Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

La place de la question sociale dans la pensée du général de Gaulle

Patrick Guiol

Texte intégral

  • 1 Avec l’instauration des comités d’entreprise, les nationalisations et la Sécurité sociale.
  • 2 Parlant de la voie de la rénovation, élaborée avant même la fin de la dernière guerre, Charles de (...)

1Que Charles de Gaulle fut sincèrement préoccupé par le problème de la condition ouvrière, peu d’observateurs oseraient, à présent, le nier ; qu’il y ait eu une politique sociale du gaullisme, se révèle, de même, indéniable, même si les mesures les plus spectaculaires remontent à la Libération1, une époque où le chef de la France libre était encore épaulé par les forces de gauche du pays.2

  • 3 Rien n’est plus faux, tout d’abord, que d’imaginer de Gaulle comme l’initiateur des idées particip (...)

2Mais, y a-t-il, pour autant, une pensée sociale du général de Gaulle ? La réponse n’est pas simple. Abstraction faite de quelques idées relatives à l’actualisation des techniques participatives (comme la distribution d’actifs dus à l’autofinancement par exemple) adoptées, d’ailleurs, sous l’influence de certaines personnalités bien précises de son entourage, il faut bien admettre que Charles de Gaulle ne développe pas véritablement de pensée propre ou originale en cette matière ; en revanche, on peut lui reconnaître un "projet" social, plus exactement un fil conducteur ou une "perspective sociale", et confirmer que celle-ci s’insère (ce qu’il reconnaît lui-même) dans la filiation d’un courant "associationniste" qui va des premiers socialistes français à la pensée sociale chrétienne.3

3A l’intérieur de cette perspective — qui s’impose à lui autant par nationalisme bien compris que par pur humanisme — son apport réside essentiellement dans une dimension philosophique qui répond non seulement à la question traditionnelle de la justice sociale mais à celle, plus contemporaine et plus générale, d’un malaise des âmes dans la civilisation mécanique moderne.

4Il se manifeste ensuite dans la dimension politique qu’il assigna à l’idée de participation, dimension politique ambitieuse qui systématise la notion de participation en un processus général de transformation sociale : une troisième voie qui ne soit ni le capitalisme ni le communisme (cette conception qui, au total, a engendré une véritable théorie de la participation et qui est devenue la doctrine officielle du gaullisme dans le domaine social).

  • 4 Les développements de Louis Blanc dans L’Organisation du travail sont à cet égard exemplaires.

5Cet apport réside, enfin, bien sûr, dans le rôle qu’il assigne à l’État, lui apportant le particularisme d’une mission manageriale toute saint-simonienne ainsi qu’une fonction d’arbitre dont l’esprit n’eut sans doute pas déplu à un Louis Blanc ou un Lacordaire.4

  • 5 "Un jour, la machine a paru. Le capital l’a épousée. Ce couple a pris possession du monde. Dès lor (...)

6Plutôt que de nous interroger, par conséquent, sur le point de savoir s’il y a ou non une pensée sociale du général de Gaulle, nous estimons plus pertinent d’analyser au préalable la place que l’homme du 18 juin confère à ce qu’il est convenu d’appeler la Question sociale, dans sa vision du monde et sa conception du politique. Cette approche semble d’autant plus conseillée qu’elle nous est inspirée par le constat d’une gêne perceptible (témoin d’ailleurs de sa lucidité), sur ce terrain de la question sociale dont il ne cesse de proclamer l’importance centrale tout en sachant bien qu’elle renvoie inévitablement au débat : Nation / classes, Unité nationale / lutte des classes. C’est dire que pour un homme qui fonde le moteur de son action sur la Nation, il y a là une source incontournable de contradictions. Or, s’il n’a pas occulté cette difficulté — il ne nie pas la réalité de la lutte des classes pas plus qu’il n’en rejette la responsabilité sur ceux qui l’exploitent politiquement5 — il ne semble pas pour autant l’avoir résolue autrement que par ce qu’il faut bien appeler la transcendance idéaliste ; autrement dit, par un pari sur la capacité de générosité, de civisme et d’intelligence des hommes les mieux nantis, sur la patience des autres. L'appel à la raison et à la compréhension qui se fonde sur l’idée d’un intérêt commun, possible et souhaitable, à l’intérieur de la nation, le conduit à occulter quelque peu l’inertie des logiques d’intérêts individuels ou de classes, et à faire preuve en ce domaine d’un bien moindre respect de la réalité des rapports de forces. Les contradictions que lui opposent en politique intérieure l’organisation capitaliste de l’économie, la complexité de cette question sociale et les difficultés de résolution qui l’accompagnent, constituent pour lui un obstacle majeur qui émousse quelque peu l’intransigeance légendaire du personnage. Est-ce à dire pour autant que cette question lui paraissait secondaire ? Non ! Et c’est précisément la place fondamentale qu’elle occupe dans l’ensemble de sa pensée politique — que nous tenterons d’éclairer ici, l’abordant, tour à tour, dans l’interprétation du monde selon Charles de Gaulle ; dans sa pensée politique pratique ; mais, aussi — autre indicateur de son importance — à travers le rôle qu’elle a joué dans la destinée politique du chef de la France libre.

1. La place du social dans l’interprétation du monde selon Charles de Gaulle

7Si la "participation" est communément admise parmi les grands thèmes du gaullisme (Etat fondé sur un exécutif fort dans l’esprit d’une démocratie directe grâce au suffrage universel ; modernisation économique et indépendance nationale ; lutte contre les blocs, décolonisation et détente internationale), la place qu’elle occupe dans la vulgate gaulliste est souvent sous-estimée, voire ignorée, comme s’il s’agissait d’une pièce rapportée. Or, une lecture attentive de l’œuvre conduit à penser, au contraire, qu’elle concerne tout autant la genèse que le fonctionnement de la logique gaullienne.

  • 6 Lucien Goldmann, Le Dieu caché, Paris, Gallimard, 1972, p. 17.

8Selon Lucien Goldmann, "c’est en replaçant l’œuvre dans l’ensemble de l’évolution historique et en la rapportant à l’ensemble de la vie sociale que le chercheur peut en dégager la signification objective, souvent même peu consciente pour son propre créateur"6. Ainsi, en est-il de l’œuvre du Général. Le fait que de Gaulle n’ait jamais rédigé d’ouvrages théoriques ne doit pas nous faire reculer devant l’ambition de comprendre théoriquement sa pensée. Rapportée à la conjoncture de son élaboration, la logique qui en émane découle d’une perception du monde qui s’articule autour de trois pôles : la mondialisation croissante de l’activité humaine, l’émergence du fait totalitaire, la confirmation éclatante, enfin, de l’idée nationale.

9La cohérence d’ensemble puise dans le contexte historique de cette élaboration, celui, bien sûr, du développement spectaculaire de la société industrielle, mais aussi, celui d’un événement qui couvre le tout, qui fut, en même temps que l’acte de naissance du gaullisme, le sceau annonciateur des temps modernes : la Seconde Guerre mondiale...

  • 7 "Mais cette civilisation, qui tend essentiellement à la liberté et au développement de l’individu, (...)
  • 8 Discours prononcé à l’Université d’Oxford, le 25 novembre 1941, DM, I, p. 143.
  • 9 Ibid.
  • 10 DM, I, p. 142.

10C’est donc dans les déclarations de cette époque que l’on trouve les principes fondateurs du "gaullisme" gaullien et l’explication de la dimension philosophique que le chef de la France libre assigna très tôt à la nécessité d’une réforme sociale de grande envergure : les causes du dernier conflit mondial résultent à ses yeux d’une "crise de civilisation" qui, s’il n’y était point remédié, pourrait très bien être à l’origine d’autres conflagrations. Citer une fois de plus l’admirable discours prononcé le 25 novembre 1941, à l’Université d’Oxford, paraîtrait fastidieux ; on ne peut cependant qu’encourager le lecteur qui ne l’aurait pas en mémoire à s’y reporter, tout y est.7 Cette longue et passionnante description d’une société industrielle de masse, que l’on qualifiera bien plus tard d’unidimensionnelle, synthétise la vision que de Gaulle se fait de la guerre. Celle-ci serait politique autant que militaire. Il ne suffirait donc pas d’écarter un dictateur ou de juguler un peuple pour la résoudre. Aussi, à l’attention de certains esprits qui trouvent commode d’attribuer à un seul homme le motif d’une pareille guerre, le chef de la France fibre s’adresse-t-il en ces termes : "Sans contester que la personnalité du Führer allemand ait joué un rôle important dans les origines du conflit, comment se contenter d’un jugement aussi sommaire ?"8 Sa critique se porte ensuite sur la thèse de l’éternel appétit de domination du peuple allemand, qu’il n’écarte pas complètement : "Mais il reste à savoir, s’interroge-t-il, si, dans la conjugaison du système nazi et du dynamisme allemand, il n’y a eu qu’un hasard, ou si cette rencontre même ne fut pas comme l’aboutissement d’un mal plus général"9. Tranchons le mot : une "crise de civilisation" dont la résolution constituerait "l’enjeu de cette guerre et le problème de la paix qui suivra !"10

  • 11 Sur les rapports de Charles de Gaulle à la pensée de Bernanos et de Heidegger voir Gérard Leclerc, (...)
  • 12 DM, I, p. 142.
  • 13 Ibid., p. 145.

11Malgré sa confiance fondamentale dans le progrès technique, la tentation totalitaire résulterait donc, à ses yeux, de l’évolution générale de nos sociétés.11 Telle est du moins son intime conviction : "La victoire ne serait qu’un mot sur des tombes et sur des médailles s’il n’y était point remédié"12 ! Ou encore : "Si complète que puisse être un jour la victoire des armées, (...) rien n’empêchera la menace de renaître plus redoutable que jamais, rien ne garantira la paix, (...) si le parti de la libération, au milieu de l’évolution imposée aux sociétés par le progrès mécanique moderne, ne parvient pas à construire un ordre tel que la liberté, la sécurité, la dignité de chacun y soient exaltées et garanties, au point de lui paraître plus désirables que n’importe quel avantage offert par son effacement"13.

