Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

Introduction

Charles Giry-Deloison

Texte intégral

1Lorsqu’au printemps 1989 Roger Mettam et moi-même envisagions d’organiser un débat sur l’état de la recherche historique en France et en GrandeBretagne, il nous est vite apparu qu’une des interrogations nouvelles les plus fécondes portait sur le patronage et le clientélisme dans le fonctionnement des deux monarchies à l’époque moderne. Qu’un nombre croissant d’historiens consacrent leurs travaux à des pays autres que le leur (dira-t-on suffisamment l’apport des chercheurs anglo-saxons au renouvellement de l’étude de la France d’Ancien Régime ces vingt dernières années) n’en rendait que plus intéressante une rencontre sur ce thème entre spécialistes européens.

2Né de ce constat, le colloque de mai 1990 affichait une triple ambition : réfléchir sur les concepts de patronage et de clientélisme, de préférence dans des structures peu étudiées de ce point de vue ; cerner leurs éventuelles évolutions sur une période chronologique longue ; comparer la réalité de ces notions dans plusieurs États européens.

***

3Sommairement résumée, la thèse classique de l’émergence de l’État « moderne » suppose que, progressivement, et selon un rythme et des modalités variables d’un pays à l’autre, le pouvoir central impose son autorité à l’ensemble de la société. En d’autres termes, la formation de l’État « moderne » marque la victoire du centre sur les périphéries, des tendances absolutistes du pouvoir étatique sur les forces centrifuges des différentes composantes de la société, de l’État anonyme sur les aspirations individuelles. Tout le débat actuel porte sur l’ampleur et les conséquences d’un tel transfert de pouvoir, volontaire ou forcé. Les quinze contributions ci-incluses sont classées sous six rubriques qui couvrent, pour l’essentiel, le champ du débat.

4Les réseaux de clientèles au centre du pouvoir étatique sont analysés dans deux lieux symboles de l’absolutisme : la cour et la bureaucratie.

5Arlette Jouanna se place du point de vue de la noblesse française et distingue le crédit local du crédit central, c’est-à-dire le pouvoir de demander à ses clients des services de la capacité à obtenir du roi des faveurs. Dans le premier cas, on a affaire aux réseaux d’amitié, dans le second au système du clientélisme dont la cour est le centre névralgique. Tout en soulignant les différences importantes entre réseaux d’amitié et clientèles, Arlette Jouanna note l’essor du XVIe au XVIIe siècle, en France tout au moins, des clientèles et du crédit central au détriment des anciens réseaux d’amitié et du crédit local. Le règne personnel de Louis XIV marque l’apogée de cette lente mutation.

6Pour sa part, Robert Oresko se place du point de vue inverse et s’intéresse à un phénomène moins connu, celui de la place des bâtards dans les stratégies politico-dynastiques des maisons princières régnantes. Prenant comme exemple la Maison de Savoie aux XVIe et XVIIe siècles, il montre que loin d’exclure leurs enfants illégitimes, les ducs les utilisent pour la sauvegarde et l’avancement de leurs intérêts. Plaçant leurs bâtards à des postes clés et les accueillant comme membres à part entière de la maison régnante, ils attendent d’eux en contrepartie l’attachement sans faille qu’un « client » ou « ami » ne pourrait probablement pas leur donner. De même les filles illégitimes, tout comme les filles légitimes, sont des instruments au service de leur politique matrimoniale. A ce titre, la Maison de Savoie est d’autant plus intéressante qu’elle a deux branches principales, l’une italienne installée à Turin dans le Piémont, l’autre, française, à Chambéry en Savoie. De plus, et peut-être plus qu’ailleurs, les bâtards jouent, en plusieurs occasions, un rôle crucial dans la survie de la dynastie en suppléant au nombre insuffisant d’enfants mâles légitimes ou, dans le cas de la reconstruction de l’État savoyard à la fin du XVIe siècle, à l’absence de clients.

7Les réseaux de clientèles dans l’administration sont étudiés par Daniel Dessert et Françoise Bayard. Daniel Dessert illustre comment, sous Colbert, le recrutement des administrateurs de la marine royale est l’objet des mêmes convoitises et luttes claniques et familiales que celles qui structurent toute la vie publique en France. Reprenant un thème qu’il a développé dans ses précédents travaux, Daniel Dessert souligne que le clientélisme est l’un des ciments de la société d’Ancien Régime. Aux marges de l’administration, le monde des financiers du début du XVIIe siècle n’échappe pas non plus, selon Françoise Bayard, à l’emprise du clientélisme. Par nécessité les financiers se doivent d’appartenir aux clientèles les plus prestigieuses et les plus influentes ; la protection des Grands leur est indispensable pour exercer leurs activités. Pourtant, parce qu’ils sont des marchands, les financiers se doivent aussi de constituer leurs propres réseaux où leurs rapports avec leurs clients sont avant tout de nature commerciale. En ce sens, Françoise Bayard met en évidence les interactions entre clientèles sociales et clientèles professionnelles.

