Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

XII – Alep

Jean-Claude David

Texte intégral

1Les données géographiques naturelles déterminent en Syrie des voies de passage et des zones cultivables suivant deux directions à peu près perpendiculaires. Alep se trouve à l’intersection des deux plus importantes : l’axe méridien interne et le passage est-ouest le plus court de l’Euphrate à la Méditerranée, au milieu du « Croissant fertile ». Cette situation peut expliquer son essor au cours des périodes d’épanouissement des activités commerciales.

2Alep est née d’un établissement agricole parmi d’autres, installés à la limite ouest de la steppe syrienne, au bord de l’étroite plaine alluviale du Kouaïk. Ce maigre cours d’eau n’a cependant pas joué à Alep un rôle comparable à celui du Barada à Damas. La présence de buttes détachées du plateau occidental, faciles à fortifier, est peut-être à l’origine du développement d’une ville, capitale de petits royaumes dès le début du deuxième millénaire. L’agglomération moderne est encore dominée par la forte masse de la Citadelle, installée sur la plus importante de ces buttes, dont l’occupation est attestée depuis l’époque Hittite.

3Cependant les potentialités d’Alep ne semblent pas avoir été utilisées au mieux à son profit avant la conquête islamique. Le développement de la ville séleucide, hellénistique, romaine puis byzantine a été longtemps freiné par la concurrence de Chalcis, sa voisine, située à trente kilomètres au sud et ne peut pas être comparé à celui des grandes villes, Antioche, Laodicée, Apamée, Doura-Europos, Palmyre, Damas, Bosra...

4Après la conquête islamique, Alep est, à plusieurs reprises, capitale de principauté, sous les Hamdanides, les Seldjoukides, les Zenguides, les Ayyoubides. Elle joue un rôle stratégique important au moment des croisades. Avec les Mamelouks, malgré l’instabilité politique, elle affirme sa fonction commerciale qui se concrétise par l’édification de souqs (marchés) et de khans (caravansérails) monumentaux.

5Sous les Ottomans, le mouvement ascendant se poursuit. A la fin du xviiie siècle, la ville, dans sa forme traditionnelle, est à l’apogée de son développement topographique. Elle vit essentiellement de son négoce et de son industrie : elle est l’un des principaux points d’arrivée et de redistribution dans le Moyen-Orient des marchandises importées d’Occident, l’aboutissement des voies du commerce venues de l’est et un centre de fabrication de produits exportés dans une bonne partie de l’Empire. Elle est alors la ville la plus peuplée de Syrie, avant Damas, et l’une des métropoles économiques de l’Empire ottoman, après Istanbul et Le Caire. Avec ses faubourgs, elle couvre près de quatre cents hectares et doit atteindre les deux cent mille habitants. C’est une ville complexe et riche dont l’opulence fait l’admiration des voyageurs et commerçants européens.

I. – PORTRAIT DE LA VILLE A LA FIN DU xviiie SIÈCLE : L’APOGÉE DE LA VILLE TRADITIONNELLE

6La ville ancienne, encore presque intacte au temps du Mandat français, est, dans ses éléments les plus importants, celle que nous ont léguée ces derniers siècles de grande prospérité : xvie, xviie et xviiie.

7La masse urbaine se répartit autour du noyau est-ouest de la Madîna, à la fois axe, centre et voie de pénétration, ouvert sur l’extérieur par la porte d’Antioche et s’insinuant jusqu’au cœur de la ville, au pied de la Citadelle, symbole du centre administratif. De part et d’autre de la Madîna s’ordonnent les quartiers intra-muros, limités par le tracé de l’enceinte médiévale, approximativement rectangulaire.

8A l’extérieur de l’enceinte, au débouché des portes, qui demeurent des passages obligés, s’étendent les vieux faubourgs, développés surtout au nord, au nord-est et à l’est, en face de Bâb al-Nasr, Bâb al-Hadîd, Bâb Naïrab, mais aussi, moins importants en face des autres portes.

  • 1 A Alep, les qaïsariyya sont des ensembles d’ateliers de tisserands souvent regroupés autour d’une (...)

9La Madîna (« Cité »), cœur de la ville, ancien centre du grand commerce, est établie le long de la voie axiale est-ouest. De la porte d’Antioche à la Citadelle, elle s’allonge sur huit cents mètres, et sa largeur, réduite au début à celle d’une rue, atteint trois cents mètres au voisinage de la grande mosquée. C’est un groupement d’activités et de services qui exclut presque tout habitat permanent. De part et d’autre de l’artère principale du souq, se branchent des galeries perpendiculaires ou parallèles, sur lesquelles ouvrent tous les bâtiments, avec ou sans cour intérieure : boutiques, khans, qaïsariyya1, mosquées, madrasas, hammans, cafés.

10Les éléments structuraux de ce paysage urbain sont les grandes fondations en waqf des xvie, xviie et xviiie siècles. Ces ensembles monumentaux, généralement construits d’un seul jet, peuvent couvrir plusieurs hectares ; ils comprennent le plus souvent un bâtiment religieux et des immeubles dont les revenus étaient destinés, en partie, à assurer son entretien et son fonctionnement, en partie à constituer une rente au fondateur et à ses descendants. Celui de Doukagin Zadé Mehmet Pacha, par exemple, comprend une grande mosquée, trois qaïsariyya, trois khans et quatre souqs. Celui de Ahmet Efendi Taha-Zadé comprend une madrasa, un café et des bâtiments d’habitation. Ces ensembles juxtaposés successivement au cours de plusieurs siècles s’intègrent si bien les uns aux autres que la Madîna paraît issue d’une pensée organisatrice. Une dizaine de centres secondaires dans les quartiers intra-muros et autant dans les vieux faubourgs reproduisent, à plus petite échelle, le schéma de la Madîna ; ils comprennnent les mêmes éléments de base, avec quelques particularités locales : ainsi, dans le faubourg nord, à majorité chrétienne, les mosquées sont rares et petites et les hammams se trouvent à proximité des concentrations de qaïsariyya et d’habitat populaire.

11Dans les quartiers intra-muros, les centres secondaires sont localisés généralement le long des voies qui mettent la Madîna en communication avec l’extérieur ou avec les faubourgs par les portes de l’enceinte ; le hammam et la mosquée se situent de préférence sur un élargissement de la voie ou au carrefour avec une autre voie importante. La rue de Bâb Qinnasrîn, par exemple, dans son état actuel, conserve un ensemble de bâtiments d’activités et de services, répartis sur deux cent cinquante mètres, tous antérieurs au xviiie siècle : une soueïqa, marché non spécialisé qui rassemble des comerces d’alimentation et des services élémentaires, quatre khan, deux qaïsariyya, trois savonneries, deux hammams, quatre mosquées ou zâwiya, dont une importante, une ancienne madrasa et le Bimaristan (hôpital) Arghûnî.

12En arrière de ces façades d’activités se trouve l’habitat, où se mêlent les grandes maisons bourgeoises, plutôt concentrées au voisinage des axes principaux, et l’habitat populaire, imbriqué dans les espaces libres, ou occupant presque toute la superficie dans les zones plus éloignées.

