Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

Le vandalisme révolutionnaire dans les départements septentrionaux

Louis Trenard

Texte intégral

  • 1 James Guillaume, « Grégoire et le vandalisme », La Révolution française, t. 41, 1901, pp. 155-180, (...)

1L’expression vandalisme révolutionnaire, rappelant les méfaits des Vandales, destructeurs de la civilisation romaine, suscite les recherches de James Guillaume lorsqu’en 1904, il publie les Procès-Verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale1. C’est dans le rapport du 21 nivôse an II (10 janvier 1794) que Grégoire recourt à ce néologisme qui devait faire fortune : « Quant aux monuments actuels, la Convention nationale a sagement ordonné la destruction de tout ce qui portait l’empreinte du royalisme et de la féodalité... A ces mesures de sagesse, la Convention nationale doit en joindre d’autres, pour assurer la conservation des inscriptions antiques. L’on ne peut inspirer aux citoyens trop d’horreur pour ce vandalisme qui ne connaît que la destruction... » Dans ses Mémoires, l’évêque de Blois se glorifie d’être l’inventeur de ce substantif. Si l’on consulte l’Exposé sommaire des travaux de Lakanal, publié par le conventionnel lui-même en 1838, on constate qu’il insère, dans le rapport qu’il a présenté à la Convention le 6 juin 1793, cette mise en garde : « Les monuments des beaux-arts qui embellissent un grand nombre de bâtiments nationaux reçoivent tous les jours les outrages du vandalisme ». Dans le Moniteur du 7 juin, on découvre la version : « les outrages de l’aristocratie » ; ainsi, sous la Monarchie de Juillet, Lakanal cherche à s’attribuer la paternité du terme1.

2Ce qui est significatif, c’est l’indignation que suscite parmi les conventionnels, dès l’été 1793, les funestes excès qui provoquent, en 1794, les trois rapports de Grégoire, notamment le plus important, celui du 4 fructidor an II (31 août 1794).

  • 2 Henri Grégoire, Mémoires, Paris, 1837, t. I, p. 346.
  • 3 Arch. Parlementaires, t. 47, p. 109.

3L’abbé Grégoire revendique le néologisme vandalisme et se justifie ainsi : « Je créai le mot pour tuer la chose »2. A vrai dire, l’opposition entre les nations éclairées et les Vandales a déjà été exprimée par Barère de Vieuzac dans un discours, le 26 mai 1791 : « Les révolutions des peuples barbares détruisent tous les monuments et la trace des arts semble effacée. Les révolutions des peuples éclairés les conservent, les embellissent et les regards féconds du législateur font renaître les arts qui deviennent l’ornement de l’empire dont les bonnes lois font la véritable gloire »3.

  • 4 Ibidem, t. 26, p. 470.

4La destruction des œuvres d’art a été stigmatisée, lors d’un débat à l’Assemblée législative, par Reboul, député de l’Hérault, membre de la Commission chargée d’inventorier le mobilier de la couronne : il proteste contre la fonte des statues royales et réplique à ceux qui veulent en faire des canons : d’abord l’opération ne paraît pas rentable ; ensuite, « détruire les statues, ce n’est pas, comme on vous l’a dit, détruire le despotisme, c’est détruire des monuments élevés par les arts et qui font honneur aux arts. Les artistes de toutes les nations vont étudier leur art devant les statues des Néron et des Caligula, qui ont été arrachées aux mains des Goths et des Vandales. Je vous demande si un peuple qui a l’amour de la liberté peut vouloir imiter la conduite des Goths et des Vandales »4.

5La phrase du conventionnel Grégoire prononcée le 11 janvier 1794 dénonçant le « vandalisme qui ne connaît que la destruction » suscite de vives polémiques. En 1868, Eugène Despois reprend l’expression dans son ouvrage : Le Vandalisme révolutionnaire.

  • 5 Gustave Gautherot, Le vandalisme jacobin, Paris, Beauchesne, 1914 XV-368 p.

6Négligeant les réalisations du Directoire, il cherche à accabler la Monarchie restaurée qui n’a pas protégé le patrimoine culturel et architectural. Le premier centenaire de la Révolution française relance le débat : Fernand Benoît explique, en 1897, par l’ignorance, le déchaînement de la fureur populaire contre les signes matériels de la royauté ; le docteur Robinet met en valeur les décrets de la Convention qui ont sauvé les richesses artistiques du passé ; Alphonse Aulard justifie les actes de brutalité contre les monuments « par la trahison des émigrés et des prêtres »... En 1914, Gustave Gautherot riposte, dans son livre Le Vandalisme jacobin, par un inventaire des destructions administratives d’archives, d’objets d’art, de monuments religieux à l’époque révolutionnaire5.

  • 6 Jules Houdoy, Histoire artistique de la cathédrale de Cambrai, Paris 1880, pp. 146-150.

7L’expression vandalisme révolutionnaire évoque les foules se ruant à la destruction des abbayes, des églises, des châteaux. Elle occulte les méfaits du temps et les conditions naturelles : l’établissement défectueux des fondations dans un sol souvent marécageux, la mauvaise qualité des matériaux, le climat et l’humidité qui attaquent la pierre... Elle conduit à déplorer les mutilations des sculptures aux portails des chapelles, le pillage des trésors, le saccage du mobilier... Sur ce point, la Révolution est continuité plus que changement : les chanoines, les moines, sous prétexte d’embellissement ou de commodité, n’hésitaient pas, au XVIIIe siècle, à se débarrasser de jubés, de clôture de chœur, d’orfèvrerie... Des sociétés d’entrepreneurs se créent pour remettre à neuf des églises que l’on juge démodées ; des badigeonneurs vantent leurs talents pour rénover les nefs et les chapelles. A Cambrai, de nombreux tombeaux sont brisés ou vendus : ceux des évêques Pierre d’Ailly, de Jehan de Lens, de Jehan de Bourgogne... Pour payer un nouvel autel, on vend les bronzes, on jette l’argenterie au creuset ; disparaissent alors, la Fierte des Apôtres, la devanture de l’autel, le tabernacle de la chapelle de la Vierge, ciselé d’après les dessins de Bellegambe ; le chapitre autorise la vente des ornements liturgiques, des statues, des tableaux6.

  • 7 Gabriel Sprigath, « Sur le vandalisme révolutionnaire », Annales Hist. Révol. Franç., no 242, oct. (...)

8Des considérations esthétiques interviennent ainsi dans cet iconoclasme. Faut-il rappeler la connotation péjorative du mot gothique ? Il est défini ainsi dans l’Encyclopédie par le chevalier de Jaucourt : « C’est, comme on le dit dans le Dictionnaire des Beaux-arts, une manière qui ne reconnaît aucune règle, qui n’est dirigée par aucune étude de l’antique et dans laquelle on n’aperçoit qu’un caprice qui n’a rien de noble ; cette manière barbare a infecté les beaux-arts depuis 611 jusqu’à 1550, temps à jamais mémorable où on commença à rechercher le beau dans la nature et dans les ouvrages des anciens »7.

9Il n’est pas question, en une communication, de dresser un inventaire des destructions ni de les cartographier, mais essayons de dresser une chronologie de ce vandalisme et d’en analyser les motivations.

LA GRANDE PEUR ET L’ANARCHIE SPONTANÉE

  • 8 Léon-Noël Berthe, Dubois de Fosseux, Arras, 1969, pp. 324-379.

10La première vague est constituée par les violences commises lors de la Grande Peur. Progressant du Sud au Nord, la Grande Peur sillonne l’Artois tout entier : il n’y a guère de « pays », si petit soit-il, qui ne se soit ressenti de la commotion. L’alarme chemine, atteignant Arras, Béthune, Aire-sur-la-Lys, Calais ; elle franchit la Lys et gagne Frelinghien et même la région lilloise. Mais la Grande Peur ne revêt pas, en Artois, le caractère de violence qu’elle a eu dans d’autres provinces. Les Artésiens parlent d’alarme ou d’alerte, ils n’emploient pas le mot panique. Il n’y eut ni châteaux brûlés, ni abbayes dévastées. Le 27 juillet 1789, les paysans picards frappent à la porte de l’abbaye d’Arrouaise pour demander du blé qui manque sur le marché de Péronne. Labbé distribue du grain par petites portions ; il est payé comptant à un prix raisonnable. La populace met à contribution quelques communautés mais aucune des grandes abbayes d’Artois : Saint-Vaast d’Arras, Saint-Bertin de Saint-Omer, Mont Saint-Eloi... n’est inquiétée. Les religieuses d’Annay-sous-Lens auraient été molestées : l’abbaye est, depuis douze ans, en procès avec la communauté villageoise ! Les biens de l’abbaye seront saccagés en 1792 seulement. Même Oisy-le-Verger, qui a été pillée au début de mai 1789, n’a pas connu d’incursions de brigands alors que, dans le Cambrésis tout proche et le Hainaut, Anchin, Maroilles, Vicoigne, Liessies ont souffert en cet été8.

11En Avesnois, il faut protéger militairement les récoltes contre les affamés en mai 1789. Le subdélégué Pillot craint des troubles en juillet : « Tout le monde veut être maître, le peuple a arboré la cocarde de la liberté, vous sentez à merveille que j’ai dû me conformer à la loi générale ». Le bruit se répand, dans les villages, que l’Assemblée a aboli les dîmes et redevances seigneuriales. La nouvelle de la prise de la Bastille déclenche un vertige de représailles. Un peu partout, dans le Douaisis, le Valenciennois, le Cambrésis, les abbayes ont maille à partir avec les paysans en juillet 1789.Ceux-ci réclament la disparition des dîmes, mettent à sac l’abbaye de Maroilles et le couvent des dames de Prémy mais ne s’en prennent pas aux bâtiments. Les villageois de Taisnières et de Marbaix, rassemblés au son du tocsin, assouvissent ainsi une vieille rancune contre les moines qu’ils n’avaient pas réussi à faire condamner par les tribunaux au cours de procès anciens.

  • 9 Joseph Peter et Dom Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution, t. 1 (...)

12L’abbaye de Liessies subit plusieurs assauts : le 27 juillet, les paysans et paysannes de Dompierre s’y rendent en troupe pour y reprendre la châsse de saint Etton, enlevée par les religieux en 1556, et qu’ils revendiquent depuis deux siècles. Chemin faisant, ils rencontrent un conseiller du bailliage qui les dissuade de tenter cette opération. Le 29, cinq cents villageois avec leur mayeur entrent dans l’abbaye et menacent l’abbé de lui couper la tête s’il ne renonce pas à ses dîmes. Les émeutiers reviennent triomphalement avec les reliques9. Est-ce une croisade ou une procession ?

LA VENTE DES BIENS DE L’ÉGLISE

  • 10 J. Peter et Ch. Poulet, op. cit., 1930, I, pp. 100-102.

13La mise à la disposition de la nation des biens ecclésiastiques, décidée le 2 novembre 1789, presque sans opposition, constitue la deuxième étape dans cette mutilation du patrimoine. L’Assemblée nationale engage la privatisation de ces propriétés qui appartenaient à la collectivité. Sans même attendre l’inventaire et les adjudications, les paysans se jettent sur les biens ecclésiastiques et plusieurs municipalités du district d’Avesnes se plaignent des dégâts causés aux forêts : ils abattent les arbres puis se jettent sur les édifices conventuels pour en arracher tout ce qui peut leur servir. Malgré la garde, ils enlèvent dans les abbayes de Liessies, de Maroilles, d’Haumont, les cuivres, les meubles, les cheminées10. Ces pillages sont vraisemblablement l’œuvre de pauvres et de cupides.

  • 11 Arch. Parlementaires, t. 19, p. 588.

14Ce « vandalisme écologique » dans les forêts, ce chapardage dégénèrent en rage destructrice aveugle. Le discours de Talleyrand à l’Assemblée constituante, le 13 octobre 1790, révèle l’existence d’iconoclastes dès cette date : « il lui est revenu de divers endroits que des monuments précieux avaient été pillés ou indignement dégradés » ; il proclame qu’il faut conserver ces monuments car la culture est une condition du progrès social : « Les chefs-d’œuvre des arts sont de grands moyens d’instruction dont le talent enrichit sans cesse les générations suivantes. C’est la liberté qui les fait éclore, c’est donc sous son règne qu’ils doivent être religieusement conservés »11.

15Il s’agit de lutter contre la cupidité, la négligence, l’ignorance pour sauvegarder ce que nous appelons le patrimoine culturel. Voté ce même jour (13 octobre 1790), un arrêt charge les directoires de département et les directoires de district de veiller à la conservation des monuments, des églises et des maisons devenus biens nationaux se trouvant sur leur territoire. Peu préparés à cette tâche, les administrateurs préfèrent privatiser ces richesses collectives. Dans ces lieux sanctifiés, les nouveaux propriétaires logent bientôt leurs bestiaux ou leur fourrage, ou ils démolissent les bâtiments pour en utiliser les matériaux. Le sort de ces monuments varie selon les lieux et les acquéreurs.

16Prudemment, les municipalités se réservent des locaux pour installer leurs administrations dont le personnel s’accroît rapidement. En mai 1790, la municipalité de Lille obtient pour dix-huit millions de biens, afin de garantir ses assignats, le droit d’aliéner tous les couvents, la Collégiale et leurs dépendances, les anciens cimetières désaffectés depuis la création d’un cimetière extra-muros, à l’Est. Ils sont vendus au plus offrant. Ce sont des bourgeois aisés qui, seuls ou en groupe, peuvent les acquérir. En septembre 1792, Lewille achète, en association avec Corner, le couvent des Augustins, acquiert avec d’autres Lillois, la collégiale et les maisons canoniales : Delebecque, le cloître ; Fleury, le couvent des Brigittines ; Pawillez-Barrois, le couvent des Carmélites ; Meurisse celui des Célestines ; Duhem, celui des Pauvres Claires ; Rohart, les Dominicains ; Pottier, le Collège des Hibernois... Beaucoup de ces édifices sont démolis.

  • 12 Louis Trenard et coll., Histoire de Lille, t. 3. L’ère des révolutions, Toulouse, Privat, 1989.

17Le plus ancien sanctuaire de la région lilloise, la petite église gothique d’Esquermes qui contient la statue du XVIIe siècle en chêne du Japon, Notre-Dame de Réconciliation, fut vendu comme bien national, en 1793, à un paroissien Jean-Louis-Baudoin Bigo. L’église Saint-Etienne flambe en 1792, incendiée par les boulets autrichiens ou par un geste maladroit. Saint-Maurice se transforme en Temple de la déesse Raison. Les autres sanctuaires servent de magasin à fourrage. La Collégiale abrite un troupeau de moutons, pendant le siège, pour les protéger des bombardements, avant d’être livrée aux démolisseurs ; en 1802, le clos Saint-Pierre, c’est-à-dire le noyau primitif de la ville, est devenu un terrain vague bossué de débris. La tour Saint-Pierre est conservée pour assurer le guet et le tocsin. C’est de là qu’Abraham Chappe, frère de l’inventeur, directeur de la ligne télégraphique Paris-Lille, transmet, en 1794, à la Convention, la nouvelle de la reprise du Quesnoy sur les Autrichiens. Dans l’ensemble, les opérations consécutives à la vente des biens nationaux constituent pour Lille une perte irréparable12.

18Le district d’Avesnes décide, le 21 février 1791, de garder Liessies pour loger les religieux car l’abbaye est propre à la solitude, de vendre Maroilles et Haumont ; tenant à des rivières navigables et à de grandes routes, ces locaux pourront servir à des manufactures et à des établissements publics. Les couvents d’Avesnes et de Maubeuge seraient « précieux et très nécessaires aux deux villes pour y former des ateliers de charité et y établir des manufactures » ; d’ailleurs, les moines ne veulent pas s’établir dans des maisons de réunion, mais les paysans de Maroilles réclament le maintien des bénédictins ; le 6 janvier 1791, le district fait appel aux troupes pour dissiper le rassemblement ; cependant, ces mêmes paysans refusent de payer leur dîme. Il en est de même à Liessies (octobre-novembre 1790). A cette date, le brigandage augmente, on pille le bois sans mesure et on continue dans l’hiver 1791. Les couvents abandonnés sont pillés, les militaires ne parviennent pas à contenir l’avidité des paysans qui enlèvent le cuivre, le plomb, les tuyaux, les portes, les fenêtres, les cheminées, les meubles, jusqu’au pavement... Le 2 août 1791, les gardes nationaux d’Avesnes surprennent deux hommes qui dévastent l’abbaye de Liessies. D’autres dégradent l’abbaye de Maroilles.

  • 13 Jean Chocqueel, Une ville flamande sous la Terreur, Les suspects de Bergues, Lille, 1950, pp. 141- (...)

19L’abbaye de Bergues Saint-Winoc connaît une autre forme de vandalisme : elle possède une bibliothèque contenant soixante mille volumes et une galerie de tableaux dont s’ornent l’église et le quartier abbatial, trois cent quarante-sept toiles dont quelques-unes signées des plus grands maîtres. Le 2 novembre, tout ce qui appartient à l’abbaye est déclaré propriété de la nation : orfèvrerie et mobilier d’église sont dispersés ; de la bibliothèque, il ne reste que quatre mille volumes ; les psautiers de parchemin sont réquisitionnés pour en faire des gargousses d’artillerie ; les tableaux, rassemblés dans une salle de l’ancien collège des jésuites, sont répartis au gré des appétits entre la préfecture du Nord, les musées de Dunkerque et de Bergues, les églises de Wormhoudt et de Dunkerque. Les stalles du chœur, le maître-autel, les autels latéraux, les boiseries du pourtour sont vendus à la criée en janvier 1792. L’autel de Saint-Benoît et les stalles du chœur se trouvent actuellement dans l’église de Quaedypre, les orgues du chœur en l’église de Rexpoëdre. Les constructions du monastère sont mises en vente comme matériaux, sauf deux tours conservées pour servir d’amers à l’entrée du port de Dunkerque13.

20Le tableau des ventes révolutionnaires est le même à Hazebrouck : couvent des Augustins, couvent des Sœurs grises avec leurs tableaux, leur orfèvrerie, leur mobilier...

  • 14 Van Mackelberg, « L’orgue de l’abbaye d’Anchin et son transfert à Douai », Rev. du Nord, t. XVIII, (...)

21Le cas des orgues est particulier. Dès que les biens de l’abbaye d’Anchin sont mis en vente, les marguilliers de la paroisse Saint-Pierre de Douai les réclament ; de même, les administrateurs de la paroisse SaintGéry de Cambrai demandent d’acheter les orgues de l’abbaye de Vicoigne, tandis que le directoire départemental conseille à l’archevêque de Cambrai de prendre, pour sa cathédrale, les orgues de Saint-Amand. Le transfert est parfois une véritable aventure ; à Douai, le facteur n’a pas achevé son travail quand la Terreur sévit ; il a l’idée de républicaniser le décor : le roi David devient Apollon, sainte Cécile, la déesse de l’Egalité. L’orgue fut sauvé mais l’organier meurt sans avoir perçu son salaire14.

  • 15 Edmond Lecesne, Arras et la Révolution, t. I, 1882, réédition Le Portulan, pp. 161-167. H. Gruy, H (...)

22Les mêmes ventes entraînent les mêmes dilapidations dans le départe ment du Pas-de-Calais. Dans le chef-lieu, le 28 juin 1791, le clocher de l’église du Collège s’écroule. Cet accident provoque une véritable panique à Arras. Les mayeurs de la Confrérie des Ardents proposent eux-mêmes de démolir la chapelle de la Sainte Chandelle, placée au milieu du quartier le plus fréquenté de la ville ; elle se composait d’une partie ancienne, dite la Pyramide, datant de la période gothique et d’une construction du XVIIe siècle, dite la Rotonde. Ni les confrères ni les échevins ne cherchèrent à sauver la Rotonde qui était en parfait état. Les patriotes artésiens demandent à participer à la démolition mais, les bâtiments résistant plus qu’on ne l’imaginait, il fallut les attaquer à la base au moyen de pics. La destruction de ce lieu de culte ne revêt pas de nuance iconoclaste mais l’ardeur des démolisseurs préfigure les artisans de la déchristianisation systématique. Une gravure anonyme représente cette opération réalisée le 23 août 179115.

LES EXIGENCES DE LA GUERRE

23La guerre que l’Assemblée législative, presque unanime, déclare au roi de Bohême et de Hongrie, en avril 1792, est par elle-même source de destructions. Lille, Valenciennes, Cambrai, Dunkerque en souffrent particulièrement. Mais elle a aussi ses exigences matérielles qui provoquent des destructions d’œuvres d’art, même sans motivation idéologique à l’origine. Bientôt, la rage de détruire des symboles religieux s’ajoute au patriotisme exacerbé par les défaites et la hantise des contre-révolutionnaires.

  • 16 O. Bled, « Enlèvement de l’argenterie des églises et des chapelles du diocèse de Saint-Omer 1791-1 (...)

24Dès le 6 mars 1792, les autorités procèdent à l’enlèvement de l’orfèvrerie et de l’argenterie de l’église de Saint-Omer. Devant les protestations du curé constitutionnel, on renonce à emporter le buste de saint Bertin en argent, un goupillon, un reliquaire ; il proteste aussi contre la descente des cloches. D’autres réquisitions ont heu le 3 juin 1792, le 9 juillet, le 22 novembre, le 5 décembre. L’administrateur du district demande de retirer de l’inventaire les pièces d’orfèvrerie « qui présenteraient un travail digne d’être conservé, afin de servir d’exemple de perfectionnement aux artistes ». Néanmoins, on ne garde pas le retable de Saint-Bertin !16

  • 17 Jacqueline Legrand, « Les destructions des édifices religieux à Abbeville », Bull. Soc. Emulation (...)

