Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

La guerre et la pensée sociale du général de Gaulle

Michèle Cointet

Texte intégral

  • 1 Lettre à Marcel Loichot, le lundi de Pâques 11 avril 1966, Lettres, Notes et Carnets, janvier 1964 (...)

1Le 11 avril 1966, le général de Gaulle écrivait à Marcel Loichot : "Peut-être savez-vous que depuis toujours, je cherche, un peu à tâtons, la façon pratique de déterminer le changement, non point du niveau de vie, mais bien de la condition de l’ouvrier. Dans notre société industrielle, ce doit être le recommencement de tout, comme l’accès à la propriété le fut dans notre ancienne société agricole".1 Etait-ce une simple figure de style ou, en dépit de la modestie de la démarche esquissée, une vérité profonde ? Lorsqu’on a affaire à ce grand artiste de la politique et du verbe qu’était le général de Gaulle, il importe de se méfier et d’apporter des preuves. C’est le tout premier devoir de l’historien. Mais là commencent les difficultés. Il faudrait décrire dans la première partie du XXe siècle la genèse de la pensée sociale, analyser les influences, le cheminement et la forme des conceptions sociales. Or, l’historien, plutôt à l'aise lorsque sont utilisées les conférences de presse sous la IVe et Ve République où s’affirme le souci pédagogique du général de Gaulle de guider ses auditeurs, est particulièrement démuni pour les temps plus anciens. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il y a des discours relatifs, du moins en partie, à la question sociale, mais que peut-on savoir de l'avant-guerre ? En 1940, Charles de Gaulle a déjà cinquante ans, un âge où la vision du monde est élaborée et où une première mise au point sur une pensée est éclairante. Or, nous sommes démunis pour une raison simple, et qui est au cœur même des difficultés et de l’intérêt de ce colloque : le général de Gaulle n’est pas à proprement parler un penseur social. S’il élabore des conceptions sociales, c’est dans le cadre d’une stratégie d’action et en liaison avec d’autres obligations. Quelle est alors la place du social par rapport aux différentes exigences : minorée ? subordonnée ? intégrée ? dominante ? Tous ces qualificatifs conviennent... selon le temps. Le mode de raisonnement du général de Gaulle épouse étroitement l’histoire de son temps si mouvante dans ce premier XXe siècle si bien que l’équilibre du dispositif mental est lui-même instable et sujet à une recomposition en fonction de la conjoncture.

2Charles de Gaulle, n’étant pas un spécialiste de la question sociale mais un officier, n’a ni le goût ni le temps de composer des traités de philosophie sociale. Quand on écrit sur la pensée de Fourier, de Le Play ou de Marx, on n’a pas de problèmes aigus de documentation car on possède des essais et des ouvrages de doctrine mais, pour ces années obscures de De Gaulle avant le 18 juin 1940, il faudra nous contenter de méthodes détournées. Notre documentation sera mince et tirée des Lettres, Notes et Carnets, dont le simple titre révèle déjà l’aspect hétéroclite. Et pourtant il est indispensable de cerner sa sensibilité et l’expression de sa pensée avant l’époque des grandes responsabilités politiques. Il faudra faire avouer le maximum à une mince documentation.

  • 2 Jean Auburtin, Le colonel de Gaulle, Plon, 1965.

3Notre première démarche sera d’abord de montrer comment fonctionne la pensée de Charles de Gaulle et de saisir le moment où naissent et s’actualisent ou s’enfouissent les idées sociales. Un guide utile figure en la personne de Jean Auburtin, un des hommes qui a le mieux connu Charles de Gaulle avant 1940, le mouvement de son esprit et l’élaboration de ses conceptions. Ce jeune avocat, formé à l’Ecole libre des Sciences politiques, passionné de questions sociales, rencontre de Gaulle en 1934 chez le colonel Mayer et il s’offre à parler de Vers l’Armée de métier dans la Revue des deux Mondes. Ainsi naît une amitié, assurée par des échanges de courrier, une fréquentation entre les deux familles et des entretiens. Jean Auburtin allait chercher Charles de Gaulle en fin d’après midi dans le petit bureau enfumé des Invalides et, après une promenade agrémentée d’échanges intellectuels, le ramenait à son domicile où se poursuivaient les méditations.2 Il dit que le colonel de Gaulle aimait à répéter : Je suis avant tout un soldat". Ce n’était pas une boutade, un de ces aphorismes lancés pour couper court à un débat qui ennuie ou s’égare, c’était, dans sa simplicité, une profession de foi qui doit servir de guide constant à notre réflexion sur la pensée sociale du général de Gaulle. Elle peut, comme toute hypothèse, être l’objet de contestations, mais elle ne peut qu’inspirer notre conception du sujet dans la mesure où il faut attendre le cœur de la Seconde Guerre mondiale pour qu’apparaisse une pensée sociale en un événement qui n’a rien d’innocent.

1. Une sensibilité sociale refoulée. Les années obscures (1890-1940)

  • 3 Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, Plon, 1913.

4Quand il ne possède pas de textes importants de son héros sur un moment de sa vie, le biographe n’est pas totalement démuni. Selon une pratique banale du spécialiste d’histoire ancienne ou médiévale, face aux lacunes de sources béantes et quasi irrémédiables, il se persuade avec quelque raison qu’il existe une empreinte du milieu familial et que sa description éclaire la pensée ultérieure de l’adulte. Plus hardiment, d’aucuns invoquent l’influence du milieu social et professionnel dont la peinture se substitue aux conceptions à jamais ignorées de l’individu. Les historiens de la culture ne négligent pas l’air du temps ; l’idée de culture dominante à une certaine époque est stimulante pour la recherche et proprement historique. Elle permet d’édifier le piédestal sur lequel grimperont les maîtres de la jeunesse. La seule difficulté est de déterminer à quelle période de sa vie un homme est en situation de réceptivité à la culture dominante. Charles de Gaulle n’ayant été ni khâgneux ni normalien, nous n’aurons pas le secours des recherches de Jean-François Sirinelli pour la déterminer à ce moment où l’adolescence s’efface pour permettre l’épanouissement de l’étudiant. La notion de génération reste très précieuse. Elle était d’ailleurs tout à fait à la mode dans la jeunesse du général de Gaulle. L'enquête d’Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, est publiée en 1913. Charles de Gaulle fut-il un de ces "jeunes gens d’aujourd’hui" possédés du goût de l’action, de la foi patriotique et adepte du renouveau catholique et du réalisme politique comme les décrit le sous-titre de l’ouvrage ?3

5Actuellement, le poncif d’un de Gaulle maurrassien est enfin entré dans le purgatoire des idées fausses. S’il a existé une influence culturelle, c’est surtout celle de Charles Péguy, le chantre de la réconciliation et de la synthèse, qu’il faut retenir.

