Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

La CFTC/CFDT et la politique sociale du général de Gaulle

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Le syndicalisme chrétien et les rapports avec un certain « christianisme social » au pouvoir, telle pourrait être la problématique.

2En fait, les phénomènes sont bien plus complexes. Car si le syndicalisme chrétien évolue, le gaullisme a des sources parfois étrangères au catholicisme social.

3Néanmoins, à travers la pratique et l’analyse d’un acteur collectif, il conviendra d’évaluer une pensée sociale en action et d’apprécier la manière dont elle a pu être perçue.

4Plusieurs préoccupations déterminent et guident l’action revendicative de la CFTC puis de la CFDT sous la République gaullienne. Toutes encouragent la confédération syndicale à s’opposer à des choix politiques qu’elle réprouve.

  • 1 M. Branciard, Un syndicat dans la guerre d’Algérie, Paris, Syros, 1983.

5La guerre d’Algérie constitue un point d’ancrage fondamental. En effet, même si le combat mené pour la paix en Algérie par la décolonisation ne relève pas de la politique sociale, il n’en demeure pas moins que, pour le syndicalisme chrétien, la fin de la guerre d’Algérie est très vite un objectif prioritaire. La bataille pour la paix et l’indépendance de l’Algérie font entrer la CFTC dans le champ politique car il s’agit, pour elle, de défendre et de promouvoir le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la démocratie. C’est pourquoi les conditions de l’accession au pouvoir du général de Gaulle en mai-juin 1958 entraînent de sérieuses réserves à la fois parce que la fin de la guerre ne semble pas proche et que la démocratie paraît menacée. Certes, à l’occasion des élections législatives d’octobre 1958, la CFTC ne choisit pas de prendre position (référence à la diversité des composantes syndicales), mais une forte minorité, qui s’amplifie d’ailleurs dans les mois qui suivent autour de Reconstruction, refuse les institutions et le système qui se met en place avec la Ve République1.

6La CFTC subit aussi, depuis la Libération, des mutations profondes qui bouleversent peu à peu ses équilibres internes. D’abord, un brassage fort ample modifie la nature des recrutements sociologiques. Traditionnellement influente dans les milieux d’employés issus des régions catholiques (Alsace, Bretagne, Nord, Pas-de-Calais), la CFTC cherche à s’adresser à des militants et à des adhérents nouveaux provenant des secteurs industriels plus classiques et de régions moins attachées au catholicisme social (Centre, Sud-Est, Sud-Ouest). Ce renouvellement permet de conquérir peu à peu une classe ouvrière attachée à certaines traditions mais qui hésite à se reconnaître dans une CGT trop dépendante de la stratégie communiste. La déconfessionnalisation, décidée au congrès extraordinaire de 1964, concrétise et confirme une évolution bien plus qu’elle ne l’inaugure. Certes, elle provoque une scission sévère au sein du syndicalisme de matrice chrétienne mais elle appelle la CFDT à une indéniable progression ultérieure.

7De plus, une grande effervescence se développe dès 1945-1950 au sein de la CFTC sur la stratégie d’une organisation syndicale dans une démocratie politique. Soucieuse de garantir l’autonomie de l’action syndicale par rapport aux partis politiques, la CFTC rejette toute tentative d’intégration aux mécanismes de l’Etat ou de l’économie mais participe à leur fonctionnement, tout en mettant l’accent sur les outils classiques de la revendication syndicale. L'instrument qu’est le syndicat doit promouvoir la transformation sociale. C’est pourquoi, dès la fin des années cinquante, la CFTC puis la CFDT élaborent un projet qui passe d’une vision souvent moralisatrice de la société à des perspectives plus économiques et plus politiques de la nécessaire transformation sociale.

8Enfin, il ne faudrait pas négliger les effets de toutes les mutations qui affectent le catholicisme français après Vatican II car, jusqu’à la fin des années soixante, la grande majorité des militants syndicalistes (et à plus forte raison les dirigeants) appartient à cette matrice. Les positions prises par le syndicat expriment donc dans une large mesure les mutations profondes du catholicisme social.

9Envisager les réactions du syndicalisme CFTC puis CFDT à la politique sociale du général de Gaulle doit prendre en compte la diversité de ces perspectives.

1. L’élaboration d’une stratégie spécifique (1958-1963)

10Dès les débuts du gouvernement gaulliste, la CFTC choisit majoritairement l’opposition à l’action menée. Certes, elle signe l’accord du 31 décembre 1958 sur le régime complémentaire d’aide aux chômeurs qui crée les ASSEDIC. Le caractère paritaire de la négociation comme les modalités de gestion du système lui conviennent. Il faut, de plus, rappeler que l’accord conclut une politique menée par les ministres de la IVe République plus qu’il n’inaugure effectivement la politique sociale du gaullisme.

11En revanche, l’adoption par le gouvernement de Gaulle, le 7 janvier 1959, des ordonnances qui concernent la Sécurité sociale, les conventions collectives, les libertés syndicales et l’intéressement des travailleurs, premier acte d’une politique sociale du gaullisme au pouvoir, suscite réserves, critiques, protestations.

