Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Introduction

René Rémond

Texte intégral

1Avant l’ouverture du colloque on pouvait légitimement s’interroger sur la pertinence du sujet ; je me suis moi-même posé la question. Cela avait-il un sens de faire de la pensée de Charles de Gaulle sur la société et son organisation l’objet d’une analyse distincte des autres aspects de sa réflexion ? Trouverait-on seulement dans ses écrits assez de textes pour nourrir une étude, dans son œuvre assez d’initiatives pour justifier un colloque qui leur soit entièrement dédié ? La réponse apparaît, au terme de la rencontre et en conclusion de tous les rapports et des interventions, à la fois positive et nuancée : elle se module selon les questions subsidiaires entre lesquelles se décompose l’interrogation majeure.

2Première de ces questions : y a-t-il bien une pensée sociale du général de Gaulle ? Pour l’énoncer de façon plus concrète, quelle place a tenu dans ses préoccupations et sa réflexion ce qu’on appelait encore au temps de son adolescence la question sociale ? S’est-il à son propos composé un corps de doctrine et sous quelles influences ? A quel système a-t-il emprunté soit des principes d’analyse, soit des éléments de solution et d’organisation ? C’est à ce faisceau de questions que le colloque a consacré la meilleure part de ses travaux : c’est à les élucider qu’il a contribué le plus substantiellement. Résumons-en brièvement les apports principaux.

3Le général de Gaulle n’est manifestement pas et n’a pas cherché à être un penseur social : il n’a eu aucune prétention en ce domaine. Aussi serait-il absurde d’en faire un réformateur de la société ou d’exiger de sa pensée qu’elle présente la cohérence et l’originalité d’un fondateur d’école ou de système. De Gaulle ne s’est, sauf exception, pas intéressé à la question sociale pour elle-même : s’il est conduit à y prêter attention, c’est par rapport à d’autres fins, proprement politiques, continuité et autorité de l’Etat, cohésion de la communauté nationale et son unité, ou encore rang de la France et place dans la compétition internationale. La paix sociale peut être la condition d’une action efficace pour une grande politique. La politique sociale est donc de l’ordre des moyens ordonnés à des fins d’un autre ordre. Charles de Gaulle ne s’y intéresse, en conséquence, que de façon relative, à la différence des réformateurs sociaux dont la pensée tend toute à corriger les malfaçons ou les désordres et à instaurer un ordre plus juste ou plus harmonieux. De là que le chef de la France libre ne se soit longtemps pas exprimé sur le sujet : il rompt le silence pour la première fois dans le discours qu’il prononce à Oxford en novembre 1941 ; près d’un an et demi après le début de l’aventure de la France libre. Le colloque me semble avoir mis le doigt sur les motifs qui l’ont alors conduit à prendre position à ce moment précis de l’histoire de la guerre. Question de chronologie : c’est la riposte à la promulgation de la Charte du travail par le gouvernement de Vichy au début d’octobre 1941, la parade à une action qui cherchait l’adhésion des organisations ouvrières et la reconnaissance des travailleurs. En la circonstance comme en d’autres, la politique sociale n’est qu’un moyen entre autres, un instrument au service d’une politique nationale.

4Cette relativisation de la question sociale n’exclut pas que de Gaulle ait pu porter un intérêt sincère à la question sociale ni avoir sur elle des convictions fortes : l’horreur de l’injustice, le dédain de l’argent devaient lui inspirer un souci véritable de remédier aux malfaçons de l’ordre social. A cet égard la continuité qui s’affirme dans sa pensée, du discours d’Oxford en 1941 à ses déclarations de 1968, porte témoignage de la constance de ses préoccupations, comme de ses conceptions.

5A quelles sources Charles de Gaulle a-t-il puisé l’inspiration de sa pensée sociale ? Les débats du colloque ont montré son éclectisme : il ne se laisse pas enfermer dans une école et ce serait une erreur que de réduire ses idées à une source unique. Aussi marquerai-je quelque scepticisme à l’égard des tentatives pour l’expliquer par la référence exclusive au catholicisme social. Il a baigné certes, comme l’a justement souligné Philippe Levillain, dans une culture dont le catholicisme était la dominante et le principe organisateur, mais il n’adhérait pas pour autant au catéchisme catholique social. S’il en est proche sur certains points, s’il lui emprunte même quelques orientations, il s’en écarte aussi sur d’autres dont l’importance n’est pas mineure. Ainsi du principe de subsidiarité dont on sait quelle place il occupe au centre de la doctrine sociale de l’Eglise, qui est tout à fait étranger à sa pensée dont le rôle de l’Etat est la clé de voûte. De même sa défiance des corps intermédiaires qu’il taxe d’égoïsme est un élément de son désaccord récurrent avec le MRP dont la philosophie sociale fait au contraire la part belle à toutes les réalités qui s’interposent entre les individus et l’Etat. Il est vrai que le mot organique revient de temps à autre sous sa plume : ces occurrences ne me semblent pas suffisantes pour faire de lui un disciple de l’organicisme. J’y vois plutôt une rémanence de l’influence bergsonienne et de l’opposition du vivant au mécanique : on est plus près du philosophe de l’Evolution créatrice que des théoriciens de la Contre-Révolution ou du catholicisme social.

