Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Troisième partie. «Les nouvelles classes dangereuses»

Chapitre XIII. Espace local et ethnicité « à la française »

Texte intégral

1Avec la sédentarisation des populations immigrées et la visibilité croissante des nouvelles générations, les élites politiques locales ont été, en quelque sorte, désemparées par le traitement des questions de la marginalité sociale et économique qui surgissent dans les banlieues et qui sont source de conflits entre groupes. La civilité dépérit quand les identités collectives se défient mutuellement, non seulement dans les expressions politiques officielles mais aussi dans toutes les circonstances de la vie quotidienne. Dans certaines cités FILM de Marseille, l'occupation de l'espace commun par des groupes perçus comme différents et catégorisés comme ethniques : « les jeunes maghrébins », devient l'enjeu de conflits et fonctionne comme un vecteur du sentiment d'insécurité, facilitant la mise à distance entre groupes, par ailleurs socio-professionnellement semblables. Le lien sécuritaire devient alors la seule forme du lien social en réaction contre cette occupation considérée comme illégitime :

  • 1 Michel Anselme, « Le lien sécuritaire : mettre en ordre le désordre quotidien », Peuples méditerra (...)

« loin d'être la manifestation d'une anomie généralisée, il rend compte de cette élaboration symbolique qui, donnant sens à une quotidienneté troublée et à des processus de recomposition sociale contradictoires, permet de les supporter »1.

2Reprenant à leur compte ces représentations, les hommes politiques locaux vont alors susciter l'émergence d'une sphère intermédiaire franco-maghrébine chargée de traduire, dans la sphère du pouvoir, les griefs de cette population jeune afin de désamorcer le potentiel de violence que l'affrontement entre groupes peut engendrer.

L'émergence d'une sphère « intermédiaire »

3Il existe un groupe social spécifique qui, à la périphérie de la municipalité mais aussi de la délégation régionale du FAS, fonctionne comme intermédiaire entre les populations issues de l'immigration et les institutions. Jusqu'au début des années 1980, il était constitué uniquement de professionnels du travail social, chargés de transmettre dans la sphère politique les besoins d'une population encore considérée comme immigrée. Ces besoins étaient circonscrits à deux domaines principaux : le logement et l'alphabétisation. Cela correspond à la phase de résorption des bidonvilles dans les quartiers périphériques et de l'habitat insalubre en centre-ville. Sept à huit associations spécialisées dans l'accompagnement des populations immigrées apparaissaient comme les interlocuteurs privilégiés et les principaux bénéficiaires des fonds publics du FAS et de la municipalité. Les membres de ces associations étaient légitimés par leur présence directe auprès des groupes considérés et par leur capacité à coder dans le langage administratif la « réalité du terrain ». En même temps, le réseau dense des centres sociaux dans les quartiers périphériques finissait de compléter ce « maillage » territorial des populations immigrées.

4À partir de 1980, les évolutions précédemment décrites au sein des populations issues de l'immigration : apparition de la demande d'islam et émergence des nouvelles générations dans l'espace public, ont déstabilisé ce rapport à la sphère politique. Cela a conduit à un éclatement du groupe, jusqu'alors homogène, et à une réorientation des modalités d'intervention. Pendant un temps, les travailleurs sociaux ont encore fonctionné comme relais des nouvelles demandes auprès des institutions. En même temps, ils ont favorisé la constitution d'associations par les populations elles-mêmes, dans le domaine religieux comme dans le domaine social ou culturel.

5Puis, les nouvelles générations ont accédé à la phase d'autonomie dans la négociation avec les institutions, notamment avec la mise en place des procédures de développement social des quartiers à partir de 1983 dont le principe est de favoriser les initiatives des habitants. Depuis, cette sphère intermédiaire entre le monde des banlieues et le pouvoir local s'est recomposée et a fait émerger un petit groupe d'individus légitimés par leurs fonctions associatives et qui sont considérées comme des « médiateurs » entre les « habitants » et les institutions.

6L'homogénéité en terme de parcours social des individus qui composent ce microcosme est frappante. Il s'agit d'une dizaine d'individus, principalement des hommes, âgés de 30 à 40 ans : presque tous ont connu le passage de l'habitat précaire aux HLM. Ils ont souvent été en contact avec les milieux gauchistes qui, dans les années 1970 étaient les seuls à pénétrer les « lieux interdits » des bidonvilles. Leur socialisation emprunte au double registre du monde du travail social et des Amicales des pays d'origine où la majorité de ceux qui sont Algériens a milité. La rupture avec les instances des pays d'origine s'opère au début des années 1980 et est consommée définitivement en octobre 1988 lors de la répression des émeutes en Algérie. Ils ont participé à toutes les mobilisations contre le racisme et contre l'extrême droite et ont contribué à la création de nombreuses associations, à partir desquelles ils ont acquis un véritable « savoir-faire » qu'ils investissent dans les filières professionnelles ou politiques. Aujourd'hui, ils sont majoritairement employés dans le travail social : soit ils ont pénétré les instances professionnelles comme les centres sociaux, soit ils ont professionnalisé leurs associations. Les domaines d'activité privilégiés sont la culture, l'information et l'économie. Ils sont considérés aujourd'hui par les institutions comme les « porte-parole » dans l'espace public de la cause immigrée en général et maghrébine en particulier.