  • 14 Discours prononcé à Londres, le 1er avril 1942, Ibid., p. 180.

12Ce type de raisonnement s’affirme en 1942 par des formules oratoires plus dures encore, notamment à l’encontre de ceux qui, dans notre pays, ne comprendraient pas, ou n’admettraient pas, cet enjeu de société. "Il y aurait là, déclare-t-il, la méconnaissance grave d’un fait qui domine aujourd’hui toute la question française et qui s’appelle "la révolution". Car, c’est une révolution, la plus grande de son Histoire, que la France, trahie par ses élites dirigeantes et par ses privilégiés, a commencé d’accomplir. Et je dois dire, à ce sujet, que les gens qui, dans le monde, se figuraient pouvoir retrouver, après le dernier coup de canon, une France politiquement, socialement, moralement pareille à celle qu’ils ont jadis connue, commettraient une insigne erreur"14.

  • 15 Ibid.

13"Il ne serait pas tolérable que le soi-disant réalisme qui, de Munich en Munich, a conduit la liberté jusqu’au bord même de l’abîme, continuât à tromper les ardeurs et à trahir les sacrifices"15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Discours prononcé à Londres, à l’Albert Hall, le 18 juin 1942, DM, I, p. 204.
  • 18 Discours prononcé à l’Assemblée consultative, le 15 mai 1945, DM, I, p. 552. Déjà à l’Albert Hall (...)

14"Au pire moment d’un conflit, qui est rigoureusement un conflit moral, Il n’est pas permis aux démocraties de ruser avec leurs devoirs"16. "Pour la France en particulier, où le désastre, la trahison, l’attentisme, ont disqualifié beaucoup de dirigeants et de privilégiés et où les masses profondes du peuple sont, au contraire, restées les plus vaillantes et les plus fidèles, il ne serait pas acceptable que la terrible épreuve laissât debout un régime social et moral qui a joué contre la nation"17. "En un mot, le terme de la guerre n’est pas un aboutissement (...) Il n’est qu’un point de départ"18.

15Inutile de multiplier davantage les citations de cette époque, elles convergent toutes vers ce constat : la dimension politico-sociale du conflit s’annonce chez de Gaulle comme LA QUESTION incontournable des années à venir... Celle à laquelle toute autre est en définitive subordonnée. Idée qu’il gardera toute sa vie et qui le conduira à maintenir avec rigueur le même raisonnement tout au long de son œuvre, depuis ses discours du RPF jusqu’à ses Mémoires d’Espoir.

  • 19 Discours du 1er mai 1950, DM, II, p. 361.

16Ainsi désigne-t-il, tout d’abord, au temps du RPF, "la question principale, celle qui est au fond du drame de notre siècle, je veux dire la question de la condition ouvrière"19.

  • 20 Lettre du général de Gaulle à Marcel Loichot le 11 avril 1966, cf. Espoir, no 5, p. 42.

17Sous la Ve République, ensuite, où sa conception demeure malgré les aléas du pouvoir. "Depuis toujours, confie-t-il dans une lettre, je cherche, un peu à tâtons, la façon pratique de déterminer le changement, non point du niveau de vie, mais bien de la condition de l’ouvrier"20.

18Cet objectif est hautement et clairement affirmé en 1951 comme en 1969... !

19— en 1951 : "Voilà la grande réforme qu’il faut proclamer, organiser, mettre en pratique !"

  • 21 Allocution radiodiffusée et télévisée du 11 mars 1969, DM, V, p. 386. Voir aussi les allocutions d (...)

20— en 1969 : "Voilà quelle doit être la grande réforme française de notre siècle !"21

  • 22 Discours du 1er mai 1950, DM, II, p. 362.

21"Car, en effet, déclare-t-il le 1er mai 1950, c’est bien la question sociale, toujours posée, jamais résolue, qui est à l’origine des grandes secousses subies depuis trente-cinq ans. Aujourd’hui, c’est la même question toujours posée, jamais résolue, qui pousse le monde vers un drame nouveau. (...) Elle domine tout et les peuples libres peuvent bien se ruiner en armements, l’épée de Damoclès demeurera suspendue tant que chaque homme ne trouvera pas sa place dans la société, sa part et sa dignité"22.

  • 23 Déclaration du 12 septembre 1951, DM, II, p. 464.
  • 24 Ibid.

22Conséquent avec lui-même, le chef du RPF ne tarde pas à donner la traduction pratique de son analyse. Le 12 septembre 1951 notamment, il souhaite le plus explicitement du monde que le Pacte atlantique ne soit pas "un instrument de conservation destiné à protéger, tel quel, l’ordre établi contre un assaut révolutionnaire. Nous entendons qu’il soit, au contraire, la chance d’un monde meilleur"23, déclare-t-il à la presse anglo-américaine stupéfaite, tant il apparaît évident que l’orientation qu’a prise le Pacte dans les faits, ne semble pas le satisfaire : "à chaque homme, à chaque femme, sur la Terre, avant tout à la jeunesse, qu’est-ce que nous offrons, s’il vous plaît, qui compense la charge des armements et, le cas échéant, les risques et les peines d’un colossal conflit ? C’est là, pourtant, la grande affaire pour un monde qui marche vers d’immenses transformations. Je ne suppose pas, en effet, qu’il existe encore, nulle part, un libéral qui compte, pour entraîner les foules, sur les séductions du capitalisme, ni, d’ailleurs, un socialiste qui garde aucune illusion sur la vertu exaltante du dirigisme et des nationalisations"24.

  • 25 Déclaration du 17 août 1950, DM, II, p. 380.
  • 26 Déclaration du 12 septembre 1951, DM, II, p. 464-465.

23"Il faut réformer la condition ouvrière en associant les travailleurs à leurs propres entreprises"25, telle est, à ses yeux, la voie que les Démocraties se doivent de suivre. "L’accès de tous, non seulement au bien-être, mais surtout à la responsabilité, un régime qui fasse de chacun, non point un instrument écrasé par sa dépendance, mais un agent responsable, pour sa part, du salut et du progrès, bref la domination offerte à toutes les âmes sur toutes les matières..."26, tel sera l’esprit des changements sociaux qu’il estime incontournables.

  • 27 Ibid.

24Cette "réforme de la condition humaine", dit-il, "qui doit être, pour notre alliance, son ferment, son but de guerre, que celle-ci soit froide ou chaude (...) Que les Etats s’en saisissent ensemble, en même temps qu’ils mettent sur pied les moyens de se couvrir ! Pour l’Occident, après tout, ce ne sera qu’être fidèle aux sources de sa grandeur : l’Humanisme et la Chrétienté"27.

  • 28 Cette idée s’élabore dans les premières années du RPF alors qu’il appelle de ses vœux l’associatio (...)
  • 29 "Pour l’action que nous entendons développer, dans l’intérêt de notre pays, comme dans celui de to (...)
  • 30 La reconnaissance de Charles de Gaulle envers la classe ouvrière se remarque à maintes reprise : " (...)
  • 31 "Ouvriers de France, je vous en préviens, voici que va vous incomber une très grande responsabilit (...)

25C’est cette interprétation du monde et les conclusions qu’il en tire : cette dimension philosophique — et par certains côtés géopolitique — qui, en matière de participation, distingue Charles de Gaulle de ses prédécesseurs et permet d’admettre un certain degré de véracité dans sa volonté affirmée de contribuer à la transformation de la condition salariale.28 Volonté crédible dans la mesure où elle puise à la source de cette certaine idée qu’il se fait de la France29 ; parce qu’elle exprime, aussi, sa reconnaissance vis-à-vis de la classe ouvrière et entre en résonance avec un sentiment d’une dette de la nation envers elle30 ; qu’elle se double, enfin, d’une vision de l’histoire compatible avec cette mutation.31

  • 32 Discours du 4 janvier 1948, DM, II, p. 167.
  • 33 Allocution radiodiffusée et télévisée du 11 mars 1969, DM, V, p. 386.
  • 34 Cf. Marie-Geneviève Dezès, "Participation et démocratie sociale : l’expérience Briand de 1909", Le (...)
  • 35 Mémoires de Guerre, III, p. 18.

26Mais, cette volonté s’accommode aussi et surtout de préoccupations politiques nationales plus traditionnelles qui renvoient au thème gaullien de la grandeur de la nation : "En vérité, la rénovation économique de la France, et en même temps, la promotion ouvrière, c’est dans l’Association que nous devons les trouver"32, déclare-t-il, faisant ainsi allusion à la relation stabilité sociale / puissance économique. De même, qu’en affirmant que la participation "peut et doit avoir les meilleures conséquences pour la concorde sociale et l’ardeur économique de la nation"33, Charles de Gaulle situe indéniablement son intervention dans ce mouvement de gestion souple du social, cette volonté historique de management qu’à la suite de ses prédécesseurs, Napoléon III, Waldek-Rousseau, Millerand, Viviani ou Briand34, il incarne au plus haut degré (les uns partant du social pour rencontrer l’Etat, les autres partant de l’Etat pour rencontrer le social). Ne le voit-on pas, d’ailleurs, déclarer dans le même esprit qu’un Albert Thomas, ce ministre socialiste aux armements de 1915 à 1917, ami de Léon Jouhaux et premier président du Bureau international du travail (BIT), la nécessité de saisir l’occasion d’une solidarité nationale — ici, non plus l’industrie d’armement mais la reconstruction d’après-guerre — pour intégrer la classe ouvrière à la Nation ? "Le sentiment et la réflexion m’avaient, d’avance convaincu — déclare-t-il — que la libération du pays devrait être accompagnée d’une profonde transformation sociale. Mais, à Lille, j’en discernai, imprimée sur les traits des gens, l’absolue nécessité. Ou bien il serait procédé d’office et rapidement à un changement notable de la condition ouvrière et à des coupes sombres dans les privilèges de l’argent, ou bien la masse souffrante et amère des travailleurs glisserait à des bouleversements où la France risquerait de perdre ce qui lui restait de substance"35.

  • 36 Qu’il s’agisse du discours de Brazaville de janvier 1944 présageant la décolonisation, du retrait (...)

