Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Première partie. Comment peut-on être musulman ?

Chapitre II. « L'islam, c'est ma culture »

Texte intégral

1Pour les individus d'origine maghrébine, nés ou installés en France à la suite du regroupement familial, la définition de soi fait référence à des univers culturels différents. Prolétarisés dans la société française, les parents ont maintenu avec difficulté le système culturel de la société d'origine. Cette migration, plus que toute autre, est caractérisée par un écart très marqué entre les générations en ce qui concerne les valeurs et les normes qui guident les comportements, à tel point qu'avant de poser la question de l'intégration à la société il faut, tout d'abord, l'envisager dans le cadre familial.

2Se considérer comme Arabe, Algérien, voire musulman, correspond souvent à des affirmations d'ordre symbolique qui ne rendent pas toujours pleinement compte de leur mode de vie quotidien, le plus souvent semblable à celui des individus de même âge du groupe majoritaire, installés dans les banlieues ou les quartiers périphériques des grandes villes. Leur projet de vie se situe en France, et le regard qu'ils portent sur les sociétés d'outre-méditerranée est très négatif, au nom même des valeurs cardinales de la société française. Ils sont critiques sur la manière dont ils sont accueillis « là-bas » et considérés comme des « émigrés ». Lors de leurs séjours ou des tentatives malheureuses de retour de leurs pères, ils sont l'objet d'un contrôle permanent par les membres de la famille élargie, ne correspondant pas à leur mode de vie en France. Les différences de niveau de consommation entre les sociétés maghrébines et la société française constitue un facteur de rejet supplémentaire. De plus, les régimes politiques sont perçus négativement en terme de libertés octroyées, de droits de l'homme et de démocratie :

« L'Algérie c'est pas l'Algérie rêvée du père, il y a un contraste très grand entre la bourgeoisie et les milieux pauvres. J'y ai vécu car mon père a essayé de s'y réinstaller quand j'avais 16 ans. J'étais très malheureuse, je pensais à la France tout le temps, à mes amis... »

3(Y..., née en 1960 en Algérie, nationalité algérienne).

  • 1 « Bassens » est une cité marseillaise où la majorité des résidents est d'origine maghrébine et qui (...)

« L'Algérie c'est beau mais c'est pauvre, il faut du piston pour avoir n'importe quoi et puis les jeunes c'est pas comme ici, si tu te promènes avec ta copine, tout le monde te regarde et tout, c'est comme “Bassens”1, élargie à toute une ville... »

4(A..., né en 1963 à Marseille, nationalité algérienne).

  • 2 Cf. Carmel Camilleri, « Identité et gestion de la disparité culturelle », in Les stratégies identi (...)

5La définition de soi comme Arabe, Kabyle ou musulman renvoie à la volonté de reconstituer un « entre soi », en réaction aux pratiques de discrimination et de rejet dont ils peuvent être l'objet2. De façon générale, la relation aux membres de la société d'accueil est d'autant plus dissymétrique que ces migrants proviennent de pays du sud de la Méditerranée, renvoyant à l'opposition pays riches/pays pauvres. Pour ce qui est de l'émigration maghrébine, cette relation dominant/dominé est encore renforcée par les séquelles de l'histoire coloniale. Or, plus les relations entre les groupes sont inégales, plus l'aspect catégorisant dans les jugements d'identification que les membres portent les uns sur les autres l'emporte sur l'aspect personnalisant. Il en résulte une identification au travers des catégories ethniques, notamment dans le cas des migrations, originaires des pays du tiers monde, voire des migrations internes en provenance des périphéries comme les DOM-TOM. Ce processus peut alimenter des opinions et des pratiques de discrimination auxquels les individus interrogés sont sensibles :

« Les Fançais sont dans la majorité racistes. Même ceux qui disent qu'ils comprennent les Arabes, il y a des limites, par exemple, j'ai un copain qui a épousé une fille Fançaise et petit à petit, elle a mis des barrières entre lui et son environnement arabe ».

6(D...., né en 1962 à Marseille, double nationalité).

« Les Français ignorent nos traditions, ils font un amalgame entre intégrisme et musulman. Depuis Khomeiny, les Français ont découvert l'islam alors qu'il y avait des musulmans depuis très longtemps en France ».

7(Y...., née en 1959, nationalité algérienne).

« Le plus difficile c'est le racisme mais il est voulu, c'est à cause des pauvres, ceux qui volent, qui se droguent. Au début c'était pas comme ça, quand j'étais petit la boulangère, elle faisait crédit à mon père, aujourd'hui ça n'existe pas. À la caisse, au supermarché, une Française est passée devant un Arabe et elle lui a dit : “si t'es pas content, rentre chez toi...” ».

8(M...., né en 1949, nationalité algérienne).

  • 3 Voir à ce propos, les enquêtes de Hélène Malewska-Peyre, Crise d'identité et déviance chez les jeu (...)

