale est l'un de ceux qui caractérise la littérature anti-cour de la première partie du XVIIe siècle, comme l'Astrée ou les Aventures du baron de Faeneste ; on y trouve aussi, lié au premier, celui de l'égalité fondamentale des gentilshommes et de la méfiance à l'égard de l'élévation excessive des Grands. Mais l'idéalisation de la vie rustique que cette littérature tente d'imposer se heurte au discrédit croissant de tout ce qui est "provincial" aux yeux des gens de cour. Pour employer une expression triviale qu'ont aimé utiliser, à la fin du XVIe siècle, Armand de Gontaut-Biron et Villeroy, se retirer chez soi loin de la cour, c'est rester "à planter les choux"52. La province, vue par les courtisans, devient synonyme d'ennui et de vacuité53. Cette évolution a des causes multiples ; mais il est probable qu'elle est alimentée en partie par l'affaiblissement des anciens réseaux relationnels des provinces. A cette constatation générale des correctifs doivent cependant être apportés : l'affaiblissement est plus tardif et plus lent dans les provinces éloignées du centre ; par ailleurs, les réseaux provinciaux continuent à fournir les clientèles militaires longtemps après le règne de Louis XIV, comme l'a montré André Corvisier : les officiers étant amenés à recruter, ils le font parmi leurs parents et les "amis" qu'ils ont dans leur province d'origine54.

36L'alliance entre les trois catégories d'exclus de la faveur peut être explosive. C'est ce qui s'est passé pendant la Fronde, dont la gravité s'explique en partie par là. On peut trouver un exemple de cette conjonction dans la rencontre d'intérêts qui unit à ce moment-là Paul de Gondi, futur cardinal de Retz, et Charles d'Ailly, baron d'Annery.

  • 55 Cardinal de RETZ, Mémoires, éd. par Maurice Allem et Edith Thomas, Paris, Gallimard, (Coll. Bibliot (...)
  • 56 Ibid., p. 336.
  • 57 Ibid., p. 345.

37Paul de Gondi apparaît comme un exclu de l’intercession. L'ennemie qu'il lui faut vaincre et investir, c'est la cour. Lorsqu'il en parle, il la personnifie ; elle donne des ordres, fait des projets, se trouve en position de force ou de faiblesse. La cour, c'est pour lui beaucoup plus qu'un lieu, beaucoup plus même que les personnes qui y occupent des positions-clefs, Mazarin, la reine-mère, les courtisans : c'est tout le système relationnel de la faveur. Or ce système le rejette : il se trouve, à la veille de la Fronde, "fort brouillé à la cour", comme il l'écrit dans ses Mémoires55. Aussi, pour se "raccrocher" à la cour, ainsi que l'aurait dit Bussy, il utilise alternativement la diplomatie et la force. La première ne lui réussit qu'à moitié. Lors d'un rapprochement avec Mazarin préludant à l'arrestation des princes du sang, la première chose qu'il fait pour mesurer la solidité de sa position est de tester son crédit. Il refuse les offres de Mazarin et demande un bienfait plus utile : "Il y a beaucoup de gens de qualité, dit-il à Anne d'Autriche, qui se sont engagés avec moi et qui serviront la Reine en cette occasion. Si il plaisait, Madame, à votre Majesté de confier à l'un d'eux quelque place de considération, je lui serais sans comparaison plus obligé, que de dix chapeaux de cardinal"56. Mais il s'aperçoit bientôt que son établissement dans le rôle d'intercesseur est fragile. Peu de temps après, alors qu'il s'est fait "l'entremetteur" (c'est le mot qu'il utilise) des promesses faites par Mazarin à un gentilhomme écossais, le comte de Montrose, celui-ci ne reçoit pas satisfaction ; c'est une atteinte cuisante au crédit de Gondi57.

  • 58 Ibid., p. 328.

