Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Égypte d’aujourd’hui

 | 
Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient

Chapitre IV. Les origines politiques de l’Égypte moderne

Nada Tomiche

Texte intégral

1L’histoire de l’Égypte, depuis la campagne de Bonaparte en 1798, se caractérise dit-on par une brutale prise de conscience. Mais en fait, c’est moins l’Égypte qui prend conscience du monde extérieur que celui-ci qui s’avise de l’existence de celle-là et qui, progressivement, avec heurts et à-coups, tente d’exploiter les ressources que la nature et la situation géographique lui ont assurées. Le long affrontement de la Vallée du Nil et de l’Occident fera l’histoire du pays jusqu’en 1952.

2Dès le xviie siècle, sous Louis XIV, quelques savants politiciens manifestent une curiosité intéressée à l’égard de l’Empire des Mamelouks. Leibnitz, le philosophe allemand, ne proposait-il pas au Roi-soleil un projet de conquête de l’Égypte ? L’Angleterre s’étant installée aux Indes, Choiseul, dans sa lutte contre l’ennemi héréditaire, concevait, sous Louis XV, l’idée de provoquer une diversion en attaquant l’antique terre des Pharaons. Les Mémoires sur les Turcs et les Tartares, du baron de Tott, traduits en anglais en 1786, prouvent par leur succès l’intérêt de l’Europe pour les « turqueries », dont témoignent les contes de Voltaire, les Lettres de Montesquieu et les traductions des Mille et une Nuits. Le baron de Tott était moins « innocent » que les purs littéraires. Il avait été envoyé par le gouvernement français inspecter l’état du pays et juger de la possibilité d’en faire une colonie française. Sa mission d’espionnage allait se révéler utile vingt ans plus tard, quand la curiosité, dépassant le niveau du divertissement, aboutira à l’occupation de l’Égypte par les armées de Bonaparte, en 1798. Inexistante jusque là sur la scène politique, l’Égypte reprenait consistance et « renaissait », soudain adulte, aux yeux des observateurs, avec ses factions, ses luttes intestines, sa grandeur et ses misères. Deux points de vue historiques se complètent et s’éclairent réciproquement. D’un côté, la vision de l’Égypte par les Occidentaux, Volney et les savants de l’Expédition française, Clot-Bey, Mengin ou Boislecomte qui jugent l’Égypte sur ses réalisations politiques et sociales, ses abus ou ses exploits, d’après un étalon de comparaison qui reste la réalité occidentale. De l’autre côté, la vision égyptienne du monde fournie par l’historien arabe Gabartî dont le jugement est imprégné de valeurs orientales.

3L’Égypte, « avant » le grand bouleversement politique que va provoquer l’arrivée des Français, est pour Gabartî un pays dont les problèmes sociaux accaparent au premier chef l’attention de l’historien. Jusqu’en 1213 H./1798 J.C., il n’est question que de vie chère, de famine, de contestation des intellectuels d’al-Azhar et des corporations de marchands, voire d’aveugles. Les événements « historiques » sont soigneusement notés mais surtout parce qu’ils rythment la vie sociale et permettent à l’individu de se situer par rapport au flux des années et des jours. La succession, échelonnée dans le temps, des Pachas montant en procession vers la Citadelle pour y occuper leurs appartements et leurs fonctions, à des périodes plus ou moins rapprochées, est indiquée avec un grand respect des traditions chronologiques de l’histoire telle qu’elle est conçue au xviiie siècle par l’Arabe cultivé. La société conservait une vie propre, avec ses fureurs et ses ardeurs, sa foule centrée sur la structure corporative. Les corporations se divisaient entre tenants de Sa’d ou de Harâm, deux héros légendaires et ennemis dont les haines se perpétuaient à tous les niveaux de la population. L’armée aussi était partagée entre les partisans de Dhû l-fiqâr et ceux de Qâsim.

  • 1 Gabartî, I, 383, année 1187.

4Au récit d’affrontements toujours répétés, Gabartî ajoute l’éternel retour des crues du Nil. Le fleuve préoccupe considérablement le chroniqueur qui, chaque année, dit les soucis et les rites développés au moment de la montée des eaux. Le respect pour le fleuve est tel que « nul ne pouvait jeter de détritus sur les berges du Nil sans être puni par le gouverneur ou par le khafîr (gardien) de l’endroit »1.

5« Après » l’arrivée des Français, le peuple sort de l’histoire ou du moins cesse de préoccuper l’historien arabe. La dichotomie s’instaure entre l’authenticité musulmane et la « fausseté » franque. Elle deviendra le principal souci non seulement des chroniqueurs mais aussi de l’intelligentsia égyptienne. Gabartî en premier est fasciné par les mœurs et le comportement des Français. Il les juge immoraux ou absurdes, que ce soit dans leur attitude envers la religion, leur galanterie envers les femmes ou leur « hypocrisie » envers la population conquise. Ne prétendaient-ils pas lancer un engin volant capable d’effectuer la liaison entre deux pays ?

6Aussi les événements vécus par les deux partis seront-ils décrits de manières en apparence divergentes, mais parallèles en profondeur.

7A l’arrivée de Bonaparte en Égypte, la situation apparaît complexe aux historiens français. D’un coté, le représentant ottoman de la Sublime Porte, le wâlî ou pacha, détenait, en principe, le pouvoir. En fait, celui-ci était accaparé par les Mamelouks (arabe « possédé », « acheté »), anciens esclaves blancs achetés au Caucase et en Russie du Sud, éduqués, islamisés puis affranchis. Leurs origines ne ternissaient en rien leur gloire.

8La lutte contre l’armée française et la défaite font basculer Turcs et Mamelouks hors de la scène politique et les refoulent en Haute-Égypte et en Syrie. Les conquérants tentent aussitôt d’appliquer les principes de gestion à l’Occidentale. Ils groupent les délégués des diverses provinces en un Conseil général (al-dîwân al-‘âmm) qu’ils chargent de la responsabilité de contresigner l’ordre de recensement des biens immeubles, des titres de propriété, des décès et des naissances. Ils tentent d’établir l’assiette de l’impôt foncier. Mais ces mesures prises pour assurer le droit des gens, provoquent un mécontentement si violent qu’il dégénère en un soulèvement général, le 21 octobre 1798. Les révoltes populaires et paysannes qui se succèdent alors sont décrites tant par Gabartî que par Denon et Niqûla Turk.

  • 2 Gabartî, III, 251.

9Pourtant, les ‘Ulamâ égyptiens forment seuls le Conseil (dîwân), à l’exclusion des Mamelouks et des Ottomans. Ils jouissent dans le pays d’une autorité politique jamais connue jusque là et qui s’ajoute à leur traditionnel prestige de Sages. Autour d’eux se crée une force proprement nationale qui enlève aux anciens dirigeants la gestion administrative et judiciaire du pays. Quand, au départ des occupants, les anciens chefs Mamelouks rétabliront leur emprise désordonnée sur le pays, Gabartî écrira comme on chuchote, « et on regretta la législation française »2.

10Sur le fond de chaos développé dans le pays par le départ des Français à la fin de 1801, un homme se détache qui va introduire, pendant près d’un demi siècle, des structures politiques, économiques et sociales nouvelles. Muhammad ‘Ali, officier dans l’armée ottomane, était arrivé en Égypte pour lutter contre l’invasion française. Albanais d’origine, il était né à Cavalla, en Thrace, la même année que Napoléon, en 1769, dira-t-il lui-même. Intelligent et audacieux, il exploite les divisions entre les partis locaux, appuyant les uns contre l’autre, pour les éliminer enfin successivement à son seul profit. De par ses origines balkaniques, Muhammad ‘Alî apportait en Égypte une vision du monde moins médiévale, plus « européanisée » que celle qu’il devait y trouver. Ouvert par la Grèce sur l’Europe, il formait le meilleur trait d’union possible entre l’Islam, dont il faisait partie par ses pratiques religieuses, et l’Occident, dont la technique ne lui était pas inconnue.

  • 3 Gabartî, III, 316 ; tr. VII, 312-313.

11Avec ses troupes albanaises, Muhammad ‘Alî commence par appuyer les Mamelouks contre le pacha turc, cependant que le désordre règne dans le pays. « La vie était devenue insupportable. Cherté des objets de première nécessité, importations nulles, communications impossibles... La panique était générale »3. Puis, en 1804, avec le pacha turc, Muhammad ‘Alî se retourne contre les Mamelouks qu’il refoule en Haute Égypte.

