Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Le général de Gaulle et la participation

Jean-Paul Cointet

Texte intégral

"Voilà quelle doit être la grande réforme de ce siècle ! Ce qui
est en cause, c’est la condition de l’homme" (11 mars 1969)

1Les limites données à la présente communication sont extrêmement strictes. Aussi bien, ne doit-elle traiter ni des sources de la pensée sociale chez Charles de Gaulle, ni de la théorie ou de la mise en œuvre de celle-ci dans une politique effective entre 1958 et 1969, ni, enfin, des acteurs sociaux.

2Il reste donc à s’attacher au thème étroitement circonscrit de la participation : genèse et origines immédiates, contenu intellectuel et environnement notionnel, implications, et enfin, conditions de mise en œuvre.

1. Histoire d’un terme ambigu. Association et participation

  • 1 J.-M. Cotteret et R. Moreau, Le vocabulaire du général de Gaulle, Paris, Armand Colin, 1969.

3Dans leurs recherches sur Le vocabulaire du général de Gaulle, Jean-Marie Cotteret et René Moreau se fondaient sur une intuition fondamentale : l’attachement du Général à la précision du vocabulaire et à l’ordre des termes dans le discours.1

4Est-ce bien évident dans le cas du mot "participation" ?

5Au début, d’ailleurs, il y a l'"association", non la "participation". Plus précisément, le mot "participation" apparaît tôt pour disparaître aussitôt et faire place au terme "association", avant de faire sa réapparition beaucoup plus tard.

  • 2 L’expression est de Gérald Antoine dans sa communication au colloque de l’Institut Charles de Gaul (...)

6L’évolution de ce "tandem lexicologique"2 est des plus curieuses.

7Le mot "participation" naît au monde gaullien dans un discours prononcé à Alger le 3 novembre 1943 :

  • 3 Discours et Messages, I, p. 341.

"La France veut que cesse un régime économique dans lequel les grandes sources de la richesse nationale échappaient à la nation, (...) où la conduite des entreprises excluait la participation des organisations de travailleurs et de techniciens dont, cependant, elle dépendait." 3

8On le retrouve par la suite à l’occasion, ainsi dans la conférence de presse du 17 novembre 1948.

9Puis le mot disparaît, semble-t-il, jusqu’en 1960. Le silence sur la "participation" correspond à la période de la Libération, du RPF et d’une manière générale à la "traversée du désert".

10C’est alors que le mot "association" fait son apparition, à partir de 1945, sa fréquence maximale se situant entre 1948 et 1950, période où le RPF connut son audience la plus large (une vingtaine de références, au moins, entre 1948 et 1950) ; il disparaît pratiquement entre 1960 et 1965. Après 1965, "association" et "participation" sont utilisées conjointement, "participation" l’emportant de plus en plus. Les événements de 1968 lui confèrent une puissante originalité, au point que, dans la bouche du général, la "participation" devient un quasi-universel s’appliquant à des mondes aussi divers que l’entreprise, l’école ou la région, voire la vie de l’Etat dans son ensemble. Considérons d’un peu plus près ces deux phases successives.

1.1. Phase de l’association

1.1.1. L’Annonce (1945-1947)

  • 4 Discours du 2 mars 1945, devant l’Assemblée nationale constituante, DM, I, pp. 528-529

"Nous affirmons qu’il est équitable et salutaire d’ associer, par l’esprit et par le cœur, (...) tous ceux qui y prodiguent leur peine. (...) Nous croyons que ce régimed’association digne et franche, à tous les échelons de la production, peut être, socialement parlant, le fondement de la reconstruction de la France."4

1.1.2. La Révélation (1948-1950)

  • 5 Discours de Saint-Etienne, le 4 janvier 1948, DM, II, p. 167.

"En vérité, la rénovation économique de la France et, en même temps, la promotion ouvrière, c’est dans l’Association que nous devons les trouver." 5

1.1.3. La Consécration (après 1950)

  • 6 Discours du 23 février 1952, DM, II, p. 500.

"Je dois, du reste, noter qu''après avoir compté peu de monde pour le drapeau de l’Association quand nous l’avons déployé, on le voit maintenant très entouré." 6

11Alors l’Association guettée par la banalisation ?

