Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Deuxième partie : Les petites écoles sous l’ancien régime : un enjeu social

Chapitre III. Les petites écoles urbaines

Texte intégral

1L’enseignement citadin occupait une place essentielle dans l’ensemble pédagogique de l’époque. Environ 8 000 enfants scolarisables pouvaient, théoriquement, fréquenter les petites écoles urbaines qui généralement l’emportaient en qualité sur celles de la campagne.

1 - Développement et diversité des petites écoles urbaines

  • 1 Voir LOTTIN (A.), Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, 1984, p. 191-204
  • 2 Tout en gardant parfois leur nom d’école dominicale (à Aire)

2Les structures scolaires du XVIIIe siècle prolongèrent et complétèrent celles qui furent créées par la Réforme catholique entre la seconde moitié du XVIe et la fin du XVIIe siècle. Les diverses institutions ainsi mises en place à différentes époques formèrent un réseau particulièrement complexe au sein duquel les écoles dominicales apparues vers 1560 contribuèrent d’abord à donner une ampleur inconnue à la scolarisation1. Ces classes de catéchisme, à l’intention des enfants travaillant durant la semaine, fonctionnèrent dans les principales villes d’Artois et disparurent progressivement au cours des deux siècles suivants en raison du développement des écoles journalières2.

Les écoles de charité

  • 3 Bibl. Mun. Saint-Omer, E 13 "Bourse commune” (fin XVIIe s.) : exemple de la veuve Jehan Gannet "vi (...)

3A leurs débuts, les écoles journalières se constituèrent sous la forme d’écoles de charité ou d’écoles de la Pauvreté... Elles se tenaient soit dans un hôpital (voir plus loin), soit dans une maison particulière transformée en véritable petit pensionnat, et accueillaient principalement mais non exclusivement des orphelins. Ces écoles charitables apparurent, pour la plupart d’entre elles, dès la fin du XVIe siècle, et fonctionnaient parallèlement à l’école dominicale dont les surveillants étaient d’ailleurs bien souvent les maîtres d’école des pauvres. Ces derniers étaient soumis à des règlements très minutieux, élaborés par les administrateurs de la "Bourse commune", institution chargée de répartir les secours aux nécessiteux. En pratique, seules les familles bénéficiant d’aumônes pouvaient, ou devaient envoyer leurs enfants dans ce type d’école3

  • 4 HAUTECLOCQUE (G. de), "L’enseignement...", Mémoires de l’Académie d’Arras., 1884, p. 306

4A Béthune, l’école pour les pauvres fut fondée en 1579 : les enfants qui la fréquentaient devaient loger à l’école sous la surveillance d’un maître obligatoirement marié, porter la marque de la ville et assister à tous les offices religieux importants. A la veille de la Révolution, cette école existait toujours, puisqu’on rétribuait encore le "maître de la Pauvreté". Il est vraisemblable cependant qu’elle avait alors cessé de fonctionner de la même manière que deux siècles auparavant4. A Saint-Omer, les écoles charitables existaient déjà en 1569 comme en fait foi l’enquête lancée alors par le duc d’Albe : outre le Collège des Bons-Enfans (survivance de l’école capitulaire), les enquêteurs visitèrent, dans la paroisse Saint-Jean, une école des pauvres située en face du cimetière. Le Magistrat nommait les maîtres (1608, 1623, 1694...). Pendant près d’un demi-siècle (de 1700 à 1746 environ), l’établissement fut dirigé par un prêtre nommé Jean-Baptiste Lesieux. A la mort de celui-ci, l’école cessa d’exister sous sa forme originelle. En effet les émolûments versés au maître d’école des pauvres furent ensuite alloués à un enseignant qui exerçait dans les faubourgs. A Boulogne, le maître de l’école de Charité était, vers 1690-1692, un ecclésiastique nommé P. du Pont qualifié de "moniteur des enffans d’escolle de ceste ville de Boulogne."

  • 5 Ibid. p. 276 ; BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), "L’enseignement élémentaire à Arras...", Mém. Comm. D (...)
  • 6 BOURGEOIS (A.), "L’enseignement élémentaire à Hesdin...", Bull. Comm. Dép. Hist. Arch. du P.de C, (...)

5Des écoles de Charité existèrent également à Arras : une pour les filles dans la paroisse Saint-Maurice (chapelle des Onze mille Vierges), une pour les garçons dans la paroisse Sainte-Croix (rue de la Pauvreté) et une dans la "cité"5. Cette dernière avait vu le jour grâce à une fondation de l’évêque Richardot (fin XVIe siècle). Quant à l’école de la paroisse Sainte-Croix, sa création remontait aux années 1531-1536 lorsque l’empereur Charles-Quint souhaita que fût créée une "Bourse commune des pauvres" dans chaque cité. Cette école, d’abord petit pensionnat, devint également au XVIIIe siècle une sorte d’hôpital où l’on accueillait même les tout jeunes enfants. Deux ou trois maîtres, des ecclésiastiques, y enseignaient. En 1789, cette institution était connue sous le nom de "Maison des Orphelins et Orphelines", ou de "Pauvreté". A Hesdin, vers 1620-1660, une maison était louée par la ville pour l’enseignement des fillettes pauvres6.

  • 7 L’expression école publique était communément usitée au XVIIIe s., mais ne recouvrait pas toujours (...)

6A la fin du XVIIe siècle pourtant, ces divers établissements, à Arras, Béthune et Saint-Omer, n’accueillaient plus que des orphelins ou des orphelines et de toute façon ne suffisaient plus à la scolarisation souhaitée d’un plus grand nombre d’enfants pauvres. La notion d’école publique allait ainsi connaître d’autres développements7.

Les autres écoles publiques ou semi-publiques

  • 8 B. N., "coll. Picardie", no 85 f° 63-66; A. C. Aire, GG 35

7En dehors de celles dirigées dans les villes de quelque importance par des congrégations, existaient des écoles publiques tenues par des particuliers, laïcs ou ecclésiastiques. A Aire-sur-la-Lys, l’école dominicale, transformée en école charitable journalière au XVIIe siècle, devint au siècle suivant, une véritable école publique où la "jeunesse" recevait gratuitement l’instruction. En 1730, un maître "payé par la ville" y exerçait ; en 1755, on en comptait 2 et en 1789, 3 qui enseignaient les garçons pauvres et les autres8.

  • 9 BOISLISLE (A. M. de), Correspondance des Contrôleurs généraux..., t. 1, p. 387

8Beaucoup de ces écoles n’étaient d’ailleurs pas totalement publiques puisque les maîtres pensionnés par les villes pour l’instruction des pauvres pouvaient aussi recevoir des élèves payants. Ainsi à Béthune, au cours du XVIIIe siècle, 2 clercs tenaient école dans les paroisses Sainte-Croix et Saint-Vaast et percevaient un salaire pour l’instruction des pauvres. C’était aussi le cas pour les deux clercs de Lillers. A Boulogne, le Magistrat reçut, entre 1687 et 1703, Antoine des Watines, maître d’école juré et R. Garderel " capable de faire les fonctions de Maistre écrivain...pour l’instruction de la jeunesse." Les privilèges et exemptions dont bénéficiaient ces enseignants autorisent à penser qu’ils enseignaient gratuitement une partie de leurs élèves. A Calais en 1694, exerçaient un maître et une maîtresse d’école "établis...depuis la conversion générale pour l’éducation des enfans des matelots" et rétribués sur les biens des "religionnaires"9.

  • 10 A. C. Saint-Omer, Registre Délibérations (1765-1788), P 36 v°
  • 11 COTTEL, Inventaire série C, p. 274 ; Almanach...d’Anois, 1764, p. 173

9A Saint-Omer, hormis l’école des pauvres, un maître d’école enseignait "gratis les enfans pauvres ou non pauvres" (vers 1714-1715) ; en 1763, exerçait Simphorien de Saver, "maître d’école en langue flamande" percevant 621. 10 s. et en décembre 1766, lui succéda J. B. Devicke, autorisé à enseigner "aux gages, pension et émolumens dont a joui feu Simphorien de Saver..., aux clauses et conditions requises en sa requête...contenante en autres choses de convertir sa pension en prix pour distribuer aux pauvres écoliers..., de batir à ses dépens une Ecolle et d’enseigner la langue francoise et flamande..."10. A Montreuil-sur-Mer, jusqu’à la Révolution, n’apparut aucune véritable école publique pour garçons ; à Pernes-en-Artois comme à Hesdin, les maîtres d’école étaient rémunérés sur les revenus destinés aux pauvres mais recevaient aussi des écoliers payants. Pratique identique à Saint-Pol, où de 1762 à 1789 au moins, les Delepierre (ou Delpierre) père et fils tinrent l’école saint-poloise qui recevait gratis les enfans des pauvres "dont le nombre est considérable en cette ville". La pression des familles et la montée des effectifs tendaient à transformer l’école de charité en une véritable école publique11.

Les écoles particulières

  • 12 Sous l’Ancien régime, ce mot désignait d’abord le fondateur d’un institut (J. B. de la Salle par e (...)

10Avant la Révolution, la limite entre le public et le privé demeurait souvent assez floue, puisque des maîtres rémunérés par des fonds publics pouvaient aussi enseigner des élèves payants. Considérons donc ici comme écoles particulières, des établissements d’importance très variable, proposant des études payantes, et ne recevant aucune aide du Magistrat des villes, même si leur fondateur ou fondatrice devait se soumettre à une autorisation d’ouverture et à une prestation de serment. En principe, ces écoles dispensaient un enseignement préparant les écoliers à l’entrée dans un collège et assuraient une transition entre l’enseignement "primaire" et le "secondaire". On note leur existence dès la seconde moitié du XVIe siècle, et au XVIIIe, on les connaît sous des appellations diverses : école particulière, pensionnat, maison d’éducation, maison d’éducation particulière... Parmi celles qui existèrent avant la Révolution, il faudrait distinguer celles qui mentionnaient l’apprentissage du latin dans leurs programmes, et celles qui, tout en offrant une gamme variée d’apprentissages, l’excluaient totalement. Pour notre étude, devrait figurer uniquement ce dernier type d’établissement, les précédents s’apparentant davantage aux collèges et s’intégrant donc à l’enseignement secondaire. En principe...car la ligne de partage entre ces diverses "maisons d’éducation" n’est pas toujours très apparente. Dans la plupart de ces établissements, on notait la présence d’élèves recevant un enseignement élémentaire à côté d’autres suivant des études plus poussées. Les maîtres de ces établissements privés s’intitulaient volontiers instituteurs12 appellation qui devait les distinguer des maîtres d’école. Ils ne répugnaient pas à faire circuler des prospectus dithyrambiques et à suspendre au-dessus de leur porte une enseigne qui appelait l’attention du public, tandis qu’un certain nombre d’entre eux allaient enseigner au domicile même des élèves, en se prévalant quelquefois, comme Thomas Guigon à Saint-Omer en 1756, du titre flatteur de "maître à enseigner".

  • 13 BOURGEOIS (A.), "Les écoles élémentaires à Béthune...", Bull. Comm. Dép. Hist. Arch. P. de C., 198 (...)

11A Arras, d’après G. de Hauteclocque, le Magistrat reçut, entre 1750 et 1789, de nombreuses demandes émanant de personnes qui cherchaient à ouvrir un établissement particulier (J. B. Hayart (1752), Arrachart (1757), Hélin (1758)...). A Saint-Pol, le chanoine Coignon, assisté de deux autres ecclésiastiques, tenait un pensionnat. D’après les renseignements fournis par l’enquête comparative 1789-an IX, il existait en 1789 3 écoles particulières à Montreuil, 3 aussi à Lillers, 5 à Hesdin et une à Lens. A Béthune, vers 1737-1740, le Magistrat de cette ville avait reçu les demandes d’autorisation de Wallart (pour "estre admis à enseigner...les enfans et autres personnes qu’il espère que les habitons voudront bien confier à ses soins..."), de J.P. Delvalle ("pour enseigner la petite jeunesse") et de Ducrocq, un fils de censier13 ; à la veille de la Révolution, fonctionnaient 3 écoles particulières, mais sans doute convient-il de majorer ces chiffres. Dans toutes ces villes, mais particulièrement dans les plus importantes d’entre elles, exerçaient des maîtres-écrivains sous diverses appellations. A Saint-Omer, Hamin est signalé comme "maistre à écrire" ou maître d’école (en 1746), mais Hue, Lucas et J. M. Lemaire sont appelés simplement "écrivains" ; à Arras, en 1728, Marquette était admis "pour enseigner l’escriture en cette ville" comme "maître expert escrivain" ; la même année, un Lillois, Dubois, était admis en tant que "maître-écrivain" pour "enseigner la bonne méthode de bien peindre en écriture".

  • 14 A. C. Boulogne, no 1362

12A Boulogne, les archives municipales conservent plusieurs demandes d’autorisation datées de 1760 à 1778 : par exemple celle d’un ancien soldat appelé Vidal souhaitant enseigner "soit chez luy soit dans les maisons particulières où il pourra être désiré", soit encore celle de Brice Duval, maître-écrivain demandant à être autorisé de tenir une classe "et même une pension", celle aussi de Thérèse Barré (1773) voulant ouvrir "chez elle une école particulière pour les petits enfans", celle encore de Fourcroy (mai 1761), celle enfin de "Jacques-Ricaise Loriquet, cy-devant des Ecoles chrétiennes, étant sorty avec l’agrément de ses supérieurs dont il a les certificats..."14. A Saint-Omer, l’enquête de 1569 déjà mentionnée nous révèle l’existence de 7 "escholles particulières" dans les paroisses Saint-Sépulcre, Sainte Marguerite, Saint-Jean et Saint-Denis, 3 établissements étant tenus par des prêtres et 3 par des laïcs. Pour le XVIIe siècle, les archives audomaroises apportent de nombreux exemples, à partir surtout des années 1670. Beaucoup d’enseignants venaient de la Flandre voisine et pouvaient enseigner en langue flamande. Des maîtresses sollicitaient également l’autorisation d’ouvrir des établissements particuliers : ainsi le 23 juillet 1751, "Louise-Charlotte Bocquillon, étant entrée en Chambre, a presté es mains de Messieurs le serment ordinaire de maîtresse d’écolle de filles."

13L’existence et le fonctionnement de toutes ces écoles particulières n’apparaissent pas toujours facilement. Il semble pourtant que leur développement connut une importance réelle au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Les écoles congréganistes féminines

  • 15 Les régulières étaient des religieuses, prononçant des voeux solennels et soumises à la clôture ; (...)

14Les efforts déployés vers 1560-1580 par la Réforme catholique en faveur de la scolarisation avaient essentiellement profité aux garçons. Assez rapidement pourtant, une scolarisation féminine organisée connut ses premiers développements au XVIIe siècle grâce à la volonté d’apostolat de congrégations enseignantes régulières et séculières15, les premières apparaissant vers 1610-1640, les autres vers 1680-1720.

15Les religieuses enseignantes, généralement soumises à une clôture stricte, enseignaient uniquement à l’intérieur de leur couvent. Les Ursulines, dont l’ordre avait été fondé par Angela Merici en 1535, s’affirmèrent rapidement comme les plus nombreuses et les mieux organisées, présentes à Arras depuis 1678, à Boulogne depuis 1624 et à Saint-Omer depuis 1626. A Béthune, des Annonciades, des Franciscaines et des Bénédictines enseignaient quelques fillettes dans leurs couvents. La quasi-totalité des couvents accueillait sinon des élèves externes, du moins des pensionnaires.

  • 16 A. N., G164 (11)

16Ainsi à Arras, hormis les Ursulines, pouvait-on compter une dizaine de communautés dont les membres enseignaient peu ou prou : les Augustines (ou filles de Saint-Jérôme, dites aussi les "Louez-Dieu") installées au début du XIVe s. ; des Franciscaines ("Chariottes", Clarisses...) ; les Bénédictines de la Paix-de-Jésus installées en 1613 ; les Brigittines (16 en 1790) ; les Dominicaines ("Dames de la Thieuloye") fondées en 1323... A Aire-sur-la-Lys, en 1746, les sœurs grises enseignaient "aussi a lire, écrire et leur catéchisme aux enfans..."16. Au nombre de 17 en 1790, elles ne semblaient plus être considérées à cette époque comme des enseignantes. Des sœurs noires, fixées en 1429, accueillaient quelques pensionnaires. La ville de Saint-Omer comptait aussi de nombreuses écoles et pensions dirigées par des religieuses. A Calais et à Ardres, les Bénédictines recevaient des pensionnaires mais aussi des élèves externes. Notons enfin l’existence des couvents de Franciscaines à Lillers, à Hesdin (Clarisses), à Saint-Pol (sœurs noires et sœurs grises), à Bapaume (religieuses non cloîtrées du "tiers-ordre de Saint-François sous le titre de Saint-Pierre"), à Montreuil (couvent de sœurs noires fondé en 1458) et à Pemes (22 religieuses en 1790). A Bapaume, existait aussi un couvent de religieuses cloîtrées "de la réforme de Saint Augustin sous le nom de Sainte Anne" qui, en 1789, accueillait 40 pensionnaires.

