Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

Les questions militaires sous le règne de Philippe le Bel

Elisabeth Lalou

Texte intégral

  • 1 Expression de R.-H. Bautier, « Philippe Auguste, la personnalité du roi », dans La France de Phili (...)
  • 2 Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, Paris, 1887. La seule mise au point récente qu (...)
  • 3 Ch. Bémont, Rôles Gascons, 1290-1307, t. III, Paris, 1906, pp. cxxiv-cxcvii.
  • 4 F. Funck-Brentano, Les Origines de la guerre de Cent ans, Philippe le Bel en Flandre, Paris, 1897.
  • 5 J. Strayer, The reign of Philip the Fair, Princeton, 1980, p. 320. Ch. Aimond, Les relations de la (...)
  • 6 P. Bonassieux, De la réunion de Lyon à la France, Lyon, 1874, et J. Strayer, The reign of Philip t (...)
  • 7 Après Mons, le roi fait don de 100 l. de rente à Notre-Dame de Chartres (AN, JJ 37, no 89, inv. 90 (...)
  • 8 F. Funck-Brentano, « Mémoire sur la bataille de Courtrai (1302, 11 juillet) et les chroniques qui (...)

1Les trente années du règne de Philippe le Bel sont intéressantes à étudier du point de vue des questions militaires pour plusieurs raisons. D’abord le règne après les années relativement calmes du beau XIIIe siècle, après la fin de la « première guerre de Cent ans »1 voit croître à nouveau les conflits. Le règne s’ouvre avec la funeste croisade contre l’Aragon2 où le roi Philippe III perd la vie. Ensuite, le conflit contre l’Angleterre engendre en Gascogne un état de guerre de 1294 à 12983 ; puis le conflit se transporte en Flandre de 1297 à 13044. Il y a aussi les conflits mineurs, guerre de Bar (1299)5 ou de Lyon (1310)6. Ces conflits presque permanents entraînent des levées d’hommes nombreuses en 1294, 1295, 1302, 1303, 1304, des osts souvent sur le pied de guerre. Du point de vue des mouvements militaires, les batailles sont illustres : Mons-en-Pévèle (18 août 1304) est comme le rappel de Bouvines avec la présence du roi qui multiplie après la victoire les fondations pieuses7. Mais Courtrai (11 juillet 1302), première défaite du XIVe siècle, appelle la comparaison avec Poitiers ou Azincourt8.

2La guerre est donc très présente durant presque tout le règne. Les armées qui l’ont faite sont composées de plusieurs sortes de guerriers. Le roi lève l’armée de ses vassaux ; il envoie de nombreuses semonces et après la défaite de Courtrai, il lève même le ban et l’arrière ban. Mais en même temps, les chevaliers, hommes d’armes, arbalétriers et sergents sont payés par le roi : ils sont « à retenues » ou à ses gages (vadia). Le roi doit donc lever des subventions pour financer l’ost. En même temps, le roi paie des « soudoyers », véritables mercenaires. L’ost royal est donc formé de toute une série de personnes qui sont presque toutes payées par le trésor royal.

  • 9 E. Perroy, « Robert Fawtier (1885-1966) », Le Moyen Age, 1966, p. 183.
  • 10 R. Fawtier et F. Maillard, Comptes royaux (1285-1314), Paris, 1956 (ouvrage abrégé plus loin en Co (...)
  • 11 E. Boutaric, « Documents relatifs à l’histoire de Philippe le Bel », dans Notices et extraits des (...)

3Le règne de Philippe le Bel nous a laissé un plus grand nombre de documents que les règnes précédents. De la même façon, que l’on commence à mieux connaître, grâce à eux, les institutions royales sous Philippe le Bel, moment où se forment ou plutôt se fixent le Parlement ou la chambre des comptes par exemple, de même on devrait pouvoir mieux connaître les armées du roi. Bon nombre de documents sur le règne de Philippe le Bel ont été réunis depuis une cinquantaine d’années dans un ensemble qui est appelé corpus philippicum. Cet ensemble a été conçu par Robert Fawtier9. Celui-ci s’intéressait plus spécialement à l’aspect financier du règne et le travail a abouti à la publication des Comptes royaux10. Tous les autres aspects du règne sont représentés dans ce Corpus qui comprend l’analyse des actes royaux et des actes des officiers royaux ainsi que les fiches pour un dictionnaire des officiers royaux (4000 personnes de l’administration provinciale et parisienne). L’armée est donc représentée par un certain nombre de documents ou d’instruments de recherche, fichier des osts levés par le roi, liste des soldats en « establies », documents qui s’ajoutent à ceux déjà édités dans les comptes royaux, le Recueil des historiens de France ou dans d’autres ouvrages11.

  • 12 A côté des Comptes royaux, il faut utiliser les Journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, éd. par (...)
  • 13 F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age en Europe et dans le Proche-Orient, Paris, 1946
  • 14 Ch. Bémont, Rôles Gascons, Paris, 1906, t. III. P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice,(...)
  • 15 E. Boutaric, Institutions militaires de la France avant les années permanentes, Paris, 1863, et La (...)
  • 16 A. Chazelas-Merlin, Documents relatifs au clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de (...)
  • 17 F. Funck-Brentano, Mémoire sur la bataille de Courtrai, voir note 8. F. Lot, L’art militaire et le (...)

4Cet article offre l’occasion de faire le point à partir de cette masse de documents qui a été peu exploitée12. Les historiens de l’histoire militaire se sont en effet peu penchés sur le règne de Philippe le Bel. Ferdinand Lot consacre un grand chapitre à Philippe le Bel dans son ouvrage paru en 1946 sur L’art militaire et les armées au Moyen Age13. Auparavant Charles Bémont avait étudié très précisément le déroulement des opérations militaires en Gascogne dans l’introduction de ses Rôles Gascons. Les travaux de Pierre Chaplais sont dans la lignée de Bémont, puisqu’ils intéressent d’abord le côté anglais14. Edgar Boutaric avait auparavant travaillé sur l’armée de Philippe le Bel dans son livre sur l’armée ainsi que dans son livre sur La France sous Philippe le Bel.15 Des documents sur l’armée de mer ont été récemment mis au jour par Anne Chazelas-Merlin dans sa thèse sur le Clos des galées16. Mais mis à part ce travail récent, l’armée de Philippe le Bel n’a pas suscité d’étude d’ensemble, comme si les controverses d’antan avaient paralysé les historiens. Courtrai par exemple fut l’occasion de longues querelles historiographiques. Fallait-il croire la « version flamande » ou la « version française » pour reprendre les termes de Pirenne. Franz Funck-Brentano17 était partisan de la version française que nous connaissons tous : les Français sont tombés dans des fossés creusés par les Flamands ou tout au moins dissimulés par eux. Ferdinand Lot considérait cette version comme un mensonge de propagande diffusé aussitôt après la victoire sur ordre du roi lui-même.

5Je ne ferai pourtant pas ici cette étude d’ensemble qui dépasserait le cadre de cet article et je me contenterai de proposer seulement quelques réflexions sur quelques-uns des problèmes que l’on peut traiter à propos de l’armée de Philippe le Bel. Il s’agit de faire le point sur les sources et nos connaissances et non d’apporter des conclusions définitives sur le sujet.

6Je commencerai par considérer les hommes qui ont commandé l’armée qui forment un groupe important à la cour. J’étudierai ensuite comment étaient composés les osts qui se sont succédés, vassaux semons qui devaient le service militaire à leur seigneur mais qui étaient en fait « retenus » aux gages du roi, donc troupes soldées. Evaluer le nombre de soldats dont disposait Philippe le Bel est une tâche délicate à laquelle je m’essaierai. Enfin, l’organisation matérielle de l’armée, approvisionnement et garnisons, armée de mer et artillerie, malheurs de la guerre nous retiendront ensuite.

  • 18 R.-H. Bautier, « Diplomatique et histoire politique : ce que la critique diplomatique nous apprend (...)
  • 19 Colonel Borrelli de Serres, « Les Gentien tués à Mons-en-Puelle », dans Recherches sur divers serv (...)
  • 20 Annales Gandenses, éd. F. Funck-Brentano, Paris, 1896, p. 80 : « Ipse vero rex profectus est Attre (...)

7Le chef de l’ost bien évidemment c’est le roi. Philippe le Bel fit plusieurs campagnes en Flandre, aucune en Gascogne qu’il fit occuper par des armées commandées par le connétable Raoul de Clermont et par son frère Charles de Valois. Le roi ne se trouvait pas à Courtrai et mit très longtemps à rejoindre l’armée en déroute après la défaite, sa passion pour la chasse étant si forte qu’elle le retenait dans de délicieuses forêts18. Le roi combattit à Mons-en-Pévèle et même vaillamment. Son cheval fut tué sous lui et Anseau de Chevreuse, maître de l’Hôtel, Brun de Verneuil qui tenait le frein du cheval, Jacques et Pierre Gentien, écuyers du roi, furent tous tués en lui sauvant la vie19. Le roi fut même peut-être blessé, mais c’est peu sûr car une seule chronique l’indique20.

  • 21 Tous ces personnages ont une fiche détaillée dans le Corpus philippicum conservé aux Archives nati (...)
  • 22 Mignon, nos 2637, 2041, 2429, et pp. 340-341.- P. Anselme, Histoire généalogique et chronologique (...)

8Le roi est donc le chef de l’ost mais bien souvent le pouvoir militaire est exercé par d’autres et d’abord par le connétable. Raoul de Clermont, sire de Nesle21 succède à cette charge à Humbert de Beaujeu, mort en septembre 1285, et dirige donc les opérations militaires en Gascogne en 1295-1298. Dès novembre 1293, il a les pleins pouvoirs dans les sept sénéchaussées ainsi qu’en Gascogne et dans le duché d’Aquitaine. Il organise l’occupation du duché en 1294-1295. Il reçoit les serments des sujets, nomme Jean de Burlats, sénéchal de Gascogne. La guerre se transportant ensuite en Flandre, le connétable est lieutenant du roi en Flandre de 1298 à 1302. Il est tué à Courtrai. Gaucher de Châtillon, auparavant connétable de Champagne, lui succède après Courtrai22. Le nouveau connétable est donc le chef des opérations en Flandre jusqu’en 1304 et ensuite des expéditions contre Béraud de Mercœur en 1309 ou Lyon en 1311. Gaucher de Châtillon qui participe au conseil étroit en 1315-1317, reste un important personnage jusqu’à sa mort en 1329.

  • 23 J. Petit, Charles de Valois 1270-1325, Paris, 1900.
  • 24 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 250, 310, 404-411. Pairie : AD Pas-de-Calais, A (...)
  • 25 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 227, 354, 370-372. Anselme, t. VI, p. 108.
  • 26 Corpus chronicomm Flandrie, éd. J.-J. De Smet, Bruxelles, 1837, t. I, p. 170.
  • 27 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 261-262, 286, 371-372, 410, 430, 438, 542, 634, (...)

