Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Égypte d’aujourd’hui

 | 
Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient

Chapitre VII. La population de l’Égypte à l’époque contemporaine

Daniel Panzac

Texte intégral

1Après avoir été considérée au début du xixe siècle comme un pays sous peuplé, l’Égypte apparaît comme surpeuplée en ce dernier quart du xxe siècle. Sa population est passée d’environ 4 millions d’habitants en 1800 à près de 37 millions en 1976. A cet accroissement spectaculaire s’ajoute un élément paradoxal : si le territoire national couvre un million de km2, les Égyptiens n’occupent en fait que les 36 000 km2 de la vallée du Nil et de son delta ; le reste n’est autre que le désert. La conjonction de ces deux éléments, exiguité de l’Égypte utile, expansion démographique, amène à s’interroger sur trois points essentiels : les principales phases de cet accroissement, la répartition de la population qui en est résultée, enfin les éléments de cette croissance et de sa poursuite actuelle.

LA CROISSANCE

  • 1 Les premiers résultats publiés sont encore très incomplets.

2C’est en 1897 qu’a été effectué le premier recensement sérieux en Égypte. D’autres se sont succédés tous les dix ans jusqu’en 1947. Celui prévu pour 1957 n’a eu heu qu’en 1960 ; il a été suivi de celui, moins complet, de 1966. Le dernier s’est déroulé les 22-23 novembre 19761.

3On ne dispose par contre pour le xixe siècle que de chiffres rares et sujets à caution. Les savants français de l’expédition de Bonaparte ont estimé, selon un procédé discutable, la population de l’Égypte à 2 488 000 habitants. Ce chiffre est beaucoup trop faible. Il entraînerait un impossible quadruplement de la population du pays en un siècle et n’aurait pas pu fournir la base démographique indispensable aux amples entreprises économiques et militaires de Muhammad ‘Alî. Le dénombrement de 1846, 4 476 000 personnes, s’il est sans doute assez proche de la réalité, pèche aussi par faiblesse. A cette époque, un dénombrement est avant tout destiné à fournir le nombre de mobilisables et de contribuables d’un pays. Il s’ensuit une dissimulation certaine de la part des dénombrés et un inévitable sous enregistrement. Les mêmes inconvénients ont joué également en 1882, aggravés par les tensions et les difficultés politiques de cette année là.

  • 2 Voir le chaptire IX : le Caire.

4Tenter une restitution de ce que pouvait être la population de l’Égypte au siècle dernier est affaire délicate et c’est avec prudence que nous estimons la population totale de l’Égypte à 4 500 000 habitants en 1800. Ce chiffre se fonde d’abord sur un propos de Muhammad ‘Alî lui-même qui affirme en 1833, à un diplomate français, disposer de 870 000 hommes de plus de 17 ans, ce qui correspond approximativement à une population de cet ordre. Par ailleurs ce chiffre restitue au Caire la base démographique qui correspond à son importance dans le pays, soit 5,7 % pour la majeure partie du siècle2. Il assure enfin une assise raisonnable et plausible à l’évolution ultérieure de la population égyptienne telle que la propose le tableau 1.

TABLEAU 1. Évolution de la population de l’Égypte de 1800 à 1976

TABLEAU 1. Évolution de la population de l’Égypte de 1800 à 1976

E : estimation ; R : recensement.

5De 1800 à 1976, la population de l’Égypte s’est accrue de façon continue mais selon des rythmes différents. Durant la première moitié du xixe siècle, on a affaire à une évolution de type ancien caractérisée par une mortalité élevée aggravée par des guerres, des épidémies meurtrières telles celles du choléra en 1831, de la peste en 1835-41. La croissance est lente : cinq pour mille par an en moyenne. De 1846 à 1943-44, la progression s’accélère : débarrassée des disettes et des épidémies graves, dotée d’une modeste organisation sanitaire, assurée de la paix intérieure et d’une certaine expansion économique, l’Égypte voit sa population tripler en un siècle grâce à un taux important de croissance qui oscille entre 12 et 15 pour mille par an. Depuis les années quarante le pays est entré dans une troisième phase démographique : celle de l’essor accéléré. Après s’être maintenu à 26 pour mille pendant une vingtaine d’années, de 1947 à 1966, le taux d’accroissement de la période 1967-1976 a légèrement régressé, descendant à 23 pour mille. Toutefois cette baisse est largement conjoncturelle comme le montre l’analyse effectuée plus loin. La population de l’Égypte a pratiquement doublé de 1947 à 1976 et s’accroît actuellement de plus de 800 000 personnes par an.

6Par ailleurs cette population présente une remarquable unité. Les étrangers n’ont jamais été très nombreux : 250 000 au maximum en 1937 soit 1,5 % des habitants à cette date. Les principales communautés, essentiellement regroupées à Alexandrie, au Caire et dans la zone du Canal de Suez, étaient les Grecs (100 000), les Britanniques (60 000), les Italiens (50 000), les Français (25 000). La seconde guerre mondiale, la Révolution de 1952, les guerres avec Israël, ont entraîné de nombreux départs. En 1960, ils ne sont plus que 143 000 soit 0,5 % de la population et leur nombre a continué à décroître. Ignorant les problèmes de minorité ethnique ou linguistique, sinon religieuse, l’Égypte est désormais le pays le plus peuplé de l’Atlantique à l’Indus, dans cette zone péri-tropicale sèche qui est par excellence le domaine du monde musulman.

