Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Première partie. La longue durée : les progrès de l’alphabétisation et leur signification (fin xviie siecle-1815)

Chapitre V. L’alphabétisation urbaine

Texte intégral

1Entre la fin du XVIIe et le début du XIXe siècle, les taux d’alphabétisation des villes de l’Artois et du Boulonnais se sont améliorés, mais de manière discontinue. Au cours du XVIIIe siècle, les citadins ont considérablement accentué leur avance sur les ruraux en matière d’alphabétisation, l’écart entre les taux urbains et ruraux triplant entre 1690 et 1810.

1 - Les progrès de l’alphabétisation urbaine1

  • 1 Etaient considérées comme villes en 1790 : Aire-sur-la-Lys (8890 hab.) ; Ardres (1591 hab.), Arras (...)

2La consultation de plusieurs milliers d’actes de mariage fournit les résultats d’ensemble suivants :

Epoque

fin XVIIe s.

vers 1745-1750

vers 1780-1790

vers 1810

% d’alphabétisation (toutes signatures)

48,8

58,4

61,4

61,5

% d’alphabétisation (niveau 1 excepté)

43,8

54,5

59,3

59,3

Tableau 11 : Taux d’alphabétisation urbaine dans le Pas-de-Calais

  • 2 HOUDAILLE (J.), op. cit., p. 68 : 54.5 % pour 1780-89 et 58.5 % pour le début du XIXe s.

3Une comparaison avec les chiffres de l’enquête de l’I.N.E.D. montre que les taux précédents sont assez proches de ceux calculés pour l’ensemble des villes françaises2. Si, à la fin du règne de Louis XIV, 4 à 5 citadins sur 10 pouvaient écrire leur nom, 6 environ en étaient capables à la fin du XVIIIe siècle. Les chiffres précédents (tabl. 11) pourraient laisser croire que l’essentiel de la progression s’est produit entre 1690 et 1750, que l’élan s’est ralenti dans la seconde moitié du XVIIIe siècle pour se briser complètement au début du siècle suivant. En réalité il faut distinguer d’autres séquences d’essor ou de repli durant ce "long terme" comme l’indiquent les courbes d’alphabétisation suivantes.

  • 3 D’après les relevés proposés pour cette ville par BOURGEOIS (A.), B. C. D. H. A., t. XII-4,1989, p (...)

Fig. 7 : Evolution de l’alphabétisation à Saint-Omer (ville entière et paroisse Sainte-Marguerite) et à Saint-Pol 3

  • 4 Voir à ce sujet et pour le reste de la démonstration, mon article "Alphabétisation et conjoncture (...)
  • 5 Par ex. celles de 1709-1710,1719-1720, 1740, 1752-1754,1770-1772,1783-1785
  • 6 Voir l’excellent article de C. ENGRAND, "Mendier sa vie au XVIIIe s. (Amiens, 1764-1789)", R. D. N (...)

4Ces variations qui donnent à l’évolution de l’alphabétisation son rythme heurté sont dues surtout aux crises démographiques résultant le plus souvent des insuffisances d’une économie de subsistance4. En effet les taux d’alphabétisation peuvent être influencés par des incidences conjoncturelles survenues à différents moments. Tout d’abord, selon l’importance de la mortalité qui avait sévi à l’époque des premiers âgés de leur vie, des générations étaient plus ou moins nom breuses et 25 à 30 ans plus tard, les jeunes conjoints signaient sans doute d’autant mieux qu’ils avaient formé une population scolarisable moins fournie et donc mieux scolarisée. Ensuite, les crises frumentaires et démographiques5 produisaient aussi leurs effets négatifs au moment de la scolarisation en aggravant le paupérisme urbain ; le pain cher éloignait alors beaucoup d’enfants des écoles en les obligeant à travailler ou à mendier pour subsister ; la honte de paraître trop pauvre ou la crainte de l’épidémie formaient également autant d’obstacles à une scolarisation assidue6.

