Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Le général de Gaulle et les agriculteurs

Isabel Boussard

Texte intégral

1Que l’agriculture ne soit pas au premier rang des préoccupations du général de Gaulle est une évidence. Il n’empêche que, conscient de ce que ce secteur représente sur le plan économique et qu’il peut représenter au niveau politique, le chef de l’Etat s’en inquiète beaucoup plus qu’on ne pourrait l’imaginer. Il lui consacre des pages significatives dans ses Mémoires, où le discours est souvent optimiste, voire triomphant. Dans les Lettres, Notes et Carnets, le ton est différent. Il s’agit davantage de la politique au jour le jour, et le Général tient fermement la barre sur de nouvelles eaux.

2Le paysage politique a changé, le paysage économique aussi : quelles que soient les étapes antérieures de la modernisation, il faut poursuivre cette dernière : réformer les structures, réorganiser les marchés, raisonner en termes de débouchés et, surtout, réaliser la fameuse politique agricole commune dont ce sont les premiers pas.

  • 1 Sur l’état de ces forces, voir Yves Tavernier, "Le syndicalisme paysan et la politique agricole du (...)

3L'état des forces professionnelles, interlocuteurs par excellence du pouvoir, s’est, lui aussi, modifié.1 Dès le 7 avril 1959, l’unité syndicale ou même "paysanne", créée en 1940, est rompue avec la création du Mouvement de Défense des Exploitations familiales (MODEF).

  • 2 Gordon Wright, La Révolution rurale en France, traduit de l’américain (Rural Revolution in France) (...)
  • 3 Ibid., p. 235.

4Cette création fait suite à une politique rigoriste menée par René Blondelle, président de la Fédération nationale des Syndicats d’Exploitants agricoles (FNSEA), qui avait exclu un certain nombre de fédérations départementales, jugées plus ou moins "hérétiques" ou "récalcitrantes" (Landes, Haute-Garonne, Charente). Le nouveau mouvement n’est pas, à proprement parler, un syndicat : il constitue néanmoins une force séparée, proche du Parti communiste. Depuis la fin de la dernière guerre, la Jeunesse agricole catholique (JAC) a développé son action et renforcé ses positions, notamment grâce à la personnalité de René Colson qui anime l’organisation jusqu’à son décès, en 1951, et même bien au-delà, par ses nombreux écrits. Son influence est telle que Gordon Wright n’hésite par à la comparer à celle d’un Fernand Pelloutier, dans les années 1890, sur le mouvement ouvrier.2 Poursuivant une action antérieure, ces jeunes agriculteurs créent en 1956 le Cercle national des jeunes Agriculteurs qui devient, l’année suivante, le Centre national des jeunes Agriculteurs (CNJA). Leur première "victoire" a lieu aux élections municipales des 8 et 15 mars 1959 : environ 4 000 anciens jacistes deviennent maires de leur commune, élus le plus souvent sous l’étiquette MRP dont ils vont renforcer l’influence. "C’est la première grande manifestation publique de la révolution paysanne en France", écrit Gordon Wright, citant Jacques Fauvet.3

5Plutôt que de constituer une force séparée, les jeunes vont chercher à "investir" le syndicalisme aîné : ils y sont d’ailleurs poussés par la limite d’âge fixée, dans leur propre mouvement, à trente-cinq ans. Ils vont fort bien y réussir. En 1962, Marcel Bruel, un des jacistes les plus "durs”, devient secrétaire général de la FNSEA. En 1963, la succession de Joseph Courau à la tête de la centrale provoque de chaudes luttes entre les tendances. Finalement un jeune, mais d’orientation plus conservatrice, est choisi : Gérard de Caffarelli. En 1964, on compte qu’environ 58 % des administrateurs de la FNSEA sont passés par la JAC, et puis il y aura Michel Debatisse, François Guillaume, etc.

6C’est donc une FNSEA, "renouvelée", "réorientée" par la JAC, certains diront même "infectée", qui reste l’interlocuteur privilégié du pouvoir et ceci d’autant plus que, sur le plan politique, la droite et l’extrême droite s’affaiblissent. Un Paul Antier, l’homme fort des années cinquante, un Camille Laurens, un Henri Dorgères, perdent toute influence. Le Centre national des Indépendants et Paysans, qui constituait, en 1951, un des six côtés de la "Chambre hexagonale", voit son assise se rétrécir au point de devenir un petit parti ; le poujadisme rural et paysan a fait long feu.

7Il faut aussi rappeler que le fonctionnement des nouvelles institutions a déplacé quelque peu le centre du pouvoir des assemblées parlementaires vers l’exécutif. Cela, les syndicalistes, et surtout les jeunes, l’ont fort bien compris. Ils n’hésitent pas à conjuguer l’action parlementaire avec des recours auprès de membres de cabinet ministériel, des ministres et du Premier d’entre eux, voire même s’adresser directement au chef de l’Etat. Au discours un peu solitaire de ce dernier, s’oppose donc un essai de dialogue entre des personnes qui n’emploient pas le même langage.

1. Un discours optimiste

8Le discours tenu dans les deux tomes des Mémoires d’Espoir est loin d’être le même. Outre la différence entre un volume terminé et un autre qui ne l’est point, le ton, un peu passéiste, presque romantique du premier, contraste avec un certain agacement, une certaine animosité même qui court dans les pages du second.

1.1. Jusqu’en 1962...

9Dans Le Renouveau, on ne trouve que quelques paragraphes consacrés à l’agriculture, mais ils sont révélateurs de toute une pensée. Le général de Gaulle entame sa démonstration par un constat :

  • 4 Charles de Gaulle, Mémoires d’Espoir, Paris, Plon, 1970, p. 164.

"Notre développement industriel réduit inéluctablement l’importance relative de notre agriculture." 4

10On pourrait ajouter qu’il n’y a pas que l’industrie, et que la croissance de la part prise par le tertiaire amoindrit aussi celle de l’agriculture. Le chef de l’Etat s’en soucie peu et se laisse aller à une rêverie bucolique qui relève de l’agrarisme le plus pur :

  • 5 Ibid.

"Comment, étant qui je suis, ne serais-je pas ému et soucieux en voyant s’estomper cette société campagnarde, installée depuis toujours dans ses constantes occupations et encadrée par ses traditions ; ce pays des villages immuables, des églises anciennes, des familles solides, de l’éternel retour des labours, des semailles et des moissons ; cette contrée des légendes, chansons et danses ancestrales, des patois, costumes et marchés locaux ; cette France millénaire que sa nature, son activité, son génie avaient faite essentiellement rurale." 5

11Le tableau est déjà assez complet : la famille, le travail, le folklore ; la patrie arrive. Après avoir fait remarquer que certes, les villes, et surtout la capitale, sont les foyers des arts, des sciences et du commerce, il enchaîne :

  • 6 Ibid.