  • 4 Pierre Pierrard, La vie ouvrière sous le second Empire, Bloud et Gay, 1955.
  • 5 J.-N. Barnoud, "Les sources de la pensée sociale de De Gaulle", Etudes gaulliennes, juillet 1974, (...)
  • 6 Michel Brisacier, "Henri de Gaulle, la formation des Jésuites et ombre portée sur Charles de Gaull (...)

6Henri de Gaulle, père de Charles de Gaulle, ayant épousé sa cousine Maillot, nous simplifie la tâche et nous nous attacherons à étudier un moins grand nombre d’ancêtres. La famille est originaire de Lille, région marquée par l’industrialisation et par les premières actions des catholiques sociaux.4 Sa grand-mère, Joséphine de Gaulle, était un écrivain moraliste catholique qui croyait aux œuvres. Dans son journal La Correspondance des familles, elle publia les textes de Jules Vallès et un éloge funèbre de Proudhon.5 L'oncle du général de Gaulle avait enseigné aux facultés catholiques de Lille. Gustave de Corbie était en relation avec Eugène Duthoit, fondateur des "Semaines sociales". On connaît les traits de la personnalité du père du général de Gaulle, Henri de Gaulle, professeur puis préfet des études chez les jésuites de l’immaculée Conception de Vaugirard. Il n’a pu manquer d’avoir quelque idée des débats spirituels et théologiques auquel cet ordre participe au premier chef. Il a souffert des luttes anticléricales qui déchirèrent la France d’alors, mais il n’en fait pas porter la responsabilité entière sur le régime républicain. Charles de Gaulle dut passer une année, après le baccalauréat à Antoing, en Belgique, à l’Ecole supérieure préparatoire du Sacré Cœur contrainte à l’exil par l’interdiction d’enseigner en France. Mais Henri de Gaulle place au-dessus de toute passion temporelle l’amour de la patrie lorsqu’il écrit : "On doit servir sa patrie même quand elle se trompe attendu que tout périt si on l’abandonne, et que sa chute est un plus grand mal que son erreur"6. S’il est hardi de croire qu’Henri de Gaulle fut dreyfusard, il est permis de dire qu’il ne fut pas antidreyfusard car il réprouvait ceux qui cherchent à diviser un pays menacé et ne voyait pas l’intérêt d’affaiblir l’unité des esprits français qui devait avant tout reposer sur l’amour de la patrie. Il fut, dans son établissement d’enseignement, un éducateur de chefs de guerre chrétiens, ce qui ne va pas sans hauteur de vue et discrétion politique. On est tenté de croire qu’il ne méprisait pas ces principes pour l’éducation de ses propres fils.

7De sa famille, Charles de Gaulle garde donc une empreinte catholique et le sentiment que l’unité est plus importante que la division. Je n’irai pas plus loin car rien ne me permet d’affirmer qu’il a été entretenu, à l’adolescence, des débats religieux sur le modernisme, sur l’émergence et la condamnation du "Sillon". Il est même douteux que de telles questions aient été abordées à la table ou dans les salons familiaux où les sujets de conversation visaient à préserver une atmosphère de concorde et de repos. C’était encore l’époque où l’on ne parlait pas de "politique" — et le terme recouvre un secteur fort large — "devant les enfants". Que conclure ? De Gaulle a bénéficié d’une culture catholique ; il a eu sans doute connaissance du catholicisme social, mais qui va rester une imprégnation légère et "non activée" et qui demeurera longtemps assoupie.

  • 7 Paul Droulers, Le Père Desbuquois et l’Action populaire, Editions ouvrières, 1969.
  • 8 Le général de Gaulle aurait écrit dans L’Aube et aurait été abonné à Temps présent.

8Lorsqu’arrive l’âge adulte, cette culture semble même rejetée. Peut-être à cause de l’emprise des préoccupations familiales et professionnelles et de la concentration de la réflexion sur la défense, la question sociale n’est pas l’objet de ses méditations. Elle est même minorée C’est pourtant la grande époque de floraison des œuvres du catholicisme social en France. L’Action populaire des Jésuites de Vanves ouvre les esprits à l’urgence des problèmes sociaux. Dans le Nord, la naissance de la CFTC déclenche une polémique très vive avec le patronat du textile qui l’accuse de susciter la lutte des classes, et c’est seulement en 1929 que Rome rejette la plainte du Consortium du Nord. En 1931, l’Encyclique "Quadragesimo Anno" modernise l’enseignement social de "Rerum Novarum" et présente une interprétation quelque peu embarrassée du corporatisme. La jeunesse est appelée par la Papauté à abandonner l’engagement politique du maurrassisme pour un engagement social qui en conduira d’ailleurs plus d’un à Vichy.7 Le changement souhaité par le pape Pie XI est important. Il entraîne des remises en cause profondes et des débats qui n’ont rien d’iréniques même si l’historiographie actuelle souligne plus la marche triomphante du nouveau cours sur les idées anciennes que les affrontements. La guerre civile d’Espagne va porter à un point culminant l’exacerbation des passions et l’aigreur des propos échangés entre le général de Castelnau et Mounier sur le pacifisme ou entre Massis, Maurras et les démocrates-chrétiens sur la plupart des problèmes. La guerre des manifestes à propos de la conquête de l’Ethiopie par Mussolini, la bataille de communiqués et les prises de positions affrontées lors de la guerre d’Espagne n’avaient rien qui puisse particulièrement intéresser celui qui attendait, comme le veilleur sur la montagne, la troisième grande confrontation où se jouerait le sort de la Nation.8

  • 9 LNC, 1919-juin 1940, p. 109.

