Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Troisième partie : L’école : un enjeu politique pendant la révolution, le consulat et l’empire (1789-1815)

Chapitre II. Écoles et enseignants (1789 - an X)

Texte intégral

1Les débuts de la Révolution apportèrent peu de changements : bien souvent, jusqu’en 1792 au moins, les petites écoles continuèrent de fonctionner comme avant la Révolution, dans les mêmes bâtiments, très fréquemment avec les mêmes maîtres. La réponse de la municipalité de Capelle à l’enquête de 1791 montre qu’en janvier 1792, au village du moins, rien n’avait encore vraiment changé. Aussi, dans les lignes qui suivent, la période an II - an X retiendra-t-elle davantage notre attention.

1 - Le nombre d’écoles (an II-floréal an X)1

  • 1 Afin d’éviter toute confusion, le terme école est défini d’après l’acception choisie par les légis (...)

2Pour apprécier l’impact de la politique scolaire de la Révolution, il convient en effet de recenser précisément le nombre d’écoles ouvertes en vertu des trois lois évoquées précédemment. De même, et autant que le permettent des sources souvent incomplètes, faut-il apprécier l’importance du maintien des écoles particulières (privées).

Le nombre d’écoles en l’an II

  • 2 GUILLAUME (J.), op. cit., t. 6, p. 892-907
  • 3 A. D. P. de C., 2 L 2/89-91

3Pouvoir estimer le nombre des écoles qui fonctionnèrent au cours de l’an II permet d’évaluer impartialement l’application de la législation révolutionnaire du 29 frimaire an II. L’enseignement primaire fonctionna-t-il pendant cette période troublée ? Les historiens de notre région qui abordèrent cette question ont sans doute porté un jugement sévère et partial. Deux statistiques en date de prairial an II et de brumaire an III n’offrent que des renseignements vagues2. La seconde par exemple signale "quelques écoles" pour les districts d’Arras et de Saint-Omer, des "écoles organisées sauf 14" dans celui de Calais et "en grande partie" dans celui de Boulogne, "peu d’écoles" dans celui de Bapaume. Or l’on constate le contraire d’après les archives départementales. En prairial an II, les administrateurs du district de Bapaume demandèrent en effet aux enseignants de leur ressort de venir chercher "un bon pour autant de catéchismes qu’ils ont d’élèves"3. On a conservé les reçus signés alors par les enseignants. Pour 91 communes dont les archives relatives à l’enseignement ont été conservées, on note que 72 enseignants de 64 localités ont apposé leur signature sur ces bons de livraison. Si l’on tient compte du fait que les 116 communes du district n’étaient pas toutes de taille à bénéficier d’une création d’école (quoique la loi ne s’y opposât point), que toutes les archives n’ont pas été conservées, il est évident que le nombre d’écoles était relativement important : 60 % au moins des localités en étaient pourvues.

  • 4 Ibid., 2 L 3/94-95
  • 5 Ibid., 2 L8/113

4Dans le district de Béthune, les réponses des municipalités à l’enquête du 12 floréal an II montrent qu’au printemps 1794,100 instituteurs et 10 institutrices enseignaient dans un district qui comportait 105 localités : les 3/4 des communes au moins étaient donc pourvues d’écoles4. Dans le district de Saint-Pol, grâce à un registre des mandats ouvert en messidor an II, on peut connaître le nombre d’enseignants en fonction entre pluviôse an II et ventôse an III : 127 y figurent, 90 pour l’an II, auxquels il faut adjoindre les 37 autres nommés au début de l’an III, avant la mise en œuvre de la loi du 27 brumaire5. Au total, y compris Saint-Pol et Frévent, 78 communes sur 154 (50,6 %) bénéficiaient des services d’un ou plusieurs enseignants en l’an II. Lorsque la loi du 29 frimaire cessa d’être appliquée, 110 communes étaient pourvues (71 %), ce qui montre une réelle adhésion de la part des municipalités d’un district, jugé pourtant "contre-révolutionnaire".

  • 6 Ibid., 2 L 6/91

5Pour le district de Montreuil-sur-Mer, la situation peut être analysée toujours grâce à un registre des mandats payés aux enseignants entre le 1er floréal et le 1er vendémiaire an III. En effet, en messidor an III, les administrateurs du district confessaient au représentant Jard-Panvillier que les instituteurs nommés en vertu de la loi du 29 frimaire continuaient provisoirement l’exercice de leurs fonctions. La liste des enseignants rémunérés alors correspond donc effectivement à celle de l’an II : 106 enseignants, dont 12 institutrices, étaient rémunérés ; sur les 122 communes du district, 86 étaient pourvues d’écoles, soit 70,5 % du total6.

6L’exemple de ces trois districts montre que la situation scolaire dans le Pas-de-Calais, en l’an II, ne fut pas catastrophique : force est de reconnaître l’existence de nombreuses écoles : dans 60 à 70 % des localités, exerçait un enseignant rémunéré par la République. Certes, si l’on tient compte du fait qu’avant la Révolution, toutes les paroisses ou presque disposaient d’une école, il y eut recul. Mais encore faut-il faire la part des écoles qui continuaient de fonctionner en marge de la légalité républicaine.

Le nombre d’écoles en l’an III

  • 7 D’après A. D. P. de C, 2 L 2/92 ; 2 L 3/93 ; 2 L 4/139 ; 2 L 5/18 ; 2 L 6/90, 2 L 7/14, 16 ; 2 L 8 (...)

7La loi du 29 frimaire an II continua d’être appliquée dans les districts aussi longtemps que celle du 27 brumaire an III ne fut pas mise en œuvre, soit généralement jusqu’en ventôse ou en germinal, et parfois plus tardivement. Cette loi, on s’en souvient, stipulait la prise en charge, par l’Etat, des salaires d’un instituteur et d’une institutrice pour chaque arrondissement de 1 000 habitants, ce qui en théorie ne devait pas entraîner une diminution importante du nombre d’écoles publiques puisque mathématiquement, était nommé un enseignant pour 500 personnes. Il en alla pourtant autrement dans la réalité, en raison du manque d’institutrices notamment. Voici, sous forme d’un tableau récapitulatif, les résultats produits par cette loi, dans les différents districts du Pas-de-Calais7.

Tableau 21 : Nombre d’écoles et d’enseignants établis par la loi du 27 brumaire an III

8617 enseignants répartis dans 327 chefs-lieux scolaires furent ainsi nommés officiellement. Il en eût fallu un peu plus d’un millier pour satisfaire aux termes de la loi. Certes le nombre d’écoles a pu évoluer légèrement, les jurys ayant encore procédé par la suite à quelques nominations afin d’obtenir le nombre d’enseignants permis par la loi. Parfois aussi, ces chiffres demeurèrent théoriques, comme dans le district de Montreuil : on procéda bien aux nominations et à la répartition des écoles entre les différentes localités, mais dans la pratique, on conserva les enseignants nommés l’année précédente que l’on rétribua d’après les dispositions de la nouvelle loi.

Fig. 11 : Situation des chefs-lieux scolaires dans le Pas-de-Calais (district d’Arras excepté) en l’an III (une école divisée en 2 sections pour 1000 habitants)

  • 8 A. N. F17 1347

9Nous avons évoqué précédemment les difficultés qu’éprouvèrent certains jurys d’instruction pour constituer des arrondissements scolaires de 1000 habitants. La nouvelle loi eut pour principal effet de diminuer le nombre des écoles publiques largement disséminées par la loi précédente. Certes une seconde école primaire pouvait être établie dans les lieux où la population était trop dispersée mais la complexité des démarches administratives à entreprendre annihilait pratiquement cette disposition législative. Le jury saint-polois tenta d’aménager les termes de la loi en proposant que l’école fût réduite à une seule section ou classe, tenue par un instituteur : ainsi chaque localité ou presque serait pourvue d’une école8. Cette solution soumise à la Commission exécutive fut proposée aussi en mai 1795 à Jard-Panvillier qui la trouva "trop contraire aux dispositions de la loi." Dans la pratique, les écoles de filles furent moins nombreuses que prévu, mais leur nombre a été supérieur à celui qui existait auparavant en raison d’une tradition professionnelle exclusivement masculine dans les localités rurales. Excepté dans les districts de Boulogne et de Bapaume, la "pénurie d’institutrices" fut cependant manifeste.

10Un autre déséquilibre flagrant fut l’avantage que retirèrent certaines villes dans la répartition des postes. Une circulaire de la Commission exécutive (25 nivôse an III) avait précisé qu’aucune école primaire n’y fût établie qui ne comprît "au moins 1500 à 1800 individus dans son arrondissement". Pourtant certaines villes, comme Boulogne ou Saint-Pol, s’attribuèrent un maximum d’écoles, sans tenir compte de ces dispositions restrictives, mais en respectant les termes de la loi (une école pour 1000 habitants). En revanche, d’autres cités comme Aire ou Saint-Omer firent preuve de modération. Ces distorsions peuvent s’expliquer par une appréciation différente des textes législatifs, mais également par l’existence d’un enseignement parallèle plus ou moins important dans certaines villes.

11Les dispositions de ce nouveau décret qui diminuaient le nombre d’écoles financées par l’Etat suscitèrent un concert de protestations ce qui prouve d’ailleurs que la loi précédente avait été bien adoptée. A Maries, on s’émut de l’inégalité d’instruction qui en résulterait entre les enfants des villes et des campagnes. A Verquigneul, on ne souhaitait pas laisser les enfants "assoupis dans la plus grande ignorance" et à Morval, (district de Bapaume) la municipalité arguait, non sans finesse, que la loi républicaine enjoignait aux parents de "faire donner l’éducation necessaire" aux enfants, ce que rendait impossible la nouvelle loi. "Pourquoi les petites communes n’auroient-elles pas comme les grandes le droit d’avoir un instituteur salarié par la République ?" demandaient les responsables municipaux de Sombrin. Ils ajoutaient : "Si cela restoit ainsi, ne seroit-ce pas annuler un article du Droit de l’Homme qui met tous les hommes égaux devant la loi ?"

  • 9 A. N. F1 c III, P.-de-C. 8 : dénonciation de l’instituteur de Sainte-Austreberthe (ventôse an 3) ; (...)

12Les municipalités réclamaient le maintien de l’école de leur village ou à tout le moins, le choix de celui-ci comme chef-lieu scolaire où viendraient s’instruire les enfants des hameaux et des villages voisins. Certaines firent état de la grande étendue de leur commune (Lapugnoy) et des distances à parcourir (Maresville séparée de "cinq a six quart de lieu" de Cormont demanda que l’école fût fixée à Longvillers). Pour des raisons géographiques, les jurys avaient parfois placé l’école dans une petite localité (Bezinghem, Preures..) ce qui provoquait l’indignation des commîmes voisines plus importantes (Parenty, Hucqueliers). Ces protestations demeurèrent vaines et de nombreuses écoles particulières virent le jour. Des villages non pourvus d’écoles publiques conservèrent leurs anciens instituteurs, en revinrent aux méthodes anciennes de rémunération, et ceci d’autant plus que le retour des prêtres réfractaires, au printemps de l’an III, incita de nombreux clercs à reprendre leurs fonctions d’assistance cultuelle9.

Le nombre d’écoles sous le Directoire et au début du Consulat

  • 10 A. D. P. de C., T 156

13La loi du 3 brumaire an IV demeura en vigueur jusqu’en floréal an X. Quelques états statistiques constitués à la demande du préfet permettent de dresser un bilan de l’application de la loi Daunou, comme cette enquête menée en l’an IX qui établit ainsi le nombre d’écoles publiques à la fin de l’an VIII10.

Tableau 22 : Nombre d’écoles publiques dans le Pas-de-Calais en l’an VIII

14Les résultats ci-dessus ne sont pas toujours complets, et pour les arrondissements d’Arras, Boulogne, Saint-Omer et Montreuil, il est noté que l’"on n’a jamais obtenu tous les tableaux des instituteurs".

Fig. 12 : Localisation des écoles primaires (publiques) dans le Pas-de-Calais à la fin du Directoire

  • 11 D’après DESAILLY (H.), L’école élémentaire et la loi du 3 brumaire an 4 dans l’arrondissement d’Ar (...)
  • 12 A la suite d’une circulaire de ministre de l’Intérieur F. de Neufchâteau (20 fructidor an V), l’ad (...)

15Une étude plus approfondie montre en effet que dans l’arrondissement d’Arras par exemple, 66 enseignants nationaux exerçaient en réalité11. Sans doute faut-il donc majorer les chiffres cités ti dessus, mais sans exagération. En effet le nombre d’écoles publiques avait considérablement diminué, comme en témoignent les réponses des municipalités de canton à une enquête de l’an VI12.

Cantons

nombre d’écoles présumées en l’an IV

nombre d’écoles existantes en l’an V

Courcelles

5

1

Croisilles

9

4

Beaumetz

4

2

Oisy

4

0

Metz-en-Couture

11

4

Vimy

5

2

Grévillers

6

2

Haplincourt

9

2

Tableau 23 : Nombre d’écoles publiques en l’an V dans quelques cantons

  • 13 A. D. P. de G, T 156 ; T 259 ; 2 K 2 f° 235 ; A. C. Arras, registre des délibérations, no 19, f° 7

16Ce déclin très net de l’enseignement républicain, sensible dans le haut-Artois, est apparu très tôt, dès la mise en application de la loi et s’est poursuivi ensuite. En l’an VIII, lors de la suppression des municipalités de canton, la situation s’améliora un peu dans les communes rurales avec le retour d’anciens instituteurs qui avaient rempli les fonctions de secrétaires cantonaux. (L. Carpentier à Saint-Martin-Boulogne ; Bertoux à Frethun...) A l’inverse dans les villes, des enseignants furent écartés pour incompétence réelle ou supposée, pour raisons d’économie, et souvent par représailles à l’égard de leur zèle révolutionnaire. A Arras, la municipalité se proposa de ramener à 4 les 9 écoles existantes, leurs enseignants n’ayant pas "rempli le but que la loi se proposait" ; à Saint-Omer, à la rentrée de vendémiaire an IX, 2 postes furent supprimés ; à Béthune, la municipalité rechignait à verser les indemnités de logement parce que les écoles n’étaient pas assez fréquentées et elle songea aussi à en réduire le nombre : "...les élèves étant réunis en plus grand nombre dans une même Ecole, il y a alors plus d’émulation"13.

  • 14 A. N. F17 134432 (g)
  • 15 Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 1263
  • 16 A. D. P. de C., T 156 ; Le Pas-de-Calais au XIXe s., 1900, t. 2, p. 424 note 1 ; DESAILLY (H.), op (...)
  • 17 A. C. Boulogne, registre des délibérations, no 12, P 59 v°

17La diminution de la moitié environ des écoles publiques par rapport à leur nombre en l’an II et en l’an III s’explique pour des raisons idéologiques et matérielles qui seront analysées plus loin. Signalons cependant que la cause immédiate, ou plutôt la manifestation la plus évidente de cet étiolement, se concrétisa par l’importance grandissante du nombre des écoles particulières. "Dans bien des Communes privées d’Ecoles primaires, il existe cependant des Instituteurs particuliers...", reconnaissaient d’ailleurs les Administrateurs du département en prairial an VII14. Ceci était particulièrement vrai dans l’arrondissement de Béthune où l’on constatait en l’an IX l’existence de 68 écoles particulières. A la même date, dans l’arrondissement de Saint-Omer on estimait le nombre des écoles particulières au double de celui des établissements publics ; à Saint-Omer même, en frimaire an VI, les autorités municipales avaient dénombré 51 instituteurs et institutrices privés et 61 en pluviôse an VIII15. A Arras pour l’an VIII, dix écoles particulières étaient connues, mais un autre document indique pour l’an IX 16 établissements (pensions, écoles élémentaires) pour garçons seulement et il faut donc encore tenir compte des écoles de filles. Dans l’arrondissement, sur 205 écoles primaires, 139 (soit 67,8 % du total) étaient des établissements privés16. A Boulogne, alors qu’on recensait 20 enseignants particuliers (dont 17 institutrices), on n’en comptait plus que 7 au début du Consulat17, ce qui s’explique peut-être par une dure concurrence entre les établissements privés et donc par un regain de faveur pour l’enseignement public de la part d’enseignants victimes de l’insuccès de leur école.

2 - Les enseignants pendant la révolution

18Qui furent les maîtres et maîtresses d’école de cette époque ? Leur origine sociale, leurs conditions de vie, leurs capacités intellectuelles et leurs comportements éclairent ce groupe professionnel sur lequel la Révolution jusqu’en 1795, fonda tant d’espoirs qu’elle conçut des écoles pour les préparer à leur tâche, écoles que fréquentèrent momentanément des jeunes gens du département.

Une continuité certaine

  • 18 A. N. F1 c III, P.-de-C. 8 ; HAUTECLOCQUE (G.de). op. cit., p. 207 note 1

19Jusqu’en décembre 1793, les clercs laïcs villageois continuèrent d’exercer, y compris les réfractaires. Le décret du 8 mars 1793, mettant les salaires des instituteurs à la charge de l’Etat, contribua sans doute au statu quo. Que se passa-t-il au cours de l’an II ? Il semblait difficile de procéder à un renouvellement total du corps enseignant. En confrontant les listes des enseignants de 1794 et les registres de catholicité pour retrouver les clercs laïcs exerçant en 1789-1790, on constate une continuité certaine du corps enseignant. Sur 131 maîtres d’école en exercice avant la Révolution, 77 au moins (soit 58,8 %) enseignaient encore en l’an II, la continuité étant plus affirmée dans les districts de Boulogne et de Montreuil (près de 65 %), la plus faible dans le district de Saint-Pol (45,4 %). Ces chiffres sont des minima, compte tenu des décès, des changements possibles de domicile ou encore des refus de serment. La continuité s’affirme encore en l’an III : dans les districts de Béthune et de Bapaume, près de 90 % des instituteurs choisis par les jurys d’instruction étaient déjà en exercice en 1793-94. Dans le district de Saint-Pol, sur les 136 aspirants aux fonctions d’instituteurs, 99 exerçaient déjà. Dans celui de Boulogne, parmi les 52 enseignants nommés le 13 ventôse an III, on note la présence de 32 instituteurs, de 10 ex-ministres du culte, de deux exoratoriens, d’un notaire, d’un compagnon imprimeur et de 4 secrétaires-greffiers ; pour 42 postes d’instituteurs villageois, on compte 17 enseignants maintenus. Il y eut donc là une mise à l’écart relative de certains enseignants, moins pour des raisons idéologiques semble-t-il, que pour des motifs de compétence pédagogique ou de convenance personnelle (certains instituteurs nommés hors de leur village avaient refusé leur poste). Pour apaiser les rancoeurs, le jury boulonnnais choisit dans la mesure du possible des épouses ou des filles d’instituteurs non maintenus (21 sur 51 institutrices nommées). Dans le district de Calais, quelques notaires publics, plus instruits que nombre de postulants, furent nommés provisoirement, mais le jury finit par titulariser une partie des anciens maîtres18.

20Pour la période suivante (an IV-an VIII), la continuité du personnel enseignant public apparaît toujours, mais de façon moins nette. Dans le district de Saint-Pol, sur 32 instituteurs publics en exercice à la fin de 1795, 12 l’étaient encore en 1800 ; dans celui de Béthune, à cette dernière date, on en comptait encore 19 sur 33. Une moitié des instituteurs publics de l’an III avait donc cessé leurs fonctions entre 1795 et 1800, quelques-uns à cause de la maladie, de la vieillesse ou de la mort, mais la plupart d’entre eux pour des raisons matérielles, liées aux termes plus restrictifs de la loi du 3 brumaire an IV. Dans les villes, il faut rappeler qu’entre 1791 et 1793, le corps enseignant urbain subit un renouvellement sinon total du moins assez important, conséquemment à l’obligation du serment et à la suppression des congrégations religieuses enseignantes. Pourtant on trouvait encore, en 1794, d’ex-congréganistes, devenus instituteurs ou institutrices publics : Blériot et Leroy à Boulogne, Simon et Barthélémy à Ardres, Boisnelle et Loisne à Saint-Omer, étaient d’anciens Frères des écoles chrétiennes ; Catrice à Calais, F. Duvillé et J. Delvallé à Montreuil, Carpentier et Tuncq à Hesdin étaient d’anciennes sœurs de la Providence. Entre 1792-an II et l’an IX, les mêmes noms (dont la plupart des précédents) figurent sur les listes d’enseignants publics, ce qui montre à l’évidence le maintien quasi général des instituteurs et institutrices publics, dans les villes, tout au long de cette période.

Des conditions de vie toujours précaires

  • 19 A. D. P. de G, 2 L 1/153
  • 20 Sur ce sujet, se reporter à ma thèse, t. 2, p. 500-501, t. 3, p. 774 n. 106-110

21Les clercs laïcs d’avant la Révolution n’étaient pas bien riches. Cette médiocrité persista entre 1790 et 1799 avec cependant des périodes plus ou moins fastes. Jusqu’en 1793, rien ne changea vraiment dans la rétribution des enseignants dont beaucoup au village continuèrent d’être obligés aux quêtes. Le début de la Révolution fut parfois difficile pour ceux dont une partie des émolûments était versée par une communauté religieuse : au début de 1792, L. Platelle, clerc de Fresnoy et Acheville, réclama aux administrateurs du district d’Arras le versement de 4 rasières de blé que lui devait l’abbaye d’Hénin-Liétard19. Au printemps 1793, la situation des enseignants s’aggrava avec la hausse du prix des denrées et à Calais, la municipalité se décida à augmenter de 100 l. les traitements. Le décret du 8 mars 1793 était alors applicable : les receveurs des districts devaient rémunérer trimestriellement les enseignants mais cette législation concerna peu les instituteurs, semble-t-il. La loi du 29 frimaire an II prévoyait que les instituteurs et les institutrices devaient recevoir les uns 20 l., les autres 15 l. par an pour chaque écolier. Le traitement était donc proportionnel au nombre d’élèves et son importance dépendait du choix des parents. Les dispositions salariales de la loi furent généralement bénéfiques pour les enseignants ; les traitements augmentèrent pour nombre d’entre eux : de 100 à 150 l. vers 1789-1792, ils dépassèrent en 1794, 700 l., atteignant même plus de 1 000 l. pour les plus favorisés. D’autre part, la difficulté pour les autorités du district de contrôler les effectifs réellement scolarisés facilita bien des tricheries. Malgré parfois quelques retards dans les versements, malgré aussi la cherté des vivres, les enseignants publics de l’an II furent assez convenablement rémunérés20. Ainsi s’explique pour le Pas-de-Calais le succès de cette première loi scolaire. Son coût énorme fut l’une des raisons essentielles qui la firent abroger. Pour des raisons d’économie en effet, la loi du 27 brumaire an III devait réduire le nombre d’écoles. Les instituteurs et institutrices étaient désormais rétribués indépendamment de la fréquentation scolaire : en plus du logement, ils percevaient annuellement 1 200 l. (pour les instituteurs) et 1 000 l. (pour les institutrices). Une disposition prévoyait aussi le paiement d’une retraite pour les enseignants "qui auront rendu de longs services à leurs pays dans la carrière de l’enseignement. " Ce salaire, de toute façon assuré quelle que fût la fréquentation, attirait les candidats et quelques candidates. Les enseignants titularisés par les jurys furent payés assez régulièrement, même si l’on note quelques réclamations à ce sujet.

  • 21 Le 1er jour complémentaire an IV (17 septembre 1796), l’administration du département arrêta que c (...)
  • 22 Id.

22Au cours de l’an III pourtant, en raison des difficultés frumentaires et de la dépréciation de l’assignat, la situation matérielle des enseignants se dégrada sérieusement : à Calais, l’institutrice Jacquemot démissionna même, expliquant que son "salaire modique" ne suffisait plus à assurer sa subsistance et celle de sa mère. La troisième loi votée par la Convention ne prévoyait plus aucune rémunération des enseignants par l’Etat, excepté la fourniture d’un logement et d’un jardin ou d’une indemnité de logement. Le 7 floréal an IV (26 avril 1796), l’administration du département décida que la cessation des derniers traitements versés en vertu de la loi du 27 brumaire serait officielle à compter du 1er prairial suivant. Cette période inaugurait une longue série de difficultés financières pour les instituteurs et institutrices publics, condamnés le plus souvent à attendre et à quémander les rémunérations dues par leurs élèves. Les plaintes et réclamations abondaient. Elles concernaient d’abord le paiement des indemnités de logement aux instituteurs et institutrices des villes21 : à Saint-Omer, ceux-ci réclamèrent à la fin du 1er semestre de l’an V, et en vendémiaire an VI ; en messidor an VII, un instituteur audomarois décidait de quitter son emploi car il ne pouvait plus régler son loyer. Face aux nombreuses plaintes, le 27 fructidor an VI, les administrateurs du département rappelèrent aux municipalités que le paiement des indemnités de logement leur incombait désormais22. De même les rétributions d’écolage, remises en vigueur par la loi, étaient souvent mal payées. Des parents insistaient même parfois auprès du maître pour qu’il diminuât ses tarifs (à Martinpuich, en nivôse an V). La concurrence des écoles particulières contribuait encore à réduire le nombre de ceux qui pouvaient payer : en l’an VIII, P. P. Joncque à Vimy et Ducrocq en l’an IX à Licques se désolaient de voir leur école déserte et vivaient dans la misère. Les réponses à l’enquête de frimaire an VI confirment que l’insuffisance du nombre d’enseignants publics résultait de la médiocrité des revenus. Certains s’étaient découragés : beaucoup choisirent, entre l’an IV et l’an VIII, de devenir secrétaires des municipalités de cantons, emploi plus lucratif et moins contraignant ; d’autres enfin, plus sûrs de leurs compétences et de leur réputation, avaient opté pour l’enseignement particulier jugé plus rémunérateur. Les officiers municipaux du canton de Grévillers le déclarèrent d’ailleurs sans ambages, dans leur réponse : "Malgré les invitations qui ont été faites aux citoyens instruits, le nombre d’instituteurs fixé pour ce canton n’a jamais pu être rempli. Si l’indemnité accordée par la loi aux instituteurs leur étoit payée exactement, le nombre pourroit en être plutôt rempli. La qualité d’instituteurs privés leur laisse le droit de fixer la rétribution de leurs élèves et d’admettre ceux qu’ils jugent à propos...ils préfèrent cet état à celui d’instituteurs publics." Encore fallait-il faire preuve de quelques capacités..