"Comment méconnaître que (...) c’est la campagne qui demeurait la source de la vie, la mère de la population, le recours de la patrie ?" 6

12A la fin du siècle dernier, plus de la moitié des Français étaient encore des ruraux, ils fournissaient les plus gros bataillons de nos armées et les deux tiers de nos morts durant la première guerre. Ils étaient, en bref, l’âme de la France et sont inquiets face à l’avenir :

  • 7 Ibid., p. 165.

"Comment ne pas comprendre que les paysans français ont d’instinct le sentiment d’être, en somme, la France elle-même et que la colossale mutation qui diminue leur volume social et leur rôle économique suscite inévitablement leur inquiétude et leur mélancolie." 7

13Cette vue d’un passé un peu immobile est renforcée par le fait que le protectionnisme, par définition, protégeait la production intérieure.

14Mais tout a changé :

  • 8 Ibid.

"La machine est passée par là, bouleversant l’antique équilibre, imposant le rendement, accumulant des excédents, créant partout des biens et du coup des désirs nouveaux, suscitant chez les paysans le besoin de gagner davantage, provoquant la pression massive des produits étrangers et exigeant de nous en contrepartie l’offre de la qualité." 8

15L'énumération de tant d’items différents dans une même phrase effrayerait sans doute l’économiste... Il y a le changement dans les conditions de production, les circuits de vente, l’environnement extérieur et les mentalités. En fait, ce sont les éléments d’une même chaîne qui aboutit à la suprématie du marché :

  • 9 Ibid.

"C’est donc le marché qui, désormais, dicte à l’agriculture ses lois qui sont : la spécialisation, la sélection, la vente." 9

16En raison de cela, il faut outiller, mécaniser les exploitations, faire disparaître celles qui ne sont plus rentables, organiser les transactions, aider le crédit, etc. Pour que tout se passe bien, il faut que la collectivité tout entière prenne à son compte le problème.

17Le général de Gaulle résume ensuite l’œuvre entreprise sur le plan national : la loi d’orientation de 1960, la loi complémentaire de 1962, la création des Sociétés d’Aménagement foncier et d’Etablissement rural (SAFER), du Fonds d’Orientation et de Régularisation des Marchés agricoles (FORMA), la mise en place de marchés d’intérêt régional, etc. Il indique des chiffres : les crédits publics à l’agriculture sont passés de 940 millions de nouveaux francs en 1958, à 3 milliards en 1962. Le nombre d’exploitations a baissé de 2 200 000 à 1 900 000, mais la valeur de la production agricole est montée de 32 à 42 milliards. Si ce rythme est maintenu, on pourra résoudre la question en une génération et le chef de l’Etat se délivre un superbe satisfecit :

  • 10 Ibid., pp. 166-167.

"Pour la première fois et moyennant un effort proportionné au problème, la République prend réellement en charge, en attendant d’en tirer profit, la conduite de l’agriculture française vers son destin des temps nouveaux." 10

18Mais l’entreprise n’est pas seulement nationale. La France peut nourrir bien plus d’hommes qu’elle n’en compte et doit donc exporter. L’Europe est en cause :

  • 11 Ibid., p. 167.

"Je dois dire que si, reprenant nos affaires en mains, j’adopte d’emblée le Marché commun, c’est en raison de notre condition de pays agricole, aussi bien que du progrès à imposer à notre industrie." 11

19En effet, les intérêts de notre agriculture ne sont pas les mêmes que ceux de nos partenaires ; or, le général de Gaulle fait de leur intégration une condition sine qua non de notre participation.

  • 12 Ibid.

"Dans un ensemble débarrassé en principe des douanes et des taxes nationales et où seuls les fruits de la terre n’auraient pas libre accès partout, dans un groupement de consommateurs où les produits agricoles du dedans ne seraient pas préférés à ceux du dehors, notre agriculture constituerait pour nous une charge qui nous mettrait, relativement aux autres, en état de chronique infériorité." t12

20Pour cela, il faut mener une lutte acharnée, mais elle réussira et le général de Gaulle de conclure provisoirement :

  • 13 Ibid., pp. 167-168.

"Pendant ces quatre années, la V e République a déployé dans le domaine économique et social une action dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle fut plus soutenue et plus continue que celle d’aucun des régimes qui l’avaient précédée." 13

1.2. Après 1962

21Dans le second tome des Mémoires d’Espoir, on ne trouve plus qu’une seule évocation du passé, immédiatement confronté au présent :

  • 14 Ibid., II, Paris, Plon, 1971, p. 121.

"A l’antique sérénité d’un peuple de paysans certains de tirer de la terre une existence médiocre, mais assurée, a succédé chez les enfants du siècle, la sourde angoisse des déracinés." 14

  • 15 Ibid., p. 115.

22Soulignant les conditions nouvelles de la vie moderne, une vie "mécanisée et agglomérée"15, un travail uniforme et sans imprévus, dans les usines, ateliers, magasins et même aux champs, le général de Gaulle va jusqu’à écrire :

  • 16 Ibid., p. 116.

"N’étaient les aléas que comportent les intempéries, l’agriculture n’est plus que la mise en œuvre d’un appareillage automatique et motorisé en vue de productions étroitement normalisées." 16

23On est loin de l’ordre éternel des champs, toute poésie est partie, un nouvel âge est arrivé.

  • 17 Ibid., p. 129.
  • 18 Ibid., p. 152.

24Le chef de l’Etat décrit une seconde fois l’œuvre entreprise : l’effort de concentration a été grand et a permis de faire disparaître 150 000 exploitations et de remembrer près de deux millions d’hectares.17 Il parle à nouveau des lois de 1960 et 1962, que le ministre Edgard Pisani met en œuvre avec "tout son savoir-faire qui est lucide et vigoureux"18. La loi forestière de juillet 1963 met sous l’autorité de l’Etat la sauvegarde de nos bois, un décret de mai 1964 réglemente la production du vignoble français, un autre réaménage le marché de la viande, etc. Toutes ces mesures ont été prises après consultation de la profession et c’est d’un ton un peu amer que le général de Gaulle constate que cette dernière ne l’appuie guère :

  • 19 Ibid., p. 153.

"Avant que toutes ces mesures soient prises, le ministre a longuement consulté les organisations professionnelles, pour y trouver, d’ailleurs, plus d’objections que d’encouragements." 19

25Il poursuit sur le fait que les efforts déployés à Bruxelles ne sont pas mieux compris :

  • 20 Ibid., pp. 153-154.

