Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

De Gaulle et le pragmatisme social

René Vanberkel

Texte intégral

1 « Pragmatisme », ce terme est défini comme un empirisme agnosticiste qui prend, pour critérium de la vérité, la valeur pratique. De cette définition nous retiendrons les éléments susceptibles de nous servir dans notre analyse :

  • l’empirisme, on le sait, est la méthode qui s’appuie sur l’expérience ;
  • l’agnosticisme professe que l’absolu est inaccessible à l’esprit humain et que donc la connaissance est relative ;
  • par voie de conséquence est affirmée, comme critérium de la vérité, la valeur pratique.

2Dans une récente réédition de son ouvrage sur Les droites en France, René Rémond, à propos de la succession du Général de Gaulle, interroge : « quel parti aujourd’hui ne fait pas de temps à autre référence au fondateur de la Ve République ?" Et il ajoute :

  • 1 René Rémond, Les Droites de France, Paris, Aubier Montaigne, 1982, p. 341.

« Jamais le mot prêté au général de Gaulle, « tout le monde a été, est ou sera gaulliste », n’a été aussi vrai ; ceux qui ne l’étaient pas ou ne se l’avouaient pas le sont devenus. Le Général a remporté sa dernière victoire : lui qui ambitionnait de dépasser les divisions entre droite et gauche, y a réussi après sa mort. Il fait désormais partie intégrante du patrimoine historique : son souvenir et son message sont incorporés à la conscience nationale ». 1

3Cette efficacité reconnue par René Rémond ne vient-elle pas justement de la volonté d’action d’un homme qui s’est justement distingué par son art de ne pas cultiver la différence. Le Général était-il de droite ou de gauche ? Telle est la question que pose le même auteur. De Gaulle a voulu brouiller les pistes et se mettre au-dessus des partis. René Rémond déclare à ce sujet :

  • 2 René Rémond, op. cit., p. 333.

« Le fait gaulliste a brouillé les lignes, effaçant pour un temps et sur une partie de leur tracé les frontières habituelles, mélangeant les camps, confondant adversaires d’hier et alliés de la veille, périmant les repères classiques » 2

4Parce que s’est fait jour une semblable politique, on s’est peut-être interrogé sur le gaullisme plus que sur n’importe quel mouvement politique. Du gaullisme René Rémond nous dit :

  • 3 René Rémond, op. cit., p. 333.

« Il n’y a pas un gaullisme unique, immuable et parfaitement homogène. Certains, même parmi ses fidèles, assurent qu’il se définit par son pragmatisme ». 3

5Quand on se penche sur la politique sociale du Général, on est forcé, selon nous, de respecter ces observations préliminaires. Le gaullisme a tranché par rapport au passé et surtout dans ce dernier domaine. Lorsque le général de Gaulle devient l’homme du 18 juin, il a en tête des préoccupations politiques et surtout militaires. Son installation en France en 1945, puis son retour, entraîneront des orientations sociales précises sur lesquelles finalement personne n’est vraiment revenu.

6On a donné et on livre encore de nombreuses explications souvent pertinentes sur cette réalité. Si nous nous arrêtons à la question du pragmatisme du Général, c’est que nous croyons que parmi tant d’autres, elle est susceptible d’expliquer les caractéristiques de la politique sociale du général de Gaulle.

7Pragmatisme ou dogmatisme ? Quelle méthode choisir pour trancher ? On peut en choisir différentes. Nous adopterons une des plus simples, en en connaissant les limites.

8Il nous est apparu souhaitable, en effet, de rejeter, tout au moins dans un premier temps, une étude trop systématique des textes du Général ou de ceux expliquant son action. La raison en est simple : à notre question, le Général répond de lui-même et sans ambiguïté. Il le fait parce que son action se caractérise par des réalisations novatrices et que celles-ci sont invariablement adaptées aux circonstances.

9Pour autant, il ne s’agit pas d’ignorer les idées ou les principes qui ont guidé de Gaulle sur le plan social. Combien l’empreinte forte du catholicisme social a déjà été montrée et le sera encore avec beaucoup de pertinence. M. Prélot ne souligne-t-il pas :

  • 4 Marcel Prélot, Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, 1966 (3e édition), p. 684.

« Si l’on veut aller plus à fond, on notera d’abord que, de tradition monarchiste, la famille de Gaulle n’appartient pas au milieu de l’Action Française. Elle est catholique-sociale. Un oncle du Général est professeur aux Facultés catholiques de Lille et est l’ami d’Eugène Duthoit, Président des Semaines Sociales de France. En des temps moins menaçants, Charles de Gaulle eût écrit, comme Lyautey, un « Rôle social de l’officier ». Dans l’entre-deux-guerres, il cherche un peu partout des appuis politiques, mais c’est parmi les catholiques dits de gauche qu’il se plaît » 4.

10Mais, à vrai dire, la biographie du général de Gaulle indique clairement bien d’autres influences. Laissant résolument cette étude aux spécialistes, nous nous sommes attaché à voir ce qui, chez l’homme du 18 juin dont personne ne conteste plus la volonté de progrès, est réalisme social et donc pragmatisme d’ouverture.

11On constate pour notre part que dans le domaine social, comme ailleurs, le général de Gaulle s’est voulu, avant tout, homme d’action adapté aux circonstances. Partant de là, deux caractéristiques se dégagent :

  1. le gaullisme avec de Gaulle a signifié l’innovation la plus concrète et souvent la plus inspirée ;
  2. en même temps le Général a respecté dans son programme social les circonstances, préférant s’y adapter que de vouloir forcer le destin.

12On dira que l’on se trouve plus en présence d’un esprit de réalisme que de pragmatisme. Mais si l’on considère que le dernier suppose expérience et relativisme, on retiendra le pragmatisme comme hypothèse puisque pour une part la politique sociale du Général est marquée :

  1. par un empirisme novateur,
  2. par le respect de l’histoire, donc des circonstances.

1. Un empirisme social novateur

1.1. Les réformes déterminées par le gaullisme

13Les réformes déterminées par le gaullisme sont connues : elles sont constituées de quatre blocs.

14On crée entre 1944 et 1946 un nouveau cadre social : il est octroyé le droit de vote aux femmes (5 octobre 1944).

15Durant cette période, à la vague des nationalisations, correspond une vague de créations sociales :

  • c’est l’instauration du système de Sécurité Sociale (par un disciple de William Beveridge : Pierre Laroque) ;
  • on met en place les comités d’entreprise qui doivent vivifier la démocratie dans l’entreprise.

16Un nouveau statut du fermage est censé donner satisfaction au monde rural tandis qu’est réaffirmée la liberté syndicale, supprimée par le régime de Vichy. Tel est le premier tournant.

17Le deuxième est celui de la participation, qui a fait l’objet d’une longue gestation, qui lui donne une allure tout à fait particulière.

18Le troisième se situe en juin 1968, après les « événements ». Alors que les accords Matignon ont accordé aux syndicats les plus représentatifs un rôle national, une loi sur le droit syndical dans l’entreprise est votée en décembre 1968, en application des accords de Grenelle et une convention patronat-syndicats est signée deux mois plus tard sur les garanties sociales assurées aux travailleurs frappés d’un licenciement collectif.

19Le quatrième, enfin, ne l’oublions pas, est la réforme — proposée et refusée — du Sénat et des régions dont le retentissement social aurait dû être certain.

1.2. Les réformes de l’expérience

20En quoi ces réformes furent-elles amenées par l’expérience, aucune d’elles n’ayant a priori de ressemblance avec les autres ?

1.2.1. Les réformes de 1945

21Pour les réformes de 1945, il est aisé d’apporter des réponses : la Résistance mais aussi un peuple privé du minimum attendaient des changements économiques et sociaux profonds.

  • 5 Paul-Marie de la Gorce, De Gaulle entre deux mondes - Une vie et une époque, Fayard, 1964.

22« On ne saurait penser que ces exigences réformatrices ou même révolutionnaires - à condition de ne donner aucun contenu précis à ce mot - aient été le seul fait de quelques mouvements animés par des équipes d’opinion socialiste », nous dit Paul-Marie de la Gorce5. Lorsque Jean Moulin est envoyé par de Gaulle en France occupée, il met en place un « Comité Général d’Etudes », chargé de préparer les lois. Il s’entoura d’hommes pondérés, comme Robert Lacoste, dirigeant syndicaliste, Paul Bastid, professeur de droit et radical, François de Menthon et Pierre-Henri Teitgen, juristes et démocrates-chrétiens, René Courtin, universitaire et libéral, Alexandre Parodi, haut-fonctionnaire appartenant à une grande dynastie universitaire et républicaine. Ce groupe édita Les cahiers politiques dans le but de « préciser l’orientation générale que la Résistance souhaitait donner à notre futur régime ». Les Cahiers du Témoignage Chrétien, écrivaient en juillet 1944 : « Révolution, telle est donc la tâche qui s’impose à nous ». Partis, syndicats, presses clandestines formulaient l’exigence unanime de réforme ou de révolution.