1.2. Phase de la participation

12Après 1960, deux phases se succèdent : les deux termes "association" et "participation" alternent dans leur emploi ou se trouvent liés l’un à l’autre jusque vers 1967. Après 1967, "participation" l’emporte décidément ; c’est l’année, on l’aura relevé, où sont promulguées, le 17 août, les ordonnances sur la participation. Le concept semble connaître d’ailleurs un balancement entre deux approches, l’une terriblement restrictive, l’autre démesurément amplifiée.

13D’un côté, la participation semble se limiter à l’intéressement, c’est-à-dire au droit des salariés à bénéficier des fruits de l’expansion. De l’autre, en particulier dans les interventions plus tardives des années 1968-1969, la participation est devenue un mot-clé, un concept central d’où tout découle et à quoi tout ramène, de l’équilibre de la société à la bonne marche de l’Etat. Donnons-en deux exemples. Dans son allocution radio-télévisée du 11 mars 1969, le général déclare :

  • 7 Allocution du 11 mars 1969, DM, V, p. 386

"Tandis que tout doit être fait pour que la France marche en avant dans l’ordre et la prospérité, ce qui s’impose, au total, c’est la Participation"7

14Le 25 avril 1969, soit à deux jours du référendum :

  • 8 Allocution du 25 avril 1969, DM, V, p. 405.

"Votre réponse va engager le destin de la France, parce que la réforme fait partie intégrante de la participation qu’exige désormais l’équilibre de la société moderne." 8

15Comme l’écrit Pierre Pascallon :

  • 9 Pierre Pascallon, "Le général de Gaulle et la participation", Etudes gaulliennes, juillet-décembre (...)

"Il reste qu’à partir de 1958, la notion de participation s’installe, désormais très présente, dans toutes les réflexions du général de Gaulle, avec, pour ce concept, un couronnement manqué et, demain, une mission à accomplir". 9

16Relevons, à ce niveau, la très grande généralité, voire l’approximation de ce terme de "participation" que n’a certes pas inventé le général de Gaulle. Littré lui attribue trois significations principales : a) action de participer à une entreprise ; b) part qu’on a prise à quelque chose ; c) dans le cadre d’une société en participation, association entre personnes avec des parts égales ou inégales. On relèvera la progression et la gradation dans la définition du terme, s’élevant de la simple association d’action jusqu’à la participation active et responsabilisante à une entreprise commune.

17Seule l’étude du contexte peut permettre de préciser les significations parallèles ou successives du terme.

2. Fin ou moyen ? Contenu intellectuel et environnement notionnel

2.1. Le diagnostic

18Nourrie profondément par l’histoire, la pensée du général de Gaulle s’inscrit d’abord dans un enchaînement de références françaises liées à la question sociale, soudée elle-même à la révolution mécanicienne du XIXe siècle :

"Un jour, la machine a paru. Le capital l’a épousée. Le couple a pris possession du monde. "

19Elle a entraîné le conflit entre les couches sociales :

  • 10 Discours prononcé le 1er mai 1950, DM, II, pp. 361-362.

"El voilà la lutte des classes ! Elle est partout, aux ateliers, aux champs, aux bureaux, dans la rue, au fond des yeux et des âmes. (...) Car, c’est bien la question sociale, toujours posée, jamais résolue, qui est à l’origine des grandes secousses subies depuis Pente-cinq ans" 10

20Ainsi la lutte des classes est à la base de la question sociale. Elle est aussi à l’origine des divisions de la nation. C’est le sens de l’intervention du 5 octobre 1947 à Vincennes :

  • 11 Dicours du 5 octobre 1947, DM, II, p. 125.

"Nous vivons dans un régime social où l’opposition des intérêts entre ceux qui, cependant, collaborent à une même tâche, entrave le rendement, empoisonne l’atmosphère et ne sert, en définitive, qu’aux diviseurs professionnels.” 11

21Cette orientation se dégage encore plus nettement de l’allocution du 25 avril 1969, déjà citée.

22A son tour, cette division de la nation conduit à la faiblesse et à la paralysie de l’Etat, garant de l’intérêt et de l’intégration de la nation. Ainsi, pouvait-il déclarer le 21 octobre 1950 :

  • 12 Discours du 21 octobre 1950, DM, II, p. 397.

