Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Annexes

Enquête générale*

Femme, célibataire, née en 1956 à Sétif, nationalité algérienne, en cours de réintégration dans la nationalité française, agent de développement social dans la commune de Port-de-Bouc

Texte intégral

Depuis quand vous intéressez-vous à la politique ?

  • * Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

1Je m'intéresse beaucoup à ce qui se passe autour de moi au niveau local et en France, moins à ce qui se passe dans les pays arabo-musulmans mais davantage à ce qui se passe dans le monde.

Qu'est-ce que la politique pour vous ?

2La politique c'est une manière de participer à la vie au quotidien, c'est prendre position, prendre place et participer à la vie au quotidien dans une cité, c'est-à-dire, être actif... c'est une manière aussi de lutter de l'intérieur, c'est en même temps faire avancer des idées auxquelles je crois, c'est pour moi participer à la vie de la cité, à une gestion locale et nationale, mais plus locale car c'est un investissement personnel aussi.

Êtes-vous pour accorder le droit de vote aux étrangers au niveau local ?

3Tout à fait, ils seraient moins le bouc émissaire de tous les partis politiques et eux-mêmes auraient une prise de responsabilité, un engagement aussi, une fois de plus à la gestion locale de leur municipalité, parce qu'aux prud'hommes on les reconnaît, ils votent, ils participent par leurs impôts locaux, par tout ce qu'un Français subit aussi comme règle, c'est un droit et là la France recule par rapport à la Suède et à ces pays qui ont accordé ce droit depuis longtemps.

414/ Laïcité : C'est un besoin, une nécessité mais il ne faut pas qu'elle envahisse, qu'elle devienne répressive, il faut qu'elle soit complémentaire.

516/ Vote : c'est un grand bluff, mais en même temps, on n'a pas d'autre choix de société, je dis oui car si je ne vote pas je donne ma voix à d'autres.

615/ Parti politique : c'est une forme de démocratie

717/ Citoyen : si je devais additionner tous les termes, c'est celui qui est encore le plus frais dans une forme de reconnaissance.

8Nation : rien du tout.

Tendance partisane

9Non, je n'ai pas le sentiment d'appartenir à une classe ou à un groupe social précis en France, par contre en Algérie, mon père relèverait du tertiaire et ma mère serait fonctionnaire, quant à moi, je me situerais plutôt dans la classe moyenne.

1017/ Je me reconnais dans le monde artistique.

11Des nouvelles concernant l'Algérie, je suis informée de temps en temps en lisant El-Badil ou Algérie Actualités.

1251/ Je suis présidente de l'Association interculturelle de Port-de-Bouc.

53/ Relations avec des instances du pays d'origine et du monde arabo-musulman

13J'ai des relations avec l'Amicale des Algériens, avec le ministère de la Culture, tout cela à titre professionnel, concernant des organismes du monde arabe, j'ai eu quelques contacts avec la Ligue du monde arabe ici, mais pas très suivi, plus avec l'Algérie.

1455/ Je suis adhérente au Parti socialiste.

1557/ Non, je ne suis pas membre d'un syndicat et je n'aimerais pas y adhérer.

1625/ Je voterai socialiste et pas spécialement pour un homme.

1765/ L'État devrait couvrir les frais des écoles religieuses comme ceux des écoles publiques.

1866/ L'État devrait aider à la construction des mosquées de même que la municipalité car ça impliquerait une reconnaissance de la religion.

Faudrait-il créer une institution représentant tous les musulmans de France ?

19Oui, cette institution réunirait tous les musulmans comme une école, comme un centre culturel et cultuel, je suis d'accord avec la proposition de B. Etienne.

2064/ Je souhaiterais ne pas voter en Algérie, car je n'y vis pas et je n'ai pas à gérer les réalités algériennes.

21Il y a une régression, un monopole de l'institution française qui a infantilisé la communauté maghrébine, l'a marginalisée, un peu comme le même processus que la colonisation avec les chefs de tribus, etc., donc infantiliser la communauté, ne pas la rendre responsable, même au niveau des syndicats, j'ai milité dans la CGT, il y avait beaucoup d'immigrés mais qui ont été manipulés, utilisés, s'ils avaient su maîtriser la langue française parfaitement d'une manière (...) individuellement, l'intégration en tant que communauté n'existe pas, elle existe par un parcours personnel, en rentrant dans les partis politiques, les syndicats... dans tous les réseaux qui existent.

22Quelque part, l'individu est amené à prendre conscience de choses qui le dégoûtent. Deux exemples : à une femme maghrébine on va demander davantage qu'à une autre femme avec le même statut et tout, et à un moment donné elle va être obligée de faire ses preuves pour ne pas se sentir trahie par sa propre communauté, car l'homme va se dire : « comment, si elle avance plus vite que moi ? », donc il faut rééquilibrer les choses et ne pas entrer dans la concurrence... C'est pourquoi, je suis contre les associations de femmes, c'est de la masturbation intellectuelle, en tant que femme libérée, etc., alors qu'il y a des choses à revoir dans le statut, par rapport à la promotion de l'islam, etc., mais pour l'instant, ce n'est pas nos urgences.

23L'évolution aurait été certaine si nous avions eu notre propre autonomie sans le boycottage de SOS Racisme et ça c'est très politique, on nous a coupé l'herbe sous le pied.

2468/ Je pratique la Chahada, mais pas les cinq prières quotidiennes, je pratique le jeûne, non je n'ai pas spécialement envie de faire le Hadj.

2570/ Je ne mange pas de porc, je consomme halàl, je bois de l'alcool.

2675/ Je respecte toutes les fêtes.

2780/ Je le souhaite mais comme on est deux dans un couple... je le souhaite par hygiène et en même temps par reconnaissance de l'Écriture du Coran.

2881/ Je ne leur donne aucune éducation religieuse, je leur dirai : voilà, il y a des religions, faites votre choix, pour des raisons de respect.

Mariages mixtes

29Je suis favorable aux mariages mixtes, pour une génération avant la mienne, ça a été un échec, un moyen d'intégration et de reconnaissance sociale, ce qu'on peut savoir de l'Apartheid par exemple : le Noir et le Blanc. La nouvelle génération n'a pas les mêmes options et les mêmes attentes, donc plus de chance de réussite d'aller vers une société pluriculturelle, mais cette évolution, c'est aussi un travail politique.

85/ Où souhaiteriez-vous être enterré ?

30Ce sera mes cendres à la Méditerranée.

Parcours migratoire

31Je n'ai pas d'intention de retour. Il s'agit d'une démarche idéologique, de militantisme, faire évoluer une situation ici que je maîtrise mieux, plutôt que d'aller essayer de recomprendre, de redéfinir la problématique algérienne, de m'y investir et de m'y battre, c'est un choix idéologique.

32Avant, je me rendais en Algérie tous les étés en famille, depuis c'est plus occasionnel, par exemple je m'y suis rendue en mai l'an dernier (1987).

3310/ Ma confession c'est l'islam.

Notes de fin

* Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540