27Ainsi, retrouve-t-on ici, cette constante de la nature gaullienne, cette sublime ambition de faire du "déterminisme historique" l’outil d’une mutation36, celle-ci n’étant pas définie comme un but possible et fermé, mais plutôt comme une tension vers un "projet". Toujours méfiant envers les systèmes, son discours exhale cette marge de liberté, infime aux yeux de l’histoire mais qui anoblit la nature humaine et la transcende, contribue à rendre à l’homme la conscience de sa dignité et la confiance en son destin. On le voit de la Participation comme du reste.

2. La doctrine politique de Charles de Gaulle et son volet social

28S’il n’a nullement été l’inventeur de la participation, le gaullisme fut, incontestablement, l’acteur de son émergence spectaculaire sur la scène politico-institutionnelle ; au niveau de la propagande d’un parti, tout d’abord ; d’une politique d’Etat, ensuite. Cependant, au regard d’un patrimoine aussi chargé que celui de la France en cette matière, on peut se demander en quoi l’apport du général de Gaulle se distingue de ses antécédents. Par la précision de ses finalités ? Par la hardiesse de ses propositions ? Par sa cohérence doctrinale ? Assurément non, et ce serait desservir largement son auteur que de lui imaginer une doctrine systématique en la matière. Le fondateur de la Ve République avoue lui-même — rappelons-le — qu’il procède "à tâtons" en ce domaine.

  • 37 Certains auteurs ont voulu résumer et mettre en perspective la dynamique gaullienne par la notion (...)
  • 38 Jean Baudouin, "Gaullisme et chiraquisme, réflexions autour d’un adultère", Pouvoirs, no 28 (Le RP (...)
  • 39 François Goguel s’est attaché à le montrer : "Jamais le général de Gaulle n’a prétendu formuler un (...)
  • 40 De telles interprétation ne rendent pas compte de "l’épaisseur du phénomène". Cf. Jean Baudouin, l (...)

29Deuxième critère pour juger de l’importance du social dans la pensée de Charles de Gaulle, la "participation" gaullienne ne vaudrait pas tant par son originalité propre que par la place qu’elle occupe dans un ensemble cohérent.37 Hypothèse qui renvoie naturellement à la question préalable de l’essence ultime du "gaullisme". Question redoutable, "si l’on sait que le général de Gaulle a toujours insisté sur le pragmatisme foncier de sa démarche et si l’on se souvient avec Alexandre Sanguinetti que « le Général a tout dit et son contraire »".38 Mais, pas plus qu’il n’est une idéologie39, le "gaullisme" ne peut se réduire à une simple attitude, un style ou un état d’esprit.40 Le pragmatisme qui le caractérise relève d’un art militaire de la contingence, il renvoie davantage à une technique de gouvernement opposée au programmatisme (autre technique de gouvernement), qu’à l’existence (ou non) d’une philosophie politique qui en sous-tendrait l’orientation. Or, l’essence du gaullisme réside précisément, à nos yeux, dans un ensemble de principes inspirateurs destiné à conduire l’action humaine à l’épreuve des réalités empiriques, une doctrine, dépourvue de prétention totalisante, mais non de ligne directrice. Du moins, le laisse-t-il entendre : Confondre l’intérêt permanent de la France avec un grand idéal humain, voilà qui serait beau et en même temps profitable"...

  • 41 Lucien Goldmann, op. cit., p. 17.
  • 42 Cf. Patrick Guiol, "Par delà le descriptif : quelques réflexions pour une approche dialectique du (...)

30Que Charles de Gaulle n’ait guère marqué son passage dans l’histoire d’un apport idéologique irremplaçable, personne ne le nie. Mais que nul n’ait songé à voir que son originalité ne résidait pas tant dans les instances souvent composites de sa pensée, dans ses idées isolées, que dans la manière dont il les mettait en relation pour une pratique parfaitement adaptée aux enjeux de cette dernière moitié du XXe siècle, voilà qui est plus étonnant. L’on peut d’autant plus s’en étonner que ceux-là mêmes qui dénient toute originalité à ces idées sont les premiers à reconnaître la grande cohérence de l’ensemble. "La marche de la connaissance, nout dit Lucien Goldmann, apparaît comme une oscillation perpétuelle entre les parties et le tout qui doivent s’éclairer mutuellement"41. Mieux qu’à tout autre cette phrase s’applique à la philosophie politique de Charles de Gaulle.42

  • 43 Discours du 23 novembre 1945, DM, I, p. 653.
  • 44 Discours radiodiffusé du 5 février 1945, DM, I p. 519.

31L'interdépendance entre les facteurs politiques est, en effet, une caractéristique première de la pensée gaullienne. C’est l’interdépendance à tous les niveaux qui marque, selon de Gaulle, notre époque ; ce qui "exige, disait-il, que chaque mesure particulière ne soit que la partie d’un tout"43. Or comme il définissait lui-même le "gaullisme" comme "un ensemble cohérent dont aucune partie ne vaudrait sans faire corps avec les autres"44, un objectif aussi important que la "suppression du salariat" ne saurait prendre place dans ce système de manière anodine.

  • 45 Allocution prononcée lors de l’inauguration de la Foire internationale de Lille, le 23 avril 1966,(...)
  • 46 Allocution radiodiffusée et télévisée du 10 août 1967, DM, V, p. 202.

32"Tout se tient" aime souligner, par ailleurs, Charles de Gaulle nous incitant à y voir un point fort de la vision gaullienne du monde et de sa politique. Nous n’en voulons pour preuve que l’emploi récurrent, dans le vocabulaire du général de Gaulle, du verbe conjuguer. Pour lui, chaque fait politique s’annonce solidaire d’un ensemble, un peu à la manière des pièces d’un puzzle. Du moins est-ce ainsi qu’il tend à présenter sa démarche : "Comme toujours c’est en conjuguant de multiples diversités que l’on réalise l’unité"45 ; "le progrès, l’indépendance, la paix, tels sont donc les buts conjugués que poursuit notre politique"46. Conception synthétique qui n’exclut nullement quelques hiérarchies ou ordres d’urgence dans l’approche pragmatique des problèmes, si bien que l’on a tout intérêt à lire la dimension opportuniste de ses discours au travers du prisme de ce perpétuel mariage du circonstanciel et du fondamental.

  • 47 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 352.
  • 48 Conférence de presse du 28 octobre 1966, DM, V, p. 97.
  • 49 Discours prononcé devant l’Assemblée consultative provisoire, le 18 mars 1944, DM, I, p. 389.

33Avant l’instauration de la Ve République n’écrivait-il pas : "Tout se tient. Pour faire l’association, régime économique et social nouveau, il faut un régime politique nouveau"47. Mais, au bout du compte, ces priorités de circonstance participent d’une stratégie plus ample qui éclaire d’un jour nouveau la notion par trop réductrice de domaine réservé : "Notre progrès est conjugué avec celui de l’humanité"48 se plait-il à répéter. Les conséquences en sont connues : aucun véritable progrès social n’est possible en dehors d’une politique étrangère fondée sur l’indépendance nationale, c’est-à-dire visant à détruire la dialectique conservatrice des blocs. La lutte pour entamer l’hégémonie des deux superpuissances s’annonce donc, à ses yeux, comme un moment de la lutte pour l’émancipation humaine et sociale. Les principes gaulliens de "non-ingérence", de "droit des peuples à disposer d’eux-mêmes" et de "détente" est-ouest, sont ainsi assortis d’un rôle moteur annexe. Tout en étant une contribution directe à la paix mondiale, ils sont investis d’une autre fonction : libérer tout potentiel de progrès social de ses entraves externes. Découlant de l’analyse d’un événement international (la Seconde Guerre mondiale) et légitimant à son tour une orientation de politique étrangère (la lutte contre les blocs), ce "combat pour l’homme", mené à l’échelle de la planète, se nourrit de cette mystique de la libération chère à de Gaulle, et renforce en lui cette inclination à s’affranchir de tout conformisme, cette capacité à "passer outre" ! Avant même que les conséquences de la conférence de Yalta ne pèsent lourdement sur l’avenir de l’Europe et du monde, on voit de Gaulle s’appuyer sur une philosophie du siècle incompatible en tous points avec les futurs impérialismes dont il ne cessera de dénoncer les méfaits. Une rigueur qui résulte de la certitude de vivre un double mouvement de l’histoire — contradictoire par certains côtés — entre mondialisation croissante, d’une part, et émancipation des nations, de l’autre ; et dont il voit le corollaire dans le développement des stratégies de coopération. "La démocratie française devra être une démocratie sociale", déclare-t-il le 18 mars 1944. "Un tel régime sera certainement complété par l’aménagement à l’intérieur de la communauté française du destin des peuples liés à notre destin. Il devra enfin être conjugué avec une organisation internationale des rapports de toute nature entre toutes les nations, telle que, dans un monde dont l’interdépendance est désormais la loi chaque peuple puisse se développer suivant son génie propre et sans subir aucune oppression politique ni économique"49.

34Si essentielle dans la pensée gaullienne, l’articulation du "social" et du "national" trouve d’ailleurs dans la participation une réponse cohérente. A la "troisième voie" diplomatique répond la "troisième voie" sociale, pendant civil dont la nature signifie une égale rupture avec le capitalisme libéral qu’un rejet sans appel du communisme stalinien.

  • 50 Discours du 14 décembre 1948, DM, II, p. 248. Ce thème se trouve explicitement exploité pour l’ass (...)

35N’oublions pas, en outre, cet irrationnel fondamental du gaullisme tel que le définissait André Malraux, ce sentiment d’une vocation et d’une mission de la France, ce "devoir séculaire qui est de donner l’exemple au monde"50. Sentiment qui nourrit — sinon justifie — cet autre thème récurrent du gaullisme : la nécessité pour la France de tenir son “rang”, dont on pourra toujours se demander s’il s’agit d’un défi permanent au dépassement ou d’un orgueil démesuré. Deux thèmes qui ont éveillé bien des sarcasmes journalistiques, mais qui furent plus sûrement au cœur d’un "messianisme" gaullien, fort peu prisé des grandes puissances.

  • 51 DM, II, p. 246.