13La répartition de la poplation dans les différents quartiers ne se fait pas d’abord suivant des catégories de richesse, mais suivant la confession religieuse, l’origine géographique, le métier ou l’appartenance à un groupe ethnique. Tous les quartiers comprennent un plus ou moins grand nombre de familles riches, soit dispersées parmi l’habitat populaire, soit concentrées dans des districts où la proportion d’habitat bourgeois peut dépasser la moitié.

14Les quartiers intra-muros sont plutôt habités par les commerçants et artisans du souq, les grandes familles de négociants musulmans, les grands propriétaires fonciers, les fonctionnaires de l’administration ottomane, les religieux et lettrés, répartis suivant des localisations plus ou moins précises, sans oublier les Juifs dans l’angle nord-ouest de l’enceinte.

15Le faubourg nord, à majorité chrétienne, regroupe ses grandes familles à proximité des églises de Salîba, dans des quartiers qui excluent presque totalement l’habitat populaire. Par contre, al-Hazzâza, al-Wakîliyya, Châbûra, qui sont aussi des quartiers chrétiens, contiennent peu d’habitat bourgeois. C’est dans ces quartiers que se trouvent les grandes qaïsariyya d’habitation, comme Hawch al-Kabîr, où sont logés des artisans du textile, souvent célibataires, immigrés de fraîche date.

16Plus à l’est, le même faubourg reste marqué par la fonction artisanale, d’abord dans des quartiers mixtes, musulmans et chrétiens ou exclusivement musulmans, ou à nouveau exclusivement chrétiens, formés d’immigrants kurdes, arméniens, maronites, chrétiens ou musulmans de Haute-Djézireh et de Mésopotamie, familles de travailleurs des qaïsariyya de tissage, des teintureries et autres activités annexes du textile, avec une petite concentration d’habitat bourgeois chrétien autour de l’église de Char‘asûs et une autre de musulmans plus à l’est.

17Les autres faubourgs sont soit habités par des janissaires, des éléments de tribus arabes sédentarisées, des Turcomans, des Kurdes, des Tziganes, soit les familles des artisans, carriers, tailleurs de pierres, chaufourniers, tanneurs, maraîchers et autres agriculteurs et éleveurs.

Carte 6 - Alep : l’extension de la ville.

Carte 7 - Alep : la ville ancienne.

18Toutes ces distinctions sont relativement floues et mouvantes : ainsi, des familles chrétiennes ont longtemps habité à Gallûm, au sud de la Madîna, malgré le développement de leur faubourg au nord. Certains grands sérails abandonnés ont été transformés en ateliers ou entrepôts ; le quartier juif s’est rétréci et déplacé, etc.

19La variété des fonctions, des activités, des types d’habitation, des groupes sociaux est peu visible dans le paysage urbain ; tout se fond dans l’uniformité apparente des extérieurs : l’habitation est repliée sur sa cour ; les qaïsariyya ne se signalent que par l’existence de fenêtres ouvertes sur la rue ou par le bruit des métiers ; les hammams, à demi enterrés, ne sont remarquables du dehors que par leur entrée ; seules les mosquées, les fontaines, les grands porches des khans s’imposent par une certaine recherche décorative.

20L’habitant n’a pas une perception globale de la ville. Il ne connaît que son quartier, où il a son habitation et son travail et où il trouve en général tout ce dont il a besoin. Il se rend rarement à la Madîna s’il n’y est appelé par son travail. Pour la femme, le cadre de l’existence est souvent limité à la maison, microcosme centré sur le patio où s’ouvrent les façades et où s’anime la vie.

II. EVOLUTION DE 1850 À 1955 : NAISSANCE DE LA VILLE MODERNE

  • 2 H. GUYS, Voyage d’un derviche algérien en Syrie, Paris, 1844-45.

21Au cours de la première moitié du xixe siècle, Alep est touchée par une série de catastrophes économiques, politiques et naturelles qui l’affectent profondément : la Révolution et les guerres de l’Empire en France, le changement d’orientation de l’activité économique et coloniale de l’Europe, qui se tourne vers l’Asie et l’Amérique, puis l’Afrique, ruinent son économie ; le tremblement de terre de 1822 la détruit partiellement ; les grands commerçants occidentaux la désertent, remplacés par leurs représentants locaux ; sa population diminue. H. Guys2, Consul de France à Beyrouth, la décrit ainsi en 1840 : « Les vicissitudes que les anciennes familles ont eues à souffrir, en les contraignant à se borner à n’entretenir que celles de leurs propriétés qui leur ont servi de dernier refuge, les ont portées à livrer les autres aux ravages du temps... De seize à vingt mille machines à tisser on est passé à moins de deux mille... Le nombre et l’étendue des souqs sont relatifs à la grandeur de la ville et à sa population d’autrefois, qui s’élevait au quadruple de ce qu’elle est maintenant.. Les locaux industriels et commerciaux sont, pour la plupart, tombés en ruines ou abandonnés, gisant çà et là comme de hideux squelettes... Par contre il s’est ouvert des magasins où l’on a étalé une foule d’objets nouveaux dus à l’inépuisable industrie européenne ». Cette description, certainement exagérée, est en tout cas significative.

L’évolution démographique

22Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, les vides laissés par les destructions commencent à être réoccupés ; la population croît à nouveau lentement jusqu’à la première guerre mondiale, puis beaucoup plus vite ensuite, grâce à l’immigration étrangère, particulièrement aux Arméniens et autres populations chrétiennes chassées d’Anatolie orientale. En 1929, les Arméniens sont plus de 100 000 à Alep, mais beaucoup repartent rapidement faute de travail et de logement. De nouveaux contingents arrivent en 1929, puis en 1939, quand le Sandjaq d’Alexandrette est cédé à la Turquie.

23La population d’Alep en 1932 est estimée à 232 000 habitants, contre 216 000 à Damas, 65 000 à Homs, 50 000 à Hama, 30 000 à Deïr ez-Zor, 24 000 à Lattaquié.

24En treize ans, de 1932 à 1945, l’accroissement total est de 45,6 % contre 40,7 % à Damas. N’entrent plus dans cette augmentation que le croît naturel et une immigration régionale d’origine rurale. Ce rythme ne se maintient pas et déjà au cours de la seconde guerre mondiale le taux d’accroissement d’Alep baisse pour devenir inférieur à celui de Damas. A partir de 1955, Damas est plus peuplée qu’Alep.

L’urbanisation jusqu’à la première guerre mondiale

25En 1868, quand débute à ‘Azîziyya, au nord-ouest du vieux quartier chrétien de Judaïda, l’aménagement d’un premier quartier à plan orthogonal, les vides laissés dans la vieille ville par la diminution de la population au début du xixe siècle ne sont pas encore comblés. Cette création correspond au besoin d’affirmer une originalité socio-culturelle par une modernité imitée de l’Occident. En effet, ce quartier, collé contre l’ancien faubourg chrétien de Salîba, bourgeois et aristocratique, est exclusivement chrétien. A Damas, par contre, la reprise de croissance plus précoce et assez considérable des quartiers populaires du Mîdân et d’al-Akrâd, contemporaine du développement rapide des nouveaux quartiers administratifs hors les murs à l’ouest, et du début d’aménagement des quartiers anciens, correspond à un besoin d’espace plus urgent.

26En 1885 apparaît le quartier de Jamîliyya, lui aussi à plan orthogonal, à l’ouest, à près de quatre kilomètres de la Citadelle, nettement séparé de la masse urbaine ancienne par l’étroit ruban des jardins maraîchers du Kouaïk. Il est encore surtout bourgeois et aristocratique, habité par des familles juives et musulmanes. En 1901-1902, apparaissent d’autres quartiers au nord et au nord-ouest de la vieille ville, à caractère plus populaire, généralement chrétiens, qui se remplissent et s’organisent plus lentement. Les deux gares de chemin de fer, construites à cette époque, n’entraînent pas la création de nouveaux quartiers importants. Par contre, avant la première guerre mondiale se développent, au point d’aboutissement de la piste venue de Hama, les quartiers de Bâb al-Faraj et Bustân Kulâb, qui deviendront, au temps du Mandat, avec l’apparition de l’automobile, une sorte de vaste « caravansérail » pour les voyageurs venus en autocar ou en voiture, avec un grand nombre d’hôtels, de cafés, de restaurants, de cabarets, puis de cinémas, d’ateliers de mécaniciens et boutiques de pièces de rechange pour automobiles.

27Contrairement à Damas, la plupart des locaux administratifs restent dans la vieille ville et le centre urbain ne commence à sortir que très timidement de l’enceinte, par Bâb al-Faraj.

Le développement de l’industrie moderne jusqu’en 1955

28Pendant la première guerre mondiale, les troupes d’occupation allemandes achètent au prix fort les produits agricoles. Les commerçants s’enrichissent et leur effectif augmente.

29Au cours du Mandat français, malgré les traités avec la Turquie qui l’amputent de la plus grande partie de son arrière-pays et confirment la décadence de sa fonction commerciale internationale, le développement se poursuit ; Alep devient la capitale commerciale et industrielle de la Syrie, alors que Damas reste une capitale politique, un peu trop remuante au goût des Français. Une nouvelle bourgeoisie apparaît, dont la puissance est fondée sur le commerce d’importation, puis l’industrie, souvent liée à l’agriculture.

30La majorité des fonds, publics ou privés, est alors dirigée vers les entreprises de transport, qui facilitent la distribution des marchandises françaises (port de Beyrouth, voies ferrées) ou vers les entreprises industrielles qui développent l’exploitation des matières premières minérales ou agricoles destinées à l’exportation, et surtout vers les services publics, les activités bancaires ou d’assurances. Cependant, une partie de l’épargne locale est réinvestie dans l’industrie : quelques manufactures sont créées à Alep, d’autres se modernisent ; l’installation d’une centrale électrique en 1929 marque le début d’une véritable industrie moderne.

31Un inventaire dressé en 1938 par l’ingénieur français Godard, conseiller à la municipalité, décrit l’industrie alépine comme encore largement artisanale. Même dans le textile, près des trois quarts de la production de tissus est le fait de métiers manuels. Les secteurs de l’industrie restent presque tous traditionnels : moulins, tanneries, manufacture des tabacs, corderies, fours à chaux... Seuls sont mécanisés l’égrenage du coton et une faible partie du tissage et de la filature.

32La seconde guerre mondiale est une période déterminante : c’est à cette époque qu’est créée l’industrie actuelle d’Alep. La suppression des échanges et de la concurrence internationale favorise le développement des secteurs traditionnels et l’éclosion de nombreuses entreprises nouvelles. Ainsi sont créées des verreries, des fabriques d’ustensiles ménagers, une cartonnerie... Ces établissements travaillent d’autant plus qu’ils sont appelés à satisfaire non seulement les demandes croissantes de la population, mais aussi la fourniture des troupes alliées stationnées en Syrie. Des bénéfices énormes sont réalisés, qui sont souvent réinvestis dans l’industrie.

33Les dix années de l’immédiat après-guerre sont encore marquées par un fort développement des investissements. C’est l’âge d’or du capitalisme alépin, en partie fondé sur l’enrichissement des minotiers, qui réinvestissent dans l’industrie nouvelle. De 1945 à 1953, sont créées sept grandes sociétés par actions, totalisant un capital de plus de trente millions de livres : la société des huiles végétales, la société Chahba pour la fabrication du ciment et des matériaux de construction ; la société des teintureries modernes ; la société Chahba des filatures et tissages ; la société des cotons et des huiles ; la société d’Alep pour l’industrie agricole ; la société des entreprises pour les filés et tissus. Cette industrie transforme surtout des produits agricoles ; elle est donc soumise aux aléas du climat ; suréquipée, elle est sujette à la surproduction et dépend essentiellement de l’ouverture des marchés et du maintien du libéralisme économique. En 1957, A.R. Hamidé considérait la minoterie d’Alep comme « en mesure de couvrir non seulement les demandes de la consommation locale, mais de conquérir une bonne partie des marchés des pays voisins, Palestine, Transjordanie, Iraq, Liban ». La même disproportion existe pour les autres industries nouvelles. Pour l’égrenage du coton, le déséquilibre est au niveau régional : les muhâfazas d’Alep et de Damas sont les seuls à traiter plus de coton qu’ils n’en cultivent. Pour Alep, la disporportion est énorme : le muhâfaza ne produit que 14,4 % (en 1962) du coton syrien, la ville en égrène 82,1 %. Les muhâfazas de Raqqa, Deïr ez-Zor et Hassaké, qui produisaient alors 60 % du coton syrien, ne disposaient d’aucun centre d’égrenage. Par contre, pour 110 000 tonnes de fibre produite à Alep en 1962, 5 400 tonnes seulement ont été transformées sur place en filés, le reste étant exporté.

34A Alep, comme dans toute la Syrie, l’industrie demeure dispersée en petites entreprises. Dans le tissage, en 1955, 465 métiers étaient rassemblés à l’usine de la S.E.F.T., 470 dans quatre autres établissements et les 3 085 autres dispersés dans 610 entreprises dont 500 actionnaient moins de 10 métiers.

Les quartiers en 1955

35L’essor économique est accompagné d’un développement et d’une modernisation des structures urbaines. La ville de 1955 est une vaste nébuleuse de quartiers d’époques et de types différents juxtaposés sans compénétration et presque sans destructions. La plupart des fonctions administratives et centrales demeurent au cœur de la madîna, autour de la Citadelle. On en a amélioré les accès, d’abord pour les tramways, puis pour les automobiles. Trois voies rayonnantes donnent accès au centre à partir du boulevard périphérique, établi sur l’ancien fossé, au début du siècle. L’opération la plus importante est effectuée à l’ouest pour améliorer la liaison du centre traditionnel avec les nouveaux centres de commerce et de services à Bâb al-Faraj, Bustân Kulâb, rue Baron, rue Quwatlî, qui se développent au point de pénétration en ville du trafic venu de l’ouest et du sud. C’est le début des démolitions dans les quartiers nord-ouest intra-muros, condamnés à disparaître de nos jours, à cause de l’extension du nouveau centre.

36Ailleurs dans la vieille ville, le tissu urbain reste presque inchangé et si l’exode de la grande bourgeoisie est déjà bien avancé, les classes moyennes et pauvres et une partie de la bourgeoisie, surtout musulmane, demeurent dans les quartiers anciens. Dans le vieux faubourg chrétien, les familles riches sont généralement remplacées par des coreligionnaires plus pauvres. Le vieux quartier juif de Bahsîtâ est tout à fait prolétarisé et une partie abrite le quartier réservé.

37Les premiers quartiers à l’européenne, ‘Azîziyya, Jamîliyya se remplissent rapidement, grâce au renouvellement et à l’élargissement des classes bourgeoises. Après saturation, ils se démodent vite. Le quartier nouveau du Sabîl, prévu dès le Mandat dans les plans d’urbanisme, se construit surtout après l’Indépendance et acquiert d’abord un caractère nettement confessionnel, avec trois fondations chrétiennes importantes : l’école des religieuses Franciscaines, l’école des Frères Maris- tes, l’hôpital-hospice Al-Kalimé. Les premières familles qui s’y installent sont en majorité chrétiennes, grecques catholiques. Les musulmans occupent d’abord le quartier contigu du Muhâfaza, puis à leur tour viennent habiter au Sabîl, qui perd son caractère confessionnel. En 1953, ces nouveaux quartiers n’occupent pas plus que 17 hectares, sur une superficie urbanisée de 804 hectares.

38Saïf al-Dawla et ‘Azamiyya, quartiers de petite et moyenne bourgeoisie musulmane, couvrent 22 hectares.

39Les quartiers qui se sont le plus étendus de 1930 à 1955 sont les quartiers populaires. Les quartiers d’immigrants étrangers, ceux des Arméniens et autres chrétiens s’urbanisent ; les maisons construites à l’origine en torchis sont souvent rebâties en pierre de taille. Les quartiers nouveaux et l’accroissement des anciens représentent 85 hectares. Les quartiers d’immigrants d’origine rurale, qui se développent surtout à l’est et au sud, dans le prolongement des anciens faubourgs de contact avec l’arrière-pays villageois et nomade, couvrent 103 hectares. Ainsi les quartiers d’immigrants de toutes origines couvrent alors à peu près 190 hectares sur un accroissement de 280 hectares, soit plus des deux tiers de l’augmentation de la superficie urbaine.

40Un autre phénomène important, qui marque le paysage urbain à cette époque, est le développement de vastes zones industrielles en ville et surtout à l’extérieur, sur les routes de Moussilmiyya, Belleramûn et Meskéné.

III. DE 1955 À NOS JOURS : DÉCLIN ET STAGNATION

41En 1955, Alep et Damas ont à peu près la même population, soit 410 000 habitants. En 1956, la capitale dépasse Alep et, de 1955 à 1970, date du dernier recensement, le taux d’accroissement de la population est à Damas de 204 % et seulement de 157 % à Alep. En 1970, Damas comptait 836 668 habitants et Alep 639 428. Actuellement, on peut estimer la population de Damas à plus d’un million trois cent mille habitants et celle d’Alep autour de neuf cent mille.

42Un autre indice de la fin de l’essor d’Alep est donné par les taux d’accroissement de la consommation électrique : de 1951 à 1962, ces taux sont de 5,55 % à Alep, contre 10,1 % à Damas, 9,55 % à Homs et 8,2 % pour l’ensemble de la Syrie. En 1955, la consommation d’Alep devient inférieure à celle de Damas. Tout aussi révélatrice de la faiblesse de l’attraction désormais exercée par Alep est la faiblesse relative du taux des immigrants par rapport à la population totale. En 1970, Raqqa, Tartous et Hassaké ont plus de 40 % d’immigrants dans leur population totale. Damas et Homs 26 %, Alep 22 % seulement, la plupart venus depuis plus de dix ans.

L’évolution politico-économique

43Le dynamisme économique d’Alep est durement touché par les mesures de socialisation entreprises au moment de l’union syro-égyptienne, amplifiées après la prise de pouvoir du parti Ba’th en 1963. La réforme agraire atteint notamment les entrepreneurs cotonniers et entame la puissance de quelques unes des plus anciennes familles d’Alep. Une grande partie du secteur industriel est nationalisé, ainsi que les banques et le grand commerce. De nombreux capitalistes alépins prennent la fuite pour rejoindre leurs capitaux déposés dans les banques de Beyrouth. Des chrétiens, commerçants, industriels ou exerçant des professions libérales, quittent Alep avec leur famille pour s’installer aussi au Liban, en Europe ou en Amérique.

44Le deuxième plan quinquennal, 1965-70, qui destine la majorité des investissements publics aux équipements d’infrastructure agricole, ne laisse que 6,4 % pour les mines et l’industrie : sur ce pourcentage, Alep a la part la plus faible, 4,1 %. Les seules installations nouvelles sont alors une unité de fabrication de traverses de chemin de fer et de poteaux en ciment, quelques modernisations dans le textile et l’industrie alimentaire et, plus récemment, un atelier de montage de tracteurs agricoles, une usine de moulage de matière plastique.

45Depuis la venue au pouvoir du président Hafez el Asad, en 1970, et surtout depuis la guerre d’octobre 1973, la Syrie offre l’image d’un état plus solide, plus stable, ouvert économiquement et socialement. D’importants prêts lui sont accordés, soit par des pays occidentaux, soit par des pays du secteur socialiste, soit enfin par des pays arabes pétroliers. Certaines mesures de libéralisation sont prises pour favoriser le retour des capitaux syriens. Des domaines d’activités réservés au secteur privé sont délimités : commerce de détail, certains projets de tourisme et de transport, une partie de l’immobilier, de l’industrie de transformation, de la petite industrie. Dès 1973, le secteur privé dépasse le secteur public dans certains domaines importants comme le tissage du coton. Dans le troisième plan quinquennal (1971-1975), une part importante des investissements prévus revient au secteur privé. Ces mesures et la conjoncture politique au Moyen-Orient provoquent un essor considérable du grand commerce et de l’industrie ; ainsi le tonnage des importations à Lattaquié passe de 1 717 000 tonnes en 1971 à 2 403 000 tonnes en 1974. Aux mêmes dates, la valeur globale des importations en Syrie passe de 1 677 millions de livres à 4 570 millions de livres. Cependant, Alep profite peu de ces circonstances favorables. Un industriel ou un importateur privé pense avoir plus de chances de réussir à Damas que dans une autre grande ville.

L’industrie et l’artisanat

46En pourcentage comme en chiffre absolu, Alep demeurait, en 1975, la première ville industrielle et artisanale de Syrie, avec presque 60 000 travailleurs, soit 32,4 % de la population active, contre 54 000 à Damas-ville, soit 25,5 % de la population active, 11 000 à Homs, soit 21,4, et 19 % seulement dans l’ensemble des autres villes. Mais en 1979, elle était certainement dépassée par la capitale.

47Le recensement de 1970 donne par secteurs : 36 % des travailleurs de l’industrie et de l’artisanat dans le textile, 17 % dans la chaussure et la confection, 15 % dans l’industrie alimentaire avec boissons et tabac, 9,8 % dans le bois et l’ameublement, 8,2 % pour les divers secteurs de l’industrie du métal. Ces chiffres sont approximatifs et comprennent un pourcentage important de chômeurs et de travailleurs saisonniers, nombreux dans la première transformation des produits agricoles, particulièrement l’égrenage du coton, qui représente la majeure partie des emplois du textile à Alep et ne fonctionne que pendant les trois-quarts de l’année.

48La part de l’artisanat et de la micro-entreprise est considérable dans l’industrie du métal traditionnelle ou moderne. Les autres secteurs relativement importants (chaussure, confection, bois d’ameublement, cuir et tannerie, caoutchouc, matériaux de construction) comprennent aussi une majorité d’emplois artisanaux ou de petites entreprises. Les industries alimentaires et le textile comprennent des unités de taille moyenne : biscuiterie et brasserie, manufacture des tabacs, égrenage du coton, filature et tissage, mais aussi de très nombreuses petites entreprises et ateliers.

49La différence entre moyenne industrie d’une part et petite industrie et artisanat d’autre part est nettement marquée dans le paysage urbain : les entreprises importantes employant de gros effectifs dans des usines sont généralement celles qui ont été créées pendant et juste après la seconde guerre mondiale, dans les zones industrielles péri-urbaines, alors que la petite entreprise et l’artisanat sont dispersés en ville, dans des souqs et dans d’autres locaux plus ou moins adaptés : des khans de la Madîna, des qaïsariyya, de grandes maisons anciennes désaffectées ; à Kallâsa ou à Chaïkh Abû Bakr, de solides immeubles de trois à quatre étages à façades en pierre de taille, avec des balcons, peu différents des immeubles d’habitation du même quartier, construits et aménagés spécialement à l’usage industriel. Un entrepreneur peut faire travailler ainsi un nombre d’ouvriers comparable à celui d’une petite unité industrielle, sur des machines souvent modernes, dispersées dans plusieurs ateliers, ce qui lui permet d’échapper à certains contrôles et à d’éventuelles nationalisations.

50Quelques projets industriels importants sont en cours d’exécution pour le secteur public : la modernisation et l’augmentation de la capacité de production des deux cimenteries, la construction d’une verrerie, d’un atelier de confection et d’établissements militaires.

Le commerce et les services

51De 1960 à 1975, la part du secteur tertiaire dans la population active a augmenté de 2 % à Alep et de 7 % à Damas. En 1975, ce secteur occupe à Alep 51 % de la population active et à Damas 62 %. La différence est faible entre les deux villes pour la part du commerce, des transports et communications, mais, à cause du développement des activités économiques dans le secteur gouvernemental, civil ou militaire, et de la forte centralisation administrative, elle est très importante pour les emplois dans l’administration ou les services.

52Alep, privée de tout pouvoir de décision au niveau national, conserve son rôle administratif de chef-lieu d’un muhâfaza de 1 310 000 habitants en 1970, soit 21 % de la population syrienne, seconde concentration après Damas et son muhâfaza. Mais à ce niveau aussi, son pouvoir est considérablement limité par le centralisme damascain. La municipalité, qui dispose d’un pouvoir de décision et d’une certaine autonomie financière, est contrôlée par le préfet, qui depuis des années occupe presque toujours la fonction de président de la municipalité.

53Depuis les nationalisations, Alep a perdu une grande partie de sa fonction traditionnelle dans le grand commerce et la banque : parmi les 18 500 commerçants recensés en 1970, 6 % seulement sont patrons ou employés dans le commerce de gros.

54L’emmagasinage, la transformation et la vente intérieure ou à l’exportation des produits agricoles importants, comme le coton, les céréales et certains produits de l’élevage sont largement contrôlés par l’état, échappant aux « Khandji » alépins, autrefois tout-puissants grâce à leurs disponibilités de crédit et à leurs moyens de stockage. Par contre, les produits de l’élevage ovin traditionnel ne sont pris en charge par la municipalité que pour l’abattage. Les fruits et légumes demeurent encore le domaine privilégié du secteur privé, sauf pour certains produits importés. La production et la commercialisation des huiles d’olive est partiellement contrôlée, mais les moulins privés restent nombreux.

55Pour les produits manufacturés sur place ou importés, les cas sont très variés : le gouvernement est le principal importateur d’automobiles, de machines, de moteurs et de matériels agricoles, ceci aux dépens des commerçants alépins ; mais la part de la fabrication assurée par l’artisanat ou la petite industrie locale reste, bien sûr, vendue ou exportée par les Alépins. D’autre part, les secteurs nationalisés du commerce sont des sources importantes de profits privés, mais ceci beaucoup plus à Damas qu’à Alep.

56Pour beaucoup de services, la zone d’influence ou d’attraction d’Alep dépasse largement sa région proche et s’étend sur toute la Syrie du Nord, territoire couvrant en plus des muhâfaza d’Alep et d’Idlib, ceux de Raqqa, Deïr ez-Zor et Hassaké, les plus riches en potentialités agricoles, contenant, en 1970, 2 686 000 habitants, soit près de 43 % de la population syrienne.

57Jusqu’à maintenant Alep regroupe une grande partie de l’équipement hospitalier et médical de la région. Elle est une pépinière de cadres et de techniciens pour les grands travaux d’aménagement et d’irrigation de la vallée de l’Euphrate. On y trouve la quasi-totalité des bureaux privés d’architectes, d’ingénieurs ou d’avocats, les plus importantes entreprises privées de construction ou de travaux publics. Son université, la seconde de Syrie, est très dynamique et l’Institut d’Etude de l’Histoire de la Science arabe, qui s’y est développé, n’a pas d’équivalent dans le monde.

58Pour l’équipement commercial de détail, selon les critères occidentaux, Alep et même Damas n’atteignent pas le niveau supérieur. En effet, beaucoup de produits spéciaux, considérés comme caractéristiques du niveau le plus élevé, et que l’on trouvait généralement à Beyrouth, ne sont pas ou peu commercialisés dans ces deux villes, faute de débouchés suffisants ou parce qu’ils sont exclusivement importés et distribués par les firmes gouvernementales.

59A Alep, le nombre de bijoutiers, joailliers, horlogers, marchands d’appareils de radio et d’enregistreurs, d’appareils électro-ménagers ou photographiques, de meubles, de vaisselle, de matériel sanitaire, de livres, de vêtements.., dépasse les besoins propres de la ville et s’adresse à une clientèle régionale. La présence de points de vente de produits plus rares (équipements stéréophoniques, matériel photographique professionnel, matériel médical et de laboratoire, installations de conditionnement d’air ou de chauffage central, matériel de bureau, instruments de mesure et équipements de géomètres, machines-outils, automobiles, matériel agricole), le nombre croissant de boutiques de vêtements importés et de produits alimentaires de luxe, sont significatifs d’un niveau de commerces plus rares ou inexistants dans les autres villes de Syrie.

60Dans ce domaine encore, Damas, autrefois sous-équipée, a rattrapé son retard et dépasse Alep pour la variété des équipements disponibles et le nombre de points de vente.

61Si l’on prend comme indice de niveau urbain la part de la population exerçant des activités typiquement urbaines (professions libérales, techniciens, employés de bureau, travailleurs du commerce, de l’industrie et de l’artisanat) en 1970, on obtient pour Alep la proportion de 14 % de la population totale, bien supérieure à celle des autres villes de la région – Qâmichlî 9,5 %, Idlib 9,3 %, Hassaké 9,3 %, Raqqa 9,0 %, Deïr ez-Zor 8,2 %, Abou Kémal 5,8 %.

62Une manifestation remarquable de l’attractivité de ses services à tous les niveaux est sa fréquentation par les populations rurales, villageoises ou bédouines, venues de la région proche, ou du plus loin de la Djézireh, pour voir le médecin, rendre visite à un membre de la famille installé en ville, acheter le matériel agricole traditionnel, les vêtements, les ustensiles de cuisine... mais aussi les équipements modernes pour l’irrigation et l’agriculture : pompes, tuyaux, tracteurs, charrues, pulvérisateurs...

63Cette quasi-exclusivité d’Alep pour beaucoup de fonctions urbaines est actuellement contestée et de nombreux projets d’équipement sont en cours de réalisation dans les villes des vallées de l’Euphrate et du Khâbûr. Des unités industrielles (sucreries, fabriques de papier...) doivent renforcer un secteur industriel représenté surtout par quelques usines d’égrenage de coton. Mais ces usines ne sont pas encore opérationnelles ou fonctionnent au ralenti. Les nouveaux hôpitaux trouvent difficilement du personnel, médecins ou infirmières, acceptant mal de « s’exiler » dans des villes si peu urbaines. Les familles rurales, même du fond de la Djézireh, conservent l’habitude de conduire leurs malades à Alep chez des médecins qu’elles connaissent.

64La modération du développement économique et démographique d’Alep et le dynamisme de celui de Damas sont visibles dans le paysage urbain et régional. Damas entraîne dans sa croissance la plupart des agglomérations de sa périphérie et de sa région et lance à des dizaines de kilomètres des pseudopodes d’urbanisation. Alep reste compacte et toute trace d’urbanisation disparaît généralement à moins de dix kilomètres de son centre. Son développement se fait aux dépens d’une dizaine de villes secondaires proches, dont elle pompe la substance : Azâz, Harem, Djerablous, Ma‘arrat el-Nu‘mân, Ras-el-‘Aïn, Ariha, al-Bâb, qui jouent souvent un rôle d’étape dans le mouvement d’exode rural.

L’urbanisme et l’évolution des quartiers de 1955 à nos jours

65En 1952, l’architecte français Gutton élabore un projet d’aménagement général de la ville qui a été surtout suivi pour l’établissement des voies de circulation et dont l’influence pèse jusqu’à maintenant sur les destinées des quartiers anciens et sur l’organisation du trafic.

66Un de ses principes directeurs intéressants est celui de la séparation des circulations. Les cheminements traditionnels des piétons doivent être conservés et les percées nouvelles doivent passer à l’intérieur des îlots car « c’est le piéton qui fait la valeur d’un cheminement commercial. Ce n’a jamais été la voiture ».

67En réalité, l’urbaniste a dû tenir compte de projets antérieurs très destructifs. Lui-même est à l’origine du projet qui consiste à faire passer la circulation extra-urbaine à travers le tissu urbain ancien, par deux larges voies est-ouest qu’il désigne comme « axes de la mer vers le désert ». D’autres percées sont proposées, qui cisaillent les flux de circulation des piétons en plusieurs endroits et découpent la ville intra-muros et les vieux faubourgs en une trentaine d’îlots. L’urbaniste prévoit aussi de maintenir et de développer le centre administratif au pied de la Citadelle, ce qui justifie la réalisation des percées nouvelles. Les vieux quartiers où ces voies ont été réalisées sont maintenant dévalués et transformés en zones insalubres et surpeuplées.

68En 1978, la ville a près de 900 000 habitants, ses quartiers d’habitation couvrent 1 800 hectares, dont à peu près 400 hectares de quartiers anciens antérieurs à 1850, soit 22 % de la superficie habitée, qui, lors du recensement de 1970, contenaient 173 000 habitants, soit 27 % de la population totale avec des densités variant de 450 à 800 habitants par hectare. Les densités les plus fortes correspondent aux parties les plus profondément entamées par l’urbanisme municipal. Les densités les plus faibles correspondent aux quartiers restés plus ou moins intacts et habités par une petite bourgeoisie urbaine mêlée d’immigrants ruraux. L’habitat ancien y reste presque toujours bien entretenu par ses occupants, souvent propriétaires, et si l’aspect extérieur négligé des rues et ruelles peut faire croire à une dégradation du cadre de vie, il suffit de pénétrer dans les maisons pour constater la qualité souvent remarquable d’un habitat apprécié pour sa salubrité, son adaptation au climat, ses possibilités de modernisation, son bon marché.

69Les quartiers historiques de la vieille ville, bien que protégés et en grande partie classés, sont le champ clos d’une bataille inégale entre les promoteurs et la Direction des Antiquités. La pénurie d’habitat populaire urbain nouveau engendre une hausse de la densité d’habitation dans certains quartiers anciens plus ou moins prolétarisés. En effet, faute de pouvoir trouver un logement ailleurs, les jeunes générations restent sur place dans des pièces ajoutées en hauteur ou dans la cour intérieure, au détriment de la qualité de l’habitat. L’insalubrité et la surpopulation de ces quartiers sont la justification de certaines opérations d’urbanisme abusives.

70Les quartiers d’immigrants d’origine rurale se sont développés surtout au cours des vingt dernières années à la périphérie urbaine. Ils enserrent la ville de tous côtés, sauf à l’ouest où une bande relativement étroite de part et d’autre de la route de Damas reste réservée aux quartiers bourgeois. Ils sont particulièrement étendus à l’est et au nord. En 1978, ils couvrent au moins 780 hectares, soit près de 40 % de la superficie urbaine habitée. Dans le recensement de 1970, ils contenaient 247 800 habitants, soit près de 39 % de la population. La densité, entre 500 et 650 habitants à l’hectare, est relativement faible malgré le taux élevé d’occupation des pièces, les logements comprenant rarement plus de trois pièces pour une douzaine de personnes.

71A quelques nuances près, les types de construction sont inspirés de l’habitat rural ou urbain traditionnel, généralement très proche de l’habitat alépi ancien ; les cours occupent rarement plus de 35 % de la superficie de la parcelle, avec une ou deux pièces à l’étage, à l’est ou au nord. Le matériau de construction est parfois la brique crue et généralement la pierre dans les maisons construites jusque vers les années soixante. Actuellement, on utilise encore la pierre et de plus en plus les moellons de ciment.

