Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Égypte d’aujourd’hui

 | 
Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient

Chapitre XI. Problèmes économiques et sociaux

Cérès Wissa Wassef

Texte intégral

  • 1 Liste M.S.A. (Most seriously aftected). Middle East economic digest, 2.5.1975. Sont classés M.S.A. (...)

1Les problèmes que connaît aujourd’hui l’Égypte découlent en grande partie de sa configuration géographique – une longue et étroite bande alluvionnaire de 33 000 km2 environ, qui s’épanouit dans le delta, entre deux déserts inhabitables occupant près de 97 % du territoire –, et le taux de croissance de sa population, un des plus élevés du monde. Il s’agit pour elle de lutter sans relâche pour étendre la zone de vie et cette lutte est d’autant plus âpre que la pression démographique est plus forte. Le déséquilibre grandissant entre sa production et le nombre de ses habitants entraîne une détérioration constante du niveau de vie qui lui a valu le triste privilège d’être placée au mois d’avril 19751 sur la liste des quarante et un pays dont le revenu par tête d’habitant est le plus bas du monde.

2Le régime qui s’instaure en juillet 1952 introduit des changements profonds dans les structures politiques, économiques et sociales du pays. La politique de développement conçue par les « Officiers libres » qui prennent alors le pouvoir, s’articule autour de trois axes : remédier à la mauvaise distribution des terres par l’application d’une réforme agraire, qui supprimerait les inégalités les plus criantes et détournerait le capital privé du marché foncier vers l’industrie ; bonifier des terres pour augmenter la superficie à distribuer et le nombre des bénéficiaires ; pratiquer une politique active d’industrialisation ; combinée aux deux mesures précédentes, elle procurerait des débouchés à la main-d’œuvre pléthorique tant rurale qu’urbaine.

3Entre 1952 et 1970, cette politique passe par différentes phases. De 1952 à 1955 la recherche du développement s’appuie sur l’entreprise privée dans une sorte d’économie mixte. Le nouveau régime hérite d’une certain nombre d’entreprises dont la gestion était confiée jusque-là à de hauts fonctionnaires : participation à la gestion de la Banque Nationale grâce à des capitaux étrangers, contrôle du Crédit agricole et du Crédit hypothécaire, raffinerie à Suez, centrales électriques. Un Conseil permanent de la Production est mis en place dès 1952, qui prend l’initiative de créer quelques sociétés industrielles (aciéries de Hélouan, usine d’engrais chimiques d’Assouan, usine de papier carton d’Alexandrie), à la tête desquelles il place des officiers ; un Office du Pétrole, un Office de l’Electricité sont créés. Cette période est marquée par les facilités accordées aux investissements étrangers, l’octroi d’exonérations fiscales à toutes les entreprises égyptiennes jugées d’utilité publique et l’application de la réforme agraire. Au bout de trois ans, les nouveaux dirigeants sont déçus par les maigres résultats obtenus ; les investissements étrangers sont faibles et les Égyptiens continuent à placer leur argent dans l’immobilier.

4De 1955 à 1959, le régime s’achemine lentement vers le dirigisme. Après la nationalisation du canal de Suez en 1956 et la confiscation des biens des ressortissants français et britanniques, l’Etat se trouve brutalement à la tête d’un ensemble très important de sociétés dont la gestion est confiée à l’Organisme du développement économique, créé en 1957. La politique « d’égyptianisation » appliquée alors élargit encore le secteur de l’Etat, après la liquidation à l’amiable d’importants investissements étrangers, surtout belges, auxquels il est demandé de se transformer en « sociétés anonymes égyptiennes », dans un délai de cinq ans. Le gouvernement se trouve alors contrôler la moitié du secteur bancaire et les deux tiers des transactions d’assurance. Le besoin d’un plan d’ensemble commence à se faire sentir. La phase qui commence en 1960 est celle des nationalisations et de la planification ; de pragmatique qu’il était jusque-là, le régime fait un pas décisif vers l’option socialiste.

5Les lois de nationalisation de 1961-1962 portent essentiellement sur les banques, le commerce extérieur, les assurances et un certain nombre de grandes entreprises industrielles, principalement celles du groupe « Misr ». La Banque Misr avait déjà été nationalisée en février 1960. Il est décidé qu’aucune personne physique ou morale n’est en droit de posséder de participation dans l’une ou l’autre de ces entreprises allant au-delà de 10 000 livres, les actions excédentaires revenant à l’État.

6A partir de cette date, par vagues successives, l’expansion du secteur public devient très rapide. En octobre et novembre 1961, les séquestrations de biens s’étendent aux particuliers. De nouvelles lois et décrets, promulgués de 1962 à 1964, mettent l’Etat en possession de la plupart des moyens de production du secteur moderne, transformant ainsi fondamentalement le caractère du système économique. Ne sont épargnées que les petites entreprises artisanales et familiales de commerce, de construction, de transport et de confection.

7A partir de 1964, cependant, un « nouveau secteur privé » fait son apparition ; formé de petites entreprises, d’ateliers de réparation et d’intermédiaires commerciaux, il s’établit avec la discrète connivence de fonctionnaires du secteur public.

8Après la défaite de juin 1967, une timide tendance vers la libéralisation se fait jour ; les restrictions imposées à toute activité privée dans le commerce d’exportation se relâchent et celui-ci connaît une certaine croissance.

9Sous le successeur de Nasser, la libéralisation de l’économie s’accentue pour devenir, après la guerre d’octobre 1973, une politique d’ouverture – infitâh – vers l’Occident, le socialisme d’Etat cédant progressivement la place à la libre entreprise et au capitalisme international.

10Bien que les problèmes économiques et sociaux de l’Égypte constituent un tout, nous les examinerons, pour mieux les cerner, dans leur contexte rural d’abord, puis dans leur contexte urbain.

LES PROBLÈMES DU MONDE RURAL

11Le secteur agricole a toujours occupé la première place dans l’économie égyptienne ; ce rôle, il continue à l’assumer puisque l’agriculture représente encore aujourd’hui plus de 31 % du P.N.B. du pays ; la majeure partie de la population, quelques 24 millions d’habitants, est occupée dans des travaux agricoles et vit à la campagne. La refonte du système d’irrigation et l’extension de la culture du coton au cours du xixe siècle, qui font passer l’Égypte en moins d’un demi-siècle des cultures vivrières à la monoculture d’exportation, s’accompagnent de profonds bouleversements sociaux ; la révision radicale de la carte agricole crée de nouvelles compétitions paysannes, et l’extension du faire-valoir direct – plus lucratif – par les grands propriétaires transforme les petits fermiers en ouvriers agricoles et les détache de la terre.

12A la veille de la Révolution de 1952, la propriété privée se caractérise par une très grande inégalité dans la distribution d’une part et par une grande concentration et une grande fragmentation d’autre part.

13Les grandes propriétés, qui représentent 34,1 % des terres cultivables, sont concentrées entre les mains de la famille royale, des grandes compagnies et de l’Etat, qui était et demeure le plus important des grands propriétaires ; de plus, il dispose des terres dites mubâh ou bien libre ; celles-ci souvent octroyées, rarement vendues, pouvaient être échangées contre les retraites des fonctionnaires avec échelle de priorité et s’étaient transformées en instrument de corruption, de népotisme et de pression politique.

14La fragmentation est la conséquence de l’application de la loi islamique à l’héritage, de la poussée démographique et d’une politique appliquée dès le début du xxe siècle par les différents gouvernements d’encouragement au développement de la petite propriété : vente de terres de l’Etat par petites parcelles, octroi de crédits ou d’hypothèques aux petits cultivateurs, loi des cinq feddans (1912) interdisant la saisie pour dettes... Les petites propriétés représentaient en 1952 35,5 % des terres cultivables.

La Réforme agraire de 1952

15Les lois de la Réforme agraire, promulguées le 8 septembre 1952, sont destinées à limiter la propriété rurale, à réglementer les rapports entre propriétaires et locataires et à établir une législation du travail des ouvriers agricoles.

16Le décret-loi n° 178 modifié et complété par le décret-loi n° 197, fixe à 200 feddans la superficie maximum que peut posséder un propriétaire, à 250 feddans s’il a un enfant et à 300 feddans s’il en a deux ou plus ; sont exclues de cette limitation les terres incultes ou désertiques à bonifier. Les propriétaires des terres réquisitionnées, qui doivent remettre leur surplus dans un délai de 5 ans, seront indemnisés sous la forme de Bons du Trésor non cessibles, amortissables en 30 ans à 3 % d’intérêt ; en 1958, l’intérêt est réduit à 1,5 % et la période d’amortissement étendue à 40 ans. Cette indemnisation représentait 10 fois la valeur locative des terres, laquelle est fixée à sept fois l’impôt foncier. En 1953 les terres appartenant à la famille royale, d’une superficie de 170 000 feddans, sont exclues de toute indemnisation. A partir de 1964, l’Etat cesse de payer un intérêt quelconque, faisant ainsi perdre toute valeur à ces Bons du Trésor.

17Les terres réquisitionnées seront distribuées dans des lots de 2 à 5 feddans, suivant leur qualité, à des Égyptiens majeurs, cultivateurs de profession et possédant moins de 5 feddans ; priorité sera accordée à ceux qui cultivaient déjà la terre, qu’ils soient locataires ou propriétaires, puis aux paysans à famille nombreuse, enfin, aux plus pauvres d’entre eux. Le prix de la terre distribuée sera calculé sur la base du montant de l’indemnité versée par le gouvernement au propriétaire, augmenté de 3 % d’intérêt annuel, plus 15 % du prix pour couvrir les frais de réquisition, de répartition et autres. Le remboursement sera échelonné sur 30 ans par des versements annuels égaux ; aucun droit d’enregistrement ne sera perçu. L’intérêt est réduit à 1,5 % en 1958 et le remboursement étendu sur une période de 40 ans. En 1964 tous les bénéficiaires de la réforme agraire sont exemptés du tiers du prix de leur terre et de tout intérêt sur leur dette. Les premières Lois de 1952 sont complétées par la suite : décret militaire n° 5 de 1956, confisquant les terres appartenant aux ressortissants français et britanniques, décret-loi de 1957, assimilant les terres en friche et désertiques en cours de bonification à des terres agricoles assujetties au décret-loi n° 178 après une période de 25 ans à partir de l’émission du permis d’irrigation, décret-loi n° 127 de 1961, ramenant à 100 feddans la limite maximum de la propriété, loi n° 44 de 1962, exigeant la livraison des terres administrées par le ministère des waqf, décrets promulgués de 1962 à 1964 confisquant les biens de certains propriétaires et décret de 1963 expropriant les propriétaires étrangers, enfin décret-loi du 16 août 1969, réduisant à 50 feddans par personne, à 100 pour une même famille la superficie maximum autorisée.

18La législation appliquée introduit des changements notables dans l’exploitation de la terre. Elle supprime la sous-location en interdisant la location à qui ne cultive pas la terre ainsi que les locations par cultures. La durée du bail est fixée à un minimum de trois ans et les loyers à sept fois le montant de l’impôt foncier. En cas de métayage, la part du propriétaire ne doit pas excéder la moitié de la récolte, après déduction des frais. Aucun locataire ni sous-locataire cultivant lui-même la terre ne pourra être renvoyé.

19Le salaire de l’ouvrier agricole sera déterminé chaque année pour les différentes régions de l’Égypte par un comité dont les six membres seront désignés par le ministre de l’agriculture sous la présidence d’un haut fonctionnaire ; trois d’entre eux représenteront les propiétaires et les locataires, les trois autres, les ouvriers agricoles. Ces derniers pourront constituer des syndicats pour défendre leurs intérêts.

20Le salaire de l’ouvrier agricole est fixé en 1952 à 18 piastres pour huit heures de travail, celui de la femme au 2/3 de cette somme et celui de l’enfant à la moitié ; ces rapports sont la norme dans la campagne égyptienne depuis 1939 ; le salaire par heure conserve le même rapport.

Les coopératives agricoles

  • 2 Avant 1952, il existait 1727 coopératives agricoles volontaires qui réunissaient 500 000 membres et (...)