36Sans doute n’est-ce pas innocemment que ce Rebelle alla parfois chercher une légitimité internationale lors de ses voyages à l’étranger en s’adressant chaque fois directement aux peuples visités. L'intérêt national qui, bien sûr, n’est jamais absent de cette pensée éminemment synthétique, prend alors le visage d’un paramètre au deuxième degré de son action : "je dirais que nous voulons cela" (la participation) — déclare-t-il — "non pas seulement par souci équitable d’améliorer la condition des ouvriers, mais aussi par conscience de ce qui est nécessaire au renouveau de la France et à l’avenir de la civilisation"51.

  • 52 Discours prononcé au Vélodrome d’Hiver, le 11 février 1950, DM, II, p. 338.
  • 53 "Car, sans nous dissimuler rien de ce que nous avons perdu, n’allons pas croire que notre peuple n (...)
  • 54 DM, V, p. 322.

37La "participation", directement fondée sur les principes de "justice" et de "dignité" est, très naturellement chez Charles de Gaulle, investie d’une fonction politique annexe : refaire l’unité nationale. Ne déclarait-il pas : "A force d’injustices sociales (...) nombre de Français ont cessé d’attendre de la France ce qu’ils espèrent de la vie"52 ? Par là même, facteur d’harmonie et de productivité, la "participation" devrait contribuer au redressement économique du pays et, à ce titre, concourir à sa puissance, garantie — sinon condition — pour Charles de Gaulle, du rayonnement de la France, de son influence, de sa capacité à réaliser sa "vocation humaine au milieu de l’Humanité"53. En un mot, condition du progrès. Ainsi, la boucle est bouclée. "Tout se tient" comme il aime à le dire, suggérant par ce "devoir de cohésion"54 qu’il n’y aurait pas plus de politique intérieure gaullienne que de politique extérieure, mais un continuum, une vision dialectique et non idéaliste de l’action politique dans laquelle la réalisation d’un projet ne vaudrait qu’en harmonie avec les autres et en fonction des circonstances...

3. Une analyse assumée : vers une nouvelle organisation sociale

  • 55 Discours prononcé à Paris, le 25 juin 1950, DM, II, p. 369.

38Reste un dernier critère d’authenticité : sa pensée sociale ne se contente pas d’avancer des idées de réforme, elle fait preuve d’une parfaite conscience de leurs implications. "C’est l’Association réelle et contractuelle que nous voulons établir", dit-il, "et non pas ces succédanés : primes à la productivité, actionnariat ouvrier, intéressement aux bénéfices, par quoi certains, qui se croient habiles, essaient de la détourner. Dans cette matière, comme dans les autres, nous nous sommes mis, nous, d’accord avec nos arrière-pensées"55.

39Et quelles sont ces arrière-pensées ?

  • 56 Allocution prononcée devant les Comités professionnels du RPF, le 31 août 1948, Espoir, no 5, p. 2 (...)
  • 57 Discours prononcé à Bordeaux, le 25 septembre 1949, DM, II, p. 307.
  • 58 Lettre du général de Gaulle à Marcel Loichot, le 11 avril 1966, loc. cit.
  • 59 Conférence de presse du 27 novembre 1967, DM, V, p. 228.

40"Nous ne considérons pas" — affirme-t-il en août 1948 dans le cercle resteint des comités professionnels de sa formation — "que le salariat, c’est-à-dire l’emploi d’un homme par un autre homme, doive être la base définitive de l’économie française ni de la société française. Cela, nous ne l’admettrons pas"56. "Il faut avoir l'intelligence et le courage d’abolir le salariat"57, déclare-t-il publiquement, cette fois, l’année suivante. "Dans notre société industrielle, ce doit être le recommencement de tout, comme l’accès à la propriété le fut dans notre ancienne société agricole"58, estime-t-il en 1966. "Cette mutation, naturellement, met en cause tous les intérêts, toutes les structures"59, reconnaît-il le 27 novembre 1967.

  • 60 Allocution prononcée à Neuilly-sur-Seine, le 12 octobre 1952, DM, II, p. 544.
  • 61 Mémoires d’Espoir, I, p. 144.
  • 62 Entretien radiodiffusé et télévisé avec Michel Droit, le 7 juin 1968, DM, V, pp. 302-303.

41Idéalisme ou clins d’œil démagogiques ? Ces déclarations ne sont, en tout état de cause, pas gratuites ; elles reposent sur la conscience des rouages de notre société. La crise de civilisation imputable, selon lui, à la société mécanique moderne revêt chez nous la forme du capitalisme auquel il reproche dans un premier temps : exploitation, injustice, écrasement de la dignité humaine et de la fraternité. "Peut-être pour mettre en route la société moderne avec ses forces économiques, sa grande industrie, son développement rapide voire effréné, fallait-il en passer par le capitalisme. Mais je dis formellement que cette époque est révolue"60, constate-t-il en 1952. Seize ans plus tard, alors que la croissance est à son apogée, il en vient à condamner l’infirmité morale de ce dernier61. Son analyse est la suivante : "Le capitalisme dit : grâce au profit qui suscite l’initiative, fabriquons de plus en plus de richesses qui, en se répartissant par le libre marché, élèvent en somme le niveau du corps social tout entier. Seulement voilà ! la propriété, la direction, le bénéfice des entreprises dans le système capitaliste n’appartiennent qu’au capital. Alors, ceux qui ne le possèdent pas se trouvent dans une sorte d’état d’aliénation, à l’intérieur même de l’activité à laquelle ils contribuent. Non, le capitalisme du point de vue de l’homme n’offre pas de solution satisfaisante"62.

  • 63 J. O. Ibrachev, "La doctrine sociale du gaullisme", Les Questions d’Histoire, Université d’Etat du (...)
  • 64 R. Capitant, La Lettre de la Nation, 16 février 1968.

42Un observateur étranger, aussi peu susceptible de complaisance envers le gaullisme que le professeur soviétique Ibrachev, le reconnaît volontiers : "Charles de Gaulle", écrit-il, "se permet donc de critiquer ouvertement le capitalisme"63. Et René Capitant qui considère la politique du Général dans son ensemble — depuis l’unité nationale à la coopération internationale — va plus loin, encore, puisqu’il affirme que : "les objectifs du gaullisme postulent l’abolition du capitalisme"64.

  • 65 Elles l’ont, au contraire, conduit à estimer qu’un Etat moderne ne saurait se satisfaire du seul p (...)

43Bien que ne participant nullement d’une adhésion à la logique du mouvement ouvrier, cette réflexion s’inscrit dans une critique de la société industrielle dont les implications sociologiques ne lui échappent pas.65

  • 66 Discours prononcé à Lille, le 11 décembre 1950, DM, II, p. 394.

44Jadis, les promoteurs de la participation aux bénéfices présentaient leur projet sous forme d’une série de mesures charitables, avec, pour but avoué, la suppression des grèves et la préservation de l’ordre établi. L’ambition de Charles de Gaulle va plus loin, même si elle s’inscrit, elle aussi, dans ce vaste mouvement de l’ordre. C’est une problématique de la "troisième voie" qu’il développe. Du temps du RPF déjà, ne disait-il pas à propos de l’association Capital-Travail qu’"il la faut pour instaurer dans l’économie le ressort que le capitalisme ne saurait plus lui donner et que le communisme est impuissant à découvrir en dehors de l’esclavage"66 ?

45La dimension philosophique se double donc chez de Gaulle d’une dimension politique ambitieuse qui systématise la notion de participation en un processus général de transformation sociale.

46Si ce fut toujours contre la volonté du patronat qu’il tenta d’avancer en ce domaine, l’explication ne réside pas seulement dans le caractère rétrograde et timoré de ce dernier, ni même dans la méfiance — voire la rancune — qui résultait des nationalisations de 1944-1945. Il y avait, aussi, cette appréhension plus ou moins confuse et fondée que l’esprit de la participation chez le fondateur de la Ve République se distinguait sensiblement de l’esprit des techniques psychologiques proposées par le management moderne. De Gaulle ne cherche, en effet, ni à développer une mentalité capitaliste et spéculative chez les salariés dans l’espoir d’un recul de l’esprit révolutionnaire, ni à cultiver un "esprit maison", à stimuler le zèle des employés pour en obtenir un profit maximum. Sa démarche s’apparente à une autre logique, et si son désir d’apaiser les conflits sociaux et de mobiliser les énergies s’explique, certes, par l’importance qu’il attache à la vitalité et à la richesse de la France, le cadre de ses préoccupations n’est pas exactement le même que celui du patronat.

  • 67 "Tout nous porte à ériger la coopération en principe fondamental de notre activité économique et s (...)
  • 68 Charles de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, juin 1940-juillet 1941, p. 206.
  • 69 Rapport général au Congrès CFTC de 1959, cité par E. Descamps, "La CFTC-CFDT et la politique socia (...)

47La participation selon Charles de Gaulle n’est pas seulement l’intéressement ou l’actionnariat, ou l’un et l’autre auxquels on adjoindrait la cogestion. Ce n’est pas seulement un ensemble de techniques de gestion du personnel, c’est beaucoup plus que cela : une nouvelle conception de l’organisation sociale et économique. Elle procède d’une vision globale de la démocratie économique67 qui s’inscrit dans la logique du vaste mouvement de réformes de la Libération, lui-même défini dans le programme du CNR. En ce sens, la démocratisation de l’entreprise doit marcher de pair avec la démocratisation des procédures de planification. Dés les débuts de la seconde guerre mondiale, il ne fait plus de doute pour lui que la capacité et l’expérience pratique des travailleurs "entraînent la nécessité de leur collaboration régulière dans la gestion des entreprises", tandis que les organisations représentatives du travail doivent entrer organiquement dans la consultation de l’Etat en matière économique et sociale"68. En 1946, il n’aura pas le choix des institutions, mais en 1958 lorsque, président du Conseil, il obtiendra les pouvoirs nécessaires pour procéder par voie de référendum à la réforme constitutionnelle qui donnera naissance à la Ve République, il sollicitera les organisations syndicales pour qu’elles donnent leur point de vue. "Lorsque le président du Conseil nous reçut le 9 juin, déclare G. Levard de la CFTC, il semblait disposé à aller très loin dans la dévolution de pouvoirs législatifs aux organisations syndicales. Il envisageait de créer un Sénat à trois sections, chacune légiférant dans les matières de sa compétence, l’une de ces sections aurait remplacé le Conseil économique"69. C’est la CFTC qui, à l’époque, estima que ces questions d’ordre politique dépassaient ses compétences. De même, dès les débuts de la Ve République, par l’entremise d’Yvon Morandat, ancien secrétaire général de l’union départementale CFTC de la Haute-Savoie et ancien délégué national de L’Action ouvrière" du RPF, Maurice Boudaloux, président confédéral de la CFTC, est sollicité d’entrer au gouvernement en même temps que Pierre Lebrun (CGT) et Robert Bothereau (FO). Ces syndicalistes déclineront ces propositions. Charles de Gaulle n’abandonnera pas pour autant sa vision d’une planification démocratique de l’économie. Lors de sa conférence de presse du 29 juillet 1963, il en dresse un saisissant tableau qui rappelle le rôle du Plan, du Conseil économique et social, et aussi plus évasivement, des régions ; en bref, toutes les clés d’interprétation de son projet de référendum de 1969 sur la réforme du Sénat et la régionalisation.

