Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Égypte d’aujourd’hui

 | 
Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient

Chapitre VIII. Portrait de l’Égypte rurale au milieu du xxe siècle

Jacques Besançon

Texte intégral

1Parmi les Etats qui occupent la ceinture des déserts saharo-arabiques l’Égypte est originale ; au milieu du siècle il y vivait déjà plus de 20 millions d’habitants sur un espace d’environ 1 million de km2 (densité brute = 20 contre 0,35 au Sahara ex-français et 5,2 dans la péninsule arabique).

2En réalité la quasi totalité de ce territoire, deux fois grand comme la France, demeurait vide car les Egyptiens s’agglutinaient sur un espace inférieur à celui de la Belgique : un étroit couloir de quelques kilomètres de largeur – qui ne s’étale un peu (dans le delta) qu’à proximité de la Méditerranée – c’est-à-dire là où les disponibilités en eau et la qualité du sol permettent de surmonter les handicaps d’un climat profondément aride. En 1947 il en résultait une densité rurale moyenne de 550 hab. au km2 qui dépassait 600 en Haute Égypte. Quelques points côtiers isolés et la zone du canal de Suez venaient s’ajouter à cette Égypte « utile » essentiellement nilotique.

I. – LE CADRE NATUREL ET SON AMENAGEMENT

3Les facteurs physico-géographiques pèsent lourdement sur la vie et l’activité des occupants de la vallée du Nil. Mais la présence de l’Homme remonte à une si haute antiquité et son esprit industrieux s’est exercé avec une si belle obstination qu’il nous est aujourd’hui difficile de reconstituer sa nature originelle. On soupçonne d’ailleurs le climat de n’être pas demeuré immuable durant la Préhistoire et même l’Histoire : l’Ancien Empire aurait subi une réduction lente des pluies laquelle aurait contribué à sa chute. Quoiqu’il en soit on ne peut douter que les conditions climatiques aient toujours imposé un degré d’aridité fort contraignant.

I.1. Le poids du désert

4Le désert est omniprésent. Mais c’est sur les vastes espaces extra-nilotiques, c’est-à-dire sur les vieux massifs peu élevés du nord-est (Sinaï), de l’est (« chaîne » arabique) et du sud-ouest (Gebel Oueïnat) de même que sur les bas plateaux calcaires qui occupent le centre, l’ouest et le nord du pays, que l’aridité exerce ses effets sans aucun palliatif, jusqu’au rivage marin.

5Du fait de sa position en latitude, illustrée par le passage du Tropique du Cancer à 70 km au sud d’Assouan, l’Égypte est constamment soumise à des hautes pressions subtropicales. Seul un mince liseré septentrional bénéficie, lors de leur translation hivernale vers le sud, du passage des dépressions cycloniques. D’octobre à mai les nuages y font épisodiquement leur apparition. Ils peuvent donner lieu à des précipitations en décembre et janvier. La fréquence et la hauteur des pluies diminuent rapidement lorsqu’on s’écarte de la Méditerranée : Alexandrie (184 mm et 30 jours de pluie), Le Caire (26 et 5), Assiout (2 et 1). En outre la variabilité interannuelle, déjà notable sur la côte, devient telle que la notion de moyenne perd toute signification : le rapport entre années minimales et maximales dépasse 40 et dès Hélouan les relevés enregistrent des années absolument sans pluie.

6Cette parcimonie des précipitations est aggravée par la siccité de l’air, laquelle s’accroît du nord au sud : l’humidité relative moyenne passe de 71 % à Port-Saïd à 32 % à Assouan. Au printemps les khamsîn, coups de vents du désert, la font tomber à moins de 30 % même sur la côte (minimum connu : 2 % à Alexandrie). Dans ces conditions l’évapo-transpiration potentielle des plantes est tellement supérieure aux précipitations que celles-ci n’offrent pratiquement aucune utilité. Au contraire, la brutalité de certaines averses peut causer des dégâts aux cultures ou aux installations humaines.

7Une autre conséquence de la sécheresse est la transparence de l’air que seuls les vents de poussière peuvent épisodiquement réduire. Elle favorise l’insolation diurne comme le rayonnement nocturne. Les changements de température sont de ce fait très marqués. Sous abri météorologique, à Alexandrie les moyennes du jour et de la nuit se situent autour de 19° et 10° alors qu’à Louxor on note 23° et 5°. Durant l’été l’écart diurne est quelque peu atténué au nord (Alexandrie 7°) grâce à l’intense évaporation qui affecte la mer et les lagunes, mais il n’en va plus de même à l’intérieur (Louxor 20°). L’amplitude annuelle est moins accusée : 15° dans le nord du delta, 16° au Caire, 17° à Louxor. Dans l’extrême sud on s’approche de la zone tropicale : les deux types d’écarts thermiques viennent à égalité. Enfin, à latitude égale, il semble que les contrastes de température soient plus vifs dans le désert occidental (Sioua) que dans la vallée du Nil où les cultures irriguées soutiennent une importante évaporation.

8Cette évaporation est partout très élevée à cause de la chaleur : l’Égypte est avant tout un pays chaud, comme l’attestent les moyennes annuelles qui montent de 20° à Alexandrie à 26° à Assouan. Elle est en outre accrue par l’agitation de l’air, rarement en repos : vents généraux originaires du nord (ex. : vents étésiens) ou vents plus variables de la saison « froide », actionnés par la migration des dépressions cycloniques et parmi lesquels on compte le fameux khamsîn.

9En dépit de l’extrême pauvreté floristique qui caractérise 97 % de son territoire on distingue en Égypte trois « domaines » bio-géographiques, dont le domaine nilotique, sur lequel nous nous attarderons plus loin. Le domaine côtier est lui-même subdivisé en deux secteurs, méditerranéen et érythréen. Le premier jouit de contrastes thermiques relativement limités, de la rosée ou même du brouillard et de pluies annuelles, mais les sols, souvent salés ou en tout cas sablo-graveleux, sont peu accueillants. Le second souffre de longer la mer Rouge, si chaude (8° de plus que la Méditerranée) que la vapeur d’eau ne peut guère s’y condenser et que la rosée elle-même est inconnue. Toutefois les oueds qui dévalent la chaîne arabique sont encore piquetés d’arbustes rabougris (térébinthes).

10L’adduction des eaux du Nil a considérablement modifié le paysage végétal des abords du canal de Suez. Le domaine désertique demeure mal connu, à l’exception des cuvettes d’origine hydro-éolienne du désert libyque au fond desquelles sourdent des eaux artésiennes (Sioua, Dakhlèh...). Les écarts thermiques y atteignent des records : l’eau peut geler la nuit, en hiver, même à basse altitude, tandis que durant l’été, au soleil, la température du sol peut frôler 70°. Dans les secteurs montagneux on observe une esquisse d’étagement végétal dont subsistent quelques reliques forestières dérisoires. Le secteur libyque juxtapose des regs, des sérirs et des alignements de dunes mobiles. Au mieux il y survit une sorte de brousse extraordinairement diluée (tamaris). Dans l’ensemble, à l’exception de la vallée du Nil et des appendices que les eaux dérivées du fleuve aident à vivifier, la pauvreté des couverts végétaux est extrême. Cet état actuel doit sans doute beaucoup aux déprédations humaines. Il entraîne l’indigence de la faune : les grands mammifères encore chassés dans l’Antiquité ont disparu (lion, oryx) ou peu s’en faut (gazelle). La plupart des petites espèces animales ne sont plus représentées que par de rares individus (mangouste, gerboise, fennec, hyène). Insectes et rapaces font preuve d’une meilleure résistance.

I.2. Le potentiel du domaine nilotique

11Dans un ensemble répulsif la vallée du Nil et son prolongement deltaïque apparaissent comme un terroir privilégié, attirant et aisément humanisable. Le rôle géographique et historique de l’Égypte s’en est trouvé énormément accru, ce que la comparaison avec la Libye suffit à mettre en évidence. Hérodote en avait déjà pris conscience qui concluait que « l’Égypte est un don du Nil ».

12L’installation de ce fleuve remonterait aux débuts de l’ère tertiaire, suite à la régression de la mer éocène. Il adopta primitivement un tracé plus à l’ouest que son cours actuel lequel fut préparé par des jeux de failles ou flexures datant du pliocène. Peu après une nouvelle invasion marine transforma la vallée en un gigantesque estuaire que d’importants dépôts grossiers comblèrent en partie. L’aridification subséquente du climat, jusqu’alors tropical, entraîna le dépérissement des réseaux hydrographiques qui ne furent plus que passagèrement ranimés durant les périodes pluviales du Quaternaire. Le Nil, quant à lui, survécut grâce à l’établissement d’une connexion avec un grand fleuve soudano-abyssin qui constitue aujourd’hui son réseau supérieur et lui apporte d’abondantes pluies tropicales et équatoriales. Le retrait final du rivage méditerranéen et la finesse des alluvions allogènes le rendirent apte à approfondir son lit au dépens des dépôts phocènes, et à combler l’estuaire résiduel bientôt remplacé par un delta. Diverses terrasses fluviatiles témoignent des oscillations climatiques qui ont marqué le Quaternaire. Dans le même temps plusieurs civilisations préhistoriques se sont succédées. Durant la période historique, exceptionnellement longue, le ht du fleuve est demeuré à peu près stable en amont du Caire, les tendances accumulatrices restant modestes et les hommes ayant précocement veillé à la consolidation de ses levées. Par contre, dans le Delta la localisation de son sommet ainsi que le nombre et le tracé de ses bras ont fait montre d’instabilité. Toutefois son front a cessé de gagner sur la mer (absence de digitations) : la dynamique constructive est « bloquée » par un puissant courant marin littoral qui porte vers l’est, et sans doute par un affaissement compensateur.

13Depuis la plus haute antiquité les dimensions du Nil, sa permanence et le gonflement de son débit en été (c’est-à-dire au moment où l’eau est la plus nécessaire et où les rivières méditerranéennes sont exsangues) ont frappé l’imagination et incliné à y déceler des interventions divines : autant de facteurs qui ont contribué à retarder l’exploration de son vaste bassin, laquelle ne fut à peu près achevée qu’en 1888 (Stanley).

14On sait aujourd’hui que le Nil naît, 6 600 km en amont de ses embouchures, entre les lacs Tanganyika et Victoria, sur les pentes des monts Louvironza, à moins de 1 700 m d’altitude. Il recueille d’abord les volumineuses pluies équatoriales qui arrosent cette partie de l’Afrique orientale, traverse de vastes lacs et franchit de nombreuses chutes avant de s’étaler dans la cuvette du sud-Soudan où l’évaporation lui fait perdre beaucoup plus d’eau qu’il n’en reçoit. Au sortir de ce Bahr al-Ghazal marécageux, le Nil Blanc pénètre dans une zone semi-aride puis aride où il est tout d’abord renforcé par les apports de rivières éthiopiennes, torrentielles et limoneuses, parmi lesquelles le Nil Bleu. Après Khartoum et la dernière de ces confluences, c’est la longue traversée du désert, dont 2 700 km en territoire égyptien. Son cours est marqué par le franchissement de six rapides, baptisés « cataractes », dont le dernier à Assouan.

15En Égypte le comportement naturel du fleuve ne peut plus être inféré qu’à partir des descriptions et relevés anciens ou par l’analyse combinée des régimes de ses composants soudanais et abyssins, tant il se trouve aujourd’hui perturbé par les travaux correctifs auxquels les hommes se sont livrés. La mesure des débits est assurée par un dense réseau de « nilomètres » et de stations de jaugeages installées en-deçà comme au-delà de la frontière égypto-soudanaise. On possède même, à hauteur du Caire, des relevés de niveaux depuis l’an 622 (nilomètre de Rôdah).

