Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

L’armement des ruraux et des bourgeois à la fin du Moyen Age

L’exemple de la région de Montbéliard

Pierre Pégeot

Texte intégral

  • 1 Sur la guerre et l’armée, F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age, en Europe et dans le (...)

1Le service militaire dû par les sujets garde toute sa réalité à la fin du Moyen Age dans les régions d’Empire. La guerre endémique et les troubles fréquents obligent bien sûr la population à s’armer pour se protéger et se défendre ; depuis leur émancipation les villes disposent de la force de leurs bourgeois, et les princes sont contraints de puiser dans les réserves en effectifs de leur domaine et celles de leurs vassaux pour compléter l’armée de professionnels qu’ils arrivent à mettre péniblement sur pied. Le déclin de l’armée féodale, les transformations de l’armement et des méthodes de guerre imposent d’autant plus le recours au service militaire des non-professionnels. Le roi de France ne pratique d’ailleurs pas autrement au XVe siècle en instituant les francs-archers et en exigeant des hommes d’armes des paroisses1.

  • 2 Sur les milices urbaines et le guet urbain, cf. les ouvrages précédents, et aussi B. Chevalier, Les (...)

2On connaît depuis longtemps les milices communales ou bourgeoises qui ont utilisé leurs forces pour arracher droits et privilèges à leurs seigneurs ou servi d’appoint aux armées royales (« Bouvines »). A la fin du Moyen Age la valeur des milices flamandes ou liégeoises n’est plus à démontrer ; mieux encore la capacité militaire des villes suisses, puisée parmi leurs ressortissants, a fait d’elles une puissance politique et diplomatique qui compte en Occident au XVe siècle et au XVIe siècle encore. Les petites villes, sans autonomie véritable, ne sont cependant pas en reste et imitent les grandes ; à la différence que le service de la milice est destiné aussi bien à la défense de la ville qu’au profit du seigneur qui garde la haute justice sur la localité2.

  • 3 Cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, pp. 173-192 ; M. Prou, « De la nature du service militai (...)

3Le service militaire des ruraux est moins connu. Il figure pourtant parmi les devoirs dont les sujets doivent s’acquitter envers le seigneur haut-justicier, et en France comme en Angleterre à l’époque féodale on y eut recours3.

4Cette obligation militaire, peut-être tombée en désuétude dans ces deux pays, garde force et vigueur dans les régions d’Empire à la fin du Moyen Age. Devoir dû au seigneur en raison de son pouvoir général de garde, elle constitue aussi une forme de prélèvement, l’astreinte à fournir armes et armement avec le service étant la règle pour les ruraux comme pour les bourgeois.

  • 4 Ces documents se trouvent aux Archives Nationales, K2214 : montres rurales des années 1440-41, 1446 (...)

5L’exemple de la région de Montbéliard fournit dès lors quelques indications sur le service armé des non-nobles et sur l’armement des « civils ». Petite région située dans la Porte de Bourgogne, entre Vosges et Jura, coincée entre la Bourgogne comtale et l’Alsace des Habsbourg, proche de la Suisse, c’est un comté qui relève de l’Empire, devenu une principauté au XVIe siècle, un minuscule état princier comme il en existe tant en Allemagne. Le comté de Montbéliard appartient aux Wurtemberg depuis 1397 ; il comprend la ville de Montbéliard, ville de franchises (1 500-2 000 habitants dans la période 1450-1550) et une quarantaine de villages environnants, à l’exclusion d’autres seigneuries limitrophes laissées ici en dehors de l’enquête. La documentation provient des rôles de montres d’armes, conservés pour la ville et le comté à partir du XVe siècle4. Elle permet de dresser un tableau de l’armement des sujets au temps des Ecorcheurs, des guerres de Bourgogne et de Souabe, et de ses modifications dans la première moitié du XVIe siècle.

Les montres d’armes

  • 5 Cf. Ph. Contamine, Guerre Etat et Société, pp. 86-94 ; J. de la Chauvelays, Les armées de Charles l (...)

6Les montres d’armes sont des revues d’inspection effectuées périodiquement et destinées à vérifier la capacité militaire des sujets, leur nombre, leurs armes, sans doute aussi leur aptitude physique. Pour le seigneur, elles constituent un contrôle de la détermination de ses sujets à remplir envers lui leurs obligations militaires au moment choisi par lui. Elles s’apparentent au fond aux montres des professionnels de la guerre, aux convocations à l’ost du ban et de l’arrière-ban, à la veille d’une expédition ou d’un ordre de marche ; les montres des armées royales et les montres bourguignonnes en sont l’exemple5.

  • 6 Montres rurales de 1440 et 1441 ; la montre de 1440 semble avoir été mal tenue, le rôle en est inco (...)

7La périodicité des montres d’armes est variable, elle ne paraît pas annuelle, sauf exceptionnellement (deux cas)6 ; un intervalle de cinq ans entre deux montres est possible, mais sans preuve absolue, et en fait l’irrégularité paraît plutôt la règle. La montre ne se justifie pas par la proximité, la « doutance » d’une guerre, la perspective d’une menace armée planant sur la région, ou encore la préparation d’une expédition ; sa fonction est avant tout de constituer un moyen de contrôle d’un devoir rendu au seigneur, un des éléments de contrainte et de pression de la seigneurie, une façon d’affirmer un pouvoir sur les sujets et de le rappeler.

  • 7 Autres montres exigées par des seigneurs haut-justiciers : le comte de Montbéliard dans ses seigneu (...)
  • 8 Montre de 1474 par exemple.
  • 9 Montres urbaines de 1497 et 1504.
  • 10 1441 : du 17 septembre à la St-Michel (29 sept.) ; 1458 : du 18 décembre jusqu’à la St-Hilaire (13 (...)
  • 11 Procédure différente en 1543 et 1552 : ce sont les magistrats urbains, sur rapport des « maîtres du (...)
  • 12 Les milices sont accompagnées de leur porte-bannière (bandelier), un pour la ville, un pour la camp (...)

8Les montres ainsi ont pour cadre la seigneurie7. Elles se tiennent au chef-lieu de la seigneurie, ici la ville de Montbéliard, sur l’esplanade du château8 qui domine la bourgade, ou dans une prairie communale située hors les murs (« la prairie devant le grand pont »)9. Elles durent plusieurs jours, pas nécessairement consécutifs, puisque les sujets des villages ne « montrent » pas toujours leurs armes en même temps10. Elles sont effectuées sous la surveillance des officiers seigneuriaux, le bailli ou son lieutenant (le comte de Montbéliard n’y est jamais présent), assisté d’autres membres de l’administration comtale (le prévôt, le procureur, le maire de Montbéliard) et, parfois, de seigneurs vassaux ayant le titre ou non de conseillers du comte. L’inspection des bourgeois de la ville est mixte11 ; aux officiers seigneuriaux se joignent les représentants de la ville, les deux maîtres bourgeois et tout ou partie du conseil urbain (neuf membres au total). Les bourgeois se présentent rangés par quartiers, en fonction de leur lieu de résidence ; Montbéliard comprend neuf quartiers ou « guets », qui sont la base de l’organisation militaire (guet et garde), politique (les élections au conseil urbain) et fiscale. Les sujets des villages sont conduits à la ville par leurs maires qui, à leur tête, les présentent aux officiers seigneuriaux12. Des scribes, les clercs appointés de la seigneurie ou de la ville (« clerc de la chancellerie » comtale, « clerc de la justice », ou « clerc de la ville »), tous des notaires d’ailleurs, assistent à ces revues et en consignent les opérations sur un procès-verbal, le rôle de la montre.

  • 13 Les bourgeois forains, bien que théoriquement requis de contribuer à la défense de la ville en temp (...)
  • 14 Chatenois, Territoire de Belfort ; Belchamp, commune de Voujeaucourt, arr. Montbéliard, Doubs.

9Ces montres concernent théoriquement tous les sujets soumis à la haute justice du comte : les sujets directs, bourgeois et habitants de la ville non-bourgeois13 et ruraux, désormais tous affranchis dans le comté depuis 1431 ; les arrière-sujets qui se divisent en deux catégories : d’une part, les sujets des établissements ecclésiastiques placés sous la garde du comte (le chapitre de chanoines séculiers Saint-Maimbœuf, à Montbéliard, qui a annexé depuis 1435 un prieuré rural, celui de Chatenois ; une abbaye de Prémontrés, Belchamp, à proximité de Montbéliard)14 ; d’autre part, les sujets francs et mainmortables (le statut juridique n’intervient pas ici) des vassaux du comte qui ne disposent pas de la haute justice, c’est-à-dire la grande majorité des petits seigneurs fonciers. En nombre, il y a environ 60 % de sujets directs dans le comté.

  • 15 Absence de liste d’arrière-sujets au XVe siècle, bien qu’ils aient été convoqués ; en 1517 la liste (...)

10Cette obligation imposée aux arrière-sujets suscite le plus de réticences et d’opposition ; c’est elle qui occasionne beaucoup de refus et de « défaillances » lors des montres. Elle ne semble même pas appliquée aux vassaux laïques au XVe siècle. En revanche, au XVIe siècle, elle est admise et procure nettement moins de refus15. Victoire du seigneur devenu prince, ou si l’on veut, renforcement de l’état princier, voilà une conséquence issue d’un pouvoir mieux établi, perçu et admis. Il restera quand même du déchet, il se trouve toujours des sujets défaillants, ne ressentant pas le besoin de présenter leurs armes à un seigneur qu’ils contestent ou ne reconnaissent pas.

  • 16 Obligation formulée seulement en 1543 ; elle est plausible antérieurement.
  • 17 En 1543 et 1552.
  • 18 En 1543.
  • 19 Exemption du maire de Montbéliard, du procureur, du receveur, du chancelier, du prévôt, du forestie (...)
  • 20 Coutume retenue dans le « Miroir des Saxons » par ex., Cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p (...)
  • 21 Contrairement à d’autres régions, les sujets ne sont pas classés ici par niveaux de fortune ; l’arm (...)
  • 22 Montres de 1458 et 1480.

11Si tous les sujets sont théoriquement concernés, il existe des catégories d’exempts. L’obligation de service concerne les hommes aptes et valides, de vingt à soixante ans, excluant donc les trop jeunes et les trop vieux16. On voit parfois des sujets, classés comme vieux par les scribes, hors de la limite d’âge, posséder et présenter des armes à l’inspection17. Les infirmes et handicapés y échappent bien entendu, mais, à part des cas d’aveugles18, ils ne sont pas signalés. Tous les ecclésiastiques en sont exempts. Les officiers seigneuriaux roturiers ne sont pas soumis à l’inspection, mais fournissent quand même le service armé19. A la campagne, la coutume germanique de l’exemption des bergers, encore en vigueur au XVe siècle, tombe en désuétude au siècle suivant20. A la ville les deux maîtres bourgeois sont dispensés d’inspection, mais non du service ; les portiers et guetteurs, déjà armés en permanence, sont dans le même cas ; seuls les notaires bénéficient d’une exemption totale. De plus, l’armement étant fonction du niveau de fortune, il faut supposer que bien des pauvres jouissent d’une exemption de fait, au XVe siècle au moins21. Enfin, les « défaillants », absents pour une raison quelconque ou sans motif, ceux qui s’avouent sans armes et les sujets qui ne présentent pas des armes en bon état ou en nombre suffisant en rapport avec leur statut socio-économique, toutes ces catégories sont enjointes impérativement de fournir leurs armes dans un délai variant de trois semaines à trois mois22 sous peine d’amende, dont le montant (moins de 60 sous) n’est d’ailleurs pas dissuasif.

  • 23 Surtout dans le rôle de 1441.

12Les montres d’armes montbéliardaises sont connues grâce aux rôles qui ont été conservés. Ces rôles, existant depuis 1440-1441, se présentent sous la forme de cahiers de papier de grand format, beaucoup plus longs que larges (30-40cm x 15cm), sur lesquels les scribes présents aux montres ont dressé le procès-verbal de la revue. Ces rôles contiennent ainsi les listes nominatives des sujets requis de présenter les armes et de fournir le service armé, classés par quartier pour la ville, par mairie rurale et par village pour le comté, sans autre ordre apparent, les arrière-sujets figurant à la suite des sujets par village. Les sujets sont identifiés par leur nom et leur prénom, très rarement par leur fonction (sergent,…) ou leur profession ; en regard de chaque nom sont inscrits les noms des armes présentées à la montre, en toutes lettres le plus souvent, mais quelquefois désignées par des abréviations ou de simples initiales.23 Des annotations sont ajoutées, le cas échéant, toujours en regard de chaque nom, en bout de ligne ou dans une marge ; elles portent sur l’état des armes présentées, la nécessité de les remettre en état ou d’en posséder davantage. On possède ainsi les exigences précises de la seigneurie en matière d’armement. Des remarques concernent la personne : « défaut » ou « vacant », « hors du pays » (avec la mention parfois indiquée : « es foires », « service du prince »), « hoirs », « pupille », « malade », « obiit » ou « trespassé », ou encore « vieux ».

  • 24 Double exemplaire en 1480. Les rôles urbains doivent être copiés en plus grand nombre, puisqu’il en (...)
  • 25 Rôle urbain de 1543 ; le rôle de 1474 contient à la fin une liste de noms sans mention des armes ; (...)

13Ces rôles sont tenus en double exemplaire au moins, peut-être davantage24. L’inconvénient principal provient de ce qu’ils sont préétablis ; les listes des sujets sont rédigées, avant la tenue de la montre, sur la base du rôle précédent, un exemple de liste conservée avec les seuls noms et sans les armes le prouve25 ; ainsi s’expliquent certaines annotations précitées (« hoirs », « pupille », « obiit », « trespassé » « vieux ») et aussi des noms rayés et d’autres rajoutés en plus ou moins grand nombre ; de même des noms d armes sont rayés et remplacés. L’inconvénient tient donc à la conscience professionnelle des scribes : ont-ils bien porté les armes réellement présentées, ont-ils bien supprimé des armes figurant sur d’anciennes listes et rajouté des armes nouvelles ? Au fond, ont-ils bien tout noté ? Ecueil imparable et piège de tous les documents, médiévaux et autres, la conscience du scribe ne trouve pas de réponse.

  • 26 Le rôle de 1474 est incomplet.
  • 27 Le rôle de 1517 est incomplet ; le rôle de 1516 est d’utilisation délicate, car trop de bourgeois s (...)