  • 17 A. D. Somme, G 621

17Parmi ces congrégations religieuses, quelques-unes se dévouèrent par la suite plus volontiers aux tâches d’assistance. A Montreuil à la fin du XVIIIe siècle, les sœurs noires qui naguère visitaient les malades et tenaient les écoles pour les filles semblaient avoir perdu toute utilité aux yeux des autorités depuis qu’elles avaient adopté une stricte clôture : "la cessation des écoles a fait pendant longtemps une grande privation pour la jeunesse" peut-on lire dans un Mémoire de 178517. Leur exemple montre que certaines congrégations régulières, pourtant revivifiées après l’élan de la Réforme catholique, n’étaient pas loin de péricliter.

  • 18 On y accueillait alors 40 internes et 100 externes

18Le vigoureux essor de nouvelles congrégations, séculières celles-là, explique en partie cet essoufflement. En effet, les "filles pieuses" ou "dévotes", s’occupaient aussi de l’éducation des petites citadines. A Saint-Omer, subsistaient les maîtresses du Jardin-de-Notre Dame, institution fondée en 1615 par Marie Aubron, soutenue par l’évêque J. Blasoeus "pour tenir escole a l’instruction de toutes filles gratuitement" ; en 1789, au nombre de 10, elles instruisaient des externes, des boursières et des pensionnaires. Aire-sur-la Lys connaissait la même institution qui subsista jusqu’à la Révolution (5 maîtresses en 1789)18. Dans cette ville, d’autres filles dévotes dites de Saint-François ou encore Dévotaires, se vouaient aussi à l’instruction d’écolières. A Arras, au milieu du XVIIIe siècle, les filles de Sainte-Agnès "...établies pour l’instruction des pauvres filles" étaient les épigones des "dévotes" regroupées autour de Suzanne Taisne et de Jeanne Biscot entre 1612 et 1644. Au nombre de 13, ces maîtresses choisissaient leur supérieure et respectaient un règlement draconien. En 1789, elles continuaient d’enseigner, de même que les "séculières de la paroisse Sainte-Croix."

19Hormis ces instituts de "dévotes" apparus vers 1610-1640, existaient des congrégations de filles pieuses enseignantes, regroupées en grandes congrégations. Parmi celles qui exercèrent en Artois et dans le Boulonnais avant la Révolution, citons principalement les sœurs de la Charité et les sœurs de la Providence. Les premières travaillaient surtout dans les hôpitaux : à Arras cependant, en 1789, 7 sœurs visitaient les "pauvres malades" et tenaient "une "école gratuite pour les filles", en dehors de l’hôpital semble-t-il. Quant aux secondes, elles furent les maîtresses les plus répandues et les plus actives dans les villes de nos régions. Dénommées "soeurs des écoles charitables de la Providence du Saint-Enfant-de-Jésus", elles avaient été fondées à Rouen, puis avaient essaimé dans le nord du royaume. Les premières villes à les recevoir furent Boulogne (en 1712) et Calais (en 1713), cité dans laquelle leur nombre passa de 2 en 1713 à 6 en 1753 et à 7 à la veille de la Révolution. A Boulogne, ce fut l’évêque P. de Langle qui facilita leur venue. Les filles de la Providence s’installèrent par la suite à Montreuil (en 1727), à Saint-Pol (en 1729). Nous trouvons trace de leur présence également à Hesdin depuis 1695 (3 sœurs en 1789), à Bapaume depuis 1770 (2 sœurs en 1773), à Aire (6 sœurs en 1789).

  • 19 A. D. P. de C. 1 L 273 (no 37) ; Almanach...d’Artois, p. 47,133

20A Saint-Omer et à Arras, il semble que ces séculières aient reçu la tâche délicate de diriger les maisons du Bon Pasteur réservées à l’enfermement des filles "dérangées"19. Les sœurs de la Providence de Rouen connurent donc un succès incontestable, dû à leur dévouement et à la qualité de leur organisation. L’expansion de cette congrégation se fit d’ailleurs au détriment d’autres séculières, non affiliées elles à une congrégation, comme à Aire, à Hesdin, à Bapaume et à Béthune où les filles de la Providence arrivèrent en 1764 pour tenir l’école Saint-Joseph.

L’installation des Frères des Ecoles chrétiennes20

  • 20 Grâce à l’obligeance du supérieur de la Maison Généralice des Frères (à Rome), ont pu être consult (...)

21A l’inverse des régions qui formèrent l’actuel département du Nord, l’Artois et le Boulonnais accueillirent les disciples de Jean-Baptiste de La Salle. Ce dernier avait fondé à la fin du XVIIe siècle un Institut rassemblant des séculiers prononçant des vœux solennels dont l’un consistait dans l’engagement de se consacrer à l’enseignement charitable des pauvres. La reconnaissance officielle des Frères fut effective en 1724 (Lettres patentes) et en 1725 (bulle In Apostolicae dignitatis solio).

  • 21 POUTET (Y.), Le XVIIe s. et les origines lasalliennes, 1970, t. 2, p. 44, 53

22La première ville de la région qui les accueillit fut Calais, en 1700. Il s’agissait d’instruire les enfants des matelots de la marine de guerre, et surtout de combattre toute survivance du protestantisme. Deux classes virent d’abord le jour, et grâce à l’appui financier de Louis XIV, un troisième Frère arriva en 1701. En 1703, le pouvoir royal autorisa l’établissement au "Court-gain" d’une seconde école qui fonctionna à partir de 1705, et en 1717, 6 Frères enseignaient à Calais21.

  • 22 Voir notre article sur "Le rayonnement scolaire de l’Hôpital général Saint-Louis de Boulogne-sur-M (...)

23A Boulogne, l’installation des Frères se fit en 1710 et fut favorisée par l’évêque Pierre de Langle, instruit de la réputation de ces enseignants d’un nouveau type. Le subdélégué de l’intendant de Picardie, J. Abot de la Cocherie, seigneur de Bazinghen, avait coordonné l’action "administrative" auprès de Jérôme Bignon. En 1712, une seconde école fut établie sur le terrain des Carreaux, et en 1717, on dénombrait 6 Frères à Boulogne. L’Hôpital général de Boulogne et la Compagnie du Saint-Sacrement soutinrent activement l’établissement des écoles chrétiennes dans un souci de charité et d’édification religieuse et morale22. De 1717 à 1724 pour des raison doctrinales, les relations se détériorèrent entre le prélat boulonnais et les Frères qui furent même momentanément remplacés en 1722 par les frères Tabourin venus de Paris. A Saint-Omer, le Magistrat, sollicité par le prélat F. de Valbelle appuyé par l’intendant Chauvelin, s’engagea à pensionner les Frères qui ouvrirent leurs classes en novembre 1720.

  • 23 Arch. de la Maison Généralice, NC 304/1 ; NC 410

24La localité d’Ardres, bénéficiant de la générosité d’un ecclésiastique (P. Destailleurs), put à partir de 1728 s’attacher les services de deux Frères. Cette petite ville peuplée de moins de 2 000 habitants profita ainsi de la proximité des maisons de Boulogne et de Calais. Bapaume fut la seule petite ville artésienne à accueillir les Lassalliens, ceci grâce aux biens que possédaient les Jésuites, interdits d’enseigner depuis 1762 ; des Lettres patentes du roi en date du 28 octobre 1775 et une convention signée le 17 avril 1776 entre le Magistrat bapalmois et l’Institut lassallien permirent l’établissement en octobre suivant des Frères Béal, Bertholet et Erasme.23

  • 24 A ce sujet, voir ma thèse, op. cit., t. 1, p. 321-323

25Enfin, Arras fut la dernière ville où la congrégation s’installa. De justesse, puisque les écoles chrétiennes fonctionnèrent seulement vers la fin de 1789, à une date difficile à déterminer24. L’établissement des Frères aurait pu être effectif dès la fin des années 1770, si les différentes parties en présence (Magistrat, abbaye de Saint-Vaast, Conseil d’Artois) ne s’étaient opposées au sujet de la "police" des futures écoles.

  • 25 PLAYOUST-CHAUSSIS (A.), La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe s., 1976, p. 90

26Dans d’autres villes, comme Béthune, Hesdin ou Montreuil-sur-Mer, les autorités souhaitèrent la venue des "Frères au grand chapeau", mais ne purent ou ne surent réaliser leur dessein, essentiellement pour des raisons financières. A Aire-sur-la-Lys, on voulut également établir des Frères. En 1730, le Magistrat proposa de supprimer les Dévotaires et d’utiliser leurs biens pour la création d’écoles gratuites de garçons. L’affaire n’aboutit pas, et une nouvelle tentative fut effectuée en mars 1760 : les officiers municipaux proposèrent alors de remplacer les Frères de l’Ave Maria par des Lassalliens. Malgré l’accord de l’Intendant, le Magistrat ne put réaliser son objectif en raison de l’opposition des officiers du bailliage. Le Magistrat de Saint-Pol, soutenu par l’évêque de Partz de Pressy, avait cherché également à promouvoir l’installation de 3 Frères (mars 1759) mais ce projet d’établissement se solda par un échec25.

27Les Frères des Ecoles chrétiennes furent, dans les villes du Boulonnais et de l’Artois, les maîtres les plus appréciés et les plus demandés. En 1779, ils étaient installés dans 5 villes, en 1789 dans 6, et 5 autres villes avaient vivement souhaité leur venue ou projetaient très sérieusement de faire appel à eux. Au début du XVIIIe siècle, des intendants comme Bignon ou Chauvelin favorisèrent la création des écoles chrétiennes à Calais et à Saint-Omer. Par la suite, les commissaires royaux n’entravèrent pas la volonté des autorités municipales lorsqu’elles souhaitèrent voir s’installer les Frères : pour Ardres, Aire et Arras, ils autorisèrent les prévisions de dépenses nécessaires au paiement des futures pensions. L’échec des fondations d’écoles chrétiennes, dans certaines villes, ne peut donc pas leur être imputé.

Les écoles hospitalières

  • 26 Voir note 22

28A la fin du XVIIe siècle, dans les villes qui en étaient dotées, les hôpitaux généraux facilitèrent la diffusion de l’enseignement élémentaire. Celui de Boulogne, fondé en 1692, en offre un exemple typique26. De la fin du XVIIe siècle au début des années 1770, le bureau d’administration de cet établissement, présidé par l’évêque et comprenant aussi le mayeur de la ville, avait la haute main sur la création et la gestion des écoles charitables. Les administrateurs appelèrent ainsi les Filles de la Charité (1699) et les Frères des Ecoles chrétiennes. Seules les premières exerçaient à l’intérieur de l’établissement ; pour les garçons, une classe interne fut fondée en 1773.

  • 27 A. N. S 7544 ; A. C. Calais AA 9 f 36

29A Calais, existait une "chambre des pauvres enfans" rattachée à l’hôpital. Dès le début du XVIIIe siècle, on trouve trace d’un enseignement des garçons abandonnés ou orphelins par un "prêtre habitué de l’église Notre-Dame." L’installation des filles de la Charité permit par la suite d’ouvrir une école pour les filles ; en 1790, elles étaient 3 : "l’une fait l’école aux filles de la ville et des faubourgs" et les deux autres se chargeaient des soins aux malades"27.

30Dans les hôpitaux d’Hesdin et d’Ardres, outre leurs fonctions d’assistance, les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul enseignaient également. De même à Saint-Pol, où "trois filles de Saint-Vincent-de-Paul dites de la Charité" avaient remplacé, entre 1764 et 1772, les 2 filles dévotes qui, jusqu’alors, s’occupaient de l’hôpital. Béthune était l’une des rares villes où des religieuses, les sœurs grises, desservaient l’hôpital et y tenaient une école, vraisemblablement depuis 1548. Pour Arras, quoique les documents précis fassent défaut, il semble que l’hôpital fut desservi par les "filles de Saint-François", des sœurs grises probablement ; la "Pauvreté", sorte d’orphelinat-école peut-être rattachée aussi à l’institution hospitalière.

  • 28 Arch. hospit. Saint-Omer, IV E 1, f° 8 r°, 25, 77,101-103, 159

31A Saint-Omer enfin, où l’hôpital actuel conserve toujours de nombreuses archives, la scolarisation hospitalière a suivi une progression classique depuis la fondation de l’Hôpital général en 1702. En 1704, les enfants de l’établissement recevaient un enseignement dominical ; en 1737, on note l’existence d’écoles de garçons, tenues par des maîtresses séculières, mais leur création est évidemment antérieure à cette date. Toujours à l’intérieur de l’hôpital, furent créées en 1746 et en 1781, deux écoles pour les fillettes, grâce aux donations du curé Grardel28.

Les petites écoles anglaises

32Ces établissements particuliers aux villes de la région, fonctionnaient dans les villes portuaires (Calais, Boulogne) ou dans des localités peu éloignées du littoral (jusqu’à Aire-sur-la-Lys).

  • 29 A. C. Boulogne, no 1362 ; l’importance de la scolarisation des enfants anglais est attestée aussi (...)

33A Boulogne, les couvents des Ursulines et des Annonciades recevaient des pensionnaires anglaises, les secondes davantage que les précédentes, tout au moins vers 1781. L’éducation reçue explique sans doute les quelques abjurations de jeunes élèves protestantes. D’ailleurs la présence de ces dernières autorise à penser que "l’enseignement à la française" était assez réputé outre-Manche pour que certaines familles fassent fi de leurs convictions religieuses. Autre résultat de cet enseignement dispensé par les religieuses boulonnaises : un certain nombre de pensionnaires devenaient novices et prenaient l’habit. Des particuliers demandaient aussi l’autorisation d’établir des écoles : G. Reeve en 1765 et les époux Silva, en 1777, souhaitaient "former un établissement en langue anglaise", faisant selon eux cruellement défaut, compte-tenu du nombre important de familles anglaises vivant à Boulogne29.

34A Ardres, située non loin de Calais, les Bénédictines recevaient un nombre important de pensionnaires anglaises. A la fin de 1788, les religieuses ardrésiennes s’adressaient en ces termes à l’évêque de Boulogne pour réclamer un secours : "Elles ont d’autant plus de confiance, Monseigneur, que vous leur accorderez cette grace que leur Communauté précieuse à la ville d'Ardres par la consommation qu’y occasionnent les pensionnaires angloises qui viennent profiter de la bonne éducation qu’on y reçoit, ne l’est pas moins à la religion par les conversions qui s’y opèrent qu’aussi leur maison a toujours paru au gouvernement digne d’une protection particulière."

35A Montreuil-sur-Mer, les dames Bénédictines de Sainte-Austreberthe tenaient dans leur abbaye une pension très renommée pour les jeunes demoiselles : "elle était particulièrement connue en Angleterre, les familles catholiques y faisaient élever leurs enfants." A Aire, des Clarisses anglaises et à Saint-Omer, les Ursulines et les dévotes du Jardin-Notre Dame comptaient également de jeunes Anglaises parmi leurs pensionnaires.

2 - Les ressources financieres

36Une histoire de l’enseignement doit aussi prendre en compte l’aspect financier de la scolarisation. Dans les premiers temps de leur existence, les écoles bénéficiaient le plus souvent des revenus d’une fondation. Rarement celle-ci pouvait suffire à payer durablement les maîtres ou les maîtresses, en l’absence d’autres donations. Les congrégations enseignantes moins favorisées recoururent ainsi aux Magistrats qui durent s’engager financièrement de manière plus franche, non sans avoir tenté parfois d’échapper à ces charges nouvelles.

Les fondations en faveur des écoles

* Les fondateurs ecclésiastiques

  • 30 Il avait offert 1500 l. pour favoriser l’établissement des Frères à Saint-Pol, St-Pol, A. C, GG 18 (...)

37Au premier rang figuraient les évêques. Ainsi P. de Langle, évêque de Boulogne, contribua-t-il à l’établissement des sœurs de la Providence (1712) en fondant 4 bourses de 700 livres ; il aida aussi à l’installation des Frères des Ecoles chrétiennes en les logeant dans son séminaire et en faisant don de 13 200 l. pour fonder leur seconde école. Dans le diocèse de Saint-Omer en 1719, François de Valbelle fournit 6 000 l. pour permettre l’installation des Frères lassalliens et s’engagea à meubler leur future maison à ses frais. Les évêques d’Arras participèrent aussi au mouvement : à la fin du XVIIe siècle, François Richardot faisait don de 400 l. pour fonder l’école des pauvres "en la cité" ; en 1777, L. de Conzié s’engageait à verser 12 000 l. pour contribuer à l’établissement des Frères. Le plus actif et le plus généreux des prélats fut sans doute Mgr de Partz de Pressy, qui s’engagea souvent à soutenir matériellement la création d’écoles dans le diocèse de Boulogne30.

  • 31 Il est vrai que "trente mesures de la commune publique" (sur les 200 existantes) furent louées pou (...)
  • 32 A. C. Calais, BB 45, f° 78 ; LEFEBVRE, Histoire générale et particulère de la ville de Calais et d (...)

