Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Deuxième partie : Les petites écoles sous l’ancien régime : un enjeu social

Les petites écoles sous l’ancien régime : un enjeu social

Texte intégral

1L’étude de l’alphabétisation a montré le cheminement plus ou moins lent de la culture écrite parmi les différentes catégories sociales, citadines et rurales. Cette évolution ne peut s’expliquer sans faire référence à la scolarisation et aux conditions qui ont concouru à son développement. Suite à la Réforme protestante, des impulsions importantes sinon décisives en matière de législation scolaire furent données par le concile de Trente (1545-1563) et à la suite de la révocation de l’édit de Nantes (1685). L’empreinte religieuse fut donc déterminante sur le destin des petites écoles longtemps considérées comme la chasse gardée de l’Eglise catholique. Les pouvoirs civils les plus importants intervenaient peu, mais sur le plan local, les autorités, sous la pression d’une demande croissante, s’engagèrent de plus en plus dans la surveillance et la gestion de l’enseignement élémentaire, principalement dans les villes dont les petites écoles fonctionnaient tout à fait différemment par rapport à celles des campagnes.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540