Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

Conclusion

Philippe Contamine

Texte intégral

1Osons rappeler une évidence : c’est dès l’époque même que commença d’être écrite l’histoire des rapports entre guerre et société dans l’Occident de la fin du Moyen Age. Qu’il suffise ici de mentionner les noms de quelques chroniqueurs – Jean de Venette et Jean Froissart, Enguerran de Monstrelet et Jean Molinet. Ne serait-ce que quantitativement, la guerre est bien au premier plan dans les sources narratives des XIVe et XVe siècles : or, le fait n’est pas sans conséquences si l’on songe à la réhabilitation dont bénéficie depuis quelques années ce type de documentation.

2Par la suite, dans des styles les plus divers et selon des procédés les plus variés, jamais cet aspect notable, inévitable, de la vie publique et privée à l’époque considérée ne fut oublié ni même négligé par les historiens. Chaque siècle, chaque génération, reprit le problème à sa manière. Sans doute, du moins de ce côté-ci de la Manche, il fut un temps où l’histoire-batailles fut frappée d’infâmie, réputée un exercice futile, complaisant, académique : mais d’une part même cette disqualification n’empêcha pas la parution, en nombre il est vrai sensiblement plus restreint, de travaux de qualité, d’autre part et surtout l’historiographie de langue anglaise échappa dans une large mesure à cet ostracisme à la fois trop catégorique et salubre.

3Vint le grand essor des recherches historiques postérieurement à la Seconde guerre mondiale, véritable explosion contemporaine de décennies de croissance soutenue, dont profite encore et toujours, non sans de fortes nuances régionales et nationales, l’historiographie la plus actuelle. Cet essor affecta les XIVe et XVe siècles occidentaux au même titre que d’autres périodes, et dans la mesure même où toutes les facettes de la réalité furent plus ou moins abordées, la guerre reçut son lot d’investigations, sans avoir droit à un traitement privilégié que d’ailleurs il aurait été absurde de revendiquer en sa faveur.

4C’est dire que le présent recueil s’inscrit délibérément dans la longue durée : il ne prétend pas s’aventurer au milieu d’une mer inconnue, redécouvrir un continent perdu, mais, tout simplement, apporter des éléments neufs dans un domaine déjà largement exploré.

5L’intérêt de l’entreprise réside d’abord dans le fait qu’elle repose prioritairement sur une documentation non seulement inédite mais encore jusqu’alors très imparfaitement utilisée : à l’évidence, pratiquement tous les collaborateurs du livre ont le goût des archives et prennent plaisir à repérer une source inconnue, un fonds négligé, un manuscrit mal identifié ou inexploité. La substantielle esquisse sur les armées de Philippe le Bel est avant tout tirée du Corpur philippicum – ce monument patiemment édifié aux Archives nationales depuis un demi-siècle : ses richesses sont telles qu’elles pourraient fournir matière à un livre entier dans le domaine concerné. Le procès en port d’armoiries qui opposa, au début du XVe siècle, Sir Edward Hastings à Reginald Lord Grey of Ruthin se trouve transcrit dans des manuscrits inédits conservés à Londres, au College of Arms et à la British Library. L’armée bourguignonne au siège de Calais (1436) est évoquée à partir de l’examen minutieux, chiffré, quantitatif, de ce qui reste en l’occurrence de la comptabilité des Etats bourguignons. Le chartrier (si le mot n’est pas trop ambitieux) de la famille Rosnyvinen de Piré, aujourd’hui entreposé aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, a permis de retracer la biographie de Guillaume de Rosnyvinen en dépassant singulièrement les données fournies par les seules archives d’Etat. Lorsqu’il est parlé des chaînes urbaines, de l’armement des populations du comté de Montbéliard, c’est parce que des registres existaient, qui n’attendaient qu’une exploitation méthodique. Les traités de polémique anti-anglaise du début du XVe siècle sont certes maintenant édités, mais par celle-là même qui les commente dans le présent recueil. Et l’article sur le « courtage des rançons » renvoie à chaque instant à des documents d’archives.