Les compétences pédagogiques

  • 23 A. D. P. de C., 2L3/94

23On a souvent glosé sur la faiblesse intellectuelle des enseignants de l’époque révolutionnaire. Les archives conservent "des pétitions" qui permettent de douter, il est vrai, des capacités de ces derniers : en nivôse an III, une aspirante à un poste d’institutrice, dans le district de Bapaume écrivait : "Je vous prit de vouloir macordé sil vous plait la permission de vous demandé sil vous plait pour quil étoit posible d’avoir une place d’institutris..." Rappelons que la plupart des enseignants de l’époque exerçaient déjà avant la Révolution... Pour juger de leurs compétences, on peut d’abord solliciter le témoignage de certaines municipalités, comme celle d’Essars, en floréal an III (avril 1795) qui se plaignit que l’instituteur de la commune n’avait pas été retenu malgré ses talents : "il lit parfaitement, écrit bien, scait plusieurs règles d’arithmétique, est susceptible de s’instruire et possède l’art d’enseigner puisque depuis qu’il est instituteur en cette commune, ses élèves ont fait des progrès étonnants. Peut-être n’a-t-il pas répondu parfaitement aux questions qui lui ont été faites par le juri, mais la timidité, la défiance de soi-même ont pu en être les seules causes. Au reste, les enfans de cette commune ne vont à l’école que jusqu’à l’âge de neuf a dix ans tout au plus, de sorte que des connoissances plus étendues dans l’instituteur ne seroient d’aucune utilité puisque ses élèves ne pourroient en profiter étant employés au travail avant d’en être susceptible"23. Témoignage intéressant par ses contradictions même, qui nous révèle aussi l’idée qu’on se faisait alors d’un instituteur et les compétences intellectuelles qu’on pouvait exiger de lui.

24Un autre éclairage est fourni par les remarques des jurys d’instruction installés en l’an III. Le 9 ventôse an III, celui de Boulogne, s’adressait en ces termes aux administrateurs du district :"la rareté des sujets réunissants toutes les qualités requises pour atteindre le but de la loi du 27 brumaire ne nous permet pas de vous offrir un choix tel que nous eussions désiré l’avoir pu généralement faire." Même écho dans un rapport adressé à Jard-Panvillier par le jury calaisien qui finit par nommer en l’an III "ceux des aspirants dans lesquels se rencontraient, sinon la réunion des connaissances détaillées par la loi, du moins des dispositions naturelles pour les acquérir." Les examens menés par les jurys d’instruction ont varié dans leur forme et dans leur contenu selon les districts. Dans celui de Béthune, les candidats durent reproduire sous la dictée des modèles d’écriture et réciter quelques extraits de textes de loi ; dans celui de Montreuil, on leur posa une série de questions relatives au contenu pédagogique défini par le décret du 27 brumaire. Dans le district de Saint-Pol, le jury examina 136 candidats et 14 candidates.

  • 24 A. D. P. de C., 2 L 8/113

25Un document heureusement conservé nous restitue les appréciations qui furent alors données à chacun des candidats24. Il est donc possible d’apprécier, grâce à un assez large échantillon, les capacités du corps enseignant, autrement que par des documents isolés. Rappelons que parmi ces 150 postulants et postulantes, 106 étaient en activité en l’an II ou au début de l’an III ; que parmi ces 106 enseignants tous, sauf 7 institutrices et moins de 10 instituteurs, étaient d’anciens clercs laïcs. La précision des appréciations portées par les jurés témoignent de leur sérieux et de leur compétence. Quatre matières composaient l’examen dont on peut définir les caractéristiques d’après les critiques adressées aux candidats. L’écriture devait répondre à certains principes, ne pas être maigre, ni trop petite, ni trop semée, ni encore trop inégale. La capacité orthographique, pour autant que l’on puisse en juger, si elle ne répondait pas encore aux critères définis au XIXe siècle, était jugée d’après une dictée qu’il ne fallait pas écrire telle quelle, mais avec l’accentuation et la ponctuation. Le bon lecteur devait éviter de manger ses mots et de lire sans pause, il devait aussi lier ses mots, oublier l’accent du païs, et se garder d’une lecture monotone. Quant à l’arithmétique, elle était appréciée d’après la connaissance des règles (des 4 opérations). Les résultats de cet examen sont les suivants :

bien

passable

insuffisant

Ecriture

33,3

31,1

35,5

Orthographe

39,1

23,3

37,6

Lecture

78,1

12,6

8,9

Arithmétique

80,8

6,1

13,1

Tableau 24 : Compétences pédagogiques des candidats instituteurs dans le district de Saint-Pol (en % du total des candidats)

26Ces résultats montrent d’abord l’hétérogénéité du corps enseignant, composé de sujets tout à fait capables et d’autres franchement médiocres. Les bonnes appréciations l’emportent pour la lecture. Pour l’arithmétique, si les performances semblent acceptables, il faut préciser que dix candidats n’ont pas composé en cette matière et que 25 ne pouvaient faire qu’un type d’opération. Les résultats enregistrés par les candidates institutrices apparaissent nettement plus faibles, principalement en orthographe et en arithmétique, matière où seulement 7 d’entre elles composèrent.

  • 25 LOUIS-GRIMAUD, Histoire de la liberté d’enseignement en France, Paris, 1944-1946, t. 2, p. 244

27Sous le Directoire, les instituteurs et institutrices publics étaient jugés médiocres. Il est vrai que les meilleurs enseignants étaient devenus maîtres particuliers. En vendémiaire an V (septembre 1796), à un questionnaire envoyé par le ministre de l’Intérieur, le jury d’instruction d’Arras répondit : "Il n’y a pas le choix. On a admis tous ceux qui se sont présentés munis du certificat de leur commune et on s’est borné à leur demander une règle d’arithmétique simple et à leur faire lire et écrire"25. Faut-il conclure que les écoles primaires nationales fonctionnèrent alors sous la direction de maîtres ignares ? Peut-être faut-il nuancer : dans les villes notamment, les administrations municipales continuaient d’être vigilantes sur les capacités des enseignants, et préféraient parfois, comme à Boulogne, laisser des postes vacants plutôt que d’y nommer des incapables.

Galerie de portraits

  • 26 A. N. F17 1365

28En thermidor an II, Wallart était âgé de 32 ans. Son aspect physique ne le faisait guère remarquer : taille moyenne cheveux châtains, yeux gris, nez moyen, bouche médiocre, menton rond, visage ovale, tel est le portrait brossé sur son attestation de congé militaire ; de santé fragile, il avait pu se faire réformer et continuait son métier d’instituteur particulier à Saint-Omer, "instruisant la jeunesse, et singulièrement les pauvres", réussissant à éviter toutes les cérémonies de prestation de serment26. La Révolution a été pour lui une période de tracas inutiles, voire coûteux, puisqu’il devait "payer chaque décade un remplaçant" pour monter sa garde. Entré dans l’enseignement à l’âge de 17 ans (comme Frère des Ecoles chrétiennes), il n’était donc pas devenu instituteur par opportunité, à la faveur des événements révolutionnaires, comme certains de ses collègues nécessiteux, attirés par l’assurance d’un salaire ou d’une indemnité. Parmi les instituteurs publics audomarois de l’an IV, Martin avait été compagnon imprimeur, Bernoux cultivateur, Contraire menuisier, Berger ancien sergent et employé à la Ferme de l’eau-de-vie, et Nuyts enfin avait été compagnon raffineur de sel. En germinal an IV, le jury d’instruction d’Arras délivrait un certificat de capacité à Clémentine Chatelain, ancienne cultivatrice et à T. Devoeux, ancien mulquinier, pour exercer dans le canton de Croisilles. En l’an II, P. J. Dufresne instituteur d’Havrincourt avait été menuisier avant la Révolution et C. L Galland, nommé à Givenchy-en-Gohelle, exerçait la profession de charron. Tel n’était point le cas d’Antoine Vauchel, "ci-devant maître d’école" à Colembert, remarquable de continuité, et considéré par ses concitoyens comme un instituteur modèle. Ses qualités pédagogiques étaient indubitables, ses mœurs irréprochables. On le considérait également comme un très bon citoyen qui avait toujours payé ses impôts. D’ailleurs son portrait physique ne témoignait-il pas en sa faveur : "âgé de cinquante-trois ans, taille de cinq pieds un pouce ; cheveux, sourcils gris, yeux bleu, nez ordinaire, bouche moyenne, front ordinaire, menton rond, visage ovale ?" Ce pédagogue expérimenté, si précisément décrit, n’avait jamais cessé de faire classe, malgré les événements, avec les mêmes livres que naguère. Avait-il prêté serment ? Sans doute avait-il bredouillé quelques paroles que personne n’avait vraiment bien comprises mais qui avaient satisfait tout le monde. En vertu d’un article de la loi du 29 frimaire, la municipalité l’avait donc nommé officiellement instituteur de Colembert afin qu’il pût percevoir les 500 l. prévues pour le décret.