21Les lois de la réforme agraire font obligation aux bénéficiaires de faire partie d’une société coopérative et de participer à son capital. Les coopératives2 ont pour mission d’assumer les deux fonctions principales de l’ancien propriétaire : organiser la production et commercialiser les produits ; elles sont chargées d’obtenir les crédits nécessaires à l’exploitation de la terre, de fournir les semences, les engrais, le bétail, les machines agricoles et les moyens de conservation et de transport des récoltes, d’améliorer les rendements par la sélection des semences, l’assolement, la lutte contre les parasites, l’aménagement des canaux et des drains, de vendre les récoltes principales pour le compte de leurs membres et en déduire les versements du prix de la terre, les sommes dues à l’Etat, les avances agricoles et autres dettes et de s’acquitter de tous les autres services agricoles et sociaux concernant leurs membres.

  • 3 MABRO, op. cit., p. 70.

22A partir de 1952, les coopératives prennent un développement considérable, passant de 187 en 1955 à 5 013 en 1970, avec 3,1 millions d’adhérents et un capital considérable3. Chaque coopérative est gérée par un comité de 12 à 15 personnes, sous la direction d’un officiel, le muchrif, choisi généralement parmi les agronomes ; l’organisation est pyramidale : à la base se trouvent les coopératives de village, groupées elles-mêmes par district, qui sont réunies à leur tour en une institution coopérative générale placée sous le contrôle du ministre de la Réforme agraire.

23En 1957, le gouvernement étend la compétence des coopératives à d’autres terres que celles de la réforme agraire et à partir de 1960-61 il leur confie l’application de sa politique de regroupement des terres selon la nature de la culture en lots de 20 à 300 feddans ; les fermiers gardent la propriété et la responsabilité de la culture de leur propre lot, mais ils doivent se soumettre à un certain nombre d’impératifs décidés par les instances centrales pour éviter les incompatibilités et obtenir un meilleur rendement. C’est ainsi que l’assolement est soumis à une double ou triple rotation suivant les régions, le coton, du fait de l’appauvrissement du sol qu’il entraîne, ne pouvant être cultivé sur une même terre que tous les deux ou trois ans ; il est remplacé par la jachère ou la culture du trèfle, du blé, du riz ou du maïs ; la rentabilité de chacune de ces cultures n’étant pas la même, les terres d’un même cultivateur sont réparties sur différents lots pour le faire bénéficier de toutes les récoltes de la rotation ; là où le procédé est inapplicable, un système d’échange de récoltes, de « prêts », s’établit entre cultivateurs. Les autorités se serviront des coopératives pour lancer de nouvelles variétés ou faire adopter de nouvelles techniques. Après le désastre de la récolte du coton en 1961, dont un bon tiers est détruit par le ver, la responsabilité de la lutte contre les parasites passe sous leur entière responsabilité et à partir de 1962 elles deviennent les seules pourvoyeuses de crédit, d’engrais, de semences, d’insecticides et la commercialisation du coton et des oignons devient obligatoire par leur canal.

24Un des rôles essentiels assigné aux coopératives dès le départ est celui de la distribution des crédits nécessaires à l’exploitation de la terre dans les meilleures conditions possibles, afin de protéger le fellah contre l’avidité d’intermédiaires aux profits injustifiables. C’est le Crédit agricole, Bank at-taslîf, autorisé à emprunter des fonds à la Banque Centrale, qui finance toutes les opérations et son rôle prend une telle importance qu’il devient rapidement, avec le Ministère du Ravitaillement, la plus grosse firme commerciale du pays. En 1960, certaines coopératives sont choisies pour fonctionner comme banques de villages ; leur nombre s’accroît rapidement ainsi que leur rôle ; elles deviennent la section de financement de la coopérative, fournissent l’argent pour les semences et les engrais, gèrent l’épargne de leurs membres et contrôlent leur compte courant d’exploitation ; à partir de 1961, les services d’assurances et les crédits ne portent plus d’intérêt, mais celui-ci sera rétabli en 1967 et fixé à 4,5 %.

  • 4 Abdel Fadil, op. cit., p. 120.

25Pour contrôler et s’approprier le surplus financier de l’agriculture et le transférer à d’autres secteurs, l’Etat applique de plus en plus, au moyen des coopératives, une politique des prix agricoles qui constitue un instrument efficace de taxation indirecte ; sa main-mise sur la commercialisation des principales denrées lui permet de les acheter à des prix relativement bas, et le monopole qu’il exerce sur la fourniture des produits agricoles en rend possible la vente à des prix élevés. Mais ce système a souvent des effets néfastes sur le rendement, la cherté de l’engrais, par exemple, amenant parfois les fellahs à en utiliser une quantité moindre que celle requise. Il faut cependant préciser que les transferts financiers hors du secteur agricole y reviennent en grande partie sous la forme d’investissements publics dans les grands projets de développement tels que le contrôle de la crue, l’irrigation et le draînage ; ils n’ont représenté, en fin de compte, entre 1965 et 1970, que 5 à 7 % du revenu agricole4.

  • 5 Hussein (Mahmoud Abdel Fadil), « Les coopératives agricoles en R.A.U. ». Options méditerranéennes, (...)

26Si le rôle des coopératives a des aspects positifs, il reste partiel et insuffisant. Le système actuel avantage les plus riches au détriment des plus pauvres. C’est ainsi que seul le propriétaire de plus de 15 feddans a droit aux graines sélectionnées et le système d’assurance du bétail prévoit un minimum de 5 têtes pour lesquels il donne 150 kg de fourrage au prix fixé par l’Etat5, alors que le paysan pauvre est souvent obligé de l’acheter au marché noir. Le règlement automatique des dettes prélevé sur les ventes des produits agricoles, laisse le fellah très démuni et son analphabétisme autorise toutes les falsifications sur les poids, les mesures, les qualités et les comptes. Comme les coopératives ne groupent que des exploitants (propriétaires et locataires), elles n’ont pas réussi à jouer le rôle social et politique qui leur avait été assigné ; leur direction, assurée à la fois par des fonctionnaires et des conseils d’administration élus reste aux mains des exploitants les plus riches et ne bénéficie ni aux petits exploitants, ni, à plus forte raison, aux masses rurales. L’extension de leur compétence à de nombreux domaines entraîne une prolifération de la bureaucratie avec tout ce qu’elle peut comporter d’inefficacité, d’alourdissement des coûts, de gabegie et d’abus de la part de fonctionnaires peu scrupuleux. De plus, elles ne laissent aucune place à l’initiative indépendante.

Conséquences économiques et sociales de la réforme agraire

27La réforme agraire n’avait pas pour but de satisfaire la « faim » en terre des petits propriétaires et des ouvriers agricoles ; si toute la superficie cultivée avait été distribuée aux 2,8 millions de familles rurales en 1952, chacune aurait reçu un lot de deux feddans à peine, ce qui aurait été politiquement impossible et économiquement peu souhaitable, sans parler des problèmes insurmontables qu’aurait posé rapidement l’accroissement de la population. La solution adoptée peut se justifier sur le plan de l’efficacité. Son but, en éliminant la puissance politique exercée par les gros propriétaires terriens, était de créer une classe nouvelle et nombreuse de petits propriétaires, choisis arbitrairement selon certains critères.

  • 6 Abd el Fadil (Mahmoud), Income distribution and social change in rural Egypt 1952-1970. – Cambridge (...)

28La série des « réformes agraires » a libéré environ un million de feddans et amélioré les conditions économiques et sociales de quelques 342 000 familles. La distribution s’est opérée lentement, donnant à l’Etat l’occasion de gérer d’immenses domaines pendant plusieurs années. Selon les statistiques officielles de 1965, les seules disponibles, 671 000 feddans avaient été distribués en toute propriété à cette date ; il semble cependant que la surface transférée soit beaucoup plus grande car au début de l’application de la réforme, les ventes du surplus par petits lots de 5 feddans étant autorisées, 107 000 feddans avaient été cédés par les gros propriétaires ; parallèlement les compagnies et organisations de bonification des terres avaient vendu 453 000 feddans à de petits paysans6.

29Par ailleurs, l’augmentation de la superficie détenue par les propriétaires moyens, de 20 à 50 feddans, provient des ventes faites par les gros possédants en lots de 20 à 100 feddans, immédiatement après l’application de la première réforme, par crainte de nouvelles restrictions ou de mesures de fermage plus draconiennes ; 249 000 feddans auraient ainsi changé de mains.

  • 7 Mabro, op. cit., p. 73.

30Le résultat le plus spectaculaire de la réforme agraire est d’avoir mis fin à une inégalité choquante dans la distribution de la propriété en éliminant la mince couche de l’ancienne classe des grands propriétaires terriens, pour la plupart absentéistes, des commerçants en coton, des courtiers en tout genre et usuriers de villages ; elle introduit des changements dans les structures agraires dont elle déplace le centre de gravité et des rapports plus féconds dans le monde rural pour la croissance et le développement. Pour apprécier les changement intervenus dans la répartition des terres, il nous faut comparer les données de 1952 avec celles de 1965. Nous constatons que le nombre de paysans riches (de 20 à 50 feddans) passe de 22 000 à 29 000 et la surface possédée de 624 000 à 815 000 feddans ; à cette catégorie, il faut ajouter celle des propriétaires de plus de 50 feddans (avant la loi de 1969), dont le nombre passe de 11 000 à 10 000, et la superficie possédée de 2 044 000 à 813 000 feddans ; le nombre des propriétaires moyens (5 à 20 feddans) baisse légèrement de 126 000 à 119 000 et la surface possédée également de 1 164 000 à 1 141 000 feddans ; enfin, le nombre des petits propriétaires de moins de 3 feddans passe de 2 642 000 à 3 033 000 et la superficie possédée de 2 122 000 à 3 693 000 feddans7.

Bonification des terres et haut barrage d’Assouan

31Pour gagner de nouvelles terres sur le désert, les nouveaux dirigeants se lancent, dès 1952 dans différents projets dont le plus connu est celui de la « Province de la Libération » Moudiriet al-tahrîr, située à l’ouest du delta entre le Caire et Alexandrie. De 1953 à 1056, conseillés par les techniciens du Point IV, ils consacrent des sommes considérables à la mise en valeur de ces terres désertiques, sans que des études préalables sérieuses aient été entreprises tant sur le plan technique que sur le plan humain ; l’organisation des villages sous une forme para-militaire et l’utilisation de tracteurs rebutent une main-d’œuvre attachée à ses traditions agronomiques, et les résultats sont très décevants. De 1952 à 1959, 4 500 feddans seulement sont gagnés sur le désert sur un total de 79 000 feddans bonifiés, le reste se situant dans la vallée du Nil.

  • 8 Le Haut-Barrage d’Assouan est un barrage-poids ; ses 980 m d’épaisseur à la base, 40 m à la crête e (...)

32A partir de 1960, un vaste programme national, sous forme de deux plans quinquennaux, établit les bases de la politique agricole actuelle, qui fait peser sur l’agriculture le poids du financement du développement industriel et la réalisation d’autres objectifs socio-économiques. Le premier plan 1960/1961 – 1964/1965 comporte des projets de drainage des terres marécageuses du delta, des projets d’irrigation, une meilleure utilisation des eaux du Nil et la bonification des terres de la « nouvelle vallée », ensemble d’oasis situées au sud du désert occidental ; il est établi de manière à pouvoir exploiter au mieux les disponibilités d’eau (forage de puits dans la Nouvelle Vallée) pendant la période précédant l’achèvement du Haut-Barrage d’Assouan8. La réalisation de ce barrage, commencée en janvier 1960 et achevée en janvier 1971, devait permettre d’étendre la « superficie des récoltes » en transformant l’irrigation par bassisn des 850 000 feddans de Haute Égypte en irrigation pérenne, de gagner 836 000 feddans sur le désert, d’accroître le revenu net par une meilleure répartition des cultures et celui de la productivité en régularisant les eaux de la crue, de créer une nouvelle source de puissance électrique et accessoirement de rendre le Nil plus navigable en aval du barrage et de faire une place plus grande à l’industrie de la pêche sur le lac Nasser.

33Ce projet gigantesque a suscité une polémique qui s’est instaurée dès avant l’ouverture du chantier et se poursuit encore aujourd’hui ; ses détracteurs formulent trois reproches essentiels : le premier, celui de retenir en amont du lac Nasser tout le limon fertilisateur dont le rôle incomparable ne peut-être remplacé par les engrais chimiques ; ceux-ci par ailleurs coûtent cher, grèvent le budget de l’Etat comme celui des particuliers et polluent les eaux du fleuve par leurs composants toxiques qui s’y déversent par le drainage ; le second, celui de filtrer les eaux du Nil ne laissant passer qu’une eau « claire », responsable de l’érosion du lit du fleuve, de ses berges et de ses canaux d’irrigation, et fait peser des menaces sur les fondements des ouvrages d’art qui se trouvent tout le long de la vallée ; le troisième, celui d’entretenir partout un niveau d’eau relativement stable qui favorise la salinité de la terre et provoque une baisse du rendement de certaines récoltes, notamment celui du coton.

