Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Deuxième partie : Les petites écoles sous l’ancien régime : un enjeu social

Conclusion Deuxième Partie

Texte intégral

  • 1 LE ROY LADURIE (E.), Histoire de la France rurale, t. 2, p. 512
  • 2 Surtout plus gallican et quesnellien

1La période moderne fut incontestablement celle d’une prise de conscience à l’égard de l’instruction dont la nécessité s’est affirmée toujours davantage. Au premier rang des forces qui ont imposé cette idée dans l’esprit de l’opinion, figurent l’Eglise catholique et les minorités protestantes jusqu’à leur disparition ou leur conversion. Dès le début de son développement, l’institution scolaire reçut une empreinte religieuse indélébile en relation avec les objectifs que se fixait une Eglise tridentine de plus en plus active au cours du XVIIIe siècle. "De 1680 à 1715, le combat pour l’âme enfantine fait rage", a-t-on pu écrire fort justement1. L’enseignement devint le moyen idéologique par excellence du prosélytisme d’une Réforme catholique ambitieuse et conquérante : hors de l’Eglise et de l’école, point de salut possible. Au sein de ce courant, le mouvement janséniste2 et l’action de la Compagnie du Saint-Sacrement, à l’œuvre dans les diocèses de Boulogne et de Saint-Omer, eurent une influence considérable sur le développement scolaire, de même d’ailleurs que la répression qui s’ensuivit à l’encontre des communautés protestantes du Boulonnais et du Calaisis.

  • 3 Bibl. Mun. Saint-Omer, no 34020 :"Observations des députés des Etats d’Artois..."

2Le pouvoir royal et ses représentants, les intendants, autorisèrent les créations d’écoles, les favorisèrent parfois, mais s’il ne fut pas hostile à la diffusion des écoles, l’Etat monarchique ne la soutint pas vraiment, en matière législative ou financière notamment. Les efforts du clergé furent appuyés par les autorités politiques provinciales et locales surtout, dans le dessein de garantir l’ordre social, les petites écoles devant instruire les enfants de "ce qu’ils doivent à Dieu, au Roi, à leurs parens et à leurs supérieurs"3. Outre sa finalité religieuse, l’école prenait ainsi en charge l’apprentissage social et elle était donc forcément soumise aux contingences d’une société particulière, inégalitaire, dont elle émanait.

3Le système scolaire s’est développé certes en raison d’exigences d’ordre spirituel et social, mais son expansion fut rendue possible parce qu’il répondit, de plus en plus, à une attente. Face à une demande accrue, venue des couches sociales moyennes en ville et du groupe dominant des fermiers-laboureurs au village, les communautés d’habitants et les magistrats urbains se préoccupèrent davantage des destinées de l’école et prirent le relais d’initiatives privées ou ecclésiastiques. L’institution scolaire avait pris une nouvelle dimension : la scolarisation s’était accrue de façon importante et pouvait concerner environ 25 000 enfants vers 1770-1775, soit 4,7 % de la population totale.

4Cette évolution explique que l’Ecole soit devenue désormais un enjeu disputé entre l’Eglise, sa gardienne traditionnelle, et la société laïque (familles, pouvoirs municipaux). L’intervention de ces derniers, rendue nécessaire par les difficultés du financement scolaire, se fit de plus en plus insistante. La question se posait en effet de savoir qui devait payer le coût de fonctionnement des écoles ? Les seuls bénéficiaires ou la collectivité ? Les familles aisées seulement ? Au village, cet aspect du problème concerna les dépenses de construction et de restauration des bâtiments dont le caractère public apparut de plus en plus nettement dans de nombreuses localités. En ville, les Magistrats s’immiscèrent dans la direction des écoles en rédigeant des règlements, en supportant la charge financière des travaux d’entretien, en rétribuant les maîtres d’établissements gratuits et ouverts à tous. Les autorités municipales furent ainsi davantage attachées à un domaine considéré comme une partie de la chose publique : pour justifier leur décision d’avoir voulu appeler les Frères des écoles chrétiennes en 1730, le mayeur et les échevins d’Aire-sur-la-Lys revendiquaient le droit d’œuvrer pour "la plus grande utilité publique" ou encore pour le "plus grand bien du public" ; à Boulogne et à Calais, les officiers municipaux cherchèrent à réglementer l’accès aux "écoles publiques gratuites" en remettant en cause le principe de la gratuité pour ceux qui pouvaient payer. Il n’est pas possible de rappeler tous les exemples cités dans les chapitres précédents, mais que l’on considère les nominations, les inspections ou les destitutions et les conflits qu’elles provoquaient, et l’on constatera aisément que le XVIIIe siècle a été marqué par une incontestable affirmation de la puissance publique en matière scolaire, quoique cette emprise ne dépassât point encore les limites du pouvoir politique local. Inévitablement la volonté de ce dernier entrait en opposition avec celle des autorités religieuses qui considéraient toujours l’école comme un domaine réservé et luttaient donc âprement contre tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une tentative de sécularisation.

