Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Égypte d’aujourd’hui

 | 
Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient

Chapitre premier. De l’Égypte ancienne à l’Égypte moderne

Jean-Claude Garcin

Texte intégral

1Ce livre veut être une présentation de l’Égypte moderne. Les fastes d’une histoire millénaire sont donc normalement hors de notre propos. Toutefois celui qui se rend dans la vallée du Nil ne peut pas ne pas buter sur le passé : les monuments et les musées sont là pour le lui rappeler ; et il en va de même pour l’adepte du voyage imaginaire qui prend contact avec le pays par le livre ou l’album : les reproductions des temples de l’Égypte pharaonique, des églises coptes et des mosquées médiévales offrent une introduction visuelle à la connaissance de l’Égypte. Les bas reliefs des monuments funéraires de l’Ancien Empire à Saqqarah près du Caire, les peintures des tombes des ouvriers des sépultures royales du Nouvel Empire à Deïr el-Médineh près de Louxor sont appréhendés par le visiteur comme une initiation aux réalités de la campagne égyptienne, à la vie du fellah telle qu’elle n’aurait pas cessé de se dérouler depuis les origines. Le travail du bois ou du bronze à l’époque médiévale, la délicatesse des céramiques au Musée d’Art Islamique, le jeu subtil des volumes architecturaux ou la décoration en stuc des murs des mosquées, tout cela demande à un œil européen plus d’exercice mais, l’apprentissage une fois fait, ce raffinement est perçu comme celui de la civilisation islamique d’Égypte, rejetée hors du temps dans le monde idéal et immuable de la ville musulmane d’Orient, celle des Mille et Une Nuits. Malgré qu’il en ait, le moderne ne peut voir dans ces témoins précieux et irrécusables d’un passé plus ou moins lointain, qu’une invitation à prendre en compte ce qu’il est convenu de présenter comme un aspect essentiel de l’histoire égyptienne : la continuité à travers les âges. Il ne s’agit pas ici de la nier et c’est pour rétablir les rapports avec les origines que quelques rappels historiques ont été jugés nécessaires. Mais à trop y insister comme on l’a souvent fait, on risque de mal percevoir et de mal apprécier les différences entre les données de notre époque moderne et celles des époques qui l’ont précédée, ou peut-être risque-t-on aussi de mal comprendre comment des données identiques ont pris un sens différent dans un contexte qui a évolué. Les quelques remarques et indications qui suivent n’ont pas d’autre objet que de faire apparaître différences et continuités.

***

2Même si le contrôle de la haute vallée du Nil par le pouvoir égyptien – et partant, l’emplacement de la frontière méridionale de l’Égypte – ont varié, l’étirement en longueur de l’Égypte (aujourd’hui sur près de mille kilomètres) a toujours été évidemment une constante dans la vie du pays. Parfois même, on ne donnait le nom d’« Égypte » qu’à l’étroit ruban vert qui tranche si brutalement sur le désert qu’il traverse, large de quelques centaines de mètres à vingt cinq kilomètres, le long du Nil, avant que le delta ne vienne l’ouvrir sur les deux cent cinquante kilomètres de côte méditerranéenne qui le bornent au Nord : la Basse Égypte se réduit, on le sait, au delta, et la Haute Égypte suit le cours du Nil à partir du Caire ; mais la zone montagneuse entre Nil et Mer Rouge n’était par exemple pour les Romains qu’une « arabie », entendez une terre de parcours de populations nomades, Bedja (apparentés à l’ancienne population de l’Égypte) ou déjà Arabes véritables ayant passé la Mer Rouge, et plus tout à fait « l’Égypte » ; c’est dire que jusqu’aux récents projets de mise en valeur des oasis et de la dépression du désert occidental parallèle au Nil, et jusqu’aux espoirs soulevés par l’hypothétique présence de pétrole sous le sable, le million de kilomètres carré que compte l’Égypte n’était pas vraiment pris en considération. L’Égyptien se sentait étranger au désert inutile et dangereux qui le cernait : les frontières rectilignes des cartes géographiques n’ont pris de valeur réelle que depuis peu.

3Les moyens de communication modernes, avion ou chemin de fer, permettent de parcourir en quelques heures cette Égypte utile d’un bout à l’autre. Il relève de l’évidence qu’il en allait tout autrement autrefois ; dans le passé médiéval par exemple, les voyageurs pressés mettaient parfois une semaine pour aller de la pointe du delta où était la capitale, à la région de Louxor. Les commerçants se donnaient souvent près d’un mois pour couvrir le même trajet sur le long fleuve où des chalands pouvaient les retenir mais où il était également difficile de toujours prévenir les agressions des bandits au passage des barques. Ce sont là des faits qui fournissent la mesure de l’espace égyptien de jadis, qui n’est plus celui que nous connaissons, où les lents déplacements au fil des jours donnaient au pays l’étendue d’un empire. Le Nil était le lien vivant entre ces provinces échelonnées le long des rives. Le courant du fleuve portait les barques du Sud vers le Nord, et les vents du Nord, canalisés par la vallée, permettaient la remontée des voiles vers le Sud. Le Nil était l’axe de circulation animé de cet ensemble mal articulé, rôle qu’il a bien perdu depuis.

4Rendant exceptionnellement habitable ce qui n’aurait dû être qu’un désert (la frange méditerranéenne mise à part), c’est encore le Nil qui rythmait la marche du temps dans la vallée. Les crues de ce fleuve aux pulsations simples, puissantes et régulières ont servi au calcul des premiers calendriers. A la pointe du delta, l’eau commençait à monter vers la mi-juin, selon la tradition dans la nuit du 17 au 18 juin, la « nuit de la goutte » (où selon les anciens égyptiens une larme d’Isis pleurant Osiris tombait et mettait en branle la crue) ; un mois plus tard, les eaux vertes du Nil Blanc étaient relayées par les eaux rouges chargées de limon que charriait le Nil Bleu ; au début du mois de septembre le maximum était atteint ; les barrages qui retenaient les eaux du fleuve de se précipiter dans les canaux avaient été coupés : au Caire, la cérémonie symbolique de la « rupture de la digue » fermant le canal qui traversait la ville, était particulièrement solennelle ; l’eau recouvrait la campagne et l’inondation ne prenait fin qu’à la mi-octobre. Tout au long de la vallée, des nilomètres, sortes de puits en communication avec le Nil et munis d’une échelle graduée (comme il en existe encore une, d’époque islamique, au Caire) permettaient de mesurer la crue du fleuve, et des crieurs publics annonçaient les résultats au fur et à mesure de la montée de l’eau : la hauteur atteinte, variable selon qu’on la mesurait en amont ou en aval, ne devait être ni trop faible ni trop forte pour assurer la prospérité du pays. Dans l’année, l’inondation constituait à elle seule une saison, suivie de l’hiver, l’époque des semailles (de la mi-octobre au mois de février), puis de l’été, l’époque des moissons (de mars jusqu’à la mi-juin).

5L’année agricole déterminait l’année fiscale, même après l’adoption du calendrier hégirien : on finissait de payer les impôts après la récolte et avant la crue, fin d’été bien remplie où le blé devait être mis en sûreté, à l’abri des eaux, et les digues et les canaux, réparés. La saison de la crue, qui suivait, était au contraire celle des voyages en barque d’une localité à l’autre, et des transports par eau (les énormes pierres des monuments pharaoniques ont dû être transportées pendant la crue), la saison des contacts humains aussi, que rendait possible l’arrêt du travail agricole. Toute une flotille était utilisée où chaque modèle de bateaux correspondait à un usage bien défini : transports de voyageurs, de blé, de bestiaux, de matériaux lourds. Cette vie du Nil a disparu. Nous ne connaissons plus aujourd’hui les crues : depuis les premiers barrages établis sur le fleuve dans les années soixante du xixe siècle jusqu’au Haut Barrage et à la constitution du lac Nasser, l’eau du Nil a été mise intégralement au service de l’agriculture. Le Nil reste un beau et grand fleuve mais ce qui le distinguait jadis des autres fleuves n’est plus perceptible de même que l’Égypte a cessé d’être cet extraordinaire pays recouvert par l’eau pendant une partie de l’année. L’exhaussement du sol voisin du fleuve par le limon déposé depuis l’antiquité et qu’on estime à environ deux mètres, est arrêté ; un lent mouvement inverse va sans doute s’amorcer.

6L’historien n’a pas à envisager ici les conséquences de cette domestication totale du Nil. Il ne peut que constater que ce n’est pas un « ordre naturel » qui a été bouleversé, mais une nouvelle étape, plus importante que d’autres peut-être, dans l’évolution de la vallée et la transformation par l’homme de ses conditions de vie. L’Égypte « classique » à la vie dominée par la crue du Nil n’a été qu’une période dans une longue histoire. Les anciens égyptiens n’ignoraient pas qu’il n’en avait pas toujours été ainsi. Les savant grecs ont recueilli les intuitions de ceux pour qui le Nil n’avait pas toujours coulé, de ceux qui devinaient que le delta n’avait d’abord été qu’un golfe de la mer où des flots monstrueux apportaient ces troncs d’arbres que le touriste retrouve aujourd’hui pétrifiés dans les environs du Caire. L’homme était déjà là lorsqu’au paléolithique le rythme régulier des crues s’est établi. D’abord installé sur les hauteurs qui bordent la vallée et qui offrent un magnifique champ d’investigation au préhistorien moderne, il a osé descendre par la suite à la limite des terres inondées, il a appris à endiguer le fleuve, à creuser des canaux perpendiculaires au cours du Nil pour assurer l’assèchement des terres ; puis, sans doute sous l’Ancien Empire, à partager la vallée en bassins d’inondation séparés par d’autres digues pour permettre une mise en eau successive et rationnelle du sol. Derrière le geste faussement immuable du fellah que nous ont transmis les scènes peintes sur les murs des tombeaux, un effort séculaire et patient a transformé la vie agricole pendant que passaient les dynasties.

7Alors que le reste du monde connaissait encore une agriculture rudimentaire, ces paysans, par des méthodes de plus en plus perfectionnées, ont fait de l’agriculture égyptienne un art des champs en continuel développement, sélectionnant les espèces utiles, mettant au point les instruments agricoles pour des milliers d’années, rendant toujours plus complexe le réseau des canaux et des digues, façonnant la vallée en un jardin pour l’homme égyptien. Par la même c’est tout l’aspect de l’Égypte qui était transformé, le Fayoum mis en valeur, les bouches du Nil sans doute aménagées et jusqu’à cet extraordinaire canal faisant communiquer le réseau du Nil avec la Mer Rouge, inauguré peut-être dès le Moyen Empire, sous la douzième dynastie, ou plus vraisemblablement sous Néchao (610-595), remanié plusieurs fois dans son tracé et son point de départ sur le Nil, une dernière fois encore lors de l’occupation musulmane (il prenait à cette époque au niveau du futur Caire), jusqu’à son comblement partiel au VIIIe siècle par ordre du calife al-Mansûr : il n’est plus resté de l’audacieuse voie d’eau que son amorce au Caire, toujours nommé « le canal » (le « Khalîg » aujourd’hui recouvert sous la rue de Port-Saïd) ce symbole de tous les canaux d’Égypte où se rendait chaque année dans la liesse populaire, le maître du pays pour présider solennellement à la coupure de la digue qui l’obstruait au moment de la crue.

8Sans doute le degré d’exploitation de l’Égypte a varié selon que la paix civile régnait ou non dans le pays, permettant ou non un entretien régulier des canaux et des digues ; selon l’intensité du peuplement aussi, sensible aux épidémies dévastatrices du passé (l’Égypte en a connu d’épouvantables à la fin de l’Antiquité, à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne). L’idée que la mise en valeur de la vallée pouvait être encore améliorée n’a pas disparu des esprits au cours des temps et le regret de ne pouvoir utiliser l’eau qui allait se perdre en mer, pour étendre la surface cultivée de l’Égypte, est loin d’être récent. Un savant du début du xie siècle avait déjà songé à barrer la vallée à Assouan, mais le cœur lui manqua dit-on, quand il vint inspecter sur place la configuration du site que lui avaient fait choisir des réflexions de cabinet. Bonaparte pensa aussi plus modestement qu’il faudrait construire un barrage sur le fleuve à la pointe du Delta pour assurer en aval l’irrigation pérenne des cultures ; le barrage ne fut réalisé que soixante ans plus tard à cet endroit ; d’autres ouvrages ont suivi en amont qui, en un siècle, ont mis au service des nouveaux progrès de l’agriculture égyptienne et des espèces nouvelles venues (la canne à sucre dès le xiiie siècle et le beau coton à longues fibres du xixe) toute l’eau des crues du Nil : l’impressionnant phénomène naturel s’était révélé moins durable que la présence de l’homme sur la terre d’Égypte.