23Dans ce concert, le programme du CNR est celui qui précise le plus nettement les objectifs à atteindre. Tandis qu’il précise les objectifs en vue, il traite prioritairement autant de l’avenir des institutions économiques et sociales que des impératifs financiers et techniques. Il réclamait, par exemple :

  • 6 Voir le programme du CNR en annexe dans les livres consacrés à la Résistance.

« L’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques de la direction de l’économie... une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général... le retour à la nation de tous les grands moyens de production, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques ». 6

24La quasi-totalité de l’esprit public condamne la IIIe République, son affairisme et ses méthodes politiciennes. Le général de Gaulle le sait mieux que personne, lui qui s’inspire de tous et de tout, et construit sa philosophie sociale en fonction de l’expérience vécue.

25On doit à Raymond Offroy, ambassadeur converti au gaullisme en 1941, ce témoignage sur le général de Gaulle à cette époque :

« Il m’explique qu’il n’a pas seulement la volonté de chasser l’occupant allemand du territoire de la patrie et d’effacer la défaite militaire de 1940, mais qu’il veut aussi empêcher les égoïsmes, les injustices, les incompréhensions qui constituent au demeurant la cause profonde et lointaine du désastre ».

26A son interlocuteur un peu surpris, le Général ajoute :

  • 7 Raymond Offroy, Passer outre. Le génie du gaullisme, Edition France-Empire, 1989, p. 9.

« la libération de l’Homme, écrasé par les intérêts capitalistes et les dictatures financières ne s’effectuera qu’à condition de donner aux plus modestes les mêmes chances qu’à ceux qui sont avantagés par leur hérédité, leur fortune, leur position sociale, leur influence politique » 7.

27Raymond Offroy ajoute :

  • 8 Raymond Offroy, op. cit., pp. 37 et s.

« Au contact de Charles de Gaulle je vais apprendre à être social, en recueillant goutte à goutte les phrases qu’il sculpte, de l’Albert Hall à Oxford, pour annoncer un ordre nouveau qui appliquerait, dans sa réalité et dans son intégralité, la grande devise : « Liberté, Egalité, Fraternité ». 8

28L’auteur souligne néanmoins que la Sécurité sociale et la participation ne sont pas encore dans le vocabulaire du Général mais que l’idée l’affleure dans ses discours, dans ses propos, comme dans ses réflexions.

29Incontestablement, le Général se montre perméable aux idées de gauche qui percent de la Résistance et même à celle d’une bonne partie de son entourage.

30Pour le général de Gaulle, la Libération doit être choisie pour introduire des nouveautés sociales fondées sur la nécessité. De Gaulle s’en explique :

  • 9 P. M. de la Gorce, op. cit., p. 356.

« Le sentiment et la réflexion m’avaient, d’avance, convaincu que la libération du pays devrait être accompagnée d’une profonde transformation. Mais à Lille j’en discernais, imprimée sur les traits de gens, l’absolue nécessité. Ou bien, il serait procédé d’office et rapidement à un changement notable de la condition ouvrière et à des coupes sombres dans les privilèges de l’argent, ou bien, la masse souffrante et amère des travailleurs glisserait à des bouleversements où la France risquerait de perdre ce qui lui restait de substance ». 9

31Le 1er octobre 1945, après la messe célébrée par le Cardinal Liénard en l’Eglise Saint-Michel à Lille, de Gaulle annonce à la foule massée devant la Préfecture que plus de sécurité et de dignité seront assurées aux travailleurs.

32Ce qui conduit le Gouvernement d’alors à des changements importants, c’est la raison d’Etat mais plus encore le souci d’adapter le pays. Par delà la grandeur de l’Etat, la réforme vise à établir la paix sociale, celle qui permettra au pays la reprise de son économie et de son développement.

33Si l’année 1945 voit la réponse aux questions sociales multiples par l’instauration du régime des assurances maladies, si tout salarié doit être couvert, c’est pour tranquilliser définitivement l’esprit des salariés et les attacher à la politique de l’Etat.

34En fait le Général justifie chacune des mesures sociales par des préoccupations d’ordre pratique plus qu’idéologique. Pour la Sécurité sociale il recherche la lutte contre le paupérisme ; tandis qu’un système complet d’allocations familiales verra « se redresser la natalité française, si riche jadis qu’elle nourrissait l’esprit d’entreprise et la grandeur de notre race ». Dans le même temps le statut du fermage, renouvelé de fond en comble, assure à l’agriculteur une stabilité qu’il n’avait pas jusqu’alors :

  • 10 Général de Gaulle, Mémoires de guerre, 1944-1946, Paris, Ed. Plon, 1959.

« Ainsi est-il porté remède à une cause virulente d’aspiration paysanne et de désertion des campagnes » 10.

35Afin de préparer la paix et la coopération dans les usines, le gouvernement de la Libération instaure parallèlement, en février 1945, les comités d’entreprise qui associent les travailleurs à la marche de l’entreprise. On se doute que cet embryon de participation n’a rien d’utopique. Le souci d’établir une troisième voie, mais aussi celui de réorganiser l’économie sur des bases plus stables guident les réformateurs au service du Général.

  • 11 De Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., pp. 97-98.

« En rapprochant les uns des autres tous ceux, quels que soient les échelons, qui participent à la même œuvre, en les amenant à en étudier ensemble la marche, les progrès, les lacunes, en suscitant le sentiment et organisant la pratique de leur solidarité, je compte qu’un pas est fait vers l’association du capital, du travail et de la technique, où je vois la structure humaine de l’économie de demain ». 11

36Telles sont les affirmations du général de Gaulle qui insiste par ailleurs sur le fait que ces transformations, si étendues qu’elles puissent être, sont réalisées sans secousses. Certes, il ne nourrit aucune illusion quant à l’état d’esprit public.

37Au début de ces réformes, à Dijon, au général Giraud qui lui disait « comme les choses ont changé », le Général rétorquait en lui-même :

  • 12 P. M. de la Gorce, op. cit., p. 357.

« C’est vrai pour les choses... Mais voyant l’assistance, mobile et bruissante, je doutais que ce fût le cas pour les Français » 12

38Si le mouvement de la Résistance parle de révolution et va très loin dans ce domaine, la « base » se révèle beaucoup plus conservatrice. Il revient au Général d’avoir su apprécier jusqu’où il était possible d’aller trop loin et de réaliser concrètement ce qu’il fallait faire pour transformer doucement les bases de la société.

39Au reste, celui qui n’hésitait pas à parler de révolution durant la Deuxième Guerre Mondiale, emploie le mot réforme et présente ces réformes d’une incontestable ampleur comme un moyen d’atteindre la puissance... Ainsi s’estompe le thème de la révolution tandis que passe au premier plan celui de la puissance. Plus que tout, la politique sociale de la Libération manifeste une volonté d’agir avec hardiesse mais aussi avec sagacité en respectant la loi des faits. Déjà perçait d’ailleurs le thème du capital-travail mais avec prudence.

1.2.2. La participation

  • 13 Jean Touchard, Le gaullisme 1940-1969, Le Seuil, 1978, pp. 87-88 et 100.

40L'association capital-travail tient une place considérable dans les déclarations du général de Gaulle à l’époque du RPF, Jean Touchard précise que dès le discours de Strasbourg, le 7 avril 1947, le général de Gaulle présente la théorie de la troisième voie entre le capitalisme et le collectivisme13. Pour autant ce programme électoral ne sombre pas dans l’utopie ; l’exemple allemand le démontre assez. Deux vertus essentielles justifient ces vues :

  • 14 Jean Touchard, op. cit., p. 127.