29Tous les enseignants ne bénéficiaient pas d’une telle considération : au début de floréal an III, la municipalité de Saint-Venant avertit l’administration du district de Béthune qu’elle redoutait la nomination d’un nommé Averlan toujours "dans un état habituel d’ivresse et immoral sous plusieurs rapports." A d’autres, il était reproché leur indélicatesse, comme cet A. Petit d’Ambleteuse qui, au début de l’an 3, avait eu "la hardiesse et la subtilité" de se faire payer ses mandats malgré ses absences continuelles. Peu scrupuleux également, ces instituteurs audomarois dénoncés en messidor an 3 pour "donner des leçons particulières chez différens citoyens" pendant le temps de leur service public.

30A partir de la fin de l’an III, l’enseignant nécessiteux, public ou particulier, devient une figure habituelle. Voici par exemple J. J Vasseur, instituteur de Buire-au-Bois en l’an II, "père de treize enfans (et) sans aucune propriété" ou encore Léopold Boilly, instituteur public à Haisnes, "qui se trouve être veuf depuis quatre ans", chargé d’une grosse famille, et à cause de cela, supplie le jury de le conserver dans la liste des instituteurs retenus. Désirant "rendre service à la chose puplique"(sic), comme Louis Fardel du district de Béthune, il ne manque pas de bonne volonté, et veut s’instruire "même en enseignant" pour combler "ses faibles talents" afin de remplir les fonctions d’"instituteur" (sic) : il souhaite surtout qu’on lui accorde un logement, "n’étant pas assez fortuné pour se le procurer." Nécessiteuse aussi l’Ursule Blangy d’Ambleteuse, occupée du matin au soir à "recueillir sur (la) dune le combustible qui n’apartient qu’aux vrais pauvres" ! Peu brillante aussi semblait la situation d’Albert Beugnet, âgé de 48 ans, instituteur particulier à Saint-Omer, qui réclamait un emploi public vacant pour pouvoir se "substanter". A la même époque et dans la même ville, deux institutrices privées demandaient de pouvoir rouvrir leurs écoles qui étaient "leurs seuls moyens de subsistance."

31Parmi les portraits qu’on est tenté de "croquer", s’impose celui d’un nouveau personnage social : l’institutrice laïque promue par la Révolution. Agée environ d’une trentaine d’années, elle sait généralement assez bien lire, un peu moins bien écrire et connaît mal l’orthographe et l’arithmétique, mais elle peut enseigner à coudre et à broder. Reconnue par les lois du 29 frimaire et surtout celle du 27 brumaire qui créa des postes spécifiquement féminins, l’institutrice tient farouchement à cet emploi qui lui donne considération et aisance. Aussi réagit-elle vigoureusement lorsqu’au début de l’an III, les jurys d’instruction parfois l’évincent. Ainsi Françoise Ducrocq de Neuville-sous-Montreuil, qui "depuis plusieurs années...se sacrifie à l’instruction publique", n’admet pas qu’elle puisse perdre sa place et promet de faire toujours mieux ; d’ailleurs elle "possède les talans et la science requise pour son état", ce qu’attestent d’ailleurs des dizaines de signatures, y compris celles des membres de la société populaire, que ladite Ducrocq a recueillies au terme d’allées et venues innombrables. A Foncquevillers, le 20 nivôse an III, Philippine Mercier écrit aux administrateurs du district de Bapaume car elle "s’est vue tout-à-coup destituée et remplacée par une jeune fille qui n’a aucune aptitude pour cet état, attendu qu’elle est si peu instruite qu’elle est encore obligée de prendre des leçons tous les jours." Non contente de ces préliminaires, la jalouse en vient aux arguments irréfutables : "la France entière veut le règne de la justice. La justice veut donc que je sois préférée à cette jeune fille puisque je suis plus instruite, plus pauvre, mariée depuis vingt cinq ans à un homme qui a suivi constamment la Révolution et tout sacrifié pour elle." Comme si cela ne suffisait pas pour noircir la réputation de la jeune Geneviève Moncomble, P. Mercier écrit encore qu’elle, au moins, a de bonnes mœurs, et une excellente réputation tandis que l’autre..."n’a pas même obtenu un certificat de bonne vie et de moeurs. Eh ! quelle morale iront puiser dans son école les jeunes citoyennes de cette commune sinon celle qu’inspire la plus séduisante de toutes les passions. Entendront-elles, sans danger, les propos indécens et grossiers qui ne sont que trop communs entre les jeunes gens des deux sexes de l’âge de cette fille ?" Cette réclamation était accompagnée d’une longue liste de signatures de parents.

  • 27 A. D. P. de G, 2 L 4/139 ; 2 L 7/14, f° 16 v° : les membres du jury audomarois furent invités par (...)

32L’institutrice laïque de l’époque est bien souvent aussi une épouse d’enseignant, femme d’un ex-curé constitutionnel. C’est une nouveauté : en effet avant, "il ne faloit pas de femme mariez", nous renseigne à sa façon une institutrice du district de Bapaume. La pratique du mariage entre enseignants, tendance promise à un long avenir, a donc commencé vers 1794-1795. Outre les possibles inclinations naturelles, il faut y voir une conséquence des dispositions de la loi du 27 brumaire : en effet la création d’écoles à deux sections dans des localités où n’existait qu’un seul local réservé à l’instruction, a pu favoriser quelques unions. Certains jurys d’instruction comme ceux de Boulogne et de Saint-Omer choisirent d’ailleurs de préférence des couples d’enseignants27. Malgré les difficultés financières de la période directoriale, le nombre en resta cependant limité en raison de la rareté des institutrices.

33Parmi les enseignants qui ont laissé trace de leur existence, figurent les solliciteurs habiles, prêts à toutes les courbettes, accablant de leur propos obséquieux, administrateurs de district et membres du jury d’instruction. Peu nombreux il est vrai, mais prolixes, comme Joseph Cabos, instituteur provisoire à Lillers qui sollicite un poste à Béthune : dans une prose impeccable, montrant une assez bonne orthographe, il s’affirme "toujours prêt à verser jusques à la dernière goute de son sang", à se mettre sans cesse "sous les yeux de la sagesse" des administrateurs et du jury ; il "ose espérer...le succèz de sa demande", demande qu’on jette un regard paternel sur 57 années de service dont 37 comme instituteur, et finalement en profite pour réclamer aussi un poste pour sa fille qui désire "de même se rendre utille à la patrie." La requête fut entendue... Autre type d’enseignant prolixe, le patriote, le militant, l’instituteur sans-culotte, l’ami de la Révolution, le Républicain. De 1792 à 1794, il s’agita beaucoup, s’engagea parfois parmi les volontaires, écrivait souvent et ne dédaignait pas de discourir à l’occasion. Ainsi Alexis Flageollet, instituteur à Aix-en-Ergny, prononça-t-il le 30 thermidor an II un long discours, assez confus il faut bien le reconnaître. Il y rappelait les bienfaits de la représentation nationale, l’époque exécrable où "nos pères étoient des esclaves", encourageait les parents à envoyer toujours leurs enfants à l’école ; il y stigmatisait les "monstres", la scélératesse "de ces hommes avides du sang des français" et glorifiait Paris, "cette ville immense, cette cité qui a tant fait pour la révolution et qui aujourd’hui doit faire l’admiration de tous les peuples de l’Univers" ; enfin après avoir rendu grâce à l’Etre Suprême, à la vigilance des représentants du peuple et au triomphe des armées, il invitait au rassemblement et au divertissement.