RÉPARTITION DE LA POPULATION

Nuances régionales

7La densité de la population dans l’Égypte utile est très élevée : 850 habitants au km2 en 1966, 1 000 actuellement. Toutefois la carte p. 160 révèle des disparités importantes. Les gouvernorats urbains du Caire, d’Alexandrie et du Canal mis à part, on constate que la population est plus particulièrement concentrée dans la vallée du Nil et dans son prolongement immédiat que sont les provinces situées au cœur du Delta. La densité est en général supérieure à 700 habitants au km2 (chiffres de 1966) et dépasse 1 000 dans les gouvernorats de Sohag et de Qalyubiyya. Au contraire, les provinces excentriques sont nettement moins peuplées : c’est le cas du Fayoum en Haute Égypte et plus encore des provinces extérieures au Delta : Buhaïra à l’Ouest, Charqiyya à l’Est, Kafr el-Cheïkh au bord de la mer, ont en moyenne 400 habitants au km2. C’est précisément dans ces provinces que se trouvent quelques unes des grandes zones en cours d’aménagement agricole du pays.

Répartition de la population égyptienne en 1966

Villes et campagnes

TABLEAU 2. Population urbaine et population rurale en Égypte de 1887 à 1974

TABLEAU 2. Population urbaine et population rurale en Égypte de 1887 à 1974

8L’urbanisation a été beaucoup plus rapide que l’accroissement de la population. De 1897 à 1976, l’Égypte a vu quadrupler le nombre de ses habitants mais décupler celui de ses citadins, plus nombreux aujourd’hui que la totalité des Égyptiens de 1937 ! Les villes égyptiennes peuvent se répartir en trois groupes :

  • deux grandes métropoles : d’abord l’énorme agglomération du Caire, 8 000 000 habitants en 1976 (voir le chapitre 9), puis Alexandrie, modeste bourgade au début du xixe siècle, qui doit sa fortune à Muhammad ‘Alî. Devenue une grande ville de 2 300 000 habitants elle étire sur 20 km ses quartiers résidentiels et industriels entre la mer et le lac Mariout ;
  • 14 grandes villes : celles d’origine récente situées sur le Canal de Suez et la majorité des capitales de province. Leur population moyenne se situe autour de 250 000 habitants ;
  • 112 chefs lieux de préfecture et de sous-préfecture. Ce sont des villes plus modestes, 31 000 habitants en moyenne et d’aspect souvent très rural.

9L’urbanisation s’est faite surtout au profit des grandes villes qui regroupent désormais les trois quarts des citadins et le tiers de la population totale de l’Égypte. Si les petites villes sont réparties équitablement sur l’ensemble du territoire égyptien, 11 des 16 grandes villes et 87 % de leurs habitants sont concentrés en Basse Égypte. De surcroît la plus importante des villes de Haute Égypte, Guiza, 711 000 habitants en 1970, est devenue partie intégrante du Grand Caire. C’est l’urbanisation qui explique la part croissante du Delta et la régression du Sa‘îd dans la répartition de la population égyptienne (42 % du total en 1897, 34 % en 1970). Depuis 1966, la Basse Égypte comporte davantage de citadins que de ruraux.

TABLEAU 3. Distribution de la population urbaine (1927-1970)

TABLEAU 3. Distribution de la population urbaine (1927-1970)

10Malgré cette forte urbanisation, l’Égypte demeure toujours un grand pays rural. Plus de 20 millions de paysans, chiffre jamais atteint à aucun moment de sa longue histoire, s’entassent dans 14 000 villages et hameaux. Les 900 habitants ruraux au km2, en 1966, des provinces de Qalyûbiyya et de Guiza, qui jouxtent Le Caire, représentent pour une large part l’extension de la capitale : bon nombre de villages sont devenus des communes de banlieue où la fonction résidentielle et l’industrialisation accroissent la population sans modifier le statut administratif. Mais les 7 à 800 habitants au km2 des campagnes des gouvernorats de la vallée et du moyen Delta n’ont guère d’autre activité que l’agriculture. Quels que soient les types d’appropriation foncière et de pratiques agraires, on atteint là des maxima difficilement supportables. L’exode rural est le corrolaire de la surpopulation des campagnes.

Migrations internes

11La mobilité de la population égyptienne se traduit par un glissement des habitants de la Haute vers la Basse Égypte et par un essor urbain sans précédent. Le tableau 4 permet de saisir, mais en partie seulement, les modalités de cette évolution. En effet les changements de résidence à l’intérieur d’une même province n’apparaissent pas ; par ailleurs les données utilisées ici ne sont pas absolument sûres et ont surtout une valeur indicative.

12Dans la période 1960-65, Le Caire, Alexandrie et les villes du Canal absorbent l’essentiel d’une émigration en provenance des provinces rurales de Haute comme de Basse Égypte, à l’exception de Guiza située dans l’orbite du Caire. La capitale absorbe à elle seule plus de la moitié des migrants.