"Cela aussi, c’est de la défense nationale. Comme nous serons tranquilles et forts quand nous aurons refait l’unité de notre peuple déchiré !" 12

23Ainsi, tout se tient et s’enchaîne, du constat de la lutte de classes à la restauration nécessaire de l’unité nationale et à la force retrouvée d’un Etat qui a lui-même un rôle capital à jouer comme agent actif de transformation sociale. A quinze ans de distance, deux discours l’attestent.

  • 13 Discours de Saint-Etienne, DM, II, pp. 163-168.
  • 14 Conférence de presse du 23 juillet 1963, DM, IV, p. 116.

24A Saint-Etienne, le 4 janvier 1948, de Gaulle considérait qu’il allait de soi que le régime organique d’association doive comporter un arbitrage organisé en permanence à chaque degré de l’association, l’arbitre suprême étant naturellement l’Etat, ce qui exige d’ailleurs que celui-ci soit impartial.13 A cet appel à l’Etat impartial semble faire écho, dans la conférence de presse du 29 juillet 1963, l’appel à l’Etat compétent, l’auteur soulignant, parmi les conditions d’une bonne gestion économique et sociale, la "capacité de l’Etat"14.

2.2. La critique : les origines du mal

  • 15 Allocution du 31 décembre 1968, DM, V, p. 359.

25De Gaulle décèle, fondamentalement, trois causes dans la maladie du corps social français : — Une société sans âme, "ce mal du siècle, qui est celui des âmes", comme le relève de Gaulle dans son allocution du 31 décembre 196815. Quelques mois auparavant (le 7 juin 1968), il remarquait :

  • 16 Entretien du 7 juin 1968, DM, V, pp. 301-302.

"Tout s’organise et fonctionne d’une manière automatique, standardisée, d’une manière technocratique et de telle sorte que l’individu n’a pas prise sur son propre destin." 16

  • 17 Discours du 25 septembre 1949, DM, II, p. 307.

26-Un capitalisme non intégrateur qui l’amenait à souhaiter, dans l’après-guerre, l’abolition du salariat17. N’est-on pas amené à penser ici au Sangnier qui, dans sa controverse de Roubaix avec Jules Guesde, avait pris publiquement position contre le système patronat-salariat ?

  • 18 Allocution du 4 février 1965, DM, IV, p. 327.

27— Une fausse solution, le système communiste, présenté comme un écrasement des individus auxquels ne sont jamais donnés ni le choix ni la liberté.18

  • 19 Lettre à Marcel Loichot, le lundi de Pâques 11 avril 1966, Lettres, Notes et Carnets, janvier 1964 (...)

"Depuis toujours, je cherche, un peu à tâtons, la façon pratique de déterminer le changement, non point du niveau de vie, mais bien de la condition de l’ouvrier. 19

28D’où la recherche, tout empirique, d’une autre solution. Autre chose. Mais quoi ? Les appellations ont varié : association, coopération, participation. Toutes renvoient à la nécessité de définir un nouveau projet.

2.3. Une recherche-signification de l’association et de la participation

29L'association apparaît liée étroitement au monde de l’entreprise et à la condition proprement ouvrière, au moins dans un premier temps. C’est pourquoi le simple intéressement n’est pas écarté dans les allocutions de l’immédiat après-guerre. Comme l’écrit Patrick Guiol :

  • 20 P. Guiol "La Participation", Espoir, n 10-11, juillet 1975, p. 15.

"Les études du RPF s’attachent à la participation aux résultats et à la marche de l’entreprise".20

30Cette même préoccupation se retrouve successivement dans l’ordonnance du 7 janvier 1959, l’amendement Vallon du 12 mai 1965, le plan Loichot, enfin les ordonnances d’août 1967 avec, il est vrai, des ambitions considérablement élargies. Rapidement, toutefois, la vision s’étend à des préoccupations moins restrictives. Il peut déclarer le 25 juin 1950 :

  • 21 Discours du 25 juin 1950, DM, II, pp. 368-369.

"Mais c’est l’Association réelle et contractuelle que nous voulons établir et non pas ces succédanés : primes à la productivité, actionnariat ouvrier, intéressement aux bénéfices, par quoi certains essaient de la détourner."21

  • 22 LNC, 8 mai 1945-18 juin 1951, p. 339.

