Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

De Gaulle et les gaullistes face aux conflits sociaux au temps du RPF

Bernard Lachaise

Texte intégral

  • 1 Yves Lequin, Histoire des FrançaisXIXe-XXe siècles. La Société, Paris, Armand Colin, 1983, p. 441.
  • 2 Dominique Borne, Histoire de la Société française depuis 1945, Paris, Armand Colin, 1988, p. 125.
  • 3 La presse gaulliste et les archives de l’Action ouvrière sont conservées par l’Institut Charles de (...)

1Au temps du RPF, de 1947 à 1955, la France a connu d’intenses conflits sociaux. Les grèves ont alors atteint leur apogée dans l’histoire du pays (jusqu’en 1968) : en 1947, 3 598 grèves et près de 3 millions de grévistes ; en 1948, 1 374 grèves mais plus de 6,5 millions de grévistes.1 Les années 1947, 1948, 1950 et 1953 détiennent les records du nombre de journées individuelles de travail perdues depuis 1945... à l’exception de 1968.2 Au regard de ces conflits, notre propos consiste d’abord à nous interroger sur les réactions de Charles de Gaulle et des gaullistes ; puis à examiner leur rôle face à une telle situation ; enfin, à essayer d’expliquer les positions de l’ancien chef du GPRF et de ses compagnons ? L’étude sera menée chronologiquement afin de déterminer dans quelle mesure les positions gaullistes évoluèrent en fonction des circonstances. Elle sera limitée à une analyse des positions officielles et des directives données car une étude des agissements gaullistes sur le terrain, dans chaque conflit, aurait nécessité une autre recherche réalisable mais plus longue à partir des dossiers départementaux du RPF et de la presse locale ou régionale. Les sources utilisées ici sont constituées principalement des déclarations et des écrits du général de Gaulle, et la presse gaulliste (successivement L’Etincelle, L’Etincelle ouvrière, Le Rassemblement ouvrier, LeRassemblement). Les renseignements ainsi fournis ont été complétés par les archives de l’Action ouvrière (AO)3 et par des témoignages publiés ou privés de gaullistes du RPF.

1. Les réactions de Charles de Gaulle et des gaullistes face aux conflits sociaux

1.1. Quelles sont les origines des conflits ?

1.1.1. En 1947, l’action des communistes sur fond de misère

  • 4 L’Etincelle, 28 juin 1947.
  • 5 Ibid., 16 septembre 1947.
  • 6 Discours prononcé à Vincennes le 5 octobre 1947, de Gaulle Discours et Messages, II, Paris, Plon, (...)
  • 7 L’Etincelle ouvrière, 23 novembre 1947.
  • 8 Ibid., 30 novembre 1947.

2Dès le mois de juin, au moment où les grèves s’étendent, notamment à la SNCF, L’Etincelle juge les mobiles de ces mouvements sociaux plus politiques que revendicatifs.4 Au début septembre, quand la CGT convoque les travailleurs à manifester sur le Champ de Mars pour protester contre l’insuffisance du ravitaillement, il apparaît que ce syndicat "semble plus préoccupé de la guerre contre le Vietnam et de la politique de la France que du ravitaillement"5. Le 5 octobre, le général de Gaulle dénonce "les séparatistes exploitant les misères et attisant les colères"6. En novembre, les meneurs séparatistes qualifiés de "valets serviles de l’impérialisme slave-asiatique" sont accusés de paralyser l’économie en déclenchant des conflits sociaux.7 Dans un article intitulé "Les grèves forcées" publié dans L’Etincelle ouvrière du 30 novembre 1947, le RPF distingue les raisons déclarées par la CGT communiste (hausse constante du coût de la vie et diminution du pouvoir d’achat, etc.) des buts réels immédiats du PC (ameuter la classe ouvrière contre le gouvernement et obliger celui-ci à accorder des portefeuilles ministériels aux communistes) et des buts lointains décidés par le Kominform (éliminer les adversaires du communisme intégral, pratiquer une politique extérieure nettement communiste et établir l’armature économique soviétique).8

1.1.2. En 1948, la misère et les communistes sont jugés responsables des grèves

  • 9 Ibid., 14 janvier 1948.
  • 10 Le Rassemblement ouvrier, 24 juillet 1948.
  • 11 Ibid., 2 octobre 1948.
  • 12 L’Etincelle ouvrière, 14 janvier 1948.
  • 13 Le Rassemblement ouvrier, 25 septembre 1948.
  • 14 Ibid., 9 octobre 1948.
  • 15 Ibid., 10 octobre 1948.

3Les gaullistes reconnaissent que les grèves sont justifiées par la hausse des prix, l’insuffisance des salaires et du ravitaillement.9 La presse publie des chiffres qui sont là "pour rappeler, s’il en était encore besoin à quelques privilégiés tentés de l’oublier, la tragédie des familles françaises aux prises avec la misère à cause de l’inflation et des salaires bloqués"10. Quand débutent les grandes grèves d’octobre 1948, Alexandre Minard souligne dans Le Rassemblement ouvrier que "la levée de boucliers est générale contre les décrets de misère Queuille. Les classes laborieuses sont durement frappées..."11 Mais le RPF juge indésirable le caractère politique de ces grèves dans lesquelles il voit l’œuvre de l’URSS et du Kominform. Il dénonce les "grèves Molotov" chez Panhard12 et la politisation des grèves tentée par la "CGTK" (CGT-Kominform), afin de plonger la France dans la guerre civile avant d’instaurer la dictature policière.13 Les gaullistes enragent contre la domination des leaders communistes sur le bassin minier aussi forte, disent-ils, que celle des seigneurs d’Anzin.14 Ils déplorent que le bassin houiller soit devenu "République Populaire Autonome plus soumise à Moscou qu’à Paris". Les objectifs sont toujours les mêmes : paralyser l’économie, neutraliser le plan Marshall et saboter le relèvement de la France.15

1.1.3. En 1950, les communistes plus encore que la misère sont à l’origine des grèves

  • 16 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 351.
  • 17 Le Rassemblement ouvrier, 4 mars 1950.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., 1er avril 1950.
  • 20 Archives Action ouvrière (AO), Directives à suivre devant les événements sociaux actuels, 2 mars 1 (...)
  • 21 Archives AO, Fiche de propagande n 141.

4De Gaulle fait une analyse de la situation sociale qui met en cause, dans son explication de l’explosion des grèves, à la fois les séparatistes et le régime. Celui-ci se trouvant "trop faible... a déposé en matière sociale son bilan et a remis face à face les employeurs et les employés". Quant aux séparatistes, "ils se sont emparés d’une grande partie des syndicats. Ils utilisent les revendications professionnelles pour leur politique."16 Si le RPF reconnaît par exemple l’origine revendicative de la grève de la métallurgie due à "une insuffisance trop criante des salaires"17, les raisons politiques l’emportent très largement à ses yeux dans l’origine des conflits. La grève des dockers en février est considérée comme la première partie d’une vaste campagne menée par la CGT sur les ordres de Moscou ("tout subordonner à l’action pour la défense de l’URSS, radicalisation des masses, grèves politiques")18. La responsabilité des conflits appartient à la cinquième colonne stalinienne, à la CGTK et aux séparatistes selon le vocabulaire employé. Les gaullistes voient dans l’action des communistes une volonté de préparer la guerre civile19, d’affaiblir le pays et la lutte en Indochine20, et de combattre le pacte d’assistance militaire (Alliance Atlantique)21.