TABLEAU 4. Balance migratoire par gouvernorats (1960-1970)

TABLEAU 4. Balance migratoire par gouvernorats (1960-1970)

13La demi-décennie suivante montre d’importants changements liés à la conjoncture politique. La guerre des Six Jours de 1967 a entraîné l’évacuation de la majeure partie de la population de la zone du Canal. Celle-ci s’est installée dans les provinces voisines, Damiette, Daqahliyya et Charqiyya, dans le reste de la Basse Égypte et surtout au Caire et ses environs. Ce transfert massif masque, dans presque tout le Delta, l’exode rural qui se poursuit néanmoins comme en témoigne l’émigration de la province de Manûfiyya et de toute la Haute Égypte, à l’exception de celle d’Assouan. Les 100 000 personnes installées là en cinq ans attestent l’importance du chantier du Haut Barrage à cette époque.

14Depuis 1974 la population regagne progressivement la zone du Canal que l’Etat s’efforce de transformer en une région d’accueil afin de détourner de l’attraction du Caire une partie de l’exode rural qui se poursuit sans trève.

Les activités de la popuation

TABLEAU 5. Secteurs d’activités (hommes) de 1907 à 1970 (en pourcentage)

TABLEAU 5. Secteurs d’activités (hommes) de 1907 à 1970 (en pourcentage)

15Du début du siècle à l’immédiat avant guerre la répartition professionnelle est quasi figée et marquée par la prépondérance de l’agriculture. Depuis 1937, celle-ci décroît régulièrement tout en demeurant l’activité principale. C’est le secteur secondaire longtemps médiocre qui, à partir de 1960, est le principal bénéficiaire de ce recul, témoignant ainsi du développement industriel de l’époque nassérienne. Quant au secteur tertiaire son ampleur certaine est due principalement à l’essor considérable d’une administration pléthorique.

16Toutefois, si la population active totale est passée de 5,8 millions en 1937 à 8,9 millions en 1970, cet accroissement est loin d’être proportionnel à l’augmentation de la population durant la même période.

TABLEAU 6. Population active par sexe (1937-1970) (en pourcentage de la population totale)

TABLEAU 6. Population active par sexe (1937-1970) (en pourcentage de la population totale)

17Le pourcentage d’actifs a considérablement régressé durant ce tiers de siècle. Les emplois féminins, déjà peu nombreux, ont diminué de moitié et une infime proportion de femmes ont une situation rémunérée. Un homme sur deux seulement travaille actuellement contre deux sur trois 33 ans auparavant. Ce sous-emploi qui s’aggrave est dû en partie au rajeunissement relatif de la population et aux importants efforts de scolarisation des enfants, mais il résulte principalement de l’essor démographique des trente dernières années. En l’état actuel des choses, l’économie du pays se révèle incapable d’absorber cet accroissement continuel de main-d’œuvre, et derrière les statistiques professionnelles se dissimule une proportion importante, quoique inchiffrable, d’inoccupés et de sous-employés. L’expansion démographique joue un rôle décisif dans la répartition, les activités et l’avenir des Égyptiens. Il reste à en déterminer les causes et les aspects essentiels.

LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE

Les mouvements de la population

  • 3 Les données utilisées ici sont tirées d’une étude polygraphiée, Fergany (Nader) : A reconstruction (...)

18L’état-civil égyptien, né pratiquement en 1898, modifié en 1912 et réorganisé en 1962, a longtemps souffert d’un très grave sous-enregistrement, principalement dans les campagnes. On estime que vers 1910-14, les trois quarts des naissances et la moitié seulement des décès d’enfants de moins de un an sont inscrits dans les registres. Des efforts persévérants ont permis de réduire progressivement ces lacunes : en 1964-69, les naissances inscrites représentent 93 % des naissances effectives mais les décès de nourrissons ne représentent encore que 73 % du total. Il a été tenu compte de ces insuffisances pour établir le graphique qui rassemble les aspects fondamentaux des mouvements de la population égyptienne au xxe siècle3.

19De 1909 à 1945 la natalité est très élevée, généralement supérieure à 50 pour mille et même à 55 pour mille ; la mortalité présente des caractères similaires, le taux dépassant toujours 40 pour mille. La mortalité infantile, considérable, 300 pour mille en moyenne, en est la cause principale. A noter que dans le détail, les mouvements de la population de l’Égypte reflètent, de manière atténuée mais certaine, les grands accidents de la conjoncture mondiale : guerres et crises économiques. La natalité baisse de 1914 à 1919, de 1931 à 1935 et de 1939 à 1943 et la mortalité infantile présente trois pointes significatives en 1915, 1932 et 1942. Quant au clocher de 1918 il témoigne des 180 000 victimes de l’épidémie de « grippe espagnole » de cette année là. Au total le taux d’excédent naturel se situe, accidents exceptionnels mis à part, autour de 12 pour mille par an. Depuis 1945, un profond changement est apparu. Le taux de mortalité a baissé très vite : dès 1947, il est inférieur à 30 pour mille et au dessous de 20 pour mille en 1963 pour se fixer actuellement autour de 13 à 14 pour mille. L’amélioration et l’extension de l’encadrement sanitaire et hospitalier, le service civique auquel sont en principe astreints les jeunes médecins égyptiens, ont permis d’obtenir ces résultats. L’espérance de vie à la naissance est ainsi passée de 34 ans en 1936-38 à 52 ans en 1970-72. Toutefois bien des ombres demeurent et notamment la mortalité infantile, qui a certes beaucoup diminué, mais dont le taux actuel de 120 pour mille reste préoccupant. La natalité a également amorcé un mouvement de baisse, mais plus tardivement, puisque le taux est resté supérieur à 45 pour mille jusqu’en 1964. A partir de cette date la diminution est régulière, puis accentuée de 1967 à 1972, conséquence de la guerre des Six jours. Mais les taux de 1973 et 1974, 36 pour mille, indiquent une stabilisation.