8Le deuxième volet du livre est consacré aux villes et provinces. James Casey et Bartolomé Bennassar analysent la situation dans les Espagnes des XVIe-XVIIe siècles. Tous deux insistent sur l’importance et la permanence des structures de patronage et de clientélisme dans un royaume où, comme le rappelle James Casey, le concept de souveraineté est peu développé et où l’État est encore par bien des aspects embryonnaire. Dès lors, le patronage est à tous les échelons du pouvoir un moyen - le moyen ? - de gouvernement et, parallèlement, les liens familiaux et l’appartenance à une clientèle s’avèrent cruciaux pour la carrière d’un jeune gentilhomme. En Castille, Bartolomé Bennassar note que le pouvoir municipal en milieu urbain passe progressivement des anciennes structures de parenté des familles nobles, les lignages, aux bandos, c’est-à-dire à des factions hétérogènes et pléthoriques au service de chefs populaires issus pour la plupart de la moyenne noblesse. Sous l’influence de ces bandos, qui recrutent dans toutes les couches sociales, d’horizontale, la division de la société urbaine tend à devenir verticale.

9En Italie, la situation paraît très similaire, tout au moins à Turin, qui relève de la souveraineté de l’État savoyard et dans Milan, qui est ville espagnole. Tout comme en Espagne, les élites locales parviennent à maintenir leur emprise sur leur cité. En revanche, les deux villes italiennes offrent des exemples inverses de l’attitude du pouvoir municipal à l’égard de l’autorité centrale.

10Nommé gouverneur de Milan en 1546, Ferrante Gonzague choisit, en partie par nécessité, de diriger la ville à l’aide de sa propre clientèle, pour l’essentiel mantuaise. Cette stratégie d’exclusion des notables milanais se retourne contre Gonzague huit ans plus tard lorsque Philippe II succède à son père. Dès lors, le centre de gravité de l’empire se déplace et la noblesse espagnole évince les familles italiennes de l’entourage impérial. Ferrante Gonzague, qui a joué la carte italienne auprès de Charles Quint, perd tout accès direct et privilégié auprès de son fils. Les Milanais, exploitant à leur profit l’isolement de Gonzague, l’arrivée de leurs nouveaux maîtres espagnols et le moindre intérêt de Philippe II pour Milan, parviennent tout à la fois à retrouver un rôle dans le gouvernement de la cité et à se débarrasser de Gonzague. A Milan, les élites locales ont su profiter des circonstances pour reconquérir (certes partiellement) leur cité sans s’aliéner le pouvoir central même si celui-ci demeure lointain.

11Tout autre est la situation à Turin au début du XVIIe siècle. Simona Cerutti nous décrit une ville en proie à une intense lutte pour le pouvoir urbain entre la Municipalité turinoise et l’État savoyard dont relève la cité devenue capitale. Au cours du XVIe siècle, la Municipalité s’est érigée en opposition unique et officielle de la ville au duc de Savoie, en faisant valoir auprès des citoyens sa capacité à représenter la population toute entière et son unité dans son opposition au gouvernement central. Que ce discours de la Municipalité ait rencontré un réel succès auprès de la population turinoise et que celle-ci se soit rassemblée derrière la Municipalité semble incontestable. Dès lors, et là réside l’intérêt du cas turinois, le duc de Savoie, faute de pouvoir diviser la Municipalité ou la couper de son soutien populaire, tente de détruire l’unité urbaine en créant ex nihilo de nouveaux corps (milice territoriale, cors de métier, « ville nouvelle ») qui, parce que nouveaux, sont à la fois indépendants de la Municipalité et dépendants des agents du duc. Cette politique du duc de Savoie aboutit, vers le milieu du XVIIIe siècle, à une fragmentation du tissu social et urbain et, partant, à la prolifération de réseaux de clientèles. En permettant au duc de disposer d’un patronage important à Turin, elle participe, aux côtés du rôle dévolu aux enfants bâtards de la Maison de Savoie, du processus de reconstruction de l’État savoyard dans les dernières années du XVIe siècle. Au centralisme unificateur et réducteur progressivement imposé par la plupart des pouvoirs étatiques (certes avec un degré de réussite très variable), Turin offre l’exemple inverse d’une capitale où l’État introduit sciemment la division.