25La loi du 12 avril 1972 décide la fonte des cloches en en tolérant une par paroisse. Ensuite, on réquisitionne les cordes pour la marine, le cuivre, le fer des croix pour en faire des piques. A Abbeville, l’église Saint-Georges possède une statue en argent de son saint patron ; un Anglais avait offert quarante mille livres de ce chef-d’œuvre d’orfèvrerie : il est fondu en 179317. Pour les cloches, les dégâts sont limités car les paysans tiennent à elles à la fois par symbole et par utilité.

  • 18 J. Peter et Ch. Poulet, Histoire religieuse, I, 1930, p. 329.

26Pour les statues, les vases sacrés, les croix..., les motifs idéologiques, la déchristianisation systématique redonnent vigueur en 1793, sous l’action des Hébertistes, à cette volonté de sauver la Patrie. A l’automne, dans l’église d’Avesnes, sont brisés, par un groupe furieux, les mausolées de marbre, vieux de plusieurs siècles, d’Olivier de Bretagne, de Jeanne de Lalaing, de Louise d’Albret... Les croix des cimetières sont abattues. Quelques semaines plus tard, l’église devient hôpital pour les blessés de Wattignies : on brûle statues, boiseries, balustrades pour leur chauffage.18 Les destructions sont motivées par les besoins de l’artillerie : les décrets des 12 et 19 juin 1792, à la veille de la proclamation de la Patrie en danger, du 17 juillet 1793 lors des soulèvements fédéralistes, de la chouannerie et de la guerre de Vendée, prévoient la réquisition des archives pour en faire des gargousses d’artillerie. Cette mesure entraîne des pertes irréparables dans le domaine intellectuel, inséparable d’ailleurs du spirituel.

  • 19 Arch. Dép. Pas-de-Calais, 2 L : Délibérations et arrêtés du Conseil d’administration du District, (...)

27Le district de Saint-Omer, le 11 ventôse an II (11 mars 1794), charge les citoyens Boubers et Stipalier, bibliothécaires, « hommes instruits dans la typographie et dans les sciences, de faire le trillage (sic) des livres qui se trouvent dans les bibliothèques du District et de faire porter à l’Arsenal ceux qu’ils jugent inutiles ». Le 13 germinal (2 avril), le procureur Antoine Coffin écrit au Comité de Salut public : « On a fait prendre le chemin de l’arsenal à plus de trois cent mille volumes de bouquins de Théologie, de saint Thomas, qui se trouvaient dans les bibliothèques des communautés supprimées. Par ce moyen, nous avons pu mettre plus de deux millions de cartouches à la disposition de nos braves frères d’armes ».19

28André Dumont se distingue dans la région picarde : il livre à la Convention, le 24 octobre 1793, plusieurs malles de trésors contenant de l’or et de l’argent, des assignats mais aussi des couverts, des cafetières, un calice et sa patène, « des médailles d’or sur lesquelles est gravée la figure de Louis le raccourci. Quoique ce monstre n’ait jamais rien valu, c’est sur de l’or et de l’argent que sa stupide figure a été gravée... Je fais disparaître les crucifix et les croix... ». Le 1er décembre, il déclare : « Partout on ferme les églises, on brûle les confessionnaux et les saints : on fait des gargousses avec les livres des lutrins... Il faut convenir que messieurs les saints étaient des personnages bien précieux à garder ; car j’apprends à l’instant que parmi tous ceux qui se rassemblent dans les salles du département (de la Somme), la seule tête de Monsieur saint Jean vaut cent cinquante mille livres. Ils étaient si luxurieux (sic), ces Messieurs, qu’on avait fait, à leurs petits os, de petits édifices en or et en argent et, qu’au heu de tuiles et d’ardoises, on les avait couverts de pierreries ».

  • 20 G. Gautherot, Le vandalisme jacobin, 1914, pp. 137-179.

29Le 4 novembre, Dumont arrive à la Convention précédé de butin : « J’ai trouvé, dans une abbaye de moines, près d’Hesdin, soixante et un mille livres dont j’ai fait hommage à la Convention. On m’a accusé d’être brouillé avec la religion. Eh bien ! j’ai fait une réquisition et trois ou quatre cents saints et saintes m’ont demandé de venir à la monnaie. Il n’existe plus, dans les églises du département de la Somme, ni cuivre, ni plomb, ni argent ».20 Ces opérations, motivées par les impératifs de la défense de la Patrie, revêtent une dimension philosophique et politique.

ICONOCLASME ET DÉCHRISTIANISATION

30L’Assemblée législative proscrit, avec sévérité, les emblèmes de la féodalité puis les signes de la royauté après le 10 août 1792. Elle ordonne, par son décret du 1er août, l’effacement des armoiries sur les maisons particulières, dans les parcs et les jardins sous peine de confiscation ; le décret du 14 septembre prévoit la destruction des attributs de la monarchie sur les monuments publics. C’est inciter les représentants en mission, les membres des Sociétés populaires, les agents nationaux à bûcher les armoiries, les pierres tombales dans les églises, les frontons des châteaux, à marteler les clefs de voûte...

  • 21 Arch. Dép. Nord, L 6358, Séance du Conseil de district de Cambrai, 12 oct. 1792.

31A côté des républicains, qui agissent par zèle idéologique, opèrent des voleurs. A l’automne 1792, le Conseil du district de Cambrai signale que « des intrigants vêtus de l’habit des gardes nationaux, ou autrement, se répandent dans les campagnes où, se qualifiant de commandant de ville ou munis de commissions, ils se font ouvrir les églises, s’en font remettre les vases sacrés,... commettant en outre d’autres désordres qu’il est urgent d’arrêter ». Le Conseil recommande aux administrateurs d’interroger « toutes les personnes qui se présenteraient dans votre commune sous de pareilles qualifications »21

32En 1793, quand on manque de plomb pour fabriquer des balles, ce même Conseil décide d’exhumer les cercueils de la cathédrale de Cambrai. Les cercueils sont transférés à la fonderie de Douai sous la direction de Canonne, juge de paix du canton de Solesmes ; il affirme que les restes de Fénelon furent sauvegardés mais Le Glay raconte que le cinquième bataillon des fédérés est intervenu et, dans son exaltation iconoclaste, a dispersé les ossements. Quant aux statues, comme celle de Blanche de Castille, leur bronze s’est transformé en canons et les sans-culottes n’ont pas manqué d’évoquer les morts combattant avec les vivants leurs ennemis communs.

33La destruction des signes du passé entraîne des pertes de monuments, d’œuvres d’art, de livres. A Maubeuge, après avoir vidé l’église et les chapelles, un cortège accompagne un tombereau « chargé de rois, de reines, de saints, de vierges et de toute la séquelle royale, féodale et sacerdotale » ; sur la place, le tombereau est renversé et son contenu brûlé en un immense autodafé salué par des chants d’allégresse.