9Charles de Gaulle, dans l’entre-deux-guerres réfléchit à la mission de l’armée dans la Nation d’où découle une conception des devoirs de l’officier. Sa ligne de conduite s’inspire des leçons de l’histoire contemporaine de la France. Il connaît les fondateurs du catholicisme social, ces officiers qui, prisonniers en Allemagne, y découvrent une pensée catholique nouvelle. Mais il ne se dit pas le disciple d’Albert de Mun, de René de la Tour du Pin ou de Lyautey. En 1921, il note, en vue d’un cours ou d’un projet d’article ou de livre, à propos de l’armée française à la fin du XIXe siècle : "A partir de l’affaire Dreyfus, affaiblissement de l’idéal militaire. Un soi-disant idéal social le remplace.9 La philosophie sociale ne peut constituer un idéal pour un officier qui doit s’attacher avant tout à la mise en œuvre des meilleurs moyens pour assurer l’indépendance de la Nation. Il ne considère pas la question sociale comme dénuée d’intérêt, mais elle n’est aucunement prioritaire et un guerrier ne doit pas laisser envahir son esprit par des préoccupations qui risquent de masquer l’essentiel. Cette attitude n’est pas propre à de Gaulle et on la retrouve chez certains résistants d’origine militaire, agacés par l’intérêt pour le social de certains de leurs camarades (qui y trouvent une excuse pour un pétainisme discret) où ils discernent quelque confusion des rôles avec les assistantes sociales et peut-être une affirmation trop peu éclatante de virilité.

  • 10 Ibid., p. 110.
  • 11 Ibid.

10Il n’empêche que Charles de Gaulle nourrit alors une vision de la société. Elle est à la fois mécaniste, humaine et idéaliste. En bon chef de guerre, il réfléchit aux fonctions sociales qui composent une société et s’intéresse surtout à la fonction économique et à la fonction militaire Il cherche à déterminer les aptitudes guerrières écrivant : "La répartition de la population par professions et la nature de ces professions agit sur le moral de l’armée mobilisée".10 Les paysans ont la capacité de résignation les ouvriers ont la notion du machinisme, de l’effort d’industrie et d’organisation nécessaire au rendement. Ces groupes reçoivent l’empreinte de la société moderne qui offre de toutes nouvelles possibilités à l’art de la guerre : "La vie économique et sociale est organisée de telle sorte qu’elle développe beaucoup le sens de la collectivité et de la discipline. Les anciennes formes de vie n’en faisaient pas autant."11 Charles de Gaulle, épris de technique, est un adepte enthousiaste de la modernité : aucun regret chez lui du "temps de la marine à voile et des lampes à l’huile". Mais il n’est pas seulement un des ces dirigeants attachés aux Temps modernes que l’on appelait alors les "synarques", expression qui précéda celle de technocrates, et qui mécanisent les rapports humains en une attitude déshumanisante.

  • 12 Articles et Ecrits, pp. 93-128.

11Le peuple est, pour lui aussi, une grande virtualité de souffrances. Ancien combattant, il sait la capacité d’endurer des souffrances inouïes qui a été celle des combattants de la Grande Guerre. Il a peint les effets de la guerre, non en France, mais dans cette Allemagne où il était prisonnier et dont, fasciné, il a analysé l’effondrement dans la Discorde chez l’ennemi et dans un texte de 1928, "La Défaite, question morale".12 Il n’est pas intéressé par une fresque historique mais par les leçons qu’il peut tirer des phénomènes observés pour l’action à venir et pour le gouvernement des nations. La guerre est assimilée à une souffrance infligée au peuple. En 1918, tout le monde réclamait, d’abord tout bas, puis de plus en plus fort, la fin de l’épreuve : "C’est assez souffrir" disait-on et le peuple "a refusé le sacrifice espérant cesser de souffrir". Mais de Gaulle ne connaît guère, en revanche, la souffrance populaire qui émeut les catholiques sociaux. Sa vision du peuple s’opère par le prisme national et reste idéaliste. Le peuple français manifeste un patriotisme sans faille et, en douter, veut dire qu’on n’a pas le sens de ce que sont réellement les Français. Très révélateur de cet idéalisme est un petit texte qu’il consacre en 1927 aux Souvenirs de Raymond Poincaré sur 1914. Evidemment, ce n’est pas son "homme" comme aurait dit Charles Péguy. Aussi produit-il un compte rendu sans indulgence du style et de la pensée du président de la République. Il lui reproche de n’avoir pas de contact avec le peuple car "Il va jusqu’à se figurer que l’assassinat de Jaurès va provoquer des soulèvements ( !). Comme si cet infime incident pouvait suffire à troubler la nation française au moment où elle tirait l’épée." Et il ajoute que le plus humble des paysans français a mieux compris cette évidence que Poincaré. L'expression "d’infime incident" concernant l’assassinat de Jaurès en fera sursauter plus d’un mais dans ce texte, non destiné à une publication, il est bien évident qu’elle correspond à une conviction de Charles de Gaulle et à sa vision sociale qui n’est ni socialiste, ni syndicaliste, ni chrétienne-sociale.

  • 13 Lettre à Jean Auburtin, le 13 novembre 1937, LNC, 1919-juin 1940, pp. 457-458.
  • 14 Ibid.