***

9Cet homme égyptien, qui était-il ? Jusqu’à une époque récente le problème de l’origine des occupants de la vallée du Nil n’avait pas soulevé de passions, même si l’unanimité n’existait pas entre spécialistes. On pensait volontiers que ce pays, baigné par la Méditerranée au Nord, situé à la charnière de l’Afrique et de l’Asie, et au débouché des routes venant des profondeurs du continent noir, ne pouvait guère avoir connu, même « au début » un peuplement homogène, une « race pure » primitive. On n’en distinguait pas moins une « ethnie » égyptienne particulière que l’on déclarait appartenir au rameau blanc de l’espèce humaine, tout en admettant qu’elle était constituée pour un tiers d’éléments « négroïdes », pour un autre tiers de « méditerranéens bruns », le reste étant composé d’un type rappelant la race de Cro-Magnon, et des mélanges de ces trois éléments. C’était une population africaine, mais blanche, dite « hamite » ou « chamite » qui allait donner naissance à une des plus prestigieuses des civilisations antiques. Pour certains, il est vrai, le surgissement culturel n’aurait commencé de se faire à l’époque proto dynastique et sous les premières dynasties pharaoniques (vers la fin du ive millénaire avant notre ère) qu’après l’installation dans la vallée du Nil, vers le Nord, d’étrangers venus de l’Est, de Mésopotamie peut-être, qui se seraient mêlés à la population autochtone, et c’est ce mixte qui aurait eu l’honneur d’être à l’origine de la civilisation égyptienne. Mais le refus ou l’acceptation de cette thèse (qui ne mettait pas en cause le caractère africain de la civilisation égyptienne antique) ne provoquait pas de division fondamentale entre spécialistes qui s’entendaient par ailleurs pour convenir que les éléments purement noirs n’apparaissaient en Égypte qu’à partir de la dix-huitième dynastie, soit vers 1600 avant J.-C.

10Depuis 1955 les problèmes se trouvent autrement posés : à la suite du sénégalais Cheikh Anta Diop, des historiens africains réclament que l’on reconnaisse l’appartenance des égyptiens de l’époque prédynastique et dynastique à la race noire et l’inclusion de la civilisation égyptienne antique dans le patrimoine de l’humanité noire, au nom d’argument culturels et linguistiques. Un congrès réuni au Caire en janvier 1974 sous l’égide de l’UNESCO a défini des directions de recherches et évoqué les nécessaires distinctions à faire dans les notions employées, celle de race et de culture en particulier, pour permettre aux spécialistes d’utiliser au moins une langue commune et dénuée d’ambiguité, mais les positions extrêmes n’ont pu être rapprochées. L’idée que nous nous faisons du plus lointain passé de l’homme égyptien et de la civilisation qu’il a donnée au monde, ne sort pas indemne du heurt des aspirations du présent.

11Cette mise en question toute récente des origines de la population égyptienne paraîtra d’autant plus embarrassante à certains, qu’on s’est souvent accordé à lui reconnaître une durable homogénéité à travers le temps, une sorte de permanence dans son identité au cours des siècles que l’on exprime de diverses façons, et que c’est la permanence ethnique qui est le plus souvent invoquée. On se plaît à présenter côte à côte dans les livres, bas reliefs antiques et profits modernes de fellahs pour la suggérer. L’oasis égyptienne entourée par le désert se serait comportée comme un « creuset » où les divers apports étrangers seraient toujours venus se fondre dans la masse des égyptiens pour y disparaître ; et il est certain que le dernier événement qui, à l’époque historique, a le plus contribué à changer le sort de l’Égypte, la conquête arabe, semble n’avoir guère modifié à long terme la composition de sa population. N’a-t-on pas écrit pour une période plus récente que les familles d’origine étrangère avaient peine à faire souche en Égypte en raison des particularités du climat de la vallée du Nil ? En fait, faute d’analyses anthropologiques nombreuses et précises concernant le passé, l’historien sera davatange sensible à l’aspect culturel de cette continuité, ou plutôt à l’étirement dans le temps des évolutions, qui a sans doute plus sûrement donné naissance à l’idée de la permanence de l’identité égyptienne, qu’une constance inerte du substrat humain pendant une si longue histoire.

12Depuis l’unification du pays au début du troisième millénaire, une pensée religieuse originale s’est élaborée, s’est diffusée à partir d’une minorité ; une sagesse à mûri à l’épreuve des évolutions politiques, désordres internes et invasions, et n’a disparu qu’avec la proscription officielle des vieux rites au bénéfice du Christianisme, vers la fin du ive siècle de notre ère. Support de cette longue élaboration d’une humanité, la vieille langue égyptienne a connu diverses étapes dans son histoire, sous l’Ancien, le Moyen et le Nouvel Empires, passant de l’écriture hiéroglyphique à la cursive démotique (viie siècle avant J.-C.) pour devenir, en adaptant son alphabet de celui des Grecs, le copte de la communauté chrétienne, encore parlé, après la conquête arabe, jusque vers le xe siècle de notre ère et utilisé plus tard encore dans la liturgie. Comment ne pas être frappé de si longues fidélités ?

13Si la continuité de la tradition culturelle du groupe, qui assurait son identité plus sûrement que sa composition ethnique, a connu des ruptures, spirituelles avec l’introduction du monothéisme chrétien ou musulman, linguistique avec l’adoption de l’arabe, l’adhésion de tous a rétabli l’homogénéité un moment compromise, et des identités successives en quelque sorte sont apparues, la permanence d’un élément culturel, alors que d’autres disparaissaient, assurant le lien avec le passé. L’implantation du christianisme en Égypte, qui n’a effectivement rien changé à la langue parlée, (ni à l’équilibre ethnique du moment) a été profonde : certains égyptologues ne lisent-ils pas déjà dans le polythéisme antique une orientation vers le monothéisme à venir ? Quoi qu’il en soit, l’adoption par les nouveaux chrétiens d’une tradition scripturaire où bien des épisodes concernaient leur pays (de l’aventure de Joseph et de Moïse jusqu’à la fuite en Égypte de Jésus et de sa mère), le grand nombre des martyrs (qui a poussé l’Église d’Égypte à compter les années à partir de 284, date de l’avènement de Dioclétien dont les persécutions ont fait surgir la communauté chrétienne du sang des martyrs), l’« invention » du monachisme par les Pères du désert dans de multiples « thébaïdes », le rayonnement d’une brillante école théologique à Alexandrie, tous ces phénomènes ont si profondément concerné le peuple égyptien qu’une Eglise qu’on pourrait appeler nationale a fini par se former, église monophysite séparée de Constantinople et de Rome et qui garde son indépendance jusqu’à nos jours. Une certaine qualité de christianisme a un temps contribué à définir la personnalité égyptienne, comme jadis la sagesse enseignée par les prêtres des temples. Les communautés coptes du Fayoum, de Moyenne et de Haute Égypte, et des villes du Delta sont restées fidèles à ce christianisme-là.

14L’implantation de l’Islam a posé en apparence des problèmes différents. Lors de la conquête de 640, un apport ethnique a servi de support à l’apport culturel : des garnisons arabes ont été installées dans le pays ; puis dans les siècles qui ont suivi, des fractions de tribus se sont vu attribuer des territoires en bordure du Delta et en Haute Égypte ; des groupes berbères arabisés sont venus de l’ouest au xe siècle et certains, les Hawwâra, installés au xve siècle en Haute Égypte, étaient assez puissants jusqu’au xviiie siècle pour imposer progressivement leur autorité à cette province. Mais, on l’a dit, tous ces éléments qui se sont lentement sédentarisés (l’Égypte ne compte que quelques milliers de nomades), n’ont représenté que peu de chose par rapport à la population du pays, du moins ceux qui sont restés en Égypte au lieu de poursuivre plus loin et d’aller arabiser, intensément cette fois, des régions entières comme le Nord du Soudan à partir du xive siècle : le mécanisme du « creuset » racial n’a donc pas joué pour tous ceux qui n’ont fait en Égypte qu’une halte temporaire, le temps d’un nouveau départ. De nos jours, on estime que 6 % seulement de la population serait d’origine arabe en Égypte, et 2 % d’origine berbère. Et c’est, en partie, vraisemblablement en raison même de la faiblesse de cet apport que l’Égypte a mis tant de temps à s’islamiser et à apparaître comme un pays à majorité musulmane, sans doute seulement entre le xiiie et le xve siècles : l’étalement dans le temps de cette conversion à l’Islam est encore caractéristique de l’Égypte parmi toutes les autres provinces du califat.

15Le copte, on l’a vu, est resté longtemps parlé après la conquête : l’arabisation elle aussi s’est faite avec une relative lenteur. Par la suite l’adoption de l’arabe, langue du gouvernement, de l’administration, du grand commerce et de la culture, ne signifiait déjà pas nécessairement la conversion à l’Islam. Moyen de participer d’abord à la vie des classes dirigeantes du pays, l’arabophonie est naturellement devenue le fait de tous les égyptiens, avant de se transformer de nos jours en ralliement volontaire à une langue que des minorités ethniques et sociales longtemps dominantes sous la monarchie (minorités pour qui le mécanisme du « creuset » ne jouait pas davantage) répugnaient à utiliser, avant donc de devenir adhésion à un destin solidaire. Cet arabisme dans lequel communient chrétiens et musulmans, œuvrant ensemble au renouveau de la culture arabe, contribue maintenant à son tour à définir l’identité actuelle du peuple égyptien, de même que l’Islam égyptien majoritaire qui a ses caractères particuliers. Le Caire, centre d’édition arabe et foyer de culture islamique, les impose sans équivoque, l’un et l’autre, et bien naturellement, à l’attention du visiteur étranger, qui a besoin des Musées et du recours à la province originelle s’il veut retrouver concrètement la lente succession des identités culturelles de l’Égypte, tant la dernière en date occulte les précédentes.

***

16Le spectacle qu’offrent le Caire et ses environs est pourtant une bonne introduction à l’Égypte et à son histoire. On y trouve tous les types humains du pays tels que les origines provinciales diverses et les rémanences d’époques révolues les ont façonnés, et les meilleurs témoignages architecturaux d’un devenir très ancien se sont accumulés là : on a fêté en 1969 le millénaire de la ville et Fostat, l’actuel « Vieux-Caire » au Sud de l’agglomération, a été la création des conquérants arabes en 640 ; encore au Sud est le site de l’antique Memphis ; tout proches, les monuments de Guiza et de Saqqarah évoquent le plus lointain passé. Pourtant lorsque ceux qui veulent découvrir les diverses identités de la vieille Égypte, quittent le Caire, ce n’est pas à proprement parler la province qu’ils vont visiter, mais les vestiges d’anciens centres autour desquels aussi s’est un jour organisé le pays. Dans cette Égypte où la nature semble si contraignante et offre un espace aussi bien délimité aux installations humaines, le déplacement des capitales politiques dans la vallée au cours des siècles ne peut que surprendre.

17La pointe du Delta a évidemment toujours été un site de choix : à la limite de la Haute et de la Basse Égypte, elle semble fournir un emplacement idéal et comme naturel pour fixer la capitale d’un pouvoir qui doit s’étendre au Nord et au Sud. C’est donc là (en fait à 25 km en amont de cette pointe du Delta, qui depuis a encore progressé vers le Nord de 15 km) que fut Memphis, la capitale de l’Ancien Empire (2800-2300) et, lorsqu’après son effondrement l’unité eut été rétablie par le Sud, ce fut pour se rapprocher de cette position privilégiée que les pharaons du Moyen Empire (2000-1800) établirent leur capitale à Licht, en amont de Memphis. Mais la Haute Égypte et son centre géographique, la plaine de Thèbes, pouvait constituer un autre foyer de l’histoire égyptienne : les constructions de Louxor et de Karnak indiquent assez qu’elle y est parvenue. C’est à Thèbes que resurgit la grandeur égyptienne après la fin de l’Ancien Empire, (sous la XIe dynastie, 2065 av. J.-C.) ; c’est à Thèbes que se raidit la résistance aux envahisseurs « asiatiques », les Hyksos venus de l’Est, quand l’unité politique du Moyen Empire eut disparu (1675 av. J.-C.) ; c’est à Thèbes enfin que s’installa la capitale cosmopolite du Nouvel Empire, la grande Thèbes de la xviiie dynastie (1580-1350) lorsque la domination égyptienne allait de l’Euphrate à la quatrième cataracte du Nil. La Haute Égypte était apparue comme un refuge de l’égyptianité lorsque la situation à la pointe du Delta n’était plus tenable et Thèbes, devenue le centre spirituel du pays, même lorsqu’elle fut abandonnée comme capitale.

18Le Delta au Nord du Caire au contraire n’a été choisi qu’en fonction de nécessités extérieures, puissances menaçant l’Égypte ou domination pure et simple de l’étranger, après que la fin du deuxième millénaire ait vu aussi le déclin de la puissance égyptienne. Peut-être parce que le péril ne vint alors que rarement du Sud (les rois de Kouch, en amont de la deuxième cataracte, dits « éthiopiens » ont cependant eux aussi dominé l’Égypte aux viiie et viie s. avant notre ère) l’heure de la Haute Égypte était désormais passée : tantôt semi-indépendante, tantôt au contraire sanctuaire de la résistance à l’invasion, souvent révoltée ou prête à la révolte, elle ne parvint plus à retrouver son ancien rôle politique. Dans le Delta au contraire, l’installation de dynasties à Tanis (du xe au viiie av. J.-C), à Sais (aux viie et vie siècles) s’est faite en fonction de la menace assyrienne, néobabylonienne, perse qui parvint à soumettre le pays avant que l’accueil fait aux soldats libérateurs du conquérant grec (332 av. J.-C.) ne laisse créer à Alexandrie, pendant près de mille ans, un centre d’exploitation de l’Égypte, au profit des grecs d’abord (la dynastie des Ptolémées), des romains (30 av. J.-C.) et des byzantins ensuite. La puissance des Ptolémées fut effective mais entre leurs mains, l’Égypte n’était plus qu’un instrument avant de devenir simple province dans un empire. La conquête arabe de 640 en mettant fin au rôle d’Alexandrie, parut retrouver à Fostat une très ancienne tradition. Depuis l’époque romaine, l’Égypte ayant perdu toute indépendance n’était plus dirigée que par des gouverneurs et avant cela même, depuis l’occupation perse et l’arrivée d’Alexandre, par d’autres que des égyptiens.

Sites de l’Égypte antique et médiévale

19La multiplication des centres politiques autour desquels chaque fois le vieux pays a été remodelé suggère, plus que des épanouissements successifs d’organisations possibles de l’espace égyptien, la puissance des pressions extérieures qu’au cour d’une longue et inégale histoire a dû subir l’Égypte ; et la lente dérive des capitales vers la côte méditerranéenne pendant près de deux millénaires indique alors au moins une détermination du pays par rapport à l’étranger, que ceux qui ont vu prospérer à nouveau l’Alexandrie cosmopolite de la fin du xixe siècle ont dû encore obscurément ressentir. Mais après 640 et jusqu’à nos jours, le site de la capitale officielle n’a plus varié. Le poids de la tradition islamique était trop fort. Depuis un siècle au moins les distances comptent trop peu pour que la situation de la capitale dans le territoire d’un pays garde encore un sens certain.

***

20En dépit de cette moderne abolition des distances qui rend donc relativement indifférent le site d’une capitale aujourd’hui, en revanche la façon dont s’ordonne le pays autour d’elle, la cohérence du territoire restent des éléments significatifs. La métropole tentaculaire cairote s’étend de nos jours au Nord vers le Delta laborieux et fait reculer au Sud la limite traditionnelle de la Haute Égypte tandis que, depuis la réouverture du canal de Suez, la voie d’eau de l’Est indique une autre ligne de force. La Haute Égypte compte moins, même après que le Haut Barrage y a permis un début d’industrialisation. C’est dire que le Delta et le Caire s’imposent comme des centres d’attraction et des aires privilégiées dans l’espace égyptien moderne auquel des moyens de communications rapides donnent par ailleurs son unité. Cette répartition des activités en Égypte semble aller de soi à partir du moment où l’emplacement du centre de gouvernement est donné.

21Pourtant, on se tromperait si l’on pensait qu’avec la fondation de Fostat en 640 et ce qui paraît un retour de la capitale vers l’emplacement du plus ancien centre politique de l’Égypte unifiée, tout s’en trouvait déterminé, l’équilibre entre les régions se faisant comme naturellement en fonction de leurs ressources propres, autour du site idéal retrouvé. L’activité et la vitalité des diverses régions ont varié depuis lors, un peu d’après le rôle qu’on a voulu faire jouer à l’Égypte, et ce rôle a été décidé, dans cette histoire de l’Égypte depuis 640 (la seule dont l’Égypte arabe se souvienne) par des personnalités et des dynasties dont l’évocation sert encore à diriger la conscience populaire. On remarquera toutefois que le sens de l’appartenance à la communauté islamique est si profond que les personnalités ou les dynasties les plus honorées ne sont pas nécessairement celles qui ont assuré l’unité du pays, mais celles qui ont le mieux servi l’Islam communautaire.

22Memphis avait été le centre d’un empire. En fondant Fostat, les conquérants arabes conduits par ‘Amrû Ibn al-‘-As (dont le renouveau de piété islamique actuel vient de rebâtir à neuf la mosquée au Vieux-Caire) n’établissaient là qu’un camp dans un emplacement stratégique excellent pour tenir l’Égypte conquise, au bout de la piste venant de l’Arabie, au départ du canal menant vers la Mer Rouge, par lequel le blé allait pouvoir être envoyé vers le Hedjaz, comme jadis d’Alexandrie vers Rome ou Byzance. L’imité même de l’Égypte était imparfaite puisque Assouan avait un gouverneur particulier, dépendant directement du Calife, plus précisément préoccupé d’assurer la sécurité des pèlerins traversant les montagnes entre Nil et Mer Rouge, pour se rendre à la Mekke, avant que la redécouverte de vieilles mines d’or dans la région ne fasse de cette ville une capitale de la Haute Égypte, presque une rivale de Fostat : son beau cimetière musulman témoigne encore de sa grandeur passée. Venus d’Arabie, les groupes tribaux franchissaient facilement la mer. Les territoires de la Haute et de la Basse Égypte étaient orientés vers l’Est, le Hedjaz, Damas, Baghdad. Fostat, le Vieux Caire d’aujourd’hui, n’a été pendant trois siècles qu’un médiocre centre provincial.

23Il fallut attendre le ixe siècle pour qu’un gouverneur d’origine turque, Ibn Tûlûn, réussisse en se rendant indépendant à faire renaître un moment une Égypte autonome et soumise à un seul pouvoir : il reste présent au souvenir des Cairotes parce que la mosquée qu’il a construite (vestige d’une capitale dynastique édifiée au Nord de Fostat) est une des plus belles du Caire, mais le respect attaché à sa mémoire est loin d’égaler celui qu’on voue au conquérant arabe.

24La renaissance d’une Égypte puissante et impériale date en fait de l’installation sur son sol des califes Fatimides pour qui fut fondé, au Nord de Fostat, al-Qâhira, le Caire (969). Insurgés au Maghreb contre l’autorité de Baghdad qu’ils jugeaient illégitime, les Fatimides qui se proclamaient descendants de la fille du Prophète, Fâtima, et héritiers spirituels de son mari et cousin du Prophète, le calife ‘Alî, firent par l’Ouest la conquête de l’Égypte, comme d’une étape sur la route qui devait les mener vers l’Orient jusqu’à Baghdad et à l’autorité sur tous les Musulmans. Leurs troupes n’ayant pas réussi à progresser au-delà de la Syrie, l’Égypte resta par la force des choses le centre de leur empire, puissance désormais redoutable, dont l’idéologie (le chi‘isme) qui se présentait aussi comme une réforme religieuse, fut sentie comme une trahison par l’Islam communautaire : la mosquée d’al Azhar, fondée en même temps que la ville califienne dont elle était le sanctuaire principal, fut d’abord un centre de propagande avant de devenir, bien plus tard (surtout vers la fin du xve siècle) un important lieu d’enseignement.

25Les Fatimides ont été les restaurateurs réels d’un Etat égyptien, les premiers maîtres de l’Égypte à connaître à nouveau par moment une puissance semblable à celle des pharaons de Memphis et de Thèbes, ou des dynastes grecs d’Alexandrie. Le temps n’a effacé que lentement, et bien après la disparition de leur pouvoir, les traces de leur passage : l’emplacement choisi pour édifier leur cité impériale, al-Qâhira proprement dite, est resté jusqu’au xixe siècle le centre toujours remanié mais réel de l’agglomération cairote. Ils surent rendre à l’Égypte un rôle ancien. Reprenant à leur compte une politique commerciale qui avait déjà fait la prospérité du pays à l’époque gréco-romaine, ils favorisèrent le passage par la vallée du Nil, du commerce des épices d’Extrême Orient qui arrivaient de l’Océan Indien jusque sur les côtes de la Mer Rouge (à ’Aydhab), gagnaient par caravanes le Nil qu’elles atteignaient à Assouan puis surtout à Kous (à côté de Louxor) et étaient transportées en barques vers Alexandrie où les attendaient les acheteurs venus d’Europe. La remise en activité de cet axe économique rendit à l’espace égyptien, d’Assouan à Alexandrie, son unité, et la Haute Égypte (particulièrement l’antique plaine de Thèbes où était situé Kous) retrouva toute sa valeur. Mais la conscience de l’Égypte musulmane n’a pas voulu retenir, pour le citer en exemple, le souvenir de ces princes infidèles à l’Islam communautaire et qui n’ont de surcroît participé que mollement pendant un siècle à la lutte contre l’Occident croisé en Palestine (assez peu différent, au demeurant, de celui avec lequel on commerçait à Alexandrie).

26Lorsqu’au terme d’un jeu diplomatique dangereux, les califes Fatimides se trouvèrent un jour assiégés dans le Caire par le roi chrétien de Jérusalem, ce fut le chef de guerre kurde Saladin qui vint de Syrie délivrer la ville, et mit fin à leur dynastie (1171). Après le conquérant arabe fondateur de Fostat, Saladin est sans doute la deuxième grande figure populaire de l’Égypte arabe. Le pays aurait pu devenir une simple province d’un empire oriental : en le prenant comme base d’une unité politique englobant la Syrie, et en en faisant la pièce maîtresse de la lutte contre les croisés, il plaçait brusquement l’Égypte, et pour longtemps, au premier rang des pays musulmans. Jérusalem fut reprise aux Occidentaux (1187), et l’Égypte fut désormais pour l’Occident la puissance qu’il fallait abattre si l’on voulait triompher de l’Islam. L’aigle de Saladin plane toujours sur les emblèmes officiels et le souvenir de ce grand politique reste vivant dans les esprits auxquels des pièces de théâtre ou des films viennent périodiquement rappeler ce glorieux passé. Saladin a défini un territoire et une idéologie de combat qui ne varieront guère tant que l’Égypte restera à la tête du Proche Orient musulman, jusqu’au début du xvie siècle. Oubliant l’œuvre des Fatimides mal aimés, on a fait en quelque sorte de lui le second fondateur de l’Égypte musulmane. L’Égypte et la Syrie formaient alors comme un seul Etat, dirigé par Saladin d’abord, par ses descendants ensuite (appelés Ayyoubides parce que Saladin était fils d’un Ayyoub), sorte de fédération familiale où les provinces-principautés se répartissaient, non sans conflit, entre sultans frères ou cousins, sous la lointaine autorité du calife de Baghdad. L’Égypte y jouait le principal rôle, toujours traversée du Sud au Nord par le fructueux trafic des épices chèrement vendues aux Occidentaux (trafic que la guerre n’arrêtait pas), mais lestée désormais de dépendances syriennes qui pèseront de plus en plus lourd avec le temps.

27Le régime familial de cet ensemble évolua en moins d’un siècle en un empire militaire bien curieux, qui donna aux derniers siècles du Proche Orient médiéval leur aspect si particulier, et ce fut d’Égypte que vint le changement. Les princes descendants de Saladin, et particulièrement celui d’Égypte, avaient à leur service des soldats qui leur étaient entièrement dévoués, jeunes esclaves (d’où leur nom de mamlûk qui signifie esclave), achetés au loin (souvent dans les pays des bords de la Mer Noire, turcs des basses plaines russes ou circassiens) et formés au métier des armes. Lorsque Saint Louis débarqua à Damiette (1249), les troupes d’Occident furent bien près de l’emporter ; les Mamelouks sauvèrent la situation alors que le sultan était mourant : ils gardèrent par la suite le pouvoir et organisèrent un régime original où le soldat le plus apte et le plus habile, le mieux soutenu par les groupes qui se formaient naturellement dans l’armée, accédait au sultanat. Le fondateur réel de cette démocratie militaire réservée à une caste dominante étrangère fut le sultan Baïbars (1260-1277) : mal connu en Occident, il n’en est pas moins la troisième grande ombre épique de l’histoire égyptienne, qu’on retrouve aux côtés de Haroun al Rachid dans les populaires Mille et Une Nuits. Les Mongols déferlaient sur l’Orient, ruinaient Baghdad et mettaient fin au califat Abbasside (1258) : ils furent repoussés et un descendant des califes, accueilli au Caire ; les derniers établissements croisés suspects de pactiser avec les envahisseurs mongols furent réduits à l’impuissance et par la suite, liquidés ; l’ensemble syro-égyptien fut organisé en un empire homogène : le sultan mamelouk d’Égypte était désormais le plus grand prince de l’Islam et son défenseur face aux menaces venues de l’Est ou de l’Ouest. Le Caire du xive siècle devint la capitale cosmopolite du monde musulman, seconde Baghdad où l’on venait s’instruire de toutes parts. Les mosquées et les madrasas (écoles) où s’élabora la dernière synthèse culturelle de la civilisation arabo musulmane médiévale forment encore aujourd’hui l’essentiel du cadre monumental cairote. Ce sont ces monuments qui frappent d’abord l’étranger quand il visite la ville.

28Les sultans mamelouks ont donc fait de l’Égypte pendant plus de deux siècles et demi (1250-1517) la plus respectée des puissances musulmanes. En fait à partir de la fin du xive siècle, la diminution de la population égyptienne frappée par les épidémies de peste, et en Orient, la pression des peuples turcomans (dont les Ottomans) affaiblirent sans qu’il y parut le sultanat mamelouk. Miné dans sa prospérité agraire à l’intérieur, il dut, au xve siècle, avoir recours à l’institution de monopoles d’Etat sur les principales activités commerciales pour soutenir sa puissance ébranlée (comme plus tard au xixe siècle Muhammad ‘Alî, quand il voulut édifier la sienne). Une nouvelle organisation de l’espace égyptien apparut, où se dessine celle que nous connaissons aujourd’hui : la capitale et le Delta (prolongé par la côte syrienne) continuèrent d’être des zones économiques actives et bien tenues en main, l’Égypte méditerranéenne : les épices y parvenaient toujours ; mais elles étaient débarquées maintenant près de Suez et ne transitaient plus par la Haute Égypte, peu sûre, souvent troublée par les tribus arabes et dominée par les berbères Hawwâra : la Haute Égypte commença d’être cette région différente, moins islamisée, au rythme de vie plus lent qu’elle est restée aujourd’hui. Puis l’évolution de l’équilibre des forces à l’extérieur aussi se fit sentir : les Ottomans qui avaient arraché Constantinople à la Chrétienté (1453) se révélèrent bientôt de plus efficaces soldats de l’Islam que les mamelouks et le pays, comme tout l’Orient méditerranéen, passa sous leur domination (1517). L’Égypte y perdit son sultan, mais garda ses mamelouks, constitués désormais en caste dominante héréditaire, souvent plus puissants que le pacha ottoman détenteur officiel de l’autorité, parfois tentés de reconstituer une Égypte autonome, mais toujours divisés : Bonaparte les retrouva aux pieds des pyramides (1798) ; seul Muhammad ‘Alî devait en venir à bout.

29La mémoire collective de la nation a retenu peu de grands souvenirs des siècles post-médiévaux. C’est cependant pendant l’époque ottomane que les assises de la personnalité de l’égyptien moderne se sont affermies, que ce qui restait de la grande culture médiévale, maintenant dans le seul el-Azhar, dernier témoin de la vie intellectuelle du passé, s’est trouvé efficacement vulgarisé et diffusé dans la masse : un homme musulman d’Égypte était constitué que les transformations du xixe siècle n’allaient guère toucher en profondeur, pas plus que n’allait être facile à réduire, comme on l’a tenté depuis, le déséquilibre entre la Haute Égypte et le Delta, aggravé au cours des siècles, legs du passé à l’Égypte d’aujourd’hui.

***

30Nous avons essayé d’évoquer ce qui, dans la longue histoire de l’Égypte, permettra, on l’espère, de mieux comprendre la portée des mutations du présent. L’intérêt pour l’Égypte de la part d’étrangers, d’Européens, n’est pas nouveau ; il n’a pas toujours été, on s’en doute, sans arrière pensées. Peut-être n’est-il pas inutile de rappeler pour finir, ce qui a attiré vers l’Égypte les hommes des siècles passés : on trouvera là aussi par rapport au présent, ruptures et continuités.

31L’Égypte était amplement concernée, on l’a vu, par la tradition scripturaire chrétienne qui a aussi nourri l’Occident : elle se trouva ainsi sur le trajet normal des pèlerins de Terre Sainte ; ils y débarquaient avant de gagner la Palestine par le Sinaï (itinéraire que propose encore un guide de Pèlerinage du siècle dernier), ou bien ils visitaient d’abord Jérusalem avant de venir, toujours par la montagne sainte, retrouver au bord du Nil le souvenir de Joseph le patriarche (les pyramides ont été parfois considérées au Moyen Age comme les greniers où Joseph conserva le produit des sept années grasses) ; au Vieux-Caire, ils visitaient le lieu de naissance de Moïse, la crypte où s’abritèrent la Vierge et l’Enfant pendant la fuite en Égypte, puis, dans la banlieue Nord, à Matarieh, le sycomore sous lequel la Vierge se reposa, dans le jardin où croissaient les arbres à baume, utilisé dans la liturgie d’Occident. Bien d’autres souvenirs du christianisme égyptien primitif (ceux des anachorètes en particulier) pouvaient justifier d’autres visites pieuses. Les croisades qui n’ont d’abord que peu touché l’Égypte, n’ont pas interrompu cette tradition, sauf à l’époque de Saladin, lorsque le pays fut promu au rôle de bouclier de l’Islam, et que les autorités musulmanes purent supposer, souvent à juste titre, que l’espion se cachait sous l’habit du pèlerin. Le pèlerin véritable, lui, ne recherchait au début en Égypte que les traces d’une histoire sacrée, même si son étonnement devant la civilisation de l’Islam, que nous ont conservé de précieux récits de pèlerinage, ne manque pas d’intérêt pour l’historien d’aujourd’hui.