12Dans ce contexte européen où les conflits entre État et élites locales dominent le gouvernement de la cité, Londres au XVIe siècle, ou plus exactement la City, se présente comme un cas atypique. A l’étonnement des visiteurs étrangers, elle jouit d’une remarquable autonomie à l’égard de la Couronne qui ne semble pas être en mesure de modifier sensiblement la composition de son élite. Ian Archer relève maints cas où courtoisement mais fermement les conseillers ialdermen) repoussent avec succès les pressions de membres éminents de la cour (dont Sir William Cecil et le comte d’Essex) en faveur de leurs clients candidats à des charges dont l’attribution est de leur responsabilité. Le patronage au sein de la City est pour l’essentiel exercé par les aldermen (et dans une moindre mesure par le lord mayor) qui parviennent à entretenir des contacts nombreux et souvent étroits avec la cour sans pour autant être entraînés dans les luttes de faction qui la divisent. L’efficacité de la résistance de la City aux tentatives d’ingérence du pouvoir central peut surprendre mais plus étonnant est somme toute que la couronne ne se soit pas donnée les moyens de contrôler plus efficacement le gouvernement de sa capitale.

13Le troisième volet du recueil est consacré à l’Église et à l’armée. A l’exception de celui de Bruno Simon, les textes regroupés dans cette dernière partie concernent uniquement, d’une part la France (ainsi que les pays rhénans qui ne tombent pas aux mains des Français) et l’Angleterre et, de l’autre, les hautes sphères ecclésiastiques et militaires.

14Joseph Bergin note qu’à partir des dernières années du règne d’Henri IV, le rétablissement du pouvoir royal se traduit par un contrôle accru de la monarchie sur la nomination des évêques et par la résistance du roi aux pressions des puissants intérêts aristocratiques. Le patronage des Grands qui avait connu un développement sans pareil durant les Guerres de Religion et qui, par ailleurs, avait abouti à la création de véritables dynasties ecclésiastiques, telles celles des Amboises, des Guises ou des Bourbons, fait place, surtout après 1620, à celui émanant de la cour. Cette centralisation est sans nulle doute facilitée par le fait que deux cardinaux se succèdent à la tête du gouvernement. Louis Châtellier dresse un constat similaire pour les évêchés des pays rhénans, enjeu au XVIIe siècle des rivalités entre la France et l’Empire. Au début du XVIIe, le roi, en réponse aux menées des Habsbourgs, tente d’imposer à Metz, Toul, Verdun et Strasbourg des évêques favorables à ses intérêts et, surtout, place auprès d’eux des grands vicaires à ses ordres. Mais ce n’est vraiment qu’à partir de 1668, après que le pape Clément IX ait étendu le Concordat de Bologne de 1516 aux trois évêchés, que Louis XIV peut légalement y nommer les évêques. Dès lors, il laisse à ceux-ci la nomination de leurs subordonnés, dont les vicaires généraux.

15Louis Châtellier souligne que ce patronage royal et épiscopal n’est pas nécessairement contradictoire avec les intérêts de la religion. C’est à la même conclusion qu’aboutit Stephen Taylor pour l’Angleterre des années médianes du XVIIIe siècle. De 1742 à 1762, le gouvernement whig, et en particulier son officieux « ministre du culte » le duc de Newcastle, utilise le contrôle qu’il exerce sur la nomination des évêques pour mener ce qui est une véritable politique religieuse. Celle-ci vise à permettre à l’Église d’accomplir pleinement ses fonctions spirituelles et temporelles. En nombre d’occasions, le duc fait passer ce qu’il estime être les intérêts supérieurs de l’Église - et de la succession hanovrienne - avant les considérations partisanes de clientèle ou d’amitié.

16Ainsi, en France, les XVIIe et XVIIIe siècles marquent la progressive affirmation du patronage royal dans la nomination des évêques (la cour de Vienne obtient des résultats similaires dans les évêchés frontaliers qui relèvent de son autorité).