34Tout en reconnaissant ces effets négatifs secondaires, les partisans du barrage mettent en avant sa principale raison d’être : son rôle régulateur du débit des eaux du Nil selon les besoins immédiats de l’agriculture ; en mettant la crue sous contrôle, il a préservé en 1972 la population d’une période de sécheresse donc de famine et permis d’éviter une inondation catastrophique en 1974 ; la constante disponibilité en eau, grâce aux sept milliards de m3 de plus qui vont à l’Égypte rendent possible une irrigation d’été permanente, qui se traduit par une augmentation d’environ 49 % de la surface cultivable totale ; aucune étude scientifique n’a permis jusqu’ici d’affirmer avec certitude l’infériorité des engrais chimiques par rapport au limon (les pays qui n’utilisent que l’eau de pluie ou celle de puits artésiens obtiennent d’excellents résultats) ; les dangers d’érosion, prévus bien avant la construction du barrage sont en voie d’élimination par des travaux de consolidation ; enfin les autre bienfaits de cet ouvrage : augmentation de l’énergie électrique (10 milliards de kilowatts/heure) succeptible de faciliter l’électrification rurale : éclairage, pompes électriques, machines agricoles, petites industries...), développement par ailleurs des industries métallurgiques, pétrochimiques et autres, baisse des coûts de transport grâce à l’amélioration de la navigation, augmentation de la pêche dans le lac Nasser, justifient pleinement sa réalisation.

35Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est qu’il est pour le moins prématuré de faire le bilan des aspects positifs ou négatifs de cet ouvrage, les projets complémentaires qui doivent réaliser ses bénéfices potentiels n’ayant pu jusqu’ici être tous réalisés étant donné leur dimension et leur coût ; il semble en particulier que la conjoncture politique ait freiné les travaux de drainage prévus. La disponibilité en eau a permis, entre 1960 et 1970, de bonifier 650 000 feddans et si l’on est loin du 1,2 million prévu, c’est que de sérieuses difficultés de salinité sont apparues, dont la solution est à l’étude ; la disponibilité en eau a également permis une meilleure répartition des cultures dont la rentabilité s’est accrue.

36Sur le plan social, la réalisation du Sadd al-Alî a obhgé à un déplacement de la population nubienne vers le nord et sa réinstallation en Haute Égypte entraînant un déracinement et un coût difficiles à chiffrer.

La nouvelle stratification sociale

a) La paysannerie riche

  • 9 Pour la combattre le président Nasser donnera une nouvelle définition, ratifiée par décret le 5 jui (...)

37Une première observation s’impose : la couche sociale constituée par les paysans riches s’est accrue régulièrement en nombre et en superficie et s’est substituée à l’ancienne aristocratie terrienne ; bien qu’elle ne représente qu’un pourcentage très faible du nombre total des propriétaires, elle acquiert petit à petit un poids politique et économique décisifs dans le monde rural : s’appuyant largement sur le travail salarié, produisant essentiellement pour le marché et utilisant des méthodes modernes de culture et de mécanisation, les paysans riches, extrêmement solidaires les uns des autres, occupent rapidement une position privilégiée dans le nouveau système. Leur accès facile au crédit agricole obtenu dans des conditions très favorables, les avantages qu’ils tirent du fermage à grande échelle, l’utilisation de leur puissance politique et de leurs relations avec les officiels locaux leur permettent d’imposer leur loi aux petits propriétaires et aux paysans sans terre. En même temps, l’augmentation considérable de leur pouvoir d’achat leur fait jouer un rôle crucial dans l’expansion du marché égyptien et l’élan donné à l’industrialisation. La paysannerie moyenne quant à elle, trouve tout intérêt à faire cause commune avec ces puissants alliés qui contrôlent avec elle la plus grande partie des biens productifs de l’agriculture (62 % de la superficie cultivable et 80 à 90 % des machines agricoles). Produisant plus qu’ils ne consomment, ces paysans moyens s’adonnent parfois à d’autres activités telles que le commerce de détail ou la prestation de capitaux. Bien que la Charte de 1962 réserve la moitié des sièges aux paysans et aux ouvriers dans les assemblées populaires à tous les échelons, sa définition du terme « paysan » « celui qui ne détient, lui et sa famille pas plus de 25 feddans », ne pouvait qu’assurer l’hégémonie des « privilégiés »9.

38Si, dans la période 1952-1961, le régime nassérien s’est largement appuyé sur cette paysannerie riche pour combattre l’hostilité des grands propriétaires dépossédés et de l’élite marchande rurale, l’orientation nouvelle, qui intervient dans le système politico-économique à partir de 1961-1962, fait apparaître d’importants conflits d’intérêts entre le régime et la nouvelle élite rurale, qui va tenter de faire obstruction à la politique agraire du gouvernement ; celui-ci n’hésite pas à s’attaquer à elle, surtout après de scandaleux cas d’oppression. Le nouveau secrétaire général de l’Union socialiste, Alî Sabrî. écrit dans le quotidien al-Gumhûriyya du 6 janvier 1967 : « Plusieurs formes d’exploitation persistent dans les campagnes où il existe des familles qui mettent sous leur influence l’association coopérative et qui monopolisent la représentation du village dans tous les domaines, y compris l’U.S » et dénonce l’exploitation, la dominance, le terrorisme, le recours aux crimes le cas échéant et l’opposition aux progrès des forces populaires vers la reprise de leurs droits légitimes. Pour neutraliser l’influence de cette nouvelle couche privilégiée et permettre à la petite paysannerie de jouer un rôle, l’appareil politique décide de remplace les « comités des vingt », branches villageoises de l’US dominées par la paysannerie riche, par des « groupes de leaders », responsables des activités du parti chargés de mettre fin aux contradictions existantes et d’appliquer dans les campagnes la politique officielle ; le président de chaque groupe ainsi que le secrétaire doivent être obligatoirement choisis parmi la petite paysannerie des villages ; les nouveaux cadres locaux ont pour principale tâche d’expliquer la politique du régime aux masses rurales.

39En fait, ces réformes de structures se sont limitées aux changements jugés indispensables par l’US pour reprendre en mains l’initiative politique dans les campagnes et juguler l’obstruction croissante de l’élite rurale à l’application des nouveaux objectifs nationaux ; elles n’ont pas modifié de façon sensible la situation existante.

b) Les couches intermédiaires

40Elles sont formées des paysans qui exploitent des parcelles de 2 à 5 feddans, qui assurent le plein emploi de la famille sans faire appel à une main-d’œuvre salariée, sauf à titre exceptionnel ; cette catégorie qui groupe « la petite paysannerie libre » et les petits locataires, soit 25 % des familles rurales, utilise une technologie ancienne liée à des méthodes traditionnelles d’exploitation ; le degré d’emploi y est cependant satisfaisant puisqu’on a calculé qu’il fallait environ un homme pour cultiver un feddan et demi.

c) Les masses rurales

41Elles comprennent les sans terre, c’est-à-dire essentiellement les ouvriers agricoles d’une part et les paysans pauvres propriétaires exploitants de parcelles naines insuffisantes pour assurer leur plein emploi ; ces derniers, pour survivre sont contraints de s’employer comme ouvriers agricoles quand les circonstances le permettent ; les années de mauvaise récolte, ils recourent à des emprunts à des taux usuraires qui perpétuent leur endettement.

42Le fossé qui s’est creusé entre les masses rurales et la société qui les encadrait est le résultat de la commercialisation croissante de l’agriculture et de la progression démographique ; en multipliant les bras disponibles, celle-ci maintient les bas salaires, qui entraînent une dégradation constante du niveau de vie du paysan pauvre.

43Ce groupe, numériquement le plus important (75 % de la population rurale) se distingue nettement des autres groupes ruraux par un niveau de culture très bas ; le nombre des illettrés y atteint 67 % parmi les hommes et 93 % parmi les femmes, en dépit d’une scolarisation obligatoire pour le groupe d’âge 6-11 ans, mais qui est faible et variable suivant les régions.

44Bien que la réforme agraire ait fixé un salaire minimum légal, celui-ci est rarement respecté, sauf sur les domaines exploités par l’Etat. Le marché de la main-d’œuvre se caractérise par une grande disparité que ce soit géographiquement, par sexe, par âge et suivant les fluctuations saisonnières. Il existe également une hiérarchie parmi les ouvriers agricoles. Les plus favorisés sont ceux qui travaillent sur les grandes et moyennes exploitations ; employés à plein temps, ils bénéficient d’un revenu annuel régulier, que ce soit en espèce ou en nature. Moins bien lotis sont les ouvriers saisonniers qui ne trouvent de travail qu’aux mois de pointe. Leur chiffre avait atteint en 1961, selon les premières statistiques officielles disponibles, 1,2 million. Au bas de l’échelle se trouvent les plus démunis d’entre eux, les tarahîl ou ouvriers itinérants, qui sont recrutés durant quatre à huit semaines par an pour travailler à la consolidation et au curage des canaux, des drains et autres ouvrages d’utilité publique ; victimes d’une double exploitation, celle des entreprises spécialisées chargées de leur recrutement qui prélèvent jusqu’à 12 % sur leurs gages et celle de leur employeur, qui exige parfois des journées de travail supplémentaires non payées sur sa propre exploitation, ils se trouvent pris dans un système de servitudes perpétuelles qui aliène leur liberté : dettes, avances sur gages ou liens de parenté à l’employeur.

45La limitation naturelle des terres cultivables et la pression démographique ont toujours fait de l’agriculture le principal réservoir du sous-emploi. Celui-ci est estimé à plus de 70 % des personnes aptes au travail car ce secteur peut utiliser un nombre illimité de jeunes actifs et conserver longtemps les travailleurs âgés ; pour ne pas aggraver la situation, les dirigeants n’ont pas encouragé la motorisation de l’agriculture. Mais le sous-emploi n’est pas le seul mal dont souffrent les masses rurales ; le chômage total y sévit également et tous deux sont à la base de l’exode massif des ruraux vers les centres urbains.

46Bien que le droit de se syndiquer ait été accordé pour la première fois aux ouvriers agricoles par la réforme agraire en 1952, le mouvement syndical agricole ne prend vraiment naissance qu’à partir de la création en avril 1964 du « syndicat général des ouvriers agricoles ». Sa structure démocratique devait lui permettre, grâce à des comités locaux chargés de l’emploi des ouvriers et siégeant en permanence, de connaître les revendications des ouvriers et d’y répondre. Malheureusement, aucune mesure complémentaire n’est venue apporter de solution radicale aux problèmes des paysans sans terre et des paysans pauvres dont la situation ne s’est pas améliorée par rapport à 1952 ; la politique du salaire minimum garanti n’a pas été renforcée par des mesures efficaces.

***

47La réforme agraire de 1952 n’a pas résolu et ne pouvait pas résoudre le problème agraire égyptien tant le déséquilibre est grand entre la progression démographique et la surface cultivable. Entre 1897 et 1960, alors que la population s’accroissait de 370 %, la terre cultivable n’a augmenté que de 15 % et l’on prévoit qu’entre 1960 et 1985, l’accroissement de la population sera de l’ordre de 92 % alors que celui de la surface cultivable n’augmentera que de 20 %. Cet état de choses se traduit par un nombre quasi stationnaire d’actifs dans le secteur primaire et ce sous-emploi entraîne un exode massif de la population des campagnes vers les centres urbains, dont l’attraction est d’autant plus forte que les possibilités d’emploi y sont plus grandes ; de 1947 à 1960, alors que le taux d’accroissement des régions rurales est de l’ordre de 28 %, celui des régions urbaines atteint 55 %.

48Par ailleurs, l’Égypte possède une agriculture hautement développée et les rendements y sont élevés ; celui du coton est le plus élevé du monde et celui du maïs est aussi élevé que celui des Etats-Unis. Les nouvelles terres gagnées sur le désert ont un rendement faible, au moins dans les premières années et ne peuvent contribuer que dans une faible mesure à l’augmentation des ressources nationales. Aussi la solution des problèmes économiques ne peut être envisagée dans le cadre agraire ; seule une industrialisation rapide et intense est susceptible de porter remède à la situation explosive présente.