14Cinq rôles de montres d’armes sont conservés au XVe siècle pour le comté Montbéliard, ils couvrent les années 1441, 1446, 1458, 1474, 148026. Les rôles urbains sont plus tardifs, on en possède trois pour les années 1486, 1491, 1497. Les différences de date gênent ainsi la comparaison de l’armement entre la ville et les villages. La série se poursuit au XVIe siècle : les années 1507, 1517, 1543, 1552 pour les villages, 1504, 1516, 1543, 1552 pour la ville27 ; la comparaison peut alors mieux se faire dans la première moitié du XVIe siècle. Les montres d’armes continuent de se tenir jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

15Le stock documentaire est relativement élevé ; il porte sur trois cents à six cents noms au XVe siècle, près de mille cinq cents au XVIe siècle. Reste à savoir s il est sans faille. Les erreurs, oublis et négligences des scribes constituent le handicap le plus dommageable ; aux questions déjà posées s’ajoutent les cas d’absence de villages entiers sur les montres. Si la différence d’écriture, sur un même rôle, entre le nom du sujet, prérédigé, et les noms des armes inscrits en regard prouve qu’il y a bien eu présentation effective à la montre, en revanche, les notes des scribes en matière d’armement défensif restent très laconiques. La fraude doit être minime, puisqu’il y a contrôle par les officiers seigneuriaux, et, plutôt que de frauder, les sujets préfèrent être portés défaillants. Enfin les exigences de la seigneurie en matière d’armement, nettement moindres au XVIe siècle, reposent sur les signes extérieurs de richesse, peut-être aussi sur la foi de précédents rôles d’imposition directe ; il n’est pas dit qu’il s’agisse là d’instruments de mesure adaptés ; en outre, la présentation des armes par les retardataires n’est pas toujours consignée.

  • 28 Outre les ouvrages déjà cités sur la guerre, cf. R. de Belleval, Du costume militaire des Français,(...)

16Des armes des bourgeois et des ruraux montbéliardais, on n’en connaît que le nom ; il ne s’en trouve sur les rôles aucune description, ni non plus un dessin quelconque, comme il en existe quelquefois sur certains manuscrits. Il faut donc avoir recours à la documentation générale de la période, bibliographique et iconographique, en prêtant davantage attention à la sphère bourguignonne, suisse, allemande, à laquelle la région appartient28. L’armement et le costume militaire des « civils », encore contrastés au XVe siècle, entre ruraux et bourgeois, tendent à se ressembler au siècle suivant.

L’armement des ruraux au XVe siècle

17L’armement des ruraux au XVe siècle est simple et offre peu de variété. Il faut dire déjà que les sujets des villages ne sont pas enclins à fournir le service militaire, ou du moins à effectuer leur devoir envers leur seigneur, et rechignent volontiers devant cette contrainte. C’est à la campagne que se rencontrent le plus d’absents et de défaillants, lors des montres. La proportion ordinaire est de 11 à 13 %, c’est-à-dire quand même une importante minorité ; on ne peut rien inférer de l’année 1474 car le rôle est incomplet (Tableau I).

  • 29 Rôle de 1446, f° 13 v°.
  • 30 Sur la question, cf. A. Tuetey, Les Ecorcheurs sous Charles VII, 2 vol., Montbéliard, 1874 ; à comp (...)

18A cette catégorie se joignent les sujets qui se présentent sans armes, ordinairement une proportion équivalente à la précédente (11-13 %). L’excès constaté en 1446 (44 %) et 1458 (40 %) ne paraît pas être dans la norme ; en 1446, au dire des sujets eux-mêmes, le cas s’explique par le passage et le séjour des Ecorcheurs29 ; l’armée du Dauphin, futur Louis XI, en route vers Bâle, a occupé Montbéliard en 1444, et y a laissé une garnison jusqu’en 1445 ; des bandes d’Ecorcheurs désolent la région en 144630 ; ils ont pillé, rançonné, appauvri les paysans, et, entre autres, se sont saisis des armes, d’où l’explication de ce déchet élevé ; en 1458, en revanche, les raisons font défaut : situation encore mal établie après le passage des Ecorcheurs, ou période de paix qui ne stimule pas le souci de s’armer au profit du seigneur ? Il faut ajouter, en outre, l’insuffisance du nombre d’armes présentées, très sensible en 1441-1446-1458 : 60 à 70 % de ceux qui présentent des armes sont enjoints d’en posséder davantage ; ainsi en 1441, la seigneurie requiert 143 armes offensives et 213 armes défensives supplémentaires, en 1446, respectivement 142 et 199, en 1458 126 et 247.

  • 31 Pas de chiffres pour toutes les pièces de l’équipement (cf. une couleuvrine peut coûter une livre à (...)

19C’est dire tout le déficit en armement qui concerne ces ruraux et, là, l’imputation d’un pillage des Ecorcheurs ne peut être avancée pour expliquer ce déficit, puisque les besoins les plus élevés concernent les années 1441 et 1458 ! En outre,, une minorité présente des armes en mauvais état, 15 % en 1441, 10 % en 1446, 7 % en 1458, la seigneurie doit rappeler qu’il faut « nettoyer » ou « blanchir » son harnais, réparer les gantelets, « recoudre » sa jaque, et qu’un possesseur d’arc se doit d’avoir aussi deux douzaines de flèches (cinq cas par exemple en 1441). Ces prescriptions, d’avoir des armes, de meilleures armes ou des armes supplémentaires, disparaissent en 1474-1480 et après ; faut-il en conclure que la situation s’est améliorée ? Si l’on ne peut pas juger à partir de la montre de 1474, encore une fois incomplète, celle de 1480 offre le cas d’un incontestable progrès en ce sens que de plus en plus de sujets disposent d’un armement « suffisant » ( ?), composé en tout cas de plus de deux armes (75 %). Il semble donc bien qu’un mouvement se dessine vers un meilleur armement et qu’en même temps la seigneurie a dû modérer ses exigences. Les guerres de Bourgogne, en portant la réalité de la guerre dans la région, peuvent avoir servi une prise de conscience de la part des sujets : l’armement devient une nécessité. Cette situation de 1480, qui se prolonge au XVIe siècle, contraste avec celle du milieu du XVe siècle, où, en revanche, le laisser-aller est plutôt la règle. Le coût de l’équipement militaire (quinze jours à deux mois de travail d’un maître-artisan du bâtiment, selon le nombre d’armes possédées)31, l’opposition latente à cette forme de prélèvement, le désintérêt pour la guerre qui passe encore pour une affaire de professionnels, peuvent rendre compte de la mauvaise volonté évidente des sujets ; des phénomènes contingents la renforcent, la question juridique des arrière-sujets qui se sentent encore moins concernés, des événements comme le passage d’Ecorcheurs qui perturbent la vie des campagnes. Les guerres de Bourgogne semblent avoir réussi à lever ces oppositions et à transformer l’indifférence relative des sujets en adhésion plus active.

20Ces ruraux se distinguent de surcroît par la simplicité de leur armement. Reflet de la stratification sociale et des niveaux de fortune, il en est peu qui disposent d’un armement « complet », et peu également qui peuvent fournir un cheval (moins d’une dizaine en tout). Ces sujets sont recensés dans la catégorie des « monté et armé », « bien armé », sans autre précision, ou qui possèdent un « harnais complet », « de toutes pièces ». Il est douteux que les harnais en question soient des armures entières, mais on peut admettre au moins qu’il s’agit de protections suffisantes ; ces « bien armés » sont en général des arbalétriers porteurs d’une arme d’estoc. Nul doute que l’élite sociale des campagnes se retrouve dans cette catégorie, où par exemple figurent les maires ruraux.

21Le nombre d’armes présentées par les autres sujets est en progression. En 1441, 90 % des sujets n’ont pas plus de deux armes ; en 1446 et 1458 la situation est obscurcie par le grand nombre de sujets désarmés ; mais en 1474, c’est l’inverse : 93 % des sujets armés ont plus de deux armes ; en 1480, où le rôle est complet, 75 % des sujets sont dans le même cas. Il apparaît dès lors qu’en 1474 seul les sujets suffisamment armés ont été recensés, en pleine guerre bourguignonne ; en 1480, les guerres de Bourgogne ont eu pour effet de pousser les sujets à mieux s’armer ; les efforts et les pressions de la seigneurie n’ont pas dû non plus y être étrangers.

  • 32 Couleuvrines utilisées à la ville, fabriquées et vendues, avant 1444, cf. L. Nardin et J. Mauveaux, (...)

22Les armes offensives des ruraux sont peu variées (Tableau II). Au milieu du XVe siècle (1441-1446-1458), la lance (50 %) et l’épée (23 %), l’une ou l’autre, ou associées, constituent l’essentiel de l’armement offensif. La seigneurie en outre en stimule l’usage par ses exigences, puisque ce sont ces mêmes armes qu’elle recommande en grand nombre. L’arbalète est portée par une minorité (moins de 10 %) ; mais il faut tenir compte des sujets à cheval ou « bien armés » qui portent aussi en majorité une arbalète. L’arc paraît une survivance (5). En 1474-1480, ces armes ont quelque peu changé : l’épée devient quasi-universelle (plus de deux-tiers des sujets), elle accompagne moins la lance qui disparaît progressivement (13 %) que d’autres armes d’hast, l’épieu et la hallebarde (40 %). Un corps d’arbalétriers subsiste, il atteint 15 % des effectifs en 1480. Se comptent à l’unité des armes telles que la pique, le vouge, le fauchon, la javeline. Certains sujets ne disposent pour toute arme que d’une hache (d’armes ?). L’apparition de l’arme à feu, la couleuvrine à main, en 1474, semble tardive32. Sans description, sans modèle conservé dans les musées locaux, il n’est pas possible de donner des précisions sûres à propos de cet armement offensif. La lance est peut-être encore celle de l’époque féodale, longue, à pointe à feuille de losange ; l’épée devient désormais plus une arme d’estoc que de taille, toujours à double tranchant, mais plus longue et effilée. La hallebarde, qui apparaît ici en même temps que dans l’armée française, l’épieu, plus court, ont des formes tranchantes très diverses.

  • 33 Gravise, gravice, gravisse : le Dictionnaire de l’ancienne langue française de Godefroy, t. IV, p.  (...)

23L’armement défensif n’est pas en vogue chez les ruraux et, quand il existe, il est tout aussi simple (Tableau III). Peu disposent d’un harnais, comme on l’a dit, et il s’agit des mieux armés. Moins de 50 % des autres sujets se préoccupent de protéger leur corps. La tête est recouverte par le bacinet (casque à visière mobile) en 1441 (20 %) que remplace la salade (casque plus court, à visière fixe et couvre-nuque) renforcée du gorgerin (protection du cou en plates ou en mailles) en 1474-1480 (17 %). 25 %, de plus, possèdent à ces mêmes dates une capeline (capuchon de mailles). Le torse est recouvert encore d’une cotte, précisée parfois « d’acier »« d’acier » (cotte de mailles), ou plus sûrement de cuir ou d’étoffe, en 1441 (30 %) ; en 1474-1480, la jaque (20 %) (appelée « robe » en 1480), habit d’étoffe rembourré de cuir couvrant les bras et le bassin, a remplacé la cotte, alors que la brigandine, citée, (pourpoint d’étoffe ou de cuir écaillé de plaques en métal) n’est pas à la mode. Le haubert n’apparaît nullement. En 1480, 24 % des sujets portent la « gravise » qui serait l’écrevisse, un corselet formé de lames horizontales33. La protection des membres laisse à désirer. Les gantelets, encore nombreux en 1441, complètent la cotte, puis disparaissent avec elle. Il se trouve peu de gardebras mais il est vrai que la jaque protège aussi les membres inférieurs. Rien n’est signalé pour recouvrir les jambes (ni grèves, ni genouillères).

24Dans l’armement des ruraux, quand il n’y a pas de laisser-aller, la tradition de l’homme d’arme, de type féodal, qui allie la lance à l’épée, domine encore au milieu du XVe siècle. Les nouveautés de la guerre se font sentir en 1474-1480 en imposant le recours aux armes d’hast. C’est une milice de piétons, qui est ici formée, mieux armée et plus nombreuse en fin de siècle qu’au milieu ; un seul corps de spécialistes s’en dégage, les arbalétriers, à cheval ou à pied, qui peut lui aussi paraître une survivance et qui commence à peine à être relayé par les couleuvriniers.

L’armement des bourgeois au XVe siècle

25L’armement des bourgeois à la fin du XVe siècle, sans être très différent de celui des ruraux, et tout en restant simple lui aussi, offre quelques caractéristiques contraires. Tout d’abord, à la ville, il est peu de bourgeois qui répugnent au service militaire. Aucun n’est défaillant, à en croire les scribes ; les quelques absents ont tous un motif valable ; le nombre de ceux qui se présentent sans armes est en baisse (10 % en 1486, 12 % en 1491, 5 % en 1497) et un petit groupe seulement (5 à 13 %) est prié d’avoir à compléter ses armes, de les réparer ou de les remplacer. Ensuite, au contraire des ruraux, les bourgeois sont mieux armés : une large majorité d’entre eux possède trois armes et plus (70 à 75 %), et très peu une seule (3 à 6 %) (Tableau IV).

  • 34 La législation comtale est indigente sur le sujet ; les bourgeois sont armés, comme en témoignent l (...)
  • 35 Archers dès 1344, d’après les archives de la bourgeoisie de Porrentruy, VI-40, 1, f° 22 ; arbalétri (...)

26La meilleure tenue de la milice bourgeoise n’a rien d’inhabituel et tient au phénomène urbain. La ville, bien qu’elle reste sous la protection du seigneur, compte d’abord sur elle-même pour se défendre. Les franchises de Montbéliard, qui datent de 1283, prévoient même le cas où la ville aurait sa propre guerre. L’organisation militaire des bourgeois a donc dû se mettre en place très vite, pour assurer la garde des portes et le guet aux remparts, pour renforcer la défense en cas de menace et effectuer la mobilisation. L’organisation par guets ou quartiers paraît même contemporaine de la charte des franchises, sinon antérieure. L’armement des bourgeois était donc nécessaire et est devenu une habitude depuis longtemps. Au surplus, le port d’armes en ville, en temps ordinaire, est toléré par la seigneurie (la dague ou l’épée), au XVe siècle au moins34. Dès le XIVe siècle aussi des sociétés d’archers et d’arbalétriers (plus tard des couleuvriniers et des arquebusiers) se sont créées pour entretenir l’exercice, susciter l’émulation en rivalisant dans des concours avec des villes voisines, petites (Porrentruy, Belfort, Thann, Altkirch) ou grandes (Bâle, Bienne, Mulhouse) et constituer une force organisée35. Le tir à l’arc et à l’arbalète deux dimanches sur trois pendant l’année, dans la même « prairierie devant le grand pont » où se déroulent les montres, ou même intra muros, fait donc partie du décor de la vie urbaine. L’habitude d’être armé depuis longtemps, jointe à la motivation de défendre la « patrie » urbaine, plus stimulante que le service du seigneur qui rappelle une sujétion, expliquent la meilleure tenue de la milice bourgeoise.

27La structure de la société urbaine est cependant respectée. Seule une minorité de riches (10 à 15 %) peut se permettre de disposer d’un armement complet et de fournir un cheval, ce que signifient, comme dans les villages, les mêmes termes de « monté et armé », « bien armé ». Il s’agit d’arbalétriers et de couleuvriniers, protégés d’un harnais (sans doute pas entier), et porteurs également d’armes d’hast et d’estoc. Pour le reste, si les pauvres n’ont pas d’armes ou peu d’armes, on ne peut pas soutenir que le nombre et la nature des pièces d’armement sont en rapport avec les niveaux de fortune.

28Les armes offensives bourgeoises (Tableau V) ressemblent à celles des ruraux. Une importante minorité dispose d’une arme d’hast : hallebarde (10 %), épieu (15 à 20 %), fauchon (5 à 12 %). De même, les arbalétriers et couleuvriniers en sont munis le plus souvent. L’épée, associée à l’une ou l’autre des armes précédentes, en revanche, tend à être moins universelle : en 1486, 70 % des bourgeois en sont armés, 35 % seulement onze ans plus tard. Le corps d’arbalétriers reste stable (15 %), pour moitié à cheval, et pourvus aussi de l’épée et/ou d’une arme d’hast. Le corps des couleuvriniers, dont une partie est aussi à cheval, est en augmentation : 15 % en 1486, 25 % en 1497. La lance a disparu ; l’arc également, la pique est à peine mentionnée, et, pas plus qu’à la campagne, on ne trouve de masse ou de marteau d’armes.

29L’armement défensif du bourgeois est tout aussi simple que celui du paysan (Tableau VI). Mais il est plus complet. Que l’on soit hallebardier, arbalétrier ou couleuvrinier, la tête, le cou et le torse sont le mieux protégés ; 50 à 60 % possèdent une salade, 45 à 50 % un gorgerin, ; 60 à 70 % portent l’écrevisse (gravise) et 10-12 % une cotte. La brigandine n’est pas davantage à la mode à la ville, et la jaque n’est pas bourgeoise. Les membres restent sans protection, si les scribes sont crédibles : peu de gantelets et de gardebras, absence de grèves.

  • 36 Cf. bibliographie de la n. 28, et Ch. Brusten, « Les compagnies d’ordonnance dans l’armée bourguign (...)
  • 37 F. Loew, Les armes des bourgeois de Neuchatel à l’époque des Guerres de Bourgogne, Musée Neuchatelo (...)
  • 38 Les marchands montbéliardais peuvent s’approvisionner en armes à Bâle, qu’ils fréquentent assidûmen (...)

30Mieux encore que dans les villages la milice bourgeoise est une armée de piétons ; l’arme d’hast, devenue l’essentiel, n’est plus la lance, mais une arme tranchante et l’on ne s’embarrasse pas, avec elle, de protections compliquées, finalement peu utiles. Les corps de spécialistes, couleuvriniers et arbalétriers, peuvent aussi bien, par la variété de leurs armes, s’adapter à toutes les situations. Cet armement montbéliardais au fond n’a rien de très particulier ; il est conforme à celui de son époque, aussi bien avec celui des guerriers bourguignons et des combattants suisses de 1474-1477 que proche de celui des villes alsaciennes36. Une comparaison avec l’armement des bourgeois de Neuchatel, ville deux fois plus grande que Montbéliard à l’époque des guerres de Bourgogne, indique les mêmes tendances37 : même proportion de hallebardes, même minorité élevée d’arbalétriers et de couleuvriniers, même importance donnée à la salade, au gorgerin et à la protection du torse ; les différences viennent de l’utilisation de la lance, encore présente à Neuchatel (à moins qu’il ne s’agisse déjà de la pique) ; les bourgeois de Neuchatel possèdent davantage de harnais et de cottes, mais sans doute aussi sont-ils plus riches que les Montbéliardais. L’armement des Montbéliardais est donc bien en accord avec son temps et son environnement ; il ne pouvait en être autrement, puisque la technique l’impose, et parce que la ville, en relations déjà étroites avec la Bourgogne, Bâle et l’Alsace38, a connu et subi les armées bourguignonnes et suisses à plusieurs reprises entre 1460 et 1480.

L’évolution de l’armement au XVIe siècle

  • 39 En 1543 et 1552, il faut signaler que les absents ont fait présenter leurs armes, y compris aussi l (...)

31Les tendances qui se manifestaient à la fin du XVe siècle se renforcent. Au plan administratif d’abord. Le développement de l’Etat princier a pour effet d’entraîner massivement les arrière-sujets à se présenter aux revues d’armes de la seigneurie montbéliardaise. Ce n’est donc pas seulement l’augmentation démographique, loin de là, qui explique le gonflement des effectifs recensés dans les montres rurales, plus de 1 100 personnes en 1543 et 1552. Le mouvement amorcé au XVe siècle, lentement continu, s’est brusquement accéléré entre 1517 et 1543 ; comment ne pas le mettre au compte des progrès de l’Etat ? Une autre conséquence, de même sens, en est la quasi-disparition des catégories de sujets défaillants et de ceux qui se présentaient sans armes : leur proportion tombe en dessous de 3 %39 (Tableaux I et IV).

32Toutefois la ville n’a peut-être pas eu la même réaction que les campagnes. Il se trouve une proportion plus élevée qu’autrefois (le double) de bourgeois sans armes, en 1504 (23 %) et en 1516 (27 %). Est-ce provoqué par des circonstances particulières ou est-ce la traduction d’une lassitude, d’une paupérisation passagère ou d’une opposition à la seigneurie ? Toujours est-il qu’en 1552 tout semble rentré dans « l’ordre » : aucun ne s’avoue désarmé et même les absents font présenter leurs armes !

  • 40 Le gorgerin pose problème en 1504 ; l’abondance de cette pièce d’armure contraste avec la déficienc (...)

33En ce qui concerne l’armement, l’évolution est manifeste. Les bourgeois se spécialisent (Tableaux VII et VIII) ; les armes d’hast se modifient ; hallebardes et fauchons apparaissent encore pour 30-20 % ; en revanche, si la pique est adoptée tardivement, elle s’impose en 1552 : 55 % des Montbéliardais sont des piquiers. La couleuvrine, utilisée en 1504 (15 %), est remplacée par la hacquebutte (est-ce l’arquebuse ?) en 1552 (16 %). La nouveauté est que ces armes sont désormais exclusives les unes des autres, si l’on en croit les documents ; l’économie de l’armement accompagnerait alors la spécialisation. L’arbalète disparaît des rôles en 1552, bien que subsiste la compagnie d’arbalétriers qui continue ses exercices. Les armes d’estoc elles aussi ne méritent plus d’être mentionnées, le service à cheval n’est plus requis des bourgeois. Les armes défensives, adaptées à la mode, ont peu changé ; la tête et le cou sont protégés par le gorgerin (50 % en 1504, 17 % en 1552)40, et désormais la secrète, simple calotte de fer (30 % en 1552) ; le torse paraît mieux protégé par le corset de métal, de cuir ou d’étoffe (13 % en 1504), et surtout en 1552 par le harnais de piéton (25 %). L’écrevisse (50 % encore en 1504) disparaîtrait ensuite.

  • 41 Autre arme peu connue : le mot « greisse, graysse », AD Doubs, E 99, 1468-69, f° 12, des documents (...)
  • 42 Description des formes modernes de l’infanterie dans Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, pp. 250 (...)

34Auprès des ruraux, l’évolution est plus lente (Tableaux IX et X). La lance associée à la dague (plutôt un genre de poignard) composent encore en 1507 l’essentiel de l’armement offensif (80 et 90 %) ; le groupe d’arbalétriers subsiste (11 %) alors que la couleuvrine a peu pénétré dans les foyers ruraux (4 %). En 1517, la pique, plus courte que la lance, devient l’arme universelle (90 % des sujets armés en possèdent) ; elle est associée à d’autres armes d’hast et à la dague (65 %). La tendance en 1543 et 1552 est, comme à la ville, à la spécialisation et à la séparation des armes ; les ruraux sont des piquiers (62 %) ou des hallebardiers (20 % en 1543, 10 % en 1552), peu ont les deux armes ; l’arme à feu a fait de rapides progrès, 10 % disposent d’une hacquebutte en 1543, 20 % en 1552, sans d’ailleurs leur faire abandonner une autre arme le plus souvent. En revanche, l’équipement défensif est meilleur : la secrète couvre la tête (10-12 %), mais le gorgerin semble oublié ; le torse est toutefois mieux protégé : la jaque a disparu, remplacée par le corset (13-19 %), la gravise et le gleisse ou glaisson (8-9 %), sorte de plastron fait de plates et couvrant la poitrine41. Le trait dominant est toutefois l’unification de l’armement entre bourgeois et ruraux au milieu du XVIe siècle. Les armes d’estoc deviennent secondaires, l’arbalète disparaît, le cheval n’est plus exigé. Au contraire la pique, recommandée par tous les stratèges de l’époque, devient l’arme par excellence de cette milice de piétons ; l’arme à feu s’y familiarise davantage : la hallebarde commence à être moins en vogue. Voilà donc bien l’évolution achevée vers l’infanterie, désormais reine des batailles, où bourgeois et ruraux se confondent42. C’est d’elle dont le prince a besoin et pour cela il a imposé un même type d’armée. Il peut puiser mieux qu’autrefois dans les réserves en effectifs de ses sujets et dans un armement mieux adapté.

35L’armement rural et bourgeois dans la région de Montbéliard, entre 1440 et 1550, s’inspire des modèles environnants, venus de Bourgogne, d’Alsace et d’Allemagne, de Suisse. Aussi, point de surprise. Il laisse encore une place à la tradition au milieu du XVe siècle, avec des survivances et des résurgences, offrant l’image féodale du guerrier armé de la lance et de l’épée. Il assimile plus ou moins vite les nouvelles formes d’armement liées à d’autres techniques de combat : la hallebarde, généralisée en France sous Louis XI, est adoptée après les guerres de Bourgogne ; la pique se diffuse tardivement en revanche ; l’arbalète devient une arme de rempart et cesse d’armer le piéton ; l’arme à feu, couleuvrine puis hacquebutte, connaît un usage grandissant. Il se conforme aussi aux modes du costume militaire, avec également plus ou moins de retard ; ainsi les modifications apportées au casque : au chapel de fer déjà très rare au milieu du XVe siècle et au bacinet en régression succèdent la salade, très portée vers 1480, puis la secrète au milieu du XVIe siècle. Le harnais s’allège, il n’est plus qu’une jaque ou un corset, ou encore un harnais de piéton couvrant le haut du corps ; les gantelets de fer disparaissent.

36Si cet armement n’est pas tout à fait celui d’un homme de guerre, il montre pourtant que la distinction entre professionnels du combat et « civils » tend à s’estomper. Le modèle militaire du piéton a donc déteint, au point que bourgeois et ruraux peuvent figurer avec honneur à l’armée. C’est bien ce que recherchait la seigneurie. Elle y a été aidée par l’atmosphère pleine d’effervescence belliqueuse qui agite ces régions de confins dans la période, entretenue par la menace bourguignonne, les querelles d’Allemands et l’interventionnisme, parfois provocateur, des villes suisses ; les conflits armés entre les Habsbourg et la France, dévoreurs d’hommes, sensibles dans cette région d’entre-deux, prennent le relais au XVIe siècle. Au fond une bonne partie des bourgeois et des ruraux montbéliardais peut grossir les groupes de Landshechte, déjà si nombreux.

  • 43 Très nombreuses références disséminées dans les comptes urbains et seigneuriaux, comme dans les sér (...)
  • 44 La Guerre des Paysans, 1525, Etudes Alsatiques, Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne, 197 (...)

37Reste à savoir si cette milice de piétons a pu servir. C’est devenu fréquent au XVe siècle que le seigneur – le prince – réclame des « compagnons » pour servir dans ses guerres, à charge pour la ville et les paroisses de les « élire » (choisir) et de les défrayer. C’est plutôt alors aux bourgeois que s’adresse le prince, mais dès les guerres de Bourgogne les paroisses rurales sont aussi mises à contribution. Un petit nombre ainsi a servi dans l’armée, peut-être au combat, à différentes reprises. Davantage ont contribué à la défense de la ville en des temps forts : passages d’Ecorcheurs, alertes suisses de 1465 et 1468, guerres de Bourgogne, guerres de Maximilien en 1492-1493., passage des Suisses en 1513, guerres locales de 1519-1523… Cette milice a fourni un appoint militaire pour aider aux sièges de forteresses en Franche-Comté en 1475-1476 et pour effectuer des coups de main contre des maisons-fortes appartenant à des seigneurs hostiles43. La Guerre des Rustauds de 1525, qui frappe la région, où les paysans révoltés disposaient d’armes de guerre identiques à celles qui ont été citées ici44, révèle à quel degré est parvenue la « militarisation » des campagnes. Cette Guerre des Paysans au surplus permet de souligner un paradoxe qui n’est pas des moindres : la seigneurie d’autrefois armait ses sujets.

TABLEAU I. LES SUJETS

TABLEAU I. LES SUJETS

* En 1474, 149 sujets armés recensés
** En 1517, 373 sujets armés recensés
*** Enjoints de fournir des armes et/ou de les mettre en état

TABLEAU II. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU II. ARMES OFFENSIVES

* Les exigences de la seigneurie ne sont plus signalées

TABLEAU III. ARMES DÉFENSIVES

TABLEAU III. ARMES DÉFENSIVES

* Les exigences de la seigneurie ne sont plus signalées

TABLEAU IV. LES BOURGEOIS

TABLEAU IV. LES BOURGEOIS

TABLEAU V. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU V. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU VI. ARMES DÉFENSIVES

TABLEAU VI. ARMES DÉFENSIVES

TABLEAU VII. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU VII. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU VIII. ARMES DÉFENSIVES

TABLEAU VIII. ARMES DÉFENSIVES

TABLEAU IX. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU IX. ARMES OFFENSIVES

TABLEAU X. ARMES DÉFENSIVES

TABLEAU X. ARMES DÉFENSIVES

Notes

1 Sur la guerre et l’armée, F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age, en Europe et dans le Proche-Orient, 2 vol., Paris, 1946 ; Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age, Etudes sur les armées des rois de France 1337-1494, Paris et La Haye, 1972 ; id., La guerre au Moyen Age, Paris, 1980.

2 Sur les milices urbaines et le guet urbain, cf. les ouvrages précédents, et aussi B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982, pp. 118-124 ; des exemples, B. Chevalier, « L’organisation militaire à Tours au XVe siècle », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1959, pp. 445-459 ; Ch. Buttin, Le guet de Genève, Annecy, 1910 ; L. Gothier, « L’organisation militaire de la principauté de Liège au XVIe siècle », Revue belge de philologie et d’histoire, 1933, pp. 83-111 ; Cl. Gaier, Art et organisation militaires dans la principauté de Liège et le comté de Looz au Moyen Age, Bruxelles, 1968 ; K. Saur, Die Wehrverfassung in schwäbischen Stadten des Mittelalters, Fribourg, 1911 ; A. Bernoulli, Die Organisation von Basels Kriegswesen im Mittelalter, Basler Zeitschrift, 1918, pp. 120-161 ; E. Dürr, Histoire militaire de la Suisse, t. IV, Berne, 1935 ; R. Sablonier, « Etat et structures militaires dans la Confédération autour des années 1480 », Colloque Bataille de Nancy, Nancy, 1979, pp. 429-477. Il y aurait beaucoup à dire en outre sur l’exemple italien.

3 Cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, pp. 173-192 ; M. Prou, « De la nature du service militaire dû par les roturiers aux XIe-XIIe s. », Revue historique, 1890, pp. 313-327 ; anonyme, « Revue de la garde féodale de Saint-Maur-des-Fossés », BEC, 1848, pp. 67-68 ; R. Ulens, Les milices rurales au pays de Liège, Leodium, 1931, pp. 36-50 ; G. Jarousseau, « Le guet, l’arrière-guet et la garde en Poitou pendant la Guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1965, pp. 159-202. Très peu sur le sujet dans les ouvrages de base de M. Bloch (La société féodale), G. Duby (Economie et vie des campagnes) et R. Boutruche (Seigneurie et féodalité).

4 Ces documents se trouvent aux Archives Nationales, K2214 : montres rurales des années 1440-41, 1446, 1458, 1474, 1480, 1507, 1517, 1543, 1552 ; K2235 : montres urbaines des années 1486,-1491, 1496-97, 1504, 1516, 1543, 1552. Ils sont lisibles et en bon état de conservation. Ils tiennent lieu aussi de sources démographiques.

5 Cf. Ph. Contamine, Guerre Etat et Société, pp. 86-94 ; J. de la Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, Paris, 1879 ; Ch. Brusten, L’armée bourguignonne de 1465 à 1468, Bruxelles, 1953.

6 Montres rurales de 1440 et 1441 ; la montre de 1440 semble avoir été mal tenue, le rôle en est incomplet ; comme elle est suivie d’une autre en 1441, elle n’a pas été prise en compte ; le cas est identique pour les montres urbaines de 1496 (non retenue) et 1497.

7 Autres montres exigées par des seigneurs haut-justiciers : le comte de Montbéliard dans ses seigneuries franc-comtoises de Granges (AN, K 2306), Clerval (AN, K 2215) et Passavant (AN, K 2215) et dans la seigneurie de Blamont (AN, K 2215), le comte d’Ortembourg dans les seigneuries d’Héricourt et du Chatelot (AN, K 2303), l’Empereur, comte de Bourgogne, dans les seigneuries franc-comtoises (AN, K 1981), et de simples seigneurs à Dampierre-sur-le-Doubs (AN, K 1981) et à Gémonval (AN, K 2306) ; toutes ces montres datent du XVIe siècle, sauf une, à Granges, en 1467 (localités proches de Montbéliard, Doubs et HauteSaône). L’armement y est le même qu’à Montbéliard. L’évêque de Bâle réclame des montres à Porrentruy (Suisse, Jura) également, AAEB B 243/4.

8 Montre de 1474 par exemple.

9 Montres urbaines de 1497 et 1504.

10 1441 : du 17 septembre à la St-Michel (29 sept.) ; 1458 : du 18 décembre jusqu’à la St-Hilaire (13 janvier) ; 1474 : du 15 au 24 août.

11 Procédure différente en 1543 et 1552 : ce sont les magistrats urbains, sur rapport des « maîtres du guet » (chefs de la milice par quartiers), qui fournissent le procès-verbal des montres aux officiers seigneuriaux ; il n’est donc pas sûr que l’organisation des revues ait été effective ces années-là.

12 Les milices sont accompagnées de leur porte-bannière (bandelier), un pour la ville, un pour la campagne ; s’y joignent au XVIe siècle des tambourins (deux, puis trois) et un fifre.

13 Les bourgeois forains, bien que théoriquement requis de contribuer à la défense de la ville en temps de péril, ne se présentent pas aux montres.

14 Chatenois, Territoire de Belfort ; Belchamp, commune de Voujeaucourt, arr. Montbéliard, Doubs.

15 Absence de liste d’arrière-sujets au XVe siècle, bien qu’ils aient été convoqués ; en 1517 la liste existe, mais elle est rayée (?). Il faut attendre 1543 pour connaître la totalité des arrière-sujets, mais il y a encore des « refusans et désobeissans ».

16 Obligation formulée seulement en 1543 ; elle est plausible antérieurement.

17 En 1543 et 1552.

18 En 1543.

19 Exemption du maire de Montbéliard, du procureur, du receveur, du chancelier, du prévôt, du forestier, et même d’un « charretier du comte » en 1552.

20 Coutume retenue dans le « Miroir des Saxons » par ex., Cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 187 ; les bergers se présentent armés au XVIe siècle.

21 Contrairement à d’autres régions, les sujets ne sont pas classés ici par niveaux de fortune ; l’armement ne semble pas y être en rapport direct.

22 Montres de 1458 et 1480.

23 Surtout dans le rôle de 1441.

24 Double exemplaire en 1480. Les rôles urbains doivent être copiés en plus grand nombre, puisqu’il en faut pour la ville et la seigneurie.

25 Rôle urbain de 1543 ; le rôle de 1474 contient à la fin une liste de noms sans mention des armes ; une liste de noms en 1510 en allemand, sans arme (AN, K 2214).

26 Le rôle de 1474 est incomplet.

27 Le rôle de 1517 est incomplet ; le rôle de 1516 est d’utilisation délicate, car trop de bourgeois se présentent sans armes.

28 Outre les ouvrages déjà cités sur la guerre, cf. R. de Belleval, Du costume militaire des Français, Paris, 1866 ; V. Gay et H. Stein, Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance, 2 vol., Paris, 1887-1928 ; W. Boeheim, Handbuch der Waffenkunde, Leipzig, 1890 ; M. Beaulieu et J. Baylé, Le costume en Bourgogne de Philippe le Hardi à la mort de Charles le Téméraire, Paris, 1956 ; F. Deuchler, Die Burgunderbeute, Berne, 1963 ; Le butin des guerres de Bourgogne, catalogue d’exposition, Berne, 1969 ; Vesey Norman, Armes et armures, Paris, 1964 ; P. Martin, Armes et armures, Paris, 1967 ; F. Buttin, Du costume militaire au Moyen Age et pendant la Renaissance, Barcelone, 1971 ; La guerre au Moyen Age, catalogue d’exposition, Château de Pons, 1976 ; E. Heer, Armes et armures au temps des guerres de Bourgogne, Colloque Grandson 1476, Lausanne, 1976, pp. 170-200. Iconographie toute simple dans l’œuvre gravée d’A. Dürer (ex. catalogue d’exposition, Paris, 1971) et les miniatures des chroniques suisses (D. Schilling), dans les sculptures de l’église d’Obernai (Bas-Rhin).

29 Rôle de 1446, f° 13 v°.

30 Sur la question, cf. A. Tuetey, Les Ecorcheurs sous Charles VII, 2 vol., Montbéliard, 1874 ; à compléter et corriger par M. Thibaut, La jeunesse de Louis XI, Paris, 1907.

31 Pas de chiffres pour toutes les pièces de l’équipement (cf. une couleuvrine peut coûter une livre à une livre et demie, A.M. Montbéliard, CC 64, 5, f° 11). Reconstitutions hypothétiques d’après les ouvrages de Ph. Contamine cités n. 1.

32 Couleuvrines utilisées à la ville, fabriquées et vendues, avant 1444, cf. L. Nardin et J. Mauveaux, « Histoire des corporations de Montbéliard », Mémoires de la Société d’Emulation de Montbéliard, t. I (1910), p. 303.

33 Gravise, gravice, gravisse : le Dictionnaire de l’ancienne langue française de Godefroy, t. IV, p. 342, lui donne le sens de hallebarde. Le FEW, t. XVI, p. 383 b, l’interprète comme l’écrevisse définie par le Glossaire de Gay, t. I, p. 599. Après bien des recherches nous nous rallions à cette dernière définition.

34 La législation comtale est indigente sur le sujet ; les bourgeois sont armés, comme en témoignent les rixes qui donnent matière à procès ; « courir sus à armes émoulues », ou « avec sa dague » est un poncif des séries de registres judiciaires, AN, Z2 1827 et sq., Z2 1704 et sq., AM Montbéliard, séries FF 1 et sq. Tout port d’armes de guerre est en revanche interdit dans les villages, mais cette interdiction paraît peu respectée, ex. AN, Z2 1374, fos 108 sq (1446) : interdiction prononcée par le bailli et tapage nocturne de « compagnons » armés. Le tir à l’arbalète en outre est réglementé, AN, Z2 1380, f° 170.

35 Archers dès 1344, d’après les archives de la bourgeoisie de Porrentruy, VI-40, 1, f° 22 ; arbalétriers avant 1426, AM Montbéliard, CC 63, 1, f° 18, maintenus jusqu’au début du XVIIe siècle ; les couleuvriniers remplacent les archers vers 1488, ibid., CC 65, 1, f° 6, et sont à leur tour supplantés par les arquebusiers en 1544, cf. L. Nardin et J. Mauveaux, art. cit., p. 304.

36 Cf. bibliographie de la n. 28, et Ch. Brusten, « Les compagnies d’ordonnance dans l’armée bourguignonne », Colloque Grandson, 1476, op. cit., pp. 112-169, F. Rapp, Strasbourg et Charles le Hardi : « L’ampleur et le prix de l’effort militaire », Colloque Bataille de Nancy, Nancy, 1979, pp. 395-414.

37 F. Loew, Les armes des bourgeois de Neuchatel à l’époque des Guerres de Bourgogne, Musée Neuchatelois, pp. 126-134.

38 Les marchands montbéliardais peuvent s’approvisionner en armes à Bâle, qu’ils fréquentent assidûment, comme à Besançon et à Salins, où fonctionnent des armureries et où des contacts sont établis avec le Milanais ; Montbéliard est aussi un centre de production d’armes, AM Montbéliard, CC 64, 5, fos 11, 17, Ibid., CC 64, 7, f° 8, AD Doubs, E 99, 1467-68, fos 13-14 ; Ibid., 1494-95, fos 14-15 (couleuvrines, serpentines, arquebuses, canons), les arbalètes semblent fabriquées sur place.

39 En 1543 et 1552, il faut signaler que les absents ont fait présenter leurs armes, y compris aussi les « malades » : le décompte n’en a donc pas été calculé.

40 Le gorgerin pose problème en 1504 ; l’abondance de cette pièce d’armure contraste avec la déficience de casques. Curieux.

41 Autre arme peu connue : le mot « greisse, graysse », AD Doubs, E 99, 1468-69, f° 12, des documents s’applique à une arme défensive, car elle est signalée comme portée « devant et derrière » ; il peut s’identifier au gleisse ou glaisson des bourgeois de Neuchatel, cf. F. Loew, art. cit., p. 128.

42 Description des formes modernes de l’infanterie dans Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, pp. 250-258.

43 Très nombreuses références disséminées dans les comptes urbains et seigneuriaux, comme dans les séries judiciaires ; ex. : « compagnons » requis, AN, Z2 1704, f° 39 ; AD Doubs, E 99, 1468-69, f° 12 ; AM Montbéliard, CC 64, 7, f° 8 v°, ibid., FF 6, f° 135 ; participation aux guerres de Bourgogne, AM Montbéliard, CC 64, 5, f° 16 ; AN, Z2 1377, fos 11, 25, 28, 35, 74 ; Ibid., Z2 1378, f° 43 ; « compagnons » revenus de guerre, AN, Z2 1827, f° 13, AM Montbéliard, FF 1, f° 50 v°… En 1552, 219 sujets (20 %) des 1137 recensés dans les villages sont « élus » pour servir le prince, et il ne s’agit pas tous des mieux armés.

44 La Guerre des Paysans, 1525, Etudes Alsatiques, Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne, 1975 ; G. Heumann, La Guerre des Paysans d’Alsace et de Moselle, Paris, 1976, pp. 90-94.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. LES SUJETS
Légende * En 1474, 149 sujets armés recensés** En 1517, 373 sujets armés recensés*** Enjoints de fournir des armes et/ou de les mettre en état
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre TABLEAU II. ARMES OFFENSIVES
Légende * Les exigences de la seigneurie ne sont plus signalées
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU III. ARMES DÉFENSIVES
Légende * Les exigences de la seigneurie ne sont plus signalées
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU IV. LES BOURGEOIS
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre TABLEAU V. ARMES OFFENSIVES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre TABLEAU VI. ARMES DÉFENSIVES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU VII. ARMES OFFENSIVES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre TABLEAU VIII. ARMES DÉFENSIVES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre TABLEAU IX. ARMES OFFENSIVES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre TABLEAU X. ARMES DÉFENSIVES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1149/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Université de Nancy II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540