Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Égypte d’aujourd’hui

 | 
Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient

Chapitre III. Les coptes

Jacques Jomier

Texte intégral

Introduction

1Il y a quelques années paraissait en Europe un livre sur l’Afrique, avec, en appendice, une carte, celle des habitants répartis selon leur appartenance religieuse. L’Égypte y figurait comme un pays à cent pour cent musulman. Il aurait été inutile de souligner cette erreur si elle n’avait été révélatrice d’une attitude malheureusement courante. En Europe, mais aussi en Afrique et même dans le Maghreb arabe, l’on oublie trop fréquemment qu’il existe en Égypte une importante population chrétienne enracinée dans le terroir local et dont l’existence remonte aux premières années du christianisme.

2Certes l’Islam est aujourd’hui la religion majoritaire dans toute la vallée du Nil. Depuis des siècles c’est l’Islam qui préside à la vie de la société et qui a orienté la politique ; c’est à l’intérieur d’une société musulmane que le nombre des chrétiens, équivalant au début à la totalité de la population, a peu à peu diminué pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Mais à la place que l’Islam leur réserve, les chrétiens ont apporté et apportent encore une contribution considérable à la vie de leur pays.

3L’Église chrétienne d’Égypte se nomme l’Église copte. Le mot « Copte », dérivé du grec Aegyptos (à prononcer avec un « g » dur) signifie égyptien. L’Église copte est la continuatrice de l’Église de saint Marc et compte plusieurs millions de fidèles. Parallèlement il existe quelques groupes chrétiens plus restreints (coptes protestants, coptes catholiques, autres rites orientaux, etc.) mais leur ensemble, quelque trois cents mille fidèles, est infime à côté du bloc copte-orthodoxe. Le morcellement et le nombre des communautés chrétiennes étonnent l’Occidental arrivant pour la première fois en Égypte. Qu’il suffise de dire en première approximation et pour ne pas se perdre dans les détails, que l’Église copte-orthodoxe est l’Église chrétienne d’Égypte, à la fois par sa masse et par son enracinement dans le pays. Le mot orthodoxe est ici employé dans le sens courant aujourd’hui, entièrement différent de son sens étymologique, celui qu’il avait jadis. On appelle orthodoxe, à l’heure actuelle, les chrétiens des Églises anciennes qui ne sont plus unis à Rome. Historiquement parlant, cette expression est équivoque car entre les différentes Églises d’Orient il existe également des clivages. Les Coptes font partie du groupe des églises qui refusèrent de reconnaître le concile tenu à Chalcédoine (devenu Kadiköy, en face d’Istanbul, sur la rive asiatique du Bosphore) en 451 A.D., s’opposant aux Églises que l’on appelait alors orthodoxes et qui étaient avant tout celles de Rome et de Byzance.

4Le visage copte de l’Égypte n’apparaît que progressivement aux yeux d’un voyageur. En circulant dans les villes et dans certains villages, il apercevra les croix surmontant deux clochers jumelés, caractéristiques des églises coptes. Le dimanche des Rameaux, dans les rues de telle ou telle localité, les palmes ou les branches d’olivier rapportées de la liturgie, signalent une densité de chrétiens que l’on n’aurait pas imaginée. De nombreux coptes ont une croix tatouée sous le poignet pour que l’on sache, notamment en cas d’accident, qu’ils sont chrétiens. Leur prénom révélera souvent leur foi bien que l’adoption de noms neutres se rencontre également. Ceux qui désirent connaître davantage l’Égypte découvriront l’héritage culturel copte, avec toute une série d’œuvres d’art, architecture, monastères, fresques, icônes, ainsi que ces manuscrits si précieux pour la connaissance de l’histoire et de la spiritualité de cette communauté.

5Les coptes aiment redire l’influence que leur foi a exercée sur l’Europe de jadis. Tout d’abord en donnant l’exemple de la vie monastique et en prenant ainsi une part directe à la naissance du monachisme en Occident. Aujourd’hui, en Égypte, huit monastère d’hommes (dont sept en plein désert) continuent cette tradition. Les coptes ont également contribué au développement de la foi chrétienne grâce au rayonnement des soldats égyptiens de la « Légion thébaine », sortes de tirailleurs de Haute-Égypte dans l’armée romaine, massacrés en Suisse pour leur foi chrétienne, et qui payèrent de leur vie le refus de participer au culte des empereurs divinisés. L’appellation de « légion thébaine » évoque Thèbes, l’actuelle ville de Louxor. Ils contribuèrent également au développent de la foi chrétienne grâce à la personnalité de certains exilés comme l’Égyptien saint Athanase, relégué en Occident.

6Les coptes n’ont pas cessé de se rappeler jusqu’à maintenant tout ce qu’ont souffert leurs ancêtres pour témoigner de leur foi chrétienne. Ils en sont fiers et se savent les fils des martyrs qui, lors des terribles persécutions romaines, donnèrent leur vie pour le Christ. Actuellement encore ils ont une manière à eux de compter les années, selon l’ère dite des martyrs. Leur comput commence en l’an 284 après Jésus Christ, date du début du règne de Dioclétien, le plus farouche des empereurs qui les persécutèrent. Pour prendre un exemple, notre année 1977 chevauche sur les années 1693-1694 de l’ère copte : ce chiffre figure en première page des grands quotidiens paraissant au Caire en arabe.

7Mais quels que soient les caractères propres aux chrétiens coptes, il n’en reste pas moins vrai qu’ils sont foncièrement égyptiens. Dans la vie courante, ils sont mêlés à leurs compatriotes musulmans. Les boutiques des uns et des autres se touchent. Ils sont fonctionnaires dans les mêmes bureaux, professeurs dans les mêmes écoles. Et lorsque des plaisanteries comme celles que l’on aime au bord du Nil (les fameuses nukta) sont racontées, tous rient ensemble de bon cœur, de ce même rire sonore si caractéristique. D’ailleurs la vie agricole, avec son rythme saisonnier lié au cycle du soleil, serait difficilement conciliable avec le calendrier musulman lunaire sans corrections et son année qui avance de onze jours, chaque douze mois, sur la précédente. Tous les cultivateurs égyptiens, chrétiens et musulmans, connaissent les mois coptes sur lesquels ils se règlent pour leurs travaux. C’est en amchîr, par exemple (mi-février à la mi-mars) que l’on taille les arbres ou les repique et comme le temps est très instable à cette époque, les bourrasques d’Amchîr sont devenues proverbiales. Le blé se sème au mois de babâh (octobre-début novembre) et la moisson a lieu en bachans (mai-début juin), tout au moins en Basse-Égypte.