12Cependant, les chefs religieux égyptiens et les notables ne se résignent pas à perdre les pouvoirs acquis pendant l’occupation française. Ils soulèvent la population à la fois contre les Mamelouks et contre le pacha et sa soldatesque. Bien que mal armés, ils disposent d’un grand pouvoir potentiel. Muhammad Ali s’en rend compte et décide de s’en faire un parti qui légitimerait ses ambitions. Il leur assure l’appui de ses troupes qui s’avèrent les mieux organisées et les plus efficaces du pays. Ses nouveaux partisans l’élisent wâlî d’Égypte le 12 mai 1805 et adressent une supplique à la Porte demandant confirmation du choix des ‘ulamâ. Sans attendre la confirmation qui parvient en juillet 1805, Muhammad ‘Alî annonce sa nouvelle dignité aux gouverneurs de province, et, rassurant, les confirme dans leurs fonctions afin d’encourager leur neutralité.

Le règne de Muhammad ‘Alî

13Le règne de Muhammad ‘Alî se déroulera sous le signe de profondes réformes intérieures mais aussi de guerres, déclarées ou froides, poursuivies en faveur de la puissance ottomane puis contre elle.

14Les guerres l’entraîneront d’abord, sur l’ordre du sultan, en Arabie. C’était pour s’assurer son aide, en effet, que le sultan l’avait confirmé dans les fonctions de wâlî d’Égypte. Muhammad ‘Alî comptait obtenir beaucoup plus pour ses services militaires. En 1812, il occupe les villes saintes du Hedjaz, Médine et la Mekke, ainsi que Djeddah. L’avantage pour lui est grand d’éloigner d’Égypte ses turbulentes troupes albanaises à qui il doit son pouvoir. De plus il sait que sa conquête lui donnera le prestige attaché au maître des Lieux Saints. Mais l’occupation qu’il va s’imposer pendant des années saignera ses finances et sa population, et lui attirera l’hostilité de l’Angleterre qu’inquiètera sa position sur la route des Indes.

15Ce premier succès encourage les ambitions expansionnistes de Muhammad ‘Alî. Il se tourne vers la vallée du Nil : le Soudan n’est pas une province ottomane ; il n’y a donc pas d’opposition à craindre du côté de la Porte. De plus, c’est le refuge des derniers opposants Mamelouks qui menacent encore la sécurité du gouverneur de l’Égypte. C’est aussi une réserve d’esclaves dont Muhammad ‘Alî pense se servir pour reconstituer ses armées en remplaçant ses Albanais peu sûrs par des esclaves, selon les traditions orientales. Ses troupes remontent le fleuve, conquièrent le pays (1820-1823), créent la ville de Khartoum. Le sort du Soudan est dès lors lié à celui de l’Égypte pour plus d’un siècle.

16Caressant l’espoir d’arracher à la Porte la reconnaissance du droit de sa dynastie à l’hérédité du pouvoir sur l’Égypte, il accepte, à la demande du sultan, de participer à la répression de l’insurrection grecque. Son fils Ibrâhîm conquiert la Crète en 1823, débarque en Morée, en 1825, et soumet la plus grande partie de la péninsule. Mais, en 1827, la France et la Grande Bretagne interviennent militairement en faveur des Grecs. La guerre aboutit à la bataille de Navarin où, le 30 octobre 1827, la flotte égyptienne est détruite. En 1828, Muhammad ‘Alî retire ses troupes. Depuis 1827, il réclame, en compensation à la perte de sa flotte, le gouvernement de la Syrie. N’obtenant que des refus, il décide de conquérir par la force ce qu’il ne peut acquérir par ses sacrifices.

17La première campagne de Syrie commence en 1831. Acre tombe en 1832. Damas et Alep sont prises. Ibrâhîm victorieux veut continuer sa marche sur Constantinople. Mais il est, à nouveau arrêté par l’intervention des Puissances étrangères dans ce qu’on appellera la « question d’Orient ». En 1838, après une période de tension et de menaces, la seconde campagne commence quand les troupes ottomanes attaquent et sont à nouveau défaites. La flatte turque se rend sans combattre, à Alexandrie. Mais une fois de plus, l’Europe intervient et oblige Muhammad ‘Alî à accepter des conditions décevantes. Il doit rendre la flotte turque et renoncer au gouvernement de la Syrie. En échange de quoi, il obtient le gouvernement héréditaire de l’Égypte, en tant que vassal de la Porte, et le gouvernement à vie, mais non héréditaire, du Soudan. Il doit enfin réduire son armée à 18 000 hommes. En 1840, il ordonne spontanément l’évacuation de l’Arabie dont il ne peut plus assurer le contrôle. La tension se relâche et il obtient du Sultan, par firmans de 1841, une relative autonomie de toute la vallée du Nil, maintenue sous son autorité.

18Les réformes intérieures sont conçues de manière à exploiter au mieux le pays que le Pacha gère comme un patrimoine personnel. Il fait venir experts et techniciens afin de tirer parti des possibilités de son « domaine ». Progressivement, il monopolise les principales branches de l’activité économique.

19Il réalise d’abord une réforme agraire qui permet à l’Etat, après avoir dépouillé les Mamelouks, de s’approprier la presque totalité des terres cultivées. Cette réforme revêt un intérêt économique autant que politique car elle dépouille les anciens chefs mamelouks et leurs familles de ce qui faisait naguère encore leur puissance. Les autres propriétaires, les chaïkhs et les mosquées qui jouissaient des revenus des biens fonciers de main-morte (waqf et rizâq) sont expropriés contre une maigre indemnité.

  • 4 Gabartî, IV, 332 ; tr. IX, 315, année 1820.

20L’État confie ses fermes à des paysans dont il encadre l’activité. Ils doivent semer les graines indiquées et vendre la totalité des récoltes au gouvernement. Muhammad ‘Alî lui-même partait « pour la Haute Égypte afin de réunir le blé, les fèves, et les lentilles qui pouvaient encore se trouver chez les habitants de cette contrée. Les barques furent réquisitionnnées et conduites de force vers la Haute Égypte. Elles devaient transporter les céréales jusqu’aux dépôts de la Basse Égypte où elles étaient vendues aux Européens et aux Grecs à des prix élevés »4. Ce n’est qu’à partir de 1836 que les fellahs pourront garder leurs récoltes de céréales contre redevances. Ce dirigisme favorise, dès 1822, la culture intensive, conseillée par le Français Jumel, du coton à longue fibre et de cultures exportables (blé, riz, gommes, canne à sucre, lin, chanvre, etc.). L’agriculture dépasse dès lors le niveau de consommation locale et s’oriente vers une économie de marché et d’échanges extérieurs, cependant qu’elle permet la création d’industries de transformation.

  • 5 Gabartî, IV, 276 ; tr. IX, 199, année 1816.

21Les industries sont monopolisées dès 1816, par étapes, au détriment des artisans locaux. Le gouvernement construit des ateliers, embauche comme ouvriers les artisans ruinés et leur confie un matériel moderne, importé d’Europe. Le monopole du tabac à priser est réalisé. On regroupe dans un Heu unique, une okelle (wakâla), les artisans et les commerçants. Les filatures et ateliers de tissage se multiplient. Toutefois les bénéfices réalisés sont engloutis par la faute de fonctionnaires incompétents chargés de diriger les nouvelles industries. Les machines modernes, importées d’Europe, sont jetées dans des magasins où elles se rouillent, une consommation excessive est faite de matériaux tels que bois, charbon, fer, cuivre, teintures ; le gâchis se généralise. De bons administrateurs avaient pourtant commencé par se faire aimer de leurs ouvriers et par organiser au mieux les industries qui leur étaient confiées. Tel Muhammad Tabbâî, qui tenta d’encourager la modernisation avant de se faire assassiner par Muhammad ‘Alî auprès de qui il avait été desservi. « Aussi dois-je dire, conclut Gabartî, que si avec l’énergie, la générosité du caractère et les qualités de direction et d’organisation dont Dieu l’avait doué, il (Muhammad ‘Alî) avait possédé le sentiment de la justice, cet homme serait devenu unique dans son temps et la merveille de cette époque »5.

