Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Deuxième partie. De l'Islam des catacombes aux mosquées «cathédrales»

Chapitre VI. Une mosquée « cathédrale »

Texte intégral

1En règle générale, les salles de prière existantes révèlent nombre de défaillances en matière de sécurité et de salubrité, en particulier lorsqu'elles sont situées dans le parc de logement social, particulièrement délabré. La précarité qui entoure la pratique de l'islam dans l'espace urbain a donc conduit certains leaders religieux à revendiquer une véritable mosquée.

2Mais, surtout, la légitimité de l'enracinement des populations musulmanes est au cœur de cette revendication qui prend une signification particulière dans un contexte non islamique. En même temps, cette nouvelle exigence émergeant au sein des groupes sédentarisés attise la lutte pour la représentativité, particulièrement lorsqu'une ouverture politique se fait jour.

Symbole de la présence musulmane dans l'espace urbain

3Trois lieux de culte principaux fonctionnent comme des mosquées dans l'espace marseillais. Ils sont très fréquentés le vendredi, mais une très faible visibilité urbaine les caractérise. Aucun ne peut être qualifié de mosquée car, pour cela, il faudrait que le bâtiment considéré fasse l'objet d'un projet architectural et d'un permis de construire pour édification, et qu'il soit d'une capacité supérieure à celle des lieux déjà existants. Sur le territoire français, excepté la Mosquée de Paris, les édifices cultuels de Mantes-la-Jolie, de Roubaix et d'Evry (en cours d'achèvement) sont les seuls, à ce jour, à répondre à ces critères.

4Le passage de la salle de prière à la mosquée répond à un souci de légitimation et de reconnaissance de la population musulmane installée afin de dépasser le stade de la simple tolérance.

  • 1 Cf. Olivier Balança et Isabelle Temin, Espace et implantation d'une mosquée en France : le cas de (...)

« Pour que les jeunes musulmans Français puissent être considérés comme les autres, que ce soit un symbole pour les générations futures, la mosquée concernerait tout le monde, mais les jeunes, eux, se sentent concernés symboliquement. Quelque chose restera. Une grande mosquée pourrait servir de facteur stabilisateur. La société occidentale est décadente, il n'y a plus de croyances, les gens ne se raccrochent à rien, les jeunes auraient besoin de se ressourcer avec la religion. Un peu de pratique entraînerait moins de délinquance, l'intégration passe par la mosquée, tous les pouvoirs publics seraient concernés. Ce serait un islam à la française comme pour les Juifs et les Chrétiens1 ».

5(N. T..., restaurateur).

« Il y a un besoin de reconnaissance de la communauté musulmane, ce qui passe par des attributs de la reconnaissance : une mosquée de taille moyenne en centre-ville. »

6(S. B..., directeur d'antenne de Radio Gazelle).

« J'ai déjà dit que ce n'est pas le musulman de Marseille qui a besoin d'une mosquée, c'est Marseille elle-même qui a besoin d'une mosquée, parce qu'on trouve une synagogue, une église, même une église boudhiste et pourquoi pas musulmane ? »

7(F. I..., président de l'Association islamique de la cité Belle vue).

8Les discours sur la légitimation et la reconnaissance de la population musulmane sont le fait d'acteurs qui pourraient être qualifiés de « petits entrepreneurs indépendants » sur le marché islamique : hommes d'affaires, responsables d'associations islamiques... ou d'acteurs liés aux instances des pays d'origine, plus intégrés dans la collectivité que la majorité des pratiquants installés. Ce discours est également tenu par des responsables d'associations séculières, ne fréquentant pas les salles de prière mais pour qui la construction d'une mosquée constituerait le signe définitif de leur enracinement. Par ailleurs, tous sont très sensibles à la mauvaise image de l'islam, à sa méconnaissance par la population française, en général, et à son inégalité de traitement par rapport aux autres confessions.