6C’est donc sans surprise que l’on constate l’insertion de pièces justificatives en appendice à plusieurs contributions : alliances passées à la fin du XIIIe siècle entre le comte de Flandre et des seigneurs de la région, lettre d’Edouard III à ses conseillers à Londres, lettre des consuls de Martel à Bertrand du Guesclin, requêtes et demandes du sire de l’Isle Adam au duc de Bourgogne au sujet de ses responsabilités militaires en Hollande. Puisse ce petit florilège rappeler à qui n’en aurait pas assez conscience que, spécifiquement dans le domaine de la guerre, les fonds inconnus ou méconnus sont encore nombreux, que devraient rendre plus accessibles la multiplication des microfilms et aussi – il n’est pas interdit de rêver – la poursuite accélérée, ou la reprise, des regestes, inventaires analytiques et autres « calendars ».

7Le recueil ne comprend aucune narration complète d’un épisode militaire quelconque : même le siège de Calais de 1436 n’est étudié que de certains points de vue. Certes, l’absence de récit ne résulte pas d’un parti-pris, d’une préméditation : il n’empêche qu’on peut y voir le signe que l’histoire événementielle des guerres du temps est désormais écrite, encore que des mises au point, des rectifications, demeurent à l’évidence toujours possibles.

8On trouve en revanche une biographie – d’autant plus suggestive qu’elle est par bien des côtés exemplaire : celle de Guillaume de Rosnyvinen, un écuyer de basse-Bretagne devenu sur le tard et presque in extremis chevalier, qui passa successivement au service de Charles VII et de François II, l’un des intérêts étant de montrer combien les préoccupations privées l’emportaient quotidiennement sur les impératifs de la carrière publique.

9Le problème du recrutement des armées, dans une ambiance encore féodale, est abordé entre autres par le biais des alliances contractées dans l’Empire par Edouard Ier lors de sa lutte contre Philippe le Bel.

10Bien des guerres, bien des entreprises (le mot à l’époque a une forte connotation militaire) semblent avoir été déclenchées de façon inconsidérée et improvisée. Au sens plein du terme, elles furent des aventures. On aurait tort pour autant d’imaginer les pouvoirs médiévaux radicalement étrangers à toute idée de prévision : ainsi le montrent, à une échelle assez modeste, les requêtes, presque les exigences formulées à l’intention du duc de Bourgogne par le sire de l’Isle-Adam. Est dès lors mis en évidence ce qu’un chef avait dans la tête avant de prendre un commandement. On peut d’ailleurs se demander si ce seigneur se serait adressé dans les mêmes termes au roi de France : peut-être l’aspect franchement contractuel de la requête aurait-il été davantage dissimulé.

11A regarder fonctionner les structures militaires bourguignonnes lors du siège de Calais de 1436, on est amené à s’interroger sur la solidité et la cohérence de la domination de Philippe le Bon : l’ambition ne lui manquait certes pas, en principe d’énormes efforts furent prévus, consentis, en argent, en hommes, en matériel, mais il fallait que tout converge au bon moment, au même rythme. Significative apparaît la lente et lourde progression de l’artillerie du duché de Bourgogne jusqu’en Flandre à travers la Champagne, le Vermandois et l’Artois.

12Il est vrai que, d’un premier examen, les armées de Philippe le Bel se révèlent elles aussi assez vulnérables, assaillies qu’elles étaient par d’incessants problèmes d’effectifs, de commandement, de solde et de ravitaillement. Très peu de barons acceptèrent, en somme, de participer à toutes les expéditions du règne. On a le sentiment que les armées de Philippe VI de Valois étaient nettement plus imposantes : il faut admettre qu’elles profitèrent de la croissance soutenue des rouages de l’Etat (en dépit de quelques crises) sous les trois derniers Capétiens directs – la mise en place des trésoriers des guerres ayant ici une valeur symptomatique.

13Traditionnellement, l’historiographie a mis l’accent sur les dramatiques conséquences financières qu’entraîna pour un très grand nombre de familles de la noblesse française le paiement des « excessives » rançons dues par tel ou tel de leurs membres prisonniers des Anglais. Il est opportun de rappeler que les péripéties qui marquèrent les dernières décennies de la guerre de Cent ans eurent les mêmes conséquences mais cette fois au détriment de l’aristocratie d’outre-Manche. De toute façon, encore au milieu du XVe siècle, la guerre demeure largement une aventure individuelle : les pertes et les profits majeurs concernent chaque combattant, et l’intervention de l’Etat – le roi, le prince – est toujours aléatoire et plus ou moins marginale.

14A bien des égards, les événements militaires dominaient la vie publique. Leur déroulement présentait un caractère proprement vital pour les populations et les pouvoirs. Dans cette perspective, l’on conçoit sans peine que des contemporains, principalement dans le camp sinon des vaincus du moins des défenseurs, des agressés, se soient interrogés, douloureusement, sur les causes du conflit franco-anglais : le diagnostic d’un certain nombre de traités polémiques français du début du XVe siècle est en soi éclairant, de par sa variété même. C’est dire que les histoires de la guerre de Cent ans se doivent de prendre en compte la vision propre aux contemporains – ce qu’elles sont loin de toujours faire – à côté bien sûr des interprétations que suggèrent des analyses actuelles naturellement plus complexes.

15Le problème des renseignements et des nouvelles, de la communication et de l’information se pose avec une particulière acuité lorsqu’il s’agit de la guerre : dans maintes circonstances, bien des villes, abandonnées à elles-mêmes par un pouvoir supérieur lointain, débordé, impuissant, eurent un intérêt vital à connaître les mouvements des ennemis et donc à entretenir, à grands frais, tout un réseau de correspondants, à multiplier les messages, voire les missions d’espionnage. Par ailleurs, les rois, chefs de guerre, eurent à coeur de fournir à leurs sujets des bulletins de victoire circonstanciés, destinés à rassurer, à couper court aux rumeurs défaitistes, à ranimer les dévouements dans le domaine financier ou humain. A l’occasion, ces bulletins furent pris en compte par les chroniqueurs, officiels ou officieux : ils devinrent de l’histoire. La tâche était beaucoup plus délicate pour les pouvoirs qui avaient à annoncer à leurs administrés des malheurs ou des désastres : faut-il croire qu’ils adoptèrent une attitude de silence résigné, accablé ? Le point mérite d’être examiné de près : des indices suggèrent par exemple que la défaite de Poitiers donna lieu, du côté français, à un effort de contre-propagande destiné, autant que faire se pouvait, à en minimiser la portée. Dans le même ordre d’idée, il est très éclairant, pour l’histoire des mentalités, d’étudier la façon dont la « déconfiture » de Poitiers fut expliquée et conçue aussitôt après l’événement puis au fil des générations successives : justifications morales, théologiques et métaphysiques, arguments pratiques et empiriques, en proportion variable. Fondamentalement, on passa d’une appréciation selon laquelle le comportement de Jean le Bon, non seulement n’était pas désapprouvé, mais au contraire exalté à un jugement estimant que le rôle d’un roi de France, en tout état de cause, n’était pas de risquer la mort ou la captivité.