7Leur entrée dans cette sphère intermédiaire présuppose, d'une part, qu'ils apparaissent comme suffisamment « éduqués » pour être traités comme des interlocuteurs mais, d'autre part, qu'ils conservent une « identité » qui justifie leur présence. Cela explique qu'ils aient intérêt à mettre en avant les particularités du milieu d'origine qu'ils sont censés représenter tout en insistant sur leur intégration personnelle. C'est au sein de ce microcosme que se recrutent, par exemple, les représentants des « communautés immigrées » qui siègent à la CRIPI, instance décisionnaire de la délégation régionale du FAS où sont attribuées les subventions aux associations et où se décident, en règle générale, les modalités du budget régional du FAS. En même temps, leur légitimité dépend de leur capacité de mise en conformité des demandes sociales par rapport aux exigences du pouvoir local. Ces exigences se sont transformées en une décennie : elles référaient, d'abord et uniquement, à un traitement social de l'immigration pour évoluer, ensuite, vers une prise en compte plus culturelle et plus « ethnique » de la population considérée. Cette évolution est le produit d'une conjonction : d'un côté, l'émergence d'un mouvement associatif autonome au sein des populations immigrées, de l'autre côté, le malaise grandissant des travailleurs sociaux face à la « galère » et la violence sous-jacente des jeunes de banlieues. Cela a favorisé la reconnaissance institutionnelle de ces médiateurs et à, en même temps, orienté la perception du groupe non plus comme population immigrée mais comme « minorité ». En fait, ce terme n'est quasiment jamais employé ni par les acteurs sociaux ni par les représentants des pouvoirs publics qui lui préférent le terme de « communauté ». Mais, comme les « effets sociaux d'une illusion ne sont jamais illusoires », la perception institutionnelle a ainsi contribué à construire une société civile polysegmentée.

8Cela est d'ailleurs très significatif depuis l'élection de Robert-Paul Vigouroux. Dans le cas particulier du groupe maghrébin, la conception institutionnelle introduit une coupure entre d'une part, la catégorie des nouvelles générations porteuse de demandes sociales et la catégorie des musulmans porteuse d'une demande d'islam. Ces intermédiaires ne sont légitimes pour les pouvoirs publics que dans leurs relations avec la première catégorie, à une ou deux exceptions près. Cela signifie que le traitement dont font l'objet les associations des nouvelles générations relève davantage du secteur « jeunesse » ou encore du secteur « solidarité », traitant des phénomènes d'exclusion, que du secteur « communautaire », domaine réservé du maire et ne nécessitant pas un traitement administratif.

Du militantisme à la professionnalisation

9L'existence d'une telle sphère intermédiaire consacre la reconnaissance implicite d'un groupe ethnique, même si pour autant il n'est pas possible de considérer ce phénomène comme une « race relations industry », à l'instar de la situation britannique par exemple. En effet, en règle générale en France, les postes financés directement ou indirectement en liaison avec la présence de minorités ethniques sont inexistants. Une certaine professionnalisation peut néanmoins se manifester. Il ne s'agit pas de postes spécialisés offerts dans le cadre d'institutions administratives mais, le plus souvent, d'institutions du travail social qui se chargent de tel ou tel secteur concernant les populations issues de l'immigration. À ce titre, elle reçoivent des financements du FAS et de la municipalité. De même, le renouvellement annuel de subventions à des associations issues de l'immigration conduit à une professionnalisation d'un petit nombre d'entre elles, dans la dépendance de l'offre publique.

10Ce passage à la professionnalisation constitue une évolution décisive dans l'histoire récente de ce mouvement associatif. Elle est liée à une condition : l'ouverture institutionnelle et politique traduite dans les diverses procédures contractuelles mises en place à partir de 1983 entre l'État et les collectivités locales.

11Tout d'abord, les contrats d'agglomération, tel celui signé entre la ville de Marseille et le ministère des Affaires sociales, le 10 décembre 1984, pour une durée de trois ans et s'inscrivant dans le cadre de la politique gouvernementale en matière d'insertion des populations étrangères ou d'origine étrangère. L'un des axes de la politique menée a résidé dans l'aide aux jeunes issus de l'immigration afin qu'ils prennent des responsabilités à travers la création d'associations. Cela s'est traduit par une aide publique à la création ou au fonctionnement d'associations des nouvelles générations sur les quartiers. Ces associations subventionnées répondent à des critères précis : elles sont situées dans des aires urbaines « à risque », elles développent une action culturelle, éducative ou de loisir envers les enfants et les adolescents. Ces critères ont été confirmés et renforcés par la mise en place de la politique nationale de développement social des quartiers à partir de 1981. Cette politique qui, dans un premier temps, a été menée de front avec le maintien de mesures spécifiques destinées aux populations immigrées, tend à devenir, notamment à Marseille, une politique globale à l'échelle d'un quartier, annulant peu à peu les procédures plus spécifiques, particulièrement depuis 1988, avec une intensification des moyens et une institutionnalisation croissante de l'action désormais intitulée « développement social urbain ». Ces nouvelles orientations sont sous-tendues par un principe général : inciter les habitants à devenir acteurs du développement de leur quartier.

12Outre les changements dans l'action publique de l'État induits par ces nouveaux principes d'action, il apparaît un nouveau « credo » institutionnel dans la perception de la condition des populations issues de l'immigration, à savoir : il n'y a pas de problèmes spécifiques liés à l'immigration en soi, les difficultés que rencontre une partie de la jeunesse issue de l'immigration : chômage, petite délinquance, drogue... sont les symptômes d'un dysfonctionnement de la société française et d'une dérégulation de l'intervention publique dont les banlieues périphériques sont le cadre, sinon la cause. Dans le cadre de ces principes, les habitants des zones d'habitat social dégradées sont invités à participer à la reconquête de leur cadre de vie par le biais d'une série de procédures de consultation et de concertation avec les instances politiques et administratives.

13Ces méthodes d'intervention ont eu pour conséquence de légitimer et de vitaliser le tissu associatif de ces quartiers, notamment celui des jeunes issus de l'immigration. Ces orientations institutionnelles ont ainsi contribué à l'émergence d'un tissu associatif plus professionnalisé et inséré dans les rouages politiques et administratifs du système local d'action. Il s'agit là d'une rupture décisive par rapport aux orientations contestataires, à l'origine des premières mobilisations des nouvelles générations. L'association fonctionne alors comme une instance de formation et d'apprentissage à la vie professionnelle, compensant souvent l'échec du parcours scolaire.

14La figure de l'animateur social est devenue valorisante auprès d'une partie de ces nouvelles générations, aidées institutionnellement dans l'accession à ce statut social. Ainsi, les opportunités de formation au BAFA (Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur) ou au BAFD (Brevet d'aptitude aux fonctions de directeur en animation) conduisent nombre de jeunes issus de l'immigration à s'investir dans cette filière professionnelle, notamment lorsqu'ils ont en charge les destinées d'une association. Les associations de quartier apparaissent, alors, non seulement comme des relais et des cautions de légitimité dans la mise en œuvre des politiques de développement urbain, mais également comme des outils de promotion et d'ascension sociale.

  • 2 Structure paramunicipale ayant vocation à gérer les équipements sociaux du quartier.

15Tel est le cas de l'association AS SUR, constituée le 16 juillet 1982, qui est devenue un outil privilégié du développement social urbain dans le XIVe arrondissement. Elle a été créée à la suite d'un stage de qualification de trois mois, organisé par le GRETA centre-nord, en collaboration avec la Mission locale des XIIIe et XIVe arrondissements et la Maison des familles et des associations2 et a pour objectifs :

  • le développement de l'animation par des prestations auprès des équipements sociaux,
  • l'animation en milieu scolaire,
  • l'élaboration et la réalisation de projets d'animation autonomes,
  • la formation et la spécialisation des membres de l'association.

16Elle regroupe plus de 60 adhérents. Deux postes à plein temps sont financés par le FAS et la ville de Marseille, pour la gestion et la coordination des actions, ainsi que six postes à mi-temps pour exercer de l'animation dans les cantines scolaires et mener des activités périscolaires. De plus, 50 vacataires interviennent sur des animations ponctuelles dans le domaine socio-éducatif ou sportif. Tous les adhérents de l'ASSUR possèdent le BAFA ou le préparent. 75 % sont des jeunes issus de l'immigration maghrébine qui participaient aux actions déjà menées par les équipements municipaux de quartier avant d'être membres de l'association. Les jeunes filles, généralement d'origine algérienne et célibataires, sont majoritaires dans l'association.

17La constitution de l'association répond à un besoin d'autonomie par rapport aux instances tutélaires du travail social :

« On était dans la période après l'adolescence, OK, mais on avait envie de couper les liens avec tous ces centres sociaux qui, en tant que vacataires, nous couvaient, on ne prenait pas réellement part à la vie du quartier. Le 16 juillet 1982, on a déclaré l'association, trois à quatre personnes ont réellement bossé là-dedans (...) Je dirais qu'on a rencontré des réticences. C'est sûr que des jeunes qui n'ont été que de petits vacataires et qui du jour au lendemain se disent : “on est vos partenaires, même si on a que la BAFA, on veut prendre part à la vie du quartier, on veut participer au montage des projets pédagogiques, on a des idées, on veut comprendre les budgets, les financements, tout ça, on va être un peu vos concurrents aussi, il ne faut pas le nier...” c'est sûr qu'on a eu des réticences, c'était pas encore prouvé, la question qui se posait était : est-ce que ces petits jeunes-là ne sont pas en train de se leurrer, est-ce qu'on n'est pas en train de leur faire croire qu'ils vont faire une progression de leur petit BAFA, est-ce qu'on les laisse continuer, est-ce qu'ils vont pas se casser la gueule ? C'était des questions de travailleurs sociaux, mais nous on avait une volonté. En plus, il y avait une volonté politique en 1981, le PS nous a beaucoup aidé, à ce niveau-là, nos deux volontés se sont rencontrées mais il y avait le blocage du terrain, on en a souffert mais maintenant on s'en est remis et on a fait nos preuves aussi. Ça été très dur pour nous au démarrage parce qu'il fallait qu'on fasse plus, mieux, donc il a fallu qu'on assure (d'où notre nom !) : “C'est sûr si tu assures c'est pas dur !” C'est notre sigle et c'était pas évident d'assurer ar on était quand même des petits jeunes et qu'on veut pas qu'on nous mette l'étiquette “association d'immigrés” parce que ce n'est pas notre ambition ».

18(B...., 25 ans, nationalité française, née à Marseille, détient le poste de gestion de l'association).

19L'évolution décisive de cette association réside dans un passage à la professionnalisation qui se traduit, d'une part, dans la pérennité et l'extension des activités, d'autre part, dans la mise en place de critères pour le recrutement des adhérents :

« En ce qui concerne les activités, on n'a pas fait de virage à 180°, mais quand même ont en a fait. Quand on a monté l'association, on n'avait pas de projet autonome à part l'animation dans les cantines (...). C'est vrai qu'on s'est rendu compte que les équipements sociaux de quartier s'occupaient de moins en moins des “ados”, il y a eu aussi la colonie de quartier qui est devenue action autonome d'ASSUR : c'est notre virage de 1984, on avait jamais monté de colonie, ça été un gros débat : est-ce qu'on est capable ou non ? Depuis, il y a eu d'autres actions autonomes : camps, séjours etc.. l'opération “stades ouverts” par exemple, c'est ASSUR qui a pris en charge une action qui d'habitude se faisait avec le CREPS et les AIL, c'est nous qui avons reçu les 3 000 journées vacances, on avait donc des équipes en camps, des équipes en colonies et des équipes d'animateurs là sur le quartier pour accueillir les enfants qui venaient faire du sport et ça ont l'a géré nous-mêmes (...)
« À l'ASSUR on rentre avec un BAFA mais on peut ressortir avec tous les diplômes possibles et imaginables si on a les capacités et les financements. Ça nous a permis d'emmagasiner des diplômes et les formations, d'avoir un bagage important pour se lancer dans le monde professionnel, certains sont partis et travaillent grâce aux bagages qu'ils ont emmagasiné à l'ASSUR. L'objectif à l'ASSUR est double : premièrement que l'association fonctionne pour les enfants du quartier mais en même temps que l'animateur qui passe pas l'ASSUR s'insère après, qu'il s'enrichisse et s'épanouisse et qu'il puisse après se lancer dans la société ».

20Le phénomène associatif se présente comme un substitut à des parcours scolaires cahotiques et aux déficiences du marché du travail. Ainsi, nombre d'individus ont pu, par ce biais, obtenir des formations complémentaires, les érigeant en professionnels du travail social. Il n'est d'ailleurs pas rare d'observer que les postes de directeur de centre social ou d'animateurs reviennent à des jeune issus de l'immigration, considérés par les pouvoirs publics et les institutions comme les plus aptes à réguler et pacifier « les zones à risque ».

21L'association est alors souvent utilisée comme marche-pied dans la promotion sociale individuelle. Par exemple, N. B..., célibataire, est née en 1956 à Setif. Elle est arrivée en France en 1960. Son père était monteur dans les chantiers navals, elle a été élevée à Port-de-Bouc (petite commune à la périphérie marseillaise). Lorsque nous l'avons rencontrée en 1987, elle était présidente de l'association interculturelle de la LOGIREM à Port-de-Bouc. La vie associative lui a permis de préparer le diplôme du DEFA et de s'extraire de la condition ouvrière à laquelle elle était destinée. L'association a été officiellement déclarée en 1985, mais a existé de manière informelle quelques années auparavant :

  • 3 La municipalité de Port-de-Bouc est gérée par les communistes.

« En 1981, il y avait une première association de jeunes Arabes sur Martigues, Marseille, Port-de-Bouc et Fos, et puis on s'est plus entendus pour des raisons multiples et chacun a continué sa route, donc j'ai repris la même activité sur mon quartier et utilisé des locaux mis à disposition par la LOGIREM, puis on a travaillé le terrain avant que l'association existe réellement (...)
« Les origines de l'association remontent à une troupe de théâtre qui, au Festival de 1981 à Port-de-Bouc, a créé une pièce qui s'appelait Les jeunes d'aujourd'hui, on a joué au pied de la cité en demi-cercle, on renouait avec l'amphithéâtre grec et ce soir-là, il y a eu plus de 1 000 personnes, chose extraordinaire, les Gitans, les Arabes, etc. (...)
« Au moment de la création de l'association, on a eu des difficultés d'ordre politique, j'ai été traitée de terroriste dans la ville, les communistes3 ont mis des bâtons dans les roues, puis ça s'est calmé quand ils ont vu ce qu'on réalisait, nos autres adversaires, ça été les travailleurs sociaux (...) »

22La composition de l'association est multi-ethnique. Les activités sont diverses : culturelles, socio-éducatives et sportives. Cette association est soutenue par le FAS et la politique de développement social des quartiers. Par ces activités, N. B... a pu bénéficier de formation et obtenir un poste d'agent de développement social sur la commune de Port-de-Bouc. Son parcours l'a ensuite conduite à Marseille, à partir de 1988, en tant que représentante de la population immigrée au sein du Conseil représentatif des interventions auprès de la population immigrée (CRIPI). Elle a ensuite été chargée d'une mission culturelle auprès de l'association para-municipale « Échanges Méditerranée ». Elle est aujourd'hui, chef de projet pour le développement social dans la commune d'Aix-en-Provence.

23D. D..., quant à lui, est né en 1957 dans les Aurès. Il est arrivé à Marseille à l'âge de huit ans, son père y était installé depuis 1952. Il a vécu toute son enfance et son adolescence à la « Cayolle », quartier où était situé un bidonville, puis une cité de transit, actuellement en cours de réhabilitation par les pouvoirs municipaux. Dans le cadre de sa fréquentation du centre social, des opportunités de formation lui sont offertes, qui lui permettent de préparer le DEFA. En 1983, il créé l'association des Jeunes de la Cayolle, qui devient un partenaire de la politique de développement des quartiers sur ce secteur. Il est aujourd'hui salarié de l'association (son poste est rémunéré par le FAS).

24Les financements publics attribués à ces associations de quartier sont, la plupart du temps, conséquents : il s'agit soit de financements municipaux, le plus souvent, dans le cadre de la politique de développement social des quartiers, soit de financements provenant de la délégation régionale du FAS. La participation de l'une et l'autre de ces institutions concerne en théorie, le financement d'actions ponctuelles, mais qui, par le renouvellement des subventions d'une année sur l'autre, cache en fait le financement de postes. La contribution de la ville sur une année peut varier de 20 à 100 000 selon l'action considérée et la légitimité de l'association. La part du FAS est encore plus conséquente : en 1990, 29 associations issues de l'immigration se sont partagées 3 000 000 francs. Les subventions accordées à ces associations sont relativement stables d'une année sur l'autre : la plupart sont financées régulièrement, notamment depuis la déconcentration régionale des crédits du FAS, mise en place à partir de 1985.

25Les critères retenus par le FAS sont identiques à ceux de la municipalité : toute action de proximité visant, selon la formule du délégué régional à « l'insertion des populations notamment des enfants et des adolescents », est favorisée : formation, loisirs, prévention de la délinquance, action en direction de la petite enfance...

