Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Première partie. La longue durée : les progrès de l’alphabétisation et leur signification (fin xviie siecle-1815)

Chapitre III. La mesure de l’alphabétisation un indicateur de la scolarisation

Texte intégral

1Pour apprécier le degré d’instruction de la population des XVIIe et XVIIIe siècles, les historiens utilisent fréquemment les registres paroissiaux pour comptabiliser les signatures des mariés. Ils calculent ainsi des pourcentages d’alphabétisation. Ce terme, d’apparition récente, est cependant assez ambigu pour susciter quelques réserves.

1 - une possible remise en cause

  • 1 GROSPERRIN (B.), Les petites écoles sous l’Ancien Régime, 1984, p. 153.
  • 2 FURET (F.), OZOUF (J.) et alii, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Fe (...)

2Peut-on résoudre "l’irritante énigme de l’alphabétisation" ?1 Que peut quantifier un tel moyen d’investigation ? Faut-il accepter, sans s’interroger, l’opinion des auteurs de Lire et écrire (F.Furet, J.Ozouf) pour lesquels "la capacité à signer renvoie donc bien à ce que nous appelons aujourd’hui l’alphabétisation et qui comporte lecture et écriture", y compris pour la période d’Ancien Régime ?2 Qu’il soit permis au moins d’émettre quelques doutes. En effet, l’analyse de l’alphabétisation repose essentiellement sur le critère fragile de la signature. Or celle-ci illustre surtout la capacité à écrire. Certes cette compétence, si elle est réelle, est inséparable du savoir lire puisque l’esprit lit préalablement ce que la main doit écrire. La prudence pourtant s’impose : on pouvait signer son acte de mariage sans avoir jamais appris à écrire. Il suffisait d’avoir appris seulement à reproduire le dessin des lettres composant le nom et le prénom, en imitant un modèle. Or n’est-ce pas la capacité de lecture qui témoigne d’une véritable instruction ? Hélas, cette compétence ne laisse aucune trace si ce n’est une certaine aisance d’écriture, résultat d’une pratique courante qui en témoigne indirecte ment. En faveur de la signature comme témoignage pertinent du "savoir lire", on peut invoquer la succession des apprentissages, fréquemment en usage dans les petites écoles de l’Ancien régime : les écoliers apprenaient d’abord à lire, puis à écrire, enfin à compter. On peut donc penser que tous ceux qui écrivaient leurs nom et prénom savaient déjà lire. Rien n’est moins sûr, et ceci pour plusieurs raisons.

  • 3 CHARTIER (R.), Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, 1987, p. 223-242.

3La première concerne le savoir lire compétence difficile à acquérir, qui n’est pas seulement un déchiffrement, une simple production de son, mais également une production de sens. Un tel apprentissage nécessitait plusieurs étapes, et surtout beaucoup de temps, ce dont ne disposaient guère la plupart des enfants. Certes il existe aussi divers niveaux de lecture et plusieurs types de lecteurs : les "bons" et les moins rapides, ceux capables de comprendre seulement des textes simples (ceux des almanachs, des feuilles imprimées, des romans de la Bibliothèque bleue) et les autres susceptibles de lire et d’assimiler un article de l’Encyclopédie par exemple. De ces capacités plus ou moins actives face à la lecture, découlaient des façons différentes de lire, les lecteurs peu entraînés se contentant d’un minimum de textes, lus et relus inlassablement à voix haute et finalement mémorisés. Comment l’examen d’un ou de deux mots, à savoir la signature d’un individu, peut-il renseigner l’historien sur le savoir lire ? Comment faire la distinction entre celui qui parvenait seulement à bredouiller quelques syllabes ou quelques mots, celui capable de déchiffrer quelques lignes d’un imprimé, celui capable de lire un roman populaire, et celui capable de lire et comprendre un texte plus difficile ?3

  • 4 A. D. N., 5 G 5205.