22Un important marché était assuré aux industries locales, quelque défaillantes qu’elles fussent, par les besoins de l’armée et de la marine reconstruite et renforcée dans l’arsenal d’Alexandrie. Elles se développent donc avec, dès 1830, des ajustements allant dans le sens d’un retour à l’initiative et à la liberté individuelle – en échange de droits relativement élevés. Mais quand, après 1841, l’armée est réduite et la marine supprimée, l’industrie d’Etat disparaît, remplacée par des gérants venus souvent des communautés libanaises, arméniennes ou européennes du pays.

  • 6 Gabartî, IV, 152, 154 ; année 1812.

23Afin de protéger l’écoulement des produits de l’agriculture et de l’industrie, Muhammad ‘Alî, après avoir également monopolisé le commerce d’exportation, établit une sévère législation douanière. Il parvient même à rendre inopérant le régime des Capitulations qui permettait à certaines nations de soustraire leurs resortissants à l’action des lois locales. Les Européens sont contraints de se soumettre à ses décrets et de ne pas importer de marchandises concurrentes pour les produits locaux. Ils lui servent, en contre-partie, d’intermédiaires privilégiés. « Tous les blés d’une province étaient réunis dans un endroit indiqué d’avance et de là étaient expédiés à Alexandrie pour être vendus aux Européens », note Gabartî, qui remarque plus loin : « Pendant son séjour à Alexandrie, le pacha achetait toutes les marchandises qui arrivaient aux négociants et les revendait aux marchands aux prix qu’il stipulait lui-même »6.

24Au début du règne, de 1808 à 1812, des exportations massives de blé égyptien se font en direction de l’Europe affamée par les guerres napoléoniennes. Les revenus considérables de ces ventes permettent alors au pacha de renforcer son armée et de construire sa flotte. Le commerce de l’Égypte se diversifie ensuite, dirigé non seulement vers l’Europe mais aussi vers l’Afrique et l’Asie. A partir de 1841, la réduction des forces armées, la suppression des monopoles, exigées par les puissances, restreignent le marché intérieur et permettent à nouveau la concurrence des industries européennes. Les entreprises d’État, mal gérées, seront rapidement dépassées et déclineront jusqu’à la fin du règne. Mais tout ne disparaîtra pas. L’économie de marché, établie sur la quasi monoculture du coton, va contribuer à intégrer l’Égypte dans le devenir mondial.

25Pendant cette première moitié du xixe siècle, la caractéristique démographique de l’Égypte est le sous-peuplement avec les problèmes de main-d’œuvre corrélatifs, qui ont lourdement entravé l’industrialisation du pays. L’époque est aussi marquée par le prodigieux essor d’Alexandrie. Le vice-roi en fait le principal port de commerce extérieur, la base de son arsenal. Entre 1821 et 1826, la ville comptait 12 528 habitants. En 1846, elle en comptera 164 359, soit un accroissement de 1 200 %. Elle devient dès lors la seconde ville du pays, après le Caire (256 679 habitants en 1846, après en avoir compté 218 560 en 1821-1826) relativement stationnaire devant la concurrence d’Alexandrie et, de plus, ravagé par la peste de 1835. Ces deux grandes villes se modernisent de manière à répondre aux besoins des nombreux étrangers qui s’y installent.

26Car l’ingérence étrangère en Égypte se développe. Grâce à leur pénétration commerciale et économique, la France et l’Angleterre se partagent les rôles de « conseillers » auprès de la dynastie régnante.

Les pachas réformateurs

27Arrivé au pouvoir du vivant même de son père et par la volonté de celui-ci, Ibrâhîm accède au trône en 1847 mais meurt le 10 novembre 1848, neuf mois avant Muhammad ‘Alî. Un petit-fils de ce dernier, ‘Abbâs, alors l’aîné de la famille, monte sur le trône, en application du firman sur la transmission héréditaire du titre de pacha en Égypte.

28‘Abbâs Ier, esprit prudent et tatillon, tente de rétablir l’équilibre économique et de restreindre l’influence européenne, en résistant aux incitations à la modernité et aux dépenses de prestige. Il réduit encore l’armée, ferme les écoles, renvoie les techniciens étrangers, dispense la population de la conscription. Aussi son bref passage au pouvoir est-il ressenti comme une période de détente par les Égyptiens qui bénéficient de plus, de dégrèvement fiscaux. Par ailleurs, cette attitude modérée rassure le cabinet de Londres qui se rapproche ouvertement de l’Égypte quand ‘Abbâs, le 18 juillet 1851, signe le contrat de construction d’un chemin de fer joignant Alexandrie au Caire. Cette décision mettait un terme, provisoirement, au projet français de construction du Canal de Suez. Mais le souverain est assassiné, le 13 juillet 1854.

29Sa‘îd, son oncle, quatrième fils de Muhammad ‘Alî et frère d’Ibrâhîm, plus ambitieux que son prédécesseur, reprend la politique de réformes et de modernisation. Dans le domaine social et économique, il prend des décisions qui auront des effets considérables sur le devenir de l’Égypte. Il ouvre, en effet, aux « indigènes » les plus hauts grades de l’armée – jusque là réservés aux Turcs et aux Circassiens. Ainsi se formera le groupe d’officiers nationalistes dont la contestation s’exprimera sous la bannière de ‘Orâbî, dans le dernier quart du siècle. Par ailleurs, il libère la propriété des terres kharâg dont l’exploitant n’avait jusque là que l’usufruit. Elle redevient héréditaire. De cette réforme naîtra la classe des grands propriétaires terriens qui, au début du xxe siècle, investiront leurs capitaux dans la nouvelle banque Misr, noyau de la bourgeoisie égyptienne.

30Dans le domaine économique, le souverain reprend les vastes travaux publics commencés sous Muhammad ‘Alî. Il fait construire des canaux, des postes, des chemins de fer. Il ordonne le percement du Canal de Suez et en accorde la concession à Ferdinand de Lesseps, le 5 janvier 1856. L’avantage ainsi repris par la France fait renaître l’hostilité de l’Angleterre qui craint plus que tout de perdre la maîtrise de la route des Indes. Implacablement, elle surveille les initiatives d’un souverain faible et mal conseillé. Elle lui permet de contracter des dettes de plus en plus lourdes auprès de la Banque de Londres. C’est l’insolvabilité de l’Égypte qui lui permettra, moins de vingt ans plus tard, de la soumettre à sa domination.

31Le 18 janvier 1863, Ismâ‘îl, fils d’Ibrâhîm, succède à son oncle Sa‘îd. Agé de 33 ans, formé en France, brillant, il a l’ambition de hausser l’Égypte au niveau de la civilisation européenne. Pour y parvenir, il continue à endetter le pays, subissant des taux usuraires et ruineux.

32Ses emprunts cependant lui permettent de financer l’achèvement du Canal de Suez, en dépit de l’obstruction anglo-turque. Il l’inaugure avec éclat, le 17 novembre 1869, devant un parterre de princes européens. Les crédits obtenus lui permettent aussi de poursuivre la construction d’un vaste réseau de canaux, de ponts, de chemins de fer, de lignes télégraphiques. L’hygiène est améliorée, à Alexandrie et au Caire, par la création d’égouts et d’un service des Eaux et du Gaz.

33Il peut également entreprendre, pour le compte de la Sublime Porte, des campagnes militaires. Il participe ainsi à la pacification de la Crète et reçoit en récompense, du sultan, le titre de khédive, transmissible à ses seuls descendants directs, à l’exclusion de ses frères ou de tout autre membre de la famille de Muhammad ‘Alî, qui n’accèderaient au trône qu’en cas d’absence d’héritiers mâles (firman du 8 juin 1867).

34Son ambition expansionniste le conduit jusqu’au cœur de l’Afrique. La voie avait été ouverte par les reconnaissances du navigateur turc Salîm Qabûdân qui, affrontant le premier les tribus hostiles et les difficultés géographiques échelonnées jusqu’au Nil Blanc, avait provoqué le développement du commerce des esclaves et de l’ivoire. Ismâ‘îl, sous le prétexte humanitaire de lutter contre les négriers, envoie jusqu’en Abyssinie des troupes encadrées par des Européens et des Américains, dirigées par son fils, Ismâ‘îl qui y trouva la mort, puis par Baker de 1869 à 1873 et Gordon jusqu’en 1880. A l’exception de la région des lacs Tana et Victoria, sources du Nil Bleu et du Nil Blanc, Ismâ‘îl unit sous son autorité la vallée du Nil.

35En contre partie d’un tribut élevé payé à la Porte, le khédive reçoit une telle liberté dans l’administration de l’Égypte qu’il peut mener à bien d’importantes réformes politiques et sociales, dont le résultat sera que le pays est traité non plus en province de l’Empire ottoman mais en État semi-indépendant. Renouvelant la tentative faite par Sa‘îd qui, en 1858, avait ordonné l’arabisation de la correspondance officielle, Ismâ‘îl décrète, en 1869, l’arabisation de l’administration. Par ailleurs, les idées démocratiques des Saint-Simoniens et d’Enfantin ne lui étant pas inconnues, il institue, dès 1866, une Assemblée consultative, élue au suffrage indirect et qu’il pouvait seul convoquer ou dissoudre.

36Le khédive s’attaque aux privillèges capitulaires, et obtient des puissances européennes le droit d’établir des Tribunaux mixtes (inaugurés en 1875) où les juges égyptiens et étrangers, ceux-ci proposés par leurs gouvernements mais agréés par l’Égypte, connaîtront des affaires impliquant des étrangers, ou des étrangers et des indigènes, en matière civile et commerciale. Ces tribunaux avaient le mérite, à l’époque, de limiter les abus des juridictions consulaires. Mais en aménageant le système des Capitulations, ils le confirment et lui donnent une nouvelle légalité. Appliquant une législation spéciale inspirée des codes français, ils permettent un progrès certain du point de vue administratif, mais, du point de vue politique, ils diminuent l’autorité de l’État. Toutefois, ils aident à la constitution d’une élite de juges et d’avocats, ouverts aux méthodes occidentales, et ayant une éthique d’indépendance intellectuelle et politique. De ce milieu sortiront de nombreux politiciens des débuts du xxe siècle. L’enseignement public est réorganisé, les missions d’étudiants reprennent, plus nombreuses encore que sous Muhammad ‘Alî.

37Ces initiatives, pour la plupart bénéfiques à long terme, accroissent dans l’immédiat le passif et les dettes contractées à des taux draconiens assortis de lourdes commissions. Soucieux d’éviter la faillite, le khédive Ismâ‘îl se résigne à vendre, en 1875, les parts égyptiennes du Canal de Suez. Disraëli, alors Premier Ministre de la reine Victoria, en réalise l’achat pour une somme dérisoire, et assure ainsi à l’Angleterre, pour trois quarts de siècle, une situation privilégiée dans le contrôle du pays. En vendant ses parts, Ismâ‘îl vend l’Égypte. Débordé par les échéances, il est, en effet, contraint d’accepter, le 2 mai 1876, un accord garantissant à ses créanciers le remboursement de ses dettes. Les Puissances lui imposent, véritable atteinte à la souveraineté nationale, un contrôle rigoureux et direct des recettes fiscales du pays. C’est ainsi qu’est créée la Caisse de la Dette publique, organisme qui reçoit la partie des impôts affectée au remboursement des créances. Des Commissaires étrangers, deux contrôleurs et deux ministres anglais et français, reçoivent la mission de surveiller la gestion des finances.

La réaction nationaliste

38La mise en tutelle du pays cristallise, en réaction,, une prise de conscience de l’élite nationale. Les notions de patrie et de nation, exprimées par l’écrivain Rifâ‘a al-Tahtâwî, l’un des premiers bénéficiaires des missions de Muhammad ‘Alî en France, prennent alors racine. Une société secrète se forme en 1876, sous la direction du colonel ‘Orâbî, l’un des jeunes officiers autochtones parvenus aux hauts rangs de l’armée à la suite des réformes de Sa‘îd. Le groupe comprend des pachas, gros propriétaires terriens, des officiers, des poètes, des écrivains, des commerçants. En 1879, la société secrète devient le Parti National, al-hizb al-watanî, dont le Manifeste paraît au lendemain de la chute de l’ex-khédive Ismâ‘îl, avec pour mot clé celui de patrie (watan) et, pour idée maîtresse, le refus de toute immixion étrangère dans les affaires du pays.

39Porté par le courant nationaliste, réfractaire à la main-mise occidentale, Ismâ‘îl tente de chasser les ministres étrangers. Il est contraint d’abdiquer, le 25 juin 1879 et de laisser le trône à son fils aîné, Tawfîq, selon le nouveau droit de primogéniture.

40L’Égypte appraît à l’Europe comme une proie de bon rapport. Mais parallèlement, l’opposition se fait de plus en plus désespérée. Sous la pression des militaires, ‘Orâbî est nommé sous-secrétaire d’État à la Guerre, en janvier 1882, puis ministre de la Guerre en février. Le khédive Tawfîq démet alors le Cabinet cependant que, pour intimider les nationalistes, la flotte anglo-française croise devant Alexandrie. La réaction populaire en faveur des nationalistes est si violente que ‘Orâbî est rappelé au ministère de la Guerre. La tension ne se calme pas. Elle s’aigrit, au contraire, se transforme en mouvement xénophobe, en émeute anti-Européens, à Alexandrie d’abord, avant de s’étendre au reste du pays, échappant semble-t-il au contrôle de ‘Orâbî. La flotte anglaise reçoit l’ordre de protéger les minorités et de bombarder Alexandrie le 11 juillet 1882. ‘Orâbî poursuit la révolte armée. La zone du canal de Suez devient un champ de lutte. Mais à Tall al-Kabîr, le 13 septembre 1882, ‘Orâbî est défait, puis déporté à Ceylan. L’armée égyptienne est licenciée. L’Angleterre s’installe militairement en Égypte et, geste révélateur, le tribut cesse d’être payé à la Porte, avec laquelle cependant des liens seront maintenus jusqu’à la Grande Guerre.

  • 7 Archives A.E., Egypte, Politique étrangère. Dossier général, 1895-1904, N.S. 17, lettre du 1er sep (...)

41La révolte de ‘Orâbî marque la première explosion du sentiment nationaliste qui dépasse l’élite pour atteindre le peuple et s’exprimer, à l’échelle du pays entier, par des soulèvements urbains et paysans. La question pourrait se poser de savoir si l’administration anglo-égyptienne n’aurait pas pu calmer les troubles. La réponse semble avoir été donnée par un observateur, quelques années plus tard. A. Boutiron, Consul général de France, résidant à Alexandrie, écrit en effet à Hanotaux alors ministre des Affaires Étrangères : « Cela n’entre généralement pas dans le programme des Anglais. Ils préfèrent trouver dans l’attitude des indigènes motif à aggravation du régime actuel »7.

La période coloniale (1882-1922)

42L’occupation britannique provoque certes la mauvaise humeur de la France. Mais, par un partage à l’amiable du monde colonisable, elle recevra plus tard toute liberté en Afrique du Nord, en échange de l’abandon aux Anglais de la pleine jouissance de l’Égypte (Fachoda 1898, signature de l’Entente Cordiale 1904). Sans attendre toutefois, un agent diplomatique anglais dirige souverainement le pays (Dufferin et Malet, puis Lord Cromer de 1888 à 1907, Gorst en 1907 et enfin Kitchener, 1911-1914), entouré de conseillers britanniques aux Finances, à la Justice et à l’Intérieur. Le nouveau khédive doit docilement préserver, par sa présence, la fiction de la continuité de l’ancien État politique. La moindre velléité d’émancipation est brutalement réprimée, comme on le verra quand, en 1914, le khédive ‘Abbâs II Hilmî sera déposé sans autre forme de procès.

43La puissance anglaise oriente désormais l’économie en fonction de ses propres intérêts. Certaines de ses initiatives ont certes des retombées bénéfiques pour le pays : amélioration du barrage du Delta (1890), construction du barrage d’Assouan (1902) ; convention signée à Londres en 1885 par les Puissances capitulaires et permettant de supprimer quelques uns des privilèges des étrangers et de les assujétir à la contribution foncière. Les premières dispositions vont étendre les surfaces cultivées ; la dernière grossira les revenus des impôts. Dès 1887, des excédents budgétaires sont réalisés qui aident à l’amortissement de la Dette.

44Ces ressources nouvelles permettent aussi le financement de la guerre que poursuit l’Angleterre, au nom de l’Égypte et avec des troupes en grande partie égyptiennes, au Soudan où elle se heurte, depuis 1881, aux guerriers farouches du Mahdî. Ce n’est qu’en 1898 que Kitchener conquiert le pays et y établit un « condominium » anglo-égyptien, qui durera de 1899 jusqu’en 1924. A cette dernière date, les Anglais obtiendront le retrait de toutes les unités égyptiennes et gouverneront seuls le Soudan.

45Les Anglais encouragent également la culture intensive du coton égyptien à longue fibre, envoyé comme matière première aux usines britanniques de Liverpool et du Lancashire. Le marché égyptien s’ouvre largement aux produits d’importation. Les capitaux étrangers sont invités à s’investir dans les petites entreprises locales, les industries de consommation, les services publics (Eaux, Gaz, moulins, transports terrestres, maritimes et fluviaux), à l’exclusion du capital égyptien qui ne s’intéresse qu’à la terre. La loi « de patente » du 9 janvier 1890 libère la main-d’œuvre du contrôle des corporations et lui permet d’abandonner les petites manufactures « indigènes » pour venir vers l’industrie à capitaux étrangers. La loi n° 13 de 1904 qui ferme les établissements jugés « insalubre et dangereux » supprime les dernières manufactures locales évidemment peu modernes et incapables de se conformer aux normes d’hygiène. C’est la ruine de l’artisanat traditionnel dans les villes.

  • 8 « Portées et limites... » dans De l’impérialisme..., p. 287.

46Maîtres absolus en Égypte, les Anglais répondent par le mépris à l’hostilité latente de la population. La main mise étrangère humilie profondément tant les intellectuels formés par des missions à l’étranger ou par des études de droit poursuivies en Égypte même, que les propriétaires fonciers et les officiers nationalistes. C’est que jusque là, comme l’écrit J. Berque, et depuis Muhammad ‘Alî, il n’y avait « nullement conquête par l’étranger, mais diffusion de ses modèles. Un second stade est [désormais atteint] marqué par l’intervention de plus en plus ouverte des pouvoirs étrangers et leur mainmise d’abord financière (1876) puis gouvernementale (1882) »8.

47L’opposition est provisoirement matée. Pour plus d’un quart de siècle, elle sera surtout verbale. L’intelligentsia des écrivains, journalistes, avocats, ‘ulamâ, se retrouve dans les cafés, les clubs ou les sociétés secrètes nombreuses alors dans le monde musulman, en Syrie, en Iraq, au Caire, à Istamboul. De véhémentes discussions politiques échauffent les ardeurs et aboutissement, généralement, à une convergence sur l’obstacle à abattre : les interdits britanniques opposés aux initiatives égyptiennes. Mais en vérité, dans l’hostilité à l’Anglais, des nuances existent. Elles se reflètent dans les partis qui se créent alors.

48Un nouveau Parti National reprend le nom illustré par ‘Orâbî ; il est dirigé, dès 1907, par Mustafâ Kâmil qui, dans son journal al-Liwâ « L’Etendard », créé en 1900, demande l’indépendance de l’Égypte. Simultanément se créé le Parti de la Nation, Hizb al-Umma, avec son « Journal » al-Garida et son théoricien Ahmad Luftî al-Sayyid, nationaliste mais acceptant la coopération avec les Anglais, et le Parti National Libre, formé par les Syriens qui, pour avoir fui l’oppression turque, se sentent protégés par l’occnupant anglais et se reconnaissent favorables à la présence occidentale. Un parti Réformiste Constitutionnel se groupera autour du journal al-Mu’ayyad (fondé en 1889).

49Ainsi, une intense activité intellectuelle se développe au Caire. Elle est due en partie à l’afflux d’étrangers, Syro-Libanais, Arméniens, Turcs qui fuient la domination ottomane et qui, de plus, avec les Grecs et les Italiens résidant dans la capitale, créent un important courant commercial. Cette activité peut se manifester à l’Assemblée. L’ancienne assemblée consultative d’Ismâ‘îl, dissoute à la chute du khédive, a été remplacée, en 1883, par deux Chambres qui sont refondues en 1913 en une seule Assemblée législative, elle-même suspendue pendant la durée de la première guerre mondiale. Ces institutions purement consultatives servent de soupape à l’effervescence nationaliste. Elles donnent au pouvoir autoritaire une teinte d’autant plus démocratique que, depuis l’occupation anglaise, les Chambres sont élues au suffrage universel, pratiqué pour la première fois en Égypte. Un jeune avocat de métier, fils de paysans aisés, Sa‘d Zaghlûl, sera bientôt l’un des orateurs les plus écoutés de l’Assemblée, avant de devenir ministre de l’Instruction publique en 1906 puis de la Justice en 1910, le porte-parole incontesté des revendications nationalistes et le promoteur de l’indépendance de l’Égypte.

50La première guerre mondiale place les deux tuteurs de l’Égypte, turc et anglais, dans des camps adverses. Or aucune résistance n’est désormais tolérable pour la Grande-Bretagne en guerre. Aussi la suzeraineté nominale de la Turquie est-elle officiellement abolie et remplacée par un Protectorat anglais. Le khédive ‘Abbâs II Hilmî est déposé pour avoir manifesté des réticences dans l’exécution des ordres du Cabinet de Londres. Son successeur, Husaïn, fils du khédive Ismâ‘îl, reçoit le titre de sultan pour marquer la fin de sa vassalité au sultan de Constantinople. Mais il doit rester soumis devant le personnage le plus puissant d’Égypte, le Haut Commissaire qui représente l’Angleterre, successivement Mac-Mahon, Wingate, Allenby. La monnaie égyptienne est rattachée à la livre sterling, en 1916, et l’Égypte devient en fait une colonie, un « comptoir » de l’Empire britannique sur lequel le soleil ne se couche jamais.

51Sortie victorieuse de la première guerre mondiale l’Angleterre essaie de resserer son étau sur l’Égypte en contraignant les pays vaincus, Allemagne, Autriche-Hongrie, à renoncer aux Capitulations et à se retirer de la Caisse de la dette où ne président plus que trois Commissaires anglais, français et italien, représentants des Alliés.

52Mais déjà, en dépit de cette toute-puissance, le malaise augmente qui accompagne la hausse du coût de la vie, les réquisitions de blé et de bétail, l’enrôlement forcé dans l’armée. Le pays réclame son indépendance. Zaghlûl, à la fin de la première guerre, s’impose comme le chef du mouvement nationaliste. Sa position est si forte que le jeune sultan Fouad qui avait succédé à son frère Hussaïn, le ménage et l’appelle en consultation.

53Le 13 novembre 1918, Zaghlûl rencontre le Haut Commissaire Sir Reginald Wingate et demande l’autonomie pour le pays, proposant en échange un traité d’alliance avec la Grande-Bretagne. Il demande qu’une délégation (wafd) de nationalistes puisse se rendre à Londres afin d’y exposer le cas de l’Égypte. Mais le Cabinet britannique refuse de recevoir le Wafd. Pis même, le 8 mars 1919, Zaghlûl et trois de ses partenaires (dont Ismâ‘îl Sidqî et Muhammad Mahmûd qui seront de futurs ennemis politiques et de futurs présidents du Conseil) sont arrêtés et déportés à Malte. Une émeute éclate, d’une violence inouïe, à l’échelle de l’Égypte entière. Par des grèves, des sabotages, parfois sanglants, toute la population, hommes, femmes, étudiants, ouvriers, paysans, participe avec passion à ce que les Égyptiens ont appelé « la révolution de 1919 » : elle échoue, rapidement réprimée par la force. Zaghlûl et ses partisans sont libérés le 7 avril et partent pour Paris où se tient la conférence de la Paix. Là, tous les États reconnaissent le Protectorat anglais sur l’Égypte. Ce n’est qu’une victoire à la Pyrrhus car la conquête se révèle de plus en plus difficile à maîtriser. La tension et l’opposition s’affirment et s’organisent. Pour faire revenir le calme, le 21 février 1922, la Grande-Bretagne accepte de reconnaître que « l’Égypte est un État souverain et indépendant ». Le principe du protectorat est abandonné. Mais non pas sa réalité, car cette concession n’entraîne pas le départ de l’occupant. Celui-ci continue à régenter l’État comme il l’avait fait par le passé, et l’armée britannique est répartie sur tout le territoire.

