Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Interventions au cours du colloque (extraits)

Texte intégral

Bernard Tricot

1Je n’aurais pas demandé la parole si rapidement si je n’avais vu une occasion d’enchaîner sur ce que vient de dire Jean-Paul Cointet à propos de l’Allemagne. N’oublions pas toute la connaissance que de Gaulle a pu acquérir de l’Allemagne, de sa société et de ses institutions pendant sa captivité. Quand on relit en détail les notes et carnets des années 1917-1918, on est frappé de ce que l’on était encore en un temps civilisé, c’est-à-dire que les prisonniers de guerre étaient traités convenablement, qu’il recevaient des livres, qu’ils recevaient des journaux, qu’il recevaient même des visites d’Allemands de la région, heureux de venir discuter avec des officiers français. Ceci dit entre parenthèses. Mais n’oublions pas aussi — Jean-Paul Cointet l’aurait dit certainement — que c’est l’Allemagne qui, socialement, a hérité de Bismarck les lois que l’on sait. Et il est probable, c’est une supposition, que c’est quelque chose qui a intéressé de Gaulle. Pour en rester au plan militaire, mais très provisoirement, je voudrais signaler un point qui me frappe beaucoup. C’est la réforme du règlement de discipline générale des armées. Je ne crois pas que l’on ait encore fait de rapprochement entre ceci et la question sociale et je sais que je dois vous paraître paradoxal, mais voilà. La règle de la discipline était définie dans le règlement des armées hérité du temps de Maginot au lendemain de la guerre de 14 comme l’obéissance constante aux ordres des chefs. Dans les années 60, Pierre Mesmer et le général de Gaulle, je crois à l’initiative du Général, ont décidé de modifier le règlement sur plusieurs points et en particulier sur la notion de discipline. Et savez-vous comment on a appelé la discipline à ce moment-là ? On n’a plus parlé d’obéissance. On a parlé du concours actif constant apporté par les subordonnés à leurs supérieurs. Ca me paraît avoir une certaine signification, quand on songe que ceci a été écrit, réécrit, médité par le général de Gaulle lui-même. Et ceci m’amène — pardonnez-moi de garder, si vous le permettez, la parole encore un instant — à dire que lorsque nous réfléchissons aux origines de la pensée sociale du général de Gaulle, il est bien de penser aux influences culturelles, aux influences intellectuelles reçues, il est bien de penser aux principes, à la justice, à un respect de la dignité de l’homme, et aux objectifs, fondamentaux pour lui, d’efficacité collective, de cohésion nationale ; il n’est peut-être pas inutile de penser aussi à son caractère et au fait que cet homme que l’on voit rigide, sévère, était en même temps quelqu’un qui avait beaucoup d’intérêt, de sympathie pour tout ce qui est vivant, pour tout ce qui est spontané... Il l’a dit un jour, domaine inattendu pour lui, pour ce qui est de la vie parlementaire. Quand il raconte quelque part qu’il aimait aller assister aux séances de l’Assemblée consultative à Alger, parce qu’il aimait sentir les frémissements de la vie parlementaire et tout ce que cette vie parlementaire a d’élans parfois non contenus... on sent une sympathie pour cela. Je pense que lorsqu’il parle de participation, il y a aussi l’idée : les employés, les subordonnés, les ouvriers, le personnel d’une entreprise ne sont pas seulement des auxiliaires de la machine. Ce sont des gens qui doivent pouvoir s’exprimer, qui doivent pouvoir avoir des idées, qui doivent pouvoir en faire profiter la collectivité, mais qui, pour eux-mêmes, pour leur bonheur, le déploiement de leur personnalité doivent pouvoir participer activement, comme ces soldats dont je parlais tout à l’heure.

2Une remarque générale que je fais un petit peu sur la pointe des pieds parce qu’il est possible que les communications qui suivent abordent cet aspect du problème. Je crois que quand on étudie la politique sociale du général de Gaulle, et ceci peut d’ailleurs répondre en partie aux réflexions particulièrement intéressantes de Patrick Guiol, il faut penser beaucoup aux moyens de cette politique. Les moyens politiques, un soutien du côté des partisans du général de Gaulle, l’accueil du côté des syndicats des travailleurs, de l’accueil de la part des patrons, mais les moyens juridiques, est-ce que la loi peut faire telle chose ? est-ce que le décret peut faire telle chose ? Vous vous rappelez la formule qu’il a souvent employée : ceci ne se décrète pas de l’Olympe. Qu’est-ce que ça voulait dire exactement ? Est-ce que ça voulait dire que c’était seulement le décret dont il croyait devoir limiter la portée ou est-ce que cette expression s’appliquait aussi à la loi ? je dois dire que, pour ma part, j’hésite. En lisant des notes prises autrefois je m’aperçois qu’il lui est arrivé de faire un sort à part à ce qui ne se décrétait pas de l’Olympe, et ne relevait donc pas du décret, et ce qui mériterait une loi. Mais la loi, il ne l’a pensée possible dans ces domaines, me semble-t-il, que si elle avait une large adhésion nationale. On en vient à ce qui me paraît fondamental c’est que cette politique sociale, pour de Gaulle, n’était possible que s’il y avait un grand élan dans le pays, que si, vraiment, une volonté générale se dégageait. Une des personnes qui sont intervenues tout à l’heure nous a rappelé très justement le sentiment qu’avait de Gaulle qu’il ne pouvait faire quelque chose dans certains domaines que si des circonstances exceptionnelles étaient réunies. D’où l’idée de saisir ces circonstances en 1968. Mais je pense qu’une réflexion d’ensemble sur les moyens d’une politique sociale, y compris des aspects un peu terre à terre, je me rappelle par exemple, — et Bernard Ducamin qui est là doit bien s’en souvenir — les difficultés qu’on a eues à l’Elysée pour traduire en termes juridiques certaines réformes de la participation tout simplement parce qu’on trouvait peu de monde dans l’Etat qui pût parler valablement de l’entreprise vue de l’intérieur. Lorsqu’on cherchait des connaisseurs de l’entreprise dans l’Etat, il y a vingt-cinq ans, on trouvait des fiscalistes, des financiers, mais ils avaient rarement vécu dans l’entreprise. Je crois que ça a été une des raisons pour lesquelles de Gaulle est resté longtemps, comme il l’a dit lui-même, très tâtonnant dans ce domaine.

3Ce sont ces mots : « un mode d’application » qui me enhardissent à demander la parole, bien que j’ai suivi ces questions beaucoup moins que Bernard Ducamin. Dans le projet de loi, ou plutôt le projet d’ordonnance qui avait été préparé à Matignon, dans l’été de 1967, il y avait pour le calcul de la participation et au point de vue financier des travailleurs un système qui est resté d’ailleurs celui qui nous a été rappelé tout à l’heure et c’était le seul possible. Je me souviens que, à l’Elysée, nous avions vu cela ensemble je crois, l’idée est venue que tout cela est bien compliqué et on pourrait peut-être essayer d’offrir aux gens le choix. Nous avons proposé un système législatif qui n’est pas tellement fréquent, qui consistait à intégrer dans le projet d’ordonnance un article — j’ai complètement oublié son numéro — qui disait à peu près : si vous, partenaires sociaux, vous imaginez un autre système, qui aboutisse à des résultats au moins aussi favorables que celui établi pour les travailleurs par la loi, eh bien, mettez-vous d’accord, passez un contrat, et ce système, à condition d’être homologué, je crois, par la commission des revenus et des coûts pour vérifier qu’il est bien aussi avantageux pour les travailleurs que le système légal, ce sera celui qui s’appliquera dans l’entreprise. Je me souviens que le général de Gaulle a accepté cette idée très facilement. Si je cite ceci, c’est que ça me paraît assez caractéristique d’un aspect de son état d’esprit, de sa philosophie politique qui était de dire : il faut que l’Etat agisse dans tel sens, il faut qu’il pousse à la réalisation de réformes, mais si les intéressés peuvent se mettre d’accord eux-mêmes pour faire cette réforme ou faire quelque chose de différent mais qui ait des résultats aussi favorables, eh bien, on leur donnera la priorité. Je crois que cet article n’est pas resté entièrement lettre morte et qu’il a eu une certaine application.

4Tout à l’heure, Madame Odile Rudelle nous a posé une colle : pourquoi le général de Gaulle a-t-il assez peu parlé de la promotion sociale ? C’est une question que je ne m’étais jamais posée. Je réfléchis depuis un moment, j’ai consulté un peu Bernard Ducamin, nous sommes un peu « secs », si vous me permettez l’expression. Pour ma part, j’oserai une tentative d’explication, mais, je n’en suis pas très sûr. Il y a eu avant la promotion musulmane, et le général de Gaulle, là, en a pas mal parlé. Il s’est, comme on dit, investi beaucoup dans la promotion musulmane. Pourquoi est-il resté plus discret à l’égard d’une promotion beaucoup plus vaste. Je suppose qu’il y a deux raisons, trois peut-être. La promotion musulmane c’était un élément d’une politique très difficile à mener, pour laquelle il a pris des responsabilités très personnelles, où il a été dans l’ensemble loyalement servi par le gouvernement, mais c’était tout de même lui qui, la plupart du temps, était en flèche. Il a parlé de cet aspect de cette politique, il s’est battu, car il y avait de grandes résistances à vaincre. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir, je me souviens qu’il n’y avait qu’un directeur musulman au gouvernement général de l’Algérie sur une bonne dizaine, il y avait un sous-préfet musulman sur je ne sais combien de sous-préfets. Le Général a fait beaucoup de choses dans ce domaine, elles ont par la suite facilité les transitions. Pour ce qui est de la promotion sociale qui était, vous l’avez souligné, une idée très chère à Michel Debré, il savait que Michel Debré agirait, et il n’y avait pas dans ce domaine-là tellement de résistances. De Gaulle n’avait pas à se battre. Il a fait ce que Bernard Ducamin rappelait tout à l’heure, il a laissé ses ministres faire.

5Je suis désolé, mais je vais exprimer des désaccords. Je crois que dans l’idée de Michel Debré les mesures de promotion sociale ne pouvaient pas menacer les hiérarchies. Le général de Gaulle voulait d’ailleurs des mesures qui permettraient à des hommes nouveaux, à des couches sociales nouvelles, d’accéder à des responsabilités, mais d’une manière qui ne mettrait pas en cause l’exercice des responsabilités, qui au contraire élargirait la base de celles-ci, en augmentant le nombre de ceux qui participent à un niveau élevé au pouvoir. Il y avait d’ailleurs de plus en plus besoin de compétences techniques dans toutes sortes de domaines...

6J’ai entendu ce matin avec beaucoup d’intérêt ce que nous a dit André Bergeron, avec fermeté, clarté, rapidité, et on avait envie d’adhérer à peu près à tout ce qu’il disait. Et puis après avoir achevé de l’entendre, j’ai pensé : tout de même, tout cela est largement vrai, mais pas tout à fait. Vous avez, Monsieur Bergeron, très bien expliqué comment, dans un système économique et social où il y a le capital et le travail, les rapports doivent être fondamentalement des rapports contractuels. Vous avez toujours défendu cette politique, vous l’avez encore fait ce matin de façon convaincante. Ce qui peut-être manquait dans votre intervention, parce que probablement ça n’est pas votre idée, c’est que il n’est pas évident que l’entreprise doive indéfiniment comporter deux facteurs majeurs et deux seulement : le facteur capital et le facteur travail. Le facteur travail en particulier, vous le savez bien mieux que moi, a beaucoup évolué dans sa consistance, dans son niveau, dans ses manières d’être, vous savez combien la notion de la direction de l’entreprise, de ce qu’on appelle du terme anglais le management a pris une importance considérable. Nous savons aussi que la capital, ça n’est plus tout à fait la même chose qu’autrefois, c’est un capital plus dispersé, plus à base d’actionnaires ou de fonds publics et que la notion du patron du XIXe siècle n’est plus entièrement vraie. Au-delà des problèmes que vous avez évoqués, de la nécessité d’une politique contractuelle dans l’entreprise, il n’est pas interdit d’essayer d’imaginer et de faire progresser d’autres conceptions de l’entreprise. C’est ce que le général de Gaulle a tenté, avec les tâtonnements qu’il a lui-même dits, avec certainement des maladresses, mais il me semble qu’il a contribué à poser un problème que nous avons toujours devant nous, et auquel, peut-être, nous arriverons un jour à trouver une solution

***

Bernard DUCAMIN

7Je pense tout d’abord, que, dans notre réflexion, il faut que nous replacions les faits en situation. Nous sommes en 1989. Le marxisme, comme théorie philosophique, économique ou autre, s’est effondré et, comme instrument de réponse aux besoins de la société, il s’effondre sous nos yeux dans des conditions extraordinaires. Or, quand le général de Gaulle exprime sa pensée, l’élément dominant, en fait et en droit, sur le terrain, dans les universités, dans le monde syndical, est le marxisme ; c’est le communisme. Or la pensée du Général, me semble-t-il, n’est pas d’essayer de trouver des palliatifs aux problèmes de la société mais de résoudre le problème fondamental de la société qui est précisément celui auquel le marxisme prétend répondre. Son idée est de s’attaquer à la racine du mal.

8En outre, ce qui a créé une difficulté dans l’appréhension de la pensée sociale du général de Gaulle c’est qu’il entend mettre les choses dans l’ordre ; il ne pense pas qu’on puisse « faire du social » dans une économie qui est à l’abandon, complètement détériorée. Il croit à un ordre logique dans les solutions. Il faut une économie saine, une industrie puissante. On ne fait une politique sociale en profondeur que si l’on a modernisé le pays. Il y a donc des priorités. Et, dans ce domaine des priorités, il a eu beaucoup de mal à faire accepter l’intervention du facteur « temps », le fait qu’on ne peut pas tout faire au même moment, et que donner de l’argent qui se dévalue n’est pas une solution. Cela lui a nui dans le contact avec les porte-parole du monde « social » Dans ce problème du contact avec les représentants des milieux sociaux, il faut également avoir à l’esprit que, quand le général de Gaulle s’exprime, il le fait avec les termes qu’il estime justes ; il attache un grand prix au langage et il n’utilise pas la terminologie convenue des autres ; cela fait qu’il se coupe du milieu dit social, lequel a son jargon, ses codes d’expression, qu’il ne veut pas utiliser ; d’où l’idée : « ce n’est pas un homme du social ». Et on le rejette.

9En revanche, je voudrais corriger ce qui a été dit de la « gêne » du général de Gaulle dans le domaine social. Je ne crois pas que ce soit de la gêne ; il n’a aucune peur, aucune appréhension, mais il est modeste. Le général de Gaulle connaît ses limites ; il est tout à fait capable d’approfondir toutes les questions ; il a une intelligence exceptionnelle ; il est capable de poser aux techniciens des questions très difficiles et de les remettre en cause pour arriver à la vérité, mais il sait que, par exemple, la gestion de l’entreprise n’est pas une chose qu’il a vécue. D’où une certaine façon de s’exprimer qui passe mal dans certains milieux et qui reflète, pour moi, non pas une gêne mais simplement le fait qu’il a besoin de l’aide des autres pour aboutir. On rejoint sur ce point la question des moyens de la politique sociale.

10Dans le même esprit, je voudrais atténuer ce qui a été dit au sujet de l’empirisme comme élément explicatif de la conduite de la politique sociale du général de Gaulle.

11Certes, ce mot contient une part de vérité, mais je crois qu’il ne faudrait pas lui donner plus de place qu’il ne mérite d’avoir dans la vision de la politique du général de Gaulle et notamment de sa politique sociale. C’est vrai que le général de Gaulle peut apparaître comme un empirique, c’est-à-dire quelqu’un qui sait s’emparer des événements pour agir, mais je crois que le dépeindre comme un homme de l’empirisme, c’est vraiment dénaturer sa pensée et dénaturer son action. Je ne citerai qu’un exemple ; vous avez évoqué très justement le problème du contenu de la réforme avortée du référendum d’avril 1969 que j’ai de bonnes raisons d’avoir connu. Quand on regarde le contenu de cette réforme, notamment la réforme du Sénat, qui est une réforme considérable, on s’aperçoit qu’elle est contenue, non pas dans ses détails mais dans ses éléments essentiels, dans le discours de Bayeux. Il s’agit donc plutôt du réalisme de l’homme politique qui sait que, quand il a le désir de réaliser une réforme sociale importante, significative, il ne peut pas le faire à n’importe quel moment. Pour réussir, il faut qu’il tienne compte des circonstances. En outre, le Général est un homme qui respecte les institutions, notamment les institutions qu’il a lui-même mises en place ; il a des ministres, il a un premier ministre ; il convient que ce soit ces hommes, chacun à sa place, qui réalisent les objectifs qu’il a fixés ; ce n’est pas lui qui se substituera à eux. De même vis-à-vis des fonctionnaires, vis-à-vis des grands responsables, préfets ou autres ; il laisse à chacun sa place, ce qui fait qu’il y a nécessairement entre ce qu’il voudrait faire et ce qui se fera toute la marge qui est laissée à la liberté d’appréciation de l’homme politique, notamment de son premier ministre. Dans notre système constitutionnel, le rôle respectif du président de la République et du premier ministre est un élément fondamental que le général de Gaulle ne transgresse pas ; il peut essayer de montrer l’importance qu’il attache à une réforme mais il ne se substituera pas à celui qui doit la faire.

12Je crois que cet élément doit être à présent à notre esprit et il me semble qu’on déformerait la réalité des choses si on présentait toutes les réalisations que vous avez rappelées, et qui sont considérables, comme étant le fruit d’un empirisme, c’est-à-dire d’une réponse au coup par coup à des événements. Le général de Gaulle avait une vision très ambitieuse pour la France ; il voulait, comme je viens de le rappeler, s’attaquer à des problèmes fondamentaux, il voulait les traiter à la racine ; c’est d’ailleurs pourquoi quelquefois on reproche un certain flou à son langage ; ce n’est pas un flou ; c’est un langage abstrait ; il ne veut pas répondre avec les mots de 1945 ou de 1968 ; il répond avec des mots permanents qui vont au-delà de l’événement ; d’où la recherche d’un langage qui s’éloigne des faits pour en tirer une notion permanente ; je crois que c’est le contraire de l’empirisme. Il est vrai, en revanche, que, ayant une formation militaire, il sait que, sur le terrain, face aux événements tels qu’ils se présentent, il faut savoir réagir et qu’on ne peut pas faire certaines choses à certains moments ; il faut tenir compte des circonstances de temps et de lieu.

13Cet aspect apparaît nettement, à mes yeux, en ce qui concerne les efforts que le général de Gaulle a faits pour la réforme de l'entreprise.

14Je voudrais insister sur le dernier point pour remettre un peu le débat en perspective.

15L'idée d’une réforme de l’entreprise, qui n’est pas d’ailleurs uniquement française, est très ancienne. Voici un exemple ; cet été, j’ai été médiateur dans un conflit du travail ; il s’agissait d’une grande entreprise française qui a le statut de la loi du 26 avril 1917, sur les « sociétés anonymes à participation ouvrière » ; on ne sait plus qu’existe cette forme de société, car elle a été très peu utilisée. Mais on voit qu’il y a quand même eu, dans ces années de la Grande guerre, une initiative pour créer un statut de société où l'activité du salarié est prise en compte en tant que telle avec des « actions du travail » et un prélèvement des salariés sur les bénéfices de l’entreprise ; dans l’entreprise dont je parle, le montant de ce prélèvement s’est élevé, pour certaines années, à 20 000 F par salarié, quel que soit son niveau hiérarchique. Ce n’est donc pas quelque chose de négligeable, et, dans le cadre de ma médiation, je me suis aperçu que ce statut spécifique n’avait pas pu être remis en cause, parce que l’ensemble du personnel y était réellement attaché. On voit que, de longue date, il y a eu de bons esprits pour réfléchir à ce problème capital : comment réconcilier le salarié et son entreprise ? L’entreprise ne peut pas vivre sans le salarié, le salarié ne peut pas vivre sans l’entreprise ; leurs destins en définitive sont communs. Et pourtant il y a une séparation, il y a une coupure non seulement dans l’entreprise, mais dans la nation. L'image de cette classe ouvrière qui se sent à part du reste de la nation, guidée par ce qu’il appelait à l’époque « les séparatistes », est une plaie au flanc de la nation ; pas seulement de l’entreprise.

16Cependant, il y a à mes yeux, une distinction fondamentale, entre la période avant l'ordonnance du 17 août 1967 et la période après cette ordonnance de 1967 ; et c’est une question de droit ; à partir de l’amendement Vallon, dont on a parlé au cours de ce colloque, qui a en fait pour père Gilbert Grandval, le ministre du Travail, il y a la reconnaissance d’un droit pour les salariés, que l’ordonnance de 1967 tente de mettre en œuvre de manière obligatoire, car ce texte proclame, on l’oublie toujours, le droit des salariés à un prélèvement sur les bénéfices de l’entreprise dus à l’autofinancement. Ce n’est donc plus une question de convention, c’est la proclamation d’un droit, d’un droit fondamental du travail. Nous sommes probablement le seul pays qui proclame ce droit.

17En 1967, Edouard Balladur, Pierre Racine et moi avons travaillé intensément, pendant plusieurs semaines, à rédiger le texte de la future ordonnance, sous les directives conjointes de Georges Pompidou, d’un côté et du général de Gaulle, de l’autre. Comme il se devait, le Général a laissé à Georges Pompidou, son Premier Ministre, la priorité dans ce domaine ; le texte ainsi élaboré a déçu, je crois, le général de Gaulle ; d’où les consignes qu’il a données, après mai 1968, à Maurice Schumann en vue de faire une percée plus ambitieuse ; mais il n’a pas eu le temps d’achever. Ce qui devait suivre se rattache à ce qui a été dit ce matin, c’est-à-dire non seulement l’entreprise, bien entendu, mais aussi au-delà de l’entreprise, la région, le Sénat, avec cette espèce de consécration de la représentation des « forces vives » de la nation, quelles qu’elles soient.

18Si ce texte a été un peu abandonné comme un petit arbre en plein vent, sans aucune protection et sans tuteur très solide pour le développer, il a trouvé, en 1986, un nouveau dynamisme qui s’est traduit dans des chiffres qui ne sont nullement négligeables. Car, quand on regarde les rapports du Centre d’études des revenus et des coûts, on s’aperçoit que les fonds provenant, d’une part, de l’intéressement « modèle 1959 », d’autre part, des fonds provenant de l’ordonnance de 1967, ne sont pas du tout insignifiants.

19Il est vrai que cela ne peut pas suffire à entraîner un changement de société, ce n’est pas l’élément-clé du changement que le général de Gaulle voulait apporter à la société française et au monde du travail, mais c’est un élément de cette transformation qui ne peut plus du tout être regardé comme non significatif ; et ce changement vient d’un changement de droit. Nous avons en France un régime juridique, dans le domaine du travail, qui est absolument original parce qu’il comporte, bien qu’on ne s’efforce pas trop de le faire savoir, un droit des salariés sur l’enrichissement de l’entreprise, pour prendre des termes simples. Je crois qu’il faut insister sur ce point parce que pour une réforme plus profonde, il y a là un point d’ancrage ; quand un alpiniste est sur un aplomb absolument nu, sans rien pour s’accrocher, il ne peut pas faire grand’chose. L’ordonnance de 1967, surtout après sa transformation en 1986, donne un point d’accrochage pour des réformes de plus grande envergure.

20Enfin, je voudrais insister sur la question, évoquée à différentes reprises, des syndicats gaullistes ; il est tout à fait certain qu’il y a eu des pressions, à différents moments, pour qu’il y ait dans le monde syndical des interlocuteurs plus proches du pouvoir ; grâce à Dieu, grâce à la conjonction de différents éléments dont il faut se féliciter, ces pressions n’ont pas réussi à faire céder le barrage. Les ministres ont été assez convaincants pour faire comprendre qu’il valait mieux avoir des interlocuteurs incommodes mais représentatifs, qui, quand on s’adresse à eux, savent de quoi ils parlent. De ce point de vue, je crois que la grève des mineurs, que l’on a évoquée plusieurs fois, a joué un rôle pédagogique considérable sur les hommes politiques de cette époque : quand des syndicalistes dignes de ce nom vous disent quelque chose, il faut être attentif ; il peut y avoir, derrière un certain vocabulaire, derrière des expressions qui sont désagréables, une vérité qu’il faut connaître et qui vous éviterait, le cas échéant, de graves mécomptes.

21Pour me résumer, face à ce syndicalisme qui fait un peu écran, qui est hostile, d’une manière générale, à tout ce que veut faire le général de Gaulle, on a poussé celui-ci à essayer de susciter un syndicalisme, sinon à sa dévotion, du moins favorable aux idées qu’il soutient. Cette tentation a existé dans son entourage ; j’en ai été témoin. Mais il n’a jamais cédé, car c’est un réaliste. En 1945, la classe ouvrière, par qui est-elle représentée ? « Où trouve-t-elle son drapeau ? Dans le parti communiste. Eh bien ! le parti communiste entre au gouvernement ; on ne peut reconstruire la France qu’avec les ouvriers, donc avec le parti communiste. Par la suite, que voit-on dans le projet de 1969 ? Les syndicats qui entrent au Sénat et dans les conseils régionaux ; tels qu’ils sont : la CGT, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, la CFDT telle qu’elle est, FO telle qu’elle est, parce que les syndicats représentent une réalité.

22Nous mettons parfois un point d’interrogation à l’idée d’une pensée sociale ; je crois qu’il faut supprimer ce point d’interrogation ; toutes les interventions précédentes l’ont bien montré ; non seulement il y a une pensée sociale, mais il ;y a une pensée sociale cohérente et qui essaie de s’attaquer aux fondements mêmes du malaise de la classe ouvrière, du malaise de la société, et plus largement du malaise de l’homme dans la société moderne.

***

Léo HAMON

23D’abord une observation sur les communications entendues : celle du témoin de l’événement : il est difficile de mesurer ou de ressentir, aujourd’hui, l’hypothèque qu’a fait peser sur l’ensemble de la politique française le poids du parti communiste. Il faut, si l’on veut comprendre ce temps, se rappeler la célèbre phrase de Sartre qui prend une actualité ironique : Billancourt, c’est le parti communiste, il ne faut pas le désespérer, il faut éviter de le contrarier et essayer d’y faire diversion. C’est par l’opposition à l’exploitation politique du mouvement ouvrier et des revendications ouvrières que s’expliquent les positions prises alors par le RPF. Le général de Gaulle croit une troisième guerre mondiale proche, et son premier souci est de ne pas aider, fût-ce par inattention, ce qui risque d’être « la cinquième colonne » de l’ennemi. Il dénonce donc les « séparatistes ». Ce souci ayant décliné, quand le général ne voit plus l’imminence de la guerre, il y a davantage de place pour l’insistance sur la réalité et le bien fondé de ses revendications. L’obsession communiste reparaît avec le comportement de la CFDT. Et on peut ici opposer très nettement ce qui a été dit sur Paul Bacon et ce qui a été dit sur la CFDT. Paul-Bacon avait en effet, sous la IVe République, une position morale très particulière, celle du plus solide et du plus compétent des membres de « l’Equipe ouvrière » : dans le MRP personne ne suspectait ses sympathies, tout le monde admirait sa conscience, sa continuité d’action. Il s’y ajoutait l’absence de vocalises et de gesticulationsa — bsence rare dans le monde ouvrier, et dans la vie politique en général — parfois il avait beaucoup d’autorité, parce qu’il ne criait jamais, ne parlait pas beaucoup et savait toujours. L’appel de Bacon par de Gaulle, la continuité de son ministère, qui chevauche deux Républiques, sont l’hommage rendu à celui qui, par la compétence, le sérieux, était l’homme d’Etat d’une des forces ouvrières indépendantes.