38Reste la démonstration de force, que le coadjuteur manie avec virtuosité. Pour cela il fait appel à ses amis, dont Charles d'Ailly, baron d'Annery. Dans un saisissant passage de ses Mémoires, il décrit comment fonctionne la levée des "amis des amis". "Nous travaillâmes, dès l'après-dinée, à envoyer chercher nos amis dans les provinces, ce qui ne se faisait pas sans dépense, et M. de Beaufort n'avait pas un sol (...) M. de Beaufort espérait de tirer du Vendômois et du Blaizois soixante gentilshommes et quarante des environs d'Anet ; il n'en eut en tout que cinquante-quatre. J'en tirai de Brie quatorze, et Anneri m'en amena quatre-vingt du Vexin, qui ne voulurent jamais prendre un double de moi, qui ne souffrirent pas que je payasse dans les hôtelleries, et qui demeurèrent, dans tout le cours de ce procès, attachés et assidus auprès de ma personne, comme s'ils eussent été mes gardes (...) Anneri pouvait tout sur eux et je pouvais tout sur Anneri, qui était un des hommes du monde des plus fermes et des plus fidèles"58. Il s'agit là manifestement, dans le cas des gentilshommes du Vexin, qui refusent d'être payés, de la réactivation des réseaux d'amitié, mobilisés contre le système de la cour. Réseaux déjà déstabilisés : les amis de Beaufort, eux, acceptent d'être payés, et Gondi s'extasie sur le désintéressement des amis d'Annery, qu'il trouve "très extraordinaire".

  • 59 Sur ces assemblées, voir Jean-Dominique LASSAIGNE, Les Assemblées de la Noblesse de France aux XVII(...)

39Charles d'Annery n'est autre que l'animateur des assemblées nobiliaires qui ont tenté de s'imposer pendant la Fronde. Or, à bien des égards, on peut considérer que ces assemblées ont manifesté la volonté de revanche de la gentilhommerie provinciale. Plusieurs aspects en témoignent : d'une part la méfiance à l'égard des liens de clientèle, qui conduisent les participants à écarter tous ceux dont la dépendance est trop évidente ; ensuite le souci d'affirmer l'égalité fondamentale de la noblesse, ce que traduit le refus de marquer la moindre distinction de rang dans la disposition des sièges et jusque dans celle des signatures ; enfin la nostalgie d'un lien direct avec le roi, sans l'écran des redistributeurs des bienfaits royaux59. En outre, derrière tout cela, on découvre un idéal politique : celui du droit de la noblesse à conseiller le souverain et de la nécessité d'assembler les États généraux afin de permettre au pays d'exprimer sa volonté de paix.

  • 60 Cardinal de Retz, op. cit., p. 436.

40Ce programme politique n'est pas celui de Gondi ; il s'en sert, mais son objectif est beaucoup plus pragmatique : il s'agit pour lui de retrouver le crédit de cour. Pour lui, Annery est un "fanatique"60. L'alliance entre les deux hommes, qui est surtout un échange de services, est celle de deux univers différents. L'un, déjà désuet, est animé par ce que l'on appelait la "liberté" provinciale ; l'autre, dans lequel se meut Gondi, ne se définit que par rapport à la cour.

  • 61 La lecture des Mémoires du marquis de Sourches, qui signale très souvent l'accueil fait par les cou (...)
  • 62 Sur ces cabales, voir l'analyse d'Emmanuel LE ROY LADURIE, "Système de la Cour. Versailles vers 170 (...)

41L'avènement personnel de Louis XIV met fin, provisoirement, au malcontentement. Le roi gouverne, en effet, sans favori ; en outre, il sait admirablement maîtriser le mécanisme de la distribution de la faveur, et faire admettre par tous la légitimité et la justice de sa répartition des bienfaits61. Les Grands, de leur côté, trouvent des compensations notables à leur perte d'autonomie dans l'importance que leur donne leur rôle d'intermédiaires entre le roi et les provinces : il leur permet en effet d'agir des deux côtés par des manipulations et des pressions, ce que les historiens anglo-saxons appellent le "lobbying". De plus, ils tirent bien des satisfactions de la sécurité que leur procure la fermeté de l'arbitrage royal et de l'exaltation des rangs que codifie l'étiquette de la Cour. Les provinces, plus surveillées, sont aussi mieux intégrées. La première moitié du règne personnel de Louis XIV représente, de ce point de vue, l'apogée de la centralisation des clientèles. De nouveaux dérèglements du système apparaîtront plus tard, lorsque, l'âge venant, le souverain ne pourra plus exercer un contrôle aussi vigoureux ; ce sera, à la fin du règne, l'affrontement des "cabales" décrites par Saint-Simon62. Mais alors les progrès de la machine administrative auront été suffisants pour pallier les dysfonctionnements du clientélisme.