LES PROBLEMES DU MONDE URBAIN

49Le développement des villes en Égypte est étroitement lié à celui de la modernisation de l’économie et à l’industrialisation ; il entraîne un déplacement de population de la campagne vers les centres urbains, qui a pour conséquence l’éclatement des cadres traditionnels auxquels se substituent des fidélités plus modernes ; il se caractérise par un gonflement de la masse fluctuante des individus sans emploi fixe, la fonctionnarisation de la classe moyenne et une grande mobilité au sein de la classe privilégiée entre grands propriétaires terriens et grands commis de l’État.

50L’effort d’industrialisation de Muhammad ‘Ali au début du xixe siècle, est sans lendemain. Ses successeurs n’y apportent aucun développement significatif et les occupants anglais y sont systématiquement opposés. La situation ne se modifie qu’à la suite des deux grandes guerres mondiales qui, par les bouleversements qu’elle entraînent, favorisent une poussée brusque de l’industrie locale. Le boom du coton et l’essor commercial qui accompagnent la première et enrichissent le pays, permettent au lendemain des hostilités la création de la première banque à capitaux égyptiens, la Banque Misr, et de sociétés filiales dont la prospérité ira en croissant. La guerre de 39-45 joue un rôle moteur encore plus grand dans le développement industriel. A la veille de la Révolution, ce secteur représente 15 % du P.I.B., occupe 8 % environ de la main-d’œuvre et rapporte 9,6 % des gains en devises par les exportations.

Développement de l’industrialisation

51L’originalité du régime qui s’instaure en 1952 par rapport à celui qui l’a précédé est le rôle attribué à l’Etat pour promouvoir l’industrialisation. Persuadé que l’industrie est une des activités économiques génératrices de production de biens comme de produits industriels nécessaires aux autres secteurs, il souligne dans tous ses programmes et ses plans la nécessité de développer ce secteur quantitativement et qualitativement afin de l’orienter vers des exportations susceptibles d’être compétitives sur le marché international, basées sur l’utilisation maximum des matières premières fournies par l’agriculture, les ressources minières du pays ainsi que sur les sources d’énergie disponibles. Ceci ressort clairement du premier programme industriel 1953-60, qui consacre au secteur industriel quelques 330 millions de £ E. à répartir entre 502 projets. Le Conseil permanent de la Production créé dès 1952 sous la présidence du premier ministre, comprenant des ministres, des ingénieurs, des économistes, des banquiers, des industriels et autres spécialistes, devait en l’espace d’un an mettre sur pied un programme de trois ans. L’infrastructure, la bonification des terres, l’électricité, considérées comme des nécessités préalables à toute industrialisation, reçoivent de très larges allocations ; la part de l’industrie, modeste la première année, augmente nettement dans la seconde pour devenir désormais une des rubriques de dépenses publiques. Le choix, dans le domaine de l’industrialisation se porte sur la grande et la moyenne industrie ; usines du fer et de l’acier et de wagons à Hélouan, usine d’engrais à Assouan, toutes largement financées par l’Etat, qui encourage par ailleurs la production par des firmes privées de câbles électriques et de pneus. Deux autres secteurs reçoivent une forte impulsion : l’électricité (reprise des travaux à la station hydro-électrique de l’ancien barrage d’Assouan, création de deux stations près du Caire) et la prospection pétrolière (octroi de concessions, développement et création de nouvelles raffineries). La participation de l’Etat dans ces projets donne naissance à une nouvelle bureaucratie et marque le début du secteur public. La nécessité d’une planification globale pour le développement économique et social se traduit en mars 1955 par la création d’un Comité de Planification nationale. En janvier 1957 une nouvelle organisation sous le même nom générique absorbe tous les organismes existants chargés de la planification et fonctionne à deux niveaux, le niveau supérieur étant chargé d’établir les grandes lignes du plan et d’approuver en dernière analyse les projets soumis par le Comité proprement dit et l’Organisme de Développement économique chargé des intérêts du gouvernement dans le secteur mixte.

52Le CPN se voit confier la tâche de dresser un plan quinquennal pour les années 1960/61 – 1964/65 comme première étape d’un plan décennal, destiné à doubler en 10 ans le revenu national. Pendant la période transitoire, une planification partielle doit continuer à fonctionner ; celle-ci s’avèrera néfaste pour de multiples raisons : multiplication des projets (le ministre de l’Industrie dont l’ambition est de créer une usine par jour, tient davantage compte de leur nombre que de leur qualité), absence de coordination entre les différents ministères, qui veulent chacun imposer leurs listes et leurs priorités...

  • 10 Mabro, op. cit., p. 119.

53L’objectif des planificateurs est de réduire la part de l’agriculture dans la production de 31,2 % à 28,5 %, d’augmenter celle de l’industrie de 21,2 % à 30 % et de ramener celle du secteur tertiaire de 47,6 % à 41,5 %10. Leur Plan pêche par l’absence de grandes lignes directrices et de coordination entre les secteurs public et privé. Il se présente plutôt comme un programme d’investissement public couvrant plus systématiquement tous les secteurs de l’économie que les plans partiels qui l’avaient précédé. La liberté du Comité dans le choix des projets est, en effet, limitée par les priorités imposées par les différents ministères d’où l’échec d’une planification globale qui décourage et provoque l’exode d’économistes et de planificateurs de talent dans les années 60. Le second Plan quinquennal, bien qu’ébauché, n’a jamais vu le jour, sans doute à cause de la défaite de juin 1967 ; des plans annuels d’investissement, qui ne diffèrent pas dans leur schéma sectoriel du premier Plan ainsi que de nouveaux projets sont cependant établis. Au mois de septembre 1972, un ambitieux plan de développement décennal, dont l’exécution doit commencer le 1er janvier 1973 est annoncé ; appliqué en deux étapes de cinq années chacune, il prévoit le doublement du produit national et table sur une croissance annuelle de 7,2 % contre 5 % réalisée pendant les trois années 1967-70 ; il met surtout l’accent sur le développement industriel qui recevra près d’un tiers des allocations et vise principalement à augmenter la production de l’acier, du pétrole, des engrais phosphatés et nitratés ; les autres postes importants d’allocations sont attribués à l’électricité, étroitement liée à ce secteur, à l’agriculture, aux transports et communications et à l’habitat. La guerre d’octobre 1973 devait suspendre l’application de ce plan et ouvrir la voie à de nouveaux projets dont il sera fait état plus loin.

54Le secteur industriel représente aujourd’hui dans l’économie plus de 20 % du PNB, 35 % des exportations et 13 % de l’emploi ; il vient donc nettement après le secteur agricole, bien qu’il ait bénéficié d’une haute priorité dans les programmes d’investissement mais on s’attend à le voir jouer à l’avenir le rôle moteur dans le développement, à cause des possibilités et avantages qu’il offre d’une part, et les sérieuses limitations qui affectent l’expansion du secteur agricole d’autre part.

55La croissance moyenne du secteur industriel jusqu’en 1969-70 est estimée à 5,7 % avec un sommet de 12,5 % en 1963-64. A partir de cette dernière date, les entreprises obtiennent des licences d’importation pour la plupart de leurs besoins en matières premières et la production progresse à nouveau de 12 % pour tomber à 6 % en 1971-72 et à 3 % en 1973. Ce déclin résulte en partie des besoins croissants de la défense, d’inefficacités administratives, de difficultés de commercialisation et de transport mais surtout de pénurie en devises étrangères due à l’augmentation rapide des prix internationaux ; il en résulte une grande insuffisance en matières premières importées, en produits d’entretien de l’équipement, qui provoquent une sous-utilisation de la capacité industrielle estimée à 32 % allant parfois jusqu’à la fermeture temporaire de certaines usines. La politique actuelle du gouvernement est d’augmenter les exportations de produits non-traditionnels (53 % des exportations) pour en élargir les assises et de se tourner vers les marchés à devises fortes. Jusqu’ici c’est l’industrie du textile, déjà prépondérante en 1952, qui accuse sa part dans la production grâce au coton ; celui-ci, de matière première exportée, devient un produit industriel ; le déclin des industries alimentaires est également relié à la production agricole : alors qu’avant la deuxième guerre mondiale, l’Égypte était exportatrice de produits alimentaires, elle devient de plus en plus importatrice dans ce domaine ; en revanche les industries de produits intermédiaires (produits chimiques, papier, métaux) connaissent un remarquable développement. Si la production de machines fait un bond en avant, l’Égypte ne parvient pas à créer une industrie de biens d’équipement digne de ce nom.

  • 11 al-Ahram, 29.6.76.

56Selon les derniers chiffres disponibles, la production industrielle aurait atteint 2 138 millions de £ E. en 1975, soit 316 millions de plus qu’en 1974 dont 599 millions reviennent au secteur privé, plus de 25 % de la production11.

Le secteur public et son rôle dans l’économie

57Entre 1952 et 1964, un changement considérable intervient dans le système économique égyptien par suite du rôle croissant que joue l’Etat dans la gestion du pays : exploitation d’une bonne partie des terres confisquées par la réforme agraire en attendant de les distribuer, activités d’investissement et de production industrielle, administration du canal de Suez et des biens franco-britanniques confisqués... A partir de 1957, le secteur public prend un essor considérable par suite de l’application de la politique d’égyptianisation, de nationalisation et de développement, dans laquelle les investissements publics prennent une place croissante. Les premières lois de nationalisation sont, en 1961, accélérées par des difficultés internes : impossibilité de réaliser les objectifs du Plan la première année, récolte cotonnière catastrophique, problèmes de création d’emplois... Elles affectent surtout la riche bourgeoisie compromise avec l’ancien régime ainsi que les étrangers dont la loyauté envers le pays est souvent suspectée ; elles ne touchent pas aux classes moyennes que le régime représente et qui les lui auraient aliénées. Plus de 200 grandes et moyennes entreprises entrent ainsi dans le secteur public, qui emploie aujourd’hui environ 450 000 travailleurs, autant que le secteur privé ; mais dans ce dernier, ils sont répartis sur 150 000 établissements, le seuil à ne pas dépasser pour éviter la nationalisation étant, jusqu’à une date récente, celui de 50 ouvriers.

58La prolifération des organismes d’Etat a pour résultat une excroissance pléthorique de la bureaucratie recrutée dans les rangs des officiers, des adhérents politiques et des diplômés qui sortent chaque année des universités ; obligation est faite à chaque organisme d’en prendre un certain quota, même s’il n’a pas de travail à offrir ; d’où une surcharge des administrations, qui risquent l’étouffement et un mécontentement chez les jeunes, qui ne sont pas toujours utilisés selon leurs spécialités. Il est question à l’heure actuelle d’offrir les moyens d’un recyclage à tous ces organismes pour une meilleure utilisation des compétences.

59L’emprise du secteur public sur l’économie permet ainsi au nouveau régime de satisfaire sa clientèle, de contrôler les moyens de financement de ses programmes et d’éliminer toute opposition potentielle susceptible d’entraver ses plans de développement.

60Toutes les opérations des firmes ayant une même activité sont supervisées et contrôlées par un organisme public, qui soumet toute décision importante à l’approbation du ministère compétent ; ces organismes ne jouissent d’aucune liberté quant à l’utilisation des profits ou à l’accès aux prêts bancaires. Cette structure rigide et pyramidale pèse d’un poids très lourd sur toutes les transactions. Si les gestionnaires jouissent d’un certain degré d’autonomie au jour le jour, leur liberté est restreinte en matière d’emploi, d’investissement, de prix, d’accès à la matière première et de commercialisation des produits ; le contrôle du commerce extérieur, qui se fait en grande partie dans le cadre d’accords bilatéraux, limite encore le champ de l’initiative. Les pièces de rechange ou la matière première viennent souvent à manquer par suite des lenteurs que suppose une telle paperasserie administrative, compromettant ainsi les chances de rentabilité des projets.

La nouvelle stratification sociale

  • 12 al-Ahram 1.6.76. Bien qu’administrativement distinctes, Guiza et Choubra al-Khéma, deux nouvelles c (...)
  • 13 Après 1952, Alexandrie perd une partie de son importance, comme centre commercial et financier, sur (...)
  • 14 Certaines villes provinciales ont connu un essor récent : la ville d’Assouan, grâce au Haut Barrage (...)