9Ce souci de reconnaissance s'accompagne d'une volonté de compromis architectural. Si l'introduction dans l'espace public urbain, d'une symbolique islamique attachée aux commerces, telles les boucheries ou les librairies, n'est pas considérée comme un objet de conflits par les musulmans installés, il n'en va pas de même pour l'établissement d'une mosquée. Dans ce cas, des symboles islamiques extériorisés pourraient être perçus comme porteurs d'agressivité par le reste de la population marseillaise. Néanmoins, un certain nombre d'attributs ne font pas l'objet de compromis et se retrouvent dans l'ensemble des projets existants : il s'agit du minaret et de la coupole surmontant le lieu du culte. La tendance générale semble s'orienter vers l'établissement d'un minaret de taille modeste, symbolique attribut de l'islam, sans que cela implique automatiquement son utilisation pour l'appel quotidien à la prière.

« L'architecture serait un compromis entre une architecture arabo-islamique et le respect de l'architecture européenne. On ne voudrait pas brusquer les gens par une mosquée type. Le minaret aura une forme moderne, sera haut d'environ 15 mètres. L'appel à la prière se fera à l'intérieur. Le minaret n'est là qu'à titre décoratif, pour montrer que là, il y a une mosquée. »

10(B. D...., président de la Fédération régionale des musulmans du Sud de la France).

  • 2 Architecte A... pour le compte de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France.

« La mosquée se veut un essai de synthèse, une interprétation du culte musulman selon des données multiples et complexes à la fois, le culte et ses exigences, l'histoire et son apport “civilisateur” (sic) sur la production spatiale, les données de l'époque et enfin le lieu qui réclame le respect et l'évolution dans la continuité et non dans la rupture (...). L'exigence du lieu qu'est Marseille, mosaïque de cultes et de cultures, une porte sur l'Orient. Le génius “loci” réclame une lecture raffinée et attentive. C'est dans cette volonté que l'extérieur de la mosquée, le système conceptuel général ainsi que les matériaux utilisés représentent le souci du génius “loci”. L'architecture affichée est post-moderne dans ses traits par l'emploi du verre comme moteur de transparence2. »

11Le choix du lieu d'implantation constitue le deuxième aspect de la visibilité urbaine. La majorité des personnes interrogées envisagent, avant tout, la question pratique de l'accessibilité de ce lieu dont la situation idéale se situerait dans une zone de transition entre les quartiers périphériques et le centre-ville. Pour certains responsables d'associations, toutefois, l'implantation en centre-ville constituerait le signe d'une véritable acceptation de la présence musulmane. Cela a été le combat du président de l'association Er Rahmaniyyà qui gère la principale salle de prières installée dans les quartiers centraux. Jusqu'à aujourd'hui, il n'a pas obtenu gain de cause auprès des pouvoirs municipaux.

12En revanche, en ce qui concerne l'aménagement intérieur, le caractère introverti de l'architecture arabo-musulmane classique revêt dans le contexte de l'islam transplanté une signification différente permettant de jouer sur l'opposition intérieur/extérieur. L'extérieur est appréhendé comme surface de compromis alors que l'intérieur permet de recomposer une vie communautaire centrée sur le cultuel, cachée en quelque sorte au reste de la population.

Le cultuel et le culturel

13Pour la majorité des musulmans rencontrés, les dimensions cultuelles et culturelles sont liées. Considérant que leur situation marginale dans la société française est due à une mauvaise image de l'islam et à une méconnaissance de la civilisation islamique, la majorité des personnes interrogées envisagent la construction d'un centre islamique aux fonctions plurielles dépassant largement la seule dimension rituelle.

« L'islam c'est un tout. Une mosquée toute seule, non ça n'existe pas. Il faut que la communauté s'organise autour de la mosquée. »

14(M. B..., président du Centre culturel maghrébin de la solidarité).

