Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Première partie. Comment peut-on être musulman ?

Chapitre III. Des identités aux mobilisations

Texte intégral

1Ces manières différentes d'être musulmans dans la société française font voler en éclat la conception réifiante et totalisante d'un islam de France, et conduisent à rompre avec une vision « essentialiste » de l'identité. Elles mettent également en évidence un écart très marqué entre générations, qui confère toute sa spécificité à cette migration. Ces différences dans les systèmes de signification vont se concrétiser dans des formes distinctes de mobilisation.

  • 1 Edward Banfield, The moral basis of a backward society, Glencoe, The Free Press, 1958.
  • 2 Anthony Oberschall, Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, N. J. Prentice Hall, 1 (...)

2Cette présentation des principales identifications à l'œuvre au sein de la population maghrébine permet de saisir la signification de leurs principales actions collectives, car elle révèle le degré et le mode de liaison entre des acteurs éventuellement mobilisables, dévoilant ainsi les « bases morales de l'organisation »1. Mais cette dimension n'est pas en soi suffisante pour expliquer le passage à l'action. Il faut aussi prendre en compte les relations que ce groupe entretient avec le corps social en général et les institutions politiques en particulier. Cela renvoie aux conditions de la « facilitation politique et sociale »2, c'est-à-dire aux modalités d'entrée dans le système politique ainsi qu'au statut symbolique du groupe dans la société française. En définitive, les mobilisations des Maghrébins dans l'espace public sont liées à deux facteurs : un certain type de lien social entre des individus potentiellement mobilisables et un contexte socio-politique particulier. Mais le passage à l'action collective ne peut être analysé de manière abstraite à l'échelle du territoire national dans son ensemble. En fait, la mobilisation se produit dans les espaces locaux, c'est-à-dire dans les territoires urbains où se concentre aujourd'hui la majorité de cette population.

3La ville apparaît comme le lieu où se croisent, aujourd'hui, les mutations de l'ordre socio-politique national et les modifications dans les rapports entre groupes différents dans les lieux de résidence ou de travail. Elle constitue, en fait, le terrain privilégié de la recomposition de l'identité nationale et de la citoyenneté. Alors que la cité médiévale fut l'espace d'émergence d'une société civile distincte des communautés familiales, lignagières ou seigneuriales, en d'autres termes, d'une société politique soumise à la loi, la ville est aujourd'hui le lieu où se défait la liaison entre national et citoyen. Cela explique d'ailleurs la récurrence du débat sur la question du droit de vote des étrangers aux élections locales, ou encore les discours sur la nouvelle citoyenneté et la démocratie locale.

  • 3 Jean-François Bayart : « Le passage au politique », Paris, Table ronde, CERI/FNSP, 21-22 mars 1985

4La mise en œuvre des lois de décentralisation constitue un indice de cette mutation politique en conférant à l'espace local une légitimité croissante. Ce dernier tend à devenir le lieu décisif des rapports de force au sein de la société au détriment de l'État ou de l'entreprise. La politisation du thème de l'immigration, liée au processus de sédentarisation des populations et au traitement social dont elles sont l'objet, a contribué à renforcer ce rôle de l'échelon local notamment par le biais des politiques de la ville renvoyant à une territorialisation croissante des modes d'intervention étatique. Enfin, c'est dans les territoires urbains que les formes de mobilisation des populations maghrébines se construisent. Elles correspondent à l'apparition de « modes populaires d'action politique »3, c'est-à-dire de formes d'action émanant d'individus qui ne sont pas des professionnels de la politique et qui, pourtant, vont contribuer à la redéfinition des équilibres dans la sphère du pouvoir et de la décision.

5On a l'habitude de considérer séparément les formes de revendication autour de l'islam et celles émanant de la jeunesse dite « beur » alors qu'elles sont apparues presque simultanément dans le même espace, à savoir les banlieues des grands centres urbains. La principale hypothèse de ce livre est de les envisager comme les facettes d'un même système d'action qui conduit un groupe vers des tentatives d'auto-organisation, en vue de s'adapter à son environnement le plus immédiat.