26Ces critères de la demande publique ont deux effets : d'une part, construire l'action associative selon des orientations que les groupes déjeunes sur les quartiers n'auraient pas a priori choisi, d'autre part légitimer une action à partir de la composition ethnique du groupe : le FAS ou la municipalité, n'octroyant des subventions qu'à partir du moment où des individus issus de l'immigration maghrébine sont impliqués dans l'association. C'est ainsi qu'à partir d'une mobilisation le plus souvent étrangère à la référence ethnique, nombre de groupes de quartier mettent peu à peu en scène une présentation d'eux-mêmes en tant que jeunes « beurs », ou franco-maghrébins qui favorise l'allocation de ressources. En même temps, cette mise en scène ethnique ne dépasse pas le stade de la rhétorique, car il n'y a pas à proprement parler au sein de cette nouvelle génération des banlieues de projet pour la reconnaissance et la défense dans l'espace public d'une « identité collective » à partir de référents ethniques ou culturels. L'appartenance à une cité, à une classe d'âge exclue et marginalisée sont des éléments bien plus décisifs dans le processus de mobilisation que le souci de reconnaissance d'un groupe défini par des caractéristiques linguistiques, religieuses ou historiques. Mais d'un autre côté, la représentation de ces groupes, telle qu'elle se construit au sein des institutions conduit à jouer sur la différence ethnique et culturelle dans la présentation de soi. Ce jeu avec les institutions favorise le plus souvent des stratégies individuelles de promotion sociale en faisant émerger au sein des associations des individus aptes à manipuler à leur profit, le code symbolique qui sous-tend la représentation institutionnelle et qui, de ce fait, en retirent des gratifications matérielles.

Des politiques locales de gestion communautaire ?

  • 4 Cela peut prendre diverses formes : stages de formation et de sensibilisation en direction des per (...)
  • 5 Ainsi, sur une cité marseillaise, nous avons assisté au montage, par des associations vietnamienne (...)

27Les politiques menées à l'échelle locale ne sauraient, malgré tout, être considérées comme des politiques de « gestion communautaire ». Cela supposerait, en effet, l'accès de tous les services sociaux de manière égale aux différents groupes ethniques, ainsi que la prise en compte des besoins spécifiques issus de cultures propres. En France, de manière générale, la conception du service social interdit la mise en place de prestations particulières adaptées aux minorités. En fait, on parlera de gestion communautaire au sein du système politique local, dans deux cas : soit il s'agit d'intégrer les cultures d'origine étrangère aux cultures locales ou aux cultures déjà installées4, soit il s'agit de favoriser un tissu associatif spécifique dans le cadre des procédures de rénovation ou de réhabilitation des quartiers. Mais lorsque les initiatives de ce tissu associatif tendent à se dégager de l'encadrement et du contrôle des professionnels du travail social, le soutien municipal s'arrête5. De plus, les diverses administrations éprouvent des difficultés à reconnaître les associations d'immigrés comme de vrais partenaires, notamment en matière d'action sociale, ce qui explique que le FAS demeure le principal pourvoyeur de fonds.

28En fait, le milieu intermédiaire évoqué précédemment fonctionne plutôt comme un garant de légitimité vis-à-vis de politiques qui demeurent avant tout des politiques d'égalité des chances et dont les orientations ne sont pas véritablement ajustées en fonction de la demande sociale. En effet, l'offre politique se construit sur le double registre de l'égalité civile et de la différence culturelle. C'est en cela qu'elle favorise l'émergence d'un milieu intermédiaire. Mais, les demandes au sein de la composante « jeune » de la population maghrébine sont porteuses d'une tension spécifique entre, d'un côté, la volonté d'une intégration sociale et, de l'autre, l'exigence de la reconnaissance d'une particularité liée à l'expérience du racisme. Les travailleurs sociaux et les associatifs issus de l'immigration, composant le milieu intermédiaire ont pour fonction de transposer et de coder dans le registre « égalité civile/différence culturelle », ces demandes sociales oscillant entre intégration sociale et reconnaissance, non pas toujours d'une culture propre mais d'une expérience particulière.

29L'action de ce milieu intermédiaire obéit à une triple logique : action de droit commun, action égalitaire et multiculturelle et action de représentation. Or, cette logique est d'autant plus légitime aux yeux des institutions qu'elle est portée par des leaders associatifs issus du groupe. En ce sens, ils ne constituent pas à proprement parler des intermédiaires, ce qui supposerait une effective adéquation entre l'offre politique et les demandes sociales, mais plutôt des « traducteurs » en un discours recevable par les institutions politiques, d'aspirations complexes et diffuses. Il en résulte une forte autonomisation des leaders et des représentants, qui de fait, sont plus impliqués dans les débats et les luttes politiques que dans l'expression des demandes sociales.

  • 6 Didier Lapeyronnie classe également dans cette catégorie une ville comme Roubaix, op. cit. p. 200.

30Si l'orientation de l'action politique marseillaise vers la promotion multiculturelle et l'égalité des chances peut être qualifiée d'ethnicité à la française, il faut préciser que ce cas de figure demeure rare en France6. Plusieurs possibilités apparaissent dans la prise en considération des populations immigrées. Tout d'abord, dans bon nombre de villes, les minorités issues de l'immigration ne sont pas reconnues en tant que telles et, dans ce cas, il n'existe pas de domaine particulier d'action les concernant. Elles sont soumises au « droit commun », par exemple à Vitry ou Nice. Entre ces deux cas de figure opposés que sont Nice et Marseille, trouvent place des configurations médianes.

  • 7 La ville de Lyon selon nous se rangerait dans cette catégorie, notamment depuis l'accession de Mic (...)

31Il se peut que les groupes immigrés soient représentés en tant que tels, tout en ne bénéficiant pas de politiques particulières. L'offre politique est alors peu liée au traitement des demandes sociales et les canaux de représentation et d'expression sont séparés. C'est, par exemple, le cas de la ville d'Amiens où a été créée une commission extra-municipale composée de populations issues de l'immigration7.

  • 8 À partir de 1983, dans la ville de Belfort, a été mise en œuvre une politique de l'immigration ave (...)

32Enfin, les populations issues de l'immigration peuvent être l'objet de politiques spécifiques appuyées sur une spécialisation d'un certain nombre de personnels, sans que cela implique véritablement l'émergence d'un milieu intermédiaire censé représenter les intérêts du groupe. Les politiques sont ici des politiques de spécialisation, comme à Belfort par exemple8.

33Pour les nouvelles générations, l'ethnicité s'enracine donc dans l'expérience d'une différence : le racisme post-colonial, lié à une perte culturelle. Une telle situation favorise davantage des formes violentes et sporadiques d'apparition dans l'espace public que des mobilisations construites et organisées. Cela explique la récurrence des émeutes, depuis les rodéos des Minguettes en 1980 jusqu'aux événements de Vaulx-en-Velin en novembre 1989 ou à Sartrouville en 1990. Le fait que de telles émeutes ne se produisent pas à Marseille, malgré des conditions de vie identiques à celles des banlieues citées, tient à une particularité locale : à savoir le maillage dense des quartiers par des structures d'animation (comités d'intérêt de quartier, comités d'animation de quartier, Maison pour tous, centres sociaux...) dont l'action quotidienne contribue à désamorcer les potentiels de contestation violente de ces nouvelles générations et à les orienter davantage vers des modalités de négociation et de mobilisation, notamment par la constitution d'associations. Les modalités de dénomination et d'action de ses associations ne révèlent pas une identification dominante à l'ethnie mais plutôt à un quartier ou à une cité à travers sa composante « jeune ». Lorsque ces dénominations et ces références à l'ethnie apparaissent, elles sont plutôt le fait d'individus en ascension vers les classes moyennes et pour lesquels l'association constitue un outil de promotion sociale.

34À cet égard, l'offre politique est déterminante, non pas tellement dans la constitution des associations que dans la pérennisation d'un certain nombre d'elles. Cette offre politique a ainsi deux conséquences distinctes mais cumulables : la professionnalisation et le passage au politique d'une partie de ce tissu associatif. Un milieu intermédiaire émerge alors, ayant vocation à représenter les intérêts du groupe auprès des pouvoirs publics en transcrivant dans le registre de l'égalité des chances et de la différence culturelle l'expression de demandes sociales qui elles, seraient plutôt sur le registre « volonté d'intégration sociale et besoin de reconnaissance d'une expérience particulière ». Cela explique la déconnexion très forte qui se produit entre cette « élite » associative fabriquée par la demande institutionnelle et la masse de la jeunesse des banlieues plutôt inorganisée et mobilisable autour d'enjeux immédiats comme la réaction à un attentat raciste ou à une agression policière. C'est pourquoi, selon nous, il n'est pas possible d'appréhender cette situation en terme de gestion communautaire.

35Cette déconnexion conduit les leaders associatifs à développer un paradoxe qui leur est propre : ils légitiment leur action au nom d'une identité maghrébine ou arabe et en même temps ils refusent la stigmatisation pernicieuse dont ils peuvent faire l'objet au nom du « droit à la différence ». Ainsi la formule « Franco-Maghrébin » ou Français « d'origine arabe » fonctionne comme ressource politique sans que cela corresponde à des revendications précises renvoyant à cette « maghrébinité » ou cette « arabité ».

36Par ailleurs, les formes de mobilisation (l'association plutôt que le parti politique) et les thèmes de revendication (le logement, la formation, les conditions de vie dans le quartier, le droit de vote aux étrangers pour les élections locales.) font apparaître une conception civile de la citoyenneté. Cette conception civile est d'autant plus marquée que, désormais, la médiation entre groupes différents est privilégiée au détriment de l'intercession par les institutions politiques classiques (partis politiques, syndicats). Dans ce contexte, les populations maghrébines de Marseille ne sont pas différentes des populations juives, arméniennes ou africaines. En revanche, la particularité de la population maghrébine réside dans la séparation des revendications adressées au pouvoir local entre, d'un côté, la demande d'islam et, de l'autre côté l'aspiration à l'égalité sociale et juridique. Cette séparation n'est pas uniquement revendicative, elle est également sociologique et traduit la disparité des modes d'identification entre générations.

  • 9 La référence permanente à la minorité juive comme modèle de l'intégration, de la part des individu (...)

37En définitive, les attachements aux groupes primaires de quartier, de religion, d'ethnie sont considérés comme plus « charnels » et plus signifiants et, désormais, la collectivité locale est devenue une mosaïque de groupes différenciés qui attend du pouvoir local une distribution des ressources et de la reconnaissance symbolique en parts égales9. Il en résulte une crise de la combinaison de l'espace public et de la politisation sur les bases universalistes dont les conditions de l'élection de Robert-Paul Vigouroux sont un signe. L'ethnicité peut alors être définie différemment : elle ne s'exprime plus seulement sur le plan économique ou social mais dans l'arène politique en tant qu'articulations de sentiments, d'objectifs et d'identités axés sur les institutions politiques.

38Le cas marseillais traduirait alors une crise plus générale de l'identité politique française dont la situation des populations maghrébines ne serait que le révélateur.

Notes

1 Michel Anselme, « Le lien sécuritaire : mettre en ordre le désordre quotidien », Peuples méditerranéens, n° 51, avril-juin 1990, pp 47-60. op. cit. p. 60.

2 Structure paramunicipale ayant vocation à gérer les équipements sociaux du quartier.

3 La municipalité de Port-de-Bouc est gérée par les communistes.

4 Cela peut prendre diverses formes : stages de formation et de sensibilisation en direction des personnels administratifs (municipaux, travailleurs sociaux) en contact avec les minorités issues de l'immigration, semaines culturelles dont l'objectif est la valorisation des apports des différentes minorités, soutien aux activités associatives allant dans le même sens. Ainsi, les fêtes multiculturelles mises en place par des associations comme Radio Gazelle sont systématiquement soutenues par la municipalité et la délégation régionale du FAS. Plus généralement, toute initiative culturelle en provenance des minorités que celles-ci soient juives, arméniennes, comoriennes ou maghrébines bénéficie d'un appui municipal.

5 Ainsi, sur une cité marseillaise, nous avons assisté au montage, par des associations vietnamiennes, comoriennes et maghrébines d'un projet dit « intercommunautaire » dont les orientations en matière sociale tendaient à rendre inutile les professionnels du centre social. Ce projet n'a pas été soutenu par la mairie de secteur ni les services de l'État. Précisons que les plus dynamiques en la matière ont été les Vietnamiens, lesquels souhaitaient la mise en place pour leur usage exclusif de services sociaux adaptés à leur mode de vie. Nous avons déjà mentionné cet exemple dans le chapitre xi.

6 Didier Lapeyronnie classe également dans cette catégorie une ville comme Roubaix, op. cit. p. 200.

7 La ville de Lyon selon nous se rangerait dans cette catégorie, notamment depuis l'accession de Michel Noir à la mairie. Ainsi, depuis 1989, existe à Lyon dans l'équipe municipale, un conseiller, délégué au respect des droits et aux relations intercultuelles et interculturelles. Une commission extra-municipale du respect des droits a été constituée qui réunit des associations antiracistes, des associations familiales, des associations issues de l'immigration (l'association JALB siège à cette commission).

8 À partir de 1983, dans la ville de Belfort, a été mise en œuvre une politique de l'immigration avec l'arrivée d'un nouvel adjoint chargé de ces questions. La procédure du contrat d'agglomération a fourni la première opportunité. La politique menée ne s'est pas inscrite dans une analyse des réalités locales, mais sur une conception politique a priori selon laquelle : « l'intégration sera culturelle ou ne sera pas ». Cela s'est traduit par la création d'un Centre des cultures méditerranéennes, destiné à promouvoir les cultures issues de l'immigration et orienté vers des actions à forte visibilité et à haute portée symbolique : comme, par exemple, l'organisation d'un colloque consacré à l'immigration avec la présence de personnalités politiques.
Parallèlement, s'est développée une action sociale portée par les travailleurs sociaux et diverses associations. Ce deuxième groupe d'acteurs est largement dépendant de la municipalité et apparaît surtout comme demandeur de financements. Cf. Didier Lapeyronne, op. cit. pp. 211-212.

9 La référence permanente à la minorité juive comme modèle de l'intégration, de la part des individus maghrébins que nous avons interrogés, est à cet égard significative. De même, les tentatives de dialogue qui sont apparues à l'occasion de la guerre du Golfe entre certains responsables associatifs, du côté juif et du côté maghrébin.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540