16A Assouan, sur la base d’une moyenne trentennaire relative à la première moitié du xxe siècle, l’étiage se manifeste vers la fin de mai (520m3/s). La « crue » s’annonce par un changement de couleur : de jaunâtres les eaux deviennent verdâtres, consécutivement à la multiplication de petites algues aquatiques. En même temps le débit croît lentement. Ce mouvement s’accélère lorsque la teinte devient rougeâtre : les crues des rivières d’Ethiopie font monter le débit à 1 600 m3/s en juillet et jusqu’à un maximum moyen de 8 500 m3/s au début de septembre. Jusqu’il y a un siècle, cet accroissement, qui multiplie le débit d’étiage par 16, se traduisait par une élévation du plan d’eau de 8 à 10 m à Assouan (et encore 6 à 8m au Caire) : d’où l’inondation de tout le fond de la vallée, à laquelle n’échappaient que les levées et les collines artificiellement exhaussées sur lesquelles se blottissent encore la plupart des villages. La retombée de la « crue » intervient d’abord rapidement (novembre, 3 000 m3 /s) avant de se ralentir, selon une courbe décroissante.

17En moyenne, il entre ainsi en Égypte 83 km3 d’eau annuellement, soit 2 500 m3/s : un débit très important, quoique dix fois plus faible que celui du Rio de la Plata par exemple. Mais le bassin du Nil étant très étendu cela ne représente que moins de 1 litre/s/km2, soit trente fois moins que le Rhône. En outre, à Assouan, le tribut à payer pour la traversée du désert n’est pas entièrement acquitté puisque jusqu’au Caire le Nil perd encore à peu près le tiers de son eau. Enfin on note que les quantités débitées de juin à novembre proviennent de l’Ethiopie (90 % en septembre), tandis que le Nil Blanc soutient presque seul, durant le reste de l’année, les basses eaux.

18Le phénomène de la submersion estivale, qui résulte autant de la faible pente de la vallée (8 à 10 cm par km) que de l’énorme augmentation du débit, se répète chaque année avec une régularité telle que le terme « crue » ne peut lui être valablement appliqué. Toutefois il ne faudrait pas en conclure que le régime du Nil ne réserve pas de surprise. Il est des années « maigres » (ex. : 1913) durant lesquelles le débit cumulé ne dépasse guère 45 km3 : les hautes eaux sont alors incapables d’assurer une inondation complète et durable. Inversement on a connu des années excédentaires (ex. : 1916) où le total a dépassé 110 km3. Dans ces cas-là, la submersion s’effectue brutalement (et souvent précocement) détruisant des km de digues et ravageant villages et voies de communications. En définitive ces écarts, par pénurie ou surabondance, se révèlent pratiquement aussi redoutables les uns que les autres. Or, sur les 30 années de référence, un tiers seulement a pu être considéré comme parfaitement satisfaisant, trois années apparaissant catastrophiques par défaut et trois autres par excès. Les effets de l’inconstance du Nil sont d’autant plus dommageables que les écarts à la moyenne ont statistiquement tendance à constituer des séries (4 ou 5 années consécutives). Malheureusement aucune des hypothèses avancées pour l’explication de tels phénomènes n’a jamais permis de faire des prévisions valables. Tout au plus sait-on, à partir des débits enregistrés sur les affluents supérieurs, de leurs courbes de décroissance et des durées de transit jusqu’à Assouan, évaluer empiriquement, quelques semaines à l’avance, les dates probables et les volumes approchés des débits du Nil égyptien.

19Quelles que soient ces sautes d’humeur le Nil apparaît comme un fleuve infiniment plus « sage » que les rivières méditerranéennes. Il permet de pallier, dans une très large mesure, l’aridité du climat. Il est également à l’origine d’autres avantages qui ont concouru, de manière décisive, à faire de la vallée et du delta une immense oasis.

20En effet le lit mineur étant inscrit à la surface d’une puissante accumulation fluviatile, dans l’ensemble perméable, celle-ci représente un volumineux aquifère qui recèle une nappe phréatique évaluée, très approximativement, à 550 km3. Or il s’agit d’une eau filtrée, dont la salinité, certes variable, n’est que rarement préoccupante. Elle est facilement accessible et en tout temps par des puits, le niveau supérieur de la nappe se localisant à faible profondeur, surtout dans le nord, où, la disposition et la nature des dépôts aidant, elle acquiert une certaine pression. Partout elle contribue à soutenir le débit du Nil et de ses bras à l’époque des basses eaux. En outre, elle s’écoule très lentement vers la mer de sorte que l’on pense pouvoir disposer d’un potentiel annuel de 5 km3 d’une eau propre, utilisable à peu de frais en tous points du domaine nilotique. Dans la moitié septentrionale du delta, cependant, elle est surmontée d’une nappe superficielle qui pose de délicats problèmes de drainage. Enfin sa mobilité provoque des phénomènes d’affouillement qui compliquent l’érection des gros barrages.

21Par ailleurs le Nil véhicule non seulement de l’eau mais encore une gamme variée de produits minéraux : l’étalement de la crue turbide donne lieu à des dépôts étendus dont l’accumulation est à l’origine de la khami (terre noire) sur laquelle repose la réputation de fertilité de l’Égypte. Une partie de ces produits est transportée en solution et ne précipite que par adsorption ou évaporation. C’est la moins abondante : de 10 à 11 millions de tonnes par an, et la quantité de sodium, assez élevée au début des hautes eaux, est à noter. L’essentiel de la charge minérale est transportée sous la forme de « limon » durant les 4 mois d’été. Ce débit solide diminuerait de moitié entre Assouan et le Caire, où il s’élèverait encore à 55-60 millions de tonnes par an. Sa minéralogie trahit des emprunts à des roches cristallines et volcaniques et la nature kaolinique de ses argiles implique des conditions tropico-équatoriales : c’est dire que le limon du Nil égyptien, responsable de la coloration rougeâtre des eaux de crue, provient des montagnes et plateaux de l’Afrique orientale, principalement de l’Ethiopie. Le taux élevé de la turbidité durant les hautes eaux à longtemps interdit l’édification de barrages réservoirs, par crainte d’un rapide colmatage. Jusqu’il y a peu il fallait donc se résoudre à admettre l’inondation et à laisser se perdre en mer, durant l’été, des quantités considérables d’eau qui font défaut le reste de l’année et surtout au printemps.

22Ainsi s’explique que les sols du domaine nilotique possèdent des qualités infiniment supérieures à ceux des autres domaines égyptiens, côtiers ou désertiques. Toutefois les vents et les ruissellements épisodiques leur adjoignent des éléments sableux et localement caillouteux : le sable est dominant sur les lisières et sur l’emplacement des anciennes levées qui jalonnent des lits ou bras abandonnés. Enfin, au voisinage des lagunes pérideltaïques le sel devient abondant, l’altitude est trop faible (cotes inférieures à 3,5 m) pour autoriser un lessivage efficace alors que l’évaporation et la capillarité font se rassembler en surface ou subsurface des minéraux nuisibles (sels alcalins, gypse). La multiplication abusive des arrosages, surtout lorsqu’il est fait appel à une nappe elle-même saumâtre, étend ce processus de détérioration jusque dans la moitié sud du delta : sous un climat aride celui-ci constitue une virtualité toujours présente. Par contre la profonde dessication des sols, telle qu’elle se produit naturellement durant la jachère de printemps, offre l’avantage de les aérer et de les ameublir, d’accroître la surface proposée au lessivage opéré par l’inondation, d’éliminer les mauvaises herbes... Cette jachère naturelle semble avoir contribué, beaucoup plus que la décantation du limon, au maintien du taux de fertilité au travers des millénaires.

23Le domaine nilotique apparaît donc, finalement, comme un accident miraculeux au cœur d’un environnement hostile à la vie, et dont la paternité incombe entièrement à un cours d’eau d’origine tropicale. Ce corps étranger ne peut certes échapper totalement au conditionnement désertique ; les rythmes du climat sont à peu de choses près ceux du désert voisin, l’évaporation prélève un tribut énorme sur la dotation hydrologique, le sable mitraille ou même envahit ses marges, les remontées salines demeurent au moins potentiellement menaçantes... D’un autre côté le domaine nilotique est soumis aux aléas d’un fleuve puissant mais inconstant, à la fatalité de l’inondation, aux inconvénients d’un drainage parfois déficient...

24Tel quel il offre à la vie des possibilités multiples, grâce à la présence simultanée de la chaleur et de l’eau. Peut-être la flore demeura-t-elle longtemps trop dense et la faune trop dangereuse au regard des peuplades du désert pour qu’elles s’y installent en profondeur et de manière permanente. Le défrichement s’est étiré sur une très longue période mais il a été finalement mené si loin que l’on ne peut plus reconstituer avec certitude les paysages originels. L’appauvrissement du stock biologique s’est poursuivi jusque tardivement : on ne trouve plus aujourd’hui le si célèbre papyrus, le lotus sacré, le crocodile, l’hippopotame... dont les archives de l’Histoire font si souvent mention. Un tel degré de domestication de la nature, qui a permis à la population d’atteindre à des densités proprement asiatiques, suppose l’édification d’un corps de techniques capables de résoudre les problèmes relatifs à la maîtrise de l’eau.

I.3. L’acquisition progressive de la maîtrise de l’eau

25A l’exception des arbres xérophiles (sycomores, tamaris, mimosas...) ou ceux dont l’appareil racinaire peut tirer parti de la nappe phréatique (dattiers) les végétaux ne peuvent supporter la succession de deux saisons dont la première est totalement sèche et la suivante amène une longue submersion asphyxiante. Toutefois, en raison de températures clémentes et de l’insolation, bon nombre de plantes annuelles peuvent accomplir leur cycle végétatif durant l’automne et l’hiver, l’épuisement du stock d’eau des sols étant alors ralenti par la décroissance de l’évaporation, voire par la chute de quelques précipitations. L’homme n’a eu qu’à tirer les leçons de la Nature et à substituer à ces espèces sauvages, parmi lesquelles bon nombre de graminées, des espèces cultivées (orge, blé, riz...). C’est ainsi qu’après la résorption du lac estival se déroule la saison culturale appelée chatoui (d’hiver), fondement de l’agriculture égyptienne.

26Pendant des millénaires l’aménagement de l’espace nilotique reposa sur trois principes : 1) le défrichement, qui progressa du sud vers le nord, mais dont les progrès furent contrariés à plusieurs reprises par des avatars politiques ou militaires ; 2) la stabilisation du lit mineur car celui-ci, quelque peu surélevé du fait de la convexité du lit majeur, manifestait une instabilité dommageable, surtout dans le delta où la pente longitudinale devient très faible ; 3) l’extension des avantages de l’inondation à la plus grande superficie possible, tout en égalisant ses effets dans l’espace comme dans le temps.

27En conséquence, les levées naturelles furent peu à peu consolidées, exhaussées et soumises à une surveillance pointilleuse. La longueur de ces digues atteint 2 700 km et leur hauteur a été portée à 1 m au-dessus de la crue dévastatrice de 1874. D’autre part, afin de contraindre l’eau à séjourner assez longtemps et sur une épaisseur suffisante pour imprégner profondément le sol, et à défaut d’un nivellement techniquement irréalisable à l’échelle de la vallée, le lit majeur fut découpé en bassins par des digues de terres : chacun des hûd ainsi délimités fut desservi par une brèche pratiquée dans la levée contiguë et refermée dès que s’annonçait la décrue. Là où la différence de niveau se révélait insuffisante le hûd fut alimenté par un canal d’amenée dont la prise se situait plus ou moins loin en amont. Les particularités topographiques imposèrent des solutions propres à chaque secteur de sorte qu’au milieu du xxe siècle, où ce système demeurait encore partiellement en vigueur au sud du Caire (300 000 ha sur un territoire cultivé de 2,5 millions d’ha), la superficie unitaire d’un hûd variait entre 400 et 17 000 ha. Plusieurs hûd étaient alors solidaires d’un même canal d’amenée : pour ces « chaînes » de hûd le remplissage durait en moyenne 40 jours, la décantation et la vidange chacune 20 jours.

28L’uniformisation de la submersion et la protection contre les crues excessives étant ainsi à peu près assurées, restait le problème posé par les hautes eaux déficitaires, dont nous connaissons la fréquence non négligeable. Ce n’est qu’à l’extrême fin du xixe siècle que l’on commença d’ériger des barrages destinés à exhausser le plan d’eau d’été (entre 3,5 et 5 m d’élévation) : barrages d’Assiout, d’Esna et de Naga Hammadi, en Moyenne et Haute Égypte. Mais déjà ce mode d’aménagement millénaire était voué à la disparition du fait des succès de l’irrigation pérenne.