4La seconde raison de notre scepticisme tient à l’affirmation de l’inexistence d’un enseignement simultané dans les petites écoles de l’Ancien Régime. La suite de cette étude doit nous permettre d’aborder cette question importante. Pour le moment, il suffit de se convaincre qu’il est peu vraisemblable que des enfants scolarisés pendant trois, quatre voire cinq années n’aient pas eu l’occasion, à un moment ou à un autre de leur scolarité, d’apprendre à écrire leurs nom et prénom, et ceci avant même d’aborder le stade de l’écriture. D’autant plus, et cela nous fournit une troisième raison, que l’acquisition de ce savoir minimum revêtait une grande importance, à peine imaginable pour nous qui vivons à la fin du XXe siècle, mais bien réelle pour nombre d’individus vivant au XVIIIe siècle. Le premier reproche que l’on adressait en effet aux maîtres incompétents était de ne pas apprendre les élèves à faire leur nom : ainsi en 1719, le curé de Ruyaulcourt se plaignait de l’incapacité du clerc de la paroisse : "C’est ce qui fait qu’aujourd’huy on auroit peine à en trouver douze (enfants)... qui puissent brouiller leurs nom..."4.

5Beaucoup de personnes cherchaient aussi à signer tant bien que mal afin d’affirmer un minimum d’identité. Une longue familiarité avec les signatures fait rencontrer à l’historien ces signatures malhabiles ou simplement appliquées. Elle lui fait imaginer ces doigts maladroits avec une plume rétive, crissant plaintivement sur le papier, ces mains gauches, ces gestes lents à l’excès. Elle le convainc de l’acharnement de beaucoup à vouloir signer vaille que vaille, même sans avoir jamais appris à écrire autre chose. D’autant plus que vers la fin du XVIIIe siècle, et ceci paraît un fait culturel important, les analphabètes n’étaient même plus requis de tracer leur marque (ou croix) au bas des actes rédigés par les curés. Cette mise à l’écart a sans doute poussé nombre d’entre eux à apprendre leur signature, à la copier sans cesse afin de pouvoir la reproduire, à la faire à leurs enfants, ou à demander au maître d’école de le faire.

  • 5 Voir à ce propos mon article "L’ignorance honteuse (XVIe-XVIIIe s.)”, Mentalités, 1990, p. 71-87.

6Il n’est pas interdit de penser en effet qu’une certaine gêne, pour ne pas dire une certaine honte pouvait naître chez ceux et celles qui ne pouvaient même pas écrire les quelques lettres de leur nom5. On a beau constater l’indifférence de nombreux individus de cette époque pour les activités intellectuelles, il n’en demeure pas moins vrai que la signature, voire la simple marque, représentait sinon un acte d’affirmation de soi, du moins la preuve indubitable d’un consentement. Même pour des analphabètes, et surtout pour eux, les signes cabalistiques qui représentaient les lettres de leur nom renfermaient une puissance réelle, quasi-mystérieuse. Il faut dire cette fascination exercée par la signature, considérée par certains comme un acte proprement magique qui, par le simple alignement de quelques petits signes, laborieux certes mais ô combien redoutable par sa valeur, pouvait permettre d’acheter, de vendre ou de louer une terre, de se libérer d’une dette, d’emprunter... Les acquisitions foncières, les baux, les constitutions de rentes, les actes successoraux, les prises d’hypothèques, tout cela exigeait que l’on inscrivît une marque ou une signature. La pratique des actes notariés a été considérablement multipliée au cours du XVIIIe siècle. Or, les notaires continuaient d’exiger une signature ou une marque au bas de leurs actes. Ainsi l’augmentation du nombre des signatures peut-elle aussi s’expliquer en partie par le désir de cacher son ignorance et par une pratique notariale de plus en plus répandue.

7Ces arguments peuvent ne pas paraître suffisamment convaincants, tant il est vrai qu’ils ne se fondent pas sur des preuves irréfutables. Allons donc plus avant dans l’argumentation en évoquant deux enquêtes menées au début du XIXe siècle.

2 - deux enquêtes troublantes

8Curieusement, jusqu’à ce jour, aucun historien de l’enseignement n’a utilisé ces documents importants que constituent les enquêtes comparatives 1789-an IX menées à l’initiative de Chaptal, alors ministre de l’Intérieur. Pourtant les réponses fournies, essentiellement par les maires des communes rurales, permettent après examen critique de dresser un bilan de l’instruction vers 1790-1792. Deux circulaires préfectorales datées du 1er prairial an X (21 mai 1802) et du 30 prairial an XII (19 juin 1804) accompagnaient des questionnaires très détaillés qui sollicitaient des renseignements sur de nombreux sujets, notamment sur l’instruction masculine. En l’an X, il était demandé : "Combien comptait-on d’hommes dans votre commune en 1789 qui ne savaient simplement que lire et écrire sans réunir d’autres connaissances ? et combien en l’an IX ? Combien en comptait-on en 1789 dont les connaissances étaient élevées au-delà des premiers élémens ? et combien en l’an IX ?"

9Ces questions étaient formulées différemment dans la circulaire du 30 prairial an XII : "Combien d’hommes de votre commune qui savaient seulement lire et écrire ? Combien qui étaient plus instruits"

  • 6 A. D. P. de C., "Statistique comparative 1789-an IX”, 6-11, no 12.
  • 7 Nous ne reprenons pas ici la description critique de ces enquêtes, effectuée dans notre article "L’ (...)

10Les archives départementales du Pas-de-Calais ont conservé les réponses en provenance des arrondissements d’Arras et de Saint-Omer en l’an X (202 réponses) et celles du seul arrondissement d’Arras mais dans sa quasi-totalité (195 réponses) en l’an XII6. Ces échantillons sont donc assez importants pour permettre une étude approfondie. Parmi les critiques que l’on peut formuler à l’encontre de ces enquêtes, l’une d’elles concerne l’intitulé des questions, notamment à propos de l’expression lire et écrire.7 Comment ont donc procédé les maires pour apprécier l’instruction de leurs administrés ?

11D’autre part, l’enquête ne cherchait pas à dissocier les deux capacités, elle demandait une réponse globale et a donc pu exclure des hommes qui savaient seulement lire. Le relevé minutieux des témoignages portés en marge du questionnaire par certains magistrats communaux montre que beaucoup d’entre eux ont inclus dans leurs chiffres des hommes qui ne savaient ni véritablement lire ni même écrire convenablement, mais qui étaient capables de signer, d’écrire leurs nom et prénom. Ainsi le maire d’Escoeuilles a-t-il recensé dans sa commune 37 hommes instruits, tout en "observant que la plus grande partie ne peut que former son nom, ne pouvant pas seulement lire les écritures les plus modernes". D’autres ont répondu dans le même sens. Les chiffres qu’ils proposent donc pèchent plus par excès que par défaut : ce sont souvent des maxima comprenant même des individus quasiment analphabètes sachant uniquement signer.

12Enfin il faut tenir compte de la chronologie. Les réponses sont datées de l’an X et de l’an XII, mais portent sur 1789 et sur l’an IX. A défaut d’être suffisamment précises pour 1789, elles nous renseignent sur le degré d’instruction des hommes vers 1801-1804. La plupart d’entre eux, âgés de plus de 25 ans, n’avaient donc pu fréquenter l’école qu’avant la Révolution ; seule la catégorie des 20-25 ans avait pu être scolarisée entre 1790 et 1794. Ces enquêtes présentent donc un bilan possible de l’instruction masculine pour la fin de l’Ancien régime et les débuts de la Révolution. Quels résultats fournissent-elles ?

Tableau 4 : Pourcentages d’hommes sachant lire et écrire (enquête de l’an X)

13Les réponses dont les taux oscillent entre 20 et 25 % sont les plus nombreuses et plus de 60 % d’entre elles présentent des pourcentages inférieurs à 40 %. Les résultats de l’enquête de l’an XII confirment ceux de la précédente : dans 101 communes sur 168, moins de 40 % des hommes étaient jugés capables de lire et écrire. En rapportant le nombre de ces derniers à la population masculine des arrondissements, on obtient un pourcentage de 34 à 36 %. Autrement dit, un peu plus du tiers des hommes savait lire et écrire. Parmi eux, figuraient ceux qui étaient réputés savoir "plus que lire et écrire". L’interprétation a varié d’un maire à l’autre pour apprécier ce degré d’instruction, mais dans l’ensemble, on a indiqué le nombre d’individus sachant vraiment bien lire et écrire. Leur nombre n’excédait pas 5 % de la population adulte masculine : 3,8 % dans l’arrondissement de Saint-Omer et 4,6 % dans celui d’Arras. Cette instruction solide, ou supérieure dans certains cas, était bien peu répandue : 2 ou 3 hommes pour les petits villages, 5 ou 6 pour les villages moyens et 10 à 15 environ pour les plus grosses localités.

14Ces divers résultats montrent bien que la mesure de l’alphabétisation par le biais des signatures (55 à 60 % de signataires masculins) amplifie la mesure réelle de l’instruction. En moyenne, il serait possible d’évaluer à 20-25 points l’écart entre les deux analyses. Rappelons que le nombre d’hommes instruits, proposé par les enquêtes, était souvent un maximum ; ajoutons aussi que les taux d’alphabétisation masculine dépassent souvent 60 à 65 % dans certains villages ; l’écart mentionné précédemment paraît donc devoir être considéré comme un minimum. Le nombre des signataires s’avérait ainsi largement supérieur à celui des gens instruits, ou considérés comme tels par leurs concitoyens.

3 - interprétations et méthodologie

15Savoir écrire son nom et son prénom constituait à n’en point douter aux yeux de beaucoup un premier degré significatif dans l’échelle de l’instruction. Sans vouloir trop anticiper sur la suite de cette étude, il est possible de dire déjà qu’un tel apprentissage devait se faire, la plupart du temps à l’école, et qu’il intervenait assez tôt dans la scolarité des élèves, et très vraisemblablement bien avant les leçons d’écriture proprement dites. Une remarque d’un maire qui a répondu à l’enquête de l’an X nous a d’ailleurs paru très significative : "Si la paix n’avait pas ramené le calme des consciences, dans vingt ans à peine, aurait-on trouvé dans un village deux-perssone capable de faire leur signature". Celle-ci indépendamment du savoir lire et écrire était bien considérée à l’époque, par beaucoup, comme une preuve d’un niveau d’instruction, la seule véritable capacité sans doute qui fût accessible au plus grand nombre, en dehors de l’apprentissage des lettres (de l’alphabet) et du catéchisme. A condition d’avoir fréquenté l’école ! Point de paix (politique et confessionnelle surtout), point d’école et donc impossibilité d’acquérir ce savoir minimum, tel est aussi le sens de la remarque du maire de Dennebreucq citée plus haut. C’est pourquoi nous suggérons de considérer les taux d’alphabétisation, non comme comme des taux d’instruction (savoir réellement lire et écrire), mais comme des taux approximatifs de scolarisation ou de fréquentation scolaire, pouvant seulement pour la grosse majorité des signatures refléter un savoir minimum reçu à l’école (alphabet, signature et catéchisme) et rien d’autre. La signature révèle une compétence particulière, somme toute limitée, et il faut cesser de voir derrière elle des acquis scolaires qui n’existaient pas toujours. L’étude de l’alphabétisation ne peut donc avoir pour but essentiel de quantifier avec précision le niveau d’instruction d’une population.

16Pour autant il ne s’agit pas d’écarter toute prise en compte des signatures, bien au contraire, mais il faut les considérer à leur juste importance, sans plus. Ainsi est-il possible de préciser une chronologie du développement de la scolarisation et de cette très lente appropriation de l’écrit par les populations des XVIIe et XVIIIe siècles. Les taux dits d’alphabétisation peuvent figurer dans les éléments d’explication de cette mutation culturelle sans précédent que fut le progressif élargissement social des compétences lexicales. Encore faut-il tenir compte de la multiplicité des formes de signature, depuis le gribouillis illisible jusqu’au nom paraphé.

  • 8 A la suite d’erreurs concernant les phonèmes pertinents.

17Distinguons les écritures aux lettres arrondies, formées lentement, avec une application plus ou moins laborieuse ; les écritures dont les lettres souvent en script ne sont pas ligaturées ; celles dont les signes présentent des différences de hauteur très exagérées... Il faut tenir compte également de l’horizontalité plus ou moins parfaite et de la lisibilité de l’ensemble. Un premier classement peut ainsi s’opérer : signatures illisibles en totalité ou en partie, très maladroites (mais assez lisibles), appliquées, aisées. Il importe aussi de vérifier le contenu de la signature. En effet le signataire peut omettre, ajouter, ou intervertir des lettres. Ces omissions, ces interversions révèlent des lacunes lors de l’apprentissage de la lecture. Encore faut-il prendre garde, car l’oubli de lettres muettes par exemple qui n’influent en rien sur la phonétique peut être considérée seulement comme un simple défaut d’orthographe, laquelle on le sait, n’était pas encore réellement codifiée à l’époque. Il s’agit de déceler les fautes qui altèrent gravement la prononciation d’un prénom ou d’un nom8, à un point tel qu’il est alors permis de se demander si celui (ou celle) qui a signé savait véritablement lire.