31S’ajoute là une volonté de promotion ouvrière et de changement social qu’illustrent parfaitement ses Observations sur une brochure au sujet de l’Association", élaborée par les groupes de travail du RPF.22 Il y souligne fortement le lien Résistance-volonté de changement social, faisant référence explicitement à son message du 23 juin 1942 adressé aux mouvements de Résistance métropolitains.

  • 23 Ibid.

32N’y avait-il pas risque, à ce niveau de l’association-intéressement, de prétendre faire renaître une vieille formule passablement datée et ambivalente au point d’avoir été revendiquée simultanément par le patronat, les catholiques sociaux et certaines écoles du socialisme français ? De Gaulle n’a jamais nié ces antécédents. Ce qui l’intéresse, ce sont les raisons des échecs antérieurs. Ils sont, selon lui, de deux ordres : d’abord, parce qu’inventée au XIXe siècle, l’Association n’est pas parvenue à se développer en raison de l’opposition conjuguée du capitalisme et des champions de la lutte des classes.23 Ensuite, parce qu’à ses yeux, les approches ont été trop dogmatiques et systématiques. Seule, une démarche ouverte, pragmatique et réaliste peut permettre de dégager des solutions.

33Telles sont les raisons profondes du refus caractérisé de Charles de Gaulle de se laisser enfermer dans des formules ou des slogans. Ainsi, en réponse à l’interrogation provocante d’un journaliste :

  • 24 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, p. 233.

"Est-ce du fascisme, du corporatisme ? Je ne le crois pas. Mais je ne puis empêcher certains de détourner les mots de leur sens." 24

2.4. Conditions et obstacles

34A la base, sa dimension proprement économique, l’Association-Participation a toujours été présentée par de Gaulle comme une entreprise positive. Ainsi pouvait-il répondre à un journaliste qui s’inquiétait du coût de l’association :

  • 25 Conférence de presse du 1er octobre 1948, DM, II, p. 209. On retrouve cette approche dans le disco (...)

"Monsieur, l’association n’est pas un procédé destiné à perdre de l’argent. C’est un procédé destiné à en faire gagner, en améliorant le rendement des entreprises et leur productivité. Je suis persuadé qu’un régime d’association établi dans les entreprises nationalisées tendrait à augmenter leur rendement, leur productivité, leur discipline, exactement comme il le ferait dans les entreprises privées. (...) Je suis convaincu que le régime de l’association (...) introduit dans les entreprises nationalisées changerait complètement la manière dont celles-ci fonctionnent." 25

35C’est, en quelque sorte, l’association mise au service de la modernisation du service public.

36Profitable à l’entreprise en particulier et à l’économie dans son ensemble, l’Association-Participation implique un renouvellement du syndicalisme et une modernisation du patronat.

  • 26 Cf. discours du 4 janvier et du 14 décembre 1948. Conférence de presse du 29 juillet 1963 par exem (...)

37De Gaulle en a appelé à de nombreuses reprises à la rénovation du syndicalisme.26 Rendu au départ nécessaire pour éviter l’écrasement des travailleurs, le syndicalisme est devenu, estime-t-il, expression et instrument de la lutte des classes. Dans l’association, "lavés de la politique", les syndicats retrouveront leur dignité et deviendront les agents actifs de la transformation de la société française. Le patronat n’est pas quitte pour autant :

  • 27 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, p. 233.

"De leur côté, les anciens patrons qu’offrent-ils, eux aussi, aux ouvriers ? Le vieux système." 27

38 La conclusion :

  • 28 Ibid.

"il faut un régime économique et social nouveau dans lequel tous les travailleurs trouvent un intérêt direct, moral et matériel à leur participation. C’est ce que nous voulons réaliser par l’association" 28

39Texte-clé qui réunit Association et Participation, la première comme moyen, la seconde comme fin, l’Association rendant possible la realisation de la Participation.

40Ces philippiques anti-syndicales et anti-patronales ne sont pas loin d’évoquer le thème classiquement gaullien du combat contre les féodalités. C’est ce qu’il exprime dans les Mémoires d’Espoir à propos de la suite portée aux événements de mai 1968 :

  • 29 Mémoires d’Espoir, I, p. 145.

