Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Troisième partie. «Les nouvelles classes dangereuses»

Chapitre XII. De l'antiracisme à la citoyenneté : les contradictions de la mobilisation

Texte intégral

1Trois orientations principales structurent l'action collective des nouvelles générations : l'antiracisme, le combat pour les droits civiques et l'ethnicité. Les associations peuvent d'ailleurs évoluer de l'une à l'autre en fonction des contextes politiques et des ouvertures institutionnelles dont elles disposent. Chacune de ces logiques étant fragile et instable, cela explique qu'elle soit à la fois fortement instrumentale, et fortement expressive.

2La première d'entre elles, la logique antiraciste constitue le point commun de toutes les formes de mobilisation. Elle est à la fois la plus répandue et la plus éphémère.

L'antiracisme : entre volonté d'intégration et tentative de rupture

3La constitution de la mémoire collective des nouvelles générations dans l'espace national français n'est pas compréhensible sans prendre en compte la dimension du souvenir des crimes et attentats racistes perpétrés contre les individus du groupe. Mais les sentiments d'injustice et d'indignation sont souvent convertis en des formes d'expression plus durables et plus positives grâce à l'intermédiaire d'alliés (travailleurs sociaux, associations antiracistes...) Là se joue une contradiction propre à ces nouvelles générations : en effet, l'action antiraciste combine à la fois un appel à l'égalité, au respect des individus et des personnes et, en même temps, une volonté de rupture et de lutte contre l'ordre social et politique. C'est pourquoi l'élargissement de l'action antiraciste aux professionnels, comme la Ligue des Droits de l'homme ou la LICRA, gage d'une audience et d'une efficacité plus grande, est en même temps perçu comme un affaiblissement du potentiel contestataire et de l'autonomie de la lutte. Tel est aussi le grief adressé à SOS Racisme, l'association s'étant instrumentalisée et politisée à partir de la réaction antiraciste portée par les nouvelles générations.

  • 1 Pierre-André Taguieff, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, éd. La Déc (...)

4L'antiracisme recèle en soi une contradiction majeure entrant en résonance avec les particularités des modes identitaires de cette population. En effet, comment concilier, d'une part, la proclamation du respect des différences et, d'autre part, la revendication du métissage et de la « mixophilie » comme méthodes de salut ? Sous le terme égalisateur d'antiracisme, se constitue alors une ambiguïté fondamentale due à la coexistence, dans la même rhétorique, d'une axiologie de la différence et d'une axiologie du mélange égalisateur1.

5Cette double contradiction est au cœur de l'action des nouvelles générations qui oscille entre intégration/contestation et antiracisme « individuo-universaliste »/« traditio-communautaire ». Au moment de la Marche pour l'égalité des droits et contre le racisme, arrivée à Paris le 3 décembre 1983, ces ambivalences émergent. La logique de l'antiracisme « individuo-universaliste » est alors dominante : l'identité des acteurs est moins définie en termes culturels ou sociaux qu'en termes moraux ; ils se présentent comme « des êtres humains qui rejettent le racisme ». L'idéologie de la « marche » n'est pas une croyance généralisée, une solution globale opposée aux problèmes rencontrés ; elle est plutôt une éthique de conviction. De ce point de vue, les références à Martin Luther King, introduites par les travailleurs sociaux (chrétiens de gauche, notamment) qui ont présidé à l'élaboration de la manifestation, ont renforcé cette conception : il n'y avait pas de programme mais la proclamation de valeurs antinomiques du racisme.

  • 2 Pierre-André Taguieff, op. cit., pp. 363 et suivantes.
  • 3 C'est sous l'impulsion du GRECE, relayé dans l'espace politique par le Club de l'horloge, puis le (...)

6Apparaissent là deux dimensions constitutives de l'idéologie antiraciste : la définition univoque du racisme, conçu comme rejet de la différence et l'adhésion à un pacifisme tendant à privilégier l'attitude inconditionnelle de non-violence2. La première de ces dimensions, à savoir l'illusion définitionnelle du racisme, a pour conséquence de limiter celui-ci à l'hétérophobie et de rendre impossible la prise en compte des racisations qui procèdent non pas du rejet de la différence mais de son éloge, et qui érigent les différences culturelles en valeurs suprêmes, comme c'est le cas dans le discours du Front national3. Quant à la seconde dimension, elle a pour effet, dans la situation considérée, de dépolitiser la réaction de protestation des nouvelles générations en présupposant une politique sans ennemi. L'unanimité et la communauté émotionnelle qui ont présidé au déroulement de la « marche » ont occulté ces contradictions de l'action, qui, néanmoins, apparaîtront par la suite dans les bilans et les conséquences tirées de cette manifestation par les acteurs.

7À partir de l'expérience commune du racisme et de la discrimination, des interprétations divergentes sont apparues : soit il s'agit de se définir comme une composante de la jeunesse paupérisée et exclue des banlieues populaires et de mettre l'accent sur les moyens politiques et sociaux qui, en faisant disparaître cette condition, feront diminuer le racisme (exercice des droits civiques, mise en œuvre de politiques sociales...), soit il s'agit d'envisager le racisme comme une expérience irréductible que seule l'auto-organisation du groupe à partir de ressources propres peut arriver à combattre. Mais la définition de ces ressources propres : ethniques et/ou religieuses est, elle aussi, problématique, dans la mesure où les modes d'identification à l'islam notamment font sens individuellement mais pas véritablement à titre collectif.

8Ce dilemme spécifique des nouvelles générations explique les controverses qui ont agité les Assises nationales des associations issues de l'immigration qui se sont tenues à Lyon les 9, 10 et 11 juin 1984. Deux conceptions différentes de la stratégie à mettre en œuvre se sont alors affrontées et traversent encore aujourd'hui le mouvement associatif issu de l'immigration. D'une part, il y avait les tenants d'une logique autonome extrême selon laquelle les jeunes maghrébins doivent construire leur mouvement en dehors de toute participation aux institutions, partis politiques et associations antiracistes, au nom d'un combat spécifique à mener. Paradoxalement, l'orientation de l'action en terme de défense d'attributs spécifiques et la liaison avec la première génération n'ont pas été posées pour autant. D'autre part, il y avait ceux qui, tout en reconnaissant le principe de l'auto-organisation insistaient sur les dangers d'un repli « communautaire » et mettaient en avant la nécessité de rechercher des alliés parmi les autres composantes de la société française et parmi les forces politiques, afin de développer des capacités sociales et économiques et de mener à terme le combat pour l'égalité et la sécurité. L'impossible consensus sur l'une ou l'autre de ces éventualités a contribué à l'échec de ces Assises.

9Les deux autres « marches » en 1984 et 1985, ont constitué l'apogée de la contradiction de cette logique antiraciste. Le 3 novembre, cinq groupes à mobylette partis de Marseille, Toulouse, Brest et Dunkerque sont arrivés à Paris le 1er décembre 1984. Initiée par une partie de l'ancien collectif parisien autour de l'association Nouvelle génération immigrée, cette marche est apparue comme un déni à la logique de rupture qui s'était manifestée lors des Assises de Lyon. Les principes de l'ouverture et du métissage culturel ont été explicitement énoncés dans le texte d'appel :

  • 4 Cf. A. Jazouli, op. cit., p. 149.

« Au passé, nous préférons l'avenir, au repli, nous opposons l'ouverture, au chacun pour soi, nous répondons par le mélange déjà existant, au sectarisme de groupe, nous répliquons par une volonté de partage des droits et des obligations... Vivons égaux avec nos ressemblances, quelles que soient nos différences »4.

10Or, sur le parcours Marseille-Paris, des incidents surviendront qui conduiront, à l'arrivée, la représentante de ce parcours à se déclarer dissidente de l'initiative. Cela s'explique par le fait que, depuis le départ de Marseille, les « rouleurs » n'avaient rencontré que des militants antiracistes professionnels au sein des comités locaux de soutien à la Marche. Le premier décembre 1984 à Paris, sous forme de Lettre ouverte aux gens convaincus, la responsable du parcours a fait état des interrogations d'une fraction de la jeunesse maghrébine quant à la nature du soutien et de la solidarité attestées par les mouvements antiracistes. La mixophilie proclamée au début de la « marche » s'effondrait face aux réactions de défiance et à la crainte de déperdition de sens, conséquences de l'ouverture et du brassage. Néanmoins, une partie des « rouleurs » a rejeté cette interprétation, soutenus par la majorité des comités d'organisation auxquels ils ont envoyé une lettre où ils affirmaient que « le discours sur le podium de la Place de la République du 1er décembre est loin de refléter la réalité de ce qu'a été “Convergence 84” dans son ensemble ».

  • 5 Cf. Nacer Kettane, Droit de réponse à la démocratie française, Paris, éd. La Découverte, 1986.

11Le retournement de signification de « Convergence » a donc réintroduit les éléments du clivage non seulement entre action autonome et recherche d'alliés mais aussi, et peut-être surtout, entre la logique antiraciste universaliste et la logique antiraciste différentialiste. Ce clivage n'est pas véritablement perçu par les acteurs eux-mêmes qui tentent de concilier ces deux logiques dans un même discours. Preuve en est la IIIe Marche, partie de Bordeaux le 19 octobre 1985, dite « Marche des Droits civiques ». Les participants revendiquaient tout à la fois la reconnaissance d'une identité spécifique (liberté de culte, enseignement des langues maternelles) et affirmaient, pour la première fois, la solidarité avec les premières générations maghrébines tout en énonçant la nécessité de la participation à la vie politique et de l'exercice de la citoyenneté5.

  • 6 Cf. Serge Malik, L'histoire secrète de SOS Racisme, Paris, éd. Albin Michel, 1990.

12SOS Racisme constitue le meilleur exemple, aujourd'hui, de cette polysémie du discours antiraciste. Cette association constituée en 1985, à la suite de la deuxième « marche » n'est pas dirigée par des individus issus de l'immigration maghrébine, bien qu'elle ait trouvé sa légitimité d'action dans les mouvements d'indignation morale de ces individus face au racisme6. Le discours des dirigeants de SOS Racisme oscille entre la reconnaissance et la défense de la société pluriculturelle et la nécessité de mise en œuvre des outils de l'intégration : entre l'éloge de la différence et la référence aux valeurs universelles, entre valorisation du métissage et reconnaissance de la spécificité. En même temps, SOS Racisme a fonctionné comme une instance d'élargissement et d'alliance du combat antiraciste des nouvelles générations à d'autres minorités, historiquement et potentiellement victimes comme la minorité juive, en même temps qu'elle a été soutenue politiquement et médiatiquement. Cette question de l'élargissement de la lutte antiraciste constitue la principale « pomme » de discorde entre les dirigeants de cette association et la plupart des leaders issus de l'immigration maghrébine, qui refusent la dissolution de leur condition spécifique dans un front antiraciste élargi.

  • 7 Harlem Desir s'en est expliqué de la manière suivante : « Si nous nous sommes prononcés contre l'e (...)

13L'hétérogénéité du discours antiraciste est également apparue en pleine lumière, lors de « l'affaire des foulards ». Face aux partisans de l'exclusion de tout signe religieux dans l'école publique, les associations issues de l'immigration ont opposé un discours ambigu, empreint à la fois du principe de reconnaissance de l'identité culturelle et du refus du « ghetto et du sectarisme ». Entre le refus affiché des dirigeants de SOS Racisme d'exclure les jeunes filles7 et la défense de la laïcité par les responsables de France Plus se situe toute une gamme de prises de position ambivalentes. D'une part, ils se sont opposés à l'exclusion des jeunes filles et ont considéré le traitement médiatique et politique de cette affaire comme une entreprise de « délégitimation » de l'islam en France mais, en même temps, certains sont plutôt opposés à l'extériorisation de l'appartenance religieuse, qui ne correspond pas à leur mode d'identification à l'islam. La plupart des leaders issus du mouvement associatif de Marseille ont rédigé à cette occasion un appel dont les termes révèlent cette ambiguïté :

« Cet appel émane de personnes d'origine musulmane pour lesquelles la laïcité est une valeur fondamentale (...)
« 1) On ne saurait empêcher des filles d'aller en classe sous prétexte qu'elles portent un foulard sans pénaliser leur avenir, sans prendre le risque de voir se multiplier un phénomène très limité au départ et sans fournir à une petite minorité d'intégristes l'occasion de récupérer cette affaire à son profit. Nombreuses sont les femmes qui prouvent chaque jour qu'elles sont d'excellentes musulmanes sans pour autant porter voile ou foulard.
« 2) Tout le monde connaît l'image négative de l'islam en France. Cette religion n'a nul besoin de se distinguer par des signes extérieurs qui, mal compris ou mal interprétés, ne contribueront pas à faciliter la cohabitation à l'école et peuvent devenir des prétextes pour d'autres discriminations notamment en matière d'embauché...).
« 3) L'enjeu réel est la place de l'islam et des musulmans en France alors que l'Islam est la deuxième religion française. »

14En définitive, les actions antiracistes conduites par les nouvelles générations mettent à nu la contradiction majeure engendrée par l'utilisation simultanée de deux registres antinomiques : l'un axé sur la revendication du droit à la différence, et l'autre sur l'aspiration à l'égalité. La particularité de la revendication antiraciste lorsqu'elle est portée par ces acteurs provient du fait que l'appartenance minoritaire vient en quelque sorte recouvrir l'exclusion sociale et, de ce fait, est vécue comme la raison de cette exclusion. Il en résulte que les demandes sociales se surchargent d'une exigence de la reconnaissance d'une particularité. Cette particularité ne réside pas véritablement dans une culture propre mais dans l'expérience spécifique qu'est le racisme post-colonial. Le paradoxe survient de la relation entre identité culturelle et racisme qui contraint le dominé à s'intégrer et à contester cette intégration, à défendre et à contester sa culture d'origine dans le même mouvement.

La citoyenneté comme enjeu

15Le combat pour l'égalité des droits et pour la citoyenneté peut être privilégié au détriment du droit à la différence, notamment lorsque les acteurs, étudiants, leaders associatifs s'éloignent du monde des banlieues et sont en ascension vers les classes moyennes.

16La première dimension de ce combat est la sensibilisation à l'exercice du droit de vote et devient visible à partir de 1985, lors de la IIIe Marche. C'est d'ailleurs à l'issue de cette manifestation qu'a été constituée, par un petit groupe de marcheurs, l'association France Plus dont les responsables se sont érigés en défenseurs des droits civiques.

17Cette mobilisation autour des Droits civiques va prendre la forme, dans un premier temps, d'une sensibilisation à l'inscription sur les listes électorales auprès des jeunes des banlieues. Mais ces campagnes d'inscription ne remplissent pas les mêmes fonctions selon qu'elles sont portées par des associations locales ou des associations à vocation nationale.