18Ainsi en 1694 à Saint-Omer, Marie Fernagut signait : " maria nferuga" et en 1695, Marie-Jeanne Fayolle pouvait écrire ses deux prénoms mais pas son nom. A Remilly-Wirquin, en 1738, Marie-Catherine Bachelet signait-elle "mari cathione bachle" ; à Longuenesse, en 1725, Charles Triquet écrivait "Charel" pour noter son prénom ; à Arras, en 1790, Elisabeth Constance Boidin savait écrire son premier prénom et son nom, mais était incapable d’écrire correctement "Constance" ; en 1780, à Saint-Omer, Jacques-Noël Lorthoy signait "jauque nole lothoy". La prudence exige cependant de tenir compte des déformations résultant d’une prononciation dialectale (ou patoisante, dans nos régions) : "Coquinpot" pour Cocquempot, "Deras" pour Darras, "Carpintier" pour Carpentier, "Cavat" pour Chavatte...

19Tirant profit des travaux de J. Quéniart et de nos propres investigations, nous proposons cette grille de lecture des signatures comportant six catégories :

Catégories et caractéristiques possibles de la signature

Niveau 0 :
Absence de signature. Les marques, parfois assez élaborées à la fin du XVIIe siècle, se réduisent ensuite à une simple croix.

Niveau 1 :
Forme : gribouillis, lettres qui se chevauchent ; leurs panses sont inversées ; les hampes et/ou les queues sont séparées des panses, ou les traversent. Segmentation inexistante entre le nom et le prénom. Signature quasi illisible.
Contenu : dans ce qui peut-être déchiffré, omission ou interversion de phonèmes pertinents.

Niveau 2 :
Forme : Lettres séparées les unes des autres, écriture en script irrégulier : queues et hampes souvent écartées des panses ; lettres encore dessinées ; elles sont de taille exagérément différente. Tracé des lettres très épais. Manque d’horizontalité de l’ensemble. Nom et prénom parfois encore mal dissociés. Signature assez lisible.
Contenu : des déformations dialectales parfois, des oublis de phonèmes non pertinents ou des simplifications phonétiques : une faute grave (erreur de phonème pertinent) est admise ; au-delà, ces signatures sont classées dans le niveau 1.

Niveau 3 :
Forme : écriture appliquée, "arrondie", qui a besoin d’espace pour étaler des jambages plus amples. Les lettres sont généralement bien ligaturées. Ajoutons-y les exemples de script bien régulier (plus rares). Les tracés de lettres sont encore assez épais.
Contenu : la signature peut encore être phonétique, mais elle est nettement lisible. Aucune faute n’altère gravement la prononciation. Déformations dialectales possibles.

Niveau 4 :
Forme : Ecriture courante, aisée, décidée ; lettres ligaturées ; tracé léger. Le nom et le prénom commencent par une majuscule.
Contenu : Nom et prénom correctement orthographiés.

Niveau 5 : Mêmes caractéristiques que pour les signatures du niveau 4, avec le paraphe en sus.

Tableau 5 : Grille de lecture possible des signatures.

  • 9 QUENIART (J.), "Les apprentissages scolaires élémentaires au XVIIIe s. : faut-il réformer Maggiolo  (...)
  • 10 Ce qu’indiquaient certains maires ayant répondu à l’enquête de l’an X : celui de Surques ("ils save (...)
  • 11 Ou grâce au préceptorat pour les familles citadines aisées.