"Je tenterai d’ouvrir toute grande, en France, la porte à la participation, ce qui dressera contre moi l’opposition déterminée de toutes les féodalités économiques, sociales, politiques, journalistiques, qu’elles soient marxistes, libérales ou immobilistes.” 29

41De là, on arrive rapidement au thème, central chez de Gaulle, de l’Etat. Cette montée passe par la critique classique, elle aussi, du régime des partis :

  • 30 LNC, 8 mai 1945-18 juin 1951, pp. 339-340.

"La politique, par les partis, s’est emparée de la question, ce qui la rendait insoluble." 30

42La solution de la question sociale passe ainsi par l’édification d’un Etat fort et impartial, fort parce qu’impartial.

  • 31 Conférence de presse du 29 juillet 1963, DM, IV, p. 116.
  • 32 Discours du 4 janvier 1948, DM, II, p. 168.

43La conférence de presse du 29 juillet 1963 lui permet de souligner, parmi les données nécessaires, celle de la capacité de l’Etat31, dont il avait souligné plus tôt la nécessité d’être impartial c’est à dire élevé au-dessus des partis.32

  • 33 Conférence de presse du 29 juillet 1963, DM, IV, p. 116.

44A cet Etat de prendre ses responsabilités, dès lors qu’il est pénétré de la nécessité de son devoir social. Il le fera en édictant les dispositions législatives et réglementaires nécessaires33.

45A une reprise au moins, de Gaulle a établi une liaison expresse entre la nature du régime politique et l’aptitude de l’Etat à accomplir son devoir social. Dans un discours prononcé à Neuilly le 12 octobre 1952, il pouvait déclarer, devant les membres du Conseil national du RPF, réunis en Congrès :

  • 34 Allocution du 12 octobre 1952, DM, II, pp. 544-545.

"C’est à nous d’être, à présent, les champions, les artisans de la rénovation, c’est-à-dire de la révolution, politique, économique et sociale qui doit associer le peuple à son destin, tandis que le régime représentatif et capitaliste ne l’y associe qu’en apparence. (...) Nous voulons construire, à partir de ce changement, des institutions claires, précises, d’avance formulées. (...) Autrement dit, nous ne voulons changer que pour bâtir ou mieux rebâtir : d’abord l’Etat, afin qu’il soit juste et fort, d’autre part, l’économie française, pour qu’elle devienne prospère et puissante." 34

46Concernant les rapports entre l’Etat et les catégories sociales, de Gaulle a exprimé, à différents moments, des points de vue qui ne sont pas toujours compatibles entre eux ou, plus précisément, qui paraissent traduire une évolution.

47Dans un premier temps, il ne semble pas reculer devant une sorte de fusion organique des groupes sociaux et de l’Etat. Dans le discours de Saint-Etienne, déjà cité (4 janvier 1948), il proposait :

  • 35 Discours de Saint-Etienne, DM, II, p. 168.

"Mais, les activités françaises étant ainsi rendues cohérentes par l’Association, leurs représentants pourraient et devraient être incorporés à l’Etat. "35

48Par la suite, dans les années soixante, il prend une conscience plus aiguë de la vie propre de l’organisme social et des unités qui le composent. Sans ouvrir la porte à une dé-solidarisation et à une dé-responsabilisation de l’Etat vis-à-vis des communautés professionnelles et sociales, il reconnaît à celles-ci une capacité à l’auto-organisation, source de progrès pour l’ensemble social.

  • 36 Conférence de presse du 29 juillet 1963, DM, IV, p. 115.

49Dans sa conférence de presse du 29 juillet 1963, après avoir souligné, dans le domaine économique et social, l’importance de la capacité de l’Etat et de la solidarité des catégories socio-professionnelles, il ajoute la nécessité, pour chacune de ces catégories, "de se doter d’organisations qui soient assez solides et assez valables (...) pour concourir d’une manière positive à l’œuvre des diverses branches de l’activité ainsi qu’au progrès d’ensemble de la collectivité nationale."36 Cette autonomisation d’un social solidaire et responsable s’exprime encore plus nettement dans l’allocution, rarement citée, prononcée à la Caisse des Dépôts et Consignations le 7 octobre 1966 :

  • 37 Discours du 7 octobre 1966, DM, V, p. 91.