32En fait ces pèlerins furent bien vite moins nombreux que les marchands, à partir du moment où l’Égypte redevint au xie siècle le lieu de transit des épices d’Extrême Orient. L’engouement des Occidentaux pour les épices permettait à l’Égypte de se procurer, en dépit des interdits lancés par la papauté, du bois et du fer, matériaux stratégiques qui manquaient cruellement au pays et qui étaient par la suite utilisés dans l’armement des forces qui combattaient l’Occident. Aussi, en raison de l’importance de ce commerce des épices dont on ne souhaitait pas révéler les routes précises aux Occidentaux, on ne laissait pas les étrangers pénétrer en Égypte au-delà du Caire vers le Sud ; même dans ces conditions, tandis que les journaux de voyage enregistraient le pittoresque des choses vues en traversant le delta, des notions géographiques furent réunies sur le pays en son entier, ses villes, ses route, le trajet des épices surtout, et ce n’étaient pas là des recherches innocentes. On le vit bien lorsque le vieux projet de couper l’Égypte de ses moyens d’approvisionnement en épices se réalisa, lorsque les Portugais à l’extrême fin du xve siècle eurent pénétré dans l’Océan Indien et détournèrent un temps à leur profit le précieux commerce (privant ainsi le dernier sultan mamelouk des ressources indispensables pour résister à l’ottoman). L’interdiction de dépasser le Caire vers le Sud n’eut alors plus d’objet dans une Égypte devenue province ottomane, mais l’habitude était prise : on déconseillait aux étrangers de se rendre dans une province mal contrôlée où rien ne devait les attirer. Les marchands d’Europe continuèrent à fréquenter les ports d’Égypte et du Levant, le trafic du café d’Arabie ayant remplacé (largement par le volume occupé dans les khans de la capitale ; mais en valeur ??...) les produits d’Extrême Orient. Une connaissance plus réelle de l’Égypte devenait possible, du fait même qu’elle n’était plus au centre du conflit entre l’Europe et l’Islam.

33Ce fut surtout à partir du xviie siècle que l’Europe eut la révélation de l’Égypte et de son rôle dans l’histoire de la civilisation. Les motifs religieux ne furent pas totalement étrangers à cette découverte. Outre les pèlerins qui continuaient par l’itinéraire habituel leurs voyages aux Lieux Saints, des missionnaires furent envoyés, avec des succès divers, pour ramener à l’obédience romaine la chrétienté d’Égypte, attentifs aux âmes sans doute, mais nécessairement aussi à la langue et aux mœurs, parfois aux manuscrits coptes : l’importance des vieux textes chrétiens rendus ainsi accessibles commença d’être connue. Les motifs politiques ne manquèrent pas non plus. Les Etats musulmans, le turc et le persan, étaient des puissances avec lesquelles des relations s’établissaient et on se soucia, davantage que par le passé d’étudier la civilisation de l’Islam : les Mille et Une Nuits qui connurent au début du xviiie siècle leur première traduction, la mirent à la mode : l’orientalisme se développait. Même si on appréciait mal encore de quel éclat avait brillé l’Égypte médiévale des Mamelouks on sut bientôt quels trésors de manuscrits arabes recelait le pays et on en fit acheter, sans nécessairement se préoccuper pour autant de l’histoire de l’Égypte arabe elle-même.

34Mais ce fut principalement l’intérêt désormais éveillé pour l’Orient chez des agents consulaires installés à demeure, les curiosités plus avides de négociants amateurs d’antiques, enfin le développement du goût des voyages et de la découverte chez les Européens du xviiie siècle, qui firent connaître les richesses archéologiques de l’Égypte, celles qui semble-t-il auraient dû d’abord être connues : ce fut en effet alors surtout que les monuments pharaoniques de la Haute Égypte furent révélés aux occidentaux, en dernier lieu, parce que les moins accessibles dans cette Égypte intérieure si différente de l’Égypte du delta où circulait surtout l’étranger. Les curiosités du siècle des Lumières avaient progressivement mis au jour les vestiges de l’Égypte antique à la langue encore mystérieuse.

35Lorsque le pays fut à nouveau l’enjeu d’une guerre, parce que toujours placé sur cette route de l’Orient que se disputaient cette fois l’Angleterre et la France, la magistrale « Description de l’Égypte » entreprise sur l’ordre de Bonaparte enregistra enfin rationnellement toutes les ressources et les richesses, présentes et passées, d’une terre conquise, tout ce qui avait attiré là une nation d’Occident. Cet état de l’Égypte n’aurait pu être dressé sans les multiples approches faites au cours du siècle par des hommes venus des horizons européens les plus divers ; conçu au contraire pour permettre une installation méthodique « coloniale » à laquelle il fallut vite renoncer, cet inventaire devint, par un juste retour des choses, ce qu’il n’était pas initialement : un instrument offert aux hommes de toutes les nations pour connaître l’Égypte à l’aube des temps modernes.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Sur la tournure particulière prise par le débat concernant le peuplement de l’Égypte ancienne, cf. le rapport fait sur ce point par J. Vercoutter, au colloque sur « le peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroïtique », Le Caire, 28 janvier-3 février 1974 (UNESCO).

Un exposé général de l’Histoire de l’Égypte est donné dans l’« Histoire de la Nation égyptienne » publiée sous la direction de G. Hanotaux (7 volumes, Paris, 1931-1940) soit :

1. G. Hanotaux, Introduction générale.

2. A. Moret, L’Égypte pharaonique.

3. P. Jouguet, V. Chapot, Ch. Diehl. L’Égypte ptolémaïque ; l’Égypte romaine ; l’Égypte chrétienne et byzantine.

4. G. Wiet, L’Égypte arabe, de la conquête arabe à la conquête ottomane.

5. H. Deherain, L’Égypte turque.

6. F. Charles Roux, H. Deherain, L’Égypte de 1801 à 1882 ; le Soudan.

7. F. Charles Roux, H. Deherain, L’Égypte de l’occupation anglaise à l’Indépendance ; le Soudan.

Depuis la parution de cet ensemble qui n’a pas été remplacé, l’historiographie égyptienne a beaucoup évolué ; on pourra lire les ouvrages généraux suivants :

G. Posener, S. Sauneron et J. Yoyotte, Dictionnaire de la civilisation égyptienne (Paris, 1959).

F. Daumas, La civilisation de l’Égypte pharaonique (Paris, 1965).

P.M. Holt, Egypt and the Fertile Crescent : 1516-1922 (Londres, 1966).

J.M. Carre, Voyageurs et écrivains français en Égypte (Le Caire, 1956).

Table des illustrations

Légende Sites de l’Égypte antique et médiévale
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540