9Les princes du sang et les grands seigneurs étaient aussi les chefs militaires délégués par le roi. Le frère du roi Charles de Valois23 commande l’ost qui occupe la Gascogne en 1294-1295 puis se rend en Flandre en 1297 et 1300. Le comte Robert d’Artois24 est le chef de l’ost de Gascogne en 1296-1297, puis en Flandre où il remporte, le 20 août 1297, la victoire de Furnes, dont le roi le récompense en lui conférant la pairie, en plus d’une rente de 2000 livres tournois sur le comté de Guines, de la promesse de fiançailles entre Marguerite, petite-fille de Robert, et Louis d’Evreux, sans compter six tonneaux de vin de La Rochelle. Robert d’Artois commande et est tué aussi à Courtrai. Jacques de Châtillon25 est délégué en Flandre en 1297 et piètre gouverneur de la Flandre de 1300 à 1302. Il meurt lui aussi à Courtrai et une chronique flamande indique son nom dans la liste des morts sous le qualificatif de « tyrannus »26. Son frère Guy de Châtillon, comte de Saint-Pol27, bouteiller de France, commande les armées aussitôt après Courtrai et joue ensuite un rôle de négociateur tandis que le commandement militaire revient au connétable Gaucher de Châtillon.

  • 28 Les morts de Courtrai sont connus par une liste contenue dans la Chronographia regum Francomm, éd. (...)
  • 29 Mignon, nos 2055, 2330, 2389, Anselme, t. VI, 636. M. Prinet, « Armorial de France », dans Le Moye (...)
  • 30 Anselme, t. V, p. 246. AN, J 295, no 28, J 1033, no 7 (maître des arbalétriers, 1282). Mignon, nos(...)
  • 31 Mignon, no 2549. Journaux du Trésor de Philippe TV, nos 503, 1361, 1558, 3503, 3527, 4270, 4780, 5 (...)
  • 32 Foucaud de Merle avait combattu dans l’armée de mer en 1295 (Mignon no 2321, Comptes royaux no 259 (...)
  • 33 Miles de Noyers combat en Flandre en 1302-1304 (BN, fr. 31947, f° 79). Gouverneur du comté de Bour (...)
  • 34 Jean de Grez maréchal de France (1308-1318). En Flandre en 1311 (AN, JJ 46, no 130 et J 559, no 14 (...)

10Parmi ces chefs de l’ost, Courtrai fit des coupes sombres28 : le connétable Robert d’Artois, Jacques de Châtillon y trouvèrent la mort. Mais la défaite fut aussi très meurtrière pour ces chefs militaires sur le terrain que sont les maréchaux de France : Jean d’Harcourt29 (1270-décembre 1302) qui avait été croisé en Afrique avec saint Louis, puis qui avait combattu avec l’armée de mer en 1295 et en Flandre en 1297, n’y était pas et en réchappa donc. Mais Simon de Melun et Guy de Clermont30, sire de Nesle, y trouvèrent la mort. Simon de Melun, sénéchal de Périgord et Quercy en 1279, maître des arbalétriers en 1282, avait fait les campagnes de Gascogne de 1294 à 1296, puis de Flandre en 1297-1299. Guy de Clermont de même avait combattu en Flandre31. Furent maréchaux de France après Courtrai Foucaud sire de Merle32, Miles de Noyers, neveu de Gaucher de Châtillon qui releva l’oriflamme à Monsen-Pévèle33 et Jean de Grez34.

  • 35 J. Petit,« Un capitaine du règne de Philippe le Bel, Thibaut de Chepoy », dans Le Moyen Age, 1897, (...)
  • 36 Livre des coutumes, Bordeaux, pp. 456, 462-464. Archives historiques de Gironde, Bordeaux, 1902, t (...)
  • 37 AD Nord, 33 H 58, no 4. AN, J 1166, no 3 bis, J 561, no 26 6, J 611, no 30 2, J 559, no 14, JJ 46, (...)
  • 38 R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe VI de Valois, Paris, 195 (...)

11A côté des maréchaux, les grands maîtres des arbalétriers qui commandent l’infanterie se sont illustrés sur les différents champs de bataille. Un des trois est mort à Courtrai. Furent successivement grand-maîtres des arbalétriers Thibaut de Chepoy (1280-1311), Jean de Burlats (1285-1302) et Pierre de Galard (1310-1338). Thibaut de Chepoy35 était en Gascogne avec Charles de Valois en 1294. Assiégé dans Saint-Macaire, il sauve la ville. Il combat ensuite en Flandre et il est récompensé de ses actes à la bataille de Furnes. C’est ensuite qu’il devient maître des arbalétriers et sénéchal d’Agenais (1298-1299). Il commande l’avant-garde à Mons-en-Pévèle. Il finit sa vie au service de Charles de Valois avec lequel il était parti en Orient. Jean de Buriats36, chevalier du roi, est le fils du sénéchal de Carcassonne. Il est d’abord gardien du comté de Hainaut, puis sénéchal de Gascogne (1294), avant d’être tué à Courtrai. Pierre de Galard37, châtelain de Lille (1307), est ensuite grand maître des arbalétriers et capitaine de Flandre (1311-1312). Il s’occupe des affaires de Flandre et des affaires militaires jusqu’en 1338, date à laquelle Etienne de la Baume, dit le Galois, lui succède comme maître des arbalétriers38.

  • 39 AN, J 384, no 1, J 365, nos 2-5, JJ 42 A, nos 59-63, J 704, no 17 3. P 1358 2, no 532. « Journal d (...)
  • 40 Ch. Bémont, Rôles gascons, p. clxv. Comptes royaux, nos 25450-25507 (comptes des hommes d’armes de (...)
  • 41 E. Boutaric, Institutions militaires de la France avant les armées permanentes, p. 268 et voir plu (...)
  • 42 Mignon, nos 2340, 2394. Guichard de Marzé, sénéchal de Toulouse et d’Albi est payé « de viagio fac (...)

12Il faut encore citer deux seigneurs qui ont joué un rôle de chef militaire : Béraud de Mercœur, capitaine puis gouverneur de Lyon (1310-1311) après sa trahison de 130939 et Robert de Wavrin, seigneur de Saint-Venan, gouverneur d’Aquitaine (1298-1300)40. N’oublions pas parmi les chefs de guerre les baillis et sénéchaux qui avaient parmi leurs fonctions celles d’encadrer les troupes levées et d’organiser l’approvisionnement de l’ost41. Les baillis et sénéchaux font réellement partie prenante de la guerre. Les sénéchaux de Toulouse, Carcassonne ou de Périgord et Rouergue ont joué un rôle d’encadrement très important durant toute la guerre de Gascogne, réunissant des fonds ou des garnisons ou menant des troupes à l’armée42.

  • 43 Le roi se rendit à l’ost trois fois. En 1302, après Courtrai (11 juillet), il est à Arras le 29 ao (...)

13Ces chefs militaires de l’armée de Philippe le Bel forment cependant un groupe assez restreint. La défaite de Courtrai, au milieu du règne, où le groupe des nobles et des conseillers royaux a été décapité, provoquant la nomination de nouveaux personnages, connétable et chefs de l’ost, maréchaux ou maître des arbalétriers, donne au règne une note particulière. Les personnes qui entouraient le roi et surtout les chefs de guerre ont été renouvelés. Le roi a dû prendre des mesures seul ou avec un personnel restreint avant que de nouvelles nominations ne soient intervenues. L’absence du roi à l’ost était avant Courtrai, la situation la plus habituelle43. Ces personnages prenaient les décisions – comme la funeste stratégie de Courtrai mais aussi comme celle qui permit la victoire de Furnes. Est-ce la conséquence du choc de Courtrai, mais en 1302, 1303 et 1304, le roi se rendit à l’ost de Flandre. Mais le connétable ou les seigneurs prenaient encore les décisions sur le terrain et étaient les maîtres du déroulement général de la campagne.

14Il faut à présent essayer de comprendre de quels combattants étaient composées les batailles menées par les chefs de l’ost et quelle était l’ampleur de ces armées.

  • 44 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 184.

15On sait que la France, comme l’Angleterre, d’ailleurs un peu plus précocement, pratiquait un recrutement mélangé44. Les vassaux nobles devaient le service militaire à leur seigneur mais celui-ci en était arrivé à devoir leur payer une solde afin qu’ils demeurent au-delà des quarante jours du service féodal. Ces vassaux nobles, une fois semons amenaient avec eux un certain nombre de chevaliers, d’écuyers ou de sergents. Les villes du royaume envoyaient aussi des sergents avec ou sans arbalète ou des piquiers. Les baillis et sénéchaux menaient souvent ces sujets du roi à l’ost. Ces soldats étaient retenus aux gages du roi et percevaient donc une solde. D’autre part, de véritables mercenaires étaient recrutés dans l’armée royale.

  • 45 Recueil des historiens de France, t. XXI, p. 792.

16Les vassaux nobles du royaume étaient donc semons par le roi. Ils amenaient avec eux des chevaliers. Les chiffres oscillent entre quarante et dix hommes d’armes dans les listes pour la subvention en 130445. Ces listes sont d’ailleurs fort sujettes à caution parce qu’elles étaient fixées en vue de la levée de la subvention et ne reflétaient peut-être pas la réalité des soldats se rendant réellement à la guerre. Malgré tout, l’argent de la subvention devait servir à payer des combattants qui allaient à la guerre. Il semble cependant qu’un certain nombre de nobles n’hésitèrent pas à payer au heu de se déplacer lors de tous les osts.

  • 46 Ce fichier a été constitué à l’aide de plusieurs documents. Les listes de vassaux semons publiés d (...)
  • 47 J. Strayer, The Reign of Philip the Fair, p. 374. Comptes royaux, no 26568-776.

17D’après le fichier de trois cent vingt-trois « barons et bannerets de l’ost »46 que j’ai constitué, cent trente-cinq d’entre eux n’ont été présents qu’une seule fois à un ost royal, pour la plupart en Flandre, pour vingt d’entre d’entre eux en Gascogne. Une centaine d’autres ont été présents lors de deux ou trois campagnes, souvent exclusivement en Flandre. Restent quatre-vingt nobles qui ont participé aux osts de Gascogne et aux osts de Flandre tout au long du règne. Seulement vingt-trois d’entre ces personnages sont constamment présents lors des osts. Parmi ces vingt-trois personnes, on note le comte de Périgord, le vicomte de Turenne, le comte de Rodez, Jean de Chalon, comte d’Auxerre, Adam de Chardonnay, un picard, Amaury de Craon, Renoul sire de Culan. Ces proportions, bien aléatoires il est vrai, rejoignent pourtant celles qu’a calculées J. Strayer pour une liste de nobles de la sénéchaussée de Toulouse tenue par Jean l’Archevêque47. Sur quatre-vingt-deux nobles, onze allèrent aux trois campagnes en Gascogne, quinze à une seule et cinquante-six à deux d’entre elles.

  • 48 AN, JJ 36, no 88, JJ 35, no 91 ; éd. Archives historiques du Poitou, t. XIII, Poitiers, 1883, p. 8 (...)

18Le roi avait donc du mal à lever un personnel d’encadrement suffisant. A plusieurs reprises, les possibilités de racheter le service militaire furent si bien présentées que les nobles payèrent et que le roi en vint à manquer d’hommes. Le 15 août 1303, il dut ainsi réitérer les semonces « car onques ne fut si grand besoin »48, dit le mandement royal.

  • 49 Comptes royaux nos 26044-363 (compte de Jean l’Archevêque des harnois des nobles de la sénéchaussé (...)
  • 50 Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 789. AN, JJ 35, no 96, JJ 36, no 93.
  • 51 Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 792. AN, JJ 35, fos 53v°-55v°, JJ 36, fos 51-53.

19Il est clair en tout cas que le roi n’appelait parmi ses vassaux que les plus proches du théâtre de la guerre. En Gascogne, furent semons les nobles des sénéchaussées de Toulouse ou Carcassonne de préférence aux vassaux du Nord49. Au contraire, en Flandre, sont appelés d’abord les nobles du nord de la Loire ; ou, bien encore les dix-sept communes, presque toutes situées au nord de la Loire50. Pourtant, en 1303, les nobles et roturiers du Languedoc furent semons à Arras contre les Flamands51.

  • 52 E. Boutaric, Documents relatifs…, no 21.

20Les sergents et arbalétriers étaient amenés par les nobles mais aussi par les baillis et sénéchaux à la charge des villes du royaume. Les sergents étaient équipés et armés par les villes. On comptait six sergents pour cent feux. En 1304, sont demandés « six sergents de pied, des plus souffisans et des meilleurs qu’on pourra trouver es paroisses ou ailleurs, si ceux des paroisses n’étoient pas souffisans, et seront armés de pour-poins et de haubergeons et de gambesons, de bacinés et de lances ; et des six il y en aura deux arbaletriers ».52

  • 53 Jean de Joigny est payé pour un trimestre en Flandre en 1299 (Journaux du Trésor de Philippe IV, n(...)

21Le roi était obligé de retenir à ses gages une partie au moins de son armée. Les nobles n’avaient pas le moyen de rester au-delà de la quarantaine ; les soldats ne pouvaient rester sur le lieu de la guerre pendant plusieurs années sans être payés. On connaît en effet des paiements effectués pour une année entière en Flandre, quelquefois plus53.

  • 54 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 195.
  • 55 AN, J 527, no 4.
  • 56 AN, J 523, no 9.
  • 57 Exemples de dons royaux après Mons : en octobre, don de 200 l.t. de rente à Pierre Masquet de Bret (...)

22Parmi les guerriers retenus aux gages du roi, il y a lieu de distinguer les grands seigneurs avec lesquels le roi passait des accords du tout venant de l’armée. Les grands seigneurs recevaient, en effet, en plus de gages véritables des rentes en fief – appelées parfois fief de bourse – ou des dons royaux54. Ainsi le 8 septembre 1304, Thibaut, évêque de Liège, énumère les conditions de son alliance avec le roi : il doit servir personnellement et amener avec lui deux cent hommes d’armes pendant trois mois chaque année ; il reçoit pour cela les châteaux de la Marche, Châtillon et Conflans-sur-Lanterne55. De la même façon, le 28 septembre 1304, devant Lille assiégée, Jean, duc de Lothier, de Brabant et Limbourg se reconnaît l’homme du roi et prêt à faire son service aux ordres du comte d’Evreux, du duc de Bourgogne, du comte de Savoie et du comte de Dreux contre tous sauf contre le lignage de Flandre pour une rente de deux mille cinq cents livres de noirs tournois petits56. Et les exemples sont très nombreux en particulier après les campagnes, moment où le roi semble « récompenser » les valeureux guerriers qui en réalité se font payer leurs services57.

  • 58 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, p. 198.
  • 59 E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 372, AN, J 608, no 6.
  • 60 Comptes royaux, nos 26777-799.
  • 61 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 198.

23Les combattants de l’armée sont payés à gages et les chiffres sont beaucoup moins élevés. La moyenne est, en 1295, de dix sols, douze sols ou quinze sols par jours pour un chevalier et de douze deniers pour un homme de pied58. En 1294, Henri de Luxembourg, comte de la Roche s’engagea à fournir deux cents armures de fer aux gages accoutumés, c’est-à-dire vingt sols pour les bannerets, dix sols pour les chevaliers, cinq sols pour les écuyers59. Même tarif en Guyenne en 129460. Sur cette solde les combattants devaient payer leurs dépenses. La solde n’était donc pas d’un montant très élevé61.

  • 62 Ibid., pp. 199-200.

24Le roi avait donc à ses gages une armée dont une partie aurait pu servir seulement les quarante jours du service féodal. Mais la notion d’armée féodale n’est pas totalement abandonnée pour plusieurs raisons bien mises en valeur par Philippe Contamine62. D’une part, l’équipement du chevalier coûte cher. La solde n’est pas à proprement parler un salaire mais une simple indemnité de campagne. Le chevalier fait la mise de fond initiale que constituent ses armes et ses chevaux. De plus, les semonces de vassaux ensuite payés par le roi permettent d’éviter le recours systématique aux mercenaires et de conserver une armée où les combattants sont encadrés dans leurs structures sociales habituelles, ce qui évite des désordres trop importants.

  • 63 Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age, p. 27. Il fut crié en 1338, 1340, 13 (...)
  • 64 Ibid., p. 27.
  • 65 BN, Touraine 8, no 3421.
  • 66 Lettre du 5 août : AN, JJ 35, no 19 ; JJ 36, no 21 et JJ 35, no 21, éd. dans E. Boutaric, Document (...)
  • 67 AN, JJ 36, no 83, JJ 35, no 86. Liste des destinataires dans Recueil des historiens de France, t.  (...)

25La notion d’armée féodale était tellement présente encore dans les esprits qu’à plusieurs reprises, Philippe le Bel lança des semonces destinées à lever l’arrière-ban de ses sujets. Il s’agissait là d’une des premières apparitions d’un usage qui devint fréquent au cours du XIVe siècle63. « Toutes manières de gens pouvant porter armes » et combattre, à cheval ou à pied, nobles et non-nobles, sujets du roi ou des seigneurs tant laïques qu’ecclésiastiques, entre dix-huit et soixante ans, devaient contribuer à la défense du royaume64. Le 27 juin 1302, le roi convoqua l’arrière-ban de Touraine65. Puis le 5 août 1302, le roi qui assiégeait Lille ordonna aux baillis et sénéchaux « de semondre par arrière-ban, toute manière de gens, qui porront porter armes, nobles et non-nobles, de pooté et d’autre condition, qu’ils soient à la quinzaine d’aoust à Arras ». Et le même jour le roi écrit au comte de Sancerre qu’il sera en personne à Arras avec le ban et l’arrière-ban66. En juillet 1303 à nouveau, le roi écrivit à l’évêque d’Auxerre pour lui faire part des difficultés rencontrées en Flandre et de son intention de « semondre par voie d’arrière-ban auquel toute maniere de gent, si comme vous savez, sont tenuz a venir sans nulle excusation »67. Il s’agissait donc, après la défaite de Courtrai, de généraliser à tous les sujets du roi le principe du service militaire.

  • 68 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 188.
  • 69 Ordonnances, t. I, p. 350 (registre Pater de la Chambre des comptes, fo 149).
  • 70 AN, JJ 36, no 28, JJ 35, no 29 (Ordonnances, I, 350).
  • 71 Ordonnances, t. I, p. 546 (AN, JJ 36, fo 21 sans no ; JJ 35, fo 18vo, no 60), t. I, 369-372 (AN, J (...)
  • 72 Ordonnances, t. I, p. 391 (AN, JJ 36, no 117 ; JJ 35, no 120) et BN, fr. 16600, fo 393.

26« On a sans doute trop vu dans le procédé un simple moyen d’imposition »68, dit prudemment Philippe Contamine. Les semonces de l’arrière-ban ne recouvrent pas entièrement à mon sens les demandes de rachat du service armé. On sait qu’entre juillet 1302 et janvier 1304, quatre ordonnances définirent l’état de la fortune des sujets du roi devant s’acquitter de l’exemption du service ou se rendre à la guerre. Le 7 juillet 1302, les nobles qui possédaient soixante livres de rente, ou les non-nobles possédant deux cent livres en meubles ou immeubles ou cent livres en meubles devaient payer un cinquantième de leur bien ou se rendre à l’ost69. Le 18 octobre de la même année, le conseil royal modifia les fourchettes : les nobles possédant moins de quarante livres de revenu et les non-nobles possédant moins de trois cents livres en biens meubles ou cinq cent livres en biens meubles et immeubles étaient exemptés de service militaire requis par l’ordonnance sur l’arrière-ban et de paiement70. Le 18 mai 1303, les nobles possédant cinquante livres de rente annuelle en terres payaient ou accomplissaient le service personnel et les non-nobles possédant cent livres de rente payaient le vingtième de leurs biens et ceux ayant cinq cent livres en biens meubles le cinquantième71. Enfin, en janvier 1304, une ordonnance imposa que les nobles devaient soit faire la guerre, soit payer cent livres pour chaque cinq cent livres de revenu et que quatre sergents seraient fournis pour cent feux ou bien que la ville payerait deux sous par jours pour chaque sergent dû72. Ces rachats du service produisirent des sommes non négligeables mais bien des nobles accomplirent leur devoir féodal et une foule de communautés urbaines ou rurales envoyèrent à l’ost des contingents de dimensions variables.

  • 73 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 205.
  • 74 Comptes royaux, nos 25508-25728.
  • 75 Ibid., nos 26777-799 et nos 26800-816 et nos 26817-947.
  • 76 Ibid., nos 25310-376. Mignon, pp. 294-295. Sont payées les personnes qui ont amené un grand nombre (...)
  • 77 R.-H. Bautier, « Soudoyers d’Outremont à Plaisance, leur origine géographique et le mécanisme de l (...)

27A côté de ces combattants sujets du roi à ses gages, se trouvaient de véritables mercenaires, un mercenaire étant, pour reprendre la définition lumineuse de Philippe Contamine, « spécialiste, apatride et stipendié »73. Le roi recrutait essentiellement des arbalétriers et des marins. Ces soudoyers (« stipendiarii ») étaient réunis en connétablies avec à leur tête un capitaine ou connétable. Il n’est pas toujours facile de distinguer ces « vrais » soudoyers des soldats aux gages du roi. Dans les comptes de Géraud Baleine figurent plusieurs connétablies, celle de Renaud de Pruilly, celle de Nivelet de Quincampoix74. Et nous avons conservé parmi de très nombreuses mentions de comptes perdus, les comptes des paiements effectués aux soudoyers de la guerre de Gascogne en 129575. On sait aussi que le roi fit venir de très nombreux marins pour l’armée de mer. Nous avons encore les dépenses pour des marins que le roi fait venir de Nîmes à Rouen en 129576. Ce sont donc bien des spécialistes stipendiés. Et quand on lit les comptes où ils figurent, on est frappé du fait que bon nombre d’entre eux viennent soit des régions méridionales de la France ou de Provence, soit d’Allemagne, d’Italie (en particulier de Gênes) ou d’Espagne. Apatrides peut-être pas complètement mais éloignés certes de leur pays natal77.

  • 78 Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age, p. 108.
  • 79 Mignon, pp. 287-342. Comptes royaux, nos 25992-26043. Voir plus bas les personnages chargés de gar (...)
  • 80 Furent clercs des arbalétriers maître Elie d’Orly (1289-1326), bailli de Bourges en 1303 ; Guérin (...)

28Cette armée était donc payée et cette obligation a entraîné la mise en place de toute une administration qui a laissé des archives dont quelques-unes nous sont parvenues. Le « trésorier des guerres » du XIVe siècle n’existe pas encore78. Parmi les hommes chargés de réunir les subventions nécessaires pour l’armée et de payer les soldats, on peut distinguer le groupe des baillis et sénéchaux qui jouent un grand rôle, un autre groupe formé par des clercs du roi ou certains de ses conseillers et trésoriers79 et un troisième groupe formé par les chefs de guerre, capitaines ou autres clercs des arbalétriers80.

  • 81 Mignon, p. 336.

29La liste des hommes qui ont géré la « guerre de Lyon » est exemplaire. Anseau de Morienval et Jean de Helesmes sont députés par le roi « super solutionibus faciendis…in exercitu Lugdunensi ». Pierre de Condé, clerc des comptes, est prêté au roi de Navarre pour régler les gages des soldats et des gens d’armes de sa suite. A côté de Louis, fils du roi, Béraud de Mercœur, gardien de Lyon et chef de l’expédition, rend aussi son compte. Gilbert du Louvre s’est occupé de faire parvenir l’artillerie sur les lieux de la guerre. Ont payé aussi les soudoyers et travaux divers le bailli de Mâcon, le sénéchal de Rouergue et celui de Beaucaire tandis que Jean de Helesmes, Geoffroi de Saint-Reverien, Martin des Essarts et Renaud de Rouy s’étaient occupé des garnisons. Donc les problèmes administratifs de la guerre étaient pris en charge par les baillis et les sénéchaux, les clercs du roi, comme Pierre de Condé ou Renaud de Rouy, maître de la chambre aux deniers ou des clercs spécialisés81.

  • 82 Chronique tournaisienne (1296-1314), éd. F. Funck-Brentano à la suite de la Chronique artésienne, (...)
  • 83 Chronique artésienne (1295-1304), éd. F. Funck-Brentano, p. 71.

30Malgré cette organisation, le roi comme beaucoup de chefs de guerre, avait du mal à assurer un paiement régulier de son armée. On connaît par les chroniques et aussi par les actes royaux les problèmes qui se sont posés au moins deux fois en Flandre à la suite du retard de paiement. En 1302 d’abord, la Chronique tournaisienne82 rapporte : « en ce temps eust en l’ost du roy une discort entre le quemune, l’un l’autre ; et fu pour leurs gages que on les volsist paier » et les chefs de l’ost ont eu peur que les « quemunes » ne s’allient aux Flamands : « dirent li nobles que les quemunes estoient tout ung et cuiderent que les Flamens et le quemune du royaume fuissent tout ung contre iaux et contre le roy ». De la même façon, en septembre 1303, à l’ost où se trouvent les maréchaux qui attendent la venue du roi, l’évêque d’Orléans est obligé de « faire un sermon annonçant la venue du roi le mardi suivant » et « que tout soudoier seroient paiet, car on leur avoit menti trop longuement de paiement ». « Si se perchurent que li roys ne venoit point, si s’assanlerent ensemble bien XXX M de piet et se partirent d’Arras le premier jour de septembre pour aler a Amiens, pour aus plaindre au roy de leur paiement. »83

  • 84 AN, JJ 35, no 124, JJ 36, no 122.

31L’année suivante c’est le roi lui-même qui fait attendre le paiement des soldes. Le roi mande le 23 avril 1304 que les stipendiarii royaux seront payés seulement à l’Assomption au lieu des 29 avril et 7 mai comme prévu.84

  • 85 Mignon, p. 315.

32Ces trois épisodes indiquent que malgré la mise en place d’une organisation administrative importante que laissent entrevoir les listes de comptes contenus dans l’Inventaire de Robert Mignon le paiement des osts était une entreprise difficile. La guerre coûtait cher. Les subventions levées pour la financer rentraient plus lentement qu’il n’aurait fallu. Souvent d’ailleurs les sénéchaussées les plus proches du conflit supportaient l’essentiel de la charge financière urgente. Nicolas d’Ermenonville, receveur de la sénéchaussée de Toulouse fit ainsi bon nombre de paiements pour la guerre de Gascogne.85

  • 86 E. Boutaric, Documents relatifs…, pp. 123-129. Cité dans Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978 (...)
  • 87 Recueil des historiens de France, t. XXI, 516.

33On connaît ce qu’a couté au trésor royal la guerre des années 1294-1295, en Gascogne et sur mer. La dépense est évaluée à 2 125 200 livres tournois86. La croisade d’Aragon avait été évaluée à 1 228 751 livres tournois87. L’état de guerre a entraîné des dépenses importantes qui ont été l’une des causes des crises monétaires que l’on sait en même temps qu’il forçait le pouvoir royal à trouver des solutions rapides et nouvelles, comme le rachat du service armé évoqué plus haut.

  • 88 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 231. J. Strayer, The Reign of Philip the Fair, pp. 374-3 (...)

34A partir de ces chiffres et des combattants qui étaient semons, on peut avoir une idée de la grandeur des osts. Globalement on peut avancer un chiffre entre cinq mille et dix mille hommes88. Encore faut-il distinguer entre les différents osts, entre l’armée en campagne ou en disposition de bataille et les soldats qui étaient en « establies » ou postes d’occupation.

  • 89 Les établies en Gascogne sont : Armillac, Bordeaux, Cazeneuve, Dax, Fronsac, La Réole, Lectoure, M (...)
  • 90 Comptes royaux, nos 26989-27011.
  • 91 Ibid., nos 5985-5999.
  • 92 Ibid., nos 26987-26988.
  • 93 Journaux du Trésor de Philippe IV, no 4237.
  • 94 Comptes royaux, nos 25448-25507.

35On connaît plus ou moins bien le nombre des soldats en garnisons89. Le nombre des forces laissées en garnison dépendait de la situation militaire et politique. Certaines garnisons étaient presque symboliques, ainsi Lille avait en 1299 quatre chevaliers et quatre fantassins90. Mais en 1303-1304, la garnison de Béthune comprenait neuf connétablies et plus de cent sergents sous le commandement de Hugues de Toissi et plusieurs hommes d’arme, donc plus de trois cents hommes en tout91. En Gascogne, mêmes fluctuations : la garnison de Saint-Emilion comprenait, en 1301, un chevalier, onze écuyers et cinquante sergents92. En 1299, il y avait trente-deux sergents à Sainte-Livrade, deux cent cinquante-six à Moissac et cinquante à Villefranche93. La même année, à Bordeaux, quand la population fit mine de soutenir les Anglais, la garnison fut augmentée de quatre chevaliers bannerets, vingt-trois chevaliers, deux cent vingt-sept hommes d’arme et cent quatre-vingt-douze sergents94. En tenant compte du fait qu’il y eut dix-huit garnisons en Gascogne et Saintonge et une dizaine en Flandre à des périodes différentes, on peut estimer à quelques centaines les soldats en garnison de 1293 à 1305.

  • 95 Ibid., nos 27022-27133.

36En ce qui concerne l’armée en campagne, nous possédons quelques chiffres. Nous avons le compte des chevaliers retenus pour occuper la Flandre en 1299 avec Charles de Valois95. Le compte donne mille cinq cent soixante-trois armures de fer sans compter les chevaliers sous le commandement du comte de Saint-Pol. Il faut y ajouter les fantassins mais dans quelle proportion ?

  • 96 Ibid., nos 6004-6005.

37Nous possédons cette proportion pour l’expéditionm enée par le bailli de Mâcon contre l’archevêque de Lyon en 130496. Sont décomptés dix-sept chevaliers, cent treize hommes d’armes et deux mille cent quatre-vingt-huit sergents à pied. Le bailli avait dans sa « comitiva » vingt-cinq hommes d’armes. On arrive donc à une proportion de dix-sept sergents pour un chevalier. Mais peut-on comparer cette expédition où les soldats ne sont restés que trois ou quatre jours avec les expéditions flamandes ? On peut pourtant dire avec certitude que le nombre nettement plus élevé des fantassins était la règle.

  • 97 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 463-464. Recueil des historiens de France, t. X (...)

38Le chiffre des contingents levés en 1304 en Languedoc amène aux mêmes conclusions : deux mille seize hommes d’armes et dix sept mille huit cent cinquante sergents97. Mais Funck-Brentano se demande à juste titre combien parmi ces gens arrivèrent réellement à la frontière flamande.

  • 98 E. Boutaric, Documents relatifs…, pp. 112-119. AN, J 456, no 36.

39Le nombre de marins prévus par Benedetto Zaccharie dans son mémoire sur la formation d’une flotte destinée à envahir l’Angleterre implique que le contingent de marins était traité de la même façon que le contingent des hommes de pied sur terre98. Ce mémoire prévoyait vingt huissiers et quatre galées qui emporteraient quatre cent chevaliers et quatre cent hommes d’armes ainsi que quatre mille huit cent marins soit cinq mille deux cent hommes à pied.

  • 99 Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 32 et F. FunckBrentano, Philippe le Bel en Flandre (...)
  • 100 Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 47.
  • 101 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 465, 473.

40Les chroniques donnent évidemment des chiffres très élevés pour les forces en présence. Ainsi la Chronique artésienne qui livre pourtant souvent une version fiable des événements indique au heu des mille cinq cent cinquante hommes d’armes de Charles de Valois en 1300 six mille99. Pour Courtrai, les Français auraient alignés dix mille chevaliers et dix mille arbalétriers sans compter les hommes de pied100. A la fin de l’année 1302, le roi aurait eu seize mille hommes. A l’été 1303, les chiffres sont de six mille hommes d’armes et trente mille sergents. Funck-Brentano pensait que les forces françaises à Mons-en-Pévèle étaient de soixante mille hommes101. Mons a dû certes être le moment où le roi avait le plus de troupes concentrées en un seul lieu. Mais je pencherais pour des chiffres légèrement moindres. A partir des mille cinq cents armures de fer de Charles de Valois, on peut multiplier par vingt, au plus par trente, ce qui nous donnerait des chiffres en tout cas moins élevés que ceux des chroniques, oscillant donc entre cinq mille et dix mille combattants.