17Il est alors surprenant que ce même processus n’ait pas affecté l’armée française. La situation qui y prévaut dans les années 1620-1659, c’est-à-dire durant les ministères de Richelieu et de Mazarin, apparaît pourtant fort différente. David Parrott considère que la combinaison d’un patronage aristocratique traditionnellement très puissant, de l’impossibilité pour le gouvernement de financer seul la guerre et de l’importance des rapports patrons-clients dans le maintien de la cohérence et de la discipline de l’armée obligea les deux cardinaux à se reposer sur le bon vouloir de l’aristocratie et de ses réseaux de clientèles. En d’autres termes, en France, l’institution militaire échappe à la centralisation du pouvoir. C’est en bien des points ce que Simon Adams décrit pour l’Angleterre des années 1542-1618. La nuance étant peut-être qu’en Angleterre c’est l’effondrement de la clientèle royale en 1543-1550 qui explique l’émergence des clientèles militaires aristocratiques, d’abord celle du comte de Leicester puis celle du comte d’Essex.

18On lira les pages que Roger Mettam consacre en conclusion aux problèmes d’interprétation que soulève cette évolution apparemment différente dans l’Église et l’armée françaises.

19Aux confins méridionales de l’Europe chrétienne, Bruno Simon étudie le lobby politique et le réseau d’espionnage que la République de Venise entretient à Constantinople au milieu du XVIe siècle. Vénitiens comme étrangers (même des sujets du Grand Seigneur) participent, souvent par intérêt pécuniaire, parfois par « patriotisme », à ce qui est une forme bien particulière de clientélisme, au sein duquel les solidarités familiales et de classe n’ont pas de place. Mais en dépit de succès réels, cette clientèle patiemment construire et renouvelée demeure fragile et, somme toute, peu fiable. Au XVIe siècle comme au XXe, les clients d’une puissance sont aussi parfois clients d’une autre.

***

20L’objectif du colloque est-il atteint ? Le lecteur jugera sur pièces en parcourant les quinze communications réunies dans ce volume et en lisant la conclusion critique de Roger Mettam sur les implications des convergences et des divergences qu’il relève. Je terminerai sur deux remarques.

21La première est que compte tenu de l’ampleur du sujet, il est manifeste que des déséquilibres ne peuvent qu’exister et des zones d’ombres demeurer. Les déséquilibres tiennent à l’économie même de l’ouvrage et les éditeurs en sont bien conscients. Des quinze contributions, près de la moitié (six) concernent la France - encore n’y en a-t-il aucune qui traite des villes ou des provinces - et deux seulement l’Espagne, et de surcroît uniquement dans le domaine des relations Etat-villes. De même, si les points de comparaisons sont très nombreux, il n’en demeure pas moins qu’aucun des trois grands chapitres que nous avions voulus (cour et bureaucratie ; villes et provinces ; Église et armée) ne rassemble des études sur chacun des États. Mais le déséquilibre vient aussi du regard porté. Je veux dire par là que si les Espagnes, les États italiens et, dans une moindre mesure, la France sont ici étudiés par des historiens de différentes nationalités, en revanche l’Angleterre reste à l’écart de ces regards croisés. Or le regard de l’étranger est novateur, apporte d’autres interrogations, suscite de nouvelles réflexions, en un mot, oblige à une remise en cause des idées reçues. Il reste aussi que bien des questions n’ont pu être abordées ici. Que dire par exemple du clientélisme dans la petite et la moyenne noblesse, dans le bas clergé ou dans les campagnes où vivent au moins 80 % de la population européenne ? En d’autres termes, tous ceux qui ne peuvent entretenir de liens directs avec le pouvoir central. Faut-il d’ailleurs, pour ces strates inférieures des sociétés modernes, parler de patronage et de clientélisme ou n’avons-nous pas affaire à d’autres types de relations ? Plus important est peut-être le silence de la plupart des contributions sur la nature et surtout la force des solidarités qui, dans un rapport de dépendance verticale, lient patrons et clients.

  • 1 Absolutisme n’est entré dans la langue française qu’en 1797 et seulement en 1830 dans la langue an (...)

22Ma seconde remarque concerne le débat entre ceux qui se tiennent à la thèse classique selon laquelle du XVIe au XVIIIe siècle (ou pour prendre des points de repère gallo-centriques, de la Renaissance à Louis XIV), les États européens deviennent de plus en plus absolutistes, et ceux qui au contraire, sans nier l’émergence d’un État plus fort, plus dominateur estiment que l’absolutisme, concept forgé a posteriori1 ne recouvre que très imparfaitement la réalité de l’Europe à l’époque moderne, même en France.

  • 2 Voir par exemple, les travaux de Roland MOUSNIER, d’Arlette JOUANNA, et plus récemment la thèse de (...)

