Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Première partie. La longue durée : les progrès de l’alphabétisation et leur signification (fin xviie siecle-1815)

Conclusion Première Partie. Une comparaison révélatrice avec le nord

Texte intégral

1La comparaison s’impose en effet entre les territoires ayant formé les actuels départements du Nord et du Pas-de-Calais, et non pas seulement pour des raisons de proximité géographique ou parce que l’histoire avait contribué à réunir l’Artois et les Flandres sous une même administration. En effet l’étude de l’alphabétisation, dans ces régions, permet de montrer comment le développement économique précédant immédiatement la révolution industrielle a pu ralentir l’alphabétisation et donc la diffusion de l’instruction.

1 - Le Pas-de-Calais mieux alphabétise que le Nord ?

  • 1 Le recteur L. Maggiolo utilisa le concours bénévole de 15 928 instituteurs pour cette enquête port (...)

2Un premier essai de comparaison s’avère possible en utilisant les éléments fournis par l’enquête Maggiolo (1877-1879)1 qui établit le classement culturel des 87 départements français d’alors.

Nord

Pas-de-Calais

1686-1690

8,64 (67e)

27,52 (20e)

1786-1790

40,35 (25e)

39,97 (26e)

1816-1820

40,56 (29e)

53,52 (23e)

Tableau 16 : Taux d’alphabétisation des départements du Nord et du Pasde-Calais (enquête Maggiolo)

  • 2 FONTAINE DE RESBECQ, Histoire de l’instruction primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé (...)
  • 3 Le taux d’alphabétisation anormalement bas proposé pour le Nord laisse songeur ; l’enquête de Magg (...)

3Remarquons que les taux proposés par L. Maggiolo pour le Pas-de-Calais diffèrent sensiblement des résultats présentés dans les chapitres précédents. En effet, après une pondération nécessaire en raison de l’importance de la population rurale, les taux d’alphabétisation globale pour l’Artois et le Boulonnais s’établissent comme suit : 43,9 % (fin XVIIe s.) ; 47,1 % (milieu XVIIIe s.), 48,1 % (1780-1790), 46,4 % (1806-1815). De même les taux indiqués pour le Nord ne correspondent guère à ceux calculés par Fontaine de Resbecq2 Inutile d’épiloguer longuement sur les lacunes et les limites de l’enquête Maggiolo, notamment pour la fin du XVIIe siècle3. Retenons simplement les tendances qu’elle indique en matière de classement : le Nord et le Pas-de-Calais figuraient, sinon dans le peloton de tête des régions très alphabétisées, du moins dans le premier tiers, avec un meilleur rang du Pas-de-Calais au début du XIXe siècle.

4Une comparaison plus fructueuse s’avère possible grâce aux chiffres fournis par Fontaine de Resbecq qui a recensé, pour la période 1750-1790, le nombre de signataires dans les territoires devant former le département du Nord. Voyons d’abord les taux d’alphabétisation urbaine.

  • 4 Taux d’alphabétisation réunis des années 1746-1750 et 1786-1790.

Hommes

Femmes

Ensemble

Nord

55,8

44,9

50,3

Pas-de-Calais4

66,5

53,3

59,9

Tableau 17 : Taux d’alphabétisation urbaine dans le Nord et le Pas-de-Calais (1750-1790)

  • 5 4 sur 6 pour le Pas-de-Calais, 4 sur 7 pour le Nord.

5Les citadins du Nord semblaient nettement moins alphabétisés que ceux du Pas-de-Calais, mais des villes comme Bailleul, Dunkerque, Douai ou Valenciennes obtenaient des scores aussi flatteurs que ceux d’Arras ou de Saint-Omer. Les taux d’alphabétisation les plus bas appartenaient aux villes d’Hazebrouck, Armentières, Lille, Roubaix, Tourcoing, Saint-Amand. En matière d’alphabétisation rurale, le Nord crédité d’un taux de 42,3 % et le Pas-de-Calais avec un taux de 45 % semblaient moins éloignés l’un de l’autre. L’avance de ce dernier apparaissait pourtant au nombre d’arrondissements présentant un pourcentage supérieur à 40 %5

Fig. 9 : Alphabétisation globale dans les régions davant former les départements du Nord et du Pas-de-Calais (1750-1790)

Fig. 10 : Alphabétisation féminine dans les régions devant former les départements du Nord et du Pas-de-Calais (1750-1790)