« Stimuler la productivité mais aussi et surtout faire reculer le communisme en faisant disparaître les antagonismes et la lutte des classes ». Pour plus de précision reportons-nous au discours du Général à Saint-Etienne du 4 janvier 1948 : « L’Association, qu’est-ce à dire ? D’abord ceci, que dans un même groupe d’entreprises, tous ceux qui en font partie, les chefs, les cadres, les ouvriers, fixeraient ensemble, entre égaux, avec arbitrage organisé, les conditions de leur travail, notamment les rémunérations... » 14

41Le Ier octobre 1948, le Général déclare :

« Le vieux capitalisme, nous ne le maintiendrons pas tel quel et cela vaut mieux ».

42Le Ier mai 1949 ne parle-t-il pas des « capitalistes du temps de papa » ?

43Ambition constante, l’association capital-travail est aussi une préoccupation d’ordre stratégique. La première pierre a été posée à la Libération avec les comités d’entreprise. La source de ces idées provient de l’influence de René Capitant et de Louis Vallon mais aussi de l’inspiration propre de de Gaulle.

44Les réalisations arriveront plus tard, quand de Gaulle sera revenu au pouvoir en 1958. Elles seront étudiées en seconde partie comme illustration du relativisme créatif. En effet, la participation a marqué toute la politique sociale du gaullisme.

1.2.3. Mai 1968

45Mai 68 n’échappe pas non plus à la participation. Le thème y est évoqué et repris. Mais ce qui retiendra notre attention, c’est l’adaptation et la manière de tirer des leçons de l’expérience qu’adopte ici le gaullisme. Les accords de Grenelle, souvent négligés, offrent au contraire beaucoup d’intérêt de ce point de vue.

46Ni le Général ni ses ministres n’avaient réellement prévu la crise de mai 1968. Georges Pompidou, à son retour d’Afghanistan, prend le 11 mai au soir la décision de rouvrir la Sorbonne. Le général de Gaulle le laisse faire. Egrener tous les détails de cette crise ne servirait à rien. Il suffit de constater, durant presque tout le mois de mai, la carence du pouvoir en place et surtout le désarroi du Général dans cette crise sociale où il est nécessaire d’inclure une jeunesse qui craint pour son avenir.

47« C’est insaisissable, insaisissable » et il emploiera encore le mot « insaisissable » devant Michel Droit le 7 juin. Il répète :

  • 15 Jean-Raymond Tournoux, Le mois de mai du Général, Plon, 1969, p. 149 ; André Malraux, Ces chênes q (...)

« C’est un torrent. Je ne peux le saisir. On ne tient pas un torrent dans ses mains. Je n’ai plus de prise » 15.

48Mais le Général ne reste pas longtemps désemparé. Il contre-attaque :

« J’ai reçu un mandat du peuple. Je le remplirai. Je retarderai la date du referendum... Je me battrai... Je ne leur laisserai pas la France. Oui, c’est eux ou nous !... »

49Après la péripétie de Baden-Baden, le 30 mai, le Général revient à Paris. Il prononce la célèbre allocution télévisée et dissout l’Assemblée le 31 mai.

  • 16 Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la République gaullienne, Mai 1958-avril 1969, Fayard, 1971, pp (...)

50A quoi ont servi les pourparlers de Grenelle qui s’étaient ouverts le samedi 25 mai à 15 heures au Ministère du Travail et où se trouvaient pour le Gouvernement Georges Pompidou, Jean-Marcel Jeanneney, Jacques Chirac ? Outre le SMIG, copieusement revalorisé, l’augmentation des salariés était de 7 % au Ier juin, de 3 % supplémentaires au Ier octobre ; une modeste réduction de la durée du travail était pratiquée en 1970 ; les régimes sociaux (allocations familiales, salaire unique, retraite des vieux, etc...), la formation professionnelle, la Sécurité sociale, le droit syndical dans l’entreprise ont fait l’objet de quelques aménagements. Plus vite encore que ne le prévoyaient les optimistes, Grenelle sera absorbé. Par contre, ces concessions importantes n’ont pas enrayé le mécontentement. Jusqu’au 30 mai, le pouvoir va paraître se dissoudre complètement. Ce n’est qu’au retour du Général, alors que Georges Pompidou songe à démissionner, que la situation va se retourner16.

51Il est vrai que lorsqu’à cette date « le Général » annonce : « je ne me retirerai pas », les concessions de Grenelle ont joué sur un peuple qui, le soir-même, manifestera en faveur du Général. Elles ont pour le moins désamorcé une partie du mécontentement des travailleurs même si les syndicats, et en particulier la CGT, n’ont pas vraiment suivi.

  • 17 J. Touchard op. cit., p. 283.

52En tout cas, l’intervention du Général a été déterminante et il tire, dans son élan, la leçon des événements. Pour lui, les concessions de Grenelle sont assimilées à des mesures de stricte opportunité. Le 7 juin 1968, devant Michel Droit, le Général explique que le malaise est produit par le fait que « l’individu... n’a pas prise sur son propre destin ». Il revient sur l’idée de participation : « Que tous forment ensemble une société »17. Evoquant la crise de l’Université, il mentionne l’angoisse des jeunes.

53Quoi qu’il en soit, le Général manifeste très clairement la volonté d’entreprendre une nouvelle politique. Comme pour l’Université, il le fera pour le social proprement dit.

54Quelle a été la part de collaboration sur le plan social entre Georges Pompidou et le général de Gaulle ? Les appréciations divergent d’autant plus que ni de Gaulle ni Pompidou n’ont fait de véritable confidence à ce sujet. De toute façon, force est de constater que l’un et l’autre, malgré des divergences que nous décrirons plus tard, ont respecté les règles du jeu constitutionnel.

55Quoi qu’il en soit, après les élections législatives des 23 et 30 juin où triomphe l’UDR, le 10 juillet, le gouvernement Pompidou démissionne et le cabinet Couve de Murville, dont l’existence sera relativement courte, est formé. Son rôle social cependant ne doit pas être passé sous silence :

« Votée à la quasi-unanimité des deux chambres, six mois après le protocole de Grenelle, étape essentielle dans l’évolution du droit du travail considérée comme une des plus importantes conquêtes sociales depuis 1884, la loi de 1968 :

  • reconnaît l’exercice du droit syndical dans toutes les entreprises (confirmant mais rappelant le droit antérieur) ;
  • institue la section syndicale et les délégués syndicaux d’entreprise, nouvelles structures dotées d’un pouvoir représentatif et de certains moyens... » 18
  • 19 Ibid.

56Forte de sa majorité, assurée d’un gouvernement sans état d’âme, la loi gaulliste installe à côté de l’employeur un nouveau pouvoir, la section syndicale, « comme le germe d’un contre-pouvoir des travailleurs ». « Les nouvelles dispositions, nous dit J.-M. Verdier, reposaient sur un choix fixé par le législateur en faveur du syndicalisme organisé et responsable (choix confirmé par la loi de 1971 sur les conventions collectives) ; elles étaient, malgré leurs insuffisances, de nature à faciliter le développement de la négociation collective ».19

57Pour la poursuite de sa politique sociale le Général sut tirer les leçons de 68 mais aussi des accords de Grenelle.

58Respect de l’expérience, continuité dans la ligne d’action, le gaullisme plante ici le drapeau d’une nouvelle étape.

1.2.4. Le référendum du 27 avril 1969

59Le 27 avril 1969, le Général organise le référendum qu’il a voulu depuis les événements de mai 1968. Celui-ci porte sur l’organisation des régions et du Sénat dans la perspective d’une politique de participation. En dépit des apparences, nous pensons que le Général n’avait pas perdu le sens des réalités, loin de là. La démarche mérite plusieurs explications que nous donnerons en seconde partie, à propos de l’esprit de relativisme du Général. Sa dernière expérience est composée de cet esprit de suite, dont il ne s’est jamais départi en matière sociale, allié à un évident empirisme. Il sait que, depuis 1968 et même avant, les mutations deviennent indispensables et il pense, le moment venu, précipiter le mouvement.

  • 20 J. Touchard op. cit., p. 305.
  • 21 Ch. de Gaulle, Le fil de l’épée, pp. 44, 75,109.
  • 22 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, I, p. 7.
  • 23 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, II, p. 117. Voir à ce sujet J. Touchard, op. cit.

60Il n’y a pas une politique sociale séparée des autres éléments de sa politique. Il existe « un nationalisme historique, synthétique et unitaire qui est en même temps foncièrement empirique »20. Le général de Gaulle dans La discorde chez l’ennemi ne cesse d’affirmer la primauté de la doctrine des circonstances sur la doctrine a priori. Dans la plupart de ses ouvrages, le Général parle de la « force des choses »21, de la nature des choses22, et il réemploie jusque dans son dernier ouvrage le terme de « force des choses ».23

61Cette soumission passe nécessairement, en dépit des apparences, par une modestie voulue devant l’histoire, une prudence, ce que nous qualifierons de relativisme réalisateur dans cette seconde partie et qui caractérise également le pragmatisme de la politique sociale du général de Gaulle et du gaullisme qu’il a fait vivre.

2. Le relativisme réalisateur

62Obstiné jusqu’à l’entêtement, le Général a cependant composé avec les événements et ce, de manière délibérée. Se défiant des absolus, le Général laisse poindre derrière le personnage autoritaire, un être sceptique qu’on a parfois même qualifié de cynique. A travers les événements de sa politique sociale, percent modestie devant les circonstances et méfiance à l’égard des hommes. Si le relativisme à l’occasion des mesures sociales de la Libération ou celui de mai 68 sont à rapprocher, nous isolerons la participation et le dernier référendum. Ces questions sont liées et démontrent aussi combien dans le temps le Général a dévoilé un sens étonnant du relativisme.

  • 24 M. Prélot, op. cit., p. 681.

63Celui-ci repose sur « la politique des circonstances », qui est une politique « se gardant d’abstractions mais suivant les réalités, préférant l’utile au sublime, l’opportun au retentissant, cherchant pour chaque problème particulier la solution non point idéale mais pratique, peu scrupuleuse quant aux moyens, grande toutefois, par l’observation d’une juste proportion entre le but poursuivi et les forces de l’Etat ».24 Constamment, nous révèle Marcel Prélot, à qui nous devons cette forte analyse, le général de Gaulle invoque « le sens de l’équilibre des possibles, de la mesure », « qui seul rend durables et fécondes les œuvres de l’énergie ».En exergue d’un des plus importants chapitres de Vers l’armée de métier, il place une maxime d’Epictète :

« Ne prétendons pas changer la nature des choses ».

64Il s’agit d’abord de la nature du terrain, mais aussi de la nature des hommes, de la technique qui transforment les choses, de la société contemporaine si hostile à l’individu.

65Surtout cette nature des choses, c’est l’événement dans sa contingence :

« Les choses étant ce qu’elles sont ».

66Dans leur réalité, mais aussi dans leur mobilité et leur relativité :

  • 25 Ch. de Gaulle, Le fil de l’épée, p. 20.

« A la guerre comme à la vie, on pourrait appliquer le panta rei du philosophe grec ; ce qui eut lieu n’aura plus lieu, jamais, et l’action, quelle qu’elle soit, aurait fort bien pu ne pas être ou être autrement ». 25

  • 26 O. Rudelle, Mai 1958, De Gaulle et la République, Ed. Plon, 1988, F.E., p. 85.
  • 27 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, I, Ed. Plon, 1954, p. 1.

67Ce relativisme créatif, respectueux de la nature des choses et des circonstances, ce qu’Odile Rudelle appelle « le langage des circonstances »26, le Général le retient dans ses principes d’action et notamment en matière sociale où se situeront certains de ses grands desseins. Persuadé que « seules, de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même »27. A travers les événements, de Gaulle combinera de grandes ambitions, une circonspection, un souci de rester modeste devant l’histoire, un besoin d’être lui-même par delà toutes les péripéties politiques et sociales, qui jalonneront une vie prodigieuse par ses réalisations et plus encore par leurs prolongements.

2.1. La Libération

68Sur les réformes sociales de la Libération, le Général ne s’illusionne ni sur l'adhésion du pays, ni sur la rapidité avec laquelle elles trouveront leurs effets, ni même sur l’esprit public en général.

69Sur l’adhésion à ses réformes, le Général note :

  • 28 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, III, p. 98.

« Certes, les privilégiés les accueillent mélancoliquement. Certains s’en feront même de secrets griefs pour plus tard. Mais, sur le moment tous, mesurant la force du courant, s’y résignent aussitôt et d’autant plus volontiers qu’ils avaient redouté bien pire... »28

70Le Général ne doute pas que, pour lui, les communistes ne manqueront pas de faire de la surenchère. Quelles que puissent être les politiques, formulant des réserves dans l’un ou l’autre sens, approuvant plus ou moins, ils comptent s’en targuer demain devant le corps électoral. L’exploitation de ses réformes sociales n’échappe pas au jeu des partis avec leurs préjugés et surtout avec leurs calculs.

71Soucieux de la puissance du pays, le Général sait qu’il lui faudra du temps pour mettre en œuvre sa politique sociale. Il justifie à cet égard la création des comités d’entreprise :

  • 29 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, III, p. 99.

« Indépendamment de l’esprit de justice et de l’opportunité, c’est la même intention qui me conduit à promouvoir les travailleurs au rang d’associés responsables. La cohésion de la France exige qu’ils réintègrent moralement la communauté nationale, dont, par révolte ou par désespoir, beaucoup tendent à s’écarter ». 29

72Prudemment, il constate :

« Mais il faudra du temps pour que la structure nouvelle puisse produire ses effets. En attendant, il s’agit de vivre ».

73Ressentant l’inquiétude d’une population encore peu sensible aux modifications sociales, il décrit :

  • 30 Ibid., p. 130.

« Chez beaucoup transparaît l’inquiétude que des troubles nouveaux viennent menacer la vie de chacun... Au cœur de la multitude, je me sens pénétré de sa joie et de ses soucis. Combien suis-je près, surtout de ceux qui, fêtant le salut de la patrie mais constatant le réveil de ses démons intérieurs, ressentent à son égard l’inquiétude de l’amour » 30.

  • 31 J. Touchard, op. cit.

74Ce relativisme se retrouve durant toute la traversée du désert. Remarquons que si le Général prône avec vigueur l’association capital-travail et la participation durant toute cette période, il donne peu de précisions sur le contenu de son programme. Tout au plus indique-t-il que l’association s’applique à tous les domaines de la vie politique et sociale31.

2.2. Mai 68

75Homme de caractère, le général de Gaulle se dépeint lui-même comme un homme de doute. On connaît le célèbre entretien radiotélévisé avec Michel Droit le 7 juin 1968. La situation intérieure a été retournée le 30 mai par la décision du général de Gaulle, le journaliste l’interroge :

« Qu’y avait-il alors dans votre esprit lorsque vous avez dit : « j’ai envisagé toutes éventualités » ?

76La réponse du Général ne manque pas de clarté :

« Oui ! Le 29 mai, j’ai eu la tentation de me retirer. Et puis, en même temps, j’ai pensé que, si je partais, la subversion menaçante allait déferler et emporter la République. Alors, une fois de plus, je me suis résolu ».

77Il rappelle alors ses autres « crises » et notamment son départ en 1946 pour conclure :

  • 32 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, V, 1966-1969, pp. 295-296.

« Alors, le 29 mai, je me suis interrogé et puis, le 30 mai, ayant dit au pays ce que j’avais à lui dire et ayant reçu sa réponse sous la forme de l’immense marée humaine de la Concorde et des Champs Elysées et, ensuite, de tous les cortèges magnifiques qui se sont produits dans tant de villes, j’ai compris que mon appel avait donné le signal du salut et je me suis senti consolidé dans ma résolution par la volonté des Français ». 32

78Certes, le Général utilise volontiers ses menaces de départ pour galvaniser son auditoire, mais on voit mal pourquoi il aurait fait cet aveu, d’autant qu’il n’avait pas hésité à abandonner le pouvoir en 1946.

79A vrai dire, bien des propos sont teintés d’inquiétude, voire de pessimisme. On pourrait multiplier les citations et les exemples.

80On sait que durant les années de retraite, en attendant le retour au pouvoir, le Général a connu des moments d’amertume avant de retrouver espoir. Même dans l’action le Général envisage très souvent le pire, ne serait-ce que pour raisonner a contrario. Dans son discours du 29 juin, à la veille du second tour de scrutin victorieux, alors que le premier l’était déjà, il va jusqu’à déclarer à ses auditeurs :

  • 33 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 314.

« Tout d’abord, puisque la République a risqué de nous être arrachée, il faut que nous nous unissions, non seulement pour la défendre et pour tout y remettre en ordre, faute de quoi c’est le malheur qui aurait décidément gagné, mais encore pour la rendre plus efficace et plus fraternelle. C’est dire, qu’en votant demain, nous devons démontrer à cet égard, notre massive résolution et nous donner un Parlement capable de soutenir, pour une forte, constante et cohérente majorité, la politique nécessaire ». 33

81En matière sociale, cette attitude s’est retrouvée de manière tout aussi nette. La question qui illustre le mieux à la fois le relativisme du Général et sa détermination restera, nul ne l’ignore, la participation.

2.3. Relativisme réalisateur et participation

  • 34 Cf. les appréciations de Jean Touchard et celles de Pierre Viansson-Ponté dans les ouvrages déjà c (...)

82Lorsque l’on regarde la période de 1958 à 1969, il ne semble pas que le capitalisme, malgré certaines attaques du Général, ait particulièrement souffert, bien au contraire34.

  • 35 Cf. les deux auteurs précédemment cités.

83Certes, on l’a vu, en prônant la troisième voie, notamment au temps du RPF, de Gaulle n’a pas hésité à s’en prendre aux structures du capitalisme quelquefois avec beaucoup de violence. Par delà celle-ci, il faut avant tout s’attacher aux réalisations, c’est-à-dire à la politique proprement dite du général de Gaulle. L’entourage du Général est vaste et ses sources d’inspirations diverses35. L’une d’elles, prônait des réformes brutales et énergiques (Capitant, Vallon). N’oublions pas, cependant, qu’à la Libération, le Général était entouré des milieux les plus différents qui, souvent se neutralisant, permettaient au gouvernement des synthèses équilibrées.

84A son retour, le Général fait appel à des experts qui constituent une véritable technocratie pro-capitaliste, très lourd contre-poids aux influences des penseurs de la troisième voie.

2.3.1. « L’idée » de participation

  • 36 Francis Zapata, Questions sociales, travail, emploi, relations sociales, Sirey, 1988.

85L’idée de participation n’est pas nouvelle et elle fera inéluctablement son chemin36. Le Général le savait qui montrera tout à la foi sa résolution et sa prudence. Le relativisme chez lui n’est pas ennemi de la détermination. On ne manquera pas d’évoquer les précurseurs du thème de la participation : Saint-Simon proposait d’organiser la société selon un mode de gestion par résultats ; Fourier, véritable initiateur de « la troisième forme sociale » recommandait une synthèse entre la communauté et la propriété, cherchant à donner une portée sociale à la propriété.

86L'encyclique Rerum Novarum (1891), émise par le Pape Léon XIII, s’est efforcée de rapprocher les deux classes opposées, celle des prolétaires et celle des propriétaires. Cette doctrine sociale de l’Eglise a fortement incité au développement de l’actionnariat salarial.

87Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’association capital-travail est requise par les gaullistes et les théoriciens. René Capitant proposait une restauration de la participation par une association des salariés à la fois au capital de l’entreprise et à sa gestion. Louis Vallon, son ami et son allié, appuie lui aussi la théorie, comme Marcel Loichot, inspirateur de la mouvance « pancapitaliste » qui entend transformer tous les travailleurs en des capitalistes.

88Il n’a pas été procédé, on l’a vu, à des transformations radicales, à la Libération. La création des comités d’entreprise devait être pourtant considérée comme la première mesure d’une politique d’association des travailleurs avec leurs entreprises.

2.3.2. 1959

89Sous la Ve République, plusieurs textes importants mettront en application les idées d’association du capital et du travail.

90Dès 1959, une ordonnance instaure un régime facultatif et contractuel d’intéressement des salariés à la marche des entreprises dont le succès se révélera tout relatif.

91Pendant quelques années, et de façon surprenante, si l’on se réfère au programme du RPF, rien ne va bouger. Malgré l’avis des gaullistes de gauche (Capitant, Vallon, Pisani) les gouvernements de Michel Debré et de Georges Pompidou n’innovent pas en matière de politique sociale.

92Les gouvernements et les premiers ministres y sont pour quelque chose. Mais l’on peut raisonnablement estimer que le Général lui-même ne souhaitait pas précipiter les événements. L’Algérie et surtout le souci de développer la croissance l’incitent, très probablement, à la circonspection. De plus, de Gaulle tient compte des différentes tendances au sein de l’UNR qui ne poussent guère à l’innovation.

93Pourtant un amendement est déposé par Louis Vallon pour modifier la loi du 12 juillet 1965 (modification de l’imposition des entreprises et des revenus de capitaux mobiliers). Dans un alinéa ajouté à l’article 33 de cette loi, il est dit :

  • 37 Jurisclasseur du Travail, II, 25-2, pp. 5-15.

« Le gouvernement s’engage à déposer avant le I er mai 1966 un projet de loi définissant les modalités selon lesquelles seront reconnus et garantis les droits des salariés sur l’accroissement des valeurs d’actif des entreprises dû à l’autofinancement »37.

2.3.3. La réforme de 1967 et ses conséquences

94Ce vote va entraîner des controverses et des prises de position passionnées. La participation ici sous la forme d’intéressement introduit un principe discuté jusque dans les rangs des gaullistes. Constatant que le régime de l’ordonnance du 7 janvier 1959 portant sur l’intéressement, facultatif et contractuel, n’a pas eu les effets escomptés, le Ministre des Finances, soutenu par le général de Gaulle, met en place une commission (dite commission Mathey). Ses recommandations aboutissent à la loi du 17 août 1967 qui étend la participation des travailleurs à l’expansion des entreprises par obligation.

95Ainsi la politique sociale connut-elle une brusque accélération. Il importe d’en mesurer la portée.

96Lors de la conférence de presse du 28 octobre 1966, le Général a abordé le problème social faisant sienne la réforme destinée indiscutablement « à changer la condition ouvrière ».

97Mais là encore, ce qui surprend dans sa déclaration, c’est l’alliance entre la volonté d’aboutir et le respect des nécessités. Après avoir déclaré :

« Le changement qu’il faut apporter à la condition ouvrière, c’est l’association active du travail à l’œuvre économique qu’il contribue à accomplir ».

98Le Général précise :

  • 38 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, Tome V, p. 113.

« Il va de soi qu’une réforme pareille qui consiste à bâtir, ou plus exactement à achever un support nouveau de notre édifice économique et social, cette réforme doit s’accomplir sans ébranler les autres piliers, qui sont d’une part l’investissement des capitaux pour l’équipement des entreprises et, d’autre part, l’initiative et l’autorité de ceux qui ont à les diriger. Il va de soi que cette réforme exige à son tour, des études, des choix et des délais ». 38

  • 39 L. Vallon, L’Anti-de Gaulle, éd. Le Seuil, 1969.

99Pénétré de son but social, le Général s’adresse aux journalistes en homme de gouvernement, soucieux de ne pas rompre les équilibres entre l’investissement et le partage des bénéfices, entre la participation à la gestion et ceux qui ont à la diriger. Il faudrait ajouter équilibre aussi entre le gaullisme de gauche (celui du social) et celui de droite. Cette entente a-t-elle été rompue dans les dernières années de la Présidence du Général ? Vallon, gaulliste de gauche, le pense. Il écrira plus tard un ouvrage où il trace les origines et le cheminement d’une sorte de conspiration menée par Georges Pompidou, au profit du capitalisme39.

100Comme le dit René Rémond :

  • 40 René Rémond, op. cit., p. 334.

« Il n’est donc pas inexact, sept ans après les premiers pas de la V e République, de voir encore dans le gaullisme un rassemblement qui réussit à transcender la vieille division. Il n’en sera plus ainsi très longtemps. La crise de 1968 va entraîner le gaullisme à droite ». 40

2.3.4. L'après 68

  • 41 J. Lacouture, De Gaulle, III, Le Seuil, 1986.

101Il n’y eut pas de rupture apparente brutale mais les faits parlent d’eux-mêmes. Le remaniement ministériel qui suit « les événements » voit le Général placer à côté de Georges Pompidou, Premier Ministre, « l’homme dont la présence pouvait lui être le plus désagréable, et qui est le champion le plus notoire de la participation », à savoir René Capitant41.

102Le 10 juillet 1968, le gouvernement Pompidou étant démissionnaire, il est remplacé d’office par un cabinet Couve de Murville dont l’une des tâches principales sera la préparation d’un référendum sur la réforme du Sénat et des régions. Tandis que Georges Pompidou se pose en successeur, plus ou moins responsable d’une majorité devenue méfiante, le Général semble avoir abandonné sa politique sociale et en même temps son pragmatisme. Quelles peuvent en être les raisons ? On en a donné plusieurs.

  • 42 René Rémond, op. cit., p. 334.

103Quel qu’en soit le thème, le Général aurait été soucieux de trouver une confirmation du récent succès électoral de 1968 où s’était affirmée l’unité des droites42.

104On a avancé une autre explication plausible due à Jean-Marcel Jeanneney : sur le plan de la participation sociale, « le projet n’était pas prêt, les études à l’état d’ébauche », mais le Général tenait avant tout à la consultation.

105Si ces raisons ont certainement leur valeur, nous pensons que deux autres explications complémentaires en ont tout autant.

  • 43 J. Lacouture, op. cit., p. 740 (à propos d’un entretien avec l’auteur).

106La première a été proposée par Bernard Tricot43. Le Général aurait fini par admettre que l’entreprise n’est pas un domaine où l’Etat intervient pertinemment. On peut discuter cette analyse quant à sa formulation puisque de toute évidence, le Général ne regrettait pas les textes adoptés antérieurement. En revanche, il est possible qu’il se soit rendu compte que dans les circonstances économiques de l’heure, mieux valait ne pas alourdir inutilement les préoccupations des chefs d’entreprises.

2.4. Relativisme et fidélité à ses idées

107En définitive nous pensons à une toute autre interprétation de la situation qui dénote, autant que la précédente, un certain relativisme et donc un réel pragmatisme. Elle est fournie par le général de Gaulle lui-même, à la veille de son référendum, dans un entretien télévisé avec Michel Droit, le 10 avril 1969. Pour le Général tout se tient dans la participation :

  • 44 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, V, p. 391.

« Rien n’est plus important, pour l’équilibre moral et social de la France, qu’une organisation nouvelle des contacts et de la coopération entre ceux qui dirigent et ceux qui sont dirigés » 44.

108Pour lui, la réforme sociale est liée aux termes de la consultation électorale. Les Régions existent et reçoivent un organe délibérant : Il affirme ainsi :

  • 45 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 395.

« Si il est créé dans chaque Région un conseil délibérant, il faut y mettre des représentants des organismes économiques et sociaux aux côtés des membres élus... cette participation-là est à la base de la réforme ». 45

109Quant au Sénat et à sa refonte avec le Conseil Economique et Social, le Général répond à Michel Droit

« Il y a donc, pour ce qui est du Sénat et du Conseil Economique et Social actuellement séparés, un véritable gaspillage de valeurs et de compétences ».

110Il en est déduit qu’il faut une nouvelle seconde chambre qui reflète l’aspiration des instances économiques et sociales. Il exprime ce besoin de la manière suivante :

  • 46 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 397.

« Au contraire, en les réunissant (l’ancien Sénat et le Conseil Economique et Social) dans un Sénat rénové, qui sera saisi par priorité de tous les projets de loi, qui, en présence des ministres, en délibérera publiquement, qui présentera ses avis et propositions d’amendements avant que les députés aient pris position en la matière, on donnera à l’assemblée nouvelle l’audience et l’importance voulues. Mais aussi, on ouvrira aux catégories économiques et sociales françaises la participation directe à la préparation des lois ». 46

111Puis le Général conclut :

« Dans cette affaire, il a fallu le temps pour que mûrisse la bonne solution. Le moment est venu de la prendre, comme il convient à ce grand sujet, je veux dire posément, sans secousses, par une décision du pays ».

112On le voit, le raisonnement ne manque pas de cohérence ni même d’intérêt. Mais reste justement posé le problème de l’opportunité d’une telle réforme qui met en cause le réalisme dont fait preuve ordinairement le Général. Ici encore, reportons-nous, plus qu’aux témoins, à ce qu’explique lui-même le Général :

« Cette année-même, entre en vigueur la participation directe des travailleurs aux bénéfices des entreprises. Cette année même, conformément à la loi d’orientation, nous réformons profondément l’Université sur la base de conseils élus où professeurs et étudiants participent ensemble aux responsabilités. Cette année même, nous comptons faire adopter par le Parlement une loi organisant la participation du personnel à la marche des entreprises. Cette année même, nous proposons au pays une organisation territoriale nouvelle et une rénovation du Sénat fondées l’une et l’autre sur la participation ».

113On notera que la participation dans l’entreprise n’est pas abandonnée mais qu’elle est reléguée au second plan.

  • 47 P. Viansson-Ponté, op. cit., pp. 596 et s..

114L'important demeure, au-delà de cette opportunité de fond, l’opportunité tactique. Pierre Viansson-Ponté décrit fort bien le trouble des propres collaborateurs du Général. Alors que, pour le Général, il faut aller le plus vite possible, « le premier ministre, les conseillers, les collaborateurs les plus proches, les compagnons les plus fidèles s’efforcent de gagner du temps, de retarder la consultation, de reculer l’échéance ».47

115Tandis que s’effectuent ces manœuvres, chacun se rend compte du désenchantement du « vieil homme » :

  • 48 P. Viansson-Ponté, op. cit., p. 602.

« Les uns sentent confusément que le cœur n’y est plus et que le charme est rompu, ils comprennent que le pays supporte désormais assez mal le vieil homme... Les autres éprouvent, chaque jour davantage, que de Gaulle lui-même n’y croit plus et que le charisme est mort ; ils voient que le Général n’a plus l’envie, l'énergie ou la volonté de tenter une fois encore l’impossible pour retourner la situation à son profit et entraîner la foule. Beaucoup jugent que le projet est médiocre, confus, obscur, qu’il accumule les inconvénients et les hostilités, que le dossier n’est pas plaidable et la cause perdue d’avance 48.

  • 49 Cf. le compte rendu de Jean Mauriac (voir notamment Le Monde, 25 et 26 avril 1971).

116Incontestablement, le Général subit différentes formes de désenchantement. Il doute jusqu’au dernier moment49.

  • 50 P. Viansson-Ponté, op. cit., p. 622.

« De Gaulle lui-même a été repris par le doute, il a paru céder aux instances de ses ministres, accepter de remettre tout en question, puis il s’est raidi. Ce sera bien le 27 avril. » 50

117Mais plus que jamais le Général demeure réaliste. Comme le souligne Viansson-Ponté :

« Tout porte à croire qu’il demeure jusqu’au bout sans illusion, mais non pas résigné ».

  • 51 Ibid.

118De Gaulle en dernière instance, par delà la morosité ambiante, celle de son entourage, de sa majorité, de l’électeur, sait qu’une mutation est inéluctable. Il pratique alors la politique du pari, engageant sa responsabilité, coûte que coûte. « C’est pile ou face » énonce un peu narquoisement Pierre Viansson-Ponté51.

119A deux reprises, le Général, admettant implicitement la possibilité d’être battu, déploie le relativisme le plus pur, celui du joueur.

120A Michel Droit, il annonce :

  • 52 Entretien avec Michel Droit, le 10 avril 1969, Discours et Messages, V, p. 401.

« Il ne peut y avoir le moindre doute à ce sujet. De la réponse que fera le pays à ce que je lui demande va dépendre évidemment, soit la continuation de mon mandat, soit aussitôt mon départ ». 52

121A la veille même de son référendum, le Général prédit ;

« Votre réponse va engager le destin de la France, parce que la réforme fait partie intégrante de la participation qu’exige désormais l’équilibre de la société moderne... Votre réponse va engager le destin de la France, parce que, si je suis désavoué par une majorité d’entre vous, solennellement, sur ce sujet capital et quels que puissent être le nombre, l’ardeur et le vouement de l’armée, de ceux qui me soutiennent et qui, de toute façon, détiennent l’avenir de la patrie, ma tâche actuelle de Chef de l’Etat deviendra évidemment impossible et je cesserai aussitôt mes fonctions... Au contraire, si je reçois la preuve de votre confiance, je poursuivrai mon mandat, j’achèverai grâce à vous, par la création des Régions et la rénovation du Sénat, l’œuvre entreprise ».

122Parce que le référendum fut un échec retentissant, on a sous-estimé la portée de cet épisode. Nous croyons que c’est une erreur. Georges Pompidou se montrait menaçant, la majorité vacillante, le Général ne pouvait s’en sortir qu’en jouant le tout pour le tout et de manière cohérente.

123Relativiste, plus que jamais, lucide, probablement amer, il conclut devant les électeurs :

« Françaises, Français, dans ce qui va advenir de la France, jamais la décision de chacune et de chacun de vous n’aura pesé aussi lourd ».

124Tout indique que de Gaulle n’a jamais cessé de calculer avec une froide détermination. Seule la recherche d’un nouveau rassemblement l’a amené à prendre tous les risques. A minuit onze, sur les téléscripteurs des agences de presse, une dépêche de deux lignes :

  • 53 P. Viansson-Ponté, op. cit., p. 625.

« Je cesse d’exercer mes fonctions de Président de la République. Cette décision prend effet aujourd’hui à midi » Charles de Gaulle 53.

125Relativiste et désabusé, le Général se retire cette fois sans esprit de retour. Philippe Alexandre rapporte :

  • 54 Philippe Alexandre, Chronique des jours moroses 1969-1970, Solar, 1971, p. 28.

« Le Général n’a pas manqué de rappeler à ses visiteurs son âge — soixante-dix-neuf ans dans Pois mois — l’âge du détachement et de la méditation... De Gaulle s’est attaqué à sa dernière grande affaire : la rédaction de ses Mémoires. Le voici désormais face à l’histoire... C’est un Pavait qu’il mène lentement, écrivant de sa main, raturant sans cesse de son écriture bondissante » 54.

126Après ce départ, tout semble redevenu comme avant. René Rémond constate :

  • 55 René Rémond, op. cit., p. 335.

« La brèche ouverte par le général de Gaulle dans le dispositif des forces politiques est refermée, la parenthèse terminée : après quinze ans, tout est rentré dans l’ordre, comme après chaque crise qui ouvre une phase d’indétermination. » 55

127A partir de là il y aura une dérive des droites, malgré les tentatives de la nouvelle société de Chaban-Delmas, sous la Présidence de Georges Pompidou et celles de Jacques Chirac sous la Présidence de Valéry Giscard d’Estaing, qui n’empêcheront pas une tendance frileuse au conservatisme social. Les gaullistes de gauche, inspirateurs de la participation, seront très vite marginalisés.

128On a dit de Pompidou :

  • 56 Cf. F. Zapata, op. cit., p. 227.

« Pompidou est lointain. Pompidou est prudent. Pompidou se tait. Il laisse son premier ministre guerroyer sur le front social, agricole, politique. Il n’intervient pas dans les secousses quotidiennes de la France » 56.

129On pourra en dire autant de son successeur. Ces deux présidents eurent du moins le mérite de préserver l’héritage social du Général.

130Les ordonnances du 7 janvier 1959 et du 17 août 1967 seront protégées, voire améliorées, mais jamais remises en cause. Tout ce qui viendra ultérieurement modifier le régime de la participation s’inscrit, de façon étonnante, dans les perspectives dressées par Georges Pompidou en 1970 :

  • 57 Ibid.

« La politique française de participation consiste désormais à poursuivre l’application de l’ordonnance de 1967 et à la compléter... Il s’agit de partir de ce qui existe, d’en améliorer la gestion et d’étendre avec prudence le champ des textes ». 57

  • 58 J.-M. Verdier, op. cit., p. 160.

131Les mécanismes de la participation des salariés dans l’entreprise ont été remaniés par l’ordonnance du 21 octobre 1986 qui simplifie, assouplit et enrichit le dispositif normatif existant58.

132Le plus troublant est que le Gouvernement issu du 10 mai 1981, par une loi du 2 mars 1982 sur les « droits et libertés des communes, des départements et des régions » introduisait la décentralisation, c’est-à-dire la participation des collectivités locales. De même, la loi du 4 août 1982, relative aux libertés des travailleurs dans l’entreprise ne se colore-t-elle pas, elle non plus, d’esprit de participation ?

133Les entreprises elles-mêmes se sont mises à la recherche de formules de participation : cercles de qualité ou même de concertation, etc... et surtout de formules d’intéressement motivantes. On citera ici l’exemple tout à fait significatif du Groupe BSN.

134Les dénationalisations entreprises par le Ministre des Finances, Edouard Balladur, ont engendré un actionnariat populaire qui ne fut pas remis en cause.

135En matière sociale, on reprendra la question de René Rémond :

  • 59 René Rémond, op. cit., p. 341.

« Quel parti aujourd’hui ne fait pas de temps à autre référence au fondateur de la V e République ? » 59

136Relativiste, empiriste, pragmatique, le Général avait du visionnaire qui prévoit la réalité faite de moments de pessimisme et de moments d’espoir. Pour sa politique sociale, comme pour l’ensemble de sa politique, on reprendra de lui cette très citation :

  • 60 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, III, p. 289.

« Mais soudain, le chant d’un oiseau, le soleil sur le feuillage ou les bourgeons d’un taillis me rappellent que la vie, depuis qu’elle parut sur la terre, livre un combat qu’elle n’a jamais perdu. Alors, je me sens traversé par un réconfort secret. Puisque tout recommence toujours, ce que j’ai fait sera, tôt ou tard, une source d’ardeurs nouvelles après que j’aurai disparu ». 60

***

137La volonté de réforme sociale s’est-elle heurtée, en dernière analyse, à une réalité vieille de nombreux siècles en France ?

  • 61 Pierre Legendre, Histoire de l’administration de 1750 à nos jours, Paris, Ed. PUF, 1968, p. 53.

Vouloir faire participer les Régions consistait à s’opposer à une centralisation qui n’est pas une invention de Louis XIV, des Constituants patriotes ou de Napoléon. Elle s’est développée lentement, dans un paysage humain donné, depuis le Moyen Age Capétien. 61

  • 62 P. Legendre, op. cit., p. 391.

138En voulant remettre en cause l’ordre établi, le Général, et il le savait, s’attaquait à la mythologie contemporaine de l’Etat-providence qui « est l’Etat pour le bonheur de tous ».62

139Alors que le Général était à l’origine de la Sécurité sociale et du renouveau d’une stricte planification, l’expérience politique et sociale de de Gaulle l’entraîne à penser que l’individu, devant les bureaucratismes, se trouve démuni.

140On doit à Pierre Legendre, cette remarque particulièrement pertinente et adaptée à notre étude :

  • 63 P. Legendre, Jouir du Pouvoir. Traité de la bureaucratie patriote, Paris, Les éditions de Minuit, (...)

« La tradition dogmatique française constitue un atout remarquable pour geler les frontières sociales, et les propagandes de réforme en opérant le renforcement, dans la mesure même où les niveaux hiérarchiques qui s’en font les conducteurs ne courent aucun risque, mais au contraire y trouvent un moyen nouveau pour consolider leurs droits au pouvoir ». 63

141Pragmatique, le Général a quitté les sentiers battus pour s’aventurer sur la voie d’une nouvelle relation socio-politique entre les individus. On retiendra l’analyse faite ici aussi par Pierre Legendre :

  • 64 P. Legendre, Paroles poétiques échappées du texte - Leçons sur la communication industrielle, Pari (...)

« Si dans la bureaucratie nous sommes tous impliqués en tant qu’inconscients, cela comporte le fonctionnement d’une comptabilité imaginaire des valeurs, de telle sorte qu’il n’y ait pas d’échappatoire sur la question de la haine. L’impuissance à lâcher prise du côté du centralisme est à la mesure de notre haine, c’est-à-dire de notre attachement inconscient à quelque chose d’absolument fou qui, traditionnellement, comme nous l’indique la phraséologie apparemment absurde de l’absolutisme monarchique, mobilise l’inconscient des hommes ». 64

142A la veille de son dernier référendum, le Général avait contre lui, aussi bien la droite que la gauche. René Rémond, le prouve suffisamment.

143Centralisme et bureaucratisme suffisent pour que les réflexes séculaires s’additionnent et deviennent opposition. Le Général l’a parfaitement compris :

  • 65 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, V, p. 392.

« Pour un bon nombre de professionnels de la politique, qui ne se résignent pas à voir le peuple exercer sa souveraineté pardessus leur intermédiaire ainsi que pour certains juristes qui en sont restés au droit tel qu’il était au temps où cette pratique éminemment démocratique n’existait pas dans nos institutions, le referendum apparaît comme fâcheux et anormal ». 65

144Dès le début, la Démocratie directe suscite tellement de réticences, elle en attirera encore bien d’autres après le départ du Général. On reste surpris du peu de référendum sous les septennats suivants.

145La politique sociale du Général a été toute entière conçue d’après l’expérience vécue. Dès sa conférence de presse, tenue au Palais de l’Elysée, le 9 septembre 1968, le Général a tiré les leçons de mai 68 :

  • 66 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 324.

« Sur la scène où paraissent et se mêlent les cortèges de nos soucis et de nos espoirs, l’idée et le terme de « participation » sont aujourd’hui passés au premier plan... Pour ce qui est de la conception que l’Etat a de la participation et de la façon dont il entend la mettre en œuvre, je dirai qu’il s’agit d’une réforme organisant les rapports humains, notamment dans les domaines économique, social et universitaire, de telle sorte que tous les intéressés, sur les sujets qui les concernent directement, prennent part aux études, projets et débats à partir desquels les décisions sont prises par les responsables. Cela doit s’appliquer sur trois plans différents mais conjugués : la nation, la région, l’entreprise ». 66

146En fin de compte, le Général relie sa politique sociale à une stratégie de la démocratie directe où le centralisme et la bureaucratie sont des freins considérables. Ici tout se confond : le jeu des partis, celui des habitudes et des privilèges. S’il vise la réforme du Sénat, c’est qu’il incarne, au yeux du général de Gaulle, une opposition réactionnaire. La seconde chambre est considérée par lui seulement comme une institution inadaptée à la sociologie urbaine et industrielle. Supprimer cette opposition qui le gênait tactiquement n’empêchait pas, par ailleurs, de Gaulle d’analyser les raisons d’une rénovation. Une chambre économique et sociale aurait renforcé le poids des notables en les remettant en prise directe avec la réalité sociale :

  • 67 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 326.

« Mais dans un Sénat qui, devenu organiquement consultatif, sera saisi pour débats et avis publics de tous projets économiques et sociaux, l’expérience, la compétence, l’influence d’un certain nombre de notables locaux trouveront un champ fécond. D’autant plus qu’ils y seront en collaboration permanente avec des représentants de chacune des activités nationales prises dans leur ensemble. Réciproquement, il y aura tout avantage à ce que ceux-ci aient constamment le contact de ceux-là, qui sont particulièrement au fait des conditions pratiques de la vie des cités et des campagnes ». 67

147Plus que cette réforme, importante s’il en fut, celle des régions prend encore plus d’ampleur.

  • 68 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 327.

« Mais il faut maintenant que, par la voie de la décentralisation, le préfet de région dispose de moyens administratifs adéquats. Il faut qu’un conseil régional réunisse, lui aussi, des représentants des collectivités locales et des représentants des diverses activités économiques, sociales et universitaires ». 68 La réforme du Sénat représentait plus de démocratie directe, comme le référendum. Celle des régions constituait en elle-même le premier pas vers la décentralisation.

148Le troisième plan, celui de l’entreprise, le Général ne l’oublie pas ; au contraire, lors de la même conférence de presse, il explique que :

  • 69 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 328.

« Dans une entreprise, la participation doit revêtir trois formes distinctes. Pour ceux qui y Pavai lient, il faut d’abord qu’elle comporte l’intéressement matériel direct aux résultats obtenus, ensuite le fait d’être mis au courant de la marche de l’entreprise dont le sort de chacun dépend, et enfin la possibilité de faire connaître et de faire valoir leurs propositions pratiques 69.

149Et le Général de rappeler les précédents de cette dernière réforme, conseillée entre autres par René Capitant.

150Démocratie directe, décentralisation, débureaucratisation, le Général a voulu transformer la société. Après 68, il a craint que le temps lui manque et il a voulu bousculer les événements, délibérément.

151Quelle que soit l’issue de sa tentative, on l’a vu, le Général savait que ses réalisations et ses tentatives, à titre égal, favoriseraient des changements inéluctables. Le système était fragile et son effondrement probable. N’a-t-on pas dit que « le colbertisme modernisé d’après 1945 risquait de ne pas être suffisant pour faire franchir à l’économie française l’étape industrielle du XXe siècle » ?

152La fin politique du général de Gaulle semble toute entière imprégnée de cette conviction. Le pragmatisme lui a fait calculer cette dernière audace, porteuse de nouvelles promesses d’évolution.

Notes

1 René Rémond, Les Droites de France, Paris, Aubier Montaigne, 1982, p. 341.

2 René Rémond, op. cit., p. 333.

3 René Rémond, op. cit., p. 333.

4 Marcel Prélot, Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, 1966 (3e édition), p. 684.

5 Paul-Marie de la Gorce, De Gaulle entre deux mondes - Une vie et une époque, Fayard, 1964.

6 Voir le programme du CNR en annexe dans les livres consacrés à la Résistance.

7 Raymond Offroy, Passer outre. Le génie du gaullisme, Edition France-Empire, 1989, p. 9.

8 Raymond Offroy, op. cit., pp. 37 et s.

9 P. M. de la Gorce, op. cit., p. 356.

10 Général de Gaulle, Mémoires de guerre, 1944-1946, Paris, Ed. Plon, 1959.

11 De Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., pp. 97-98.

12 P. M. de la Gorce, op. cit., p. 357.

13 Jean Touchard, Le gaullisme 1940-1969, Le Seuil, 1978, pp. 87-88 et 100.

14 Jean Touchard, op. cit., p. 127.

15 Jean-Raymond Tournoux, Le mois de mai du Général, Plon, 1969, p. 149 ; André Malraux, Ces chênes qu’on abat, Gallimard, 1971, p. 28.

16 Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la République gaullienne, Mai 1958-avril 1969, Fayard, 1971, pp. 620 et s.

17 J. Touchard op. cit., p. 283.

18 J.-M. Verdier, Droit du Travail, Paris, Mémentos Dalloz, 1983, 7e éd., p. 48.

19 Ibid.

20 J. Touchard op. cit., p. 305.

21 Ch. de Gaulle, Le fil de l’épée, pp. 44, 75,109.

22 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, I, p. 7.

23 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, II, p. 117. Voir à ce sujet J. Touchard, op. cit.

24 M. Prélot, op. cit., p. 681.

25 Ch. de Gaulle, Le fil de l’épée, p. 20.

26 O. Rudelle, Mai 1958, De Gaulle et la République, Ed. Plon, 1988, F.E., p. 85.

27 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, I, Ed. Plon, 1954, p. 1.

28 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, III, p. 98.

29 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, III, p. 99.

30 Ibid., p. 130.

31 J. Touchard, op. cit.

32 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, V, 1966-1969, pp. 295-296.

33 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 314.

34 Cf. les appréciations de Jean Touchard et celles de Pierre Viansson-Ponté dans les ouvrages déjà cités.

35 Cf. les deux auteurs précédemment cités.

36 Francis Zapata, Questions sociales, travail, emploi, relations sociales, Sirey, 1988.

37 Jurisclasseur du Travail, II, 25-2, pp. 5-15.

38 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, Tome V, p. 113.

39 L. Vallon, L’Anti-de Gaulle, éd. Le Seuil, 1969.

40 René Rémond, op. cit., p. 334.

41 J. Lacouture, De Gaulle, III, Le Seuil, 1986.

42 René Rémond, op. cit., p. 334.

43 J. Lacouture, op. cit., p. 740 (à propos d’un entretien avec l’auteur).

44 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, V, p. 391.

45 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 395.

46 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 397.

47 P. Viansson-Ponté, op. cit., pp. 596 et s..

48 P. Viansson-Ponté, op. cit., p. 602.

49 Cf. le compte rendu de Jean Mauriac (voir notamment Le Monde, 25 et 26 avril 1971).

50 P. Viansson-Ponté, op. cit., p. 622.

51 Ibid.

52 Entretien avec Michel Droit, le 10 avril 1969, Discours et Messages, V, p. 401.

53 P. Viansson-Ponté, op. cit., p. 625.

54 Philippe Alexandre, Chronique des jours moroses 1969-1970, Solar, 1971, p. 28.

55 René Rémond, op. cit., p. 335.

56 Cf. F. Zapata, op. cit., p. 227.

57 Ibid.

58 J.-M. Verdier, op. cit., p. 160.

59 René Rémond, op. cit., p. 341.

60 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, III, p. 289.

61 Pierre Legendre, Histoire de l’administration de 1750 à nos jours, Paris, Ed. PUF, 1968, p. 53.

62 P. Legendre, op. cit., p. 391.

63 P. Legendre, Jouir du Pouvoir. Traité de la bureaucratie patriote, Paris, Les éditions de Minuit, 1976, p. 46.

64 P. Legendre, Paroles poétiques échappées du texte - Leçons sur la communication industrielle, Paris, Le Seuil, 1982.

65 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, V, p. 392.

66 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 324.

67 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 326.

68 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 327.

69 Ch. de Gaulle, op. cit., V, p. 328.

Auteur

Maître de conférences d’histoire du droit à l’Université de Lille II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540