41En tout cas, les armées du roi étaient nombreuses, c’est ce que laissent entendre les chroniques à travers leurs chiffres fantaisistes. C’est dire si le roi eut du mal à lever ces grosses armées et plus encore à les ravitailler.

  • 102 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 199.
  • 103 Ibid., pp. 201-202.
  • 104 Comptes royaux, nos 26948-979 (restaurs de chevaux de la compagnie de Thibaut de Chepoy).

42L’armement était fourni par les chevaliers eux-mêmes, pour lesquels la charge était lourde d’où la propension pour beaucoup d’entre eux à payer au heu de se rendre à l’armée102. La mise de fonds obligatoire constituée par l’armement et le cheval représentait, d’après M. Contamine, six à huit mois de gages journaliers103. Le roi n’intervenait à ce stade que lors des « restaurs » de chevaux morts ou blessés pour lesquels nous possédons encore quelques comptes104.

43Le roi avait cependant la charge de fournir certaines armes. Ainsi, l’armée de mer et l’artillerie semblent entièrement du ressort du Trésor royal.

  • 105 A. Chazelas-Merlin, Documents relatifs au clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de (...)
  • 106 BN, Mélanges Colbert 345, no 30. Don d’une rente de 1300 l.t. à Renaud, comte de Gueldre en échang (...)
  • 107 Ch. de La Roncière, « Le blocus continental de l’Angleterre sous Philippe le Bel », dans Revue des (...)
  • 108 Comptes royaux, nos 25020-25309. Mignon, pp. 291-297.
  • 109 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 469.
  • 110 10-11 août 1304. F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 469. Guillaume Guiart, éd. Recu (...)
  • 111 E. Lalou, « Les négociations diplomatiques avec l’Angleterre sous le règne de Philippe le Bel », d (...)

44Le règne de Philippe le Bel est important précisément pour la constitution de la flotte royale. C’est le moment où le clos des Galées prend forme à Rouen105. Et le roi engagea des dépenses importantes pour armer la flotte. Il acheta le port d’Harfleur en 1293106, fit venir des amiraux italiens, Benedetto Zaccharie et Renier Grimaldi mais aussi des marins en très grand nombre107. Le roi fit acheter des armes, des armures et des arbalètes comme celles-ci achetées en 1294 à Toulouse108. La flotte royale remporta d’ailleurs une victoire à Zieriksee en 1304. Funck-Brentano estime que c’est une des plus longues et importantes batailles navales du XIVe siècle109. Guillaume Guiart indique qu’étaient engagées dans la bataille trente-huit nefs et onze galères110. Des trente-huit bateaux, huit étaient espagnols, les autres appartenaient à Calais et aux ports de Normandie. Les mouvements de l’armée de mer payée par le trésor royal eurent une importance certaine sur le déroulement de la guerre111.

  • 112 Mignon, pp. 323, 325, 336, 358.

45Sur l’utilisation de l’artillerie, les sources indiquent peu de choses. L’artilleur du Louvre, Gilbert du Louvre, s’occupait de cette arme. On sait qu’il conduisit des pièces d’artillerie à l’ost en 1297, 1302, 1303, 1304 et encore à Lyon en 1311112.

46Le ravitaillement de l’armée demandait une grosse administration et de la même façon que le roi avait du mal à payer ses soudoyers ou les gages des soldats à retenues, de même l’organisation du ravitaillement laissait à désirer surtout lorsque les opérations militaires duraient plus longtemps que prévu.

  • 113 Annales Gandenses, éd. F. Funck-Brentano, Paris, 1896, p. 40 : « deficientibus eis victualibus pro (...)
  • 114 Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, Paris, 1891, p. 154 : « ibique nimia pressura fa (...)

47En 1302, le roi part précipitamment d’Arras où se trouvait l’ost. Des bruits de trahison coururent à l’époque, rapportés par les chroniques. Surtout le paiement des soudoyers étaient en retard et il n’y avait plus de fourrage pour les chevaux. L’armée reflue donc passablement en désordre et les Flamands en profitent pour rafler tous les vivres laissés par l’armée française113. De même en août 1304, l’armée souffre de la faim et de la soif. La viande se vend très cher dans le camp royal114. L’ost est en effet en campagne depuis le début de l’été.

  • 115 28 juin 1302. AD Pas-de-Calais, A 4619 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum commeatibus tertio de (...)
  • 116 21 juin 1303, AN, JJ 35, no 106, JJ 36, no 103 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…p. 49, no 2).
  • 117 AN, JJ 35, fo 2, no 9, JJ 36, fo 2, no 9, (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 45).

48Le ravitaillement était pourtant organisé. Les mandements royaux se multiplient longtemps avant que l’ost ne parte en campagne. L’exemption de taxes et de péages pour les marchands menant des marchandises à l’ost est répétée115. Le roi veille à ce que le ravitaillement arrive en bon état à l’ost. Ainsi, le roi mande que les troupeaux menés à l’armée puissent avoir suffisamment à paître durant leur voyage116. Et Robert d’Artois, en 1302, doit s’occuper d’organiser la répartition du ravitaillement qui est partagé en « garnisons »117.

  • 118 R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, (...)

49Les « garnisons » sont réunies pour l’ost royal par un petit nombre de personnages, pour la plupart grand manieurs d’argent qui sont aussi souvent chargés du paiement des soldats. Raymond Cazelles indique pour le règne de Philippe le Bel que la fourniture des garnisons de l’Hôtel et de l’ost est une source de gains et d’enrichissement pour les gens qui en sont chargés, et qui appartiennent alors à certaines familles de bourgeois de Paris ou bien sont des étrangers, Italiens, Lombards…118 Cette analyse est déjà valable pour le règne de Philippe le Bel.

  • 119 Recueil des historiens de France, t. XXII, pp. 673-724. Comptes royaux, nos 24291-24487. Mignon, p (...)
  • 120 Musciatto Guidi de Franzesi et Albizzio Guidi de Franzesi, Comptes royaux, nos 24281, 25311, 25730 (...)
  • 121 Maître Pierre la Reue ou la Rene (il est parfois appelé de regina). Mignon, nos 2310, 2481, 2550, (...)

50Pour la croisade d’Aragon, l’homme qui s’était chargé de presque toutes les garnisons était Jean d’Ays119 qui fit encore quelques garnisons pour l’armée de mer en 1295. Ensuite, les financiers italiens de Philippe le Bel, Biche et Mouche s’occupent parmi leurs multiples fonctions de garnisons pour l’ost, pour l’armée de mer en 1295 et le port d’Harfleur. Ils payent aussi les soudoyers de mer120. Pierre La Reue s’occupe des garnisons pour l’armée de mer et fait des comptes pour l’armée en Flandre121. Il s’agit là d’un conseiller spécialisé dans ce type de paiements pour l’armée.

  • 122 AN, JJ 36, no 14, JJ 36, no 73, JJ 35, no 76 (bailli de Rouen).
  • 123 Comptes royaux, nos 27134-27167. AN, JJ 36, no 135, JJ 35, no 138.
  • 124 Mignon, pp. 288-289. On trouve ainsi Ph. de Beaumanoir, bailli de Senlis en 1295, Jean de Trie, ba (...)

51Le roi a recours très normalement aussi à ses baillis et sénéchaux pour réunir le ravitaillement. Guillaume de Hangest et Renaud Barbou sont chargés de lever des emprunts pour l’ost dans leur bailliage122. De même le bailli de Tours, ou le bailli d’Orléans ont fait plusieurs comptes de garnisons en 1304123 que nous avons conservés. Tous les bailliset sénéchaux ont dû accomplir cette tâche lorsque la situation l’exigeait124.

  • 125 11 juillet 1303, AN, JJ 35, fo 26, JJ 36, fo 28 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 98). Mi (...)
  • 126 AN, JJ 36, no 161, JJ 35, no 163 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 64).

52Participent aussi des bourgeois des villes proches de la Flandre, comme ce Jean Coulon, bourgeois de Saint-Pol, panetier du roi125 en 1303 ou Jean Huquedieu, bourgeois d’Arras126.

  • 127 Jean Arrode, voir plus bas. Renier Accorre aurait aussi fait des garnisons. F. Bourquelot, « Renie (...)
  • 128 F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 44. Comptes royaux, nos 27759, 27875. Jean de Crépy et Miche (...)

53Mais les plus actifs en cette matière sont Jean Arrode, panetier du roi127, Geoffroy Coquatrix, échançon du roi, puis à la fin du règne, Renaud de Rouy, maître de la chambre aux deniers du roi128. L’appartenance à l’Hôtel royal ou la détention d’un titre de panetier ou d’échanson semble avoir été la règle pour s’occuper des garnisons.

  • 129 Comptes royaux, no 30763, Mignon nos 2264, 2513 ; Journaux du Trésor de Philippe de Bel, nos 17, 2 (...)
  • 130 AN, JJ 36, no 15 (éd. E. Boutaric, Documents relatifs…, p. 140).
  • 131 Journaux du Trésor de Philippe le Bel, nos 67, 276, 1042, 241, 4174.
  • 132 Ed. F. Funck-Brentano, De exercituum…, pp. 94-99. Mignon, no 278.
  • 133 AN, JJ 36, no 102, JJ 35, no 105 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 94).

54Geoffroy Coquatrix129, qui est l’un des plus riches bourgeois de Paris, s’occupe des garnisons de l’Hôtel et de l’ost – souvent les deux sont mélangées – en 1296 en Aquitaine, et ensuite en Flandre entre 1297 et 1300. Il manie de très grosses sommes d’argent. Le roi lui promet le remboursement de certains prêts le 2 juillet 1302130. Il coiffe tout un réseau de personnes qui s’occupent d’aller acheter les différents produits nécessaires et de les transporter sur le lieu de la guerre. Philippe le Hungre, tavernier, s’occupe de vins, Thierry de Pontoise et Girart Le Leu achètent des harengs sur son ordre ou encore Jean d’Amiens, son clerc, achète blé et avoine131. Apparaissent aussi très souvent Pierre de Mauregart, Jean Le Meignen, Jean Pointlasne et Jacques Lazare132. En 1303, Louis Thibert, Jean de Petit-Pont, Nicolas et Jean Bonnefille, tous bouchers probablement parisiens, sont chargés de mener le bétail à l’armée133.

  • 134 Mignon, nos 2345, 2288, 2346, Journaux du Trésor de Philippe le Bel, nos 379, 473, 504, 591, 900.

55Jean Arrode joue un rôle comparable à Geoffroy Coquatrix. Il s’occupe surtout de l’armée de mer en 1295-1296 et paye ainsi les soudoyers de La Rochelle et de Saintonge134.

  • 135 K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris : l’an 1296, Göteborg, 1958, p. 150.

56Tous deux sont bourgeois de Paris et le choix qu’ils font des marchands à qui ils achètent les marchandises n’est pas innocent. Apparaissent dans les comptes de Coquatrix les bouchers de Paris, en particulier Jean Le Picart qui est « mestre des bouchers » d’après les Livres de la taille135. Les garnisons royales devaient être une source d’enrichissement certain non seulement pour quelques gros bourgeois comme Coquatrix ou Arrode mais aussi pour les bourgeois et marchands qui leur étaient socialement liés.

57La guerre était donc source de profit pour certains ; mais elle était souvent aussi facteur d’appauvrissement pour d’autres et de façon générale de désordres.

  • 136 Août 1302, AN, J 1020, nos 19, 20, 48, K 37, nos 12, 13, K 183, no 43, K 166 A, nos 96-100, JJ 45, (...)

58L’appauvrissement des seigneurs flamands fidèles au roi de France qui perdirent leurs terres en 1302 fut limité par les dédommagements que le roi leur offrit provisoirement136.

  • 137 Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 84.
  • 138 Ibid., p. 71
  • 139 E. Lemaire, Archives anciennes de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, 1888-1890, no 184.

59Le roi se préoccupe aussi des désordres provoqués par l’armée. Des contingents viennent parfois de loin et commettent des dégâts, surtout au retour de l’ost. Des actes de brigandages ont lieu pendant les hostilités, les soldats vivant sur le pays, surtout quand l’approvisionnement ou la solde n’arrive pas. Ainsi en août 1304, juste avant Mons-en-Pévèle, ces « bidaux qui reuberent » l’abbaye de Flines, les « nonnains » venant ensuite « toutes nues » devant le roi qui, courroucé, promit de les dédommager137. Nous avons vu plus haut ces soudoyers non payés en septembre 1303 : « si s’assanlerent ensemble bien XXX M de piet et se partirent d’Arras le premier jour de septembre pour aler à Amiens, pour aus plaindre au roy de leur paiement. Si devés savoir que par tout le kemin la u il alerent, ils reuberent tous les vilains qui estoient en leurs kemins ; et alerent a Pasen-Artois chelui jour et ne le passerent point et le reuberent de vins et de tous vivres ; et adont les fit retourner Aurriz li Alemans… ».138 Le pouvoir royal se préoccupait de cet état de fait. Le 4 octobre 1302, il mandait aux baillis de Vermandois et d’Amiens d’enquêter sur les meurtres commis dans le camp de l’armée de Flandre139.

  • 140 AN, JJ 36, no 151, JJ 35, no 153 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 98).
  • 141 A. Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, Paris, 1839-1848, t. III, (...)

60En outre les soudoyers profitaient de leur voyage de retour pour accomplir des actes de brigandage. Le 6 novembre 1303, le roi mande au prévôt de Paris de prendre des mesures pour que les soudoyers revenant de Flandre n’en profitent pas pour voler, tuer ou commettre d’autres méfaits, « dampna, excessus et gravimina » « furta, rapinem, homicidia et alia delicta plurima » et le roi donne des ordres pour qu’ils soient punis sévèrement si on les attrape140. La milice communale de Castelnaudary revenant de la guerre de Flandre brûla sept maisons de la ville de Gaillac et ravagea les campagnes alentour141. Ces événements font aussi partie des retombées de la guerre sur le pays. Finalement on retire l’impression après ces quelques réflexions que la guerre a joué un rôle très important durant le règne entier, non seulement comme nous disions en commençant par sa durée, au moins dix ans d’état de guerre sur les trente années, mais par l’importance qu’elle eut dans plusieurs domaines. Les levées d’hommes, l’achat des armes, le ravitaillement, le paiement des soudoyers et des gages constituent toute une partie de l’état de guerre qui déborde largement, à cause des retards pris et des délais de paiement, sur l’économie générale du royaume.

  • 142 J. Strayer et Ch. Taylor, Studies in Early French Taxation, Cambridge, Mass., 1939, tableau pp. 96 (...)

61Economiquement la guerre semble lourde. C’est elle qui provoque la levée de subventions nombreuses durant presque tout le règne142. Elle coûte cher au roi. Elle coûte cher aussi aux nobles qui se rendent à la guerre. Elle est chère aussi en vies humaines. Les contemporains et historiens ont beaucoup parlé des morts de Courtrai parce qu’à l’accoutumée les chevaliers ne mouraient pas en si grand nombre sur les champs de bataille.

« La bataille
de Courtrai, où la fleur de France
fu ocise a si grant viltance »

  • 143 Guillaume Guiart, La branche des royaux lignages, éd. Recueil des historiens de France, t. XXII, p (...)

62dit Guillaume Guiart143.

  • 144 Parmi les morts de Mons connus par la Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 87, on conna (...)

63Il est vrai qu’une bonne partie de la noblesse fut décimée par les communes flamandes. Mais on oublie trop souvent que la victoire de Mons-en-Pevèle fut elle aussi chèrement gagnée144.

  • 145 E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 378.
  • 146 E. Lalou, « Les négociations diplomatiques avec l’Angleterre sous le règne de Philippe le Bel », d (...)

64De l’histoire militaire de ce règne l’historiographie déjà ancienne retenait essentiellement que « au service personnel on substitua l’impôt ce qui constituait un grand pas vers la civilisation »145. Il est vrai que commencent à apparaître des modes de gérer la guerre qui continueront tout au long du XIVe siècle. Mais on a parfois l’impression que de la même façon que le jeune roi se lance en 1293 dans la guerre d’Aquitaine sans bien avoir réfléchi et pour ne pas en retirer en définitive un grand profit146, de même l’organisation de l’armée se fait au coup par coup, petit à petit, et les essais sont parfois infructueux. Ce sont précisément ces nouveautés qui font l’originalité et l’intérêt de ce règne.

Notes

1 Expression de R.-H. Bautier, « Philippe Auguste, la personnalité du roi », dans La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, Actes du colloque international du CNRS, Paris, 1980, pp. 33-57.

2 Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, Paris, 1887. La seule mise au point récente que je connaisse sur la croisade est celle de J. Strayer, « The crusade against Aragon », dans Medieval statecraft and the perspectives of history, Princeton, 1971, pp. 107-122.

3 Ch. Bémont, Rôles Gascons, 1290-1307, t. III, Paris, 1906, pp. cxxiv-cxcvii.

4 F. Funck-Brentano, Les Origines de la guerre de Cent ans, Philippe le Bel en Flandre, Paris, 1897.

5 J. Strayer, The reign of Philip the Fair, Princeton, 1980, p. 320. Ch. Aimond, Les relations de la France et du Verdunois de 1270 à 1552, Paris, 1910. Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par Robert Mignon, éd. Ch.-V. Langlois, Paris, 1899, nos 2622-2625 (ouvrage abrégé plus loin en Mignon).

6 P. Bonassieux, De la réunion de Lyon à la France, Lyon, 1874, et J. Strayer, The reign of Philip the Fair, p. 363. Mignon, pp. 337-338.

7 Après Mons, le roi fait don de 100 l. de rente à Notre-Dame de Chartres (AN, JJ 37, no 89, inv. 90), à Notre-Dame de Paris (AN, JJ 49, no 74, inv. 1994) et à Saint-Denis (AN, K 37, no 27). Il fait don aussi d’une statue équestre à Notre-Dame de Paris (F. Baron, « Le cavalier royal de Notre-Dame de Paris et le problème de la statue équestre au Moyen Age », dans Bulletin monumental, t. CXXVI (1968)). Il part en pèlerinage à Boulogne (28 septembre) et Chartres (octobre 1304).

8 F. Funck-Brentano, « Mémoire sur la bataille de Courtrai (1302, 11 juillet) et les chroniques qui en ont traité pour servir à l’historiographie du règne de Philippe le Bel », dans Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, t. X, 1re partie, pp. 235-325. Ph. Contamine, Azincourt, Paris, 1964. Il faut aussi faire mention des Matines de Bruges qui eurent heu le 18 mai 1302 où les officiers de la garnison trouvèrent la mort.

9 E. Perroy, « Robert Fawtier (1885-1966) », Le Moyen Age, 1966, p. 183.

10 R. Fawtier et F. Maillard, Comptes royaux (1285-1314), Paris, 1956 (ouvrage abrégé plus loin en Comptes royaux).

11 E. Boutaric, « Documents relatifs à l’histoire de Philippe le Bel », dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. XX2 (1862), pp. 83-237. F. Funck-Brentano, « Documents pour servir à l’histoire des relations de la France avec l’Angleterre et l’Allemagne sous le règne de Philippe le Bel », dans Revue historique, t. XXXIX (1889), pp. 326-348. Les autres ouvrages seront cités plus avant.

12 A côté des Comptes royaux, il faut utiliser les Journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, éd. par J. Viard, Paris, 1940, ainsi que les listes de comptes qui se trouvent dans l’Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par Robert Mignon, éd. par Ch.-V. Langlois, Paris, (pp. 287-342) répartis en Scripta guerrarum Vasconie puis Scripta guerrarum Flandrie.

13 F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age en Europe et dans le Proche-Orient, Paris, 1946.

14 Ch. Bémont, Rôles Gascons, Paris, 1906, t. III. P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, Part. I, Documents and Interpretation, 2 vol., Londres, 1982.

15 E. Boutaric, Institutions militaires de la France avant les années permanentes, Paris, 1863, et La France sous Philippe le Bel. Etude sur les institutions politiques et administratives du Moyen Age, Paris, 1861.

16 A. Chazelas-Merlin, Documents relatifs au clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de France de 1293 à 1418, 2 vol., Paris, 1977-1979.

17 F. Funck-Brentano, Mémoire sur la bataille de Courtrai, voir note 8. F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age, pp. 252-264. H. Pirenne, La version flamande et la version flamande de la bataille de Courtrai, Bruxelles, 1890 (extr. de Bulletin de la commission royale d’histoire de Belgique, t. II, no 1, 5e série).

18 R.-H. Bautier, « Diplomatique et histoire politique : ce que la critique diplomatique nous apprend sur la personnalité de Philippe le Bel », dans Revue historique, t. CCLIX, pp. 1-27, et Itinéraire de Philippe le Bel, ouvrage en préparation par E. Lalou et F. Maillard sous la direction de R.-H. Bautier.

19 Colonel Borrelli de Serres, « Les Gentien tués à Mons-en-Puelle », dans Recherches sur divers services publics du XIIIe au XVIIIe siècle, Paris, 1895, t. I, pp. 575-607 et F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 475.

20 Annales Gandenses, éd. F. Funck-Brentano, Paris, 1896, p. 80 : « Ipse vero rex profectus est Attrebatum ubi a lesione quam in conflictu receperat curaretur ; fuitque ibi circiter quindenam » (du 20 août au 5 septembre).