12Le dernier texte qui permette une mise au point ultime sur ces années obscures est une lettre à son ami Jean Auburtin en 1937. L’époque du Rassemblement populaire ne semble pas avoir suscité beaucoup de réactions de sa part sauf une réprobation de la réduction du temps de travail à 40 heures.13 Rien de comparable à l’inquiétude d’un Philippe Pétain, à la crispation d’un Maxime Weygand. on trouve une allusion, le 28 juin 1935, au "tumulte qui monte" qui est attribué à la fois au front commun et aux ligues et une lettre à Paul Reynaud où de Gaulle renchérit pour le convaincre à satiété de l’intérêt de l’arme blindée qui pourrait être utile pour empêcher une guerre civile. Le temps du Rassemblement populaire est surtout pour lui celui du coup de force de la réoccupation de la Rhénanie par Hitler. La lettre du 13 novembre 1937 est une réponse à un courrier de Jean Auburtin qui lui est parvenu alors qu’il est colonel à Metz. Vraisemblablement son ami lui a parlé de son "Centre d’études" et l’a entretenu des questions sociales qui y étaient évoquées. Charles de Gaulle consacre la première partie de sa lettre à une réflexion très spontanée sur la question sociale. Après un bilan rapide de ses réflexions sur une matière où il dit n’avoir "aucune compétence" et guère le temps d’approfondir la question ("Pour moi, je suis dans les chars jusqu’au cou"), il dit que tout semble se ramener à des phénomènes psychologiques de jalousie et d’envie d’un côté, d’orgueil et d’égoïsme, de l’autre. Au demeurant, y-a-t-il une question sociale ? Dans cette missive très spontanée, il minimise — encore ! — le problème social qui se réduit à une "question de gros sous (salaires, bénéfices, congés etc.)". Il estime qu’elle s’arrangerait très vite "si quelque chose pouvait rapprocher moralement les antagonistes". Retrouverait-on le catholicisme social dans cette affirmation que ce qui unit est plus fort que ce qui divise ? Pas vraiment. Répondant à la question : "Quelle solution ?" Il avoue : "Le christianisme, convenons-en, avait la sienne. "Il montre qu’il connaît la doctrine sociale de l’Eglise mais il emploie l’imparfait. Or il n’y a même pas six ans que l’encyclique Quadragesimo Anno a modernisé le message social de la papauté ; chaque année, les Semaines sociales consacrent une session à ces problèmes mais, pour lui, tout cela est du passé. Quelle est la doctrine du présent ? Elle existe, mais est inacceptable. Le fascisme et le nazisme ont trouvé le ciment de la société mais au détriment de la liberté : "Ce quelque chose, il faut convenir que le fascisme l’a trouvé, l’hitlérisme aussi, et cependant, comment accepter que l’équilibre social se paie par la mort de la liberté ?"14 Le diagnostic est le même que dans un ouvrage contemporain que Perroux — un des maîtres à penser de l’association capital-travail après avoir été un des chantres du corporatisme — consacre à la politique sociale des Etats totalitaires. Des Mythes hitlériens récuse en 1937 les corporatismes fascistes pour manque de liberté. C’est aussi la position officielle de l’Eglise catholique. Si aucun texte nouveau n’est révélé, il deviendrait licite de conclure qu’à la veille de la guerre cet officier de culture chrétienne ne s’intéresse pas à la question sociale où il serait tenté de voir une diversion de l’esprit qui ne correspond pas à un problème important et qui n’est pas utile à l’action.

2. Le temps des guerres (1940-1953)

13L'émergence d’une pensée sociale refoulée dans les années vingt et trente coïncide avec la Seconde Guerre Mondiale. Elle est précédée d’un long silence jusqu’en 1941 qui pose problème.

14Pourquoi cette abstention ? La première période de la France libre se caractérise par une urgence absolue de la question nationale et l’hésitation du général de Gaulle, confirmée dans cette réserve par les Britanniques, à donner une signification politique et idéologique à son mouvement. Il existe une autre raison : la doctrine sociale est alors monopolisée par le gouvernement de Vichy rendant impossible toute prise de position du général de Gaulle dans ce domaine. Il préfère marquer nettement son opposition intransigeante sur la question nationale : le régime de Vichy, par faiblesse, intérêt ou inconscience, est subordonné à l’Allemagne nazie, et la France libre seule incarne la défense de la Nation. On ne relève pas non plus en 1940 de prises de position sur l’idéologie politique de Vichy. Le général de Gaulle voit bien que l’antiparlementarisme triomphant de l’opinion française ne lui permet pas de défendre le régime parlementaire, mais il ne ressent pas lui-même la nécessité de célébrer un tel régime politique. Les Britanniques eux-mêmes qui mènent le jeu subtil entre Vichy et la France libre n’apprécient guère les dénonciations politiques qu’ils jugent de mauvaise propagande. Peu à peu cependant l’obligation de répondre à la propagande politique de Vichy par une contre-propagande, les abus du gouvernement de Laval et de Darlan, feront redécouvrir quelque vertu à la République, abandonnée, il faut le rappeler, en juillet 1940, par ceux qui avaient mission et intérêt à la défendre. Ce temps de latence a été mis à profit pour décanter les problèmes et laisser l’évolution des événements reconstruire des rapports entre la politique et le social dans une perspective nouvelle. De Gaulle redécouvrira les liens entre la démocratie, le peuple, l’intérêt national et la justice sociale.

  • 15 Raymond Aron, De l’Armistice à l’insurrection nationale, Gallimard, 1945.

15Charles de Gaulle a observé ce qui se passe à Vichy dont la législation et le discours sont régulièrement étudiés à Londres.15 Centrée officielle du Parti communiste dans la Résistance, en juin 1941, porte à terme, et si rien d’autre n’est offert que le pétainisme, le risque d’une révolution sociale et du plus grand des malheurs, la guerre civile. De Gaulle ne peut pas éviter d’exprimer sa propre philosophie sociale.

16Deux écueils devront être évités dès lors que reconduire la politique sociale du gouvernement de Vichy sera inacceptable et rejeté par les Français à la Libération : un vide social et le risque révolutionnaire communiste. Ainsi émerge la conception proprement gaullienne de la question sociale, au carrefour de la condamnation politique de la Révolution nationale et de la prise en considération des aspirations et de la force du prolétariat en voie de restructuration politique. Le jugement sur la politique sociale de Vichy est simple : les réalisations sociales et familiales sont bonnes en elles-mêmes, mais la réforme est entachée et compromise par la soumission à l’ennemi et l’absence de liberté des acteurs sociaux. Il n’est que de penser à l’abominable malheur du STO pour comprendre ce jugement. Donner des allocations familiales, une allocation de salaire unique, une priorité d’embauche au père de famille auraient été d’excellentes initiatives si ce dernier n’avait pas perdu, peu après, famille, emploi, sécurité et patrie, en étant envoyé contre son gré travailler dans les usines du Reich parce que le gouvernement de Pierre Laval et du maréchal Pétain ne pouvaient pas rejeter les exigences de l’occupant.