34L’armée révolutionnaire stimule ces destructions à Lille, à Armentières, à Cassel où les membres du club pénètrent dans les habitations pour anéantir « tous les fragments de fanatisme et de féodalité » ; à Bailleul, l’église est vidée : on ne garde que les orgues pour jouer la Carmagnole ; à Bergues, l’administration du district a ordonné de détruire tous les signes extérieurs du culte et de vendre les chapelles pour les démolir ou les désaffecter. A Dunkerque, les clubistes réclament, dès octobre 1792, la suppression des signes superstitieux... « Vous ne pouvez vous dispenser d’ordonner que toutes ces images soient détruites à l’instant. Si vous les laissez subsister, le mahométan, le juif et toutes les sectes quelconques ont le droit d’y mettre tous les attributs ridicules que leur religion permet et, alors, quel monstrueux assemblage ! Il ne pourrait servir qu’à faire naître des esprits de parti funestes à la République ».

  • 22 J. Peter et Ch. Poulet, op. cit., 1930, pp. 324-328.

35Cette réflexion implique la nécessité d’une unité de croyance dans la nation. Le maire Emmery, après avoir affirmé que sa religion est naturelle, envoie à la commune « les dépouilles d’une chapelle qui tenait à un bien de mes pères », remet à la société populaire « un grand calice et une patène d’argent ainsi que des ornements sacerdotaux « en guise de don à la patrie ». Le procureur de la commune prononce un réquisitoire contre les prêtres et exhorte ses concitoyens : « ... que les temples où ils prêchaient l’erreur soient désormais les temples de la Raison ». Zèle mal récompensé : quand le conventionnel Jacques Isoré, en mission à l’armée du Nord, arrive à la mairie de Dunkerque, il réagit : « Je ne vois, dans cette salle, aucun des attributs de la liberté. Elle ressemble à une chambre de chanoines »22. Un signe doit, en effet, se substituer à l’ancien...

36L’exemple de l’Ardrésis caractérise les formes de vandalisme et d’iconoclasme dans les bourgades. L’église de Louches est dépouillée de ses statues, de ses autels, de toutes ses décorations ; plusieurs fidèles cachent chez eux des représentations des saints, l’église sert de salle de classe avant de devenir magasin à fourrage. Le presbytère est acheté par Louis Garnier, notable d’Ardres, qui, plus tard, le rétrocède à la Fabrique moyennant une rente annuelle. La statue de sainte Apolline, vierge et martyre d’Alexandrie, est métamorphosée en déesse de la Liberté, vêtue de tissu tricolore pour la fête civique du 24 mars 1793. La relique de saint Orner a disparu.

37Le 30 septembre 1793, le maire d’Ardres, les officiers municipaux, les notables... veulent répondre « aux élans patriotiques des citoyens et partager leur haine bien prononcée contre tout ce qui peut rappeler l’idée de la féodalité, du royalisme et de l’esclavage sous lequel la France a gémi si longtemps » ; ils demandent à toutes les citoyennes de se décorer de la cocarde tricolore, « signe de la liberté nationale », sous peine de rigueur ; ils ordonnent aux habitants « de supprimer, dans les trois jours, les fleurs de lis et tous autres signes de féodalité, de royalisme ou de tyrannie qui existent à l’extérieur ou dans l’intérieur de leurs demeures, sur les meubles, sur les murs... » ; des visites domiciliaires permettront de vérifier les infractions.

38Sur la place publique, « il sera procédé au brûlement des titres, actes quelconques de noblesse ou de féodalité qui se trouvent déposés dans les archives de cette commune ; tous les citoyens qui ont de semblables titres ou des, ce que l’on appelait mandements des ci-devant ou soi-disant seigneurs évêques, sont invités à les apporter pour les réunir au même bûcher. Les hochets appelés ci-devant croix de Saint-Louis, qui ont été déposés en cette commune, seront envoyés sans délai au district. » Le citoyen Saint-Just, maire, a remis une généalogie, différentes armoiries en bois et en papier, des titres de noblesse (il s’agit de M. de Bois-Saint-Just d’Autingues) ; Louis Garnier a confié des dossiers de justices seigneuriales ; Jean-Baptiste Garnier de nombreux titres de seigneuries de Crézeques, de Coquelles, de la Cressonnière, de Balinghem...

39La Société populaire des Montagnards ardrésiens pourchasse encore les dernières traces matérielles de la religion : le 1er octobre 1793, l’Assemblée communale interdit la réunion de la confrérie de charité, les bannières et les insignes sont proscrits. On réglemente l’usage de la cloche dite des Confrères et de la Cloche de l’Horloge. On déplace le crucifix qui se trouvait hors de l’église et on le met dans la nef ; on vend les matériaux de l’ancien calvaire, de la petite chapelle construite sur le glacis, du retable de la chapelle de la Vierge... Le produit des ventes paiera les réparations de l’église des Carmes.

40Désormais, les destructions par le feu purificateur font partie du rituel des fêtes civiques. Le 30 brumaire an II (20 novembre 1793), la municipalité d’Ardres, stimulée et talonnée par la Société populaire, solennise le nouveau calendrier républicain. De nouveau, on fait un énorme brasier des dernières statues et de titres féodaux des ci-devant fiefs de Sept-Fontaines, Ferlinghem, Landrethum. Antoine Saint-Just remet encore des titres de la ci-devant pairie d’Autingues, des dossiers de ses nombreuses seigneuries... Pierre Hubert de Sart fait de même ; Jean-Baptiste Garnier livre aux flammes les titres du prieuré d’Ardres, de plusieurs seigneuries, de minutes notariales ; il est imité par Jean-Baptiste Parent, Jacques Castillon, notaires... Le peuple danse autour du bûcher.

41Le même vandalisme se répète le 6 frimaire (29 novembre 1793) avec le dossier des citoyennes de la Planche de Fiennes, domiciliées à Louches, le 30 frimaire avec les dossiers de Louis Garnier, notaire, soit un total de trois mille deux cent quatre-vingts titres féodaux. Divers membres de la Société populaire demandent, dans un but égalitaire avec la suppression des fleurs de lis, la destruction des clochers de la paroisse et des Carmes où se réunissent d’ailleurs les Montagnards. La municipalité accepte de renouveler l’ordre de bûcher les fleurs de Us mais n’ose s’en prendre aux clochers ; elle fait descendre, sur ordre du district, deux cloches superflues pour les envoyer à Calais.

42Quand les Ardrésiens veulent se réjouir de la prise de Toulon, le 8 nivôse (28 décembre 1793), ils se rassemblent autour de l’arbre de la Liberté ; le secrétaire-greffier lit le bulletin de victoire, on chante Amour sacré de la Patrie. Comme réjouissance, on brûle encore des registres féodaux, de nombreux terriers et cueilloirs, des livres de recettes de cens et de rentes, des terriers des abbayes d’Andres et de Licques...

  • 23 Ernest Ranson, Histoire d’Ardres, 1899, pp. 350-359 ; p. 369 ; p. 379.