  • 70 Discours prononcé à Lille, le 29 juin 1947, DM, II, p. 85.

48Charles de Gaulle sait que, à terme, la réforme de l’entreprise doit être profonde, c’est-à-dire porter sur la souveraineté même de l’entreprise. Et cette perspective ne semble pas devoir lui opposer d’autre tabou que cette lutte des classes à laquelle il se heurte. Aussi, une autre spécificité de l’apport gaulliste réside dans la place donnée à l’Etat en tant qu’acteur privilégié de cette transformation. Son projet social, affirme-t-il, doit comporter à chaque degré de l’association "un arbitrage organisé, (...) l’arbitre suprême étant naturellement l’Etat, ce qui exige, d’ailleurs — précisait-il — que celui-ci soit impartial, c’est-à-dire élevé au-dessus des partis"70.

  • 71 "Un régime économique et social tel qu’aucun monopole et aucune coalition ne puisse peser sur l’Et (...)

49De 1942 à 1945, ne l’oublions pas, Charles de Gaulle avait fréquemment usé du thème de la trahison de la France par "des coalitions de trusts et de gens en place" ; la leçon qu’il en tirait pour l’avenir, résidait dans l’instauration d’un "régime économique et social tel qu’aucun monopole privé et aucune coalition d’intérêts ou de privilège ne puisse abuser des hommes ni dresser aucune barrière devant l’intérêt général"71.

50"Si nous n’imaginons pas l’économie française de demain sans un « secteur libre » aussi étendu que possible, nous déclarons que l’Etat doit tenir les leviers de commandes", affirmait-il le 2 mars 1945. Une orientation inhérente au "gaullisme" gaullien qui se développera par la suite dans "l’ardente obligation" du plan.

  • 72 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, p. 351.

51Le parlementarisme, dans cette perspective, ne lui semble pas en mesure d’assurer l’autorité nécessaire à l’Etat. On connaît son hostilité au régime de la IVe République qu’il accuse d’être "trop faible pour dépolitiser les syndicats, trop faible pour contraindre le patronat". Un régime qui, à ses dires, "a déposé en matière sociale son bilan, et a remis face à face les employeurs et les employés"72.

52Ne niant nullement la réalité de la lutte des classes, mais refusant de la prendre comme moteur de l’histoire, de Gaulle a, c’est vrai, une forte tendance à considérer l’Etat comme "l’organisateur" politique direct et légitime de la collectivité, le garant de l'intérêt général", le pilier de l’ordre démocratique républicain.

53Sa conception du progrès social est dominée par la notion du désamorçage du "conflit", non par son exacerbation. Outre le contexte chrétien qui est celui de l’ensemble de sa pensée et pour lequel les valeurs de division sont rejetées au bénéfice des valeurs de dépassement et d’union communautaire, on y décèle cette volonté toujours très affirmée d’unité nationale. C’est parce qu’il rêve de rassembler les Français autour d’une certaine "idée de la France", et d’entraîner son pays vers une productivité économique plus forte que de Gaulle juge utile d’apaiser au préalable les querelles sociales. Pour Charles de Gaulle, la transformation pacifique de la condition ouvrière n’exclut pas la fermeté ni la détermination, mais se justifie, à ses yeux, par la conviction qu’une société ne peut être qu’à l’image des moyens employés pour la construire. La systématisation de la lutte des classes ne pouvant qu’aboutir dans cette optique, à un système autoritaire, il la rejette. Préférant outrepasser les réalités sociologiques pour faire appel à l’esprit civique et à la concorde sociale, il en vient nécessairement à placer l’Etat comme arbitre suprême. Ce que confirme à sa manière notre observateur étranger : "A la différence, écrit J. Ibrachev, des enseignements bourgeois dispensés auparavant sur la paix entre les classes et qui pour la plupart restèrent au stade de l’enseignement, le gaullisme transforma sa théorie sociale en doctrine d’Etat et en politique". Enumérant aussi bien les ordonnances de 1945, de 1959 que celle de 1967 à l’application obligatoire, il poursuit : "Cela veut dire que pendant le gaullisme, l’Etat est intervenu davantage qu’auparavant dans le domaine social. En outre, son rôle ne se réduisit pas à maintenir l’ordre social établi, mais à agir comme intermédiaire entre les parties en conflit".

4. Le rôle joué par la question sociale dans la destinée politique de Charles de Gaulle

54En mai 1968, la position du général de Gaulle ne sera pas toujours bien comprise... Lui, voit tout d’abord dans ces événements, une confirmation de ses analyses et l’occasion de donner une impulsion à son projet social. Son entourage, en revanche, à l’instar des couches sociales qui constituent le meilleur soutien électoral du gaullisme, ne lui demande que de stopper la "subversion" ! Ce qui sera fait, mais au prix fort. Les législatives de juin sauvent peut-être les institutions, mais consacrent plus sûrement la fin du gaullisme gaullien. L'échec du référendum du 27 avril 1969, suivi de la démission du Général, ne feront que "légaliser" cet état de fait.

55Même si l’on constate avec le recul du temps, que de toutes façons, le gaullisme avait sans doute déjà perdu la partie au terme d’une dérive droitière de plusieurs années, la première réponse de Charles de Gaulle aux événements de mai 68, à savoir l’allocution du 24 mai 1968, et non celle du 30 mai (tactiquement plus appropriée), est certainement la plus intéressante du point de vue de sa philosophie politique, car la plus authentique et la moins "inspirée" par l’entourage. Cette première allocution, pathétique par le peu d’intérêt qu’elle a suscité sur le moment, témoigne pourtant des efforts de Charles de Gaulle pour tenter une dernière fois de faire face à l’événement et l’aborder de front avec une rare honnêteté.

  • 73 Allocution radiodiffusée et télévisée du 24 mai 1968, DM, p. 289.

56De retour de Bucarest, où il s’était rendu depuis le 14 mai en dépit des troubles du Quartier latin, que déclare le Général, le 24, au plus fort de la tourmente ? "Tout le monde comprend, évidemment, quelle est la portée des actuels événements, universitaires, puis sociaux. On y voit tous les signes qui démontrent la nécessité d’une mutation de notre société et tout indique que cette mutation doit comporter une participation plus étendue de chacun à la marche et aux résultats de l’activité qui le concerne directement"73. Quel responsable politique, autrement qu’un homme intimement convaincu de la gravité de la question et de la justesse du malaise exprimé, se serait risqué à ce genre d’affirmation ?

  • 74 La souplesse de Georges Pompidou, sa pondération et son génie tactique, répondirent mieux à la nat (...)

57Sur un point pourtant, Charles de Gaulle se trompe : Tout le monde ne comprend pas, ou du moins n’admet pas. En outre, symbole du pouvoir en place, attaqué globalement par la gauche et l’extrême gauche, il ne pouvait, dans le maximalisme ambiant, escompter d’un simple discours qu’il puisse rencontrer les échos espérés à gauche, encore moins mobiliser à droite. Son mythe avait, bel et bien, pris fin74.

  • 75 Entretien radiodiffusé et télévisé avec Michel Droit, le 10 avril 1969, DM, p. 390.

58En déplaçant, le 30 mai, le terrain de l’affrontement par la dissolution de l’Assemblée, de Gaulle ne répondait plus au mouvement social, il jouait de ses contradictions politiques. L’écrasante victoire électorale qui s’en suivit ne l’en laissa pas moins lucide et insatisfait sur le fond : "Il est bien vrai, déclara-t-il, que certains trouvent qu’on peut en rester là, sans remédier aux causes profondes du danger et que des mesures techniques de circonstance doivent suffire à tout remettre en ordre. Je pense qu’ils ont tort. Bien sûr, il faut prendre ces mesures-là, et on les prend ! (...) Mais de quel aveuglement seraient coupables les responsables et, d’abord, s’il vous plaît, le président de la République, s’ils voulaient se borner à cela et voir petit dans cette grande affaire ! Une grande affaire ? Ah ! certes, oui"75 !

  • 76 Discours prononcé au Vélodrome d’Hiver, le 11 février 1950, DM, II, pp. 338-339.
  • 77 Entretien radiodiffusé et télévisé du 7 juin 1968, DM, V, p. 306.
  • 78 Confirmation en sera d’ailleurs donnée par la loi d’orientation Edgar Faure.
  • 79 Entretien radiodiffusé et télévisé du 7 juin 1968, (DM, V, p. 304) au cours duquel il brosse un ta (...)