GRAPHIQUE. Mouvements de la population en Égypte (1909-1974)

GRAPHIQUE. Mouvements de la population en Égypte (1909-1974)

20En trente ans la natalité égyptienne a baissé d’un tiers mais la mortalité elle, a été réduite des deux tiers. Le taux d’accroissement naturel qui a dépassé les 20 pour mille dès 1947 s’est maintenu à 27 pour mille de 1950 à 1966 et se situe actuellement aux environs de 22 pour mille ; ce qui signifie que l’Égypte doit voir sa population doubler en trente ans. La répartition par âge reflète cette évolution.

TABLEAU 7. Répartition de la population par groupes d’âge de 1937 à 1970 (en pourcentage)

TABLEAU 7. Répartition de la population par groupes d’âge de 1937 à 1970 (en pourcentage)

21En 1937 la population présente des caractères très accentués de jeunesse : les moins de 20 ans sont presqu’aussi nombreux que les adultes alors que la proportion de vieillards est réduite. En 1960, l’Égypte est passée de 16 à 33 millions d’habitants et le rajeunissement s’est accentué puisque les moins de 20 ans forment désormais plus de la moitié de la population. Les chiffres de 1970 montrent que cette tendance persiste à l’heure actuelle.

22Malgré la baisse de la mortalité, le maintien d’une natalité élevée est donc le facteur déterminant de l’évolution démographique en Égypte. Il témoigne de la solidité de certaines structures sociales et mentales et des résistances que celles-ci opposent aux influences modernistes qui se manifestent depuis un quart de siècle.

LES PERMANENCES

Le mariage

23L’Islam apporte sa bénédiction au mariage et voit dans le célibat un état anormal pour l’homme et plus encore pour la femme. Ces prescriptions religieuses sont très largement respectées et les célibataires sont l’exception. C’est ainsi qu’au-delà de 45 ans, on ne trouve que 2 % d’hommes et 1 % de femmes qui ne se soient pas encore mariés.

TABLEAU 8. Age au mariage des époux en 1968

TABLEAU 8. Age au mariage des époux en 1968

24La difficulté de trouver un emploi, jointe à un service militaire de trois ans, expliquent que les hommes se marient tard ; un tiers d’entre eux le font après 30 ans, la moyenne étant de 26 ans. Au contraire la majorité des femmes sont mariées avant 20 ans. Il y a par voie de conséquence près de cinq fois plus de veuves que de veufs dans le pays.

25La polygamie, s’agissant d’un pays musulman, est peu importante et diminue constamment : 10 % des mariages en moyenne dans les années trente, 3 % vingt ans plus tard. En réalité, plus que la polygamie simultanée, c’est la « polygamie successive » qui était la plaie des foyers égyptiens : le divorce, dans la majorité des cas, une répudiation de la femme par son mari, était extrêmement fréquent, et partant le remariage.

TABLEAU 9. Mariages et divorces de 1930 à 1970 (pour mille)

TABLEAU 9. Mariages et divorces de 1930 à 1970 (pour mille)

26La diminution spectaculaire des divorces, un pour deux mariages il y a quarante ans, un pour 4,5 aujourd’hui, le recul de la mortalité entraînant l’allongement de la vie des deux conjoints, ont considérablement stabilisé et renforcé la famille égyptienne. Or la raison d’être de celle-ci, sa justification sociale et religieuse, c’est avant tout d’avoir des enfants.

La fécondité

TABLEAU 10. Moyenne de naissances vivantes selon l’âge de la mère et la durée du mariage (recensement de 1960)

TABLEAU 10. Moyenne de naissances vivantes selon l’âge de la mère et la durée du mariage (recensement de 1960)

27Le tableau 10 montre que plus une femme se marie jeune et que son ou ses mariages durent, plus elle a d’enfants. On note que les naissances se poursuivent régulièrement, quoique à intervalles plus grands, tout au long de la période féconde de la femme. Il n’y a pratiquement pas de prévisions pour les couples en ce domaine. Ainsi les femmes de 45 à 49 ans et de 30 ans de mariage, qui se sont donc mariées entre 15 et 19 ans, ont eu plus de sept enfants nés vivants durant leur existence. Une enquête effectuée en Basse Égypte en 1965 a révélé que mortinatalité et avortements spontanés représentent de 20 à 30 % des grossesses selon l’âge et la durée du mariage. Cela signifie pour ces femmes presque quinquagénaires, neuf grossesses au cours de leur existence.