« La mosquée-cathédrale serait une mosquée “civilisation”, un lieu culturel, cela n'enlève pas la foi. Il faut qu'on sorte du simple domaine de la religion. Il faut montrer ce que l'islam a fait pour l'humanité. Il faut changer l'image de l'islam par des conférences, des débats, une vidéothèque. »

15(N. T..., restaurateur).

« Nous avons une jeunesse qui doit apprendre sa culture. Une salle de prières ne suffit pas pour ça. Le centre culturel devrait contenir beaucoup de moyens car, dans toute la France, il n'y a pas de centre culturel ! Même la Mosquée de Paris n'en est pas un. Un centre culturel doit remplir une mission très vaste. Connaissant la religion musulmane, les gens (les non-musulmans) s'habitueront à l'islam (...) La salle de prières a une bonne influence sur la jeunesse, il y a moins de délinquance. »

16(B. D..., président de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France).

17Deux objectifs principaux président à la construction d'un centre culturel islamique : d'une part, répondre à un souci d'éducation des nouvelles générations, d'autre part, modifier l'image de l'islam au sein de la collectivité d'accueil. C'est pourquoi, le futur centre culturel doit apparaître comme un lieu d'échanges, de communication et d'information ouvert à tous. Il doit faire abstraction de tout caractère confessionnel et, donc, ne pas être un lieu réservé aux seuls « initiés ». Il doit permettre aux musulmans de redécouvrir leur passé et leur tradition. Laboratoire de langue, salle de cours, salle de conférence, salle d'exposition, bibliothèque et salle de musique constitueraient les locaux principaux de ce centre culturel.

18La mosquée serait le deuxième pôle de structuration de l'édifice. Elle comprendrait : une salle de prière d'une capacité d'accueil de 4 à 5 000 fidèles, des salles d'ablution, une cour, une salle mortuaire, une salle pour les « Fatiha », un bureau et un appartement pour l'imam. Un pôle secondaire servirait d'élément de liaison entre les deux pôles principaux (cultuel et culturel). Il serait composé d'un hammam, d'une librairie, d'un centre médico-social, d'un local de ventes d'articles religieux et d'une cafétéria.

19Ce lieu constituerait, pour les musulmans interrogés, un lieu de sociabilité où se résoudraient une série de problèmes touchant la population musulmane, qu'ils soient d'ordre social ou culturel. En ce sens, il est considéré comme un endroit privilégié du processus d'adaptation. En même temps, il est présenté comme un lieu ouvert sur le reste de la population marseillaise, favorisant les échanges et la diffusion de la connaissance de la culture islamique. C'est ainsi que se manifeste la « tentation communautaire » au travers de la demande d'islam en même temps qu'une volonté de « séduire » la population non musulmane.

20Depuis que le maire Robert-Paul Vigouroux s'est déclaré favorable à la construction d'une mosquée, ces attentes sont désormais au cœur de la lutte pour le leadership sur les populations musulmanes.

La mosquée = enjeu central dans l'organisation de la minorité musulmane

  • 3 Ces déclarations sont confirmées par l'entretien qu'il a accordé à la revue Profession politique n (...)

21La première déclaration du maire de Marseille, Robert-Paul Vigouroux, à propos d'un projet de construction de mosquée, date du mois de septembre 19893. Elle a contribué à réorienter et ordonner les divers enjeux qui parcourent le champ religieux local autour de cette question et d'attiser les rivalités pour la représentativité de l'islam local.

22L'ouverture politique a suscité une cascade de projets. Dès le 9 novembre 1989, M. S..., directeur des Halles méditerranéennes de viande, a déposé auprès de la municipalité un projet de complexe cultuel, culturel et commercial. Élaboré par deux architectes locaux il était conçu autour d'un pôle commercial (boutiques, hôtel, restaurant), d'un pôle culturel (école de langue arabe, salle de conférence auditorium, salles d'exposition). La partie réservée aux activités religieuses prévoyait une salle de prière pouvant accueillir 15 à 17 000 fidèles, surmontée d'un minaret de 18 m. Cela répondait principalement à des objectifs financiers et commerciaux. Il s'agissait, en fait d'attirer la clientèle de l'autre rive de la Méditerranée vers Marseille en lui offrant une palette de services diversifiés allant du religieux... aux biens de consommation. À l'origine, ce projet avait, semble-t-il, convaincu le maire, dans la mesure où il s'appuyait sur une stratégie pouvant favoriser l'entrée de devises sur le territoire local. À ce propos, l'argumentaire joint à la proposition était explicite :