61En moins d’un siècle, de 1882 à 1960, la population urbaine est passée de 19 % à 38 % de la population totale. Pour la période allant de 1947 à 1960, alors que le taux d’accroissement des zones rurales est de l’ordre de 28 %, celui des zones urbaines atteint 55 % ; ce phénomène trouve son explication dans la concentration des activités industrielles dans les grandes métropoles ou à leur périphérie. Une des caractéristiques de la distribution géographique des citadins est cette concentration anormale dans les grands centres, qui fait de l’Égypte l’exemple par excellence de pays « sur-urbanisé ». D’après le recensement de 1960, 22 % de la population totale du pays vit dans des villes de 100 000 habitants et au-dessus. La capitale, Le Caire, compte à elle seule 1/8 de la population totale du pays et 1/3 de la population urbaine. La dernière annonce faite par l’Agence centrale de la mobilisation publique et des statistiques, évalue à 8 770 000 le nombre de citadins vivant dans le Grand Caire, soit 22 % des habitants du pays12. Il est vrai que cette ville, la plus peuplée du continent africain, sert aussi de capitale à tout le Moyen-Orient arabe. Si l’on excepte le port d’Alexandrie13, qui a dépassé les trois millions d’habitants, les trois villes du canal de Suez, Port-Saïd, Ismaïlia et Suez et quelques autres métropoles14, il faudrait parler de « surconcentration » plutôt que de « sur-urbanisation », car la densité dans la vallée du Nil est telle que des agglomérations rurales de 20 000 habitants sont chose courante et classées comme « urbaines » alors qu’elles n’assument aucune des fonctions généralement associées à l’urbanisation dont elles ne possèdent pas l’infrastructure.

62Les catégories sociales des villes sont plus complexes et plus difficiles à cerner que celles des campagnes. Si l’on prend comme base pour les définir les statistiques relatives aux différentes branches de l’activité économique, on s’aperçoit que 37 % de la population urbaine échappent à toute classification, parce que « sans emplois recensés ». Nous les partagerons en quatre classes homogènes, comprenant chacune une ou plusieurs sous-catégories : la classe bourgeoise et aristocratique, la petite bourgeoisie, le prolétariat, les masses populaires.

La classe bourgeoise et aristocratique

63Elle comprend l’ancienne aristocratie faroukienne qui faisait partie de la société cosmopolite d’avant 1952 ; si les différentes épurations décidées dans le cadre du socialisme nassérien l’ont exclue de la vie politique du pays et ont considérablement réduit ses moyens, elles ne les ont pas totalement démunies.

64A partir de 1952, une nouvelle classe issue de la petite bourgeoisie se juxtapose à elle et se transforme petit à petit en une caste bureaucratique bourgeoise. Son ascension sociale est liée au nouveau régime, qui favorise délibérément cette couche modeste authentiquement égyptienne, pour se l’attacher. La caste la plus favorisée, qui monopolise le pouvoir d’Etat, est celle des anciens officiers, nommés directeurs ou administrateurs de sociétés de type moderne ; cette nouvelle classe comprend également des industriels, des commerçants, des membres des professions libérales, des propriétaires immobiliers, des rentiers, des hauts fonctionnaires dont les intérêts s’étendent parfois au secteur privé. Les deux bourgeoisies demeurent au début séparées l’une de l’autre, leurs positions respectives paraissant politiquement et idéologiquement inconciliables. Par la suite, amitiés personnelles et liens familiaux se tissent entre elles et un processus de fusion s’amorce qui va en s’accélérant après les nationalisations des années 60, l’ancienne grande bourgeoisie n’ayant d’autre avenir que celui de s’intégrer dans la nouvelle bureaucratie d’État.

65Cette classe de privilégiés est numériquement faible et ne représente que 3 % de la population des villes. Les revenus, très inégalement répartis, se situent par tête très au-dessus des revenus des privilégiés de la campagne. La libéralisation économique s’est traduite dans les deux grandes métropoles, Le Caire et Alexandrie, par une apparence de richesse engendrée par des activités de type tertiaire et une spéculation déchaînée sur des biens immobiliers et le logement dont les prix grimpent en flèche. Les hommes d’affaire étrangers, attirés par la perspective d’affaires lucratives ne peuvent cependant s’aventurer seuls dans le maquis d’un secteur public omniprésent, qui monopolise encore la majeure partie de l’industrie et du commerce extérieur. Ils doivent s’assurer les services d’intermédiaires bien introduits pour trouver leur voie jusqu’aux responsables. C’est ainsi que l’on assiste depuis trois ans à la prolifération d’une nouvelle couche d’intermédiaires qui édifient des fortunes colossales en des temps records.

La petite bourgeoisie

66Constiutée des cadres moyens de l’économie et de l’Etat : employés et fonctionnaires subalternes, chefs d’entreprises artisanales, petits employés du commerce et des services, couches inférieures des professions libérales, elle représente environ 30 % de la population des villes. C’est la classe la plus durement touchée par les conséquences économiques de la guerre, qui pèsent lourdement sur le pays. L’inflation, latente depuis les combats de juin 1967, qui s’est amplifiée par la multiplication des salaires civils et militaires et la stagnation de la production, explose. Elle est estimée à 30 % ces trois dernières années. On a cependant calculé que le taux d’accroissement annuel d’une famille moyenne vivant au Caire ou à Alexandrie a été de 25 % au moins et qu’il atteint à l’heure actuelle entre 40 et 50 %. Dans un pays où un salaire net de 100 £ E. par mois est considéré comme bon au niveau supérieur de l’emploi dans le secteur public, la pression inflationniste a été très grande.

67Si elles ne possèdent pas leur logement, la plupart des familles moyennes sont assurées d’une certaine sécurité par l’occupation d’appartements aux loyers bloqués ; celles qui ne jouissent pas de ce privilège se trouvent dans une situation dramatique. Pour les jeunes diplômés, assurés d’un salaire de départ de 25 à 30 £ E. par mois, les perspectives sont très mornes ; ils doivent souvent engager jusqu’à 10 années de leur salaire pour trouver à se loger.

Le prolétariat

68Formé des ouvriers des usines et des entreprises de transport de type moderne, il ne représente que 10 % de la population des villes et constitue une catégorie à part, différente dans son comportement politique et social des masses populaires ; ses conditions de vie sont aussi nettement meilleures ; il dispose d’un revenu moyen six fois plus élevé que celui de la catégorie la moins favorisée. Le salaire minimum avait été fixé par la réforme agraire en 1952 à 18 piastres ; il est relevé en 1962 et porté à 25 piastres dans les entreprises dont le capital excède 1 000 livres ; cette décision contribue à créer une main-d’œuvre privilégiée qui avantage quelques 200 000 travailleurs. Les salaires les plus bas sont ceux du bâtiment et des travaux publics, secteurs où le nombre des travailleurs instables est le plus élevé. Les salaires les plus élevés sont ceux pratiqués dans l’industrie pétrolière, ceux du textile se situant entre les deux.

69La situation économique relativement satisfaisante du prolétariat urbain lui a permis de se syndiquer assez tôt, mais son action est restée longtemps clandestine à cause des efforts déployés par les différents gouvernements jusqu’en 1942 pour contrer le mouvement. Ce n’est qu’à cette date que les ouvriers de l’industrie obtiennent le droit de se syndiquer.

70Le coup d’État de juillet 1952 amorce une ère nouvelle pour la classe ouvrière égyptienne ; les litiges entre ouvriers et patrons sont régulièrement soutenus par l’Etat à l’avantage des premiers ; les grèves deviennent exceptionnelles. Le 19 janvier 1957, une Confédération officielle des syndicats est créée, groupant 22 fédérations. A partir de 1955 un embryon de sécurité sociale est accordé aux ouvriers de l’industrie. La loi du 7 avril 1959 codifie toute la législation du travail après la nationalisation des industries ; elle fixe la durée de la semaine de travail à 40 heures avec des journées de 8 heures qui seront réduites à 7 heures en 1961 ; cette même année une loi organise la participation ouvrière à la gestion des entreprises ; 10 % des bénéfices nets libres de tous impôts doivent revenir directement aux ouvriers. La libéralisation de l’économie ne signifie donc pas l’abolition ou une réduction importante du secteur public ; les plans du gouvernement visent à conserver la plupart des firmes existantes et d’y investir pour leur permettre de se maintenir à la tête du développement industriel ; il garde ainsi la responsabilité des projets de grande envergure, celle du fer et de l’acier, de l’aluminium, des engrais, des phosphates ; il peut en même temps améliorer la planification et décentraliser l’administration. La pénurie en devises oblige à accorder la priorité dans les investissements à l’achèvement des projets en cours et parmi ceux-ci à la production de matériaux de base, à la substitution d’importation et aux produits exportables ainsi qu’aux biens de consommation. C’est le secteur métallurgique qui se taille la part du lion avec 28 %.

71La Charte de 1962 réserve 50 % des sièges de la future Assemblée Nationale aux ouvriers et aux paysans et prévoit un développement des syndicats leur permettant d’exercer des responsabilités politiques. La Sécurité Sociale est étendue en mars 1964 et comprend une assurance maladie et une assurance chômage.

72Le code du travail promulgué par le gouvernement vise deux buts : renforcer les syndicats face aux employeurs et les maintenir sous un contrôle très strict. En fait, les dirigeants syndicalistes et l’ensemble des syndiqués ne se sentent pas brimés par la législation qui restreint leur liberté ; conscients de leur situation politique et économique relativement privilégiée, ils deviennent réformistes et ne constituent plus une force révolutionnaire d’opposition.

73Afin de diminuer les revendications et d’augmenter la productivité le Président Sâdât prend l’initiative en 1971 de réorganiser le secteur public ; les ouvriers sont répartis en quatre catégories au lieu de dix-neuf et payés intégralement en cas de maladie au heu de ne l’être qu’à 70 % ; un nouveau système de promotion basé sur les aptitudes est adopté ; le minimum garanti passe de 84 à 108 livres par an et les pensions sont augmentées de 10 %.

74A la veille du referendum sur le « Document d’octobre », le chef de l’Etat vient expliquer sa politique d’« ouverture » le 1er mai 1974 devant les ouvriers de Hélouan, bastion traditionnel du prolétariat égyptien ; il annonce à cette occasion le relèvement du salaire minimum garanti de 9 à 12 livres mais cette augmentation est limitée au secteur industriel.

Les masses populaires

75Elles constituent 56 % de la population urbaine et sont formées de sous-catégories que l’on peut délimiter de la façon suivante : au bas de l’échelle se trouvent les personnes « sans emplois recensés » qui vivent de petits métiers plus ou moins parasitaires : marchands ambulants, cireurs de chaussures, gardiens de voitures, à l’occasion et pour quelques semaines, domestiques, manœuvres salariés à tout faire ; cette catégorie représente près de 37 % de la population des villes. Au-dessus se trouve le groupe des « employés de maison », 12 % de la population urbaine, qui bénéficie par rapport au groupe précédent d’une plus grande stabilité d’emploi et pour une minorité, de moyens relativement importants dus à une certaine qualification. Le sous-prolétariat des villes, 2 % de la population urbaine, travaille dans des entreprises artisanales, généralement sans aucune qualification et fait n’importe quelle besogne. Enfin, les salariés traditionnels, qui représentent 5 % de la population des villes et qui peuvent prétendre à une certaine stabilité de l’emploi lorsqu’ils acquièrent un minimum de qualification ; c’est le cas des mécaniciens, tailleurs, coiffeurs, artisans du cuir, du cuivre, de l’or, du verre, etc.

76Les masses populaires des villes souffrent des même maux que celles des campagnes : sous-emploi généralisé, progression démographique rapide, analphabétisme, dégradation continue du niveau de vie... Le niveau culturel y est cependant plus élevé que dans les campagnes ; selon le recensement de 1960, un tiers des lettrés se trouve concentré dans six villes. L’origine rurale d’une bonne partie de ce sous-prolétariat explique l’étendue de l’analphabétisme qui y sévit et les difficultés que beaucoup éprouvent à s’adapter à une discipline rigoureuse, à rester enfermés dans une usine ; nombreux sont ceux qui quittent leur travail sans préavis. Les industries saisonnières emploient de préférence cette main-d’œuvre non qualifiée et bon marché ; une fois débauchés les ouvriers retournent à leur village ; il en résulte une instabilité de l’emploi et une rotation que l’abondance de la main-d’œuvre ne fait qu’accentuer ; les entrepreneurs ne font rien non plus pour la fixer et n’offrent ni conditions de travail ni logement décents.