  • 2 Conférence de presse de Maurice Bouladoux, Le Monde, 19 janvier 1959.

12La CFTC s’indigne d’abord du choix des procédures : la publication d’ordonnances prises sans concertation avec les organisations représentatives, apparaît comme une régression. Le président de la CFTC, Maurice Bouladoux, n’hésite pas à dénoncer le « fait du prince » et le « recul de la démarche démocratique ». Il réclame du gouvernement, un véritable effort de consultation des organisations syndicales pour les associer effectivement à l’élaboration des mesures qui les concernent2. Le bureau confédéral de la CFTC prétend discuter avec les pouvoirs publics de la politique économique et sociale qui concerne ses mandants. A cet égard, la démarche gaulliste tranche par rapport aux procédures couramment utilisées sous la IVe République.

13Elle exprime, d’autre part, de sérieuses réserves à l’égard des lacunes ou des faiblesses de la politique gouvernementale : l’indifférence à l’égard du SMIG, l’oubli du pouvoir d’achat, l’abandon de la politique familiale puisque les ordonnances ne concernent pas les allocations. Au total, le bilan des ordonnances semble plutôt négatif.

14C’est pourquoi le texte sur l’intéressement des travailleurs apparaît ambigu. Qu’il cherche à améliorer le statut du travailleur dans l’entreprise, ne fait pas de doute, selon les dirigeants confédéraux. Mais pour Georges Levard, le secrétaire général :

  • 3 Intervention de Georges Levard au Bureau confédéral de la CFTC, 19 mars 1959.

« La participation ne peut porter ses fruits qu’à la condition que les salariés puissent avoir un droit de regard sur la marche de l’entreprise et si la section syndicale est reconnue et admise dans l’entreprise. » 3

  • 4 B. Moss, « La réforme de la législation du travail », Le Mouvement social, 148, juillet-septembre (...)
  • 5 De fait, en 1968, seules cinq entreprises ont signé des accords de ce type qui concernent moins de (...)

15La confédération syndicale pose donc, d’emblée, la question du contre pouvoir des salariés dans l’entreprise dont les modalités de gestion doivent se rapprocher de celles de la démocratie et du pouvoir syndical au sein de cet espace élargi de la démocratie sociale. En ce sens, la CFTC rejoint et approuve les positions des économistes modernistes qui réclament, eux aussi, la modernisation de l’entreprise4. Elle ne les rencontre pas dans la politique gaulliste et ne croit pas devoir s’attarder sur des mesures qui, selon elle, servent d’alibi à une politique sociale plutôt médiocre5.

  • 6 M. Bouladoux, Bureau confédéral, 19 mars 1969.

16Les premiers mois de la Ve République et du gouvernement de Michel Debré encouragent d’ailleurs la CFTC à marquer son opposition aux choix politiques. En effet, au mois de mars 1959, elle accepte des actions communes avec la CGT sur des objectifs prioritaires comme la défense de la Sécurité sociale, celle du pouvoir d’achat et du plein emploi, mais aussi les libertés syndicales car l’influence du syndicalisme est mise en cause par le nouveau gouvernement qui, en cela, semble aussi ébranler la politique contractuelle. L'unité d’action avec des fédérations CGT devient une nécessité pour mettre un coup d’arrêt aux « mesures anti-sociales d’un gouvernement qui tend à transformer les syndicats en force d’opposition »6.

17Le 30e congrès confédéral confirme d’ailleurs, en juin 1959, cette orientation. « L’esprit de notre organisation est fondamentalement incompatible avec celui du 13 mai », s’écrie Paul Vignaux, le secrétaire général du SGEN, l’inspirateur de la minorité au sein de la CFTC.

18Surtout, l’adoption du rapport présenté par Gilbert Declercq sur la planification démocratique constitue une étape importante dans la définition d’un projet de transformation sociale spécifique, en opposition avec les choix de l’Etat.

  • 7 Archives de la CFDT.

19En effet, ce long rapport, fruit des réflexions menées depuis plusieurs années sur le socialisme et sur l’action de la social-démocratie anglaise ou allemande, est le premier maillon d’une démarche que mène la CFTC à promouvoir un socialisme différent de celui qui s’est diffusé et appliqué réellement en Europe centrale7. La planification apparaît comme un des instruments du socialisme. Elle doit être élaborée de manière démocratique car, sans démocratie, le socialisme est inacceptable. Mais surtout la planification doit traduire une politique globale où les souhaits et les revendications des partenaires sociaux doivent être pris en compte de manière effective.

  • 8 Archives de la CFDT.