8Les relations entre coptes et musulmanes ont subi les fluctuations par lesquelles passent toutes les relations humaines. Officiellement, il n’y a pas et il n’y a jamais eu de problèmes et si l’on aborde le sujet en public, l’on entendra dire : nous sommes tous des Égyptiens. Et l’on évoquera les moments où, la main dans la main, chrétiens et musulmans combattaient le même combat pour l’indépendance de l’Égypte. En 1918, dès la signature de l’armistice qui mit fin aux hostilités de la première guerre mondiale, un mouvement se déclencha en Égypte pour réclamer l’indépendance. Tout commença sur place. Ensuite une délégation se forma pour aller présenter cette requête en Europe : des signatures réunies par milliers dans tout le pays appuyèrent cette démarche. Le mot arabe qui signifie délégation, wafd, désigna par la suite le parti fondé par Sa‘d Zaghlûl le chef de la première délégation et l’âme de tout le mouvement. Dans ce parti, coptes et musulmans militèrent ensemble. Deux exemples illustreront ce fait.

9Lorsque les manifestations parcoururent la ville du Caire pour réclamer l’indépendance, la mosquée d’al-Azhar leur servit de lieu de rassemblement. Parmi les chrétiens présents, un prêtre copte Abuna Sergios (qui plus tard devint le Qommos Sergios) prit une part active au mouvement. Des prêtres parlèrent dans la mosquée et lorsque les Anglais ordonnèrent la fermeture d’al-Azhar, Abuna Sergios ouvrit son église aux manifestants chrétiens et musulmans et des hommes de religion musulmans y parlèrent comme les prêtres l’avaient fait dans la mosquée. Les relations ainsi nouées continuèrent longtemps et l’autorité que sa conduite lui avait acquise permit au Qommos Sergios d’élever la voix lorsqu’il le fallait. Plus tard, spécialement après 1952, il ne fut pas toujours compris et les dernières années de sa vie furent empreintes de tristesse, celle du vieux lutteur qui n’abandonne pas la partie mais qui se retrouve seul.

10Un second exemple : sept mois après l’arrestation des principaux chefs du Wafd parmi lesquels figuraient des coptes, et leur déportation qui suivit, un notable copte Wâsif Ghâlî écrivit, en juillet 1922, un manifeste politique pour la formation d’un nouveau Wafd. Arrêté, il fut condamné à mort par les Anglais avec six autres Égyptiens puis leur peine fut commuée en travaux forcés. Sur les sept condamnés, quatre étaient coptes.

11Si ces faits sont évoqués avec une certaine nostalgie, c’est que ces moments d’entente parfaite ne purent toujours durer et que la grisaille de la vie reprit ses droits, laissant dans le subconscient des coptes d’autres souvenirs moins enthousiastes.

La communauté telle qu’elle se présente

12Socialement parlant qui sont les coptes ? Ils appartiennent à toutes les classes de la société. Il y a parmi eux aussi bien des membres des classes dirigeantes, médecins, professeurs, hommes de science et de droit, hommes d’affaires, architectes, ingénieurs, des anciens membres du corps diplomatique (actuellement la proportion des coptes est tombée verticalement dans cette branche), des officiers, etc. que des ouvriers, des artisans, des petits commerçants. Les uns se rencontrent dans les grandes villes, les autres dans leurs villages. Combien sont-ils à l’heure actuelle ? Les statistiques gouvernementales donnent un chiffre voisin de 7 % de la population, c’est-à-dire pour une Égypte qui atteindra prochainement ses 40 millions d’habitants, environ trois millions. Ce chiffre est un minimum, contesté d’ailleurs par les coptes eux-mêmes. Le Figaro du 6 avril 1976 titrait un de ses articles, lors de la visite du Président Anwar al-Sâdât au Vatican : « Égypte : fidélité et dynamisme de plus de six millions de chrétiens ».

13Au Moyen Age, les chrétiens qui, lors de la conquête arabe (640-642 A.D.), représentaient en gros la totalité de la population sont peu à peu passés à l’Islam. Et dans la proportion de 90 % au moins, les musulmans d’Égypte sont des coptes islamisés. Aussi, du point de vue du sang qui coule dans leurs veines, doit-on dire que les coptes et les musulmans sont aussi égyptiens les uns que les autres. On pense que le nombre des musulmans a dépassé celui des coptes peu après l’arrivée des Fatimides qui dominèrent l’Égypte pendant deux siècles, à partir de l’an 969 A.D. La différence était que les musulmans étaient les seigneurs et les maîtres et les chrétiens leurs protégés, avec tous les avantages et les servitudes que comporte une telle protection. On parlait encore, il y a quelque décennies, de protections personnelles en Haute Égypte exercées par des notables ou des nomades musulmans puissants à l’endroit des chrétiens avec les cadeaux ou sommes d’argent que ces derniers versaient pour avoir droit à cette protection. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cela existe encore.

14Les coptes se rencontrent dans les villes aussi bien que dans les villages. Certains quartiers du Caire comme Choubra en abritent beaucoup. En Haute Égypte, dans les régions de Minieh, Assiout, Louxor et tout le long de la vallée du Nil, ils sont nombreux, parfois très nombreux. Par contre leur implantation est moindre, et même infime, dans le Delta et souvent, ceux qui y vivent sont des Saïdiens (habitants de Haute Égypte), émigrés à la recherche de travail et qui se rapprochent ainsi du Caire ou d’Alexandrie. Là où ils ne sont plus que quelques familles, ou bien lorsque les conditions de la vie industrielle dans les cités où ils ont émigré les ont coupés de leur passé, il arrive souvent qu’ils ne sachent plus grand chose de leurs traditions : ils sont abandonnés à eux-mêmes et la connaissance de l’Islam que véhicule l’enseignement scolaire imprègne leurs enfants.

15Dans le Delta, prenons l’exemple d’un gros bourg dans une zone où il y a très peu de chrétiens. Il peut s’y trouver seulement quelques familles coptes qui exercent des métiers d’artisans, cordonnier, travail du bois, etc., sans parler, le cas échéant, d’un fonctionnaire des postes ou d’un professeur d’école. Les petites villes contiennent davantage de coptes, spécialement quelques médecins.

16En Haute Égypte, par contre, là où la densité chrétienne dans un village est considérable, la vie est intense. Les communautés se serrent les coudes ; le prosélytisme des protestants et des catholiques a été péniblement ressenti par les orthodoxes alors que les écoles et les dispensaires protestants ou catholiques ont été acceptés dans la mesure où ils préparaient les chrétiens orthodoxes à affronter la vie moderne. Dans certains gros bourgs, le visage chrétien de l’Égypte apparaît encore davantage du fait que les chrétiens travaillent beaucoup plus dans l’agglomération que dans les champs : aussi sont-ils continuellement présents. Parmi les spécialités qui sont leur domaine préféré et dans lesquelles leur habileté peut jouer pleinement, citons les métiers de bijoutier-orfèvre, tailleur de galabiyya ou robe d’hommes, maçons, cordonniers, menuisiers, etc. Pendant longtemps la plupart des secrétaires ou des comptables furent des coptes. Ils font partie du peuple dont la vie est simple. Avec le développement massif de l’instruction publique, tout change. On voit aujourd’hui des jeunes filles coptes quitter leur gros bourg pour aller travailler en ville. Ces dix dernières années, les transformations ont été considérables. Des garçons, non seulement vont au Caire, Alexandrie ou Mersa Matrouh, mais on en trouve au Kuwait ou dans les émirats du Golfe Arabique où ils se rendent pour amasser un pécule.

17Le régime de possession des terres en Égypte est aujourd’hui entièrement différent de ce qu’il était jadis. C’est peu après le milieu du xixe siècle qu’apparaît la propriété privée terrienne au sens occidental du mot. Aussi trouve-t-on maintenant des chrétiens propriétaires mais beaucoup louent leurs terres à des exploitants. Ces terres sont d’ailleurs de dimensions modestes car la réforme agraire qui suivit la Révolution de 1952 a supprimé les ensembles de plus deux cents feddans (quatre-vingts hectares), superficie encore très réduite par la suite. Les grands propriétaires fonciers coptes de Haute Égypte, et spécialement ceux de la région d’Assiout, furent atteints par la réforme agraire. Nasser dont la famille était originaire de cette région connaissait personnellement la situation.

18Les vendettas sont restées longtemps pratiquées en Haute Égypte jusqu’aux changements de ces dernières années. Il semble que les chrétiens y étaient moins impliqués que leurs compatriotes musulmans. Le monde musulman permet difficilement à un chrétien de tuer un musulman.

19Lorsque les chrétiens émigrent en ville, ils se regroupent souvent dans tel ou tel quartier. A Assiout, comme au Caire, les étudiants chrétiens ont des cercles, des réunions : ils s’entraident bien que, là encore, la vie dans une grande ville permette à ceux qui le veulent, d’échapper moins difficilement à l’emprise du groupe.

20La foi des chrétiens du peuple a besoin d’être affirmée publiquement de temps en temps, d’autant que, tout au long de l’année, ils doivent rester discrets. Lorsqu’un chrétien passe à l’Islam, très souvent les musulmans le fêtent, on le promène à travers le village. Le passage en sens contraire est extrêmement rare et très mal accueilli. Aussi lorsque les coptes peuvent proclamer publiquement leur foi, le font-ils avec exubérance. Déjà la croix tatouée sur le poignet, le port d’un prénom chrétien sont des prises de position courageuses mais ce sont surtout les pèlerinages qui apparaissent pour eux des occasions uniques de manifester leur appartenance à l’Église du Christ. Citons seulement les pèlerinages de Sittî Damiana, dans le Delta, au Nord-Ouest de Mansourah, ou encore les pèlerinages à des sanctuaires de la Vierge Marie en plusieurs endroits, notamment à Deïr Dronka, près d’Assiout le 22 août (avec les deux sanctuaires orthodoxes et catholiques à quelques kilomètres de distance), ou le pèlerinage au Deïr al-Moharrak douze jours avant la fête du 26 juin, dans la vallée du Nil, près du désert de l’Ouest à une cinquantaine de kilomètres d’Assiout, plus au Nord) et bien d’autres... Sacrifices d’animaux, baptêmes, chants, processions, une vie extraordinaire se dégage de ces manifestations hautes en couleur : les fidèles campent sur place, dorment dans l’église, etc. Vers 1950, encore, les chrétiens de Mît Ghamr, en Basse Égypte, naviguaient sur le Nil en barques portant des croix lumineuses la nuit pour se rendre à un pèlerinage voisin, fin août. Et, jusqu’en 1967, date de l’occupation militaire par Israël de la rive Ouest du Jourdain et de Jérusalem, les coptes aimaient aller en pèlerinage en Terre Sainte pour y retrouver les lieux où naquit la foi de leurs ancêtres ; beaucoup tenaient à prendre un bain rituel dans le Jourdain en mémoire du baptême du Christ.

Le dix-neuvième siècle

21L’histoire moderne des coptes commence au xixe siècle. Elle diffère profondément de celle des autres communautés chrétiennes du Proche Orient. Elle est caractérisée par un attachement viscéral au terroir, que seul le boom démographique actuel a pu mettre en question. Alors que d’autres communautés chrétiennes comme les Arméniens ont dû s’expatrier de toute une portion de leur pays d’origine et vivent en diaspora, alors que d’autres sont davantage adonnés à des professions libérales et artisanales qu’à la terre, souhaitant seulement jouir de la paix là où ils sont, les coptes et les maronites se sentent liés au sol sur lequel ils vivent. Les maronites du Liban ont leurs montagnes qui leur servirent souvent de refuges : les coptes sont mêlés à la population musulmane mais en se repliant facilement sur eux-mêmes pour préserver leur identité. Ils ont vécu des siècles comme protégés, tolérés, c’est-à-dire comme des hôtes sur la terre de leurs ancêtres. Aussi après avoir acquis une longue expérience de ce que signifie une telle position, la plupart d’entre eux n’aspirent qu’à une égalité réelle entre tous les habitants de l’Égypte. Ils ont fait, à deux reprises, en deux siècles, l’expérience d’une occupation de l’Égypte par des puissances occidentales, les Français de Bonaparte (1798-1801) et les Anglais (1882-1956) et ils savent que les occupants, loin de les favoriser, ne tiennent compte dans leur politique que de l’élément le plus fort, c’est-à-dire des musulmans. De leur côté, les musulmans peuvent faire remarquer que leur politique vis-à-vis des non-musulmans a été bien plus tolérante que celle de nombreux états chrétiens d’Occident qui se sont débarrassés de leurs minorités.

22C’est au xixe siècle qu’officiellement les lois égyptiennes ont reconnu aux coptes les mêmes droits et devoirs qu’aux musulmans égyptiens. Dès le début de ce siècle, Muhammad ‘Alî qui avait pris le pouvoir n’hésita pas à faire appel aux étrangers pour moderniser l’Égypte. Peu lui importait qu’ils soient ou non chrétiens, s’ils lui étaient utiles. Il semble seulement qu’il préféra les chrétiens étrangers aux coptes. Il y eut quelques arméniens envoyés en missions d’études en Europe avec des musulmans, mais pas de coptes. Mohammed Alî, cependant, continua à s’appuyer sur les coptes pour la perception des impôts. Un de ses hauts fonctionnaires, le Mu‘allîm Ghâlî (copte catholique), est bien connu. Ce fut lui qui établit le cadastre et lui que plus tard Ibrâhîm Pacha, le fils de Muhammad ’Alî, fit assassiner sur les directives de son père, car le Mu‘allîm refusait de pressurer davantage les paysans de Basse-Égypte (1822). Il semble que Muhammad ‘Alî ait ensuite regretté d’être allé si loin.

23Au xixe siècle, la communauté orthodoxe a songé très vite à ouvrir quelques écoles pour préparer enfants et jeunes à la vie moderne : elle a cherché aussi à se réformer et un mouvement de laïcs s’est dessiné en face d’un clergé encore peu instruit. Il en est résulté à la fois une transformation et des affrontements qui ont polarisé des oppositions de tendances. Ce n’était pas la première fois que la situation de minoritaire aboutissait à des divisions internes. Le Patriarche Kyrillos P7 (patriarche de 1854 à 1861) a laissé le nom d’un réformateur, fondateur d’écoles pour garçons et filles, et spécialement du collège patriarcal de l’Ezbekeya, au Caire. Né en Haute Égypte près de Guerguêh, moine à 22 ans, supérieur du couvent de Saint Antoine au désert, il fut deux fois chargé de mission auprès de l’Église d’Ethiopie, traditionnellement rattachée au Patriarcat d’Alexandrie. Les coptes à cette époque ne prenaient pas part au gouvernement local, n’étaient pas membres des conseils provinciaux. Leur éligibilité date de 1866. Sous le Khédive Sa‘îd la gizya, cet impôt spécial de capitation qu’ils devaient verser fut supprimé (1855). Ils furent astreints au service militaire au même titre que les musulmans (1856). Cette mesure ayant rencontré quelques difficultés d’application fut temporairement rapportée mais sous les Khédives Isma’îl et Tawfîq l’égalité complète du copte et du musulman entra définitivement dans la Loi.

24Par ailleurs, en 1873, à la mort du Patriarche Demetrios, les notables laïcs préparèrent un projet de constitution interne de la communauté copte, prévoyant que le Patriarche consulterait, pour les matières importantes, un conseil d’hommes instruits et pieux, prêtres et laïcs. La création de ce conseil fut ratifiée par décret khédivial l’année suivante. Le conseil communautaire ou maglis milli, avec attributions financières et juridiques, fut ainsi créé. Mais, là encore, il y eut des remous. Le Patriarche Kyrillos V, opposé à ces changements, fut l’objet d’un essai de déposition en 1893. Finalement tout se tassa, le conseil exista. Il y eut même plusieurs conseils, l’un à l’échelon national et les autres à l’échelon des diocèses. Enfin de nombreuses sociétés laïques avec écoles ou activités philanthropiques furent fondées au sein de la communauté. C’est aussi à cette époque qu’une école théologique vit le jour.

25A vrai dire la situation des coptes est aussi à voir dans les perspectives du développement de l’instruction publique. Durant des siècles, ils avaient su d’imposer comme intendants, caissiers et ils avaient mis au point un système pour calculer les impôts dont ils gardaient le secret. Ils s’étaient rendus indispensables, même pour ceux qui nourissaient de l’antipathie à leur égard ; aussi toutes les mesures prises périodiquement pour les écarter des fonctions qu’ils occupaient devenaient vite lettre morte car l’on avait besoin d’eux. Par ailleurs, une cohésion familiale remarquable, des qualités de travail, d’énergie, comme en développe souvent une position minoritaire, et même la protection que constituait la séparation, générale en Égypte, des hommes et des femmes en dehors de la famille n’incitant nullement à des mariages hors de la communauté, tous ces éléments avaient permis aux coptes de passer le cap des moments difficiles. Au dix-neuvième siècle, ils comprirent vite que la généralisation de l’instruction allait sonner le glas de leurs avantages s’ils n’entraient pas eux-mêmes dans le jeu. Et ils dirigèrent leurs enfants soit vers les écoles communautaires, soit vers celles des missions étrangères. Depuis lors, ceux qui le peuvent font faire des études supérieures à leurs enfants, en Égypte ou à l’étranger.

26De même les coptes, attachés au sol de l’Égypte, adoptèrent une attitude assez différente de celle des juifs, des arméniens ou des chrétiens d’origine syro-libanaise. Ces derniers se lancèrent dans toutes sortes d’entreprises, créant de grands organismes (grands magasins comme Sednaoui ou Cicurel ; débuts d’industrie métallurgique, etc...). Le commerce égyptien, le grand commerce était d’abord juif et ensuite syro-libanais. Aussi un orientaliste comme Hartman, cité par Jacques Berque, notait que « au début de l’occupation anglaise, [les coptes] ont fait cause commune » avec les musulmans et que les Syriens saisirent cette occasion pour occuper bon nombre de places. Les coptes étaient fonctionnaires. D’autres s’étaient lancés dans le petit et le moyen commerce et ils cherchèrent toujours à orienter leurs enfants vers les carrières libérales : pharmaciens, médecins, etc...

27Il s’en suivit que, dès le début, les coptes occupèrent les premiers toute une série de fonctions dans les services publics, chemins de fer (où la grande majorité du personnel fut longtemps copte), banques, etc.. Ce n’étaient pas les situations les plus hautes et les plus rémunérées. Mais, lorsqu’en 1911, un congrès copte, à Assiout, s’alarma de voir les leurs en partie remplacés par des musulmans dans les administrations, le Résident Général anglais pouvait citer des chiffres montrant que dans bien des cas (notamment Postes, Douanes, Garde-côtes, etc...) la proportion des employés coptes était encore massivement supérieure à celle qu’ils avaient dans la population.

28La question de l’enseignement de la religion chrétienne aux chrétiens dans les écoles gouvernementales était encore brûlante à cette époque. Depuis la Révolution de 1952, il est prévu que dans toute classe où une minorité de plus de 10 % des élèves appartient à un religion particulière, les élèves doivent avoir des cours de cette religion. Les modalités d’application varient selon les cas et la présence ou l’absence de professeurs compétents. Ici et là une sorte de modus vivendi s’est peu à peu établi pour que les chrétiens occupent des postes en rapport avec leur proportion (c’est ici que joue la question des statistiques sur lesquelles tous ne sont pas d’accord). Dans le cas des postes de direction, l’affaire est plus délicate. Dans certains cas, une coutume se constate : il est entendu par exemple, depuis des années que, dans tout ministère, doit figurer un ministre copte. Avec l’augmentation du nombre des ministères consécutive à la nationalisation de nombreux secteurs de l’économie, ce nombre a été porté à deux. De même là où le suffrage universel aboutissait à éliminer les candidats de la minorité, le gouvernement veillait à désigner quelques coptes parmi les membres nommés. Enfin, il est à noter que lorsque des tensions exceptionnelles ont commencé à se produire entre les deux communautés copte et musulmane, le gouvernement a réagi dans un sens d’apaisement. En 1973, en pleine guerre d’octobre, un général copte a été nommé au commandement de la deuxième armée, l’une des deux armées en ligne sur le front du Sinaï.

29Bien que différent du cas des autres communautés chrétiennes en Égypte, celui des coptes avait cependant un point commun avec eux. Nous ne parlons pas ici des latins qui, à part un poignée d’orientaux, étaient massivement des étrangers, surtout italiens et maltais. Leur nombre est infime à l’heure actuelle. Nous songeons aux chrétiens originaires de l’Empire Ottoman et qui, fixés en Égypte depuis des années, avaient la nationalité égyptienne. Leurs ancêtres étaient venus en Égypte chercher travail et liberté, la plupart au cours du xixe siècle. Il s’agit de la place des communautés religieuses à l’intérieur de la nation. Un regard sur les conceptions politico-religieuses héritées de l’Empire bysantin (ou de l’atmosphère générale à cette époque) aidera à mieux le comprendre. Quels qu’aient été les enseignements du christianisme primitif, il s’est trouvé qu’aux ve et vie siècles, les Églises chrétiennes du Proche Orient se sont distinguées les unes des autres, certes par des richesses spirituelles différentes et complémentaires, mais aussi par le cadre sociologique avec lequel elles avaient fait peu à peu corps. Les différentes Églises, à un certain point de vue, furent des Églises nationales. Ainsi en Égypte, l’Église copte représentait l’Église du terroir en partie contre les Grecs dont l’Église représentait Bysance, la puissance qui les occupait alors. Aussi les fidèles des autres églises venus vivre en Égypte ont-ils toujours fait figure de colonies conservant la marque de leur origine. Les Églises d’Orient étaient des communautés, lieux de solidarité à la fois religieuse, sociale et politique. La présence de l’Islam ne fit que renforcer cette alliance de nationalisme et de religion : car l’Islam, plus radicalement encore, est à la fois politique et religion. Les communautés acquirent ainsi le statut de « nations » et l’on parlait normalement, il y a deux siècles, des différentes nations chrétiennes, « la nation copte » entre autres. Cette situation empêchait les minorités de se fondre dans un ensemble plus vaste, l’Islam restant également une communauté. A l’intérieur de l’Égypte les groupements particuliers de chrétiens ne pouvaient ainsi que se maintenir. Il y avait des communautés, il n’y avait pas de patrie.

30Les coptes, eux, ont toujours été attachés à la terre de leurs ancêtres. Avec les conceptions modernes de l’État, ils ont tous espéré que maintenant ils seraient intégrés à part entière dans l’Égypte du xxe siècle. Ils aspirent à l’égalité. Aussi beaucoup d’entre eux s’engagèrent-ils dans les mouvements nationalistes du début de ce siècle. Il y eut bien l’épisode de Butros Ghâli, nommé premier ministre au temps des Anglais puis assassiné en 1910 par un musulman, en réaction contre sa politique jugée trop collaboratrice. Cependant des personnalités coptes choisirent la ligne nationaliste avec Mustafâ Kâmil d’abord (mais son parti national penchait ver la Turquie des califes) puis surtout avec Sa‘d Zaghlûl et le wafd dès 1918. Un des grands leaders politiques du wafd, le second en importance dans le parti, fut Makram ‘Ebeid, un copte.

31Le romancier musulman Nagîb Mahfûz, dans sa trilogie, évoque en passant la position des coptes en face de ce problème. Il fait dire, vers 1938, à un copte ami de son héros kamâl pourquoi les coptes adhèrent au wafd : « C’est le parti du nationalisme qui veut faire de l’Égypte une patrie libre pour les Egyptiens, sans différences de race et de religion ». Et il fait également dire à ce copte que, pour lui, les coptes ont été désavantagés sous les ministères non-wafdistes. Mais Kamâl n’a jamais été frappé par l’idée qu’il y ait en Égypte aucune différence de traitement pour les uns et pour les autres (cf. al-Sukkariyya, p. 139). Nagîb Mahfûz fixe ainsi deux attitudes qui ne sont pas imaginaires. L’ami de Kamâl, d’une part, a la conviction que les coptes n’ont pas toujours été traités en égaux ; Kamâl, lui, n’a pas l’idée qu’il ait pu en être ainsi. Venant quelques décennies après les mesures des années 1855-1880 qui abolissaient les principales discriminations entre Égyptiens, le mouvement nationaliste fut pour les coptes la source d’un grand espoir.

Les tendances actuelles

32Au sein de la communauté copte, à la fois sociale et religieuse, on peut relever des tendances diverses qu’il suffira de signaler pour attirer l’attention. On notera surtout une tendance traditionnelle, avec le double courant religieux et culturel, mais également une tendance laïcisante cherchant dans une participation culturelle ou une politique rénovée, une position d’égalité avec tous les autres Égyptiens.

A. Tendance traditionnelle et renouveau actuel

33Le monachisme copte est actuellement en pleine renaissance. Des jeunes qui s’étaient dévoués dans les « Écoles du dimanche », mouvement de volontaires laïcs pour l’instruction religieuse des enfants, entrèrent vers 1950-1960 dans les monastères, spécialement au Deïr al-Souriânî, le couvent dit « des Syriens » au ouadi Natroun, à mi-chemin entre le Caire et Alexandrie près de la route du désert. La vie religieuse retrouva un nouveau souffle et le mouvement rayonne actuellement sur la jeunesse copte en ville.

34La Révolution de 1952 eut forcément des répercussions dans le domaine de l’organisation interne de la communauté copte. Parmi les officiers de la révolution qui prirent le pouvoir le 23 juillet 1952, il n’y avait aucun copte. Certains furent-ils pressentis et hésitèrent-ils à s’engager ? Nous ne le savons pas mais ce fait eut son importance. La communauté fut d’abord atteinte par des mesures d’ordre général qui concernaient tous les Égyptiens. La réforme agraire réduisant à deux cents feddans (quatre vingt hectares) la superficie des terres arables possédées par un individu ou une communauté toucha les propriétaires fonciers coptes de Haute Égypte aussi bien que les couvents : le reste fut nationalisé. Les tribunaux communautaires compétents jusqu’à cette date dans les affaires de statut personnel furent supprimés et leurs attributions passèrent aux tribunaux ordinaires, jugeant suivant le droit de chaque religion. Le maglis milli dont une des attributions était de régler ces affaires cessa donc son activité sur ce point.

35En 1955, il y eut une intervention spéciale du gouvernement dans les affaires de la communauté copte. D’une part un décret ministériel déposa le patriarche d’alors, l’Amba Youssab II tandis qu’un autre supprimait le Conseil communautaire ou maglis milli. Le premier décret répondait au vœu de nombreux coptes car la communauté avait des griefs très sérieux à faire valoir contre son patriarche. Mais le second ne fut pas accepté de bon cœur. Après la mort de Nasser, un pourvoi auprès du Conseil d’État aboutit à l’annulation de ce second décret et le maglis milli eut alors à nouveau existence légale (1972). A l’échelon national, il comprend actuellement 24 membres.

36Le Patriarche déposé ne fut pas remplacé aussitôt. Son successeur, l’Amba Kyrillos VI (1959-1971) ne fut élu que quatre ans plus tard, aucune élection n’ayant été faite tant que Youssab II était encore en vie. L’Amba Kyrillos était un ancien ermite, resté à l’écart de l’opposition entre deux clans qui soutenaient chacun leur candidat. Mais le système de désignation du patriarche laisse place à un imprévu dans lequel la foi des coptes reconnaît l’action de la Providence. L’élection est faite à un double degré. Chaque diocèse délègue des électeurs (actuellement douze laïcs et un certain nombre de membres du clergé). L’ensemble des électeurs ainsi désigné choisit alors parmi la liste des candidats, trois noms. Dans le cas présent, les trois noms élus furent ceux des candidats respectifs des deux tendances auxquelles s’ajouta un troisième, celui de cet ancien ermite. Ensuite conformément au processus signalé dans les Actes des Apôtres (chapitre 1, versets 15-24) pour compléter le collège des Apôtres après la défection de Judas, un tout jeune enfant tira au sort l’un des trois noms. Celui de l’ermite sortit. Sa présence apporta une note de sainteté et de profondeur spirituelle à la vie de la communauté.

37Son successeur, l’actuel Patriarche, l’Amba Chenouda III (intronisé en 1971) est un ancien universitaire qui avait milité dans des groupes d’étudiants chrétiens. Licencié d’histoire, ancien professeur dans les écoles gouvernementales, officier de réserve ayant fait la campagne de Palestine en 1948, il est entré peu après au couvent des Syriens, au ouadi Natroun. Son influence est considérable. Chaque vendredi. bien avant son élection et il continuait encore en 1976, dans la cathédrale de la rue Ramsès, au Caire, vers la fin de l’après-midi, il répond librement à des questions posées par écrit et termine par une conférence spirituelle. Plusieurs milliers de jeunes (les plus de trente ans sont une petite minorité dans l’assistance) s’y trouvent régulièrement.

38Un autre moine, Matta al-Maskîn, un ancien pharmacien de la ville de Damanhour dans le Delta, est aussi un directeur spirituel très écouté. Il est actuellement au monastère de Saint Macaire au ouadi Natroun et il y a bâti une très grande hôtellerie pour retraitants. Il a lui-même écrit plusieurs livres de spiritualité où les exposés doctrinaux sont appuyés par des florilèges de textes patristiques, classés selon les sujets. L’influence de Matta al-Maskîn a soutenu un mouvement nouveau dans l’Église copte qui, jusqu’à ces dernières années, connaissait seulement la vie religieuse au désert ou, pour les religieuses, les moniales contemplatives. Or voici qu’apparaissent sous le nom de « consacrés », des groupes (hommes au Caire, sœurs à Beni Souef) qui suivent un genre de vie fait à la fois de prière et d’action dans la société, tout proche de la vie religieuse active de l’Occident.

39Il existe également des groupements d’étudiants, des cercles à l’ombre des églises, ainsi que plusieurs centres de retraite et de prière.

40L’effort proprement spirituel a été doublé par un travail culturel, mené par des laïcs pour le développement des études coptes. La langue copte, après être tombée en désuétude, ne sert plus que pour la liturgie mais elle est aussi l’instrument qui permet de connaître la vie de la communauté copte dans le passé. Elle n’est pas étudiée pour elle-même à l’université (plusieurs coptes regrettent qu’il n’y ait pas de chaire de copte à l’université) et l’est seulement dans la section d’égyptologie. Un institut privé des études coptes a été fondé en 1954 grâce à un certain nombre de mécènes et à l’aide du Patriarcat mais également grâce à des professeurs dévoués comme l’archéologue, le Dr Sâmî Gabra, qui se consacrèrent à cette tâche. Cet institut s’intéresse à la liturgie, au droit canon, à l’histoire, la langue et la littérature de l’Église copte. Il forme de futurs prêtres, de futurs prédicateurs, clercs ou laïcs. Un musée d’art copte avait été fondé en 1908 par une initiative privée puis développé. Il est actuellement l’un des quatre grands musées d’Égypte révélant la gloire des époques passées. Il faudrait aussi signaler la Société d’Archéologie copte, fondée en 1934 et remaniée en 1938, la bibliothèque du musée, celle du Patriarcat et bien d’autres activités.

41Dans le domaine de l’architecture, Ramsès Wissa Wassef (mort en 1974) a réalisé quelques églises d’une beauté harmonieuse, simple et paisible et il a guidé d’une façon géniale toute une série d’adolescents et de jeunes qui sont devenus les créateurs de tapisseries admirables.

42Malgré un long contentieux et des souvenirs du passé qui ont du mal à s’effacer, spécialement lorsqu’il s’agit du prosélytisme des protestants et des catholiques, les événements de ces dernières années, en rappelant leur faiblesse à beaucoup d’étrangers, les ont rendus plus compréhensifs. Et l’on espère que le large mouvement d’oecuménisme qui se constate à l’échelle mondiale entre chrétiens portera aussi ses fruits ici. Les coptes se considèrent avec raison comme l’Église chrétienne en Égypte et leur position commence à être mieux admise ailleurs. Et réciproquement cette compréhension fera cesser, espérons-le, un certain isolement de la communauté copte repliée sur elle-même depuis des siècles. Une visite à Rome du Patriarche Chenouda en 1973 a aboutit à une déclaration commune catholique et copte-orthodoxe, reconnaissant que les uns et les autres ont exactement la même foi au Christ malgré les malentendus de jadis. Des oppositions politiques, des durcissements de vocabulaire et une certaine animosité réciproque avaient créé des barrières qui semblent pouvoir être réduites à des proportions moins tragiques avant d’être un jour ôtées de la route. Par ailleurs l’Église copte orthodoxe est membre à part entière du Conseil Oecuménique des Églises à Genève.

43Les rapports de l’Église copte avec l’Église d’Éthiopie ont toujours été très importants. Non seulement l’Église d’Éthiopie relève du Patriarcat copte d’Alexandrie mais encore, pendant des siècles, ce fut un Égyptien, un archevêque copte, l’Abûna, qui présida aux destinées de cette Église. L’occupation italienne de l’Éthiopie dans les années trente-quarante de ce siècle fut pour les Éthiopiens l’occasion de demander une plus grande autonomie ecclésiastique. Depuis 1959, sans que les liens entre le Patriarcat d’Alexandrie et leur pays soient moins étroits qu’auparavant, les Éthiopiens ont obtenu que le chef de leur Église soit un prélat éthiopien. Mais par contre des clercs éthiopiens viennent étudier à l’Institut des études coptes dont nous parlerons dans un instant, tandis que des professeurs égyptiens aident en Éthiopie même à la formation du clergé. Les événements d’Éthiopie, la disparition du Negus Haïlé Sélassié et l’orientation politique des nouveaux maîtres du pays auront certainement leurs répercussions sur les rapports des coptes avec les chrétiens d’Éthiopie.

44Actuellement, étant donné l’émigration des coptes en Amérique, en Afrique et en Europe, l’Église d’Égypte a délégué des prêtres et quelques évêques pour s’occuper des fidèles de la diaspora.

45Un hebdomadaire à grand tirage, Watanî (c’est-à-dire ma patrie) est l’organe de la communauté copte ; il est entièrement en arabe. Au temps où la censure imposée à la presse existait, il devait donner beaucoup de nouvelles générales qu’aurait fournies n’importe quel journal gouvernemental. Son aspect propre apparaissait seulement dans les colonnes d’information sur les événements de la communauté et quelques articles religieux. Depuis lors, la situation a un peu évolué.

46Signalons enfin avant de passer à un autre aspect de la question que la tendance religieuse des coptes met l’accent sur Dieu, le sacré, les observances comme le jeûne et l’ascèse. Elle se refuse à sacrifier les valeurs « verticales », dirait-on aujourd’hui, aux valeurs « horizontales » d’un service uniquement philanthropique et social.

B. Une tendance mettant l’accent sur la participation à la vie culturelle, sociale et politique

47Il existe également une autre tendance qui met, cette fois-ci, l’accent sur la participation au travail commun de tous au sein de la société. Ses partisans voient là le meilleur moyen de réaliser l’égalité des Égyptiens. C’est ainsi que l’effort politique au sein du wafd fut mené de front par des coptes et des musulmans. Le leader copte Makram ‘Ebeid, avant de rompre en 1940 avec le wafd, lutta pendant plus de vingt ans aux côtés de Sa‘d Zaghlûl et de Nahhâs Pacha. De même Wasîf Ghâli qui réussit à intéresser à la Société des Droits de l’Homme à la cause de l’Égypte en 1919-1920 ; il fut plusieurs fois ministre des affaires étrangères. Il prit part aux pourparlers avec les Anglais qui aboutirent au traité de 1936 et joua un rôle prépondérant à la Conférence de Montreux qui mit fin au régime des capitulations.

48Un autre fait illustrera cette position. On vit en 1945 un projet de réforme agraire, élaboré par M. Mirrit Ghâli, présenté officiellement au Parlement. Ce projet fut refusé mais, peu après la chute du roi Farouk, en 1952, son auteur fut consulté par l’équipe des Officiers de la Révolution qui tenaient à réaliser une telle réforme.

49Cette tendance se retrouve dans le domaine des lettres et des arts avec plusieurs auteurs et critiques coptes dont les œuvres et l’activité enrichissent la production de l’Égypte. En critique littéraire, par exemple, un nom comme celui de Louis ‘Awad s’impose actuellement. Il est également auteur. Comment caractériser leur manière d’écrire ? Elle tient à leurs dons personnels et aux courants littéraires du moment. Le seul détail qui rappelle leur origine copte est ici ou là un choix de thème pris dans la vie de leur propre milieu. Ainsi Magîd Tobya décrivant dans un style très moderne et introspectif le monologue et le subconscient de l’enfant qui assiste à la mort et l’enterrement de sa mère : le cadre est celui d’une famille copte dans une ville de Moyenne Égypte. Ainsi Yûsef al-Charûni qui a déployé une grande activité au sein du Conseil suprême des Lettres et des Arts, a-t-il eu l’occasion d’évoquer les problèmes que posent le mariage ou l’héritage chez les coptes. Mais il ne s’agit là que d’un aspect de leur œuvre. Pour l’essentiel, ils sont Égyptiens.

50Une évocation, même ultra-rapide, de cette tendance laïcisante ne peut omettre de mentionner un groupe progressiste. Le maître à penser de beaucoup d’entre eux fût Salâma Mûsa (mort en 1958) dont les souvenirs, publiés en arabe, ont été traduits en anglais. Copte incroyant, prônant science et socialisme, il mourut peu après que le premier Spoutnik russe eut été mis en orbite autour de la terre. Il célèbre cet exploit dans un de ses derniers écrits. La trilogie de Nagîb Mahfûz décrit à un moment le « Maître », directeur d’une revue progressiste. Il s’agit en fait de Salâma Mûsa et de l’influence qu’il eut sur le romancier. Enfin l’on notera que, parmi les membres de l’équipe qui publie la revue progressiste actuelle, l’Avant-Garde (al-Tâli‘a), l’on trouve plusieurs coptes.

51Parler en quelques pages d’une communauté aussi ancienne, aussi variée, aussi particulière que celle des coptes est une gageure. Puissent seulement les lignes précédentes attirer l’attention sur un aspect de l’Égypte moderne qui le mérite. Quant aux autres groupements de chrétiens, spécialement grecs orthodoxes ou catholiques, maronites, arméniens, syriens, dont beaucoup ont acquis la nationalité égyptienne et descendent d’ancêtres venus en Égypte en tant que sujets de l’Empire ottoman, spécialement au siècle dernier, nous n’en parlerons pas ici. Leur rôle, en de multiples domaines, culturels, négoce, industrie, a été bien plus important que leur nombre ne le laisserait supposer. Qu’il suffise de mentionner la naissance de la Presse égyptienne avec la fondation du grand quotidien al-Ahrâm qui leur est due ou la grande maison d’édition de Dâr al-Ma‘ârif au Caire, fondée par la famille Mitri avant d’être nationalisée en 1963. Le cas de cette dernière famille illustre le rôle de ces chrétiens immigrés. Le fondateur de l’imprimerie, un Grec Catholique, vient de Beyrouth à la fin du dix-neuvième siècle. Il se marie avec une chrétienne de Syrie dont la famille a émigré en Égypte lors des affrontements de leur communauté avec les Druzes et les massacres qui eurent Heu. Il s’associe avec Gurgî Zaïdân, l’écrivain célèbre, puis leur imprimerie se scinde. L’une avec Gurgî Zaïdân devint Dâr al-Hilâl actuellement nationalisée et puissante productrice de revues et périodiques. L’autre dont il devint le seul responsable fut Dâr al-Ma-‘ârif dirigée ensuite par son fils et son petit-fils. Cependant, depuis 1960, à la suite des nationalisations et de la politique socialiste du gouvernement, les jeunes de ces milieux ont commencé à s’expatrier vers le Canada, l’Australie, les États-Unis ou simplement l’Europe et le groupe des adultes actifs s’amenuise chaque année.

52Les coptes protestants et catholiques sont à considérer à part ; car, eux, sont de vieille souche égyptienne. Leur présence s’explique par un certain nombre de circonstances et surtout d’idées régnantes au siècle dernier. Au point de départ se trouvent un petit nombre de prêtres catholiques latins (italiens, maltais ou français) qui s’occupaient de leurs compatriotes ou des étrangers de rite latin. Certains coopéraient avec les chrétientés locales, en accord avec leurs pasteurs. Puis la situation s’est peu à peu durcie. Au dix-neuvième siècle, avec la venue des protestants, la multiplication du nombre des étrangers, le développement des écoles et des hôpitaux, un prosélytisme a commencé. Le mouvement a abouti à la formation de petites chrétientés copte-catholiques ou protestantes qui chacune peuvent. à l’heure actuelle, compter entre cent et cent cinquante mille fidèles. Les coptes protestants ont touché, durant le siècle dernier, bon nombre de notables qui trouvaient dans les sermons et la formation donnée une connaissance plus approfondie de l’Écriture Sainte qu’ils n’en auraient trouvé dans leur propre clergé. Mais les frontières entre l’Église orthodoxe et bien des familles influencées par le protestantisme ne sont pas aussi étanches qu’on pourrait le supposer.

53Tout un ensemble de chrétiens a d’ailleurs été en contact avec des écoles à l’origine étrangères. Plus d’un parmi eux y sont devenus professeurs, soit qu’il s’agisse d’écoles religieuses catholiques ou protestantes, soit qu’il s’agisse d’établissements de missions laïques. Actuellement ces écoles qui groupent un nombre limité d’élèves en face de l’immense masse de ceux qui fréquentent les écoles gouvernementales, ont été conservées sous une forme ou sous une autre à condition de dispenser un enseignement plus poussé dans une des langues étrangères dont l’Égypte a besoin. On les appelle écoles de langues et seuls ceux ou celles qui réunissent aux examens d’un niveau plus exigeant, pour la langue choisie, peuvent rester dans ces écoles.

54L’université américaine du Caire, de fondation protestante, a également joué un rôle dans la vie intellectuelle de l’Égypte. Après avoir été mise sous séquestre lors de la tension égypto-américaine. en 1967, elle a repris son activité sans couleur confessionnelle mais avec collaboration égyptienne assez large et présence de nombreux Égyptiens, aussi bien dans l’administration que dans le corps professoral.

55Mais tant de transformations se produisent dans le monde actuel qu’il faut s’attendre, là encore, à beaucoup de changements.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Outre les ouvrages généraux sur l’Égypte signalés ailleurs, notons :

Jacques Tagher, Coptes et musulmans, Le Caire, 1952.

Edward Wakin, A Lonely Minority, The modern Story of Égypt’s Copts, New York, 1963.

B. Evetts, Un Prélat réformateur, le Patriarche copte, Cyrille IV, 1854-1861, dans la Revue de l’Orient Chrétien, 2e série, t. VII (XVII), 1912, pp. 3-15.

Sami Gabra, Chez les derniers adorateurs de Trismégiste, la Nécropole d’Hermopolis, Le Caire, 1971.

Edw. Rochie Hardy, Christian Egypt : Church and People, New York, 1951.

Raouf Kamel, Wacyf Ghâli, l’Ecrivain, le Caire, I.F.A.O., 1960.

Kyriakos Mikhail, Copts and Moslems under British Control, London, 1911.

Aziz S. Atiya, A History of Eastern Christianity, Londres, 1968.

Murad Kamil, Coptic Egypt, Le Caire, 1968.

Cérès Wissa Wassef, Pratiques rituelles et alimentaires des Coptes, Le Caire, 1971.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540