Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Conclusion

Texte intégral

VERS LA FIN DE LA SPÉCIFICITÉ FRANÇAISE ?

1Au terme de cette investigation sur les mobilisations identitaires des individus originaires du Maghreb, émerge une spécificité dans leur rapport à la communauté politique et sociale française. Ces nouveaux venus dans l'espace national n'acceptent plus de payer le prix de leur nouvelle allégeance en reléguant dans la sphère du privé leurs identités propres. Celles-ci sont apparues plurielles et composites, se définissant à partir de trois dimensions principales : la référence à l'islam, la mémoire post-coloniale et la condition d'immigré. Il n'est donc pas possible de conclure à l'existence d'une mais de plusieurs conditions minoritaires, dont l'entrecroisement met en évidence la complexité des allégeances selon les générations, les parcours migratoires et les origines sociales. Ces mobilisations identitaires sont, en même temps renforcées par la montée d'un mouvement « national populiste » au racisme différencialiste où l'étranger n'est plus seulement coupable de son « extranéité » mais aussi d'un héritage culturel supposé incompatible avec la « tradition culturelle française ».

  • 1 Alain Touraine, « Face à l'exclusion », Esprit, n° 2, ibid., p. 12.

2Elles sont également conditionnées par le fait d'appartenir à « l'under class » c'est-à-dire à la portion de la société civile la plus vulnérable économiquement. Les mécanismes de revendication et de mobilisation s'en trouvent alors pervertis : un amalgame se produisant entre affirmation d'une « identité/provocation » et contestation d'une condition sociale. Il s'avère que le passage d'une société « de discrimination » vers une société de « ségrégation », qui s'opère dans les périphéries urbaines, concerne aujourd'hui une population ethniquement différenciée1. C'est pourquoi le traitement politique de la question des banlieues est devenu un enjeu national, car en ces lieux se profile le risque d'un dédoublement du corps social français. C'est là que se produit également une incompréhension croissante entre le pouvoir politique et les acteurs issus de la société civile : l'interprétation dominante de ce processus se fait au travers d'une « grille de lecture ethnique », alors que les plus revendicatifs sont, justement, ceux qui sont culturellement attirés vers le centre mais en sont rejetés socialement. Cela est l'opposé du « melting pot » américain qui a longtemps favorisé l'intégration sociale tout en euphémisant l'intégration culturelle. La question est, alors, de savoir si cette non-intégration sociale peut conduire à terme à la réactivation et la reconstruction d'une « identité » culturelle ou religieuse utilisée comme « contre-société ».

  • 2 La situation des Corses est, à cet égard, tout à fait significative. La revendication nationaliste (...)

3En définitive, ces particularités de la condition maghrébine aujourd'hui mettent en lumière l'affaiblissement de la spécificité française. Celle-ci a longtemps été fondée sur la capacité de l'État à contrôler les conditions culturelles de la reproduction de la société politique. Or, cette capacité est actuellement battue en brèche par la visibilité croissante d'identités collectives qui remettent en cause l'exclusivité du lien d'allégeance entre l'individu/citoyen et l'État. Le développement de mouvements régionalistes, ou les évolutions des minorités ethnico-confessionnelles (juifs et Arméniens) face à l'État en sont autant d'exemples, bien qu'il ne s'agisse pas, le plus souvent, d'un retour à des entités culturelles préservées mais d'une recomposition d'une identification collective dont le substrat culturel s'est affaibli2.

  • 3 Cf. Jünger Habermas, L'espace public, Paris, éd. Payot, 1978, p. 241 et suivantes

4Cet effritement du projet politique français tient, tout d'abord à des raisons d'ordre général, liées à la mutation de l'État-providence. En effet, le passage de « l'État constitutionnel à l'État social », a immanquablement entraîné une redéfinition de la frontière entre espace public et espace privé, telle qu'elle avait été pensée par les idéologues libéraux3. En fait, apparaît une impossibilité logique de la notion d'État libéral, strictement cantonné à la fonction de protecteur de la sécurité physique des individus et du droit de propriété, ainsi que l'irréalisme de la coexistence d'un État, détenteur du monopole de la violence légitime et d'un marché concurrentiel.