20Selon la CFTC, le vote de lois sociales, l’action quotidienne pour l’amélioration de la condition salariale, sont des acquis indéniables. Mais la promotion des salariés passe nécessairement par la définition claire d’un projet de politique économique et sociale où l’investissement, qui exerce une fonction centrale, doit pouvoir être maîtrisé par les salariés. Il faut donc programmer et rationaliser une politique de l’investissement. La nationalisation permet déjà de donner à l’Etat, représentant de la collectivité, une fonction motrice. Mais surtout, la maîtrise effective de l’investissement suppose que les salariés, à travers leurs organisations syndicales, puissent exercer leur droit de contrôle sur la stratégie financière de l’entreprise. Seuls les salariés, s’ils en ont les moyens, peuvent avoir la capacité d’orienter les flux financiers non pas vers une économie de profit mais vers la satisfaction de besoins sociaux, culturels et personnels. La voie proposée est donc, sur le long terme, délibérément anti-capitaliste. Sans le dire, la CFTC adhère au socialisme.8

21La CFTC rejette, une fois de plus, les propositions réformistes du gaullisme. Le congrès confédéral juge impossible de négocier sa stratégie avec une majorité parlementaire attachée à la défense de la liberté d’entreprise et hostile à toute réorganisation économique et sociale qui ne s’inscrirait pas dans la démarche capitaliste. De même encore, toute négociation semble difficile avec le gouvernement de Michel Debré qui refuse d’envisager un rééquilibrage des pouvoirs au sein de l’entreprise. Or, pour la CFTC, le partage du pouvoir pour aller dans la voie démocratique est une impérieuse nécessité.

22Si les congressistes, et notamment Gilbert Declercq, envisagent le thème de la participation, ils ne le font pas selon la problématique gaulliste. Car, pour la CFTC, la participation concerne les modalités de la gestion ; elle ne peut se réduire à la distribution de profits éventuels. Ce qui signifie que toute politique de participation rend indispensable l’adoption du préalable de la « maîtrise socialiste des investissements ». Dans la mesure où le gouvernement gaulliste ne peut accepter ces revendications, la CFTC attend et espère d’un changement complet de politique une amélioration explicite de la condition et du statut ouvriers.

23Le congrès confédéral de juin 1959 n’apporte pas de réponse définitive à une politique immédiate. Il définit une stratégie négative à l’égard du gaullisme gouvernemental au moment où celui-ci croit trouver dans la CFTC un allié compétent et compréhensif. Mais si les réflexions confédérales ne sont plus dans le champ de l’action menée par Charles de Gaulle et Michel Debré, elles n’écartent pas pour autant les discussions quotidiennes avec les représentants de l’Etat. A cet égard, la résolution du 31e congrès confédéral en 1961 révèle l’essentiel des analyses engagées par la CFTC. En effet, celle-ci ne rejette pas d’emblée la politique des salaires imaginée par Michel Debré ; mais elle exige que celle-là soit un élément d’une vaste politique des revenus. Toute politique salariale réductrice — qui ne prendrait pas en compte tous les revenus — deviendrait inéluctablement « police des salaires ».

24La CFTC définit alors sa conception du salaire. Si le salaire doit être juste (selon les options classiques), son évolution et sa croissance doivent dépendre des capacités du développement économique mais aussi correspondre aux revenus assurés par des activités non salariales. Par conséquent, si la CFTC accepte la notion de masse salariale et reconnaît que son accroissement doit prendre en compte la situation économique dans son ensemble, elle refuse que la clé de voûte de la politique salariale soit d’abord assurée par le contrôle et la maîtrise des salaires de manière exclusive. Il en va non seulement du niveau de vie des salariés mais aussi de leur statut dans la société. Toute négociation sur les salaires et sur une politique efficace des salaires est acceptable à la condition qu’elle ne se transforme pas en encadrement des salaires.

25La résolution du 31e congrès revient d’ailleurs sur la notion d’intéressement pour la rejeter avec une vigueur analogue à celle de 1959, car l’application du texte de l’ordonnance, dans les rares entreprises concernées, montre que la participation aboutit, en fait, au versement de primes. Or, si les primes améliorent le salaire apparent, elles ne constituent pas un salaire et ne peuvent rendre juste un salaire qui ne l’est pas. Il semble évident aux congressistes que la notion gaulliste masque de plus en plus mal un alibi inacceptable pour la Confédération. Car, l’intéressement des travailleurs confirme la marginalité du travail salarié dans la société capitaliste. Toute approche de solution suppose donc, de toute nécessité, la reconnaissance officielle des droits des travailleurs dans l’entreprise et l’abandon des procédures de gestion monarchique. La CFTC n’imagine de concertation sérieuse avec le gouvernement qu’à la condition de retenir ces préalables.

  • 9 André Gauron, Histoire économique et sociale de la Ve République. I. Le temps des modernistes, Par (...)

26Cette opposition à la problématique et aux méthodes du gaullisme en action n’interdit nullement un effort de compréhension. Le secrétaire général de la CFTC, Eugène Descamps, apprécie Michel Debré qu’il rencontre souvent. De même, le modernisme économique qui s’esquisse, rencontre aussi certaines options de la CFTC9. De fait, la Confédération revendique un dialogue vigoureux avec les pouvoirs publics, sollicite régulièrement des entretiens avec les ministères concernés et participe activement aux instances consultatives comme le Conseil économique et social ou les commissions de la planification. La Confédération souhaite que l’Etat décide plus collégialement et n’impose pas ses seules préoccupations financières et budgétaires aux choix de politique économique et sociale.

  • 10 Rapport remis par André Jeanson. Débats du Conseil économique et social, novembre 1962.

27Le gouvernement lui-même donne l’impression d’entretenir ce dialogue exigeant avec la CFTC. Jusqu’en 1962, le volontarisme économique, que cherchent à promouvoir Michel Debré et Jean-Marcel Jeanneney, rencontre certaines sympathies dans le syndicalisme chrétien. Il s’exprime, par exemple, à travers l’élaboration du IVe Plan qui prétend prendre en compte l’ensemble du « développement économique et social ». La préparation du IVe Plan répond à certaines préoccupations de la Confédération. Des hausses de salaires corrélatives à la croissance, la priorité accordée aux équipements sociaux (logement, formation, culture), l’inflexion des investissements vers la satisfaction des besoins collectifs et non plus seulement individuels, constituent de bons choix. Mais la CFTC ne peut se satisfaire que de manière très partielle des procédures utilisées : la planification démocratique n’y trouve pas son compte10.

28Pour exprimer ses réserves à l’égard des choix et des méthodes du gouvernement, pour ne pas être enfermée dans un dialogue trop compromettant, la CFTC essaie de bien marquer ses distances. C’est dans cet ordre d’idées, qu’en mars 1962, elle organise un grand colloque consacré à la planification démocratique. A cette occasion, elle rappelle ses préoccupations, ses perspectives pour montrer les limites d’un dialogue avec le pouvoir politique. Sans apercevoir toujours certaines contradictions de la politique gouvernementale, elle considère que le cadre de la planification doit lui permettre de faire avancer certaines propositions et garantir un complément d’efficacité à la revendication syndicale.

2. La rupture (1963-1968)

29L’automne 1962 et l’hiver 1962-1963 enregistrent une nette reprise de l’action syndicale et revendicative.

  • 11 André Gauron, op. cit. La lecture du journal Le Monde est, à cet égard, tout à fait significative.

30Plusieurs conditions s’y prêtent. La fin de la guerre d’Algérie lève l’hypothèque politique permanente jusqu’en avril 1962. Par ailleurs, le retour à la paix fait éclater des tensions sociales que la guerre a longtemps occultées. La situation économique se dégrade car l’afflux des rapatriés, la montée des salaires que l’on ne peut plus contenir, accroissent la demande tandis que l’importance des investissements improductifs (lourde politique militaire) accroît le nombre des verrous de l’économie française. L'inflation reprend avec vigueur. Le nouveau Premier ministre, Georges Pompidou, insiste sur la nécessité de moderniser les structures françaises pour permettre une meilleure internationalisation économique. La compétitivité des entreprises dans le cadre européen est désormais à l’ordre du jour. Elle doit s’accompagner d’une restructuration des activités industrielles qui tienne compte de la situation au sein de la CEE. Pour éviter les risques de mécontentement et de dérapage sociaux, Georges Pompidou souhaite voir se développer la pratique de la négociation avec les partenaires sociaux. Mais cette démarche ne doit pas contrarier la stratégie économique11.

31Plusieurs symptômes révèlent que le climat social et politique se dégrade. Les élections d’administrateurs aux Caisses de Sécurité sociale montrent le poids de l’influence syndicale et confirment la recrudescence des revendications. Au début de l’année 1963, dans le secteur public et nationalisé, se développent des actions de grève qui traduisent un mécontentement profond. De même, au moment où les fonctionnaires accentuent leur démarche revendicative, le thème de la généralisation de la 4e semaine de congés payés est porteur d’action. Dès janvier 1963, la CFTC et la CGT organisent des journées communes sur ce sujet particulièrement populaire dont FO ne peut se tenir éloigné. Interpellé, le gouvernement hésite parce qu’il est divisé.

32En fait, le secteur public et nationalisé offre un large champ à la revendication sociale. La politique des salaires voulue par le gouvernement est activement menée, elle y est plus facile à pratiquer que dans le secteur privé. Au total, les salaires dans les entreprises nationales et dans la fonction publique ont pris du retard par rapport à la croissance et par rapport aux salaires du secteur privé. La revendication syndicale se nourrit du malaise ambiant.

  • 12 Le Monde, articles de mars 1963.