59Comment mettre ses paroles en doute ? Le 11 février 1950 ne déclarait-il pas déjà : "La police, ni les tribunaux, n’atteindront le mal dans sa source, qui est le système économique et social actuellement en vigueur. Il faut avoir tandis qu’il est temps assez d’esprit et de cœur pour réformer ce système-là"76 ! Les ordonnances d’août 1967 sur la participation ne représentaient pour lui qu’une étape qui, même en tant que telle, ne l’avaient que très partiellement satisfait. Cette question était donc de nouveau présente à son esprit avant même mai 1968. Le 27 novembre 1967, comme le 31 décembre 1967 lors de ses vœux de nouvel an, n’annonçait-il pas son intention de réactiver le processus de réforme sociale pour "que, dans les entreprises, la participation directe du personnel aux résultats, au capital et aux responsabilités devienne une des données de base de l’économie française"... ? N’omettant pas de préciser à l’occasion que "l’intéressement désormais prescrit par la loi" ne représente qu’une étape vers cet "ordre social nouveau". Il n’est guère étonnant, par conséquent, qu’il ait vu dans le mouvement étudiant, "un détonateur souvent excessif, souvent désordonné, mais toujours extrêmement sympathique"77. C’était aux racines du malaise que le président de la République entendait déjà s’attaquer et non à ceux qui allaient le diagnostiquer si spectaculairement !78 Il tiendra lui-même, d’ailleurs, à faire le distinguo : "Si, une révolution, c’est des exhibitions et des tumultes bruyants, scandaleux et, pour finir, sanglants, alors non ! la participation, ce n’est pas une révolution. Mais, si une révolution consiste à changer profondément ce qui est, notamment en ce qui concerne (...) la condition ouvrière, alors, certainement c’en est une. Et moi, je ne suis pas gêné dans ce sens-là d’être un révolutionnaire"79.

  • 80 Rappelant tout le trajet effectué dans cette voie depuis la Libération, insistant bien sur la cohé (...)
  • 81 René Capitant, "Gaullisme et capitalisme", Ecrits politiques, Paris, Flammarion, 1971, pp. 379-381

60Cette conception-là, tout le monde est loin de la partager dans son entourage. Aussi, Charles de Gaulle, privé de longue date de l’appui des forces de gauche, est-il bien isolé pour tenter d’introduire dans les faits la prise en compte du facteur social comme volet constitutif d’un ensemble politique cohérent. Le règlement de l’Affaire algérienne accompli, son désir de réforme ne trouve toujours pas de traduction à la mesure de son ambition. L'impératif industriel, la technocratie et le juridisme façonnent largement l’image du régime, renforçant une dérive à droite dont on ne peut exclure sa part de responsabilité. On connaît les difficultés rencontrées par Gilbert Grandval, ministre du Travail, auprès du Premier ministre ; la mise au point du Général, le 16 mai 1967, quant au caractère impératif des réformes fixée (objectif : "un régime social nouveau, fondé sur l’association comme sur l’esprit d’entreprise"80 ; l’accouchement difficile et décevant de l’ordonnance d’août 1967 ; et le climat considérablement dégradé, à partir de la grande grève de 1963, entre de Gaulle et le monde ouvrier. Dans un article tout-à-fait prémonitoire du 9 février 1968, qui constitue une véritable mise en garde au gouvernement, René Capitant dresse un saisissant tableau de ce glissement continuel vers une situation que mai 68 rendra explosive.81

  • 82 Jean Lacouture, De Gaulle, III, Paris, Seuil, 1986.
  • 83 Après les célèbres "petites phrases" de Rome et de Genève par lesquelles Georges Pompidou signifia (...)

61C’est donc aussi, sur un plan strictement événementiel que la participation a occupé une place privilégiée dans l’histoire politique du gaullisme. Le regard extérieur — tout à fait désapprobateur — que pose sur elle le patronat français de l’époque, tendait par là-même à lui délivrer un brevet d’authenticité, mais il ne fut pas sans conséquence. Dans l’un des chapitres les plus saisissants du troisième tome de sa grande et passionnante biographie82, Lacouture met en lumière avec talent les circonstances finales qui présidèrent à "la chute du prince". Avec sa "participation", écrit-il, le Général a dressé contre lui aussi bien "la droite conservatrice que de larges secteurs du gaullisme liés aux grands intérêts", que "l’ensemble des milieux d’affaires". Le maintien du référendum est une aubaine pour ces acteurs qui doutent à présent du Général83. De Gaulle, selon le mot de Viannon Ponté, aura vu de ses yeux, sous ses yeux "le pouce baissé du patronat".

5. Conclusion : "La question sociale, toujours posée..."

62On pourra tout dire de cette conception quelque peu idéaliste du progrès social qui consiste à désirer transcender la lutte des classes au nom de l’intérêt national, on pourra épiloguer sur son caractère illusoire ou mystificateur, il n’en demeure pas moins vrai que de Gaulle, par sa stature personnelle, son autorité historique et par l’ampleur du phénomène politique qu’il provoqua en France, a propulsé la participation comme un enjeu national dans le débat politique et social français. La participation désormais n’était plus affaire de bonnes volontés privées, mais affaire d’intérêt général, affaire d’Etat.

  • 84 Edgar Faure, "Gaullisme", Encyclopedia universalis, VII, p. 502.

63Cela nous ramène à l’interrogation initiale, celle de la place de la question sociale dans la pensée politique de Charles de Gaulle. Indéniablement, nous y voyons un élément constitutif d’une philosophie qu’Edgar Faure a pu définir comme un "humanisme moderne, cohérent et complet"84.

64Il est de bon ton, aujourd’hui, de ne plus se contenter de vénérer en Charles de Gaulle l’homme du 18 juin, mais aussi, le premier président de la Ve République auquel on reconnaît des mérites et des réussites durables en matière institutionnelle et coloniale ou en politique internationale notamment. L’épreuve réussie de l’alternance puis de la cohabitation a contribué davantage encore à faire de l’héritage gaullien une sorte de fond commun national. Et s’il se trouve qu’à l’aube des années quatre-vingt-dix son "Europe de l’Atlantique à l’Oural" perde les traits provocants d’une boutade diplomatique, sinon d’un rêve insensé, il reste cependant un domaine où son ambition maintes fois annoncée n’a pu s’affirmer de manière probante, celui précisément de la réforme des structures sociales qui, pourtant, confère à sa politique sa dimension humaniste. Question de temps ? d’époque ? de moyens ?

  • 85 Ce processus a des racines anciennes que l’on peut détecter dès la constitution du gaullisme en fo (...)

65Il est clair que Charles de Gaulle, par ailleurs si lucide et si réaliste, si convaincu des rapports de forces et si intransigeant dans leur prise en considération comme constante de son action, ne disposa pas — ou ne sut pas disposer — sur le terrain social des moyens de sa politique. En démontrer le processus et en discerner les responsabilités respectives relève d’une autre étude85.

66La Participation aurait-elle donc été le "talon d’Achille" de l'"homme des tempêtes" ? Quel que soient la réponse, le degré de réussite ou d’insuccès, une chose est cependant certaine : en négligeant d’attribuer au volet social son importance explicative, on dévitalise la pensée gaullienne.

Notes

1 Avec l’instauration des comités d’entreprise, les nationalisations et la Sécurité sociale.

2 Parlant de la voie de la rénovation, élaborée avant même la fin de la dernière guerre, Charles de Gaulle dira : "Ce sera l’un des titres d’honneur de la Libération que de l’avoir déclenchée. D’ailleurs, en 1944 et 1945, le Gouvernement qui la symbolisait disposait des pouvoirs et de la confiance indispensables aux grandes réformes". (16 mai 1967, Discours et Messages, V, p. 161)

3 Rien n’est plus faux, tout d’abord, que d’imaginer de Gaulle comme l’initiateur des idées participatives — ce qu’il n’a au demeurant jamais prétendu — et, par conséquent de ramener systématiquement à son nom tout ce qui, de près ou de loin, traite du sujet. L’idée de participation est née avec la grande industrie et a pris son essor vers le milieu du XIXe siècle. Dans le domaine des idées politiques, Fourier, Proudhon, Considérant, Lamennais, Buchez, Louis Blanc, Saint-Simon et bien d’autres en furent, chacun à leur manière, les apôtres. En pratique, la Comédie française dès 1812, Leclaire en 1842, mais aussi Jean-Baptiste Godin en 1848, Léon Harmel en 1880 en furent les pionniers. Et c’est Laroche-Joubert, un bonapartiste de gauche, également pionnier de la participation dans son entreprise qui, en 1879, déposa pour la première fois devant l’Assemblée nationale un projet de loi sur la participation, le premier d’une longue série qui devait jalonner la vie de la IIIe République et aboutir, le 26 avril 1917, à la première loi votée sur ce thème : la loi Chéron.
De Gaulle reconnaît d’autant plus volontiers cette filiation que, dès 1938, il écrit dans La France et son Armée son regret de voir l’aile marchante du mouvement social dédaigner ce courant humaniste au profit du socialisme scientifique allemand. Il cite Fourier, Proudhon, Le Play et Blanqui (EA, p. 214). "L’association, dit-il, c’est une vieille idée française. Elle fut bien souvent dans notre histoire économique mise en valeur. Elle le fut en particulier par ces hommes généreux, pas toujours très pratiques, mais de bonne volonté et de valeur qui, vers les années 1835, 40, 48 et après, avaient suscité ce que l’on appelait alors le socialisme français". Cette citation extraite d’une allocution prononcée, le 31 août 1948, devant les comités professionnels du RPF est, de loin, la plus explicite (Cf. Espoir, no 5, p. 27). Elle représente l’une des rares références doctrinales utilisées par le général de Gaulle pour situer son projet social, avec cet autre témoignage, une note corrective écrite de sa main lors de la réalisation d’une brochure de propagande consacrée aux idées sociales du RPF et dans laquelle on peut lire cette indication aux auteurs : "...expliquer, brièvement mais nettement, la raison profonde pour laquelle l’association quoique inventée au milieu du XIXe siècle, ne parvient pas à se développer avant le Rassemblement" (Brochure sur l’association Capital-Travail, le 6 mars 1949, Idem, p. 30). Sans aucun doute, l’association qu’il prône — et qu’il nommera par la suite participation — est, dans son esprit, issue, à un degré ou à un autre, du courant socialiste des années 1848.
A cette source socialiste, officiellement reconnue, et souvent utilisée par les responsables de l’aile gauche du gaullisme s’ajoute, bien qu’il n’apparaisse guère revendiqué en tant que tel, l’apport tout aussi essentiel du christianisme social. Charles de Gaulle cite Lammenais dans Le Fil de l’Epée (p. 47) et La Tour du Pin dans La France et son Armée (p. 85) ; c’est, il est vrai, dans un contexte davantage militaire que social, mais les analogies et les rencontres sont, à travers son œuvre, trop prégnantes pour être fortuites. Nul hasard à cela, bien sûr ; le jeune de Gaulle a été en contact avec la doctrine sociale de l’Eglise par l’intermédiaire de son oncle, ami d’Eugène Duthoit — président des "Semaines sociales" — chez qui il a suivi une retraite organisée par les jésuites de Mouvaux, proche du paternalisme social de Le Play. Plus tard, adhérent du groupe "Temps présent", proche cette fois de la démocratie chrétienne, il aurait également assisté à un congrès de la "Jeune République" en 1938 au cours duquel il aurait été fort impressionné par Marc Sangnier ; au point même de lui faire savoir, après guerre, qu’il avait "toujours appartenu à sa famille spirituelle".