Les étapes de l’indépendance (1922-1952)

  • 9 N.S. 57, Dossier général, Agriculture, 1806-1907, p. 43.

54La montée du nationalisme est telle que la population est ardente à poursuivre la lutte. L’ambition se développe de créer une industrie nationale. Certes, l’industrie n’était pas inconnue en Égypte depuis la fin du règne de Muhammad ‘Alî. Mais elle était généralement financée et dirigée soit par l’État soit par les étrangers. Un rapport conservé aux Affaires Étrangères9 indique qu’en 1898, une vingtaine d’entreprises industrielles d’Égypte étaient françaises, dont la Compagnie du gaz et des eaux du Caire et de Port-Saïd, la compagnie des tramways électriques d’Alexandrie, les constructions métallurgiques Fives-Lille, Levallois, les Batignolles, la brasserie Karcher, sept usines de sucre sur neuf, etc.

  • 10 Dans l’Egypte contemporaine, n° 24-25, novembre 1915-janvier 1916, p. 443.

55Au lendemain de la première guerre, la conjoncture économique favorise la formation d’une bourgeoisie de l’argent. Les besoins mondiaux ont fait monter les prix du coton. Une épargne se constitue dans les dépôts des banques. Afin de ne pas laisser aux financiers étrangers les bénéfices du placement de fortunes considérables, un groupe d’Égyptiens crée en 1920, la banque Misr. Ils forment le noyau autour duquel se constitue une véritable bourgeoisie fondée sur la petite industrie et englobant les fournisseurs du commerce intérieur et les exportateurs du coton. Une série d’entreprises portant le nom du groupe Misr s’ouvrent, essaimant des filiales en Syrie et dans les pays arabes. Ainsi que l’écrivait René Maunier dès 191610, « si donc l’industrie égyptienne n’est point indigène par sa matière première ni souvent même par sa main d’œuvre, elle l’est presque toujours par sa demande ; elle travaille pour la consommation nationale... et la guerre lui a été pour cela d’un grand secours, en contraignant l’Égypte à se suffire à elle-même et à prendre conscience de sa puissance productive ». Dès 1922, le groupe Misr crée des sociétés industrielles variées : imprimerie (1922), égrenage du coton (1924), production de papier (1924), compagnies de navigation (1925, 1932, 1934), filature et tissage (1927, 1937), des sociétés commerciales etc.

56Quand, le 15 mars 1923, le « sultan » Fouad prend le titre de « roi », il est contraint par les exigences qu’expriment la presse et les partis au nom de sa jeune bourgeoisie, d’« accorder » à son peuple une Constitution. Celle-ci institue un Parlement formé de deux assemblées : la Chambre des députés et le Sénat, dont le pouvoir est législatif, « le pouvoir exécutif appartenant au Roi » (art. 29), secondé par dix ministres.

57Jusqu’à la chute de la royauté, trois forces seront en présence : le roi, rusé et énergique, déterminé à régner en despote, les Anglais, coloniaux exigeants et organisés, et le parti influent parce qu’immensément populaire, du Wafd qui représente en fait les intérêts de la nouvelle bourgeoisie nationaliste qui lui fournit ses cadres.

58Le roi veut imposer progressivement son arbitraire. Il choisit ses ministres, ce qui entre dans ses compétences. En 1928, il dissout le Parlement (Chambre et Sénat). Puis, l’application de plusieurs articles de la Constitution est suspendue et la volonté de réviser la Constitution est manifeste. Le ministère que préside Nahhâs Pacha, successeur de Zaghlûl – mort en 1927, est révoqué en juin 1928. Les cabinets se succèdent, présidés par Muhammad Mahmûd, puis par ‘Adlî Yeghen, puis à nouveau par Nahhâs Pacha qui, après six mois de présidence, démissionne. Le roi appelle alors un homme fort, Ismâ‘îl Sidqî. Celui-ci, de juin 1930 à septembre 1933, forme un gouvernement d’Indépendants. Il modifie la Constitution et la loi électorale. Ce qui permet de procéder, en 1931, à des élections que le Wafd boycotte. Aussi, pour la première fois, la victoire revient-elle à un autre parti, le Parti du Peuple (al-Cha‘b), récemment formé pour appuyer le gouvernement. Pendant trente-neuf mois, Sidqî impose au pays une semi-dictature, ponctuée de scandales financiers. Appuyé sur lui puis, après sa démission et jusqu’en 1935, sur des cabinets fantoches, le roi va exercer son pouvoir personnel en jouant de l’intrigue, des faveurs distribuées, retirées ou promises, avec l’accord tacite de l’Angleterre.

59Mais celle-ci, à partir de 1935, s’inquiète de la guerre que l’Italie mène en Éthiopie. L’annexion de l’Abyssinie par Mussolini en 1936 et la propagande anti-britannique que le Duce développe en Égypte poussent le cabinet de Londres à la modération à l’égard des revendications de l’opinion égyptienne. Pour calmer l’irritation politique, il contraint le roi à rétablir la Constitution de 1923, à écarter ses favoris du gouvernement et à faire procéder à des élections générales, en 1936. Avant que celles-ci se déroulent, le roi meurt, le 28 avril 1936. Le Wafd connaît un triomphe aux élections et Nahhâs Pacha revient à la présidence du Conseil, le 10 mai 1936. Avec lui, les représentants anglais signeront le traité de 1936 et puis, à Montreux, des conventions annexes, le 8 mai 1937. Ces accords marquent la fin du régime des Capitulations et des Tribuanux mixtes devenus un instrument de sujétion. L’Égypte redevient maîtresse de sa législation financière et peut enfin mettre un terme, par des accords bilatéraux signés avec la France et l’Angleterre, en 1940, à l’humiliante Caisse de la Dette. Elle entre à la Société des Nations.

60Le Wafd couronne ainsi une activité qui s’avère en définitive beaucoup plus politique que réformatrice ou sociale. Dès sa première arrivée au pouvoir avec Zaghlûl comme président du Conseil, il avait interdit les manifestations populaires. En 1936, il n’avait toujours pas tenu ses promesses et n’avait pas amélioré les conditions des travailleurs. Le jeune roi Farouk, poursuivant la politique arbitraire de son père et héritant de son animosité pour le Wafd, destitue Nahhâs à la fin de 1937.

  • 11 Tiers-Monde, juillet-septembre 1960, p. 325.

61A la veille de la seconde guerre mondiale, l’Égypte se présente donc comme un nœud de contradictions, caractéristique qui marque les nations colonisées. Des fortunes considérables appartiennent à une poignée d’Européens, d’Orientaux immigrés et aussi d’Égyptiens qui côtoient, indifférents, l’immense misère matérielle, sanitaire et intellectuelle de la masse de la population. Les maisons cossues, les immeubles modernes composent les quartiers aisés des villes qui s’élèvent à proximité des culs-de-sac aux taudis malodorants. Les rapports entre riches et pauvres sont caractérisés par un insupportable mépris des premiers pour les seconds : c’est que le développement économique a aggravé le clivage des classes. Les propriétaires terriens absentéistes n’ont plus les relations de naguère avec leurs paysans ; ils deviennent étrangers dans leurs villages ou sur leurs terres, pour pouvoir jouir de leurs revenus « à la ville ». La nouvelle bourgeoisie locale qui investit sa fortune dans de belles demeures urbaines veut « être moderne », de même que de nombreux fonctionnaires qui rejettent la culture traditionnelle. Cet état d’esprit se révèle dans l’architecture, l’urbanisme et la recherche du confort. Les dénivellations s’aggravent rapidement dans les attitudes mentales et les structures sociales avec les disparités plus considérables qu’autrefois entre les fortunes. La situation est telle que la décrira, en 1960, un groupe d’étude de l’IEDES11 : « Il existe une ligne de partage extrêmement nette entre les « masses populaires » d’une part, et les « autres » d’autre part. Les deux groupes sont parfaitement conscients de leur hétérogénéité. Pour les « autres », les « masses populaires » n’appartiennent même pas à l’espèce humaine et ce sentiment de mépris est aussi fort chez le petit exploitant de cinq feddans... que chez le plus grand aristocrate. Et effectivement, les « masses populaires » n’appartiennent pas à l’espèce humaine si l’on admet que l’homme se définit par le fait qu’il désire faire son histoire et y croit. Or ces masses populaires apathiques ne participent en aucune manière à la vie générale du pays, ne désirent pas et ne croient pas faire leur histoire... Hier, au xixe siècle, lorsque les paysans pauvres ne constituaient qu’une frange (peut-être 10 ou 20 % au grand maximum), ce fossé existait-il déjà ? Ou bien les paysans pauvres étaient-ils encadrés dans une société au système des valeurs à laquelle ils adhéraient ? Peut-être pourrait-on expliquer l’usage de plus en plus répandu du hachich par ces ruptures entraînées par la pression démographique. Avant 1914, le hachich était presque inconnu. L’avalanche démographique et la déshumanisation progressive des « sans terre » qui en est résultée auraient été la cause de ce fléau récent ».

62Pourtant, en dépit de ce fossé creusé entre les pauvres et les nantis, les révoltes ne prennent pas l’allure de luttes de classes. C’est que canalisées par l’occupation britannique, elles s’expriment dans les manifestations contre la troupe anglaise. Face à la pression coloniale, les groupes sociaux, au lieu de se déchirer, s’unissent. C’est ce qui explique l’étrange audience du Wafd, dirigé en fait par des représentants de l’élite intellectuelle et sociale, conservateur et timoré dans le domaine des réformes, et pourtant capable de mobiliser les masses populaires, les femmes ou les boutiquiers dans ses manifestations anti-britanniques. Le parti proteste bien plus contre le fait que le beau coton national à longue fibre est exporté en direction des usines du Lancashire et revient sous forme d’importations de tissus que contre le dérisoire salaire du journalier de la terre. Les capitalistes égyptiens qui assurent la direction du Wafd sont aussi en majorité des propriétaires terriens ou des propriétaires d’industries légères. Ils n’ont donc pas avantage à faire cesser le système d’exploitation du paysan ou de l’ouvrier. Certains d’entre eux sans doute ont conscience du fait qu’ils entravent par ce conservatisme le relèvement du pouvoir d’achat populaire et donc l’élargissement du marché intérieur ; mais ils acceptent de vivre dans cette contradiction jusqu’au jour où les scissions vont diviser le parti en organisations politiques rivales.

63L’explosion démographique, par ailleurs, devient grave. Le sous-emploi rural, bien que saisonnier, provoque une migration vers les grandes concentrations urbaines et une mauvaise répartition de la population. Un vaste prolétariat urbain se développe ; le chômage aussi. Les réserves de main-d’œuvre maintiennent les bas salaires et la misère matérielle. La désespérance des paysans est tragique quand, passant du travail de la terre à l’usine, ils doivent subir des conditions de vie et de discipline qui sont dures, sans pour autant y gagner leur vie et celle de leur famille. Et pourtant, en dépit de cette main-d’œuvre bon marché, l’industrie égyptienne est loin d’être compétitive. L’ouvrier sous-payé, affamé, ne peut fournir un rendement normal ni attacher du prix à la qualité de son travail.

64La seconde guerre mondiale va amener l’Angleterre à renforcer son dispositif militaire en Égypte. La population, pour une bonne part, est favorable à l’Axe par haine des Anglais. Le roi Farouk oppose une résistance passive aux demandes des occupants. Il refuse de déclarer la guerre à l’Axe. Le Wafd, par contre, exprime spontanément des positions anti-nazies. Il reste, de plus, le seul parti assez puissant pour faire régner le calme dans le pays. Dans ces conditions, La Grande-Bretagne impose par la force au souverain, en février 1942, un gouvernement wafdiste qui instaure aussitôt la loi martiale et la censure. Mais, du même coup, le Wafd perd une partie de son prestige, l’appui des Anglais le situant ouvertement du coté de l’occupant, ce que n’avaient pu faire ni la situation de « nantis » de ses dirigeants, ni son indifférence aux problèmes des travailleurs et de la paysannerie, lors de ses passages au pouvoir. Pour retrouver son audience, le Wafd autorise alors la création de syndicats dans l’industrie, à l’exclusion des fonctionnaires, et il fait voter en 1944 la première loi sur le contrat individuel du travail en Égypte, au grand mécontentement des milieux industriels. En octobre 1944, dès la fin de la guerre, le roi reçoit enfin liberté de congédier le cabinet wafdiste qu’il hait et dont les Anglais n’ont plus besoin. L’Égypte, pour pouvoir siéger à l’ONU, déclare la guerre à l’Allemagne et au Japon, au début de 1945.

65La désaffection à l’égard du Wafd favorise la naissance de partis nombreux mais pour la plupart peu influents : communistes illégaux et clandestins divisés en clans ennemis ; Parti de la Jeune Égypte, nationaliste et pharaoniste, davantage exalté par le souvenir de l’Égypte antique que par le pan-arabisme ou le pan-islamisme ; Frères Musulmans dont l’Association forme désormais le parti le mieux organisé et le plus fort d’Égypte. Tous ont pour caractéristique commune d’être violemment anglophobes.

66Les années qui suivent la fin de la seconde guerre sont marquées par des troubles graves, des désordres intérieurs, des crises. Manifestations, grèves, attentats se succèdent. La jeunesse universitaire est en pleine agitation. On ferme les universités, on emprisonne les étudiants. Les manifestants, et le Wafd avec eux, réclament le retrait des troupes anglaises. La Grande-Bretagne décide de se retirer du Delta, du Caire et d’Alexandrie, et elle prévoit de quitter la zone du Canal en 1949. Mais elle veut assurer aux Soudanais la possibilité de choisir le futur statut de leur pays. Pour calmer l’émeute, le roi appelle Ismâ‘îl Sidqî au pouvoir, en février 1946. Celui-ci ne peut empêcher que des manifestants au Caire, le 21 février, saccagent les biens des étrangers et attentent à leur vie, faisant de nombreux blessés et des morts. Le 4 mai 1946, les soulèvements se renouvellent à Alexandrie. Vieilli, dépassé, Sidqî démissionne en décembre 1946. Le 19 juin de l’année suivante, le Soudan promulgue un projet de réforme constitutionnelle qui est un premier pas vers l’indépendance. Il est pratiquement perdu pour l’Égypte.

67Le fait politique le plus grave peut-être pour l’avenir de la région se produit le 14 mai 1948. La Grande-Bretagne, ayant mis fin à son mandat sur la Palestine, quitte le pays. La communauté juive s’empare du pouvoir et crée l’État d’Israël aussitôt reconnu par l’URSS et les États-Unis. L’ONU admet le partage de la Palestine. Les forces arabes – avec des troupes égyptiennes – massées aux frontières, attaquent et envahissent le territoire. Elles sont battues et un armistice est signé le 24 février 1949. Mais une terrible amertume ronge l’armée et l’opinion publique, sûres d’avoir été trahies par les dirigeants et d’avoir reçu un armement de mauvaise qualité. Un Comité des Officiers Libres se constitue après la défaite de 1949. Sept jeunes officiers y participent, dirigés par le colonel Nasser et par ‘Abd al-Hakîm ’Amir, tous deux originaires de familles modestes de Haute Égypte. Le petit groupe sera ensuite appuyé par quelques officiers supérieurs, tel que le général Néguib.

68En 1950, à la suite d’élections générales, le Wafd revient au pouvoir. Désireux de regagner sa popularité, il se montre de plus en plus activement anti-britannique. L’Égypte prend alors la direction des pays arabes qui luttent pour leur indépendance. Elle adopte la position qui fera son succès pendant des années, celle du neutralisme, exposée à l’occasion de la guerre de Corée en 1950. Au nom du neutralisme, elle s’oppose, en 1951, au plan de défense en commun par lequel les États-Unis et les pays de l’Europe de l’Ouest voudraient prolonger le Pacte Atlantique de l’OTAN en constituant une chaîne d’alliances aux frontières méridionnales de l’URSS. Le Wafd prend des mesures (dénonciation unilatérale de l’accord de 1936) qui entraînent des heurts violents dans la zone du Canal où les troupes anglaises sont cantonnées depuis la fin de la guerre. L’agitation gagne la capitale. L’effervescence populaire atteint son point culminant le 26 janvier 1952, quand des centaines d’incendies sont allumés dans les quartiers cossus du Caire. Le cabinet et le Palais sont dépassés par les événements. Le calme ne revient que grâce à l’armée égyptienne qui intervient en fin de journée. Une crise ministérielle s’ensuit et les cabinets se succèdent sans pouvoir gouverner. Dans le désordre qui règne, les jeunes officiers libres prennent conscience du fait qu’ils sont seuls capables de restaurer l’ordre.

69Le 21 juillet 1952, le Comité des Officiers Libres, disposant de la force armée, réussit un coup d’État et s’empare du pouvoir. Il maintient d’abord le régime monarchique : le roi doit démissionner, mais en faveur de son fils, âgé de six mois, sous la tutelle d’un conseil de régence. Ce n’est que le 18 juin 1953 que la monarchie sera abolie, et la République instituée sous la présidence du général Néguib. La Révolution est réalisée ; une nouvelle classe sociale arrive au pouvoir avec les jeunes officiers originaires de la petite bourgeoisie.

70De la longue période de tension et de lutte qui aboutit à cette Révolution, certaines caractéristiques se dégagent :

711. – Dès l’origine, la contestation est l’œuvre non pas du peuple dans son ensemble mais de la petite bourgeoisie rurale et citadine et de l’élite intellectuelle arabe qui en est issue. Le soulèvement n’a lieu que quand ces nouveaux éléments sociaux se dressent enfin contre les grands propriétaires fonciers et les dirigeants satellites de la Cour dont beaucoup sont d’origine turque, les rejetant du côté des Anglais avec qui ils pactisaient depuis la fin de la seconde guerre, même quand ils faisaient partie du Wafd. Le peuple toutefois ne reste pas indifférent ; il répond à l’appel aux manifestations avec d’autant plus d’empressement qu’il souffre des difficultés matérielles. Comme au lendemain de la première guerre mondiale, le prix du coton est monté, mais aussi le coût de la vie et la location des terres. Les soulèvements de fermiers révoltés par l’augmentation de leurs loyers se multiplient en 1951-52. D’autre part les ouvriers employés par l’armée britannique, débauchés par milliers à la fin de la guerre, et devenus chomeurs au moment où montent les prix, manifestent avec violence dans les villes, plaçant le pays dans une situation de crise et d’insécurité favorable à la Révolution.

72De son origine, la Révolution conservera sa marque « petite bourgeoisie » dans ses réformes à venir, et son appréhension devant une aventure socialiste « populaire ».

732. – Libérés de la domination de l’ancienne aristocratie appuyée sur le Palais, les nouveaux dirigeants restent convaincus, pendant un premier temps, que les pays arabes suivront leur exemple, d’où une autorité, une confiance en soi qui engageront l’avenir dans des voies coûteuses ou sans issue, guerres ou fédérations.

74L’opinion du monde arabe se montre de fait très sensible au succès des jeunes officiers, où elle voit la promesse d’évolutions parallèles dans les pays de la région et la promotion de la petite bourgeoisie et de son armée.

75Les puissances étrangères enfin favorisent le mouvement avec des arrière-pensées opposées : les uns espèrent pouvoir s’appuyer sur un gouvernement fort, qui constituera un rempart efficace contre le communisme ; l’Union soviétique, de son côté pense s’implanter au Moyen Orient en appuyant « l’anti-impérialisme » des jeunes officiers au pouvoir.

76Ces caractéristiques entraîneront chez les uns et les autres des options politiques dont la source naît en Égypte. Celle-ci, parvenue au terme d’une longue période de sujétion, doit désormais assumer ses lourdes responsabilités. Ses décisions auront effet non seulement sur sa situation intérieure mais aussi sur l’équilibre de la région et la paix du monde.

La dynastie de Muhammad Ali

La dynastie de Muhammad Ali

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

COLLECTIONS

A.E. : Archives Affaires Étrangères. Dossiers : correspondance consulaire, correspondance politique, correspondance commerciale ; Dossier général I (N.S. 17, 58, années 1895-1904 ; 1908-1914).

Berque (Jacques), Égypte. Impérialisme et révolution, Paris, Gallimard, 1968.

Bréhier (Louis), L’Égypte de 1798 à 1900, Paris, 1901.

Cleland (Wendell), The population problem in Égypt., Lancaster, Pa. 1936.

Clot (A.B.), Aperçu général sur l’Égypte, 2 vol., Paris, 1840.

Colombe (Marcel), L’évolution de l’Égypte (1924-1950), Paris, G.P. Maisonneuve, 1951.

Cromer (Evelyn Baring Lord), Modern Égypt., 2 vol., London, 1908.

Description de l’Égypte ou recueil des obseravtions et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Paris, Panckoucke, 26 vol. textes et 26 vol. planches, 1821-1829 (t. XI-XXI).

Gabartî, ‘Agâ’ ib al-âthâr fî l-tarâgim wa l-akhbâr..., 4 vol., Le Caire, 1322 ; trad, fr. Merveilles biographiques et historiques, 9 vol., Le Caire, 1896.

Hanotaux (G.), Histoire de la nation égyptienne, Paris, Plon, 1931-1940 (t. V-VI).

Hansen (B.) et Marzouk (G.A.), Development and economic policy in the U.A.R. (Égypt.), Amsterdam, 1965.

I.E.D.E.S. (Groupe de l’), « La société urbaine égyptienne » dans Tiers-Monde, t. II, n° 6, Paris, P.U.F., juillet-septembre 1960 ; avril-juin 1961.

Lacouture (Jean et Simone), L’Égypte en mouvement, Paris, 1957

Landau, Parliament and parties in Égypt., Israël Public. House, Tel Aviv, 1953.

Lutfî al-Sayyid (Afaf), Egypt and Cromer, a study in Anglo-égyptian relations, Londres, John Murray, 1968.

Political and social change in Modern Égypt., ed. by P.M., Holt, Londres, Oxford University Press, 1968.

Précis de l’histoire de l’Égypte, Le Caire, Institut d’archéologie orientale, 1933 (t. III, 1517-1849 ; t. IV, 1848-1879).

Raymond (André), Artisans et commerçants du Caire au XVIIIe siècle, Damas. Institut français de Damas, 2 vol., 1974.

Safran (Nadav), Égypt. in search of political community (1804-1952), Cambridge, Mass. 1961.

Schölch (Alexander), Agypten den Agyptern, Zürich, 1973.

Seklani (Mahmoud), « Population active et structures économiques de l’Égypte », dans Population, juillet-septembre 1962, n° 3 p. 465-490.

Studies in Islamic history and civilisation, ed. by U. Heyd, Jerusalem, 1961 (étude de G. Baer « The village shaykh in modern Égypt., 1800-1950 », p. 121-153).

Tignor (Robert L.), Modernization and british, colonial rule in Égypt. (1882-1914), Princeton, N.J., 1966.

Tomiche (F.J.), Syndicalisme et certains aspects du travail en R.A.U. (Égypte) (1900-1967), Paris, G.P. Maisonneuve-Larose, 1974.

Tomiche (N.), L’Égypte moderne, Paris, P.U.F. (Que sais-je ?), 1976.

Wendell (Ch.), The Evolution of the Egyptian national image from its origins to Ahmad Lutfi al-Sayyid, Los Angeles, 1972

Cahiers de l’Orient Contemporain (Paris) 1945-1952.

L’Égypte contemporaine (Le Caire), 1910 et sv.

Oriente Moderno (Rome), 1920-1952.

Notes

1 Gabartî, I, 383, année 1187.

2 Gabartî, III, 251.

3 Gabartî, III, 316 ; tr. VII, 312-313.

4 Gabartî, IV, 332 ; tr. IX, 315, année 1820.

5 Gabartî, IV, 276 ; tr. IX, 199, année 1816.

6 Gabartî, IV, 152, 154 ; année 1812.

7 Archives A.E., Egypte, Politique étrangère. Dossier général, 1895-1904, N.S. 17, lettre du 1er septembre 1897.

8 « Portées et limites... » dans De l’impérialisme..., p. 287.

9 N.S. 57, Dossier général, Agriculture, 1806-1907, p. 43.

10 Dans l’Egypte contemporaine, n° 24-25, novembre 1915-janvier 1916, p. 443.

11 Tiers-Monde, juillet-septembre 1960, p. 325.

Table des illustrations

Titre La dynastie de Muhammad Ali
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540