20Commentons brièvement cette grille. Les niveaux 0 et 1 sont ceux des analphabètes9 : ils n’avaient pas (ou très peu) fréquenté l’école, ne savaient pas tenir une plume ni écrire leur nom, et l’on peut estimer qu’à l’exception d’une infime minorité, ils ne savaient pas lire non plus. Le niveau 1, révélant une alphabétisation très réduite, franchement mauvaise et à la limite inexistante, peut être adjoint au niveau 0 pour marquer une séparation nette avec l’alphabétisation proprement dite. Les niveaux 2, 3, 4 et 5 représentent toutes les catégories d’alphabétisés. Le niveau 2 est atteint par ceux et celles qui éprouvaient encore beaucoup de peine à écrire ; ils avaient sans doute un peu fréquenté l’école, avaient peu appris ou avaient oublié l’essentiel de ce qui leur avait été enseigné ; ce groupe révèle une alphabétisation médiocre et constitue une catégorie intermédiaire entre les analphabètes et les alphabétisés. Le niveau 3 est atteint par les individus qui avaient appris à lire et à écrire. Savaient-ils tous lire, bien lire ? Nul ne peut le dire avec certitude, et sans doute dans ce groupe parvenaient à s’infiltrer d’habiles faussaires (ceux qui écrivaient bien leur nom, mais ne savaient pas lire)10. Cette catégorie comprenait aussi des personnes capables de lire un énoncé simple en rapport avec la vie quotidienne, dans une proportion variable selon l’époque et les lieux (ville ou village). Il est possible d’ailleurs qu’une césure apparaisse entre ceux capables de lire seulement l’imprimé et ceux capables de lire aussi les écritures "à la main". Les niveaux 2 et 3 constituent un stade d’alphabétisation moyenne, qu’on peut opposer au stade d’alphabétisation aisée révélée par les niveaux 4 et 5, indicateurs d’une instruction plus solide. La distinction de ces différents niveaux d’alphabétisation permet ainsi de mettre en évidence une pratique plus ou moins assurée de l’écrit, elle-même reflet d’une scolarisation plus ou moins effective. En effet, sauf pour les signatures aisées (niveaux 4 et 5) dont on peut raisonnablement estimer qu’elles traduisent une réelle capacité d’écriture et donc de lecture, résultant d’une bonne scolarisation11, il faut considérer que pour les autres, le pourcentage d’alphabétisation révèle le plus souvent des compétences limitées (quelques rudiments, capacité de signer) acquises par une scolarisation irrégulière ou trop brève.

21En résumé, les taux dits d’alphabétisation peuvent être considérés comme des taux approximatifs de scolarisation et le classement des signatures permet d’apprécier la longueur ou la régularité de celle-ci.

Niveaux 0 et 1

Niveaux 0 et 1

Types de signatures

Notes

1 GROSPERRIN (B.), Les petites écoles sous l’Ancien Régime, 1984, p. 153.

2 FURET (F.), OZOUF (J.) et alii, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, 1977, t. 1, p. 27 ; les diverses interprétations sont exposées par CHARTIER (R), COMPERE (M.M.), JULIA (D.), op. cit., p. 87-88 ; voir aussi QUENIART (J.), "De l’oral à l’écrit. Les modalités d’une mutation”, Histoire de l’éducation, no 21, 1984, p. 11-33.

3 CHARTIER (R.), Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, 1987, p. 223-242.

4 A. D. N., 5 G 5205.

5 Voir à ce propos mon article "L’ignorance honteuse (XVIe-XVIIIe s.)”, Mentalités, 1990, p. 71-87.

6 A. D. P. de C., "Statistique comparative 1789-an IX”, 6-11, no 12.

7 Nous ne reprenons pas ici la description critique de ces enquêtes, effectuée dans notre article "L’instruction des ruraux dans le Pas-de-Calais au début de la Révolution Française”, R.D. N., avril-juin 1987, p. 309-322.

8 A la suite d’erreurs concernant les phonèmes pertinents.

9 QUENIART (J.), "Les apprentissages scolaires élémentaires au XVIIIe s. : faut-il réformer Maggiolo ?", R. H. M. C., t. XXIV, 1977, p. 7 "...sauf exception rarissime, celui qui ne signe pas ne sait ni lire ni écrire" ; à l’inverse, R. CHARTIER considère que le nombre de lecteurs était supérieur au nombre des signataires, Du livre au lire. Pratiques de la lecture, 1985, p. 64.

10 Ce qu’indiquaient certains maires ayant répondu à l’enquête de l’an X : celui de Surques ("ils savent lire et écrire exceptés qu’une partie ne peut que former son nom", celui d’Upen-d’Amont ("il y en a même beaucoup qui ne savent ni lire ni écrire" parmi les 64 individus signalés comme instruits), celui de Thiembronne qui précisait aussi que beaucoup de ceux qu’il avait notés comme sachant lire et écrire ne savaient "faire que les noms".

11 Ou grâce au préceptorat pour les familles citadines aisées.

Table des illustrations

Légende Tableau 4 : Pourcentages d’hommes sachant lire et écrire (enquête de l’an X)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Niveaux 0 et 1
Légende Types de signatures
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540