4 Les développements de Louis Blanc dans L’Organisation du travail sont à cet égard exemplaires.

5 "Un jour, la machine a paru. Le capital l’a épousée. Ce couple a pris possession du monde. Dès lors, beaucoup d’hommes, surtout les ouvriers, sont tombés sous sa dépendance. Liés aux machines quant à leur travail, au patron quant à leur salaire, ils se sentent moralement réduits et matériellement menacés. Et voilà la lutte des classes ! Elle est partout, aux ateliers, aux champs, aux bureaux, dans la rue, au fond des yeux et des âmes. Elle empoisonne les rapports humains, affole les Etats, brise l’unité des nations, fomente les guerres...". (Discours prononcé à la pelouse de Bagatelle, le 1er mai 1950, DM, II, pp. 361-362)
Nous avons abordé le constat de la lutte des classes par Charles de Gaulle dans "La Participation, textes du général de Gaulle, tableaux, index thématique, analyse", Espoir, no 5, décembre 1973-janvier 1974, pp. 90-94 et 116-117. Dans le cadre de ses extraits de discours relatifs à la question sociale, l’on voit le thème de la lutte des classes apparaître : 1 fois en 1946, 2 fois en 1947, 4 fois en 1948, 5 fois en 1949, 3 fois en 1950, 1 fois en 1960, 1 fois en 1963, 1 fois en 1966 et 1 fois en 1968.

6 Lucien Goldmann, Le Dieu caché, Paris, Gallimard, 1972, p. 17.

7 "Mais cette civilisation, qui tend essentiellement à la liberté et au développement de l’individu, est aux prises avec un mouvement diamétralement opposé qui ne reconnaît de droits qu’à la collectivité raciale ou nationale, refuse à chaque particulier toute qualité pour penser, juger, agir, comme il l’entend, lui en arrache la possibilité et remet à la dictature le pouvoir exorbitant de définir le bien et le mal, de décréter le vrai et le faux, de tuer ou de laisser vivre, suivant ce qui est favorable à la domination totale du groupement qu’elle personnifie. C’est de là que sont sortis ces système furieux qui ont offert leur attrait et leur dynamisme aux perpétuelles ambitions allemandes et aux prétentions spasmodiques des Italiens.
C’est là-dessus que les vainqueurs provisoires du continent européen s’efforcent de construire ce qu’ils appellent un ordre nouveau. C’est par là que la guerre actuelle a pour enjeu la vie ou la mort de la civilisation occidentale. Or, ce mouvement est d’autant plus redoutable qu’il résulte, lui aussi, de l’évolution générale.
Il faut convenir, en effet, que dans l’époque moderne la transformation des conditions de vie par la machine, l’agrégation croissante des masses et le gigantesque conformisme collectif qui en sont les conséquences, battent en brèche les libertés de chacun. Dès lors que les humains se trouvent soumis, pour leur travail, leurs plaisirs, leurs pensées, leurs intérêts, à une sorte de rassemblement perpétuel, dès lors que leur logement, leurs habits, leur nourriture, sont progressivement amenés à des types identiques, dès lors que tous lisent en même temps la même chose dans les mêmes journaux, voient, d’un bout à l’autre du monde, passer sous leurs yeux les mêmes films, entendent simultanément les mêmes informations, les mêmes suggestions, la même musique, radiodiffusées, dès lors qu’aux mêmes heures, les mêmes moyens de transport mènent aux mêmes ateliers ou bureaux, aux mêmes restaurants ou cantines, aux mêmes terrains de sport ou salles de spectacle, aux mêmes buildings, blocks ou courts, pour y travailler, s’y nourrir, s’y distraire ou s’y reposer, des hommes et des femmes pareillement instruits, informés, pressés, préoccupés, vêtus, la personnalité propre à chacun, le quant-à-soi, le libre choix n’y trouvent plus du tout leur compte. Il se produit une sorte de mécanisation générale, dans laquelle, sans un grand effort de sauvegarde, l’individu ne peut manquer d’être écrasé.
Et d’autant plus que les masses, loin de répugner à une telle uniformisation, ne laissent pas, au contraire, d’y pousser et d’y prendre goût. Les hommes de mon âge sont nés depuis assez longtemps pour avoir vu se répandre, non seulement l’obligation, mais encore la satisfaction de l’existence agglomérée.
Porter le même uniforme, marcher au pas, chanter en chœur, saluer d’un geste identique, s’émouvoir collectivement du spectacle que se donne à elle-même la foule dont on fait partie, cela tend à devenir une sorte de besoin chez nos contemporains. Or, c’est dans ces tendances nouvelles que les dictateurs ont cherché et trouvé le succès de leurs doctrines et de leurs rites. Assurément, ils ont réussi d’abord parmi les peuples qui, dans l’espoir de saisir la domination des autres, ont adopté d’enthousiasme l’organisation des termitières. Mais il ne faut pas se dissimuler que l’évolution elle-même offre à l’Ordre dit Nouveau d’extraordinaires facilités et à ses champions de chroniques tentations" (DM, I, pp. 144-145).

8 Discours prononcé à l’Université d’Oxford, le 25 novembre 1941, DM, I, p. 143.

9 Ibid.

10 DM, I, p. 142.

11 Sur les rapports de Charles de Gaulle à la pensée de Bernanos et de Heidegger voir Gérard Leclerc, "De Gaulle et la société industrielle", Approche de la philosophie politique du général de Gaulle (Actes du colloque des 25-26 avril 1980), Paris, Cujas, 1983, pp. 203-207.

12 DM, I, p. 142.

13 Ibid., p. 145.

14 Discours prononcé à Londres, le 1er avril 1942, Ibid., p. 180.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Discours prononcé à Londres, à l’Albert Hall, le 18 juin 1942, DM, I, p. 204.

18 Discours prononcé à l’Assemblée consultative, le 15 mai 1945, DM, I, p. 552. Déjà à l’Albert Hall de Londres, le 15 novembre 1941, il avait exprimé le caractère hautement politique de cette guerre : "Notre volonté est de demeurer fidèles aux principes démocratiques (...) qui sont l’enjeu de cette guerre", annonce-t-il ; mais, s’il traduit au premier degré cet objectif par la défense de l’idéal "Liberté, Egalité, Fraternité", il affirme au nom des Français Libres que l’enjeu va bien au-delà : "Nous disons "Libération," et nous disons cela dans la plus large acception du terme, car, si l’effort ne doit pas se terminer avant la défaite et le châtiment de l’ennemi, il est d’autre part nécessaire qu’il ait comme aboutissement, pour chacun des Français, une condition telle qu’il lui soit possible de vivre, de penser, de travailler, d’agir, dans la dignité et dans la sécurité". DM, I, pp. 137-138)

19 Discours du 1er mai 1950, DM, II, p. 361.

20 Lettre du général de Gaulle à Marcel Loichot le 11 avril 1966, cf. Espoir, no 5, p. 42.

21 Allocution radiodiffusée et télévisée du 11 mars 1969, DM, V, p. 386. Voir aussi les allocutions des 12 septembre 1951 et 7 janvier 1951.

22 Discours du 1er mai 1950, DM, II, p. 362.

23 Déclaration du 12 septembre 1951, DM, II, p. 464.

24 Ibid.

25 Déclaration du 17 août 1950, DM, II, p. 380.

26 Déclaration du 12 septembre 1951, DM, II, p. 464-465.

27 Ibid.

28 Cette idée s’élabore dans les premières années du RPF alors qu’il appelle de ses vœux l’association "pour que cessent à la fin des fins, aussi bien l’exploitation des hommes par d’autres hommes que l’absurdité des luttes sociales systématiques." (Discours prononcé à Saint-Etienne, le 4 janvier 1948, DM, II, p. 171). Elle sera bien plus explicitement exposée les 31 août 1948 (Espoir, no 5, p. 28) et le 25 septembre 1949 (DM, II, p. 307).

29 "Pour l’action que nous entendons développer, dans l’intérêt de notre pays, comme dans celui de tous les hommes, je dirai d’abord qu’à aucune époque la politique française n’aura été animée plus fortement qu’aujourd’hui par l’idéalisme qui est depuis l’origine des temps, comme la seconde nature de la France". (Discours prononcé à l’Assemblée consultative, le 22 novembre 1944, DM, I, p. 481)

30 La reconnaissance de Charles de Gaulle envers la classe ouvrière se remarque à maintes reprise : "parce que aujourd’hui, malgré la faim, l’oppression, l’infâme propagande, ce sont les travailleurs français, ceux de la terre, ceux des usines, ceux des transports, qui donnent, au milieu des ennemis et des traîtres qui les servent, l’exemple de la résistance". (Discours prononcé à la Radio de Londres, le 30 avril 1942, DM, I, p. 183)

31 "Ouvriers de France, je vous en préviens, voici que va vous incomber une très grande responsabilité nationale. En somme c’est à votre tour. Dans notre histoire, on a vu un rôle essentiel revenir tantôt à l’une, tantôt à l’autre, des catégories sociales, paysans, guerriers, clercs, artisans, entrepreneurs. A présent, votre activité propre domine la vie du pays (...) Il faut que vous preniez part largement aux responsabilités économiques françaises". (Discours prononcé au Vélodrome d’Hiver, le 14 décembre 1948, DM, II, pp. 245-246)

32 Discours du 4 janvier 1948, DM, II, p. 167.

33 Allocution radiodiffusée et télévisée du 11 mars 1969, DM, V, p. 386.

34 Cf. Marie-Geneviève Dezès, "Participation et démocratie sociale : l’expérience Briand de 1909", Le Mouvement social, avril-juin 1974.