Notes

1 Voir en particulier les positions de Robert HARDING. Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven - Londres, Yale University Press, 1978, pp. 36 et sq. et les critiques de Mark GREENGRASS, "Noble Affinities in Early Modem France : The Case of Henri I de Montmorency-Damville, Constable of France", European History Quarterly, t. XVI, 1986, pp. 275-311.

2 L'importance de la notion de crédit et la distinction entre ses deux aspects ont bien été mises en évidence par Kristen Brooke NEUSCHEL, The Prince of Condé and the Nobility of Picardy: a Study of the Structure of Noble Relationships in Sixteenth-century France, thèse dactylographiée, Brown University, 1982, pp. 80 et sq. et par Sharon KETTERING, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-Century France, Oxford, Oxford University Press, 1986, pp. 43 et sq.

3 BRANTÔME, Pierre de BOUR PETIT E, abbé de, "Vies des grands capitaines françois", dans Oeuvres Complètes, éd. Ludovic LALANNE, Paris, Renouard, S. H. F., 1864-1896,12 vol. , vol. IV, p. 353.

4 C. PAIL.LARD "Additions critiques à l'histoire de la conjuration d'Amboise", Revue Historique, t. XIV, 1880, p. 168.

5 L'amitié au sens classique du terme, entre les gentilshommes a été étudiée par Jean-Marie CONSTANT, en particulier dans sa thèse Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille III, A.N.R.T., 1981. et dans La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, Hachette, 1985.

6 "Lettres adressées à Guy de Maugiron durant les guerres du Piémont et du Nord de la France (1545-1552)", éd J.-T. LEBLANC, Bulletin historique et philologique du CTHS, 1895, p. 80. Cette lettre est particulièrement intéressante parce qu'y sont rassemblés les mots-clefs caractérisant ce type de relation : "obligation", "amitié", revancher", "service".

7 François de LA ROCHEFOUCAULD, Maximes, éd. J. Truchet, Paris, Garnier, 1967, p. 414 ; cité par Alain COUPRIE, De Corneille à La Bruyère : images de la Cour, Lille III-Paris, Aux Amateurs de Livres, 1984, vol. I, p. 115.

8 Le réseau d'amitié du sire de Gouberville a été étudié par Elisabeth TEALL, "The Myth of Royal Centralisation and the Reality of Neighborhood: the Joumals of the Sire de Gouberville, 1549-62" dans Social Groups and Religions Ideas in the Sixteenth Century, éd Miriam U. CHRISTMAN et Otto GRUNDLER, Kalamazoo, Michigan, 1978, pp. 1-11. L'appui fourni aux amis lors d'un procès consistait surtout à apporter des cadeaux (lièvres, perdrix, chevreaux, gallons de vin) qui grossiraient les "épices" de Messieurs du Présidial de Saint-Lô (abbé A. TOLLEMER, Un sire de Gouberville, gentilhomme campagard au Cotentin de 1553 à 1562, rééd Paris - La Haye, Mouton, 1972, pp. 627-643).

9 Edmond CABIÉ, éd., Guerres de Religion dans le Sud-Ouest de la France et principalement dans le Quercy, d'après les papiers des seigneurs de Saint-Sulpice de 1561 à 1590, Albi, Nouguiès, 1908, col. 159-160 (affaire de l'usurpation de la terre de Reyrevigues), col. 586-598 et 857-858 (capitaines protestants), col. 570 (le "devoir d'amitié") et 607 (lettre du duc d'Uzès).

10 Lettre de Bertrand de Saint-Sulpice à sa mère, 4 août 1578, ibid., col. 412 ; lettre du même à la même, 2 novembre 1584, col. 717-718.

11 Voici une chaîne d'intercession à quatre niveaux (les ecclésiastiques du diocèse de Cahars, l'évêque - qui est le fils de Jean de Saint-Sulpice-, Paul de Foix, la reine mère) ; Paul de Foix écrit, le 2 avril 1579, à Saint-Sulpice : "M. de Cahors m'a écrit en recommandation des ecclésiastiques de son diocèse et envoyé des requêtes que j'ai présentées à la reine. Je voudrais faire pour ceux qui me sont recommandés par lui autant que possible ; mais vous savez la difficulté de la matière...", ibid., col. 450.