6C'est pourquoi, les espaces urbains sont devenus le théâtre privilégié de la démarcation entre nationaux et étrangers. L'utilisation incontrôlée de termes tels que « ghetto » ou « seuil de tolérance » révèle l'ethnicisation sourde qui accompagne cette démarcation, notamment dans les zones d'habitat social où les classses populaires, bloquées dans leur ascension résidentielle, cohabitent désormais avec les familles immigrées. Ne remplissant plus leurs fonctions antérieures de tremplin dans une trajectoire sociale ascendante, les logements sociaux se dégradent en même temps qu'ils captent les plus démunis pour lesquels ils deviennent un habitat de relégation. C'est dans ce contexte que se produit une ethnicisation de la condition de « pauvre » dont les Maghrébins constituent la figure emblématique. C'est dans ce cadre également que ces individus déploient des formes de mobilisation spécifiques, traduisant l'utilisation de ressources propres dans le processus de sédentarisation.

7Cette situation contribue à la politisation de certains thèmes jusque-là absents du débat politique : le quartier, le logement, le racisme, la sécurité, la dimension publique de l'appartenance religieuse. Pour observer ce processus de sédentarisation dans la crise, le choix de Marseille s'imposait.

8Depuis au moins la moitié du xixe siècle, cette ville est bâtie sur des migrations régionales et internationales provenant principalement du bassin méditerranéen. L'observation de la population maghrébine dans un territoire façonné par des vagues migratoires ininterrompues présente l'avantage de replacer l'éventuelle « spécificité » de ce groupe dans un contexte plus large. Tout d'abord, le discours sur l'étranger reprend à intervalles réguliers les mêmes mots et les mêmes arguments : les « Arabes », qui aujourd'hui envahissent la Canebière, succèdent aux hordes piémontaises ou napolitaines, l'évocation de la prétendue distance culturelle entre les nouveaux venus et le reste de la population a souvent servi à dresser une barrière renforcée par le sentiment d'insécurité, la peur des épidémies, etc.

9Ce qui est nouveau à Marseille, comme dans d'autres portions du territoire national, ce n'est pas tant la confusion entretenue dans le discours xénophobe entre immigration, terrorisme et délinquance que sa traduction dans un parti politique, dont l'audience électorale ne se dément pas depuis 1984. Plus significatif encore est le fait que les candidatures de Jean-Marie Le Pen et des personnalités les plus marquantes du Front national, lors des élections législatives de 1988, ont érigé Marseille en scène privilégiée de ce combat politique dont l'enjeu est, au-delà de l'immigration, la légitimité de l'enracinement d'un groupe défini comme Arabe et musulman. Là réside la spécificité : dans la condition post-coloniale de cette migration, qui dramatise son enracinement dans l'espace national. La proximité sur un même territoire de deux groupes issus de la décolonisation : les pieds-noirs et les immigrés maghrébins, argument trop souvent avancé pour expliquer le cas marseillais, ne peut être considéré comme une raison suffisante. L'explication décisive est liée à la crise de l'identité locale, conséquence des mutations économiques et sociales qui ont affecté la ville depuis plus de deux décennies et qui ont conduit à la déstructuration du monde des classes populaires. Cela réfère à un processus qui concerne l'ensemble des grandes villes françaises, la situation marseillaise ayant alors valeur d'exemple national.

Les quartiers nord de Marseille : ni banlieue ni ghetto

10Marseille est cernée au sud par la mer et au nord par les collines. Elle s'est développée en absorbant les noyaux villageois alentours qui sont devenus autant de quartiers. Cela explique que la ville ne possède pas de banlieues périphériques. Elle est, en fait, un agrégat de noyaux villageois qui ont conservé leur nom, leur clocher, leur histoire. Aucun marseillais ne dira qu'il habite dans le premier ou le xiiie arrondissement mais qu'il est de « Saint-Antoine », de « l'Estaque », de la « Rose », de « Mazargues ».

11Depuis le Second Empire, ces quartiers sont positionnés dans une hiérarchie sociale opposant le nord et le sud de la ville. C'est le moment où le centre-ville perdait peu à peu sa vocation de résidence pour devenir un lieu d'investissements des capitaux et où l'axe du littoral nord apparaissait comme un nouvel espace hors des cadres traditionnels de l'urbanisation marseillaise, domaine de l'industrie et d'un habitat ouvrier désorganisé, échappant à l'emprise du patronat local, contrairement au modèle de la cité ouvrière du nord de la France. En revanche, la partie sud de la ville devenait le domaine des habitations bourgeoises et des activités financières. Dès cette période, la différenciation sociale entre nord et sud de la ville se doublait d'une opposition autochtone/étranger car depuis au moins la seconde moitié du xixe siècle, la classe ouvrière marseillaise a été principalement constituée d'une main-d'œuvre fournie par les migrations en provenance du bassin méditerranéen.

12Aujourd'hui, la société locale est en crise. Les quartiers nord sont devenus l'abcès de la ville, l'espace où se donne à voir la décomposition économique, sociale et politique qui affecte l'équilibre urbain dans son ensemble. Les signes de cette crise sont visibles depuis le milieu de la décennie 1970, coïncidant avec le processus de sédentarisation de la vague migratoire maghrébine. Cela va avoir pour conséquence de transformer, dans les représentations collectives, la différenciation sociale entre Nord et Sud en différenciation ethnique, en même temps que les mécanismes d'intégration à la collectivité locale dont avaient bénéficié les migrations précédentes ne fonctionnent plus.

Marseille, cité populaire

13Jusqu'à la fin du Second conflit mondial, l'empire colonial français avait conféré à Marseille sa spécificité de port, tourné vers l'Orient, spécialisé dans le transit. Cette activité portuaire intense avait entraîné la création d'activités industrielles spécifiques telles que les transformations de matières premières importées, la réparation navale, les aciéries et fonderies.

  • 4 Cf. Emile Temime (dir), Migrance. Histoire des migrations à Marseille, 4 t., Aix-en-Provence, Édis (...)

14Un complexe « industrialo-portuaire » s'était ainsi édifié, grâce à une explosion démographique fournissant une main-d'œuvre abondante. De 1821 à 1968, la population marseillaise a augmenté de 110 à 940 000 habitants grâce, notamment, à un solde migratoire conséquent. Il s'agissait de migrations d'ordre interne liées à l'exode rural transalpin, mais aussi de migrations externes. Jusqu'au début du xxe siècle, l'apport extérieur provenait principalement d'Italie : dans les années 1880, les Italiens ont représenté jusqu'à 20 % de la population totale4. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, d'autres flux migratoires venus d'Espagne, de Grèce et de Kabylie sont apparus. Après la Seconde guerre mondiale, l'apport de main-d'œuvre a été principalement d'origine maghrébine, plus particulièrement algérienne, en même temps que se produisait le retour des rapatriés d'Afrique du Nord. Cette dernière vague migratoire constitue, encore aujourd'hui, la composante principale de la population étrangère dont le taux avoisine désormais 9 % de la population totale. L'économie marseillaise s'est ainsi bâtie sur la base de cette réserve de main-d'œuvre déqualifiée et bon marché :

  • 5 Bernard. Morel, « Marseille : centralités et immigration méditerranéenne » in Hérodote, n° 45, 198 (...)

« Il est bon de rappeler à cet égard que, contrairement à une idée parfois répandue, ce n'est pas la demande de main-d'œuvre qui a entraîné à Marseille l'arrivée de migrants, mais c'est l'arrivée de migrants qui a créée un type d'économie, peu soucieuse de dynamisme industriel, rentière et spéculative5 ».

15L'intégration à la collectivité locale de cet afflux permanent de nouveaux venus s'est effectuée par le regroupement et l'enracinement dans les lieux de travail et d'habitat, situés à la périphérie nord de la ville. Le milieu ouvrier marseillais s'est donc construit selon des logiques de métier et des formes d'insertion sociale diversifiées, correspondant de surcroît à des aires géographiques spécifiques. Dans les espaces où s'étaient localisées les activités d'extraction et de première transformation des produits minéraux, s'était constituée depuis le début du xxe siècle une communauté ouvrière sur le modèle des « cités usines » du nord de la France. La totalité « usine-habitat » impliquait une identification forte à une micro-société locale caractérisée par un processus intégrateur fondé sur des solidarités horizontales. À cette organisation sociale centrée autour de l'usine, s'opposait l'organisation sociale liée aux activités classiques du port : industries alimentaires, métallurgie lourde. Dans cette aire, dominait la logique de métier. L'identification collective au monde ouvrier passait par l'appartenance à des filières de travail (entretien, réparation navale). Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le découpage administratif en arrondissements a constitué une reconnaissance a posteriori de ces deux formes différentes de rapport à la collectivité et au territoire : XVe et XVIe arrondissements d'une part, XIIIe et XIVe arrondissements d'autre part. Il existait également une main-d'œuvre occasionnelle, peu qualifiée qui depuis, le début de la décennie 1950, se composait majoritairement de Maghrébins. Elle était utilisée sur les ports ou dans les chantiers de bâtiments et travaux publics. Ce type d'activité était lié à une insertion résidentielle dans les îlots insalubres du centre-ville ou dans les bidonvilles à proximité des chantiers de travail.