« la position géographique de Marseille et sa tradition commerçante plus que bimillénaire ont conduit les promoteurs du projet à imaginer d'associer à ce lieu de culte important, un aspect commercial de qualité qui pourrait capter un flux de touristes acheteurs, originaires d'une population d'outre-mer, actuellement très dispersée vers d'autres ports de la Méditerranée ».

  • 4 Le Provençal, 1er novembre 1989.

23Cette initiative a pris de court les principaux responsables religieux et suscité leur défiance. Le président de l'association Er Rahmaniyyà déclarait « qu'il ne faut pas qu'on utilise le minaret pour attirer les marchands de poulets. Je redoute la publicité donnée à cette affaire. Il ne faut pas jouer avec le feu dans une ville où l'islam nourrit tous les fantasmes »4. Le 12 novembre 1989, les principaux responsables d'associations de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France ont adressé au maire une déclaration officielle, dénonçant « les déclarations précipitées de certains (hommes et femmes) qui cherchent à s'accaparer pour des raisons diverses la réalisation de ce lieu de culte ». Ils lui ont demandé, par la même occasion, l'autorisation de construire une véritable mosquée. Enfin, ils ont lançé « un appel à tous les musulmans, à être vigilants pour que la future Mosquée de Marseille ne soit pas autre chose qu'un lieu de spiritualité, de prière et d'enseignement, ainsi qu'un symbole de leur unité ».

  • 5 Il s'agit du projet proposé par l'association Arch-Es-Salam dans le cadre de la Fédération régiona (...)

24Le 9 janvier 1990, le maire recevait une délégation des douze principaux responsables d'associations islamiques, quasiment tous membres de la fédération régionale. Lors de cet entretien, un projet de mosquée à été déposé auprès du maire, qui n'a pas été agréé parce qu'il émanait de la section locale de l'Amicale des Algériens5 et, de ce fait, était suspect aux yeux des autorités locales.

25Cette polémique interne au groupe, engendrée par l'offre politique du maire, a donc contraint ce dernier à ouvrir des négociations et des consultations avec les différentes parties en présence. Si le projet de M. S..., a été disqualifié, il n'y a pas eu pour autant un accord ou un consensus autour d'un projet unique. Cela provient du fait que l'autorisation de permis de construire, délivré par la municipalité au projet de l'une ou de l'autre association en présence, reviendrait à consacrer celle-ci comme instance représentative de la population musulmane locale. Cette situation a pour conséquence d'ériger l'instance municipale en élément décisif dans ce processus d'organisation de la minorité musulmane. Il en résulte que le maire a dû s'impliquer davantage dans le processus de négociation et préciser ses attentes, lors d'une séance spéciale du conseil municipal, le 27 novembre 1989, en réponse à une interpellation du président du groupe du Front national.

26Outre le fait d'avoir souhaité que la mosquée soit « belle et transparente », il a assorti son accord de principe de deux conditions : la nécessité de confier la direction du futur lieu de culte à un Français de confession musulmane et, d'autre part, de diversifier les apports financiers en provenance de l'étranger. Il a de plus ajouté que cet éventuel édifice ne serait qu'un « lieu de culte et rien d'autre ».