21 Tous ces personnages ont une fiche détaillée dans le Corpus philippicum conservé aux Archives nationales. A. Magen et G. Tholin, Archives municipales d’Agen, Villeneuve-sur-Lot, 1876, no 85. Livre des bouillons, Bordeaux, 1867, pp. 400-404. Livre des coutumes, éd. H. Barckhausen, Archives municipales de Bordeaux, Bordeaux, 1890, pp. 462-463. Ch. Bémont, Rôles gascons, p. cxlviii.

22 Mignon, nos 2637, 2041, 2429, et pp. 340-341.- P. Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, Paris, 1726-1733, t. VI, p. 91 (ouvrage abrégé plus loin en Anselme).

23 J. Petit, Charles de Valois 1270-1325, Paris, 1900.

24 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 250, 310, 404-411. Pairie : AD Pas-de-Calais, A 42 14.

25 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 227, 354, 370-372. Anselme, t. VI, p. 108.

26 Corpus chronicomm Flandrie, éd. J.-J. De Smet, Bruxelles, 1837, t. I, p. 170.

27 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 261-262, 286, 371-372, 410, 430, 438, 542, 634, 655, 660.

28 Les morts de Courtrai sont connus par une liste contenue dans la Chronographia regum Francomm, éd. H. Moranvillé, Paris, 1891, I, 111 et dans la Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 49.

29 Mignon, nos 2055, 2330, 2389, Anselme, t. VI, 636. M. Prinet, « Armorial de France », dans Le Moyen Age, t. XXXIII (1920). AN, J 406, no 15, J 633, no 6.

30 Anselme, t. V, p. 246. AN, J 295, no 28, J 1033, no 7 (maître des arbalétriers, 1282). Mignon, nos 2404 et 2548. Journaux du Trésor de Philippe IV, nos 844, 1947. F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 140, 272, 316, 319, 321, 326, 335, 344.

31 Mignon, no 2549. Journaux du Trésor de Philippe TV, nos 503, 1361, 1558, 3503, 3527, 4270, 4780, 5357. Anselme, t. VI, p. 1640. BN, n. a. lat., 2344, no 3.

32 Foucaud de Merle avait combattu dans l’armée de mer en 1295 (Mignon no 2321, Comptes royaux no 25941), était maréchal en 1302 (BN, Clairambault 73, nos 166-167). Il commande l’établie de Tournai (BN, fr. 25992, no 100). Mort en 1314 (BN, fr. 33084 f° 256).

33 Miles de Noyers combat en Flandre en 1302-1304 (BN, fr. 31947, f° 79). Gouverneur du comté de Bourgogne (1306) (AN, P 13882, no 138), commande en Flandre en 1325-1326 (Mignon, no 2603), bouteiller de France. Mort en 1350. E. Petit, Les Sires de Noyers, Le maréchal de Noyers Mile X, porte-oriflamme, grand bouteiller de France, Auxerre, 1874, pp. 71-163 et H. Jassemin, « Les papiers de Miles de Noyers », dans Bulletin philologique et historique du CTHS, 1918, pp. 174-226.

34 Jean de Grez maréchal de France (1308-1318). En Flandre en 1311 (AN, JJ 46, no 130 et J 559, no 14) chargé de missions nombreuses entre autres d’interdiction du port d’armes en 1308 (AN, JJ 42, no 31, inv. 763).

35 J. Petit,« Un capitaine du règne de Philippe le Bel, Thibaut de Chepoy », dans Le Moyen Age, 1897, pp. 124-139.

36 Livre des coutumes, Bordeaux, pp. 456, 462-464. Archives historiques de Gironde, Bordeaux, 1902, t. XXXVII, pp. 243-247. Journaux du Trésor de Philippe IV, no 5562. N. de Wailly et L. Delisle, Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, 1865, t. XXII, p. 762. Mignon, no 2349.

37 AD Nord, 33 H 58, no 4. AN, J 1166, no 3 bis, J 561, no 26 6, J 611, no 30 2, J 559, no 14, JJ 46, no 130, J 520, no 50, J 560, nos 7 et 8. J. Noulens, Documents historiques sur la maison de Galard, 4 vol., Paris, 1871-1876, t. I. Mignon, p. 340.

38 R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe VI de Valois, Paris, 1958. Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age. Etudes sur les armées des rois de France 1337-1494, Paris et La Haye, 1972.

39 AN, J 384, no 1, J 365, nos 2-5, JJ 42 A, nos 59-63, J 704, no 17 3. P 1358 2, no 532. « Journal de route » de l’expédition de Béraud de Mercœur à Lyon en 1309 : BN, fr 32510, f° 54.

40 Ch. Bémont, Rôles gascons, p. clxv. Comptes royaux, nos 25450-25507 (comptes des hommes d’armes de l’establie de Bordeaux en 1299).

41 E. Boutaric, Institutions militaires de la France avant les armées permanentes, p. 268 et voir plus bas.

42 Mignon, nos 2340, 2394. Guichard de Marzé, sénéchal de Toulouse et d’Albi est payé « de viagio facto cum gentibus dicte senescallie » et il porte le titre de « capitaneus pro domino rege in guerra Vasconie ».

43 Le roi se rendit à l’ost trois fois. En 1302, après Courtrai (11 juillet), il est à Arras le 29 août, reste le mois de septembre à Vitry puis rentre début octobre à Paris. En 1303, l’ost est à Arras. Le roi se rend à Péronne où il séjourne du 9 au 13 septembre. Il en repart ensuite, une suspension d’armes étant intervenue suite à la levée du siège de Tournai par les Flamands. En 1304, le roi est à Arras du 22 au 29 juillet. Il demeure avec l’ost tout le mois d’août (Mons, 18 août) et tout le mois de septembre devant Lille qui capitule le 25 septembre. Itinéraire de Philippe le Bel, en préparation (voir note 18).

44 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 184.

45 Recueil des historiens de France, t. XXI, p. 792.

46 Ce fichier a été constitué à l’aide de plusieurs documents. Les listes de vassaux semons publiés dans le Recueil des historiens de France, t. XXI, pp. 786-806, ont été dépouillées ainsi que les listes pour les années 1270 dans Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 791. Les renseignements donnés par les chroniques ont aussi été glanés dans J.-J. De Smet, Corpus chronicorum Flandrie et dans La branche des royaux lignages de Guillaume Guiart, éditée dans Recueil des historiens de France, t. XXII, pp. 171-300, ainsi que dans La Chronique rimée attribuée à Geoffroy de Paris, éd. ibid., pp. 88-169, édition reprise par A. Diverrès, Paris, 1956.

47 J. Strayer, The Reign of Philip the Fair, p. 374. Comptes royaux, no 26568-776.

48 AN, JJ 36, no 88, JJ 35, no 91 ; éd. Archives historiques du Poitou, t. XIII, Poitiers, 1883, p. 8, et Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 790, no 7.

49 Comptes royaux nos 26044-363 (compte de Jean l’Archevêque des harnois des nobles de la sénéchaussée de Toulouse pour la guerre d’Aquitaine, 1300) et nos 26364-567 (compte du même des gages des sergents à pied de la sénéchaussée de Toulouse, 1300) et nos 26568-776 (gages des nobles de la même sénéchaussée). Mignon, pp. 312-313.

50 Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 789. AN, JJ 35, no 96, JJ 36, no 93.

51 Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 792. AN, JJ 35, fos 53v°-55v°, JJ 36, fos 51-53.

52 E. Boutaric, Documents relatifs…, no 21.

53 Jean de Joigny est payé pour un trimestre en Flandre en 1299 (Journaux du Trésor de Philippe IV, no 3727). Béraud de Montaigu est payé pour un quart d’un an en Flandre en 1299 (ibid., no 3758). Bernard de Moreuil est payé pour un an de garnison à Lille en 1299 (BN, Picardie 256, fo 371 ; Picardie 262, fo 292).

54 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 195.

55 AN, J 527, no 4.

56 AN, J 523, no 9.

57 Exemples de dons royaux après Mons : en octobre, don de 200 l.t. de rente à Pierre Masquet de Bretagne (Ch. Langlois, « Registres perdus…, app. II, essai de restitution du Livre rouge », dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. XL (1916), pp. 279 et suiv., plus loin abrégé en Livre Rouge, fo 466, no 737) ; de 100 l.t. à Mingot de Merle (ibid., no 429), de 100 l.t. à Pierre de Naillac (ibid., no 443). Don de 200 l.t. au chevalier Hugues de Baussay (ibid., no 411) et de 60 l.t. de rente à Orry l’Allemant (ibid., no 799) en novembre don de 100 1. de petits tournois au chevalier Simon de Rochechouart (AN, JJ 37, no 39, inv. 39), de 500 l.t. à Gautier d’Hondschoote, seigneur d’Houtkerque (AN, JJ 37, no 48, inv. 49), de 80 1.t. à Jean Vigier, chevalier du roi (AN, JJ 37, no 39 bis, inv. 40), don de droits au chevalier Guillaume de Carsan (AN, JJ 61,no 106), etc.

58 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, p. 198.

59 E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 372, AN, J 608, no 6.

60 Comptes royaux, nos 26777-799.

61 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 198.

62 Ibid., pp. 199-200.

63 Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age, p. 27. Il fut crié en 1338, 1340, 1342, 1346, 1347, 1355 et 1356.

64 Ibid., p. 27.

65 BN, Touraine 8, no 3421.

66 Lettre du 5 août : AN, JJ 35, no 19 ; JJ 36, no 21 et JJ 35, no 21, éd. dans E. Boutaric, Documents relatifs…, p. 143, no XV. Lettre du 8 août :AN, JJ 36, no 22, JJ 35, no 23, éd. très vieillie de La Roque, Traité du ban et arrière-ban, Paris, 1676, p. 141. La liste des destinataires a été éditée dans Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 788, no 2.

67 AN, JJ 36, no 83, JJ 35, no 86. Liste des destinataires dans Recueil des historiens de France, t. XXIII, p. 789, no 5.

68 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 188.

69 Ordonnances, t. I, p. 350 (registre Pater de la Chambre des comptes, fo 149).

70 AN, JJ 36, no 28, JJ 35, no 29 (Ordonnances, I, 350).

71 Ordonnances, t. I, p. 546 (AN, JJ 36, fo 21 sans no ; JJ 35, fo 18vo, no 60), t. I, 369-372 (AN, JJ 36, nos 55-56, JJ 35, nos 57-59).

72 Ordonnances, t. I, p. 391 (AN, JJ 36, no 117 ; JJ 35, no 120) et BN, fr. 16600, fo 393.

73 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 205.

74 Comptes royaux, nos 25508-25728.

75 Ibid., nos 26777-799 et nos 26800-816 et nos 26817-947.

76 Ibid., nos 25310-376. Mignon, pp. 294-295. Sont payées les personnes qui ont amené un grand nombre de marins, en tout 1620, sans compter les groupes dont le nombre n’est pas spécifié.

77 R.-H. Bautier, « Soudoyers d’Outremont à Plaisance, leur origine géographique et le mécanisme de leurs emprunts (1293-1330) », dans Actes du 101e congrès des Sociétés savantes. Philologe et histoire, Lille, 1976, pp. 95-129. Mignon, no 2359, pp. 294-295.

78 Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age, p. 108.

79 Mignon, pp. 287-342. Comptes royaux, nos 25992-26043. Voir plus bas les personnages chargés de garnisons. Parmi les clercs du roi, Pierre de Latilly et Raoul de Breuilly (Mignon, no 2390).

80 Furent clercs des arbalétriers maître Elie d’Orly (1289-1326), bailli de Bourges en 1303 ; Guérin des Quarrières (1284-1285) ; Denis d’Aubigny (1295-1302), ensuite bailli d’Amiens ; Thomas du Petit Cellier (1296-1323).

81 Mignon, p. 336.

82 Chronique tournaisienne (1296-1314), éd. F. Funck-Brentano à la suite de la Chronique artésienne, (1295-1304), Paris, 1899, p. 57.

83 Chronique artésienne (1295-1304), éd. F. Funck-Brentano, p. 71.

84 AN, JJ 35, no 124, JJ 36, no 122.

85 Mignon, p. 315.

86 E. Boutaric, Documents relatifs…, pp. 123-129. Cité dans Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 193.

87 Recueil des historiens de France, t. XXI, 516.

88 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 231. J. Strayer, The Reign of Philip the Fair, pp. 374-375.

89 Les établies en Gascogne sont : Armillac, Bordeaux, Cazeneuve, Dax, Fronsac, La Réole, Lectoure, Mont-de-Marsan, Vayres ; en Saintonge, Mirambeau, Montendre, Mornac, Mortagne, Oléron, La Rochelle, Saint-Emilion, Saintes, Talmont ; en Flandre avant 1302, Bruges, Douai, Courtrai Lille et Tournai ; après 1304, Aire, Audruicq, Béthune, Calais, Mortagne, Saint-Omer, Tournai ; en 1314, Douai.

90 Comptes royaux, nos 26989-27011.

91 Ibid., nos 5985-5999.

92 Ibid., nos 26987-26988.

93 Journaux du Trésor de Philippe IV, no 4237.

94 Comptes royaux, nos 25448-25507.

95 Ibid., nos 27022-27133.

96 Ibid., nos 6004-6005.

97 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 463-464. Recueil des historiens de France, t. XXIII, pp. 792-795.

98 E. Boutaric, Documents relatifs…, pp. 112-119. AN, J 456, no 36.

99 Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 32 et F. FunckBrentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 339, 409, 433, 450.

100 Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 47.

101 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, pp. 465, 473.

102 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, p. 199.

103 Ibid., pp. 201-202.

104 Comptes royaux, nos 26948-979 (restaurs de chevaux de la compagnie de Thibaut de Chepoy).

105 A. Chazelas-Merlin, Documents relatifs au clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de France de 1293 à 1418, 2 vol., Paris, 1977-1979.

106 BN, Mélanges Colbert 345, no 30. Don d’une rente de 1300 l.t. à Renaud, comte de Gueldre en échange de ses droits à Harfleur, Montivilliers, Etretat et Fécamp.

107 Ch. de La Roncière, « Le blocus continental de l’Angleterre sous Philippe le Bel », dans Revue des questions historiques, t. LX (1896), p. 401-441. Comptes nombreux de l’armée de mer édités dans Comptes royaux nos 24291-25449 et nos 25729-25991.- E. Boutaric, Documents relatifs…, a édité les mémoires de l’amiral Zaccharie sur l’armée nos V, VI, VII.

108 Comptes royaux, nos 25020-25309. Mignon, pp. 291-297.

109 F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 469.

110 10-11 août 1304. F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 469. Guillaume Guiart, éd. Recueil des historiens de France, t. XXII, p. 267, v.18012 et suivants. Ch. Jourdain, « Mémoire sur les commencements de la marine militaire sous Philippe le Bel », dans Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. XXX1, pp. 377-418.

111 E. Lalou, « Les négociations diplomatiques avec l’Angleterre sous le règne de Philippe le Bel », dans « La France anglaise » au Moyen Age. Actes du 111e congrès des Sociétés savantes, (Poitiers, 1986), Paris, 1988, p. 325-355.

112 Mignon, pp. 323, 325, 336, 358.

113 Annales Gandenses, éd. F. Funck-Brentano, Paris, 1896, p. 40 : « deficientibus eis victualibus pro equis consumpserunt enim omnia forragia que per decem milliaria versus Franciam et Hanoniam poterant inveniri, cum maxima confusione de dicto loco (Vitry) recesserunt et aufugerunt, aliquibus indomitis Flamingis contra voluntatem principum eorum eos insequantibus, qui vina et cibaria que Franci pro festinatione fuge secum deferre nequibant, voraverunt et rapuerunt. »

114 Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, Paris, 1891, p. 154 : « ibique nimia pressura fame et siti detenti fuerunt in exercitu : fluvius namque de Buvri non sufficiebat ad tantum talemque populum quia erat gens innumerabili, equos et animalia sustinendum. Afferebatur itaque aqua, quantum duravit in fluvio, in doliis, utribusque et aliis vaxillis et cara vendebatur inter eos. »

115 28 juin 1302. AD Pas-de-Calais, A 4619 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum commeatibus tertio decimo et quarto decimo saeculis post Christum natum, Paris, 1897, p. 44, n. 2). 20 juillet 1302, AN, JJ 36, no 23, JJ 35, no 24 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum… p. 44, no 2 et P. Guérin, « Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la Chancellerie de France », dans Archives historiques du Poitou, t. XIII, Poitiers, p. 2). 22 avril 1303, AN, JJ 36, no 66 (Ordonnances, t. I, 545). 28 juillet 1303, AN, JJ 36, no 161, JJ 35, no 163 (exemption de péages pour Jean Huquedieu, bourgeois d’Arras).

116 21 juin 1303, AN, JJ 35, no 106, JJ 36, no 103 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…p. 49, no 2).

117 AN, JJ 35, fo 2, no 9, JJ 36, fo 2, no 9, (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 45).

118 R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, p. 391. Parmi les fournisseurs de garnisons à cette époque sont cités Pierre des Essarts, Enguerran du Petit-Cellier, Jean Pizdoe et la famille Marcel. J. Strayer, « The costs and profits of war », dans H.-A. Miskimin, D. Herlihy et A.-L. Udovitch éd. The Medieval City, New Haven, 1977, pp. 269-291.

119 Recueil des historiens de France, t. XXII, pp. 673-724. Comptes royaux, nos 24291-24487. Mignon, p. 287.

120 Musciatto Guidi de Franzesi et Albizzio Guidi de Franzesi, Comptes royaux, nos 24281, 25311, 25730-25734 et Journaux du Trésor de Philippe IV, no 275. Mignon, nos 2055, 2074. AD Pas-de-Calais, A 40, no 18.

121 Maître Pierre la Reue ou la Rene (il est parfois appelé de regina). Mignon, nos 2310, 2481, 2550, 2561.

122 AN, JJ 36, no 14, JJ 36, no 73, JJ 35, no 76 (bailli de Rouen).

123 Comptes royaux, nos 27134-27167. AN, JJ 36, no 135, JJ 35, no 138.

124 Mignon, pp. 288-289. On trouve ainsi Ph. de Beaumanoir, bailli de Senlis en 1295, Jean de Trie, bailli d’Auvergne, Adam Halot, etc.

125 11 juillet 1303, AN, JJ 35, fo 26, JJ 36, fo 28 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 98). Mignon, p. 319, no 2497.

126 AN, JJ 36, no 161, JJ 35, no 163 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 64).

127 Jean Arrode, voir plus bas. Renier Accorre aurait aussi fait des garnisons. F. Bourquelot, « Renier Accorre, financier et grand propriétaire en Champagne au XIIIe siècle », dans BEC, t. XXVI (1867), p. 64. On a conservé son « cartulaire » (BN, fr. 8593).

128 F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 44. Comptes royaux, nos 27759, 27875. Jean de Crépy et Michelet Pasmé font des paiements sur son ordre à Calais en 1305 (AN, KK 3 B, fos 16 vo, 43vo, 82vo). Mignon, pp. 319-321.

129 Comptes royaux, no 30763, Mignon nos 2264, 2513 ; Journaux du Trésor de Philippe de Bel, nos 17, 25, 70 etc. (au moins relatifs…, p. 140).

130 AN, JJ 36, no 15 (éd. E. Boutaric, Documents relatifs…, p. 140).

131 Journaux du Trésor de Philippe le Bel, nos 67, 276, 1042, 241, 4174.

132 Ed. F. Funck-Brentano, De exercituum…, pp. 94-99. Mignon, no 278.

133 AN, JJ 36, no 102, JJ 35, no 105 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 94).

134 Mignon, nos 2345, 2288, 2346, Journaux du Trésor de Philippe le Bel, nos 379, 473, 504, 591, 900.

135 K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris : l’an 1296, Göteborg, 1958, p. 150.

136 Août 1302, AN, J 1020, nos 19, 20, 48, K 37, nos 12, 13, K 183, no 43, K 166 A, nos 96-100, JJ 45, no 49, inv. 1116, Livre rouge, nos 154, 491.

137 Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 84.

138 Ibid., p. 71

139 E. Lemaire, Archives anciennes de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, 1888-1890, no 184.

140 AN, JJ 36, no 151, JJ 35, no 153 (éd. F. Funck-Brentano, De exercituum…, p. 98).

141 A. Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, Paris, 1839-1848, t. III, p. 314. E. Boutaric, Actes du Parlement de Paris, Paris, 1863, no 3563. Ils durent payer 4000 livres d’amende.

142 J. Strayer et Ch. Taylor, Studies in Early French Taxation, Cambridge, Mass., 1939, tableau pp. 96-97.

143 Guillaume Guiart, La branche des royaux lignages, éd. Recueil des historiens de France, t. XXII, p. 280, vers 19355.

144 Parmi les morts de Mons connus par la Chronique artésienne, éd. F. Funck-Brentano, p. 87, on connaît : le comte d’Auxerre, Jean de Jou, Pierre de La Serrée, Pierre de Saint-Laurent, Guillaume de Galafin, le vicomte de Touraine, Hugues de Bouville, chambellan du roi, Aimers de Neuville, Jean de Hangest, Robert de Heuvin, et le seigneur d’Aveluis.

145 E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 378.

146 E. Lalou, « Les négociations diplomatiques avec l’Angleterre sous le règne de Philippe le Bel », dans La « France anglaise » au Moyen Age, pp. 325-355.

Auteur

CNRS, Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540