  • 4 Cf. Daniel Bell, « Ethnicity and social change », in N. Glazer et D. Moynihan, Etnicity : theory a (...)

5L'intrication croissante du corps social et de l'État semble donc concourir à la formulation et la légitimation d'intérêts spécifiques par les diverses composantes de la société civile. Selon Daniel Bell, deux aspects de l'État-providence paraissent favoriser les revendications ethniques et particularistes : l'extension de la sphère d'activité politique et l'atténuation des conflits traditionnels de classe4.

6En d'autres termes, le dirigisme, le déclin de l'idéologie de classe, la politisation des processus distributifs contribuent à créer un besoin, au sein de la société civile, de nouveaux pôles d'identification. Ce besoin peut alors s'exprimer par la défense d'intérêts spécifiques portés par des groupes ethniques, confessionnels ou autres, qui redonnent à l'individu le sentiment d'appartenir à une communauté.

  • 5 Jean Leca « La citoyenneté en question », in Face au racisme, P.A. Taguieff (dir.), Paris, éd. La (...)

7Faut-il, pour autant, en déduire une ethnicisation de la politique sur le modèle anglo-saxon ? Rien n'est moins sûr. Il est, certes, possible de constater l'émergence de revendications enracinées dans des spécificités ainsi qu'un sentiment d'affaiblissement de l'adhésion à la communauté nationale. Mais cela ne signifie pas que la participation à la vie politique nationale se modifie radicalement par le passage à la politique de groupes identifiés comme ethniques. En fait, on assiste plutôt à une « délocalisation »5 de la participation politique qui passe par une réactivation du lien civil au détriment du lien civique, c'est-à-dire par une tendance à la médiation et aux relations entres groupes définis au sein de la société civile, en utilisant moins que par le passé les institutions fonctionnelles à vocation universelle (partis politiques, syndicats). Il peut en résulter un éclatement de la citoyenneté en une série de groupes d'appartenance plus immédiats et plus charnels, au détriment de la communauté politique globale. En même temps, cette situation renforce l'inféodation des groupes à l'État en tant que seule instance habilitée à arbitrer et à distribuer les ressources entre les différents groupes. Reste alors posée la question du loyalisme à la communauté politique ainsi que celle du partage d'une conception minimale de cette communauté.

  • 6 Cf. Jean Leca, « Une capacité d'intégration défaillante », Esprit, n° 6, ibid. p. 13.
  • 7 Cf. Dominique Schnapper, La France de l'intégration, Paris, éd. Gallimard, 1990.

8Mais pour éclairer cette moindre efficacité du pacte social et civique, il faut aussi prendre en compte les profondes mutations intervenues dans la vie politique française. Depuis la fin de la guerre d'Algérie notamment, les grandes querelles idéologiques qui ont secoué la France se sont éteintes. Jusqu'à cette période, l'intégration se produisait à travers les conflits de la société française (le Dreyfusisme, le Front populaire, la France libre, l'indépendance de l'Algérie, Mai 68). Ces luttes suscitaient des oppositions tranchées sur des thèmes universalistes comme le suffrage universel, les lois syndicales, les lois sociales, la laïcité. L'intégration passait par l'appropriation du combat d'une France contre l'autre. L'opposition entre ce passé et la situation présente révèle un effet inattendu : « à savoir que, plus une société est stable, moins elle est intégratrice »6. De plus, le processus de décolonisation a vraisemblablement contribué à rendre vulnérable la croyance en l'universel de l'Etat-Nation et en ses symboles intégrateurs. Toujours est-il qu'il y a un affaiblissement croissant des institutions dispensatrices de « valeurs centrales de cohésion » telles que l'école, l'armée, les églises, les partis politiques et les syndicats7.

9Ces diverses mutations sociales et politiques ont conduit depuis une décennie à certains réaménagements du projet politique, même s'ils demeurent symboliques. Cela se traduit principalement par la reconnaissance d'une société pluriculturelle et le refus d'une assimilation des populations étrangères ou d'origine étrangère.

  • 8 La séquence est la suivante : prise en compte des cultures populaires/cultures minoritaires/multic (...)
  • 9 Ce conseil ne s'est pas réuni durant le gouvernement Chirac (1986-1988) et n'a repris ces activité (...)

10La remise en cause de l'unité culturelle de la nation a été formulée au cours de la décennie 1970, dans le contexte de critique de l'impérialisme des États-Nations européens. Puis de l'extérieur, la critique de la domination est passée à l'intérieur de la société française avec, dans un premier temps, une attention croissante portée à la diversité régionale avant que soient pris en compte les apports culturels étrangers8. Ces changements dans l'idéologie dominante ont été accompagnés, à partir de 1981, de mesures politiques symboliques : proposition de loi déposée par les députés socialistes sur la promotion des langues et cultures de France (qui n'a pas été soumise au vote) et, surtout, proclamation du droit à la différence et création, en 1986, d'un Conseil des langues et cultures régionales9.

11Dans un registre parallèle, les activités culturelles des associations immigrées ou issues de l'immigration ont été soutenues, sans pour autant éviter le risque de folklorisation ou de marginalisation et sans véritablement faire accéder ces activités au statut de produits culturels légitimes. William Safran, dressant un premier bilan de la politique française dans le domaine multiculturel en comparaison avec la situation américaine, écrit :

  • 10 William Safran, « La société pluri-ethnique et la démocratie moderne. Réflexions sur la France et (...)

« Aujourd'hui, les gouvernements français et américain subventionnent l'étude des langues minoritaires de façon plus conséquente. Cependant, la politique française diffère de celle des USA sur plusieurs points importants : son intensité, ses compo-santes culturelles et son orientation régionale. En France, il semble que le gouvernement se soit engagé de manière plus active en prenant des mesures qui varient de la légitimation officielle et symbolique des langues et des cultures ethniques au financement de la formation des professeurs de langues ethniques et à l'apport de soutien aux musées, à l'art folklorique et aux activités littéraires. Par contre, la politique ethnique des USA, c'est-à-dire l'ensemble des mesures prises en faveur des minorités ethniques a été centrée sur la suppression des obstacles légaux, l'assurance du droit de vote, l'accès aux institutions publiques, socio-économiques et scolaires dont jouit la majorité10.

12Pour la politique française, la question centrale est la préservation du contenu des cultures minoritaires et leur facilitation, à la différence de la politique américaine, qui est une politique permissive. Cela s'explique pour des raisons historiques qui ont contribué à l'intrusion de l'État français dans les domaines linguistiques, littéraires et artistiques, ce qui n'est pas le cas aux États-Unis.

  • 11 Cf. notamment Patrick Weil, La France et ses étrangers. L'aventure d'une politique d'immigration. (...)

13Une évolution est apparue également dans les politiques publiques mises en œuvre auprès des populations immigrées11. Depuis 1974, date de l'arrêt officiel de l'immigration, ces politiques présentent deux faces : l'une tendant à contrôler et réprimer les flux d'entrée des populations étrangères sur le territoire, l'autre tendant à faciliter l'installation des populations « déjà là ».

  • 12 Cf. le rapport Marange-Lebon, L'insertion des populations étrangères, La Documentation française, (...)
  • 13 Voir notamment Emile Durkheim, Le suicide, Paris, PUF/QUADRIGE, 1983. Selon Durkheim, trois dimens (...)
  • 14 Jacqueline Costa-Lascoux, De l'immigré au citoyen, op. cit. pp. 10-11.
  • 15 Haut conseil à l'intégration, La connaissance de l'immigration et de l'intégration, et Conditions (...)

14En ce qui concerne le second versant, le terme d'assimilation est désormais récusé par les pouvoirs publics comme par les sociologues de l'immigration. D'autres ont été avancés : d'abord l'insertion12 jusqu'au milieu des années 1980, puis désormais celui d'intégration. Ce dernier terme ne renvoie pas à l'utilisation qui en est faite par les sociologues classiques s'interrogeant sur la cohésion des sociétés modernes13. Il fonctionne, en fait, comme un slogan idéologique, référant implicitement à une dynamique d'échange, dans laquelle chaque élément compte à part entière. Le corollaire est que chacun accepte de se constituer partie du tout et s'engage à respecter l'intégrité de l'ensemble. Ce terme est désormais dominant dans les politiques mises en œuvre, au détriment de celui d'insertion remis en cause par le présupposé de la conservation des entités d'origine qu'il véhiculait14. Mais cela ne signifie pas que l'intégration, telle qu'elle est conçue par les pouvoirs publics, réfère à la reconnaissance des propriétés distinctives de sous-groupes dans le corps social, en fonction des différences initiales de ressources, de statuts et de pouvoirs. C'est pourquoi, encourager la diversité culturelle n'implique pas la reconnaissance politique de la logique communautaire : comme l'ont rappelé les membres du Haut conseil à l'intégration, « l'intégration à la française » obéit à une logique d'égalité (des individus) et non pas de minorité15.

  • 16 Paul Yonnet, « La machine Carpentras » et Michel Wieviorka, « Les bases du national-populisme », L (...)
  • 17 Le Monde, 5 mars 1991.

15Mais, paradoxalement, le terme « communauté » s'est, dans le même temps, introduit dans le langage politique. Cela provient principalement de l'enroulement des logiques raciste et antiraciste. En effet, face à l'offre idéologique du Front national, s'est opérée une cristallisation d'un contre-discours politique qui renvoie, implicitement, à la même logique différentialiste que celle utilisée par ce parti. Il en résulte une vision implicite de la société conçue comme un ensemble de segments juxtaposés. Cela a été particulièrement significatif au moment de la profanation du cimetière juif de Carpentras16, ou encore lors de la guerre du Golfe. À ce moment, l'attention politique s'est focalisée sur les conséquences du conflit dans les interactions entre minorité juive et minorité maghrébine. Il n'est que de se rappeler les interventions télévisées du Chef de l'État durant ces événements, lequel, à deux reprises, a évoqué « la communauté musulmane » et la « communauté juive qui avaient donné l'exemple de la sagesse et du sang-froid »17.

  • 18 Voir Jean Leca, « La citoyenneté entre la nation et la société civile » in Dominique Colas, Claude (...)
  • 19 Cette logique inclusionnaire, au cœur de la plupart des systèmes politiques occidentaux est en gén (...)
  • 20 La réforme du Code de la nationalité a été votée par l'Assemblée nationale le 25 juin 1993. Les pr (...)

16Cette utilisation de vocabulaires et de registres pluriels, voire contradictoires, met en évidence la phase de transition que traverse actuellement le projet politique français, liée à une redéfinition du point d'équilibre entre altérité et civilité. L'altérité renvoie ici aux oppositions qui peuvent apparaître entre les membres d'un même corps social qui ne partagent pas les mêmes valeurs et les mêmes vues du monde18. Ces oppositions peuvent rendre particulièrement conflictuelle la logique inclusionnaire qui, au fondement du système politique français19, consiste en l'imposition à tous les membres d'une même communauté nationale d'une loi comune quelle que soit leur origine ethnique ou confessionnelle. Les conflits portent alors, soit sur l'extension des droits contenus dans la citoyenneté soit sur l'augmentation du nombre des nouveaux entrants. Ce second aspect est particulièrement significatif du débat politique actuel notamment avec la réforme du Code de la nationalité intervenue en juin 199320, laquelle trahit une crise de confiance dans le modèle républicain. De même, la polémique sur le contenu de la laïcité au moment de l'affaire des foulards à Creil en 1989 comme à Nantua en 1993 est révélatrice de cette crise de confiance.