"Au demeurant, les mêmes milieux interprètent mal, plus souvent que bien, l’effort acharné qu’Edgard Pisani déploie au nom du gouvernement, dans les conseils de Bruxelles, pour obtenir que les produits de nos terres soient pratiquement admis au Marché commun européen." 20

  • 21 Ibid., p. 154.
  • 22 Ibid., p. 155.
  • 23 Ibid., pp. 73-74.

26Et même quand nos exigences triomphent, "ce ne sont guère que des murmures que l’on entend s’élever des Chambres d’Agriculture et des Fédérations d’exploitants"21. Le général de Gaulle cherche et trouve une explication : le progrès dérange, il n’est pas facilement accepté. Les Français réclament "la marche en avant en souhaitant que rien ne bouge", les chefs d’entreprises sont méfiants, les professeurs critiquent les réformes de l’enseignement, nombre d’officiers "s’incommodent de la rénovation de l’armée, comment attendre que les agriculteurs approuvent tous le progrès de l’agriculture ?"22 Ce refus du progrès est donc le fait de tous les Français, mais, comme l’agriculture a spécialement besoin de réformes, il est peut-être plus grave, aux yeux du général de Gaulle, que les agriculteurs ne "suivent" pas. Faisant la liste des organisations qui ont appelé à voter Non au référendum de 1962, il épingle au passage le comité du MODEF qui "demande aux agriculteurs de se prononcer contre la politique agricole du gouvernement en votant Non au référendum" et la commission administrative de la FNSEA qui "condamne la procédure imposée au pays, le projet tel qu’il est présenté, les objectifs réels du président de la République et les pressions morales exercées par le pouvoir"23.

27En fait, l’attitude de la FNSEA est plus nuancée. Elle n’est pas très favorable au référendum, c’est évident, elle prend néanmoins beaucoup de précautions. Dans un éditorial signé Joseph Courau, président, Albert Génin et Florent Nové-Josserand, vice-présidents, Marcel Bruel, secrétaire général, le problème est posé de savoir si le syndicalisme doit prendre position : "oui" répondent les co-signataires, car nous sommes aussi des citoyens et il s’agit d’une réforme constitutionnelle de grande ampleur :

  • 24 L’Information agricole (abrégée), journal de la FNSEA, A 276, 1er numéro d’octobr (...)

"Le syndicalisme agricole n’échappe pas à cette obligation envers ces mandants." 24

28Mais après avoir écarté les considérations purement juridiques, les dirigeants recherchent quel est l’enjeu réel :

"La véritable optique est entre le régime présidentiel et la démocratie parlementaire ; à nos yeux, elle est plus encore entre la démocratie directe, monologue d’un chef face à une masse diffuse, à travers un écran de télévision, et le régime représentatif ou « démocratie organique » qui exige le dialogue entre des corps constitués, auxquels il appartient de mettre à jour, en permanence, les réalités sociales et économiques, et le pouvoir qui se doit d’arbitrer et de décider".

29On sent bien que ces dirigeants penchent plutôt vers la seconde solution, mais ils ne l’affichent pas clairement, se contentant de poursuivre sur la nécessaire séparation des pouvoirs :

"Les agriculteurs savent (...) que dans un régime où les pouvoirs ne sont pas rigoureusement séparés, ni équilibrés, c’est en fin de compte la technocratie qui fait la loi, et le plus souvent contre l’agriculture, considérée par elle comme une sorte d’anachronisme".

30Et de conclure sur la crainte d’un chef trop puissant :

  • 25 Ibid.

"Un exécutif fort et stable est indispensable à un Etat moderne. Mais un chef d’Etat omnipotent, gouvernant sans freins ni contrepoids — ce serait demain ou après-demain — tout dépendra de l’homme qui incarnera la fonction et des événements qui le pousseront à agir — le régime de l’arbitraire et la porte ouverte à l’aventure." 25

31Le bureau de l’Assemblée permanente des Présidents des Chambres d’Agriculture (APPCA), devenue, en 1966, Assemblée permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), est tout aussi prudent. Il estime qu’il n’a pas à prendre parti sur l’aspect politique du prochain référendum.

  • 26 Ibid., 277, 2e numéro d’octobre 1962.

"Il constate que le choix des Français aura des conséquences graves sur l’évolution du régime institué par la Constitution de 1958 et souhaite que la légitimité républicaine de demain permette toujours aux corps représentatifs, librement élus par leurs constituants, de remplir leur fonction de relais naturel et indispensable entre le pouvoir politique et le peuple, comme de servir le bien commun des individus appartenant aux différentes activités économiques et sociales et celui du pays. " 26

32Comme on le verra, on n’en est pas encore à 1965, et on n’est pas non plus au niveau de la politique au jour le jour.

2. Un dialogue de sourds

33Si l’on quitte les hautes sphères du discours élyséen, le paysage change complètement. On assiste à toute une série de crises marquées par la volonté des uns de faire aboutir leurs revendications et le désir de l’autre de ne pas céder aux pressions, pour ne pas rompre l’équilibre aussi bien institutionnel et politique qu’économique.

2.1. La crise de 1958

  • 27 Voir par exemple, ΙΑ, 165, 28 septembre 1957 et 167, 26 octobre 1957.

34L'arrivée du général de Gaulle inaugure, si l’on peut dire, les plus mauvais rapports entre le pouvoir et les agriculteurs. Pour beaucoup d’entre eux, la fin de la IVe République est, sinon l’âge d’or, du moins une période meilleure sur le plan économique. En effet, la loi Laborde du 18 mars 1957 a indexé le prix du lait, et les décrets Gaillard (ministre des Finances) du 18 septembre de la même armée, ont étendu cette indexation à tous les produits agricoles. Les agriculteurs sont à peu près satisfaits, estimant qu’une première étape "est franchie et se demandent surtout si la loi sera correctement appliquée"27.

  • 28 "Le syndicalisme et les élections", IA, 189, 25 octobre 1958.
  • 29 Ibid., 192, 6 décembre 1958 et 193, 20 décembre 1958.

35Sur le plan institutionnel, ils ne soutiennent pas la IVe République dont ils déplorent surtout l’instabilité ministérielle, cause de l’impuissance politique. Ils ne prennent pas position au moment du référendum, mais pour les élections législatives font refleurir l’Action civique rurale, déjà menée en 1951 et en 1956, dans l’unique but de "mettre tous les candidats devant leurs responsabilités et d’obtenir des futurs élus un engagement formel sur un programme précis (...). Je pense qu’ainsi tout est suffisamment clair pour que l’on ne puisse pas donner à la reprise de l’action civique une interprétation erronée. Elle se situe en dehors du cadre des partis", écrit Joseph Courau.28 Dans les numéros suivants de L’Information agricole, sont publiées des listes de personnalités représentatives de l’agriculture élues ou réélues : quelque soixante agriculteurs et une vingtaine de personnalités appartenant à d’autres professions, mais proches de l’agriculture.29

  • 30 Ibid., 194, 12 janvier 1959.