43Que restait-il à détruire en 1794 au moment de la déchristianisation systématique ? La municipalité d’Ardres a remis au district, le 8 octobre 1792, les objets d’or et d’argent qui se trouvaient dans l’église ; elle n’a laissé au curé que deux burettes, un encensoir, une navette. L’église est fermée le 16 mai 1794. Le juge de paix vend aux enchères le grand Christ, remet à la municipalité trois reliquaires d’argent et un en cuivre. On conduit à Calais tout ce qui n’a pas été vendu.. La motivation de ces actes est autant patriotique, plus peut-être, que révolutionnaire ou iconoclaste. De même, comment interpréter la réaction de la municipalité en ce printemps 1794, lorsqu’elle constate que les ouvriers, aménageant l’atelier national pour l’extraction des pierres salpêtrées et la fabrication du salpêtre dans la nef de l’église, ont brisé les pierres sépulcrales qui les gênaient ; les commissaires se plaignent de l’inconsidération des ouvriers à l’égard de la ci-devant église, des destructions « en pure perte pour la République qui aurait pu retirer quelque profit de leur vente ». Même après l’exécution de Robespierre, « les signes odieux de la royauté » sont bannis des jeux de cartes. Mais l’ardeur n’est plus là et on commence, en 1795, à rouvrir les édifices au culte, la chapelle de Bois-en-Ardres par exemple.23

  • 24 Arch. Dép. Pas-de-Calais, Registre aux délibérations du Directoire du District de Saint-Omer, t. 6 (...)

44L’exemple d’Ardres témoigne de la politique du Comité de Salut public : chercher à anéantir toute trace de l’Ancien Régime dans la perspective de créer un homme nouveau, dans un espace nouveau, au seuil d’une ère nouvelle. A Saint-Omer, le directoire du district enjoint, en mai 1793, à l’évêque constitutionnel Porion, de brûler les registres de catholicité, en octobre 1793 d’interdire aux ministres des cultes le port du costume ecclésiastique, le 12 novembre de détruire « tout ce qui pourrait annoncer extérieurement un culte quelconque, tels que croix, petites chapelles, calvaires, portraits ou statues des ci-devant saints ou saintes ». La Société montagnarde de Morin-la-Montagne a demandé par deux fois de faire « disparaître tous les signes féodaux et fanatiques qui se trouvent dans l’intérieur et à l’extérieur des ci-devant temples catholiques ». C’est alors que Taffoureau, membre du Comité de surveillance, se rend à l’Hospice de la Fraternité à Morin-la-Montagne et s’empare des chapelets, cordons, scapulaires, images, buis bénits, amulettes, qu’il casse les bénitiers, le crucifix, les candélabres. Les vieilles femmes, dit le Bibliophile artésien, croyaient voir l’Antéchrist, elles s’enfuyaient et se signaient24.

  • 25 Claude Malbrancke, « Les géants processionnels face à la Révolution », Bull. Comité flamand de Fra (...)

45La fureur iconoclaste s’étend aux géants processionnels cependant combattus par l’Eglise sous l’Ancien Régime. A Dunkerque, on affuble Reuze d’une carmagnole et d’un bonnet rouge puis, en 1792, le Conseil de la ville décide de vendre ces mannequins. A Douai, la même année, Gayant est condamné. « Au moment où la chose publique est en danger, au moment où la Patrie, cette tendre mère, par l’organe du brave Luckner interroge notre patriotisme et nous tend les bras pour la secourir... Nous serions assez lâches pour amuser nos concitoyens par des frivolités inventées par le despotisme ! » Cette proclamation des autorités douaisiennes révèle la substitution qui s’opère du salut de la patrie aux volontés révolutionnaires. A la place de la procession religieuse ou du défilé de géants, on organise une distribution de sabres d’honneur. L’occupation française de la Belgique généralise cette condamnation d’un fait folklorique : à Ypres, Goliath est décapité ; à Ath, on détruit, en 1794, au nom de la Raison, ces « arlequinades... qui étaient les principaux ressorts de la ressource des prêtres et des aristocrates »25.

46Moins répandu dans les départements du Nord est le vandalisme qui s’attaque aux châteaux. La Convention s’est préoccupée de ces relais possibles de la Contre-Révolution. Le conventionnel François Martin Poultier, originaire de Montreuil-sur-Mer, tour à tour acteur, bénédictin, militaire rédige, en 1793, un Rapport et projet de décret sur la démolition des châteaux-forts et forteresses de guerre au nom du Comité de Salut public et du Comité de la guerre. Il prévoit la destruction de forteresses caractérisées par l’épaisseur des murs, la présence de tours et de tourelles, de créneaux, de meurtrières, de canardières. La Convention demande aux administrateurs de départements et de districts de vérifier si certaines demeures – on n’ose plus dire château – répondent à ces critères. Le zèle dépend beaucoup, dans l’application du décret, de la résolution des représentants en mission.

47Les motivations de ces démolisseurs ne sont pas négatives et violentes dans tous les cas. Pour certains utopistes, la destruction n’est qu’un préalable à l’édification d’une cité nouvelle.

  • 26 Armand de Kersaint, Discours sur les monuments publics, Paris, 1792.
  • 27 W. Szambien, Les projets de l’An II. Concours d’architecture de la période révolutionnaire, Lille, (...)

48La résistance rencontrée par les déchristianisateurs face aux lieux du culte leur suggère l’idée de la valeur idéologique de l’architecture et aussi de la durée pour imprégner les consciences. « Songez que ce peuple, proclame le conventionnel Armand de Kersaint en 1792, qui renversa un jour la tyrannie de quatorze siècles, détournant aujourd’hui les regards de ces places, de ces statues, de ces arcs de triomphe élevés partout pour éterniser le souvenir de sa servitude, doit s’indigner de ne rencontrer encore aucun monument de la conquête de sa liberté ». Conscient de l’insuffisance de l’architecture éphémère des fêtes, il conseille : « Joignons aux instructions de la morale le langage énergique des monuments : la confiance, qu’il est si nécessaire d’inspirer sur la stabilité de nos nouvelles lois, s’établira par une sorte d’instinct, sur la solidité des édifices destinés à les conserver et à en perpétuer la durée »26. En écho à ces propos, le Comité de Salut public invite, le 28 floréal an II (17 mai 1794), « tous les artistes, architectes à composer, à développer les projets et les plans d’architecture civile qui convient à une République pour ses divers monuments publics qui doivent être exécutés dans les communes de la République »27.

49A Robespierre et à Kersaint, lui-même condamné à mort le 14 frimaire an II (4 décembre 1794), il a manqué la durée pour réaliser ce grand dessein.

GASPILLAGE ET CUPIDITÉ

50Après la réaction thermidorienne et durant le Directoire, la liquidation des biens nationaux s’effectue dans le désordre, parfois dans l’indifférence des autorités, malgré le désir des populations de sauver ce qui n’est pas vendu.

51Fermée par la Convention, la cathédrale Notre-Dame d’Arras est convertie en magasin militaire. Le décret du 11 prairial an III (30 mai 1795) permet de rendre au culte les édifices religieux qui n’ont pas encore été aliénés. Dès la publication de ce décret, les Arrageois réclament leur cathédrale et adressent en juillet une pétition à la municipalité. L’édifice est encore rempli de fourrage et il faut patienter. Une société se forme pendant ce délai, dans l’ombre, sous le nom d’un Hollandais. Celui-ci envoie à Paris, le 7 thermidor an IV (25 juillet 1796, une soumission pour acquérir cette cathédrale, les cloîtres et le palais épiscopal. Dès qu’ils apprennent cette proposition, les Arrageois expriment leur opposition et la municipalité fait savoir, le 4 août, à l’Administration centrale du département, son opposition formelle à l’aliénation de cette église réservée au culte. Par les décrets des 10 et 19 ventôse (28 février et 9 mars 1797), l’édifice est rendu au culte.