"Or, voici que la volonté d’associer à l’action publique des réalités et des responsabilités qui n’appartiennent pas en propre aux hiérarchies de l’Etat anime aujourd’hui l’ensemble de notre politique économique et sociale." 37

50A la veille des événements décisifs et significatifs de 1968, de Gaulle semble parvenu à une vision désormais mûre de la société, de ses catégories, de leur rapports internes et de leur relation à la collectivité nationale et à l’Etat : des groupes organisés, solidaires, conscients des nécessités de l’expansion comme de leur nécessaire contribution à une oeuvre collective ; en regard, un patronat acquis aux vertus du dialogue et décidé à une forme de partage des progrès de la croissance. Au-dessus, en position d’arbitre, un Etat fort et impartial, impulsant sans dirigisme, conduisant sans intégrer.

51Il reste à voir plus précisément maintenant, à un niveau plus descriptif, les implications de cette vision de la Participation.

3. Les champs d’application. Formes et niveaux d’emploi de la participation

52Dès lors qu’il s’agit, au-delà de la genèse et de "l’intuition" de la participation, d’aller au cœur du concept et d’en démontrer les mécanismes, on se trouve plus embarrassé.

  • 38 Gérard Fortin, "Participation et Société" in François Perroux (dir.) La Participation. Cahiers de (...)

53Plusieurs approches ont été en effet tentées. Un auteur, Gérard Fortin, a envisagé ainsi une distinction quadripartite de la participation qui repose sur une analyse des niveaux et des degrés d’implication de l’individu dans un processus participatif.38 De son analyse, il ressort que la participation peut être : activiste (cas de l’individu ayant une vie associative active), intégrative (cas de l’individu ayant fait siennes les valeurs du groupe dominant), volontariste (l’individu adhère de façon consciente à des objectifs définis par le pouvoir), distributive enfin (dans ce cas, la participation implique un partage du pouvoir entre les membres du groupe et leur offre la possibilité de contribuer au processus de décision sur le choix des objectifs sociaux).

54Cette approche — centrée sur l’acteur social — nous paraît toutefois, en dépit de son intérêt, insuffisante et ne pas permettre d’aller au fond de la notion de participation.

55Elle interdit en particulier de s’élever à une dimension à la fois suffisamment vaste et compréhensive de la notion de participation. Celle-ci, à notre sens, a été, jusqu’alors, vue exclusivement sous une dimension étroitement sociale. Or, nous sommes convaincus de deux choses. S’il n’y a pas toujours eu chez de Gaulle de préoccupation sociale (c’est à la faveur de la guerre que celle-ci s’éveille), en revanche, la pensée sociale n’est pas chez lui une fin en soi ; elle ne prend tout son sens que dans une finalité à la fois d’unité nationale et de légitimité, tout autant que d’efficacité d’un Etat mis au service de la collectivité.

56De 1945 à 1969, on ne cesse d’ailleurs d’assister à un crescendo dans l’élargissement du concept de participation. D’abord et longtemps appliquée à l’économie dans son ensemble et à l’entreprise en particulier, la participation élargit finalement son champ d’application à l’ensemble des activités nationales. Il y a eu à la fois déplacement et extension.

3.1. Formes initiales de la participation : la Participation économique

57Longtemps cheval de bataille chez de Gaulle, elle s’étend à quatre niveaux :

  • Le niveau des résultats : c’est l’idée de l’intéressement des salariés aux fruits de l’expansion.
  • Le niveau du capital : c’est le projet, déjà ancien, de l’actionnariat.
  • Le niveau de l’organisation de l’entreprise (exemple : les Comités d’entreprise).
  • Le niveau de gestion enfin, c’est-à-dire du mode et du degré de participation du personnel à la marche de l’entreprise.

58Il est bon de relever ici qu’à tort, la plupart des commentateurs ont cru devoir limiter l'Association-Participation au seul personnel ouvrier de l’entreprise. Or, de Gaulle a très tôt précisé qu’il prenait en compte la totalité des personnels. Ainsi le discours de Saint-Etienne du 4 janvier 1948 :

  • 39 DM, II, p. 167, c’est nous qui soulignons. On peut encore citer entre autres les (...)

"L’Association, qu’est-ce à dire ? D’abord, ceci que, dans un même groupe d’entreprises, tous ceux qui en font partie, les chefs, les cadres, les ouvriers, fixaient ensemble entre égaux, avec arbitrage organisé, les conditions de leur travail, notamment les rémunérations." 39

59Jusqu’aux années cinquante, le Général n’envisage l'application de ce régime qu’aux entreprises nationalisées. Ce n’est que plus tard qu’il projette son extension à l’ensemble du monde de l’entreprise.