1.1.4. En 1953, des grèves revendicatives ou une crise de régime ?

  • 22 Archives AO, Rapport Manuel Bridier, Comité national à Levallois-Perret 24-25 janvier 1953.
  • 23 Archives AO, Rapport Henri Duvillard, 11 août 1953.
  • 24 Le Rassemblement, 15-21 octobre 1953.
  • 25 Archives AO, Motion du 4 octobre 1953.
  • 26 Le Rassemblement, 24-30 décembre 1953.

5Manuel Bridier déplore en janvier 1953 "les échecs totaux des grèves pourtant revendicatives dans une situation économique et sociale qui rendaient plus justifiées que jamais ces revendications"22. A propos de la grève de la fonction publique du mois d’août, Henri Duvillard la présente comme "professionnelle, branchée sur un ensemble de revendications sociales, partie de la base sans aucun mot d’ordre politique. Le caractère d’unanimité de cette grève n’est pas contestable"23. Les gaullistes estiment qu’en août, "le peuple a dit non au régime"24 et que la crise sociale constitue l’aspect le plus grave de la crise générale du régime25. Selon les responsables de l’AO, les revendications traduisent le dégoût du régime26.

6Entre 1947 et 1953, l’interprétation gaulliste des conflits sociaux varie : de 1947 à 1950, les grèves sont présentées comme essentiellement politiques, marquées par l’action du PCF et de Kominform ; par contre, en 1948 dans une certaine mesure et en 1953-1954, les grèves sont considérées comme revendicatives même si elles traduisent une crise de régime.

1.2. Quelles sont les positions des gaullistes à l’égard des acteurs sociaux à la fois quant à leur responsabilité dans l’origine de la situation et quant à leur comportement face au conflit ?

1.2.1. Les gaullistes et les syndicats

  • 27 Conférence de presse du 12 novembre 1947, DM, II, pp. 141-142.

7Le sujet est très largement abordé par le RPF et l’ΑΟ. Le 25 novembre 1947, de Gaulle déclare qu’"actuellement, il est trop clair que les syndicats tels qu’ils sont, sont une féodalité", et ajoute-t-il, "une féodalité dominée par le parti de l’étranger."27 Dans la grève du métro en novembre 1947, la presse dénonce l’attitude de la CGT :

  • 28 L’Etincelle ouvrière, 1er novembre 1947.

"Les cégétistes commencèrent par désavouer une grève professionnelle puis, quand ils virent qu’elle avait grande chance de succès, essayèrent d’en prendre la direction et de la transformer en grève politique, cette tactique leur ayant partiellement réussi au cours des grèves Renault en mai dernier" 28

8En 1948, de Gaulle regrette l’inaction des syndicats autres que séparatistes :

  • 29 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, pp. 232-233.

"Qu’offrent-ils aux ouvriers, je me le demande ? Ils leur offrent quelques vagues chicanes sur les prix et les salaires, dont il ne sort absolument rien." 29

  • 30 L’Etincelle ouvrière, 14 janvier 1948.
  • 31 Ibid.

9La CGTK est constamment accusée car "colonisée par le PCF"30. Quant à la CGT-FO, Jacques Baumel, secrétaire national à l’Action professionnelle et sociale (APS), reconnaît que les gaullistes s’étaient félicités de sa naissance qu’ils jugeaient comme "une réaction saine du syndicalisme français fidèle à la Charte d’Amiens". Mais la déception est grande : FO devient à leur yeux "un miroir aux alouettes (...) car il apparaît qu’elle tend à devenir l’assise syndicale de la fameuse Troisième Force"31. En 1950, de Gaulle déclare :

  • 32 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 351.

"Les séparatistes se sont emparés d’une grande partie des syndicats. (...) Quant aux autres syndicats, ils sont, eux aussi, quoi qu’ils prétendent, politisés" 32 .

  • 33 Archives AO, Fiche de propagande 12, La crise du syndicalisme français.

10Pour l’Action ouvrière, les syndicats sont prisonniers des partis politiques "CGT = Kominform = argent de Moscou ; FO = Parti socialiste = argent du gouvernement et des syndicats américains ; CFTC = MRP = argent du gouvernement... La CGTK aligne ses grèves sur les conférences internationales ; FO critique le ministre du Travail seulement s’il n’est pas socialiste ; la CFTC suit souvent les staliniens parce qu’elle est en partie noyautée par les chrétiens progressistes"33. Au début de l’année 1954, en dressant un bilan des luttes sociales de 1953, Manuel Bridier regrette que les syndicats libres ne se soient pas montrés à la hauteur de la situation :

  • 34 Le Rassemblement, 7-13 janvier 1954.

"Ils ne comprennent pas le grand dégoût contre le régime parce qu’ils font partie du régime. La grève se termine par un échec du fait de l’impuissance et de la trahison des centrales syndicales." 34

11Il est clair que, de 1947 à 1953, aux yeux du général de Gaulle et de ses compagnons, les syndicats jouent un rôle politique jugé néfaste dans les conflits sociaux.

1.2.2. Les gaullistes et le patronat

12Le sujet est beaucoup moins abordé que le précédent. Sans doute, le patronat est-il visé quand L’Etincelle écrit le 16 octobre 1947 :

"Dans certains milieux trop bien nantis et favorisés, on estime que les arrêts de travail dont les classes laborieuses usent actuellement sont déplacés. D’après ces « mangent toujours à leur faim », le pays doit travailler et supporter... Gare à la colère du peuple ! "

  • 35 Archives AO, Directives à suivre devant les événements sociaux, 2 mars 1950.
  • 36 Le Rassemblement, 4 mars 1950.
  • 37 Le Rassemblement, 24-30 septembre 1953.
  • 38 Ibid., 1-7 octobre 1953.

13Au printemps 1950, l’Action ouvrière dénonce "les ridicules contrepropositions patronales de 5 % de hausse des salaires"35. Le Rassemblement ouvrier critique à la même époque "un certain patronat organisé qui au lieu de s’efforcer de comprendre les difficultés ouvrières conçoit le salarié comme une matière première qu’il importe de se procurer au meilleur compte possible"36. En 1953, les gaullistes font des propositions pour protéger les travailleurs "contre l’arbitraire des féodalités patronales"37 et constatent qu’"en période de crise et de chômage larvé, l’intérêt du patronat n’est pas de chercher la conciliation"38.

14Il est donc clair que, de 1947 à 1953, aux yeux des gaullistes, le patronat fait preuve d’un dangereux égoïsme dans les conflits sociaux.

1.2.3. Les gaullistes et le gouvernement

  • 39 Le Rassemblement ouvrier, 18 septembre 1948.
  • 40 Ibid., 25 septembre 1948.
  • 41 Ibid., 18 septembre 1948.
  • 42 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 351.
  • 43 Le Rassemblement ouvrier, 22 avril 1950.
  • 44 Archives AO, Motion du Bureau national, 4 octobre 1953.
  • 45 L’Etincelle ouvrière, 17 décembre 1947.
  • 46 Le Rassemblement ouvrier, 18 septembre 1948.
  • 47 Ibid., 10 octobre 1948.

15Le sujet est largement mais inégalement abordé, dans un premier temps, pour souligner les responsabilités du pouvoir dans la situation qui a conduit aux conflits sociaux. En 1947, il est intéressant de constater que le gouvernement n’est jamais mis en cause dans la présentation des conflits sociaux. Ce n’est plus le cas en 1948 où les gaullistes s’en prennent aux "affameurs et aux incapables du gouvernement"39. Ils dénoncent "l’effroyable gabegie du chaos monétaire et administratif créé par l’incapacité des gouvernements successifs"40. Les "décrets de misère Queuille" sont jugés partiellement responsables des conflits41. En 1950, de Gaulle s’attaque au gouvernement quand il déclare : "On ne faisait rien pour améliorer fondamentalement les rapports sociaux et, en particulier, la condition ouvrière."42 En avril, le Rassemblement ouvrier écrit que l’Etat-patron est le responsable n° 1 de la misère actuelle de la classe ouvrière : le gouvernement a fait pression (alors que beaucoup de patrons capitalistes étaient prêts à faire un effort supérieur à 5 %) pour ne pas avoir à accorder les mêmes avantages aux salariés dans les entreprises nationalisées.43 En 1953, l’Action ouvrière est unanime pour constater "les conséquences désastreuses de la politique réactionnaire des gouvernements Pinay, Mayer, Laniel, politique de défense des intérêts capitalistes coalisés contre l’unité de la Nation"44. Dans un deuxième temps, les gaullistes mettent en cause le pouvoir pour son attitude pendant les conflits. En 1947, les réactions gouvernementales face à la crise sociale sont peu évoquées si ce n’est, à la mi-décembre, pour reprocher à la Troisième Force sa faiblesse, "son incapacité à faire dignement face aux menaces pesant sur le pays. Que dire du ministre Jules Moch brandissant les foudres des lois dites scélérates... et laissant impunément commettre les criminels sabotages"45. En septembre 1948 par contre, la presse gaulliste s’insurge contre les réactions du gouvernement : "excédé par les décrets de misère Queuille, le peuple manifeste son mécontentement et... le ministre Moch le matraque"46. Mais, parallèlement, le gouvernement est jugé trop faible en octobre pendant la grève des houillères car "il n’a pas su faire respecter les cadres ni assurer la sécurité les mineurs non communistes car ni les demeures, ni les personnes des leaders FO et CFTC ne sont en sûreté dans le bassin houiller... l’autorité du gouvernement s’arrêtant aux frontières du pays noir"47. En 1950, l’impuissance de l’Etat est vivement condamnée :

  • 48 Ibid., 4 mars 1950.

"Le gouvernement ne fait rien contre les séparatistes... l’Etat se liquéfie dans le scandale" 48.

16Après que de violents incidents aient éclaté à Brest et dans l’ensemble du pays, Jean Nocher écrit un article intitulé "Assez de tueries" dans lequel on peut lire :

  • 49 Ibid., 29 avril 1950.

"Quand les pouvoirs publics font tirer sur le peuple, ils administrent l’aveu de leur impuissance et ils n’ont plus qu’à s’en aller. On vous répondra que toutes ces bagarres ont été provoquées par les séparatistes : c’est vrai... mais il n’est pas moins sûr que cette fusillade est déshonorante pour notre malheureux pays ; on ne tire pas sur les travailleurs, ni en Angleterre, ni en Amérique, ni en Suède, ni en Belgique, ni même en cette Espagne soumise à la dictature de Franco" 49

17La progression est très sensible dans la position gaulliste entre 1947 où le gouvernement est épargné et 1948, puis surtout en 1950, où sa politique est doublement mise en cause car jugée responsable du déclenchement du conflit et incapable de maintenir l’ordre.

2. Le rôle des gaullistes face aux conflits sociaux

2.1. Quelle attitude les gaullistes doivent-ils adopter face aux grèves ?

  • 50 Le Rassemblement ouvrier, 30 novembre 1947.
  • 51 Ibid., 23 novembre 1947.

18Le général de Gaulle ne s’est jamais exprimé publiquement à ce sujet. Par contre, l’Action ouvrière diffuse régulièrement à partir de 1948 des directives à appliquer en cas de grève (en mars-octobre 1948 et mars 1950 principalement). Avant 1948, la presse conseille les compagnons sur l’attitude à avoir. Les gaullistes ne doivent pas être des briseurs de grève.50 Ils reçoivent pour consignes de se rassembler, de former des groupes RPF donc de se mobiliser pour assurer l’information et la propagande dans les entreprises. Les travailleurs sont invités à réunir au sein de l’entreprise toutes les tendances syndicales décidées à lutter pour un syndicalisme libre.51

  • 52 Archives AO, Circulaire n 64, Bilan et suite des grèves de septembre et décembre 1947.

"Le Rassemblement doit être présent sur tous les lieux de travail pour être en mesure de faire échec à la tactique habile des communistes animés par Moscou.” 52

19Cette demande de présence est confirmée par les propos de Jacques Baumel en juin 1948 à occasion des journées nationales de l’AO :

  • 53 Archives AO, Journées nationales des 26 et 27 juin 1948.

"Nous devons lutter car il est impossible que nous restions en dehors d’un événement aussi important qu’une grève. Je ne crois pas qu’il soit bon de laisser au PCF l’initiative de certaines revendications ouvrières légitimes. Il ne faut pas dégager le RPF de toute action revendicative ou alors nous ne faisons plus de l’Action ouvrière mais une association des enfants de Marie." 53

20A la même époque, des consignes précises sont données :

  • 54 Archives AO, 14 mars 1948.

"Ne jamais prendre la tête d’une grève, (...) ne pas condamner les revendications justifiées, (...) vous n’êtes pas des jaunes : si une grève éclate, vous devez vous y associer en la maintenant sur le plan purement professionnel, (...) demander à écarter tout mot d’ordre politique, exiger surtout, que la grève soit déclenchée et conduite démocratiquement (réclamer le vote au scrutin secret), (...) prendre des mesures contre le sabotage, (...) claironner que les grèves perlées sont contraires à toute tradition syndicale, (...) refuser toutes les grèves de solidarité." 54

  • 55 Archives AO, Circulaire n 1504,12 novembre 1948.
  • 56 Le Rassemblement, 15-21 octobre 1953.
  • 57 Ibid., 15-21 avril 1954.
  • 58 Archives AO, Motion des responsables départementaux du 25 avril 1954.