27L'offre politique se construit donc autour de deux objectifs principaux : le contrôle des activités religieuses qui se déroulent dans l'espace local et le souci de légitimer la présence d'une population, dont une partie croissante est désormais de nationalité française et constitue, de ce fait, un potentiel électoral non négligeable. Mais les demandes sociales et religieuses au sein de ces populations obéissent à une tout autre logique. D'emblée, la conception du maire d'un projet de mosquée qui serait uniquement affectée au culte ne correspond pas aux attentes de la plupart des musulmans vis-à-vis de ce lieu éventuel. De plus, le critère de la nationalité est secondaire pour les musulmans installés, et bien difficile à remplir dans la mesure où la majorité des leaders religieux, dans l'espace local et national, sont étrangers. En revanche, le critère de la compétence est bien plus significatif car il renvoie non seulement aux connaissances théologiques de l'imam mais aussi à ses capacités d'instance décisionnaire et régulatrice des conflits.

  • 6 Cette association est le siège de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France, dont (...)

28Plus encore que la nationalité de l'imam, le financement d'une mosquée pose la question de l'indépendance de la population musulmane et de ses relations aux institutions politiques françaises. Contrairement aux idées reçues, les appels à l'extérieur du territoire français pour financer un lieu de culte contribue dans une certaine mesure à renforcer l'indépendance des associations islamiques par rapport à leurs États d'origine surtout lorsque les fonds recueillis émanent de sources plurielles. Par exemple, à Marseille, l'achat de l'immeuble qui abrite l'association An Nassr ainsi que son aménagement ont été possibles grâce à des fonds du bureau parisien de la Ligue islamique mondiale, qui sont venus compléter la mobilisation financière des réseaux de fidèles installés sur le quartier6. Cela n'a pas impliqué, pour autant, une mise en coupe réglée de cette association par les membres de la Ligue et a - au contraire - favorisé la prise d'autonomie des fidèles algériens par rapport à la section locale de l'Amicale des Algériens. Les intéressés eux-mêmes ne s'y trompent pas, puisque tous évoquent l'appel à des États étrangers ou, mieux, à la Communauté des croyants à l'extérieur de la France comme moyen d'éviter le risque d'ingérence :

« On ne peut pas refuser un cadeau (...) mais par une somme qui constitue un moyen de contrôle. Une mosquée, c'est pas une ambassade ».

29(F. I...., Association culturelle islamique de la Cité Bellevue).

« Le meilleur moyen serait que les fonds proviennent d'organismes privés étrangers mais pas de subventions d'État ».

30(E. M..., président de l'Amicale des Tunisiens de Provence).

31D'autres sources de fonds sont également évoquées, cette fois internes à la France : la mobilisation financière des fidèles qui a déjà fait ses preuves dans les quartiers et qui pourrait être étendue à l'ensemble de la population musulmane de Marseille, voire de France, par le biais de souscriptions ; à Lyon, le collectif d'associations à l'initiative d'un projet de mosquée, avait lancé une souscription afin de compléter une aide financière d'un million de francs provenant du gouvernement algérien. De même, l'appel à des personnes privées, entrepreneurs, commerçants, issus du groupe est évoqué et s'est d'ailleurs déjà produit : ainsi, l'homme d'affaires algérien, D. K..., responsable des Comptoirs islamiques de viande, a financé la mosquée Islah, située au marché aux puces.

32D'autres possibilités sont aussi mentionnées par les personnes rencontrées, se situant aux antipodes des lois françaises en la matière. En effet, face à l'inflation des États ou instances extérieures potentiellement mobilisables, l'intervention de l'État français ou de la municipalité apparaîtrait comme une garantie d'unification et de structuration des intérêts de ce groupe minoritaire, et est envisagée comme telle par certains responsables d'associations. Mais ceci pose la question du repositionnement de la sphère politique face à la sphère religieuse.