9Cette expérience de la discrimination est graduée en fonction de l'origine géographique de la migration, de l'âge, du sexe et du milieu social3. En d'autres termes, un jeune homme originaire du Maghreb, issu d'une famille défavorisée témoignera de manière plus significative qu'une jeune fille issue de l'immigration portugaise originaire des classes moyennes, par exemple, d'expériences référant à des pratiques sociales discriminatoires. Il est d'ailleurs significatif que les individus originaires de l'Afrique noire et des Comores aient également rendu compte a contrario de cette logique sociale de catégorisation du groupe des Maghrébins :

« Nous Sénégalais, nous souffrons moins que les Maghrébins, que “l'Arabe” du racisme : moi, dans les entreprises intérimaires, j'ai entendu comment on les montrait du doigt : les Arabes par ci, les Arabes par là...” Quand on fait reculer un chat, il recule, il recule et au bout d'un moment il sort ses griffes, aussi si certains jeunes font des conneries et ne sont pas tout à fait comme il faut, il faut voir qu'il n'y a pas que de leur faute ».

10(A...., nationalité française).

« L'appréhension du musulman par les gouvernements français n'existe pas : c'est l'immigré, le Maghrébin, on a du mal à imaginer un musulman d'Afrique noire ».

  • 4 Notons qu'eux-mêmes peuvent utiliser ces catégorisations dans leurs relations à la population magh (...)

11(S...., né en 1923, d'origine sénégalaise, nationalité française)4.

12Cette définition, portée dans et par le regard de l'autre, suscite des réactions plurielles chez les individus concernés. Certains peuvent signifier leur définition de soi en fonction des attributs définis par le groupe majoritaire et intérioriser les connotations négatives qui y sont afférentes (« l'arabe est un voleur, un délinquant, est agressif c'est pour cela qu'il y a du racisme »). Mais le plus souvent, se produit un processus d'intériorisation positive des qualificatifs d'Arabe ou de Maghrébin. Il se produit, en quelque sorte, un retournement sémantique conduisant à l'appropriation et à la valorisation des qualificatifs connotés péjorativement par les groupes majoritaires. Cette identification sur le mode de la défense ou de la polémique met en œuvre le plus souvent des processus d'allégeance symbolique à un univers culturel ou à un groupe d'origine vis-à-vis duquel par ailleurs les comportements de ces individus sont plutôt distanciés.

13Il ne faudrait pas en déduire pour autant que cette symbolisation de l'allégeance au système culturel d'origine soit vidée de tout investissement affectif. En effet, cette allégeance est liée aux valeurs et aux pratiques culturelles transmises par la famille et donc chargée d'affect. Par ailleurs, la référence ethnique par identification au monde arabe musulman englobe, en la dépassant, la relation au pays d'origine des parents. Elle se construit à une échelle internationale et trouve sa manifestation la plus significative dans l'intérêt porté à la question palestinienne :

« Ce qui me préoccupe, c'est le problème palestinien. Personne n'a trouvé de solution sauf pour vendre des armes, mais au niveau historique, y a pas eu de problème, de tout temps, les Israélites et les Arabes ont toujours vécu en harmonie, le Maroc et la Tunisie en sont les parfaits exemples et là, on se rend compte que ça laisse des traces des deux côtés, ça me révolte ».

14(F....., né en 1955 à Marseille, double nationalité [française et tunisienne]).

« La Palestine, c'est surtout une question de principe, non pas que les Palestiniens c'est des Arabes et que je me sens Arabe ou que c'est des musulmans et que je me sente musulmane mais je considère qu'après les Juifs et les Arméniens, c'est le troisième génocide. Autant je suis révoltée par ce qui s'est passé au moment de la Deuxième guerre mondiale, autant j'en veux aux Occidentaux d'avoir culpabilisé au point d'avoir créé cet État et d'avoir fait en sorte qu'Israël devienne un bourreau, autant je suis révoltée par le problème arménien, qui continue d'ailleurs mais qui n'a pas été autant dénoncé, pourtant le génocide arménien, il a quand même existé et c'est quand même aussi un peuple qui n'a pas de patrie alors qu'à l'origine l'Arménie était quand même un État, ça c'est deux génocides. Actuellement il y a en a un troisième et c'est celui qui fait que les Palestiniens n'ont pas de patrie ».

15(R....., née en 1957 à Marseille, nationalité algérienne).

« Tous les jeunes sont sensibilisés à la cause palestinienne mais ils ne connaissent rien à l'histoire et puis ils n'osent pas parce que si on est pro-palestinien on est antisémite. Je me souviens d'un débat organisé par l'UEFJ et SOS Racisme au centre Rachi à Paris sur “Antisionisme, Antisémitisme et Racisme” où une fille arabe de SOS, R... a craqué et pleuré à la tribune parce qu'elle était pro-palestinienne et qu'alors on croyait qu'elle était antisémite ; après elle est venue nous sauter au cou en nous disant : “ne pensez pas que j'ai trahi !” ça c'est l'attitude de tous les jeunes ».

16(D...., né en 1962 à Marseille, double nationalité [française et algérienne]).

17Ainsi, l'allégeance à des valeurs issues du système culturel des parents permet de maintenir la filiation et, dans le même mouvement, il y a recherche d'affiliation dans le système culturel environnant. Il en résulte une mixité des identifications et des références qui traduit non pas un double langage mais, plutôt, la recherche d'une cohérence complexe afin de maintenir une unité de sens qui pourrait être compromise par la mise en rapport de deux systèmes culturels différents. Il ne s'agit pas d'un phénomène de double appartenance, contrairement à la formule trop souvent employée, mais bien plutôt de la création d'un mixte identitaire à partir d'éléments empruntant à des registres différents.

18En effet, ces individus marquent également une adhésion à des valeurs transmises par les instances de socialisation de la société d'accueil. Les valeurs renvoyant à la société française ne concernent pas (ou peu) les modes de vie ou les normes culturelles, mais un domaine plus politique. Plus précisément, le terme « France » réfère, pour les personnes interrogées à des notions tels que droits de l'homme, démocratie, libertés, qui constituent pour eux des « valeurs ». Dans ce registre, la France est évaluée positivement même s'ils peuvent témoigner, en même temps, de la défaillance de la vie politique par rapport à cette image idéale :

« En France, c'est la liberté, tu peux suivre ta voie, en Tunisie, c'est plus difficile, car il y a les barbus qui s'allient avec Khomeiny, moi, je suis Tunisien, la France et les Arabes, c'est bien (...) ».

19(N...., né en 1959, nationalité tunisienne).

« J'ai de la chance de vivre en France : pour la démocratie (...) ».

20(M. né en 1958 à Marseille, nationalité algérienne).

« La France, c'est très hypocrite, la révolution française, on vit sur un mythe, même si on ne le dit pas. C'est une révolution manquée, car la première Constitution française donnait le droit de vote aux étrangers (...) ».

21(D. né en 1962 à Marseille, double nationalité).

« Je suis allé faire mon service militaire en Algérie à 19 ans, moi, je ne voulais pas, j'étais anti-militaire (sic), mais j'étais le fils aîné de la famille et mes parents sont venus me voir en pleurant dans ma chambre pour me demander de le faire : pour l'honneur, le pays, les cousins, alors j'y suis allé... je suis resté deux ans en Algérie. L'Algérie est un pays musulman, toute la vie est rythmée par la religion, c'est très contraignant, si tu es Arabe, Algérien, tu dois être musulman, autrement tu es rejeté (...). Moi je suis pour le système français de la séparation de la religion et de l'État (...). Je ne milite dans aucun parti et syndicat, je n'ai pas participé aux Marches, je ne me sentais pas concerné. Je n'aurais envie de me battre que pour les droits de l'homme ».

22(R...., né en 1959, nationalité algérienne).

23En même temps que ces termes politiques sont connotés positivement, le rapport à la nation ou à la patrie est distancié et incertain :

« Tout citoyen d'une nation appartient à une patrie, on vit et on meurt pour sa patrie, pour ce qui me concerne, la patrie ne veut pas dire grand-chose pour moi, c'est peut-être parce que je suis issu d'un pays qui est en fait ma patrie d'origine, aujourd'hui je n'ai pas encore suffisamment d'éléments en moi pour juger si la France est vraiment ma patrie, donc c'est quelque chose qui ne m'interpelle pas beaucoup ».

24(T...., né en 1956 à Tlemcen, nationalité française).

« La patrie est un mot cher à notre ami Jean-Marie Le Pen, ça n'a pas de sens pour moi, la nation ça rejoint la patrie ».

25(F...., né en 1956 à Marseille, nationalité française).

« J'ai pas spécialement de patrie, ça n'a pas de sens pour moi, quand on dit nation, on dit force et quand on dit force, à quel prix ? Au prix des pays sous-développés (...) »

26(R...., née en 1957 à Marseille, nationalité française).

« La nation, c'est pas important, il y a une notion de frontière et de barrière et comme on vit en Europe, il y a ce fameux rendez-vous de 1992 où il y aura une libre circulation des biens et des personnes (...) »

27(K...., né en 1958 à Draguignan, nationalité française).

28En revanche, l'ancrage local est très affirmé, comme si l'appartenance à la collectivité locale prenait plus de sens que l'appartenance à la collectivité nationale :

« Je me sens Marseillais en premier et Arabe en second, je suis devenu Arabe car mes parents ne me parlaient que de la Tunisie, je ne vois pas de différence entre un Algérien, un Marocain ou un Tunisien surtout en France où l'on vit les mêmes problèmes (...) »

29(A...., né en 1957, nationalité tunisienne).

« Je ne me sens ni Français, ni Algérien, plutôt Marseillais (...) »

30(A....., né en 1947, nationalité algérienne).

« À la question qui suis-je ? Je répondrai comme un enfant à qui j'avais posé la question lorsque j'ai fait du « tiers temps pédagogique » dans les écoles. Je suis de Marseille. La France, bien sûr, c'est là où il y a Marseille, quand j'ai passé mon DEFA à Paris, j'étais B... de Marseille, j'ai l'accent d'ici ».

31(B. S..., né en 1957 en Algérie, nationalité algérienne, arrivé à l'âge de trois ans à Marseille).

32Pour ces générations, le défi est le suivant : comment construire une carte cognitive cohérente quand elles sont prises entre un système économique et politique, conçu comme plus efficace et plus gratifiant que celui du pays des pères, et les bribes d'un système culturel dont les valeurs perdurent alors que ses prescriptions sont de moins en moins pertinentes ? Cela conduit à une mise en cohérence de ces références où la « valorisation du pragmatique » (accès aux droits civiques et sociaux, recherche de gratifications matérielles) coexiste avec le maintien d'un minimum ontologique (valeurs liées à l'arabité et à l'islam transmises par la famille).

  • 5 Ces réponses proviennent de 272 questionnaires recueillis en 1989. En ce qui concerne la méthodolo (...)

33Le même mécanisme joue à propos de la relation à l'islam. En guise d'exemplification, il a été possible, à l'occasion d'un sondage « sortie d'urnes » effectué en 1989 lors du second tour des élections municipales, d'obtenir une photographie partielle des comportements religieux de ces nouvelles générations5.

cath. = catholique
mus. = musulman
prot. = protestant
ss. rel. = sans religion
ss. rép. = sans réponse

Si vous êtes musulman, faites vous :

Si vous êtes musulman, faites vous :

ss. rép. = sans réponse,
5 pr. + Ram. = Les 5 prières + Ramadan,
seul. Ram. = seulement Ramadan,
fête Aïd = je fête l'Aïd,
aucun 3 = Aucun des trois,
plus mus. = je ne me considère plus comme musulman

  • 6 Mais, surtout, il apparaît que les individus dont le père est né aux Comores, surtout lorsqu'ils s (...)

34Les modalités de pratique diffèrent en fonction du sexe, de l'âge et de l'origine ethnique. Ainsi, sans surprise aucune, ce sont les individus âgés de plus de 35 ans qui se révèlent les plus pratiquants (les cinq prières et le jeûne sont attestés plus fréquement). Les femmes, quant à elles, sont plus nombreuses à attester uniquement du jeûne, toutes classes d'âge confondues6.

35Toutefois, c'est en référant ces résultats aux systèmes de signification des individus qu'ils prennent véritablement du sens. Même lorsqu'il y a non-conformité aux pratiques, cela ne signifie pas pour autant une indifférence ou un abandon de la référence islamique, qu'ils considèrent comme une partie de leur patrimoine culturel et de leur héritage familial. La plupart se déclarent croyants et développent une conception positive de l'islam, même s'ils ne pratiquent pas toujours. Cette identification à des valeurs transmises par le milieu familial est le signe d'une volonté de conserver une filiation dans le groupe d'origine et, en même temps, traduit la perturbation des mécanismes traditionnels de « filiation » et « d'affiliation ».

  • 7 Pour la simple raison que, du temps de leur enfance notamment, pour ceux qui sont âgés de 25 à 34 (...)

36Tout d'abord, le terme islam est associé à des séquences de la vie familiale, notamment à l'occasion de la célébration des fêtes (tel l'Aïd-el-Kebir) impliquant une rupture avec l'espace et le temps environnants. Ensuite, ce terme est aussi associé au respect dû aux croyances et pratiques parentales, sans que cela implique un même conformisme de la part des sujets concernés. En fait, ils montrent peu de connaissances de la tradition islamique et des prescriptions rituelles qui en découlent. La plupart n'ont reçu aucun enseignement coranique, que ce soit dans ou hors de la famille7. Cette absence de transmission à l'intérieur de la famille trouve son origine dans l'attitude du père face à la religion, telle que nous l'avons décrite pour la première phase de la migration et qui correspond en fait à une mise entre parenthèses des prescriptions rituelles.

« Mes parents ne m'ont rien transmis. Quand mon père est arrivé en France, c'était la liberté pour lui, il prenait des cuites tous les soirs et j'ai assisté à ça, il ne s'est assagi qu'à partir de quarante ans. »

37(R...., né en 1959 en Algérie, nationalité algérienne).

« L'islam pour moi, c'est le point de départ, la base, je ne pratique pas, simplement, je ne mange pas de porc. J'ai été élevé en France, je ne suis pas allé à l'école coranique, j'ai vu mes parents faire la prière mais à aucun moment ils ne m'ont orienté vers la religion. La mosquée ici, c'est l'affaire des vieux et même eux, ils ne respectent pas à la lettre. »

38(B....., né en 1957 en Algérie, nationalité française).

39Hors l'absence de transmission au sein de la famille, l'inadéquation entre l'univers religieux et l'environnement extérieur est souvent évoqué pour expliquer leur faible conformisme religieux.

« C'est très difficile de tout respecter en France, déjà quand on est croyant, on ne peut pas regarder la télévision en France, car il n'y a que des films de c... Si on veut vraiment tout respecter, il faut être dans un pays islamique. »

40(M...., né en 1963 en France, nationalité française, d'origine marocaine)

  • 8 Ils récitent la Shahàda.

« On peut être musulman en France mais c'est dur de vivre dans une société qui n'est pas islamique, par exemple, les jeunes de mon âge, ils “shahadent”8 mais ils respectent pas tout parce qu'autrement, ils peuvent plus aller en boîte, sortir une fille, etc. »

41(A....., né en 1969 en France, nationalité française, d'origine algérienne).

« A priori, on peut tout respecter mais c'est difficile si on est dans un entourage complètement français. J'ai des cousins qui habitent les quartiers riches français, hé bien ils pratiquent plus, c'est difficile sauf si on est très droit. C'est plus facile quand on est entre nous. »

42(A...., né en 1964 en France, double nationalité).