6Une représentation cartographique des résultats de l’alphabétisation rurale souligne une différenciation culturelle isolant quelques ensembles géographiques par-delà les anciennes limites provinciales ou les nouvelles frontières départementales. On note ainsi des pourcentages comparables pour les arrondissements de Saint-Omer, d’Hazebrouck et de Dunkerque ; la même constatation peut être faite pour les arrondissements de Béthune et de Lille, pour ceux d’Arras de Douai et de Cambrai. En revanche, l’ouest du Pas-de-Calais, dont nous avons vu qu’il était supérieurement alphabétisé par rapport au reste du département, s’apparente avec le sud-est du département voisin (arrondissement d’Avesnes) lui-même largement en avance par rapport aux autres de son département. Les résultats de l’alphabétisation masculine confirment l’avantage du Pas-de-Calais qui présente trois arrondissements avec des taux excellents, supérieurs à 55 % d’alphabétisés, comme dans l’Avesnois pour le Nord. La carte de l’alphabétisation féminine se révèle plus significative encore, notamment pour les arrondissements présentant les taux les plus bas (moins de 30 % d’alphabétisées). Sur huit d’entre eux, cinq appartiennent au futur département du Nord. Avec les arrondissements d’Arras et de Béthune, ceux d’Hazebrouck, de Lille, de Douai, de Cambrai et de Valenciennes constituent une vaste zone caractérisée par un fort analphabétisme féminin. Seul dans le Nord, l’arrondissement d’Avesnes (66,2 % d’alphabétisées) rivalise avec les autres arrondissements du Pas-de-Calais crédités de taux honorables.

7Cette comparaison entre l’alphabétisation du Nord et celle du Pas-de-Calais montre que toute interprétation de ces résultats ne peut se fonder sur une simple opposition entre les deux départements.

2 - Interprétations

  • 6 FURET (F.), OZOUF(J.), op. cit., p. 232-234.

8Faut-il, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, opposer le Nord et le Pas-de-Calais sur le plan culturel ? Pour répondre à cette question, il faut s’attarder sur cette dichotomie qui, ignorant les limites des deux départements, séparait des régions bien alphabétisées et d’autres affectées de taux de signatures, féminins surtout, très médiocres. Intéressons-nous d’abord aux excellents taux d’alphabétisation des cantons avesnois qui demeuraient énigmatiques pour F. Furet et J. Ozouf. Ces derniers proposaient certes quelques interprétations peu convaincantes en forme d’interrogations (vigueur des communautés d’habitants ? ancienne implantation protestante ?)6. A peine faisaient-ils allusion au caractère rural et à la faible densité démographique des cantons avesnois. Ne fallait-il pas insister puisqu’il s’agissait en fait d’une explication majeure. En effet comme le Boulonnais, le Montreuillois et le Ternois, l’Avesnois était une région très rurale, dotée d’un artisanat textile certes mais peu important. Géographiquement, c’était une région herbagère, bocagère, moins riche que ses voisines, où le travail de la terre réclamait moins de bras, où les enfants pouvaient être scolarisés plus longtemps, et ceci d’autant mieux qu’ils vivaient dans des villages peu ou moyennement peuplés. Démographiquement l’Avesnois, tout comme l’ouest du Pas-de-Calais, se caractérisait par une population scolarisable beaucoup moins nombreuse que celle des autres régions nordistes. Corrélativement, des unités villageoises de taille modeste autorisaient un meilleur encadrement religieux qui favorisait une pratique religieuse plus fervente et une scolarisation plus assidue, les parents toujours bien christianisés envoyant assidûment leurs enfants à l’école afin qu’ils y préparent leur première communion.

  • 7 LE ROY LADURIE (E.), Histoire de la France rurale, t. 2, Paris, 1975, p. 516.

9A l’inverse dans les régions de faible alphabétisation, très peuplées, engagées dans un processus de proto-industrialisation, un attiédissement de la pratique religieuse a pu se traduire par un certain relâchement à l’égard d’une école alors essentiellement chrétienne et considérée surtout comme un obstacle au gain de quelque menu salaire pour les enfants. La carte d’alphabétisation-scolarisation pourrait donc se superposer à celle de la pratique religieuse. Ainsi pour le Béthunois, a-t-on pu mettre en évidence, pour la période révolutionnaire, une grande effervescence républicaine, notamment dans l’émergence des sociétés populaires. Sans vouloir confondre aveuglément républicanisme révolutionnaire et déchristianisation, il se peut néanmoins que les habitants du Béthunois, moins alphabétisés et moins scolarisés vers 1760-1790, aient manifesté ainsi de façon plus franche une attitude qui n’était que sous-jacente à la veille de la Révolution. Cette hypothèse demande évidemment à être confirmée, mais si elle l’était, nul doute qu’elle apporterait une lumière décisive dans la compréhension de l’adhésion populaire au phénomène révolutionnaire. En effet, l’opinion qui prévaut généralement est celle exprimée, par exemple, par E. Le Roy Ladurie : "...l’alphabétisation des ruraux, boomerang culturel qu’une Eglise bâtisseuse d’écoles a manié lourdement sans toujours réfléchir au fait que l’instruction élémentaire pouvait se retourner contre les prêtres..."7. Ne doit-on pas estimer également que l’Eglise avait préparé elle-même ces attaques par insuffisance de christianisation, de scolarisation et donc d’alphabétisation ?

10Les régions d’alphabétisation médiocre, situées surtout entre la Lys et ses affluents (Lawe, Deûle) et la plaine de la Scarpe et de l’Ostrevent, étaient, en cette seconde moitié du XVIIIe siècle, en pleine mutation économique et sociale. L’artisanat textile s’y développait, entraînant des flux migratoires importants. On comptait dans les campagnes bas-artésiennes et flamandes, à la fin du XVIIIe siècle, des milliers de métiers textiles ruraux, et la périphérie lilloise (Roubaix, Tourcoing) connaissait une intense activité artisanale. La région basse du Béthunois, le secteur entre Arras et Bapaume, participaient également pleinement à cette nébuleuse proto-industrielle. Le sexe féminin était concerné au premier chef par les travaux de filature et de tissage auxquels s’adonnaient les femmes, les jeunes filles et... les fillettes. Et si entre 1760 et 1790, l’alphabétisation féminine a regressé dans les régions d’activités textiles rurales comme dans les paroisses urbaines ouvrières, il faut en rechercher l’explication dans l’absence de scolarisation liée à la mise au travail précoce des enfants.

11Sur le plan de l’alphabétisation globale, vers 1750-1790, les résultats du Pas-de-Calais plus rural, légèrement supérieur à ceux du Nord plus ouvrier (2 à 3 points d’écart), traduisent l’opposition entre deux régions engagées à des degrés divers dans la proto-industrialisation. Vers 1816-1820, les pourcentages de signatures indiqués par L. Maggiolo indiquent clairement l’aggravation du retard culturel du Nord (près de 13 points d’écart), due aux déséquilibres démographiques et sociaux qu’entraînait le passage d’une économie traditionnelle à une économie d’un nouveau type.

12S’il est avéré que la révolution industrielle du XIXe siècle a contribué à freiner la scolarisation, il est assuré aussi que, dans la période qui l’a précédée et préparée, les effets ont été négatifs. L’exemple du Nord montre à l’évidence que le développement de l’alphabétisation n’était pas une condition sine qua non du "take-off". Dans sa phase de gestation, et à ses débuts, l’industrialisation réclamait des bras. Il fallut attendre les décennies 1860-1880 pour que la révolution agricole, le progrès industriel, l’élévation du niveau de vie et les nouveaux besoins de l’économie permettent une plus large promotion de l’instruction primaire.

***

13L’étude de l’alphabétisation et de son évolution a confirmé la pertinence de l’adéquation entre les taux d’alphabétisation et les taux de scolarisation. Adéquation approximative certes, mais suffisamment probante pour nuancer fortement l’opinion qui discerne derrière chaque signature une réelle capacité de lecture et d’écriture. En réalité, il faut distinguer la véritable instruction d’une alphabétisation comprise comme l’acquisition, grâce à la fréquentation scolaire, d’une série de compétences plus limitées dont la faculté de savoir écrire ses nom et prénom. Certes les apprentissages extérieurs à l’école ne peuvent être négligés, mais compte tenu des obstacles matériels, faut-il leur accorder tant d’importance ? L’absence ou la médiocrité de signature traduisent une scolarité inexistante ou très irrégulière. Résumons les arguments développés dans les chapitres précédents qui appuient cette interprétation.

  • 8 Laquelle nécessitait de savoir lire et demandait beaucoup de temps, donc une assez longue scolaris (...)

14L’apprentissage de la signature revêtait une grande importance pour les populations de l’époque étudiée, pour lesquelles il apparaissait comme un certificat minimum d’instruction. S’il n’était pas dispensé correctement, on en faisait reproche aux maîtres. La plupart de ces derniers s’efforçaient donc d’inculquer à leurs élèves, non pas tant une maîtrise parfaite de l’écriture8, qu’une capacité souvent limitée à la reproduction mécanique des noms et des prénoms. Au moment de leur première communion, c’est-à-dire à l’issue d’une scolarité de 4 à 5 ans, ces écoliers devaient en être capables et par la suite, leurs signatures les rangeaient en grand nombre parmi ces catégories de l’alphabétisation moyenne que nous avons distinguées par les niveaux 2 et 3. Dans le cas contraire, on peut assurer qu’ils avaient peu fréquenté l’école, et qu’ils ne savaient certes pas écrire, fût-ce leur nom, et encore moins lire. De la même façon, la moins bonne alphabétisation ou plutôt l’analphabétisme "de retour" des conjoints plus âgés montre aussi, pour un certain nombre de signataires, la fragilité de ces acquisitions scolaires rudimentaires qu’un manque de pratique suffisait vite à faire oublier.