35 Mémoires de Guerre, III, p. 18.

36 Qu’il s’agisse du discours de Brazaville de janvier 1944 présageant la décolonisation, du retrait de l’OTAN, de la reconnaissance de la Chine, de la normalisation des relations avec l’URSS, de la condamnation de la guerre du Vietnam à Phnom-Penh, de ses messages internationaux — notamment lors de ses voyages en Amérique latine — toujours, l’on pouvait percevoir combien le mérite de Charles de Gaulle ne fut pas seulement d’avoir le premier senti et précipité l’évolution historique, mais aussi et surtout d’avoir su associer à sa prospective, dont les limites dépassent de loin la seule détente Est-Ouest, un sens politique volontariste.

37 Certains auteurs ont voulu résumer et mettre en perspective la dynamique gaullienne par la notion de triptyque. Selon Jacques Debu-Bridel, l’indépendance nationale en serait le volet central, la réforme des institutions en vue de la stabilité de l’Etat d’une part, l’association du capital et du travail en vue de la paix sociale d’autre part, en seraient les volets latéraux chargés d’assurer l’éclat et l’équilibre du premier. Jacques Debu-Bridel, De Gaulle contestataire, Plon, 1971.

38 Jean Baudouin, "Gaullisme et chiraquisme, réflexions autour d’un adultère", Pouvoirs, no 28 (Le RPR), 1984, p. 54.

39 François Goguel s’est attaché à le montrer : "Jamais le général de Gaulle n’a prétendu formuler une interprétation globale, immuable et sans lacune des facteurs qui déterminent le développement des sociétés humaines". François Goguel, "Réflexions d’un politiste sur le gaullisme", Espoir, no 31, juin 1980, p. 48. Cf. aussi : Mélanges en l’honneur de Charles Morazé, Toulouse, Privat, 1979.

40 De telles interprétation ne rendent pas compte de "l’épaisseur du phénomène". Cf. Jean Baudouin, loc. cit., p. 54.

41 Lucien Goldmann, op. cit., p. 17.

42 Cf. Patrick Guiol, "Par delà le descriptif : quelques réflexions pour une approche dialectique du gaullisme", Approches de la philosophie politique, op. cit., pp. 251-278.

43 Discours du 23 novembre 1945, DM, I, p. 653.

44 Discours radiodiffusé du 5 février 1945, DM, I p. 519.

45 Allocution prononcée lors de l’inauguration de la Foire internationale de Lille, le 23 avril 1966, DM, V, p. 30.

46 Allocution radiodiffusée et télévisée du 10 août 1967, DM, V, p. 202.

47 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, II, p. 352.

48 Conférence de presse du 28 octobre 1966, DM, V, p. 97.

49 Discours prononcé devant l’Assemblée consultative provisoire, le 18 mars 1944, DM, I, p. 389.

50 Discours du 14 décembre 1948, DM, II, p. 248. Ce thème se trouve explicitement exploité pour l’association du capital et du travail. De Gaulle exhorte la France à réussir cette entreprise : "Il s’agit aussi d’un exemple à donner à l’Occident". (Discours prononcé à la pelouse de Bagatelle, le 1er mai 1951, DM, p. 425)

51 DM, II, p. 246.

52 Discours prononcé au Vélodrome d’Hiver, le 11 février 1950, DM, II, p. 338.

53 "Car, sans nous dissimuler rien de ce que nous avons perdu, n’allons pas croire que notre peuple n’ait plus qu’une valeur accessoire. Si nous avons besoin de vivre, beaucoup d’autres ont besoin de nous. Pour la paix et pour le salut, il faut mettre la France debout !" Discours prononcé à la pelouse de Bagatelle, le 1er mai 1951, DM, II, p. 425. Ou, encore : "Cette entreprise, si on l’appelle "Gaullisme" depuis 1940, n’est que la forme contemporaine de l’élan de notre pays, une fois de plus ranimé, vers un degré de rayonnement, de puissance et d’influence répondant à sa vocation humaine au milieu de l’Humanité". (Conférence de presse du 9 septembre 1968, DM, V, p. 322)

54 DM, V, p. 322.

55 Discours prononcé à Paris, le 25 juin 1950, DM, II, p. 369.

56 Allocution prononcée devant les Comités professionnels du RPF, le 31 août 1948, Espoir, no 5, p. 26.

57 Discours prononcé à Bordeaux, le 25 septembre 1949, DM, II, p. 307.

58 Lettre du général de Gaulle à Marcel Loichot, le 11 avril 1966, loc. cit.

59 Conférence de presse du 27 novembre 1967, DM, V, p. 228.

60 Allocution prononcée à Neuilly-sur-Seine, le 12 octobre 1952, DM, II, p. 544.

61 Mémoires d’Espoir, I, p. 144.

62 Entretien radiodiffusé et télévisé avec Michel Droit, le 7 juin 1968, DM, V, pp. 302-303.

63 J. O. Ibrachev, "La doctrine sociale du gaullisme", Les Questions d’Histoire, Université d’Etat du Kazakhstan, Alma Ata, 1975. (Traduction de P. Guiol, Espoir, no 49)

64 R. Capitant, La Lettre de la Nation, 16 février 1968.

65 Elles l’ont, au contraire, conduit à estimer qu’un Etat moderne ne saurait se satisfaire du seul progrès technologique ; qu’il se doit de "cultiver aussi les sciences humaines, essentielles dans notre société de plus en plus complexe, planifiée et agglomérée". (Allocution prononcée à Academgorod, le 24 juin 1966, DM, V, p. 48)

66 Discours prononcé à Lille, le 11 décembre 1950, DM, II, p. 394.

67 "Tout nous porte à ériger la coopération en principe fondamental de notre activité économique et sociale". DM, IV, p. 116.

68 Charles de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, juin 1940-juillet 1941, p. 206.

69 Rapport général au Congrès CFTC de 1959, cité par E. Descamps, "La CFTC-CFDT et la politique sociale du général de Gaulle et de ses gouvernements 1958-1969", Approches de la philosophie politique, op. cit., p. 167.

70 Discours prononcé à Lille, le 29 juin 1947, DM, II, p. 85.

71 "Un régime économique et social tel qu’aucun monopole et aucune coalition ne puisse peser sur l’Etat, ni régir le sort des individus, où, par conséquent, les principales sources de la richesse commune soient ou bien administrées ou, tout au moins contrôlées par la nation, où chaque Français ait, à tout moment, la possibilité de travailler suivant ses aptitudes, dans une condition susceptible d’assurer une existence digne à lui-même et à sa famille, où les libres groupements de travailleurs et de techniciens soient associés organiquement à la marche des l’entreprises." (Discours prononcé à la Radio de Londres, le 20 avril 1943, DM, I, p. 280) Thème repris à maintes reprises : les 11 novembre 1942, 20 avril, 14 juillet, et 3 novembre 1943, 18 mars, 25 juillet et 12 septembre 1944, 2 mars 1945. Il en résulta la décision du gouvernement provisoire de nationaliser, à la Libération, les grands secteurs de l’économie : énergie, transports ferrés, maritimes et aériens, transmissions, métallurgie, charbonnages et crédit, afin que dans cette période de démarrage les réformes de structure économiques et sociales souhaitées ne soient pas compromises par avance.

72 Conférence de presse du 16 mars 1950, DM, p. 351.

73 Allocution radiodiffusée et télévisée du 24 mai 1968, DM, p. 289.

74 La souplesse de Georges Pompidou, sa pondération et son génie tactique, répondirent mieux à la nature des événements, non pas à leur signification profonde.

75 Entretien radiodiffusé et télévisé avec Michel Droit, le 10 avril 1969, DM, p. 390.

76 Discours prononcé au Vélodrome d’Hiver, le 11 février 1950, DM, II, pp. 338-339.

77 Entretien radiodiffusé et télévisé du 7 juin 1968, DM, V, p. 306.

78 Confirmation en sera d’ailleurs donnée par la loi d’orientation Edgar Faure.

79 Entretien radiodiffusé et télévisé du 7 juin 1968, (DM, V, p. 304) au cours duquel il brosse un tableau de la société moderne qui renoue avec les termes de son discours d’Oxford de 1941.

80 Rappelant tout le trajet effectué dans cette voie depuis la Libération, insistant bien sur la cohérence d’un projet et sur les étapes qu’il reste à accomplir, Charles de Gaulle émet quelques allusions qui stigmatisent le conservatisme de son entourage, les réticences des membres de la commission Mathey et le peu d’enthousiasme de son Premier ministre : "Voilà ce qui est fait. Voilà ce qui doit l’être. Pour bien voir et traiter ce vaste ensemble, il ne faut pas que les arbres nous cachent la forêt. Il ne faut pas que les partis-pris obscurcissent l’intérêt général". (DM, V, p. 165).

81 René Capitant, "Gaullisme et capitalisme", Ecrits politiques, Paris, Flammarion, 1971, pp. 379-381.

82 Jean Lacouture, De Gaulle, III, Paris, Seuil, 1986.

83 Après les célèbres "petites phrases" de Rome et de Genève par lesquelles Georges Pompidou signifia possible et ouverte la succession, Valéry Giscard d’Estaing porta l’estocade finale en passant du "oui mais" au non.

84 Edgar Faure, "Gaullisme", Encyclopedia universalis, VII, p. 502.

85 Ce processus a des racines anciennes que l’on peut détecter dès la constitution du gaullisme en formation politique autonome, à l’époque du RPF. Cf. Patrick Guiol, L’impasse sociale du gaullisme, Presses de la FNSP, 1985.

Auteur

Chargé de recherches au CNRS,
Directeur du Centre de Recherches administratives et politiques, CNRS URA 984, Université de Rennes I

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540