72Certains de ces quartiers, les plus anciens, ont poussé tout à fait spontanément et clandestinement à Maghâyer, Tallat al-Sawda... Les plus récents sont construits sans permis, mais suivant le zonage déterminé par le plan directeur et toujours selon un quadrillage régulier. L’adduction d’eau et d’électricité sont installées rapidement, les égouts viennent plus tard et l’aménagement des rues en dernier. Certains quartiers, apparus dès les années cinquante, sont entièrement viabilisés, comme Khâldiyya, Sâkhûr, Sukkarî, alors que, dans les plus récents, les rues ne sont que des espaces alignés laissés vides entre les constructions, tout a fait impraticables aux automobiles, parfois même aux piétons, transformés en fondrières boueuses en hiver et poussiéreuses en été, coupées par les barres rocheuses et les creux du relief karstique. La municipalité a construit quelques quartiers pour cette population, en s’inspirant de l’architecture de l’habitat spontané.

73L’équipement en services est souvent bon : si le nombre des écoles n est pas suffisant, elles sont utilisées en roulement par plusieurs groupes d’élèves. Les commerces et services de quartier apparaissent et se développent en même temps que les besoins, créant des centres animés, lieux de rencontre comparables aux souqs de quartier dans la ville ancienne. Plus tard, la municipalié installe des coopératives commerciales, avec un four à pain.

Carte 8 - Alep : les quartiers récents.

74Les maisons peuvent recevoir un étage supplémentaire pour les besoins familiaux ou pour la location à d’autres immigrants originaires ou non de la même région. Dans les quartiers établis depuis longtemps, l’intégration à la ville passe, comme dans les quartiers anciens, par la démolition des maisons basses et leur remplacement par des immeubles de rapport de quatre à cinq étages.

75Les quartiers populaires modernes, qu’ils résultent d’opérations de rénovation ou de constructions sur des terrains nus, sont formés généralement d’immeubles de cinq niveaux, sans cour intérieure ni jardin. L’utilisation de l’espace se réduit à deux fonctions : l’habitation et la circulation, sans aucun espace ludique autre que la rue ou le trottoir. Les commerces et services sont rarement prévus ; la densité d’occupation peut dépasser 1 000 à 1 200 habitants à l’hectare.

76L’exemple le plus remarquable de ce type d’urbanisation, au nord de la ville, regroupe près de 100 000 habitants dans les quartiers arméniens très populeux de Sulaïmâniyya et Mîdân, où sont concentrés de nombreux ateliers de mécanique, et dans les quartiers contigus, à majorité musulmane, de Hamidiyya, Jabriyya et Chaïkh Abû Bakr.

77Dans la même région existe un important ensemble d’habitations populaires dans des immeubles blocs et des courtes barres de quatre à cinq niveaux, répartis dans des « espaces verts ». Cette expérience, réalisée au temps de l’Union syro- égyptienne, n’a pas été reproduite.

78Un habitat de meilleure qualité, destiné à la petite et moyenne bourgeoisie, est formé de petits immeubles de cinq étages entourés d’étroites bandes de jardins privés. Dans ces quartiers, généralement établis sur les hauteurs à l’ouest de la ville, d’aspect plus riant et plus aéré, l’utilisation de l’espace n’est pas mieux adaptée au mode de vie traditionnel. Sa population doit apprendre à vivre dans un habitat ouvert sur l’extérieur, mal protégé des regards des voisins. Le refus de cette promiscuité s’exprime parfois par la construction de cloisons en claustras sur les balcons et par la fermeture permanente des fenêtres et volets.

79Les quartiers bourgeois de l’ouest, proches de l’université, sont le niveau supérieur de l’habitat. Ils se différencient des précédents par la limitation du nombre d’étages et l’augmentation de la superficie relative des jardins périphériques. Ce sont des quartiers exclusivement résidentiels, où les équipements de services, et surtout de commerces, sont rares ; la qualité de la construction, la pierre de taille toujours présente, la végétation, leur donnent un aspect cossu et agréable, mais leur qualité architecturale et leur adaptation au mode de vie sont aussi discutables.

80Le centre actuel de la ville est la combinaison des centres apparus au cours des différentes périodes de développement. Chacun demeure un pôle d’attraction spécialisé, relié aux autres par des axes de circulation relativement courts, très animés et actifs.

81La Madîna conserve l’héritage des siècles passés et demeure à peu près intacte dans ses structures sinon dans ses fonctions. Son commerce de détail s’est développé dans les secteurs traditionnels et surtout dans le commerce des tissus, poursuivant une évolution déjà notable au XVIIIe clientèle. Sa clientèle est bien définie et limitée : musulmane surtout, urbaine ou rurale, disposant en général de revenus faibles ou moyens. La bourgeoisie ne fréquente les souqs que pour des articles précis, pour lesquels le choix est plus vaste qu’ailleurs : épices, tapis, certains tissus.

82La permanence des fonctions administratives autour de la Citadelle, site considéré par beaucoup comme anachronique et peu pratique, a été confirmée par la création du nouveau sérail, au temps du Mandat, et celle du Palais de Justice, il y a une dizaine d’années.

83Les aménagements importants réalisés, aux alentours de la première guerre mondiale, à Bâb al-Faraj, à Bustân Kulâb, au Khandaq, restent fondamentaux et comptent parmi les endroits les plus animés du centre. Ils sont indissociables du système de liaison avec la Madîna et les extensions actuelles : Abbara, Place Sa‘dullah al-Jâbirî, quartier du Musée et de la Banque centrale.

84Comme dans les souqs de la Madîna, chaque rue, chaque lieu est spécialisé dans certains services et une clientèle précise : il y a le souq des pièces de rechange pour automobiles, celui des appareils et fournitures pour électriciens, celui de l’électroménager... Les clientes des boutiques de nouveautés de la rue Tilal s’aventurent peu au Khandaq, réservé à la quincaillerie, ou dans la rue Quwatlî, où se concentrent la plupart des cinémas. Les services que l’on cherche rue Baron, quartier des hôtels de tourisme, des agences de voyage, des bureaux d’import-export, ne sont pas ceux que l’on trouve à Bâb al-Faraj, où sont rassemblés les hôtels et restaurants populaires, les garages des taxis-services régionaux...

85La concentration se retrouve au niveau de l’ensemble du centre pour certaines professions : 60 % des médecins sont groupés dans quatre ou cinq rues du centre, 72 % des avocats, 46 % des ingénieurs et architectes, 79 % des hôtels, la plupart des restaurants, cinémas, lieux de distractions, banques, bureaux d’import-export.

86Cette concentration insolite d’activités de toutes sortes dans un même ensemble peut s’expliquer par le fait que le centre d’Alep s’adresse au moins autant aux habitants des campagnes et des villes petites et moyennes, sous-équipées, qu’à ceux d’Alep, d’où l’importance aussi des moyens de transport et d’hébergement et de l’ouverture du centre.

87L’urbanisme actuel à Alep se caractérise par son aspect spéculatif, le bâtiment étant la seule possibilité de réaliser des placements importants et sûrs. Les occasions d’affaires, à petite ou grande échelle, sont nombreuses et variées et toutes les classes de la société peuvent trouver des possibilités d’investissement à leur niveau. Les investissements, privés, municipaux ou gouvernementaux, se font généralement dans les immeubles de bureau ou l’habitat de bonne qualité destiné à la bourgeoisie.

88Le logement populaire, dont le besoin se fait sentir fortement, intéresse beaucoup moins. Il n’y a pas de grande extension des quartiers de ce type, sinon par démolition de bâtiments anciens dans la ville, dans les quartiers du début du siècle et les plus anciens faubourgs d’immigrants ruraux, et par reconstruction d’immeubles à étages.

89Quant à l’habitat destiné au prolétariat d’origine rurale, à part quelques projets municipaux insuffisants ou anciens, il est totalement laissé à l’initiative de ses occupants.

90Paradoxalement, presque les deux-tiers de la population alépine habitent dans les maisons de type traditionnel, à cour intérieure, des quartiers anciens et des nouveaux faubourgs d’immigrants d’origine rurale. C’est la conséquence, pas nécessairement négative, d’un urbanisme de classe, peu préoccupé par les problèmes sociaux.

CONCLUSION

91Au cours de la première moitié du vingtième siècle, certains entrepreneurs alépins, grâce à des circonstances favorables et à leur habileté commerciale, ont réussi à accumuler une masse considérable de capitaux. Ce pouvoir financier, accompagné d’une part de pouvoir politique, leur a permis de réaliser à Alep la concentration de la quasi-totalité des équipements industriels pour la transformation des produits agricoles de Syrie du Nord, contre tout principe logique de planification régionale. Ce monopole complétait une relation de domination presque absolue sur le monde rural par la propriété et l’exploitation effectives du sol ou par d’autres types de rapport capitaliste. Les mesures de socialisation de l’économie et de la société ont fortement limité l’emprise régionale et nationale d’Alep. La bipolarisation géographique, économique et politique du pays s’est résolue en une centralisation presque absolue à Damas, suivie d’une redistribution des équipements en fonction des besoins et possibilités réels des régions. Les usines d’Alep ont été dès lors sous-utilisées, et certaines fermées définitivement. Considérée comme sur-équipée, Alep a été défavorisée dans la distribution des équipements nouveaux. Cette carence est plus ou moins compensée par les investissements privés dans l’industrie et le commerce, relativement nombreux malgré la crainte toujours vive des nationalisations. La plus grande partie des capitaux amassés par l’épargne privée ne trouve de débouché que dans la spéculation foncière et la construction.

92Il y a, à Alep, plus que partout ailleurs en Syrie, carence relative des capitaux publics et mauvaise utilisation des capitaux privés. Ceci produit un type d’équilibre régional particulier, où la métropole participe peu au développement et ne joue pas de rôle moteur, alors que les villes moyennes sous-équipées sont promues au rang de centres directionnels pour des plans de développement considérables de l’infrastructure rurale, rôle qu’elles ont beaucoup de mal à tenir. La plupart des emplois qualifiés y sont occupés par des gens venus temporairement d’Alep ou d’autres grandes villes, attirés par des salaires plus forts, poussés par le manque de travail dans leur ville, ou sous contrat obligatoire avec le gouvernement pour une période de cinq ans après l’acquisition de leurs diplômes.

93Ces villes pionnières sont aussi des mirages pour les villageois et semi- nomades de la région, qui y viennent en masse dans l’espoir d’y trouver du travail.

94Elles deviennent des agglomérations monstres, comme Raqqa, dont les quartiers d’immigrants d’origine rurale abritent la moitié de la population. Les taux d’accroissement considérables ne correspondent pas à une véritable urbanisation et à une augmentation proportionnelle de la part des fonctions urbaines.

95Ce phénomène a une conséquence positive pour Alep : les immigrants, moins nombreux, y sont plus facilement et plus rapidement absorbés. Les problèmes d’urbanisme sont moins cruciaux et les solutions moins destructrices qu’à Damas pour les quartiers anciens et les zones rurales périphériques. Mais les aspects négatifs sont importants. Le sous-emploi de la masse de travail d’Alep, le mauvais emploi des capitaux disponibles, peuvent provoquer des mécontentements à tous les niveaux de la société.

96La politique de développement des villes moyennes doit aboutir à la création de relais assumant une partie des fonctions autrefois monopolisées par Alep, mais une planification régionale bien conduite ne peut continuer à ignorer la métropole régionale.

97D’autre part, Damas, même reliée à la Djézireh par la nouvelle route vers Deïr ez-Zor, ne peut prétendre remplacer Alep en Syrie du Nord. Même au niveau national, la croissance actuelle, artificielle et excessive de la capitale syrienne entraîne un gaspillage d’énergie et de crédit que le pays ne peut pas prendre en charge indéfiniment.

98Les obstacles au développement de Damas sont nombreux : pénurie de terrains à bâtir, pauvreté des réserves d’eau face aux énormes besoins pour l’habitat, l’industrie et l’agriculture de la Ghouta, éloignement de la source d’énergie électrique du barrage de l’Euphrate, situation marginale par rapport aux régions en développement dans la Syrie moderne, mauvaise liaison avec les ports...

99Le meilleur remède à ces difficultés est le développement des autres grandes villes syriennes, Homs, Hama, Lattaquié et Alep.

100La situation géographique qui a fait sa fortune dans les siècles passés doit encore être pour Alep un atout exceptionnel. A l’intersection de l’axe traditionnel d’urbanisation et d’activités, jalonné par Hama, Homs et Damas, et de l’axe du développement contemporain de la vallée de l’Euphrate, elle peut, si les circonstances le permettent, jouer à nouveau un rôle moteur dans l’économie régionale.

101Riche en équipements et en services, ville universitaire dynamique, disposant d’un potentiel humain qualifié, nœud ferroviaire et routier, proche de la source d’eau et d’électricité de l’Euphrate, bien reliée à la mer, à Lattaquié et plus tard à Tartous, disposant d’une réserve illimitée de terrains à bâtir, elle peut redévelopper toutes ses fonctions et en particulier celle de ville manufacturière pour la transformation élaborée des produits régionaux.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

CHARLES-ROUX F., Les Echelles de Syrie et de Palestine au xviiie siècle, Paris, 1928.

DAVID J.-C., « Alep, dégradation et tentatives actuelles de réadaptation des structures urbaines traditionnelles », Bulletin d’Etudes Orientales, tome XXVIII, 1975, p. 19-50, Damas, 1977.

DAVID J.-C., « L’urbanisation en Syrie », Maghreb-Machrek, n°81, 3e trimestre 1978, pp. 40-49, Paris, 1978.

HAMIDE A.R., Alep, étude de géographie urbaine, Thèse complémentaire, Paris, 1959.

RUSSELL AL, The Natural History of Aleppo, London, 1794.

SAUVAGET J., Alep. Essai sur le développement d’une grande ville de Syrie, des origines au milieu du xixe siècle, Thèse, Paris, 1941.

Notes

1 A Alep, les qaïsariyya sont des ensembles d’ateliers de tisserands souvent regroupés autour d’une cour intérieure.

2 H. GUYS, Voyage d’un derviche algérien en Syrie, Paris, 1844-45.

Table des illustrations

Légende Carte 6 - Alep : l’extension de la ville.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Légende Carte 7 - Alep : la ville ancienne.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Légende Carte 8 - Alep : les quartiers récents.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 575k

Auteur

Pensionnaire à l’Institut Français d’Études Arabes de Damas.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540