18Pour les premières, une telle opération leur permet d'attester auprès des autorités municipales de la crédibilité et du poids de leur influence sur la jeunesse des quartiers, ce qui amène des effets induits en terme de légitimité ou de subventions supplémentaires. Dès 1982, les membres de la section marseillaise du Collectif national des droits civiques ont été les premiers à tenter des campagnes d'information et d'éducation auprès des populations en âge de voter, issues de l'immigration en vue de l'inscription sur les listes électorales. Ce collectif composé d'intellectuels, d'étudiants ou de responsables associatifs a été dissout en 1986. La raison de son échec (environ 150 inscriptions lors des élections législatives en 1986) a été sa liaison trop visible avec les instances locales du Parti socialiste : deux des principaux membres de ce collectif exerçaient et exercent encore des fonctions à l'intérieur du Parti socialiste.

19Depuis, d'autres associations se sont engagées dans de telles actions, telle la fédération APAC, forte de son regroupement de vingt associations sur l'ensemble des quartiers de la ville, ou encore le CIDIM. Chaque échéance électorale est l'occasion d'une visite des cités et des quartiers et d'une campagne d'affichage dans les centres sociaux et les locaux associatifs. En dépit de pressions politiques exercées sur les dirigeants de ces associations, ils se défendent néanmoins de donner des consignes de vote, car cette attitude constitue le seul garant de l'efficacité éventuelle de leur action, étant donné le syndrôme de la récupération qui caractérise ces nouvelles générations.

20Néanmoins, cette limite entre l'action civique et l'engagement politique est souvent difficile à tenir pour les dirigeants des associations locales, car la tentation est trop forte de monnayer cette action en termes de subventions ou de postes auprès de la municipalité ou dans les appareils des partis politiques. Bien plus, la défense des droits civiques conduit souvent à l'action politique ceux qui y sont engagés. Ainsi, K. A..., président de l'association SAHRA aujourd'hui disparue, après avoir participé au Collectif des droits civiques, s'est lui-même mis en campagne lors des élections législatives du mois de mars 1986, en constituant sa propre liste. Cette initiative est née du refus des responsables locaux du Parti socialiste de prendre en compte sa candidature sur leurs propres listes. Ayant obtenu près de 2 % au premier tour, K. A... a retiré sa liste entre les deux tours, sur la pression des dirigeants socialistes.

  • 8 Ainsi, les subventions du FAS National accordées à SOS Racisme seraient passées de 50 000 F en 198 (...)

21Ce passage de l'action civique à l'engagement politique caractérise également une association à vocation nationale comme France Plus. Dans ce cas, les campagnes d'inscription sur les listes électorales sont menées à plus grande échelle grâce à des soutiens médiatiques, politiques et financiers conséquents8. Elles ont pour objectif d'assurer un contact avec la jeunesse des banlieues qui constitue la base de sa légitimité d'action.

22Le débat sur le Code de la nationalité allait véritablement lancer le mouvement. Co-organisatrice du meeting tenu le 3 décembre 1986 à la Mutualité avec SOS Racisme, le MRAP et la LICRA, l'association organisait ensuite de manière autonome un colloque patronné par le secrétaire d'état aux Droits de l'homme : « Quel avenir pour l'immigration ? » où sont intervenus des représentants de la classe politique, toutes options idéologiques confondues, à l'exception du Front national. Le 18 octobre 1987, les militants de France Plus, soutenus par Simone Veil, Michel Rocard et Bernard Stasi, sillonnaient la France dans un avion prêté par Air Inter : « Le charter pour l'intégration », réponse au charter des « 101 Maliens ». Un an après, ils renouvelaient l'opération dans la perspective des élections municipales du mois de mars 1989 avec le « charter des Droits civiques » et lançaient également un « eurocharter » en vue des élections européennes. Mais cette fois, une dimension supplémentaire s'ajoute à ces campagnes : il s'agit de négocier dans les principales villes de France la position de candidats franco-maghrébins sur les listes en présence. L'expérience a été renouvelée lors des élections législatives des 21 et 28 mars 1993, mais cette fois les vingt-deux candidats en lice se sont présentés sous un label autonome « Ensemble aujourd'hui », sans rattachement aux partis politiques existants.

  • 9 Selon les données d'enquête recueillies par Béatrix Asma auprès de cette association dans le cadre (...)

23Cette entrée dans la lutte politique est apparue comme la suite logique des actions de défense et de promotion des droits civiques. Ainsi, depuis la création de l'association, le président Arezki Dahmani a revendiqué l'inscription de plus de 200 000 Français d'origine maghrébine sur les listes électorales : chiffre probablement surestimé mais qui, retranscrit par les différents organes de presse, alimente le fantasme d'un éventuel vote « beur » et confère à France Plus la reconnaissance des principales instances politiques. Cela explique les décomptes auxquels se livre Arezki Dahmani afin d'appuyer les orientations de l'association : dans cette mise en statistique du virtuel électorat franco-maghrébin, la population harki figure en bonne place, ce qui tend à prouver un rapprochement entre des générations qui font le pari de la réconciliation même si ce processus est plus difficile à mettre en œuvre que ne le laissent entendre les dirigeants de cette association. Tablant sur plus d'un million d'électeurs potentiels, soit près de 4 % de l'électorat, selon les affirmations réitérées d'Arezki Dahmani, ce mouvement a suscité l'intérêt voire la convoitise des diverses formations politiques. Pour ce faire, France Plus s'est dotée d'environ 150 comités locaux dans les principales régions où se concentrent la population issue de l'immigration maghrébine. Le Bureau national de l'association est composé de l'ensemble des délégués régionaux, lesquels sont nommés par le président9.

  • 10 Lors de la campagne électorale pour les élections municipales de 1989, la tentative des dirigeants (...)

24Mais cette structuration demeure formelle, le véritable organisateur de cette association étant le président, A. Dahmani. Les comités locaux sont souvent sans envergure, et s'appuient sur les instances associatives préexistantes dans l'espace local, qui sont mobilisées lors de chaque échéance électorale. Ainsi, à Marseille, lors du passage du charter des Droits civiques, les membres de la Fédération APAC ont fourni une aide logistique en facilitant le contact entre les jeunes des quartiers et les délégués de France Plus. Cela ne va pas sans tensions, dans la mesure où nombre d'individus de ces nouvelles générations sont réticents à l'action de telles associations nationales. Selon eux, les marches qui se sont déroulées entre 1983 et 1985 ont favorisé l'émergence de ces associations qui ont contribué à la « récupération politique » de leurs actions revendicatives. Ainsi, le comité marseillais de SOS Racisme n'a jamais recueilli l'adhésion de jeunes issus de l'immigration, car perçu comme une officine du Parti socialiste : tout au plus, rassemble-t-il quelques lycéens et étudiants non maghrébins10. De même, la tentative d'implantation de France Plus, sur certains quartiers périphériques, suscite la défiance des habitants concernés, bien qu'il y ait eu un conseiller municipal franco-maghrébin élu sur les listes de Robert-Paul Vigouroux, grâçe au parrainage de cette association lors des élections municipales du mois de mars 1989.

25Mais, quelle que soit la multiplicité et la concurrence des initiatives en matière de droits civiques, elles mettent en évidence une approche de la citoyenneté comme droit et non pas tant comme devoir. L'action pour les droits civiques peut être analysée comme le fait d'un « single issue group » ou groupe à un seul enjeu. Cela peut se comprendre à deux niveaux :

  • 11 Jean LECA, « L'islam, l'État et la société en France », in L'Islam en France, Bruno Etienne (dir.) (...)

« au niveau où l'enjeu est un bien ou une qualité que l'on peut posséder ou manipuler, c'est la sécurité qui est poursuivie avant tout et la citoyenneté est le moyen d'y prétendre, le collectif est au service du particulier (c'est ainsi que vouloir être un “puissant”, un préfet par exemple, signifie simplement avoir accès au pouvoir, non prendre ces puissances comme groupe de référence : vouloir avoir le même pouvoir n'est pas la même chose que vouloir être comme eux) ; au niveau où l'enjeu n'est plus perçu comme un bien qu'on manipule mais comme un bien qui fait partie de soi-même, un bien de salut en quelque sorte (en ce cas, la conscience d'avoir un lieu dans l'espace et dans le temps), la perspective se renverse : le particulier est au service du collectif ; la citoyenneté n'est plus un moyen pour atteindre ce bien, il est ce bien lui-même et la citoyenneté française est probablement, à ce deuxième niveau, plus une abstraction ou un déficit symbolique, qu'un moyen de satisfaire sa quête »11.

26Tout d'abord, l'accès à la citoyenneté, symbolisé par l'exercice du droit de vote, marque une volonté de rupture avec la condition d'immigré ou d'individu issu de l'immigration. L'éloge du droit de vote constitue une continuité du discours sur l'autonomie par d'autres moyens. Il contribue à faire émerger une conception de l'individu franco-maghrébin, responsable, citoyen, possédant des droits et des devoirs.

27Un autre élément apparaît : la revendication de la nationalité française comme signe de l'enracinement définitif, ce qui constitue une rupture avec l'attitude ambiguë d'une partie de l'élite associative du début de la décennie 1980, qui manifestait encore quelque réticence face à cette démarche. Le président de France Plus décrit sa trajectoire de la manière suivante :

  • 12 Entretien mené par Béatrix Asma dans le cadre de l'enquête du CERI déjà citée.

« Je suis né dans un village de Kabylie, j'ai vécu la guerre à l'âge de cinq ans, j'ai vu plein de choses, la mort, la torture... J'ai vécu dans un milieu très très défavorisé avec la perspective de réussir mon certificat d'études pour trouver éventuellement une petite place dans l'administration ou émigrer. Il n'y avait pas d'autre choix. Réussir mes études, c'était le seul message de mon père que j'ai peu vu parce qu'il était souvent en prison. Ensuite, très rapidement, dès la classe de troisième, il a fallu que je travaille pour financer mes études. Au lycée, j'ai fait la connaissance pratiquement de tous les classiques français. Mais le grand tournant ça a été la lecture du Capital de Marx à l'âge de treize ans, ensuite c'était l'œuvre de Mao et toute la littérature marxisante de l'époque. J'ai bien entendu continué à travailler durant mes études secondaires. Lorsque j'ai accédé à la faculté, j'ai fait des petits boulots que font d'ordinaire les étudiants et j'ai baigné dans l'ambiance tiers-mondiste et les rapports Nord-Sud des débuts des années 1970. J'ai participé aux débats sur le nouvel ordre économique international et puis, après la décolonisation, je me suis posé avec d'autres la question de savoir s'il n'y avait que deux voies : la voie capitaliste et la voie socialiste, dans les choix économiques et politiques qui traversent certains pays. C'était un débat très intéressant dans le cadre universitaire mais vite il a fallu se rendre compte que l'Algérie avait besoin de structures autonomes par rapport au pouvoir. J'ai mené, à propos de cette question, un travail de réflexion et de recherche et j'ai tenté auprès des étudiants de faire passer un message combatif et revendicatif, ensuite, il y a eu la nationalisation des terres, la révolution agraire et tout ça (...). Et puis à un moment et par réaction à une forme d'impasse, j'ai pris ma valise, j'ai pris le bateau, je me suis trouvé à Marseille, puis à Paris. J'ai poursuivi mes études : maîtrise, doctorat, recherche, dans un calme relatif en m'intéressant à l'aspect scientifique des choses et en cherchant à comprendre les problèmes européens, les rapports Nord-Sud, les problèmes industriels et financiers. À la fin de l'année 1981, je décide de rendre visite à mes parents en Algérie. J'ai eu la désagréable surprise d'être interpellé par la police algérienne. Au bout de vingt et un jours d'interrogatoire, beaucoup de choses sont passées dans ma tête. À partir de ce moment-là, tout a basculé. Je n'avais plus d'hésitation quant à ce qui me restait à faire, j'étais indécis sur mon installation définitive en Algérie. Après mon retour en France, j'ai pris la nationalité française »12.

28Ce changement d'attitude vis-à-vis de la nationalité française est représentatif de l'évolution qui a caractérisé bon nombre des représentants de l'élite issue du mouvement associatif, notamment ceux qui ne sont pas nés en France mais y ont effectué leurs études supérieures. Ce sont eux qui, les premiers, se sont lancés dans des campagnes de sensibilisation pour l'inscription sur les listes électorales des nouvelles générations.

  • 13 « Dans toutes les démocraties modernes, le droit de vote aux étrangers devrait être une évidence. (...)

29Mais si les militants de France Plus font passer désormais au second plan la revendication du droit de vote pour les étrangers aux élections locales13, il n'en va pas de même pour la plupart des autres leaders associatifs qui considèrent, en effet, que l'obtention de ce droit constitue une légitimation du parcours migratoire de leurs parents et entendent mener de front les deux formes de la lutte.

  • 14 L'un de ces candidats, M. B..., est d'origine marseillaise, fils de Harki, membre de plusieurs ass (...)
  • 15 Ainsi, Djidda Tazdait et Nora Zaïdi ont participé aux travaux de la commission d'enquête du Parlem (...)

30La citoyenneté constitue également un enjeu dans la perspective européenne dans la mesure où elle est perçue comme un moyen d'accéder à la libre circulation en Europe. L'affrètement de l'euro-charter de France Plus, qui a fait escale dans les principales villes d'Europe entre le 14 mai et le 4 juin 1989, a correspondu à une volonté de sensibiliser les principales autorités en Europe à l'extension du droit de libre circulation et des droits civiques à l'ensemble des cinq millions d'individus vivant dans un pays membre de la communauté européenne, sans en posséder la nationalité. Cela explique également que six candidats parrainés par l'association se soient présentés aux élections européennes sur diverses listes, du parti écologiste en passant par le Parti socialiste14. Deux députés européens ont été élus lors de cette échéance électorale : l'une T. D..., présidente de l'association de la Jeunesse arabe de Lyon et sa banlieue (JALB), sur une liste écologiste ; l'autre N. Z..., sur une liste du Parti socialiste, parrainée par SOS Racisme. Toutes deux ont, depuis, entamé un travail au sein des commissions européennes, relatif d'une part à l'extension du racisme en Europe et, d'autre part, à la question de la libre circulation des ressortissants de pays extérieurs à la communauté européenne15. D.T... est d'ailleurs à l'origine de la création en 1991 du Forum des migrants auprès du Parlement européen, constitué de délégations d'associations immigrées issues de l'ensemble des états européens et dont la mission est de répercuter les revendications des résidents extra-communautaires.