  • 28 Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 1107

34Parfois cet instituteur patriote animait le comité de surveillance, dénonçait les suspects et les réunions illicites : ainsi R. Fiant, qui en floréal an III, signalait un "rassemblement fanatique" dans une maison particulière. Le même instituteur semblait d’ailleurs en butte à la méfiance de la population, puisqu’en prairial an II, il se plaignait du manque d’écoliers et de la tiédeur des villageois qui lui reprochaient un enseignement trop novateur. A Aire-sur-la-Lys en pluviôse an III, l’instituteur Lecamus fut accusé par ses compatriotes d’avoir été un "terroriste" car "ce fut lui qui dressa les tableaux des détenus, qu’il les a peints des couleurs les plus noirs...il s’est avec acharnement attaché à la poursuite de l’ancien maire Copart qu’il a conduit à l’échafaud, étant dénonciateur et témoin..." Ne s’était-il pas vanté alors, chez l’aubergiste de faire subir bientôt le même sort à "vingt-cinq scélérats qui se promenoient encore la canne à la main" ? Ne se frottait-il pas les mains en manière de contentement, de jubilation même, à chaque "fournée" d’exécutions ?28 Un autre instituteur, dénommé Sartiau, exerçant à Arras, se manifesta aussi beaucoup : en septembre 1792, accompagné de ses élèves, il prêta serment ; on le vit intervenir aussi dans les séances des administrations ; par la suite il structura sa classe en petite société littéraire républicaine et fit correspondre ses élèves avec la Convention à laquelle il expédia ses ouvrages manuscrits sur l’enseignement.

  • 29 A. D. P. de C., T 259

35A l’opposé, se profile la figure de l’instituteur particulier, personnage nécessairement plus réservé. Choisissons Antoine Quéval dont la carrière semble tout à fait caractéristique. Avant la Révolution, il était clerc laïc à Herbinghen ; nommé instituteur public en l’an II, il continua ses fonctions jusqu’en messidor an III. Non retenu par le jury d’instruction, cessant d’être rémunéré par l’Etat, il devint instituteur particulier dans le bourg voisin, à Licques, où on le trouve encore en l’an IX. Il enseignait alors 64 écoliers de la commune, sans compter "ceux des communes voisines", hébergeait 16 pensionnaires, alors que, l’instituteur public Ducrocq voyait venir chez lui 5 élèves seulement ! Quéval s’était rapidement acquis une petite renommée, en transgressant ouvertement la loi, en ne prêtant aucun des serments qu’elle imposait. Il n’hésitait pas "à fréquenter les offices des prêtres insoumis" ; il faisait classe évidemment les jours de décadi et utilisait "les livres anciens". Sa situation était très florissante car en plus, il tenait un cabaret très fréquenté où venaient même se réfugier des prêtres réfractaires. A la suite d’une dénonciation, la gendarmerie vint enquêter : A. Quéval, imperturbable, avoua enseigner seulement quelques élèves et des pensionnaires qu’il occupait, les jours de décadi, afin de les "distraire aux libertinages"29.

36Dans cette galerie de portraits, faisons également une place à l’enseignant naïf ou anxieux, voire angoissé. Ainsi R. Autricque, instituteur à Hermin, ayant dû satisfaire aux épreuves organisées par le jury de Béthune (2 germinal an III), se prit-il à douter en revenant chez lui : " J’ai repassé les questions que vous m’avez donné.. Je crois d’avoir omis les deux dernières ; je prends la liberté de vous les envoyer...". Il fut nommé. Voilà à présent un personnage imprévisible, dénommé Dupont, qui ayant subi également les épreuves devant le jury béthunois, adressa le lendemain une lettre de renonciation (très bien écrite) invoquant des lacunes qu’il allait s’efforcer de combler ; une dizaine de jours après, il fit parvenir une nouvelle missive dans laquelle il écrivait : "Si vous avez trop peu d’ouvriers pour cette culture précieuse à laquelle vous êtes chargés de pourvoir, vous pouvez disposer de moi."

  • 30 Moyenne d’âge des instituteurs nommés en l’an 3 dans le district de Saint-Pol ; le plus vieux étai (...)

37Evidemment dans cette galerie, manque l’enseignant le plus communément répandu alors. Agé en moyenne de 38 ans 1/230, il ne se manifestait guère, épousait le courant de pensée dominant, et tâchait de ménager les uns et les autres. Il se fondait dans la masse des petites et moyennes gens de son village, il travaillait aussi la terre comme eux ; il était généralement apprécié, et considéré comme un titulaire indiscutable du poste d’instituteur dans le village, comme le disaient à leur façon les habitants de Neuve-Chapelle en floréal an III : "ils ont confiance en J. B. Willain, leur ancien instituteur, originaire du lieu, y demeurant et n’en veuillent d’autre pour enseigner et conduire la jeunesse." Cet instituteur "moyen" s’était aussi un peu plus détaché de sa demi-cléricature, et il avait pris conscience que la profession d’enseignant pouvait n’être plus liée obligatoirement à des fonctions de sacristain. On le voit aussi hésiter entre le poste d’enseignant et celui de secrétaire d’une municipalité communale ou cantonale. Sachant généralement à peu près bien lire, un peu moins bien écrire ou calculer des opérations, il exerçait encore son métier sans y avoir été formé sauf s’il était, comme quelques enseignants citadins, issu d’une ancienne congrégation enseignante.

Les premiers Normaliens du Pas-de-Calais

  • 31 GUILLAUME (J.), op. cit., t. 5, p. 675

38Le 9 brumaire an III (31 octobre 1794), avait été créée l’Ecole normale, à l’initiative de J. Lakanal. L’article 2 de la loi votée par la Convention stipulait que chaque district enverrait un nombre d’élèves proportionné à la population. D’après un document de la Commission exécutive de l’Instruction Publique, la répartition des places prévues et effectives fut la suivante31.

Districts

Population

Places prévues

Nombre de normaliens arrivés

Arras

82 808

4

3

Calais

36 308

2

2

Saint-Cher

83 857

4

5

Béthune

78 346

4

4

Bapaume

63 838

3

3

Saint-Pol

57 392

3

2

Boulogne

63 655

3

3

Montrail-sur-Mer

64 535

3

3

Total

532 739

26

25

Tableau 25 : Effectifs des Normaliens du Pas-de-Calais (An III)

  • 32 A. D. P. de C. 2 L 7/13 P 133, 172, 174 ; dans le district de Béthune, l’ancien curé de Billy-Berc (...)

39En théorie, le nombre d’élèves devait être d’un pour 20 000 habitants ; cette proportion fut à peu près respectée. Certaines administrations de district éprouvèrent pourtant des difficultés pour trouver des candidats dont quelques-uns se récusèrent au dernier moment, comme le nommé Boulongne de Desvres qui avait opté pour un emploi de receveur de l’Enregistrement. En revanche, dans le district de Saint-Omer, 14 personnes postulèrent, parmi lesquels furent choisis 4 anciens professeurs et ex-ecclésiastiques32.

40L’Ecole Normale de Paris, ouverte le 1er pluviôse an III, fut fermée le 30 floréal suivant. Dès le début de germinal pourtant, des élèves voulurent prendre les devants, comme L. J. Petitprêt du district de Béthune qui écrivit, le 12 germinal, aux administrateurs pour obtenir une place d’instituteur ; comme aussi Hoyert, du district de Saint-Pol qui expliquait ainsi sa demande : "Notre école sera fermée le dernier de ce mois. Il paraît que les écoles normales de district n’auront pas lieu. Dans ce cas je serois sans occupation." Effectivement ces établissements n’ouvrirent point et la formation des maîtres demeura à l’état de projet.

3 - Le fonctionnement des écoles primaires

41Il dépendait à la fois des conditions matérielles, de l’accueil et de la plus ou moins grande fréquentation. En effet, la nécessité de trouver des emplacements pour les écoles fut l’une des difficultés majeures auxquelles durent faire face les autorités.

La législation relative aux maisons d’école

42La sécularisation des biens du clergé (2 novembre 1789) ne devait pas concerner les congrégations enseignantes et hospitalières. Après le 18 août 1792, commença la mise en vente ou la location de bâtiments primitivement destinés à l’usage scolaire. Le décret du 8 mars 1793 chercha à enrayer ce mouvement en interdisant leur aliénation comme biens nationaux mais le mouvement de déchristianisation qui suivit donna aux administrations de district l’occasion de récupérer les presbytères : dans le district de Béthune, les administrateurs agréèrent la demande de L. Duportail, instituteur à Essars, qui réclamait en ventôse an II "la jouissance... de la maison cy-devant presbitérale". De même dans le district de Bapaume, à Bihucourt, le 21 germinal la municipalité somma "la citoyenne Lefebvre, le citoyen Montel et le citoyen Devochelle de remettre sur le champ les clefs de la maison presbitérale à l’instituteur pour y tenir une école selon la loi, sous peine d’être regardés comme suspects." En fait, il s’agissait d’une interprétation large de la loi du 29 frimaire an II qui n’évoquait pas la question des bâtiments scolaires : les enseignants, rémunérés au nombre d’écoliers, semblaient tenus de se procurer un local à leurs frais.

