Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Annexes

Enquête générale*

Femme, née en 1957 à Marseille, nationalité algérienne, mariée, formatrice à l'ACPM**

Texte intégral

Depuis quand vous intéressez-vous à la politique ?

  • * Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.
  • ** ACPM : Association de formation pour la coopération et la formation professionnelle méditerranéenn (...)

1Je m'intéresse à la politique depuis la troisième, depuis que j'ai 15 ans, j'ai pris conscience très jeune que j'étais issue de l'immigration et puis mon identité culturelle s'est confirmée à la fac au contact des étudiants qui venaient de là-bas, du Maghreb ainsi que des étudiants africains.

Qu'est-ce que la politique pour vous ?

2C'est ce qui régit... ce qui régit la vie des individus, pour moi, elle est présente partout, elle régit tout... le problème c'est pas « c'est important », c'est présent constamment, pour moi il n'y a pas d'acte sans qu'il y ait politique et par exemple sur une ville comme Marseille, tu la sens partout la politique.

Êtes-vous pour accorder le droit de vote aux étrangers au niveau local ?

3Honnêtement non, je pense que c'est pas un problème au niveau local, les solutions à l'immigration c'est pas simplement dans le droit de vote, c'est dans les solutions qu'on peut donner au quotidien : dans l'école, au boulot, dans la rue, c'est changer les mentalités, c'est dans l'école, l'éducation, la formation, le message qu'on peut faire passer auprès des enfants qui eux, ne voient pas de différences, c'est après que les différences se font dans la tête, oui le droit de vote c'est important, mais il y a pas que ça.

46/ et 7/ Tout citoyen peut s'occuper de politique à condition qu'on le forme, si on apprenait aux gens très jeunes ce qu'est l'État, la démocratie, les institutions, tu as des gens qui arrivent à 20 ans, par exemple mes stagiaires, ils savent rien, la politique pour eux, c'est quelque chose de monstrueux... De toutes les façons, c'est dans l'intérêt de personne que les gens sachent. Moi, je suis pas de nationalité française et j'ai toujours fait de la politique.

58/ Droits de l'homme : négatif, partout même ici.

69/ République : j'apprécie peu, on entend beaucoup parler de République.

710/ Royaume : pfeuh... quand je pense à royaume, je pense à moutons.

811/ Patrie : je n'ai pas spécialement de patrie, ça n'a pas de sens pour moi.

912/ Nation : quand on dit nation, on dit force et quand on dit force, à quel prix ? Au prix des pays sous-développés.

1013/ État : oui... il faut un État, c'est surtout la nécessité.

1114/ Laïcité : c'est bien la laïcité, sans plus.

1215/ Parti politique : oui, c'est nécessaire, mais il y en a aucun dans lequel je me reconnais.

1316/ Élections : ça fait partie du folklore, c'est la mascarade, si tu regardes bien.

1417/ Citoyen : j'aime pas le mot, j'aime pas heu... je trouve qu'on l'entend un peu trop à n'importe quelle sauce, ça me fait penser au nationalisme, il y a des nationalismes que je n'aime pas.

1518/ Démocratie : c'est normalement le gouvernement par le peuple actuellement, c'est le gouvernement par les soi-disant représentants du peuple, actuellement ils sont trop éloignés du peuple.

À l'étranger, qu'est-ce qui vous concerne le plus ?

16En premier, c'est la Palestine, en deuxième le Liban et en troisième la guerre Irak/Iran. La Palestine, c'est surtout une question de principe, non pas que les Palestiniens c'est des Arabes et que je me sens Arabe ou que c'est des musulmans et que je me sente musulmane mais que je considère après les Juifs, les Arméniens, que c'est le troisième génocide, autant je suis révulsée par ce qui s'est passé à la Seconde guerre mondiale, autant j'en veux aux occidentaux d'avoir culpabilisé au point d'avoir créé cet État et d'avoir fait en sorte qu'Israël devienne un bourreau, autant je suis révoltée par le problème arménien qui continue d'ailleurs, mais qui n'a pas été aussi dénoncé, pourtant le génocide arménien, il a quand même existé et c'est quand même aussi un peuple qui n'a ; pas de patrie alors qu'à l'origine l'Arménie était quand même un État, ça c'est deux génocides, actuellement, il y en a un troisième et c'est celui qui fait que les Palestiniens n'ont pas de patrie.