  • 15 Tomiche (F.S.), Syndicalisme et aspect du travail en République Arabe Unie, Paris, Tomiche, 1966, p (...)

77Pour mieux utiliser cet immense potentiel humain, le gouvernement a inauguré un vaste programme d’enseignement technique. Il s’est d’abord attaqué à l’analphabétisme ; en l’espace de dix ans, de 1953/54 à 1962/63, les effectifs de l’enseignement primaire ont doublé, passant de 1 392 740 à 2 908 578 ; ils dépassent 5 millions aujourd’hui. Pour la même période, les effectifs des écoles techniques augmentent de 1 423 %, passant de 3 260 élèves à 49 667 et le nombre des écoles augmente de 247 %, passant de 41 à 14215. Malgré cet effort, le niveau reste bas, l’enseignement étant plus théorique que pratique et ne répondant pas encore aux besoins de l’industrie. La productivité, par suite du bas niveau de qualification, aggravé par la sous-alimentation et des conditions d’hygiène déplorables, reste faible.

EVOLUTIONS RECENTES

78Dès son investiture comme président de la République, le président Sâdât prend lentement mais sûrement une nouvelle orientation politique et économique. Mettant provisoirement en veilleuse le conflit avec Israël, il concentre tous ses efforts sur le développement, pour tenter de doter l’Égypte des efficacités qui lui manquent et diminuer sa vulnérabilité.

79A la gestion nassérienne de l’économie, marquée par le gigantisme et l’ambition, il substitue une gestion plus conforme à ses moyens, plus « réaliste » ; aux projets spectaculaires : Haut-Barrage d’Assouan, aciéries, usines destinées à développer la grande industrie souvent sans cadres suffisants ou compétents, il préfère, plus modestement, la solution aux problèmes qui se posent et aux erreurs commises. Mais c’est en se débarrassant des chemins ardus, dirigistes et contraignants, de la gestion antérieure pour s’ouvrir résolument aux marchés occidentaux afin de diversifier ses clients et devenir moins dépendant des marchés de l’Est, que le nouveau Raïs affirme sa nouvelle politique.

Nouvelle politique agraire

80En dépit du tollé que cette mesure soulève, le président Sâdât, le 9 février 1971, fait restituer leurs terres à 800 propriétaires et décide une compensation en numéraire, étalée sur 10 ans, aux 5 000 propriétaires touchés par la réforme agraire de 1969.

81Dès 1971 le secteur agricole est soumis à une compétition et une décentralisation plus grandes ; la mise en valeur des terres nouvelles est organisée par unités de grandes surfaces exploitées par des compagnies indépendantes, chargées de trouver chacune son propre débouché à l’intérieur du pays comme à l’extérieur ; pour assurer le passage d’un système à l’autre, un « Organisme pour l’agriculture et le développement de la terre » est mis sur pied avec des secteurs spécialisés dans la planification, la sélection des semences, le drainage et la recherche.

82Mais c’est surtout après la guerre d’octobre 1973 que la nouvelle orientation s’affirme et que le gouvernement entreprend de réviser la politique qui a longtemps prévalu concernant le rôle du secteur agricole et son développement. Les responsables se rendent de plus en plus compte de la nécessité d’améliorer la planification et les mécanismes de décision en vue d’accroître l’efficacité économique ; la réorganisation en avril 1974 des ministères de l’Agriculture et de la Bonification des terres et leur fusion reflètent cette préoccupation ; la nécessité d’augmenter le prix d’achat des denrées pour stimuler la production et accorder une plus grande justice sociale aux fermiers est également acquise et l’augmentation de 20 % environ qui intervient dans les prix du coton, du blé, du riz et de la canne à sucre, sans refléter les augmentations dans les prix internationaux, sont substantiels dans le contexte égyptien ; les autorités reconnaissent aussi le rôle potentiel que pourrait jouer un système de marché des prix plus libre.

83L’arrêt rendu le 8 mai 1974 par le Conseil d’Etat statuant sur le cas d’un avocat, qui déclare nulle pour « inconstitutionnalité et abus de pouvoir » la proclamation d’octobre 1961, signée par le Président Nasser, qui avait introduit « l’hérésie des séquestrations », devait avoir une portée considérable et faire jurisprudence. Aux termes d’une loi promulguée le 25 juillet 1974, plus de 500 000 personnes sont rentrées, trois mois plus tard, en possession de leurs terres, soit une superficie globale de 10 000 feddans. Des 42 000 feddans qui avaient été mis sous séquestre, l’Etat en avait vendu 11 000 à des particuliers ; ceux-ci les conserveront de droit mais une indemnisation est prévue pour leurs anciens propriétaires. Quant aux 15 000 feddans dont le séquestre n’avait pas encore disposé, ils seront restitués à leurs propriétaires avec obligation de maintenir les contrats de fermage en vigueur et de vendre l’excédent des terres qui dépasse la superficie autorisée par la loi agraire de 1969.

  • 16 Depuis 1952, les comités de village étaient chargés de ces problèmes ; ils avaient l’avantage d’êtr (...)
  • 17 Egyptian Gazette, 29 juin 1975.

84Enfin, le 23 juin 1975, l’Assemblée du Peuple vote des amendements à la loi de la réforme agraire de 1952, qui en annulent certains acquis : le loyer sera égal à sept fois le montant des taxes, ce qui représente une augmentation du fermage de 20 à 25 %, – les contrats locatifs en nature sont de nouveau autorisés, – le locataire qui ne paye pas son loyer dans les deux mois qui suivent la fin de l’année locative pourra être renvoyé (le délai était de trois ans), – les différends relatifs aux loyers seront du ressort des tribunaux civils16. Pour obtenir une plus grande concentration de la propriété et une meilleure rentabilité, le Conseil des ministres approuve une nouvelle politique qui permettrait de distribuer 150 000 feddans actuellement exploités selon le système de fermage aux membres des coopératives agricoles et de vendre 50 000 autres feddans aux enchères à des fermiers par lots pouvant atteindre jusqu’à 20 feddans. La création de complexes agro-industriels est également envisagée ainsi que la formation de compagnies agricoles en unités indépendantes dans les régions nouvellement bonifiées17.

L’ouverture à l’Ouest, Infitâh

85Pour amorcer sa politique d’ouverture à l’ouest, le président Sâdât commence par assainir ses relations avec l’Europe en liquidant un certain contentieux : octroi de 2 millions de livres (20 millions de francs) aux étrangers affectés par la réforme agraire de 1963 qui les privait du droit à la propriété de la terre, règlement définitif du problème des biens britanniques mis sous sequestre après 1956... Cette hypothèque levée, dès le mois de mai 1971, une commission est chargée d’étudier les investissements étrangers en Égypte (limités depuis 1963 à la seule industrie du pétrole avec 50 % de participation égyptienne) et les banques sont autorisées à ouvrir des comptes de non-résidents. Au mois de septembre de la même année, tout l’appareil bancaire est réorganisé, les spécialisations étant réparties de manière à assurer les services dans les meilleures conditions et les plus brefs délais. Un « Organisme pour le commerce extérieur et le développement économique » aura pour fonction de rassembler et d’utiliser les ressources arabes de financement du commerce extérieur entre l’Égypte et les autres Etats arabes d’une part et ceux-ci et le monde extérieur d’autre part et participera au financement de certains projets d’intérêt commun : la « Banque internationale pour le Commerce extérieur », dont toutes les opérations se feront en devises étrangères convertibles et qui jouit d’un certain nombre de privilèges, pourra participer au financement de certaines entreprises, conformément aux dispositions de la loi sur les investissements. Le gouvernement envisage également l’institution de « zones franches » destinées à renforcer les relations économiques entre l’Égypte et les pays arabes et étrangers.

86Cette politique, observée sans indulgence par les partisans de la gestion nassérienne, provoque des explosions de colère de la part des étudiants et le malaise s’étend à différentes catégories sociales, intellectuels, officiers, ouvriers, hostiles à toute forme de libéralisation qui pourrait remettre en question les avantages économiques et sociaux substantiels obtenus du temps de Nasser. Le président Sâdât n’en poursuit pas moins dans la voie qu’il s’est tracée et, ayant cumulé au mois de mars 1973 les fonctions de chef de l’Etat et de chef de l’exécutif, il entreprend une réorganisation complète des Ministères des Finances, de l’Economie et du Commerce extérieur ; un « Conseil supérieur du Commerce extérieur » est chargé d’élaborer une stratégie conforme à la politique d’ouverture économique ; une des mesures importantes adoptées est la création d’un marché parallèle des changes, libéré des restrictions imposées aux importations et aux exportations, dont les taux seront accordés à titre de stimulant aux touristes et aux fonds rapatriés par les Égyptiens travaillant à l’étranger.

87Mais cette « ouverture économique » que le chef de l’Etat égyptien souhaite se trouve contrariée à l’extérieur par un manque de confiance à l’égard de l’Égypte et à l’intérieur par la nécessité de consacrer une partie considérable des ressources nationales à l’armement, ce qui, en épuisant le pays économiquement, accentue encore le malaise général. La seule issue à l’impasse « ni guerre ni paix « devient la guerre, qui doit servir de tremplin au développement en créant les conditions politiques du changement économique ; les objectifs limités qui lui sont assignés dès le départ doivent faire la preuve des intentions pacifiques de l’Égypte.

88Au lendemain de celle-ci, le 10 février 1974, trois décrets sont promulgués dont le plus important a trait à la création d’un « Organisme pour la coopération économique arabe et internationale » ; les deux autres concernent l’établissement d’un « Conseil supérieur pour la coopération économique et internationale » et l’amendement de la « Loi sur les investissements et les zones franches », en vue d’offrir des garanties plus larges aux investissements et prévenir les nationalisations. Le 10 juin 1974 une nouvelle « Loi sur l’investissement et la garantie des capitaux étrangers et arabes en Égypte et les zones franches » est adoptée par l’Assemblée du Peuple ; elle est de nature à mettre fin à presque toutes les appréhensions des détenteurs de capitaux qui peuvent désormais investir dans l’industrie, les mines, l’énergie, le tourisme, le transport, la bonification des terres incultes données en location. Les prêts devront toujours tenir compte des priorités, besoins et nécessités de l’économie égyptienne et se faire dans des entreprises conjointes avec capital public ou privé égyptien, sous forme de compagnies privées pour n’avoir pas à subir le contrôle gouvernemental du secteur public. Des accords bilatéraux de garantie peuvent venir renforcer la loi de garantie des capitaux étrangers.

89Au lendemain de la guerre d’octobre 1973, une âpre discussion s’instaure entre la gauche et la droite au sujet du secteur public ; cette dernière fait le procès de la gestion nassérienne et préconise la disparition de celui-ci, et le rétablissement de l’économie capitaliste ; les partisans du secteur public rétorquent qu’il est le seul à assurer l’indépendance nationale du pays, qu’il doit représenter son potentiel économique principal et qu’un retour vers le capitalisme traditionnel mènerait à l’anarchie économique, à une dictature sociale exercée par une minorité privilégiée, et à la liquidation des acquis de la révolution.

90Se présentant comme le continuateur de Nasser, le président Sâdât rejette fermement les accusations de « dénasserisation » portées contre lui, se déclare fermement attaché aux principes de la Révolution de juillet 1952 dont il ne vent changer que l’application et réaffirme la primauté du secteur public « pierre angulaire de l’économie » sur le secteur privé. Le « Document d’octobre » ne semble en fait récuser ni le libéralisme ni le socialisme ; la politique économique, telle que formulée par les responsables, voudrait par le biais de sociétés mixtes à risques partagés, donner l’occasion aux capitaux étrangers, notamment arabes, de coexister avec le système en cours.

91La libéralisation de l’économie ne signifie donc pas l’abolition ou une réduction importante du secteur public ; les plans du gouvernement visent à conserver la plupart des firmes existantes et d’y investir pour leur permettre de se maintenir à la tête du développement industriel ; il garde ainsi la responsabilité des projets de grande envergure, celle du fer et de l’acier, de l’aluminuium, des engrais, des phosphates, et peut en même temps améliorer la planification en décentralisant l’administration. La pénurie en devises oblige à accorder la priorité dans les investissements à l’achèvement des projets en cours et parmi ceux-ci à la production de matériaux de base, à la substitution d’importation et aux produits exportables ainsi qu’aux biens de consommation. C’est le secteur métallurgique qui se taille la part du lion avec 28 % des investissements en 1973 et 38 % en 1974 ; vient ensuite le complexe d’aluminium avec 30 % ; les ressources investies dans ces projets, rentables dans une stratégie de développement à long terme, auraient peut-être été plus bénéfiques pour l’économie s’ils avaient été utilisés autrement, compte-tenu du coût, de la période très longue de gestation et d’une substitution d’importation relativement faible. A cette répartition discutable des priorités s’ajoute le problème de l’absence de prévision concernant le renouvellement du matériel usé et celui des pièces de rechange ; il est aggravé par une mauvaise répartition de la capacité de production à ses différents stades qui provoque de nombreux goulots d’étranglement. Seule jusqu’ici, l’industrie-clé du textile bénéficie d’un programme de renouvellement.