43Le décret Lakanal affecta les presbytères au service de l’instruction primaire "pour servir, tant au logement de l’instituteur qu’à recevoir les élèves pendant la durée des leçons..." La loi suivante (3 brumaire an IV) prévoyait aussi la mise à disposition d’un logement sans en préciser la nature ; les administrations pouvaient cependant préférer le versement d’une indemnité.

  • 33 Bibl. Mun. Saint-Omer, 7366 (pièce 17) : arrêté de l’Administration du département en date du 18 m (...)
  • 34 Pour le détail des diverses situations, voir ma thèse, t. 2, p. 521-530, t. 3, p. 777-779, notes 2 (...)
  • 35 A. D. P. de C., C 786 ; 1 L 89 Γ 112 ; 1 L 90 f° 195
  • 36 Ibid. 3 L 185 f 18, 87

44Comment cette législation fut-elle appliquée dans le département ? Jusqu’à l’an III, rien de bien précis n’apparaît au niveau des instances dirigeantes, sinon une volonté plus affirmée dans les districts de Béthune et de Bapaume d’installer les enseignants dans les presbytères. A la suite de la loi du 27 brumaire an III, les administrations de district en appliquèrent les dispositions relatives au logement des enseignants : dans le district de Calais, la municipalité d’Audruicq qui prétendait conserver le presbytère dut le céder à l’instituteur B. Foube. Dans le même temps, les autorités des districts et le représentant Jard-Panvillier demandaient aux municipalités de vendre ou livrer "tous les ci-devant presbytères qui ne seront pas emploiés au placement des écoles primaires." En règle générale, de nombreux instituteurs et institutrices, nommés par les jurys, connurent des difficultés de logement, au printemps de l’an III : il fallait attendre que les locaux fussent libérés par les locataires, souvent d’anciens curés constitutionnels, parfois des administrations municipales. Il leur fallut également se défendre contre l’Administration de l’Enregistrement et des domaines nationaux qui souhaitait mettre en vente les terrains et jardins traditionnellement rattachés aux presbytères. C’est pourquoi, la municipalité d’Etaples intervint auprès du district de Boulogne en expliquant :.. "priver les instituteurs des jardins, c’est leur ôter un moyen de vivre avec aisance." Pour appliquer la loi de brumaire an IV, l’Administration départementale du Pas-de-Calais choisit la disposition la moins favorable aux enseignants nationaux en considérant qu’il était plus "avantageux à la République... qu’il soit pourvu simplement aux frais du logement des instituteurs..." ; non seulement les presbytères et les maisons vicariales, mais aussi " toutes les maisons... précédemment employées à la tenue des écoles" pouvaient être aliénés33. De telles dispositions expliquent en bonne partie les difficultés d’application de la loi Daunou, illustrées par les difficultés des enseignants obligés de louer un local avec une indemnité qui suffisait à peine, surtout dans les villes34. A Arras par exemple, les instituteurs et les institutrices se plaignirent dès l’an IV de l’insuffisance de leur indemnité de logement payée en papier-monnaie déprécié35. Dans les cantons ruraux, la situation pouvait être difficile : à Fressin en l’an V, J. B. Dupont ne disposait plus du local scolaire qui avait été vendu et demanda d’être nommé à Planques ; à la même époque, l’instituteur d’Offin, J. B. Bailleux n’avait pu commencer à faire classe car l’école était occupée par des particuliers36.

La fréquentation scolaire

  • 37 Ibid. 1 L 104 f 446-7 : primes versées à des chasseurs de loups

45Quelques rares documents permettent de connaître le nombre, et parfois l’âge des élèves qui ont fréquenté les écoles publiques au cours de la période s’étendant de l’an II à l’an X. Comme avant la Révolution, la plupart des élèves avaient entre 7 et 12 ans : dans le district de Bapaume en 1794, 72,4 % d’entre eux étaient âgés de 6 à 11 ans accomplis, les autres dépassant l’âge de 12 ans (5 % ayant 15 ans et plus). Dans les villes, la dispersion des âges était moindre : à Lillers pour l’an II, on recensait 78 élèves sur 90 (soit 86,6 %) âgés de 6 à 11 accomplis. Pour la période du Directoire, la moyenne d’âge semble plus élevée : pour 10 écoles fréquentées par 414 écoliers et écolières, 28,5 % d’entre eux étaient âgés de 12 ans et davantage. Sous la Révolution, persistèrent les obstacles qui entravaient la scolarisation sous l’Ancien régime : ainsi la pauvreté de nombreuses familles contribuait encore à éloigner des écoliers lors des périodes de non gratuité scolaire (avant 1794 dans les campagnes et après 1795). De même les enfants étaient toujours employés aux travaux rustiques : à Bernieulles en vendémiaire an III, l’instituteur F. Gomez observait que les jeunes citoyens ne pouvaient fréquenter l’école "que les trois-quarts de l’année, étant retenu pour la garde des bestiaux." Enfin l’éloignement de l’école, à une époque où les chemins plus ou moins boueux traversaient des bois où rôdaient encore des loups37, ne favorisait guère la scolarisation.

  • 38 GUILLAUME (J.), op. cit., t. 4, p. 642-3 : lettre de la municipalité d’Arras au Comité d’instructi (...)
  • 39 Dans le district de Béthune, l’instituteur du village de Vaudricourt (environ 220 habitants) instr (...)

46Pour la période d’application du décret Bouquier, il semble difficile de proposer des taux de scolarisation. En effet cette loi ayant stipulé une obligation scolaire de 3 ans pour les enfants âgés de 6 à 8 ans, certaines municipalités appliquèrent littéralement la loi et se préoccupèrent peu de la scolarité des autres plus âgés38. A l’inverse, les enseignants étant rémunérés au nombre d’élèves, certains ne résistèrent pas à la tentation d’allonger leur liste de quelques noms, comme à Hesdin où en germinal an II, la société populaire leur reprocha de recevoir facilement de trop jeunes élèves. Tout juste peut-on dégager une tendance générale : compte tenu des réserves signalées précédemment, et d’après les indications fournies par les taux d’alphabétisation, la fréquentation scolaire en l’an II semble avoir concerné le même pourcentage d’enfants qu’avant la Révolution39.

  • 40 A. D. P. de C. 3 L 130 : d’après d’autres listes plus longues, le nombre total d’élèves aurait pu (...)

47Le bilan de la fréquentation scolaire, lors de l’application de la loi du 27 brumaire an III, n’est guère possible en raison de l’abrogation rapide et du type de rémunération accordée aux enseignants qui n’avaient plus à fournir d’états mensuels. En revanche pour la période an IV - an IX, on a conservé quelques documents de ce type. Un premier aperçu est possible grâce à l’enquête de l’an VI. Dans le canton de Croisilles, pour une population totale de 5 500 habitants environ, on recensa 289 élèves scolarisés dans 5 écoles publiques, soit 52,5 % d’une population scolarisable comprenant les écoliers de 8 à 12 ans40. Encore faut-il préciser que ce canton était l’un des rares à compter autant d’écoles publiques en activité.

  • 41 Ibid. T 156

48Un second bilan peut être dressé à partir des états de l’an VIII et de l’an IX, récapitulés dans les tableaux suivants41 :

Tableau 26 : Fréquentation scolaire dans les villes du Pas-de-Calais (ans VIII-IX)

Tableau 27 : Evaluation du taux de scolarisation dans les villes du Pas-de-Calais (ans VIII-IX)

49A la fin du Directoire et au début du Consulat, dans les villes du département, 56,4 % des 8-12 ans fréquentaient les écoles. Dans les arrondissements, selon les renseignements communiqués en l’an IX par les sous-préfets, la fréquentation scolaire s’établissait comme suit.