43Cela s'explique, en partie, par la déstructuration/recomposition de la famille maghrébine traditionnelle dans le contexte de l'émigration. Il en résulte le déploiement de pôles d'identification à l'islam qui dénotent une analogie avec les formes sociales de la religion dans les sociétés modernes.

L'affectif et l'éthique

44Le constat établi par ces individus de leurs défaillances ou de leur méconnaissance vis-à-vis de l'islam ne s'accompagne pas, en général, d'un rejet ou d'un détachement total. Bien au contraire, la référence islamique est connotée positivement, et de manière affective. Ce sont eux qui instaurent la distinction pratiquant/ croyant pour qualifier leur relation à l'univers religieux. Ils conçoivent l'islam comme un héritage culturel inscrit dans des traditions et des comportements familiaux les rattachant au groupe arabo-musulman, comme marqueur de la filiation en quelque sorte : « L'islam c'est ma culture, une éducation... ».

« L'islam, c'est l'identité. C'est une façon de vivre totalement différente de ce pays, donc qui rencontre des obstacles vu la pratique qu'il impose, pour moi, c'est un état d'esprit. »

45(Femme née en 1971 à Paris, nationalité algérienne).

« L'islam c'est la religion, je sais pas, c'est la tradition, c'est beaucoup l'islam, bon je suis pas pratiquant mais j'y crois quand même, c'est la religion avant tout. »

46(Femme née en 1970 en France, double nationalité).

« L'islam c'est ma religion, c'est ma culture, c'est une sorte de culture, la plus importante puisque nous faisons partie de la culture arabo-musulmane. »

47(Homme né en 1963 en France, double nationalité).

« Je suis croyant mais pas pratiquant, l'islam c'est beaucoup de choses que je fais pas mais l'islam, comment dire, c'est une question qui m'est chère... »

48(Homme née en 1960 en France, double nationalité).

« L'islam c'est une grande culture, un héritage assez important, quelque chose qui appartient à l'humanité entière. »

49(Femme née en 1954 en Tunisie, nationalité tunisienne, arrivée en France en 1976).

« L'islam c'est une immense partie de notre culture, de moi-même, c'est plutôt une immense chose culturelle. »

50(Homme né en 1952 en Tunisie, double nationalité, arrivé en France en 1971).

51Cette dimension culturelle de la référence islamique ne conduit pas, comme pour « les pratiquants installés », à une totalisation existentielle. Cela a plutôt la conséquence inverse de positionner la référence islamique dans l'ordre du personnel voire de l'intime, n'ayant pas de conséquences dans les comportements en société. Pour les adolescents, la référence islamique est indissociable de l'univers familial, même s'ils sont déjà engagés dans un processus d'individualisation/différenciation par rapport à ce milieu. Cela s'explique par la dépendance de ce sous-groupe vis-à-vis de la famille (que ce soit économiquement ou psychologiquement). En revanche, le discours des personnes âgées de plus de vingt ans, notamment lorsqu'elles ont acquis du capital scolaire (études secondaires et universitaires, formation professionnelle...), fait apparaître un rapport à l'islam non seulement culturel mais également éthique.

« L'islam représente à vrai dire pas grand-chose pour moi parce que je ne pratique pas et que je ne me sens pas concerné par l'islam, sinon que c'est un peu de mon identité tout de même, de ma culture et de ce que m'ont enseigné mes parents, effectivement, la tolérance, le respect de l'autre et vivre en harmonie avec soi-même, c'est ça l'islam. Je ne me sens pas concerné par ça pour l'instant et je n'en vois pas la nécessité, ceci dit, l'islam pour moi ce sont ces quelques facteurs que je viens de citer qui sont ingommables : être bien avec soi-même et avec sa conscience et ça c'est des discussions interminables que j'ai eues avec mes parents, j'en suis d'autant plus équilibré que j'ai pu apprendre ce qu'était le véritable islam mais ce n'est pas pour autant que je lis le Coran tous les soirs, que je pratique ou que je vais dans les mosquées. »

52(T...., né en 1956 en Algérie, nationalité française, arrivé à Marseille en 1962).

« L'islam c'est un mode de vie, une manière de pensée qui peut s'adapter au cadre dans lequel je vis. à savoir la France. On peut être pratiquant ou non-pratiquant en France. Je ne pratique pas, je n'ai jamais pratiqué mais je me sens très musulmane dans ma manière de penser, dans l'éducation religieuse que m'a donnée ma mère. Le véritable islam n'existe actuellement dans aucun pays au monde, l'islam c'est la tolérance, le respect des hommes et actuellement, il est tout sauf tolérant, pour comprendre cet islam il faut se référer à la période de l'Andalousie et à la coexistence des musulmans, des juifs et des chrétiens sur cette période. »

53(R...., née en 1957 à Marseille, nationalité française, origine algérienne, formatrice).

  • 9 Cf. Françoise Champion et Danièle Hervieu-Leger. (dir), De l'émotion en religion. Renaissance et t (...)

54Sans abandonner l'identification à l'islam, ils l'envisagent comme source de valeurs donnant un sens à leur vie sans, pour autant, impliquer chez eux un passage à la pratique. Ce processus de « mobilisation-subjectivation » des valeurs dégage le message islamique des contenus et des normes établies dans la tradition. Ainsi, le sujet marque son individualité par rapport au groupe et se place comme médiateur entre le contenu du code et son application. Les formes ainsi dégagées de leur détermination primitive et contraignante deviennent accueillantes à son inventivité. Ce processus n'est pas sans rappeler les nouvelles formes de religiosité dans les sociétés modernes, où le croyant n'obéit plus aux normes transmises par l'institution ou la tradition mais choisit les « biens du salut » en fonction de son individualité9. La dimension collective de l'appartenance islamique est ainsi consentie et régulée par la logique individuelle.

55Cela est particulièrement significatif lorsqu'est abordée, avec ces individus, la question de l'éducation religieuse qu'ils souhaiteraient donner à leurs enfants. S'ils affirment souhaiter donner une éducation religieuse à leurs enfants, ils précisent que celle-ci ne sera pas dispensée de la même manière que celles qu'ils ont reçues dans leur famille : ils laisseront leurs enfants choisir. En particulier, plus le capital culturel de la personne interrogée est élevée, plus la conception libérale de l'éducation est affirmée.

« Moi-même je n'ai pas voulu qu'on me donne une éducation religieuse malgré l'insistance de mes parents et j'estime que je n'ai pas à le faire pour mes propres enfants et puis il y a éducation religieuse et éducation religieuse, si c'est pour leur expliquer ce qu'est l'islam, le christianisme, le judaïsme, leur expliquer d'où ils sont issus, de quel peuple ils sont issus et qu'est-ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la nation française, tout ça me semble être l'équilibre premier à apporter à n'importe quel enfant, c'est nécessaire pour son équilibre, si c'est pour lui dire : “Tu apprendras ceci ou cela etc.” là je ne vois pas l'utilité, l'important c'est qu'il se sente bien avec lui-même, qu'il n'ait pas à se poser des questions, s'il a toutes les réponses aux questions qu'il pourrait se poser. »

56(T...., né en 1956 en Algérie, nationalité française).

57En même temps, cette mobilisation-subjectivation des valeurs trouve sa limite sur deux points : la circoncision et l'interdit de l'exogamie. Le souhait de la circoncision des enfants mâles est attesté, quel que soit le sexe. Cette prescription, qui ne fait pas partie des cinq piliers, constituait déjà au sein des pays arabo-musulmans une obligation forte, structurant l'appartenance au groupe. Elle est en quelque sorte surinvestie par les nouvelles générations en « islam transplanté », comme si elle constituait le dernier signe liant l'individu au système culturel des parents.

58Une autre limite difficilement franchie, et tout aussi significative, est relative à l'exogamie. À ce propos, il convient de distinguer le discours des hommes et des femmes mais de distinguer aussi le discours du passage éventuel à « l'acte ». En ce qui concerne les hommes, il leur est souvent difficile de tenir face à une enquêtrice non musulmane, un discours d'opposition systématique aux mariages mixtes, lorsque notamment la question du mariage de leur sœur ou de leur fille avec un non-musulman est abordée. Toutefois, les propos recueillis font apparaître des ambiguïtés.

« Je ne suis pas opposé au mariage mixte, si ma sœur veut épouser un Français c'est à elle de régler ça avec mes parents... mais je ne crois pas que mes sœurs le feraient. »

59(M...., né en 1963, nationalité française.)

« Je connais un copain qui a épousé une fille française petit-à-petit elle a mis des barrières entre lui et son environnement arabe, moi-même je ne supporterai pas une telle situation. Et si ma sœur épouse un Français ce sera difficile pour moi. »

60(D...., né en 1962, double nationalité).

« En ce qui concerne les mariages mixtes, les chiffres me font apercevoir que malheureusement c'est voué à l'échec, ça n'a touché qu'une certaine partie de l'élite, les étudiants, les professions libérales, malheureusement on n'est pas prêts. Moi-même, j'en ai fait la triste expérience. C'est impossible. Je suis marié avec une Algérienne, je n'ai pas trouvé ça chez une copine française, notre culture est étouffée, mise sur la touche, on n'a pas les mêmes références intellectuelles en ce qui concerne les choses de la vie, même les choses qui ne s'expriment pas. »

61(F...., né en 1955 à Marseille, double nationalité française/tunisienne).

62Ces oppositions ou réticences avouées sont rarement fondées sur des arguments religieux comme dans le cas des « pratiquants installés », mais plutôt sur des arguments culturels mettant en avant l'incompatibilité des modes de vie, de références ainsi que la domination du conjoint non musulman dans la relation du couple.

63Pour ce qui est des femmes, généralement les jeunes femmes célibataires âgées de 18 à 34 ans formulent moins de réticence que les hommes du même âge ou les femmes mariées âgées de 35 à 55 ans sur le principe des mariages mixtes. En ce qui concerne les comportements des jeunes filles, il faut opérer une distinction entre celles qui ont acquis un capital culturel et une indépendance financière leur permettant d'échapper à l'emprise familiale et les autres. Pour celles-ci, les expériences sexuelles ou les cas de cohabitation avec des hommes non musulmans sont plus probables. Mais la régularisation ou l'officialisation de ces expériences constitue une étape supplémentaire qu'elles ont du mal à franchir, non seulement à cause de la rupture avec la famille qui peut en découler mais aussi en raison de la remise en cause du propre mode identitaire que cela leur implique. Elles expriment souvent la crainte de disparaître totalement dans le mariage exogame :

« Ce serait chouette si les gens étaient plus intelligents des deux côtés, s'il y avait la volonté de connaître et partager la culture de l'autre, dans la relation de couple dominant/dominé c'est que l'un bouffe la culture de l'autre et vice versa. Par exemple, les femmes européennes mariées à des Algériens qui perdent leurs gosses, moi je dis qu'elles ont fait un très mauvais calcul (...) De plus en plus, les filles arrivent à braver l'interdit, je pense qu'avec le temps, y aura pas de problème à ce niveau, le plus dur, c'est pour les premières, chez moi, il a fallu 5 ans pour reconnaître le beau-fils et quand le père a reconnu, toute la tribu s'incline. De toute façon, il faut qu'il y ait de plus en plus de nanas qui bravent, autrement elles sont condamnées à rien vivre affectivement, tu t'imagines... les nanas maghrébines vont au collège, au lycée, à la faculté, avec qui elles vont vivre quelque chose ? Car il y a un décalage entre le mec et la nana maghrébine. Au même titre que je disais aux nanas : quand il y aura plus de vierges chez nous, on en cherchera plus...
« Avec l'école, le fric, le boulot, on achète tout, même ses parents, c'est un rapport économique : tu vas dire à la fille qui te ramènes la paie tous les mois, alors que ton fils est en prison, “tu restes à la maison” ? Tu le fais au début et puis après... On refait pas l'histoire, on est en train de vivre ce que les nanas françaises ont vécu il y a dix ans. »
(R...., née en 1957 à Marseille, nationalité algérienne, mariage endogame en 1987 après des expériences « malheureuses » selon son expression, avec des jeunes hommes extérieurs à son groupe, formatrice dans le travail social).

  • 10 Jocelyne Streiff-Fenart, Les couples franco-maghrébins en France, Paris, éd. L'Harmattan, 1989, pp (...)

64Il existe deux univers sociaux, qui ne s'interpénétrent pas, dans lesquels des mariages mixtes peuvent se produire. Tout d'abord, un univers social constitué d'étudiants, d'enseignants, de travailleurs sociaux dans lequel la mixité et les contacts interculturels sont valorisés et fréquents. Dans ce cas, deux lieux favorisent particulièrement l'exogamie : l'université et les structures associatives. Ensuite, l'univers des milieux populaires installés dans les zones urbaines périphériques, mais où les cas de situations conjugales mixtes ne créent pas pour autant une convergence d'intérêts ou de valeurs susceptibles de rassembler ces couples mixtes dans des activités sociales communes, comme c'est le cas pour les individus appartenant à un univers social plus favorisé culturellement10.

  • 11 Stéphane Hessel (dir), Immigrations : le devoir d'insertion, Paris, commissariat général au Plan, (...)

65De plus, l'écart croissant dans le parcours social et scolaire entre les jeunes hommes et les jeunes filles d'origine maghrébine, cumulé quelquefois à une impossibilité de franchir de façon définitive le pas vers l'exogamie, explique que bon nombre d'entre elles restent célibataires au-delà de 25 ans, ce qui est inhabituel par rapport aux normes culturelles maghrébines. Cette situation apparaît pour la première fois dans les statistiques démographiques. Ainsi, selon les données de l'INSEE, plus de la moitié des Algériennes de générations de 1917 à 1946, vivant en France en 1982, s'étaient mariées avant vingt ans. Or, pour les Algériennes de 20 à 24 ans, le taux de célibat est passé de 44 à 70 % entre 1975 et 1982. De plus, le taux de cohabitation hors mariage est le triple de celui des Marocaines ou des Tunisiennes. Ces éléments confirment ce que dévoile l'enquête : la cohabitation hors mariage apparaît comme le moyen de vivre éventuellement avec un homme extérieur au groupe sans que cela implique une rupture de l'allégeance à la famille. Il y a cependant des conséquences, puisque, toujours selon les données de l'INSEE, le nombre des familles mono-parentales va croissant et se rapproche de la proportion observée pour les ménages français (3,8 %). Ce taux est plus important pour les Maghrébins (3 %) que pour les ressortissantes de la CEE (2,6 %). Les Algériennes, avec une proportion de 3,6 % connaissent ici une situation proche de celle des Françaises11.

Notes

1 « Bassens » est une cité marseillaise où la majorité des résidents est d'origine maghrébine et qui fonctionne quasiment sur un mode communautaire.

2 Cf. Carmel Camilleri, « Identité et gestion de la disparité culturelle », in Les stratégies identitaires, (collectif), Paris, éd. PUF, 1990, pp. 85-110.

3 Voir à ce propos, les enquêtes de Hélène Malewska-Peyre, Crise d'identité et déviance chez les jeunes immigrés, Paris, La Documentation française, 1982, ou encore : « L'image de soi des jeunes immigrés » in Bulletin de psychologie, t. XXXVI, n° 359, 1983, pp. 363-376. « L'image négative de soi chez les enfants de migrants et les stratégies identitaires contre la dévalorisation », in La recherche interculturelle, (collectif), Paris, éd. L'Harmattan, 1989. pp. 47-59. Voir aussi « Le processus de dévalorisation de l'identité et les stratégies identitaires », in Les stratégies identitaires, (collectif.) op. cit. pp. 111-140.

4 Notons qu'eux-mêmes peuvent utiliser ces catégorisations dans leurs relations à la population maghrébine. Par exemple : « Aujourd'hui je suis mal à l'aise car je vis dans une société mal à l'aise et nous (c'est-à-dire les Africains) on pâtit pour les méfaits de tous. La France n'a pas su mettre les barrières à Belsunce*, les Arabes faisaient ce qu'ils voulaient et maintenant, tout le monde pâtit de la mauvaise image ».

(M. D...., né en 1921, retraité, nationalité sénégalaise, en France depuis 1946).

* Belsunce est un des quartiers centraux de Marseille à forte proportion de population maghrébine.

5 Ces réponses proviennent de 272 questionnaires recueillis en 1989. En ce qui concerne la méthodologie et les caractéristiques des échantillons obtenus, voir supra, page 205 et suiv.

6 Mais, surtout, il apparaît que les individus dont le père est né aux Comores, surtout lorsqu'ils sont âgés de plus de 35 ans, se déclarent plus pratiquants que ceux dont le père est né au Maghreb.

7 Pour la simple raison que, du temps de leur enfance notamment, pour ceux qui sont âgés de 25 à 34 ans, il n'existait pas véritablement d'école coranique. La situation est un peu différente aujourd'hui.

8 Ils récitent la Shahàda.

9 Cf. Françoise Champion et Danièle Hervieu-Leger. (dir), De l'émotion en religion. Renaissance et traditions, Paris, Le Centurion, 1990.

10 Jocelyne Streiff-Fenart, Les couples franco-maghrébins en France, Paris, éd. L'Harmattan, 1989, pp. 21-24.

11 Stéphane Hessel (dir), Immigrations : le devoir d'insertion, Paris, commissariat général au Plan, éd. La Documentation française, Paris, 1988, pp 114 et suivantes.
Il est impossible d'obtenir un état statistique des mariages exogames, puisque les données de l'INSEE nous informent uniquement sur le mariage des personnes de nationalité étrangère avec des personnes de nationalité française. Mais cela n'indique rien sur le mouvement réel de l'exogamie religieuse dans la mesure où le processus de naturalisation continu introduit, en quelque sorte, un élément qui n'est pas repérable dans l'évolution des mariages répertoriés comme mixtes. Cependant, dans leur étude sur la nuptialité des étrangers, François Munoz-Perez et Michelle Tribalat signalaient, en 1984, la faible propension des Algériens à épouser des Françaises compte tenu de l'ancienneté de ce courant migratoire. Ils notaient que les femmes algériennes se marient moins souvent avec des Français que d'autres étrangères, d'implantation pourtant plus récente. De même que les femmes tunisiennes semblent moins nettement enclines que les femmes portugaises au mariage mixte alors que leurs durées de séjour sont comparables. Cependant, entre 1974 et 1985, les statistiques montrent que globalement le nombre de mariages entre Maghrébins et Français a presque doublé passant de 2 703 à 5 189, devançant le nombre de mariages franco-italiens et franco-espagnols dont le nombre ne cesse de décroître mais également le nombre de mariages franco-portugais qui ont connu au cours de la même période une progression moins rapide. Les mariages effectués par les hommes maghrébins apparaissent plus nombreux que ceux réalisés par les femmes, bien que les seconds soient en progression constante. En 1985, la proportion des mariages femme maghrébine/homme français constituait 31,5 % du volume total des mariages franco-maghrébins alors qu'il n'était que de 16,5 % en 1974. Rappelons qu'il demeure une incertitude très forte sur l'effectivité de ces mariages exogames puisque une femme de nationalité algérienne, marocaine ou tunisienne peut apparaître dans ces statistiques sans avoir pour autant effectué un mariage mixte, simplement en épousant un homme de son groupe détenteur de la nationalité française. Malgré ces interrogations, il apparaît que les mariages franco-maghrébins sont en forte progression par rapport à la proportion de ceux contractés durant la période coloniale.
F. Munoz-Perez et Michèle Tribalat « Mariages d'étrangers et mariages mixtes en France. Évolution depuis la Première Guerre », Population, n° 3, 1984, pp. 427-462.

Table des illustrations

Légende cath. = catholiquemus. = musulmanprot. = protestantss. rel. = sans religionss. rép. = sans réponse
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Si vous êtes musulman, faites vous :
Légende ss. rép. = sans réponse,5 pr. + Ram. = Les 5 prières + Ramadan,seul. Ram. = seulement Ramadan,fête Aïd = je fête l'Aïd,aucun 3 = Aucun des trois,plus mus. = je ne me considère plus comme musulman
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540