15Les courbes d’alphabétisation étaient influencées par la conjoncture céréalière. En règle générale, on constate que les générations de conjoints qui ont connu des périodes de crise ("chertés, épidémies") une quinzaine d’années auparavant étaient moins bien alphabétisées, preuve que leur scolarisation avait été perturbée gravement. On note même, pour les citadins, l’influence néfaste d’une conjoncture céréalière médiocre (de bas prix cette fois) sur l’évolution des taux d’alphabétisation aisée, signe évident d’une restriction de scolarisation, souvent post-élémentaire il est vrai.

  • 9 GREVET (R.), Thèse, t. 1, p. 111-112 (alphab. rurale), p. 152-153 (alphab. urbaine).

16Le parallélisme fréquent et frappant des courbes d’alphabétisation féminine et masculine indique que des événements conjoncturels et démographiques affectaient de la même manière les générations de garçons et de filles9. Les chertés céréalières, les disettes, les épidémies et les surmortalités déterminaient ainsi l’importance de la population scolarisable, l’ampleur de la scolarisation. La médiocrité croissante des taux d’alphabétisation féminine, principalement dans les secteurs où l’artisanat textile rural et péri-urbain s’était développé, prouve aussi de manière indubitable la relation entre la capacité à signer et la possibilité de se rendre à l’école. On sait en effet que la plupart des filles de ces régions n’y allaient pas, ou très peu, employées qu’elles étaient à la filature dès leur plus jeune âge. D’une façon plus générale, ceci est à relier évidemment à ce phénomène important qu’était la mise au travail précoce des enfants.

17Enfin la baisse relative des taux d’alphabétisation, lors de la période révolutionnaire, traduit des perturbations dans la scolarisation. Bien qu’il n’en faille sans doute pas exagérer l’ampleur, ce phénomène montre encore les liens étroits entre alphabétisation et scolarisation. Pour conclure sur ce thème de l’alphabétisation, peut-être convient-il de faire référence à l’exemple contemporain des campagnes d’alphabétisation qui se heurtent à ces difficultés importantes signalées pour les XVIIe et XVIIIe siècles, à savoir la pauvreté, les menaces de disette et d’épidémie, le travail des enfants. Ceci prouve qu’en matière d’alphabétisation, il n’est guère possible de se contenter de la seule approche éducative en ignorant les facteurs économiques et sociaux qui conditionnaient et conditionnent la scolarisation dans des économies en voie de développement.

Gravure de F. Chéreau (XVIIIe s.), d’après le tableau de Van Ostade ( Le Maître d’Ecole . Louvre)
(Cliché I.N.R.P. Musée National de l’Education 5.1.02/7101)

Notes

1 Le recteur L. Maggiolo utilisa le concours bénévole de 15 928 instituteurs pour cette enquête portant sur l’ensemble du territoire français ; les résultats ont été publiés dans la Statistique de l’Enseignement primaire, t. II, "Statistique comparée de l’enseignement primaire, 1829-1877", Paris, 1880, p. CLXII-CLXXIII, B. N. 4° Lf 242.78 (1-2)

2 FONTAINE DE RESBECQ, Histoire de l’instruction primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord, 1878, p. 426.

3 Le taux d’alphabétisation anormalement bas proposé pour le Nord laisse songeur ; l’enquête de Maggiolo ne repose pas toujours sur des échantillons suffisamment représentatifs.

4 Taux d’alphabétisation réunis des années 1746-1750 et 1786-1790.

5 4 sur 6 pour le Pas-de-Calais, 4 sur 7 pour le Nord.

6 FURET (F.), OZOUF(J.), op. cit., p. 232-234.

7 LE ROY LADURIE (E.), Histoire de la France rurale, t. 2, Paris, 1975, p. 516.

8 Laquelle nécessitait de savoir lire et demandait beaucoup de temps, donc une assez longue scolarisation accessible à un nombre restreint d’enfants.

9 GREVET (R.), Thèse, t. 1, p. 111-112 (alphab. rurale), p. 152-153 (alphab. urbaine).

Table des illustrations

Légende Fig. 9 : Alphabétisation globale dans les régions davant former les départements du Nord et du Pas-de-Calais (1750-1790)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 10 : Alphabétisation féminine dans les régions devant former les départements du Nord et du Pas-de-Calais (1750-1790)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Gravure de F. Chéreau (XVIIIe s.), d’après le tableau de Van Ostade ( Le Maître d’Ecole . Louvre) (Cliché I.N.R.P. Musée National de l’Education 5.1.02/7101)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540