16L'adoption des nouveaux arrivants par la collectivité d'accueil s'effectuait par leur entrée dans ces communautés de quartier qui étaient, tout à la fois, des communautés de travail et d'habitat. Cela n'excluait pas, durant les premiers temps de l'installation, le maintien de réseaux d'entraide fondés sur l'origine ethnique, religieuse ou régionale. Ce processus a toujours fonctionné, que la migration soit interne ou externe : Génois et Catalans se retrouvaient autour du port et des activités maritimes, les juifs sépharades ou les Grecs orthodoxes se regroupaient par communauté de religion et, lors de la grande vague migratoire italienne, les migrants se rassemblaient spontanément en fonction des différentes origines et des activités professionnelles. Ce regroupement des diverses migrations, principalement au centre et au nord de la ville, avait permis le développement d'une solidarité de quartier qui, dans le quotidien, se confondait souvent avec la solidarité communautaire. Cela se traduisait par une prolifération d'associations de « clocher » regroupant les individus à partir de la région ou du pays de départ, notamment pendant l'entre-deux guerres. Ce dynamisme associatif des immigrés se retrouve dans d'autres contextes urbains, par exemple dans les villes industrielles du Nord avec l'arrivée des Polonais. En revanche, il y a une particularité marseillaise liée au fait que ces réseaux associatifs ont alors constitué le lieu et l'enjeu de l'accès au pouvoir politique et ont favorisé l'émergence de notables chargés de négocier les intérêts du groupe dans l'espace commun. Cela explique d'ailleurs que durant cette période où la population ouvrière était dominante, il n'y ait pas eu constitution d'une classe ouvrière structurée.

17Mais, à partir de la Libération, l'action du parti communiste a contribué à fusionner les différentes formes d'insertion résidentielle de la population ouvrière, dans l'élaboration d'une identité commune construite sur l'image de la cité ouvrière et populaire. Cette osmose entre un appareil partisan et le fonctionnement des communautés de quartier s'est traduite par l'identification à des hommes « symboles », pourtant extérieurs à ce milieu tels que François Billoux ou Jean Cristofol :

  • 6 Jean-Claude Garnier, « Vie et mort d'une cité populaire », in Des migrants et des villes, IREMAM, (...)

« C'est en fait parce qu'il épousera de l'intérieur (que ce soit dans le quartier ou l'entreprise) tous les aspects quotidiens de la défense/conquête des conditions de la sécurité matérielle et sociales et qu'il inscrira son projet politique d'ensemble au diapason de cette construction d'autonomie et de reconnaissance d'identité propre, que l'appareil politique et ses structures locales (cellules de quartier et d'entreprises) pourront devenir “naturellement” le ferment et le moteur de toute l'activité sociale de la population ouvrière, son principe de structuration interne et son porte-voix extérieur. Ainsi, la cellule locale est tout à la fois centre d'information, bureau d'aide sociale, organisateur de festivités, initiateur d'actions collectives, metteur en scène de l'identité commune, etc. »6.

18Durant cette période, le Parti communiste a donc fourni les instruments de socialisation de groupes migrants venant d'horizons très divers en forgeant une identité commune, subsumant en quelque sorte les identifications particularistes sans les annuler. Il leur a également permis une prise du pouvoir local en 1947 ainsi qu'un moyen de s'exprimer sur l'ensemble des domaines de la vie urbaine. Il ne faut pas oublier que, jusqu'en 1983, ce parti était le premier de la ville en nombre de suffrages électoraux, même s'il était rejeté dans l'opposition du fait de la coalition entre socialistes, radicaux et divers modérés, mise en place par Gaston Defferre. Une cité populaire s'était ainsi construite dans les quartiers nord, qui présentait par beaucoup d'aspects les traits d'une « société locale globale ».

19Or, depuis les années soixante-dix, de profondes mutations économiques, sociales et politiques ont conduit à la décomposition de cette identité locale, à la marginalisation des quartiers nord, en même temps que les rapports sociaux tendent à s'ethniciser.

Crise de la société locale et émergence de l'ethnicité

  • 7 Cf. Mario Isaac, « Marseille et la fin du xxe siècle. Crise d'un système économique, urbain et pol (...)