  • 16 De même, le CAIF, Conseil des associations immigrées de France, s'est doté depuis 1987 d'une struc (...)

31La perpective de l'édification européenne et le souci de ne pas être rejetés dans le groupe des ressortissants des pays extérieurs à la CEE, expliquent donc que l'acquisition de la nationalité française apparaissent de plus en plus comme un « passeport pour l'Europe ». D'ailleurs, les financements que peut accorder le Fonds social européen sont de plus en plus envisagés comme des compléments ou des substituts à l'aide du FAS ou des collectivités locales16.

  • 17 Le terme a été forgé par Ahmed Boubeker et Nicolas Beau, Chroniques métissées, éd. Alain Moreau, P (...)

32Mais cette approche tend à accentuer la cassure entre les partisans de l'idéologie interculturelle ou des droits civiques, médiatisés et soutenus politiquement, c'est-à-dire les « beur-gois »17 et la masse des populations, installées dans les banlieues populaires et dont les modes d'expression sont plus proches de la révolte et de la contestation que de la négociation. Les premiers construisent souvent leur légitimité en apparaissant comme les intermédiaires ou les porte-parole des seconds. Que le discours de ces élites issues du mouvement associatif corresponde à des actions effectives est une question secondaire par rapport au gain en légitimité et en biens matériels qu'une telle stratégie leur apporte.

33Qu'en est-il alors des comportements civiques des jeunes des banlieues, destinataires de ces stratégies civiques ? Vraisem-blabement, la montée du Front national a été plus décisive que les campagnes pour les droits civiques dans leur passage à l'acte de vote.

L'acte de vote : l'émergence d'une génération

34Au début des années 1980, les individus âgés de 18 à 24 ans étaient caractérisés par une certaine méfiance envers les instances politiques traditionnelles. Mais la politisation croissante du thème de l'immigration ainsi que l'utilisation d'arguments racistes par le Front national ont contribué à atténuer cette méfiance envers les outils classiques de l'action politique, et notamment envers le droit de vote.

35Dans l'espace local, la médiatisation de Marseille comme « ville symbole » de la xénophobie et de l'extrême-droite a vraisemblablement contribué à ce changement. En effet, entre 1986 et 1988, le dirigeant du Front national avait érigé Marseille en place forte de son mouvement en considérant cette ville comme terrain privilégié de son combat politique. Cet activisme sur la scène politique marseillaise a obligé l'ensemble des forces politiques à se positionner et à entériner le clivage du champ politique local entre raciste/antiraciste, pour Le Pen/contre Le Pen. Les individus pris pour cible dans ce combat laissent alors éclater leur colère et leur amertume face à cette exploitation politique du thème de l'immigration qui les enferme dans un statut d'objet du débat politique. Il faut également tenir compte de leur attachement à Marseille, attachement que ce discours rend illégitime.

  • 18 « La plupart des textes relatifs à la situation des étrangers (notamment la loi Pasqua-Pandraud du (...)

36À cette dimension locale, se surajoute une dimension nationale liée au fait que la période de 1986 à 1988, caractérisée par un changement de majorité lors des élections législatives du 16 mars 1986, a conduit à une réorientation des prises de position du gouvernement en ce qui concerne l'immigration et les populations issues de l'immigration. Le projet de réforme du Code de la nationalité, la précarisation de la situation des étrangers (marquée par l'expulsion des 101 Maliens en octobre 1986)18, le lien effectué dans le discours entre la nécessité de réprimer l'immigration clandestine et le principe de mesures destinées à l'insertion des populations installées, autant d'énoncés et d'actes qui ont été perçus par les nouvelles générations comme une remise en cause de leur enracinement dans l'espace national.

  • 19 La procédure envisagée était également très restrictive puisque, pour devenir Français, les indivi (...)

37Ces mesures et, en particulier, le projet de réforme du Code de la nationalité19, mettent en évidence pour les personnes concernées la pénétration de l'idéologie du Front national dans la conception et le traitement des populations issues de l'immigration, qui oblige les dirigeants du RPR et de l'UDF à entrer dans un rapport de dépendance et de compétition avec ce parti, et ce malgré la résistance de quelques personnalités isolées. Bien que le projet n'ait pas abouti, cette suspicion jetée sur leur capacité à être Français a ébranlé les nouvelles générations et leur a fait redouter le retour à la précarité qui avait conduit, à la fin des années 1970, à une multiplication des expulsions.

38Cela explique que la période de 1980 à 1988 soit riche en mobilisations diverses. À Marseille, les manifestations et les comités contre Le Pen, se multiplient. C'est à partir de cette date également que se déploient de manière significative les campagnes de sensibilisation et d'information pour l'inscription sur les listes électorales. Le droit de vote est perçu comme un moyen de lutte contre la montée des opinions xénophobes et comme une manière de poser la légitimité de leur installation et de leurs luttes dans l'espace politique français. Évaluer l'impact effectif de ces campagnes de sensibilisation auprès des populations concernées paraît difficile. Tout au plus, l'orientation de l'action vers l'utilisation des droits civiques paraît-elle symbolique du cheminement parcouru par une partie de l'élite associative qui préférait jusqu'alors la constitution d'espaces autonomes de contestation et de revendication.

  • 20 Pierre Brechon et Bruno Cautres, « L'inscription sur les listes électorales indicateur de socialis (...)

39Toutefois, pour des populations peu intégrées socialement, l'inscription sur les listes électorales peut être envisagée comme un indicateur de politisation, à la différence d'autres catégories pour lesquelles cet acte relève davantage d'un conformisme social20. Cette analyse peut être appliquée aux individus issus de l'immigration, qui sont en position de marginalité sociale et économique. Le vote est alors perçu comme un droit et non un devoir, il fonctionne comme stratégie contre-offensive face à la remise en cause de leur droit à vivre en France. Les conséquences de cet effet de contexte sont apparus dans les résultats de deux sondages « sortie d'urnes » menés lors de l'élection présidentielle de 1988, puis lors du scrutin municipal de 1989.

40Ces sondages « sortie d'urnes » ont eu l'avantage de mettre en évidence une population relativement homogène en terme de classe d'âge et de statut social, d'habitude peu visible dans l'espace public, à la différence d'un certain nombre de leaders associatifs qui tendent à se positionner comme intermédiaires culturels par rapport aux précédents et donc à les occulter. Ils ont eu lieu à Marseille, le 8 mai 1988 lors du second tour des élections présidentielles, puis le 19 mars 1989 à l'occasion du second tour des élections municipales. La répétition de l'expérience, sur les mêmes bureaux de vote, à l'occasion de deux scrutins différents, l'un à vocation nationale, l'autre à vocation locale, avait pour but de faire émerger des différences dans les comportements électoraux, en fonction d'enjeux distincts. Mais cela a permis également de repérer des invariances dans certaines opinions et de rectifier certaines analyses.

  • 21 D s'agit des arrondissements centraux de la ville (Ier, IIe, IIIe arrondissements) ainsi que des a (...)
  • 22 Nous avons retenu dix bureaux de vote dans lesquels le taux d'inscrits était au moins égal à ce ta (...)

41La consultation des listes électorales pour l'ensemble des arrondissements de Marseille a conduit, dans une première étape, à dépouiller les listes de bureaux de vote situés dans les arrondissements à forte concentration de populations originaires du Maghreb21. Le décompte s'est effectué en utilisant l'onomastique, ce qui a quelquefois soulevé des difficultés, car certains patronymes connotant une origine maghrébine peuvent également appartenir à des familles juives, la prise en compte du prénom a alors permis de trancher. En fait, plus généralement, la mise en œuvre d'une telle procédure pose la question délicate de la saisie formelle d'une origine ou d'une identité sans connaissance des individus, car il s'agit de la définition a priori d'une catégorie « potentielle » sans référence aux caractéristiques et opinions des individus que le chercheur fait entrer arbitrairement dans cette catégorie. Ce dépouillement des listes électorales a fait apparaître un pourcentage moyen d'individus supposés d'origine maghrébine, par rapport à la totalité des inscrits sur un bureau, d'environ 3 %22. Cela correspondrait à environ la moitié du potentiel électoral total, ce qui constitue une mobilisation relativement faible que nous avons déjà soulignée.

  • 23 Précisons qu'il n'y avait pas de consigne de choix des électeurs en fonction de leur âge.

42La deuxième étape a résidé dans le choix de l'équipe d'enquêteurs, constituée d'individus issus du groupe considéré, ce qui a facilité le contact à la sortie des bureaux de vote, car la consigne était de ne retenir que les électeurs dont l'apparence laissait supposer qu'ils étaient d'origine maghrébine23. Vingt enquêteurs ont été retenus, soit deux par bureau de vote. Lors du deuxième sondage « sortie d'urnes » effectué lors des élections municipales, l'équipe d'enquêteurs était constituée majoritairement d'étudiants, non originaires du groupe considéré. Cela a eu pour conséquence d'accroître le nombre de refus de répondre, notamment parmi les hommes les plus âgés.

  • 24 En règle générale, les individus interrogés ont rempli eux-mêmes le questionnaire, sauf dans le ca (...)
  • 25 Nous avons personnellement remarqué une particularité concernant cette catégorie, à savoir le fait (...)

43Malgré les consignes initiales de ne retenir que les personnes originaires du Maghreb, les enquêteurs ont également interrogé des musulmans d'Afrique noire et des Comores dont les réponses ont été comptabilisées dans l'effectif total afin de pouvoir introduire éventuellement des différences dans les comportements en fonction de l'origine culturelle et ethnique24. En règle générale, sur l'ensemble des deux expériences, les refus de répondre provenant des fractions les plus jeunes de la population à étudier n'ont pas été significatives25. Ont donc été retenus en 1988 400 questionnaires dont l'information était utilisable, puis 272 lors du renouvellement de l'opération sur les mêmes bureaux de vote en 1989.

  • 26 Cette prépondérance pourrait s'expliquer par le fait que les enquêteurs appartenant, en règle géné (...)
  • 27 Cela concerne 78 % et 78 % de l'échantillon respectivement en 1988 et 1989.
  • 28 L'immigration comorienne à Marseille date de la fin des années soixante-dix. Beaucoup de ces indiv (...)
  • 29 Cela est tout à fait plausible dans la mesure où, à Marseille, le chômage atteint près de 30 % de (...)

44La caractéristique fondamentale des échantillons obtenus en 1988 comme en 1989 réside dans la part prépondérante de la classe d'âge 18-24 ans26. En ce qui concerne la répartition homme/femme, il apparaît lors de chaque échéance un déséquilibre en faveur des hommes. Pour ce qui est du lieu de naissance, la part des enquêtes nés en France est dominante. Il en résulte une prépondérance des modes d'acquisition automatique de la nationalité27. Les réponses aux questions sur le lieu de naissance du père mettent en évidence une prépondérance algérienne au sein des échantillons, laquelle renvoie à la part majoritaire de ce groupe au sein de la population issue de l'immigration, notamment à Marseille. Il faut noter également une part non négligeable d'individus nés dans un pays autre que ceux du Maghreb et qui se sont révélés être issus des Comores28 et d'Afrique noire. Ces personnes ont été maintenues dans l'échantillon car, s'étant déclarées musulmanes, c'était un moyen de contrôler l'influence éventuelle de la variable religieuse dans les orientations politiques. En matière de cursus scolaire, les individus ayant fréquenté un établissement professionnel sont majoritaires ; enfin, la proportion des enquêtes en situation de chômage est dominante29.

45Ainsi, le profil de l'électeur des nouvelles générations issues de l'immigration pourrait être schématisé grossièrement comme celui d'un homme âgé de 18 à 24 ans, ayant suivi un cursus scolaire technique et professionnalisé, chômeur, dont le père est né en Algérie. Cet acte de vote d'une partie des individus issus de l'immigration en situation de marginalisation peut s'expliquer par l'état du marché politique et l'effet de conjoncture précédemment évoqué. À cet égard, il faut ici différencier les enjeux en fonction du scrutin présidentiel et municipal.

  • 30 Les résultats d'un sondage « sortie d'unies » effectué par BVA auprès d'un échantillon de l'électo (...)

46Les résultats du premier sondage « sortie d'urnes » révèlent que l'entrée en politique de cette population semble s'être effectuée lors de l'élection présidentielle, puisque 57 % de l'échantillon déclare avoir voté pour la première fois à cette occasion30.

47L'explication de cette mobilisation électorale résiderait dans un effet de conjoncture. L'enjeu de l'élection présidentielle, qui conduit à une polarisation entre deux partis et deux hommes, a suscité, chez ces nouveaux électeurs, une lecture de la compétition conduisant à un choix sans alternative. Tout d'abord, les mesures prises par le gouvernement de Jacques Chirac entre 1986 et 1988 ont constitué, à leurs yeux, autant d'indices d'un retour à une précarité et une illégitimité de leur condition que le septennat de François Mitterrand avait contribué à aplanir. De plus, dans leurs orientations en matière d'immigration, le RPR et l'UDF apparaissent peu différents de celles développées par le Front national. Ces éléments peuvent expliquer ce passage au vote, envisagé comme une arme contre l'éventuelle remise en cause de leur légitimité à être Français.

48Les réponses apportées aux questions suivantes confirment cette analyse :

Voici les candidats en présence aujourd'hui, pour quel candidat avez-vous voté ?

Voici les candidats en présence aujourd'hui, pour quel candidat avez-vous voté ?

Au moment de voter, qu'est-ce qui a le plus compté pour vous ?

Au moment de voter, qu'est-ce qui a le plus compté pour vous ?
  • 31 Résultats du vote lors du premier tour :

49Ce vote massif pour François Mitterrand qui se manifeste au second tour était également très significatif à l'issue du premier tour, puisque 46 % de l'échantillon affirme avoir voté pour lui dès ce moment-là31. Cela ne constitue pas pour autant l'expression d'un vote partisan mais la formulation d'une opposition à l'autre candidat puisqu'ils sont plus de 34 % à motiver leur vote en fonction de cette raison.

  • 32 Cf. Daniel Gaxie, « Le vote comme disposition et comme transaction », in GAXIE (D.) (dir.), Explic (...)

50Aussi, les conditions favorisant un effet de conjoncture nous semblent réunies pour expliquer ce vote, à savoir32 :

  1. L'enjeu est saillant pour ce segment de l'électorat et possède une dimension symbolique et émotionnelle qui renvoie à l'expérience personnelle des individus : il s'agissait de voter indirectement contre le Front national, en votant contre un candidat qui remet en cause la légitimité de « mon droit à vivre en France ».
  2. Les candidats en concurrence prennent des positions nettement différentes sur ces enjeux : pour les électeurs concernés, il y a, d'un côté, le Parti socialiste et, de l'autre, l'UDF et le RPR, alliés implicites du Front national dans leur façon de traiter et de considérer la question de l'immigration.
  3. Ces électeurs privilégient l'enjeu et/ou l'appréciation éthique du candidat plutôt que la fidélité à un parti. Dans le cas de l'élection présidentielle de 1988, notamment, le vote massif sur François Mitterand correspond à ce cas de figure.
  4. La structure des appréciations sur les enjeux et sur l'aptitude des candidats à les traiter diffère sensiblement de la distribution antécédente des allégeances politiques.

51Ces nouvelles générations étant davantage portées à l'action contestataire et autonome qu'à l'exercice des droits civiques, le vote à gauche ne répond pas à une soudaine conversion à l'affiliation partisane, mais à l'utilisation d'un parti et d'un candidat comme « garde-fous » contre la droite. Cela constitue, selon nous, une modification des allégeances politiques ou plutôt le passage d'une non-allégeance à une allégeance.

  • 33 Dans sa Lettre à tous les Français qui marque l'ouverture de sa campagne, le Président de la Répub (...)

52Tout se passe comme si le Parti socialiste et François Mitterrand étaient les seuls garants de la défense et de la protection des droits des immigrés. Tel est le cas notamment en ce qui concerne la question du droit de vote aux élections locales. La réaffirmation de ce droit par le président de la République à l'occasion de la campagne électorale, et ce malgré les limites qu'il a apportées quant à sa mise en place effective, a eu un impact symbolique non négligeable auprès de cette population33. Cette position répétée au cours de diverses manifestations publiques par le président en campagne a fonctionné comme un piège à rencontre du discours politique de son concurrent et a permis à François Mitterrand d'en tirer des bénéfices en déduisant une « gémellité » des réactions de l'ancien Premier ministre, Jacques Chirac et du président du Front national sur ce thème. De plus, le discours durant la campagne s'est focalisé autour de ce thème et autour d'une opposition entre droite et gauche quant aux questions de l'immigration, dont François Mitterrand a tiré les gratifications en terme de vote de la part de l'électorat « beur ». En effet, les réponses à la question portant sur les attentes exprimées vis-à-vis du prochain président montrent que, plus que la question de la nationalité, le droit de vote aux élections locales pour les étrangers recueille le plus fort assentiment :

Attendez-vous plutôt du prochain président :

Attendez-vous plutôt du prochain président :
  • 34 Ainsi, le 17 avril 1988, le Front national organisait, dans le stade vélodrome (« haut lieu » de l (...)

53Ajoutons à cela l'effet répulsif que produit le Front national sur cet électorat, plus particulièrement le fait que le leader de ce parti ait choisi Marseille comme terrain privilégié d'action joué dans le sens d'une mobilisation des électeurs issus de l'immigration maghrébine dans cette ville34.

54La participation à une élection locale pour ces nouvelles générations ne répond pas tout à fait aux mêmes attentes que celles qui ont été décelées à propos du scrutin présidentiel. Le cadre local, tout d'abord, correspond à un territoire que les jeunes ont investi de manière prioritaire par le développement d'associations de quartier et d'activités de proximité. De plus, l'ensemble est caractérisé par un attachement très fort à la ville dans laquelle ils sont nés ou ont grandi. L'espace local fonctionne vraisemblablement comme un pôle d'identification à la différence de l'espace national : si être Français n'a pas toujours de signification, être Marseillais a un sens et réfère à une histoire du groupe (les immigrés, les Maghrébins) inscrite dans l'espace urbain.

55Or, le passage à la politique de ces jeunes de 18 à 24 ans se produit dans un contexte de décomposition des forces politiques et sociales de la ville, qui a influencé leur perception des enjeux locaux. Depuis 1983, le thème de l'immigration a fait son entrée dans l'espace politique local et est devenu une des données permanentes du débat public, cela se traduisant notamment par une audience électorale croissante du Front national. La fin de l'équilibre politique antérieur, symbolisée par la mort de Gaston Defferre le 6 mai 1986, a conduit à une lutte « fratricide » à l'intérieur de l'appareil local du Parti socialiste et a eu deux conséquences : premièrement, la constitution d'une liste dissidente, Majorité Marseille, conduite par le maire de transition Robert-Paul Vigouroux face à la liste officielle de la gauche unie ; deuxièmement, le thème de l'immigration est passé au second plan. Malgré tout, l'emprise du Front national sur la ville est dans la mémoire de tous les membres de la population issue de l'immigration maghrébine et a, vraisemblablement, joué dans la mobilisation électorale observée lors de ce scrutin.

  • 35 Cf. infra, chapitre vii.

56Un autre élément est à prendre en compte : pour la première fois, ce groupe est reconnu politiquement. En effet, un certain nombre d'individus, issus du mouvement associatif, entrent en négociation avec les listes en présence : Majorité Marseille et la liste de la gauche unie, afin de négocier la place de candidats d'origine maghrébine. Cette ouverture politique a été plus marquée du côté de la liste dissidente Majorité Marseille, pour des raisons liées à la nécessité pour le maire sortant, Robert-Paul Vigouroux, d'ouvrir sa liste aux diverses composantes de la société civile. À ce titre, les populations issues de l'immigration maghrébine accèdent à une légitimité politique et sont reconnues comme l'une des diverses « communautés » composant la ville, selon la terminologie employée par le candidat lui-même. Majorité Marseille a obtenu la majorité absolue au conseil municipal35. À cet égard, les résultats obtenus lors du sondage « sortie d'urnes » auprès des populations issues de l'immigration maghrébine, montrent qu'ils n'ont pas voté différemment de la majorité des Marseillais :

  • 36 Les résultats de ce sondage montrent par ailleurs, que si de « nouveaux électeurs » se manifestent (...)

Pouvez- vous me dire pour quelle liste vous avez voté, celle menée par36 :

Pouvez- vous me dire pour quelle liste vous avez voté, celle menée par36 :

57Une certaine homogénéité dans le choix se manifeste entre le premier et le second tour de cette élection, contredisant l'axiome « au premier tour on choisit, au second tour on élimine », puisque plus de 58 % de l'échantillon a voté pour Robert-Paul Vigouroux, dès le premier tour :

Pour quelle liste avez-vous voté lors du premier tour des élections municipales ?

Pour quelle liste avez-vous voté lors du premier tour des élections municipales ?

58Pour 40 % d'entre eux, ce sont les propositions du candidat qui on compté au moment de leur choix, et pour 30 % la personnalité du candidat a été dicisive :

Au moment de voter, qu'est-ce qui a le plus compté pour vous ?

Au moment de voter, qu'est-ce qui a le plus compté pour vous ?
  • 37 Ils ne sont par ailleurs que 1 % à se déclarer en faveur de la liste du Parti humaniste et de Nouv (...)

59Ils ne sont que 5 % à avoir tenu compte du fait qu'il y avait des candidats d'origine maghrébine sur la liste. Cela démontre, s'il était nécessaire, que les tentatives de captation d'un éventuel vote « beur » par le biais de candidatures ethniques ne renvoie pas véritablement à des comportements motivés en fonction uniquement de ce critère37. Tout au plus, permettent-elles à un certain nombre d'individus issus du groupe considéré de bénéficier de stratégies de promotion par la politique.

60Par ailleurs, les résultats de ces sondages ont confirmé les indices d'un rapport spécifique à la politique, c'est-à-dire un ancrage à gauche très marqué ainsi qu'une désaffection vis-à-vis des instances traditionnelles de socialisation politique :

  • 38 Nous avons noté que le fait d'être âgé de 18 à 24 ans impliquait un refus de positionnement plus é (...)
  • 39 En ce qui concerne l'affiliation partisane et syndicale, elle apparaît peu répandue : 6 % en 1988 (...)

61Il y a toutefois un éclatement dans les positionnements à gauche, puisqu'ils se répartissent entre l'extrême gauche, le Parti socaliste et le Parti communiste, ces deux derniers faisant quasiment part égale38. Les partis de droite sont caractérisés par des scores très faibles, identiques à ceux du Front national, ce qui révèle bien l'amalgame qui se produit entre droite et extrême droite dans l'esprit de ces électeurs39.

  • 40 En termes de variables politiques, nous avons retenu les réponses aux questions portant sur les vo (...)

62Enfin, une analyse factorielle des correspondances entre variables politiques et variables sociales40, religieuses, de sexe et d'âge a révélé trois profils différenciés d'électeurs. Une première opposition s'est dessinée entre, d'une part, ceux qui se positionnent à droite, sur l'échiquier politique, ont voté pour Jean-Claude Gaudin aux élections municipales de 1989 et 1983 ou ont choisi les listes de l'UDF et du RPR lors des élections législatives et, d'autre part, ceux qui se sentent plutôt proches de l'extrême gauche ont voté pour Michel Pezet lors des élections municipales de 1989 et choisissent un candidat en fonction du parti qu'il représente. Cette opposition réfère à une opposition idéologique entre deux attitudes inversées sur l'échiquier politique. Mais elle réfère aussi à deux groupes opposés dans leurs dimensions d'âge, d'ethnie, de statut social et de rapport à l'islam. En effet, le premier groupe situé idéologiquement à droite est constitué d'individus d'origine comorienne, âgés de plus de 35 ans souvent retraités ou salariés du secteur privé qui sont, en règle générale, des pratiquants réguliers, en tout cela ils s'opposent au second groupe, composé d'individus qui sont nés en France, dont le père est originaire du Maghreb, qui ont fréquenté un établissement supérieur (ou qui sont étudiants au moment de l'enquête) et qui, par ailleurs, ont refusé de répondre aux questions relatives à leur pratique religieuse.

63À ces deux groupes, inversés dans les dimensions politiques, religieuses et sociales, mais situés idéologiquement, s'oppose un troisième groupe qui peut être qualifié de « non politisé ». En effet, les individus s'y rapportant ne se prononcent pas sur des questions relatives au positionnement idéologique ou à l'intérêt pour la politique, ils n'étaient pas inscrits sur les listes électorales en 1988 lors des élections présidentielles et législatives et ont voté pour la première fois lors du premier tour des élections municipales. Ces individus sont situés dans la tranche d'âge 18-24 ans et ont plutôt fréquenté un établissement professionnel. La variable religieuse ou le sexe n'apparaissent pas comme discriminatoires dans la définition de leur profil.

  • 41 Le fait que ces individus refusent de se positionner face à la religion peut être interprété de pl (...)

64En définitive, ce qui pourrait surprendre est le fait que les individus de ce groupe non politisé et qui, même aux élections présidentielles de 1988, n'étaient pas inscrits sur les listes, se soient quand même déplacés vers les urnes pour l'élection municipale. Cela correspond vraisemblablement à une attitude de rejet du jeu politique institutionnalisé, mais également à une volonté d'engagement sur des thématiques concrètes et de proximité auxquelles le scrutin municipal correspond davantage. L'autre surprise réside dans l'existence d'un groupe plus « conscient » et plus radical idéologiquement que l'analyse des données globales ne laissait pas apparaître et qui se révèle homogène en terme de statut social (étudiant) et de relation à l'islam41.

  • 42 Ces attitudes et ces croyances sont aussi des principes générateurs et organisateurs de pratiques (...)

65Ces résultats mettent en évidence l'influence de sous-cultures dans l'acte de vote. La variable religieuse ne peut être envisagée ici comme variable décisive dans la structuration de cette sous-culture, entendue comme ensemble d'attitudes, de croyances et de sentiments donnant un ordre et un sens à un processus politique42. En effet, au sein d'une même appartenance religieuse, se distinguent des sous-cultures façonnées par l'histoire du groupe, par sa relation au pays d'immigration et par la référence commune qui les définit. En l'occurrence, les Comoriens présentent plus les traits d'un groupe ethnique que d'un groupe défini par la religion, celle-ci apparaissant plutôt comme un élément de la cohésion et du maintien de l'identification ethnique. L'opposition dans laquelle ils s'inscrivent face aux Maghrébins des nouvelles générations incite donc à minorer le poids de la variable religieuse en tant que telle, dans l'explication du vote en particulier ou des comportements politiques en général.

66Quant aux Maghrébins nés ou scolarisés en France, c'est plutôt l'éclatement des cultures qui serait significatif. Dans leur cas, le poids des variables sociologiques (l'origine sociale ou l'âge) lié à des effets de conjoncture (montée des opinions xénophobes) tendrait à orienter les opinions politiques. Cet effet de conjoncture contribue à briser l'inertie politique qui conduirait autrement à un éloignement plus marqué d'avec le système politique. Mais étant donné la permanence du vote en faveur du Front national, il s'agit d'un état conjoncturel qui tendrait à se pérenniser. Il est alors légitime de s'interroger sur la durabilité de ces orientations idéologiques et comportements électoraux. Il est possible de parier que tant que le Front national fera du thème de l'immigration son cheval de bataille favori, en fonction duquel se déterminent les orientations des autres partis (pour ou contre), l'ancrage à gauche des nouvelles générations demeurera significatif.

67Cette émergence d'une nouvelle catégorie d'électeurs ne doit cependant pas faire illusion : l'acte de vote ne rend pas compte de la complexité de leurs identifications politiques. C'est pourquoi, l'action civique est moins primordiale que d'autres formes d'engagements qui dénotent une conception plus civile de la citoyenneté.

La nouvelle citoyenneté : le civil au détriment du civique

68En tant qu'engagement, la citoyenneté civile réfère à une participation de proximité, à des thèmes et à des lieux a priori non « politiques » : le quartier, l'habitat, l'interculturalité, le racisme. La civilité se construit à partir des relations entre individus et implique aussi la reconnaissance de groupes différenciés à l'intérieur du corps social. En d'autres termes, elle se fonde sur la prise en compte de la diversité de la société civile en tant qu'assemblage de groupes différents avec néanmoins un attachement commun à l'ordre social.

69Le civil ne signifie pas pour autant le privé, et peut comporter aussi une orientation participante. C'est ainsi que peuvent être interprétées les diverses actions des associations de quartier qui fonctionnent comme des instruments de prévention contre la marginalité et l'exclusion du jeu politique, en tentant ainsi d'éviter une dérive possible vers la citoyenneté négative, c'est-à-dire vers le retrait du jeu politique.

70Le slogan de la « nouvelle citoyenneté » renvoie à ces orientations diffuses, peu pensées, qui traversent le mouvement associatif. Le collectif « Mémoire fertile », créé lors des États généraux de l'immigration du 26 au 29 mai 1988 à St-Denis, a érigé ce thème en moteur de son action. Les membres les plus dynamiques de cette initiative proviennent d'associations déjà confirmées, telles « Texture » à Lille ou le Conseil des associations immigrées à Paris. Leur programme d'action est fondé sur les principes suivants :

71« - L'action doit se mener au sein de la société civile.