17Cela peut provoquer également une crispation presque nostalgique sur ce modèle républicain : preuve en est les résistances de certaines fomations politiques comme de l'opinion à envisager la remise en cause du lien entre citoyenneté et nationalité, qu'il s'agisse du vote des immigrés aux élections locales ou des ressortissants de la Communauté européenne comme l'ont montré les débats lors du référendum pour le Traité de Maastricht. Ainsi, aux raisons internes et infra-nationales de ce malaise s'ajoutent, de surcroît, des raisons supra-nationales liées à la construction de l'Europe. Dans ce contexte, le rapport des populations maghrébines à l'Etat et à la société apparaît comme le catalyseur d'une mutation plus profonde et, de ce fait, informe tout autant sur la crise d'identité française que sur l'état des populations elles-mêmes.

Notes

1 Alain Touraine, « Face à l'exclusion », Esprit, n° 2, ibid., p. 12.

2 La situation des Corses est, à cet égard, tout à fait significative. La revendication nationaliste est apparue dans la décennie 1970 au sein d'une société locale déstructurée (économiquement) et quasiment francisée dans les modes de vie et les formes de sociabilité. Cf. Wanda Dressler-Holohan, itinéraires d'une recherche sur les mouvements nationalistes en France », in revue Pluriel/Débat, n° 32-23, ibid. pp. 39-51. Jeanne Favret-Saada nommerait ce processus « retraditionnalisation par excès de modernité ». Cf. Jeanne Favret-Saada, « Le traditionnalisme par excès de modernité », Archives européennes de sociologie, VIII (1), 1967, pp. 71-83.

3 Cf. Jünger Habermas, L'espace public, Paris, éd. Payot, 1978, p. 241 et suivantes

4 Cf. Daniel Bell, « Ethnicity and social change », in N. Glazer et D. Moynihan, Etnicity : theory and experience, Cambridge, Mass Harvard, 1975.

5 Jean Leca « La citoyenneté en question », in Face au racisme, P.A. Taguieff (dir.), Paris, éd. La Découverte, 1991, vol. 2, p. 316 et suivantes.

6 Cf. Jean Leca, « Une capacité d'intégration défaillante », Esprit, n° 6, ibid. p. 13.

7 Cf. Dominique Schnapper, La France de l'intégration, Paris, éd. Gallimard, 1990.

8 La séquence est la suivante : prise en compte des cultures populaires/cultures minoritaires/multiculturalisme. Comme le démontre Guy Saez, les ethnologues et les historiens relayés par les formations idéologiques de gauche ont contribué à la diffusion de cette nouvelle idéologie.
Au début des années 1970, dans une série de colloques ou de conférences intergouvernementales, les spécialistes s'interrogent sur les moyens de combler ce qu'Edgar Morin appelle un « no man's land culturel » peuplé d'immigrés, de femmes, de jeunes et de régionalistes. Guy Saez : « Emergence et institutionnalisation des cultures régionales et minoritaires comme objet de politique publique », Colloque de l'Association française de science politique, L'Etat devant les cultures régionales et communautaires, 23-24-25 janvier 1986, (16 p.), op. cit. pp. 7-8.

9 Ce conseil ne s'est pas réuni durant le gouvernement Chirac (1986-1988) et n'a repris ces activités qu'avec le retour des socialistes au pouvoir, bien que celles-ci demeurent d'ordre symbolique. Voir aussi Henri Giordan, Démocratie culturelle, le droit à la différence, Paris, La Documentation Française, 1983. On pourait également citer le développement, dans les collèges publics, de l'enseignement des langues et cultures d'origine. Cela existait depuis 1975, mais a été intensifié par la circulaire du 13 avril 1983 et a permis la négociation d'accords bilatéraux avec huit pays. Il faut préciser que cet enseignement reste marginal et peu efficace dans la mesure où il produit un effet pervers de stigmatisation. Cf. Simon Boulot et Danièle Boyzon-Fradet, « L'école française : égalité des chances et logiques d'une institution », Revue européenne des migrations internationales, vol. 4, n° 1/2, 1988, pp. 49-81.

10 William Safran, « La société pluri-ethnique et la démocratie moderne. Réflexions sur la France et les États-Unis », Colloque de l'Association française de science politique, ibid., (21 p), pp. 10-11.

11 Cf. notamment Patrick Weil, La France et ses étrangers. L'aventure d'une politique d'immigration. 1938-1991, Paris, éd. Calmann-Lévy, 1991. Mais aussi les travaux de Jacqueline Costa-Lascoux, entre autres, De l'immigré au citoyen, La Documentation française, Paris, 1989 et ceux de Catherine Wihtol de Wenden, notamment, Les immigrés et la politique, idem.

12 Cf. le rapport Marange-Lebon, L'insertion des populations étrangères, La Documentation française, Paris, 1981 ou encore la campagne « Vivre ensemble » lancée en 1985 par le gouvernement.
« L'insertion désigne une introduction de fait : l'objet inséré garde le plus souvent son identité, ses caractéristiques reconnaissables. (...) Dans le jeu des représentations collectives, les mesures d'insertion en faveur des immigrés supposent que ceux-ci conserveront leur identité et qu'ils ne se fondront pas dans le corps social. Cela présuppose aussi que la société d'accueil pourra rompre le lien et expulser tel ou tel élément étranger.
« En définitive, ce terme respecte l'identité première de l'étranger en même temps qu'il souligne son extranéité avec le risque d'une valorisation excessive de la différence ». Cf. Martine Charlot, Des jeunes Algériens en France, leurs voix et les nôtres, CIEMM, Paris, 1981, pp. 159-178, cité par Jacqueline Costa-Lascoux, De l'immigré au citoyen, op cit. p. 10.

13 Voir notamment Emile Durkheim, Le suicide, Paris, PUF/QUADRIGE, 1983. Selon Durkheim, trois dimensions président à l'intégration d'un groupe social : l'existence d'une conscience commune, des interactions intenses entre membres du groupe et l'adhésion à des buts communs. Cf. John Crowley, « Technicité, nation et contrat social », in Gil Delanoë et Pierre-André Taguieff (dir.), Théories du nationalisme, Paris, éd. Aimé, 1991, pp. 178-218.

14 Jacqueline Costa-Lascoux, De l'immigré au citoyen, op. cit. pp. 10-11.

15 Haut conseil à l'intégration, La connaissance de l'immigration et de l'intégration, et Conditions juridiques et culturelles de l'intégration, Paris, La Documentation française, 1992.

16 Paul Yonnet, « La machine Carpentras » et Michel Wieviorka, « Les bases du national-populisme », Le Débat, n° 61, septembre/octobre 1990, pp. 18-34 et pp. 35-41.

17 Le Monde, 5 mars 1991.

18 Voir Jean Leca, « La citoyenneté entre la nation et la société civile » in Dominique Colas, Claude Emeri et Jacques Zylberberg (dir.), Citoyenneté et nationalité. Perspectives en France et au Québec, Paris, PUF, 1991, pp. 479-505.

19 Cette logique inclusionnaire, au cœur de la plupart des systèmes politiques occidentaux est en général couplée avec une conception de la communauté nationale conçue comme un organisme naturel façonné par les traditions et la culture, ce qui justifie l'exclusion de ceux considérés a priori comme trop éloignés des dites traditions.

20 La réforme du Code de la nationalité a été votée par l'Assemblée nationale le 25 juin 1993. Les principales dispositions résident dans des restrictions aux articles 23 et 44 du code : obligation sera faite désormais aux enfants nés en France de parents étrangers de manifester leur volonté d'obtenir la nationalité, cela entre 16 et 21 ans et à condition qu'ils résident dans l'hexagone depuis cinq ans. Par ailleurs, les enfants nés en France, dont l'un des parents a vu le jour en Algérie avant le 3 juillet 1962, ne peuvent dorénavant devenir Français que si ce parent justifie d'une résidence dans l'hexagone depuis au moins cinq ans.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540