12 Ibid., col. 411,414,415,418.

13 Ibid., col. 383.

14 Ibid., col. 410-411.

15 Ainsi, en octobre 1560, Armand de Gontaut-Biron, qui est "un des principaux seigneurs du pays et des plus aimés et suivis", tant en Périgord qu'en Guyenne et en Gascogne, écrit à la reine mère que, alors qu'il se trouve à Saint-Blancard (au sud d'Audi), "un bon nombre de gentilshommes" viennent le voir "souvent". De même, Jean Ebrard de Saint-Sulpice, son beau-frère, lorsqu'il revient de son ambassade en Espagne, est "visité des principaux seigneurs et gentilshommes" du Quercy, The Letters and Documents of Armand de Gontaut, baron de Biron, marshal of France (1524-1592), éd. Sydney Hellman EHRMAN et James Westfall THOMPSON, Berkeley, Umversity of California Press, 1936, 2 vol. , pp. 8-9 ; Edmond CABIÉ, op. cit., col. 53-54.

16 La Mothe-Fénelon à Madame de Saint-Sulpice, 18 août 1584, dans Edmond CABIÉ, op. cit., col. 717. L'expression : "très grand et parfait ami et bon serviteur" se trouve dans une autre lettre du 13 mai 1572, même scripteur et même destinataire, ibid., col. 191.

17 Biaise de MONLUC, Commentaires, éd. Paul Courteault, Paris, Gallimard, (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1964, pp. 767-768. Sur les protections des grands auxquelles Monluc a tout de même dû faire appel, voir Robert HARDING, op. cit., pp. 149-150. Sur le rôle de l'honneur dans l'obtention des honneurs, Arlette JOUANNA, "Recherches sur la notion d'honneur au XVIe siècle", RHMC, 1968, pp. 597-623.

18 Baldassar CASTIGLIONE, Il Cortegiano, 1ère traduction française par Jacques COLIN, Le Courtisan, Paris, 1537 ; 2e traduction par Gabriel CHAPPUYS, Le Parfait Courtisan, Paris, N. Bonfcns, 1585. Louis GUYON, "Le Courtisan tel qu'il doit être", dans Diverses Leçons, Lyon, C. Morillon, 1604 ; Nicolas PASQUIER, Le gentilhomme, Paris, J. Petit-Pas, 1611. Sur ces auteurs et sur la fin de l'image de la Cour comme lieu de conseil, voir Alain COUPRIE, op. cit., pp. 29-34 et 87-93.

19 Lettres de Henri 1er à Mathurin des Essarts, publiées dans la préface de René de MAULDE LA CLAVIÈRE à son édition des Oeuvres de Jean de LA TAILLE, Paris, L. Willem, 1878, 4 vol. , vol. I, pp. 21-22.

20 Voici quelques variations sur cette formule : " [j']attens tous mes meilleurs amys dont je vous tiens du nombre", Catherine de Navarre, soeur du roi de Navarre, à Geoffroy de Vivans, Pau, 6 mai 1590, Correspondance de G. de Vivans, publiée par G. CHARRIER, BSHAP, t. XXVIII, 1901, pp. 800-801 ; "je vous supplye vous trouver avec le plus de vos amys que vous pourrez le 22e de ce present mois à l'entour de Parlan et Naucaze", Canillac, gouverneur de la Haute Auvergne, à M. de Camburac, 20 oct. 1580, dans Edmond CABIÉ, op. cit., col. 632. Le mécanisme de l'appel aux "amis des amis” a été étudié par Jeremy BOISSEVAIN, Friends of Friends. Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, Blackwell, 1974, ouvrage dont la thèse de Kristen Brooke NEUSCHEL ci-dessus citée a montré l'intérêt pour les historiens du XVIe siècle.

21 Kristen Brooke NEUSCHEL, op. cit., pp. 34-35. Louis de Lannoy, affecté par Condé à la défense de Rouen, se retire avant la fin de la guerre parce qu'il désapprouve le projet de débarquement des Anglais ; François de Hangest abandonne les forces de Condé à la fin de 1562 par ce que, semble-t-il, il n'apprécie pas que les offres de paix royales aient été rejetées. Une lettre du seigneur de Chouppes au vicomte de Turenne, du 2 août 1580, offre un exemple d'amis qui refusent de venir ; "j'ai attendu toujours comme j'attends encore des forces pour les [les ennemis] aller jouster", écrit-il à son correspondant ; "mais je m'en vois fort desmis, car, de tous les amis vôtres que j'avais mandés et que je m'assurais viendraient pour une telle nécessité, je n'en ai vu aucuns, où je connais un fort refroidi zèle", Edmond CABIÉ, op. cit., col.605.