29En effet, si les cultures d’hiver réussissent bien, rien ne devrait s’opposer, en principe, à l’obtention de récoltes supplémentaires en été et en automne. Une fois résolu le problème de la conservation de la fertilité (engrais) il suffit de disposer de suffisamment d’eau pour l’arrosage au printemps et d’éviter l’inondation estivale. Ces cultures d’été et d’automne ne sont pas d’invention récente : il y a bien longtemps qu’on pratique les premières sur les terres les plus basses, par appel à la nappe phréatique, et les secondes sur les buttes et les marges insubmersibles. Divers outils et appareils propres à élever l’eau jusqu’au niveau des champs, ont été soit inventés sur place, soit adoptés, qui répondent aux diverses conditions d’utilisation : le natala (seau manœuvré à l’aide de cordages par deux fellahs en vis-à-vis) et le chadûf (puits à balancier) sont vraisemblablement indigènes ; comme eux la « vis d’Archimède », d’origine grecque, ne fait appel qu’à l’énergie humaine ; la saqqia (noria à manège) et le tabbût (modèle amélioré, à encoffrement) ont sans doute été empruntés à la Chaldée. La hauteur d’élévation et le rendement de ces derniers appareils sont très supérieurs, mais il y faut des investissements et la possession d’animaux de trait. Quant à la noria à entraînement hydraulique, il n’en existe que sur le canal qui arrose le diverticule surcreusé du Fayoum, dont la pente est cinq fois supérieure à celle du Nil. Enfin les pompes mécaniques, tout d’abord à vapeur, sont apparues tardivement ; elles demeurent hors de portée de la masse des paysans.

30Les exemples les plus précoces d’une conversion à l’irrigation pérenne, antérieure à l’introduction de la technologie occidentale moderne et datant probablement du Moyen Age, semblent avoir été localisés dans le nord du Delta, autour des branches de Rosette et de Damiette. Les conditions oro-hydrographiques s’y prétaient car ces bras circulent sur des hts surélevés et le drainage des terres limitrophes est naturellement assuré par la proximité et la basse altitude des lagunes pérideltaïques. Lorsque l’expédition de Bonaparte les cartographia, vers la fin d’une longue période de régression économique qui avait entraîné l’abandon du centre du Delta, le secteur de Rosette faisait encore vivre, grâce au riz, à la canne à sucre, à l’indigo et au coton, presqu’autant de villages qu’aujourd’hui. C’est sur ce modèle que Muhammad Alî, désireux d’acquérir des devises, rêva de remodeler l’agriculture de l’Égypte. Après avoir tenté de convertir le Delta à l’irrigation pérenne en rectifiant les canaux existants et en creusant de nouvelles artères, il admit qu’il serait plus aisé d’élever l’altitude des prises d’eau c’est-à-dire le niveau d’étiage du Nil. Sur un site choisi à proximité du point où celui-ci se divise, l’érection du barrage Muhammad Alî fut ralentie par toutes sortes de difficultés : aussi sa mise en service ne débuta effectivement qu’en 1890. Las de procéder à de continuelles et coûteuses réfections on finit par construire un second barrage peu en aval (1939). La surélévation du plan d’eau à l’étiage atteint 4,2 m ce qui permet d’alimenter trois grands canaux (dont l’un s’allonge jusqu’au canal maritime de Suez) en plus des deux branches rectifiées. En outre, pour éviter l’invasion de celles-ci par l’eau de mer, des barrages temporaires en terre (sadd) étaient édifiés chaque année à faible distance des embouchures ; l’un d’eux fut construit en dur en 1951.

31Modifications, adjonctions et améliorations n’ont donc jamais cessé d’être apportées au très complexe réseau hydraulique de l’Égypte. La propagation irrésistible de l’irrigation pérenne, qui grignota peu à peu ce qui subsistait du système des hûd, et l’augmentation des besoins en eau corrélative de l’expansion des cultures d’été devaient inéluctablement conduire au concept de régulation : mettre en réserve au moins une partie des hautes eaux, qui représentent les 2/3 du débit annuel, pour les restituer entre février et juin. Malheureusement, comme on le sait, le taux très élevé de la turbidité opposait un obstacle apparemment insurmontable. Deux solutions furent retenues et appliquées simultanément. D’une part on procéda à l’édification de barrages-réservoirs au Soudan : celui de Sennâr (1925) est destiné à répondre aux besoins propres de ce pays, lequel, en contre partie, s’abstient de rien prélever sur le débit naturel du Nil de juillet à janvier ; et celui du Gebel Aulia (1937) qui ne capitalise que les eaux claires du Nil Blanc, entre juillet et septembre. D’autre part, profitant de l’affleurement cristallin d’Assouan, on y a construit un barrage-réservoir dont les vannes étagées ne commençaient de se fermer qu’à la fin de la crue et demeuraient closes jusqu’au début de février. Mis en eau en 1902, ce barrage d’Assouan fut surélevé en 1912 puis en 1934. A la cote + 121 m il retenait ainsi 5,3 km3 d’eau et donnait naissance à un lac long de 360 km, noyant l’emplacement de 40 villages et 20 000 ha de terres cultivées (situées en majeure partie au Soudan). Compte tenu de l’évaporation, cet ensemble complexe de barrages permettait de mettre 7,5 km3 d’eau supplémentaire à la disposition de l’agriculture égyptienne pendant la période d’étiage c’est-à-dire à partir de février ou de mars. L’effort de régulation intra-annuelle ne portait donc que sur moins de 10 % du débit total moyen, alors que près de 30 km3 (évaporation non déduite) continuaient de se perdre en mer durant les hautes eaux. Surtout, ce système s’avérait absolument incapable de corriger les inégalités interannuelles pourtant redoutables. On conçoit que le handicap de l’envasement ait été considéré comme l’obstacle majeur opposé à une parfaite maîtrise des ressources hydrauliques jusqu’à ce que les ingénieurs optent pour une solution radicalement nouvelle : l’établissement d’un barrage suffisamment vaste pour que le dépôt du limon n’amoindrisse pas sa capacité de rétention avant plusieurs siècles. Tel fut le choix tout récent de l’Égypte qui amena, outre divers remous internationaux, l’édification du gigantesque Sadd al-‘Alî : le lac Nasser représente un volume maximum de 157 km3 dont au moins 120 km3 d’eau assurés jusqu’à la fin de la période envisagée.

I.4. Nouvelles contraintes

32Ce n’est que par la complète utilisation du Sadd al-Alî que la conversion à l’irrigation pérenne, encore inachevée en 1950, a porté enfin tous ses fruits. Mais cela ne dispense pas pour autant d’observer bien des restrictions. La rotation des arrosages, qui n’ouvre droit à l’eau que 5 jours sur 10 en période de crue et 6 jours sur 18 (éventuellement sur 24) en basses eaux pourra être accélérée mais les coupures alternées subsisteront ne serait-ce que pour permettre l’entretien du réseau de distribution, freiner la prodigalité des cultivateurs et limiter le relèvement du niveau de la nappe souterraine qui conduirait à l’asphyxie du cotonnier sinon à la salinisation des sols. Cette dernière menace est spécialement à craindre dans le centre et le nord du Delta : le dosage méticuleux des apports d’eau y doit être complété par un dense réseau de drainage, lequel occupe à lui seul jusqu’à 10 % de la surface cultivée. De plus, l’égouttement de tous les champs situés au-dessous de la courbe + 3 m exige des stations de pompage au terminus des drains majeurs sous peine de voir les lagunes pérideltaïques regagner du terrain.

33Par ailleurs il devient indispensable d’user des engrais chimiques pour prévenir l’épuisement de sols qui produisent deux à trois récoltes par an, d’autant plus que les avantages procurés par la jachère printanière et l’épandage naturel du limon sont dès lors supprimés.

34On voit, au travers de ces indications succinctes, que l’acquisition de la maîtrise des eaux, dont les premiers tâtonnements remontent à l’aube de l’Histoire, a été marquée par de nombreuses étapes. Chacune a eu pour effet de poser de nouveaux problèmes dont la solution a exigé une amélioration de la capacité de prévision et un surcroît d’autorité de la part des organes d’administration. Toute l’histoire du peuple égyptien s’est trouvée indiscutablement affectée par cette double obligation.

35En tout cas, au milieu de notre siècle, avant que la régulation intra et interannuelle ait été sérieusement envisagée, les superficies effectivement récoltées étaient déjà devenues très supérieures au territoire cultivé : 3,9 millions d’ha récoltés pour 2,5 millions d’ha sous culture, grâce surtout aux moitiés sud du Delta et nord de la vallée.

II. – BILAN DE LA PRODUCTION AGRICOLE

36La structure démographique de l’Égypte (cf. chap. VII) révèle la part prépondérante que se réservent encore les activités primaires. C’est dire qu’en fait l’agriculture demeure le fondement de l’économie et plus encore de la société égyptienne. Toutefois à l’autarcie villageoise (ou provinciale) qui a longtemps suffi à ce peuple diligent s’est substituée une dépendance croissante vis-à-vis des marchés internationaux. Cette situation régénère la fluctuation des revenus autrefois déterminée par les caprices du fleuve. Dès le milieu du présent siècle l’impuissance de la production vivrière à répondre aux besoins rapidement croissants de la population apparaissait comme des plus préoccupantes.

II.1. Les cultures traditionnelles

37A la veille de la Réforme agraire leur contribution au revenu national brut s’élevait encore, autant qu’on le sache, à près des 2/3. Toutefois, si l’Égypte a jadis contribué au ravitaillement en blé des pays méditerranéens (Rome, le Levant, la Mekke...), c’est de nos jours le maïs qui occupe le plus grand espace.

38Introduit seulement au xviiie siècle il est si bien entré dans les mœurs qu’il constitue non moins de 60 % de l’alimentation des ruraux. De plus sa tige et ses feuilles, en vert, fournissent un fourrage d’appoint, et, en sec, un matériau de construction pour les enclos et cabanes temporaires. Le fellah contemporain ne saurait imaginer se passer de maïs.

39C’est une plante méditerranéenne plus exigeante en matière d’eau que de sol. Aussi s’intègre-t-il essentiellement parmi les cultures d’automne et ne déborde-t-il guère la Moyenne Égypte, le Delta s’octroyant la majeure partie de la superficie qu’il occupe (70 %).

40Le fellah irrigue les champs crevassés par la jachère de printemps avec les eaux limoneuses de la crue. Après ressuyage, il enfouit du fumier par un labour, sème les graines qu’il recouvre par un second labour. La production est d’autant plus élevée que ces opérations ont été plus précoces. On estime qu’il faut ensuite procéder à 6 ou 8 irrigations fournissant 5 à 6 000 m3 d’eau par ha. Vers 1950, les rendements variaient entre 25 qx/ha (région de Minieh) et 17 qx/ha (nord du Delta). Ils avaient sensiblement baissé par rapport à l’avant-guerre. De plus les surfaces réservées au maïs tendaient aussi à diminuer : la principale ressource alimentaire des villageois se trouvait donc réduite de près de 40 %.

41Le blé avait déjà perdu sa primauté, mais il demeurait au second rang pour l’étendue (et toujours au premier pour la valeur) sans doute parce que vendu à un prix plus élevé que le maïs il était avant tout consommé par les citadins et servait au règlement des fermages. Un de ses avantages réside dans la relative modicité de ses besoins en eaux (3 500 m3 /ha).

42C’est une culture d’hiver type : elle occupe le sol entre octobre et mai. Dans le Delta la température est un peu trop fraîche au moment de la germination et surtout lors de la formation du grain. Inversement, dans le sud, le développement végétatif est précocement stoppé (dès la fin de février) par une chaleur excessive. Partout la luminosité semble constituer un autre facteur inhibiteur entre les phases de la germination et de la floraison. Enfin, dans les hûd de l’extrême sud, le tallage était contrarié par la lenteur du ressuyage. La fidélité aux variétés traditionnelles (blés durs) n’allait pas sans limiter les rendements.

43La tendance à la restriction des superficies emblavées, temporairement inversée durant la deuxième guerre mondiale, avait resurgi tandis que les rendements avaient cessé de progresser. En Moyenne Égypte ceux-ci dépassaient encore 25 qx mais les plus vastes surfaces se situaient dans le nord du Delta où ils stagnaient au-dessous de 18 qx. Or l’urbanisation foudroyante accroissait la demande. Aussi l’Égypte, jadis « grenier à blé », était-elle déjà devenue importatrice.

44Seul le riz, parmi les cultures vivrières, témoignait d’une certaine expansion. Apparu au Moyen Age il fut longtemps cantonné au voisinage des embouchures des deux branches, secteur converti de bonne heure à l’irrigation pérenne. On l’utilisa dès la fin du xixe siècle en tant que plante pionnière pour la bonification des terres salées. La riziculture ne prit véritablement son essor que postérieurement à 1930, mais les superficies ensemencées et plus encore les rendements, demeurèrent étroitement conditionnés par l’abondance des crues (de 150 à 330 000 ha). En égard à ses très gros besoins (16 000 m3/ha) le Service des Irrigations refusait de donner aucune priorité à cette culture d’été dont le rendement nutritionnel est pourtant particulièrement intéressant. La productivité au champ tendait néanmoins à s’améliorer : 45 qx/ha dans le sud du Delta, 25 qx/ha à peine dans le nord. Ces résultats fort honorables, résultaient de l’emploi de variétés japonaises qui avaient remplacé les espèces traditionnelles, à l’application d’une rotation bi- ou triennale, et à l’enfouissement préalable de la dernière repousse de trèfle. Il paraissait souhaitable que la riziculture s’établisse en Moyenne et Haute Égypte, où elle n’avait encore fait qu’une timide apparition (Fayoum). Le riz étant entré dans les usages alimentaires de l’ensemble de la population, il y aurait avantageusement remplacé le blé dur et le sorgho.

45Originaire de l’Afrique Noire, dont l’influence se fait fortement sentir en Haute Égypte, le sorgho occupait dans cette région, à tous points de vue, la place qui était celle du maïs dans le nord du pays. Le grain entrait ici dans la fabrication du pain villageois et son feuillage, en vert, servait de fourrage d’appoint. En fait sorgho et maïs coexistaient tout le long de la vallée en se relayant progressivement du nord au sud. Toutefois la part commercialisée de la récolte du sorgho demeurait fort restreinte. Il était cultivé tantôt en automne (terres insubmersibles ou sous irrigation pérenne), tantôt et surtout en été, sur le fond des hûd où l’on pouvait aisément faire appel à l’eau de la nappe phréatique. Dans le cadre d’une technologie agricole très traditionnelle les rendements stagnaient, alors que la superficie annuellement cultivée subissait des fluctuations considérables, directement commandées par l’inconstance du Nil.

46La culture de l’orge, tout comme celle du blé, remonte à la plus haute antiquité. Mais cette céréale plus rustique est capable de tirer parti des sols sableux ou encore quelque peu salés. En conséquence son aire culturale apparaissait comme dissociée : la couronne et les marges du Delta d’une part, et la Haute Égypte d’autre part. Elle pouvait, à la limite, se contenter des pluies parcimonieuses et des rosées que reçoit la frange côtière du désert libyque. Sauf dans ce dernier cas, les rendements étaient honorables mais après le « boom » de la seconde guerre mondiale l’amélioration systématique des sols dans le Delta et la demande croissante des villes envers la farine de blé avaient amené la diminution de la surface occupée par l’orge.

47Parmi les autres plantes vivrières, et compte tenu des habitudes alimentaires des Egyptiens, il convient de citer également les féveroles (fûl) qui couvraient 4 % des surfaces récoltées et jusqu’à 8 % dans l’extrême sud ; les lentilles, confinées dans la région des hûd, et les oignons, essentiellement récoltés dans la vallée, dont les diverses variétés se partagent entre les trois saisons culturales. Si les féveroles étaient produites en quantités suffisantes pour répondre aux besoins de la population (et contribuer à l’élevage), les oignons donnaient lieu à un courant d’exportations non négligeables (troisième produit agricole exporté), le plus souvent après déhydratation. Enfin, le fenugrec (helba) occupait une surface équivalente à celle des lentilles, mais il avait déjà disparu du Delta chassé par la vogue du thé d’importation.

48Les cultures d’oléagineux étaient relativement limitées du fait de l’abondance de l’huile de coton, sous-produit de la production de la fibre. Pourtant on s’intéressait de plus en plus au sésame, encore pour partie importé du Soudan. Par contre l’olivier n’avait plus guère qu’une existence symbolique (un millier d’ha) sa rentabilité s’avérant décevante. Il en allait différemment de l’arachide à laquelle étaient consacrées des superficies croissantes choisies dans les secteurs les plus sableux : principalement le sud-est du Delta et la région d’Assiout.

49Diverses cultures industrielles, souvent résiduelles, étaient à signaler : le lin, très prisé à l’époque pharaonique durant laquelle il tenait la place aujourd’hui prise par le coton ; le jute, introduit en 1926 dans l’espoir de fabriquer sur place les sacs nécessaires à l’expédition du coton brut et qui n’avait pas eu le succès escompté ; le mûrier prôné par Muhammad Alî mais qui souffrait des atteintes d’un parasite...

50Arrivés au terme de cette brève revue des cultures plus ou moins traditionnelles il convient de souligner la lenteur qui caractérisait l’essor des productions maraîchères et fruitières en dépit d’une croissance démographique et d’une urbanisation spectaculaires. Les conditions hydro-climatiques et la surabondance de la main-d’œuvre rurale paraissent, de leur côté, propices à une telle évolution. Et pourtant en 1950, ni la vallée, ni le Delta ne s’étaient encore métamorphosés en huertas. Sans doute le fellah était-il plus un jardinier qu’un cultivateur au sens où nous l’entendons en Europe mais cela tenait à la tragique exiguïté des tenures, aux exigences de l’irrigation pérenne et non à la nature des plantes cultivées dont les plus importantes étaient destinées à l’industrie.

51La majeure partie des fruits et légumes, très vaguement estimés dans les statistiques disponibles, répondaient en priorité aux besoins des ruraux. Toutefois la demande commençait à susciter l’apparition autour des grandes agglomérations de banlieues nourricières. Cette évolution restait lente et on demeurait loin du stade où il faut se soucier de la qualité des produits, de leur présentation, de la régulation des marchés, de l’organisation des transports... En volume, la part commercialisée portait en priorité sur les cucurbitacées (concombres, melons, pastèques...) et les tomates, lesquelles demeuraient surtout destinées aux conserveries. La production des pommes de terre croissait rapidement. Choux, ail, haricots, pois chiches, salades, cornes grecques et mulukhiya (plantes mucilagineuses) constituaient les légumes les plus couramment consommés, et pour la plupart depuis les débuts de l’Histoire. Au total les cultures légumières fournissaient, en valeur, 4 % du total des récoltes. La production fruitière était à peu près équivalente, qui portait, par ordre décroissant, sur les dattes, les agrumes, le raisin de table, les mangues et les bananes.

II.2. L’appoint du règne animal

52L’Égypte ancienne nous a laissé d’innombrables représentations ayant trait aux animaux (scènes champêtres, de chasse, de pêche, sacrifices rituels) sans compter une quantité de bêtes momifiées. Les progrès du défrichement se sont traduits par l’anéantissement des forêts et des roselières, l’amenuisement des lagunes, lacs, etc., et même la limitation des superficies consacrées aux plantes fourragères. En conséquence, la production animale ne joue plus qu’un rôle mineur dans l’ensemble de l’économie agricole. Sa contribution à l’alimentation des Egyptiens diminue inéluctablement. Elle a fini par devenir dangereusement insuffisante.

53En 1950, à défaut de chasse, on pratiquait encore la pêche d’une manière assez régulière, principalement dans les lagunes pérideltaïques encore reliées à la mer et dans le lac Karoûn (Fayoum). Le Nil, les canaux et les drains principaux ne fournissaient que 15 % d’une production évaluée à 4 000 tonnes/an. Il est évident que les progrès dans la maîtrise des eaux entraînaient la diminution de la production de la pêche en eaux douces et saumâtres. Les captures en mer, opérées à faible distance du rivage du Delta, portaient essentiellement sur les sardines. Le poisson n’entrait plus qu’épisodiquement dans le régime alimentaire du fellah, ce qui ne peut que surprendre si l’on tient compte de la double façade maritime et des 600 000 ha de plans d’eau intérieurs dont bénéficie l’Égypte. Si la densité de peuplement de ce pays évoque l’Asie orientale on voit que son économie en diffère sensiblement, en particulier par une étonnante indifférence envers les ressources potentielles de l’hydrosphère.

54Cet état de fait ne résulte pourtant nullement de la surabondance des produits de l’élevage, qui demeure déficient. Conformément à la tradition proche-orientale, la composition du cheptel a longtemps placé en tête les ovins, qui vivaient pour une part des maigres ressources du désert. Le troupeau des caprins, en croissance continue, ne semblait plus devoir tarder à l’égaler, multiplication qui correspondait, plutôt qu’à un choix délibéré, aux difficultés qu’éprouvaient les éleveurs à s’approvisionner en fourrage. Parmi les animaux de trait notons l’augmentation du nombre des bufflonnes (gmûsa), originaires de l’Inde et qui se plaisent dans les canaux, et celle plus rapide, des bovins qui avaient enfin pris la tête. La diversité des travaux auxquels ceux-ci sont astreints, l’absence de sélection et surtout une alimentation irrégulière et insuffisante expliquent la médiocrité des rendements laitiers. Les transports à bât demeurent indispensables tant dans les campagnes où le réseau routier est embryonnaire que dans les bourgs où, faute de place, les rues sont très étroites. Aussi le troupeau d’ânes avait-il tendance à augmenter, alors que les chevaux, animaux de parade mal à l’aise sur des sols boueux ou humides, ne jouaient plus qu’un rôle figuratif. Grâce à des importations (Soudan et Pakistan), les dromadaires augmentaient quelque peu en nombre. Cependant, le déficit en viande était devenu tel que l’élevage du porc commençait à prendre son essor. Pour tous les fellahs, sans distinction, la volaille constituait un apport vital : les poules pour leur chair et leurs œufs, mais aussi les pigeons qui offrent l’avantage (apparent) de se nourrir eux-mêmes. Les pigeonniers monumentaux constituent un élément spécifique du paysage rural en Moyenne et Haute Égypte : on y recueille un fumier d’autant plus recherché par les maraîchers et exploitants de vergers que les bouses de bovidés sont utilisées comme combustible ménager.

55La valeur des produits de l’élevage ne s’élevait pas à plus du cinquième de celle des produits de culture. Or, faute de prairies ou de steppes, les fellahs étaient contraints de prélever sur ces derniers de quoi nourrir, tant bien que mal, leurs animaux, En pratique c’est essentiellement au birsim que ce rôle était dévolu : le trèfle d’Alexandrie qui faisait partie intégrante de tous les assolements, était une légumineuse qui occupait la sole d’hiver et enrichissait le terrain en azote. Il accaparait chaque année des superficies supérieures à n’importe quelle autre plante cultivée, en partie du fait de sa médiocre valeur nutritive : il faut compter 30 ares de birsim pour nourrir un bœuf de labour, 20 pour un mulet, 10 pour un âne. La luzerne, plus rentable, était ici proscrite parce qu’elle accueille un des parasites du cotonnier, contre lequel il est déjà bien assez difficile de lutter en son absence. Les réserves de trèfle séché n’étant pas suffisantes pour assurer la soudure, l’alimentation des animaux pendant l’été était constituée d’un mélange de paille hachée, de féveroles (concurrence avec les besoins alimentaires des hommes), de tourteaux (sous-produits de l’industrie des huiles) et des cimes et feuilles de maïs ou de sorgho (dont l’enlèvement retentit fâcheusement sur les rendements en grains).