38Les prêtres relayaient aussi la générosité des prélats. Ainsi à Ardres, l’ancien curé de Brêmes et doyen de Guînes, P. Destailleurs, aida financièrement à la venue des Frères31, et à Calais, les prêtres Caron et Desprez financèrent partiellement l’établissement des Filles de la Providence32. A Saint-Omer, Grardel curé de la paroisse de Saint-Sépulcre, dota les deux écoles de filles qu’il voulait voir fonctionner dans l’Hôpital général. Parmi les autres ecclésiastiques qui, par leurs dons ou legs, voulurent aider à la fondation ou au fonctionnement des écoles de leur ville, il faut mentionner les chanoines boulonnais, beaucoup plus généreux en ce domaine que leurs homologues arrageois ou audomarois. De même constate-t-on la regrettable parcimonie des riches abbayes de Saint-Bertin à Saint-Omer et de Saint-Vaast à Arras, apparemment peu concernées par la diffusion de l’instruction chrétienne.

* Les fondateurs laïques

39On les rencontre d’abord au sein de la noblesse. A Boulogne, la duchesse d’Aumont constitua une rente de 100 l. pour fonder une école de filles dans l’Hôpital général. Abot de la Cocherie se signala aussi par ses dons. A Calais à partir de 1786, une aristocrate anglaise, la duchesse de Kingston, accorda 150 livres sterling par an aux Frères et aux sœurs de la Providence. Dans les rangs de la bourgeoisie, figurèrent aussi de nombreux donateurs : à Boulogne, l’imprimeur Charles Battut léguait en 1781 deux rentes de 300 et 240 l. destinées à l’entretien des écoles chrétiennes ; à Calais, un ancien mayeur, Louis Gense et un officier de finances, J. B Ponthon, favorisèrent financièrement le développement des écoles de sa ville. Les veuves et vieilles demoiselles apparaissent comme les plus nombreuses à faire preuve de générosité, ce qui s’explique par une charité sincère, par leur indépendance en matière de gestion patrimoniale et peut-être par une plus grande influence des ecclésiastiques.

40A Hesdin vers 1650-1715, les demoiselles Descan et les dames Lemercier dotèrent une école de filles et un petit orphelinat. A Béthune, en 1693, Marie-Claire Moronval, veuve d’un échevin, fondait l’école Saint-Joseph par différents legs mobiliers et immobiliers. A Arras, les filles de Sainte-Agnès bénéficièrent, entre autres donations, de celles que firent en 1692 et 1717 Barbe Rovignol et sa fille. Dans cette ville également, les Ursulines furent dotées grâce au legs de la veuve Coille (1656), réalisé en 1677-78 : un bâtiment et quelques dizaines de mesures de terres. A Boulogne, on relève les donations effectuées par Marguerite Duquesne (1711), par la veuve Dubauchet (1740) ou par d’autres personnes anonymes.

41Les fondations et donations n’étaient pas toujours totalement désintéressées : certaines donatrices, souvent de moyenne fortune, attendaient de leur geste une contre partie plus ou moins contraignante pour les bénéficiaires. Ainsi à Saint-Omer en 1742, la veuve de François Voisin accordait une rente foncière annuelle de 151. à charge pour eux "de faire chanter tous les premiers jours d’école de chaque semaine à perpétuité par les Ecoliers un Miserere pour le repos de son âme". D’autres enfin léguaient une partie de leurs biens, à des fins charitables certes, mais qui devaient bénéficier avant tout à leurs descendants. En mai 1711, une dame Vemalde accordait une donation de 1800 florins aux séculières du Jardin Notre-Dame, sous la condition que les parentes pauvres de la fondatrice dussent être préférées, le cas échéant, pour bénéficier de la bourse ainsi fondée.

  • 33 Bibl. Mun. Saint-Omer, "Table des pauvres...Ste Marguerite", 1757-62, art.178

42Au cours du XVIIIe siècle, apparaissent encore quelques fondations destinées à favoriser la fréquentation des catéchismes33 mais les donations ou legs en faveur des écoles se raréfièrent, ce qui nécessita l’intervention des autorités municipales.

L’attitude des Magistrats

43Sous la poussée de la Réforme catholique, les autorités municipales s’étaient préoccupées d’établir des écoles dominicales et des écoles pour les pauvres (fin XVIe-XVIIe siècle). De même certains Magistrats accordaient-ils des gages aux maîtres particuliers qui instruisaient quelques pauvres. Ces solutions ne pouvaient être que provisoires et ne convenaient pas à l’instauration d’une scolarisation massive des enfants des villes. Aussi pouvait-on s’attendre à un engagement plus prompt des autorités urbaines afin de promouvoir la création de véritables écoles publiques qui faisaient cruellement défaut pour l’instruction des garçons. Ce fut rarement le cas, les responsables urbains laissant le plus souvent l’initiative aux fondateurs et fondatrices évoqués ci-dessus.

44En règle générale, les Magistrats ne participèrent pas aux frais des fondations qu’ils souhaitaient pourtant vivement. Certes, ils acceptaient d’assurer l’entretien et la subsistance des enseignants, des Frères lassalliens principalement. Ainsi en 1719, les échevins audomarois s’engagèrent-ils à verser 800 l. annuellement pour la pension des 4 Frères qui devaient tenir les nouvelles écoles. Mais il avait fallu l’impulsion décisive de l’évêque. A Saint-Pol, les Frères ne purent s’installer, malgré le soutien financier de Mgr de Partz de Pressy qui pourtant refusa, semble-t-il, d’augmenter sa dotation (1500 l.) afin de satisfaire à la demande de l’Institut lassallien qui réclamait 250 l. de pension individuelle. Le Magistrat saint-polois avait sans doute l’excuse de ne pouvoir, en raison de la moindre richesse de la ville et à défaut de legs pieux, entretenir deux Frères. Un effort supplémentaire eût pourtant permis, grâce au don de l’évêque boulonnais, de parvenir au résultat acquis depuis 1728 par la petite ville d’Ardres.

45Certains Magistrats cherchèrent également à obvier aux lourdes charges financières que nécessitait l’implantation d’une école des Frères en proposant de transférer les biens et les ressources d’une congrégation, à leurs yeux dépourvue d’utilité publique, vers celle de la "Doctrine chrétienne" comme on avait alors coutume d’appeler faussement la congrégation lassallienne.

46Ce fut le cas, à Aire-sur-la-Lys et à Montreuil, les Dévotaires et les sœurs grises devant faire les frais de cette opération. Cette solution n’aboutit pas. Reste le cas d’Arras déjà évoqué. Dans cette ville, le Magistrat souhaita, bien tardivement cependant, qu’on fît appel aux Frères. Mais les énormes frais nécessités pour cette installation l’obligèrent à se lier à d’autres instances fondatrices. Les prétentions des uns et des autres contribuèrent à paralyser longtemps le projet. N’eût-il pas été plus sage, de la part des autorités municipales arrageoises, d’opérer plus prudemment en souhaitant l’installation provisoire d’une ou deux écoles au heu des 4 prévues ? La participation financière du Magistrat arrageois fut, en tout cas, effective puisqu’il supporta une bonne partie des dépenses pour la construction des nouvelles écoles. A Bapaume, le Magistrat parvint à fonder une école de garçons tenue par les Frères, en bénéficiant de circonstances exceptionnelles : le pouvoir royal l’autorisa en effet, en 1775, à transférer le bâtiment et les biens détenus par les Jésuites au profit de la fondation projetée ; ces revenus réunis à ceux de la "Bourse commune des pauvres" permirent de mener à bien cette entreprise.

47Là où s’installèrent les écoles chrétiennes, les autorités urbaines durent, bon gré mal gré, s’engager plus nettement dans leur participation financière en matière scolaire. Ainsi à Calais, où les Frères s’installaient dès 1700, la ville n’eut aucune dépense à supporter... jusqu’en 1714-1715 puisque les pensions des maîtres étaient payées par le Trésor royal. Après la mort de Louis XIV, les différentes pensions versées aux Frères furent supprimées et le Magistrat calaisien dut prélever sur les deniers patrimoniaux et sur les octrois une somme équivalente pour continuer la rémunération des Frères ; de même dut-il assumer, après 1721, 48.3 % du revenu nécessaire à la subsistance des sœurs de la Providence (435 l.), à cause de l’avilissement des rentes de fondation. A Boulogne, où tout ce qui touchait à l’enseignement charitable relevait du Bureau d’administration de l’Hôpital général, l’intervention du Magistrat se fit plus tardivement, de manière progressive mais inéluctable. Ainsi en mai 1751, accorda-t-il une rente annuelle de 150 l. au profit des Frères, ceux-ci se libérant d’un principal de 3 000 l. au bénéfice de la ville qui devait rembourser les rentes afférentes. D’autres transferts de ce type durent s’effectuer dont on ne trouve pas trace dans les archives, mais ce qui apparaît de manière certaine, c’est qu’à partir des années 1770-1780, les Frères s’adressaient de plus en plus souvent à l’autorité municipale pour lui demander un complément de revenu que ne pouvait lui assurer l’Hôpital général. Le Magistrat boulonnais devenait donc l’interlocuteur principal en matière de rémunération.

La diversité des situations matérielles

48Les fondations scolaires reposaient généralement sur un patrimoine immobilier, sur des terres dont on attendait le "rendage", et sur un principal (un capital) placé dont on percevait les intérêts sous forme de rentes diverses. Or ces différentes ressources furent soumises au cours du XVIIIe siècle à des fluctuations importantes dont les effets ne manquèrent pas d’intervenir sur le fonctionnement des écoles ainsi dotées. Face aux divers épisodes conjoncturels, les diverses congrégations ne se trouvaient pas dans la même situation : que de différences en effet entre celles qui devaient se contenter de vivre chichement de pensions modiques et les autres, plus opulentes, parce qu’assurées de revenus variés et importants !

* Les congrégations enseignantes prospères

  • 34 A. N. S 7479

49Grâce à leurs nombreuses terres dont elles touchaient les fermages en argent ou en nature, elles bénéficièrent de la hausse de la rente foncière nettement perceptible après 1760 mais amorcée déjà depuis 1730 environ. Parmi ces bénéficiaires de la prospérité du XVIIIe siècle, figuraient d’abord les couvents d’Ursulines. A la veille de la Révolution, celles de Saint-Omer possédaient 434 mesures de terres rapportant près de 11 500 L Vers 1726-1727, les Ursulines boulonnaises pouvaient compter sur 18 824 l. de revenu annuel34 ; celles d’Arras semblaient tout aussi favorisées grâce à leurs terres sises à Agny, Boves, Estaires, Hénin-Liétard, Sailly-au-Bois, Vermelles... A ces revenus fonciers, s’ajoutaient les loyers des maisons, les revenus mobiliers et les pensions des filles qu’elles instruisaient. Certaines congrégations séculières "locales", comme les dévotes audomaroises du Jardin Notre-Dame, vivaient également dans une relative aisance : vers 1780, cette maison pouvait se permettre d’engager une treizième maîtresse surnuméraire, logée et nourrie et rétribuait les douze autres, elles aussi logées et nourries, pour une somme globale de 8001.

  • 35 Id.

50Le confort matériel de toutes ces congrégations n’était pourtant pas assuré une fois pour toutes, surtout lorsque leurs revenus n’apportaient qu’une honnête aisance sans plus. Les Bénédictines d’Ardres pouvaient être classées dans cette dernière catégorie, compte tenu de la modicité de leurs revenus estimés à environ 4 500 l. en 1772 pour une vingtaine de religieuses35. En 1788, ce revenu était estimé à 14 056 l. ("y compris le travail des religieuses et pension de quelques unes d’entre elles"), mais ce chiffre semble avoir été exagéré dans le but d’obtenir un secours de 40 000 l. auprès de la Commission des Réguliers. En effet, le 1er janvier 1786, un incendie avait "condamné la majeure partie de leurs bâtimens, de leurs provisions et effets mobiliers", et le préjudice subi fut évalué à 133 940 l.. Comble de malchance, le feu avait détruit une grande partie d’un bâtiment neuf (dortoir, réfectoire) dont les religieuses venaient à peine d’achever le paiement. Les travaux de reconstruction commencèrent avec l’aide financière de l’évêque de Boulogne et sur la promesse de secours faite par la Commission bientôt supprimée. Ainsi, à la veille de la Révolution, ce couvent qui naguère hébergeait 60 à 80 pensionnaires se trouvait-il tout-à-fait démuni : malgré des ressources modestes, il avait pu subsister tant bien que mal et même acquérir une certaine aisance. Mais point suffisamment de réserves, ni de grosses rentes grâce auxquelles les Brigittines ardrésiennes eussent pu surmonter ce fatal coup du sort.

* A l’épreuve de la conjoncture

  • 36 A.N. G164 (11)

51Les congrégations enseignantes, peu pourvues se trouvaient fréquemment en proie aux "misères du temps." Des sommes qui semblaient suffisantes pour assurer leur subsistance devenaient parfois dérisoires quelques décennies plus tard. L’échec du Système de Law (1720) et la dépréciation consécutive des billets de banque frappèrent durement certaines maisons. Les Sœurs grises d’Aire virent ainsi leur revenu annuel amputé de 1 000 à 1 200 l. et cet appauvrissement précipita sans doute le déclin de leur école36. A Calais en 1721, la rente annuelle de 900 l. fondée au bénéfice des Sœurs de la Providence était réduite à 465 l.

52A ces conséquences des bouleversements monétaires auxquels les mesures stabilisatrices de 1726 et 1733 mirent fin, se combinait le mouvement des prix "vécus" qui affectait davantage les consommateurs, surtout lors des flambées saisonnières des prix céréaliers. Cette conjoncture "courte" frappait davantage les congrégations faiblement dotées qui subsistaient davantage de pensions que de fermages. Les archives conservent la trace de leurs plaintes et réclamations.

  • 37 A Saint-Omer, une "balayeuse de place publique" percevait annuellement 145 l.10 s. en 1780, Bibl. (...)

53Ainsi en 1753 à Calais, les "sœurs des écolles de la charité" faisaient à l’Intendant de Picardie l’exposé de leur situation peu enviable : "Lors de notre établissement en cette ville, les vivres y étoient à justes prix, aussy nos pensions ont-elles été proportionnées à ce temps. Depuis plusieurs années, les vivres ont augmenté du double et nous n’avons eu aucune augmentation. " Les comptes de la ville montrent que l’échevinage fit gré aux réclamations et accorda des gratifications exceptionnelles aux enseignants, à cause de la "chereté des vivres". Au cours du siècle, les Frères connurent aussi des difficultés de subsistance : à Boulogne en 1728, ils réclamèrent une augmentation de 400 l. ; à Saint-Omer en 1725, ils reçurent un secours de 500 l. ; à Calais en 1784, ils se plaignirent de percevoir seulement 2 317 l. pour l’entretien de 8 personnes. D’ailleurs la présence d’un Frère supplémentaire qui s’occupait du temporel et n’enseignait donc pas, entraînait un désaccord avec les Magistrats qui refusaient de pensionner ce surnuméraire. A Saint-Omer, on constate que les Frères perçurent 200 l. de pension individuelle de 1720 à 1773, 300 l. de 1774 au début des années 1780 et 400 l. ensuite jusqu’à la Révolution. Cette rénumération permettait une aisance relative en période de calme conjoncturel et la situation des Frères semblait plus enviable que celles des Filles de la Charité ou des sœurs de la Providence, astreintes à d’aussi lourdes fatigues et n’ayant pour subsister pas davantage de ressources qu’une balayeuse37.

La gratuité remise en cause

54Lors des périodes difficiles, les Magistrats préféraient généralement octroyer des gratifications exceptionnelles plutôt que de s’engager à augmenter les pensions de façon substantielle et régulière. A Calais, puis à Boulogne, ils tentèrent même de résoudre l’épineuse question de l’entretien des Frères des écoles chrétiennes en remettant en cause la gratuité des établissements dirigés par ces derniers. Ce faisant, ils coururent le risque de voir supprimer les écoles lassalliennes de leur ville qui, selon le vœu de Jean-Baptiste de La Salle, devaient être gratuites, ouvertes à tous, notamment aux pauvres. L’affaire fut d’importance par son retentissement et mérite donc d’être étudiée spécialement.

  • 38 A. C. Calais, BB 52, f° 71 v° ; AA 19, f° 88-89

55La première tentative de ce genre se déroula à Calais. A la suite d’une requête des Frères pour voir leurs pensions augmenter, l’échevinage calaisien décida, en novembre 1778 que " jusqu’à ce qu’il en ait été autrement ordonné, les personnes les plus aisées qui envoyent leurs enfants aux Ecoles des Frères leur payeroit trente sols pour chaque enfants, pour tenir lieu des dépenses nécessaires pour le chauffage des écoles, lesquels payements leur seront payé par deux cent des enfants les plus aisés à compter du premier décembre prochain." Le Magistrat tentait ainsi de mettre fin au principe des gratifications extraordinaires (100 puis 250 l. annuelles) mis en pratique depuis 1768. De Melun, le supérieur des écoles chrétiennes opposa un veto catégorique ; le Magistrat calaisien ne fit pas appliquer la délibération qu’il avait prise et accorda l’augmentation demandée38.