  • 40 DM, V, p. 230, c’est nous qui soulignons.

60La conférence de presse du 27 novembre 1967 marque le temps de la synthèse entre l’Association et la Participation, en évoquant "la participation directe des travailleurs aux résultats, au capital et aux responsabilités.40

61L'explosion de mai 1968, par sa brutalité et son ampleur, lui permet tout à la fois de prendre la mesure de ce qui reste à faire et d’exploiter l’événement pour donner un coup d’accélérateur au processus.

3.2. Les formes mûres de la Participation : la Participation tous azimuts

62Le champ d’application de la participation n’est plus désormais la seule entreprise mais aussi bien l’Université ou la région. Il déclare ainsi le 24 mai 1968 :

  • 41 DM, V, p. 289, c’est nous qui soulignons.

"Tout le monde comprend, évidemment, quelle est la portée des actuels événements, universitaires puis sociaux. On y voit tous les signes qui démontrent la nécessité d’une mutation de notre société et tout indique que cette mutation doit comporter une participation plus étendue de chacun à la marche et aux résultats de l’activité qui le concerne directement." 41

  • 42 DM, V, p. 30.
  • 43 DM, V, pp. 394-395.

63Amorcée dans le discours de Lille, le 23 avril 196642, l’extension à la région du thème de la participation se généralise à partir du mois de mars 1968 pour trouver son point d’aboutissement avec l’entretien télévisé du 10 avril 1969.43

64Avec la réforme du Sénat, la participation affecte enfin le fonctionnement même de l’Etat qui est en cause, un Etat au service du citoyen désormais et non plus du simple producteur :

  • 44 DM, V, p. 397.

"On ouvrira aux catégories économiques et sociales françaises la participation directe à la préparation des lois". 44

65Dans la région et le Sénat voulus par Charles de Gaulle, il y avait un effort de construction politico-administrative et socio-économique ouverte simultanément aux exigences du monde moderne et au désir de participation nécessaire à la construction d’une société nouvelle.

***

66Au terme de cette communication qui est loin d’avoir pu faire le tour complet d’un domaine aussi vaste, quelques enseignements semblent pouvoir être dégagés. Ils permettront de souligner que le concept de participation est à la fois complexe, évolutif et ouvert.

67C’est un concept complexe, qui associe étroitement l’économie, le social, sous toutes ses formes, le politique. Pris globalement, il ne se rapporte exclusivement ni à l’un ni à l’autre de ces aspects, mais ne peut être compris que par leur liaison étroite.

68C’est un concept évolutif, qui s’est enrichi avec le temps en se complexifiant en relation étroite avec le contexte ambiant, social et politique. Au début, après 1945, c’est un impératif de redressement économique qui impose l’association ; avec la création du RPF et la lutte contre la Troisième Force, les préoccupations de concurrence politique sont loin d’être absentes ; à partir de 1958, la construction de l’Etat nouveau est inséparable d’un projet de renouveau économico-social ; avec les événements de 1968 enfin prend corps un projet global de rénovation de la société française qui résonne comme un appel à toutes les énergie nationales.45 Il y a là un passage de la “question sociale” aux “problèmes de société”.

  • 45 La communication n’a pu, pour des raisons de volume, prendre en compte que très partiellement cett (...)

69C’est enfin un concept non exclusif et ouvert. Ce serait une vision trop restrictive que d’envisager en termes étroitement sociaux le paysage social du général de Gaulle. Non qu’il n’ait pris conscience de l’existence d’une question sociale ; mais très tôt, il replace celle-ci dans un environnement plus large qui intègre le social sans se limiter à lui et implique un traitement d’ensemble. En d’autres termes, pour de Gaulle, il n’y pas de traitement purement social de la question sociale mais une vision synthétique où le social intervient simultanément en termes de traitement et d’agent de transformation dans une vision globale.45

70C’est sans doute à ce propos qu’on mesure ce qui rapproche et en même temps sépare de Gaulle du vieux courant catholique social. Les catholiques sociaux, assez indifférents au politique ou à tout le moins attachés à une approche traditionnelle de celui-ci, "font" du social pour ne pas avoir à changer la politique ; chez de Gaulle, la dimension sociale, inséparable du politique et du national, est un facteur d’enrichissement et de progression de celui-ci.