II.3. Les cultures purement spéculatives

56Une part des produits de l’agriculture traditionnelle commençait à entrer dans le circuit de la commercialisation, conséquence inéluctable de l’urbanisation et de l’ouverture de l’économie égyptienne aux échanges internationaux. Le déséquilibre entre leur production, plus ou moins stagnante, et les besoins toujours accrus du monde rural lui-même tendait d’ailleurs à limiter ces quotas, exception faite pour les produits de l’élevage, les légumes et les fruits. En ce qui concerne les céréales, et notamment le blé, l’Égypte faisait de plus en plus figure d’importatrice.

57Cette situation ne résultait pas simplement de l’impossibilité dans laquelle se trouvaient les agriculteurs d’étendre leurs terres aussi rapidement que s’accroissait la population mais aussi de la place intangible qu’occupaient deux plantes à finalité industrielle, tant dans l’économie nationale que dans la structure des assolements, le calendrier agricole, et finalement, les mentalités : le cotonnier et la canne à sucre.

58Il est inexact de présenter, comme on le fait parfois, la culture du cotonnier comme une monoculture : les exigences de l’assolement ne le permettaient pas. Son implantation n’avait que rarement excédé 20 % des surfaces récoltées et, durant la seconde guerre mondiale, elle était même tombée à moins de 10 %. Toutefois la valeur brute de la production cotonnière (huile et tourteaux compris) représentait encore, en 1950, la moitié des revenus de l’agriculture.

59L’apparition de cette plante-reine remonte à la période pharaonique, vers la fin de laquelle sa fibre avait réussi à se faire une place dans la fabrication des bandelettes de momification : Rome importait déjà des tissus de coton égyptiens. A la fin du xviiie siècle le cotonnier faisait partie du groupe des plantes industrielles qui sous-tendaient la prospérité des régions de Damiette et de Rosette. Leurs exportations vers les ports sud-européens (Marseille) se révélèrent si rémunératrice qu’un grand nombre de métiers à tisser, rassemblés à Mehalla al-Koubra, faisaient venir leur matière première de toutes les régions et même de Haute Égypte.

60C’est en spéculant sur les disponibilités financières que pourrait lui procurer le coton que Muhammad Alî se lança dans la rénovation autoritaire de l’agriculture dans le Delta. Pour tenir compte des préférences exprimées par les industriels européens, habitués au coton américain, il se rallia aux vues de Jumel et substitua aux variétés locales un hybride découvert accidentellement dont les fibres étaient particulièrement longues et soyeuses. Le poids bientôt écrasant du monopole d’Etat, de la réquisition et même de l’obligation de cultiver le coton, faillit mettre prématurément fin à l’aventure de cette plante en Égypte. Le coup d’arrêt porté aux ambitions du pacha par les grandes puissances entraîna le retour au libéralisme et le redémarrage de l’économie cotonnière auquel la guerre de Sécession assura définitivement le succès : entre 1861 et 1864 les exportations égyptiennes quadruplèrent pour atteindre 250 000 tonnes (en valeur, 90 % des exportations totales). Superficies cultivées et poids des récoltes ne cessèrent plus dès lors d’augmenter, malgré quelques rechutes temporaires déterminées tantôt par des facteurs climatiques, tantôt par des guerres ou des crises économiques d’échelle mondiale. 1937 marqua le sommet de la courbe (500 000 tonnes). Dans le même temps des efforts persévérants ne cessèrent d’être déployés afin de mettre au point de nouvelles variétés, de déterminer les meilleurs modes de culture, d’améliorer les rendements, d’élever la qualité marchande des fibres, de lutter plus efficacement contre les parasites et maladies...

61Le cotonnier est une plante vivace qui n’est ici cultivée qu’annuellement. Il reste huit mois en terre (de février-mars à septembre-octobre) ce qui l’exclut de la région de submersion. Après trois labours, dont un pour enfouir le fumier, et un billonage, les graines sont semées en poquets. On procède ensuite aux irrigations successives (de 9 en Basse Égypte à 12 en Haute Égypte soit entre 7 000 et 10 000 m3 d’eau par ha), à l’éclaircissage, aux binages et à l’épandage d’engrais... Des floraisons répétées ont lieu à partir de juin. Les fruits contiennent 7 à 8 graines oléagineuses recouvertes de poils unicellulaires longs de 30 à 40 mm. La cueillette, à la main, est sélective et commence 15 à 20 jours après l’ouverture des premières capsules.

62La nature des sols est rarement défavorable et le système des irrigations permet de répondre assez exactement à l’évolution des besoins en eau de la plante.

63Les rendements bruts, malgré un recours systématique aux engrais chimiques, ont eu malheureusement tendance à baisser : 6 q/ha à la fin du siècle dernier, 4,9 en 1954. En fait, cette plante « de luxe », fruit d’une sélection attentive et d’hybridations répétées, se révélait très sensible aux aléas climatiques et surtout aux attaques des parasites et maladies. Aussi la courbe des rendements annuels dessinait-elle des dents de scie : 5,7 q/ha en 1950, 4,4 en 1951.

64Au total l’acréage cotonnier occupait environ 800 000 ha, avec une fréquence qui diminuait du nord au sud. Cette répartition résultait moins des facteurs agro-climatiques que de déterminants socio-économiques : seuls les « grands » et « moyens » exploitants plantaient le coton, or la Haute Égypte rassemblait une proportion plus élevée de petits fellahs que le centre et le nord du pays.

65La canne à sucre est bien évidemment une plante à finalité alimentaire, dont le produit ne suffit d’ailleurs même pas à couvrir tous les besoins du pays, mais en considérant la nécessité d’un traitement industriel immédiat et l’intérêt que lui portait le capitalisme d’affaires, on comprendra qu’elle présentait un certain nombre de similitudes avec le coton.

66Bien que son introduction en Égypte date des débuts de la période arabe c’est encore Muhammad Alî qui, à la recherche de produits exportables à bon prix, l’inscrivit parmi les cultures à propager énergiquement. Ismâîl pacha s’en fit le champion et facilita la création d’une industrie moderne d’extraction et de raffinage, à caractère monopolistique.

67Soumise elle aussi, aux fluctuations des prix imposés par le marché international, la culture de la canne est allée en grandissant, mis à part quelques replis peu durables (en 1924, 1929, 1941-44...) : sa superficie s’est accrue des deux tiers entre 1920 et 1952. Le territoire égyptien se situant à la limite de l’aire culturale de la canne, le Delta ne s’y intéressait guère ; mais en Haute Égypte elle couvrait près de 6 % des surfaces récoltées malgré la prédominance des petites tenures et la place encore occupée par les hûd. Les rendements, calculés par province, expliquent cette répartition : Béhéra 55 tonnes/ha, Assouan 85 tonnes. Grosso modo on peut dire que la culture de la canne s’étendait en raison inverse de celle du coton.

68Cette préférence répondait aux exigences écologiques d’une plante pour laquelle la durée optimale de l’ensoleillement est estimée à 12-14 heures par jour. Or à la latitude du Caire, le minimum cité n’est dépassé qu’entre juin et août. D’autre part les minimums thermiques, durant l’hiver, peuvent causer d’importants préjudices au détriment du rendement sucrier parce que la canne souffre de « gelures » dès que le thermomètre descend au-dessous de + 4°. Il s’ensuit qu’on ne peut, comme à Hawaï ou à Cuba, laisser la plante en terre jusqu’à maturité complète, c’est-à-dire 16 à 20 mois. Il fallait se contenter de 10-12 mois et donc se rabattre sur des variétés hâtives, mises au point à Java ou en Inde.

69Après les labours, le billonage et la plantation des boutures on irriguait abondamment, tous les 15 ou 12 jours, soit 15 à 40 000 m3 d’eau par ha. Pour obtenir dans ces conditions des rendements convenables il fallait enrichir le sol : d’où les deux épandages d’engrais chimiques.

70La récolte (coupe des tiges à 3 cm du sol, écimage et effeuillage) commençait dans le sud, dès la fin de février pour se prolonger jusqu’au milieu d’avril dans le nord. L’année suivante (et éventuellement la 3e année) les cannes de rejet atteignaient leur teneur maximale en sucre en 10 ou 11 mois seulement. Dans le calendrier des travaux agricoles la récolte des cannes s’étalait donc finalement sur près de quatre mois. On a calculé que cette opération nécessitait 150 personnes par ha et par journée de 24 heures (les sucreries tournant sans répit), dont les 2/3 étaient des femmes et des enfants occupés à l’effeuillage et 1/5 au transport des tiges vers les cinq usines : soit 600 000 journées de travail durant le premier trimestre de l’année. Une telle mobilisation de la main d’œuvre dans un laps de temps relativement limité, ainsi que le caractère manuel de la cueillette, constituaient autant de similitudes supplémentaires avec le coton. Toutefois, au niveau de l’économie nationale, la place occupée par la canne était beaucoup moins importante puisqu’elle ne fournissait même pas 2 % du revenu agricole brut.

II.4. L’heure du choix

71L’exiguïté d’un territoire cultivable, déterminé par les dimensions de la vallée et du Delta et par une maîtrise des eaux encore imparfaite, imposait de choisir les cultures avec soin. Les propriétés des sols et les impératifs du climat ont tout d’abord dicté une sélection destinée à répondre aux besoins de l’autoconsommation villageoise. L’ouverture de l’économie égyptienne au marché mondial a conduit à privilégier des plantes à finalité industrielle. Pour en améliorer les résultats économiques un gros effort a été fourni, tant sur les plans agronomique, qu’hydraulique et commercial. De la sorte, la superficie totale des récoltes a pu dépasser de plus de moitié la surface cultivée. Mais l’augmentation de la population, qui s’est faite sentir après un certain retard, est devenue telle que l’heure d’un choix crucial avait sonné : soit donner la priorité aux cultures vivrières, afin de nourrir le pays, soit privilégier les cultures spéculatives dans le but de disposer des ressources nécessaires aux importations.

72Pour les très petits agriculteurs, fortement majoritaires, l’option vivrière fut la seule envisagée. Pour la bourgeoisie rurale ou d’affaires, et pour l’Etat, la seconde solution paraissait de toute évidence préférable : la culture du maïs, par exemple, ne fournit, à surface égale, que 20 % du revenu brut offert par le cotonnier. Toutefois cette option impliquait une dépendance économique qui pouvait se révéler catastrophique lors des crises de déséquilibres que traverse le marché international du coton ou des guerres durant lesquelles l’Europe, premier client et premier fournisseur, faisait défaut. En outre l’urbanisation de l’Égypte avait modifié les termes de la demande intérieure, qualitativement aussi bien que quantitativement, tandis que l’expansion des villes, l’implantation des industries et des voies modernes de circulation, la multiplication des artères de drainage et d’irrigation... tendaient à contrebalancer les gains de terre résultant de la bonification ou de la conversion des hûd à l’irrigation pérenne. En pratique cette indécision aboutit à une véritable ankylose par refus de poser le problème dans son ensemble. Nul doute que le blocage qui en a résulté ait contribué à l’éclatement de la profonde crise sociale et politique dans laquelle l’Égypte, durant le troisième quart de notre siècle, continue de se débattre.

III. LA VIE RURALE

73Sur ce territoire où, faute de pluies, toute vie est dépendante de l’eau du fleuve, les contraintes physico-géographiques ne sont pourtant pas les seules à déterminer les paysages et les modes de vie ruraux. Les solutions technologiques (et juridiques) grâce auxquelles la répartition des eaux est tant bien que mal assurée ne peuvent manquer de peser d’un grand poids. La nécessité de fixer le lit du Nil et de le contenir entre des digues a précocement conduit à l’édification d’un Etat centralisé et fortement structuré. La hiérarchie des fonctions a fini par reléguer la masse des paysans, support d’une société pyramidale, dans une situation d’infériorité. Il s’ensuit qu’au cours d’une très longue histoire divers groupes ont pu se substituer les uns aux autres pour assumer les fonctions dirigeantes sans causer de réelles ruptures : noblesse de service et clergé, officiers appartenant à des ethnies envahissantes, entrepreneurs capitalistes... De même le fonctionnariat moderne a aisément pris la relève des scribes d’antan.