33La grève des mineurs, qui éclate à la fin du mois de février 1963, exprime de front toutes ces préoccupations au terme d’un hiver rigoureux. A la mi-février 1963, les syndicats de mineurs, constatant que les salaires sont loin de répondre aux besoins, demandent une augmentation de 11 % à la direction des Houillères nationales. La réponse ne peut être satisfaisante. C’est pourquoi, ils lancent un mot d’ordre de grève pour la fin du mois. Les syndicats CFTC et FO des mineurs parlent même d’une grève illimitée. Pour la CFTC, c’est une occasion d’exprimer sa crédibilité ouvrière dans des régions ouvrières traditionnelles face à la CGT. Mais c’est aussi traduire concrètement le mécontentement social. A cet ordre de grève, Charles de Gaulle fait répondre par la réquisition. Loin de calmer les tensions, cette démarche autoritaire raidit les exigences des mineurs car elle soude la solidarité envers une corporation très populaire. L'indignation des mineurs, le ralliement des cadres qui soulèvent la question de l’avenir du charbon, entraînent une grève longue au cours de laquelle se durcissent les positions syndicales. Il faut l’engagement de l’Etat de désigner un arbitre pour apaiser la situation12.

  • 13 Fédération des mineurs, Le Monde, 25 mars 1963.

34En cette occurrence, la CFTC prend une attitude très ferme. Elle attend satisfaction des besoins et non pas essoufflement de la grève ; elle ne condamne pas définitivement le gouvernement ni Charles de Gaulle, mais attend des solutions justes à une crise sociale légitime13. Elle déplore avec vigueur les atermoiements d’un gouvernement divisé. A l’évidence, des hommes, comme le ministre du Travail, Gilbert Grandval, n’approuvent pas la méthode utilisée.

35La reconnaissance finale du bien-fondé des revendications minières par l’arbitre, l’engagement du ministère de poursuivre des discussions sérieuses, font cesser la grève. Mais pour la CFTC, la grève des mineurs traduit le combat contre une politique économique mal explicitée et contre une politique sociale qui tend à faire peser sur les seuls salaires un effort pour maîtriser l’inflation. Elle dénonce aussi l’impréparation de l’avenir : le problème de l’énergie charbonnière est posé ; celui de l’aménagement régional futur l’est tout autant. Pour la Confédération, ces thèmes deviennent essentiels.

  • 14 Opération politique menée par L’Express en 1963-1964. Pour préparer l’élection présidentielle de 1 (...)

36Ce sentiment d’imprévision, de gestion de l’avenir à la « petite semaine », incite la Confédération à se rapprocher de tous les « modernistes » de l’époque. C’est ainsi qu’Eugène Descamps, André Jeanson, Georges Levard, multiplient les rencontres avec les leaders paysans du Centre national des Jeunes Agriculteurs comme Michel Debatisse, des hauts fonctionnaires comme François Bloch-Lainé, Michel Rocard, des journalistes comme Jean-Jacques Servan-Schreiber de L’Express ou Michel Bosquet du Nouvel Observateur. Certains de ces leaders participent efficacement aux activités du Club Jean Moulin. Il s’agit, en ces années 1963-1965, de coordonner la réflexion syndicale et celle d’experts ou d’économistes (Pierre Uri) qui préparent la modernisation française d’a-près-1965 — première échéance présidentielle. De manière plus ou moins officielle, des dirigeants confédéraux, comme André Jeanson, le vice-président de la CFDT, ou Maurice Gonin, membre du bureau confédéral, imaginent la France de l’après-gaullisme, car ils ne croient plus à la modernisation équitable que mènerait Georges Pompidou. Ce sont les mêmes auxquels vient s’ajouter le leader du SGEN-CFDT, Paul Vignaux, qui participent, à titre personnel mais avec l’accord du bureau confédéral, à l’opération Monsieur X14. L'engagement de bien des leaders de la CFDT auprès de Pierre Mendès France exprime cette volonté d’ancrage dans une gauche moderniste qui pose les problèmes réels pour transformer les structures sociales sclérosées.

37Il est donc clair qu’au moment où la CFDT s’est engagée dans la « dé» déconfessionnalisation », elle cherche à participer à l’élaboration de projets qui dépassent le strict champ social et concernent aussi le champ politique. Ce faisant, elle n’innove pas vraiment par rapport aux années antérieures, mais elle insiste de plus en plus précisément sur le fait que toute politique sociale est un des maillons d’une politique d’ensemble que combat désormais la Confédération. Elle engage sa démarche sur le terrain de l’action sociale revendicative — qui demeure fondamentale — mais aussi cherche à s’associer à la définition d’une stratégie constructive qui lui permet de collaborer à la définition de propositions précises et concrètes. Le choix de la Confédération ne consiste plus à dialoguer ou à discuter avec le gaullisme ; il s’agit, pour elle, de préparer un changement d’équipe pour mettre en œuvre une politique nouvelle, car elle ne croit plus aux capacités d’un changement en profondeur avec le personnel gouvernemental en place.

38La préparation du Ve Plan confirme, en 1964-1966, cette rupture de fait avec une politique qui s’éloigne des perspectives de la CFDT. Le débat sur ce plan est particulièrement vigoureux.

