Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Annexes

Enquête générale*

Homme, né le 22 janvier 1955 à Marseille, double nationalité (française/tunisienne), marié, directeur de centre social

Texte intégral

Depuis quand vous intéressez-vous à la politique ?

  • * Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

1Je m'y intéresse depuis la grève de la faim des Tunisiens à Marseille et aussi un engagement pour l'Amérique latine, le problème palestinien, je pense que l'un ne va pas sans l'autre.

Qu'est-ce que la politique pour vous ?

2On ne peut pas dire ce que veut dire ça et ça de la politique, on est tous obligés de s'y intéresser, ceux qui ont la chance d'avoir un travail qui les oblige à s'intéresser à la politique, qui font un travail social ou culturel, c'est très bien, ils comprennent les rouages de la politique, ses bienfaits et ses méfaits, malheureusement, la classe ouvrière est très loin de la politique, quant aux jeunes, rien à foutre, c'est pas ça qui va changer leur situation, moi je pense qu'on devrait donner une formation politique à tous les jeunes à l'école, il est inadmissible qu'un citoyen ne puisse jouir de ses droits civiques car il ne les connaît pas. J'ai été à l'origine des premières inscriptions sur les listes électorales, il y a quatre ans, au Boulevard des Dames, j'ai fait partie du Collectif des droits civiques et je m'y retrouve tout à fait : des personnes de différents horizons dont le travail était d'information politique et de sensibilisation à l'inscription sur les listes électorales, ensuite le type de vote pour qui il veut. Je pense même que s'il y avait plus d'immigrés dans les partis de droite, ça changerait le discours.

Etes-vous pour accorder le droit de vote aux étrangers au niveau local ?

3Le droit de vote : ça changerait tout. Ça leur permettrait de prendre les affaires en main, de s'exprimer, au-delà de ça, ils paient les impôts locaux comme n'importe qui... Quand on veut changer les lois, on peut le faire, la gauche ne l'a pas voulu alors que ça faisait partie des 101 propositions, en Belgique et en Hollande on a vu ce que ça a changé.

4Prends les emplois municipaux : par exemple, la police, s'il y avait des personnes issues de l'immigration, idem dans les transports, il y aurait moins de tension, d'agression, puis ce sera une reconnaissance du discours politique de la gauche, or ça s'est passé comme ça particulièrement en 1983, l'ambiguïté, surtout à Marseille, explique que les jeunes ne s'y retrouvent pas trop.

56/ On fait en sorte que ça soit compliqué, quand on veut entrer dans un parti, c'est dur, sans chercher l'idéologie, il y a des conflits... les partis se détournent de la population. Tu prends un élu, une fois élu, il est impossible de le toucher, si tu veux prendre un rendez-vous, il faut que tu t'y prennes 3 à 4 mois à l'avance et encore si tu le connais bien ! C'est très bien que des non-nationaux fassent de la politique en France, j'ai la chance d'avoir la double nationalité, ça permet une amélioration des rapports de solidarité internationale.

65/ Patrie, mot cher à notre ami Le Pen, ça n'a pas de sens pour moi.

712/ Nation : ça rejoint la patrie.

813/ État : c'est positif.

914/ Laïcité : c'est positif, notamment par rapport à Marseille, quand on voit comment ça se passe dans certains quartiers.

1015/ Parti politique : indispensable.

1117/ Citoyen : ni positif, ni négatif, qu'est-ce que la nouvelle citoyenneté ? Ça n'est pas encore défini, il y a pas mal d'obstacles, le vote des immigrés, leur rôle dans la gestion locale. Le citoyen, c'est l'habitant d'une ville, il en a la charge.

1218/ Démocratie : ma foi, j'en sais rien. Je pense que ça existe vraiment, bien qu'on en parle beaucoup.

13Syndicat : c'était utile mais il faut une remise en cause, car ils sont très loin de la réalité.

Proximité partisane

14J'avais un petit amour, le PC, j'ai gardé des liens avec certains camarades mais c'est comme les syndicats, au contraire, ça empire.

À l'étranger, quels sont les événements qui vous concernent le plus ?

15En ce qui concerne le problème palestinien : personne n'a trouvé des solutions sauf pour vendre des armes, même au niveau historique, y a pas eu de problème, de tout temps, les Israélites et les Arabes ont toujours vécu en harmonie, le Maroc et la Tunisie en sont les parfaits exemples, et là on se rend compte, ça laisse des traces des deux côtés, ça me révolte. Pour le conflit Irak/Iran, j'en veux à la presse internationale et aux hommes politiques, personne ne s'en soucie sauf de temps en temps, c'est scandaleux. Ça m'interpelle car c'est des choses graves.

1632/ Krasucki : rigolo, je l'aime bien. Harlem Désir : j'aime pas ce genre de truc, style vernis superficiel et tout, pipeau et tout ça.

1735/ L'école : vu les résultats, 85 % d'échec scolaire dans mon quartier, l'école doit changer totalement.

18Justice : au-delà des crimes racistes, dans le colloque à Vaucresson, il a été montré qu'il y a « maldonne » de la justice en ce qui concerne les jeunes de l'immigration. Je distingue les partis et les personnes.

43/ Vous sentez-vous proche des musulmans ?

19Je me sens très proche des musulmans bien que je ne pratique pas et que je sois contre les religions, car il y a un système de valeurs que nous n'avons pas en France et que je partage, la Zakat particulièrement, l'honnêteté et la rigueur morale aussi.

64/ Voteriez-vous à la fois dans votre pays d'origine et en France ?

20Bien que je sois contre les lobbies, y faut pas que la Tunisie se coupe de ses immigrés et ses immigrés de la Tunisie, pour des raisons purement affectives, de racines, historiques, culturelles, de tradition, qu'on ne doit pas perdre, si j'avais été breton, c'aurait été la Bretagne. D'ailleurs, je suis attaché à la Provence, je suis pour l'enseignement du provençal à l'école, aux immigrés, c'est là où ils vivent... chaque année, on leur gonfle la tête avec « on va aller au pays », il faut aussi qu'ils connaissent Marseille par cœur, c'est aussi important.

Que pensez-vous des élections présidentielles ?

21C'est la personne qui a un programme, qui nous intéressera directement, de près ou de loin sur certaines valeurs, François Mitterrand s'est engagé à défendre les valeurs, je l'attends, ceci dit, s'il ne le fait pas, je changerai d'avis en ce qui le concerne.

2265/ L'école laïque parce qu'elle est laïque, je suis d'accord, mais ils sont payés au « lance-pierre » donc on ne peut exiger plus que ce qui faut ; l'école privée a un rendement à faire, elle est obligée, car les gens paient, ils sont en droit d'exiger des réussites pour leur enfant c'est pourquoi on voit de plus en plus de personnes même issues de l'immigration mettre leur enfant dans des écoles privées, il sont sûrs du résultat. Il faut que l'État donne un coup de main aux deux, pour moi y a pas de problème de l'école privée, elle fait son boulot, il faudrait revoir l'école laïque, augmenter les salaires des enseignants, ça contribue à l'échec.

  • * Référence à l'association Er Rahmaniyyà, située dans le centre de la ville et qui gère la plus gra (...)

2366/ J'y crois pas, on parle toujours de mosquées, y a pas de mosquée à Marseille, Camille Pelletan* c'est pas une mosquée. L'État n'a rien à dire, une communauté musulmane très importante n'a pas de lieux de culte décent, pour le pays des Droits de l'homme, ça la fout bien... c'est ce que j'attends du Président...

Que pensez-vous des mariages mixtes ?

24En ce qui concerne les mariages mixtes, les chiffres me font apercevoir que malheureusement, c'est voué à l'échec, ça n'a touché qu'une certaine partie de l'élite, les étudiants, les professions libérales, malheureusement, on n'est pas prêt, moi-même, j'en ai fait la triste expérience, c'est impossible. Je suis marié avec une Algérienne, je n'ai pas retrouvé ça chez une copine française, notre culture est étouffée, mise sur la touche, on n'a pas les mêmes références intellectuelles en ce qui concerne les choses de la vie, même des choses qui ne s'expriment pas.

Où souhaiteriez-vous être enterré ?

25A l'armée, on m'avait posé la même question, ça m'avait choqué, en fait je m'en fous.

Notes de fin

* Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

* Référence à l'association Er Rahmaniyyà, située dans le centre de la ville et qui gère la plus grande salle de prière de la ville.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540