5Malgré la sollicitude dont les autorités civiles et religieuses entourèrent les petites écoles, malgré une progression incontestable, la fréquentation scolaire demeura limitée, surtout dans les campagnes où les Tables des pauvres, lorsqu’elles existaient, ne pouvaient être des institutions suffisamment dotées pour servir au développement de l’instruction élémentaire. Les écoles urbaines, avantagées par la présence de congrégations religieuses enseignantes, connurent certes un accroissement des effectifs, mais une partie des écoliers, progéniture des catégories paysannes opulentes, venait de l’extérieur. L’importance et la diversité des écoles citadines ne doit cependant pas faire oublier qu’une proportion non négligeable d’enfants pauvres n’était pas ou très peu scolarisée en raison d’une mise au travail précoce.

  • 4 D’après une recherche effectuée dans le "Gros des notaires" de Saint-Omer ; signalons aussi les ca (...)
  • 5 On ne peut que renvoyer aux minutieuses études du chanoine BERTHE et en particulier à Dubois de Fo (...)
  • 6 D’après HAUTECLOCQUE, op. cit., p. 272 ; en 1788, parmi les questions proposées mais non retenues (...)

6Peut-on et doit-juger l’enseignement dispensé dans les petites écoles de l’Ancien régime ? En particulier, est-ce possible de le faire à l’aune des taux d’alphabétisation ? L’utilisation de ces derniers se révèle complexe et délicate ; ils traduisent certes une amélioration des aptitudes face à l’écrit depuis la fin du XVIIe siècle, surtout pour les citadins, mais ils permettent difficilement d’apprécier la portée d’un enseignement dont les objectifs différaient sensiblement de ceux définis aux XIXe et XXe siècles. L’instruction se caractérisait en effet par une finalité essentiellement religieuse qui avait toujours cours au XVIIIe siècle, à une époque ou les mutations sociales et économiques eussent exigé des transformations d’ordre pédagogique, ou à tout le moins que le carcan se desserrât quelque peu. Au village, les élites rurales devenaient plus attentives à la qualité de l’enseignement, mais la majorité des villageois restaient attachés à l’enseignement traditionnel. L’enquête lancée en 1790 par l’abbé Grégoire montre que ce monde rural demeurait bien souvent un monde clos, refermé sur lui-même, dans lequel les croyances superstitieuses n’avaient pas disparu. Le chanoine Hennebert constatait que les campagnards artésiens avaient encore "beaucoup de préjugés" et se caractérisaient par leur "pesante imagination." Dans une telle atmosphère culturelle faite de méfiance à l’égard de toute innovation ou de dérogation aux coutumes, la lecture et l’écriture n’apparaissaient pas indispensables à la plupart des villageois : hormis sa portée religieuse et moralisatrice, l’instruction n’était pas considérée comme susceptible d’améliorer un niveau de vie ou des pratiques agronomiques jugées acceptables par le plus grand nombre. En revanche le monde urbain se comportait différemment, et l’on y relève le souhait d’une pédagogie plus active, davantage tournée vers l’activité professionnelle, et ces nouvelles attentes se firent plus insistantes à la veille de la Révolution : l’engouement pour les pensionnats et les écoles "techniques" créées par les Frères est significatif. La ville était plus instruite, elle lisait aussi davantage et mieux. Les sondages effectués dans les inventaires après décès montrent, pour la période 1770-1790, qu’environ 20 % d’entre eux signalent la présence d’un ou plusieurs livres4. Cette prépondérance culturelle urbaine ne s’est pas accompagnée, semble-t-il, d’une grande effervescence intellectuelle, excepté peut-être à Boulogne et à Arras5. Dans cette dernière, l’Académie avait proposé en 1790 comme sujet de son concours : "Quelle est l’éducation la plus convenable au peuple de la campagne en Artois et quels seraient les moyens de la lui procurer ?" Quoique la date de cette consultation échappe à la période de l’Ancien régime proprement dite, on peut analyser brièvement les deux seules contributions qui concoururent6.

  • 7 Almanach...d’Artois, 1784, p. 252

7L’essentiel des propositions et arguments s’inspire des thèses physiocratiques pour la première d’entre elles, et essentiellement de l’Emile pour la seconde. Cette dernière distinguait l’instruction des petits citadins qui devait commencer assez tôt, et l’enseignement réservé aux petits villageois qui, jusqu’à ce qu’ils aient douze ans, devait se fonder sur la nature et sur la religion, sans user d’aucune contrainte ; après cet âge, il fallait leur faire apprendre les arts et métiers, en choisissant celui pour lequel l’enfant semblait le plus doué. Quant à l’auteur physiocrate, il réclamait un enseignement véritable de la lecture, de l’écriture, des premières règles de l’arithmétique et de grammaire, sans pour autant rejeter l’éducation fondée sur la religion et la morale chrétiennes tout à fait indispensables aux gens de la campagne ; il proposait donc de choisir de meilleurs maîtres en les payant mieux, en les faisant surveiller de près et examiner annuellement, le modèle à suivre étant celui des frères des écoles chrétiennes. Quelque trente ans auparavant, Bellepierre de Neuve-Eglise, l’auteur du Patriote artésien, lui aussi influencé par l’esprit physiocratique, n’écrivait pas autre chose même s’il demeurait plus allusif. Rattachons à ces propositions réformatrices celle de Dubois de Fosseux qui, devant une assemblée savante en 1783, entreprit de prouver, contre l’avis de certaines gens, que les "Femmes en général sont très capables de diriger l’éducation de leurs enfans" et qu’à ce titre, tout en n’ayant pas "autant de génie que les hommes"7, elles devaient recevoir une instruction convenable.