Fig. 8 : Courbes du prix annuel du blé commun (1) et de l’alphabétisation scolarisation à Saint-Omer (2) et dans la paroisse Sainte-Marguerite de cette ville (3)

  • 7 A Saint-Omer pour 1786-90, le taux d’alphabétisation de l’ensemble des conjoints atteint 58,2 %, m (...)

5Une confrontation de la courbe du prix annuel des céréales panifiables et de celle de l’alphabétisation déplacée de 15 à 20 ans dans le passé permet de constater la stagnation ou la baisse des taux d’alphabétisation-scolarisation vers 1709-1710, 1739-1741, 1770-1774 (périodes de cherté) et au contraire leur hausse en période de prix peu élevés (vers 1730 ou 1742-1750). Enfin, la variation des taux de signatures doit être mise en relation avec la nuptialité : la qualité de l’alphabétisation dépendait du nombre plus ou moins important des mariages et de la moyenne d’âge des conjoints. De façon générale, pendant les périodes de crise frumentaire et démographique, on remarque une amélioration quantitative et qualitative des scores d’alphabétisation qui s’explique par la raréfaction des mariages de pauvres majoritairement analphabètes. Après les disettes et fortes mortalités frappant davantage les moins favorisés, il se produisait une "récupération" de la nuptialité et une baisse des taux d’alphabétisation due certes au nombre plus important de conjoints issus de milieux modestes mais aussi au vieillissement de la population concernée à cause des remariages des veufs et des veuves7. L’évolution de l’alphabétisation, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, apparaît ainsi comme un phénomène particulièrement complexe dont les fluctuations s’expliquent par une série d’événements conjoncturels frappant à des degrés divers les jeunes générations jusqu’à l’époque du mariage. Pourtant la stagnation des taux de signatures au début du XIXe siècle (avec un net recul de l’alphabétisation aisée) réclame peut-être une explication complémentaire. En effet les mariés des années 1806-1815, dont l’âge de la scolarisation se plaçait durant la Révolution ou sous le Consulat, n’ont-ils pas souffert alors des perturbations dans le domaine scolaire ? L’étude de l’enseignement dans le Pas-de-Calais pendant la période révolutionnaire devrait permettre de vérifier ou d’infirmer cette hypothèse.

2 - Hiérarchie et différenciations urbaines

  • 8 Ont été utilisés aussi les T. E. R. de DAUBRESSE (P. H.), DUBOIS (R.), FLOURE (S.) ; les travaux d (...)

6Les évolutions des différentes courbes urbaines d’alphabétisation se ressemblent et suivent donc à peu près la progression décrite précédemment. Le tableau suivant rassemble les données recueillies pour les principales villes d’Artois et du Boulonnais8.

Villes

fin XVIIe s.

fin XVIIIe s.

Aire

69

Arras

47

65,3

Béthune

59,5

Boulogne

50,6

67,1

Calais

46,6

68,6

Saint-Omer

45,4

58,8

Tableau 12 : Pourcentages d’alphabétisation urbaine (fin XVII e - fin XVIII e s.)

  • 9 Pour cela il faudrait des relevés complets pour chaque ville, ou du moins des sondages nombreux po (...)

7A la fin du XVIIe siècle, les taux d’alphabétisation urbaine sont compris entre 45 et 50 %. Un siècle plus tard, ils dépassent le plus souvent 60 %. Sans vouloir opérer un classement9, force est de constater que les cités moyennes ou petites étaient généralement mieux alphabétisées que les grandes villes plus peuplées comme Arras ou SaintOmer. Pourtant en matière d’alphabétisation masculine aisée, les pourcentages arrageois et audomarois s’avéraient supérieurs, affirmant ainsi l’importance des fonctions urbaines de ces deux villes dans lesquelles 20 à 25 % des conjoints témoignaient d’une bonne maîtrise de l’écriture. Dans des villes dont l’aire d’influence était moins étendue (Aire, Béthune, Hesdin, Saint-Pol), le taux masculin d’alphabétisation aisée se situait entre 15 et 20 %.