24Avec la CFDT, la situation est très différente. Bacon est le triomphe de la maîtrise technique, la CFDT est l’aisance d’un syndicalisme en proie à la politique. Au début, il y a pour la CFDT la tentation de la solidarité avec de Gaulle, dont on ne pouvait pas ne pas comprendre qu’il était le véritable rempart contre les tentatives de l’OAS et d’un néo-facisme français. Il y avait aussi un intérêt intellectuel pour ceux qui remuaient des idées, et les bonnes relations personnelles qui ont été entretenues par Gilbert Grandval avec plusieurs leaders syndicaux et notamment avec Eugène Descamps ; au colloque de Grenoble intervint un jeune inspecteur des Finances qui était à ce moment-là PSU et dont les gaullistes de gauche ne se sentaient d’ailleurs pas tellement éloignés... il a fait son chemin... à Matignon. Toutes ces connivences existent et permettent à de Gaulle un dialogue plus décontracté avec la CFDT naissante qu’avec Force Ouvrière. Mais le vent tourne, Pompidou apporte sur ce point une orientation qui n’est pas, comme on l’a dit, conservatrice... mais qui est plus économique : il s’agit en effet et ce sera son ambition jusqu’à la fin de sa vie de faire de la France, dans l’Europe moderne, une puissance économique qui ne vienne derrière aucun autre y compris l’Allemagne et cet objectif commande des contraintes. Alors opère sur la CFDT, libérée du souci de la guerre d’Algérie, le chant de sirènes d’un mouvement étudiant qui se dit syndicaliste, parce que c’est à la mode, sans avoir rien de commun avec la réalité syndicale, à commencer par la dureté de la condition salariale ; alors agit la fascination du gros mastodonte communiste — on ne veut pas se montrer moins hardi —, alors chantent à la fois les rossignols de l’UNEF et des oiseaux un peu plus sonores de la CGT... et on se lance dans une embardée d’opposition ; c’est toujours le syndicalisme en proie aux tourments politiques ! Paul Bacon ou la technique plus forte que la politique, la CFDT ou la politique plus constante que la technique !

25J’en viens maintenant à la communication qui m’a été demandée sur le rôle des gaullistes de gauche dans la politique sociale de la Ve République. Je commencerai par une affirmation en genre de « provocation parisienne » : ça n’est pas parce que nous sommes à Lille que nous devons imaginer la politique de la Ve République à la manière dont Pierre Mauroy sait doser les petits cubes de courants innombrables dans un parti — mosaïque. Les choses se passent alors autrement. Pour de Gaulle, il y a, à la base, l’inexactitude, l’inappropriation de l’opposition gauche-droite. Il m’a dit plus d’une fois : comment voulez-vous gouverner un pays dans lequel la gauche n’a pas le sens de l’Etat et la droite n’a pas le sens de la Nation ? (disons le sens de l’histoire) ? Il était convaincu de l’extrême difficulté que crée, dans le gouvernement de ce pays, le double dérèglement des fractions les plus actives, les plus sonores, les plus gesticulatrices. Il fallait donc dépasser cela ; mais comme il faut « faire avec les moyens du bord », il fallait gouverner ce difficile et cher pays avec des hommes déformés par ces antagonismes. Et la vie lui a révélé sans cesse la nécessité de ces deux éléments : le 18 juin, le combat qu’il engage est un combat national. Et dans le déroulement du combat national il découvre que ce combat ne peut être mené qu’en y associant la République. En d’autres termes, face à des cadres de droite qui acceptent (avec quel zèle !) Vichy, il voit venir, oh, non pas toute la gauche, mais quelque chose de la gauche qui refuse Vichy. Par conséquent il incorpore l’action de la République dans l’action de la France. Mais quand en 1944, il s’agit, ayant libéré la France, d’y rétablir l’Etat, il s’appuie sur les serviteurs professionnels et vocationnels de l’Etat, qui offrent un paysage politique de droite, comme le disait très joliment Louis Vallon. Le peuple de gauche a été l’un des grands instruments de la Résistance, les hommes du tempérament de droite sont parmi les acteurs de la reconstitution de l’Etat.

261947 offre un autre exemple de dissymétrie. Quand le général de Gaulle appelle au rassemblement, cet appel s’adresse à tous les partis — à l’exception du parti communiste — notamment et instamment aux socialistes. Mais, comme l’a très bien analysé Claude Mauriac, la droite, après 1944, est décapitée, son électorat a perdu, dans le désastre de Vichy, ses leaders, ses cadres, elle n’a donc plus son encadrement, elle a accepté un temps les catholique sociaux du MRP, elle ne les aime pas, elle est donc disponible. Au contraire, à gauche, les partis sont beaucoup plus anciens, et bien organisés, elle n’est pas dans l’état de jachère, de déshérence de la droite... elle ne répond donc pas à l’appel gaulliste. Entre la fraction de la nation qui n’est pas disponible et la fraction qui l’est, le RPF n’est pas au juste milieu, il bascule par la force des choses à droite. De Gaulle se trouve avec derrière lui un parti qui est à sa droite. Mais il y a dans ce parti un certain nombre d’hommes de gauche - ou plus à gauche. De Gaulle les utilisera au maximum, non pas dans le tracé de sa ligne, mais dans la mise en valeur, la représentation, vis-à-vis d’un secteur de l’opinion qui vient insuffisamment à lui. Dans le RPF, il y aura un regroupement de tous les éléments de gauche trop faibles pour les raisons sus-évoquées. Ce sera la constitution de l’Action ouvrière, l’insistance de ceux qui se dénomment avec beaucoup de satisfaction la GG, la gauche gaulliste : ils sont la force de frappe des projets sociaux élaborés avec hardiesse et ignorance — André Bergeron l’a démontré — et une naïveté de vocabulaire ; intituler, dans la France de 47, un projet de loi — oriflamme proposition de loi pour "l’association capital-travail" — me paraît promis au même succès qu’une association féministe qui voudrait en France poursuivre la diffusion du port du tchador...

27En 1958... nous sommes dans une situation qui, à maints égards, rappelle 47... De Gaulle revient, la masse du peuple de gauche vote pour lui — le pourcentage du referendum de 58 ne s’expliquerait pas autrement — mais l’encadrement politique, et notamment l’encadrement électoral, résiste plus que la masse, les électeurs votent oui au referendum, mais au deuxième tour des législatives ils sont repris par leurs habitudes et votent pour un certain nombre de sortants ; l’UNR, elle, pèse à droite non seulement du poids de l’électorat de droite mais du poids même de ses militants parce que la droite a été beaucoup plus disponible.

28Quelques mois après de Gaulle convoque chez lui, c’est-à-dire à l’Elysée, quelques personnes, non pas Capitant, il est au Japon, mais Vallon, mais quelques autres dont votre serviteur. Et il leur dit : regroupez-vous, et constituez une formation. Je me rappelle très bien cette conversation qui, à mon avis, marque quelque chose de très profond chez lui,... Je lui avais dis, mon Général, non seulement le pays a voté pour vous, mais il a voté contre la gauche... il a choisi les hommes de « droite ». Le Général me répond : « détrompez-vous, le pays n’a pas voté contre la gauche, le pays a voté contre les choses qui ne lui plaisaient pas et que l’histoire lui avait fait identifier à la gauche. Mais votre temps reviendra. Car quand nous aurons résolu un certain nombre de problèmes — il pensait à l’évidence aux institutions et à l’Algérie — il faudra bien faire autre chose et qui voulez-vous qui le fasse, si ce n’est vous ? »

29Nous avons alors constitué l’UDT et, quand nous avons fait paraître un journal où furent remuées beaucoup d’idées, qui s’appelait Notre République, nous n’aurions pas pu le faire avec les seules ressources de nos abonnés. Et quand à l’UNR on insistait parfois sur le tirage limité de Notre République, des esprits facétieux disaient : c’est exact... à la limite il n’y a qu’un lecteur de Notre République, mais il compte... c’est le général de Gaulle. Je me rappelle un bon ami, toujours député, — c’est un camarade de résistance — me parlait, un jour, de la composition de notre bureau politique : évidemment, me dit-il, la densité de matière grise au cm2 d’étoffe verte de la table autour de laquelle vous vous réunissez est plus forte que chez nous..., mais nous avons plus d’adhérents ; et plus de lecteurs, ajouta-t-il.

30Plus tard, en 1962, devant le « cartel des Non », tout ce qui est gaulliste décide de faire front, on a des candidatures communes ; on décida à ce moment la fusion de l’UDT avec l’UNR. J’étais personnellement contre cette fusion... ; il fallait, selon moi, s’en tenir à une fédération qui aurait laissé subsister les deux clientèles correspondant à des vocations différentes. J’ai été minoritaire, on a dit que le Général avait voulu la fusion : je pense plutôt que le Général ne s’est jamais prononcé vraiment à ce sujet, mais tous les Présidents de la République, tous les Premiers ministres ont des entourages qui disent : le président veut..., le premier ministre veut... ; en suite de quoi s’accomplissent quelques absurdités dont on découvre ensuite que le « patron » ne les a jamais voulues mais qu’elles lui ont été prêtées. Nous avons donc fusionné ; mais ensuite aux élections du premier congrès UNR-UDT, les seuls élus, gaullistes de gauche au comité central, sont Jean-Claude Servan-Schreiber et moi-même. Soucieux de ne pas apparaître comme l’affreux manœuvrier, je voulus démissionner, mais le Comité central élu décida de compter le nombre convenable des gaulliste de gauche — et nous restâmes. En d’autres termes le Général savait que l’UDT n’était pas forte au sein de l’UNR, mais il voulait qu’elle tienne une place aussi bien dans les instances centrales du mouvement qu’à l’Assemblée avec le poste de rapporteur général du budget, que dans le poste de président de commission pour Vallon et Capitant. Mais qu’étaient donc les gaullistes de gauche ? De Gaulle disait — paraît-il — de nous : que nous étions comme les bonnes bouteilles : peu nombreux ! Ces bouteilles étaient en réalité de deux crûs : il y avait des hommes qui étaient fondamentalement, foncièrement, originairement gaullistes et qui étaient en fait surtout sensibles à l’appel social du Général ; des gaullistes se comportant ou sentant ou réagissant en hommes de gauche : Vallon et Capitant me paraissent les prototypes de cette espèce. D’autres étaient des hommes de gauche que leur réflexion et leur expérience avaient conduit à penser que ce qui était réalisable dans la pensée de gauche ne pouvait être introduit et promu que par les techniques, le cadre, les institutions du gaullisme ; j’appartenais je crois à cette catégorie. Nous exercions ensemble notre influence. Dans toutes les questions qui correspondaient à la psychologie de gauche : la paix en Algérie, l’objection de conscience et sa légalisation, les réformes sociales, nous avons beaucoup remué, nous n’étions pas les seuls, un des projets de réforme de l’entreprise et de la condition ouvrière émanait de Chalandon que les hasards de l’organisation et de l’encadrement avaient amené à l’UNR et non pas à l’UDT. L'ancienne UDT et le gros de l’UNR incarné par Georges Pompidou se sont ensuite écartés et même opposés. Non pas faute d’attention de Georges Pompidou : avec une sensibilité qui n’était pas la nôtre, il était cependant très attentif à nos avis, à nos préoccupations et je dirai même à nos convenances. Mais le gros de l’UDT (le gros d’une petite chose), le ressentait comme un adversaire. D’abord parce que le gouvernement comporte toujours moins de réalisations qu’on n’a de rêves, il y a toujours un déficit ; et de là à diaboliser, sur un homme, la résistance des choses, il n’y a qu’un pas et il fut franchi. Des UDT qui n’étaient pas plus gaullistes que moi — c’est impossible —, mais probablement plus gaullâtres que moi — c’est autre chose — avaient vis-à-vis du Premier ministre une manière de jalousie que l’on éprouve nécessairement pour celui qui voit plus souvent et plus couramment l’objet aimé, et qui, de ce fait, paraît insupportable.

31Il s’est aussi enfin créé très vite un écart entre les projets sociaux du Général, la vision de la plupart des dirigeants de l’UDT — et les possibilités de la réalité. Ce qu’a dit tout à l’heure André Bergeron éclaire les choses : « toujours, disait le Général, je cherche un peu à tâtons la façon non point de changer le niveau de vie, mais bien la condition des ouvriers. » L’aveu du tâtonnement n’est pas courant chez le général de Gaulle, il était la marque d’une hésitation. Vallon, Capitant, Loichot sont arrivés à le persuader d’adopter un « remède miracle » par le dépassement foudroyant des catégories Capital, Travail, Salariat. Et je n’ai pas participé à cet enthousiasme. Il m’est arrivé de marquer des réserves ironiques à son égard et Μ. B... des Roziers me disait alors : « ce que vous observez est intéressant, mais il faut que vous sachiez que le choix du Général est différent ; lui, il y croit ». Cela ne me convertit pas, j’étais conforté dans mes opinions par quelques entretiens parfois avec Pierre Lebrun — cet ancien Secrétaire général de la CGT — qui avait été très fortement attiré par la personnalité du Général. Il avait l’oreille de Pompidou — et lui avait suggéré, plutôt que le capitalisme populaire, une mensualisation des salaires qui serait une réforme beaucoup mieux comprise. Ces divergences ont fait que, lors des grandes assises de l’UNR à Lille, Notre République, avec qui j’avais pris des distances, a publié un article retentissant intitulé : « Nous n’irons pas à Lille ». J’y suis allé et, probablement par une réaction des militants qui voulaient montrer qu’ils n’étaient pas aussi déportés à droite qu’on le disait, j’ai eu le plus de voix à l’élection au comité central. Il s’est alors créé un fossé entre d’une part une UNR qui gardait le gros de l’électorat et qui soignait en son sein quelques « bouteilles rares » — les gaullistes de gauche subsistants — et d’autre part une velléité de gauche des hommes qui ne voulaient pas aller à l’UNR et qui voulaient cependant s’affirmer gaullisqtes : une « groupusculature » de gauche dont Yvon Morandat a été un des ornements avec le Front travailliste, Dechartre avec « UG VIe ». Une groupusculature sans cesse renaissante et impuissante, insuffisante à résoudre le problème du contact avec le peuple de gauche. Le Général a senti cela en 1969...

32J’ai pensé à l’époque que ce referendum finirait mal. Pour beaucoup de raisons : la droite faisait faux bond, les thèmes développés n’étaient pas propres à ébranler la gauche, et surtout le pays voulait le calme, il y avait eu assez d’agitation en 1968 ; mais la volonté du Général de faire ce referendum n’était pas une volonté de suicide, comme on l’a dit ; il pensait simplement que, pour lui, gouverner n’avait de sens qu’à certaines conditions : ces conditions institutionnelles n’étaient pas remplies quand il avait moins de voix dans n’importe quelle circonscription de France que le député UNR-UDT élu en 1968. Qu’il eût moins de voix et donc un contact réduit par rapport à la représentation parlementaire était contraire à l’idée qu’il se faisait de la hiérarchie des pouvoirs, hiérarchie reposant en définitive sur la confiance du peuple. Il voulait aussi à tout prix se soustraire aux pesanteurs sociologiques de son électorat. Un homme politique qui a été candidat contre le Général a quelque chance de passer à l’histoire moins par son personnage que parce qu’il a parlé des « pesanteurs sociologiques » du mouvement qui avait été le sien. Le Général, lui, luttait contre de telles pesanteurs. Et le referendum de 69 est comme une tentative de sortie d’une garnison assiégée pour retrouver l’espace des champs de manœuvres. La garnison est assiégée par un électorat conservateur, l’espace de liberté qu’il s’agissait de gagner c’est celui dans lequel l’on mène une politique d’unité nationale transcendant les oppositions existantes. La sortie a échoué, mais ce n’est peut-être qu’un renvoi reporté à plus tard !

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540