  • 8 Ibid., 1764 : lettre parue dans les Annonces des Pays-Bas François, 1763
  • 9 Encyclopédie Méthodique - Grammaire et Littérature, 1782-1786, t. 3, p. 468

8Citons enfin les travaux de deux érudits artésiens qui pensaient qu’une réforme de l’orthographe et de son enseignement constituait un préalable important à l’apprentissage de la lecture. Le chanoine Hennebert fit paraître en 1763 un article au titre évocateur : Lettre critique sur l’ortographe et la prononciation françoise avec les causes d’où leurs défectuosités dérivent et Harduin, secrétaire perpétuel de l’Académie d’Arras, s’intéressa de près à la prononciation des syllabes pour montrer qu’il fallait rejeter l’épellation ordinaire8. Le grammairien Beauzée approuva cette façon de voir et cita longuement Harduin dans l’un des articles qu’il rédigea pour l’Encyclopédie Méthodique9. Excepté ces travaux, aucun plan d’envergure ne semble avoir été proposé par les élites intellectuelles artésiennes pour réformer le système éducatif existant. Pensaiton, à la veille de la Révolution, que la question de l’enseignement et des réformes à y apporter, ne méritât pas d’être posée ? Peut-être mais il est difficile de se prononcer nettement. Quant à l’historien, peut-il affirmer que l’enseignement élémentaire était en crise vers 1770-1790 ? En tout état de cause, il peut constater une crise de croissance s’il considère que les structures existantes ne pouvaient suffire à faire face à la hausse des effectifs, et il peut mettre l’accent sur le manque d’adaptation à cause de l’écart important entre l’enseignement des petites écoles et celui des collèges qui ne pouvait être comblé autrement que par le recours aux établissements particuliers.

9Au moment où commençait la Révolution, quatre questions étaient néanmoins posées avec plus ou moins d’acuité. La première concernait les réformes souhaitées pour le contenu et les méthodes d’enseignement : malgré leur caractère partiel, étaient-elles les prémices d’un élan réformateur profond qui pouvait trouver sa réalisation à l’occasion de l’effervescence politique qui s’annonçait ? La seconde portait sur l’extension de la puissance publique dans le domaine scolaire : devait-elle se poursuivre, et sous quelle forme ? Une troisième interrogation, complémentaire de la précédente, pouvait être formulée à propos du coût de l’école : la collectivité devait-elle, et pouvait-elle, assumer les dépenses liées à l’enseignement des enfants de toutes les couches sociales ? Il était enfin possible de s’interroger sur la force du pouvoir d’encadrement de l’école d’Ancien Régime : dans la perspective de bouleversements politiques et religieux importants, l’institution scolaire animée et contrôlée par l’Eglise catholique était-elle capable de maintenir parents et enfants dans la soumission aux valeurs traditionnelles reçues et acceptées jusque là ?

Notes

1 LE ROY LADURIE (E.), Histoire de la France rurale, t. 2, p. 512

2 Surtout plus gallican et quesnellien

3 Bibl. Mun. Saint-Omer, no 34020 :"Observations des députés des Etats d’Artois..."

4 D’après une recherche effectuée dans le "Gros des notaires" de Saint-Omer ; signalons aussi les catalogues des bibliothèques d’avocats audomarois de la collection Barbier aux A. D. P. de C. (A 492 - A 494 ; B 495) ; selon R. DARNTON, (L’aventure de l’Encyclopédie, 1982, p. 413-6), pour le nombre de souscriptions d’achat de l’Encyclopédie, Boulogne devançait Arras, Aire et Saint-Omer (respectivement 34, 26, 8 et 5 souscriptions)

5 On ne peut que renvoyer aux minutieuses études du chanoine BERTHE et en particulier à Dubois de Fosseux, secrétaire de l’Académie d’Arras, 1785-1792, et son bureau de correspondance, Arras, 1969

6 D’après HAUTECLOCQUE, op. cit., p. 272 ; en 1788, parmi les questions proposées mais non retenues pour le concours, figurait celle-ci : "Quel serait le meilleur moyen de se procurer de bons maîtres d’école ?"

7 Almanach...d’Artois, 1784, p. 252

8 Ibid., 1764 : lettre parue dans les Annonces des Pays-Bas François, 1763

9 Encyclopédie Méthodique - Grammaire et Littérature, 1782-1786, t. 3, p. 468

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540