33Les projets présentés à la municipalité ne répondant pas aux deux conditions émises et les rivalités entre les différentes tendances de l'islam local ne s'étant pas atténuées, lors d'une réunion, le 2 mars 1990, le maire a déclaré aux principaux leaders religieux présents : « Je ne veux pas aller plus loin tant que vous ne serez pas unis ». Depuis, la situation est demeurée en l'état. Lors d'un entretien avec le maire au mois de septembre 1990, il nous a affirmé :

« Ma position n'a pas changé, ce que j'ai demandé c'est qu'il y ait une entente entre les différents représentants des musulmans de Marseille et jusqu'à présent je n'ai pas eu de dépôt de permis de construire pour une mosquée, moi je ne peux pas aller plus loin. Si un jour j'ai une demande, elle devra correspondre à ce que j'ai défini, là encore dans un esprit d'entente. Si ça correspond on verra, pour le moment ça n'est pas le cas ».

34Face à cet enlisement, un certain nombre de responsables d'associations ressentent un sentiment d'illégitimité et d'inégalité par rapport aux autres minorités, car ils se voient contraints de proposer officieusement au maire des projets de construction de mosquée avant tout achat de terrain et tout dépôt de permis de construire :

« Monsieur le sénateur-maire veut beaucoup de choses : une mosquée grande, belle et transparente, un financement à 99 % sunnite, comme s'il n'y avait pas de fanatiques chez les sunnites (...) Il n'appartient pas au sénateur-maire de vouloir pour les musulmans. L'État est laïc n'est-ce-pas ? Il appartient plutôt aux musulmans de vouloir pour Marseille et au sénateur-maire de les écouter, comme il prête l'oreille aux autres communautés ou à certains individus et de les aider. Les rôles ne doivent pas être inversés ».

35(S.B..., directeur d'antenne de Radio Gazelle).

36En droit, il appartient au maire seulement de délivrer le permis de construire, sous réserve du respect des règles d'urbanisme en vigueur. Son intervention déborde donc le cadre de ses compétences juridiques et le cadre du contenu de la loi de 1905 dont l'article premier stipule que « l'État ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte ».

37En même temps, l'absence de statut de l'islam dans le droit public oblige le maire à apparaître comme acteur central dans les négociations pour la construction d'une mosquée. Le financement de l'édifice pose une question identique. En l'absence de ressources facilement mobilisables au sein de la minorité concernée et face à l'impossibilité d'une aide publique en vertu de la loi de 1905, l'appel à des fonds extérieurs apparaît comme le seul recours alors que, paradoxalement, certains leaders religieux seraient plus favorables à une contribution financière de l'État ou des collectivités locales plutôt qu'à celle d'États étrangers, fussent-ils arabo-musulmans. Ce dilemme sera analysé plus loin à l'échelle de l'État.

38En dehors de ces interrogations non résolues, « l'affaire de la mosquée » a eu comme conséquence de favoriser un rapprochement entre la sphère du pouvoir local et les populations musulmanes, ce qui constitue une situation inédite dans l'histoire politique marseillaise.

Notes

1 Cf. Olivier Balança et Isabelle Temin, Espace et implantation d'une mosquée en France : le cas de Marseille, mémoire de DEA, Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, sous la direction de Pierre-Robert Baduel et Bruno Etienne, année universitaire 1989-90.

2 Architecte A... pour le compte de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France.

3 Ces déclarations sont confirmées par l'entretien qu'il a accordé à la revue Profession politique n° 52, le 30 octobre 1989.

4 Le Provençal, 1er novembre 1989.

5 Il s'agit du projet proposé par l'association Arch-Es-Salam dans le cadre de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France.
Cette association est installée dans un local en centre-ville, attribué à l'origine par la municipalité à l'Amicale des Algériens pour des activités sportives mais qui a été détourné de sa destination. L'imam de cette association à été envoyé à Marseille par le ministère algérien des Affaires religieuses et dépend hiérarchiquement de la Grande Mosquée de Paris.

6 Cette association est le siège de la Fédération régionale des musulmans du sud de la France, dont le président B. D. est également le responsable de cette association. Elle constitue la principale rivale (en terme de capacité et de rayonnement) de l'association Er Rahmaniyyà, installée en centre-ville.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540