  • 39 Important dossier aux A. C de Boulogne, no 695

56Ce fut à Boulogne, en 1780-1781, que la question de la gratuité connut ses plus longs développements39. A l’origine évidemment, on trouve les plaintes répétées des Frères boulonnais, par l’intermédiaire de leur directeur (Frère Maur), au sujet de l’insuffisance de leurs revenus (1100 l. environ pour une communauté de 10 membres). Ces ressources provenaient essentiellement des rentes de fondations, de quelques donations, et d’une pension versée par la ville au Frère chargé d’une classe de commerce (300 l.). Le Magistrat de Boulogne délibéra plusieurs fois, décidant ainsi le 28 août 1780, de faire payer les écoliers "sauf touttefois les pauvres." Le montant de l’écolage, fixé à 6 l. par an, devait être perçu en dehors des écoles, en quelque sorte à l’insu des Frères empêchés de le faire d’après les règles de leur Institut. Frère Maur, directeur des écoles boulonnaises qui avait trop rapidement accepté ce compromis fut rappelé sèchement à l’ordre par son supérieur, Frère Agathon : "Je ne puis consentir que ce moyen soit mis en usage pour la seule raison qu’il est réellement contraire à la gratuité des Ecoles...L’intention de notre sage et vénérable Instituteur a été que touts les enfants sans distinction de riches et de pauvres fussent admis dans nos Ecoles". Dans l’impossibilité de pensionner 9 ou 10 membres, le Magistrat boulonnais se devait d’en réduire le nombre plutôt que d’exiger une rétribution des écoliers. L’affaire fut exposée dans un Mémoire afin d’être soumise à consultation auprès de la Sorbonne. Les théologiens consultés donnèrent raison aux Frères et réfutèrent en particulier l’argument des échevins boulonnais qui prétendaient que la gratuité impérative allait à l’encontre des déclarations royales de 1698 et 1724 stipulant la nécessité d’imposer les habitants pour l’entretien d’un enseignant.

57Le Magistrat boulonnais, décidé à conserver des écoles, s’engagea le 10 août 1781 à verser 2 700 l. pour la pension de 9 Frères. Ce n’était pas une victoire complète pour ces derniers (9 Frères rétribués au lieu de 11), mais ils avaient combattu victorieusement une pratique qui eût pu s’étendre. Pour la Magistrat boulonnais, la défaite était sans appel, et il se voyait tenu de garantir l’entretien des maîtres des écoles publiques. En octobre suivant, le Directeur des écoles de Boulogne demandait un allègement des effectifs scolaires (en exigeant un âge d’entrée plus élevé). En septembre 1782, Frère Maur exposait encore diverses réclamations (matériel, indemnités) et rappelait les officiers municipaux à leur engagement : "Le quartier courant de la pension des Frères va échoir le premier octobre prochain." Le Magistrat était désormais totalement impliqué, mais en contrepartie, il put désormais prétendre exercer une tutelle plus suivie sur les écoles qu’il subventionnait entièrement.

Le niveau de vie des autres enseignants.

58Il n’est pas facile à décrire étant donné la diversité des statuts et la variété des modes de rétribution. Les exemples suivants montrent cependant que le métier d’enseignant s’avérait peu lucratif.

  • 40 TRAVERS (E.), Inventaire..., p. 65
  • 41 BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), op.cit., p. 152
  • 42 A. D. P.de G, 1 L 284 (no 248), 314 (no 5) ; A. C. Aire, GG 34

59Vers 1690-1700, un maître et une maîtresse d’école, à Calais, percevaient 150 l. de gages annuels. A la même époque, le prêtre qui, à Saint-Omer, s’occupait de l’école des pauvres, touchait 62 l. par an et bénéficiait du logement ; il perçut cette somme pendant près d’un demi-siècle, et sans doute vivait-il aussi de ressources annexes (petit casuel, écolage d’élèves aisés...). A Béthune, le maître de "l’école des pauvres", outre un salaire en argent (10 l. par mois vers 1767-1770), recevait des avantages en nature non négligeables (le bois de chauffage principalement) et il était exempt de guet, de garde et de l’impôt sur la bière40. Les 3 maîtres des écoles charitables d’Arras, en plus de leurs gages, avaient droit à 31 rasières de blé (en 1690), et à diverses petites sommes soit pour les choses nécessaires aux enfants (vêtements, nourriture, lessive, chauffage), soit à titre de gratification pour avoir conduit et surveillé les orphelins aux enterrements, aux services solennels...41. Quelques années plus tard, vers 1720-1730, le maître d’école d’Aire-sur-la Lys, touchait 100 l. de gages annuels et 125 l. pour le logement. En décembre 1724, Marie Rigard, maîtresse de "l’école des pauvres" de Béthune, percevait 86 l. 12 s. "pour avoir nourri et instruit 13 enfans." Vers 1750-1760, à Arras les 3 maîtres des écoles de charité touchaient respectivement 200 l., 150 et 801., mais à Aire, Morin et Dubois recevaient 250 l. ; et à Saint-Pol, Delepierre devait percevoir 225 l. (après 1762), tandis qu’à Béthune, on attribuait seulement 50 l. à Guilbert pour une année de gages. A Boulogne, le clerc de l’Hôpital général touchait la même somme mais il était logé et nourri. A la veille de la Révolution, la situation avait peu changé : à Pernes-en-Artois, le maître d’école recevait 144 l. ; à Béthune, celui de la Pauvreté touchait 120 l. et à Aire, Tribout percevait 1711.42.

60Les rémunérations variaient donc beaucoup d’une ville à l’autre, et dans une même ville, d’un maître à l’autre, en particulier parce que le nombre d’élèves reçus était très changeant d’une année à l’autre. Ces gages, on le constate, étaient généralement trop modestes pour assurer à ceux qui les recevaient un niveau de vie acceptable. Il suffit de les comparer aux salaires perçus par le petit peuple urbain et par la frange inférieure de la bourgeoisie. Aussi, nombre de ces maîtres et de ces maîtresses d’école cherchaient à disposer de ressources complémentaires, même en recevant chez eux des pensionnaires et des externes "payants".

61Parmi les maîtres particuliers, la diversité de condition sociale était la règle. Entre les maîtres-écrivains, jouissant d’un statut particulier et de privilèges non négligeables, et la maîtresse qui enseignait moins d’une dizaine de fillettes, quel écart ! Quelques exemples suffiront à prendre la mesure de ces différents états de fortune.

  • 43 Bibl. Mun. Saint-Omer, "Bourse commune", E 13 ; Gros des notaires, Contrats, 1684, no 77,1700, no (...)

62A Saint-Omer, à la fin du XVIIe siècle, la fille de la veuve Poivre, âgée de 23 ans, était dite maîtresse d’école et filait "de la laine pour l’oeillet" ; Jacques Minart se contentait d’un apport au mariage de 32 l. 10 s. et sa future épouse faisait état d’une dot composée de meubles (25 l.), de " deniers clairs" (251.), d’un coffre de bois (7 l. 10 s.) et de quelques menues créances (121. 10 s.) ; quant à Cornil Winock, maître d’école "es faubourgs du Hautpont", il ne faisait aucun apport, de même que la "future" ; en 1710, F. J. Wimet, devait emprunter 200 l. à charge de rembourser 10 l. par an. En 1704, Antoine Stavena, qui enseignait à Aire, signait un contrat pour placer son fils en apprentissage chez un maître-peintre audomarois43. A Arras, une Agnès Boudrier se contentait d’une chambre louée 30 l. par an et, à son décès, laissait à peine 80 l. de biens mobiliers ; Nicole-Claude Lejeune abandonnait un actif de 200 l. et un passif de 245 l. ; en 1766, le couple Hellin était poursuivi pour grivèlerie. On signale pourtant, à côté de ces "médiocres", quelques exemples d’enseignants jouissant d’un niveau de vie acceptable, et parfois davantage. Joseph Bacuez, "maître d’écriture" à Arras, possédait des terres une maison à usage de cabaret dont il touchait les loyers ; à sa mort, son mobilier et son linge furent estimés à 300 l., et on trouva chez lui une petite bibliothèque comptant 23 volumes.

  • 44 LANCELIN (M.), La révolution en province. Saint-Omer en 1792,1983, p. 188 : exemple d’un maître-éc (...)

63Ces "écrivains", outre les rétributions provenant de leur enseignement, bénéficiaient en effet de ressources intéressantes, liées à l’exercice de leur profession : à Saint-Omer en 1694, Philippe Greve-lingues était signalé comme "me d’escolle et arpenteur juré en ce pais d’Artois " ; dix ans plus tôt, son apport au mariage se chiffrait à 1000 l. (meubles, argent), la "future" étant dotée de 125 l. et "convenablement accoustrée". Dans cette même ville, en 1746, à "Simon-Pierre Hue, écrivain, a été payé cent vingt livres pour avoir fait le détail de la garde bourgeoise et fourni le cheval de ronde... " Pour la même année, on relève aussi le cas de Claude-François Hamin, "maistre à écrire", demeurant à Saint-Omer, dont le contrat de mariage fait état en 1746 de l’apport suivant : "un manoir amazé de maison et austres batimens contenant une mesure de terre ou environ" et 3 mesures de terres à labour situées à Herly. Quelques biens au soleil donc, mais ce n’était tout de même pas la grande richesse44.

3 - La scolarisation citadine

64Avant de présenter la fréquentation scolaire proprement dite, brossons un bref tableau descriptif des écoles et des classes.

Description de l’école

* L’extérieur

65Nombre de maîtres ou de maîtresses privés vivaient à l’étroit, comme locataires d’un petit logement dont l’une des deux ou trois pièces leur servait tout à la fois de cuisine, de séjour et de salle de classe. D’autres, plus avantagés, comme Coignon à Saint-Pol ou J. B. Derive à Arras, pouvaient disposer d’une maison plus spacieuse et même recevoir des pensionnaires.

  • 45 A. C. Calais, AA 9, F 18-36 ; COTTEL, Inventaire, p. 56

66Il est plus facile de décrire les écoles qui accueillaient un nombre important d’élèves : les archives les mentionnent plus volontiers. A l’Hôpital général de Boulogne, vers 1779-1780, existaient 3 classes, situées "dans le même allignement" au rez-de-chaussée du bâtiment principal. A Calais en 1749, les sœurs de la Providence se plaignirent car "excepté leurs classes, le logement qu’elles occupent est sy resserré qu’elles en souffrent beaucoup d’incommodité : leur cour est si petitte qu’elles ne peuvent point prendre l’air et que ce défaut leur occasionne des maladies..." : des classes suffisamment grandes donc, mais sans "cour de récréation". L’Intendant les autorisa à louer un jardin voisin en vue de l’extension de leur école45. A Arras, Boulogne et Saint-Omer, les Ursulines firent l’acquisition des maisons voisines de leurs couvents pour accueillir davantage d’externes.

  • 46 Pour tout ce qui a trait à la description des écoles boulonnaises, A. C. Boulogne, 171, 521, 547, (...)

67A Saint-Omer, les Frères des Ecoles chrétiennes purent disposer de bâtiments suffisamment vastes lors de leur installation dans les paroisses Sainte-Marguerite et Saint-Sépulcre, mais dans celle de Sainte-Aldegonde, ils durent solliciter l’hospitalité des chanoines pour installer deux classes sous le local de la bibliothèque du Chapitre. A Boulogne, les écoles des Frères nous sont davantage connues grâce aux "Mémoires" des artisans qui travaillèrent à leur construction ou à leur réfection46. En 1744-1745, on construisit la "classe d’écriture" : le bâtiment, "couvert de thuilles", mesurait 18 pieds de face (5,90m. environ), "et autant de creux" ; il comportait 2 étages, le second étant réservé au Frère enseignant. Cette école de 36 m2, suffisamment spacieuse, avait coûté 2 797 l. 12 s. 5 d. D’après ce que l’on peut conjecturer en lisant le détail des travaux effectués dans les autres bâtiments scolaires, les autres écoles étaient couvertes d’ardoises, et en 1787, la veuve Gombart réclamait le paiement "pour fourniture de chaux et cendrée par elle faite pour réparations aux couvertures des classes." En juin 1783, Lorgnier avait peint "82 pieds de nochère (gouttière), 2 antonnoirs et 28 pieds de tuyaux, le tout en petit gris en une couche" à l’école de la Beurrière. Les façades blanchies à la chaux, étaient percées de nombreuses fenêtres dont les croisées étaient peintes en "petit gris", les vitres encadrées par des panneaux de plomb ; les contrevents (volets) étaient, eux, peints en rouge. Les écoles étaient entourées d’un mur continu derrière lequel poussaient des espaliers et s’étendait un jardin. Un écriteau, annonçant la destination du bâtiment, surmontait la porte d’entrée à proximité de laquelle était suspendue une cloche. A l’intérieur de cette enceinte scolaire, probablement dans la cour, Lorgnier vint repeindre, en 1783, "le christ couleur de chaire, la croix en brun et les deux anges, le tout à l’huille."

* Le décor intérieur

68Pénétrons à présent dans l’école des Frères. Avant d’accéder aux classes, un couloir plus ou moins large, et dans le fond, un crucifix au-dessous duquel est installé un bénitier. Les classes semblent bien éclairées. A Boulogne, en 1769, le vitrier Acary a remplacé une quinzaine de "carreaux" dans les classes de la "haute-ville." A Saint-Omer, dans l’une des 3 écoles, l’éclairage est pourtant nettement insuffisant (jusqu’en 1773-1774, les Frères qui firent classe sous la bibliothèque du Chapitre exercèrent dans une pièce, éclairée par une seule fenêtre). Les salles comportent un plancher sur lequel a été répandue une mince couche de sable qui ne couvre cependant pas entièrement le bois noirci par la poussière et les pas. Au plafond des classes boulonnaises, le menuisier Lenglet a placé de la "ramure" pour "engresser les poutrelles" apparentes et il en a placé aussi contre les murs pour dissimuler les parois blanchies à la chaux. A l’intérieur de chaque local scolaire, on remarque le siège du maître, impressionnant par son aspect et sa situation surélevée ; il s’agit d’un fauteuil en bois de chêne muni de deux "accotoires" et d’un haut dossier surmonté d’une croix. La position et la conception de la chaise magistrale rivent les regards et désignent nettement l’autorité pédagogique qui peut ainsi s’exercer de façon quasi orchestrale.

  • 47 A Saint-Omer, les chanoines craignant pour leur bibliothèque, refusèrent cette commodité aux Frère (...)

69Dans l’axe de l’estrade, au centre de la classe, est installé le poêle posé sur un "tapie de fer". Du corps du foyer vers l’orifice de la cheminée partent 13 pieds (4,22 m. environ) de tuyau. A Boulogne, il a fallu attendre 1729-1730 pour que les classes soient pourvues d’un "poesle", les Frères ayant alors représenté au Magistrat qu’"il estoit impossible que les enfans puissent reste sans feu dans les escoles pendant l’hiver"47. De chaque côté du poêle, sont disposés des bancs de hauteur différente (8 et 10 pouces pour les petits ; 12, 14 et 16 pouces pour les moyens et les grands). Des tables sont visibles dans la salle de classe voisine : elles sont légèrement inclinées et longues de 14 pieds chacune (4,5 m. environ) ; des bancs de même longueur, hauts de 14 ou de 16 pouces (38 à 43 cm environ) sont disposés derrière chacune d’elles. A Boulogne en 1786, le menuisier Lenglet a fabriqué 4 tables coûtant 9 l. chacune et 4 bancs (3 l. chacun) pour l’école de la basse ville ; dans celle de la Beurrière, il a passé 12 journées de travail (18 l.) pour refaire les bancs et les tables, utilisant "32 pieds de ramure pour tenir les bancs, 42 pieds de ramure pour faire les entretoise, 18 pieds de quatre a quatre pouces quarré...", et garnissant enfin le dessous des tables en "feuillet".

70Le décor des murs mérite aussi qu’on s’y arrête. A plusieurs endroits, sont suspendus des cadres à l’intérieur desquels sont inscrites des sentences en grosses lettres noires sur papier blanc. On remarque également "un crucifix de papier, une image de la très-sainte Vierge, une de Saint-Joseph, du saint Ange gardien..." Dans la classe où il n’y a que des bancs, sont disposées deux "tables" (tableaux) avec des lettres ou des groupes de lettres. Dans la pièce voisine, est accrochée au mur, non loin du siège magistral, une table de numération, et sur le mur est suspendu, à 1,50 m du sol, un tableau en deux pans peints en noir, "le haut penché en devant".

71Achevons cette visite des classes par un dernier coup d’œil en direction...des serrures. Chaque porte d’entrée de communication vitrée et "férée" en est munie, tout comme la grande armoire au fond de la pièce, tout comme les tiroirs disposés de chaque côté du siège du maître. Ne nous arrêtons pourtant point à cette impression de "fermeture" et laissons s’animer ce décor en le peuplant de ceux pour lesquels il a été conçu : les maîtres bien sûr, mais aussi les élèves !