***

71Faut-il s’interroger finalement en termes d’échec et de réussite ? Le vote négatif sur le référendum du 27 avril 1969 fut un échec politique aux yeux de l’opinion. Pour de Gaulle, qui n’en faisait pas un gadget, ce fut à la fois un échec personnel et l’insuccès d’une réforme à laquelle il croyait et dans laquelle il s’était totalement engagé.

Notes

1 J.-M. Cotteret et R. Moreau, Le vocabulaire du général de Gaulle, Paris, Armand Colin, 1969.

2 L’expression est de Gérald Antoine dans sa communication au colloque de l’Institut Charles de Gaulle sur La philosophie politique du général de Gaulle, Paris, Plon, 1981.

3 Discours et Messages, I, p. 341.

4 Discours du 2 mars 1945, devant l’Assemblée nationale constituante, DM, I, pp. 528-529

5 Discours de Saint-Etienne, le 4 janvier 1948, DM, II, p. 167.

6 Discours du 23 février 1952, DM, II, p. 500.

7 Allocution du 11 mars 1969, DM, V, p. 386

8 Allocution du 25 avril 1969, DM, V, p. 405.

9 Pierre Pascallon, "Le général de Gaulle et la participation", Etudes gaulliennes, juillet-décembre 1974, p. 99

10 Discours prononcé le 1er mai 1950, DM, II, pp. 361-362.

11 Dicours du 5 octobre 1947, DM, II, p. 125.

12 Discours du 21 octobre 1950, DM, II, p. 397.

13 Discours de Saint-Etienne, DM, II, pp. 163-168.

14 Conférence de presse du 23 juillet 1963, DM, IV, p. 116.

15 Allocution du 31 décembre 1968, DM, V, p. 359.

16 Entretien du 7 juin 1968, DM, V, pp. 301-302.

17 Discours du 25 septembre 1949, DM, II, p. 307.

18 Allocution du 4 février 1965, DM, IV, p. 327.

19 Lettre à Marcel Loichot, le lundi de Pâques 11 avril 1966, Lettres, Notes et Carnets, janvier 1964-juin 1966, p. 287.

20 P. Guiol "La Participation", Espoir, n 10-11, juillet 1975, p. 15.

21 Discours du 25 juin 1950, DM, II, pp. 368-369.

22 LNC, 8 mai 1945-18 juin 1951, p. 339.

23 Ibid.

24 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, p. 233.

25 Conférence de presse du 1er octobre 1948, DM, II, p. 209. On retrouve cette approche dans le discours de Paris du 14 décembre 1948.

26 Cf. discours du 4 janvier et du 14 décembre 1948. Conférence de presse du 29 juillet 1963 par exemple.

27 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, p. 233.

28 Ibid.

29 Mémoires d’Espoir, I, p. 145.

30 LNC, 8 mai 1945-18 juin 1951, pp. 339-340.

31 Conférence de presse du 29 juillet 1963, DM, IV, p. 116.

32 Discours du 4 janvier 1948, DM, II, p. 168.

33 Conférence de presse du 29 juillet 1963, DM, IV, p. 116.

34 Allocution du 12 octobre 1952, DM, II, pp. 544-545.

35 Discours de Saint-Etienne, DM, II, p. 168.

36 Conférence de presse du 29 juillet 1963, DM, IV, p. 115.

37 Discours du 7 octobre 1966, DM, V, p. 91.

38 Gérard Fortin, "Participation et Société" in François Perroux (dir.) La Participation. Cahiers de l’ISEA, 9, septembre 1970, pp. 1623 et sq.

39 DM, II, p. 167, c’est nous qui soulignons. On peut encore citer entre autres les discours du 2 mars 1945, du 7 septembre 1947 ou du 17 avril 1948.

40 DM, V, p. 230, c’est nous qui soulignons.

41 DM, V, p. 289, c’est nous qui soulignons.

42 DM, V, p. 30.

43 DM, V, pp. 394-395.

44 DM, V, p. 397.

45 La communication n’a pu, pour des raisons de volume, prendre en compte que très partiellement cette dimension "opératoire" et fonctionnelle de la participation en fonction du contexte politique.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Paris IV (Paris - Sorbonne)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540