74Toutefois les structures socio-économiques de ce substratum ainsi que les mentalités qu’elles contribuent à façonner, paraissaient à la veille de sortir de la sclérose : la croissance démographique n’était plus impitoyablement sanctionnée par les « régulateurs naturels » et les mass-média diffusaient des idéologies modernistes. C’est pourquoi il faut se pencher sur la nature des rapports que les fellahs entretenaient avec la terre.

III.1. Le partage du sol

75La surface cadastrée s’élevait, en 1949, à 34 900 km2 dont 25 500 étaient consacrés à l’agriculture, le reste correspondant principalement aux lagunes du Delta et autres plans d’eau, routes, aérodromes, agglomérations... Les propriétés détenues par les étrangers ne couvraient que 90 000 ha tandis que les terres de l’Etat s’étalaient sur 630 000 ha – dont seulement 30 000 cultivés – et celles dites d’utilité publique sur 420 000 ha. On constate que la longue période de dépendance politique, dont l’Égypte venait à peine de sortir, et la persistance d’un certain état de dépendance économique ne lui avaient pas fait perdre la possession de son propre sol.

76Quant au reste du territoire utile, il comprenait encore une part assez importante de propriétés dévolues, en théorie, à des œuvres pies : les waqf. Cette institution avait souvent servi de paravent aux particuliers désireux de mettre leurs biens à l’abri d’éventuelles confiscations, tout en s’en réservant l’usufruit pour eux-mêmes et leurs ayant-droits. Les propriétés waqf couvraient, en 1950, environ 340 000 ha. Le reste, soit approximativement 2 millions d’ha, correspondait aux terres milk, d’appropriation privée et détenue par les nationaux : ce mode de possession était donc largement dominant.

77Toutefois le sol productif ne se trouvait pas également distribué entre les très nombreux propriétaires. Il était d’ailleurs assez difficile de se faire une idée précise de cette répartition parce que les renseignements statistiques étaient collectés sur la base de la commune, de sorte qu’une même personne possédant des terres situées dans des communes différentes était comptabilisée plusieurs fois. Inversement, selon la coutume rurale, beaucoup de petites exploitations restaient dans l’indivision, pour des raisons de rentabilité. Malgré l’inexactitude des données un certain nombre de caractéristiques apparaissaient clairement.

78Dans un pays où plusieurs récoltes peuvent être obtenues sur un même terrain au cours de la même année et où la terre fait l’objet de toutes les convoitises, il était admis que la grande propriété existait dès lors que le domaine dépassait 21 ha (50 feddans), tandis que la limite supérieure de la petite propriété était fixée à 2,1 ha. Ces seuils dimensionnels sont évidemment très différents de ceux qui ont cours en Europe.

79Les recensements montrent que, pour l’ensemble des terres d’appropriation privée (waqf et étrangers inclus) la catégorie des grandes propriétés groupait, en 1950, 860 000 ha, partagés entre moins de 12 000 individus, soit une moyenne de 72 ha pour chacun d’entre eux. Dans le détail on notait de fortes disparités puisque dans plus de la moitié des cas (de 21 à 32 ha) cette moyenne ne s’élevait qu’à 29 ha, alors que pour les 200 propriétaires détenant plus de 420 ha elle atteignait 104 ha. Signalons, dans cette catégorie supérieure le cas des sociétés foncières, telle celle de Kom Ombo (créée en 1904) qui disposait de 26 800 ha.

80Le groupe des moyens propriétaires (entre 2,1 et 21 ha) rassemblait une superficie à peu près équivalente au précédent (805 000 ha) mais il la distribuait entre 150 000 personnes (surface moyenne : 5,35 ha). Plus de la moitié d’entre eux se contentaient d’une surface inférieure à 4,2 ha (moyenne : 2,8 ha).

81Enfin l’ensemble des petits propriétaires, soit 2,6 millions d’individus, ne détenait que 885 000 ha, ce qui leur laissait 33,6 ares par tête. Encore convient-il de préciser que 2 millions de ces fellahs ne possédaient qu’un feddan (0,42 ha) ou moins, ce qui compte tenu de la superficie appartenant à ce sous-groupe ne leur accordait que 16,5 ares en moyenne, soit un carré de 41 m de côté. Et ces micro-propriétaires s’estimaient heureux au regard des 1,5 millions de fellahs absolument sans terre.

82Si l’on s’en tient aux grands ensembles, on remarque que 12 000 personnes possédaient donc autant de sol que 2,6 millions de petits propriétaires. Or cette inégale répartition de la terre égyptienne était loin d’aller en s’améliorant car, un demi-siècle plus tôt (en 1896) la surface moyenne des petites propriétés atteignait encore 68 ares (et celle de la grande propriété 77,5 ha). Autrement dit, pour la masse des fellahs les moins favorisés, la parcelle sur laquelle il leur fallait faire vivre une famille s’était réduite de moitié en 50 ans : le doublement du total des terres détenues par cette catégorie n’avait pu répondre au quadruplement des héritiers ou nouveaux acquéreurs.

83Il était admis que la famille rurale type, en régime d’irrigation pérenne, ne pouvait guère exploiter seule une surface supérieure à 2,1 ha (5 feddans), tout en utilisant tous ses bras, femmes et enfants compris, durant les périodes de pointe. On considérait également qu’au dessous de ce seuil il n’était pas possible de faire vivre la-dite famille sans disposer de revenus complémentaires. C’est la raison pour laquelle la répartition des exploitations (en nombre et en dimensions) était différente du tableau ci-dessus esquissé. On ne possédait malheureusement aucune statistique à ce sujet, mais il est clair que ce désaccord était à l’origine du grand nombre de baux de location et de l’existence d’un important prolétariat rural, à temps partiel ou complet.

84Les micro-propriétaires et les fellahs sans terre proposaient leurs bras aux détenteurs des domaines supérieurs à 2,1 ha. Certains travaillaient, sous les ordres de contremaîtres, sur les grandes exploitations et pouvaient même leur être attachés en permanence. Les autres se louaient de manière sporadique, aux époques de pointe (labours, binages, récoltes) : on estimait que, de la sorte, ils n’étaient guère employés plus de 120 jours par an, 180 dans les régions horticoles.

85Pour les fellahs petits propriétaires la meilleure solution résidait dans la prise à bail (fermage, ou métayage) des ou de la parcelles propres à compléter leur lopin et atteindre ainsi la dimension optimum. La durée des contrats afférants à ces parcelles ne dépassait pas un an (du 1er novembre au 31 octobre) et se limitait souvent à une seule culture, surtout en région cotonnière ou sucrière : il s’agissait alors de champs destinés aux cultures vivrières, non commercialisées. C’était également le cas pour la riziculture qui demandait beaucoup de travail manuel et où l’exploitation directe, à l’aide d’ouvriers salariés, s’avérait peu rentable. Les taux des fermages ou le partage des revenus en nature étaient très variables. Au minimum le métayer, qui ne fournissait que le travail de sa famille, percevait le 1/5 des récoltes. De toutes façons le locataire ne disposait d’aucune autonomie en ce qui concerne les arrosages, le choix des plantes, des semences, des engrais, le calendrier des façons culturales, le gardiennage...

III.2. La vie du fellah

86Les niveaux de vie du journalier, du fermier ou du petit propriétaire différaient peu les uns des autres. Le maire (umda) était choisi parmi ceux des villageois qui possédaient plus de 4,2 ha. Il n’existait guère de bourgeoisie rurale, progressivement grignotée par les partages successoraux ou happée par la ville. Les gros propriétaires ne résidaient pas sur leurs domaines. Quant aux fonctionnaires ils se voulaient en marge. Dans l’ensemble la masse des ruraux apparaissait comme caractérisée par une grande homogénéité des niveaux et de modes de vie.

87Le train de culture était limité au strict minimum. La houe (fâs) demeurait l’outil polyvalent avec lequel bêcher, biner, sarcler, entretenir le réseau d’irrigation... La faucille n’avait pas encore été remplacée par la faux. L’araire et la herse dénotaient une pauvreté moindre car elles impliquaient la possession d’animaux de trait. Ceux-ci permettaient en outre de mettre en œuvre des machines élévatoires assez productives et la planche à dépiquer (nuraq), sans compter les possibilités de transport. Le micro-propriétaire ou le locataire privé d’attelage devait en louer ou souscrire le moins rémunérateur des contrats de métayage. Aucun fellah n’était suffisamment fortuné pour envisager la motorisation. Les campagnes égyptiennes consommaient une prodigieuse quantité de travail humain.

88Dans de telles conditions la maison du fellah était réduite à son rôle d’abri familial : point de grenier, de silo, encore moins de grange. Le toit plat suffisait pour accueillir le bois mort, les tiges de maïs et de cotonnier, les galettes de bouses, la paille (fourrage d’appoint), quelques jarres (grains, huile...). L’été ou pouvait en outre y installer la chambre, afin de profiter de la fraîcheur des nuits, et même la cuisine. Entre le toit et le sol de terre battue, la maison était un parallélépipède de briques crues, enduit de limon et structuré en enfilade : la pièce de réception, la salle commune et enfin la courette-étable à demi couverte. Dans l’extrême sud la pluie est si rare que le toit pouvait être remplacé par une simple claie, ou encore, contamination africaine, par une voûte de briques crues. Poutres et solives étant rares, les ouvertures étaient peu nombreuses et de petites dimensions, sauf là où la brique cuite ou la pierre (signe de richesse) servaient de matériaux de construction. Les plus misérables au contraire se contentaient de gourbis de torchis, armés de palmes ou de tiges de maïs, couverts de tôles provenant de vieux bidons... en somme la maison du fellah n’était qu’une case-abri, fragile (éboulements, incendies...) mais aisément édifiée par ses propres habitants.

89Exception faite pour les cahutes temporaires érigées sur les champs éloignés à l’occasion des récoltes, l’habitat rural obéissait à la loi de la concentration. Celle-ci s’était imposée autant par souci d’empiéter le moins possible sur les terres productives, d’échapper à la submersion et de résider au milieu du finage, que par le besoin de vivre en groupe pour se protéger plus efficacement contre les agressions externes, de pratiquer la solidarité et d’utiliser les outils communautaires tels que la mare, l’aire de battage, la mosquée ou l’église... Toutefois les conditions géographiques locales, ainsi que l’histoire du peuplement, avaient donné naissance à des variantes. L’habitat rural primaire revêtait les formes suivantes : le très gros village dont l’implantation remonte à l’antiquité ; le gros hameau du nord du Delta dû à la sédentarisation spontanée des Bédouins ou à la reconversion des anciens pêcheurs des lagunes ; le petit hameau capitaliste érigé près de la izba du grand propriétaire dans le nord, l’ouest et l’est du Delta ; le hameau linéaire, fort ancien, installé à mi-versant en Moyenne et Haute Égypte. L’habitat rural secondaire résultait de la transformation des cahutes temporaires, depuis que l’inondation avait disparu : sur initiative des fellahs dans la moitié sud du Delta (les nombreux kafr) ou par fixation des Bédouins (les naga) en Haute et Moyenne Égypte. L’Etat mettait obstacle à la création de nouveaux lieux habités, sauf sur les terres incultivables. Aussi l’accroissement de la population rurale entraînait-elle l’augmentation des densités « intra muros » : le hameau devenait un village, le village un gros bourg, sinon une vraie ville. La voierie demeurait constituée d’étroites ruelles, tortueuses, encombrées de tas d’ordures, ce qui multipliait les risques d’incendies et hypothéquait l’état sanitaire.