  • 28 Auguste Terninck, Essai historique et monographique sur l’ancienne cathédrale d’Arras, 1853.

52Les spéculateurs continuent leurs démarches auprès du ministre qui enjoint à la municipalité et à l’Administration départementale de consommer la vente. Les autorités locales répondent, le 28 janvier 1797, par un long mémoire signé de trois mille cinq cent soixante-quatorze citoyens. Le gouvernement, par un arrêté du 12 nivôse an VII (1er janvier 1799), accorde la vente. Le palais épiscopal est revendu au département qui en fait la Préfecture, le cloître est démoli et les acquéreurs laissent à l’abandon le monument qui devient une carrière pour qui a besoin de pierres. En 1802, Bonaparte, venant à Arras, ordonne aux acquéreurs de déblayer et de niveler l’emplacement28.

  • 29 Louis Trenard, Histoire de Cambrai, Presses Universitaires de Lille, 1982, p. 202.

53La cathédrale Notre-Dame de Cambrai est vendue, le 6 juin 1796, pour être démolie. Là aussi, les travaux de déblaiement connaissent des retards : en 1804, la tour existe toujours et la commune pense en faire un monument funéraire à la mémoire de Fénelon. Longuement discuté, le projet est repoussé ; la tour, privée de point d’appui, s’écroule en 1809. Dans la cité archi-épiscopale, la grange de la ci-devant abbaye de Saint-Sépulcre, acquise par un spéculateur, connaît bien des vicissitudes car elle est réclamée par les militaires ; la chapelle de l’Hôpital Saint-Jacques-au-Bois est achetée par un entrepreneur de convois militaires qui la revend. Ces détenteurs des édifices cultuels se bornent le plus souvent à enlever le fer, le plomb, le bois et les matériaux susceptibles de procurer un substantiel bénéfice à la vente puis ils laissent aux injures du temps le soin d’abattre le reste des bâtiments. Ainsi disparaissent les collégiales de Sainte-Croix, de Saint-Martin, les églises Sainte-Elisabeth, Saint-Georges, Saint-Nicolas, les chapelles de plusieurs couvents29.

  • 30 Georges Gaillard, « Quelques exemples de vandalisme révolutionnaire », Mélanges Louis Jacob, Rev. (...)

54L’église Notre-Dame-la-Grande de Valenciennes a souffert de la guerre plus que de la Révolution. Le 18 juin 1790, les compagnies bourgeoises, les « serments » déploient pour la dernière fois, dans le chœur, leurs drapeaux et les déposent à la voûte « pour demeurer comme un monument consacré à l’union, à la concorde, à la paix » ; en 1791, la municipalité y invite à un Te Deum pour la conservation des jours de Louis XVI « ce monarque chéri et si digne de l’être ». Privée d’une partie de son mobilier et de ses argenteries, Notre-Dame reçoit les dépouilles des anciennes abbayes qu’elle doit envoyer à la monnaie de Lille en janvier 1793. Elle souffre du siège ; néanmoins, le 12 janvier 1794, en cette zone occupée par la Jointe autrichienne, pour l’anniversaire de l’exécution du roi, cinq mille personnes assistent à la cérémonie funèbre. Après la reprise de la ville par les Français, l’église est un magasin à fourrages et elle est vendue en 1798 ; l’église de la Chaussée vient de s’écrouler et la ville estime l’entretien de Notre-Dame trop onéreux. L’entrepreneur commence la démolition30.

  • 31 Georges Sangnier, Les édifices religieux du Pas-de-Calais et la Révolution, Blangermont, 1966.

55Dans les départements septentrionaux, les pertes sont considérables, la faiblesse du Directoire et la Terreur fructidorienne ont aggravé la situation31.

LA RÉACTION

  • 32 James Guillaume, Proces-Verbaux du Comité de l’Instruction publique, Paris, Imp. Nat., 1984, t. II (...)

56Plus que l’abandon des édifices, que la mutilation des richesses artistiques, ce sont les destructions de livres, les brûlements d’archives qui provoquent très tôt une prise de conscience de la perte que représente, sur le plan culturel, le vandalisme révolutionnaire. Cette réaction révèle à quel point les conventionnels restent tributaires de la philosophie des Lumières et sont persuadés que les révolutions résident essentiellement dans les modifications profondes des esprits, des sensibilités, des mentalités. Le 22 octobre 1793, Marie-Joseph Chénier est applaudi lorsqu’il proclame : « Il est impossible que les représentants du peuple ne soient pas convaincus que c’est aux livres que nous devons la Révolution Française »32.

  • 33 J. Guillaume, op. cit., 1901, t. IV, p. 126, p. 393 ; 1904, t. V, pp. 204-215.

57La crainte réside dans l’assimilation des révolutionnaires avec les Barbares, les Goths, les Vandales. Dans son rapport sur la bibliographie, présenté le 22 germinal an II (11 avril 1794), pendant la dictature de Robespierre, Grégoire condamne les ennemis de la culture : « On voyait des sots calomnier le génie pour se consoler d’en être dépourvu et avancer gravement sans distinction de talents utiles ou nuisibles, qu’un savant est un fléau dans un Etat ». Dans son exposé sur les destructions opérées, Grégoire attribue, le 14 fructidor an II (31 août 1794) à Dumas, président du tribunal révolutionnaire le mot d’ordre : « Il faut guillotiner tous les hommes d’esprit » et dans son discours du 24 frimaire an II (14 décembre 1794), la réponse à Lavoisier sollicitant un sursis pour achever ses expériences : « Nous n’avons pas besoin de chimistes » ; selon d’autres récits, ce serait le juge Coffmhal qui aurait répliqué : « La République n’a pas besoin de savants »33.

  • 34 R. Legrand, Vie et société en Picardie maritime, 1986, p. 176 ; Mélanges P. Bougard, p. 262.

58Les décrets des 12 et 19 juin 1792, et de nouveau le 17 juillet 1793, prévoient la réquisition des archives pour en faire des gargousses. Ces confiscations, paradoxalement, déclenchent un mouvement destructeur : sous prétexte d’anéantir les signes rappelant le régime seigneurial, on brûle les archives. A Abbeville, l’archiviste du district mène en personne le tombereau « chargé de titres et de papiers en sachet » portant l’inscription : « Titres de privilèges et concessions royales, bulles des papes, papiers féodaux ». Tout brûle « dans un respectueux silence »34. Le plus souvent, le brasier crépite et la foule danse une farandole. A Lille, l’archiviste Ropra doit désobéir au ministre pour sauver les archives !

  • 35 J. Guillaume, « Grégoire et le vandalisme », La Révolution française, t. 41, 1901, pp. 242-269.

59Les livres n’ont pas été brûlés mais ils ont souffert du vol, de l’humidité, des rats... Un autre mal les menaçait : dans l’intention d’effacer les ex-libris, les armoiries, les emblèmes de la royauté et de la religion, des employés, recrutés sur des critères de civisme et non de compétence, abîment les pages de garde et les enluminures. Gilbert Romme fait voter le décret du 24 octobre 1793 défendant « de détruire, mutiler sous prétexte de faire disparaître les signes de féodalité »..., les gravures, les tableaux... les statues qui intéressent les arts, l’histoire et l’instruction »35.

60Cependant, dès octobre 1790, la destruction d’archives, la dispersion des collections, les vols, les ventes de mobilier avaient attiré l’attention de l’Assemblée constituante qui avait fait rédiger et approuver le 6 novembre une Instruction sur la conservation des manuscrits, chartes et tableaux et sur la manière de procéder à la confection des catalogues de bibliothèques. La Convention n’est pas parvenue à concentrer les ouvrages dans les grandes villes, à en assurer la sauvegarde et le classement, à en permettre la consultation. La mise en garde est renouvelée pendant la Terreur en même temps qu’est émise l’idée de rassembler, dans des musées, les monuments portant les signes proscrits. Une Commission des Arts est mise en place le 18 décembre 1793.

61Ainsi, la sauvegarde naît par réaction face au vandalisme jacobin. Le décret du 23 octobre 1790 confie les monuments à la nation, celui du 3 mars 1791 « préserve de la fonte les objets d’orfèvrerie », celui du 4 septembre 1792 propose de dresser un inventaire des richesses artistiques de la nation, celui du 24 octobre 1793 demande de dénoncer « aux autorités constituées les provocateurs et les auteurs des dilapidations et déprédations », celui du 25 juin 1794 énonce : « Tout citoyen pourra demander dans tous les dépôts, aux heures et jours qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment ; elle leur sera donnée sans frais et sans déplacement et avec les précautions convenables de surveillance ».

62Ainsi se profile la naissance des centres d’archives, des musées d’art et même, dans ces journées dramatiques, Noël Villar, évêque constitutionnel de la Mayenne, député à la Convention, suggère de demander à nos armées victorieuses de ramener les œuvres d’art en France afin qu’elles exercent tout leur rayonnement, dans un pays de liberté.

63L’elginisme naît dans le sillage du vandalisme.

Notes

1 James Guillaume, « Grégoire et le vandalisme », La Révolution française, t. 41, 1901, pp. 155-180, cf. : pp. 165-167.

2 Henri Grégoire, Mémoires, Paris, 1837, t. I, p. 346.

3 Arch. Parlementaires, t. 47, p. 109.

4 Ibidem, t. 26, p. 470.

5 Gustave Gautherot, Le vandalisme jacobin, Paris, Beauchesne, 1914 XV-368 p.

6 Jules Houdoy, Histoire artistique de la cathédrale de Cambrai, Paris 1880, pp. 146-150.

7 Gabriel Sprigath, « Sur le vandalisme révolutionnaire », Annales Hist. Révol. Franç., no 242, oct.-déc. 1980, pp. 510-535. Cf. p. 514.

8 Léon-Noël Berthe, Dubois de Fosseux, Arras, 1969, pp. 324-379.

9 Joseph Peter et Dom Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution, t. 1, Lille, 1930, pp. 57-63.

10 J. Peter et Ch. Poulet, op. cit., 1930, I, pp. 100-102.

11 Arch. Parlementaires, t. 19, p. 588.

12 Louis Trenard et coll., Histoire de Lille, t. 3. L’ère des révolutions, Toulouse, Privat, 1989.

13 Jean Chocqueel, Une ville flamande sous la Terreur, Les suspects de Bergues, Lille, 1950, pp. 141-142.

14 Van Mackelberg, « L’orgue de l’abbaye d’Anchin et son transfert à Douai », Rev. du Nord, t. XVIII, no 190, juil.-sept. 1966, pp. 289-308, 2e article, même titre, Comité Flamand de France, XVIII, 1971, lasc. 1, pp. 257-293.

15 Edmond Lecesne, Arras et la Révolution, t. I, 1882, réédition Le Portulan, pp. 161-167. H. Gruy, Histoire d’Arras, 1969, p. 193.

16 O. Bled, « Enlèvement de l’argenterie des églises et des chapelles du diocèse de Saint-Omer 1791-1794 », Bull. Société des Antiquaires de la Morinie, t. XIII, no 259, 1912-1922, pp. 655-684.

17 Jacqueline Legrand, « Les destructions des édifices religieux à Abbeville », Bull. Soc. Emulation Abbeville, 1967, p. 10. Robert Legrand, Vie et société en Picardie maritime, Paris, Guénégaud, 1986, p. 168.

18 J. Peter et Ch. Poulet, Histoire religieuse, I, 1930, p. 329.

19 Arch. Dép. Pas-de-Calais, 2 L : Délibérations et arrêtés du Conseil d’administration du District, t. 8, f° 24, t. 33, f° 9 v°.

20 G. Gautherot, Le vandalisme jacobin, 1914, pp. 137-179.

21 Arch. Dép. Nord, L 6358, Séance du Conseil de district de Cambrai, 12 oct. 1792.

22 J. Peter et Ch. Poulet, op. cit., 1930, pp. 324-328.

23 Ernest Ranson, Histoire d’Ardres, 1899, pp. 350-359 ; p. 369 ; p. 379.

24 Arch. Dép. Pas-de-Calais, Registre aux délibérations du Directoire du District de Saint-Omer, t. 6, f° 54, mai 1793 ; f° 280, oct 1793 ; t. 7, f° 17, 12 nov. 1793. Conseil général de la Commune de Morin-la-Montagne, t. 4, f° 230, févr. 1794. Le Bibliophile artésien, Souvenirs de mon grand-père, Saint-Omer, 1873, p. 143.

25 Claude Malbrancke, « Les géants processionnels face à la Révolution », Bull. Comité flamand de France, 1952, XV, pp. 45-54.

26 Armand de Kersaint, Discours sur les monuments publics, Paris, 1792.

27 W. Szambien, Les projets de l’An II. Concours d’architecture de la période révolutionnaire, Lille, s.d. Darnel Rabreau « Architecture et Fêtes révolutionnaires », Architecture d’aujourd’hui, no 177, janv.-fév. 1975.

28 Auguste Terninck, Essai historique et monographique sur l’ancienne cathédrale d’Arras, 1853.

29 Louis Trenard, Histoire de Cambrai, Presses Universitaires de Lille, 1982, p. 202.

30 Georges Gaillard, « Quelques exemples de vandalisme révolutionnaire », Mélanges Louis Jacob, Rev. du Nord, t. XXXVI, 1954, pp 290-295.

31 Georges Sangnier, Les édifices religieux du Pas-de-Calais et la Révolution, Blangermont, 1966.

32 James Guillaume, Proces-Verbaux du Comité de l’Instruction publique, Paris, Imp. Nat., 1984, t. II, p. 658.

33 J. Guillaume, op. cit., 1901, t. IV, p. 126, p. 393 ; 1904, t. V, pp. 204-215.

34 R. Legrand, Vie et société en Picardie maritime, 1986, p. 176 ; Mélanges P. Bougard, p. 262.

35 J. Guillaume, « Grégoire et le vandalisme », La Révolution française, t. 41, 1901, pp. 242-269.

Auteur

Professeur émérite d’histoire moderne Université Charles de Gaulle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540