36On reste donc assez neutre, mais quand arrive le plan Rueff du 28 décembre qui supprime toute indexation, c’est un joli tollé dans la profession. L’Information agricole titre, en très gros caractères : "La déportation volontaire du paysan, planifiée par les ordonnances" et en dessous : "Le syndicalisme agricole dénonce la politique qui fait supporter l’effort principal de redressement aux paysans et aux ouvriers".30 La motion adoptée le 6 janvier par le Conseil national est toute de protestation :

"Les responsables proclament leur attachement à la défense du pays mais ils affirment non moins nettement leur volonté de ne pas se soumettre à l’arbitraire des mesures gouvernementales qui représentent une injustice notoire à l’égard de l’agriculture, en entraînant sa régression par une nouvelle diminution de son pouvoir d’achat".

  • 31 Ibid.

37En conséquence, ils décident de lancer une campagne d’information auprès de l’opinion agricole et de l’opinion publique et d’organiser "dans les plus brefs délais les meilleurs moyens d’action pour assurer la défense des familles paysannes"31.

  • 32 Ibid., 196, 8 février 1959.
  • 33 Moins 11 points chez les retraités, moins 7 chez les ouvriers, moins 5 chez les commerçants, moins (...)

38Il se défendent de faire au gouvernement un procès d’intention et demandent, par l’intermédiaire de l’Amicale parlementaire agricole, le rétablissement de l’indexation des prix et la définition d’une politique agricole précise.32 La popularité du général de Gaulle n’est pas encore entamée, mais cela va bientôt venir. En effet, en avril 1959, 74 % des cultivateurs sont très ou plutôt satisfaits de la présence du général de Gaulle, mais ce chiffre tombe à 70 % en octobre de la même année, et 58 % en janvier 1960, soit une chute de seize points en neuf mois que l’on ne retrouve chez aucune autre catégorie socio-professionnelle.33 L'année 1960 s’ouvre donc sous les plus mauvais auspices.

2.2. Les crises de 1960-1964

39Dès les premiers jours de 1960, la FNSEA réclame une "Charte agricole", elle organise des manifestations en particulier à Amiens où la police "intervient brutalement" et se demande :

  • 34 IA, 218, 1er numéro et 219, 2e numéro de février 1960.

40 Faudra-t-il encore que le sang coule pour qu’ils comprennent ?"34

41Elle est déçue par le décret du 3 mars 1960 qui rétablit, partiellement et de façon compliquée, l’indexation. Cette initiative est due à l’action du Premier ministre lui-même, Michel Debré, et de son entourage. Les deux premiers ministres de l’Agriculture de la Ve République — Roger Houdet, ingénieur agronome, sénateur indépendant de la Seine-Maritime, ancien ministre de l’Agriculture de Joseph Laniel et de Pierre Mendès France, et Henri Rochereau, médecin, autre sénateur indépendant de la Vendée — interviennent relativement peu. Michel Debré prend les choses en main, en partie sous l’influence des hommes de la JAC et secondé par Antoine Dupont-Fauville, inspecteur des Finances, qui a travaillé au Commissariat au Plan, le "vrai" ministre de l’Agriculture, dit-on.

42Mais cette première mesure ne satisfait guère les agriculteurs qui en appellent au président de la République dans une longue lettre, signée Joseph Courau et Albert Génin. Après avoir exposé la "crise profonde" que traverse l’agriculture, ils concluent :

  • 35 Ibid., 220, 1er numéro de mars 1960.

"Nous ne pouvons terminer cette lettre sans vous dire notre angoisse au moment où, placés dans une situation dramatique, les agriculteurs pourraient se laisser entraîner dans le désespoir." 35

  • 36 Ibid.

43Le général de Gaulle répond qu’il compte s’entretenir avec les dirigeants "dès que les circonstances le permettront". Mais la FNSEA précise qu’elle n’avait sollicité ni audience, ni arbitrage, et surtout qu’elle a mis un autre fer au feu : elle affirme "qu’aucune arrière-pensée politique n’a motivé sa demande de convocation du Parlement en séance extraordinaire, demande pour laquelle les fédérations départementales poursuivent par ailleurs leur action sur le plan local avec le plus grand succès"36.

44Cette fois, l’heure est grave et le général de Gaulle prend sa plus belle plume pour répondre au président de l’Assemblée nationale, Jacques Chaban-Delmas, qui transmet la demande signée par 237 députés :

  • 37 Ch. de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, juin 1958-décembre 1960, Paris, Plon, 1985, p. 341 (lett (...)

"Tout en mesurant l’importance capitale du sujet dont les signataires estiment, à juste titre, que les pouvoirs publics doivent se saisir au plus tôt, il ne me semble pas contestable que leurs demandes telles qu’elles sont formulées, résultent, dans leur ensemble, des démarches pressantes dont ils ont été l’objet de la part des dirigeants d’un groupement professionnel. Or, celui-ci, quelle que puisse être sa représentativité quant aux intérêts économiques particuliers qu’il fait valoir, n’en est pas moins, suivant la loi, dépourvu de toute qualification et de toute responsabilité politiques. Je ne crois pas que la réunion du Parlement qui serait déterminée par des « invitations » d’une telle nature, appuyées par les manifestations que l’on sait, puisse être tenue pour conforme au caractère de nos nouvelles institutions et, même, à la règle constitutionnelle qui condamne tout « mandat impératif »" 37

45A cette magistrale démonstration, le général de Gaulle ajoute que les projets gouvernementaux ne sont pas prêts, et se demande comment les propositions d’initiative parlementaire pourraient être "recevables", puisqu’elles auraient forcément pour conséquence de diminuer les ressources publiques, ou d’aggraver les dépenses. En terminant, il reprend l’argument du respect de la Constitution et du bon fonctionnement des pouvoirs publics.

  • 38 F. Vangraeschepe, "De l’arbitrage à l’arbitraire", IA, 221, 2e numéro de mars 1960.