La fréquentation scolaire

* Vue d’ensemble

  • 48 En pourcentage de la population totale : 7 à 8 % dans les villes importantes, 8,5 à 9 % pour les a (...)
  • 49 Evaluée d’après la population des 8-12 ans (voir 1ère partie, chap.2)

72A partir des pourcentages d’alphabétisation appliqués à la population scolarisable48, il est possible de fournir pour chaque ville une estimation de sa population scolarisée49 vers 1775-1790.

(a) - d’après les taux globaux d’alphabétisation
(b) - le groupe des garçons âgés de 8 à 12 ans compte pour 50,03 % dans le total de la population scolarisable ; il suffit d’appliquer le taux d’alphabétisation masculine à l’effectif ainsi déterminé ; soit (a) : 2 x % d’alphab.
(c) - a-b
Tableau 19 : Population scolarisée dans les petites écoles urbaines (effectifs arrondis à 0 ou à 5)

  • 50 En 1782, les Etats d’Artois accordaient 6000 l. au manufacturier arrageois Dagneau en le félicitan (...)

73Les pourcentages d’alphabétisation relevés pour l’ensemble des villes de cette région atteignaient, à la veille de la Révolution, 61,4 % (67,5 % pour les garçons, 55,4 % pour les filles). On peut estimer ainsi à environ 5 000 le nombre de petits citadins scolarisés, vers 1770-1775, dans les petites écoles urbaines : 6 enfants sur 10 fréquentaient ces dernières, soit un peu moins de 7 garçons sur 10 et un peu plus de la moitié des filles. L’offre scolaire pouvait donc, globalement, paraître satisfaisante et correspondre grosso modo à la demande. Il arrive même que les chiffres de population réellement scolarisée atteignent 80 à 90 % de la population scolarisable, ce qui paraît improbable quand on sait que de nombreux enfants pauvres demeuraient éloignés des écoles parce qu’ils travaillaient50. A Saint-Omer par exemple, on comptait plus de 1 300 enfants dans les seules écoles congréganistes alors que la population scolarisable devait atteindre 1 450 à 1 500 individus, ce qui donnerait un taux de scolarisation de plus de 85 % ! Chez les Frères, les effectifs masculins scolarisés excédaient fréquemment le nombre des petits citadins en âge d’aller à l’école. Ainsi à Boulogne, vers 1780, les Frères recevaient dans leurs différentes écoles 450 élèves environ, soit l’équivalent de toute la population masculine scolarisable de la ville.

  • 51 BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), op. cit., p. 149

74Pour expliquer cette distorsion, on peut certes critiquer la précision du calcul des populations scolarisable et scolarisée, mais ce mode d’évaluation, pour approximatif qu’il soit, n’en constitue pas moins l’estimation la plus plausible en l’état actuel des recherches, et ne peut être seul, semble-t-il, à l’origine de l’écart évoqué précédemment. Les taux d’alphabétisation proposant une évaluation de toute la population scolarisée âgée de 8 à 12 ans (y compris les petits collégiens donc), il faut justifier les raisons d’une sous-évaluation plus apparente que réelle. On peut avancer deux explications. Tout d’abord les trop rares chiffres de scolarisation réelle proposent un nombre d’élèves inscrits dont une partie ne venait que très irrégulièrement à l’école ou n’y séjournait que très peu de temps avant leur première communion. Cette proportion d’élèves peu scolarisés, peu ou guère alphabétisés, n’apparaît donc pas dans les taux d’alphabétisation (taux de scolarisation) d’où un décalage entre ces derniers et les pourcentages plus élevés d’élèves scolarisés. Il faut savoir également que les écoles citadines recevaient un nombre important de jeunes élèves étrangers à la ville, citadins parfois, ruraux surtout, qui logeaient chez des parents ou amis, voire chez les Frères eux-mêmes (pensionnat à Saint-Omer, dortoir à Boulogne). La pratique de la demi-pension avait coins aussi : payante dans certains cas, le plus souvent gratuite (les écoliers apportant leur repas du midi). Parmi les externes reçues par les Ursulines d’Arras, 9 à 10 % ne résidaient pas dans la ville même51. L’ampleur réelle de ce flux forain se révèle difficile à évaluer car il faudrait connaître aussi le nombre d’élèves fréquentant les écoles particulières.

  • 52 A. C. Aire, G 35, f° 13-14, 225 r°
  • 53 Arch. hospit. Boulogne, "registre des délibérations, no 3, f° 33

75L’impression qui domine cependant est qu’à partir des années 1760, l’afflux vers les écoles urbaines se fit de plus en plus important au point que celles-ci se virent confrontées à des difficultés d’accueil parfois aiguës. Ainsi à Aire, les sœurs de la Providence attirèrent par deux fois l’attention des autorités : d’abord en 1752 pour réclamer d’autres maîtresses de leur congrégation, ne pouvant, affirmaient-elles, "suffire seules à l’instruction desdites pauvres filles qui se présentent journellement et dont le nombre est considérable..." ; puis en 1766, pour être autorisées à louer un autre logement "attendu l’impuissance...de donner la leçon à un nombre de pauvres filles faute d’emplacement suffisant dans leur logement pour les contenir toutes..."52. A Boulogne, les sœurs de la charité, en 1779, firent valoir "que le nombre des enfants de la ville qui viennent à l’école dudit hopital augmente tellement tous les jours...au moyen de quay les deux classes...ne peuvent les contenir tous sans les exposer à quelques maladies surtout dans les chaleurs de l’été..."53. Dans cette même ville, les Frères écrivaient, en octobre 1781, que "le nombre des enfans qui se présentent aux Ecoles de la basse ville est si considérable que les frères se trouvent surchargés. Le neuf de ce présent mois d’octobre, on a compté dans la petite classe de la maison cent trente six écoliers ; il y en avoit environ douze de connus qui étoient absens et depuis ce jour on continue à en amener tous les jours." Le Frère directeur demandait donc que le Magistrat prît une ordonnance limitant l’âge d’entrée des élèves à 6 ans et 1/2.

  • 54 A. C. Calais, AA 19 f° 18 v°

76Une telle situation, n’était pas étrangère aux autres villes : à Calais, en octobre 1779, le Magistrat écrivait au Supérieur des Frères : "...nous ne tarderons guerre a vous demander une augmentation de deux autres frères dont nous éprouvons la nécessité."54. De plus en plus d’écoliers et d’écolières, de moins en moins de place : l’institution scolaire urbaine se trouvait bien, en cette fin du XVIIIe siècle, en situation de blocage. Celle-ci pouvait être la conséquence d’une mortalité infantile et post-infantile en régression ; elle pouvait apparaître aussi comme le résultat d’une évolution économique plus favorable et comme la rançon du succès d’une école jugée de plus en plus nécessaire.

* La fréquentation scolaire masculine

  • 55 Reproduite par Fr. LUCARD, Annales de l’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes, 1883, t. 2, p. (...)

77Dans les cités où s’installèrent les Frères des Ecoles chrétiennes, ceux-ci recevaient la plupart des garçons de la ville désireux de fréquenter l’école. Une statistique établie à la fin du XVIIIe siècle par le Régime lassallien, montre l’importance des effectifs scolarisés par les Frères55.

Tableau 20 : Statistique des écoliers fréquentant les écoles des Frères

78A la veille de la Révolution, les Frères scolarisaient entre 2000 et 2500 élèves dans une quarantaine de classes (moyenne : 58 élèves par classe). Sauf pour Ardres, les effectifs ont progressé entre 1779 et 1790, de façon modérée à Boulogne et à Calais, de manière plus nette à Saint-Omer.

79Même en tenant compte d’un nombre non négligeable d’élèves étrangers à la ville, et même s’il faut lui ôter le caractère massif que peuvent lui donner les statistiques brutes, la scolarisation masculine urbaine était forte : plus de 60 % des écoliers scolarisables, les Frères recevant plus de 80 % d’entre eux. Ces chiffres prouvent aussi que les Lassalliens n’instruisaient pas seulement les pauvres. On sait qu’à l’origine telle était la destination de l’Institut fondé par Jean-Baptiste de La Salle. Le renom des écoles chrétiennes fit pourtant que leur clientèle scolaire s’élargit beaucoup, bien au-delà de la sphère sociale touchée par le paupérisme. En 1766 et en 1767, à Abbeville et à Amiens, les Frères furent en butte aux attaques des maîtres particuliers et écrivains qui les accusaient de recevoir un nombre important d’élèves non indigents. Le Parlement de Paris, saisi de ces affaires, décida que les Lassalliens ne pouvaient recevoir "autres que les enfants des pauvres gens sur un certificat d’indigence et de pauvreté..." En fut-il réellement ainsi dans notre région ?

  • 56 RIGAULT (G.), op. cit., t. 2, p. 364, 368

80L’affaire de la gratuité scolaire qui se déroula à Boulogne en 1780-1781 fournit déjà une indication puisqu’il y fut question de faire payer les enfants des familles aisées. En dehors de tout document conservé dans les archives (registres d’inscriptions par exemple), nous sommes réduits à une analyse sommaire de l’origine sociale des écoliers fréquentant les écoles lassalliennes. En 1773, Frère Exupère, Assistant du Supérieur général, écrivait au directeur des écoles chrétiennes de Reims, ville dont le Magistrat voulait interdire la fréquentation des écoles gratuites par les enfants aisés : "A Meaux, M. le maire et MM. les officiers me dirent lorsque j’y demeurais : Ceux qui nous ont précédés ont fait la plus grande faute ; ils ont eux-mêmes exclu leurs enfants de vos écoles et ils ne savent à qui les confier... Les Messieurs de Saint-Omer, de Calais, de Boulogne ont agi avec plus de prudence. A Arras, Douai, Béthune et Hesdin, ils se proposent d’y envoyer leurs enfants..." Dans une autre lettre en date du 6 avril 1774, Frère Exupère nommait encore Saint-Omer comme exemple des villes qui "très généreusement faisaient distribuer l’instruction chrétienne aux riches et aux pauvres"56.

  • 57 Grâce à leurs pensionnats (comme celui de Saint-Omer) où ils recevaient des élèves payants (400 à (...)

81Les classes des Frères accueillaient donc des enfants de milieux sociaux très divers, y compris ceux de la bourgeoisie et notamment ceux de l’élite dirigeante. Une autre question d’importance est de savoir quelle restait la priorité en cas d’afflux massif d’élèves : privilégiait-on l’accès des pauvres pour respecter la volonté du fondateur ? Dans sa lettre d’octobre 1780 adressé au directeur de Boulogne, le Supérieur général Frère Agathon avait été catégorique : en cas de difficultés, il fallait "se borner à cette seule classe d’enfants." En alla-t-il toujours ainsi dans la pratique quotidienne ? On ne peut apporter de réponse catégorique, mais l’importance dans les classes des Frères de garçons non originaires de la ville, issus de familles vraisemblablement aisées, tendrait à prouver le contraire57.

* La fréquentation scolaire féminine

82A Arras, les Ursulines accueillaient les externes en grand nombre : 47 entrées en 1727, 58 en 1736, un peu moins par la suite, mais sans doute plus de 200 écolières en année normale. Les fillettes arrageoises étaient scolarisées aussi par les sœurs de la Charité (une classe de 30 à 40 écolières vers 1789), par les "filles de Sainte-Agnès et les séculières de la paroisse Sainte-Croix (probablement une centaine d’élèves) et peut-être même aussi par les sœurs de la Providence. Il faut tenir compte également des quelques externes fréquentant les écoles des autres couvents, des filles instruites ici et là aux frais de la ville. Compte tenu aussi des élèves externes mais non arrageoises (9 à 10 %), on peut estimer entre 60 et 100 le nombre de fillettes fréquentant les écoles particulières.

  • 58 A. N., G164 (11)

83A Béthune, les sœurs de la Providence accueillaient dans leur école, si l’on en juge d’après le mobilier, 50 à 60 filles ; 15 à 20 étaient instruites par le maître ou la maîtresse des pauvres (16 en janvier 1768). La ville d’Aire bénéficiait d’un excellent équipement scolaire puisqu’en 1789, selon les renseignements fournis par l’enquête du 25 ventôse an IX, les séculières du Jardin Notre-Dame et les Dévotaires faisaient classe à 200 externes, ce qui correspondait au nombre d’élèves des sœurs de la Providence. Nombreuses étaient les écolières foraines puisque déjà en 1746, l’évêque signalait l’utilité de la maison du Jardin Notre-Dame où l’on instruisait "les pauvres enfans de la ville et de la campagne." A Saint-Omer, les Ursulines enseignaient 300 externes dans leurs 3 classes "extérieures", davantage que les séculières du Jardin Notre-Dame (200 écolières) ; les religieuses du couvent du Soleil et les sœurs grises accueillaient elles aussi 30 à 40 élèves demi-pensionnaires dans leur "demi-pensionnat" (30 à 40 écolières pour chaque couvent) ; en 1746, l’évêque du diocèse mentionnait déjà dans sa note sur les sœurs grises l’instruction d’une trentaine de filles de la campagne qui sont "à demie pension à raison de trois livres par mois"58. Une telle pratique existait au Jardin Notre-Dame et probablement aussi chez les Ursulines, ce qui explique l’importance du nombre de leurs externes. Le nombre des fillettes scolarisées à Saint-Omer vers 1780-1790 oscillait autour de 600 (y compris les 2 classes de filles de l’hôpital, non compris les demi-pensionnaires des couvents du Soleil et des sœurs grises) alors que le nombre des scolarisées audomaroises ne devait pas excéder 400. On peut donc estimer à environ 30 % l’effectif forain dans les écoles de filles audomaroises, ce qui paraît considérable. A Boulogne, nous savons que les sœurs de la Charité instruisaient, en avril 1779, 280 "enfants de la ville", mais nous ignorons le nombre d’externes accueillies par les autres congrégations enseignantes. A Saint-Pol, Hesdin et Montreuil, 3 villes à peu près d’égale importance, exerçaient les sœurs de la Providence au nombre de 3 dans chaque cité : elles devaient enseigner la plupart des fillettes fréquentant les écoles (70 à 90 environ sur 110 à 120).

  • 59 A. D. P. de G, 7 D1
  • 60 A. C. Boulogne, no 944

84De quel milieu social étaient issues ces élèves fréquentant les écoles urbaines ? Grâce à l’existence d’écoles gratuites, les filles des milieux populaires et de la petite bourgeoisie pouvaient être scolarisées. Dans les écoles hospitalières, elles bénéficiaient d’ailleurs de la priorité. Chez les Ursulines d’Arras, les classes "extérieures" étaient fréquentées majoritairement par les filles de la petite et surtout de la moyenne bourgeoisie (commerçants, maîtres de métiers...). Cette prépondérance semble s’être accrue en fin de siècle. On note aussi, vers 17801788, une plus forte représentation des filles de la campagne (31 % des effectifs) dont les parents appartenaient à la paysannerie aisée des fermiers et des laboureurs59. La haute bourgeoisie répugnait à envoyer sa progéniture dans ces classes d’externes, préférant des institutrices particulières ou la mise en pension. Ce désir d’éviter la promiscuité avec les enfants du petit peuple apparaissait d’ailleurs aussi dans la petite et moyenne bourgeoisie comme en témoigne cette remarque du Magistrat boulonnais, désireux d’établir en 1748 une école dans la basse ville "pour les jeunes filles de la moïenne classe dont les pères ne sont pas en état de les mettre dans les couvens ou a qui il peut repugner de les envoier a l’école de charité de l’hôpital"60.

85Les congrégations religieuses et séculières accueillaient aussi et hébergeaient des pensionnaires venues d’horizons différents : de villes voisines, de la campagne, parfois d’Angleterre nous l’avons vu, et aussi de Flandre. Les séculières du Jardin Notre-Dame à Saint-Omer recevaient des filles d’Arras, d’Hesdin, de Saint-Pol, de Béthune, de Dunkerque, voire de Paris, du Boulonnais, de Flandre (8,2 %), d’Angleterre (14,7 %), de Saint-Omer (10,8 %), de la région audomaroise (34,6 %). A Arras, outre les Ursulines qui pouvaient accueillir une quarantaine de pensionnaires, on notait l’existence de pensionnats aux Louez-Dieu (24 lits.), chez les Augustines, les Brigittines et les séculières (une vingtaine de lits). A Boulogne, les Annonciades et les Ursulines pouvaient héberger 30 à 50 pensionnaires : en 1781, les premières comptaient 16 pensionnaires françaises et 19 anglaises, et les secondes n’avaient que 18 internes ce qui était inhabituel (en 1770 par exemple, elles hébergeaient une trentaine d’Anglaises et sans doute un nombre équivalent de Françaises). Les Bénédictines d’Ardres ne recevaient plus qu’une vingtaine de filles dans leur pensionnat (vers 1750) alors que leur pensionnat "quoique peu nombreux depuis quelques années a été cy devant de 60 à 80 pensionnaires." A Calais, la même congrégation n’accueillait guère plus de filles en pension complète (14 en 1725). A Aire, les séculières du Jardin Notre-Dame n’en inscrivaient guère plus d’une dizaine vers 1750 (11 en 1746), mais près de 40 en 1788-1790. A Saint-Omer enfin, outre les séculières mentionnées précédemment, les Ursulines hébergeaient environ une quarantaine de filles vers 1790 (30 en 1746), mais leur pensionnat avait une capacité d’accueil d’environ 90 internes ; les sœurs grises et les religieuses du couvent du Soleil dirigeaient aussi un petit pensionnat.