21En octobre 1948, une circulaire spéciale définit les directives en cas de grève. Elle précise que les compagnons ne doivent pas s’opposer aux revendications justifiées tout en expliquant qu’aucun règlement définitif du problème social n’est possible dans le régime actuel des partis. Pour exercer leur action, il est conseillé aux membres du RPF d’entrer de plus en plus nombreux dans les syndicats de leur choix et de répandre largement et par tous les moyens les idées gaullistes, en particulier dans les services publics.55 En mars 1950, les directives données par Yvon Morandat ne varient guère de celles du printemps 1948. Une fois encore, les gaullistes sont invités à être présents et actifs. "Quand un groupe montre qu’il n’a pas peur des staliniens, il délivre les autres de la peur" lit-on dans le Rassemblement ouvrier du 4 mars 1950. En 1953, et plus encore en 1954, les consignes évoluent. Les compagnons sont invités à participer aux grèves du mois d’août 1953 afin "de ne pas discréditer les idées gaullistes", de ne pas apparaître comme "des briseurs de grèves et des alliés de la réaction gouvernementale"56. Les militants de base sont mis en garde contre "les mirages de l’anticommunisme négatif"57. Les responsables départementaux de l’AO votent à l’unanimité une motion qui déclare que "les mouvements revendicatifs engagés par les syndicats ouvriers pour la fixation à 25 166 F du SMPG sont des mouvements légitimes (...) que tous les militants du RPF doivent appuyer"58.

  • 59 Le Rassemblement ouvrier, 2 octobre 1948.
  • 60 Archives AO, Fiche de propagande n° 14, Grèves revendicatives et grèves politiques.
  • 61 Le Rassemblement, 6-12 mai 1954.

22L'évolution de l’attitude préconisée par le Rassemblement est sensible : entre 1947 et 1950, des affirmations telles que "nous ne sommes pas des gréviculteurs"59, "les grèves ne doivent être déclenchées qu’en dernier ressort", "exclure tout slogan politique"60. traduisent une volonté d’éviter au maximum la grève pour qu’elle ne débouche pas sur une révolution politique. A partir de 1953, la participation à la grève est encouragée afin de "ne pas être du côté des sauveteurs de régime"61. Désormais, il apparaît que les dirigeants du gaullisme ont la volonté d’utiliser la grève comme un moyen parmi d’autres pour aboutir au renversement du régime.

2.2. Quelles solutions préconisent les gaullistes face aux conflits sociaux ?

23Le général de Gaulle s’exprime longuement sur ce sujet dès avril 1947 à Lille :

  • 62 Discours de Lille du 29 juin 1947, DM, II, p. 85.

"En vérité, c’est dans un régime organique d’association entre tous ceux qui travaillent ensemble à l’intérieur d’un même groupe d’entreprises que doivent se traiter d’égal à égal les rémunérations et les conditions de travail. Il va de soi qu’une telle institution doit comporter un arbitrage organisé en permanence à chaque degré de l’association ; l’arbitre suprême étant naturellement l’Etat, ce qui exige, d’ailleurs, que celui-ci soit impartial, c’est-à-dire élevé au dessus des partis." 62

24Il déclare aussi plus tard, en novembre 1947, lors d’une conférence de presse :

  • 63 Conférence de presse du 12 novembre 1947, DM, II, p. 142.

"Il est nécessaire (...) de rendre les syndicats à ceux à qui ils doivent appartenir, c’est-à-dire aux professionnels." 63

  • 64 L’Etincelle ouvrière, 9 janvier 1948.
  • 65 Ibid., 5 novembre 1948.
  • 66 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, p. 233.
  • 67 Le Rassemblement ouvrier, 21 février 1948.

25En 1948, la réorganisation syndicale figure parmi les priorités gaullistes. A propos de la scission CGT et FO, le RPF rappelle qu’il veut "la dépolitisation réelle du syndicalisme français, la transformation du syndicalisme haineux et revendicateur en force constructive associée à la rénovation principale (...) le devoir des compagnons étant de favoriser la création de syndicats autonomes, apolitiques"64. Les gaullistes affirment être respectueux de la liberté syndicale, ne pas vouloir créer de syndicat RPF mais invitent toute la classe laborieuse qu’elle soit CGT, FO, CFTC, autonome, CNT ou inorganisée à mieux se connaître pour lutter partout pour la dépolitisation du syndicalisme.65 Au moment des grèves de novembre 1948, de Gaulle franchit un pas supplémentaire : "Nous serons amenés à constituer des syndicats nouveaux"66. Le RPF commence à suggérer en 1948 aussi une réglementation du droit de grève. Jacques Baumel préconise le retour à l’arbitrage prévu par les textes votés sous le Front populaire.67 Les gaullistes regrettent l’inefficacité des gouvernements en ce domaine :

  • 68 Ibid., 13 novembre 1948.

"On nous annonce des mesures, mais c’est toujours la même chanson : quand la grève est là, impossible d’opérer à chaud ; quand tout redevient calme rien ne presse !"68

26Cette inertie et l’ampleur des grèves conduisent le RPF à préconiser une solution plus énergique : le changement de régime. Baumel l’écrit dans le Rassemblement ouvrier dès le 10 novembre 1948 :

  • 69 Ibid., 20 novembre 1948.

"L’Association capital-travail ne peut être appliquée dans le régime actuel. Il faut donc changer le régime et rappeler au plus tôt de Gaulle. Les moyens ? Dissolution, élections générales et retour de de Gaulle au pouvoir." 69

  • 70 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 352.
  • 71 Le Rassemblement ouvrier, 8 avril 1950.
  • 72 Ibid., 27 mai 1950.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid., 24 juin 1950.

27En 1950, la solution du changement de régime devient quasiment la seule proposée par les gaullistes pour régler les problèmes sociaux. "Non ! la solution n’est pas dans les conventions collectives. Elle est dans un changement du régime économique et social", déclare de Gaulle.70 Les responsables gaullistes vont plus loin et précisent cet objectif. Louis Vallon affirme qu’il n’y aura pas de solution véritable dans le cadre politique du régime des partis.71 Jean Nocher demande aux pouvoirs publics de s’en aller.72 Le "bla-bla électoral des comitards au pouvoir" ou "la vermine politicienne qui ronge l’Etat"73 sont dénoncés et "un Etat digne de ce nom" réclamé74.

  • 75 Ibid., 11 mars 1950.

28En attendant le changement de régime, les gaullistes renouvellent, lors des conflits sociaux du printemps 1950, leur souhait de voir réglementer le droit de grève, en particulier en interdisant les mouvements dits de solidarité. Mais ils réaffirment que le droit de grève doit rester possible et il leur semble inutile de multiplier les délais entre le vote de la grève et la grève, selon la méthode américaine.75

  • 76 Le Rassemblement, 24-30 septembre 1953.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid., 1-7 octobre 1953.
  • 79 Archives AO, Rapport Manuel Bridier devant le Comité national les 24 et 25 janvier 1953.

29A l’automne 1953, au moment où des projets de législation du droit de grève sont présentés par les radicaux et divers syndicats, le RPF ironise parce que "certains découvrent seulement en période d’agitation sociale la nécessité de voter une loi sur la grève"76. Le RPF s’insurge d’avance contre une loi qui apparaîtrait comme antisyndicale et anti-ouvrière.77 Il préconise, sous la plume de Manuel Bridier, de "garantir la grève comme le travail : quand la majorité la décide, l’usine doit être placée sous la protection de la force publique pour qu’il ne soit pas possible à une équipe de « jaunes » de violer la décision commune. Prévoir un délai de réflexion oui mais prévoir deux délais de quinze jours est une stupidité (...) l’Etat doit être arbitre. Il faut rétablir la procédure de conciliation prévue par la loi de 1936"78. Mais, aux yeux des gaullistes, la solution la meilleure reste le changement de régime. Pour l’Action ouvrière, "dans la mesure où la politique et le changement de régime conditionnent finalement tous les aspects de notre existence quotidienne elle-même, nous préconisons de prendre pour programme le changement de régime, ce qui n’est pas la même chose que d’améliorer ou amender le régime actuel."79 De Gaulle lui-même l’explique aux délégués départementaux du RPF :

  • 80 Commentaires aux délégués du RPF, le 13 juin 1953, DM, juin 1951-mai 1958, Paris, Plon, 1985, p. 1 (...)

"Nous devons changer le régime. (...) Qu’est-ce-que ça veut dire ? Au point de vue politique, ça veut dire changer la structure du régime (...) ça veut dire que de Gaulle prend le pouvoir. C’est cela que ça veut dire ou rien du tout. 80

30Dévolution des solutions gaullistes est très nette entre 1947 et 1954. Dans un premier temps, en 1947-1948, des réformes internes au régime sont proposées : rénover les syndicats, rendre l’arbitrage obligatoire. L’idée d’un changement de régime se développe dès 1948 et devient, dans un deuxième temps à partir de 1950, et plus encore en 1953, la condition sine qua non. Le problème social est perçu alors comme étant d’ordre politique, et seul un changement complet de régime peut amener une amélioration du sort des travailleurs.

3. Essai d’explication des positions gaullistes face aux conflits sociaux

31Un profond changement apparaît entre la naissance du RPF et sa mise en sommeil progressive. Cette évolution est liée à plusieurs facteurs : d’abord, la variété de la nature des conflits (rien de comparable entre l’agitation politique de 1947-1948 et le mouvement spontané de 1953) ; puis, le contexte international (de 1947 à 1950, les tensions de la guerre froide culminent alors qu’en 1953 s’amorce un dégel) ; ensuite, le contexte national (sous divers aspects : économique, syndical et électoral) ; enfin, les transformations internes du mouvement gaulliste (une Action ouvrière de plus en plus gauchisante en particulier).

3.1. La variété des conflits constitue un des éléments d’explication

3.1.1. D’abord selon l’époque

  • 81 Jean-Jacques Becker, Histoire politique de la France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 1988, p. 49
  • 82 Louis Terrenoire, De Gaulle 1947-1954, Paris, Plon, 1981, p. 57.
  • 83 Georgette Elgey, La République des Illusions 1945-1951, Paris, Fayard, 1965, p. 353.
  • 84 Le Rassemblement ouvrier, 10 octobre 1948.
  • 85 Ibid., 4 septembre 1948.
  • 86 OURS, Cahiers internationaux, I, 1er janvier 1949.
  • 87 OURS, Comité directeur de la SFIO, 10 décembre 1947.

32Il est nécessaire de distinguer et d’opposer les grèves de 1947-1948 à celles de 1953. Dans le premier cas, les grèves plongent la France dans une atmosphère d’émeutes et de guerre civile. L'agitation sociale est incontestablement politique et menée par le PCF. Elle peut apparaître comme insurrectionnelle ou pas.81 Mais qu’il y ait eu ou non menace sur le régime, la position des gaullistes est claire : le respect de la légalité. Jamais consigne n’a été donnée par le Général ou le RPF d’exploiter la situation de désordre pour renverser la IVe République pourtant si décriée. Selon Louis Terrenoire, de Gaulle redoute, en raison des grèves, ce qu’il appelle le "trou", mais ne croit pas que les communistes aient des possibilités aussi grandes qu’ils le prétendent. En tout cas, si se présentaient de graves éventualités, le RPF ferait son devoir.82 De Gaulle a-t-il été sollicité pour intervenir afin de rétablir l’ordre par le général Leclerc ou pour dénoncer la menace insurrectionnelle par le président du conseil Robert Schuman ? Plusieurs ouvrages d’historiens, dont celui de Georgette Elgey, ou de témoins, dont celui de André Astoux, posent la question sans pouvoir apporter de réponse certaine. Seule est vérifiable la réaction agacée de la rue de Solférino à propos de responsables départementaux du RPF trop zélés qui se mettent au service des préfets pour combattre l’agitation.83 Les gaullistes n’ont pas reçu la consigne de jouer la politique du pire. Comment auraient-ils pu la recevoir alors que les communistes, dénoncés depuis juillet 1947, sont considérés comme extrêmement actifs et dangereux à l’automne 1947 et en 1948 ? Le RPF ne veut pas favoriser une agitation communiste84 et souhaite non pas porter au pouvoir les communistes mais "débarrasser la République des agents de Moscou"85. A l’époque, comme aujourd’hui encore, beaucoup pensent que le RPF sort perdant de la crise sociale de 1947-1948. Cependant, sur le moment, certains se sont posé des questions : Gilles Martinet, dans un article de la Revue internationale du Monde du Travail pense que si Jules Moch et Robert Lacoste ont fait la preuve qu’il n’était pas nécessaire d’avoir recours à de Gaulle pour briser un puissant mouvement de grève, le gouvernement a fait le jeu du gaullisme et s’est placé sous sa dépendance.86 Quant à Marceau Pivert, il demande en décembre 1947 à Jules Moch : "Etes-vous bien sûr que votre pouvoir civil n’a pas été placé sous l’autorité de l’armée à majorité gaulliste ?" Ce que Jules Moch nie : "Les autorités militaires ont toujours été à la disposition du pouvoir civil."87 Mais en régie générale, les gaullistes sont jugés perdants. En 1947, le socialiste Daniel Mayer déclare au comité directeur de la SFIO :

  • 88 Ibid.

"J’ai l’impression qu’en ayant réussi à écraser le PC, nous avons tous ensemble éliminé du même coup le danger gaulliste. C’est dans la mesure où nous n’aurions pas réussi que de Gaulle serait venu. Mais les deux dangers sont encore ."88

  • 89 Jacques Baumel, Note du 28 janvier 1948 au général de Gaulle, citée dans Jean Chariot, Le gaullism (...)

33Jacques Baumel écrit à de Gaulle en 1948 que le malaise qui pèse sur le RPF est dû partiellement au fait que "pour l’homme de la rue, le Rassemblement a été absent des grandes grèves communistes (...) finalement stoppées par la Troisième Force."89 Olivier Guichard exprime un point de vue identique en quelques belles phrases :

  • 90 Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 299.

"Quand se déclenchent les grandes grèves communistes de 1947, dans ce Verdun, la IV e République trouve son Pétain : Jules Moch, ministre de l’Intérieur. Aux bourgeois apeurés, le général de Gaulle parut dès lors moins indispensable. (...) Le RPF veut élever un rempart contre le séparatisme menaçant dans le même temps que Ramadier et Moch se couvrent de gloire sur le front rouge. "90

  • 91 J.-J. Becker, op. cit., p. 58.

34En 1953, la crise sociale est grave mais fort différente. Il s’agit d’un mouvement à peu près spontané, dû à la politique sociale du gouvernement Laniel.91 N’étant plus inquiets comme en 1947-1948 de la menace communiste, les gaullistes peuvent envisager plus librement un combat social visant à renverser le régime politique.

3.1.2. Mais la variété des conflits tient aussi au secteur dans lequel éclatent les grèves

35Les gaullistes distinguent, surtout en 1948, les grèves dans les entreprises privées et les grèves dans les services publics. Ces dernières sont toujours vigoureusement condamnées d’abord au nom d’une certaine conception du rôle de la grève :

  • 92 Le Rassemblement ouvrier, 2 octobre 1948.

"Quand les services publics vitaux ont été atteints et risquent d’être paralysés, les grévistes ne se trompent-ils pas d’objectif ? Les grèves d’autrefois, celles qui se déroulaient jadis dans un régime capitaliste à 100 % embêtaient toujours le patron (...). Certaines grèves aujourd’hui pèsent surtout sur les autres travailleurs." 92

  • 93 Archives AO, Circulaire n 1504,12 novembre 1948.

36Les conflits dans le secteur public sont aussi condamnés au nom d’une certaine conception de l’intérêt général. Une circulaire de l’Action ouvrière considère que "la grève et l’interruption des services publics vitaux pour la nation ne sont pas admissibles dans un Etat digne de ce nom."93

3.2. L’évolution du contexte international constitue un autre facteur d’explication des positions des gaullistes

37Il faut opposer les conflits sociaux de 1947 à 1950 et ceux de 1953. La première époque correspond à de fortes tensions internationales, à la division du monde, à l’organisation des blocs. Or, le général de Gaulle défend l’indépendance nationale. Au nom de cette idée, le RPF s’insurge :

  • 94 Le Rassemblement ouvrier, 27 novembre 1948.

"Ce qui est grave, c’est que les mineurs grévistes aient fait grève sur l’ordre de l’étranger et qu’ils reçoivent de l’argent d’Etats étrangers." 94

38Les gaullistes ne peuvent admettre le rôle du Kominform et les liens étroits entre le PCF, le PCUS et le Kominform. A une époque où il faut choisir son camp, nul doute que, malgré sa volonté d’indépendance, de Gaulle défende l’engagement de la France dans le camp occidental. La condamnation des atteintes au plan Marshall, à la guerre d’Indochine ou au pacte atlantique le prouve. Par leur intense propagande contre les séparatistes, par leur condamnation de la politisation des grèves, les gaullistes contribuent à développer l’idée de danger insurrectionnel communiste, suscitant ainsi un réflexe de peur dont ils peuvent espérer tirer profit. Les conflits sociaux à l’intérieur leur fournissent un argument comme à l’extérieur le coup de Prague.

39Mais créer la peur n’est plus possible en 1953 quand les relations internationales se détendent après la mort de Staline et la fin de la guerre de Corée. De plus, en 1954, l’hostilité à la CED rapproche dans les grèves et meetings les gaullistes des communistes. De Gaulle accorde un grand rôle aux influences de la conjoncture internationale sur la vie du pays. Il déclare en juin 1953 :

  • 95 Commentaires aux délégués du RPF, le 13 juin 1953, Charles de Gaulle, LNC, juin 1951-mai 1958, Par (...)

"Les Russes étaient arrêtés en 1951. Ils commençaient à être contrés un peu partout ; on n’avait plus peur. C’est dans cette ambiance rassurée que se sont faites les élections de 1951." 95

40Au même moment, de Gaulle explique aussi l’évolution des circonstances nationales.

3.3. Le contexte national constitue le troisième facteur d’explication de l’attitude gaulliste face aux conflits sociaux

41Dans le domaine politique, le poids des communistes a diminué et de Gaulle en ressent les conséquences dès 1951 :

  • 96 Ibid.

"Les raisons qui avaient porté beaucoup de gens pour nous en 1947 n’étaient plus là en 1951 et on n’avait plus très peur des communistes parce qu’on les avait fait reculer."96

42Les communistes ne sont plus jugés menaçants pour le régime d’où un engagement commun dans les conflits sociaux de 1953-1954. Selon la belle expression de Manuel Bridier :

  • 97 Le Rassemblement, 6-12 mai 1954.

"Est-ce une raison pour refuser de prendre un parapluie quand il pleut parce que les communistes disent qu’il pleut ?" 97

  • 98 Le Monde, 8 et 9 décembre 1987.
  • 99 Archives AO, Rapport d’Henri Duvillard sur les grèves dans la fonction publique, 11 août 1953.

43La conjoncture électorale est également déterminante : ainsi, en 1947, si le RPF n’intervient pas activement dans les conflits, c’est aussi pour ne pas se compromettre et parce que fort de son succès aux municipales, il peut espérer, selon l’expression de Jean-Pierre Rioux, que "le pouvoir lui échoirait comme un fruit mûr"98. En 1950, la combativité gaulliste dans son hostilité à l’égard du régime a un lien avec le contexte pré-électoral des législatives de 1951. Enfin, en 1953, deux éléments sont décisifs : le RPF s’est effondré aux municipales ; et une partie des parlementaires RPF, qui a formé l’Union des Républicains d’Action sociale (URAS), s’est ralliée au régime. Un rapport d’Henri Duvillard en août 1953 révèle que le Rassemblement que personne ne distingue de l’URAS est accusé de faire pire encore que les autres (le ministre des PTT, Pierre Ferri, étant membre de l’URAS). La grogne monte chez les compagnons qui reprochent à leurs parlementaires de s’associer à des mesures réactionnaires.99 Les échecs électoraux et les déceptions de la vie politicienne font écrire de Gaulle dès novembre 1952 :

  • 100 Lettre à René Capitant du 15 novembre 1952, LNC, juin 1951-mai 1958, p. 114.

"Nous n’avons pas en effet, à ménager les détours, puisque n’ayant pu, l’an dernier, renverser le régime de l’intérieur, il nous faut livrer d’autresassauts."100

  • 101 L’Etincelle ouvrière, 23 novembre 1947.