72« - L'objectif de l'action est la nouvelle citoyenneté, c'est-à-dire une citoyenneté plus directe et “impliquante”, déliée de l'impératif national.

73« - Les populations immigrées ou issues de l'immigration possèdent une place particulière au sein de la société civile dans la mesure où elles sont situées au cœur des mécanismes d'exclusion et, à ce titre, révélatrices des problèmes de fonds que traversent la société française.

  • 43 Convention nationale de Mémoire fertile. Nanterre, 3 et 4 février 1990.

74« - Le maintien d'une mémoire spécifique liée à l'immigration est revendiquée, qui ne se confond pas avec l'histoire nationale et conduit à la recherche de l'autonomie. “Mémoire fertile” s'enracine dans la longue et diverse histoire de l'immigration et de ses luttes pour l'égalité des droits. Une des dimensions principales de sa mémoire est la recherche de l'autonomie : de la participation des FTP-MOI à la résistance contre le nazisme, à la guerre d'Algérie, aux Marches pour l'Égalité en passant par le MTA et les foyers SONACOTRA, sans oublier les multiples initiatives locales non connues, la recherche de l'autonomie a été une des dimensions essentielles de nos luttes pour que soit reconnu le droit de citoyenneté en matière de travail, de logement... et aujourd'hui en matière politique »43.

75La revendication de la citoyenneté apparaît donc comme la volonté d'être acteurs dans tous les domaines de la vie sociale et dans les lieux où se vivent au quotidien les formes d'exclusion, c'est-à-dire principalement dans les espace locaux.

  • 44 Malgré les tentatives de mobilisation, cette fédération n'est pas véritablement parvenue à constit (...)

76En dépit des difficultés rencontrées par Mémoire fertile44, les orientations d'action de cette association cristallisent les attitudes souvent diffuses et contradictoires du mouvement associatif issu de l'immigration, telles que :

  • le refus du terme « beur », qui constitue selon eux l'indice d'une démission et d'un « voilement » de l'origine ;
  • le refus de « l'immigritude », c'est-à-dire d'un ensemble de discours et de conceptions assimilant les nouvelles générations à l'immigration ;
  • la volonté de passage au politique et la recherche d'une citoyenneté qui ne soit pas négatrice d'une histoire et d'une culture spécifiques ;
  • l'action au sein de la société civile et l'engagement au quotidien ;
  • la méfiance envers les institutions politiques qui se traduit par une tendance à la formation et d'espaces de concertation et d'instances de représentations spécifiques afin d'acquérir le droit à apparaître comme un interlocuteur face aux institutions.
  • 45 Jusqu'à la Seconde guerre mondiale, les juifs de France ont le plus souvent accepté la perspective (...)

77En définitive, la séparation entre appartenance citoyenne et appartenance à des groupes sociaux auxquels ces acteurs adhèrent n'est pas de mise, alors qu'elle constitue habituellement un des traits de la citoyenneté et fonde le contrat entre les individus et la communauté politique. Cette modification des rapports à la communauté politique n'est pas spécifique aux populations issues à la communauté maghrébine : ainsi l'évolution de la minorité juive est tout aussi révélatrice bien que les raisons en soient différentes45.

78Pour les populations issues de l'immigration maghrébine, la question des référents est plus problématique, notamment pour les nouvelles générations quelque peu réticentes à une présentation collective en tant que musulman ou Arabe. En fait, il y a une multiplicité de référents virtuellement utilisables : jeunes, exclus, issus de l'immigration, Arabes, Kabyles, musulmans. Les modalités d'apparition dans l'espace public sont alors l'occasion d'une mise en scène polysémique balançant entre la volonté d'une reconnaissance de leur citoyenneté et leur souci de préserver une spécificité dont les contours sont difficiles à cerner, car elle s'enracine à la fois dans les relations conflictuelles du Maghreb à l'État français, dans leur condition de marginalisation et d'exclusion au sein de la société française et dans le processus d'énonciation/dénonciation dont ils sont l'objet en tant qu'Arabes ou musulmans. À cet égard, l'écart se creuse avec les premières générations, dont le processus d'identification tend à s'unifier autour de référent islamique, même si celui-ci n'est pas vraiment dégagé de connotations ethniques voire nationalistes.

79Cependant, tout processus d'identification collective ne résulte pas uniquement d'une intentionnalité propre mais également de facteurs contextuels. Ainsi, un certain recul de l'idéologie jacobine autorisant l'expression des différences et légitimant une conception plurielle de la société a eu pour effet de favoriser l'utilisation du registre ethnique comme ressource politique.

Lobbies ethniques et mouvements sociaux

80L'ethnicité réside dans les tentatives d'unification du groupe en vue d'une pression institutionnelle ou politique ou d'une incorporation à un niveau supérieur du marché économique. Cela constitue une nouveauté dans l'espace politique français révélant une modification de l'allégeance citoyenne.

81En effet, le statut de citoyen est normalement indépendant des traits ethniques ou culturels. Cela siginifie :

  1. que ces traits culturels ou ethniques ne sont pas formulés dans l'espace public, ils restent cantonnés à la sphère privée ;
  2. qu'ils ne constituent pas des obstacles à l'exercice des droits et devoirs attachés à ce statut de citoyen. C'est à cette seconde condition que renvoie, par exemple, la revendication « du droit à l'indifférence »46 formulée par les dirigeants de France Plus, cristallisant en quelque sorte les attitudes de refus de la stigmatisation pernicieuse au nom du « droit à la différence ».

82Mais cette dénégation du regard des autres, comme élément constitutif de leur identité, ne signifie pas pour autant que le registre de la citoyenneté, homogénéisante et universaliste, envisagée comme lien d'allégeance à l'État-Nation contribue pour autant à rendre compte de leurs expériences concrètes. En d'autres termes, le droit à l'indifférence n'est pas la négation de la différence, ni même son maintien dans la sphère privée.

83Il en résulte une modification dans l'effet de système qui se produit habituellement entre deux éléments : les droits publics et les groupes politiques. Dans le modèle français, accéder à la citoyenneté c'est prendre l'engagement de faire de la politique dans le cadre des groupes qui sont offerts par le système politique français, c'est-à-dire des groupes d'intérêt ou des groupes universalistes qui se présentent comme l'incarnation de l'intérêt public, et dont le regroupement n'est pas légitimement et officiellement fondé sur l'appartenance à un groupe à statut prescrit. Or, des représentants d'associations constituées sur des bases particularistes, tentent d'introduire une médiation entre les droits publics et les groupes politiques. La limite qui consisterait à créer des groupes politiques sur des bases particularistes n'est pas franchie. Malgré tout, bon nombre de leaders associatifs œuvrent pour la prise en compte de la spécificité de franco-maghrébin, au sein des partis politiques. Cela explique l'action menée au moment des élections municipales de 1989 pour l'inscription de candidats sur les listes, sur la seule justification de leur appartenance à une minorité définie comme franco-maghrébine.

84Une telle action vise davantage les institutions politiques que les populations dont les acteurs sont censés promouvoir les intérêts. Elle n'est pas possible sans la recherche d'alliés ni l'allégeance à des orientations politiques plus larges. Dans le contexte actuel, si le discours prend une tournure collective, les acquis qui en découlent demeurent individuels : plus précisément, les acquis en terme de promotion individuelle par la politique sont favorisés par la mise en scène de cette dimension collective. Le registre ethnique est alors utilisé comme moyen de pression vers l'intégration. Cela est le fait d'individus en ascension vers les classes moyennes qui utilisent un héritage culturel ou une spécificité comme ressources politiques.

85La revendication porte davantage sur la reconnaissance spécifique en tant que telle, plutôt que sur son contenu effectif. Cette mobilisation se fait le plus souvent autour du référent « Maghrébin » ou « Arabe », les termes « Beur » ou « immigrés » étant rejetés. Le souci de définir le groupe à partir du référent ethnique conduit alors à une fermeture de celui-ci vis-à-vis d'autres catégories sociales ou d'autres minorités. Cette mobilisation est relativement récente et intervient au sein des nouvelles générations après des expériences associatives plus ouvertes.

86Les stratégies mises en œuvre par un certain nombre d'associations à l'occasion des élections municipales de 1989 sont, à cet égard, significatives. Ces stratégies sont de deux ordres : soit il s'agit de stratégies par le « haut » consistant uniquement en des négociations avec les instances politiques, soit il s'agit de stratégies par le « bas », ayant pour objectif de conférer une assise sociale à la revendication.

87L'action de France Plus est exemplaire du premier type de mobilisation. À Marseille, cela a conduit cette association à parrainer un candidat n'appartenant pas au mouvement associatif de quartier, mais légitime en terme de réussite sociale et d'origine. La négociation a eu lieu entre les principaux dirigeants politiques des campagnes électorales, à l'exception de ceux du Front national et les responsables nationaux de France Plus. En dehors de cette initiative, d'autres associations se sont mobilisées pour négocier la place d'un représentants du groupe sur les listes de Robert-Paul Vigouroux, mais aussi de Michel Pezet voire de Jean-Claude Gaudin. Créé le 17 décembre 1988, le Conseil national des Français d'origine arabe s'est, par exemple donné pour objectifs :

  • 47 Le CNFOA regroupe plusieurs associations telles que « l'Association des Français musulmans et leur (...)

« d'améliorer l'image des Arabes dans la conscience des Français et en particulier des Marseillais et d'intervenir auprès des pouvoirs publics afin que des mesures soient prises, favorisant leur insertion »47.

  • 48 Ainsi, le président du conseil est un colonel en retraite, d'origine syrienne, l'un des deux vice- (...)
  • 49 Le CRIF est le Conseil représentatif des institutions juives de France. Jusqu'en 1991, le présiden (...)

88La composition de ce conseil est fondée sur le critère d'arabité en dehors de toute considération religieuse, mais aussi en dehors de toute considération historique puisqu'il s'agit de rassembler des générations harkis et beurs séparées par la guerre d'Algérie48. Dès le début de la campagne électorale, les dirigeants de ce mouvement se sont lancés dans la consultation des hommes politiques locaux à la tête des principales listes en présence : Robert-Paul Vigouroux, mais aussi Jean-Claude Gaudin et Michel Pezet. Cela s'est traduit par des réunions publiques où les candidats sont venus s'expliquer sur les orientations de leur programme en direction de la minorité « arabe » de Marseille. Cette initiative a permis le positionnement d'une jeune femme, L. B..., soutenue par le CNFOA et par le président du CRIF49 sur la liste Majorité Marseille dans les XIIIe et XIVe arrondissements.

89En fait, les conditions de la campagne électorale ont favorisé l'éclosion d'associations conçues comme de véritables « machines de guerre » électorales, autour d'une ou deux personnes et dont la stratégie était tout entière orientée en direction des instances politiques. De même, le militantisme au sein d'un parti politique a été récompensé : c'est ainsi que les socialistes ont positionné sur leur liste deux candidats d'origine maghrébine, membres de l'appareil et en même temps, investis dans des fonctions associatives. L'un, T.R., né en 1955 est d'origine algérienne, il est directeur technique de la fondation A3 CI et appartient au cercle des socialistes de culture musulmane. L'autre, F. K..., né en 1956 et professionnel du travail social, possède la double nationalité (française et tunisienne). Il est membre du « Groupe des Trente » qui réunit les militants d'origine maghrébine, à l'intérieur du Parti socialiste.

90La victoire écrasante de la liste Majorité Marseille présentée par le maire sortant a permis l'élection de deux conseillers municipaux franco-maghrébins et de trois conseillers d'arrondissement. Les modalités de cette élection ont prouvé que la stratégie par « le haut » a été plus efficace. En effet, les deux conseillers municipaux élus, ne sont pas des dirigeants d'association ayant légitimé leur entrée politique par l'action sociale ou culturelle et la mobilisation des réseaux.

  • 50 Kabyle, né à Bougie, il arrive en France en 1947. Il termine ses études de médecine à la faculté d (...)

91L'un, âgé de 58 ans, est chirurgien-dentiste, ami de longue date du maire sortant Robert-Paul Vigouroux et ancien membre du Parti socialiste. Son ancrage local (président du comité de quartier du Xe arrondissement et président de l'Amicale des locataires de son lieu de résidence) ainsi que son statut socio-professionnel ont joué tout autant que son origine. Au moment de la rivalité entre Michel Pezet et Robert-Paul Vigouroux pour l'investiture par la Fédération du Parti socialiste, il a fait alliance avec Robert-Paul Vigouroux, l'ouverture de celui-ci à la société civile facilitant sa candidature50. Le second conseiller municipal, né à Marseille, est âgé de 29 ans, et cadre commercial dans une banque. Il est membre de l'association « Talha », association de langue et culture berbères. À 18 ans, il adhère au Parti socialiste, puis abandonne rapidement. En 1988, il participe au « Charter des droits civiques » organisé par France Plus et entre dans l'association. Cette démarche constitue selon lui, la volonté de briser la logique d'assistanat dans laquelle sont enfermées les populations issues de l'immigration. En 1989, l'ouverture à la société civile lui permet, par le biais de l'association, d'entrer en négociation avec les responsables politiques des différentes listes en présence :

« On était prêt à discuter avec des hommes de droite et de gauche ; on était même prêt à discuter avec Jean-Claude Gaudin s'il avait répondu clairement sur son alliance avec l'extrême droite, mais Robert-Paul Vigouroux a été à la fois plus ouvert et plus clair que Michel Pezet et Jean-Claude Gaudin réunis ».

92Depuis son élection, il est chargé de la commission de l'urbanisme, au sein du conseil municipal. En même temps, il est associé de manière symbolique par le maire à la gestion des dossiers touchant à la minorité musulmane (affaire de la mosquée, notamment) ou aux affaires touchant aux questions sociales (organisation d'activités de soutien scolaire dans les quartiers défavorisés, par exemple).

  • 51 L. B., 38 ans, secrétaire à la DDASS a été parrainée par le CNFOA (depuis son élection, elle s'est (...)

93Quant aux trois conseillers d'arrondissements, ils ont été élus dans les mairies de secteur des quartiers populaires où se concentrent les populations issues de l'immigration. Une seule d'entre eux a été parrainée lors de son élection par une association locale, le Conseil national des Arabes de France51.

94Les membres d'associations telles l'APAC ou Radio Gazelle qui ont vocation à paraître habituellement comme des interlocuteurs face aux pouvoirs publics n'ont pas réussi à négocier une place sur les listes de Majorité Marseille malgré des contacts pris auprès des responsables de la campagne électorale. Cela s'explique vraisemblablement par le fait que leur passé de militant associatif dans la mouvance de l'ancien pouvoir municipal les avait, en quelque sorte, « compromis » aux yeux de cette nouvelle équipe. Mais surtout, les hommes politiques n'étaient pas à la recherche de représentants porteurs des intérêts d'un groupe, tout au plus de garants, symboles de leur ouverture à la société civile locale, que des individus sans véritable passé de militant leur apportait sans danger.

  • 52 Revue Mémoire fertile, nouvelle série, septembre 1989, pp. 10-21.

95En dehors de Marseille, d'autres associations comme le collectif Mémoire fertile ont créé des listes autonomes, non pas sur un critère ethnique mais sur la base du regroupement de diverses composantes minoritaires de la société civile. Cela a été le cas à Lille, où l'association Texture, membre de Mémoire fertile, a présenté une liste ouverte, c'est-à-dire fondée sur le refus d'une composition strictement ethnique et rassemblant les catégories les plus touchées par l'exclusion : groupes issus de l'immigration quelle que soit leur origine ethnique, femmes, jeunes... La même initiative s'est déroulée à Saint-Étienne et à Bron52. Si ces trois listes présentées n'ont obtenu que 1 à 3 % des suffrages exprimés, la tentative de réappropriation de la politique par les mouvements associatifs n'en demeure pas moins significative. À cet égard, la présentation d'une liste autonome par France Plus, « Ensemble Aujourd'hui », lors des élections législatives du mois de mars 1993 répond aux mêmes objectifs.

96Toutes ces démarches s'apparentent à des mobilisations en vue de promouvoir l'intérêt commun d'un groupe auprès des pouvoirs publics. Dans cette définition habituelle du groupe d'intérêts, un élément apparaît toutefois problématique, à savoir justement, l'intérêt commun de ses membres.

97En effet, à aucun moment au cours de cette campagne, des revendications en terme de droits particuliers ou généraux n'ont été formulées. Etait en jeu, non pas un intérêt commun mais un agrégat d'intérêts individuels : l'éligibilité. Seul le label « Franco-Maghrébin » ou « Arabe » a été l'objet de la négociation remplissant, en quelque sorte, une fonction d'incantation sans que cela donne lieu à l'élaboration d'un véritable programme. Les acteurs développent ainsi un paradoxe qui leur est propre : faire admettre leur action politique au nom d'une spécificité maghrébine et, dans le même temps, refuser la stigmatisation pernicieuse du droit à la différence. L'utilisation d'un label ethnique fonctionne alors comme ressource politique, palliant l'absence d'autres ressources comme l'argent, le nombre d'adhérents au sein des associations, la compétence ou les réseaux d'influence au sein des institutions.

  • 53 Voir à ce propos les sondages de l’TFOP (parus dans le quotidien Le Figaro du 29 janvier 1191) et (...)
  • 54 Un certain sentiment de solidarité avec le peuple irakien s'est manifesté même si, par ailleurs, i (...)

98Mais, en même temps, une telle stratégie ne réfère pas uniquement à une duplicité consciente des acteurs : se définir comme Maghrébin a un sens au sein de l'espace national qui fut celui de l'État colonisateur et qui, aujourd'hui, est lu ou décodé par ces individus comme un espace différentialiste : le « nous » de la collectivité nationale s'oppose aux « autres » immigrés, Maghrébins, installés mais « suspects ». Au moment de la guerre du Golfe, cette différenciation s'est révélée à travers l'intérêt politique et médiatique porté aux comportements d'une population considérée comme homogène et suspectée dans son loyalisme aux institutions53. Les nouvelles générations, notamment celles engagées dans l'action associative et politique, ont été contraintes à un véritable questionnement sur leur appartenance et leur solidarité vis-à-vis du monde arabe. Ce conflit a constitué une « épreuve de vérité » qui peut être comparée, toutes proportions gardées, à celle qu'avait traversée la population juive de France lors du conflit de 1967. La référence à l'arabité n'a pas constitué en cette occasion une référence de principe, en partie construite dans et par le regard de l'autre, comme cela pouvait apparaître précédemment54.

99Malgré tout, l'intérêt commun demeure difficile à appréhender car les frontières du groupe à défendre sont mal définies. Se déclarer comme Français d'origine arabe ou comme Franco-Maghrébin ne renvoie pas au même type de solidarité et au même type d'histoire. La question de la liaison avec les enfants de harkis n'est pas encore résolue malgré les tentatives comme celles du Conseil national des Français d'origine arabe ou de France Plus. La liaison avec les formes de lutte des premières générations est également problématique et renvoie plus précisément à l'occultation de la question religieuse dans l'espace public, caractérisant ces nouvelles générations.

100Ces contradictions nuisent à l'emprise de ces associations sur une « clientèle » potentielle, précisément définie et circonscrite et donc à leur représentativité. Mais cette clientèle potentielle est la jeunesse des banlieues, dont la situation relève tout autant d'une approche sociale que d'une approche culturelle ou ethnique. Or, la marginalisation et l'exclusion conduisent ces jeunes à des actions de contestation violentes et sporadiques ou à des attitudes de repli et d'évasion vis-à-vis de l'espace public (drogue, musique) plutôt qu'à des actions de négociation ou d'intégration dans le système politique local. Dès lors, l'écart se creuse entre, d'un côté, les associations dont les membres sont sollicités au sein des institutions et, de l'autre, la « base » qui ne reconnaît pas ces porte-parole qui parlent en leur nom et sont suspectés de « trahison » ou de compromis. Cela explique le renouvellement incessant de ces associations : l'une chassant l'autre au nom d'une plus grande aspiration à représenter la clientèle potentielle, mais bientôt suspectée de n'être plus qu'une structure support des « Arabes de service » ou des « beur-gois ». La multiplication des associations et leur impossible fédération trouvent là l'une de ces raisons d'être.

101Ces paradoxes, apparus en pleine lumière lors des élections municipales, ont conduit la plupart de ces porte-parole à poser la question de la définition de soi. Il s'agit d'un petit groupe, composé d'une quinzaine d'individus qui exercent tous des fonctions associatives et sont reconnus par les pouvoirs publics comme des « interlocuteurs ».

L'enjeu de ce regroupement est la question de la représentativité : « Hormis quelques chefs religieux capables de faire l'unanimité autour de leur nom lorsqu'ils s'adressent aux immigrés de la première génération (et, à la rigueur, parmi quelques-uns de la deuxième), nulle personnalité ou groupe de personnes n'a jusqu'à ce jour obtenu un consensus nécessaire et suffisant pour parler en toute sérénité aux responsables politiques ou économiques au nom de la communauté maghrébine (puisque c'est elle qui pose « problème quant à son intégration »).

102(F. S. membre du « réseau »).

103La distance qui s'instaure entre la base et l'élite associative est au cœur de cette tentative d'unification. C'est pourquoi l'intégration au sein d'un appareil partisan est rejetée :

« Beaucoup déjà lassés des quelques discours contradictoires qu'ils ont entendu au sein de leur communauté ont préféré, au nom de l'efficacité, rejoindre une formation politique dont l'idéologie ne trahissait pas trop leurs attentes et qui, elles, fonctionnent. Ils n'y perdront peut-être pas leur âme mais, sans doute, une partie de leur identité. Pour mieux dire, ils s'assimileront c'est-à-dire qu'ils se fondront dans l'appareil d'une machine qui en a digéré d'autres ».

104(F. S...)

  • 55 D'autres initiatives du même genre se mettent en place à l'échelle nationale : ainsi la constituti (...)

105Ainsi, ce groupe, intitulé « Perspectives et solidarités arabo-musulmanes » et constitué officiellement depuis la fin de l'année 1989, a pour ambition, avant toute entrée en politique, de constituer un réseau, c'est-à-dire selon leurs propres termes : « une somme d'individus qui, sous forme d'une chaîne solidaire serait apte à se mobiliser sur des sujets ayant trait à l'immigration, et capable de propositions ». Après de nombreuses discussions, il a été décidé que le réseau serait constitué uniquement de personnes d'origine maghrébine, même si des stratégies d'alliance peuvent être envisagées avec d'autres groupes. Ainsi, ces individus se définissent comme Arabes et musulmans et précisent qu'ils reconnaissent le principe de laïcité. À partir du constat d'exclusion sociale et de l'exploitation politique dont sont l'objet les populations maghrébines, ils souhaitent constituer une force de propositions auprès des pouvoirs publics locaux et nationaux et renforcer la solidarité entre les membres du groupe, notamment avec les premières générations, même s'ils refusent de s'organiser autour du référent religieux55.

  • 56 Les dirigeants de France Plus en dénombrent plus de 500...
    Sur 1 000 candidats présentés lors des é (...)
  • 57 Cet extrait de l'appel provient d'un article du Monde, « Le PS et les Beurs », 22 mars 1990.

106Dans le même ordre d'idées, après l'entrée dans les conseils municipaux de nombreux élus d'origine maghrébine56 un certain nombre d'entre eux, ayant participé au voyage organisé en Algérie par l'association France Plus, ont décidé de créer une fédération des élus d'origine maghrébine, officiellement à l'écart de cette association. L'objectif est, là encore, d'accéder à une véritable représentativité et de constituer un groupe de pression sur les institutions politiques afin de faire prendre en compte les intérêts de ce qu'ils définissent comme une « communauté ». Il s'agit également d'éviter la marginalisation des populations immigrées au sein de l'Europe en construction et d'œuvrer au sein du dialogue Nord/Sud. Au sein du Parti socialiste même, des militants, des responsables associatifs et des élus se sont regroupés dans le cercle des socialistes de culture musulmane et appellent « au respect de la personnalité culturelle et communautaire des musulmans de France » (...) sans lequel l'égalité économique, sociale et juridique ne saurait être réelle »57.

  • 58 Joseph Lapalombara, Interest groups in italian politics, Princeton University Press, 1964.

107Ces tentatives de regroupement convergent vers un même but : passer d'un rapport de parentèle à un rapport de clientèle avec les institutions58.

Parentèle ou clientèle ?

  • 59 Cela explique les tentatives des dirigeants de France Plus, pour négocier avec des candidats autre (...)

108Dans la situation de parentèle, un rapport privilégié se noue entre un ou plusieurs groupes de pression et un parti. Ce cas de figure éclaire les relations qu'entretiennent aujourd'hui bon nombre d'associations issues de l'immigration avec le Parti socialiste. L'antagonisme idéologique marqué à l'intérieur du marché politique à propos de l'immigration a conduit les leaders du monde associatif à envisager ce parti comme seule structure possible avec laquelle ils puissent traiter. Cela est renforcé par deux dimensions supplémentaires : d'une part, l'existence au sein de ce parti de courants divers dont certains se prêtent à la formulation de spécificités en termes culturels et, d'autre part, le fait que ce parti est au pouvoir et donc à même de traduire par des trains de mesure un certain nombre de revendications. Cela devrait alors conférer une véritable influence à ces associations. Mais, de fait, il n'en est rien : premièrement, parce que l'attractivité entre ces associations ou, plus généralement, l'électorat « beur » et le Parti socialiste nuit à la concurrence et, de ce fait, brise leur influence éventuelle et leur pouvoir de revendications59 ; deuxièmement, la balkanisation du mouvement associatif, ses orientations d'actions plurielles et contradictoires confèrent aux instances de ce parti toute latitude dans les négociations. C'est pourquoi, certains dirigeants socialistes apparaissent comme les véritables artisans d'un discours sur l'ethnicité, ou plutôt les communautés, sans que cela implique la mise en œuvre de politiques spécifiques.

109Enfin, ces associations, ne peuvent être envisagées comme des groupes ad hoc, c'est-à-dire fondés sur un objectif unique et nettement circonscrit. Elles fonctionnent davantage comme des groupes à vocation permanente aux objectifs multiples, diffus et sans cesse renouvelables, ce qui ne facilite pas l'établissement de plate-formes revendicatives et a fortiori leur prise en compte institutionnelle. De plus, ces revendications étant souvent d'ordre social (le logement, le travail, la formation), la probabilité de politisation et d'idéologisation du groupe est plus grande que dans le cas de revendications sectorielles ou professionnelles, et donc facilite l'alliance avec un parti et la pénétration de certains de ces thèmes au sein du Parti socialiste : l'antiracisme, la citoyenneté « locale », la « différence culturelle ».

  • 60 Il est certain que le déplacement du concept de clientélisme de l'ethnologie vers la science polit (...)
  • 61 Luigi Graziano, « A conceptual framework for the study of clientelist behaviour » European journal (...)

110Dans la situation inverse de clientèle60, le pouvoir politique, à un niveau ou à un autre, considère un ou plusieurs groupes comme les plus représentatifs et établit avec eux des liens privilégiés. Cette situation est supérieure à la précédente dans la mesure où elle repose sur une position de force du groupe (la représentativité) et n'oblige pas à de difficiles rétablissements en cas d'alternance du pouvoir. C'est vers cette situation que tendent confusément les tentatives d'organisation de réseaux et autres recherches de solidarité entre générations décrites précédemment61. Même si elle est inégale, la relation de clientèle permet néanmoins à un groupe considéré comme représentatif d'obtenir une reconnaissance et des avantages par des pressions diverses sur le pouvoir politique. Tel est l'objectif des élites associatives lorsqu'elles cherchent à se dégager de l'emprise du Parti socialiste ou à œuvrer de l'intérieur du parti pour une reconnaissance du groupe. En d'autres termes, c'est la fonction d'intermédiaire pleine et entière que revendiquent ces acteurs entre une population minoritaire et les institutions politiques destinées à œuvrer dans le sens de l'intérêt général. Ce rapport de force a existé et peut exister encore de manière furtive, par exemple lors de la première marche de 1983, mais vraisemblablement le développement du mouvement associatif et sa trop grande dépendance vis-à-vis des institutions ont contribué à l'affaiblir.

111De fait, aujourd'hui, cette fonction d'intermédiaire est construite par la demande institutionnelle mais ne répond pas à un véritable rapport de force. À l'échelle nationale, cette ouverture politique est principalement le fait du Parti socialiste : ainsi, au sein de ce parti existe depuis 1988 « le Groupe des Trente » qui réunit, sous la responsabilité d'un délégué national auprès du premier secrétaire du Parti, chargé des relations avec les Français originaires du Maghreb, l'ensemble des militants socialistes d'origine maghrébine. Les 5, 6, et 7 janvier 1990 s'est déroulée à l'Assemblée nationale, sous l'égide de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains, une rencontre entre les élus d'origine arabe et d'origine juive et les principaux membres du gouvernement. Ce genre d'initiative permet aux instances du Parti socialiste de jouer sur les solidarités particularistes et d'en tirer profit en terme de luttes d'influence entre les différents « courants » qui traversent l'appareil. Depuis cette date s'est organisée, sous la responsabilité du même délégué, la Conférence nationale des élus socialistes originaires du Maghreb (regroupant plus de 300 personnes juives et maghrébines). Pendant le conflit du Golfe, des membres de cette structure ont effectué une mission de dialogue au Maghreb du 7 au 12 mars 1991.

112Mais cette offre politique est encore plus déterminante dans les espaces locaux où elle contribue à favoriser la construction d'une ethnicité.

Notes

1 Pierre-André Taguieff, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, éd. La Découverte, 1987, pp. 27-40.

2 Pierre-André Taguieff, op. cit., pp. 363 et suivantes.

3 C'est sous l'impulsion du GRECE, relayé dans l'espace politique par le Club de l'horloge, puis le Front national, que s'opère en France ce renouvellement de la rhétorique raciste. Ce racisme utopique pourrait se résumer par le principe de l'égalité dans la différence raciale. Son argument fondateur pourrait être formulé de la manière suivante : les différences entre populations supposées distinctes (génétiquement et culturellement) étant posées comme irréductibles, il s'ensuit que nulle hiérarchie ne peut les mettre en relation. Cf. Jean-Yves Le Gallon, La préférence nationale : la réponse à l'immigration, Paris, éd. Albin Michel, 1985. Alain Griotteray, L'immigration : le choc, Paris, éd. Pion, 1984. Voir aussi la revue Eléments du GRECE, notamment nos 8-9 novembre 1974-février 1975 (« contre tous les racismes », entretien avec Alain de Benoist pp. 118-124). Cf. Pierre-André Taguieff, op. cit., pp. 330-337.

4 Cf. A. Jazouli, op. cit., p. 149.

5 Cf. Nacer Kettane, Droit de réponse à la démocratie française, Paris, éd. La Découverte, 1986.

6 Cf. Serge Malik, L'histoire secrète de SOS Racisme, Paris, éd. Albin Michel, 1990.

7 Harlem Desir s'en est expliqué de la manière suivante : « Si nous nous sommes prononcés contre l'exclusion des trois jeunes filles, c'est précisément parce que nous pensons que l'école est la chance des jeunes d'échapper à la dérive intégriste. Nous avions une position pragmatique : nous savions qu'il s'agissait d'un phénomène très minoritaire qui s'était déjà présenté ailleurs et qu'il fallait le régler avec tact. Ce que nous voulions garantir, c'est le maintien à tout prix du contact avec l'institution scolaire, où tout le monde assiste aux mêmes cours. Pour nous, d'ailleurs, c'est là qu'on pouvait placer la limite, dans le refus d'assister aux cours, car alors on priverait l'école de sa capacité d'action. Au lieu de quoi, dans un contexte de polarisation et de surenchère manichéennes, on a voulu couper la France en “pour” et “contre” le foulard et faire de nous les complices de l'intégrisme des traîtres à la laïcité ».
Extrait de : « Entretien avec Harlem Désir », in Le Débat, n° 61, septembre-octobre 1990, pp. 41-58, op. cit. p. 48.

8 Ainsi, les subventions du FAS National accordées à SOS Racisme seraient passées de 50 000 F en 1985 à 510 000 en 1989. Pour France Plus, l'évolution est encore plus significative, puisque les fonds accordés par le FAS auraient augmenté de 370 000 (en 1987) à 1 500 000 F (en 1989). Mais ces proportions n'ont qu'une valeur indicative compte tenu du fait que les principaux bénéficiaires du FAS demeurent des institutions telles que la société SONACOTRA, des associations comme l'ADRI (Agence pour le développement des relations interculturelles), le CLAP, etc. Source : Passages, n° 20, septembre 1989.

9 Selon les données d'enquête recueillies par Béatrix Asma auprès de cette association dans le cadre de l'enquête du CERI sur les « modes d'insertion des populations de culture islamique dans le système politique français », MIRE/CERI (FNSP). n° 247/87.

10 Lors de la campagne électorale pour les élections municipales de 1989, la tentative des dirigeants nationaux de SOS Racisme, venus à Marseille pour imposer une consigne de vote (en faveur du maire sortant Robert-Paul Vigouroux) à grand renfort de vedettes de la chanson et de personnalités politiques (telle Mme Edmonde Charles-Roux) a donné lieu à un meeting houleux où les personnes présentes à la tribune ont été malmenées par des jeunes gens issus de l'immigration, membres d'associations de quartier.

11 Jean LECA, « L'islam, l'État et la société en France », in L'Islam en France, Bruno Etienne (dir.), op. cit. p. 65.

12 Entretien mené par Béatrix Asma dans le cadre de l'enquête du CERI déjà citée.

13 « Dans toutes les démocraties modernes, le droit de vote aux étrangers devrait être une évidence. Cependant, aux obstacles psychologiques qui caractérisent l'opinion publique française, s'ajoute l'obstacle constitutionnel (article 3 de la Constitution). Aussi les Français ont-ils du mal à relever le défi que leur lancent leurs concitoyens nés de parents étrangers ou de grands-parents étrangers.
« Aujourd'hui, pour France Plus, le droit de vote des étrangers est un faux problème, une fuite en avant. Nous proposons de geler la question pendant la période pré-électorale afin que l'on prenne en compte les vrais problèmes des étrangers (...) Les jeunes Français d'origine maghrébine se sont inscrits massivement sur les listes électorales ces dernières années. Tous les démocrates qui veulent donner le droit de vote aux étrangers n'ont qu'à faire inscrire les enfants de ces immigrés sur ces listes. Ces jeunes Français seront les meilleurs avocats de leurs parents. » A. Dahmani, entretien accordé au Monde, le 17 octobre 1988.

14 L'un de ces candidats, M. B..., est d'origine marseillaise, fils de Harki, membre de plusieurs associations*. Il a été parrainé par France Plus sur la liste UDF avec Mme Simone Veil comme tête de liste.
* (Conseil national des Français d'origine arabe, Pulsion).

15 Ainsi, Djidda Tazdait et Nora Zaïdi ont participé aux travaux de la commission d'enquête du Parlement européen, présidée par M. Glynn Ford, relative au racisme et à la xénophobie.

16 De même, le CAIF, Conseil des associations immigrées de France, s'est doté depuis 1987 d'une structure parallèle, le САIE, (Conseil des associations immigrées en Europe), ayant pour objet la concertation et la coordination des associations issues de l'immigration au plan européen. Cf. Bulletin du CAIF, juin 1987.

17 Le terme a été forgé par Ahmed Boubeker et Nicolas Beau, Chroniques métissées, éd. Alain Moreau, Paris, 1986, p. 105.

18 « La plupart des textes relatifs à la situation des étrangers (notamment la loi Pasqua-Pandraud du 9 septembre 1986 sur les conditions d'entrée et de séjour des étrangers, et les dispositions relatives aux contrôles aux frontières et sur le territoire, ainsi que l'application qui en est faite) tendent à renforcer l'insécurité des intéressés et le pouvoir discrétionnaire de l'administration en supprimant les garanties judiciaires. Plutôt que de tendre à insérer ceux qui sont là, ils constituent une réponse électoraliste aux clameurs xénophobes et une régression des libertés individuelles qui concerne tous les citoyens et ceux qui sont candidats à le devenir. » Catherine Wihtol de Wenden, Les immigrés et la politique, op. cit. p. 372.

19 La procédure envisagée était également très restrictive puisque, pour devenir Français, les individus concernés devaient répondre pratiquement aux mêmes conditions de recevabilité que les candidats à la naturalisation.

20 Pierre Brechon et Bruno Cautres, « L'inscription sur les listes électorales indicateur de socialisation ou de politisation », Revue française de science politique, vol. 37, août 1987, pp. 502-525.

21 D s'agit des arrondissements centraux de la ville (Ier, IIe, IIIe arrondissements) ainsi que des arrondissements périphériques (XIIIe, XIVe, XVe et XVIe arrondissements) lesquels correspondent aux anciens quartiers ouvriers où l'influence du Parti communiste dominait. Aujourd'hui, ces quartiers sont entrés dans une phase de décomposition sociale et économique qui conduit plutôt à l'inertie politique (le taux d'abstention y est plus élevé que dans d'autres secteurs de la ville).

22 Nous avons retenu dix bureaux de vote dans lesquels le taux d'inscrits était au moins égal à ce taux moyen d'inscription.

23 Précisons qu'il n'y avait pas de consigne de choix des électeurs en fonction de leur âge.

24 En règle générale, les individus interrogés ont rempli eux-mêmes le questionnaire, sauf dans le cas où la maîtrise du langage était imparfaite, cela a concerné notamment les plus âgés (lesquels étaient relativement peu nombreux).

25 Nous avons personnellement remarqué une particularité concernant cette catégorie, à savoir le fait d'aller voter en groupe de deux ou trois personnes, comme si l'acte de voter ne revêtait pas uniquement une signification individuelle et référait à une émulation collective, bien que cette interprétation ne puisse avoir valeur d'assertion générale dans la mesure où l'observation était beaucoup trop parcellaire. Nous avons également constaté la présence, aux alentours des bureaux de vote, de responsables associatifs issus de l'immigration, qui tendaient à jouer un rôle incitateur, auprès des plus jeunes, notamment lors du scrutin présidentiel.
Une telle démarche révèle que le droit de vote est perçu comme un « rite d'institution », c'est-à-dire un rite de passage au politique qui conclurait un contrat de citoyenneté dont le relief symbolique entretient le lien non pas d'un individu mais de tout un groupe à la communauté politique.

26 Cette prépondérance pourrait s'expliquer par le fait que les enquêteurs appartenant, en règle générale, à la même classe d'âge aient privilégié les électeurs les plus jeunes et n'aient pu aborder avec autant d'aisance les individus les plus âgés. Malgré cette éventualité que nous n'excluons pas, notre propre expérience de la passation du questionnaire nous a montré que les électeurs les plus jeunes étaient dominants dans le déplacement vers le bureau de vote, observation empirique constatée par les autres enquêteurs, même dans des secteurs où la population « harkie », est installée de manière significative.
Selon nos calculs et observations empiriques à partir de notre propre expérience d'enquêteur, sur un passage de 10 électeurs maghrébins, six en moyenne étaient âgés de 20 à 30 ans.

27 Cela concerne 78 % et 78 % de l'échantillon respectivement en 1988 et 1989.

28 L'immigration comorienne à Marseille date de la fin des années soixante-dix. Beaucoup de ces individus possèdent la nationalité française (du fait que l'île de Mayotte demeurée française au moment de l'accession à l'indépendance de l'archipel des Comores). Selon des estimations officieuses de la préfecture des Bouches-du-Rhône, il y aurait plus de 15 000 Comoriens installés à Marseille.

29 Cela est tout à fait plausible dans la mesure où, à Marseille, le chômage atteint près de 30 % de la classe d'âge 18-24 ans, toutes origines confondues, notamment dans les banlieues populaires où les sondages ont été effectués.

30 Les résultats d'un sondage « sortie d'unies » effectué par BVA auprès d'un échantillon de l'électorat total lors de la même élection montrent que 41 % de la classe d'âge 18-24 ans est dans la même situation (contre 91 % de l'échantillon total qui déclare avoir déjà voté pour d'autres élections), ce qui constitue malgré tout un taux moindre que celui caractérisant le groupe étudié.

31 Résultats du vote lors du premier tour :

Image img05.jpg

Remarquons, parmi les réponses à cette question, un pourcentage significatif de voix en faveur des candidats de la gauche communiste : 28 % en faveur d'André Lajoinie et 11 % en faveur de Pierre Juquin.

32 Cf. Daniel Gaxie, « Le vote comme disposition et comme transaction », in GAXIE (D.) (dir.), Explication du vote. Un bilan des études électorales en France. Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1985, pp. 11-34, dans le même ouvrage, cf. également : Alain Garrigou « conjoncture politique et vote », op. cit. pp. 357-384 et Gérard Grunberg, « L'instabilité du comportement électoral », op. cit. pp. 418-146.

33 Dans sa Lettre à tous les Français qui marque l'ouverture de sa campagne, le Président de la République s'exprime en ces termes : « La Grande-Bretagne, la Hollande, les pays Scandinaves sont mêmes allés jusqu'à reconnaître à leurs immigrés un droit de regard - par le vote - sur les décisions politiques locales ou nationales. Même si je sais que vous êtes, dans votre grande majorité, hostiles à une mesure de ce genre, je déplore personnellement que l'état de nos mœurs ne le permette pas ».
Le droit de vote aux élections locales pour les non-nationaux faisait déjà partie des 101 propositions du même candidat lors du scrutin présidentiel de 1981.

34 Ainsi, le 17 avril 1988, le Front national organisait, dans le stade vélodrome (« haut lieu » de l'identité locale, s'il en est) une manifestation qui a réuni plus de 20 000 personnes, venues de l'ensemble de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. À l'issue du premier tour du scrutin, le parti de Jean-Marie Le Pen a obtenu entre 26 et 32 % selon les circonscriptions.
Ce score est comparable sur l'ensemble du département des Bouches-du-Rhône où le Front national avec 26,4 % des suffrages devance tous les autres partis (UDF et RPR) de la majorité parlementaire.
Précisons en outre que si, à l'échelle de la population électorale totale, Jacques Chirac avec 50,12 % des suffrages exprimés a devancé François Mitterrand (49,8 7 %), les résultats sur l'ensemble des bureaux de vote que nous avions sélectionnés ont révélé une majorité significative pour François Mitterrand (57 % des suffrages exprimés, contre 43 % pour Jacques Chirac), cela resituant le vote des groupes issus de l'immigration dans le cadre de l'électorat populaire des quartiers nord (en opposition avec celui des quartiers sud où résident les groupes sociaux à hauts revenus, lesquels ont majoritairement voté pour J. Chirac).

35 Cf. infra, chapitre vii.

36 Les résultats de ce sondage montrent par ailleurs, que si de « nouveaux électeurs » se manifestent encore, ils sont beaucoup moins nombreux qu'au moment de l'élection présidentielle : 9 % déclarent voter pour la première fois à l'occasion du second tour de l'élection municipale, 17 % affirment avoir voté pour la première fois lors du premier tour, mais ils sont 73 % à s'être prononcés lors de scrutins antérieurs.

37 Ils ne sont par ailleurs que 1 % à se déclarer en faveur de la liste du Parti humaniste et de Nouvelles générations et 3 % pour la liste « Martine Cerdan » (qui comprenaient des individus d'origine maghrébine issus des quartiers, lesquels étaient d'ailleurs à l'origine de la constitution de ces listes autonomes).