  • 61 Les "dévotes" audomaroises, tout comme celles d’Arras et d’Aire, hébergeaient aussi des boursières (...)

86Les "demoiselles" ainsi mises en pension étaient issues de familles riches, suffisamment en tout cas pour pouvoir payer un prix de pension assez élevé.61 Ainsi demandait-on au Jardin Notre-Dame de Saint-Omer, pour prix d’une pension annuelle : 220 l. en 1771, 230 l. en 1773, 250 l. en 1788, c’est-à-dire environ 2 fois le salaire annuel des plus humbles ; vers 1746-1750, il en coûtait déjà 150 l. pour une pension annuelle chez les sœurs grises de la même ville. Filles de la noblesse et de la bourgeoisie aisée se côtoyaient dans ces pensionnats, et la mise en pension témoignait davantage, à la fin du XVIIIe siècle, de la société de classes que de la structure sociale verticale d’une société d’ordres.

4 - Contenu et méthodes d’enseignement

87Parce que la mixité était rarement en usage dans les écoles urbaines, et en raison de finalités pédagogiques différentes, la distinction entre l’enseignement destiné aux filles et celui reçu par les garçons s’impose, même si la religion en constituait le fond commun.

L’enseignement féminin

88Quelques maîtresses particulières instruisaient un nombre peu important de fillettes. Cet enseignement était restreint, et en raison des capacités médiocres de celles qui le dispensaient, se limitait bien souvent à la lecture et à la couture. On note quelques exceptions cependant : ainsi à Arras, à la fin du XVIIIe siècle, Marie-Hélène Dupire pouvait "enseigner la jeunesse à lire, écrire et faire la dentelle".

  • 62 En 1782, Philippine Legrand, âgée de 9 ans, était mise en pension au Jardin NotreDame de Saint-Ome (...)
  • 63 Mère M. C. GUEUDRE signale dans son étude sur les Ursulines (t. 2, p. 239), une Géographie éditée (...)

89L’essentiel de l’enseignement féminin était assuré par des congrégations religieuses et séculières dont les membres recevaient une formation appropriée dans des noviciats. A Aire, les sœurs de la Providence apprenaient à leurs élèves "la lecture et le travail de l’aiguille et du fuseau" ; les sœurs grises enseignaient "à lire, écrire et leur catéchisme" aux filles qui fréquentaient leur classe vers 1746. A Calais, les sœurs de la Providence faisaient de même, ouvrant leurs classes de 8 heures à 11 h 30 le matin, de 1 h 30 à 4 heures de l’après-midi ; les élèves assistaient à une messe journalière à 10 heures ; les dimanches et les jours de fêtes, les sœurs enseignaient aussi le catéchisme après la messe et dispensaient une instruction religieuse approfondie une quinzaine de jours avant le temps de la première communion. Les élèves avaient congé le jeudi et le samedi après-midi, et prenaient 6 semaines de vacances. Les congrégations qui recevaient des externes et des pensionnaires enseignaient aux premières les rudiments, les familiarisaient à quelques travaux de couture, et dispensaient aux internes, de condition aisée, une instruction plus poussée. Parmi ces dernières, il faut distinguer les pensionnaires anglaises et flamandes, venues surtout pour apprendre la langue française et les françaises, dont certaines peu âgées62, à qui l’on enseignait "la doctrine chrétienne, l’arithmétique, différentes sortes d’écriture, la lecture de manuscrits et du latin, différentes espèces de broderies", ainsi que des éléments de géographie63.

  • 64 Voir note 62
  • 65 PLAYOUST-CHAUSSIS (A.), op. cit., p. 81 ; A. D. P. de C, 1 G 6, f° 126
  • 66 A. D. P. de C, A 365 ; on a conservé aussi une Méthode pour apprendre à compter à l’usage des Clas (...)

90La durée des études pouvait s’étendre sur 5 années, mais beaucoup quittaient la pension au bout de deux ou trois ans. Il s’agissait surtout de leur donner une parure culturelle beaucoup plus qu’une véritable formation intellectuelle. Parfois aussi, la mise en pension visait à calmer un tempérament turbulent ou frondeur : ainsi le père d’une petite Vandomber de Dunkerque demandait-il en mai 1784 à la supérieure du Jardin Notre-Dame de Saint-Omer de mettre ordre au "petit caractère enfantin" de sa fille64. L’instruction n’était qu’un aspect de l’éducation entreprise dans ces couvents : au cours d’une journée longue (lever à 5 h 30 ou 6 h.), les demoiselles devaient se "tenir droites et de bonne grâce, sans remuer mal à propos la tête et les mains en parlant...", s’activer "sans caprice, en évitant le bruit", fuir tout ce qu’il leur était possible pour paraître une fille bien née et bien élevée", et se livrer le soir à un examen de conscience approfondi. Par les travaux manuels (couture, broderies, repassage...), les religieuses cherchaient aussi à mettre leurs pensionnaires "en état de devenir de bonnes mères de famille". A Boulogne, les Annonciades et les Ursulines ne faisaient pas autrement et la supérieure de ces dernières indiquait en 1727 : "Notre institut nous oblige à l’instruction et éducation des jeunes filles tant externes que pensionnaires, leur apprendre à lire, écrire, compter, le catéchisme et l’instruction, leur apprendre à coudre, filer, tricoter, recarter, tapisserie et broderie... Les ouvrages que les pensionnaires font sont pour elles"65. Ces internes ne pouvaient être hébergées au-delà de l’âge de 15 ans, sauf si elles arrivaient après cet âge ou si elles désiraient entrer au couvent. Les Ursulines d’Arras recevaient des externes âgées en moyenne de 8 à 9 ans, mais la disparité des âges était habituelle (de 4 ans 1/2 à 15 ans). Elles utilisaient, pour instruire leurs élèves, des livres de piété, dont le Catéchisme du diocèse, et un Formulaire de prières et exercices de piété pour passer dévotement la journée... à l’usage des Pensionnaires des Ursulines d’Arras, imprimé à Arras en 1738. Dans l’Avertissement, il est mentionné que l’utilité de ce livre vient de la nécessité de "faire prendre (aux pensionnaires) de bonne heure l’esprit et le goût d’une vraie et solide piété..." afin qu’elles puissent en faire un "saint usage" durant le reste de leur vie66.

L’enseignement masculin dans les écoles lassalliennes

  • 67 L’édition princeps de 1720 (ms 11759 de la B.N.) a été publiée par Fr. Anselme, Paris, 1951, 334 p (...)

91Plus de 40 classes en 179, près de 2500 élèves : le poids "pédagogique" des Frères des écoles chrétiennes n’était pas sans importance, et s’il n’y avait eu les troubles révolutionnaires, leur action se fût étendue bien davantage encore. Il paraît donc normal d’étudier de près leur manière d’enseigner et le contenu des études qu’ils dirigeaient dans leurs classes. Les Frères, destinés exclusivement à l’enseignement dans les villes, recevaient dans leurs noviciats (celui de Saint-Yon notamment) une formation poussée qui les préparait à leur mission éducative. Malgré la rareté des renseignements, il est cependant possible de décrire cet enseignement grâce à la Conduite des Ecoles Chrétiennes, guide pédagogique écrit par Jean-Baptiste de La Salle, qui codifiait l’organisation et la progression obligatoire à suivre dans toutes les écoles tenues par les Lassalliens67.

  • 68 Arch. de la Maison Généralice, 304/1
  • 69 A. D. P. de C, 1 L 309

92J. B. de La Salle avait souhaité qu’il y eût "trois classes dans chaque école" : une petite où l’on apprenait la lecture, une moyenne où étaient enseignées la lecture courante et l’écriture, une grande enfin dont le programme continuait celui de la classe précédente, augmenté de l’arithmétique. Pour des raisons matérielles et financières, le souhait du fondateur ne put être rempli partout où s’installèrent les Frères. A Ardres et Bapaume, les écoles étaient divisées en 2 classes chacune, mais à Calais, les Frères dirigeaient 6 classes en 1790, probablement organisées de manière ternaire68. A Saint-Omer, 6 Frères exerçaient dans les 3 écoles de la ville : "trois qui enseignent l’écriture, l’arithmétique, la grammaire et le catéchisme pour la première communion ; trois qui apprennent aux enfans à lire leurs prières et les premiers principes de la religion" (il est possible qu’un septième exerçât dans le faubourg du Haut-Pont)69. A Boulogne, les écoles de la Beurrière et de la Haute-ville comprenaient chacune deux classes alors que celle de la basse ville était divisée en petite, seconde et grande classes. Excepté à Calais et à Boulogne, il n’existait pas ailleurs d’école à 3 classes.

* La classe : "l’église des enfants"

93En entrant dans l’école, les écoliers devaient passer devant le bénitier et faire le signe de croix. En arrivant dans leur classe "avec un profond respect, dans la me de la présence de Dieu, étant au milieu, ils feront une profonde inclination au crucifix...ensuite ils se mettront à genoux pour adorer Dieu, et faire une courte prière à la très-sainte Vierge..." Une grande partie du temps scolaire était consacrée à la récitation de prières et du catéchisme : d’après les indications de la Conduite, sur 6 heures et demie de classe, 3 à 4 heures étaient réservées à l’instruction religieuse proprement dite (y compris le temps de la messe). Le temps du petit déjeûner et celui du goûter ne l’interrompaient pas. Pendant la classe, deux ou trois écoliers récitaient le chapelet à tour de rôle dans un coin spécialement réservé. De même après la classe fallait-il "dire le chapelet" pour retourner chez soi. Chaque matin, souvent vers 10 h 30 - 10 h 45, les élèves assistaient à la messe dans l’église la plus proche et le dimanche, ils s’y rendaient aussi sous la conduite des maîtres. La finalité religieuse d’un tel enseignement était donc omni-présente et l’étude systématique du catéchisme revêtait une importance considérable pour les Frères. Chacun d’eux devait d’ailleurs se persuader que, dans sa classe, il représentait le Christ et devait s’efforcer de faire et de dire "ce que Jésus-Christ y feroit et y diroit lui-même." Bien qu’il ne fût pas prêtre, il pouvait donc à sa manière exercer une cura animarum pédagogique. Précisons enfin que les livres de classe, outre le Catéchisme, étaient uniquement des livres de piété, tout manuel profane étant proscrit impitoyablement, excepté pour l’enseignement de l’arithmétique.

* La petite classe

94Elle était de loin la plus chargée (près de 140 écoliers dans celle du quartier des Carreaux à Boulogne, en octobre 1781). Les enfants y étaient admis entre 7 et 8 ans, parfois même avant 6 ans 1/2, parfois aussi peu de temps avant leur première communion, vers 10-12 ans. Cette classe, aussi appelée "de lecture" ou encore "des commençans", pouvait accueillir donc des élèves d’âges très différents. L’enseignement y commençait par l’alphabet, se poursuivait avec l’apprentissage des syllabes et s’achevait avec le déchiffrage du syllabaire. Chacun de ces trois étapes comprenait trois niveaux ou "ordres" bien séparés les uns des autres dans la classe : les commençans, les médiocres et les avancés. A ce stade, apparaissent les deux innovations fondamentales de l’enseignement lassallien : l’enseignement de la lecture se faisait en français et non plus en latin ; la méthode simultanée était substituée à la méthode individuelle, les élèves de même niveau suivant en même temps la leçon. Combien de temps les écoliers demeuraient-ils dans la classe des "commençans" ? Une année pour les plus doués et les plus assidus, mais deux voire trois pour les autres dont quelques-uns n’accédaient pas à la grande classe.

* La grande classe

95En arrivant à ce niveau, l’écolier sortait de "l’ordre des épelans" pour accéder à celui des "lisons par syllabes" : il utilisait alors un livre dont le texte était constitué de phrases dont chaque mot devait être épelé. Une fois cette étape franchie, l’écolier parvenait à l’ordre des "lisons par pauses" et utilisait un autre manuel dont il devait lire en décomposant ainsi les mots : Cons-tan-tin, Em-pe-reur, as-sis-ta au con-ci-le de Ni-cé-e. Avec le troisième livre, les élèves abordaient la lecture courante, "par périodes et de suite, n’arrêtant qu’aux points et aux virgules." Ils appartenaient, enfin, à la catégorie de ceux qui lisaient "coulamment" et lisaient 8 à 15 lignes par leçon. Ils étaient suivis attentivement par le maître qui devait faire "remarquer toutes les fautes contre la prononciation...en les reprenant exactement sans en laisser passer aucune."

  • 70 Un ouvrage d’Erasme avait été à l’origine de cet enseignement. La Bibliothèque municipale de Saint (...)

96Parallèlement à l’approfondissement de l’apprentissage de la lecture, intervenaient d’autres matières d’enseignement. Ainsi, les lecteurs du troisième livre étaient-ils initiés à l’orthographe, matière qui englobait alors la grammaire, la conjugaison, la dictée, la ponctuation. Sur un mur de la classe, une table indiquait l’essentiel de ce qu’il fallait retenir. Le temps consacré à cette matière était réparti sur deux demi-heures dans la semaine. Le latin n’était pas totalement exclu du programme des écoles lassalliennes, puisqu’il constituait l’un des derniers stades de l’apprentissage complet de la lecture. Les élèves le lisaient dans un Psautier à raison de sept séances par semaine. Une fois parvenus au troisième ordre dans la lecture du latin, ils étaient initiés chaque matin à la lecture de la Civilité chrétienne70. Cet enseignement visait à combattre, entre autres défauts, l’irrespect, l’indécence, la malpropreté, pour façonner un comportement social policé chez les enfants d’origine populaire.

97A ce moment-là, commençait aussi le véritable apprentissage de l’écriture et les élèves "écrivains" devaient théoriquement franchir six étapes pour être capables d’écrire en lettres rondes et six autres pour triompher des subtilités de l’écriture italique. Deux heures quotidiennes étaient consacrées à cette initiation qui exigeait une progression minutieuse pour discipliner le poignet et les doigts des néophytes qui s’exerçaient d’abord avec un bâtonnet muni de crans, avant d’en arriver à la plume d’oie.

98L’apprentissage de la lecture se poursuivait pendant ce temps : il s’agissait alors de pouvoir lire l’écriture manuscrite à partir de quittances, de baux et autres papiers de nature commerciale ou juridique. La lecture de ces écrits "à la main" intervenait deux fois dans la semaine.

  • 71 Arch. de la Maison Généralice, CH 453/3
  • 72 Enseignement surtout dispensé dans les classes spécialisées des Frères ; voir le passage consacré (...)
  • 73 LUCARD (M.), op. cit., t. 2, p. 515

99L’arithmétique enfin constituait l’une des dernières matières enseignées dans la grande classe. Peu de temps y était consacré : une demi-heure chaque mardi et vendredi après-midi. Six étapes étaient prévues : la numération, les quatre opérations et enfin la règle de trois. Hormis le premier niveau étudié à partir d’un tableau accroché dans la classe, les opérations formaient les exercices principaux. Les maîtres faisaient leur cours à partir de cahiers manuscrits71, mais à la fin du XVIIIe siècle apparut un Traité d’arithmétique à l’usage des pensionnats et des écoles des Frères des écoles chrétiennes, contenant des leçons sur les 4 règles, les fractions, les monnaies, les poids et les mesures, mais aussi divers modèles de factures, de lettres de commerce, de billets à ordre...72. Ce livre, rédigé en partie par Frère Maur (le directeur des écoles de Boulogne), fut complété par Frère Albéric, agréé en 1787 et ne fut donc en usage dans les écoles que bien peu de temps avant la Révolution73.

* La discipline

  • 74 FOUCAULT (M.), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, 1975, 318 p.

100 "Surveiller et punir"... C’est le titre d’un ouvrage écrit par Michel Foucault74. Ce philosophe, étudiant le "corps comme objet et cible de pouvoir", a choisi parmi ses exemples celui des petites écoles créées à la fin du XVIIe siècle. Evoquant principalement les classes lassalliennes, il montre comment l’école s’efforçait de rendre "les corps dociles" par une discipline rigoureuse et par un emploi du temps minutieusement programmé. Selon Foucault, l’âge classique fut celui du renfermement des fous, des pauvres...et des enfants.

101La Conduite des écoles Chrétiennes se caractérise, il est vrai, par un souci constant de planification pédagogique : depuis les apprentissages jusqu’aux attitudes du maître et des élèves, tout y est minutieusement prévu. Reste à savoir cependant si, au XVIIIe siècle, la discipline préconisée par J. B. de La Salle était encore appliquée telle quelle. D’autre part, la Conduite est un ouvrage théorique et la pratique pédagogique pouvait parfois être bien différente de ce qui était souhaité, même si les Frères devaient s’appliquer à respecter les instructions de leur fondateur.