16Les faits ne manquent pas venant attester le comportement très souvent – le plus souvent – abominable des gens de guerre à l’égard des populations civiles, amies ou ennemies, leur indiscipline foncière, leurs pratiques réservant une place de choix à l’incendie, au pillage, au viol, au meurtre. Combien de textes de toute nature dénoncent à l’envi, de façon éloquente, répétitive, les sévices commis par les armées. Et cependant, des textes littéraires, des ordonnances, statuts et règlements montrent l’émergence d’un modèle fondamentalement différent : le militaire doit avoir comme visée essentielle le service du roi (de l’Etat) et la défense du bien public, et cela dans l’ordre, la stricte obéissance, le respect de la justice. Tel est son office, sa raison d’être, sa légitimité. Le XVe siècle (Alain Chartier, Jean Juvénal des Ursins, Jean de Bueil, les grandes ordonnances de réforme de l’armée) occupe une place de choix dans la définition de ce modèle : encore ne doit-on pas sous-estimer le temps de Charles V et surtout l’influence exercée aussi bien par l’image de l’Antiquité romaine (Végèce, Valère-Maxime, Frontin) que par la perpétuation de l’idéal chevaleresque (Jean de Salisbury), lui-même dérivé en partie du modèle romain. Guillaume de Rosnyvinen a beau se préoccuper avant tout de ses intérêts personnels et familiaux : il reste que son épitaphe prend soin de mettre en exergue ses fonctions publiques, au service de Charles VII (conseiller, grand échanson, maréchal des logis, maître et réformateur des Eaux et forêts de France, de Champagne et de Brie, capitaine de gens d’armes et de trait, capitaine de Vire) comme au service de François II, duc de Bretagne (conseiller et chambellan et capitaine de Saint-Aubin-du-Cormier).

17Enfin, il n’est pas réservé aux seuls professionnels – nobles ou non – de faire la guerre. A des degrés divers selon les pays, les circonstances, chacun avait le droit et le devoir de se défendre, soi et les siens, de défendre son « hôtel » et ses biens, dans le cadre de la communauté rurale, de la ville, de la seigneurie, de la principauté, du royaume. Sans doute on ne saurait dire que la distinction entre combattants et non-combattants soit inexistante à la fin du Moyen Age, mais il ne faudrait pas en faire un absolu. Ainsi le montre l’armement des populations rurales dans le comté de Montbéliard au XVe siècle : non seulement le pouvoir seigneurial ne s’y opposait pas, mais encore il veillait, assez soigneusement, à ce que cet armement fût qualitativement et quantitativement à la hauteur. Tout se passe comme si, à l’époque, le seigneur ne redoutait plus, ou pas encore, une improbable jacquerie ou en tout cas donnait la priorité à la défense de sa terre. Quant aux chaînes urbaines, il faut y voir un élément notable de la fortification des « bonnes villes » – ce qui était dans l’intérêt bien compris du prince –, même si, en cas de conflit entre celui-ci et les communautés urbaines, les chaînes purent jouer le même rôle que plus tard les barricades.

18Il serait artificiel de réduire à l’unité les enseignements de ce livre. Cependant, s’il est un fil rouge qui court à travers un assez grand nombre des contributions qui s’y trouvent rassemblées, c’est d’une part l’idée que la société de l’époque comportait toute une gamme de pulsions, de réflexes guerriers, qu’elle était détentrice en d’autres termes d’une certaine « culture militaire » – et cela parce que la guerre était vécue à la fois comme une rupture violente, scandaleuse, dans l’ordre du monde et comme un certain mode d’existence ; c’est d’autre part l’impression que la grande tâche du roi, du prince – de l’Etat – était de coordonner à son profit cette multitude d’initiatives et d’habitudes, en les soutenant, en les encadrant, en assurant leur convergence. Rassembler toutes les forces vives pour « la guerre du roi ». Inutile de dire qu’à ce stade de sa genèse, l’Etat y parvenait de façon encore limitée. Au-delà et en dépit des grands principes orgueilleusement affichés, force est de constater une certaine impuissance de l’Etat.

19Malgré la diversité des angles d’approche, le présent recueil comporte des lacunes : rien sur les enceintes urbaines, sur le rituel et la gestuelle de la guerre (ici une approche anthropologique serait indispensable), sur la symbolique des armées (vexillologie), une présence trop discrète de la guerre sur mer. Tel qu’il est, avec ses absences, sans doute suffit-il à montrer qu’en l’état actuel les historiens de la chose militaire à la fin du Moyen Age partagent avec les historiens du politique, du religieux, de l’économie ou de la société en général sensiblement les mêmes préoccupations et les mêmes centres d’intérêt. Faut-il nécessairement s’en réjouir ?

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540