90Par les dimensions des exploitations et la débauche de travail manuel qui s’y dépensait l’agriculture égyptienne du milieu du xxe siècle ressemblait extérieurement à un agrégat horticole. L’accélération des rotations et les exigences de l’irrigation pérenne laissaient peu de temps pour souffler. Nous prendrons pour exemple le cas d’un fellah de Basse Égypte qui organisait ses assolements autour de la culture du cotonnier. C’était en février qu’il préparait le sol pour qu’il reçoive cette plante-pilote (labours, fumures, billonage) en même temps qu’il irriguait son blé. Mars était consacré au semis du coton suivi d’irrigations et d’un binage, et à la coupe du birsim. En avril notre fellah semait son maïs d’été, continuait d’irriguer et de biner son coton, auquel il prodiguait de l’engrais, et procédait à une seconde coupe de birsim. En mai le coton exigeait beaucoup de soins notamment parce qu’il fallait lutter contre un parasite (puceron), sans compter la moisson du blé et de l’orge et une nouvelle coupe de birsim. Un autre parasite (ver de la feuille) apparaissait en juin où l’on procédait pour la dernière fois à la fauche du birsim, dépiquait les céréales et préparait la sole du maïs d’automne. Juillet était voué au maïs (récolte de la sole d’été, semis, binage et irrigations de la sole d’automne), aux soins habituels du coton auxquels s’ajoutait la lutte contre le ver rose. En août se succédaient les irrigations, éclaircissage, binage et épandage d’engrais pour le maïs et toujours le combat contre les parasites du coton. Durant septembre celui-ci se poursuivait jusqu’à l’ouverture de la cueillette ; outre les façons exigées par le maïs il s’y ajoutait éventuellement la mobilisation générale des bras pour consolider les digues du Nil si la crue s’annonçait brutale et excessive. Octobre amenait la récolte du maïs d’automne en même temps que s’achevait celle du coton, qu’on préparait la sole du blé et qu’on semait le birsim. En septembre, outre les semailles du blé, on faisait sécher le maïs et on l’égrénait. En décembre, avant l’arrêt annuel des irrigations (gaffaf), on arrosait et on fumait le blé, préparait la sole du coton, semait l’orge et répandait l’engrais sur le blé. Ensuite et pendant tout janvier il fallait curer les drains et canaux envahis par le limon et la végétation aquatique.

91Au total c’était les récoltes et les efforts déployés pour enrayer les assauts des parasites du cotonnier qui déterminaient les périodes de pointes en ce qui concerne l’emploi. Le ramassage du ver de la feuille pouvait même entraîner la fermeture des écoles : dans le Delta, le déficit de la récolte, en 1949, a été évalué à 30 %. En année moyenne les pertes imputables au seul ver rose s’élevaient à 8-10 % du total. Alors qu’en 1950 le coton avait rapporté 213 millions de livres égyptiennes (68 % du revenu agricole brut) la récolte catastrophique de 1953 n’avait fourni que 122 millions (31 %). Ces moins-values étaient d’autant plus durement ressenties par l’économie nationale que le coton constituait, en moyenne, plus de 80 % des exportations en valeur.

92De tels à-coups étaient évidemment encore plus graves pour les cultivateurs, dont la plupart étaient endettés : leur récolte ne pouvait plus suffire au remboursement des avances (semences, engrais...) consenties par le propriétaire ou les acheteurs de fibre, de blé ou de canne, et le locataire défaillant tombait dans le filet tendu par les usuriers. D’une manière générale en effet les ruraux avaient fâcheusement tendance à privilégier le capital foncier au détriment du capital d’exploitation, c’est-à-dire à acheter ou à louer plus de terres que leurs moyens ne leur permettaient d’en cultiver correctement. Cette propension se faisait jour à tous les niveaux. C’est pourquoi un grand nombre de propriétés étaient grevées d’hypothèques et changeaient souvent de mains. De son côté le petit fellah, incapable d’avancer le prix du fermage, ne pouvait disposer librement de sa récolte qui représentait une garantie : le propriétaire (ou tout autre prêteur) s’en saisissait, l’emmagasinait dans ses entrepôts, en assurait lui-même la commercialisation, et se hâtait de récupérer ce qu’on lui devait...

93Diverses enquêtes ont prouvé que les systèmes de fermage ou de métayage fournissaient au propriétaire un revenu sensiblement supérieur (de 15 à 50 %) à celui qu’il pouvait espérérer tirer de son domaine par une exploitation directe. Par contre le petit locataire ne recevait en contrepartie de ses efforts et de ceux de toute sa famille, que le quart ou même le cinquième du revenu du propriétaire, c’est-à-dire guère plus que le prix du travail payé au tarif de l’ouvrier agricole. On peut dire qu’il n’existait guère de différences entre les niveaux de revenu des journaliers, des micro-propriétaires et des petits fermiers ou métayers. Or en 1950 ces trois catégories rassemblaient, familles comprises, les 2/3 de la population rurale, soit environ 10 millions de personnes. A l’autre bout de l’échelle sociale les 30 000 grands propriétaires, soit 150 000 personnes au total, se réservaient vraisemblablement 40 % des revenus de l’agriculture.

94Les conséquences d’une distribution aussi inégale des fruits de la terre étaient nombreuses et toutes plus désolantes les unes que les autre. A la précarité de l’habitat et à la pauvreté qui caractérisait aussi bien l’équipement ménager que le train de culture correspondait une alimentation insuffisante quantitativement et surtout qualitativement ; les produits d’origine animale, desquels la viande était pratiquement absente, n’entraient que pour 15 % dans le budget familial type du fellah, tandis que les céréales se réservaient 45 % de celui-ci.

95L’équilibre des recettes et des dépenses du ménage était si précaire que la moindre cérémonie (mariage, funérailles, circoncision, excision...) le perturbait gravement, et parfois pour des années. De même l’état sanitaire était déplorable. La mortalité infantile restait très élevée (probablement voisine de 160 pour mille naissances vivantes dans l’ensemble du pays). Si les ravages jadis exercés par les grandes épidémies (le choléra encore en 1947) pouvaient être enfin efficacement jugulés, les adultes se trouvaient pratiquement tous atteints d’une ou plusieurs affections pathologiques chroniques : le trachome touchait 90 % et l’ankylostomiase 30 % de la totalité de la population égyptienne, la bilharziose 75 % des ruraux... L’espérance de vie, en ce milieu du siècle, demeurait terriblement courte : 31 ans pour les hommes et 36 ans pour les femmes.

III.3. Archaïsme et modernisation

96La situation préoccupante, sinon déjà explosive (jacquerie de juin 1951 dans un grand domaine du Delta) qui régnait dans les campagnes égyptiennes résultait pour une large part de l’inadaptation de la technologie rurale : n’avons-nous pas remarqué que la faux demeurait inconnue, qu’au lieu de la charrue le fellah continuait à se servir de l’antique araire et qu’à défaut de disposer d’une choix d’outils spécialisés toutes sortes de façons culturales étaient exécutées à l’aide d’une houe dont le modèle était absolument identique à celui qu’on peut voir sur les fresques des tombeaux pharaoniques ? Toutes les paysanneries du monde font montre de conservatisme, mais dans le cas présent on observait une véritable ankylose.

97Cette sclérose était certes encouragée par le manque de disponibilités financières. Mais au-delà de l’impécuniosité elle semblait découler d’un comportement passif que les structures de la société et de l’administration ainsi que les coutumes encourageaient depuis des siècles, voire des millénaires ; elles s’efforçaient de maintenir indéfiniment le fellah dans l’état d’un mineur. Ce producteur, sur lequel reposait toute la pyramide socio-économique, était conditionné de sa naissance à la mort à ne jamais exercer son esprit critique ou son sens de l’initiative.

98La culture du coton (ou de la canne) lui était une obligation imposée par les propriétaires ou, lorsque l’on avait affaire à des paysans indépendants, par tout le système animé par les spéculateurs. Le fellah en tirait les ressources indispensables à l’acquittement des taxes et de l’impôt foncier, au remboursement des avances, ainsi qu’aux achats vitaux du ménage. L’affectation des terres à telle ou telle culture d’auto-consommation lui échappait aussi dans la mesure où les parcelles qui leur étaient réservées chaque année étaient déterminées par les rotations, elles-mêmes organisées en fonction des cultures spéculatives. De la sorte, les grands et moyens propriétaires régentaient toutes les activités rurales. En outre il fallait tenir compte des diktats du Service des Irrigations qui pouvait par exemple, refuser sans appel d’accorder les quantités d’eau nécessaires à la culture du riz. Le calendrier des façons culturales ne se déroulait pas plus librement, du fait de la dispersion des parcelles, du petit nombre des chemins ruraux, du rythme des tours d’arrosage, de la durée du gaffaf... De la sorte le fellah, même lorsqu’il était propriétaire de sa propre exploitation, se voyait contraint de cultiver à dates fixes des plantes dont il n’avait pas le libre choix.

99La tradition et la coutume villageoises ajoutaient leurs propres entraves à la tutelle qu’exerçaient conjointement les grands propriétaires et l’administration de l’Etat. Le tout pesait d’un poids d’autant plus étouffant que l’analphabétisme régnait encore très largement. Ces facteurs faisaient du umda, de l’inspecteur des irrigations, de l’intendant du latifundiaire... de véritables potentats. Les uns et les autres avaient tendance à en user et même à en abuser. Il faut se souvenir que la corvée (gratuite) pour cause d’utilité publique n’a été abolie, en contre partie de l’établissement de l’impôt foncier, qu’en 1893 et qu’elle ressuscitait, contre versement d’une indemnité dérisoire, lorsque le ver du coton se multipliait dangereusement, ou que les criquets envahissaient la province, ou que le Nil menaçait de rompre ses digues... : toutes occasions de revenir aux bonnes vieilles habitudes de l’Antiquité.

100Ceci dit, il convient tout de même d’apporter quelques retouches à cette peinture d’un univers villageois qui n’incitait guère à l’optimisme. Le grouillement et la passivité des fellahs ne les rendaient pas totalement imperméables à l’innovation. On a vu que les plantes pour lesquelles ils obtenaient des rendements fort honorables étaient entrées tardivement dans le cycle des productions : le maïs par exemple. D’autres plantes ont connu, en quelques décennies, une expansion prodigieuse : le coton, la canne, et à un degré moindre, plus récemment encore, l’arachide. Le fellah saisissait parfaitement l’utilité des engrais chimiques et il ne répugnait pas à en user dès lors qu’il possédait (ou qu’on lui avançait) les moyens financiers nécessaires. En outre, il n’était pas aussi indéracinablement lié à son village qu’on le proclamait. Certes il n’émigrait guère, même pour aller s’installer sur les terrains moins peuplés des oasis du désert libyque, et les projets de transplantation massive dans d’autres pays arabes n’ont jamais été suivis d’effets. Néanmoins la zone du canal de Suez ainsi que les marges du Delta étaient de véritables fronts pionniers internes dont la population ne s’accroissait pas seulement par l’effet de l’excédent des naissances sur les décès. D’ailleurs l’analyse des migrations internes démontre qu’à côté du fort courant qui profitait aux villes, et surtout aux grandes villes, il y avait déplacements de ruraux, notamment de la vallée vers le Delta où les grands propriétaires étaient autorisés à créer des hameaux nouveaux auprès de leurs izba.

101Il est toutefois évident, comme le prouve entre autres ce dernier exemple que l’initiative du changement ne revenait pour ainsi dire jamais aux fellahs eux-mêmes. C’est au contraire leur docilité qui permettait à l’Etat ou aux grands propriétaires, conseillés par leurs technocrates, de répandre l’innovation. Nous avons très souvent été amenés à rappeler, par exemple, le rôle d’un Muhammad Alî. Il convient de souligner l’influence considérable de la minorité d’origine étrangère, plus ou moins cosmopolite, dans la modernisation de l’économie rurale égyptienne : soit par l’intermédiaire d’un Etat longtemps sous tutelle (Service des Irrigations, recherches pour l’amélioration du coton et de la canne...), soit par l’entremise de sociétés foncières telle celle de Kom Ombo.

102L’inconvénient de ces processus de modernisation en matière agricole sont bien connus. A cet égard l’Égypte peut être citée en exemple. Les améliorations du revenu de la terre n’avaient pas bénéficié également à tous et les inégalités sociales s’en étaient trouvées renforcées. La masse des fellahs s’était appauvrie non seulement relativement mais en valeur absolue comme le prouvèrent diverses enquêtes sur l’évolution des niveaux de vie et de consommation. D’autre part la petite minorité qui accaparait l’essentiel du revenu agricole, c’est-à-dire principalement les latifundiaires, dissipait ses disponibilités en ville ou même à l’étranger et ne procédait donc pas à des réinvestissements productifs compensateurs. Si l’Égypte a pu se libérer de plus en plus des contraintes imposées par le climat désertique et les caprices du Nil, la situation socio-économique de dépendance dans laquelle se trouvait le fellah ne s’était nullement améliorée mais au contraire aggravée, et il s’y était ajouté une dépendance vis-à-vis du marché international. Ce dernier intervenait de plus en plus lourdement dans la vie de la paysannerie qui vivait sur les bords du Nil : le règne du coton, et accessoirement de la canne, condamnait le fellah à souffrir de tous les accès de fièvre, parfois purement spéculatifs, qui affectaient le marché mondial des matières premières. Les baisses étaient durement ressenties, tandis que, dans les périodes de haute conjoncture, c’étaient les latifundiaires, les commerçants et les exportateurs qui tiraient profit de la situation.