39Les difficultés rencontrées en 1965 se multiplient, car les effets des restructurations industrielles se font sentir de plus en plus lourdement. Après les charbonnages, la sidérurgie, la métallurgie, le textile, sont touchés à leur tour. L’objectif confédéral consiste non pas à refuser les efforts de restructuration mais à dénoncer l’absence de vision d’avenir et à limiter les licenciements pour sauvegarder l’emploi. C’est pourquoi la CFDT propose l’élaboration d’une autre politique industrielle. Elle refuse, condamne le « fatalisme » économique du gouvernement Pompidou et le « laisser-faire » du général de Gaulle (qui a parlé des « aléas de la conjoncture » à l’occasion d’une conférence de presse) et revendique l’adoption, par l’Etat, d’un volontarisme économique et social qu’elle juge indispensable.

  • 15 De Gaulle avait caractérisé en ces termes, en 1962, la poütique de planification.
  • 16 André Jeanson, Bureau confédéral, Le Monde, 6 février 1965.

40Les premiers objectifs du Ve Plan lui paraissent totalement insuffisants, car ils ne définissent pas de priorités hormis celle de l’adaptation de l’économie française au marché international. Les perspectives planificatrices de Georges Pompidou sont très éloignées de « l’ardente obligation » de 196215. La réduction des investissements publics au profit du renforcement de l’autofinancement lui semble d’autant plus dommageable qu’elle y voit la substitution d’un plan « d’accompagnement » à un plan « moteur ». La CFDT craint, par ailleurs, les conséquences sociales néfastes d’un abandon des choix principaux à l’initiative privée. Que va devenir l’emploi ? Quel sort sera réservé aux plus défavorisés ? En définitive, la CFDT déplore amèrement que l’Etat ne joue plus son rôle de protection des plus faibles — même si, par ailleurs, elle reconnaît que l’Etat garde la volonté « d’encadrer l’économie nationale »16 — et qu’il n’ait pas d’ambitions claires à long terme. Enfin, elle dénonce le recours systématique aux « technocrates » sans mandat et l’absence de dialogue social effectif.

41Certes, les équipes de la CFDT sont en 1964-1966 assez sensiblement renouvelées par rapport à 1960-1962. Mais si la CFDT se veut « en flèche », il ne faudrait pas surestimer une radicalisation qui, à l’époque, est éloignée des perspectives d’une Confédération qui, pourtant, s’engage activement dans l’opposition au gaullisme. Réduction des inégalités, préparation de l’avenir, aménagement régional sont des axes prioritaires d’une organisation syndicale qui, de plus en plus, se veut force de proposition et pas seulement force de contestation.

42Le 33e congrès confédéral, qui se réunit du 9 au 11 novembre 1965, quelques semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle, s’inscrit dans cette stratégie.

  • 17 Résolution du 33e congrès. Archives de la CFDT.

43Il prononce un verdict décisif contre la politique menée par le gouvernement. Eugène Descamps, le secrétaire général, prononce un réquisitoire sévère sur les méthodes gouvernementales (incapacité à écouter, à négocier) et dénonce les conséquences néfastes pour les masses populaires de la politique économique et sociale menée pendant le septennat qui se termine, comme la dégradation constante de la vie démocratique. La résolution finale, votée à la quasi unanimité, appelle « les travailleurs à prendre conscience des graves conséquences économiques qu’aurait pour eux, comme pour le pays tout entier, la reconduction du régime gaulliste » et à tenir compte de leurs intérêts « en votant pour un candidat marquant son opposition à la politique actuelle, en présentant une alternative qui engage le pays dans la voie des réformes fondamentales qui comportent les orientations de progrès social, de démocratie et de paix »17.

44La CFDT ne demande pas à ses adhérents et à ses sympathisants de voter pour le candidat d’union de la gauche, François Mitterrand. La diversité des sensibilités politiques, le nombre des militants d’origine catholique, l’attachement à la conception anarcho-syndicaliste de l’autonomie syndicale par rapport au politique, l’incitent à une relative prudence. Mais des fédérations (textiles) ou des unions régionales (Pays de Loire) n’ont pas cette prudence tactique. La CFDT a choisi, sur le terrain politique, le camp de l’union des « forces populaires ».

45Mais par ailleurs, les entretiens entre la CFDT et le ministre du Travail, Gilbert Grandval, sont fort confiants. Le dialogue social est une constante de la démarche confédérale rappelée au 33e congrès. En fait, c’est aussi la conception du pouvoir, le recours aux choix technocratiques que condamne une confédération syndicale qui, faute de négociation, souhaite s’engager dans une stratégie de rupture. Eugène Descamps affirme lui-même que la CFDT croit d’abord à la politique contractuelle, au paritarisme, pour lesquels il faut construire un outil syndical puissant.

46Lorsqu’est signé, en janvier 1966, l’accord d’unité d’action entre la CFDT et la CGT, la stratégie confédérale est claire. L'accord ne signifie pas collaboration encore moins soumission de la CFDT aux objectifs de la CGT. Il exprime la volonté, rappelée en 1964, de prendre en compte l’intégralité de la tradition ouvrière : la CGT ne peut être contestée comme représentative d’une partie de la classe ouvrière. Surtout, il traduit l’exigence d’une action revendicative plus vigoureuse, car les perspectives de la CGT sont, à l’époque, plus « radicales » que celles de la CFDT. Enfin, en définissant les modalités d’action et les objectifs prioritaires que se fixent les deux confédérations (amélioration du pouvoir d’achat, défense des droits syndicaux, réduction des dépenses improductives, garantie de l’emploi), l’accord définit un cadre à l’intérieur duquel l’unité d’action doit s’engager et se développer.