17En plus si je me sens touchée par ce qui se passe au Liban, en Iran et en Irak, c'est que je me rends compte encore un fois que nous l'émigration, on est associé au monde sous-développé et qu'encore une fois il y a le Nord et le Sud et que nous, les émigrés maghrébins, on fait partie de ce Sud et que tant que ça ne changera pas, tant qu'il n'y aura pas d'autres relations économiques et politiques entre les pays développés et les pays sous-développés ou dits en voie de développement, il n'y aura pas de solution à l'émigration maghrébine car il est bien ancré dans le peuple français ou dans le peuple européen que l'émigré maghrébin c'est un Arabe, c'est un musulman donc c'est un sous-développé. Je crois que quand il y aura un autre rapport, un nouvel ordre économique entre les pays développés et les pays sous-développés, peut-être qu'on commencera à trouver des solutions à l'émigration maghrébine. Pour moi, il est lié, l'émigré maghrébin, il est musulman donc on l'associe au Liban, à la Palestine et à l'Iran. Même si on veut pas de cette relation, elle existe dans la tête des gens, il y a qu'à voir les conséquences que ça a en Europe, la guerre Irak/Iran, l'image du musulman, l'image que les gens avaient de l'islam n'a fait que régresser depuis le conflit.

1828/Mitterrand : ouais...

1929/ Barre : c'est pas un facho, il a prouvé qu'il pouvait évoluer par rapport à certains problèmes, en tant qu'immigré je ne le considère pas comme un ennemi.

2030/ Lajoinie : c'est le bon paysan pour moi et ça s'arrête là.

2137/ Pasqua : c'est dommage qu'il soit Corse, si j'étais Corse, j'aurais honte d'avoir engendré ça.

2232/ Krasucki : il me gonfle et demanderai si c'est pas mieux.

2334/ Harlem Désir : si je suis proche du Parti socialiste, je cautionne pas tout, je me contente parce qu'il y a pas autre chose, pour moi, c'est une création du Parti socialiste, il n'émane pas de la communauté noire ni de l'immigration, c'est quelqu'un qu'on a mis là, à qui on a donné beaucoup d'argent et qu'on soutient quand il se plante.

2451/ J'ai monté plusieurs associations, actuellement, je m'occupe d'une qui part « en biberine » : l'Association des jeunes des Lilas.

2564/ J'ai rien à voir avec mon pays d'origine, je suis née il y a trente et un ans à la maternité de la Belle-de-Mai, peut-être mes parents qui sont nés là-bas, qui y ont vécu, mais pas ma génération, ce qui m'emmerde d'ailleurs, c'est que dans les problèmes d'immigration, on continue à négocier avec les pays d'origine, je vois pas ce que l'Algérie vient faire dans mes problèmes de tous les jours.

Que pensez-vous de l'élection présidentielle ?

26Quelque part, dans mon inconscient, l'espoir d'une évolution par rapport au problème que vivent les immigrés, ces temps-ci je me sens plus concernée car c'est un homme dit de gauche qui est au pouvoir et que c'est quelqu'un d'humain avant tout.

2765/ Je suis d'accord avec aucune des deux propositions, car ce qui m'embête c'est qu'il n'y ait pas d'écoles musulmanes et puis même si demain il y en a, c'est pas sûr que l'État les subventionne.

2866/ et 67/ Je me sentirai interpellée s'il y avait une politique religieuse bien pensée, bien réfléchie, mais autrement, financer n'importe quoi, une vraie politique religieuse c'est pas que pour immigrés nostalgiques mais aussi pour les Français convertis à l'islam et pas simplement des mosquées pour Maghrébins.

2968/ Je ne respecte aucun rite, ni aucun interdit alimentaire, pour l'Aïd, je fais la fête comme tout le monde. Je souhaiterais parler à mes enfants de ce qu'est l'islam, de ce que ça représente. L'islam c'est un mode de vie, une manière de pensée qui peut s'adapter au cadre dans lequel je vis, à savoir la France, on peut être pratiquant ou non-pratiquant en France, je ne pratique pas, je n'ai jamais pratiqué mais je me sens très musulmane dans ma manière de pensée, dans l'éducation religieuse que m'a donnée ma mère.

Qu'est-ce que l'islam pour vous ?

30Le véritable islam n'existe actuellement dans aucun pays au monde, l'islam c'est la tolérance, le respect des hommes, et actuellement, il est tout sauf tolérant. Pour comprendre cet islam, il faut se référer à la période de l'Andalousie et à la coexistence des musulmans, des juifs et des chrétiens sur cette période.

3183/ Je me suis mariée religieusement car je ne pratique pas et je vis dans un pays où la culture occidentale est omniprésente et où je me sens très occidentalisée. Il y a des actes symboliques à des moments de ta vie qui font que tu appartiens à une communauté de pensée et en me mariant religieusement, c'est cette revendication des origines, de cette culture que j'ai voulu affirmer, pour moi, c'était important de me marier religieusement parce qu'à ce moment-là, ça voulait montrer que j'appartenais à une communauté avant tout, c'était surtout ça l'acte.

Mariages mixtes

32Quant aux mariages mixtes, ce serait chouette si les gens étaient plus intelligents, si des deux côtés il y avait la volonté de connaître et partager la culture de l'autre, dans la relation de couple dominant/dominé, ce qu'on voit habituellement, c'est que l'un bouffe la culture de l'autre et vice versa, par exemple les femmes européennes mariées à des Algériens qui perdent leurs gosses, moi je dis qu'elles ont fait un très mauvais calcul.

33De plus en plus, les filles arrivent à braver l'interdit, je pense qu'avec le temps il y aura pas de problème à ce niveau, le plus dur c'est pour les premières, chez moi, il a fallu 5 ans pour reconnaître le beau-fils français et quand le premier l'a reconnu, toute la tribu s'incline. De toutes les façons, il faut qu'il y ait de plus en plus de nanas qui bravent, autrement elles sont condamnées à rien vivre affectivement, tu t'imagines... les nanas maghrébines vont au collège, au lycée, à la faculté, avec qui elles vont vivre quelque chose ? Car il y a un décalage entre le mec et la nana maghrébine. Au même titre qu'il y a 10 ans je disais aux nanas : quand il y aura plus de vierges chez nous, on en cherchera plus. Avec l'école, le fric, le boulot on achète tout, même ses parents, c'est un rapport économique : tu vas dire à ta fille qui te ramène la paie tous les mois, alors que ton fils est en prison, tu restes à la maison. Tu le fais au début et puis après... On refait pas l'histoire, on est en train de vivre ce qu'ont fait les nanas françaises il y a 10 ans.

3485/ Mon grand-père, ma grand-mère maternelle, mon père sont enterrés ici, donc mes attaches sont ici, par contre, ça me posera un problème par rapport à ma mère, elle, elle veut être enterrée où est son mari mais je me demanderai si c'est pas mieux de la retourner dans son pays.

3586/ J'en ai envoyé quand je construisais la maison de ma mère là-bas, il y a 10 ans. Mon père est arrivé en 1934 en France avec sa mère, il est resté jusqu'à l'âge de 20 ans à Paris, puis il est retourné au bled. Il s'y est marié. Mon père a beaucoup souffert là-bas, son père trouvait qu'il était trop Français, il a dû apprendre la langue (le Kabyle et l'Arabe), on l'appelait « l'Italien » pour eux c'était un étranger. Il est revenu en France en 1955 (au moment où c'était très dur là-bas, c'était le début de la guerre), à Marseille, ma mère l'a rejoint avec les trois enfants (mes frères et sœurs nés en 1952, 1954, 1956). Moi, je suis la dernière des enfants et je suis née ici à la maternité de la Belle de Mai.

3688/ Pendant 10 ans, je suis retournée chaque année. Ma mère est jeune : elle a 55 ans, pendant 20 ans, elle est restée sans retourner voir sa mère pour nous élever, aussi elle a construit une maison là-bas et pour elle ça a un sens de retourner au bled tous les ans pour les vacances avec ses petits enfants.

Notes de fin

* Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

** ACPM : Association de formation pour la coopération et la formation professionnelle méditerranéenne. Association spécialisée dans les actions en direction des populations immigrées et issues de l'immigration.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540