Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Troisième partie. «Les nouvelles classes dangereuses»

Chapitre X. « Eux et nous » : le racisme post-colonial

Texte intégral

1Les tracasseries policières à cause du « délit de sale gueule » ou les atteintes physiques ont un double effet : elles provoquent un sentiment d'injustice et d'indignation morale, et amènent à la constitution d'une solidarité interne au groupe des victimes. La discrimination n'est ni vécue ni expliquée par les nouvelles générations sur un mode individuel mais trouve une explication collective et favorise la constitution d'un « nous » : le groupe arabe, le groupe musulman. Ces discriminations vont même devenir l'explication de l'exclusion, alors qu'elles n'en sont que la conséquence.

  • 1 Cf. Gary T. Marx, Racial conflict. Tension and charge in American society, Boston, Little Brown, 1 (...)
  • 2 Entre 1973 et 1990, vingt crimes racistes ont été perpétrés à Marseille, principalement sur des je (...)
  • 3 Les dernier procès en date : celui du CRS Taillefer en 1989 (accusé d'avoir abattu sans sommation (...)

2L'opposition larvée ou explicite avec l'institution policière donne lieu à la construction d'un adversaire unique qui facilite le passage à l'action collective. Comme dans le cas des Black Panthers aux États-Unis, c'est l'intervention policière qui, bien souvent, créé le mouvement parce qu'elle donne un adversaire et un objectif1. De même, la série des crimes et attentats racistes qui égrènent l'histoire de Marseille depuis 19732 fait partie de la mémoire collective de ces nouvelles générations. Chaque procès est aussi l'occasion d'accroître l'indignation puisque la justice ne ferait qu'étouffer les affaires et prononcerait des peines symboliques, alors que les jeunes maghrébins sont toujours lourdement condamnés pour de petits délits3. L'excès d'une intervention policière ou l'iniquité d'un jugement fonctionnent comme des détonateurs, précipitant le passage de l'indignation morale à l'action : par exemple, après la mort de Lahouari Ben Mohammed le 8 décembre 1980, tué à dix-sept ans par un CRS à la cité des Flamants, les jeunes de la cité ont créé en 1981 l'association Ganache pour éviter que le procès de l'inculpé ne tombe dans l'oubli. Ou encore, le 23 juin 1983, le leader de l'association SOS Minguettes à Lyon (constituée à la suite d'affrontements avec la police) est blessé d'une balle au ventre par un policier lors d'un nouvel incident, cet événement étant à l'origine de la première Marche « pour l'égalité des droits et contre le racisme ». Les nouvelles générations étant, en général, plus touchées que les parents par les atteintes physiques ou les discriminations, il se produit une confusion dans les processus d'identification de ces acteurs qui mêlent le sentiment d'appartenance à une classe d'âge et le sentiment d'appartenance à un groupe ethnique. Cette expérience est la manifestation d'un racisme particulier qui s'explique par l'origine post-coloniale de cette migration.

  • 4 Cf. Gunnar Myrdal, An American dilemma, idem.
  • 5 Hanna Arendt, Sur l'antisémitisme, Paris, éd. Calmann-Lévy, 1973

3Dans le cadre des relations inter-ethniques, il y a développement de la discrimination et de certaines formes de racisme lorsque les conditions de vie s'égalisent et qu'une minorité ethnique s'assimile à la société d'accueil4. C'est aussi une explication courante de l'antisémitisme, du moins dans sa version contemporaine : lorsque les différences ne peuvent être exprimées en terme de rapports sociaux et politiques, la discrimination devient le seul moyen de différenciation. C'est pourquoi l'antisémitisme moderne est né et s'est développé alors que les juifs s'assimilaient et que les anciennes valeurs religieuses et spirituelles du judaïsme se laïcisaient et dépérissaient5.

  • 6 Georg Simmel, « Digressions sur l'étranger » in Yves Gramfeyer et Isaac Joseph (éds.), L'école de (...)

4Dans le cas de la population maghrébine, cette proximité culturelle et sociale concerne principalement les nouvelles générations. En effet, les primo-migrants appartiennent plutôt au monde de l'étranger et entretiennent, avec la collectivité d'accueil, des relations qui peuvent être qualifiées de proches sur un plan abstrait et général (relations économiques) mais lointaines sur un plan concret et particulier (relations interpersonnelles au sein d'un groupe). L'étranger a peu de relations affectives avec la communauté, il ne lui est pas subjectivement lié, ni sentimentalement attaché, il n'a pas de racines, il est mobile6.

  • 7 Louis Dumont, Essais sur l'individualisme. Une perspective anthropologique sur l'idéologie moderne (...)

5Il y a donc opposition entre ces relations d'étrangeté, fondées sur une profonde différence et une identification statutaire : le travailleur colonial puis la main-d'œuvre étrangère, et des relations de fusion qui abolissent les différences statutaires. Le premier de ces modes de relations a pour conséquence la xénophobie en tant que rejet de l'étranger, tandis que le second suscite le racisme, conçu comme rejet de l'autre devenu le même. La xénophobie naît dans le champ des relations et des compétitions entre groupes autour d'enjeux économiques et politiques. Elle consiste à attribuer des traits généraux, à construire des stéréotypes qui peuvent résister à l'évidence du contact mais permettent de délimiter et de différencier les groupes et les appartenances sur un plan général. En revanche, le racisme est interne au groupe : il réside dans la construction d'une différence naturelle et consiste à inférer la supériorité d'une catégorie de population sur une autre. Louis Dumont a montré comment, par la liaison intrinsèque que le racisme entretient avec l'individualisme, il constitue la pathologie des sociétés individualistes et égalitaires7. De ce point de vue, il n'est pas un processus de rejet de l'autre mais du même.

6Par ailleurs, le racisme envers les populations maghrébines ne peut être déchiffré sans référence au passé colonial français : il est alors fonction de la difficulté pour une culture universaliste d'incorporer l'expérience du colonisé.

  • 8 Didier Lapeyronnie (dir.), L'intégration des minorités immigrées. Etude comparative France/Grande (...)

« En d'autres termes, la question posée par le colonisé n'est pas celle de la “faute” ou de la “culpabilité” du colonisateur, pas plus qu'elle n'est celle d'une opposition de modes de vie ou qu'elle n'est celle de l'exploitation des colonisés. Elle est celle de la tension et du conflit au sein de la vie sociale et culturelle entre l'universalisme du dominant et la particularité du dominé (...) Le racisme n'est pas un produit des difficultés de l'intégration, mais bien au contraire de son succès »8.

7Cette persistance du passé colonial dans le présent permet de caractériser la spécificité de la situation post-coloniale en France : avec, d'une part, l'apparition d'une forte mobilisation contre l'intégration des anciens colonisés (visant, au premier chef, les Algériens), mouvement massif de rejet qui déborde largement l'électorat du Front national et, d'autre part, l'émergence dans l'espace public de diverses formes d'un ressentiment éprouvé par les cibles de ce racisme et qui se cristallise autour d'une définition collective du groupe combinant les références ethniques et sociales. Une telle situation est le signe d'une spécificité des populations issues de l'immigration maghrébine, qui puisent dans cette confrontation les ressources pour une mobilisation.

8En même temps, les conditions de cette mobilisation révèlent l'intériorisation par les nouvelles générations des valeurs de la société d'accueil : l'égalisation des conditions produit chez les individus nés en France un sentiment de frustration par rapport aux formes de discrimination dont ils sont victimes, et qu'ils jugent inacceptables au nom même des valeurs de la société dans laquelle ils entrent. Il peut en résulter des conduites déviantes ou agressives, mais aussi des passages à l'action dans l'espace public. Or, l'égalisation des conditions pourrait être envisagée a priori comme incompatible avec toute forme de mobilisation.

9C'est pourquoi la discrimination ne paraît pas suffisante pour expliquer ce passage à l'action collective. En effet, comment expliquer a contrario que des groupes qui ne sont plus (ou pas) des cibles privilégiées du racisme, tels que les Italiens ou les Portugais, puissent aussi s'engager dans la quête délibérée de ressources symboliques favorisant des identifications manifestement mobilisatrices pour le groupe ? C'est ici qu'intervient un autre facteur, à savoir l'affaiblissement de l'ensemble des institutions de socialisation qui ne parviennent plus à produire des loyautés irréversibles. En ce sens, le développement de la revendication d'identité de la part de groupes minoritaires (territorialisés, ethniques ou confessionnels) exprime la difficulté pour l'État de contrôler les conditions culturelles de la reproduction de la société politique.

  • 9 Michel Oriol, « L'effet Antée ou les paradoxes de l'identité symbolique », Peuples méditerranéens, (...)
  • 10 Marie-Antoinette Hily et Michel Poinard, « À propos des associations portugaises en France ou l'id (...)

10À la différence des expériences migratoires antérieures, il se produit, pour les nouveaux venus dans l'espace national, une disjonction entre l'attrait que le pays d'accueil peut exercer en matière économique et son attrait dans le domaine symbolique9. Dans ce contexte, le phénomène associatif issu de milieux migrants s'apparente aujourd'hui à une « logique de création d'espaces spécifiques qui sont destinés à l'expression et à la production partagée de la structure symbolique de l'appartenance »10.

11Cette revendication d'une spécificité se manifeste dans l'essor d'un phénomène associatif propre à ces nouveaux acteurs, l'espace local constituant leur terrain d'action privilégié.

Notes

1 Cf. Gary T. Marx, Racial conflict. Tension and charge in American society, Boston, Little Brown, 1971.

2 Entre 1973 et 1990, vingt crimes racistes ont été perpétrés à Marseille, principalement sur des jeunes gens, notamment entre août et décembre 1973 où dix personnes ont été tuées.

3 Les dernier procès en date : celui du CRS Taillefer en 1989 (accusé d'avoir abattu sans sommation un jeune homme d'origine algérienne) qui s'est traduit par la remise en liberté de l'inculpé, ou encore celui de la boulangère de Reims, ayant tué un jeune Beur pour le vol d'un croissant et qui a été acquittée en 1992 pour légitime défense.

4 Cf. Gunnar Myrdal, An American dilemma, idem.

5 Hanna Arendt, Sur l'antisémitisme, Paris, éd. Calmann-Lévy, 1973

6 Georg Simmel, « Digressions sur l'étranger » in Yves Gramfeyer et Isaac Joseph (éds.), L'école de Chicago, Paris, éd. Aubier, 1990, pp. 53-59.

7 Louis Dumont, Essais sur l'individualisme. Une perspective anthropologique sur l'idéologie moderne, Paris, éd. du Seuil, 1983.

8 Didier Lapeyronnie (dir.), L'intégration des minorités immigrées. Etude comparative France/Grande Bretagne, Paris, ADRI, 1990, p. 293.

9 Michel Oriol, « L'effet Antée ou les paradoxes de l'identité symbolique », Peuples méditerranéens, n° 24, juillet-septembre 1983, pp. 49-59, op. cit. p. 37.

10 Marie-Antoinette Hily et Michel Poinard, « À propos des associations portugaises en France ou l'identité condensée », Revue suisse de sociologie, n° 2, 1984, pp. 465-484, op. cit. p. 467.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540