Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Avant-propos

Alain Lottin

Texte intégral

1Ce livre est non seulement celui d’un historien, mais aussi celui d’un éducateur.

2René Grevet, en effet, a été dix ans instituteur avant de réussir l’agrégation et le doctorat et de devenir maître de conférences à l’Université de Lille. Il était donc particulièrement qualifié pour retracer l’histoire de l’école primaire en Artois et en Boulonnais car il la connaît de l’intérieur et il l’aime. Il s’est efforcé de comprendre et de reconstituer les méthodes pédagogiques des maîtres d’autrefois, leur cadre de travail, leur carrière, leurs problèmes. En praticien, il a tenté à son tour de mieux cerner l’apport et les limites de l’étude des signatures pour apprécier le niveau d’alphabétisation des populations. S’appuyant sur une documentation considérable (35 000 actes de mariage par exemple), patiemment glanée dans les archives et les bibliothèques de la région, il a développé des hypothèses originales, parfois dérangeantes, souvent excitantes. Ainsi, il conclut que les taux d’alphabétisation sont plutôt des indicateurs d’un taux approximatif de fréquentation scolaire que d’un niveau d’instruction. Il a cherché à mieux mesurer la population scolaire et pour cela entrepris ce qu’il a appelé pudiquement un "détour par la démographie" du plus grand intérêt. Il a contribué à montrer, après d’autres, que l’enquête Maggiolo n’était pas fiable dans notre région pour la fin du XVIIe siècle et l’existence d’un relatif palier en matière d’alphabétisation, entre 1735 et le début du XIXe siècle.

3René Grevet a surtout voulu démontrer que l’école avait été l’objet d’un double enjeu ; l’un, bien connu, était idéologique et religieux ; après 1793 il a fallu choisir entre le Catéchisme chrétien et le Catéchisme républicain. L’autre enjeu, moins évident, était social et politique : l’école devenait nettement un instrument de promotion sociale tout particulièrement pour la couche supérieure du peuple urbain. Et pendant la période révolutionnaire et impériale naît l’Etat-enseignant.

4En se penchant sur "ces hommes et ces femmes qui, au fil des temps, nous ont transmis ce qui nous permet d’être aujourd’hui ce que nous sommes", René Grevet s’est acquitté d’une dette collective envers eux. Ce livre vient à son heure dans un pays et une région qui redécouvre l’importance des formations, de l’école et le rôle irremplaçable des "maîtres".

Auteur

Professeur d’histoire moderne et régionale à l’Université Charles de Gaulle (Lille III)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540