44Mais l’état du pays a aussi changé dans le domaine économique et social. Alors qu’en 1953, la reconstruction est achevée, en 1947 et 1948, la situation économique est très difficile. Les gaullistes jugent donc les conflits sociaux extrêmement inopportuns au nom de la priorité accordée au relèvement économique. Le RPF condamne le sabotage, l’immobilisation des transports qui empêche l’arrivée des marchandises et provoque la famine.101 La circulaire de l’Action ouvrière consacrée aux "bilan et suites des grèves" en décembre 1947 commence par :

  • 102 Archives AO, Circulaire "Bilan et suite des grèves de novembre et décembre" (décembre 1947).

"Les grèves viennent de prendre fin en laissant un « trou » de 150 à 200 milliards, pertes irréparables, génératrices de misère". 102

  • 103 Georges Lefranc, Le syndicalisme en France, Paris, PUF, 1973, p. 103.

45Enfin, en 1953, le poids du syndicalisme a considérablement diminué : la CGT a perdu la moitié de ses effectifs depuis 1948.103 Les gaullistes se sentent plus forts pour occuper le terrain :

  • 104 Le Rassemblement, 6-12 mai 1954.

"Nous devons prendre des initiatives, entraîner les syndicats sincères et ne pas être à la remorque des staliniens" écrit Manuel Bridier en 1954. 104

3.4. Enfin, les transformations internes du mouvement gaulliste fournissent des éléments d’explication pour comprendre les attitudes du Rassemblement sur les questions sociales

  • 105 Ibid., 15-21 octobre 1953.
  • 106 Patrick Guiol, L’Impasse sociale du gaullisme : Le RPF et l’Action ouvrière, Paris, FNSP, 1985.

46Certes, les idées fondamentales et permanentes du gaullisme sont essentielles pour comprendre ses positions face aux conflits sociaux. On peut citer la volonté de rassembler et le refus de la lutte des classes ; le souci de l’intérêt général prioritaire par rapport aux intérêts particuliers défendus par des "féodalités" (syndicats, patronat, partis, etc.) ; une réelle sensibilité à la condition des couches populaires ; l’attachement à la démocratie directe (par exemple : l’usage du référendum préconisé dans les entreprises en cas de conflits). Mais entre 1947-1954, les positions sociales des gaullistes, telles qu’elles sont exprimées dans la presse, apparaissent comme de plus en plus gauchisantes. Cela s’explique par la présence d’une tendance nettement ancrée à gauche au sein de l’Action ouvrière. Ainsi, Manuel Bridier, ex-communiste, occupe une place déterminante, à la suite de Jacques Baumel et d’Yvon Morandat, dans la propagande ouvrière publiée par le journal Le Rassemblement. Cela ne signifie pas que les idées exprimées par Bridier fassent l’unanimité chez les gaullistes ; Manuel Bridier lui-même l’évoque dans le journal, quand il cite tout le courrier hostile qu’il a reçu après les grèves de 1953.105 La thèse de Patrick Guiol sur l’Action ouvrière a montré le décalage entre la ligne de la direction et la base, entre le discours social théorique et la pratique.106 Quelques années après la mise en sommeil du RPF, Manuel Bridier exprime amèrement ce sentiment :

  • 107 Archives privées de Jean Caley, ancien délégué départemental pour l’Action ouvrière en Dordogne. L (...)

"Nous étions la minorité de service dont personne ne tenait compte mais que les bonzes de la rue de Solférino savaient utiliser pour se donner une bonne conscience sur le plan social". 107

***

47Cette citation de Bridier révèle en elle-même une limite à notre étude qui n’a examiné que le discours à propos des conflits sociaux et n’a pas recherché les applications sur le terrain ni les réactions suscitées chez les adversaires : le champ est libre pour un autre travail... Cependant l’analyse des positions du général de Gaulle et des gaullistes face aux conflits sociaux présente, nous semble-t-il, quelque intérêt. Elle prouve, si besoin était, que de Gaulle a choisi jusqu’en 1951 de conquérir le pouvoir par la voie électorale et que jamais il n’a quitté la méthode légaliste. Les gaullistes ont voulu freiner la crise sociale en 1947-1948 et même en 1950. Il est clair que face aux tensions sociales très vives, les gaullistes ont constitué pour la Troisième Force et pour la IVe République davantage un allié qu’une menace jusqu’en 1950, ceci au nom de l’anticommunisme. Les positions sociales divergent donc totalement des positions politiques. Ce n’est qu’à partir de 1952 que les gaullistes ne veulent plus temporiser et que les thèmes du changement de régime social et du changement de régime politique deviennent des leitmotive, le second conditionnant le premier. Le discours devient plus hostile et des consignes sont données pour que l’action le soit aussi. Le changement de cap est complet : de la condamnation des grèves politiques et de la défense des grèves revendicatives en 1947, les gaullistes en arrivent à nier la spécificité des problèmes sociaux et à plaider pour des grèves contre le régime en 1953-1954. Mais pour faire tomber le pouvoir, il aurait fallu être plus fort : or, en 1953-1954, le RPF ne participe plus à la vie publique, est profondément divisé intérieurement et affaibli quant à ses effectifs. Les dernières directives émanent donc plutôt d’une minorité, l’aile gauche de ceux qui restent et ne sont connues et entendues, que d’un nombre très restreint de militants. Le gaullisme aurait perdu sa chance en 1947-1948 par son abstention face à la crise sociale. Cependant, il a montré qu’il ne voulait pas arriver au pouvoir par l’insurrection et le coup d’Etat. Ces moyens ne semblent plus totalement exclus après 1951. Les positions prises par de Gaulle et les gaullistes sur le patronat, le syndicalisme, la grève, l’arbitrage, et bien sûr l’Association ont contribué à forger l’image social du gaullisme. Mais certains excès de langage, certaines surenchères et surtout la mauvaise application par la base des idées du Général entre 1947 et 1955 ont aussi parfois discrédité le gaullisme et ont peut-être freiné la réalisation de ses objectifs sociaux sous la Ve République.

Notes

1 Yves Lequin, Histoire des FrançaisXIXe-XXe siècles. La Société, Paris, Armand Colin, 1983, p. 441.

2 Dominique Borne, Histoire de la Société française depuis 1945, Paris, Armand Colin, 1988, p. 125.

3 La presse gaulliste et les archives de l’Action ouvrière sont conservées par l’Institut Charles de Gaulle (5 rue de Solférino 75007 Paris), que je tiens à remercier.
L’Etincelle, bulletin intérieur hebdomadaire du RPF, paraît du 26 avril 1947 au 24 janvier 1948, date à laquelle lui succède Le Rassemblement, hebdomadaire du RPF, qui paraît du 31 janvier 1948 jusqu’au 24-30 juin 1954. L’Etincelle ouvrière, hebdomadaire, organe de liaison des ouvriers du RPF, paraît du 9 août 1947 au 5 février 1948, alors lui succède Le Rassemblement ouvrier, hebdomadaire, organe central des groupes d’entreprises du RPF, qui paraît du 12 février 1948 jusqu’au 24 novembre 1950, date à laquelle cette publication est englobée par Le Rassemblement.