23On constatera que dans ce volume - mais pouvait-il en être autrement ? - l’impression dominante est celle d’une résistance multiforme et le plus souvent couronnée de succès des périphéries, des intérêts particuliers, des oligarchies locales aux volontés centralisatrices. Que cette vision soit d’abord celle de l’école historique anglo-saxonne n’est pas indifférent. J’en distinguerai deux raisons. La première tient à la formation de l’État moderne en Angleterre. La constitution de l’État anglais suit un processus différent de celui que connaît, par exemple, la France aux XVI et XVIIe siècles. En particulier l’absence d’armées permanentes, de personnel politico-administratif nombreux mais aussi le poids d’acquis anciens et la géographie même du royaume expliquent qu’en Angleterre l’autorité monarchique ait été plus lente à s’imposer ou plus exactement que, pour gouverner, le roi s’en soit remis encore pour beaucoup à la coopération des élites locales et à ses propres réseaux de clientèles. C’est le phénomène de « bastard feudalism ». Dès lors, et quitte à paraître simpliste, il est en quelque sorte logique, normal que les chercheurs anglo-saxons privilégient cette grille de lecture lorsqu’ils travaillent sur d’autres États européens et, qu’inversement, que les historiens français, nourris à l’école absolutiste, aient accordé moins d’importance à l’étude du patronage et du clientélisme politiques, à l’exception notoire des relations patron-client au sein de la noblesse2 (bien entendu je ne sous-estime pas les nuances qu’il convient d’apporter dans le détail à cette remarque nécessairement réductrice).

24La seconde raison résulte de certaines orientations actuelles de l’historiographie britannique. Depuis une quinzaine d’années, certains historiens anglais se sont engagés sur la voie de la critique des hypothèses de travail et des interprétations les plus communément admises. Ainsi en est-il du débat autour de la Réformation henricienne qui a conduit quelques uns à pratiquement réfuter l’idée qu’il y ait eu le moindre changement politico-religieux en Angleterre dans les années 1530-1540.

25Que cette démarche ait permis de repenser l’Angleterre des XVIe-XVIIIe siècles en déplaçant les questionnements est indéniable. Cet ouvrage en témoigne. Pourtant, elle appelle à une mise en garde : les motifs des « réformistes » ne sont pas toujours exempts de considérations politiques (il n’est pas neutre que ceux-ci se soient affirmés durant les années 80 en Grande-Bretagne) et expriment souvent la volonté de substituer une orthodoxie à une autre politiquement plus correcte. Sur un tout autre plan, force est de constater que les contradictions et les blocages du système universitaire britannique font que pour se faire entendre un jeune historien se doit d’être iconoclaste au risque, à trop vouloir se démarquer des autres, de ne privilégier que telle ou telle catégorie de sources. L’essor des « réformistes » tient aussi à cela. Il me semble que le travers qui guette certains de ces historiens est d’appliquer sans discrimination aux sociétés continentales, la même grille de lecture qu’à la société anglaise et de reléguer les autres au rang d’accessoire, gommant ainsi toute différence. Or la France des XVIe-XVIIIe siècles et l’historiographie française offrent des terrains privilégiés pour une telle démarche et, surtout, pour les excès qui la menacent.

26En d’autres termes, autant je suis convaincu que le modèle patronageclientélisme est un modèle opératoire pour analyser les structures et la nature des pouvoirs dans les monarchies européennes à l’époque moderne (et celles des démocraties républico-monarchiques de notre siècle finissant), autant je suis convaincu qu’il ne peut s’agir que d’un modèle parmi d’autres. Comme le souligne Ian Archer, et me semble-t-il avec justesse, « relationships of patronage and clientage were thus not the only factor governing the political behaviour of individuals » (infra, p. 147). Peut-être conviendrait-il d’affiner notre vocabulaire et de réserver ver les termes patronage et clientélisme à des catégories spécifiques de rapports sociaux et de comportements politiques.

27En ce sens, ce livre est d’abord un état des lieux provisoire de la recherche dans un aspect de la formation de l’État moderne. Il a aussi pour ambition, par ces affirmations, par ses interrogations, mais aussi par ses silences, de susciter d’autres travaux.

Notes

1 Absolutisme n’est entré dans la langue française qu’en 1797 et seulement en 1830 dans la langue anglaise, Richard BONNEY, L'absolutisme, Paris, P.U.F., Coll. « Que sais-je ? », no 2486, 2e éd., 1994, p. 6.

2 Voir par exemple, les travaux de Roland MOUSNIER, d’Arlette JOUANNA, et plus récemment la thèse de Laurent BOURQUIN, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

Auteur

Directeur-adjoint de l’Institut français du Royaume-Uni, est actuellement maître de conférences à l’Université d’Artois et research fellow de l’Institute of Historical Research de l’Université de Londres.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540