TABLEAU 11. Les décès d’enfants et leur compensation au Caire en 1963

TABLEAU 11. Les décès d’enfants et leur compensation au Caire en 1963

28Le nombre d’enfants nés dans des familles qui ont eu le bonheur de ne perdre aucun des leurs est inférieur, de façon très sensible à la moyenne. Par contre la mort d’un ou de plusieurs enfants entraîne directement de nouvelles naissances et ce désir profond de compenser la perte des enfants ne s’affaiblit pas avec l’âge comme en témoigne ces familles qui, éprouvant ces deuils après 25 ans de mariage, continuent à avoir tardivement des enfants. En fait, le nombre de naissances par compensation, si on le compare avec celui des familles qui n’ont subi aucune perte, est toujours supérieur au nombre d’enfants décédés. Dans les mariages dont la durée va de 5 à 14 ans, on trouve 1 naissance pour 1 décès, mais 2,5 naissances pour 2 décès et 3,6 naissances pour 3 décès. Même constatation pour le groupe suivant de 15 à 24 ans : 1,6 naissances pour 1 décès, 3,1 naissances pour 2 décès... La mortalité enfantine (moins de 5 ans) et principalement infantile (moins de 1 an), considérable jusqu’à tout récemment et toujours importante, entraîne, par les deuils qu’elle cause et la crainte qu’elle inspire, une multiplication en partie préventive des naissances. C’est là une des causes principales du taux élevé de natalité constaté en Égypte.

29Avoir beaucoup d’enfants c’est également dans la société égyptienne, une nécessité économique. Dans une agriculture où l’énergie utilisée est surtout d’origine humaine, l’appui des enfants est indispensable pour certaines tâches. On a pu dire que l’extension de la culture du coton, par les soins minutieux et répétés qu’elles exige, favorisait la natalité. Actuellement 12 % de la population active recensée a moins de 15 ans et 23 % moins de 20 ans. Une descendance nombreuse apporte enfin à des parents âgés ou malades, bénéficiant de l’affection et du respect filial de leurs enfants, la possibilité de vivre dans des conditions décentes en l’absence de tout autre système organisé par la collectivité. Avoir des enfants c’est en somme contracter une assurance-vieillesse.

30L’ensemble de ces raisons trouvent une justification psychologique dans la vanité sexuelle masculine à laquelle fait écho l’orgueil de la fécondité féminine. Cet état d’esprit est encouragé par la religion musulmane qui récuse toute continence charnelle.

LES CHANGEMENTS

31Les éléments capables de modifier le comportement de la population vis-à-vis de la fécondité sont de deux types. Les premiers relèvent surtout de la conjoncture générale ; ils accompagnent les modifications démographiques étudiées, c’est le cas notamment de l’urbanisation et du développement de l’instruction. Le deuxième type, la planification des naissances, est très différent car il est fondé sur une action volontaire des pouvoirs publics.

Urbanisation

32Ce phénomène d’ampleur croissante joue un rôle important dans la baisse de la natalité par l’aspect multiforme de son action.

TABLEAU 12. Célibataires en ville et à la campagne en 1966 (en pourcentage)

TABLEAU 12. Célibataires en ville et à la campagne en 1966 (en pourcentage)

33Trouver un emploi et un logement sont des problèmes aigus en ville qui freinent les mariages : il y a un tiers des célibataires de plus en ville par rapport à la campagne. L’âge au mariage est également plus tardif : ainsi pour les femmes, en 1968, l’âge moyen est 21,3 ans en ville et 19,9 ans à la campagne. Ces difficultés matérielles déjà évoquées, la rupture avec l’environnement social et familial pour les nouveaux immigrants, jouent en faveur d’une réduction de la natalité.

TABLEAU 13. Natalité et mortalité en ville et à la campagne en 1974 (taux pour mille)

TABLEAU 13. Natalité et mortalité en ville et à la campagne en 1974 (taux pour mille)

34Si la mortalité est légèrement plus élevée à la campagne, indice de problèmes médicaux encore aigus, la natalité en zone urbaine accuse un niveau relativement bas. L’accroissement naturel qui en résulte est inférieur d’un tiers dans les villes et son taux est celui que les dirigeants égyptiens espèrent atteindre dans l’ensemble du pays alors que celui des campagnes, près de 28 pour mille, est encore celui de l’Égypte des années cinquante.

Instruction

35Plus une femme est instruite, moins elle a d’enfants. Au-delà de cette observation générale, on constate une différence dans la constitution, au fil des années, de la famille de ces femmes. Durant les cinq premières années de mariage, le nombre d’enfants est le même quel que soit le niveau d’instruction ; jusqu’à dix ans, l’écart, s’il apparaît, n’est pas très important : 2,5 naissances pour les illettrés, 2,1 pour les diplômés d’université. C’est surtout au-delà que les différences s’accusent : à cette étape de leur existence, les analphabètes n’ont eu encore que 37 % de leurs enfants (pour celles qui parviendront à dépasser les 30 ans de mariage), alors que, dans les mêmes conditions, les universitaires ont déjà largement constitué leur descendance : 57 % des naissances ont déjà eu lieu. En d’autres termes, ces dernières planifient leur maternité dans un sens restrictif, ce que ne font pas celles qui sont dénuées d’instruction.