8Cette différenciation culturelle entre les villes se retrouve d’ailleurs en leur propre sein, entre leurs différentes paroisses. Ainsi à Boulogne, note-t-on pour la fin du XVIIIe siècle, plus de 80 % d’alphabétisés dans la haute-ville peuplée des élites de la ville alors que la ville basse, habitée surtout par des artisans et des matelots, présente un taux d’aphabétisation inférieur de 20 points. A Aire et à Béthune, les paroisses Notre-Dame et Sainte-Croix étaient avantagées, tout comme à Montreuil-sur-Mer, les paroisses Notre-Dame, Saint-Firmin et SaintJacques. Au contraire, à Arras, la paroisse Sainte-Croix et à Saint-Omer, la paroisse Saint-Martin, se distinguaient par un taux d’analphabétisme important.

  • 10 Cet aspect est développé dans ma thèse, t. 1, p. 160-161.

9Les paroisses du centre des villes, sièges des fonctions administratives, judiciaires et religieuses, l’emportaient culturellement sur les autres, spécialisées davantage dans les activités manufacturières, voire maraîchères dans les faubourgs. Pour autant, la situation n’était jamais totalement figée et une étude approfondie de l’alphabétisation permet de saisir les mutations sociales de certains quartiers urbains vers une répartition plus sélective des citadins. Ainsi à Arras, dans les décennies précédant la Révolution, les paroisses Sainte-Marie-Madeleine, SaintAubert et Sainte-Croix se prolétarisèrent-elles davantage, principalement à cause de l’essor des activités textiles (fabrication des "linons et batistes") réclamant une main-d’oeuvre plus nombreuse, venue des campagnes environnantes et souvent médiocrement alphabétisée10. Ces modifications de la composition sociale des paroisses résultaient ainsi de mouvements migratoires de plus ou moins grande ampleur selon les époques et l’importance de la ville d’accueil. L’exemple de Saint-Omer montre que si le pourcentage de conjoints et de conjointes étrangers à la ville a peu varié entre le milieu et la fin du XVIIIe siècle, leur nombre avait augmenté de 20 % environ.

1746-1750

1786-1790

 % des conjoints non-natifs

26

30

 % des non-natifs alphabétisés

45

53

 % des conjoints alphabétisés

23

27

Tableau 13 : Immigration et alphabétisation à Saint-Omer

10Entre les deux périodes, on constate une amélioration du niveau culturel des non-natifs dont le poids s’affirme ainsi dans le taux général d’alphabétisation. Le rythme et la qualité de l’immigration ne furent donc pas uniformes : au milieu du siècle, les conjoints et surtout les conjointes venus d’une distance inférieure à 50 km étaient majoritairement analphabètes ; à la veille de la Révolution, les paroisses audomaroises virent arriver davantage d’immigrants dont les mieux alphabétisés étaient originaires d’un lieu distant de plus de 15 km, l’immigration toute proche se révélant de bien moindre qualité. Aux deux époques, le taux masculin d’alphabétisation était excellent (78 % des non-natifs venus de plus de 50 km et arrivant dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste). De nombreux soldats, originaires de régions diverses, convolaient dans leur ville de garnison : vers 1746-1750, 63 % et vers 1786-1790, 70 % pouvaient écrire leurs noms. A l’inverse des non-natifs, les jeunes conjointes nées hors de Saint-Omer se signalaient par leur analphabétisme (73,4 % d’entre elles au milieu du siècle et 57,2 % à la veille de la Révolution). Ce clivage culturel entre les deux sexes n’était pas particulier aux époux forains puisqu’on le retrouve parmi les natifs, dans de nombreux groupes sociaux.

3 - Alphabétisation et clivages sociaux

11Dans la société ancienne, les hommes accaparaient l’essentiel des fonctions sociales pour l’exercice desquelles ils étaient davantage instruits que les femmes. Ainsi l’étude de l’alphabétisation met en évidence la supériorité culturelle des citadins qui signaient davantage et mieux que leurs compagnes. L’écart entre les taux masculins et féminins peut être important, dépassant 10 à 15 points selon la période.

fin XVIIe s.

vers 1745-50

vers 1786-90

Hommes

57

65,5

67,5

Ferries

40,7

51,3

55,4

Ecart

16,3

14,2

12,1

Tableau 14 : Taux d’alphabétisation (H. et F.), fin XVII e-fin XVIII e s.