102La surveillance magistrale s’exerçait sur l’écolier d’une façon quasi continue : en classe bien sûr, mais aussi à l’église, dans la rue et parfois même jusqu’à la maison. Pour arriver à l’école, les écoliers devaient marcher modestement, humblement, les yeux baissés, sans jouer ni courir ni chanter. De même pour attendre l’ouverture de la porte : gare aux turbulents car un de leurs condisciples était chargé de "remarquer sans parler et dire au maître ce qui se sera passé sans que les autres s’en puissent apercevoir." L’entrée dans l’école et dans chaque classe devait se faire dans le plus grand calme possible.

  • 75 "morceau de bois tourné, surmonté d’une languette en bois dur, attachée avec une petite corde de b (...)

103A l’arrivée des maîtres ou du Frère directeur, les élèves se levaient pour marquer leur respect. Durant le temps de classe, le silence et l’immobilité étaient de règle : il ne fallait pas tourner trop la tête, ni bouger les pieds ! Pendant la leçon de lecture, chaque écolier, tête nue, ne se recoiffait qu’après avoir lu. Le maître lui-même parlait "rarement et toujours bas", et utilisait le signal75 pour attirer l’attention de ses ouailles et leur communiquer ses ordres : un coup bref et il fallait arrêter de lire ; deux coups commandaient la relecture du mot précédent ; une lecture plus lente était demandée par deux coups espacés... Pointé sur l’élève ou vers ses pieds, le signal accordait ou non l’autorisation de s’adresser au maître.

104Dans les classes tenues par les Frères étaient accrochés des tableaux à l’intérieur desquels étaient inscrites des "sentences" qui concernaient "les cinq sujets pour lesquels on fera des corrections dans l’école.". Lorsqu’un écolier avait enfreint l’une de ces règles, ou même s’il était convaincu de l’un des 5 vices "qu’il ne faut point ordinairement pardonner" : le mensonge, les " batteries", le larcin, l’impureté, et "l’immodestie" dans l’église, le maître lui faisait signe de venir près de lui, souvent pour lui "donner une férule." Arrivé près du siège magistral, le fautif devait se signer et tendre bien fermement la main gauche sans la retirer avant le coup. Avant ou après la correction, l’élève ne devait surtout pas "gronder" ou "pleurer haut", ni gesticuler, auquel cas un second coup de férule s’appliquait. Le coupable devait ensuite écouter le Maître qui s’adressait alors à lui en le vouvoyant puis attendait qu’il reconnût sa faute et promît de ne plus recommencer. Enfin "après que l’écolier aura été puni, il ira se mettre à genoux modestement au milieu de la classe, devant le Maître, les bras croisés, pour le remercier de l’avoir corrigé, et se tournera ensuite du côté du crucifix pour en remercier Dieu..." Le maître ne devait jamais corriger pendant les prières ou la leçon de catéchisme ; il devait appliquer la férule de préférence l’après-midi mais "jamais à la fin de l’école" et sans excéder trois coups par élève pour une demi-journée. Il ne devait pas punir par mauvaise humeur, mais sereinement, charitablement, pour le salut de l’âme du fautif. En plus de ces "corrections", les punitions comprenaient des pénitences : obligation d’arriver le premier à l’école pendant 8 ou 15 jours ; agenouillement à la porte de la classe au moment des sorties ; recul de quelques rangs dans la classe ou isolement sur le banc des paresseux... Cette discipline, rigoureuse, s’explique aussi par la nécessité de contenir une multitude d’enfants pendant de longues journées sans récréation.

105En dehors des aspects répressifs, l’émulation était largement pratiquée et des récompenses étaient distribuées pour stimuler la piété, la capacité et l’assiduité. A Boulogne en 1779, l’imprimeur Battut livrait "401. 10 s. de livres destinés au prix des Ecoles des Frères" ; de même à Saint-Omer, le Magistrat accorda-t-il en 1780 une gratification de 59 l. pour le même objet. Outre ces prix de fin d’année, les Frères impliquaient leurs élèves dans une compétition continuelle dont les résultats se traduisaient spatialement par les places et les rangs occupés dans la classe. Même les médiocres pouvaient se voir attribuer des privilèges pour leur sagesse, leur application ou leur assiduité si aucune réprimande n’était intervenue pendant une semaine de classe. Il s’agissait en quelque sorte des fameux "bons points", naguère, et peut-être encore en usage dans les petites classes. Des privilèges acquis grâce à un certain nombre de points permettaient aux écoliers de se libérer de quelque pénitence ou coup de férule. Enfin l’attribution de certaines responsabilités (distribution de matériel, surveillance, sonnerie, balayage, "monitorat" pour aider les écoliers moins avancés...) favorisait aussi l’émulation. Si, pour reprendre la formule de M. Foucault, les Frères cherchaient à pénaliser "le domaine indéfini du non-conforme", il est peut-être moins vrai que chaque écolier se trouvât "dans une universalité punissable-punissante". Même si elle ne ressemblait pas à un paradis pour les âmes enfantines, la classe des Frères ne ressemblait pas à un enfer (c’eût été un comble !).

L’enseignement dans les autres écoles de garçons

106Parallèlement aux écoles chrétiennes, ou en leur absence, fonctionnaient d’autres établissements dont la pédagogie était bien différente, parce que souvent moins bien organisée et beaucoup plus empirique.

  • 76 A. C. Boulogne no 1362 ; à Béthune en 1739, J.P. Delvalle qui avait étudié au collège de Douai, de (...)

107Sur les maîtres et les maîtresses isolés, il y a peu à dire car on ignore les méthodes utilisées et les livres employés. Vraisemblablement pratiquaient-ils une méthode d’enseignement individuel et utilisaient-ils des livres comme le Catéchisme du diocèse, le Petit Catéchisme historique de Fleury, ou encore quelques abécédaires et syllabaires en latin. Les plus savants préparaient des écoliers à l’entrée au collège : à Boulogne vers 1760, Salomon s’efforçait de donner à ses élèves les "principes suffisans" pour entrer au collège de l’Oratoire76. Cet enseignement visait ainsi à combler le hiatus assez grand qui existait entre les petites écoles et les collèges. A Saint-Omer, des maîtres d’école pouvaient offrir un enseignement bilingue (français et flamand) qui leur donnait un atout supplémentaire pour attirer des élèves, mais on ne connaît guère la nature exacte des études qu’ils dirigeaient.

108Dans les écoles des pauvres ou orphelinats et dans les écoles hospitalières, l’enseignement se résumait bien souvent à l’instruction chrétienne (apprentissage du catéchisme). Une éducation morale sanctionnée par une discipline implacable et par la mise au travail formait l’autre aspect du dispositif pédagogique.

  • 77 Arch. hospit. Boulogne, registre des délibérations no 3, f° 30-31 ; A. C. Saint-Omer, délibération (...)

109Les règlements des hôpitaux généraux de Boulogne et de Saint-Omer, qui accueillaient des orphelins mais aussi des enfants abandonnés ou placés par des parents nécessiteux, permettent de décrire la vie des pensionnaires77. Ces règles visaient à régénérer par la prière, le travail et la discipline, des individus jugés en perdition. Les conditions d’existence étaient pénibles. Le lever était fixé à 5 heures en été, 6 heures en hiver. Suivait la prière "à hautte et intelligible voix... à genouil." Le temps d’école était bref : une demi-heure à une heure chaque matin. A Boulogne, le maître d’école nommé en 1773 était tenu "de faire l’école aux garçons tous les jours ouvrables, en hiver depuis six heures du matin jusqu’à sept et l’été depuis six heures et demie du matin jusqu’à sept heures et demies..." A Saint-Omer, "à cinq heures et demie, après la prière, les enfants qui travaillent en ville apprennent à lire et à écrire, et vont chez leurs maîtres à six heures pendant l’été et lorsqu’il fait jour en hiver. Pour ce qui est de ceux de la maison, ils vont au travail d’abord après la prière, et à mesure qu’ils sont appelés, tour à tour ils apprennent à lire." La durée de l’instruction était encore réduite par l’usage de la méthode individuelle, comme il apparaît ci-dessus. Durant ce bref laps de temps, ne pouvaient être enseignés que des rudiments, peut-être même seulement les prières.

110Le maître boulonnais devait théoriquement apprendre "à lire, à écrire et les principes de l’arricméthique...le plain-chant aux enfans de l’hôpital dans lesquels on apercevra plus de disposition..." Hormis cette durée matinale d’enseignement, le reste du temps, entrecoupé par les repas et quelques instants de détente, était consacré au travail. Leur faire gagner leur pain en les éloignant de l’oisiveté, origine des désordres et des vices, telle était la finalité de cette mise au travail forcée. A Boulogne, les garçons confectionnaient ou raccommodaient des "serges, retz et filets et autres ustancils de vaisseaux", cependant que les fillettes filaient "la laine, chanvre et autres fillures" et parfois faisaient de la dentelle. A Saint-Omer, les fillettes étaient occupées aux mêmes tâches cependant que les garçons s’activaient dans un atelier de filets pour la pêche ou dans la fabrique de pipes. La discipline pouvait être très dure : en 1735, un nommé François Ledoux, hébergé à l’hôpital de Boulogne, convaincu de vols répétés, fut "pour l’exemple...foité (fouetté) dans la cour dudit hôpital en présence de tous les enfans et ensuite chassé". Chaque année, au mois de mars étaient choisis un garçon et une fille "jugez par les sœurs des offices de concert avec la sœur supérieure les plus sages, les plus modestes, les plus pieuses et les plus assidus au travail, les plus exemplaires." Ces jeunes pensionnaires méritants étaient placés en apprentissage, l’hôpital se chargeant des frais de leur établissement.

5 - La direction de l’enseignement urbain

  • 78 GUYOT, Répertoire universel et raisonné de Jurisprudence... 1775-83, t. VI, p. 624
  • 79 A Aire et à Arras, l’écolâtre semblait avoir conservé davantage d’influence qu’à Saint-Omer
  • 80 Bibl. Mun. Saint-Omer, "Mélanges", 10782, pièce 6
  • 81 Arch. de la Maison Généralice, NC 410

111D’après le juriste Guyot, plusieurs arrêts avaient "fait défense aux officiers municipaux des villes de connoître de ce qui concemoit les petites Ecoles et d’y établir aucun maître sans approbation par écrit de l’évêque, dans les lieux mêmes où les gages sont payés par les habitants"78. Ce rôle essentiel attribué à l’autorité épiscopale pouvait cependant être joué par l’écolâtre d’un chapitre cathédral qui avait "conservé le droit et la possession d’approuver les maîtres d’école... restés dans leur dépendance"79. Comment, dans la réalité, s’affirmait la direction des petites écoles ? Elle était partagée entre plusieurs instances religieuses et laïques, ces dernières cherchant à accroître toujours plus leur autorité. A Béthune, une requête de 1764 précisait : "les Ecoles publiques sont indistinctement sous la direction des chanoines, des curés, du Procureur du Roi et des Mayeur et échevins." A Aire-sur-la Lys, l’école de Charité (ou "dominicale") et le Jardin Notre-Dame étaient gouvernés par l’évêque de Saint-Omer, la Maison des Orphelins par les officiers du bailliage alors que les autorités municipales revendiquaient le pouvoir d’administrer et de surveiller les différentes écoles et fondations de la ville80. Quelques affaires jalonnent l’histoire scolaire de cette petite ville et illustrent bien les situations conflictuelles qu’entraînait une absence de législation uniforme et précise en matière de direction scolaire. Par exemple en 1730, lors du conflit qui l’opposa aux Dévotaires, ce même Magistrat faisait savoir dans son Mémoire de 1730 que la fondation d’un collège ou d’une école étant "purement séculière et de la juridiction du juge séculier..." les Officiers et magistrats de la ville pouvaient s’en considérer comme les "Inspecteurs nez" et agir comme bon leur semblait pour "la plus grande utilité publique." Derrière tout cela, apparaissait la volonté des autorités échevinales de mettre entièrement sous leur tutelle une fondation certes destinée à entretenir une école "publique", gratuite et ouverte à toutes les fillettes de la ville, mais fonctionnant jusqu’alors grâce à ses propres biens et rentes. A Bapaume, les Frères s’installèrent en 1776 après qu’un contrat eut été signé entre le Magistrat et l’Institut des Frères (avril 1776) et après délivrance des Lettres patentes d’octobre 1775 : l’approbation de l’évêque d’Arras, Mgr Conzié, intervint le 4 octobre 1776 et cette autorisation semblait réduite à une démarche formelle puisque l’installation officielle des Frères avait eu lieu le 1er octobre81.

  • 82 BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), op. cit., p. 155

112Les Magistrats se montraient aussi très attentifs pour tout ce qui concernait la nomination des enseignants. A Arras, plusieurs enseignants "clandestins" furent condamnés à l’amende pour enseigner sans autorisation. Dans cette ville, le postulant à un emploi d’enseignant devait faire preuve de ses "capacités" en se faisant délivrer un certificat par l’écolâtre qui était chargé de l’examiner ; le Magistrat agréait ou non la requête du candidat en acceptant ou en refusant son admission à la bourgeoisie, et après avoir vérifié notamment "la distance réglée pour sa demeure par rapport aux autres maîtres" ; si la demande était acceptée, le futur maître prêtait ensuite serment de se conformer aux réglements du Magistrat et de "porter honneur et respect à ses anciens"82. Dans d’autres villes, où le rôle de l’écolâtre était moins important, ou inexistant, l’approbation épiscopale était nécessaire mais le Magistrat gardait en réalité la haute main sur l’ensemble de la procédure de nomination.

  • 83 Arch. de la Maison Généralice, NC 304/1
  • 84 Ibid., CK 551/2

113Le rôle des autorités municipales ne s’arrêtait pas là puisqu’elles assuraient la surveillance des écoles conjointement avec les autorités religieuses. En 1731, le mayeur et les échevins d’Ardres délibéraient au sujet du frère Paul qui avait, de son propre chef, tenu l’école fermée et avait manqué de "respect" et de "subordination" à l’égard du curé qui lui faisait des remontrances pour avoir pris des libertés avec les ordres de l’évêque. Les Ardrésiens écrivirent au Supérieur général des Frères pour demander le remplacement du Frère récalcitrant83. Dans de nombreuses villes, ce droit de juridiction était partagé entre les autorités séculières et les instances religieuses (évêque et archidiacres principalement). A Arras cependant, les écoles demeuraient certes sous la juridiction spirituelle de l’évêque, mais l’enseignement restait soumis au contrôle de l’écolâtre qui avait gardé pouvoir de visiter, surveiller et même destituer les maîtres et maîtresses d’école. Ce que précisait d’ailleurs le contrat de 1778 signé entre les Frères et les co-fondateurs84.

114Nous avons déjà évoqué, mais sans en préciser la nature, les divergences nées entre ces derniers. Parmi eux, les chanoines et leur écolâtre ainsi que les religieux de l’abbaye de Saint-Vaast n’entendaient guère se dessaisir des prérogatives auxquelles ils pouvaient prétendre en vertu de leur participation financière. Le désaccord surgit lorsque le Conseil d’Artois stipula, lors de l’enregistrement des Lettres patentes de septembre 1779, que les biens et les revenus des écoles devaient être administrés uniquement par le Magistrat de la ville. Face à cette restriction, les autres fondateurs cherchèrent à rompre leurs engagements précédents, et il fallut un appel au Parlement de Paris pour que celui-ci prescrive au Conseil d’Artois d’enregistrer les Lettres patentes sans en restreindre la teneur, ce qui signifiait une administration temporelle conjointe. Cette affaire prouve d’abord qu’il n’était pas réservé aux questions de juridiction scolaire de faire naître les conflits et que les aspects de la gestion matérielle et financière y avaient parfois leur part. Elle montre également une volonté très affirmée de la part des pouvoirs laïques de contrôler davantage l’Ecole, non pas seulement dans le domaine de la "discipline" mais aussi dans la direction du temporel. Elle prouve enfin que l’Ecole était devenue un enjeu suffisamment important pour provoquer de longs affrontements entre les autorités religieuses et le pouvoir civil.

  • 85 A Aire, en octobre 1782, le Magistrat se préoccupa du choix d’un livre de français pour les écoles (...)