6Les expériences ont sans doute eu autant de part à la formation de la pensée sociale de Charles de Gaulle que les lectures. En premier lieu le métier d’officier et l’appartenance à la société militaire : l’armée est avec l’école un des lieux où se coudoient toutes les classes, où s’opère le brassage de toutes les conditions. L'officier de troupe a la conviction de connaître la nation, le sentiment, qui n’est pas injustifié, d’être plus en contact avec le peuple de France que la plupart des autres corps. A plus forte raison en temps de guerre où l’officier subalterne, surtout dans l’infanterie, partage la vie du soldat ; ce qui était le cas précisément du lieutenant de Gaulle dans la tranchée. L’officier a assez naturellement la conviction que les divisions sociales sont peu de chose en présence du danger commun et ne tiennent guère devant la défense de la patrie. Il peut aussi être tenté de transposer son expérience du commandement à l’exercice du pouvoir politique. Le célèbre article d’Hubert Lyautey sur le rôle social de l’officier paru dans la Revue des Deux Mondes en 1891, c’est-à-dire quelques mois après la naissance du futur auteur du Fil de l’épée, fondait une certaine tradition sociale. Le parallèle serait suggestif entre ces deux personnalités hors du commun, pareillement attachées à 1’institution militaire, mais également non conformistes et animées de préoccupations qui débordaient infiniment le cadre du métier militaire.

7Ce qu’il a connu des expériences étrangères a-t-il eu quelque influence sur la pensée sociale du général de Gaulle ? Au colloque a été évoquée sa connaissance de l’Allemagne bismarckienne et wilhelmienne : a-t-il médité sur une législation sociale plus avancée que celle de la France et a-t-il pensé qu’elle pouvait être pour quelque chose dans le patriotisme d’outre-Rhin, qu’il a pu observer dans sa captivité ? A Londres, entre 1940 et 1944, il a été aussi le témoin de la vie politique britannique : comment n’aurait-il pas relevé que le gouvernement d’Union nationale qui associait conservateurs et travaillistes avait confié à Beveridge la mission, en pleine guerre, de préparer un plan complet de protection sociale qui ne sera pas sans influence sur la Sécurité sociale dont la France se dotera en 1946 à l’initiative du Gouvernement provisoire ?

8On peut aussi supposer, sans grand risque de se tromper, qu’il a retenu la leçon des événements de 1940 : le spectacle de la démission des élites, dont bien peu de membres se retrouveront auprès de lui, la comparaison avec le patriotisme des forces populaires l’ont confirmé dans sa défiance à l’égard de ceux dont l’argent est la raison d’être. Charles de Gaulle ne s’est jamais senti solidaire d’une classe sociale. Il n’a pas de motif d’écarter la perspective d’un changement profond des structures. A la séance du Palais de Chaillot au début de septembre 1944, qui est la première rencontre officielle entre la France libre et la Résistance intérieure, le président du Conseil national de la Résistance, nouveau ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault, appelle de ses voeux une « révolution par la loi ». A ce souhait de Gaulle n’a pas de raison de s’opposer. Il faut rappeler enfin le poids considérable alors du parti communiste qui est associé au gouvernement et représente partiellement les aspirations de la classe ouvrière. De ces revendications de Gaulle estime qu’une partie est justifiée. S’il s’opposera un peu plus tard, en 1947, avec la détermination que l’on sait, aux « séparatistes », ce n’est pas sur leur programme de réformes : c’est parce qu’ils sont inféodés à une puissance étrangère ; raison de plus de soustraire à leur emprise les travailleurs en faisant droit à ce qu’il y a de légitime dans leurs revendications. Le général de Gaulle a par-dessus tout le souci de transcender les divisions et de rassembler les Français : à ses yeux, chacune des familles de pensée qui se disputent l’adhésion des Français a quelque chose en propre dont la nation s’enrichit : pour la droite c’est l’amour de la patrie et la passion de sa grandeur, pour la gauche la justice sociale. Un Etat digne de ce nom doit satisfaire ces requêtes.

9Deuxième des questions qui font la monnaie de l’interrogation majeure : celle qui concerne son action politique. Le général de Gaulle a-t-il eu en tête un programme et a-t-il fait, quand il en eut le pouvoir, une politique sociale ?

10Toute sa vie il a cherché une hypothétique troisième voie, à égale distance d’un libéralisme sans frein et sans contrôle qui exaspérerait les divisions sociales et livrerait l’Etat aux féodalités financières et un collectivisme négateur de l’initiative et menaçant pour les libertés individuelles : il a pensé la trouver dans la voie de l’association capital-travail, de la participation, de l’intéressement à l’entreprise. Les termes sont-ils interchangeables ? A ce stade, au moment de passer de l’idée à l’exécution, la pensée du général a souffert d’une certaine imprécision.

11Il semble cependant que sa vision se soit progressivement élargie et qu’il ait donné au thème de la participation un contenu de plus en plus étendu : de celle des salariés à la vie de l’entreprise à la participation à tous les aspects de la vie en société. La participation s’applique à l’Université et inspire la loi d’orientation de l’enseignement supérieur. Elle préside au projet de référendum de 1969. Elle conduit le président de la Ve République à modifier jusqu’à la renverser sa position traditionnelle sur le rôle de l’Etat : n’annonce-t-il pas, en inaugurant la Foire de Lyon quelques semaines avant que se lève la tempête de mai 68, à un moment où personne n’en discernait encore les signes avant-coureurs, que le temps est venu de transférer une part des attributions que l’Etat a exercées depuis des siècles aux collectivités territoriales pour permettre une participation plus active des citoyens aux affaires locales ? Ce thème de la participation était du reste dans l’air : depuis le début des années 60, en partie par réaction contre ce que la gauche croit être une dépolitisation, la préoccupation de restituer au citoyen une part plus importante dans la vie politique a inspiré quantité de travaux et de réflexions de la part des clubs : on cherche les moyens d’associer au débat politique ce qu’on appelle les forces vives. Le projet de refonte du Sénat rejoint ce type de préoccupations.

12Le bilan dressé au cours du colloque des initiatives prises dans le domaine social sous l’autorité du général de Gaulle par des ministres du Travail qui ont été des réformateurs, et dont il est permis de penser qu’ils ont été choisis pour cette caractéristique, n’est pas négligeable, depuis les réformes de la Libération, avec l’institution des comités d’entreprise, jusqu’aux Ordonnances de 1959 et 1961 sur l’intéressement, avec les dispositions pour instaurer et étendre l’actionnariat dont le nombre des bénéficiaires est passé entre 1959 et 1972 de quelque 200 000 à deux millions et demi, sans oublier l’amendement Vallon, ni l’institution d’un régime juridique original, ni la politique des revenus.

13Pourquoi l’ensemble de ces initiatives qui mériterait de figurer en bonne place dans la série des grandes réformes qui ont modifié le sort des salariés, n’a-t-il pas laissé un souvenir plus profond ? La mémoire collective ne retient le souvenir que des réformes arrachées par la lutte et la revendication et oublie celles qui ont été accordées sans conflit ni affrontement. Sans doute aussi la politique sociale a-t-elle souffert d’une certaine discontinuité. Elle a connu des revers. Ses effets positifs ont été parfois annulés par des décisions malencontreuses : la grève des mineurs en mars 1963 a sûrement fait grand tort à la réputation sociale du gouvernement et porté un coup à la popularité personnelle du général de Gaulle : non seulement les mineurs n’ont pas obtempéré à la sommation du gouvernement, mais l’opinion a basculé de leur côté. C’est le moment où la courbe de prestige du général a subi la baisse la plus brutale. Quand l’UNR-UDT décide de faire de l’année 1963 une année sociale, elle trahit une certaine mauvaise conscience : elle avoue indirectement que la politique sociale a été jusque-là sacrifiée à de plus puissants impératifs, équilibre budgétaire, entrée dans le Marché commun, compétitivité de notre industrie.

14Il y a enfin — ce fut le troisième volet de l’étude – celui qui concerne non plus la pensée et les initiatives personnelles du général de Gaulle, mais le gaullisme et ceux qui se réclament de lui. De Gaulle n’a pas toujours trouvé auprès de lui le concours d’hommes partageant ses vues et disposés à seconder son action. Il a souvent rencontré résistances ou scepticisme. Loin d’être un des chapitres faisant l’unanimité parmi les gaullistes, la politique sociale a été entre eux un sujet de discorde, un facteur de clivage. Ceux qui faisaient leur son idée de la participation n’étaient qu’une minorité et leurs compagnons les tenaient pour des utopistes, chimériques, quand ils ne les jugeaient pas dangereux, tels un Louis Vallon ou un René Capitant. Dans le couple UNR-UDT, qui se forme au lendemain des élections de novembre 1962, les gaullistes de gauche ne pèsent pas lourd en face de leurs partenaires majoritaires. Georges Pompidou est réservé à l’égard de toute réforme qui remet en cause les habitudes et les institutions. Son premier mouvement est de différer l’étude des réformes ou d’en édulcorer le contenu. Sans tomber dans le travers de reconstituer le passé à la lumière des événements postérieurs, ni céder à la tentation de grossir prématurément des divergences qui ne sont encore que des différences minimes, la politique sociale n’en est pas moins un des terrains où se dessine un décalage entre le penchant réformateur de Charles de Gaulle et la pente conservatrice du gros de ses troupes et de ses électeurs. Elle laisse prévoir la dérive ultérieure du gaullisme quand son inspirateur ne sera plus là pour enrayer le glissement vers la droite. C’est dire que ce thème, à propos duquel on pouvait se demander s’il justifiait la tenue d’un colloque, apporte une contribution qui n’est pas mince à la connaissance du gaullisme et à l’intelligence des relations entre la pensée du général et la famille politique qui procède de lui.

Auteur

Président de la Fondation nationale des sciences politiques

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540