  • 11 Signalons pour 1781-1790 le cas des Saint-Poloises davantage alphabétisées (59,5 %) que les hommes (...)
  • 12 Vers 1788-1790, à Bapaume, 15,5 % des hommes et 8,4 % des femmes ; à Saint-Omer, 23,9 % des conjoi (...)
  • 13 A Hesdin vers 1786-1790, pour 100 couples, on dénombrait 36,6 % avec 2 époux alphabétisés, 18,3 % (...)

12Dans le détail, les écarts diffèrent d’une ville à l’autre, mais à quelques rares exceptions11, l’alphabétisation masculine se révèle toujours supérieure, y compris et surtout pour l’alphabétisation aisée. C’est d’ailleurs à ce niveau qu’apparaît la différence : en effet, alors que les pourcentages masculins et féminins d’alphabétisation moyenne sont très proches, les taux de signatures aisées diffèrent du simple au double12. A la veille de la Révolution, si 8 à 9 couples sur 10 comptaient au moins une personne alphabétisée, on en dénombrait seulement 8 à 12 % au sein desquels la femme seule était capable de manier la plume d’oie13. Une étude par niveaux d’alphabétisation indique d’ailleurs une modification intéressante des comportements.

Couples ( %)

1688-92

1746-50

1786-90

2 époux de niveau 4/5

41,6

44,2

43,5

1 époux de niveau 4/5, l’autre de niveau 3

18,4

24,7

30

1 époux de niveau 4/5, l’autre analphabète

40

31

26,5

Tableau 15 : Niveaux d’alphabétisation des couples audomarois

13Alors qu’à la fin du XVIIe siècle, un homme bien alphabétisé épousait encore souvent une analphabète, ce genre d’union se raréfiait un siècle plus tard. Sans doute faut-il prendre en compte les progrès de l’alphabétisation mais on peut estimer aussi que les futurs époux ne montraient plus autant d’indifférence à l’égard de l’instruction féminine, de plus en plus utile pour certaines activités commerciales notamment.

14En effet, l’alphabétisation était plus ou moins développée selon la fonction ou la profession exercée. Les signatures des actes de mariage permettent ainsi d’établir plusieurs strates d’une hiérarchie culturelle urbaine. Distinguons d’abord la catégorie de tous ceux qui signaient aisément : gens de la noblesse et de la bourgeoisie d’offices, membres des professions libérales, 90 % des marchands et négociants, et 55 % des maîtres de métiers. Au-dessous, la strate d’alphabétisation moyenne rassemblait les membres de la petite bourgeoisie, ainsi qu’une partie du menu peuple urbain : des maîtres de métiers moins considérés (fripiers, poissonniers...), quelques marchands, des boutiquiers et des compagnons. Enfin, confinés dans l’analphabétisme ou dans une alphabétisation très médiocre, surgissaient tous les "gagne-petit" : gens des petits métiers, de la domesticité, manouvriers, journaliers, jardiniers... Cette description montre une inégalité d’alphabétisation elle-même révélatrice d’une société foncièrement inégalitaire. Cette situation a évolué pourtant au cours du XVIIIe siècle, sur le plan culturel tout au moins, puisque le taux d’analphabétisme des manouvriers a régressé (de 80/90 % vers 1690 à 40/50 % vers 1790) et que l’alphabétisation aisée s’est développée modestement au sein de la petite bourgeoisie et parmi les artisans-compagnons.

15Les contrats de mariage et les actes successoraux confirment l’existence d’une hiérarchie urbaine fondée à des degrés divers sur le pouvoir, l’argent et le savoir. Le nombre des personnes très bien alphabétisées croît avec l’importance de l’apport ou de l’actif successoral. A la veille de la Révolution, on les trouve surtout parmi ceux et celles qui apportaient au moins 2 000 livres dans leur corbeille de mariage.

Tableau 15 bis : Apports au mariage et niveaux d’alphabétisation (1785-1790)

16Dans les successions, les fortunes inférieures à 2 000 livres allaient à des familles dont 60 % des membres étaient analphabètes ; les fortunes moyennes étaient partagées entre des héritiers dont les 3/4 savaient écrire leur nom ; et c’est au niveau de 10 000 1. qu’intervenait une alphabétisation à peu près complète. Ainsi dans les villes comme dans les villages, argent et bonne instruction allaient souvent de pair.

Notes

1 Etaient considérées comme villes en 1790 : Aire-sur-la-Lys (8890 hab.) ; Ardres (1591 hab.), Arras (22569 hab.), Bapaume (5154 hab.), Béthune (6932 hab.), Boulogne (10434 hab.), Calais (6549 hab.), Etaples (env. 1000 hab.), Hesdin (4879 hab.), Lens (2351 hab.), Lillers (4111 hab.), Montreuil-sur-Mer (env. 4000 hab.), Pemes-en-Artois (665 Hab.), Saint-Omer (22106 hab.), Saint-Pol (3451 hab.). En 1808, Guînes et Saint-Venant étaient classées comme des villes.

2 HOUDAILLE (J.), op. cit., p. 68 : 54.5 % pour 1780-89 et 58.5 % pour le début du XIXe s.

3 D’après les relevés proposés pour cette ville par BOURGEOIS (A.), B. C. D. H. A., t. XII-4,1989, p. 372.

4 Voir à ce sujet et pour le reste de la démonstration, mon article "Alphabétisation et conjoncture de crise. L’exemple de la paroisse Sainte-Marguerite de Saint-Omer (1688-1789)", B. C. D. H. A., t. XII-5,1990.

5 Par ex. celles de 1709-1710,1719-1720, 1740, 1752-1754,1770-1772,1783-1785

6 Voir l’excellent article de C. ENGRAND, "Mendier sa vie au XVIIIe s. (Amiens, 1764-1789)", R. D. N., avril-sept. 1984, p. 515-529.

7 A Saint-Omer pour 1786-90, le taux d’alphabétisation de l’ensemble des conjoints atteint 58,2 %, mais celui de ceux âgés de moins de 30 ans approche 62 %.

8 Ont été utilisés aussi les T. E. R. de DAUBRESSE (P. H.), DUBOIS (R.), FLOURE (S.) ; les travaux de BOURGEOIS (A.) pour Béthune et Saint-Pol, (B. C. D. H. A., 1986, 1989) ainsi que les relevés de VION (A.) pour Calais, Bull. du Congrès des Soc. Savantes du Nord, 1970, p. 35

9 Pour cela il faudrait des relevés complets pour chaque ville, ou du moins des sondages nombreux portant sur des périodes identiques...

10 Cet aspect est développé dans ma thèse, t. 1, p. 160-161.

11 Signalons pour 1781-1790 le cas des Saint-Poloises davantage alphabétisées (59,5 %) que les hommes (58,2 %)

12 Vers 1788-1790, à Bapaume, 15,5 % des hommes et 8,4 % des femmes ; à Saint-Omer, 23,9 % des conjoints et 9,8 % des conjointes.

13 A Hesdin vers 1786-1790, pour 100 couples, on dénombrait 36,6 % avec 2 époux alphabétisés, 18,3 % avec 2 époux analphabètes, 32,9 % avec l’époux sachant écrire et 12,2 % avec l’épouse alphabétisée.

Table des illustrations

Légende Fig. 7 : Evolution de l’alphabétisation à Saint-Omer (ville entière et paroisse Sainte-Marguerite) et à Saint-Pol 3
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 8 : Courbes du prix annuel du blé commun (1) et de l’alphabétisation scolarisation à Saint-Omer (2) et dans la paroisse Sainte-Marguerite de cette ville (3)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Tableau 15 bis : Apports au mariage et niveaux d’alphabétisation (1785-1790)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540