22 L'expression "amitié jurée" est utilisée par l'un des mignons d'Henri III, François d’Espinay de Saint-Luc, pour désigner les liens qui l'unissent à ses compagons de faveur. De même, le 17 avril 1586, Madame de Caylus apprend à Madame de Saint-Sulpice que Bertrand, fils de la seconde et beau-fils de la première, a "juré amitié" avec le comte de Thorigny, Edmond CABIÉ, op. cit., col. 283 et 756.

23 Roland MOUSNIER a beaucoup insisté sur les liens affectifs qui unissent les "fidèles" à leurs "maîtres" : "La société de fidélités" dans Les Institutions de la France sous la Monarchie absolue 1598-1789, Paris, P.U.F., 1974-1980, 2 vol. , vol. I, pp. 85-93 et "Les fidélités et les clientèles en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles" dans Histoire sociale, Ottawa, 1982, t. XV, pp. 35-46. Robert HARDING, op. cit., et Sharon KETTERING, op. cit., donnent beaucoup plus de place à l’intérêt. Mark GREENGRASS a étudié "l'affinité" de Henri1er de Montmorency-Damville, art. cit., et a montré quelle complexité de sentiments on y découvre.

24 René de LUCINGE, Lettres sur les débuts de la Ligue (1585), éd. Alain DUFOUR, Genève, Droz, 1964 : lettre au duc de Savoie, le 13 décembre 1585, p. 268.

25 Par exemple celle que rassemble autour de lui le jeune duc Charles de Guise lorsqu'il vient faire sa soumission à Henri IV : "il s'en vint trouver Sa Majesté, raconte Sully, avec le plus de ses amis qu'il put rassembler", SULLY, Maximilien de Béthune, duc de, Les Oeconomies Royales, éd. Bernard BARBICHE et David BUISSERET, Paris, Klincksieck, 1970-1988, 2 vol. , vol. I, p. 551.

26 MONTAIGNE, Les Essais, éd. A. THIBAUDET et M RAT, Paris, Gallimard, (Coll. Bibliothèque de La Pléiade), 1962, p. 154

27 Henri ESTIENNE, dans ses Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, Genève, 1578, qui est un répertoire de ce qu'il appelle les "courtisanismes", affirme que le mot "créature" est alors d'un usage récent. Sur le sens honorifique que peut prendre ce terme au XVIIe siècle, voir Orest RANUM, Les Créatures de Richelieu, Paris, Pédone, 1966, pp. 47-49.

28 La correspondance de Saint-Sulpice contient deux lettres de septembre 1576, l'une du duc de Mayenne et l'autre du duc de Guise, qui sont vraisemblablement des invitations à se ranger dans leur parti. Or ce sont manifestement des lettres "d'amitié". Voici celle du duc de Mayenne : "Trouvant Mr de Sessac sur son partement, je n'ai voulu perdre si sûre commodité sans vous écrire la présente pour vous assurer continuellement du désir que j'ai de vous faire paraître combien je vous aime et honore, ce que je vous veux prier croire en tout ce que vous en dira led. sr de Sessac de ma part, comme celui de mes bons amis auquel j'ai toute confiance", Edmond CABIÉ, op. cit., col. 306. Sur les relations entre partis et clientèles, voir Sharon KETTERING, "Chentage duringthe French Wars of Religion", Sixteenth Century Journal, t. XX, 1989, pp. 221-239. Sur les engagements écrits et leur analogie avec les indentures, voir John Russell MAJOR, "The Revoit of 1620 : A Study of the Ties of Fidelity", French Historical Studies, t. XIV, 1986, pp. 391-408.

29 Sharon KETTERING, op. cit., pp. 215-220. Sur les clientèles militaires, voir André CORVISIER, L'armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul : le soldat, Paris, P.U.F., 1964, et, du même auteur : "Clientèles et fidélités dans l'armée française aux XVIIe et XVIIIe siècles" dans Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l'époque moderne, éd Yves DURAND, Paris, P.U.F., 1981, pp. 213-236 ; voir en particulier p. 229.

30 Ce qui ne débouche cependant pas, comme il l'affirme, sur "a failure of clientage".

31 Mémoires du vicomte de Turenne, depuis duc de Bouillon, 1565-1586, éd. comte BAGUENAULT DE PUCHESSE, Paris, Renouard, S.H.F., 1901, pp. 108-111.

32 Pour recruter, on peut utiliser les services d'un agent. En décembre 1574, un gentilhomme bourguignon, Jean de Ferrières, conseillait à Henri de Condé d'employer Philippe du Plessis-Momay à cette fin, pour "pratiquer” des gentilshommes en Allemagne. Au cours de l'hiver 1593-1594, Jacques de La Fin, un gentilhomme du Bourbonnais, fut chargé d'une mission analogue auprès de la noblesse d'Auvergne pour le compte de Henri IV, Jean Denis de BASTARD D'ESTANG, Vie de Jean de Ferrières, vidame de Chartres, seigneur de Maligny, Auxerre, 1858, pp. 259 et 261 ; M. DUMOULIN, "Jacques de La Fin, études et documents sur la seconde moitié du XVIe siècle", dans Bulletin Historique et Philologique des Travaux Historiques et Scientifiques, 1895, pp. 209-214.

33 Journal de Claude HATON, cité par Jean BOUTIER, Alain DEWERFE, Daniel NORDMAN, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, p. 279.

34 Mémoires de Turenne, op. cit., p. 71.

35 Cité par Franklin Ch. PALM, Politics and Religion in Sixteenth-Century France. A Study of the Career of Henri de Montmorency-Damville, Uncrowned King of the South, Boston, Ginn and Cie, 1927, p. 154, note 3. Dans sa thèse, Mark GREENGRASS a étudié la constitution de ces clientèles, War, Politics and Religion in Languedoc during the Government of Henri de Montmorency-Damville (1574-1610), thèse dactylographiée, Oxford, 1979. Voir aussi Arlette JOUANNA, "Protection des fidèles et fidélité au roi : l'exemple de Henri 1er de Montmorency-Damville", dans Hommage à Roland Mous nier..., op. cit., pp. 279-296.

36 L'anecdote est rapportée par Mark GREENGRASS, op. cit., p. 167. Le mot "affinité" est employé dans l'article cité "Noble Affinities"...

37 René de LUCINGE, op. cit.,p. 23.

38 SULLY, op. cit., vol. I, p. 551.

39 Voir les exemples donnés dans la thèse dactylographiée de Nicholas FESSENDEN, Epernon and Guyenne : provincial politics under Louis XIII, Colombia University PhD. Dissertation, 1972, pp. 224-225.

40 Les Papiers de Richelieu. Section politique intérieure. Correspondance et papiers d'Etat, éd. Pierre GRILLON, Paris, Pédone, 1975, vol. VI, p. 738.

41 Christian JOUHAUD, "Le duc et l'archevêque : action politique, représentations et pouvoir au temps de Richelieu", Annales E.S.C., 1986, pp. 1017-1039.

42 Lettre d'Epernon au roi, septembre 1637, citée par Nicholas FESSENDEN, op. cit.. p. 153.

43 Kenneth DUNKLEY, "Patronage and Power in Seventeenth-Century France: Richelieu's Clients and the Estates of Brittany", dans Parliaments, Estates and Representation, 1981, pp. 1-12; William BEIK, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France. State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, Cambidge University Press, 1985, pp. 236-239.

44 Ainsi, en 1662, l'évêque de Mende sollicite de Colbert une lettre où celui-ci lui demanderait le nom des députés des Etats qui suivent ses avis ; l'évêque apparaîtrait ainsi comme un interlocuteur privilégié de Colbert et un intercesseur efficace. Inversement, le président du Parlement d’Aix Henri de ForbinMaynier d'Oppède, frondeur repenti, demande à ses amis de renseigner Colbert sur le nombre de ses clients, exemples donnés par Sharon KETTERING, op. cit., pp. 169 et 65. Autres exemples de "lettres de créance" dans Négociations, lettres et pièces relatives à la conférence de Loudun, éd M. BOUCHITTÉ, Paris, Imp. Imp., 1862, pp. 664 (à la comtesse de Soissons) et 666 (au duc de Nevers).

45 Sharon KETTERING, op. cit., pp. 80-85; id., "Clientage during the French Wars of Religion" art. cit., pp. 225-231. En Languedoc, la clientèle des Montmorency est démantelée lors de l'échec de la révolte de Henri II de Montmorency-Damville.

46 Monique CHATENET, "Henri III et l'ordre de la cour. Evolution de l'étiquette à travers les règlements généraux de 1578 et 1585", dans Henri III et son temps, éd. Robert SAUZET, Paris, Vrin, 1992, p. 137.

47 Robert HARDING, op. cit., pp. 35-36.

48 La haine que suscitait ainsi la monopolisation de la faveur royale est bien suggérée dans le manifeste de Louis 1er de Condé en 1615, dirigé contre Concini : "on voit encore tous les jours, à la honte de la France, cest estranger avec ses adherens estre la porte des honneurs et des charges publiques, disposer des bénéfices, offices et gouvememens, distribuer les pensions et estre arbitre et dispensateur de toutes les grâces, jusques à donner la vie ou la mort aux subjects du Roy, selon qu'il luy plaist en faire accorder ou refuser les rémissions, et par ce moyen se faire nombre de créatures"..., dans M. BOUCHTTÉ, op. cit., p. 200.

49 Roger de BUSSY-RABUTIN, Mémoires, éd. Ludovic LALANNE, Paris, G. Marpon et Flammarion, 1882, 2 vol. , vol. I, p. 207.

50 Arlette JOUANNA, op. cit., pp. 222-226; John Russell MAJOR, art. cit. La reconquête du crédit central est une composante essentielle de toutes les révoltes nobiliaires de la première moitié du XVIIe siècle, y compris la Fronde des Princes et les Frondes nobiliaires provinciales.

51 LA BRUYERE, De la Cour, Les Caractères, éd. R. GARAPON, Paris, Garnier, 1962, p. 67.

52 "... je suis à me resouldre à se que ay affere de aller trouver monsegneur, ou aller en ma meson, ou bien à la court pour parler au roy et estre resollu de la bonne grasse du mestre, lequel je ay sy bien servy et sy fidellemant et dignemant, affin que dorsenavant je ne m'en tourmante plus et aille planter des chous chez moy...", lettre d'A. de Gontaut-Biron à Bellièvre, 5 avril 1581, dans The Letters and Documents of Armand de Gontaut..., op. cit., p. 217. Jai "demeuré 5 ou 6 semaines, en ma maison à planter les choux...", Villeroy à Jean de Saint-Sulpice, le 27 mai 1578, dans Edmond CABIÉ, op. cit., col. 405.

53 Alain COUPRIE, op. cit., pp. 215-218.

54 André CORVISIER, art. cit.

55 Cardinal de RETZ, Mémoires, éd. par Maurice Allem et Edith Thomas, Paris, Gallimard, (Coll. Bibliothèque de LA Pléaide), 1961, p. 63.

56 Ibid., p. 336.

57 Ibid., p. 345.

58 Ibid., p. 328.

59 Sur ces assemblées, voir Jean-Dominique LASSAIGNE, Les Assemblées de la Noblesse de France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Cujas, 1962, et Jean-Marie CONSTANT, "La troisième Fronde. Les gentilshommes et les libertés nobiliaires", XVIIe Siècle, t. CXLV, 1984, pp. 341-354. Sur les aspects qui permettent de déceler la volonté de revanche des provinces, Arlette JOUANNA, op. cit., pp. 262-273.

60 Cardinal de Retz, op. cit., p. 436.

61 La lecture des Mémoires du marquis de Sourches, qui signale très souvent l'accueil fait par les courtisans à l'annonce des nominations et des dons royaux, montre que celui-ci est le plus souvent favorable. SaintSimon lui-même admire la virtuosité et l'habileté avec lesquels Louis XIV distribue ses faveurs et ses bienfaits.

62 Sur ces cabales, voir l'analyse d'Emmanuel LE ROY LADURIE, "Système de la Cour. Versailles vers 1709", dans Le Territoire de l'historien, Paris, Gallimard, 1973-1978, 2 vol. , vol. II, pp. 277-299.

Auteur

Université Paul ValéryMontpellier III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540