115Dans le domaine de la surveillance pédagogique proprement dite, force est de convenir qu’elle était peu active. Sauf à Arras, le rôle des écolâtres était peu conséquent en ce domaine. L’évêque, mais plus souvent les curés des paroisses, contrôlaient l’apprentissage du catéchisme, mais intervenaient peu dans la surveillance des méthodes pédagogiques employées. Certaines autorités municipales cherchèrent à s’immiscer dans la conduite des écoles. A Saint-Omer, il avait été résolu, lors de l’installation des Frères en 1720, que deux échevins accompagnés du procureur de la ville devaient visiter mensuellement les classes afin de s’assurer de leur bonne tenue, et même examiner les élèves pour se rendre compte de leurs progrès. Il ne semble pas que cette pratique ait duré pendant tout le XVIIIe siècle85. D’ailleurs les Frères étaient très sourcilleux sur ce chapitre : dans la convention de 1778 qui définissait les conditions de leur installation à Arras, ils avaient pris soin de stipuler : "l’enseignement se fera dans les Ecoles selon la méthode usitée dans l’Institut des Frères et on ne pourra y rien changer ni introduire rien de nouveau dans leur régime pour qu’ils conservent l’uniformité qu’ils considèrent comme un des soutiens de leur société." Dans les écoles lassalliennes, le directeur faisait fonction d’inspecteur et contrôlait le fonctionnement matériel et pédagogique des classes de l’école ; de temps à autre aussi, ces écoles étaient soumises à l’inspection d’un Frère visiteur envoyé par l’Institut, qui non seulement inspectait mais apportait des consignes, des conseils voire des copies de "cayers" rédigées à Saint-Yon pour la conduite des classes. Quant aux maîtres isolés, après avoir prêté serment de se conformer aux statuts en vigueur et de ne rien enseigner qui fût contraire à la foi catholique, ils étaient livrés à eux-mêmes dans leur tâche éducative, hormis les visites d’ecclésiastiques pour le catéchisme. En définitive, la surveillance pédagogique était restreinte, portait seulement sur l’instruction chrétienne et était assurée par les autorités religieuses. Quant aux autorités municipales, elles se préoccupèrent surtout, - mais n’était-ce pas leur rôle ? d’assurer le fonctionnement des écoles. En dehors de ces deux aspects, rien n’était vraiment prévu pour guider les enseignants dans leur enseignement.

***

116Les villes de la région étudiée ont connu un développement important de l’institution scolaire depuis la fin du XVIIe siècle. Non que rien n’existât auparavant, mais de nouvelles structures apparurent qui ont concouru au déclin des anciennes écoles de charité, fondées à la fin du XVIe et au cours du XVIIe siècle, lesquelles n’étaient plus adaptées à une volonté et à une demande croissantes d’instruction. L’essor des petites écoles urbaines fut le fruit d’initiatives privées (ecclésiastiques, laïques), soutenues par les autorités religieuses (évêques) et civiles (Intendants, municipalités). Les Magistrats en particulier s’intéressèrent de plus en plus aux écoles pour des motifs divers, le principal étant le souci de discipliner la gent écolière tout en assurant sa formation intellectuelle indispensable dans une économie urbaine en évolution. Cet extrait copié dans le registre des délibérations de l’Hôpital général de Boulogne résume parfaitement, à propos des Frères, ce qu’on attendait alors des petites écoles urbaines : "Le public et même l’Etat continueront d’en tirer les mêmes avantages qu’ils ont procurés depuis leur établissement, en disciplinant les enfants par la religion et les rendant habiles en écriture et en arithmétique, principes nécessaires pour en promouvoir aux sciences et en former au commerce et à la navigation, puisqu’il est notoire que les éléments par eux donnés à quantité d’enfants de pauvres artisans, manœuvres et matelots, leur ont facilité les moyens, aux uns de parvenir à l’état ecclésiastique, aux autres de s’introduire dans le commerce, et aux autres d’acquérir les degrés de pilotes et de capitaines". Les autorités locales durent aussi prendre le relais financier des anciennes fondations et, se substituant peu à peu à la générosité privée, furent amenées à intervenir davantage dans la gestion du temporel des écoles. Ces dernières prirent donc, au gré de l’alourdissement de la tutelle municipale, un caractère éminemment public.

117L’enseignement urbain, à la veille de la Révolution, trahissait sinon une crise de croissance, du moins une mutation profonde : une hausse des effectifs certes, mais également une demande accrue d’instruction non plus seulement chrétienne mais profane. Les divers pensionnats et les écoles particulières de plus en plus nombreuses et actives témoignaient du souci de voir une école davantage tournée vers la vie terrestre, sans que l’on désirât pour autant voir supprimer l’enseignement religieux. Or les collèges, par leur enseignement encore trop routinier et malgré quelques tentatives novatrices, ne répondaient guère à cette attente. Ils paraissaient d’ailleurs inaccessibles à beaucoup en raison de l’écart existant entre leurs premières classes et les dernières des petites écoles.

"Livre d’écriture", A. D. P.de C, "coll. Barbier", D 77

Notes

1 Voir LOTTIN (A.), Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, 1984, p. 191-204

2 Tout en gardant parfois leur nom d’école dominicale (à Aire)

3 Bibl. Mun. Saint-Omer, E 13 "Bourse commune” (fin XVIIe s.) : exemple de la veuve Jehan Gannet "vivant de cousture, asse simplement, aiant ung filz eagiet de XIIans, lequel l’entretenoit voluntiers a l’escolle moiennant l’aumonne des bonnes gens.

4 HAUTECLOCQUE (G. de), "L’enseignement...", Mémoires de l’Académie d’Arras., 1884, p. 306

5 Ibid. p. 276 ; BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), "L’enseignement élémentaire à Arras...", Mém. Comm. Dép. Hist, et Arch, du P.de C, tome XXV, p. 151-2

6 BOURGEOIS (A.), "L’enseignement élémentaire à Hesdin...", Bull. Comm. Dép. Hist. Arch. du P.de C, 1988, p. 259

7 L’expression école publique était communément usitée au XVIIIe s., mais ne recouvrait pas toujours une même réalité. L’acception courante désignait un type d’établissement où enseignaient des particuliers ou des congréganistes rémunérés grâce à des fonds publics (municipaux) pour instruire indistinctement tous les enfants, mais principalement les pauvres. On désignait pourtant aussi comme publiques des écoles tenues par des congrégations enseignant gratuitement mais sans rémunération publique (les Ursulines par ex.). Une 3è acception qualifiait d’école publique un établissement non gratuit, ouvert au public après autorisation des autorités.

8 B. N., "coll. Picardie", no 85 f° 63-66; A. C. Aire, GG 35

9 BOISLISLE (A. M. de), Correspondance des Contrôleurs généraux..., t. 1, p. 387

10 A. C. Saint-Omer, Registre Délibérations (1765-1788), P 36 v°

11 COTTEL, Inventaire série C, p. 274 ; Almanach...d’Anois, 1764, p. 173

12 Sous l’Ancien régime, ce mot désignait d’abord le fondateur d’un institut (J. B. de la Salle par ex.) ; dans l’Encyclopédie, "celui qui instruit et forme... ; on dit d’un homme qu’il est excellent instituteur de la jeunesse, éloge rare qui suppose de l’esprit, des mœurs, du jugement, des connoissances, du monde..." ; ce terme s’employait aussi volontiers pour désigner celui qui dirigeait un établissement particulier dans lequel on dispensait un enseignement plus étendu que celui des petites écoles : ainsi l’Almanach...d’Artois de 1789 (p. 225) signale le pensionnat du chanoine Coignon à Saint-Pol dont "l’ordre admirable... fait l’éloge de son instituteur." Dubois de Fosseux, secrétaire de l’Académie d’Arras, qui voulut instruire lui-même ses enfants, s’en déclarait "être l’instituteur", BERTHE (Chan. L. N.), Dubois de Fosseux, secrétaire de lAcadémie, 1785-1792..., Arras, 1969, p. 77

13 BOURGEOIS (A.), "Les écoles élémentaires à Béthune...", Bull. Comm. Dép. Hist. Arch. P. de C., 1986, p. 77

14 A. C. Boulogne, no 1362

15 Les régulières étaient des religieuses, prononçant des voeux solennels et soumises à la clôture ; les séculières, abusivement qualifiées de "soeurs", avaient fait des voeux simples.

16 A. N., G164 (11)

17 A. D. Somme, G 621

18 On y accueillait alors 40 internes et 100 externes

19 A. D. P. de C. 1 L 273 (no 37) ; Almanach...d’Artois, p. 47,133

20 Grâce à l’obligeance du supérieur de la Maison Généralice des Frères (à Rome), ont pu être consultées les pièces essentielles relatives à l’établissement des écoles chrétiennes dans notre région.

21 POUTET (Y.), Le XVIIe s. et les origines lasalliennes, 1970, t. 2, p. 44, 53

22 Voir notre article sur "Le rayonnement scolaire de l’Hôpital général Saint-Louis de Boulogne-sur-Mer 1687-1789", Bull. de la Société franç. des hôpitaux, 1991 ; RIGAULT (G.), Histoire générale de l’Institut des Frères..., t. 2, p. 22 (opposition entre P. de Langle et les Frères)

23 Arch. de la Maison Généralice, NC 304/1 ; NC 410

24 A ce sujet, voir ma thèse, op. cit., t. 1, p. 321-323

25 PLAYOUST-CHAUSSIS (A.), La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe s., 1976, p. 90

26 Voir note 22

27 A. N. S 7544 ; A. C. Calais AA 9 f 36

28 Arch. hospit. Saint-Omer, IV E 1, f° 8 r°, 25, 77,101-103, 159

29 A. C. Boulogne, no 1362 ; l’importance de la scolarisation des enfants anglais est attestée aussi par l’importante donation faite par la duchesse de Kingston en faveur des petites écoles calaisiennes, à charge pour ces dernières d’instruire "à l’avenir les enfans des deux sexes...de quelques nations qu’ils soient", A. C. Calais, BB 58, f° 15

30 Il avait offert 1500 l. pour favoriser l’établissement des Frères à Saint-Pol, St-Pol, A. C, GG 18 ; il donna 4000 l. pour fonder à Boulogne l’école de la Beurrière, A. C. Boulogne no 421 ; 1021, f° 85

31 Il est vrai que "trente mesures de la commune publique" (sur les 200 existantes) furent louées pour compléter la fondation Destailleurs, COTTEL, Inventaire, p. 115

32 A. C. Calais, BB 45, f° 78 ; LEFEBVRE, Histoire générale et particulère de la ville de Calais et du Calaisis..., Paris, 1761, tome 2, p. 696

33 Bibl. Mun. Saint-Omer, "Table des pauvres...Ste Marguerite", 1757-62, art.178

34 A. N. S 7479

35 Id.

36 A.N. G164 (11)

37 A Saint-Omer, une "balayeuse de place publique" percevait annuellement 145 l.10 s. en 1780, Bibl. Mun. Saint-Omer, "comptes...1780-1781" ; HEULLE (S.), Les comptes de la ville de Saint-Omer..., Mém. de maîtrise, 1989, p. 180

38 A. C. Calais, BB 52, f° 71 v° ; AA 19, f° 88-89

39 Important dossier aux A. C de Boulogne, no 695

40 TRAVERS (E.), Inventaire..., p. 65

41 BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), op.cit., p. 152

42 A. D. P.de G, 1 L 284 (no 248), 314 (no 5) ; A. C. Aire, GG 34

43 Bibl. Mun. Saint-Omer, "Bourse commune", E 13 ; Gros des notaires, Contrats, 1684, no 77,1700, no 22 ; ibid. Rentes, 1710, no 114

44 LANCELIN (M.), La révolution en province. Saint-Omer en 1792,1983, p. 188 : exemple d’un maître-écrivain acheteur de biens nationaux au début de la révolution pour une somme de 3950 l.

45 A. C. Calais, AA 9, F 18-36 ; COTTEL, Inventaire, p. 56

46 Pour tout ce qui a trait à la description des écoles boulonnaises, A. C. Boulogne, 171, 521, 547, 689, 690

47 A Saint-Omer, les chanoines craignant pour leur bibliothèque, refusèrent cette commodité aux Frères au moins jusqu’en 1773, Bibl. Mun. Saint-Omer, CXCII-23

48 En pourcentage de la population totale : 7 à 8 % dans les villes importantes, 8,5 à 9 % pour les autres.

49 Evaluée d’après la population des 8-12 ans (voir 1ère partie, chap.2)

50 En 1782, les Etats d’Artois accordaient 6000 l. au manufacturier arrageois Dagneau en le félicitant d’avoir su "mettre en activité onze métiers que le travail de 140 enfans agés de 8 à 12 ans entretient et alimente", "Cahier des Etats d’Artois", Assemblée générale de 1782, art. 43

51 BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), op. cit., p. 149

52 A. C. Aire, G 35, f° 13-14, 225 r°

53 Arch. hospit. Boulogne, "registre des délibérations, no 3, f° 33

54 A. C. Calais, AA 19 f° 18 v°

55 Reproduite par Fr. LUCARD, Annales de l’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes, 1883, t. 2, p. 721-723

56 RIGAULT (G.), op. cit., t. 2, p. 364, 368

57 Grâce à leurs pensionnats (comme celui de Saint-Omer) où ils recevaient des élèves payants (400 à 450 l. de pension annuelle), les Frères contournaient habilement la lettre de leurs statuts, ce qui leur permettait de pallier l’insuffisance de leurs pensions et de préserver l’existence des classes extérieures destinées à recevoir surtout les enfants des catégories sociales moins favorisées.

58 A. N., G164 (11)

59 A. D. P. de G, 7 D1

60 A. C. Boulogne, no 944

61 Les "dévotes" audomaroises, tout comme celles d’Arras et d’Aire, hébergeaient aussi des boursières, pour la plupart orphelines âgées de 14 ans et davantage

62 En 1782, Philippine Legrand, âgée de 9 ans, était mise en pension au Jardin NotreDame de Saint-Omer, Arch. hospit. Saint-Omer, "registre des entrées", F1

63 Mère M. C. GUEUDRE signale dans son étude sur les Ursulines (t. 2, p. 239), une Géographie éditée pour l’instruction des demoiselles du couvent des Ursulines de Saint-Omer (1784)

64 Voir note 62

65 PLAYOUST-CHAUSSIS (A.), op. cit., p. 81 ; A. D. P. de C, 1 G 6, f° 126

66 A. D. P. de C, A 365 ; on a conservé aussi une Méthode pour apprendre à compter à l’usage des Classes des Religieuses Ursulines, ibid., A 1006 (coll. Laroche).

67 L’édition princeps de 1720 (ms 11759 de la B.N.) a été publiée par Fr. Anselme, Paris, 1951, 334 p. ; cette édition a été légèrement modifiée en 1742, RIGAULT, t. 2, p. 601 ; j’ai utilisé un exemplaire de la Conduite imprimé à Lyon en 1823 qui reprend sans changement le texte de 1742

68 Arch. de la Maison Généralice, 304/1

69 A. D. P. de C, 1 L 309

70 Un ouvrage d’Erasme avait été à l’origine de cet enseignement. La Bibliothèque municipale de Saint-Omer conserve 2 ouvrages de Civilité imprimés en 1721 et en 1733.

71 Arch. de la Maison Généralice, CH 453/3

72 Enseignement surtout dispensé dans les classes spécialisées des Frères ; voir le passage consacré à cet enseignement dans ma thèse, t. 1, p. 381-3

73 LUCARD (M.), op. cit., t. 2, p. 515

74 FOUCAULT (M.), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, 1975, 318 p.

75 "morceau de bois tourné, surmonté d’une languette en bois dur, attachée avec une petite corde de boyaux" dont le bruit sec devait attirer l’attention des écoliers.

76 A. C. Boulogne no 1362 ; à Béthune en 1739, J.P. Delvalle qui avait étudié au collège de Douai, demanda l’autorisation d’"enseigner la petite jeunesse... de les faire apprendre les humanités et les rendre capables d’entrer dans les classes", BOURGEOIS (A.), op. cit., p. 77

77 Arch. hospit. Boulogne, registre des délibérations no 3, f° 30-31 ; A. C. Saint-Omer, délibérations IV, E 1, f° 25,101 v°, 103 v°.

78 GUYOT, Répertoire universel et raisonné de Jurisprudence... 1775-83, t. VI, p. 624

79 A Aire et à Arras, l’écolâtre semblait avoir conservé davantage d’influence qu’à Saint-Omer

80 Bibl. Mun. Saint-Omer, "Mélanges", 10782, pièce 6

81 Arch. de la Maison Généralice, NC 410

82 BOURGEOIS (A.), NOLIBOS (A.), op. cit., p. 155

83 Arch. de la Maison Généralice, NC 304/1

84 Ibid., CK 551/2

85 A Aire, en octobre 1782, le Magistrat se préoccupa du choix d’un livre de français pour les écoles de la ville et choisit le Livre pour apprendre à bien lire le françois plutôt que celui de Dont Devienne en usage dans les classes de l’Oratoire et jugé trop difficile (Nouvelle Méthode pour apprendre à lire correctement la langue françoise, B.N. X 10656 et A.D.P.D.C. "coll. Barbier", A 464)

Table des illustrations

Légende (a) - d’après les taux globaux d’alphabétisation(b) - le groupe des garçons âgés de 8 à 12 ans compte pour 50,03 % dans le total de la population scolarisable ; il suffit d’appliquer le taux d’alphabétisation masculine à l’effectif ainsi déterminé ; soit (a) : 2 x % d’alphab.(c) - a-bTableau 19 : Population scolarisée dans les petites écoles urbaines (effectifs arrondis à 0 ou à 5)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Tableau 20 : Statistique des écoliers fréquentant les écoles des Frères
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende "Livre d’écriture", A. D. P.de C, "coll. Barbier", D 77
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540