TABLEAU 14. Nombre de naissances vivantes selon la durée du mariage et l’instruction de la mère (1960)

TABLEAU 14. Nombre de naissances vivantes selon la durée du mariage et l’instruction de la mère (1960)

TABLEAU 15. Célibataires et âge moyen au mariage chez les femmes (1966)

TABLEAU 15. Célibataires et âge moyen au mariage chez les femmes (1966)

36Les études, même secondaires, entraînent un retard important de l’âge au mariage, 4 ans entre les catégories les plus éloignées, et aussi un accroissement considérable du célibat : près de trois fois plus de femmes célibataires chez les plus instruites par rapport aux analphabètes. Evaluer l’importance et l’évolution de l’instruction en Égypte, c’est donc déterminer un des éléments essentiels de la démographie de ce pays.

TABLEAU 16. Les illettrés de plus de dix ans en Égypte (en pourcentage)

TABLEAU 16. Les illettrés de plus de dix ans en Égypte (en pourcentage)

37L’analphabétisme demeure un des grands problèmes de l’Égypte. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, l’instruction au sens le pus modeste du terme, est à peu près inexistante chez les femmes et bien peu répandue chez les hommes. La proportion des illettrés a reculé de façon appréciable après 1945, tombant de 85 % en 1937 à 59 % en 1972 ce qui représente un effort considérable si l’on songe que la population de l’Égypte a plus que doublé durant cette période. Toutefois si le recul est de 40 % pour les hommes, il n’est que de 22 % pour les femmes dont les trois quarts sont encore illettrées.

TABLEAU 17. Les illettrés en Égypte par lieu de résidence en 1972 (en pourcentage)

TABLEAU 17. Les illettrés en Égypte par lieu de résidence en 1972 (en pourcentage)

38L’opposition entre les hommes et les femmes se retrouve amplifiée selon leur lieu de résidence : l’alphabétisation est beaucoup plus poussée dans les villes, où près de trois quarts des hommes savent désormais lire et écrire, que dans les campagnes. Pour les femmes, la situation s’est améliorée dans les villes mais demeure très médiocre dans les zones rurales où 15 % seulement d’entre elles savent lire et écrire. Or sous l’angle démographique, le seul qui nous occupe ici, les conséquences sont très importantes. Elles signifient le maintien d’une fécondité élevée dans l’ensemble du pays et le creusement de l’écart entre les villes et les campagnes souligné précédemment. De l’importance et de l’orientation de l’instruction dépend donc largement l’évolution de la population.

39(Cf. l’annexe sur l’enseignement en Égypte.)

La planification des naissances

40Le spectaculaire essor démographique qui se manifeste depuis trente ans en Égypte pousse évidemment à s’interroger sur son orientation future et de nombreux travaux ont été effectués dans ce sens. Compte tenu de la complexité et du nombre des facteurs qui y sont impliqués, les estimations obtenues présentent des écarts sensibles : en 1985 la population totale du pays pourrait se situer entre 44 et 49 millions d’habitants et en l’an 2000 la fourchette est comprise entre 53 et 65 millions. Il peut se produire de surcroît des événements déterminants mais actuellement imprévisibles : crises graves, guerres, entraînant des migrations massives... Mais en l’état actuel des choses, la population de l’Égypte ne peut que croître.

41La période maximale de cette expansion démographique est contemporaine de la période nassérienne. Prenant conscience de ce problème, le régime constitue dès 1953 une commission nationale pour les problèmes de la population. En 1955 s’ouvrent les huit premiers centres de planification familiale du monde arabe. Mais ce sont les résultats du recensement de 1960 qui, en révélant que le pays s’est accru de plus de sept millions d’âmes, soit 37 %, depuis 1947, contraignent le gouvernement à agir. En 1962 est promulguée une charte affirmant que l’accroissement rapide de la population est le plus grand obstacle au progrès et au développement. Le Conseil suprême pour la population et la planification de la famille, institué en 1965, multiplie les centres. En 1973, à l’instigation du chef de l’Etat, ce conseil met sur pied un plan décennal dont les ministères de l’éducation, de la santé, des affaires sociales et religieuses, de l’information ainsi que l’Union socialiste arabe sont parties prenantes, avec des tâches précises. L’objectif est de ramener d’ici à 1982 le taux de natalité de 34 à 24 pour mille et celui de la mortalité de 14 à 11 pour mille en s’attaquant particulièrement à la mortalité infantile. Le taux d’accroissement réduit à 13 pour mille donnerait 41 millions d’habitants à l’Égypte en 1982.

42Les moyens mis en œuvre comprennent une préparation des esprits par le moyen des journaux, d’affiches, de la radio et de la télévision. Les enseignants sont également chargés de cette information et l’on utilise de véritables démarcheuses à domicile. Les femmes ont actuellement à leur disposition environ 2 500 centres officiels auxquels il faut joindre les établissements hospitaliers et un réseau de 437 centres privés dépendant d’une association présidée par un ancien ministre de la santé. Les produits contraceptifs sont fournis à des prix symboliques. Si de gros efforts sont faits en faveur de la contraception, l’avortement en revanche est interdit et sévèrement réprimé. Toutefois un récent rapport de l’O.M.S. sur ce sujet affirme qu’il y aurait annuellement de 150 à 180 000 avortements clandestins en Égypte.

43Malgré tout cela les résultats obtenus jusqu’à présent sont assez décevants. Le plan de 1973 avait prévu une baisse annuelle de 1 pour mille du taux de natalité, or les taux de 1974 et de 1975 sont plutôt en hausse. Une minorité de femmes fréquente ces centres, 6 à 7 % d’entre elles pour l’ensemble du pays dont 3 % à la campagne et 10 % pour les citadines. Une enquête menée dans la province de Gharbiyya en 1970 permet de mieux saisir les différents aspects de ce problème.

44Le nombre de centres est passé de deux en 1956 à six en 1965. Puis ils se multiplient : 135 en 1966, 164 en 1970 dont 118 à la campagne et 46 dans les villes. A cette date, 10,4 % des femmes mariées de 15 à 49 ans les fréquentent régulièrement dont 35 % seulement de paysannes alors qu’en 1966 la population rurale représente 68,5 % du total.

TABLEAU 18. Les femmes et la contraception en Gharbiyya en 1970

TABLEAU 18. Les femmes et la contraception en Gharbiyya en 1970

45La clientèle des centres de planification est composée de femmes âgées de près de 35 ans, mariées très jeunes, à 21 ans, et qui ont déjà de nombreux enfants, de 3 à 5 dans l’ensemble. Elles utilisent des procédés contraceptifs, la pilule à 80 %, depuis deux ans et demi en moyenne. L’instruction a joué un rôle très important dans leur sensibilisation à ces problèmes. Les femmes sachant au moins lire et écrire sont plus aisément convaincues que les illettrées : elles représentent ici le tiers du total alors qu’en réalité elles ne forment que le quart de la population féminine. Le niveau de cette instruction est également décisif dans la contraception : une ancienne lycéenne en prend conscience dès 27 ans et demi, une analphabète cinq ans plus tard, soit une naissance et demi après !

46L’échec actuel de la campagne de planification des naissances réside dans la très faible proportion de femmes atteintes par celle-ci et par l’âge de celles qui ont été convaincues. On se heurte ainsi aux obstacles qui ont déjà été évoqués : âge au mariage, niveau d’instruction, activités, etc. Pourtant l’idée de la famille restreinte fait lentement son chemin, au moins au Caire, où une enquête récente sur l’idéal des femmes concernant le nombre d’enfants souhaités est généralement de trois quel que soit le niveau social considéré.

***

47La situation démographique actuelle de l’Égypte est le reflet d’une société insérée dans des structures économiques qui n’ont pas fondamentalement changé depuis un siècle et demi. Cet accroissement de population qui semble inexorable est le fruit de la misère qui accable toujours le plus grand nombre des Égyptiens. Changements de mode de vie et de mentalité, limitation des naissances ne signifient rien pour eux. La densité de la population, cette impression pesante de masses humaines si sensible au voyageur européen, n’est excessive que dans ce contexte. La Ruhr est plus densément habitée que le delta du Nil mais n’est pas considérée comme surpeuplée.

48L’émigration massive spontanée n’existe pas ; seule la fuite des cerveaux et des techniciens affecte le pays. Transplanter des millions de paysans égyptiens au Soudan ou en Iraq, comme on l’a suggéré, relève de l’utopie compte tenu des implications politiques et financières que cela entraînerait. Les grandioses projets de mise en valeur de nouvelles régions hors de la vallée et du delta sont peut être susceptible de permettre dans l’avenir ce décollage économique sans lequel toute politique démographique a peu de chance d’aboutir.

49L’accroissement de la population depuis un siècle a, jusqu’à présent, fourni la base humaine nécessaire au prestige et au rôle éminent de l’Égypte au Proche-Orient. Faute de parvenir à la maîtriser, cette expansion démographique se révèle désormais un obstacle et un fardeau pour son avenir.

Annexe. L’ENSEIGNEMENT EN ÉGYPTE

50Le tableau joint rassemble un certain nombre de données globales officielles sur les différents niveaux d’enseignement en Égypte.

51Les progrès de l’alphabétisation, tâche essentielle de l’enseignement primaire, sont lents et inégaux. Ainsi l’élan du début des années soixante a-t-il été arrêté après la guerre des Six Jours de 1967. De sévères restrictions budgétaires ont en effet entraîné un recul des inscriptions révélé par les chiffres de 1970. Depuis, la reprise s’est amorcée. Si les 4/5 des garçons sont théoriquement scolarisés, seule la moitié des filles le sont. Ces généralisations cachent bien des disparités régionales révélatrices d’un développement inégal : ainsi en 1975 la province de Manûfiyya est scolarisée à 90 % mais celle de Sohag en Haute Égypte à peine à 50 %.

52L’enseignement secondaire a vu par contre ses effectifs tripler en douze ans et la proportion des filles augmenter lentement jusqu’à atteindre le tiers du total. L’évolution est à peu près similaire dans l’enseignement supérieur. L’opposition est très nette entre l’enseignement primaire qui subit de plein fouet les effets de l’accroissement démographique et les deux autres enseignements. On se trouve semble-t-il devant une volonté délibérée de favoriser la formation des cadres moyens et supérieurs qui manquent au pays pour le décollage économique auquel il aspire.