103La modernisation de l’appareil de l’Etat, tant bien que mal imposée par les puissances étrangères, avait développé des conséquences positives, notamment dans les domaines de l’équipement hydraulique, des communications et sanitaire. Epidémies et famines avaient peu à peu disparu. Les lenteurs de l’industrialisation avaient freiné le développement des villes, lesquelles se gonflaient moins en raison de leur force d’attraction que de la surcharge démographique dont souffraient des campagnes toujours aussi prolifiques. La soupape de sécurité que représentait ailleurs l’urbanisation n’était pas suffisante : les enquêtes des économistes ruraux prouvent que les campagnes retenaient au moins 40 % de ruraux excédentaires, alors que l’artisanat y avait pratiquement disparu devant la concurrence des produits manufacturés. Aussi la tentation était-elle grande, à tous les niveaux de rechercher par tous les moyens un accroissement des productions d’auto-consommation. On avait cru trouver empiriquement la solution dans l’accélération des rotations culturales. Les céréales revenaient de plus en plus souvent sur les mêmes sols, sans qu’on ait trouvé le moyen, la place des cultures spéculatives étant intouchable, d’intercaler une jachère ou une culture de légumineuses. Le sol s’épuisait : par delà les variations interannuelles qui sont le propre de ce genre de production, et contrairement à l’avant-guerre, toutes les courbes de rendement (riz excepté) montraient une tendance général à la baisse. Et celle-ci ne pouvait être compensée par l’extension des superficies cultivées ni même des surfaces « récoltées ». Autrement dit un seuil de surcharge insupportable se trouvait franchi. Il aurait fallu procéder à une véritable mutation de l’agriculture, à l’image de celle qui révolutionnait les campagnes de l’Europe occidentale, pour renverser les termes d’une situation qui s’annonçait catastrophique.

104Or l’un des facteurs de l’ankylose qui frappait l’économie rurale de l’Égypte résidait précisément dans la surabondance et le sous-emploi de la main-d’œuvre rurale, lesquels entraînaient sa sous-qualification et maintenaient un bas niveau de productivité par tête. Le cercle vicieux apparaissait ainsi bouclé.

IV. – CONCLUSIONS

105L’état du monde rural égyptien, tel qu’il se présentait en ce milieu du xxe siècle, ne pouvait que mener, à court terme, à de graves difficultés. Il était devenu urgent d’imaginer et de mettre en œuvre rapidement des solutions neuves afin de rompre le cercle vicieux du sous-développement : surpeuplement rural, généralisation du chômage plus ou moins déguisé, détérioration progressive des sols, irrégularité d’un revenu agricole par trop dépendant des marchés internationaux, inégalité criante du partage de ce revenu entre les producteurs...

106L’un des termes du problème posé étant l’insuffisante productivité du territoire « utile » on pouvait songer, tout à la fois, à en étendre la superficie et en améliorer les rendements unitaires. Si l’on se contentait de poursuivre l’effort du siècle écoulé il n’apparaissait pas que l’on fût en mesure d’accroître les terres productives à un rythme suffisant. Déjà entre 1882 et 1949 celles-ci étaient passées de 1 980 000 ha à 2 534 000 ha, soit un supplément de 28 %, dans le temps où la population du pays s’était accrue de 150 %. En outre les sols les plus aisément bonifiables, dans la vallée comme dans le Delta, se trouvaient tous occupés, les friches qui subsistaient correspondant soit aux lagunes et à leurs ceintures salées, soit à des terrains situés au-dessus du niveau accessible par l’eau en irrigation normale. On a calculé que, dans l’hypothèse la plus optimiste, il était possible de récupérer au maximum 450 000 ha, à grands frais et dans des conditions de rentabilité douteuses.

107En tout cas, la mise en condition et l’exploitation de ces terres auraient exigé de grosses quantités d’eau que le système hydraulique ne pouvait, en 1950, mettre à leur disposition, du moins au printemps. L’acquisition d’une maîtrise totale des ressources en eau, que seule une régulation totale du débit du Nil à la fois intra- et inter-annuelle, pouvait permettre, était donc devenue la condition sine qua non de la poursuite du développement de la nation égyptienne ou, pour le moins, du maintien d’un équilibre supportable entre la population et la production agricole.

108Mieux, le stockage de la totalité des hautes eaux du Nil devait ouvrir la perspective d’une conquête de terres extra-nilotiques, c’est-à-dire mordre sur les bas plateaux arides qui encadrent le Delta. Ainsi entama-t-on, sans plus attendre (1953) des recherches expérimentales, le long de la bordure occidentale du Delta dans le but de définir les conditions d’un défrichement du désert. Elles se fondaient sur l’expérience acquise dans la région sableuse de Mariout, où la vigne et les agrumes sont cultivés depuis plus d’un demi-siècle, et sur la mise en valeur de la bordure occidentale du canal de Suez. Ces études préliminaires, entamées par l’Etat à grand renfort de matériel lourd et d’experts, devaient aboutir à la création ex nihilo d’une nouvelle province, baptisée à l’avance al-Tahrîr, de quelque 250 000 ha, dont le peuplement aurait pu aider à réduire la pression démographique dont souffrent la vallée et la majeure partie du Delta.

109Il est d’ailleurs consternant de songer que la population de l’Égypte continuait à s’agglutiner au voisinage immédiat du Nil alors que des espaces extrêmement vastes demeuraient vides. Les déserts, surtout le désert occidental, ne sont pas totalement dépourvus d’eau, du moins d’eau souterraine. Toutefois, la force de l’habitude aidant, les responsables ne semblaient guère enclins à ausculter systématiquement les potentiels artésiens, contrairement à ce qui se passait ailleurs et souvent avec succès (Sahara, Arabie Saoudite...). Tout au plus envisageait-on timidement de tirer avantage du surcreusement de la dépression de Kattarah afin de produire de l’électricité grâce à un canal amenant l’eau de la Méditerranée.

110Tous les projets ci-dessus énumérés présentaient divers inconvénients dont celui d’exiger à la fois de gros investissements et beaucoup de temps. Or la démographie galopait. Il convenait donc d’œuvrer simultanément dans d’autres directions. L’une d’entre elles résidait dans l’augmentation des rendements dans les territoires déjà sous culture. Dans l’hypothèse d’une totale maîtrise des eaux on pouvait tout d’abord s’employer à convertir à l’irrigation pérenne ce qui, en Moyenne et Haute Égypte, subsistait du système archaïque des hûd. Le grain, calculé en surface « récoltée », n’aurait pas excédé 150 000 ha du fait que sur une part non négligeable du fond des hûd les diverses installations qui puisent l’eau de la nappe phréatique permettaient déjà d’obtenir des récoltes d’été ou d’automne.

111Mais pour la plupart des plantes destinées à l’auto-consommation, nous avons noté que les rendements demeuraient médiocres, comparés à ceux d’une Europe moins ensoleillée, et qu’ils avaient même tendance à baisser. L’usage des semences sélectionnées et l’épandage judicieux d’engrais chimiques pouvaient permettre une amélioration notable, surtout s’ils étaient accompagnés de façons culturales plus soigneuses et plus adéquates, d’une irrigation moins empirique, etc.

112Toutefois des changements de comportement aussi radicaux impliquaient la disponibilité de capitaux, une information agronomique effective et un dynamisme de la part des cultivateurs. Ces conditions ne pouvaient naître ou se généraliser, aussi longtemps que subsistaient les structures contraignantes socio-économiques qui, autant que son propre nombre, étouffaient la paysannerie égyptienne. Pour intéresser le fellah au progrès agricole, pour qu’il comprenne que celui-ci est non seulement souhaitable mais possible, il fallait que disparaisse l’état stérilisant d’aliénation dans lequel il se trouvait : ainsi en vint-on à poser autrement qu’en terme de morale le principe d’une réforme agraire radicale. Mais le simple partage du sol, assorti d’un plafond à l’étendue de la propriété individuelle, ne pouvait suffir à résoudre le problème dans sa totalité et risquait, comme l’expérience l’a maintes fois prouvé ailleurs, de mettre en péril le ravitaillement des villes et l’équilibre du commerce extérieur de la nation toute entière. La réforme agraire envisagée devait donc être complétée par une organisation et un encadrement de la paysannerie tels que, outre une plus juste répartition des fruits de la terre, on aboutisse à une augmentation significative du volume et de la valeur de ceux-ci.

113Compte tenu du sous-emploi (ou chômage déguisé) qui accablait les campagnes égyptiennes, il convenait également d’amener leur « dégonflement », dans l’absolu et non seulement en valeur relative, jusqu’à peut-être la moitié de leur population. Cela signifiait une émigration rurale accélérée, vers les villes et les activités secondaires et tertiaires, ce qui posait d’autres problèmes que nous n’avons pas à aborder ici, et en tout état de cause, la baisse d’un taux de natalité qui demeurait proche du taux physiologique maximum.

114Ainsi, au tournant du milieu du siècle, l’Égypte apparaisait-elle en voie d’être libérée des entraves naturelles jusqu’ici les plus contraignantes pour se trouver confrontée à des facteurs inhibiteurs d’ordre sociologique et politique.

Evaluations stattistiques

115Superficie totale : 1.001.449 km2

116Surfaces cultivées (1953) : 25.450 "

117Surfaces “récoltées” (id.) : 39.370 "

Productions agricoles (moyennes 1945-52 arrondies) :

Productions agricoles (moyennes 1945-52 arrondies) :

118Élevage : (1 000 têtes).

119Bovins = 2 500

120Ovins = 2 000

121Bufflons = 1 800

122Anes = 1 000

123Dromadaires = 200

124Revenu national brut (1945) : Part de l'agriculture et de l'élevage = 44 %.

Valeur de la production (1951) en millions de livres égyptiennes :

125Agriculture 390 dont Coton (fibres et graines) 215Maïs 35

126Riz 30

127Blé 26

128Légumes 15

129Fruits 12

130Canne à sucre 8

131Elevage 75 dont Viande 35

132Laitages 28

133Volailles et œufs 12

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Ali el Kilani, « Le problème agricole en Égypte », Bulletin, de la Société Belge d’Etudes et Expansion, 1952.

Anhoury, « Les grandes lignes de l’économie agricole de l’Égypte », L’Égypte Contemporaine, 1941.

Anis, « National income of Égypt », L’Égypte Contemporaine, 1953.

Attia, « Ground Water in Égypt », Bull. Soc. de Géogr. d’Égypte, 1953.

Ayrout, « Fellahs d’Égypte », Le Caire, 1952.

Berque, « Remarques sur la structure sociale de quelques villages égyptiens », Les Annales Eco., Soc, Civil., 1955.

Besançon, « L’Homme et le Nil », Gallimard, 1957.

Economidès, « Les problèmes de l’endettement rural », L’Égypte Contemporaine, 1952.

Hurst, « Le Nil », Payot, 1954.

Issawy, « Egypt at Mid-Century », Londres, 1954.

Leprette, « L’Égypte, terre du Nil », Plon, 1939.

Lozach et Hug, « L’habitat rural en Égypte », Le Caire, 1930.

Pissot, « Agriculture et économie rurale égyptiennes », Bull. Rech. et Inf. des Ing. des Services Agric, Paris, 1952.

Saffa, « Exploitation économique d’un domaine rural égyptien », L’Égypte Contemporaine, 1949.

Sutton, « The climate of Égypt », Le Caire, 1946.

Table des illustrations

Titre Productions agricoles (moyennes 1945-52 arrondies) :
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable