Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Les Français et la politique sociale du général de Gaulle

Danielle Bahu-Leyser

Texte intégral

1L’arrivée au pouvoir du général de Gaulle et la mise en place des institutions de la Ve République ne modifient pas fondamentalement le scepticisme des Français, quant aux perspectives d’amélioration de leur vécu quotidien.

2Leurs préoccupations dominantes restent les mêmes sous la Ve République que ce qu’elles étaient sous la IVe République : l’équilibre de leur budget familial et leurs craintes d’une augmentation du coût de la vie.

  • 1 Selon un sondage de l’IFOP effectué chaque année, depuis 1959 : « Pour vous et votre famille person (...)

3En février 1959, six Français sur dix, selon l’IFOP1, placent en effet au premier rang de leurs préoccupations personnelles les problèmes pécuniaires de leur budget familial. Et cette préoccupation va croissant, au fil des années, sous la IVe République et sous la Ve République, au même rythme que la hausse régulière des indices du coût de la vie, depuis les années cinquante.

  • 2 Sondage effectué par l’IFOP, en février 1959 : « Y a-t-il des dépenses que vous ne ferez pas ? Si o (...)

4Les craintes budgétaires personnelles sont d’ailleurs tellement vives, en 1959, qu’un Français sur deux envisage de restreindre les dépenses relatives aux postes essentiels du budget de son ménage, comme les dépenses de loisirs, de biens d’équipement et des moyens de transport personnels.2

5Ce sont justement les personnes qui envisagent de restreindre leurs dépenses qui s’estiment les plus touchées par les mesures prises par le cabinet Debré (sous l’impulsion du ministre des Finances, Antoine Pinay), pour définir une politique économique et financière de la France, et qui manifestent le plus grand pessimisme quant à l’efficacité des mesures prises par l’Etat.

6Les agriculteurs, dans la proportion de quatre sur dix, se considèrent plus affectés que les autres catégories de Français par les mesures gouvernementales. Et la même proportion de Français a le sentiment qu’il existe une volonté du pouvoir de revenir sur certains acquis sociaux, comme la Sécurité sociale ou les nationalisations. Le grief paraît d’autant plus surprenant qu’il s’adresse à l’auteur des ordonnances de 1944 et 1945 sur le régime salarial de la Sécurité sociale et les nationalisations de la Régie Renault et des grandes banques de dépôt.

7D’autre part, les trois quarts de la population ont le sentiment d’une injustice dans la répartition des charges nouvelles imposées aux Français. Car la politique du gouvernement favorise, selon eux, les riches au détriment des ouvriers, des employés et fonctionnaires, des commerçants et artisans, des retraités, des cultivateurs, des cadres et des professions libérales.

8Enfin, la décision prise par le général de Gaulle de faire entrer dans les faits la mise en vigueur du traité de Rome est perçue par 61 % des Français comme annonciatrice de chômage.

9Telles sont donc les préoccupations essentielles des Français en février 1959, tandis qu’avec l’Algérie un autre thème émerge sur le devant de la scène des préoccupations collectives.

1. 1959-1962 : Une relative trêve sociale

10De fait, le problème algérien, qui se situait au sixième rang des préoccupations de l’opinion, en septembre 1957 et en janvier 1958, occupe désormais le second rang des préoccupations dans la conscience nationale. Très vite, il deviendra le problème numéro un pour la majeure partie des Français, occultant pratiquement tous les autres problèmes, jusqu’à la fin de l’année 1962.

  • 3 IFOP, Sondages 1963, 3, p. 66.

11Ainsi, en juin 1962, les deux tiers (67 %) de la collectivité nationale estiment que, pour la France, le problème crucial de l’heure reste l’Algérie et les rapatriés, alors que les problèmes sociaux viennent au troisième rang, avec seulement 7 %. Trois mois plus tard, les problèmes sociaux apparaissent à 23 % de nos concitoyens comme les plus importants pour la France, devant l’Algérie et les rapatriés (13 %).3

12Cependant, lorsqu’avec la rentrée de septembre 1962, les Français dressent un bilan de l’actif et du passif gaulliens, l’Algérie apparaît, à 37 % d’entre eux, au premier rang de ce qu’il a fait de mieux, la politique sociale se situant déjà, pour 15 % de Français, au premier rang de ce qu’il a fait de moins bien.

