Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Annexes

Enquête générale*

Homme, né le 23 avril 1958 à Draguignan (83), (parents algériens), célibataire, nationalité française

Texte intégral

  • * Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.
  • ** Au moment où nous l'avons interrogé, en 1988, il était chargé de mission auprès de l'adjoint au ma (...)

1La personne interrogée est en quelque sorte la « vedette » locale des personnes issues de l'immigration (elle s'est présentée aux élections municipales de 1983 sans une liste « beur »***.

Qu'est-ce que la politique pour vous ?

2La politique, c'est ce qu'il y a de plus important, c'est ce qui fait qu'un pays vit au travers des actions qu'un gouvernement ou qu'un Etat décide d'appliquer et que la politique, c'est quelque chose d'incontournable qui régit nos gestes et notre quotidien.

Êtes-vous pour accorder le droit de vote aux étrangers au niveau local ?

3Je pense à tout ce que j'ai mené comme combat politique entre guillemets... J'ai toujours été un fervent adepte du passage des étrangers en tant que spectateurs au niveau d'acteurs et donc de voter, ce sont des gens qui participent à la vie d'un village ou d'une ville et ne pas leur donner le droit de vote, ce n'est pas normal au même titre que ces gens paient, participent à la vie sociale, c'est normal qu'ils aient le droit de choisir les gestionnaires ou les administrateurs d'une ville.

46/ et 7/ Il y a des niveaux différents, suivant le bagage intellectuel et suivant ce qu'on a envie de comprendre, on peut comprendre certaines choses en politique et suivre ça assez facilement, d'autant qu'il y a des facilités depuis quelques années qui ont été faites pour les citoyens qui veulent s'informer par le biais de revues spécialisées, les quotidiens, la TV qui fait que la politique, c'est plus cette espèce de spectre qu'on agitait il y a quelques années, je pense que si on veut s'intéresser à la politique et si on a envie de comprendre, il y a énormément de choses, de médias qui peuvent faire comprendre ce qui se fait en politique.

59/ République : nous sommes dans un État républicain, il y a des gens qui se sont battus, qui sont morts pour que la France soit une République, donc c'est quelque chose de très important.

611/ Patrie : c'est le pays, soit dans lequel on a choisi de vivre, soit le pays dans lequel on naît, je ne suis pas patriote au sens propre du terme, c'est quelque chose d'important et s'il y a un conflit, j'irai défendre ma patrie qui pour moi est la France.

712/ Nation : c'est un peu moins important, il y a une notion de frontière et de barrière et comme on vit en Europe, il y a ce fameux rendez-vous de 1992 et qu'il y aura une libre circulation des biens et des personnes et la nation, ça a moins d'importance pour moi que la patrie.

813/ État : c'est quelque chose qui me semble un peu figé, pour moi l'État c'est... (hésitation)... c'est important mais pas plus que la patrie, il y a moins de références à la sensibilité.

914/ Laïcité : oui, ça me semble important.

1015/ Parti politique : compte tenu de ce qui se passe depuis quelques années dans l'ensemble des partie politiques... moi quand j'ai commencé un peu à faire de la politique, je pensais que les hommes étaient au service des partis et, par pratique, je me suis aperçu que c'était l'inverse, c'est important car chaque parti défend ses idées mais c'est pas primordial.

1116/ Élections : ça va de pair avec le vote, c'est important, c'est la base d'une république et d'une démocratie.

1217/ Citoyen : nous sommes tous des citoyens, c'est un mot qui avait de la résonance pour moi, qui n'en a plus, c'est un mot qui était important au début de la République mais qui a perdu son panache.

1318/ Démocratie : dans un pays tel que le nôtre, ça veut rien dire mais dans un pays tel que l'Argentine, le Chili ou d'autres c'est important. Démocratie chez nous, ça a plus la même résonance que ça pouvait avoir il y a quelques années.

1464/ Je me sens pas plus Français qu'Algérien, je me sens citoyen d'un pays pour lequel j'ai opté pour la nationalité.

15Mon pays c'est ici et il n'y a pas de raison que je vote d'un côté et de l'autre.

Que pensez-vous des élections présidentielles ?

16C'est un moment important car c'est le moment où on peut avoir une politique et des politiques au plus haut niveau pour un changement de société (hésitation)... C'est de là que beaucoup de choses dépendent avec la mise en place des gens qui vont appliquer une politique qui peut changer tout ce qui se passe en France... Je pense qu'avec les élections locales au niveau d'un village ou d'une ville, l'élection présidentielle est la plus importante, je situerai en premier l'élection municipale en deuxième l'élection présidentielle et ensuite l'élection législative.

1765/ Je suis pour les deux systèmes : les parents devraient pouvoir envoyer leurs enfants là où il leur semble bon et donc l'État devrait subvenir aux frais des écoles religieuses.

1866/ Je pense qu'il y a une diversité d'églises en France et que l'État a aidé des églises de toutes les confessions, pourquoi n'aiderait-il pas des églises musulmanes... Pour la Grande Mosquée de Paris, l'État a aidé.

Notes de fin

* Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

** Au moment où nous l'avons interrogé, en 1988, il était chargé de mission auprès de l'adjoint au maire délégué à la vie associative et aux rapatriés.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable