Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Preface

Roland Huguet

Texte intégral

1L’histoire de l’école appartient aussi à l’Histoire de l’humanité puisqu’elle montre comment celle-ci s’est efforcée de transmettre ses acquis culturels et intellectuels.

2En décembre 1988, M. René GREVET a soutenu, devant l’Université de Lille 3, une thèse de doctorat consacrée à l’histoire de l’enseignement primaire dans les provinces d’Artois et du Boulonnais, réunies en 1790 dans le département du Pas-de-Calais. Cet important travail de recherches (1104 pages) a été condensé pour donner ce livre publié grâce au soutien financier du Conseil Général du Pas-de-Calais.

3L’ouvrage qui suit présente les principaux résultats de la vaste enquête entreprise par l’auteur pour étudier l’institution scolaire au cours de la période comprise entre la fin du XVIIe siècle, Louis XIV régnant, et la fin du Premier Empire. On découvre ainsi comment et pourquoi s’est développé le réseau de ces petites écoles comme l’on disait alors. L’école était devenue un enjeu social. Une exigence accrue en matière d’instruction contribua à sa généralisation et aux progrès de la scolarisation. Désormais on ne pouvait vivre dans une société sans école. Avec la Révolution, l’école devint aussi un enjeu politique : face à l’institution traditionnelle d’Ancien Régime, se dressa désormais une école républicaine, laïque et gratuite (en l’an II et en l’an III).

4Chiffres à l’appui, René GREVET montre bien grâce à l’exemple du Pas-de-Calais que l’on a souvent beaucoup trop exagéré l’insuccès des écoles primaires pendant la période révolutionnaire. Elles existèrent bel et bien, furent bien fréquentées jusqu’à l’an IV. Sous le Directoire, le désengagement financier de l’Etat ne facilita guère l’exercice du métier d’instituteur républicain. Beaucoup d’enseignants se découragèrent alors et l’enseignement primaire républicain périclita. Pourtant la Révolution avait tracé la voie sur laquelle devait s’engager, quelques décennies plus tard, cette belle Ecole de la IIIe République, celle de Jules Ferry, celle de ces instituteurs comparés par Charles Péguy aux "hussards noirs" de la République.

5L’ouvrage de René GREVET montre enfin que les progrès en matière de scolarisation et d’instruction, entre la fin du XVIIe et le début du XIXe siècle, demeuraient limités à cause de la pauvreté de nombreuses familles et du travail des enfants dont près de la moitié ne fréquentaient guère l’école vers 1810-1820. Pour ces défavorisés de la fortune et ces dépendants de l’ignorance, la liberté restait encore à conquérir...

Auteur

Président du Conseil Général du Pas-de-Calais

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540