92Quant au secteur privé, ses investissements dans l’industrie, jusqu’à une date récente, n’allaient pas au-delà de petites firmes au rendement à court terme, utilisant 50 ouvriers au maximum, seuil supposé des nationalisations. La nouvelle politique du gouvernement, en reconnaissant le secteur privé comme une composante essentielle de l’économie, encourage les investissements privés dans les moyennes et petites entreprises dont le potentiel de croissance est très vaste. Les permis accordés sont passés de 260 en 1969 à 450 en 1973. Mais là aussi, la pauvreté en devises fortes freine le développement qui a cependant bénéficié de l’introduction d’un système de marché parallèle qu’accompagne une politique d’encouragement.

LES GRANDS PROJETS

93Les projets ambitieux, qualifiés de « programme visionnaire », qui sont mis sur pied au lendemain de la guerre d’octobre ne sont pas seulement destinés à rallier l’enthousiasme populaire dans une période d’après-guerre difficile ou à rassurer d’éventuels investisseurs sur les intentions pacifiques de l’Égypte à long terme ; ils constituent, selon la conviction profonde du président Sâdât, la solution adéquate pour tirer l’Égypte de son marasme économique : étant donné l’accroissement rapide de la population, le peuple égyptien ne saurait demeurer confiné dans le delta de la vallée du Nil. Les déserts doivent devenir des régions de concentration démographique et d’activités économiques nouvelles dotées de tous les services et structures de façon à attirer des habitants en grand nombre et à permettre une vie active et productive stable. Son ambition est de tracer cette « nouvelle carte de l’Égypte ».

L’aménagement de la zone du Canal de Suez

94Par sa situation internationale unique, la région du canal de Suez peut devenir cette « terre de la vie nouvelle et un modèle-pilote pour l’Égypte ». Les particularités minéralogiques, industrielles, les richesses maritimes qui abondent en cette région n’ont besoin que d’une planification à longue vue et d’un esprit d’initiative et d’entreprise pour être mises en valeur. Dans le cadre d’un plan total unifié, cette région doit se transformer en zones industrielles, agricoles, touristiques, en zones franches, en facultés universitaires avec ses spécialisations qui s’adapteront aux besoins de la région. L’urbanisation devra s’étendre à l’ouest sur le littoral méditerranéen, à l’Est sur le littoral de la mer Rouge et au Sud autour du lac Nasser. La création de nouveaux ports sur le long périmètre des côtes égyptiennes est indispensable pour tirer profit des débouchés sur « deux des mers les plus importantes de l’univers et dont le mouvement de commerce, de transport, de tourisme est des plus actifs ». D’où les projets grandioses d’élargissement et d’approfondissement du canal de Suez, la réalisation de l’oléoduc Suez-Méditerranée, la reconstruction et le développement des villes et des ports du canal, l’irrigation du Sinaï...

La centrale hydro-électrique de Kattara

95Un autre projet d’une envergure considérable se situe dans le désert occidental que les responsables veulent rendre à la vie et au repeuplement, autour d’une centrale hydro-électrique qui sera la plus puissante du monde, grâce à la dépression de Kattarah à 100 km à l’Ouest d’Alexandrie, au sud-est d’el-Alamein, entre la vallée du Nil et l’oasis de Sioua. Il s’agit de creuser un canal long de 76 km et large de 300 mètres à travers le désert qui amènerait l’eau de la Méditerranée dans cette dépression qui se trouve à 134 mètres au-dessous du niveau de la mer ; le courant perpétuel engendré par la déclivité fera fonctionner des turbines installées sur le parcours, d’une puissance de 10 000 megawatts ; la production d’électricité évaluée à 57 milliards de kilowatts-heure durant les 10 premières années permettra à l’Égypte de faire face à ses besoins qui doubleront dans les dix prochaines années et d’industrialiser tout le delta du Nil. La grande mer intérieure ainsi créée modifiera sensiblement les conditions atmosphériques et permettra le développement de l’agriculture. L’évaporation continue, en augmentant la salinité de ce lac artificiel pourra être mise à profit pour l’extraction de produits chimiques précieux. Dans les étapes ultérieures d’autres objectifs sont visés : développement de la pêche et du tourisme, création d’usines chimiques pour la production de chlore, de sodium, d’iode, de magnésium, de bromure...

Le développement de la prospection pétrolière

96Pour atteindre leurs objectifs dans le développement, les dirigeants égyptiens tablent beaucoup sur le pétrole : d’après les dernières estimations l’Égypte devrait produire 50 millions de tonnes par an vers 1980. Alors qu’en 1975 quatre compagnies seulement opéraient en Égypte, aujourd’hui plus de trente vont investir quelque 650 millions de dollars dans la prospection durant les sept prochaines années. Jusqu’ici la région qui s’est révélée la plus productive est celle du golfe de Suez ; après les récentes découvertes, elle fournira à elle seule plus de 35 millions de tonnes par an en 1980, auxquels il faut ajouter les 4,2 millions de tonnes des puits d’Abou Rodeis dans le Sinaï, rendus par Israël fin 1975.

97Les perspectives concernant la mer Rouge sont bonnes et viennent en seconde position ; les explorations s’y font surtout « off-shore ». Quant aux quantités que fournira le désert occidental elles sont encore inconnues. A cela il faut ajouter les découvertes importantes de gaz à Aboukir et dans le delta du Nil. Le ministère du Pétrole s’est montré accommodant dans la conclusion des accords de participation des compagnies étrangères, qui sont de l’ordre de 22,5 % avec un droit initial de 40 % pour couvrir les frais.

98Les perspectives pétrolières, étayées sur des bases solides, peuvent être considérées comme bonnes.

Le développement du tourisme

99Devenu aujourd’hui une source majeure de revenu, le tourisme est freiné par l’insuffisance d’équipement hôtelier. Un vaste programme est mis sur pied, avec la participation des chaînes étrangères qui doit permettre de tripler la capacité des hôtels d’ici 1980 et atteindre un revenu de 240 millions de L.E. En attendant, pour améliorer la situation du Caire, certaines lignes internationales sont invitées à atterrir directement à Assouan.

100La création de stations touristiques est envisagée non seulement à proximité de sites historiques, comme les Pyramides de Guiza, mais également dans des régions nouvelles, les côtes méditerranéennes entre Alexandrie et la frontière libyenne et celles de la mer Rouge. Selon les prévisions, 1 800 chambres d’hôtel, 5 700 villas et 5 100 appartements pour touristes seront construits en l’espace de 10 ans. Ceci suppose des investissements énormes dont une partie devra être consacrée à l’entretien et à la réfection des monuments historiques, avant que l’Égypte puisse réaliser pleinement son potentiel touristique.

CONCLUSION

  • 18 Mabro, op. cit., p. 205.

101Dans l’euphorie des premières années de la révolution, l’application de la réforme agraire, la construction du Haut Barrage d’Assouan, la bonification de vastes étendues de terres devaient résoudre en grande partie les problèmes du monde rural ; une industrialisation rapide devait par ailleurs doter le pays d’une économie moderne et dynamique susceptible d’engendrer une augmentation significative du revenu national et celle de l’emploi. Or de 1947 à 1970 l’agriculture n’a fourni que 400 000 emplois nouveaux pour une demande qui atteignait le chiffre de 1 917 000. Quant à l’industrie, sa participation n’a été que de 361 000 emplois durant la même période ; ce taux modéré qui représente cependant un doublement de son apport, s’explique par la nature du développement industriel moderne. 1,1 million de personnes ont donc dû chercher à s’employer dans le secteur tertiaire, gouvernement, commerce, service des particuliers et autre activités non spécifiées ; entre 1937 et 1960 le taux d’accroissement de ce secteur passe de 24 à 31 %18.

102Après les nationalisations de 1961 et 1962, le gouvernement fait obligation aux organismes publics de recruter un certain quota de diplômés, même si les besoins de la production ne l’exigent pas ; le secteur des services absorbe alors plus de 58 % de la force de travail, compte non tenu de l’armée dont les effectifs gonflent à la même époque et qui rend ces estimations inférieures à la réalité. Cette politique explique que le chômage déclaré, qu’elle camouffle, soit faible, de l’ordre de 3,4 % dans les villes dans les années 60.

  • 19 Pour l’année 1976, ils se montent à 600 millions de £ E.

103Ce développement pléthorique des activités tertiaires (le nombre des fonctionnaires du gouvernement passe de 310 000 en 1947 à 1 035 000 en 1966/1967) a des répercussions négatives sur le développement ; outre qu’il n’engendre aucun surplus et qu’il multiplie le nombre des personnes sous employées et nécessairement frustrées et inefficaces, en grevant le budget il a des incidences sur les équipements collectifs, les prix, la balance des paiements, la consommation et les investissements productifs. Mais cette politique, qui ne fait que déplacer le problème d’un secteur à l’autre, a sans doute été imposée au gouvernement par les pressions du moment. Car le développement économique est un processus lent et de longue haleine et l’accroissement démographique demande des solutions rapides, et à court terme ; de plus, les vastes programmes de développement annoncés stimulent les espoirs, provoquent l’expansion de l’éducation et augmentent les dépenses globales auxquelles ne correspond pas une accélération équivalente de la production. Pour la réalisation de ses projets, l’Etat doit compter sur des groupes dont l’appui politique lui est acquis ; mais clients et technocrates préfèrent les investissements productifs à court terme ; et l’enrichissement rapide de cette minorité privilégiée, à l’encontre de laquelle les autorités peuvent difficilement prendre des mesures d’imposition sévères, accentue la division du pays en « deux nations », celle qui vit à un niveau proche de celui de la subsistance et pour laquelle le gouvernement se ruine en produits de base importés (blé, fèves huile, sucre)19 et celle dont le niveau de vie, au moins dans les couches supérieures, ne le cède en rien à celui des pays hautement industrialisés.

  • 20 Ils représentent 30 % du PNB environ, soit plus d’un milliard de £ E et sont aggravés par la déterm (...)
  • 21 53 % du PNB est hypothéqué par les dettes. Selon des déclarations officielles, les dettes non-milit (...)
  • 22 Ce déficit, qui était de 1 118 millions de £ E fin 1974, s’est élevé à 2 596 millions en 1975, la c (...)

104Les besoins de la défense20, le financement des programmes de développement, l’importation massive des denrées de première nécessité ont conduit à un endettement massif de l’Égypte à l’égard de l’étranger21 et à un déficit grave de sa balance des paiements22. Ces handicaps pèsent lourdement sur le développement et modèrent les espoirs.

  • 23 Il a rapporté 230 millions de dollars les douze premiers mois.

105Pour sortir l’Égypte de son marasme économique actuel, le gouvernement dont la marge de manœuvre est, de plus, limitée par une inflation qui atteint 35 % compte appliquer un programme d’austérité pour l’année 1976, qui prévoit une compression des dépenses du secteur étatique de l’ordre de 100 millions de L.E., la réduction des investissements prévus et celle des importations, qui seront lourdement taxées. Le déficit de la balance des paiements sera partiellement comblé par le canal de Suez, rouvert à la navigation le 5 juin 1975 et dont les revenus sont en augmentation constante23, par le tourisme qui connaît un boom remarquable et par le développement de l’industrie du pétrole, l’aspect le plus brillant de l’économie, celui sur lequel le gouvernement mise le plus pour redresser complètement la situation vers 1980, et qui a déjà contribué de façon positive et substantielle au côté crédit de la balance des paiements.

106Enfin, à l’initiative de l’Arabie Saoudite, à côté d’une assistance financière directe et immédiate faite sur le plan des relations bilatérales, un fonds commun massif de tous les pays pétroliers du Golfe, avec l’aide probable de la Banque mondiale et du Fonds monétaire International et l’appoint d’un consortium international d’experts est envisagé pour tenter de guérir définitivement l’économie égyptienne. Assimilé à un « Plan Marshall arabe », ce fonds s’élèverait entre 7 et 11 milliards de dollars et couvrirait la plus grande partie de la dette extérieure égyptienne évaluée à 12 milliards de dollars. Ces prêts seraient remboursés en 20 ans et garantis par les revenus du canal de Suez et les gisements pétroliers existants ou à venir.

QUELQUES DONNEES CHIFFREES

Production agricole

Principales récoltes (Années agricoles) (1 000 tonnes métriques)

Principales récoltes (Années agricoles) (1 000 tonnes métriques)

Source : Annuaire statistique, juin 1973.

Le secteur primaire, le plus large et le plus pauvre de l’économie, qui employait 4 094 700 de travailleurs en 1971-72, soit 47,2 % de la population active, n’a reçu cette même année que 29,6 % du Revenu Intérieur Brut. Sur une superficie totale de 10 924 millions de feddans en 1973, 1,6 millions étaient consacrés à la culture du coton (14,6 %). Les produits cotonniers constituent la source principale de devises du pays, soit 56,9 % du montant total des exportations en 1973.

La production céréalière, malgré son importance, ne suffit pas à faire face aux besoins de la population. Le riz, dont la production a fait un bond en avant, est le troisième produit d’exportation après le coton et le pétrole. La canne à sucre, les légumes, les oignons et les fruits constituent des cultures importantes.

Le cheptel égyptien comprenait en 1973, 2 264 000 bœufs, 2 127 000 vaches, 1994 000 moutons, 1 264 000 chèvres, des dromadaires et des porcs. L’Égypte possède aussi une aviculture importante, 25 152 000 poules et une production de 1 460 millions d’œufs.

Evolution de la production industrielle (Années fiscales)

Valeur en mill, de £E (Prix courant)

Sources : Annuaire statistique, juin 1973 et Fiches du Monde Arabe.

Sources : Annuaire statistique, juin 1973 et Fiches du Monde Arabe.

Le secteur secondaire employait 1 487 000 travailleurs en 1871-72, soit 17,2 % de la population active et recevait 27,8 % du R.I.B. La priorité que lui accorde la politique du développement en fait le secteur dont l’expansion est la plus rapide. Les industries de transformation les plus importantes sont celles du textile, alimentaires et électriques, qui représentaient respectivement en 1969, 26,8 % 28,1 % et 15,4 % de la production.

Revenu intérieur brut

Revenu intérieur brut (en millions de £E au coût des facteurs courant)

Source : Fiches du Monde Arabe.

En onze ans, le R.I.B. égyptien au coût des facteurs courant a augmenté de 111,5 %. Si la part du secteur tertiaire a régressé de 2,9 % tout en maintenant sa prépondérance, celle du secteur secondaire a progressé de 2,8 %, tandis que la part de l’agriculture stagne ; ceci reflète les efforts du gouvernement pour développer les secteurs productifs de l’économie.

PNB aux prix du marché

Source : Ministère du Plan.

Pour 1975, le P.N.B, est estimé à environ 4,4 milliards de £E, soit environ 110 à 120 £E per capita.

Commerce extérieur (en milliers de £E)

Balance commerciale

De 1953 à 1961, la balance commerciale égyptienne est déficitaire ; le déficit n’excède cependant pas 25 à 30 % des importations. De 1962 à 1967, ce déficit atteint près de 45 % des importations. Dès 1967, une politique d’austérité a pour effet de réduire progressivement le déficit de la balance commerciale, qui enregistre en 1969 un excédent positif de 46,7 millions de £E. (277,3 millions de £E. d’importations et 324 millions de £E. d’exportations). De nouveau excédentaire en 1973, la balance commerciale se dégrade depuis cette date pour atteindre en 1974 un déficit de 325 millions de £E., soit 35,5 % des importations.

(Source : Agence Centrale de la Mobilisation Publique et des Statistiques, citée par l’Annuaire de la Fédération des Industries Égyptiennes.)

Dette extérieure

La dette extérieure égyptienne se situait, début 1976, entre 10 et 12 milliards de dollars, dont 7 milliards de dette militaire (cf. M.E.E.D., 12-2-1976).

En 1975, le service de la dette, qui hypothèque près de 40 % du P.N.B., est passé d’un remboursement annuel de 1,75 milliards de dollars en 1974 à 2,84 milliards de dollars en 1975.

Le déficit de la balance des paiements est estimé à 6 milliards de dollards (déclaration du président du Conseil, Mamdouh Salem, devant l’Assemblée du Peuple en janvier 1976), contre 2,58 milliards de dollars en 1974.

Balance des paiements

  • 1 Ces chiffres sont puisés dans International Financial Statistics (F.M.I.). Leur non concordance ave (...)

Note **1

Evolution générale des prix (base 100 en 1970)

  • 2 Estimation pour 1974.

Note *2

Source : BIT, cité par l’Annuaire statistique de l’ONU.

Inflation galopante en 1974 et 1975, de l’ordre de 35 % à 40 %.

Emploi et salaires en 1974

Source : Ministère de la Planification.

Enseignement (État de l’enseignement en 1974)

Source : Annuaire statistique de l’ONU-1974, citant l'UNESCO.

En 1968, l’Égypte comptait 6 500 scientifiques et ingénieurs travaillant à plein temps (UNESCO).

Répartition de la population active par branches d’activité

Source : Fiches du Monde Arabe.

Depuis le dernier recensement par sondage de mai 1966, l’Agence Centrale de la Mobilisation publique et des Statistiques n’a publié que des estimations se rapportant à la population active, qui pêchent par leur manque de précision. La population active représente à peine plus du quart de la population totale, à cause de la proportion élevée de jeunes et du taux très faible de la participation féminine. Le secteur agricole est largement dominant dans la répartition de l’emploi, suivi par le secteur tertiaire ; le secteur secondaire, cependant, progresse rapidement.

Répartition selon la situation dans l’emploi entre zones urbaines et rurales

Source : Fiches du Monde Arabe.

Ce tableau met en évidence la place considérable occupée par les petites entreprises artisanales (patrons, travailleurs indépendants) et les auxiliaires familiaux dans les zones rurales.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Abdel Fadil (Mahmoud), Income distribution and social change in rural Égypt 1952-1970. – London, Cambridge University Press, 1975, 151 p.

Baer (Gabriel), A history of landownership in modem Egypt 1800-1950. – London, Oxford University Press, 1962, XIV-252 p.

Baer (Gabriel), Studies in the social history of modem Egypt. – Chicago, The University of Chicago Press, 1969, 259 p.

Hussein (Abdel Fadil Mahmoud), « Les coopératives agricoles en R.A.U. ». Options Méditerranéennes, avril 1971 : 42-46.

Issawi (Charles), Égypte, an economic and social analysis. – London, Oxford University Press, 1947. XVI-221 p.

Issawi (Charles), Egypt at mid-century. An economic survey. – London, Oxford University Press, 1963, 331 p.

Kosheri-Mahfouz (Afaf el-), Socialisme et pouroir en Égypte. – Paris, Pichon et R. Durand-Auzias, 1972, 287 p.

Mabro (Robert), The Égyptian economy, 1952-1972. – London, Clarendon Press 1974, 254 p.

Marei (Sayed), La Réforme agraire en Égypte. – Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, 1957, 493 p.

Riad (Hassan), L’Égypte nassérienne. – Paris, les Editions de Minuit, 1964, 249 p.

Rivlin (Helen Anne B.), The Agricultural policy of Muhammad Ali in Egypt. – Cambridge (Mass.) Harvard University Press, 1961, XII-393 p.

Tomiche (F.J.), Syndicalisme et aspect du travail en République arabe Unie. – Paris, l’auteur, 1966.

Wissa Wassef (Cerès), « Le prolétariat et le sous-prolétariat industriel et agricole en République Arabe Unie ». Orient (51-52), 3°-4° trimestres 1969, 98-110.

Wissa Wassef (Cérès), « Le développement économique de l’Égypte, objectif essentiel de la politique du président Sadate ». Maghreb-Machrek (66), nov. déc. 1974 : 25-34.

WISSA WASSEF (Cérès), « Les projets d’aménagement de la zone du canal de Suez ». Maghreb-Machrek (68), avril-mai-juin 1975 : 48-58.

Notes

1 Liste M.S.A. (Most seriously aftected). Middle East economic digest, 2.5.1975. Sont classés M.S.A. les pays dont le déficit de la balance des paiements dépasse 5 % des importations.

2 Avant 1952, il existait 1727 coopératives agricoles volontaires qui réunissaient 500 000 membres et un capital de 661 000 LE.

3 MABRO, op. cit., p. 70.

4 Abdel Fadil, op. cit., p. 120.

5 Hussein (Mahmoud Abdel Fadil), « Les coopératives agricoles en R.A.U. ». Options méditerranéennes, avril 1971 : 412-445.

6 Abd el Fadil (Mahmoud), Income distribution and social change in rural Egypt 1952-1970. – Cambridge, Univ. Press, 1975, p. 23.

7 Mabro, op. cit., p. 73.

8 Le Haut-Barrage d’Assouan est un barrage-poids ; ses 980 m d’épaisseur à la base, 40 m à la crête et 111 m de haut doivent résister au 157 milliards de mètres cubes d’eau du lac Nasser (remplissage maximum prévu), dont la superficie est de 5 000 km2. Un des enjeux de la guerre froide, ce barrage a été construit avec l’aide technique et matérielle de l’Union soviétique.

9 Pour la combattre le président Nasser donnera une nouvelle définition, ratifiée par décret le 5 juin 1968 : « Le paysan est celui qui ne possède pas plus de dix feddans, dont les ressources proviennent de la terre et qui vit à la campagne ».

10 Mabro, op. cit., p. 119.

11 al-Ahram, 29.6.76.

12 al-Ahram 1.6.76. Bien qu’administrativement distinctes, Guiza et Choubra al-Khéma, deux nouvelles cités qui ont connu récemment une expansion considérable, font partie de la capitale géographiquement et économiquement.

13 Après 1952, Alexandrie perd une partie de son importance, comme centre commercial et financier, surtout après l’exode de sa riche et active communauté étrangère. L’élargissement de son port, le terminal du « Sumed » le grand complexe pétrochimique en voie de réalisation lui redonneront son statut de seconde capitale.

14 Certaines villes provinciales ont connu un essor récent : la ville d’Assouan, grâce au Haut Barrage et aux stations électriques qu’il a engendrées, à ses mines de fer et à ses usines d’engrais est devenu un nouveau pôle économique ; entre 1960 et 1966 sa population a doublé, passant de 63 000 à 128 000 (cf. Mabro, op. cit. p. 199). D’autres exemples sont à citer : Mehalla al Koubra, grand centre de l’industrie textile, Assiout, capitale régionale de la Haute Egypte, Zagâzig, dans le Delta et Fayoum.

15 Tomiche (F.S.), Syndicalisme et aspect du travail en République Arabe Unie, Paris, Tomiche, 1966, p. 151.

16 Depuis 1952, les comités de village étaient chargés de ces problèmes ; ils avaient l’avantage d’être rapides, gratuits, et plus près des paysans.

17 Egyptian Gazette, 29 juin 1975.

18 Mabro, op. cit., p. 205.

19 Pour l’année 1976, ils se montent à 600 millions de £ E.

20 Ils représentent 30 % du PNB environ, soit plus d’un milliard de £ E et sont aggravés par la détermination du président Sâdât de se fournir à l’Ouest.

21 53 % du PNB est hypothéqué par les dettes. Selon des déclarations officielles, les dettes non-militaires se montaient au 30-9-75 à 2 717 millions de livres, dont 2 219 millions en devises ; et les dettes militaires, selon le quotidien « al-Ahram » à 7 156 millions de dollars. Cf. MEED, 13.2.76, pp. 11-13.

22 Ce déficit, qui était de 1 118 millions de £ E fin 1974, s’est élevé à 2 596 millions en 1975, la consommation dépassant de 50 % la production ; alors que les exportations stagnaient à 770 millions de £ E, les importations se sont élevées à 2 milliards de £ E.

23 Il a rapporté 230 millions de dollars les douze premiers mois.

Notes de fin

1 Ces chiffres sont puisés dans International Financial Statistics (F.M.I.). Leur non concordance avec les chiffres égyptiens du commerce extérieur est due à des problèmes de comptabilité : date des transactions, couverture incomplète des revenus commerciaux.

2 Estimation pour 1974.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540