20Plusieurs raisons se conjuguent pour expliquer le déclin qui, aujourd'hui, frappe Marseille de plein fouet. Elles sont tout d'abord d'ordre économique : perte de l'empire colonial, déclin des entreprises traditionnelles liées à l'activité portuaire sans création d'activités industrielles de remplacement. Jusqu'en 1975, la création d'emplois dans le secteur tertiaire et l'immobilier a retardé les conséquences de la désindustrialisation. Cette reconversion des secteurs d'activités a eu pour conséquence de faire de Marseille, une ville « colbertisée »7, c'est-à-dire dépendante de l'État employeur et redistributeur, premier responsable de l'embauche dans le domaine des services mais aussi de la diminution des commandes dans les bâtiments et travaux publics. Ce passage de la ville « industrielle » à la ville « administrative » a, par ailleurs, consacré l'avènement des classes moyennes dans un espace urbain jusque-là dominé par la classe ouvrière industrielle. Le système « Defferre » incarnera cette nouvelle configuration politique et sociale.

21C'est au moment de ces mutations décisives que se situe la phase intensive de construction de logements sociaux, pour faire face à l'essor démographique de 1954 à 1975, lié au retour des rapatriés d'Afrique du Nord et à l'arrivée en masse de la main-d'œuvre maghrébine. Cette construction a été répartie de manière très inégale entre le nord et le sud de la ville puisque sur près de 60 000 logements existants aujourd'hui, environ 59 % ont été construits dans les quartiers populaires. Cette inégale distribution a accentué le déséquilibre social préexistant entre les deux parties du territoire urbain et conduit à l'éclatement de la relation habitat/travail ainsi qu'au déséquilibre démographique des noyaux villageois. Cela ne s'est pas manifesté immédiatement dans la mesure où les premiers bénéficiaires de cet habitat social étaient issus des classes moyennes.

22Mais, en l'espace de deux décennies, les cités marseillaises ont subi un processus de prolétarisation identique à celui qui a touché les autres grands centres urbains. À la faveur d'un puissant mouvement de promotion résidentielle, les classes moyennes ont cédé la place à des couches sociales de plus en plus ouvrières et de moins en moins qualifiées. C'est d'ailleurs à ce moment-là que les familles immigrées maghrébines ont pu y accéder, après le passage par les bidonvilles et les cités de transit. La particularité marseillaise réside dans le fait que ces aires de logement social font partie intégrante de l'agglomération et qu'elles se trouvent essentiellement concentrées dans la partie nord, ce qui implique une partition sociale mais également ethnique très déséquilibrée. L'entrée des migrants dans les HLM a donc coïncidé, à partir de 1974, avec une phase de récession économique introduisant une rupture brutale du mouvement de promotion qui paraissait irréversible lors des « Trente Glorieuses ».

23Ces modifications économiques et urbanistiques ont profondément affecté l'équilibre social et démographique. Alors que depuis le xixe siècle, Marseille avait connu une augmentation continue de sa population, la diminution du nombre d'habitants est constante depuis quinze ans : la ville comptait près d'un million d'habitants lors du recensement de 1975, elle n'en possède plus que 800 000 en 1990.

  • 8 Si plus de 17 % de la population globale est âgée de moins de vingt ans, cette proportion dépasse (...)

24La désindustrialisation de la ville, accompagnée du déplacement des lieux d'emploi se traduit par un taux de chômage de la population active de 18 %, soit plus du double de la moyenne nationale. Ce chiffre peut atteindre 20 à 30 % dans certains secteurs des quartiers nord et affecte particulièrement les jeunes de 18 à 24 ans. Cette situation marquant une rupture entre les nouvelles générations et le monde du travail, confère à ces quartiers une certaine ressemblance avec les villes du Tiers monde, d'autant plus qu'y réside la proportion la plus forte de population âgée de moins de 20 ans8. Ces quartiers sont caractérisés par une paupérisation croissante : on estime à environ 100 000 le nombre de Marseillais vivant en dessous du seuil de pauvreté, dont la majorité se concentre dans ces anciens faubourgs industriels. C'est là également que se situe le plus fort taux de familles non parentales, indice d'une désorganisation qui traverse aussi la cellule familiale mais qui, pour l'instant, épargne relativement les familles immigrées.

25À cette précarité économique, s'ajoute une dégradation du cadre de vie contribuant à nourrir au sein de ces populations, un sentiment d'exclusion et de marginalité renforcé par la mauvaise image dont sont victimes ces quartiers à l'échelle de la ville tout entière. Habiter aujourd'hui une cité des quartiers nord, c'est être pénalisé dans l'emploi, les loisirs, les relations sociales en général et dans le rapport aux pouvoirs publics en particulier. Ces stigmates vécus au quotidien : refus de chèques dans les magasins, réticence des chauffeurs de taxis à pénétrer dans telle ou telle cité, etc... sont considérés comme autant de marques d'humiliation et de rejet.

26Cela a entraîné une brutale perte de signification dans le domaine des systèmes d'identification territoriale ou professionnelle précédemment évoqués. En d'autres termes, le processus d'identification à la cité ouvrière et populaire ne fonctionne plus. C'est dans ce contexte de crise économique, mais aussi identitaire, que la population maghrébine s'est sédentarisée dans l'espace urbain, sans bénéficier de la logique d'intégration à la ville passant par l'adhésion aux classes populaires.

27C'est pourquoi le clivage au sein de l'espace communal ne passe plus entre classes populaires et classes bourgeoises, mais entre Marseillais et immigrés maghrébins. La distribution résidentielle de ce groupe a facilité l'émergence de la figure du Maghrébin comme acteur idéologique avec lequel les Marseillais cherchent à construire une séparation. La proximité avec la population maghrébine devient un facteur de classement dans le travail et, surtout, de la résidence. La différenciation sociale entre nord et sud de la ville devient alors une différenciation ethnique conduisant à l'équation : quartiers nord = immigrés = Maghrébins, leur présence apparaissant dans l'imaginaire collectif, comme l'explication de la détérioration des conditions de vie, du chômage, de la délinquance, etc. C'est ainsi que se construit une ethnicisation des rapports sociaux.

  • 9 Source INSEE, 1990, sondage au 1/4.
  • 10 Il faut préciser que ce chiffre ne correspond pas à la totalité de la population musulmane présent (...)

28Les Marseillais ont un sentiment d'invasion par la population étrangère alors que, depuis près de dix ans, la proportion d'étrangers par rapport à la population totale est l'une des plus faibles que la ville ait connu dans son histoire. Selon le recensement général de la population en 1990, cette proportion d'étrangers est actuellement de 7 %. La part des Maghrébins au sein de la population étrangère totale demeure prépondérante avec 24 564 Algériens, 3 640 Marocains et 7 251 Tunisiens9. Il faut également prendre en compte le nombre croissant d'individus détenant la nationalité française, par acquisition automatique pour les nouvelles générations, ou par réintégration, leur nombre étant estimé à plus de 30 000 personnes. Enfin, on estime à environ 4 000 personnes, le nombre de personnes dites « Harkis » et leurs descendants. Il y aurait donc près de 90 000 personnes de nationalité ou d'origine maghrébine sur le territoire marseillais10.

29Il y a une persistance à considérer ces populations comme extérieures à la collectivité alors que leurs conditions de vie et d'habitat sont identiques à celles des classes populaires, avec toutefois une aggravation des tendances en matière de chômage et de mobilité sociale. Le trait le plus significatif réside dans le fait que la population maghrébine est, de moins en moins, caractérisée par son lien quasi exclusif avec l'économie et le travail. Il est possible d'introduire au sein de cette population des différenciations : une partie se maintient dans les emplois et la qualification spécifique du premier âge de la migration, une autre partie, née ou scolarisée en France, fortement frappée par le chômage, se caractérise néanmoins par une diversification des emplois, notamment dans le secteur tertiaire. En fait, la population immigrée, ou d'origine immigrée dans son ensemble, se définit non plus comme une fraction du prolétariat ou de la classe ouvrière mais comme une fraction des populations urbaines marginalisées. En d'autres termes, elle est moins caractérisée par la tension entre une logique de migration et une logique ouvrière que par des problèmes de marginalité et de participation qu'elle partage avec l'ensemble des couches populaires urbaines, notamment depuis que les espaces d'habitation sont communs.

30Cette proximité devient insupportable dans certaines portions du territoire urbain. La civilité dépérit quand les identités collectives se défient mutuellement dans toutes les circonstances de la vie quotidienne. Dans certaines cités HLM de Marseille, l'occupation de l'espace commun, par des groupes perçus comme différents en fonction de caractères ethniques, devient l'enjeu des conflits et fonctionne comme vecteur du sentiment d'insécurité, contribuant à la mise à distance de groupes qui partagent, par ailleurs, les mêmes conditions économiques et sociales.

31Ces représentations, construites par la frange la plus paupérisée de la collectivité d'accueil, sont aussi utilisées par ceux qui en sont les victimes, afin de rendre compte de leur difficultés au quotidien. Il s'agit principalement des nouvelles générations. Contrairement à la situation américaine, l'ethnicité à la française n'est pas le maintien, sur le territoire urbain, de groupes auto-organisés et homogènes culturellement, mais l'invention par certains individus d'une sous-culture en réaction au regard que les autres portent sur eux, et qui repose souvent sur un seul trait différenciateur : la religion, l'origine, le physique. Dans ce contexte, l'ethnicité est une construction des acteurs, conduisant à un codage de la situation d'exclusion, par l'emprunt aux normes et valeurs de la société d'accueil comme à un passé familial revisité et redéfini en terme de communauté. Pour les jeunes issus de l'immigration, cette utilisation du registre ethnique s'enracine dans l'expérience de discriminations dans l'emploi, le logement, les loisirs. La référence à l'origine arabe ou à l'islam confère du sens à leurs interactions au quotidien et leur permet de créer une identité-provocation, alimentant, selon la formule d'Erving Goffman un terrorisme de contact.

32Ces représentations négatives sur les quartiers nord sont désormais au cœur du discours politique local et se traduisent notamment par l'usage de termes galvaudés, comme « ghetto » par exemple. Il est bon de rappeler que trois conditions doivent être réunies pour qu'il y ait effectivement ghetto :

  • une ethnie doit être majoritaire sur la zone considérée,
  • la majorité des membres de l'ethnie doit être rassemblée dans cette zone,
  • les équipements collectifs existants doivent être utilisés de manière communautaire11.
  • 12 Référencée à la population totale de chaque arrondissement, la proportion de population maghrébine (...)

33Or, plus de 78 % de la population maghrébine est répartie sur huit arrondissements du centre-ville et de la périphérie nord12, ce qui enlève toute validité à l'usage d'un tel terme.

34Il n'en demeure pas moins que ces conceptions font désormais partie de l'imaginaire local et expliquent en partie le succès électoral du Front national depuis 1984. Contrairement aux idées reçues, il ne faudrait pas en déduire que les quartiers populaires ont évolué politiquement du « rouge » au « noir ». En fait, l'électorat de ce parti se situe dans les quartiers résidentiels du centre et du sud et, depuis 1986, dans les aires d'habitat pavillonnaires jouxtant l'espace des cités dégradées, c'est-à-dire dans un ensemble de quartiers intermédiaires, assez composites, sans tradition politique affirmée. Il ne s'implante donc pas dans les zones de forte population immigrée mais sur leurs marges. Ce succès traduit les craintes d'une partie des employés, artisans, commerçants, parfois issus du milieu ouvrier, souvent descendants d'immigrés européens et dont la mobilité sociale est désormais bloquée :

  • 13 Frédéric Bon et Jean-Paul Cheylan, La France qui vote, Paris, éd. Hachette, 1988, p. 271.

« Refusant fortement l'identité sociale de leurs couches d'origine, encore proches et “rejoints par l'autre côté de la méditerranée”, ils semblent trouver dans le rejet des plus récents groupes immigrés, non européens, un exutoire à leur déception, en quelque sorte, un bouc émissaire »13.

35En ce qui concerne les populations résidant dans les cités HLM, elles se caractérisent par une tendance très marquée à l'abstention, indice d'une fracture dans la relation au sytème politique local, concrétisant en quelque sorte le sentiment d'abandon généralisé, précédemment évoqué.

  • 14 Alain Touraine, « Face à l'exclusion », Esprit, n° 2, février 1991, pp. 7-13, op. cit. p. 8.

36Il y a donc béance entre le système de gestion urbaine et le système de représentation politique, due en partie au fait que l'aménagement des aires d'habitat social a échappé aux notables traditionnels qui ne sont pas parvenus à élargir leurs réseaux de relations à ces lieux nouveaux où la population s'est rapidement renouvelée. En définitive, s'est produit à Marseille, le passage « d'une société verticale, que nous avions pris l'habitude d'appeler une société de classes avec des gens en haut et des gens en bas, à une société horizontale où l'important est de savoir si l'on est au centre ou à la périphérie »14. Cette tension qui ressort d'un processus national, s'inscrit ici dans une différenciation spatiale recouvrant une différenciation sociale qui, depuis deux décennies, a elle-même tendance à s'ethniciser.

37Il en résulte une crise du système traditionnel de représentation politique, qui s'est manifestée avec la fin du système Defferre et les conditions de l'élection du candidat socialiste dissident R.P. Vigouroux. Mais cette crise du politique ne signifie pas systématiquement désintérêt pour la politique, elle renvoie plutôt à l'émergence de formes nouvelles d'action et de revendication, consacrant l'émergence d'une forme civile et non plus civique de la citoyenneté. Désormais, les attachements aux groupes primaires de quartier, d'ethnie, de religion sont considérés comme plus charnels et plus signifiants, et consacrent un retour à la fragmentation qui avait caractérisé l'espace public marseillais pendant l'entre-deux guerres. La collectivité locale tend à devenir une mosaïque de groupes différenciés, attendant du pouvoir local une distribution des ressources et de la reconnaissance symbolique en parts égales.

38L'espace urbain est ainsi devenu le lieu privilégié de la décomposition/recomposition du lien civique et du processus de politisation d'un certain nombre de thèmes comme le logement, le racisme, la vie dans le quartier... en même temps que se modifient les allégeances politiques et sociales. Selon un vieil adage allemand, « l'air de la ville rend libre ». Il semble bien que cette époque soit révolue et que, désormais, dans les quartiers nord de Marseille, comme dans les banlieues des autres grands centres urbains, se produisent des mutations contribuant au malaise de bon nombre de groupes sociaux, et qui ne peut s'expliquer seulement par le taux de chômage ou la précarité économique mais renvoie aussi à une crise d'identité.

39C'est dans ce contexte qu'il faut replacer les formes de mobilisation des individus originaires du Maghreb, car elles sont l'indice de tentatives d'adaptation à un environnement en crise. Deux formes principales se dégagent : la demande d'islam et les mouvements de revendication des nouvelles générations.

Notes

1 Edward Banfield, The moral basis of a backward society, Glencoe, The Free Press, 1958.

2 Anthony Oberschall, Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, N. J. Prentice Hall, 1973. François Chazel, « La mobilisation politique : problèmes et dimensions », Revue française de science politique, XXV, 1975, pp. 511-514.

3 Jean-François Bayart : « Le passage au politique », Paris, Table ronde, CERI/FNSP, 21-22 mars 1985.

4 Cf. Emile Temime (dir), Migrance. Histoire des migrations à Marseille, 4 t., Aix-en-Provence, Édisud, 1990-1991.

5 Bernard. Morel, « Marseille : centralités et immigration méditerranéenne » in Hérodote, n° 45, 1987 pp. 17-30, op. cit. p. 21

6 Jean-Claude Garnier, « Vie et mort d'une cité populaire », in Des migrants et des villes, IREMAM, Aix-en-Provence, 1988, p. 29.

7 Cf. Mario Isaac, « Marseille et la fin du xxe siècle. Crise d'un système économique, urbain et politique », in Le deuxième Sud. Marseille ou le présent incertain, Aix-en-Provence, Édisud, 1985, p. 81.

8 Si plus de 17 % de la population globale est âgée de moins de vingt ans, cette proportion dépasse 25 % dans certains secteurs des quartiers nord. Cf. Observatoire départemental des risques sociaux et des ressources, Marseille, CEFIS, données 1989.

9 Source INSEE, 1990, sondage au 1/4.

10 Il faut préciser que ce chiffre ne correspond pas à la totalité de la population musulmane présente à Marseille, puisqu'il faut également tenir compte des individus originaires du Sénégal, de la Mauritanie et des Comores.

11 Cf. Louis Wirth, The ghetto, Chicago, University Press, 1928.

12 Référencée à la population totale de chaque arrondissement, la proportion de population maghrébine évolue de 28 % dans le Ier arrondissement à 18 % dans le XVIe arrondissement.

13 Frédéric Bon et Jean-Paul Cheylan, La France qui vote, Paris, éd. Hachette, 1988, p. 271.

14 Alain Touraine, « Face à l'exclusion », Esprit, n° 2, février 1991, pp. 7-13, op. cit. p. 8.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540