Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Troisième partie. «Les nouvelles classes dangereuses»

Chapitre IX. De l'exclusion à la mobilisation

Texte intégral

1À Marseille, le cadre dans lequel se déploie les mobilisations de ces nouvelles générations est principalement l'espace des quartiers nord correspondant aux anciens faubourgs ouvriers. Cette spécification géographique renvoie non seulement à la territorialisation de la migration maghrébine dans l'espace urbain, mais aussi à une différenciation sociale marquée du sceau de l'exclusion et de la marginalité qui touche l'ensemble des habitants de ces quartiers. Dans ce contexte de décomposition des banlieues populaires, les nouvelles générations construisent des modalités d'action collective, qui s'enracinent dans une protestation morale contre la discrimination et le racisme, ce qui contribue à les singulariser, alors même que leur condition sociale, et même culturelle, est identique à celle de leurs pairs « autochtones ». C'est pourquoi, contrairement aux interprétations trop largement répandues, les conduites de ces jeunes, y compris dans leurs dimensions déviantes ou délinquantes, ne sont pas l'expression d'un conflit qui opposerait les normes et les valeurs de la société d'accueil à celle d'une « culture d'origine ».

  • 1 François Dubet, La galère ; jeunes en survie, Paris, éd. Fayard, 1987.

2Elles sont le produit d'un processus d'acculturation qui présente la particularité de se dérouler dans un contexte de désintégration sociale. À Marseille, comme dans l'ensemble des banlieues des grandes villes, ces nouvelles générations connaissent les mêmes difficultés d'identification que les générations issues des classes populaires, du fait de l'affaiblissement des institutions garantes des normes et valeurs centrales : école, partis politiques, syndicats. Cet affaiblissement est dû en partie aux mutations sociales qui, depuis la fin des Trente Glorieuses, ont défait les mécanismes traditionnels de solidarité. Cette décomposition touche plus particulièrement « les banlieues rouges », c'est-à-dire les formations sociales qui résultaient de l'interaction autour d'un système politique municipal, d'une conscience de classe ouvrière et d'une communauté populaire fortement intégrée. Désormais, la désorganisation, l'exclusion et la perte de sens dans l'action contestataire s'additionnent et donnent naissance à une situation que les jeunes, dans leur langage, nomment « la galère »1.

3La désorganisation renvoie, à la fois, à la destructuration de la cellule familiale et à la dégradation du cadre de vie. Le renouvellement de la population au sein des logements sociaux conduit à une concentration des familles les plus défavorisées dans un même territoire et un même type de résidence. À cela s'ajoute le fait que le jeu des mécanismes d'attribution des logements HLM crée de véritables isolats, homogènes socialement même si, à de rares exceptions près, ils demeurent pluri-ethniques (mêlant Vietnamiens, Comoriens, Maghrébins). Les quartiers nord deviennent ainsi un secteur socialement et économiquement en difficulté, métissé culturellement où se regroupent les dernières vagues migratoires. Tous les indicateurs attestent de cette dégradation : si le taux de chômage sur l'ensemble de la ville est le double de la moyenne nationale, il dépasse 20 % dans certains secteurs de ces quartiers nord, voire 30 à 40 % dans la classe d'âge 18-24 ans, ce qui introduit une rupture entre ces jeunes et le monde du travail.

4L'exclusion est vécue de façon globale, à partir de la résidence dans une cité marginalisée par l'accumulation des problèmes et la mauvaise image dont elle est victime. Cette mauvaise image des cités des quartiers nord est très sensible à Marseille où la différenciation spatiale renvoie à une différenciation sociale.

5Enfin, la galère c'est aussi la perte du sens historique et du sentiment de classe : il n'y a plus dans les quartiers périphériques d'identification à la collectivité « Marseille » à partir du référent de la classe tel que cela s'était produit dans la période de l'entre-deux-guerres et de l'immédiate après-guerre. Les nouvelles générations sont étrangères à la socialisation ouvrière et plus largement à la culture industrielle et au monde du travail. Les acteurs politiques, les syndicalistes, les juges et les policiers sont considérés comme expression de la violence et de la domination qui ne repose sur aucune représentation des rapports sociaux, ce qui conduit à l'apathie ou à l'auto-destruction (alcoolisme, drogue) mais aussi à la « rage », c'est-à-dire à l'exaltation de la force comme seule réponse possible à la violence, notamment face aux institutions policières. Cela explique les émeutes à la cité des Minguettes à Lyon en 1980, à Vaulx-en-Velin en 1989 ou encore à Sartrouville en 1990, un affrontement avec les policiers ou avec les vigiles étant à l'origine de chacune de ces échauffourées. À Marseille, l'apathie domine, comme si l'opposition violente et sporadique n'avait elle-même plus de sens face aux institutions de contrôle et de répression, mais aussi parce que le « maillage social » de ces quartiers est dense : éducateurs, animateurs, chefs de projet se posent en interlocuteurs permanents de la jeunesse et désamorcent la violence en transformant les griefs en revendications acceptables par les pouvoirs publics.

6Si « la galère » est le lot commun de la jeunesse des banlieues, les mobilisations des nouvelles générations issues de l'immigration sont donc les symptômes d'une « mal-vie » générale. Dans ce cas, comment expliquer qu'ils apparaissent comme les plus actifs et les plus dynamiques dans le passage à l'action collective, à tel point que, pour l'opinion publique, comme pour les pouvoirs politiques, la question de la jeunesse des banlieues est de plus en plus assimilée à celle de l'immigration. La réponse se situe dans l'expérience de la discrimination et du racisme qui leur confère une marque distinctive.

Notes

1 François Dubet, La galère ; jeunes en survie, Paris, éd. Fayard, 1987.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540