46Ce refus motivé entraîne des réactions chez les syndicalistes. On fait appel aux connaissances d’un des vice-présidents qui a siégé au Comité consultatif constitutionnel. Son argumentation s’articule autour de plusieurs points : le premier est de rappeler que l’article 29 de la Constitution stipule que le Parlement "est réuni en session extraordinaire à la demande du Premier ministre ou de la majorité des membres composant l’Assemblée nationale", et non pas "pourra se réunir"38, et de citer l’autorité d’un Maurice Duverger ou d’un Georges Vedel. Pourquoi supposer que les propositions n’auraient pas été capables "d’aboutir à des conclusions positives" et seraient tombées sous le coup de l’article 40 qui interdit des mesures entraînant de nouvelles dépenses ou restreignant des ressources ? "A la vérité, nous sommes en plein dans le procès d’intention". Enfin, l’offensive lancée contre "le mandat impératif et les "groupes de pression" n’est guère convaincante.

  • 39 Charles du Fretay, "Après le veto présidentiel", ibid., 222, 1er numéro d’avril 1960.

47Charles du Frétay y revient dans le numéro suivant de L’Information agricole : la FNSEA n’a pas donné de mandat impératif, elle n’a fait que solliciter les signataires de la demande de convocation. Il retourne l’accusation, "s’il y eut mandat impératif c’est bien celui que le groupe UNR a donné à ses élus et cela contre la volonté des électeurs"39. Il ajoute une dernière défense :

"La FNSEA s’est vu reprocher d’être intervenue pour le compte d’intérêts économiques particuliers. Or, ce n’est pas imiter la grenouille de La Fontaine (...) que d’estimer que l’agriculture représente un peu plus que des intérêts particuliers".

48On a oublié ce qu’était la disette et qu’il y a quelque deux milliards d’hommes sous-alimentés sur la planète !

49L'année suivante, le président de la République ne s’oppose pas à ce type de session, mais il y met une sévère restriction :

  • 40 LNC, janvier 1961-décembre 1963, p. 137 (lettre au Premier ministre du 31 août 19 (...)

"Si, compte tenu de la lettre stricte de la Constitution, je ne fais pas actuellement obstacle au principe de la convocation, ni au fait que les membres des Assemblées en prennent l’occasion pour s’exprimer au sujet de l’agriculture et que le gouvernement les entende, je tiendrais pour contraire à la Constitution que la réunion annoncée du Parlement ait un aboutissement législatif. " 40

  • 41 Joseph Courau, "L'avertissement", IA, 252, 1er numéro de septembre 1961.

50Comment les agriculteurs ne protesteraient-ils pas à nouveau ? Ils font remarquer que seuls les députés favorables au gouvernement sont restés en séance qui "a tourné au conseil de famille''41. Joseph Courau se défend à nouveau d’être au service "d’intérêts privés". Tout ce qu’il demande c’est le respect de la loi :

"Ce n’est pas davantage attenter à l’intérêt général que d’exiger le respect de la loi d’orientation qui constitue, jusqu’à preuve du contraire, la « Charte » de l’action gouvernementale dans le domaine de la politique agricole".

51Or cette loi garantit aux agriculteurs "la parité" de revenu avec les autres catégories sociales, parité qui n’est évidemment pas atteinte. On pourrait lui rétorquer que point n’est besoin de convoquer le Parlement simplement pour faire respecter la loi, la FNSEA demande néanmoins le vote d’une motion de censure.

52La FNSEA, comme on le voit, continue à privilégier l’action parlementaire pour contrer une politique gouvernementale qui lui déplaît. Elle continue aussi à mettre l’accent sur le problème des prix et le général de Gaulle intervient personnellement. Le prix du lait est un des plus controversés :

  • 42 Note au sujet du lait, adressée à Jean-Maxime Lévêque au secrétariat général de la présidence de l (...)

"L’augmentation du prix d’été du lait par rapport au prix de l’été dernier ne se justifierait à aucun égard, car nous produisons du lait en quantité croissante et au point de ne savoir littéralement qu’en faire". 42

53D’autre part, il faut éviter la course salaires-prix :

"Cette conjonction perpétuellement acceptée de la hausse des prix et de la hausse des salaires nous fait reprendre le chemin de la catastrophe. Conclusion : pas d’augmentation du prix du lait".

54Quelques jours plus tard, il reprend l’ensemble du problème :

  • 43 Note au sujet des prix agricoles, adressée à MM. Pompidou et Lévêque, le 6 avril 1963, ibid., p. 3 (...)

"A la base de tout problème agricole, il y a ceci : que l’accroissement du revenu du producteur doit résulter du progrès de la productivité et de la production (...). L’idée que l’accroissement du revenu doit résulter de la hausse des prix est absurde à tous égards. On a laissé ou encouragé les agriculteurs à se mettre dans cette psychologie. C’est une erreur d’où il faut revenir". 43

55Pour la viande, le Plan a prévu une augmentation de 10 % en quatre ans, il ne faut pas aller au-delà :

"Il m’apparaît que 3,5 % d’augmentation en juin (c’est-à-dire pour une année) est au-delà même du maximum raisonnable"

56Inutile de préciser que les agriculteurs ne sont pas contents :

  • 44 Florent Nové-Josserand, "Une nouvelle action syndicale", IA, 289, 2e numéro d’avril 1963.

"La récente fixation du prix du lait, qui traduit une baisse en valeur réelle, a mis le mécontentement paysan à son comble et prouvé aux responsables syndicaux, de la base au sommet, que l’on ne peut rien obtenir du bon vouloir du gouvernement, que l’action pacifique ne paie plus". 44

  • 45 "Le monde agricole s’est dressé unanime pour faire rendre justice à la paysannerie", ibid., 290,1e (...)
  • 46 Marcel Bruel, "OUI pour un accord loyal, NON pour un marché de dupes", ibid., 291, 2e numéro de ma (...)

57Alors, on reprend l’action syndicale sous ses différentes formes : réunions en province, à Paris, motions, manifestations bruyantes, "démarches auprès du pouvoir en brandissant la menace d’une action syndicale généralisée"45. Finalement, le monde agricole a obtenu en grande partie satisfaction. Le gouvernement a enfin pris au sérieux une part au moins des revendications des agriculteurs46. Et de citer la presse parisienne indiquant le "recul" du pouvoir, le fait que le gouvernement a "cédé" etc.

58Le plan de stabilisation n’est, bien entendu, pas très bien accueilli. Les agriculteurs ne veulent pas faire "les frais d’une politique dite de stabilisation". Et de titrer en gros caractères :

  • 47 Ibid., 297, 2e numéro de septembre 1963.

"Le revenu des agriculteurs a progressé deux fois moins vite que celui des autres Français." 47

  • 48 Ibid., 305, 2e numéro de janvier 1964.

59Une journée d’action est prévue pour le 24 janvier, "démonstration massive d’unité et de discipline syndicale"48. On décide l’arrêt des livraisons de viande. Le général de Gaulle reprend la plume pour préciser :

  • 49 Note pour Georges Pompidou au sujet des produits agricoles, le 6 février 1964, LNC, janvier 1964-j (...)

"Dans l’affaire des prix agricoles, ce qui domine tout, c’est que la stabilisation ne soit pas entamée. Il ne paraît donc pas possible d’augmenter les prix agricoles dans leur ensemble". 49

60Les agriculteurs continuent à manifester et nombre d’entre eux sont emprisonnés ou inquiétés par le pouvoir. La motion finale du XVIIIe congrès demande leur libération, congrès qui s’est tenu en l’absence d’Edgard Pisani :

  • 50 IA, 307, 1er numéro de mars 1964.

"Le conseil d’administration (de la FNSEA) n’avait pas jugé bon d’inviter le ministre de l’Agriculture d’un gouvernement qui avait fait lourdement condamner les manifestants syndicaux". 50

61On précise que Ton n’a rien contre le ministre lui-même.

62En mai, les dirigeants syndicaux sont reçus par le chef de l’Etat. Ils lui écrivent à nouveau en juillet. Comme tout cela n’aboutit à rien de précis, l’action directe est reprise au point d’inquiéter le général de Gaulle, d’autant plus qu’en septembre, il part pour l’Amérique latine. Il va jusqu’à évoquer l’autorité de l’Etat :

  • 51 Lettre à Georges Pompidou au sujet d’une campagne pour l’augmentation des prix agricoles, le 19 se (...)

"Avant de partir pour l’Amérique latine, je tiens à vous confirmer ce que je vous ai dit lors de nos entretiens au sujet des sommations faites au gouvernement par certaines organisations syndicales agricoles, notamment quant au prix du lait, et éventuellement du maïs et de la betterave. Accepter d’y céder et augmenter les prix seraient une faute très grave, non seulement du point de vue du plan de stabilisation, mais encore en ce qui concerne l’autorité nécessaire de l’Etat. Celui-ci a fait au cours de ces dernières années et continue de faire pour l’agriculture des efforts tels que reculer devant l’agitation démagogique serait, au demeurant, se désavouer lui-même". 51

63Le général de Gaulle compte sur la fermeté du Premier ministre et de ses collègues.

  • 52 LA, 320, 2e numéro d’octobre 1964.
  • 53 Ibid., 321, 1er numéro de novembre 1964.

64Le 23 octobre, une motion de censure sur la politique agricole est déposée sur le bureau de l’Assemblée nationale par le Centre démocratique, le groupe socialiste et le Rassemblement démocratique.52 La quinzaine suivante, L’Information agricole, publie les noms des députés qui n’ont pas voté la censure, "se satisfaisant ainsi soit de la politique agricole gouvernementale et de son application, soit de déclarations verbales, soit de perpétuelles espérances". Il y a 230 UNR-UDT, 29 Républicains indépendants, 8 non inscrits et 5 du Centre démocratique53. L'année se termine mal et n’aura, pourtant, rien à voir avec ce que sera la suivante.

2.3. La crise de 1965

  • 54 Voir Gaston Rimareix et Yves Tavernier, "L'élaboration et le vote de la loi complémentaire à la lo (...)
  • 55 Yves Tavernier, "La réforme du ministère de l’Agriculture", ibid., XVII (5), octobre 1967, pp. 889 (...)

65Dans les années soixante, les agriculteurs ont une grande foi dans le Marché commun. Ils y voient l’ouverture de vastes débouchés qui vont permettre d’écouler les surplus. Dès son arrivée au ministère, Edgard Pisani s’est jeté dans la bataille européenne, travaillant beaucoup avec Sicco Mansholt, et c’est en bonne partie grâce à lui que les accords du 14 janvier 1962, jetant les bases de la politique agricole commune, sont signés. Edgard Pisani est en effet le ministre de l’Agriculture le plus important de la période. Ancien préfet, sénateur de la Haute-Marne, inscrit au groupe de la gauche démocratique, il sera en fonction d’août 1961 à janvier 1966. On le sait homme de réformes, ouvert au progrès. Pour frapper l’opinion, il a synthétisé son programme en trois mots : L'homme, le produit, l’espace". Outre son action européenne, il est le grand artisan de la loi complémentaire d’août 196254 et l’auteur d’une importante réforme du ministère qui a mécontenté plus d’un fonctionnaire55.

  • 56 "La FNSEA : Le Marché commun agricole est-il sacrifié ?", IA, 336, 2e numéro de juin 1965.

66En 1962, les agriculteurs sont satisfaits. En 1965, en revanche, ils sont inquiets et font remarquer que "les décisions du 17 juin repoussent de plusieurs années la fixation des prix communautaires" pour le lait et la viande bovine.56 Or, "ces décisions constituent une atteinte grave à l’esprit européen et ne risquent-elles pas, demain, de se traduire par l’abandon de la préférence européenne ?"

  • 57 Ibid., 341, 1er numéro d’octobre 1965.

67C’est pire, quand, dans la nuit du 30 juin, Maurice Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères et qui préside le Conseil, décide de suspendre la séance. C’est la politique de la "chaise vide" que la France pratiquera jusqu’au 30 janvier 1966. Les agriculteurs sont atterrés, d’autant plus qu’ils comprennent fort bien que la politique agricole commune n’a servi que de prétexte et que la rupture est due à des motifs politiques tout à fait extérieurs. Les syndicalistes soulignent les risques, les dangers d’un tel ajournement. Début octobre, un gros titre : "Espoir n 1 de l’agriculture française, le Marché commun européen ne peut rester bloqué sans conséquences graves"57. Le 21 octobre, le Conseil national de la FNSEA se réunit et émet une motion qui fera beaucoup de bruit :

  • 58 Ibid., 342, 2e numéro d’octobre 1965.

"Le Conseil national, respectueux de l’apolitisme syndical qui lui interdit de cautionner un candidat, estime néanmoins qu’il manquerait à son devoir s’il n’avertissait pas solennellement les agriculteurs des conséquences du vote qu’ils émettront lors des prochains scrutins auxquels ils participeront, et notamment lors de l’élection présidentielle du 5 décembre. Les agriculteurs dans un tel vote, effectuent leur choix en tant que citoyens et non pas seulement en fonction de considérations professionnelles, mais ils devront prendre leurs responsabilités en ayant pleinement conscience du fait qu’il serait de leur part parfaitement incohérent de demander à leurs responsables syndicaux de combattre une politique qu’ils auraient paru approuver par leur vote". 58

68La publication de ce communiqué suscite tant de réactions que Gérard de Caffarelli éprouve le besoin d’expliquer plus amplement la position de sa centrale :

  • 59 Gérard de Caffarelli, "Agriculteurs et Citoyens", ibid., 344, 2e numéro de novembre 1965.

"La récente prise de position du Conseil national de la FNSEA a provoqué maints commentaires étonnés, quand ils n’étaient pas vengeurs (...). Certains ont déployé des trésors d’ingéniosité pour découvrir dans le texte (...) des interprétations compliquées ou des arrière-pensées machiavéliques". 59

69Le problème est beaucoup plus simple, explique le président : le revenu agricole se dégrade depuis deux ans, le gouvernement ne fait rien pour y remédier ni dans le cadre du budget 1966, ni dans celui du Ve Plan et ne reprend pas les négociations de Bruxelles. Les résultats du 5 décembre ne seront, pour la FNSEA, ni une victoire, ni une défaite puisqu’elle ne prend pas de position d’ordre politique. Elle "informe" seulement les agriculteurs ; à eux, ensuite, de décider.

  • 60 Alors qu’ils voteront davantage en faveur de Georges Pompidou. Voir Jérôme Jaffré, "Georges Pompid (...)

70Il n’empêche : le mot d’ordre est suffisamment clair pour ne pas être entendu et c’est le ballottage de décembre, largement imputé à la "défection" d’un million et demi d’électeurs agricoles. Certes, les agriculteurs n’ont jamais voté massivement pour le général de Gaulle, mais là, le coup est sévère. Comparant les intentions de vote, au premier tour, en faveur de Georges Pompidou en 1969 et du général de Gaulle, en 1965, Jérôme Jaffré montre que, dans ce dernier cas, ce sont les agriculteurs qui sont les moins favorables de toutes les catégories sociales : 38 % des agriculteurs et 43 % pour l’ensemble des Français.60

  • 61 François-Henri de Virieu, La fin d’une agriculture, Paris, Calmann-Lévy, 1967, pp. 47-48.

71Cet "incident" politique grave, ajouté à la baisse des revenus, fait que la coupe est pleine. C’en est trop et le ministre de l’Agriculture, rendu largement responsable, doit s’en aller. Edgar Faure arrive, bien accueilli par les agriculteurs, "flattés et satisfaits d’avoir hérité d’un ministre brillant et ambitieux. Il leur semble évident qu’un homme qui a un tel passé et auquel on prédit un tel avenir, ne peut pas s’être embarqué sans avoir reçu d’assurances et qu’il est condamné à faire leur fortune, s’il veut faire la sienne"61. On fait remarquer qu’il connaît les problèmes agricoles, qu’il est le troisième ancien président du Conseil, après Jules Méline en 1915, et André Tardieu en 1931, à accepter de venir ou revenir Rue de Varenne etc. L’Information agricole souligne :

  • 62 LA, 347, 1er numéro de janvier 1966.

"Sa désignation et son acceptation semblent indiquer que le gouvernement a parfaitement compris la gravité de la situation, gravité qui résulte de la dégradation du revenu agricole et de la crise du Marché commun". 62

72Ce sont les deux dossiers dont il s’occupe immédiatement : les négociations à Bruxelles reprennent dès la fin du mois de janvier et il arrache subvention après subvention au nouveau ministre de l’Economie et des Finances, Michel Debré, peut-être moins "coriace" que son prédécesseur.

***

  • 63 Ibid., 374, octobre 1967.
  • 64 Ibid., 376, décembre 1967.
  • 65 Germain Bouton, président de la Fédération nationale des producteurs de lait, "Pire qu’une menace  (...)
  • 66 Michel Debatisse, "Et maintenant", ibid., 383, juillet-août 1968.

73La situation s’améliore un peu certes, mais les agriculteurs ne sont toujours pas satisfaits et les revendications reprennent. Le 2 octobre 1967, par exemple, une nouvelle journée d’action est organisée. On proteste contre un budget trop timide, la dégradation du revenu (une fois de plus), les distorsions croissantes entre les régions, etc.63 En décembre, on conclut que le bilan de l’année est "décevant"64. 1968 n’est guère meilleur. Les producteurs de lait reprennent l’offensive, prétendant être non seulement "menacés", mais victimes d’un "attentat"65. Après les événements de mai, on poursuit la lutte pour le revenu "de sorte que les agriculteurs ne paient pas plus que d’autres la note du mois de mai"66. Le plan Mansholt n’est guère mieux accueilli, pas plus que le rapport Vedel. Le général de Gaulle s’en va, mais les problèmes restent et la dernière crise de cette décennie démarre avec l’annonce de la dévaluation d’août 1969.

  • 67 M. Debatisse, "Inquiétudes", ibid., 395, septembre 1969.
  • 68 Voir Isabel Boussard, "La Fédération française de l’agriculture : Un Dorgérisme d’aujourd’hui ?", (...)

74Les agriculteurs sont "inquiets" car ils ont en mémoire les conséquences désastreuses de la dévaluation de 1958. Certes, ils veulent que celle-ci réussisse, mais ils ne sauraient "accepter de voir se réaliser le redressement général au détriment du revenu et du niveau de vie" qui sont les leurs.67 On sait que cette dévaluation est à l’origine d’une nouvelle rupture au sein du mouvement syndical agricole. Depuis quelques temps déjà, un certain nombre de responsables critiquaient la FNSEA comme trop soumise au pouvoir, "infestée" par les idées "gauchisantes" des membres du CNJA. En octobre 1969, ils lui reprochent véhémentement de ne pas exiger le respect des règlements de la Communauté européenne et, réunis à Tours, ils fondent un nouveau syndicat : la "droitière", Fédération française de l’Agriculture (FFA)68. La FNSEA s’en plaint évidemment, et contre-attaque. Elle vient d’être reçue par le chef de l’Etat et estime avoir obtenu des satisfactions. Cependant :

  • 69 "Les dirigeants de la FNSEA chez le chef de l’Etat", IA, 397, novembre 1969.

"L’autorité de la FNSEA aurait été plus grande si l’unité professionnelle n’était pas actuellement entamée soit par ceux qui, à l’occasion du malaise agricole, essayent d’attirer dans des groupements à caractère plus politique que professionnel, de nombreux agriculteurs, soit par des hommes recherchant par des tentatives de division — et certains le font depuis vingt ans — des avantages personnels". 69

  • 70 F.-H. de Virieu, op. cit., pp. 207 et sq.