17On avait vu au temps de Vichy s’exprimer deux types d’hommes. Les uns, que j’appellerai par commodité les contre-révolutionnaires, avaient procédé à une analyse politique dont ils tiraient des conséquences sociales. Pour eux, tout le mal venait des principes de 1789 promouvant hypocritement l’individu contre les communautés naturelles et traditionnelles. 1789 aurait détruit les élites et 1887 chassé les notables des conseils municipaux et des assemblées parlementaires. Système de sélection des élites "à rebours". La République a promu les beaux parleurs, les songe-creux, les dispensateurs de vaines promesses, tous les "illusionnistes" qui flattent le peuple en lui promettant, sans le moindre engagement sur les moyens, des lendemains enchanteurs. Dans les années vingt, les hommes politiques ont renoncé à lui demander les efforts qu’il était disposé à fournir. En 1936, la crise est devenu aiguë mais elle n’exacerbait qu’un mal ancien. La lutte des classes et le système électoral ont contribué à dresser le peuple contre les anciennes élites et il a succombé au chant de la paresse : les 40 heures ont empêché la France de s’armer et le sabotage des usines d’armement explique les premiers échecs militaires français. La conclusion s’impose : réformer l’Etat par une constitution réactionnaire et pourchasser les communistes étrangers aux valeurs du bon et naïf peuple français sont des tâches urgentes.

18Il est un second groupe composé d’hommes qui s’intéressaient depuis longtemps au problème social mais sans le lier à la question de l’indépendance et de la liberté. Se jetant à corps perdu et souvent avec générosité dans une action sociale qui apparaît à d’autres comme dérisoire, ces traditionalistes considéraient la politique comme impure et ils virent dans le régime de Pétain le règne des réalités et la destruction de la politique assimilée aux jeux électoraux. Adeptes du catholicisme social, ils prennent au sérieux les premiers éléments de la devise "Travail, Famille, Patrie" et ne la réduisent nullement à sa fonction de propagande. Pour eux, le capitalisme doit être amendé dans ses aspects les plus néfastes. La solution du retour à la terre, prônée par la propagande pour encourager la production alimentaire, n’était pas considérée comme réaliste et Vichy n’essayait guère d’en établir les conditions de réalisation car elle aurait vu les paysans nantis et soulagés par l’exode rural, se dresser contre des migrants demandeurs de terres. Si la diffusion du modèle du Regain de Giono était rejetée, en revanche la misère ouvrière redevenait une obsession quotidienne, attirait l’attention des prudents et la sollicitude des chrétiens.

19L’expérience de Vichy confirmait le général de Gaulle dans sa conviction que si la question sociale est importante, elle ne doit pas occuper une place telle qu’elle occulte des réalités politiques et internationales qui la dépassent et lui donnent finalement sa direction. Elle doit être insérée dans des conceptions plus vastes et éclairée par d’autres finalités.

20Ainsi, à la fin de 1941, se rejoignaient dans l’esprit du général de Gaulle les raisons de condamner la vision politique de Vichy, de tenir compte de sa sensibilité sociale et de formuler les valeurs de sa propre philosophie sociale. Il les trouva tout naturellement dans le combat qu’il menait avec les Anglais contre l’hitlérisme. La guerre, cet "acte moral", appelait à la lumière une sensibilité sociale longtemps refoulée et lui donnait une signification philosophique. La pensée sociale de Charles de Gaulle devait rester marquée par cette expérience.

21Le premier discours du général de Gaulle où apparaît la question sociale est celui de l’Albert Hall, le 15 novembre 1941, un mois et demi après la publication de la Charte du Travail (4 octobre 1941) et cinq mois après l’entrée de l’URSS dans la guerre. Il parle du même sujet le 25 novembre 1941 dans le discours d’Oxford. Il répond alors pour ses auditeurs, les Français de Grande-Bretagne, à la question "Que veut la France" ? C’est un exposé officiel de doctrine puisqu’il récuse les interprétations de "certains, qui ne lui sont de rien" et qui se hâtent souvent de répondre à sa place (il s’agit sans doute d’antigaullistes de gauche groupés autour du journal France libre, des Gombault, André Labarthe, hommes de gauche qui présentaient souvent de Gaulle comme un apprenti dictateur issu de "la Cagoule"). Le premier objectif est de faire la guerre et de rétablir la sécurité de la France face à l’Allemagne. Le second est de répondre aux souhaits profonds d’un peuple qui, sur le territoire occupé, est "en pleine révolution", c’est-à-dire de libérer et d’établir la République et "pour chacun des Français une condition telle qu’il lui soit possible de vivre, de penser, de travailler, d’agir, dans la dignité et dans la sécurité". Cette expression est généralement interprétée dans le sens social. Une nuance qui n’est pas insignifiante doit être apportée à cette interprétation courante. Elle est suscitée par une lecture attentive des discours précédents qui ne sont pas des programmes ni des exposés de doctrine sociale et où les mêmes concepts apparaissent. Qui a l’habitude du discours gaullien sait que des mots apparemment simples peuvent être interprétés de manière différente selon l’attente de l’auditeur ou du lecteur. L’ambiguïté est d’autant plus forte que la passion de l’auditeur est vive. Par ailleurs, la pensée du général de Gaulle chemine sur plusieurs jours par des textes un peu différents mais qui, rapprochés, trouvent leur sens précis. Un "Je vous ai compris" n’a de signification que par rapport aux discours et déclarations voisines dans le temps qui lui donnent une connotation plus précise. En bon propagandiste (avait-il lu Gustave Le Bon ?), de Gaulle savait bien que la foule n’entend que ce qu’elle attend et qu’elle n’est pas apte à comparer des propos tenus en des lieux et des temps différents. A l’intellectuel de ne pas aligner sa pratique sur les usages des masses.

  • 16 Discours du 2 octobre 1941, Discours et Messages, I, p. 110.

22Si on recherche quelles sont les préoccupations du Général dans les semaines précédentes, on constate qu’il a déjà prononcé peu auparavant ces deux expressions de "dignité" et de "sécurité". Le 2 octobre 1941, parlant à la presse internationale à Londres, il décrit l’idéologie des nations coalisées contre l’hitlérisme et il conclut que ce qui lie les peuples opprimés c’est la volonté de faire triompher "une civilisation fondée sur la liberté, la dignité et la sécurité des hommes, contre un système dont le principe même est l’abolition des droits de l’individu".16 Il reprend cette analyse à l’Université d’Oxford, le 25 novembre 1941 où il montre que la civilisation moderne du machinisme est un combat entre la tendance au conformisme de masse et l’aspiration à la liberté.

23Pendant l’occupation, la dignité des Français est bafouée tous les jours : sentiments qui doivent être tus, déportation, persécution des esprits libres et non conformes à l’idéologie du moment, renonciation à la fierté. La première condition de la "sécurité" et de la "dignité" est donc en 1941 l’indépendance nationale. Le général de Gaulle avant d’être un penseur social est un philosophe de l’indépendance et de la liberté.

24L’expérience de la France libre, composée plus de Français moyens que d’illustres responsables, égarés pour leur part à Vichy ou partis vers les Etats-Unis, l’émergence d’élites résistantes, l’évolution de l’opinion publique révèlent que le peuple français retrouve le génie de la liberté, cette valeur maîtresse du combat des Alliés contre le nazisme.

25Encore faut-il que les Américains mettent en accord les valeurs morales de leur combat avec leur attitude à l’égard de la France libre. Les épisodes d’Alger vont être pour de Gaulle l’occasion de durcir l’expression de sa pensée et d’appeler à une "révolution" nécessaire. Le contraste est vif entre la discrétion de sa déclaration à la Résistance du 23 juin 1942 où n’apparaît guère que le thème de l’égalité des chances découlant d’un régime nouveau où les intérêts privés qui ont joué "contre l’intérêt" national sont voués à la destruction, et les expressions très fortes, voire provocatrices de la fin de 1942 et de 1943.

  • 17 Jean-Paul et Michèle Cointet, La France à Londres. Renaissance d’un Etat, Complexe, 1990.
  • 18 Discours du 1er avril 1942, DM, I, p. 180.

26La pensée sociale de la guerre se modifie au miroir des événements. On se souvient que le débarquement américain à Alger qui devait être la première étape heureuse de la Libération apparaît au général de Gaulle comme le risque de maintenir les ambiguïtés politiques et l’écrasement des forces de la renaissance17. C’est qu’en Algérie les Américains interdisent la venue du général de Gaulle et reconnaissent l’amiral Darlan comme interlocuteur et responsable des intérêts français. Vichy peut espérer survivre dans l’Europe libérée au prix d’une soumission aux Américains. De Gaulle, qui a combattu ce régime depuis le début, ne saurait l’admettre car Vichy survivant ne préserverait pas plus les intérêts de la France face aux Etats-Unis qu’il ne l’a fait face aux Allemands. Remords et désir de se faire accepter l’inciteront à persister dans la soumission à l’idéologie et aux intérêts étrangers. La Résistance ne saurait pas plus admettre que le régime de Vichy se sauve à la Libération grâce à un retournement d’alliances. Ainsi se noue plus profondément l’accord du général de Gaulle et d’une Résistance où le Parti communiste pèse de tout son poids et que rendra éclatant la fonction du CNR et son allégeance au Chef des Français libres. La propagande de Vichy assimile alors gaulliste et communiste et dénonce avec violence et efficacité leur rapprochement. De Gaulle n’hésite nullement à parler de "révolution" et à scandaliser les biens-pensants (selon l’expression de Bernanos) : "Que voulez-vous ! Une France en révolution préfère toujours gagner la guerre avec le général Hoche plutôt que de la perdre avec le maréchal de Soubise."18. Reste à définir cette révolution dont on découvre qu’elle est moins opposition et division qu’appel à reconstituer une unité.

  • 19 Discours du 30 avril 1942, DM, I, pp. 183-184.
  • 20 Discours du 11 novembre 1942, DM, I, p. 235.

27La Révolution est d’abord un sursaut du Peuple, trahi par les privilégiés mais qui, d’instinct, sent où est l’intérêt national. S’adressant directement aux travailleurs pour le 1er mai 1942, en lecteur attentif de Michelet et de Péguy, il en appelle à l’histoire de France pour montrer comment l’instinct du peuple a eu raison dans les grands moments de son histoire — guerre de Cent ans, Révolution, Verdun — pour soutenir l’intérêt national19. Le peuple n’est pas limité à la classe ouvrière, mais il est l’union de toutes les expressions sociales de la Nation rassemblée. Peu après dans un moment de désarroi politique, où l’exil est encore plus amer avec l’interdiction de fouler le sol des premiers départements libérés, se lève l’image d’un peuple idéalisé qui s’est retrouvé uni dans cette guerre d’affrontement entre le Bien et le Mal : "De l’esprit et du cœur de nos paysans, de nos ouvriers, de nos bourgeois, de nos intellectuels et de nos prêtres, ont jailli les millions et les millions de pensées, de volontés, d’ardeurs, dont s’est formé le fleuve unique de l’intérêt national".20 Le génie du peuple français se révèle dans cet instant de liberté qui ne permettra plus à aucune nation, après l’expérience de soumission à l’Allemagne, de décider pour lui. Le peuple est l’unité, le souffle inspirateur, la dynamique, mais l’action (ou la révolution) sera conduite par les élites issues du peuple résistant. La notion de peuple permet donc au général de Gaulle de réhabiliter les "élites" auxquelles il accorde une grande attention. Elles seront nouvelles, ointes par l’action patriotique de la Résistance, très différentes des élites exploiteuses, indifférentes à la Patrie ou traîtres de 1940.

28Enfin, grâce à son acharnement, à l’appui du CNR, le général de Gaulle est reconnu par les puissances comme le seul président du CFLN. Il peut alors présenter, à la veille de la Libération, un programme social précis et apaisé. Il importe maintenant de souligner les influences qui jouent sur ce projet social.

29La pensée de la Résistance et plus particulièrement les concepts démocrates-chrétiens des futurs fondateurs du MRP mettent l’accent sur la subordination des intérêts privés à l’intérêt général tout en s’inspirant de la révolution nécessaire demandée par Mounier dans les années trente.

  • 21 Lettre à lord Cecil, le 6 novembre 1942, LNC, juillet 1941-mai 1943, pp. 423-424.

30Il aurait été surprenant que le modèle britannique n’eût pas quelque effet sur les hommes qui ont vécu l’exil dans une Nation dont les valeurs leur sont apparues sous leur meilleur aspect. Tous les exilés de la France libre ont exprimé leur admiration pour la "tenue" des Britanniques, leur force psychologique et leur cohésion sociale fondée sur un patriotisme serein et qui contrastait avec les scènes de l’exode qui étaient les dernières et pitoyables images emportées de France. Cette Nation protestante et aristocratique savait respecter les élites qui, de leur côté, ne reculaient pas devant des réformes sociales hardies. C’est en pleine guerre que se dessina le passage du Warfare State au Welfare State. En novembre 1942, après une solide concertation, était publié le rapport de William Beveridge sur les assurances sociales. Préconisant d’assurer du travail à tous dans une société libre, Beveridge établissait les moyens de mettre à l’abri du besoin en cas d’interruption des gains. L’Etat devait développer son rôle social et créer un service gratuit de santé et des allocations pour les enfants. Le 6 novembre 1942, le général de Gaulle répond à lord Cecil qu’il a pris connaissance du rapport qu’il vient de lui envoyer sur le chômage : "Je note avec plaisir que les idées d’organisation professionnelle que préconise ce rapport se rapprochent beaucoup des tendances exprimées en France par les groupes d’études de nos organisations de Résistance. Malgré la difficulté des liaisons, les tendances d’esprit restent les mêmes dans les deux pays voués à la liberté".21

31Le programme social du général de Gaulle à la veille de la Libération est relativement précis et permet de mesurer tout le progrès accompli dans son esprit par rapport aux années obscures d’avant 1940. La guerre a permis l’émergence d’une pensée sociale en lui donnant une finalité : l’association de la liberté et de la sécurité.

  • 22 Discours prononcé à Lille, le 1er octobre 1944, LNC, juin 1943-mai 1945, p. 325.

32La souffrance de la guerre n’a pas été mutile car elle aura éveillé une dynamique sociale étouffée. A son retour en France, le général de Gaulle visite les régions françaises et écrit qu’il est frappé par la misère qu’il discerne sur les visages de ses compatriotes gris de privations : "Nous avons bien souffert, nous avons bien été humiliés. Nous allons montrer au monde entier, nous allons montrer à nous-mêmes que cette souffrance et cette humiliation nous ne les avons pas éprouvées pour rien.”22

33La dignité et la sécurité des Français seront assurées par une politique familiale. Dans l’ordre économique, la liberté d’entreprendre sera préservée à deux conditions : les richesses naturelles, le travail et la technique seront exploités au profit de tous, ce qui justifie les nationalisations ; les coalitions d’intérêts et de privilèges qui, à la fois, entravent le progrès social et introduisent le jeu de l’étranger dans la vie politique française seront détruites. Le programme est souple et susceptible d’adaptation à des conditions politiques mouvantes. L’ordre social nouveau, qu’il appelle une "démocratie sociale", est plus précisément exposé dans le discours du 18 mars 1944. Il imagine un régime organique qui emprunte au corporatisme français et préfigure la participation.

34Il est clair que l’exercice du pouvoir en France allait infléchir une pensée sociale aussi liée aux nécessités de l’action politique. Les premiers discours sociaux dans la France libérée présentent un ton nouveau. A côté des thèmes de la sécurité, de la dignité et de l’intérêt général qui reviennent en leitmotiv, l’idée d’unité est fortement assise sur l’union des classes et la responsabilité de l’Etat est nécessaire à l’intérêt général. Il apparaît aussi que le progrès social sera lié à l’élévation de la production.

35Le temps des réalisations était par ailleurs venu. On a dit que le GPRF avait été le régime le plus progressiste depuis la Révolution française. Mais dès qu’il s’agit d’établir un palmarès, on risque la subjectivité et il est bien hasardeux de comparer des périodes aussi différentes que le milieu du XIXe siècle et 1944. Quelle importance accorder à la longévité du régime ? A la situation économique et financière ? A l’environnement international ? A la législation préalable ? Qui décidera si les congés payés de 1936 sont aussi, plus ou moins importants que la Sécurité sociale ? Y a-t-il en ce domaine, jugement rationnel de l’historien ou collaboration à l’édification d’un mythe ?

36Plusieurs faits demeurent incontestables parmi toutes ces questions et ces doutes. De Gaulle, chef du gouvernement, décide désormais et réalise ce qui n’aurait pu demeurer que doctrines, bonnes intentions et promesses que la dureté des temps ne permet pas d’honorer. Dans la situation institutionnelle du GPRF, la part du législatif ne peut qu’être insignifiante. La décision vient bien du seul exécutif. De Gaulle agit en s’appuyant sur une majorité de gauche et appelant dans son gouvernement celui qu’il considère comme le porte-parole de la classe ouvrière, le Parti communiste.

  • 23 Discours prononcé à Saint-Etienne, le 4 janvier 1948, DM, II, p. 165.

37Les promesses de la guerre sont rapidement réalisées : maîtrise des sources d’énergie et du crédit par les nationalisations, création de la Sécurité sociale, élargissant et unifiant les systèmes d’allocations familiales, des assurances-maladie et accident, les retraites pour les salariés. Les comités d’entreprise se substituent, avec quelques modifications, aux comités sociaux. Le droit de vote accordé aux femmes apparaît comme la promesse d’une législation différente. Le général de Gaulle, sans s’en glorifier, remarquait, en janvier 1948, qu’après son départ il n’y avait plus eu de réformes sociales.23

38Une pensée sociale va refleurir au temps du RPF. Sans vouloir analyser l’association qui est étudiée dans une autre communication, je souhaite montrer la permanence de la pensée guerrière dans ce thème.

  • 24 Conférence de presse tenue le 12 novembre 1947, DM, II, p. 147.
  • 25 Discours prononcé à Compiègne, le 7 mars 1948, DM, II, p. 172.
  • 26 Ibid., p. 164.

39La guerre froide apparaît au général de Gaulle comme une renaissance des années trente : le rôle du guerrier est de bien préparer le pays aux affrontements même s’il souhaite qu’ils n’aient pas lieu. Le 12 novembre 1947, il donne cette réponse agacée à un journaliste qui lui avait demandé s’il acceptait l’éventualité d’une prochaine guerre qu’il ne voyait pas où menait le refus de l’accepter puisqu’elle fait partie de la vie de l’homme du XXe siècle et de la réalité internationale du moment : "La guerre est possible, voilà tout. Cela suffit pour que nous regardions l’éventualité en face et que nous nous y préparions."24 Il ne mâche pas ses mots et redit régulièrement que les communistes sont au service de l’URSS qui a un projet de domination de l’Europe. Leur but, inavoué et inavouable, est de soumettre le pays à une domination étrangère. Si, le 5 octobre 1947, il dit qu’ils "veulent mettre la France au service de leurs maîtres étrangers", sa réflexion sur les ambitions soviétiques s’approfondit et, le 7 mars 1948, à Compiègne, il trace un tableau effrayant de l’expansion soviétique : "L'effondrement du Reich d’Hitler et des gouvernements qui lui servirent de satellites, les souffrances des peuples ravagés, la présence des troupes russes victorieuses dans une grande partie de notre continent, la prépondérance qu’y ont reconnue à l’autorité de Moscou l’Amérique et l’Angleterre, ouvrent une carrière inouïe à l’ambition des Soviets. Leurs délégués, en liquidant les opposants et en faisant jouer les cadres politiques, syndicaux, administratifs, tous les ressorts de la crainte, de l’ambition, de la vanité, exercent des pouvoirs dictatoriaux en Prusse, on Saxe, dans les Pays baltes, en Pologne, en Yougoslavie, en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie et, maintenant, en Tchécoslovaquie. Les voisins de cet énorme bloc : Finlande, Autriche, Grèce, Turquie, Iran, sont tenus sous la poire d’angoisse. L’Italie est en état d’alarme. Où que l’on aille en France, on sent peser sur nos champs et sur nos villes une même sourde inquiétude, parce que tout le monde sait quel serait l’affreux destin à quoi nous condamneraient l’invasion et la servitude."25 La tactique des "séparatistes" est de tenir tous les langages et d’attiser le mécontentement social, par ailleurs compréhensible, mais dont les conséquences — visibles dans les grandes grèves de 1947 et 1948 — sont incomparables avec leur objet. Pour de Gaulle, il faut être réaliste : "Il passera beaucoup d’eau sous les ponts de nos rivières avant que nous puissions être autre chose que des gagne-petit."26 Il faut produire plus, certes, mais dans un cadre non contraignant avec toute la liberté possible pour les entreprises. L’ardeur de la direction, de l’encadrement, des ouvriers sera encouragée par une rémunération liée, au-delà du minimum vital, au rendement. Les producteurs manuels, les techniciens deviendront en préservant et en développant leur capital, de véritables sociétaires de l’entreprise. Ainsi sera évitée, en une solution proprement française, l’abaissement des uns dans le capitalisme et la servitude de tous dans la "termitière" communiste. Pour lui, l’Association, qui pourrait avoir un prolongement politique dans une représentation socio-professionnelle au Conseil de la République, est la "voie de la concorde et de la justice fructifiant dans la liberté."

***

40A l’issue de ce lent cheminement respectueux des silences et des hésitations du général de Gaulle, attentif au contexte politique des principales inflexions de sa pensée, nous constatons à nouveau que l’histoire reste un bon moyen d’analyser la pensée du général de Gaulle qui n’est pas constituée d’un bloc et dont le mouvement même épouse les aléas de la conjoncture.

41Il se confirme aussi que la guerre joue un grand rôle dans l’émergence et dans la structuration de la pensée sociale du général de Gaulle. Elle réveille une pensée sociale assoupie et oblige de Gaulle à admettre que la question sociale mérite l’attention qu’il lui refusait avant 1941. Guerre idéologique contre le nazisme, elle entraîne une subordination de la pensée sociale au concept de liberté et aux valeurs politiques.

42Infléchie selon cette ligne, la pensée sociale du général de Gaulle présente plusieurs facettes : révolutionnaire lorsqu’il s’agit de combattre Vichy que les Américains sont accusés de soutenir, elle se pare d’un idéalisme influencé par les frustrations et les illusions de l’exil, emprunte son réalisme au modèle britannique de Welfare State avant de se concrétiser sous le GPRE La guerre froide lui donne un second souffle mais qui ne bouleverse pas un ordonnancement établi pendant la guerre et fait de la vision sociale du général de Gaulle une pensée chrétienne et humaniste où les considérations sociales ne sont pas tant subordonnées qu’au service de la liberté du peuple français et de l’union nationale qui la fonde.

Notes

1 Lettre à Marcel Loichot, le lundi de Pâques 11 avril 1966, Lettres, Notes et Carnets, janvier 1964-juin 1966, p. 287.

2 Jean Auburtin, Le colonel de Gaulle, Plon, 1965.

3 Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, Plon, 1913.

4 Pierre Pierrard, La vie ouvrière sous le second Empire, Bloud et Gay, 1955.

5 J.-N. Barnoud, "Les sources de la pensée sociale de De Gaulle", Etudes gaulliennes, juillet 1974, 7 et 8.

6 Michel Brisacier, "Henri de Gaulle, la formation des Jésuites et ombre portée sur Charles de Gaulle", Grandeurs, 4 août 1987.

7 Paul Droulers, Le Père Desbuquois et l’Action populaire, Editions ouvrières, 1969.

8 Le général de Gaulle aurait écrit dans L’Aube et aurait été abonné à Temps présent.

9 LNC, 1919-juin 1940, p. 109.

10 Ibid., p. 110.

11 Ibid.

12 Articles et Ecrits, pp. 93-128.

13 Lettre à Jean Auburtin, le 13 novembre 1937, LNC, 1919-juin 1940, pp. 457-458.

14 Ibid.

15 Raymond Aron, De l’Armistice à l’insurrection nationale, Gallimard, 1945.

16 Discours du 2 octobre 1941, Discours et Messages, I, p. 110.

17 Jean-Paul et Michèle Cointet, La France à Londres. Renaissance d’un Etat, Complexe, 1990.

18 Discours du 1er avril 1942, DM, I, p. 180.

19 Discours du 30 avril 1942, DM, I, pp. 183-184.

20 Discours du 11 novembre 1942, DM, I, p. 235.

21 Lettre à lord Cecil, le 6 novembre 1942, LNC, juillet 1941-mai 1943, pp. 423-424.

22 Discours prononcé à Lille, le 1er octobre 1944, LNC, juin 1943-mai 1945, p. 325.

23 Discours prononcé à Saint-Etienne, le 4 janvier 1948, DM, II, p. 165.

24 Conférence de presse tenue le 12 novembre 1947, DM, II, p. 147.

25 Discours prononcé à Compiègne, le 7 mars 1948, DM, II, p. 172.

26 Ibid., p. 164.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université François Rabelais de Tours

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540