53L’état s’est engagé à fournir une situation, médiocrement rétribuée mais stable, à tous les diplômés de l’Université qui le souhaitent. Il a du même coup limité à 35 000 le nombre d’étudiants qui pourront accéder à l’enseignement supérieur chaque année. Le baccalauréat est ainsi devenu un concours de fait. De l’importance des points obtenus dépend l’entrée dans les facultés classées selon un ordre qui privilégie les formations scientifiques et médicales et relègue au bas de l’échelle les facultés des lettres et les instituts de pédagogie.

54Une partie des diplômés, notamment ceux issus des facultés d’ingénieurs et de médecine vont compléter leurs connaissances à l’étranger, principalement aux Etats-Unis, et ne reviennent pas toujours. Si on ajoute à celà, les quelques 30 000 coopérants égyptiens qui travaillent dans le monde arabe, on constate que l’Égypte manque encore de cadres scientifiques alors que la médiocrité et l’insuffisance de la formation aux niveaux inférieurs rendent rares les ouvriers et les techniciens qualifiés.

55Aux cinq universités existantes. le Caire (Guiza, Aîn Chams, al-Azhar), Alexandrie et Assiout, le gouvernement a décidé en juin 1976 d’en créer six nouvelles. Celles-ci seront toutes situées en province afin de pouvoir absorber les générations plus nombreuses d’adolescents, d’étendre la formation professionnelle supérieure et de faciliter le développement régional.

Elèves et étudiants en Égypte (1960-1972)

Elèves et étudiants en Égypte (1960-1972)

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Cairo Demographic Centre, Research Monograph Series :
n° 1 : Demographic measures and population growth in arab countries, Cairo, 1970.
n° 2 : Fertility trends and differentials in arab countries, Cairo, 1971.
n° 3 : Demographic aspects of manpower in arab countries, Cairo, 1972.
n° 4 : Urbanization and migration in some arab and african countries, Cairo, 1973.

Cleland (Wendell) : The population problem in Egypt, Lancaster (Penn.), 1936.

Mac Carthy (Justin A.) : Nineteenth-Century Egyptian Population, London, Middle Eastern Studies, 3/1976, p. 1-39.

Mboria (Lefter) : La population de l’Égypte, Le Caire, 1938.

Omran (A.) : The Population of Egypt, North Carolina University Press, 1973.

O.N.U. : Annuaires démographiques, 1948-1973.

Population and Development, a study on the population increase and its challenge to development in Egypt. Cairo, June 1973.

Seklani (Mahmoud) : La fécondité dans les pays arabes : données numériques, attitudes et comportements. Paris, Population, octobre-décembre 1960, p. 831-856.

U.N.E.S.C.O. : Tableaux statistiques : Afrique, décembre 1975.

Il existe deux revues égyptiennes spécialisées publiées au Caire :

– The Egyptian Population and Family Planning Review.

– Population Researches and Studies.

Notes

1 Les premiers résultats publiés sont encore très incomplets.

2 Voir le chaptire IX : le Caire.

3 Les données utilisées ici sont tirées d’une étude polygraphiée, Fergany (Nader) : A reconstruction of some aspects of the demographic history of Egypt in the twentieth century. The American University in Cairo, january 1976.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Évolution de la population de l’Égypte de 1800 à 1976
Légende E : estimation ; R : recensement.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Répartition de la population égyptienne en 1966
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre TABLEAU 2. Population urbaine et population rurale en Égypte de 1887 à 1974
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre TABLEAU 3. Distribution de la population urbaine (1927-1970)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre TABLEAU 4. Balance migratoire par gouvernorats (1960-1970)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre TABLEAU 5. Secteurs d’activités (hommes) de 1907 à 1970 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre TABLEAU 6. Population active par sexe (1937-1970) (en pourcentage de la population totale)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre GRAPHIQUE. Mouvements de la population en Égypte (1909-1974)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre TABLEAU 7. Répartition de la population par groupes d’âge de 1937 à 1970 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre TABLEAU 8. Age au mariage des époux en 1968
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre TABLEAU 9. Mariages et divorces de 1930 à 1970 (pour mille)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre TABLEAU 10. Moyenne de naissances vivantes selon l’âge de la mère et la durée du mariage (recensement de 1960)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre TABLEAU 11. Les décès d’enfants et leur compensation au Caire en 1963
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre TABLEAU 12. Célibataires en ville et à la campagne en 1966 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre TABLEAU 13. Natalité et mortalité en ville et à la campagne en 1974 (taux pour mille)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre TABLEAU 14. Nombre de naissances vivantes selon la durée du mariage et l’instruction de la mère (1960)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre TABLEAU 15. Célibataires et âge moyen au mariage chez les femmes (1966)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre TABLEAU 16. Les illettrés de plus de dix ans en Égypte (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre TABLEAU 17. Les illettrés en Égypte par lieu de résidence en 1972 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU 18. Les femmes et la contraception en Gharbiyya en 1970
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Elèves et étudiants en Égypte (1960-1972)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/800/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540