47Certes, la CFDT a fait des concessions à son nouveau partenaire ; la hiérarchie des priorités les révèle précisément. Ce faisant, l’unité d’action présente de nombreux risques. Mais la CFDT en attend un meilleur enracinement dans la classe ouvrière et espère faire admettre la prééminence de l’action du syndicalisme sur la stratégie politique par la CGT.

48L'unité d’action avec la CGT est, pour la CFDT, un choix tactique qui contribue à développer la revendication sociale, en 1966 et 1967. La riposte syndicale aux ordonnances gouvernementales sur la Sécurité sociale, en mai 1967, le souligne amplement. L’abandon de l’élection des administrateurs contribue à dégrader le climat social au point que l’ordonnance d’août 1967 passe inaperçue et qu’elle est, au mieux, considérée, une fois encore, comme un alibi sans intérêt réel ni contenu appréciable.

49Cependant, sur le terrain, l’unité d’action résiste mal car les perspectives des deux confédérations sont dissemblables. La recherche de priorités, à laquelle tient la CFDT, s’entend mal avec une démarche qui exploite la contestation. La concurrence des deux organisations, de fait, ne se réduit pas.

3. La crise de mai 1968 et ses séquelles

50Il s’agit moins d’analyser le rôle de la CFDT dans la crise de mai 1968 que d’évaluer l’analyse qu’elle en fait.

  • 18 Résolution du Bureau confédéral, 7 mai 1968.

51En fait, ce qui anime la CFDT ce sont des préoccupations traditionnelles : les forces populaires ont la capacité de faire des propositions précises pour élaborer une autre politique sociale par la démarche négociée. Ce qui rapproche la CFDT des étudiants de l’UNEF, dès le 7 mai 1968, c’est le recours à la répression, à la « justice expéditive », qui expriment le mépris et le refus d’écouter et de discuter. La CFDT rejoint donc le mouvement étudiant organisé — celui de l’UNEF — dans sa revendication de la démocratie élargie18. A plusieurs reprises, au nom de la CFDT, Eugène Descamps, rappelle cette préoccupation. Il le fait de manière spectaculaire, à l’occasion d’une conférence de presse commune avec les dirigeants de l’UNEF, le 20 mai 1968. Démocratiser l’Université et démocratiser les entreprises procèdent de la même démarche. La cogestion à l’Université et l’autogestion dans l’entreprise ont la même signification. Le pouvoir étudiant dans les facultés et le pouvoir syndical constituent une revendication commune.

52Mais le rapprochement avec le syndicalisme étudiant ne signifie pas que la CFDT abandonne le champ des entreprises aux leaders étudiants. En effet, la CFDT — comme la CGT d’ailleurs - dénie à l’UNEF et au mouvement du 22 mars les compétences pour parler au nom des travailleurs. Les entreprises, Eugène Descamps y insiste beaucoup, relèvent des préoccupations du syndicalisme des salariés.

  • 19 Résolution du Bureau confédéral, 18 mai 1968.

53Assez vite d’ailleurs, la CFDT ajoute à la démarche (élargir la démocratie), des revendications plus sociales et plus concrètes. En effet, la crise étudiante sert de révélateur à une crise plus profonde qu’exploite la Confédération pour faire progresser quelques-unes de ses revendications traditionnelles : la section syndicale d’entreprise, le droit à l’information, le militantisme dans l’entreprise, qui caractérisent le « pouvoir syndical ». La défense du droit de grève, l’interdiction du lock-out, la négociation par les syndicats, la gestion par les travailleurs des organismes de Sécurité sociale, sont autant de revendications contre la « politique antisociale » du gouvernement de Georges Pompidou19. Bref, aux yeux des dirigeants confédéraux, la crise universitaire peut permettre d’engager concrètement une étape vers la transformation du système économique et social.

54La CFDT participe aux discussions qui, les 25, 26 et 27 mai 1968, mènent aux accords de Grenelle. Mais si la CFDT veut exprimer la revendication d’une plus grande démocratie, il faut souligner que, pour Georges Pompidou, Eugène Descamps ne constitue pas un partenaire privilégié. Les appels lancés aux exigences qualitatives — la section syndicale d’entreprise — inquiètent le gouvernement comme la CGT. De fait, sur les accords de Grenelle, la marque confédérale demeure modeste. L'appréciation que porte la Confédération est donc sévère car non seulement les négociateurs cédétistes n’ont pas été consultés, mais, de plus, le processus attendu de démocratisation des entreprises n’a pas été enclenché. En outre, les mesures visant à réduire les inégalités n’ont pas été suffisamment affirmées.

55Mais si les résultats ne sont pas à la hauteur des exigences, car la situation permet des revendications exceptionnelles, la CFDT reconnaît qu’en termes de pouvoir d’achat, de revalorisation quantitative, les accords de Grenelle apportent plus que dix années d’action revendicative. Comme les autres organisations, la CFDT se retourne vers ses mandants ; puisque leur réponse est négative, la CFDT finit par rejeter les accords en considérant que le débat se situe désormais sur le domaine politique.

  • 20 Interview donnée au Monde, 13 mars 1969.
  • 21 Résolution du Bureau confédéral, 11 avril 1969.

56L’évolution politique ultérieure, et notamment le référendum du 26 avril 1969, n’apporte pas de modifications sensibles à la stratégie confédérale. Le projet de participation ne reçoit pas un accueil particulièrement intéressé car, comme le souligne André Jeanson, on ne peut faire abstraction d’une conjoncture qui laisse peu de place à la discussion20. Pour la CFDT, le référendum ne suppose aucune autre réponse que négative. Car la procédure utilisée — les aspects plébiscitaires sont évidents — comme les contenus insuffisants présentent, affirme le bureau confédéral, « les plus graves dangers »21.

57Les résultats du référendum confirment les positions prises. Pour la CFDT, l’échec de de Gaulle c’est la victoire des traditions républicaines et démocratiques, mais c’est aussi l’exigence d’une autre politique, novatrice et démocratique sur tous les plans : social, économique et politique. La CFDT espère que « l'après-gaullisme » pourra offrir les éléments de satisfaction nécessaire.

***

58En une décennie, la CFTC/CFDT a développé, au-delà de certaines évolutions conjoncturelles inévitables à une organisation syndicale, une démarche d’une assez grande continuité. En effet, de 1959 à 1969, elle s’oppose, avec des tons variables, à la politique économique et sociale des différents gouvernements nommés par le général de Gaulle.

59Cette opposition provient certes de l’évolution interne de la Confédération. Mais elle surgit surtout du projet social spécifique de transformation qui inscrit la CFTC/CFDT, depuis 1959, dans une perspective socialiste. Il ne s’agit plus, comme de Gaulle le souhaite, d’aménager ou d’améliorer la société capitaliste, il s’agit de la transformer en profondeur. Dès lors, les chemins sont différents. Les procédures gouvernementales ne peuvent que nourrir cette opposition car la Confédération rejette tout ce qui ne contribue pas à construire la citoyenneté ouvrière.

60Le divorce avec Charles de Gaulle est donc patent et consommé très tôt. En fait, la politique gaulliste développe une stratégie qui, pour la CFDT, n’est plus adaptée aux situations nouvelles.

61Le paradoxe des rapports entre le gaullisme et la CFTC/CFDT n’en éclate pas moins, car, si de Gaulle ne satisfait pas les revendications de la Confédération, celle-ci voit retenir certaines de ses idées par les successeurs de Charles de Gaulle. Il est vrai que de 1969 à 1972, c’est un militant de la CFDT qui inspire et anime la politique sociale de Jacques Chaban-Delmas : il s’agit de Jacques Delors.

Notes

1 M. Branciard, Un syndicat dans la guerre d’Algérie, Paris, Syros, 1983.

2 Conférence de presse de Maurice Bouladoux, Le Monde, 19 janvier 1959.

3 Intervention de Georges Levard au Bureau confédéral de la CFTC, 19 mars 1959.

4 B. Moss, « La réforme de la législation du travail », Le Mouvement social, 148, juillet-septembre 1989.

5 De fait, en 1968, seules cinq entreprises ont signé des accords de ce type qui concernent moins de 20 000 salariés.

6 M. Bouladoux, Bureau confédéral, 19 mars 1969.

7 Archives de la CFDT.

8 Archives de la CFDT.

9 André Gauron, Histoire économique et sociale de la Ve République. I. Le temps des modernistes, Paris, La Découverte Maspero, 1983.

10 Rapport remis par André Jeanson. Débats du Conseil économique et social, novembre 1962.

11 André Gauron, op. cit. La lecture du journal Le Monde est, à cet égard, tout à fait significative.

12 Le Monde, articles de mars 1963.

13 Fédération des mineurs, Le Monde, 25 mars 1963.

14 Opération politique menée par L’Express en 1963-1964. Pour préparer l’élection présidentielle de 1965, le magazine imagine le « candidat idéal » des partis de gauche. Ce fut Gaston Defferre faute d’obtenir l’accord de Pierre Mendès France.

15 De Gaulle avait caractérisé en ces termes, en 1962, la poütique de planification.

16 André Jeanson, Bureau confédéral, Le Monde, 6 février 1965.

17 Résolution du 33e congrès. Archives de la CFDT.

18 Résolution du Bureau confédéral, 7 mai 1968.

19 Résolution du Bureau confédéral, 18 mai 1968.

20 Interview donnée au Monde, 13 mars 1969.

21 Résolution du Bureau confédéral, 11 avril 1969.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540