Tableau 28 : Fréquentation scolaire dans trois arrondissements (ans VIII-IX)

50Excepté pour l’arrondissement de Saint-Pol, les effectifs des écoles particulières l’emportaient (la ville de Saint-Omer à elle seule comptant plus de 1 200 élèves scolarisés dans ce type d’écoles). D’après les chiffres fournis pour l’arrondissement de Béthune où fonctionnaient 40 écoles publiques et 68 écoles particulières, on peut estimer que le nombre d’élèves scolarisés dans ces dernières dépassaient de 15 à 20 % celui de ceux fréquentant les établissements nationaux. Pour une population scolarisable de 12 384 enfants âgés de 8 à 12 ans, ces derniers en accueillaient près de 18 % et les établissements privés, environ 21 %. Au total, 39 % de la population scolarisable était donc scolarisée vers 1800-1801 dans l’arrondissement de Béthune. Sans doute, cette proportion s’élevait-elle davantage dans ceux de Boulogne et de Saint-Omer, mais l’absence de documents empêche d’être plus précis. Reste à évoquer la répartition de la population scolaire dans les différents types d’écoles. A plusieurs reprises, les enseignants public d’Arras se plaignirent de voir leurs écoles fréquentées seulement par "les enfans des citoyens indigens ou très peu fortunés." Ces derniers payaient peu ou mal l’écolage et un certain nombre (en principe le quart des inscrits) en était dispensé. A Saint-Omer, en pluviôse an VIII, pour un total de 316 élèves, 71 (soit 22,5 %) étaient exemptés de rétribution scolaire. Celle-ci était d’ailleurs plus élevée dans les villes. A Arras, les instituteurs pouvaient réclamer jusqu’à 30 sols par mois alors que dans les cantons de Fressin et de Beaumetz-les-Loges, ils demandaient 5, 7 ou 9 sols. Malgré cela, les écoles rurales recevaient davantage d’élèves indigents : dans le canton de Croisilles en l’an V, sur 152 écoliers, 55 ne payaient rien ; en l’an VI on en comptait 80 sur 210, soit 38 % du total.

51S’il paraît exagéré de prétendre que l’école publique était devenue l’école du pauvre, on peut cependant admettre que la médiocrité de beaucoup de ses maîtres, l’aliénation des bâtiments d’école et la rétribution scolaire ne lui permettaient pas de rivaliser efficacement avec les écoles particulières. Les effectifs de celles-ci s’accrurent du fait même du déclin de l’enseignement officiel dont les impératifs pédagogiques inquiétaient par ailleurs un certain nombre de parents.

Notes

1 Afin d’éviter toute confusion, le terme école est défini d’après l’acception choisie par les législateurs de frimaire an 2 ; le nombre d’écoles correspondra donc à celui des enseignants.

2 GUILLAUME (J.), op. cit., t. 6, p. 892-907

3 A. D. P. de C., 2 L 2/89-91

4 Ibid., 2 L 3/94-95

5 Ibid., 2 L8/113

6 Ibid., 2 L 6/91

7 D’après A. D. P. de C, 2 L 2/92 ; 2 L 3/93 ; 2 L 4/139 ; 2 L 5/18 ; 2 L 6/90, 2 L 7/14, 16 ; 2 L 8/113 ; pour le district d’Arras, faute de renseignements précis, le nombre des instituteurs a été évalué à 60 et celui des institutrices à 30.

8 A. N. F17 1347

9 A. N. F1 c III, P.-de-C. 8 : dénonciation de l’instituteur de Sainte-Austreberthe (ventôse an 3) ; A. N. F17 1353 : Vasseur de Buire-au-Bois écrivait au Comité : "cette commune se propose de mettre un magister comme dans l’ancien Régime.”

10 A. D. P. de C., T 156

11 D’après DESAILLY (H.), L’école élémentaire et la loi du 3 brumaire an 4 dans l’arrondissement d’Arras, Mémoire de maîtrise (dir. A. Lottin), Lille, 1990, p. 158

12 A la suite d’une circulaire de ministre de l’Intérieur F. de Neufchâteau (20 fructidor an V), l’administration départementale adressa le 2 frimaire an VI aux municipalités de canton un questionnaire imprimé de 7 pages comprenant 28 questions dont 10 concernant les écoles primaires

13 A. D. P. de G, T 156 ; T 259 ; 2 K 2 f° 235 ; A. C. Arras, registre des délibérations, no 19, f° 77

14 A. N. F17 134432 (g)

15 Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 1263

16 A. D. P. de C., T 156 ; Le Pas-de-Calais au XIXe s., 1900, t. 2, p. 424 note 1 ; DESAILLY (H.), op. cit., p. 159

17 A. C. Boulogne, registre des délibérations, no 12, P 59 v°

18 A. N. F1 c III, P.-de-C. 8 ; HAUTECLOCQUE (G.de). op. cit., p. 207 note 1

19 A. D. P. de G, 2 L 1/153

20 Sur ce sujet, se reporter à ma thèse, t. 2, p. 500-501, t. 3, p. 774 n. 106-110

21 Le 1er jour complémentaire an IV (17 septembre 1796), l’administration du département arrêta que ces indemnités payées en "numéraire effectif", devaient monter à 300 F pour les communes peuplées de plus de 15 000 habitants, à 250, 200, 150 et 80 F pour les autres peuplées de 15 000 à moins de 150 habitants, A. D. P. de C., C 786

22 Id.

23 A. D. P. de C., 2L3/94

24 A. D. P. de C., 2 L 8/113

25 LOUIS-GRIMAUD, Histoire de la liberté d’enseignement en France, Paris, 1944-1946, t. 2, p. 244

26 A. N. F17 1365

27 A. D. P. de G, 2 L 4/139 ; 2 L 7/14, f° 16 v° : les membres du jury audomarois furent invités par l’administration du district à faire en sorte que les nominations concernent "le plus grand nombre de familles...et de préférer à mérite égal les personnes dont les époux ou les épouses n’ont point de place afin de disséminer davantage les bienfaits de la nation."

28 Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 1107

29 A. D. P. de C., T 259

30 Moyenne d’âge des instituteurs nommés en l’an 3 dans le district de Saint-Pol ; le plus vieux était âgé de 75 ans (G. Lefelle d’Humeroeuille), le plus jeune avait 24 ans (A.Vincettte de Tangry).

31 GUILLAUME (J.), op. cit., t. 5, p. 675

32 A. D. P. de C. 2 L 7/13 P 133, 172, 174 ; dans le district de Béthune, l’ancien curé de Billy-Berclau, J. B. J. Coget, avait été retenu comme normalien, 2 L 3/94

33 Bibl. Mun. Saint-Omer, 7366 (pièce 17) : arrêté de l’Administration du département en date du 18 messidor an IV ; plaintes des municipalités de canton (Saint-Omer, Licques), A. D. P. de G, 1 L 90 f° 266 ; 1 L 93, f° 213

34 Pour le détail des diverses situations, voir ma thèse, t. 2, p. 521-530, t. 3, p. 777-779, notes 202-253

35 A. D. P. de C., C 786 ; 1 L 89 Γ 112 ; 1 L 90 f° 195

36 Ibid. 3 L 185 f 18, 87

37 Ibid. 1 L 104 f 446-7 : primes versées à des chasseurs de loups

38 GUILLAUME (J.), op. cit., t. 4, p. 642-3 : lettre de la municipalité d’Arras au Comité d’instruction publique (13 ventôse an 2) ; A. D. P. de C, 3 L 8 f° 39 : l’instituteur d’Audruicq devait signaler les absents âgés de 6 à 8 ans.

39 Dans le district de Béthune, l’instituteur du village de Vaudricourt (environ 220 habitants) instruisait 35 élèves et celui du village d’Houchain (290 habitants) en recevait 40, ce qui laisse supposer que ces enseignants accueillaient aussi des enfants très jeunes.

40 A. D. P. de C. 3 L 130 : d’après d’autres listes plus longues, le nombre total d’élèves aurait pu atteindre 343, ce qui donnerait un taux de scolarisation de 62,4 % ; si l’on considère une population scolarisable élargie (de 7 à 14 ans), le taux de fréquentation s’établit alors à 39 %

41 Ibid. T 156

Table des illustrations

Légende Tableau 21 : Nombre d’écoles et d’enseignants établis par la loi du 27 brumaire an III
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 11 : Situation des chefs-lieux scolaires dans le Pas-de-Calais (district d’Arras excepté) en l’an III (une école divisée en 2 sections pour 1000 habitants)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Tableau 22 : Nombre d’écoles publiques dans le Pas-de-Calais en l’an VIII
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 12 : Localisation des écoles primaires (publiques) dans le Pas-de-Calais à la fin du Directoire
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Tableau 26 : Fréquentation scolaire dans les villes du Pas-de-Calais (ans VIII-IX)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Tableau 27 : Evaluation du taux de scolarisation dans les villes du Pas-de-Calais (ans VIII-IX)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Tableau 28 : Fréquentation scolaire dans trois arrondissements (ans VIII-IX)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540