13En fait, la trêve sociale accordée, par les Français, au premier président de la Ve République dure quatre ans, au cours desquels le général de Gaulle, nanti de la confiance de l’opinion, atteint ses plus hauts niveaux de popularité, en particulier lors du règlement de l’affaire des barricades de 1960, où son taux de popularité atteint un record absolu (75 %), du putsch des généraux d’avril 1961 (72 %) et de la conclusion des accords d’Evian et du cessez-le-feu en Algérie de mars 1962 (70 %).

2. 1962 : Retour au vécu quotidien

14Avec le règlement du conflit algérien, la trêve sociale prend fin. Un renversement se produit dans la conscience nationale. Car, libérés du problème algérien, les Français redécouvrent les problèmes auxquels ils sont confrontés quotidiennement et dont le plus important leur apparaît être le niveau de leurs salaires et l’augmentation du coût de la vie (Cf. Tableau I).

15L'agitation sociale qui couvait sous la cendre, depuis les premières grèves du printemps de 1961 dans les chemins de fer et les transports parisiens, monte pour atteindre son paroxysme au début de l’année 1963, avec une grève générale de l’ensemble des mineurs. Cette grève va durer plus d’un mois, malgré l’ordre gouvernemental de réquisition des mineurs du 3 mars, deux jours après le déclenchement du mouvement.

16D’autres îlots de tensions sociales surgissent, sous forme de manifestations paysannes. Depuis 1961, les paysans, par des rassemblements devant les préfectures, des barrages sur les routes et des destructions volontaires d’une partie de leurs productions, n’ont cessé de tenter d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur leurs conditions de vie, les conditions d’exploitation des terres, le problème des prix, les circuits de distribution, leur inadaptation à la compétition européenne. Or, le monde paysan représente, à l’époque, 21 % de la population française active totale. Ces revendications rencontrent un écho favorable dans l’opinion (Cf. Tableau II).

  • 4 Ibid., p. 75.
  • 5 Ibid., p. 76.

17En juillet 1963, près d’un Français sur deux se dit favorable aux manifestations paysannes que 49 % estiment tout à fait justifiées et 37 % partiellement justifiées.4 Mais, lorsqu’on leur demande quelle est, à leurs yeux, la cause essentielle du mécontentement paysan, les Français ne se leurrent pas, puisque 45 % d’entre eux citent, en premier lieu, la mauvaise organisation de l’acheminement des produits agricoles du producteur au consommateur et 18 % l’attitude du gouvernement à l’égard des revendications des agriculteurs.5 Ce qui n’empêche pas qu’une bonne partie de l’opinion publique juge insuffisantes les mesures prises par le gouvernement pour faire face à la fronde paysanne, sous la forme du relèvement de certains prix agricoles, de subventions accordées au monde paysan ou de changement de leur régime d’assurance vieillesse.

  • 6 Ibid., p. 72.

18De la même façon qu’ils approuvent le mécontentement paysan, les Français estiment tout aussi justifiées les revendications dans le secteur public, aussi bien à la SNCF qu’aux PTT et au Gaz de Lacq. Mais ils se montrent très partagés sur l’opportunité des grèves à Air France.6

19Quant à la grève des mineurs, elle est soutenue par huit Français sur dix et coûte au général de Gaulle la plus importante chute de popularité de ses deux septennats, avec son plus bas niveau de satisfaction et son plus haut niveau de mécontentement (Cf. Tableau III).

  • 7 IFOP, Les Français et de Gaulle, présentation et commentaires de Jean Chariot, Paris, Plon, p. 205.

20La réaction en chaîne des mouvements sociaux et le soutien global qu’ils rencontrent dans l’opinion créent un effet de synergie négative sur la popularité du chef de l’Etat. De mars à octobre 1963, c’est-à-dire durant les huit mois qui suivent le début de la grève des mineurs, son indice de popularité descend et se maintient sous la barre des 50 %. Ce sera la seule anicroche à la courbe de popularité du général de Gaulle, avec la proportion la plus faible de satisfaits en mars (42 %) et la proportion la plus élevée de mécontents en avril (43 %).7

  • 8 Sondages 1963, p. 73.

21Fait plus symptomatique, ce sont les catégories socio-professionnelles traditionnellement les plus gaullistes, comme les inactifs et les employés, qui sont à l’origine de cette crise de confiance traversée par le général de Gaulle au printemps de 1963.8

22Il faut toutefois souligner que le soutien global de la collectivité nationale aux grévistes trouve rapidement ses propres limites. Car, lorsqu’en mars 1963, on demande aux Français si, pour satisfaire aux revendications des salariés du secteur public, ils accepteraient de payer plus cher les tarifs d’électricité et de chemin de fer, ils sont pratiquement huit sur dix à répondre par la négative.

23On retrouve, sur ce point, le décalage d’attitudes exprimées, au temps de la Ve République, dans d’autres domaines que la politique sociale, entre une approbation de principe à une idée ou une action et la réticence à s’impliquer personnellement pour faire aboutir cette idée ou cette action. Deux exemples paraissent illustrer cette attitude, la construction de l’Europe et l’indépendance nationale.

  • 9 Voir Danielle Bahu-Leyser, De Gaulle, les Français et l’Europe, Paris, PUF, 1981, p. 180.

24Sur le plan européen, bien que favorables, en principe, au Marché commun, à travers notamment, l’harmonisation des avantages sociaux entre les Six, la suppression des droits de douane et la politique agricole commune, les Français n’entendent pas, pour autant, consentir des efforts matériels en faveur de cet objectif européen. En d’autres termes, ils se montrent plus réservés à l’égard de la mobilité des travailleurs et peu enclins à accepter le versement d’une part de leurs impôts au développement des régions les plus déshéritées de la CEE.9

  • 10 Voir à ce propos la postface de François Goguel à Les Français et de Gaulle, op. cit., p. 147.

25Dans le second exemple, celui de l’indépendance nationale, nos concitoyens manifestent une large approbation à l’égard de la politique d’indépendance nationale menée par le général de Gaulle, mais ils sont moins nombreux à se rallier à sa politique de défense, condition pourtant indispensable de la restauration de cette indépendance.10

26Avec le temps, le malaise provoqué dans le pays par le constat d’un écart de plus en plus profond entre l’évolution des prix et celle des salaires, se manifeste à deux niveaux. Au premier niveau, le plus visible, à travers des grèves de plus en plus fréquentes, dans les secteurs public et nationalisé.

  • 11 Les Français et de Gaulle, op. cit., p. 253.

27Au deuxième niveau, à travers les déclarations des Français non seulement de leur soutien de principe à ces mouvements sociaux, mais de leurs préoccupations de plus en plus vives face à une tendance à la montée des prix et au maintien de leur niveau de vie. Ces problèmes, mentionnés, en effet, par 22 % du public en juillet 1963, le sont, en juillet 1964, par 32 % des Français, soit une progression de 10 % de pessimistes en un an.11

  • 12 Sondages 1964, 4, pp. 12 et 14.

28Ce climat de morosité de la population débouche sur un scepticisme sans équivoque, face au plan de stabilisation mis en application en septembre 1963. De fait, de septembre à décembre 1963, la proportion de ceux qui disent ne pas faire confiance à l’action entreprise par le gouvernement pour lutter contre la hausse des prix reste stable, à près de 60 % (59 % en septembre, 58 % en décembre).12

  • 13 IFOP, Sondages 1966, 1, p. 52.

29Le scepticisme de l’opinion s’accentue l’année suivante, puisqu’en juillet 1964, les trois quarts de la population française estiment insatisfaisants les résultats du plan de stabilisation, contre seulement 13 % qui pensent le contraire. Et, en septembre 1965, après un vécu de deux ans du plan de stabilisation, encore plus d’un Français sur deux (51 %) l’estime insatisfaisant, contre plus du quart (27 %) qui le trouve satisfaisant.13 Si donc le nombre des satisfaits du plan de stabilisation double par rapport à 1964, la cohorte des insatisfaits reste majoritaire.

  • 14 Ibid.

30Le même accueil sceptique est réservé au programme économique et social publié, en février 1966, par le gouvernement. L’ensemble des mesures incluses dans ce plan est destiné à donner un regain de dynamisme à l’économie et à assurer plus de justice sociale, en particulier en faveur des agriculteurs, par le biais notamment d’une retraite des agriculteurs âgés, de la hausse du salaire minimum agricole garanti et des aides en direction des éleveurs et des vignerons. Or, l’opinion ne semble pas convaincue du bien-fondé de ces mesures dont un peu plus d’un Français sur deux (55 %) déclare qu’elles n’auront aucun effet sur l’amélioration de ses conditions de vie.14

3. 1966-1967 : Le plus fort mécontentement à l’égard de la politique sociale du général de Gaulle

  • 15 Les Français et de Gaulle, op. cit., p. 294.

31La période du début de l’année 1966 constitue, avec l’automne de 1967, l’un des deux moments du plus fort mécontentement des Français vis-à-vis de l’action sociale du gouvernement, avec un indice de 58 % de mécontentement en février 1966 et de 60 % en septembre 1967.15

  • 16 Ibid., p. 300.

32En 1966, le mécontentement se situe dans un contexte de grèves dans le secteur public et dans les chantiers navals. Il se cristallise par la publication du programme économique du gouvernement, programme que les Français n’estiment pas en mesure de répondre à leur attente, à une époque où les craintes sur les salaires restent vives (Cf. Tableaux IV et V) et où celles d’une augmentation du chômage se sont accrues, jusqu’à être partagées par un Français sur deux.16

33Le mécontentement massif de six Français sur dix, à l’égard de la politique sociale du gouvernement, lors de la rentrée de septembre 1967, s’explique par plusieurs raisons. Lannée 1967 a été émaillée de son lot de grèves et de revendications diverses, auxquelles une grève d’ampleur nationale dans les secteurs public et privé, le 1er février, a donné le ton. Le 6 mai, le général de Gaulle a demandé à l’Assemblée nationale d’adopter le projet de loi sur la délégation de pouvoirs spéciaux en matière économique et sociale.

  • 17 Ibid., pp. 302 et 303.

34Or, un Français sur deux désapprouve cette demande du gouvernement, tandis que quatre Français sur dix la considèrent injustifiée.17 D’ailleurs, à la conférence de presse par laquelle le général de Gaulle explique au pays les tenants et les aboutissants de cette demande de pleins pouvoirs, fait écho, le lendemain, une grève générale des fonctionnaires. Mais il semble que le catalyseur de réaction du mécontentement général de l’automne de 1967 soit la publication, le 22 août, des ordonnances sur la réforme de la Sécurité sociale.

  • 18 Ibid., p. 304.

35Tout d’abord, parce que les Français sont largement satisfaits du fonctionnement de cet organisme. Ensuite, parce qu’une large majorité du public (56 %) cite la Sécurité sociale comme celui des secteurs soumis à la demande de pleins pouvoirs pour lequel ils se sentent les plus concernés, avant même le domaine du plein emploi et celui des conditions de travail. En outre, pour 44 % de la population, le problème de l’équilibre financier de la Sécurité sociale ne justifie pas la demande de pleins pouvoirs. Enfin, les Français sont très hésitants à faire confiance au gouvernement pour rétablir cet équilibre, puisqu’on dénombre 38 % de confiants, 35 % de non confiants et 27 % qui ne se prononcent pas.18

  • 19 Ibid., p. 303.

36Dans un tel climat d’incompréhension, la publication, le 18 août, de l’ordonnance sur la participation des salariés aux bénéfices de l’entreprise - suite logique de l’ordonnance de janvier 1959 - ne réussit pas à endiguer le mécontentement ni, a fortiori, à provoquer un contre-effet salutaire pour le gouvernement. D’autant plus que la participation n’est pas, alors, encore suffisamment entrée dans les faits pour avoir modifié les mentalités. Les sondages sont, à cet égard, significatifs, puisqu’en mai 1967, 28 % de nos concitoyens s’estiment très concernés par les ordonnances sur la participation, 24 % l’étant peu, 32 % ne l’étant pas du tout et 16 % n’émettant aucun avis.19

37Plus globalement, les sondages montrent que, confrontés avec de plus en plus d’acuité au problème du maintien de leur niveau de vie, les Français préfèrent percevoir une amélioration immédiate de leurs rémunérations à une participation dont ils ne pourront bénéficier qu’à moyen terme. Ces attitudes, manifestées par nos concitoyens à l’égard de la participation, préfigurent le décalage qui existe, dans le domaine social, entre les aspirations à visée immédiate des Français et les objectifs plus ambitieux, mais moins directement perceptibles, vers lesquels le général de Gaulle entend les conduire.

38Elles expliquent pourquoi l’annonce par le chef de l’Etat, le 25 mai de l’année suivante, c’est-à-dire au plus fort de la crise de mai 1968, d’un référendum sur la participation ne rencontre pas l’effet escompté par le général de Gaulle, à savoir la reprise du travail dans la fonction publique et dans les entreprises.

***

39En définitive, de 1959 à 1969, les Français n’ont pas cessé de contester la politique sociale du général de Gaulle, politique qu’ils situent, de façon systématique au fd des années, au premier rang du passif de l’action gaullienne (Cf. Tableau VI).

40Pourtant, ils ont témoigné, sans discontinuer, leur confiance au général de Gaulle dont la courbe de popularité présente, durant ses deux septennats, un solde toujours positif, en dépit de l’accroc de 1963. Pendant les onze premières années de la Ve République, les citoyens votants ont confirmé cette attitude des Français s’exprimant par sondages, en accordant majoritairement leurs suffrages au général de Gaulle et aux formations qui le soutenaient.

41Les motivations de cette apparente contradiction entre une appréciation négative du bilan social et une confiance globale au chef de l’Etat nous sont données, une fois encore, par les sondages, à travers lesquels les Français placent, aux premiers niveaux de l’actif gaullien, le règlement du conflit algérien, la stabilité des institutions et le renforcement du rôle de la France dans le monde.

42En somme, jusqu’à ce que d’autres éléments ne viennent rompre le charme, tout semble s’être passé comme si les Français, par une espèce de conscience diffuse de grandeur nationale, avaient, en fin de compte, accepté, bon gré, mal gré, que le général de Gaulle privilégiât les intérêts de la France aux dépens des problèmes de leur vécu quotidien.

Notes

1 Selon un sondage de l’IFOP effectué chaque année, depuis 1959 : « Pour vous et votre famille personnellement, quels sont les problèmes les plus importants à l’heure actuelle ? » (Sondages 1959, 2, p. 4).

2 Sondage effectué par l’IFOP, en février 1959 : « Y a-t-il des dépenses que vous ne ferez pas ? Si oui, quelles dépenses ? »

3 IFOP, Sondages 1963, 3, p. 66.

4 Ibid., p. 75.

5 Ibid., p. 76.

6 Ibid., p. 72.

7 IFOP, Les Français et de Gaulle, présentation et commentaires de Jean Chariot, Paris, Plon, p. 205.

8 Sondages 1963, p. 73.

9 Voir Danielle Bahu-Leyser, De Gaulle, les Français et l’Europe, Paris, PUF, 1981, p. 180.

10 Voir à ce propos la postface de François Goguel à Les Français et de Gaulle, op. cit., p. 147.

11 Les Français et de Gaulle, op. cit., p. 253.

12 Sondages 1964, 4, pp. 12 et 14.

13 IFOP, Sondages 1966, 1, p. 52.

14 Ibid.

15 Les Français et de Gaulle, op. cit., p. 294.

16 Ibid., p. 300.

17 Ibid., pp. 302 et 303.

18 Ibid., p. 304.

19 Ibid., p. 303.

Table des illustrations

Titre LA POPULARITÉ DU GÉNÉRAL DE GAULLE
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU I
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TABLEAU II
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU III
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABLEAU IV
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU V
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre TABLEAU VI
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1101/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Bordeaux III, chargée de cours à l’Université de Paris II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540