75Quelle que soit la période, il n’est pas facile d’être syndicaliste, et même sur le plan agricole, les affirmations d’apolitisme sont toujours suspectées. Il n’est pas facile non plus de se faire entendre d’un chef de l’Etat qui a les yeux fixés sur la rigueur économique et le strict respect des institutions. Certes, durant ces quelque dix années de la Ve République, l’effort en faveur de l’agriculture est incontestable, mais, comme l’écrit François-Henri de Virieu : "Aurait-on pu faire plus ?"70

Notes

1 Sur l’état de ces forces, voir Yves Tavernier, "Le syndicalisme paysan et la politique agricole du gouvernement (juin 1958-avril 1962)", Revue française de science politique, XII (3), décembre 1962, pp. 599-646.

2 Gordon Wright, La Révolution rurale en France, traduit de l’américain (Rural Revolution in France), Paris, Ed. de l’Epi, 1967, p. 223.

3 Ibid., p. 235.

4 Charles de Gaulle, Mémoires d’Espoir, Paris, Plon, 1970, p. 164.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 165.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid., pp. 166-167.

11 Ibid., p. 167.

12 Ibid.

13 Ibid., pp. 167-168.

14 Ibid., II, Paris, Plon, 1971, p. 121.

15 Ibid., p. 115.

16 Ibid., p. 116.

17 Ibid., p. 129.

18 Ibid., p. 152.

19 Ibid., p. 153.

20 Ibid., pp. 153-154.

21 Ibid., p. 154.

22 Ibid., p. 155.

23 Ibid., pp. 73-74.

24 L’Information agricole (abrégée), journal de la FNSEA, A 276, 1er numéro d’octobre 1962.

25 Ibid.

26 Ibid., 277, 2e numéro d’octobre 1962.

27 Voir par exemple, ΙΑ, 165, 28 septembre 1957 et 167, 26 octobre 1957.

28 "Le syndicalisme et les élections", IA, 189, 25 octobre 1958.

29 Ibid., 192, 6 décembre 1958 et 193, 20 décembre 1958.

30 Ibid., 194, 12 janvier 1959.

31 Ibid.

32 Ibid., 196, 8 février 1959.

33 Moins 11 points chez les retraités, moins 7 chez les ouvriers, moins 5 chez les commerçants, moins 4 chez les employés et plus 11 pour les cadres et les professions libérales. Voir Sondages, 22 (3), 3e trimestre 1960, p. 84.

34 IA, 218, 1er numéro et 219, 2e numéro de février 1960.

35 Ibid., 220, 1er numéro de mars 1960.

36 Ibid.

37 Ch. de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, juin 1958-décembre 1960, Paris, Plon, 1985, p. 341 (lettre en date du 18 mars 1960).

38 F. Vangraeschepe, "De l’arbitrage à l’arbitraire", IA, 221, 2e numéro de mars 1960.

39 Charles du Fretay, "Après le veto présidentiel", ibid., 222, 1er numéro d’avril 1960.

40 LNC, janvier 1961-décembre 1963, p. 137 (lettre au Premier ministre du 31 août 1961).

41 Joseph Courau, "L'avertissement", IA, 252, 1er numéro de septembre 1961.

42 Note au sujet du lait, adressée à Jean-Maxime Lévêque au secrétariat général de la présidence de la République, le 26 mars 1963, LNC, janvier 1961-décembre 1963, p. 326.

43 Note au sujet des prix agricoles, adressée à MM. Pompidou et Lévêque, le 6 avril 1963, ibid., p. 327.

44 Florent Nové-Josserand, "Une nouvelle action syndicale", IA, 289, 2e numéro d’avril 1963.

45 "Le monde agricole s’est dressé unanime pour faire rendre justice à la paysannerie", ibid., 290,1er numéro de mai 1963.

46 Marcel Bruel, "OUI pour un accord loyal, NON pour un marché de dupes", ibid., 291, 2e numéro de mai 1963.

47 Ibid., 297, 2e numéro de septembre 1963.

48 Ibid., 305, 2e numéro de janvier 1964.

49 Note pour Georges Pompidou au sujet des produits agricoles, le 6 février 1964, LNC, janvier 1964-juin 1966, p. 33.

50 IA, 307, 1er numéro de mars 1964.

51 Lettre à Georges Pompidou au sujet d’une campagne pour l’augmentation des prix agricoles, le 19 septembre 1964, LNC, janvier 1964-juin 1966, p. 89.

52 LA, 320, 2e numéro d’octobre 1964.

53 Ibid., 321, 1er numéro de novembre 1964.

54 Voir Gaston Rimareix et Yves Tavernier, "L'élaboration et le vote de la loi complémentaire à la loi d’orientation agricole", Revue française de science politique, XIII (2), juin 1963, pp. 389-425.

55 Yves Tavernier, "La réforme du ministère de l’Agriculture", ibid., XVII (5), octobre 1967, pp. 889-917.

56 "La FNSEA : Le Marché commun agricole est-il sacrifié ?", IA, 336, 2e numéro de juin 1965.

57 Ibid., 341, 1er numéro d’octobre 1965.

58 Ibid., 342, 2e numéro d’octobre 1965.

59 Gérard de Caffarelli, "Agriculteurs et Citoyens", ibid., 344, 2e numéro de novembre 1965.

60 Alors qu’ils voteront davantage en faveur de Georges Pompidou. Voir Jérôme Jaffré, "Georges Pompidou et les Français à travers les sondages : un président populaire", La présidence de la République de Georges Pompidou. Exercice du pouvoir et pratique des institutions, colloque de la Fondation nationale des sciences politiques, 24-25 novembre 1983, p. 20.

61 François-Henri de Virieu, La fin d’une agriculture, Paris, Calmann-Lévy, 1967, pp. 47-48.

62 LA, 347, 1er numéro de janvier 1966.

63 Ibid., 374, octobre 1967.

64 Ibid., 376, décembre 1967.

65 Germain Bouton, président de la Fédération nationale des producteurs de lait, "Pire qu’une menace : un attentat", ibid., 381, mai 1968.

66 Michel Debatisse, "Et maintenant", ibid., 383, juillet-août 1968.

67 M. Debatisse, "Inquiétudes", ibid., 395, septembre 1969.

68 Voir Isabel Boussard, "La Fédération française de l’agriculture : Un Dorgérisme d’aujourd’hui ?", rapport au colloque de l’Association française de Science politique, Paris, les 30 novembre, 1er et 2 décembre 1987, paru aux Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, Les agriculteurs et la politique, Paris, 1990, pp. 386-391.

69 "Les dirigeants de la FNSEA chez le chef de l’Etat", IA, 397, novembre 1969.

70 F.-H. de Virieu, op. cit., pp. 207 et sq.

Auteur

Centre d’étude de la Vie politique française
Fondation Nationale des Sciences Politiques

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540