4 L’Etincelle, 28 juin 1947.

5 Ibid., 16 septembre 1947.

6 Discours prononcé à Vincennes le 5 octobre 1947, de Gaulle Discours et Messages, II, Paris, Plon, 1970, p. 127.

7 L’Etincelle ouvrière, 23 novembre 1947.

8 Ibid., 30 novembre 1947.

9 Ibid., 14 janvier 1948.

10 Le Rassemblement ouvrier, 24 juillet 1948.

11 Ibid., 2 octobre 1948.

12 L’Etincelle ouvrière, 14 janvier 1948.

13 Le Rassemblement ouvrier, 25 septembre 1948.

14 Ibid., 9 octobre 1948.

15 Ibid., 10 octobre 1948.

16 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 351.

17 Le Rassemblement ouvrier, 4 mars 1950.

18 Ibid.

19 Ibid., 1er avril 1950.

20 Archives Action ouvrière (AO), Directives à suivre devant les événements sociaux actuels, 2 mars 1950.

21 Archives AO, Fiche de propagande n 141.

22 Archives AO, Rapport Manuel Bridier, Comité national à Levallois-Perret 24-25 janvier 1953.

23 Archives AO, Rapport Henri Duvillard, 11 août 1953.

24 Le Rassemblement, 15-21 octobre 1953.

25 Archives AO, Motion du 4 octobre 1953.

26 Le Rassemblement, 24-30 décembre 1953.

27 Conférence de presse du 12 novembre 1947, DM, II, pp. 141-142.

28 L’Etincelle ouvrière, 1er novembre 1947.

29 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, pp. 232-233.

30 L’Etincelle ouvrière, 14 janvier 1948.

31 Ibid.

32 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 351.

33 Archives AO, Fiche de propagande 12, La crise du syndicalisme français.

34 Le Rassemblement, 7-13 janvier 1954.

35 Archives AO, Directives à suivre devant les événements sociaux, 2 mars 1950.

36 Le Rassemblement, 4 mars 1950.

37 Le Rassemblement, 24-30 septembre 1953.

38 Ibid., 1-7 octobre 1953.

39 Le Rassemblement ouvrier, 18 septembre 1948.

40 Ibid., 25 septembre 1948.

41 Ibid., 18 septembre 1948.

42 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 351.

43 Le Rassemblement ouvrier, 22 avril 1950.

44 Archives AO, Motion du Bureau national, 4 octobre 1953.

45 L’Etincelle ouvrière, 17 décembre 1947.

46 Le Rassemblement ouvrier, 18 septembre 1948.

47 Ibid., 10 octobre 1948.

48 Ibid., 4 mars 1950.

49 Ibid., 29 avril 1950.

50 Le Rassemblement ouvrier, 30 novembre 1947.

51 Ibid., 23 novembre 1947.

52 Archives AO, Circulaire n 64, Bilan et suite des grèves de septembre et décembre 1947.

53 Archives AO, Journées nationales des 26 et 27 juin 1948.

54 Archives AO, 14 mars 1948.

55 Archives AO, Circulaire n 1504,12 novembre 1948.

56 Le Rassemblement, 15-21 octobre 1953.

57 Ibid., 15-21 avril 1954.

58 Archives AO, Motion des responsables départementaux du 25 avril 1954.

59 Le Rassemblement ouvrier, 2 octobre 1948.

60 Archives AO, Fiche de propagande n° 14, Grèves revendicatives et grèves politiques.

61 Le Rassemblement, 6-12 mai 1954.

62 Discours de Lille du 29 juin 1947, DM, II, p. 85.

63 Conférence de presse du 12 novembre 1947, DM, II, p. 142.

64 L’Etincelle ouvrière, 9 janvier 1948.

65 Ibid., 5 novembre 1948.

66 Conférence de presse du 17 novembre 1948, DM, II, p. 233.

67 Le Rassemblement ouvrier, 21 février 1948.

68 Ibid., 13 novembre 1948.

69 Ibid., 20 novembre 1948.

70 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 352.

71 Le Rassemblement ouvrier, 8 avril 1950.

72 Ibid., 27 mai 1950.

73 Ibid.

74 Ibid., 24 juin 1950.

75 Ibid., 11 mars 1950.

76 Le Rassemblement, 24-30 septembre 1953.

77 Ibid.

78 Ibid., 1-7 octobre 1953.

79 Archives AO, Rapport Manuel Bridier devant le Comité national les 24 et 25 janvier 1953.

80 Commentaires aux délégués du RPF, le 13 juin 1953, DM, juin 1951-mai 1958, Paris, Plon, 1985, p. 153.

81 Jean-Jacques Becker, Histoire politique de la France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 1988, p. 49.

82 Louis Terrenoire, De Gaulle 1947-1954, Paris, Plon, 1981, p. 57.

83 Georgette Elgey, La République des Illusions 1945-1951, Paris, Fayard, 1965, p. 353.

84 Le Rassemblement ouvrier, 10 octobre 1948.

85 Ibid., 4 septembre 1948.

86 OURS, Cahiers internationaux, I, 1er janvier 1949.

87 OURS, Comité directeur de la SFIO, 10 décembre 1947.

88 Ibid.

89 Jacques Baumel, Note du 28 janvier 1948 au général de Gaulle, citée dans Jean Chariot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Paris, Fayard, 1983, p. 172.

90 Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 299.

91 J.-J. Becker, op. cit., p. 58.

92 Le Rassemblement ouvrier, 2 octobre 1948.

93 Archives AO, Circulaire n 1504,12 novembre 1948.

94 Le Rassemblement ouvrier, 27 novembre 1948.

95 Commentaires aux délégués du RPF, le 13 juin 1953, Charles de Gaulle, LNC, juin 1951-mai 1958, Paris, Plon, 1985, p. 153.

96 Ibid.

97 Le Rassemblement, 6-12 mai 1954.

98 Le Monde, 8 et 9 décembre 1987.

99 Archives AO, Rapport d’Henri Duvillard sur les grèves dans la fonction publique, 11 août 1953.

100 Lettre à René Capitant du 15 novembre 1952, LNC, juin 1951-mai 1958, p. 114.

101 L’Etincelle ouvrière, 23 novembre 1947.

102 Archives AO, Circulaire "Bilan et suite des grèves de novembre et décembre" (décembre 1947).

103 Georges Lefranc, Le syndicalisme en France, Paris, PUF, 1973, p. 103.

104 Le Rassemblement, 6-12 mai 1954.

105 Ibid., 15-21 octobre 1953.

106 Patrick Guiol, L’Impasse sociale du gaullisme : Le RPF et l’Action ouvrière, Paris, FNSP, 1985.

107 Archives privées de Jean Caley, ancien délégué départemental pour l’Action ouvrière en Dordogne. Lettre de Manuel Bridier le 25 février 1957.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540