38 Nous avons noté que le fait d'être âgé de 18 à 24 ans impliquait un refus de positionnement plus élevé que dans le cas d'appartenance à d'autres classes d'âge. Mais, surtout, une série de tris croisés effectués sur les données du sondage « sortie d'urnes » du 19 mars 1989 fait apparaître que le positionnement à droite ou à l'extrême droite est le fait d'individus nés aux Comores, âgés de plus de 45 ans. Cela s'explique pour des raisons liées à l'histoire des Comores, mais s'enracine également dans une rivalité, voire une hostilité larvée que nous avons pu observer entre les groupes comoriens et maghrébins, les premiers rendant responsables les seconds du climat local d'insécurité et de xénophobie, certains discours reprenant d'ailleurs les thématiques développées par le Front national.

39 En ce qui concerne l'affiliation partisane et syndicale, elle apparaît peu répandue : 6 % en 1988 et 4 % en 1989 déclarent être membres d'un parti politique, 14 % en 1988 (5 % en 1989) affirment être membres d'un syndicat.
Seule l'appartenance associative est plus significative : puisque 19 % déclarent en 1988 appartenir à une association (et 26 % en 1989). Cela pourrait s'expliquer par le fait que les individus engagés dans des actions associatives sont plus sensibilisés à l'exercice du droit de vote et que, de ce fait, l'association fonctionne comme instance de « passage au politique », au détriment des instances traditionnelles que sont les partis politiques et les syndicats.

40 En termes de variables politiques, nous avons retenu les réponses aux questions portant sur les votes aux échéances électorales (municipales de 1983, de 1989, législatives de 1986, de 1988, présidentielle de 1988), les motivations du choix lors de l'élection municipale de 1989, le positionnement idéologique, la proximité partisane, l'intérêt pour la politique.
Les variables sociales avaient trait au lieu de naissance de l'enquêté, au lieu de naissance du père, au cursus scolaire suivi par l'enquêté, à sa catégorie socioprofessionnelle.
Les variables religieuses concernaient l'auto-définition en tant que croyant ainsi que l'évaluation de la pratique.

41 Le fait que ces individus refusent de se positionner face à la religion peut être interprété de plusieurs manières : soit ils considèrent que cette question est incongrue dans le cadre d'un questionnaire portant sur les attitudes politiques et relève de sentiments attachés à la sphère privée et de ce fait ne doivent pas être dévoilés, soit ils éprouvent une difficulté à se définir dans les catégories religieuses qui ne correspondent pas à leur modalités d'identification, soit enfin ils éprouvent une méfiance vis-à-vis de cette investigation dans un questionnaire dont la finalité leur échappe et préférent alors s'abstenir de répondre. Le fait que, par ailleurs, ils ne refusent pas de répondre aux questions d'ordre politique, nous conduirait plutôt à privilégier les deux premières interprétations : ces non-réponses renvoient à une réticence et une impossibilité de se définir dans les catégories de l'islam plutôt qu'à une méfiance liée à la situation d'enquête.

42 Ces attitudes et ces croyances sont aussi des principes générateurs et organisateurs de pratiques et de représentations sans pour autant être adaptés objectivement à un but ou sans supposer la visée consciente des fins.

43 Convention nationale de Mémoire fertile. Nanterre, 3 et 4 février 1990.

44 Malgré les tentatives de mobilisation, cette fédération n'est pas véritablement parvenue à constituer un réseau à partir des associations locales existantes, qui demeurent avant tout jalouses de leur autonomie d'action. De plus, elle a échoué dans le processus d'ouverture du mouvement à d'autres minorités issues de l'immigration (asiatiques, africaines) et demeure un groupe majoritairement maghrébin.

45 Jusqu'à la Seconde guerre mondiale, les juifs de France ont le plus souvent accepté la perspective révolutionnaire emancipatrice et adhéré à l'ordre juridique établi et au modèle républicain. Mais la « trahison » de la citoyenneté qu'a représenté le régime de Vichy, ainsi que la modification sociologique et démographique due au rapatriement des juifs d'Afrique du Nord, ont conduit à une redéfinition de leur présence dans l'espace public à partir d'une identité collective reposant sur deux référents principaux : Israël et la tradition religieuse. Cf. Chantal Benayoun, « La question d'une politique juive aujourd'hui » in Histoire politique des juifs de France, P. Bimbaum (dir.), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990, pp. 258-277.

46 “Le droit à l'indifférence” longtemps revendiqué, au nom du respect de l'autre, conduit à enfermer le citoyen français d'origine étrangère dans un ghetto culturel et social, à le maintenir dans un statut d'immigré. La revendication de France Plus porte sur l'égalité des droits sociaux.
« Que demandent ces jeunes citoyens ? En premier lieu, qu'on leur foute la paix ! Ils veulent pouvoir accéder à un logement dans les mêmes conditions que les autres Français, obtenir des papiers normalement, bénéficier de la même protection sociale. Ces jeunes ont, quelle que soit leur origine, les mêmes rêves que les jeunes français de souche : ils souhaitent apprendre un métier, travailler, sortir, s'amuser. Plutôt qu'un droit à la différence, ils réclament un “droit à l'indifférence”, un “droit à la ressemblance”. Une ressemblance qui signifie simplement égalité des droits, pas une volonté d'être plus français que les Français. »
A. Dahmani, « Le droit à la ressemblance », n° spécial de La lettre de France Plus, octobre 1988.

47 Le CNFOA regroupe plusieurs associations telles que « l'Association des Français musulmans et leurs amis », l'association « franco-syrienne », l'association « Pulsion » (association de jeunes harkis prônant l'intégration par la promotion culturelle), la « Fédération nationale des jeunes Français musulmans », et l'Association des Français d'origine libanaise ».

48 Ainsi, le président du conseil est un colonel en retraite, d'origine syrienne, l'un des deux vice-présidents est un travailleur social, fils de harkis, le second est un homme d'affaires de nationalité algérienne, qui a fait fortune dans la vente de vêtements à bon marché au cœur du quartier arabe.

49 Le CRIF est le Conseil représentatif des institutions juives de France. Jusqu'en 1991, le président du CRIF marseillais était également conseiller municipal, adjoint au maire, Robert-Paul Vigouroux.

50 Kabyle, né à Bougie, il arrive en France en 1947. Il termine ses études de médecine à la faculté de Marseille et épouse une Française. En 1962, il opte pour la nationalité française. Dès 1963, il entre au Parti socialiste et commence à militer auprès de Gaston Defferre. À la même époque, sa famille qui jusqu'alors demeurait en Algérie, le rejoint à Marseille. Sa rencontre avec Robert-Paul Vigouroux date de 1970, moment où il prépare la campagne de ce dernier pour les élections cantonales. En 1983, il se propose comme candidat, mais se heurte au refus des dirigeants de la Fédération départementale, considérant cette candidature comme « prématurée » dans le contexte local. Lorsque Robert-Paul Vigouroux est exclu du Parti socialiste, il le soutient dans sa démarche. U est aujourd'hui conseiller municipal, délégué à l'Énergie et au Chauffage et ne se considère nullement comme un porte-parole d'une quelconque minorité maghrébine. Néanmoins, une telle élection contient une portée symbolique qui n'a pas échappé au maire, puisqu'il a proposé à N. A... la vice-présidence de la Maison de l'Étranger. (Association para-municipale présidée par le Maire, ayant vocation à fournir des renseignements d'ordre administratif aux populations étrangères).

51 L. B., 38 ans, secrétaire à la DDASS a été parrainée par le CNFOA (depuis son élection, elle s'est éloignée de cette association). Elle a un passé d'action militante auprès des populations harkies. Née en Algérie, mariée, mère de famille, elle est arrivée à Marseille en 1975. Au sein de la mairie de secteur des XIIIe et XIVe arrondissements où elle a été élue, elle est déléguée aux relations avec les « communautés ». Depuis 1990, elle a fondé l'association ECOSMOPOLE dont elle est la présidente (sur cette association, cf. infra). Elle est très active dans un rôle de médiation entre l'institution municipale centrale et les populations maghrébines de son quartier.
A. Z..., 30 ans, est également conseiller d'arrondissement de la mairie des XIIIe et XIVe arrondissements. Il détient la délégation à la jeunesse. Il est animateur à la Fédération Léo-Lagrange. Nous l'avons rencontré au cours des tentatives de négociation menées par l'association ZAKAT auprès des différents candidats en présence. Mais, il n'a pas été présenté officiellement par cette association. Il appartient à une famille « leader » au sein de la population algérienne, dont certains sont des responsables influents de la section locale de l'Amicale des Algériens.
A. A..., 32 ans, est conseiller d'arrondissement sur la mairie des XIe et XIIe arrondissements. C'est le seul qui possède un passé de militant au sein du Parti socialiste, qu'il n'a pas quitté malgré son inscription sur la liste Majorité Marseille.

52 Revue Mémoire fertile, nouvelle série, septembre 1989, pp. 10-21.

53 Voir à ce propos les sondages de l’TFOP (parus dans le quotidien Le Figaro du 29 janvier 1191) et de la SOFRES (paru dans l'hebdomadaire L'Express du 31 janvier 1991). Chacun d'eux portant sur un échantillon national de 500 personnes de religion musulmane vivant en France, âgée de quinze ans et plus.
Il n'est que de se rappeler l'accroissement des ventes d'armes (notamment dans le sud de la France) ou les attentats perpétrés sur des lieux de culte ou des bâtiments publics prestataires de services aux étrangers (Maison de l'Étranger à Marseille).

54 Un certain sentiment de solidarité avec le peuple irakien s'est manifesté même si, par ailleurs, ils n'ont pas été dupes (comme leurs pères) de la teneur réelle du régime irakien. Mais la question palestinienne, mise en balance dans le conflit par le dirigeant irakien, n'a pu que les toucher voire emporter leur assentiment. Certains ont d'ailleurs développé un parallèle entre leurs conditions de vie dans les banlieues populaires et celles de la jeunesse palestinienne engagée dans l'Intifada. Comme leurs parents, ils sont apparus en majorité favorable à des options pacifistes. Mais cette position a contribué à créer une rupture avec l'ensemble de la population française et remis en cause les actions de légitimation et de reconnaissance qu'ils avaient entrepris dans l'espace public. À cet égard, les difficultés qu'a connu l'association SOS Racisme, à cette période sont significatives, puisqu'une partie des dirigeants et des parrains de cette association, d'origine juive, ont quitté le bureau suite aux prises de position pacifiques et aux critiques de la politique française émises par les dirigeants. En même temps, le souci de reconnaissance et d'intégration dans la société française a conduit certains leaders à se lancer dans des campagnes d'explication et de rapprochement avec les différentes composantes de la société civile, notamment la minorité juive. Telle a été notamment la stratégie d'associations telles que Amitiés judéo-arabes ou France Plus. Les tentatives de clarification ont également été dirigées vers l'ordre politique : par exemple, le président de France Plus a été reçu par le Premier ministre, le 15 janvier 1991. Ce conflit a donc eu pour conséquence de faire émerger dans l'espace public les minorités ethniques et confessionnelles, puisque des médiations ont surgi au sein de la société civile, entre citoyens juifs et arabes.

55 D'autres initiatives du même genre se mettent en place à l'échelle nationale : ainsi la constitution en 1990 d'un « Cercle maghrébin » sous l'impulsion de D. T..., élue députée européen en juin 1988 sur une liste écologiste, ancienne présidente des JALB. Il s'agit là aussi de constituer un réseau et une véritable force de propositions face aux partis politiques.

56 Les dirigeants de France Plus en dénombrent plus de 500...
Sur 1 000 candidats présentés lors des élections municipales, 806 auraient été élus dont 61 % d'hommes et 39 % de femmes 54 seraient maires-adjoints, 343 villes dont 116 de plus de 30 000 habitants ont été concernées (40 % listes PS, 40 % UDF-RPR) ainsi que 52 villes de 15 à 20 000 habitants (55 % listes RPR-UDF, 35 % PS, 5 % écologistes, 5 % divers droite). 6 secteurs d'activités privilégiés ont échu à ces nouveaux élus : culture, solidarité (personnes âgées), jeunesse et emploi, droits de l'homme, santé et protection sociale, logement.
Ces données sont extraites de la Lettre de France Plus n° 3, mai-juin 1989 et doivent être considérées avec prudence.
Au sein du Parti socialiste également, un décompte a été établi, selon lequel près d'une centaine de franco-maghrébins auraient été élus lors des élections municipales.

57 Cet extrait de l'appel provient d'un article du Monde, « Le PS et les Beurs », 22 mars 1990.

58 Joseph Lapalombara, Interest groups in italian politics, Princeton University Press, 1964.

59 Cela explique les tentatives des dirigeants de France Plus, pour négocier avec des candidats autres que socialistes (à l'exception du Front national) lors des consultations menées au moment des élections municipales de 1989, en vue du positionnement de candidats franco-maghrébins sur les listes en présence.

60 Il est certain que le déplacement du concept de clientélisme de l'ethnologie vers la science politique lui a fait perdre de sa précision. En ethnologie, le rapport de clientèle est défini de façon précise comme une relation directe entre deux personnes (bilatérale ou dynamique), asymétrique (c'est-à-dire inégale : un patron et un client) mais d'échange (affectif et matériel) donc réciproque. Cf. Jean-François Medard, « Le rapport de clientèle, du phénomène social à l'analyse politique », Revue française de science politique, vol. xxvi, n° 1, février 1976, pp. 103-131.

Cette mobilité du concept l'a en, quelque sorte, complexifié : les analyses ne portent plus seulement sur les acteurs individuels mais sur les groupes voire les États, ce qui modifie la relation dyadique en faisant intervenir des « médiateurs » ou des « courtiers » et transforme également les ressources échangées (ce n'est plus seulement de l'argent, des emplois, des faveurs mais aussi le droit de vote qui est utilisé comme source de pouvoir).

61 Luigi Graziano, « A conceptual framework for the study of clientelist behaviour » European journal of political research, vol. IV 1974, pp. 149-174.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Voici les candidats en présence aujourd'hui, pour quel candidat avez-vous voté ?
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Au moment de voter, qu'est-ce qui a le plus compté pour vous ?
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Attendez-vous plutôt du prochain président :
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Pouvez- vous me dire pour quelle liste vous avez voté, celle menée par36 :
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Pour quelle liste avez-vous voté lors du premier tour des élections municipales ?
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Au moment de voter, qu'est-ce qui a le plus compté pour vous ?
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/880/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable