Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

X - L’industrialisation et sa signification sociale

Élisabeth Longuenesse

Texte intégral

1Parler d’industrialisation signifie parler du développement d’un certain type de production de biens grâce à l’utilisation de techniques avancées telles que la force de l’homme est remplacée pour une part grandissante par celle de la machine, l’homme devenant un auxiliaire de la machine. Ce processus de mécanisation concerne historiquement tous les secteurs de la production, y compris l’agriculture, bien que celle-ci soit souvent touchée avec un décalage plus ou moins grand selon les pays. Cependant on conserve généralement, dans les études empiriques, la distinction entre un secteur agricole comprenant les produits de l’agriculture n’ayant pas subi de transformation et un secteur industriel concernant les produits qui sont les résultats d’un travail de transformation de matières premières ; on inclut souvent dans le secteur industriel la production minière, étroitement liée à la production industrielle au sens le plus étroit du terme.

2Bien qu’elle ne me paraisse pas toujours l’être dans d’autres cas, en particulier pour ce qui concerne les pays les plus développés, cette distinction entre agriculture et industrie est pertinente dans le cas de la Syrie, du fait de l’avance relative de l’industrie et des conséquences sociales qui en découlent, ainsi que de l’effet d’entraînement qu’exerce le développement industriel sur le développement de l’agriculture.

3L’« industrialisation » renvoie donc au « développement » ; c’est-à-dire au développement des forces productives, au sens où cette expression englobe à la fois les techniques et les hommes qui les mettent en œuvre. Développement donc des instruments et des techniques de production mais aussi de la division et de l’organisation du travail et en même temps nécessairement des capacités, de la qualification et plus généralement du niveau culturel des travailleurs. Mais tout cela s’accompagne aussi de profondes transformations dans les rapports du travail et plus généralement dans les rapports sociaux dans leur ensemble, transformations qui, de proche en proche, atteignent progressivement toute la société.

4En Syrie, ces transformations apparaissent déjà nettement dans les milieux des travailleurs de l’industrie et des villes. Elles se dessinent dans les campagnes où les techniques de production demeurent retardataires et le niveau culturel très bas ; mais déjà l’apparition de l’électricité, donc des pompes, le développement de l’irrigation, la multiplication des machines ont des conséquences immédiates sur la structure socio-économique, sans parler des bouleversements provoqués par la réforme agraire.

5On ne peut donc traiter le problème du développement économique, et plus particulièrement de l’industrialisation, comme un problème technique ; mais bien au contraire comme un problème englobant tous les niveaux de la réalité sociale.

6C’est ce que nous essaierons de faire ici, tout en sacrifiant à la nécessité de faire le point de l’état de l’industrie et de la production industrielle.

I. APERÇU HISTORIQUE

7La Syrie fut longtemps un grand centre de production artisanale et manufacturière. Au Moyen-Age, ses produits étaient exportés jusqu’en Europe où les soieries et les cotonnades de Damas étaient particulièrement célèbres.

8Mais cette production entre en déclin à partir du milieu du xixe siècle, alors que le développement du machinisme en Occident permet de produire à bas prix de nombreuses marchandises qui envahissent le marché et font concurrence aux produits locaux. Durant la seconde moitié du xixe siècle apparaissent les toutes premières filatures de soie mécanisées appartenant à des capitalistes européens. A la veille de la première guerre mondiale, les entreprises proprement industrielles se limitent toutefois à quelques filatures, minoteries à vapeur et ateliers mécaniques. Seul le textile emploie un nombre important d’ouvriers. Selon Adnan Farra, le nombre d’entreprises employant plus de 50 travailleurs n’atteint pas la centaine.

9D’autre part, à la fin du siècle dernier et au début du xxe, des sociétés occidentales mettent en chantier les travaux d’infrastructure nécessaires à leur expansion dans la région ; c’est alors que sont construites les premières voies ferrées, qu’apparaissent les tramways, que sont aménagés les ports. C’est la toute première phase du mouvement d’industrialisation. « Cette phase eut pour principale conséquence de doter le pays d’un réseau de chemin de fer, d’un certain nombre de centrales électriques et d’un personnel familiarisé avec l’emploi des machines modernes et avec certaines formes de fabrication industrielle ». (A. Farra). Elle eut aussi pour conséquence l’apparition des tout premiers noyaux d’un prolétariat coupé de tout lien avec la société traditionnelle, qui sera à l’origine des premières grèves ouvrières. C’est ainsi que, dès 1908, une grève est signalée chez les ouvriers de la société des chemins de fer du D.H.P. (Damas, Haurân et Prolongements), grève par laquelle ceux-ci auraient obtenu un certain nombre de satisfactions importantes, telles qu’un congé annuel de deux semaines, la mensualisation de certaines catégories d’agents, le permis de circulation gratuit pour les cheminots et leur famille, trois mois de congés en cas de maladie, etc.

10L’instauration du Mandat ne fait que renforcer le déclin de l’artisanat, tout en accélérant de ce fait le processus de différenciation sociale et polarisation des rapports sociaux dans ce secteur. L’invasion des produits étrangers à bon marché, l’européanisation des goûts, mais aussi le morcellement de l’empire ottoman entraînant la perte de son marché pour l’industrie traditionnelle, provoquent la fermeture de milliers de petits ateliers, la modernisation et l’élargissement ou le regroupement de ceux qui parviennent à résister. Ce double phénomène est à l’origine d’un processus de prolétarisation des compagnons-artisans qui ne peuvent plus espérer accéder à la maîtrise et se voient fixés dans la condition d’ouvriers salariés, tandis que les maîtres-artisans se transforment imperceptiblement en véritables petits patrons capitalistes. Il n’en reste pas moins que le mouvement syndical, qui se constitue en se dégageant des structures ottomanes, reste longtemps encore dominé par le corporatisme : les organisations professionnelles regroupent ouvriers et patrons et sont dominées par ces derniers. On date parfois l’apparition du premier syndicat purement ouvrier en 1925, avec la constitution du syndicat des ouvriers du « tricot » à Damas.

11Jusqu’en 1928, à part quelques rares entreprises possédées par des capitalistes étrangers, l’industrie à proprement parler est quasiment inexistante. Cette date marque un tournant avec la fondation de la cimenterie de Dummar (à l’ouest de Damas), première grande usine moderne à capital syrien. Quelques grosses entreprises seront encore créées par des Syriens dans les années trente, surtout dans le textile (à Damas, trois usines de tissage et filage en 1928, 1935 et 1937, une conserverie en 1931, à Alep, plusieurs usines textiles à partir de 1933, etc.). Le mouvement d’industrialisation restera cependant très lent jusqu’à l’indépendance, du fait de la concurrence étrangère, de la politique mandataire visant à la décourager par une politique douanière qui favorise l’écoulement des marchandises venant de la métropole et taxe l’importation de matériel, du fait aussi de la faiblesse des investissements étrangers (limités à quelques secteurs précis comme les chemins de fer, l’électricité et les ports), etc. L’importation des machines connaît toutefois un bond en 1932 et 1933, lié non seulement à la création d’entreprises nouvelles, mais aussi à la rénovation et à la mécanisation d’entreprises plus anciennes.

12Il n’en reste pas moins que la plus grande partie de la population ouvrière travaille dans le secteur artisanal où la mécanisation commence juste à faire son apparition. Les ouvriers du secteur capitaliste moderne restent une toute petite minorité. Dans le secteur artisanal, le mouvement de prolétarisation se manifeste de plusieurs façons : on rencontre d’une part des travailleurs à domicile, propriétaires de leurs instruments de production, mais de plus en plus dépendants des commerçants qui les payent à la pièce, leur fournissent la matière première et qui contrôlent le marché donc la commercialisation des produits ; d’autre part, les compagnons artisans qui continuent souvent à travailler de la même façon, en utilisant les mêmes techniques qu’autrefois, mais que la concentration des ateliers, transformés en manufactures, fixe dans leur condition et empêche de passer maîtres.

13Les organisations professionnelles conservent toutefois en majorité un caractère corporatif, bien qu’à la suite du tricot, des syndicats purement ouvriers commencent à apparaître et se multiplient dans les années trente, à la faveur des luttes.

14En effet, les répercussions très dures de la crise de 1930 sur l’économie syrienne et sur la situation des masses populaires entraînent la multiplication des grèves et mouvements revendicatifs. Le chômage s’étend et avec lui la misère et même la famine. On assiste à un développement des luttes dans les grandes villes, et particulièrement dans le textile, pour l’amélioration des salaires et contre la concurrence étrangère. Sur ce dernier point, un front se constitue souvent entre ouvriers et patrons, avec l’appui des forces nationales pour lutter contre l’invasion des produits étrangers : c’est le cas à Alep, en 1932, contre les textiles japonais, à Damas et à Homs, la même année, dans l’industrie de la chaussure, contre la concurrence des produits de la firme Bata. Cette période connaît donc deux types de mouvements qui parfois se superposent ou se succèdent : les uns, ouvriers et patrons réunis, luttant contre une situation économique qui les lèse conjointement et dont le Mandataire est tenu pour responsable ; les autres, ouvriers contre patrons, pour des revendications plus strictement sociales, essentiellement de salaire.

15En 1935, une nouvelle législation est promulguée, régissant les organisations professionnelles, qui ne fait que moderniser légèrement la législation ottomane officiellement en vigueur : une liste de professions est publiée, où la constitution d’un syndicat est autorisée, le plus souvent continuant à regrouper ouvriers et patrons. Mais cette législation est rapidement débordée par l’évolution sociale et la multiplication des luttes ouvrières ; des syndicats purement ouvriers continuent à se créer en dépit d’elle. La liberté de créer des syndicats devient une revendication de plus en plus fréquemment avancée, en même temps que les revendications sociales et économiques.

16En 1936, les luttes de masse se multiplient et aboutissent à la constitution d’un gouvernement par le Bloc National. Les luttes ouvrières prennent un caractère nouveau. Le mouvement syndical se développe et se structure ; en février 1934, les syndicats affiliés à l’Internationale Syndicale Rouge (imprimeurs, chemins de fer, eau et électricité, société de distribution du pétrole) réunissent un congrès clandestin à Damas. Mais, surtout, en 1936, se réunit, à Damas encore, le premier « Congrès ouvrier », d’où sort l’Union des syndicats de Damas, dirigée par Subhi al-Khatib, fondateur et président du syndicat du tricot. En février 1938, se constituent l’Union des syndicats d’Alep et celle de Homs ; enfin, en décembre de la même année, ces trois unions se réunissent pour constituer la Confédération Générale des Syndicats de travailleurs.

17Les syndicats luttent pour la promulgation d’un code du travail, la journée de huit heures, un salaire minimum garanti, la reconnaissance du droit syndical. L’Assemblée Nationale est assaillie de pétitions et de délégations. Après une menace de grève générale, début 1939, un décret autorisant la constitution de syndicats propres aux ouvriers est enfin promulgué. Un projet de code du travail est présenté à la Chambre. Il ne sera voté qu’en juin 1948.

18Durant la seconde guerre mondiale, l’interruption des relations économiques de la Syrie avec de nombreux pays impose de produire sur place des produits autrefois importés et entraîne l’utilisation à la limite des possibilités de toutes les capacités productives ; des entreprises fermées rouvrent et d’énormes richesses sont accumulées par certains. Cette accumulation favorise les investissements après la guerre, et l’industrialisation connaît une progression très rapide. En 1946, 40 millions de Livres syriennes sont investies dans l’industrie, alors que moins de la moitié l’avaient été entre 1928 et 1944. Les grandes entreprises et les sociétés par actions se multiplient. Mais ce développement industriel se cantonne aux secteurs traditionnels, à rentabilité rapide : le textile avant tout, ainsi que l’industrie alimentaire et le bâtiment. Et on arrive ainsi rapidement à un plafonnement des possibilités d’investissement et à une situation de crise. Le gouvernement syrien adopte une politique de protection de l’industrie locale par des mesures douanières freinant les importations de produits finis de consommation et favorisant celles de machines et équipements. L’industrie n’en reste pas moins dépendante de l’étranger, du fait de l’absence de sources d’énergie et de matières premières, de la domination du crédit par les banques étrangères et des positions conservées par les sociétés étrangères dans l’économie.

19Les effectifs des ouvriers sont difficiles à évaluer à cette date, faute de statistiques précises et sûres. Les entreprises sont encore le plus souvent de petite taille, certaines commençant toutefois à atteindre une dimension respectable : en 1953, la centaine est atteinte et même dépassée plusieurs fois dans la conserverie, le ciment (300 ouvriers), le tabac (750), le sucre (800) ; en 1957, la société Khumassiyya de tissage et filage emploie entre 2 000 et 2 500 salariés et la cimenterie de Dummar plus de 900, etc. Globalement, les effectifs de l’industrie moderne progressent, tandis que ceux du secteur artisanal continuent à chuter (ils seraient passés de 170 000 à 30 000 entre 1937 et 1957 selon un auteur). En recoupant les différentes sources d’informations, on peut estimer, vers 1953-54, que les effectifs de l’industrie, y compris le secteur artisanal et le bâtiment réunis, atteignent de 100 à 120 000 personnes, dont environ 35 000 dans l’industrie mécanisée, ce qui reste faible pour une population d’environ quatre millions d’habitants.

20D’un autre côté, les conditions de vie et de travail des travailleurs restent précaires. La loi fixant la journée de travail à huit heures, depuis 1948, reste lettre morte et c’est souvent dix à douze heures par jour que travaillent les ouvriers pour des salaires misérables ; le chômage est chronique ; une minorité d’ouvriers très qualifiés, souvent anciens artisans, ont une situation bien meilleure, des salaires beaucoup plus élevés : on les retrouvera souvent à la tête du mouvement syndical, selon un phénomène fréquent dans l’histoire des mouvements ouvriers.

21Pendant les premières années de l’indépendance, l’activité syndicale se heurte à de multiples entraves de la part des patrons et des pouvoirs publics ; elles ont toutes les peines du monde à pénétrer dans les grandes entreprises qui se créent. C’est donc, paradoxalement, surtout dans les petites entreprises que le syndicalisme progresse. Les revendications tournent autour de deux grands axes : l’application du code du travail promulgué en 1948 et la reconnaissance des libertés syndicales. Des grèves importantes sont signalées, particulièrement dans le textile, en 1954 à Damas, en 1955 et 1956 à Alep, mais aussi parmi les ouvriers de la société d’électricité de Homs et Hama en 1954, ceux de l’I.P.C. en 1956, etc. Après la chute de Chichaklî en 1954, les luttes prennent en effet de l’ampleur et se déploient au grand jour. Les effectifs syndicaux progressent de façon importante : de 6 000 en 1947, ils sont passés à 46 000 en 1958. Il est vrai que ces chiffres sont sans doute en partie trompeurs, de nombreux syndicats n’existant que sur le papier, d’autres se cantonnant dans un rôle d’entraide et le degré de combativité étant donc extrêmement disparate. Les syndicats sont d’ailleurs un lieu de lutte d’influence entre diverses tendances politiques. Les unions syndicales de Homs et de Damas connaissent chacune une scission, en 1954 et en 1957. Une fraction à l’intérieur de la confédération est affiliée à la F.S.M., alors que la direction est entre les mains de réformistes modérés. Mais en 1957, une coalition communiste-Ba‘thiste prend la direction de la confédération, qui rentre en force à la F.S.M. En 1958, les unions de Homs et Damas se réunifient. En 1956, la Confédération syndicale syrienne avait été à l’initiative de la constitution de la Confédération Internationale des Syndicats Arabes (C.I.S.A.), qu’elle préside jusqu’en 1958.

22L’union avec l’Egypte en 1958 n’a pas eu, semble-t-il, de conséquence sensible immédiate sur le rythme de progression de la production industrielle. Une transformation importante tournera court : la série de nationalisations de 1961, immédiatement remises en cause dès la rupture de l’Union : si l’on n’ose pas alors toucher à la réforme agraire, les usines sont en revanche rendues à leurs propriétaires et il faudra attendre 1965 pour assister à la création, sous le régime Ba‘thiste, du secteur public industriel. Sur le plan social en revanche, le régime nassérien apporte des changements décisifs : un nouveau code du travail et un code des assurances sociales sont promulgués, qui améliorent sensiblement la condition ouvrière et représentent un progrès inégalé dans les autres pays arabes à cette date. Les droits des travailleurs sont précisés, des garanties leur sont apportées contre le licenciement, en cas de maladie ou d’accident du travail, un congé annuel leur est accordé, etc. En revanche, les libertés syndicales subissent dans le même temps d’importantes restrictions. Les anciens responsables syndicaux, et particulièrement les nombreux communistes, sont pourchassés, les organismes dirigeants des syndicats sont étroitement contrôlés et les élections deviennent plus que formelles.

23Les années qui suivent, à part la brève parenthèse de 1961-63, entre la rupture de l’Union et la venue du Ba‘th au pouvoir, verront le développement du secteur industriel d’Etat à qui est attribué officiellement un rôle dirigeant dans l’économie, la différenciation accrue, sur le plan économique comme sur le plan social, entre secteur privé et secteur public, et un développement du syndicat dont le rôle est profondément transformé. La politique industrielle du nouveau pouvoir se caractérise par de très importants investissements et le lancement de nombreux projets, dans le but de transformer le pays en une puissance industrielle dans la région. Les prémices d’une industrie lourde apparaissent timidement, et le décollage est réel depuis le début des années 70. Non toutefois sans éviter l’apparition de difficultés et de déséquilibres mal contrôlés ainsi que de contradictions nouvel

II. – L’INDUSTRIE SYRIENNE AUJOURD’HUI : STRUCTURE DE LA PRODUCTION

24En 1976, la part de l’industrie syrienne dans le produit intérieur brut était de 22,2 % contre 19,7 % en 1970 et 15,9 % en 1963.

TABLEAU I. Part de l’industrie (y compris industries extractives) dans le P.I.B., en prix constants 1963 (en millions de L.S.)

TABLEAU I. Part de l’industrie (y compris industries extractives) dans le P.I.B., en prix constants 1963 (en millions de L.S.)
  • 1 Prévisionnel

Note *1

Source : Bureau Central de Statistiques de la R.A.S., Annuaire Statistique 1978.

25La part de l’industrie a donc augmenté de plus de 7 % depuis 1963, et de 4 % depuis 1970.

26En 1970, la structure de la production industrielle était la suivante : 82 % pour les industries de transformation, 10 % pour les industries extractives, 7 % pour la production et la distribution d’eau et d’électricité. En 1977, elle devient respectivement 75.6 %, 16.6 % et 7.8 %.

27On remarque que si l’industrie métallurgique a notablement progressé depuis 1970, sa part reste infime, tandis que l’industrie alimentaire et l’industrie textile, tout en subissant une baisse relative notable, conservent la part du lion. Ce sont les industries extractives qui enregistrent le progrès le plus important, avec le développement de l’exploitation du pétrole, mais aussi l’électricité et surtout, notons-le, l’industrie de montage d’appareils ménagers, télévision et appareillages divers, dont la part passe de 340 à 600 pour 10 000.

28D’autre part, la structure du commerce extérieur est révélatrice (en même temps que de l’énorme déficit de la balance commerciale) du déséquilibre de l’économie syrienne et en particulier de son industrie, avec la domination écrasante des matières premières (coton et pétrole, à eux deux, en constituent les 3/4) dans la valeur totale des exportations et au contraire des produits finis et semi- finis dans les importations, alors que l’on sait que les prix de ces derniers augmentent beaucoup plus vite que ceux des matières premières.

TABLEAU II. Structure de la production industrielle

TABLEAU II. Structure de la production industrielle

Source : B.C.S., Annuaire statistique.

TABLEAU III. Valeur des exportations et des importations en 1977 selon le type de produit (en millions de L.S.)

TABLEAU III. Valeur des exportations et des importations en 1977 selon le type de produit (en millions de L.S.)

Source : B.C.S.. Annuaire statistique 1975.

29Nous allons maintenant faire le point de l’état de la production dans les principaux secteurs, avant de passer à l’examen de la part et du rôle de chacun des deux secteurs, public et privé, puis des problèmes posés par la formation de la main d’œuvre.

1. Le pétrole

30Après de longues années de recherches infructueuses, le pétrole fut découvert pour la première fois en Syrie, à la fin de 1956, à Karatchuk, au nord-est du pays. La production démarre en 1968 avec un million de tonnes, et progresse rapidement jusqu’à atteindre un peu plus de neuf millions de tonnes en 1977 (on est loin cependant des prévisions émises dans les premières années, selon lesquelles les 15 millions de tonnes seraient atteints en 1975).

TABLEAU IV. Evolution de la production du pétrole (en millions de tonnes)

TABLEAU IV. Evolution de la production du pétrole (en millions de tonnes)

31Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978

32Les réserves étaient estimées en 1970 à 1 000 millions de tonnes, dont 200 millions exploitables immédiatement.

33Les champs pétrolifères sont situés à l’extrémité nord-est de la Syrie, dans une zone d’environ 15 000 km2 ; trois sont actuellement exploités, à Karatchuk-Hamzé (découvert en 1956 et en 1963, 25 puits forés, dont 17 productifs) à Soueidiyé (découvert en 1959, 39 puits forés dont 34 productifs) et à Roumeïlane (6 puits forés dont cinq productifs) ; le champ de Soueidiyé est de loin le plus important et fournit les 2/3 de la production pétrolière syrienne. D’autres champs ont été prospectés mais ne sont pas encore exploités (Malkiyyé, Kherbet). D’autre part, on trouve du gaz dans les trois champs exploités ainsi qu’à Jbaïssé. En 1976, enfin, de nouveaux champs ont été découverts, au nord-ouest de Jbaïssé mais aussi dans la région d’al-Habari, à proximité de Résâfé, au sud-est d’Alep.

34Le pétrole syrien est acheminé jusqu’au port de Tartous par un oléoduc long de 650 km qui a une capacité de 8 millions de tonnes ; cet oléoduc fournit depuis 1968 du pétrole brut syrien à la raffinerie de Homs qui continue cependant, comme nous le verrons, à raffiner essentiellement du brut irakien.

35Le pétrole irakien transite en effet en Syrie pour être exporté par les ports de Bânyâs en Syrie et Tripoli au Liban ; ce transit constituait, jusqu’en 1976 où il a été interrompu, une importante source de revenus pour le pays ; en effet, après un assez long conflit entre le gouvernement syrien et l’I.P.C., tous les biens de cette société en Syrie avaient été nationalisés en 1972. De même, du pétrole séoudien transite par le sud du pays pour rejoindre le port de Saïda au Liban.

36Dès 1955, le gouvernement syrien avait lancé le projet de construction d’une raffinerie à Homs, sur la route du pipe-line de l’I.P.C. Celle-ci voit le jour en 1959 et raffine dès la première année d’exploitation 472 887 tonnes de pétrole. Jusqu’en 1968, elle ne traite que du brut irakien. A partir de cette date, elle commence à raffiner progressivement du brut syrien, dont la composition est différente de l’irakien. Le démarrage d’unités supplémentaires élève la capacité de raffinage à 1,7 millions de tonnes, puis en 1969 à 2,7 millions de tonnes, dont un million de tonnes de pétrole syrien de Soueidiyé, dont les caractéristiques sont plus proches du pétrole irakien que celui de Karatchuk et Roumeïlane. En 1972, près des 3/4 du pétrole raffiné à Homs sont d’origine syrienne.

37Durant la guerre d’octobre 1973, la plus grande partie des installations de la raffinerie de Homs est détruite par les bombardements israéliens. Il s’ensuit une très forte baisse du raffinage. C’est en 1977 seulement que sont remises en route les dernières unités détruites. De nouvelles unités terminées la même année élèvent la capacité de production à 5,4 millions de tonnes par an.

38D’autre part, une nouvelle raffinerie est en cours de construction à Bânyâs, en coopération avec la Roumanie, d’une capacité de 6 millions de tonnes par an ; le démarrage de la production est prévu pour 1980.

TABLEAU V. Quantité de pétrole raffiné en Syrie (en tonnes)

TABLEAU V. Quantité de pétrole raffiné en Syrie (en tonnes)

Source : B.C.S., Etude sur le pétrole en Syrie (en arabe)

39Mais on remarque que depuis 1972, la part du pétrole syrien dans l’activité de raffinage n’a cessé de baisser pour disparaître en 1976. Ceci serait dû, d’après une source officielle, non seulement à l’inadaptation de la raffinerie aux caractéristiques du pétrole syrien, mais aussi et surtout aux besoins en devises que permet de couvrir l’exportation de ce pétrole.

40Signalons qu’en avril 1976, l’Irak a totalement interrompu le transit de son pétrole en Syrie du fait de l’exacerbation du différend entre les deux pays. La Syrie a dû le remplacer par du pétrole séoudien, libyen et même nigérian ! Un des effets économiques de la réconciliation spectaculaire de novembre 1978 devait être la réouverture du pipe-line irakien (effective depuis le 24 février 1979).

41La production de produits raffinés ne couvre cependant pas encore les besoins du pays ; la consommation atteignait en 1975 3 595 000 tonnes, d’où le recours à l’importation, en particulier pour le mazout, l’essence et le gaz.

42L’exportation de pétrole a commencé dès 1968. En 1970, la Syrie devenait membre de l’O.P.E.P. Le pétrole exporté est dirigé essentiellement vers l’Europe. En 1976, les principaux pays importateurs de pétrole syrien étaient, par ordre d’importance décroissant : l’Italie, l’Allemagne fédérale, la Yougoslavie, la Grande- Bretagne, la Belgique, l’U.R.S.S., la Grèce et l’Allemagne démocratique.

TABLEAU VI. Quantité de pétrole exporté

TABLEAU VI. Quantité de pétrole exporté

Source : B.C.S., op. cit.

TABLEAU VII. Evolution de la part respective du coton et du pétrole dans les exportations syriennes (en pourcentage)

TABLEAU VII. Evolution de la part respective du coton et du pétrole dans les exportations syriennes (en pourcentage)

43On note que si les quantités exportées ont augmenté plus de dix fois, c’est par près de cent qu’ont été multipliées les rentrées ainsi occasionnées. On comprend que le pétrole joue un rôle de plus en plus important dans l’économie syrienne. Sa part dans les exportations a d’ailleurs fait un bond spectaculaire depuis 1974, tandis que celle du coton diminuait en proportion (il faut noter que la pointe de 1975 est sans doute due à une mauvaise récolte de coton cette année- là, les exportations de fibres étant évidemment dépendantes pour une grande part des aléas climatiques).

44En 1977, l’industrie du pétrole occupait près de 20 000 travailleurs : la production en faisait travailler 8 230, le raffinage 2 850, la distribution 3 210, le réseau de pipe-line intérieur 1 430, enfin le transit du pétrole irakien et séoudien 4 000.

45Un « Institut supérieur pour l’industrie chimique et pétro-chimique » a été créé en 1974 à Homs ; les premiers ingénieurs en sortiront en 1979 ; le nombre d’étudiants atteignait 472 (pour quatre années) en 1977. Un institut professionnel du pétrole et des mines, dépendant du ministère du pétrole, forme entre deux et trois cents techniciens par an depuis 1972.

2. L’électricité

46L’électricité ne fait son apparition en Syrie qu’en 1905, avec l’électrification de Damas. Elle est produite par une centrale hydro-électrique installée sur le Barada. Mais il faudra attendre 1929 pour que la seconde ville de Syrie, Alep, soit électrifiée à son tour, par une centrale à générateur diesel. Homs et Hama suivront en 1932, Lattaquié en 1934. A l’heure actuelle, les campagnes ne sont pas encore atteintes en totalité par l’électricité : le quatrième Plan prévoit l’électrification de 800 villages, ce qui fait qu’en 1980, si le rythme est maintenu, tous les villages de plus de 1 000 habitants auraient l’électricité, et que l’achèvement de l’électrification de la campagne pourrait être réalisé en 1985.

47La production d’électricité atteignait en 1977 un peu plus de deux milliards de Kwh.

48Il est prévu pour la fin du Quatrième Plan qu’elle atteigne 7 à 8 milliards de Kwh.

TABLEAU VIII. Evolution de la production d’électricité

TABLEAU VIII. Evolution de la production d’électricité

Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978

49Les ressources en énergie électrique sont fournies par deux types de centrales : des centrales hydro-électriques et des centrales thermiques.

50Plusieurs petites centrales hydro-électriques sont placées sur le Barada et sur l’Oronte ; les deux plus importantes, celle de Hamé (près de Damas) et celle de Qattiné (près de Homs), avaient été détruites en 1973 et ne furent remises en route qu’en 1977. Mais la centrale la plus importante est de très loin celle du barrage de Tabqa, sur l’Euphrate, dont la puissance est de 800 000 kW et dont la production a dès maintenant remboursé le coût des travaux du barrage ; elle couvre 80 °o des besoins de la Syrie qui est sur le point de se transformer d’un pays importateur d’électricité en un pays exportateur.

51Jusqu’à une date récente, les centrales thermiques fournissaient la majeure partie de l’électricité syrienne ; il faut noter que, jusqu’en 1975, la plupart des grandes entreprises industrielles avaient leur propre générateur qui leur permettait de satisfaire leurs besoins de façon autonome. Leur connexion au réseau général est en cours de réalisation, ce qui diminue les coûts de façon notable ; en 1976, la raffinerie de Homs, l’usine d’engrais azotés, l’usine de barres de fer de Hama, celles d’égrenage de coton, étaient déjà reliées au réseau. De nombreuses centrales thermiques de petite taille existent un peu partout en Syrie. Une nouvelle centrale très importante vient d’être achevée à Méhardé, sur l’Oronte, en 1978 en coopération avec une société française, d’une puissance de 300 mégawatts ; elle doit être encore élargie et atteindre 450 mégawatts, en principe dès 1979. Enfin, une autre usine de 300 mégawatts doit être construite près de Bânyâs, dont la production devrait commencer en 1980.

52Un tel développement de la production d’électricité permet à la fois de faire progresser l’électrification du pays et de fournir l’énergie nécessaire au développement de l’industrie. De 1963 à 1975, la production avait augmenté de 186 % tandis que la consommation doublait : la part de l’industrie passait de 54 % à 57°% du total, celle de l’éclairage de 31 % à 33 %. Mais la fin des travaux du barrage et la connexion de la centrale de Tabqa au réseau général a permis non seulement de couvrir tous les besoins du pays mais de commencer à exporter, particulièrement en Jordanie. Alors qu’auparavant la Syrie importait de l’électricité du Liban, elle peut maintenant organiser des échanges du fait du décalage des heures de pointe et des congés hebdomadaires (le vendredi en Syrie, le dimanche au Liban). De même il est envisagé d’étendre l’interconnexion non seulement entre les muhâfazat, mais aussi avec les réseaux de l’Irak et des autres pays de la région, ce qui doit permettre de diminuer les coûts. Toutefois, les besoins du développement industriel restent énormes et, compte-tenu des délais exigés par la construction des centrales thermiques, il y aurait encore, selon certaines estimations, un déficit en 1979-80.

3. Les phosphates et l’industrie des engrais

53Les phosphates ont été découverts dans le sous-sol syrien dès le début des années 1960. Les réserves sont énormes. Elles sont situées au sud et à l’ouest de Palmyre et ont été estimées à 1 000 millions de tonnes. La production, qui a commencé en 1972, est destinée en majeure partie à l’exportation ; la hausse des prix mondiaux du phosphate en 1976 en a fait la deuxième richesse du pays après le pétrole, bien que sa part soit encore faible dans les exportations (environ 1,5 % du total) et que sa faible teneur en minerai impose un prix de vente inférieur aux cours mondiaux.

TABLEAU IX. Evolution de la production de phosphates (en tonnes)

TABLEAU IX. Evolution de la production de phosphates (en tonnes)

Source : B.C.S., Ann. Stat.

54Environ 1 100 personnes sont employées dans les mines de phosphate, dans des conditions de travail généralement très difficiles.

55En 1975, a été décidée la construction de deux grosses usines de production d’engrais azotés et phosphatés dans la région de Homs, près du lac Qattiné. Le but est à la fois de satisfaire complètement aux besoins locaux, ce qui diminue les coûts d’un tiers par rapport aux prix des engrais importés et devrait contribuer à relever notablement la productivité de l’agriculture, mais aussi d’exporter le phosphate sous forme d’engrais alors que le minerai est d’une teneur assez faible. L’usine de triple super-phosphate devrait produire 450 000 tonnes par an, alors que les besoins du pays avaient été estimés en 1975 à 80 000 tonnes.

56Quant aux besoins en engrais azotés, ils étaient évalués à 400 000 tonnes par an. Une première usine construite près de Homs avait démarré dès 1972, avec l’objectif d’atteindre une production moyenne de 150 000 tonnes par an ; la nouvelle usine devrait avoir une capacité de 600 000 tonnes par an. La matière première, le naphta, est fournie par la raffinerie toute proche, l’électricité par la centrale hydro-électrique de Qattiné, l’eau par la lac de Qattiné et le calcaire vient d’une carrière proche. Le site a été choisi pour l’installation de ces industries du fait de la proximité des sources de matières premières.

57La première usine occupait en 1976 déjà plus de mille ouvriers et cadres : les deux nouvelles usines devraient en occuper 1 500.

4. Les industries de transformation

58Nous avons vu plus haut que l’industrie textile se taillait la part du lion dans les industries de transformation ; juste après vient l’industrie alimentaire ces deux branches représentant plus des deux-tiers à elles seules de la production des industries de transformation. Le reste se répartit inégalement entre diverses autres branches d’industrie légère ; l’industrie métallurgique reste très réduite et l’industrie pétrochimique n’en est qu’à ses tout débuts.

a) L’industrie textile

59L’importance de cette industrie est pour une grande part liée à l’abondance de matières premières locales. On sait que la Syrie est un gros producteur de coton ; sa production annuelle de coton brut tourne autour de 400 000 tonnes par an, sur une superficie qui est passée de 250 000 ha à 186 000 ha entre 1971 et 1977 et un rendement qui progresse de 1.6 tonnes à l’hectare en 1971 à 2.1. tonnes/ha en 1977. La production de coton égrené atteint une moyenne de 150 000 tonnes par an et celle de filés de coton autour de 30 000 tonnes, selon les années.

60Le coton, y compris les articles manufacturés, a représenté, en 1977, plus de 25 % du total de la valeur des exportations syriennes, et 65 % si l’on exclut le pétrole et les produits pétroliers.

61D’autre part, la production de laine fournit un tiers de la matière première pour la fabrication des lainages. L’industrie textile reste cependant dépendante de l’extérieur pour les fibres synthétiques, totalement importées, ainsi que pour l’équipement.

62L’Union des Industries Textiles (UNITEX) regroupe toutes les entreprises textiles du secteur public (sauf l’égrenage qui relève de l’organisme du coton et du ministère de l’agriculture), soit, en 1975, 34 usines administrées par 13 sociétés publiques. Elle est dominée par les très grosses entreprises de filage et tissage que l’on trouve à Damas, à Alep et à Homs, qui ont chacune entre 1 000 et 3 000 ouvriers et faisaient travailler en 1975 près de 20 000 ouvriers au total. Ces entreprises sont les plus anciennes entreprises industrielles en Syrie ; elles datent toutes d’avant 1960 et deux d’avant l’indépendance. Les autres entreprises textiles, certaines très anciennes (deux ou trois ont étés créées avant 1930), produisent des sous-vêtements en maille, des bas, des vêtements. Ce secteur est en expansion, et un nombre important d’usines ont été créées ces dernières années, de tissage ou de prêt-à-porter ; d’autres sont projetées, ainsi que l’élargissement des filatures et des usines de tissage existantes.

63Mais il reste un très grand nombre d’entreprises privées dont la production est importante dans la confection, dans la fabrication des bas, des tissus de jersey (« tricot »), des draps, etc., et qui font travailler un nombre considérable de personnes ; nous en reparlerons plus loin.

b) L’industrie alimentaire

64C’est d’abord l’industrie du tabac, qui, si l’on y inclut la culture, occupe une place considérable dans l’économie du pays.

65Plus de 60 000 personnes travaillent dans la culture du tabac et en font vivre au moins 200 000 ; la récolte oscille entre 7 et 12 mille tonnes par an, dont 6 000 sont exportées sous forme de tabac brut.

66En 1976, la Régie des tabacs employait 8 500 personnes dans la culture (encadrement), le commerce et l’industrie ; elle contrôle quatre usines à Alep, Lattaquié, Damas et Hama, qui occupaient à la même date respectivement 664, 1 080, 265 et 300 personnes (dont 367, 915, 280 et 232 femmes) : c’est un des très rares secteurs (avec la confection) où les ouvrières sont très largement majoritaires, puisqu’elles constituent 62 % de la main-d’œuvre.

67Après le tabac viennent les conserveries, qui ont connu un progrès important ces dernières années ; jusque dans les années soixante, la production était surtout destinée à l’exportation, mais la consommation locale absorbait 53 % de la production en 1972 et a continué à progresser depuis. Le produit le plus important est, de loin, le concentré de tomates, suivi de la confiture d’abricot et des petits pois.

68Les huileries sont très anciennes en Syrie et le secteur privé y reste dominant : on assiste plus précisément à une quasi division du travail entre le secteur privé, qui ne produit que de l’huile d’olive, héritier d’une très ancienne tradition, et le secteur public qui traite essentiellement l’huile végétale autre que l’huile d’olives, d’introduction récente.

69Outre ces trois principales productions, il faut citer le sucre, qui est au centre des préoccupations actuelles des dirigeants, car son importation revient très cher et l’Etat fait de gros efforts pour le maintenir à un prix abordable et lutter contre la contrebande et le marché noir. La seule solution du problème étant évidemment de produire suffisamment pour couvrir les besoins, les autorités ont décidé de développer la culture de la betterave et de multiplier les usines de sucre. Un certain nombre sont en construction, mais quand on arrive à convaincre les paysans de se mettre à la betterave, on s’aperçoit à la dernière minute qu’on n’a pas pensé à prévoir assez de camions pour transporter la récolte et qu’on manque de cadres pour mettre les usines en route. Problème caractéristique d’une économie planifiée de façon empirique et plus ou moins volontariste.

c) Industries métallurgiques et mécaniques

70La constitution d’une industrie métallurgique lourde est à l’ordre du jour du IVe Plan quinquennal. Son premier noyau a été la construction de l’usine de profilés d’acier de Hama (600 ouvriers) dont la production a démarré en 1975. Elle a été suivie par une usine de profilés d’aluminium (150 ouvriers) à Lattaquié, qui a commencé à produire fin 1976, puis par une usine de tuyaux métalliques (100 ouvriers) et une usine de billettes (390 ouvriers), inaugurées en 1977, à Hama. Dans la région de Hama est prévue la construction d’une usine de laminage à chaud (800 ouvriers) pour barres et profilés et d’une autre de laminage à froid (630 ouvriers) pour la production de tôles métalliques en fer blanc, qui constitueraient le point de départ d’un grand complexe du fer et de l’acier, tandis que la construction d’une usine de laminage et de fabrication de tôles d’aluminium représenterait avec l’usine de profilés de Lattaquié le noyau d’une industrie de l’aluminium. Il faut ajouter la construction d’une usine de fonte de la ferraille à Hama, terminée en 1977.

71Une usine de montage de tracteurs, près d’Alep, a commencé à produire dès 1974 ; 4 000 tracteurs en sont sortis en 1975, puis 5 000 par an à partir de 1976 ; dès 1977, une partie des pièces était fabriquée par l’usine ; l’objectif est de produire 12 000 tracteurs par an dans les douze années à venir, en même temps que de passer progressivement l’étape de l’assemblage des pièces importées à la fabrication de toutes ces pièces sur place. Il est prévu de développer l’entreprise en y adjoignant une usine de montage de voitures et de microbus ainsi que la fabrication d’instruments agricoles. Le nombre d’ouvriers devrait atteindre 1 500 en 1977, dont 200 techniciens.

72Il faut signaler encore une usine de fabrication de moteurs électriques à Lattaquié, qui a commencé à produire en 1976 et fournit les moteurs aux usines de montage d’appareils électriques divers, en particulier ménagers ; la production (montage) d’appareils ménagers est assez importante et dépasse même les besoins du marché local, contribuant aux exportations ; la part du secteur privé y est notable, elle est largement majoritaire pour le montage des cuisinières à gaz.

73La production de matériel ferroviaire est ancienne puisque les ateliers d’al-Qadam (au sud de Damas) remontent à 1912 ; il est prévu au IVe Plan de leur adjoindre une usine de fabrication de wagons de chemin de fer. Il faut noter à ce propos l’important développement du réseau de chemin de fer, surtout dans le nord du pays, pour le transport du coton ; mais la jonction Damas-Homs-Alep est en cours d’exécution et de nombreux projets sont en cours d’étude pour doter le pays d’un réseau complet de voies ferrées (voir ch. 1).

74Mentionnons encore la fabrication de téléviseurs, qui a débuté en 1960 et a connu un essor particulièrement important ces dernières années, mais qui reste limitée au montage de pièces importées.

75Enfin l’on trouve de nombreuses usines de fabrication de câbles, de batteries et piles électriques, d’équipements et appareillages divers. Les projets de créations sont multiples et incluent la fabrication de bicyclettes aussi bien que d’automobiles, d’outillages, d’ampoules électriques, etc.

d) Industrie chimique et matériaux de construction

76L’industrie du ciment est en plein développement, pour répondre aux besoins grandissants d’un marché en pleine croissance du fait à la fois du développement industriel et de la multiplication des projets d’infrastructure et des créations d’entreprises, et de l’urbanisation et des besoins du logement. En 1972, six cimenteries produisaient près d’un million de tonnes ; la plus importante et la plus ancienne est celle de Dummar, près de Damas, fondée en 1933 ; deux autres cimenteries étaient fondées en 1952 et en 1956 à Alep, puis une à Lattaquié en 1960, une à Homs en 1961, une dernière à Hama en 1966. La construction de trois nouvelles cimenteries était programmée au IIIe Plan, en coopération avec la R.D.A., à Adra, près de Damas, Hama et Alep ; celle de Hama a commencé à produire en 1977 ; celles d’Adra et Alep sont en cours de construction, ainsi qu’une quatrième à Tartous.

TABLEAU X. Consommation, production et importation de ciment (en milliers de tonnes)

TABLEAU X. Consommation, production et importation de ciment (en milliers de tonnes)

Source : al-Ba‘th, 13.VIII.78 et B.C.S., Ann. Stat.

77Alors que la Syrie importe encore une quantité importante de ciment, matière pondéreuse et chère, ce qui favorise le développement d’un marché noir et une élévation très forte des prix dans les périodes de pointe des travaux de construction (pendant l’été), il est prévu que la mise en route de ces nouvelles usines permette de combler progressivement le déficit et d’envisager l’exportation de ciment à partir de 1985.

78L’industrie chimique est dominée par l’industrie des engrais, toute récente, dont l’importance sera décisive pour l’économie dans les années à venir (nous en avons parlé plus haut), sans oublier, bien sûr, l’industrie pétrochimique, avec ses deux centres de Homs et de Bânyâs.

79L’industrie pharmaceutique a progressé de façon rapide ces dernières années ; elle permet de produire des médicaments bien meilleur marché que les produits importés ; elle est partagée entre secteurs public et privé, le premier (concentré à Damas) dominant toutefois nettement et croissant beaucoup plus vite que le second. Inversement, il faut mentionner le peinture et surtout le savon, où la production du secteur privé est de loin beaucoup plus importante que celle du secteur public ; les savonneries sont d’ailleurs, comme les huileries, de tradition très ancienne en Syrie, où la production artisanale de savon utilise l’huile d’olive locale comme matière première.

III. SECTEUR PUBLIC ET SECTEUR PRIVÉ

80Nous avons vu plus haut les principales productions du secteur public et du secteur privé. Le tableau XI ci-après compare la part de chacun en ce qui concerne les productions existant dans les deux. On constate que le privé domine nettement dans le chocolat, les tissus de soie et de coton, le tricot et les bas, les peintures, le savon et le montage des cuisinières et fourneaux à gaz. Au total, en 1972, la part du secteur public dans la production totale des industries de transformation était de 65 % tandis que celle du privé n’atteignait que 35 % ; ceci alors qu’environ 60 % des salariés, d’après une étude du B.C.S., étaient employés dans ce second secteur. Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres plus récents. Si l’on tient compte des industries extractives, il est clair qu’avec les progrès de la production du pétrole et des phosphates la part du privé dans la production devient infiniment plus faible.

81L’évolution de la formation brute du capital montre un progrès beaucoup plus rapide du secteur public que du secteur privé et une part croissante du premier dans le total des deux ; on note toutefois un recul en 1971-72-73 et un autre en 1975 (cf. tableau XII). Le premier est sans doute lié aux mesures de libéralisation prises par le régime né du « Mouvement de Rectification », fin 1970, mesures qui ont favorisé un regain de l’activité du secteur privé. La hausse de 1974 serait la conséquence d’un effort exceptionnel, dû à la nécessité de réparer les destructions de guerre, en même temps que rendu possible par l’aide des pays arabes (particulièrement de l’Arabie Saoudite), aide qui aurait fortement baissé l’année suivante, ce qui explique la nouvelle baisse relative.

TABLEAU XI. Productions existant dans les deux secteurs public et privé, en 1976

TABLEAU XI. Productions existant dans les deux secteurs public et privé, en 1976

Sources : B.C.S., Ann. , Stat. 1977

TABLEAU XII. Distribution et indice de la formation brute du capital par secteur (en prix constants 1963)

TABLEAU XII. Distribution et indice de la formation brute du capital par secteur (en prix constants 1963)
  • 2 Estimation.

Note *2

Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978.

82Enfin, si l’on examine la part de chaque secteur dans le commerce extérieur, on remarque que la part du privé est beaucoup plus élevée dans les importations que dans les exportations, ce qui tendrait à confirmer une orientation plus tournée vers le marché intérieur en ce qui concerne le débouché de ses produits (mais il faudrait pouvoir comparer avec la valeur respective de la production de chaque secteur dans l’ensemble de l’économie).

TABLEAU XIII. Importations et exportations selon le type de produit et par secteur, en 1977 (en milliers de tonnes et millions de L.S.)

TABLEAU XIII. Importations et exportations selon le type de produit et par secteur, en 1977 (en milliers de tonnes et millions de L.S.)

Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978

83D’autre part le secteur privé importe plus de produits semi-finis et moins de matières premières que le public, ce qui exprime une prépondérance relative d’industries de montage ou de finition ; mais la structure des importations des deux secteurs est très comparable, malgré ces différences, et révèle la dépendance à l’égard de l’étranger pour les produits finis et semi-finis, comme nous l’avons noté plus haut. En revanche, la structure des exportations est tout à fait différente d’un secteur à l’autre et l’on note que les matières premières constituent 95 % des exportations du secteur public, mais 27 % seulement de celles du privé qui sont constituées au contraire pour plus de la moitié par des produits finis, dirigés pour l’essentiel vers le marché des pays arabes et des pays socialistes d’Europe et d’U.R.S.S.

84En ce qui concerne la répartition des travailleurs entre les deux secteurs, le tableau suivant en donne une idée pour 1972.

TABLEAU XIV. Nombre d’établissements industriels et de salariés par branche dans chaque secteur

TABLEAU XIV. Nombre d’établissements industriels et de salariés par branche dans chaque secteur
  • 3 Chiffre estimé.

Note *3

Source : d’après M. Hammadi (qui tient ses chiffres du Ministère de l’industrie et de diverses autres sources).

85N.B. Sont considérés comme « établissement industriels » par Hammadi tous ceux qui emploient plus de 10 salariés.

86Les entreprises du secteur privé, bien que plus de trois fois plus nombreuses, ont au total près de cinq fois moins de salariés que celles du secteur public ; il y a en moyenne 365 ouvriers dans une entreprise publique contre 23 dans une entreprise privée, soit quinze fois plus ; l’effectif maximum de ces dernières ne doit guère dépasser la cinquantaine d’employés, tandis que dans le secteur public certaines grosses entreprises textiles dépassent les 3 000, et le barrage de l’Euphrate a fait travailler simultanément jusqu’à 11 000 travailleurs.

87A cela, il faut ajouter les milliers d’ateliers de moins de 10 ouvriers. En 1974, 9 478 établissements privés étaient enregistrés auprès du Ministère de l’industrie dans les quatre branches de l’industrie alimentaire (2 716), de l’industrie textile (2 564), de l’industrie chimique (833) et de l’industrie mécanique (3 365) ; ces 9 478 établissements employaient 37 816 ouvriers, soit une moyenne de quatre par établissement ! Et il reste les établissements non enregistrés, soit parce qu’ils ont omis de le faire pour une raison ou pour une autre, soit, surtout, parce que la loi le leur permet s’ils ne sont pas mécanisés (quel que soit le nombre de travailleurs employés, qui cependant ne peut guère dépasser trois ou quatre) ; enfin, dans le textile, il faut noter que le travail à domicile reste fréquent, des familles entières (surtout les femmes) étant parfois exploitées durement par des commerçants qui apportent la matière première et paient à la pièce. Le recensement de 1970 a dénombré 31 000 établissements « industriels » privés dont 550 seulement avaient alors plus de 10 ouvriers : 13 000 dans le textile et le cuir, 5 100 dans le bois et le mobilier, 5 000 dans les industries alimentaires, 1 000 dans la métallurgie. En réalité, on comprend que ces chiffres désignent essentiellement des ateliers d’artisans ; de fait, ils mettent singulièrement en lumière l’importance qu’a gardé le secteur de la production artisanale dans l’économie, même s’il est vraisemblable que, depuis 1970, son déclin s’est poursuivi.

88On constate donc en Syrie la coexistence d’une production à toute petite échelle, de caractère partiellement pré-industriel, mais comprenant aussi des ateliers mécanisés, ayant des machines tout à fait modernes (dans le textile particulièrement), avec une tendance à la concentration en haut de l’échelle et à la constitution de grosses entreprises industrielles modernes. De fait, la différence entre le capital moyen des entreprises privées et publiques est énorme. Selon les chiffres du Ministère de l’industrie, les 9 478 établissements industriels enregistrés en 1974 (incluant donc une majorité d’établissements ayant moins de 10 ouvriers mais tous mécanisés) avaient un capital total de 393 millions de L.S., soit 41 464 L.S. par établissement. Au contraire, en 1972, les trois unions industrielles totalisaient un capital de 469 417 680 L.S. soit environ 4 600 000 L.S. par entreprise (plus de 10 millions par société). Toutefois, si l’on rapporte le capital au nombre d’ouvriers, la différence disparaît presque puisque l’on obtient une moyenne de 10 392 L.S. par travailleur dans le secteur privé contre 12 410 dans le secteur public. Il est vrai que nos chiffres concernant le privé sont plus récents que ceux concernant le public. Mais n’oublions pas qu’ils englobent une majorité d’établissements ayant moins de dix ouvriers. On peut donc aisément supposer que parmi les établissements de plus de 10 ouvriers, le capital par travailleur est nettement plus élevé dans le privé que dans le public. Pourtant les capacités productives sont très largement sous-employées dans le secteur public : un économiste syrien évaluait à 60 % seulement les capacités productives exploitées dans l’industrie et estimait que certaines entreprises descendaient au-dessous de ce chiffre. Comment se fait-il donc que, malgré cet important surplus non utilisé, la moyenne du capital par travailleur soit si basse ? Deux explications peuvent être suggérées : 1) le caractère ancien, donc dévalorisé, du matériel utilisé par le secteur public, alors que le privé s’efforce de moderniser rapidement ses machines, qui, même petites, ont alors une valeur relativement élevée ; 2) L’emploi d’un personnel en surnombre et sous-utilisé dans le secteur public. Si le premier facteur joue vraisemblablement un certain rôle (d’autant que les lourdeurs bureaucratiques imposent généralement de très longs délais entre la décision de moderniser le matériel, l’arrivée des nouvelles machines et leur mise en route, ce qui à la fois occasionne des frais supplémentaires et un énorme gaspillage, et dévalorise encore plus vite ce matériel), le second paraît cependant décisif. En effet, le secteur public connaît un double phénomène de gaspillage de main-d’œuvre, phénomène qui n’est pas propre à la Syrie : d’un côté, une surabondance de personnel administratif, de l’autre un absentéisme atteignant parfois des proportions catastrophiques (particulièrement dans le textile). Le premier semble le résultat à la fois d’une forte tendance à la bureaucratisation, à la multiplication des rouages administratifs, des formalités et des pseudo-contrôles à tous les niveaux, et du développement d’une sorte de fausse résorption du chômage par l’embauche dans les bureaux des cousins, frères et amis de ceux qui y sont déjà. Quant au second, il représente une manifestation de la résistance et de la protestation de travailleurs n’ayant pas d’autre moyen d’exprimer leur mécontentement face à la dégradation de leurs conditions de vie et de travail, et protégés en outre par la législation qui rend quasiment impossible les licenciements. La conséquence de tout cela est une désorganisation et un gaspillage qui ne peuvent que favoriser le secteur privé et lui permettre ainsi d’être concurrentiel par rapport au secteur public. Ainsi, dans l’industrie de transformation, la productivité de ce dernier tend à progresser moins rapidement que celle du privé. Ce qui signifie que le dynamisme du secteur privé pourrait devenir menaçant pour le secteur public au moins dans certaines branches des industries de transformation ; toutefois, la législation, en réglementant par exemple les importations de machines destinées au privé, maintient la domination du secteur public, et surtout, l’incapacité du secteur privé à consentir les énormes investissements d’infrastructure que réalise l’Etat limite son développement à l’industrie légère et à quelques produits de grande consommation.

TABLEAU XV. Caractéristiques économiques du secteur public des industries de transformation en 1972

TABLEAU XV. Caractéristiques économiques du secteur public des industries de transformation en 1972

Source : Ministère de l’Industrie, in M. Hammadi.

89Du point de vue des travailleurs, les différences sont très importantes entre les conditions que leur offrent les deux secteurs : s’ils trouvent des garanties de stabilité de l’emploi et de prise en charge en cas d’accident ou de maladie dans le secteur public, que ne leur offre pas le privé, les salaires du privé sont en revanche deux à trois fois supérieurs à ceux des entreprises de l’Etat, particulièrement pour les travailleurs qualifiés (les travailleurs sans qualification aucune ne sont guère mieux lotis dans l’un que dans l’autre secteur) ; il est vrai qu’ils travaillent souvent beaucoup plus dur, surtout dans les établissements privés d’une certaine taille, de caractère capitaliste, qui pressent à la rentabilité maximum. Ainsi, on peut dire que le privé paie mieux, mais exploite aussi plus sa main-d’œuvre (n’ayant en outre pas les mêmes frais de soins médicaux à assurer aux travailleurs). Il n’empêche que les travailleurs du secteur public sont irrésistiblement attirés vers le privé et, nous le verrons plus loin, ne restent souvent dans le premier que le temps d’acquérir une qualification qui leur permettra de se vendre plus cher au second.

  • 1 Corruption dénoncée en termes à peine voilés dans la presse syrienne, surtout syndicale : [La Syrie (...)

90Gaspillage des capacités productives comme de la main-d’œuvre, lourdeurs administratives, désorganisation, à quoi il faudrait ajouter la corruption de nombre de dirigeants du secteur public et la pratique des pots-de-vin1, tous ces facteurs freinent donc le développement de l’industrie moderne. Il n’en reste pas moins que de très importants progrès ont été enregistrés depuis la création du secteur public et le développement du rôle économique de l’Etat. Cependant, la progression aurait pu être encore plus rapide sans les graves défauts que l’on vient de signaler, qui permettent au secteur de la petite industrie privée d’avoir encore un rôle à jouer et de distancer le secteur public pour certaines productions.

91Ces défauts étaient-ils, sont-ils évitables ? Sont-ils dus à un facteur unique commun ? A une mauvaise planification ou à la gangrène des rouages de l’économie par une poignée d’arrivistes corrompus ? A notre avis, si, dans le fonctionnement quotidien de l’économie, ces deux phénomènes interviennent et conjuguent leurs effets, se renforcent l’un l’autre, il faut chercher plus loin, plus profond. Ne serait-ce pas, en effet, plutôt le développement trop rapide, dans un cadre de dépendance, qui entraînerait inadaptations et déséquilibres nécessitant des ajustements difficiles à réaliser dans le cadre d’une politique volontariste, ne sachant pas s’appuyer sur les masses en les mobilisant, par une élévation de leur niveau culturel en même temps que par leur participation active et l’engagement de la responsabilité de tous dans le processus de développement ? Imposant les projets de développement d’en haut, sans savoir (sans vouloir ?) faire participer les masses aux choix fondamentaux, ni de ce fait prendre en compte leurs besoins comme leurs capacités, cette politique volontariste aboutit à gaspiller les moyens matériels du fait de la non préparation des hommes ; et, reposant sur la participation d’une minorité aux décisions, elle ne peut que favoriser la tendance de cette minorité à vouloir s’approprier les bénéfices du développement, aux dépens de la masse de la population.

92Nous allons voir, au paragraphe suivant, l’importance du retard de la formation des travailleurs d’une part, ainsi que les limites à leur participation d’autre part, qui nous paraissent essentiels à la compréhension de l’étape actuelle et de ses difficultés.

IV. PROBLÈME DE LA MAIN-D’ŒUVRE

93Quand on parle de développement industriel, on pense généralement d’abord et parfois même seulement à l’aspect technique des choses : on pense à la mécanisation de la production, à l’augmentation des investissements en capital fixe, à la concentration des entreprises ; on oublie souvent que cela implique aussi la formation d’une main-d’œuvre spécialisée, l’élévation du niveau culturel de la force de travail dans son ensemble et même une transformation des mentalités, choses qui sont loin d’aller de soi et de se réaliser spontanément, ce qui est une cause d’échec de bien des politiques volontaristes dans le Tiers-Monde.

94L’industrie moderne emploie, schématiquement, trois catégories de personnel : une masse de main-d’œuvre non qualifiée, une certaine proportion d’ouvriers qualifiés variable selon les industries, enfin un petit nombre d’ingénieurs, techniciens, personnel scientifique ; à quoi il faut ajouter un personnel administratif et de comptabilité de qualification diverse, mais non spécifique à l’industrie. Le problème posé est donc celui de la formation en nombre suffisant d’ouvriers qualifiés, techniciens, ingénieurs etc. dans les branches correspondant aux besoins de l’industrie. Mais il est clair que, par ailleurs, le niveau culturel d’ensemble des travailleurs et de la population influe sur la qualité du travail et son degré de productivité de manière générale, quelle qu’en soit la qualification technique. Enfin, le travail industriel se distingue du travail pré-industriel non seulement par la qualification de la force de travail individuelle mais aussi par le développement de son caractère collectif, donc de l’organisation du travail : ainsi il implique l’interdépendance étroite des travaux individuels au sein du collectif de travail et donc une série de contraintes inconnues aussi bien de l’artisan que du paysan, en ce qui concerne plus particulièrement les horaires et les cadences de travail par exemple, auxquels, de fait, les nouveaux ouvriers ont souvent du mal à s’adapter. Ainsi, on peut dire que d’un côté le processus d’industrialisation impose la formation d’une main-d’œuvre qualifiée en même temps qu’une transformation des attitudes et mentalités des travailleurs, mais qu’en retour, il est freiné par le bas niveau culturel et technique, par les modes de vie et de pensée traditionnels et par la lenteur de leurs transformations.

95Le degré d’analphabétisme reste très élevé en Syrie malgré les efforts faits pour étendre l’instruction, et un certain progrès enregistré depuis 1960 ; les données des recensements indiquent 63 % d’illettrés en 1960 et encore 54 % en 1970. D’un autre côté, le nombre des titulaires du CEP ou d’un diplôme supérieur parmi les plus de 15 ans passe de 10 % à 20 % entre ces deux dates, ce qui implique un progrès notable mais souligne en même temps l’énormité de l’effort qui reste à faire ; il est vrai que les ouvriers sont en général plus instruits que les paysans : en 1970, 21 % des ouvriers ont le certificat d’études (12 % en 1960) contre 9,8 % seulement de paysans (3,8 % en 1960) ; cette proportion reste toutefois extrêmement faible.

96Quant à la formation professionnelle et spécialisée, elle ne concerne encore qu’un très faible nombre d’élèves et le nombre d’écoles professionnelles industrielles (collèges techniques) progresse moins vite que celui des établissements de l’enseignement secondaire général.

TABLEAU XVI. Effectifs de l’enseignement professionnel industriel et de l’enseignement secondaire général

TABLEAU XVI. Effectifs de l’enseignement professionnel industriel et de l’enseignement secondaire général

Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978.

97Toutefois, un important effort est réalisé dans ce domaine depuis une dizaine d’années et, à côté des écoles secondaires professionnelles, se multiplient les créations d’instituts de formation industrielle spécialisés en fonction des besoins de l’industrie, parfois directement liés à telle ou telle société industrielle, qui doivent former les techniciens dont l’économie a un besoin urgent. Le nombre des élèves de ces écoles est passé de 2 800 en 1972 à 7 500 en 1977 et le nombre de diplômés de 1 350 à plus de 3 000.

98Enfin, il faut noter le remarquable développement de l’enseignement supérieur avec ses trois centres universitaires à Damas, Alep et Lattaquié (« Université Tichrîn »), et surtout le progrès rapide des disciplines scientifiques qui, de moins de 20 % du total des étudiants en 1968-69, sont passées à 50 % en 1976-77 ; or, c’est la création en 1972 des facultés d’ingénieurs qui est pour l’essentiel responsable de ce bond en avant, avec leur effectif de 6 300 étudiants en 72-73 et 11 500 en 1976-77 (soit respectivement 14 % et 19 % du total des étudiants).

99Cependant, étant donné la durée des études d’ingénieurs (5 ans), cette progression très rapide du nombre d’étudiants ingénieurs ne s’est évidemment pas encore traduite par l’arrivée sur le marché d’un nombre équivalent de diplômés : en 72-73, 322 élèves sortaient diplômés et encore seulement 1 321 en 76-77, tandis que la même année 4 000 nouveaux étudiants s’inscrivaient dans ces facultés. On assistera donc, dans les prochaines années, à l’arrivée sur le marché d’un nombre croissant de jeunes ingénieurs formés en Syrie. Ce à quoi il faut ajouter les ingénieurs formés à l’étranger, qui restent nombreux : en 1977, sur 1 467 étudiants boursiers (dont 1 108 à l’étranger), près de la moitié faisaient des études d’ingénieurs, tandis que près des 3/4 étaient dans des branches scientifiques ; plus de la moitié de ceux qui allaient à l’étranger étaient accueillis par l’U.R.S.S., près d’un tiers par la Roumanie, le reste se répartissant entre la France et les autres pays socialistes.

100Malgré ces efforts, le niveau d’instruction demeure extrêmement bas dans l’industrie. Nous avons vu plus haut que 21 % des ouvriers ont le certificat d’études en 1970 ; ce chiffre englobe les ouvriers travaillant dans l’industrie moderne et artisanale ainsi que dans tous les autres secteurs de l’économie (bâtiment, transports, services, etc.). Si l’on considère les travailleurs du secteur industriel au sens étroit, salariés et non salariés, manuels et non manuels (le recensement ne donne pas de croisement plus fin) la proportion est à peine plus élevée : 21,6 %, mais elle était déjà de 15,4 % en 1960 (pour seulement 10 % du total des plus de 15 ans ; cf. supra). Ce pourcentage englobant nécessairement le personnel administratif et d’encadrement, on peut en conclure que la grande masse des ouvriers du secteur industriel ont un niveau inférieur au CEP et inférieur en moyenne à celui des ouvriers des autres secteurs. Tandis qu’à l’autre extrémité, les diplômés de l’université ne forment pas plus de 0,5 % des personnes travaillant dans le secteur industriel (0,2 % en 1960).

101Selon des chiffres du Ministère de l’industrie pour 1970 (reproduits par M. Hammadi), 31 % des ouvriers des trois unions industrielles seraient « ordinaires », c’est-à-dire l’équivalent des manœuvres sans spécialisation, 39°% « spécialisés », 26 % « qualifiés », et on trouverait 3 % de techniciens et 0,6 % d’ingénieurs. Même si ces chiffres sont sans doute très approximatifs, ils soulignent l’importance de la catégorie des ouvriers sans aucune qualification ni spécialisation et la faiblesse de l’encadrement technique ; inversement, ils mettent en relief le caractère exceptionnel d’une expérience comme celle du barrage de l’Euphrate, où près de 7 000 ouvriers (70 % des effectifs en 1975), arrivés des régions les plus déshéritées de Syrie, sans aucune instruction ni expérience de l’industrie moderne, ont acquis sur place une qualification.

102Sans doute, la situation a-t-elle changé depuis 1970 et les progrès de l’instruction et de la formation des cadres se poursuivent ; cependant il est clair que ce sous-développement de la main-d’œuvre, qui pose de graves problèmes et n’est pas sans conséquence sur les possibilités objectives de développement, impose un énorme effort de formation. De fait, les responsables de l’économie en sont conscients, et ce problème est régulièrement abordé dans les colonnes de la presse qui en relève le caractère essentiel pour toute politique de développement et souligne la nécessité de planifier la formation de personnel qualifié suffisamment à l’avance pour que l’entrée en fonction des nouvelles usines ne soit pas retardée, comme c’est souvent le cas, ce qui coûte très cher à l’économie.

103Le quotidien syrien Tichrîn donnait récemment (le 3/12/78) l’exemple de l’industrie du sucre : quatre usines sont en construction dans différentes villes de Syrie dans le but d’arriver à couvrir les besoins en sucre du pays par la production locale ; elles devraient entrer en fonction en 1978 et 79. Un institut a été créé à l’usine de sucre de Homs pour former les ouvriers mais le nombre de ceux qui ont été formés jusqu’à présent reste très inférieur aux besoins ; de même, il manque, pour ces usines et pour celles oui fonctionnent déjà, des dizaines d’ingénieurs et de chimistes, du personnel commercial diplômé, des ouvriers professionnels, électriciens et mécaniciens. Le responsable interviewé attribuait ces manques à l’accélération de la demande face à une croissance de l’offre beaucoup plus lente, du fait du temps exigé par la formation, ainsi qu’à la rotation trop forte de la main-d’œuvre. En effet, un autre phénomène déjà signalé intervient pour aggraver le problème du manque de main-d’œuvre qualifiée : la faiblesse des salaires dans le secteur public pousse cadres et ouvriers qualifiés à rechercher des emplois mieux rétribués et à quitter dès que possible le secteur public pour le secteur privé ou même pour l’étranger. Il est souvent souligné que les efforts de formation de l’Etat profitent au secteur privé plus qu’au secteur public. Ceci, d’autant plus que le personnel qualifié du public travaille souvent en même temps pour le privé ou pour son compte personnel.

104En résumé, le manque de main-d’œuvre qualifiée et l’abondance de travailleurs sans qualification caractérisent le marché du travail et sont à l’origine d’un déséquilibre entre les progrès de la mécanisation et des techniques de production et l’incapacité à exploiter ce progrès technique par inadaptation de la force de travail.

V. CLASSE OUVRIÈRE ET SYNDICALISME

  • 2 En effet, les évaluations annuelles par sondage de la population active, par le Bureau Central de S (...)

105En 1970, les ouvriers salariés de l’industrie, des mines, du bâtiment et des transports représentaient environ 270 000 personnes, soit 17,6 % de la population active. Entre 1960 et 1970, cette proportion était restée quasiment la même ; notons que le mouvement d’industrialisation ne semble pas avoir atteint un rythme suffisant pour que la part de la main-d’œuvre de ces secteurs progresse dans l’ensemble de la population active ; il faut attendre le recensement de 1980 pour savoir si les choses n’ont pas changé depuis 19702. Or, les ouvriers de ces quatre secteurs représentent en gros ce qu’on peut désigner comme une classe ouvrière au sens large, incluant les salariés des plus petits établissements. Cependant le nombre est encore extrêmement grand, comme nous l’avons vu, des ouvriers travaillant dans les plus petits ateliers, à la frange de l’artisanat, au statut très mobile, donc difficiles à assimiler à une classe ouvrière au sens strict ; de plus, nombreux sont ceux qui ont encore un lopin de terre ou qui, en dehors de l’usine, propriétaires d’une charrette ou de quelques outils, sont marchands ambulants ou artisans : ceux-là ont une condition complexe et ne sont pas encore tout à fait prolétaires mais, disons, en voie de prolétarisation. Inversement d’ailleurs, nombre d’ouvriers cherchent à acquérir une qualification et à s’établir à leur compte, considérant la condition ouvrière comme tout à fait transitoire.

106Ainsi, les chiffres que l’on vient de donner sont effectivement excessifs, et il faut sans doute les réduire au moins de moitié pour évaluer correctement la part de la classe ouvrière dans la population qui ne dépasse guère alors 8 ou 9 %. Ce chiffre est très faible mais il doit être mis en rapport avec la population agricole qui dépasse encore 50 %, la petite bourgeoisie d’artisans et de petits commerçants dont le poids est caractéristique de ce type de société (environ 15 % ), et d’une très importante marge de semi-prolétariat urbain et rural de familles à cheval sur l’artisanat ou l’agriculture et l’industrie.

107Ajoutons à cela que le plus grand nombre des ouvriers n’a quitté la terre que récemment, a gardé des liens avec la famille restée à la campagne, habite souvent encore parmi elle (du fait de la localisation des usines le plus souvent en dehors des villes). On imagine alors que, malgré les changements objectifs qu’a subis sa situation sociale, l’individu peut résister à la rupture avec son ancien mode de vie, garder ses relations sociales, ses attitudes, ses coutumes, etc., bref, ne pas prendre conscience qu’il a pénétré dans un monde nouveau, qui le confronte à des réalités nouvelles, lui propose des solidarités nouvelles.

108Il existe toutefois, dans l’industrie textile notamment, dont les entreprises sont les plus anciennes, un noyau d’ouvriers qui connaissent la condition ouvrière depuis des dizaines d’années, qui ont vécu les dures luttes des années cinquante pour l’application du code du travail et le respect des libertés syndicales, et qui forment, si l’on peut dire, une avant-garde prolétarienne, expérimentée et aguerrie, mais minoritaire et relativement isolée dans la masse des ouvriers sans expérience.

109Cette réalité sociologique explique, pour une grande part, les contradictions et les insuffisances du syndicalisme.

110Depuis son congrès de 1968, la Confédération Générale des Syndicats des Travailleurs Syriens s’est fixé des objectifs qualitativement nouveaux par rapport à ceux qui étaient autrefois les siens : il ne s’agit plus seulement pour le syndicat de défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs, mais de participer à la construction de la nouvelle société, arabe et socialiste, en aidant à la formation, technique et politique, des ouvriers. En 1972, cette conception se précise à travers le mot d’ordre de « syndicalisme politique » qui est au centre des discussions des congrès de 1974 et 1978. Elle va dans le sens des orientations affirmées du pouvoir qui se présente comme étant au service des travailleurs et affirme vouloir construire le socialisme. Mais toute l’ambiguïté vient de la distance entre les mots et la réalité ; nous allons essayer de voir comment cela se traduit au niveau de la pratique syndicale.

111Les syndicats ont aujourd’hui une organisation très puissante, qui a bien changé depuis le mouvement de nationalisations et l’affirmation du socialisme par le régime. Dans le secteur public, l’adhésion est quasiment obligatoire et 99 % des effectifs sont syndiqués ; en règle générale, on ne demande pas son avis au nouveau travailleur qui est syndiqué d’office. Dans le secteur privé, bien sûr, ce n’est pas le cas, mais la dispersion et la petite taille des entreprises permettent difficilement d’avoir une idée de la proportion exacte des syndiqués ; il semble qu’elle tourne autour de 20 à 30 %, étant plus élevée dans les entreprises plus importantes et tombant le plus souvent à zéro dans les ateliers de moins de cinq ouvriers. Chaque entreprise de 50 salariés a son comité syndical ; les entreprises plus petites se regroupent pour constituer un comité pour 50 travailleurs ; le comité est élu par l’assemblée générale des syndiqués. Les élections ont lieu à l’occasion de chaque congrès confédéral, tous les deux ans jusqu’en 1974, tous les quatre ans depuis. Les élus des comités syndicaux d’entreprise élisent les comités de branche qui élisent les directions des fédérations d’industrie, etc. La façon dont se déroulent les élections reflète bien les rapports de l’organisation syndicale avec les ouvriers. Le plus souvent, une seule liste est présentée, constituée par les représentants dans l’entreprise des partis du Front officiellement au pouvoir, mais bien souvent par les seuls Ba‘thistes, les autres étant absents. Parfois des listes, ou plutôt des individus, arrivent à se présenter, militants de partis de gauche non membres du Front (communistes dissidents, nassériens...), Frères Musulmans, ou sans parti ; ils ne sont pas souvent élus ; mais il semble qu’à l’occasion des élections de l’automne 78, le fort mécontentement des couches populaires face à la dégradation de leurs conditions de vie se soit traduit par l’élection d’un nombre de candidats hostiles aux listes officielles nettement plus élevé que d’habitude.

112De façon générale, l’organisation syndicale apparaît plaquée plus ou moins artificiellement sur la vie de l’entreprise et susciter peu d’intérêt de la part des ouvriers, d’autant plus que les élus utilisent plus souvent leur position pour améliorer leur propre situation personnelle que pour représenter et défendre les intérêts et les opinions de leurs camarades ; ceci est d’autant plus vrai, semble-t-il, que l’entreprise est récente et les ouvriers peu acquis à l’idée qu’ils représentent un collectif solidaire et peuvent se faire entendre ; au contraire, c’est dans les entreprises les plus anciennes que l’on rencontre l’esprit de contestation le plus développé et que le syndicat a plus de comptes à rendre à sa base. En outre, le mot d’ordre de syndicalisme politique est facilement interprété comme impliquant la subordination de toute revendication matérielle à l’impératif supérieur d’augmenter la production, afin que les ouvriers apportent leur contribution à la lutte pour la libération et la construction du pays. Cette ambiguïté apparaît dans les publications syndicales et jusque dans les débats au congrès : c’était le cas au 18e Congrès en 1974 où se dégageait nettement l’affrontement de deux lignes ; la première présentant amélioration des conditions de vie et développement économique comme contradictoires, la seconde au contraire démontrant que l’un était complémentaire de l’autre. Autre débat lié au précédent : celui du degré de participation des organisations syndicales et des travailleurs aux instances de décision : s’agirait-il d’une simple participation consultative ou d’une participation à la prise de décision ? Il est à noter que si, dans les deux cas, la seconde position l’emportait au niveau des résolutions de congrès, dans la pratique elle restait lettre morte. De même, en ce qui concerne la nécessité de la revalorisation du travail manuel et l’égalisation des salaires et conditions de travail entre employés administratifs et travailleurs à la production (ces derniers ont systématiquement des horaires plus lourds et des salaires et des primes moins élevés, sans parler du caractère pénible des conditions de travail) : proclamées à longueur de colonnes et de discours depuis des années, elles n’ont jamais été réalisées. Une fois de plus, la contradiction est évidente entre les principes affirmés et la pratique réelle.

113Ainsi, la condition ouvrière a connu des transformations complexes et pour une part contradictoires depuis quinze ans. Une certaine amélioration de leurs conditions de travail et d’existence, les progrès de la législation apportant aux travailleurs de nouvelles garanties en matière de sécurité d’emploi et de conflits du travail, de retraites et d’assurances contre la maladie ou les accidents du travail, développent, semble-t-il, chez les travailleurs la conscience de leurs droits. Mais, d’un autre côté, les entraves au fonctionnement démocratique des syndicats et à la liberté d’expression, l’aggravation des conditions matérielles dues à l’augmentation du coût de la vie et à la baisse accélérée du pouvoir d’achat des salaires et à la crise du logement depuis quelques années, tout cela fait que les ouvriers (sauf les plus qualifiés d’entre eux) restent parmi les citoyens les plus défavorisés, ayant encore moins que d’autres le moyen de se faire représenter et de dire leur mot dans la vie politique. Il est vrai que leur arrivée récente au travail industriel, leur manque de formation et d’expérience ne les rend guère capables de saisir le sens des mutations en cours et encore moins de les contrôler ou d’en revendiquer le contrôle.

CONCLUSION

114Cette brève étude sur l’industrialisation en Syrie a voulu essayer d’en montrer les dimensions sociales et humaines qui en rendent la maîtrise si délicate et peuvent expliquer les difficultés rencontrées. En effet, si le processus de développement industriel tend à former une classe ouvrière de type moderne, avec constitution de grosses unités de production atteignant un degré relativement avancé de mécanisation et de rationalisation, il n’en demeure pas moins que, dans le contexte syrien (comme dans le Tiers-Monde en général), on constate un dynamisme des petites unités qui contraste avec les difficultés du secteur public et qui prouve la vanité d’une politique technocratique volontariste oubliant de tenir compte de l’état réel des forces productives : il me semble en effet qu’il faut établir un lien entre les différents problèmes posés ci-dessus, qui sont les faces diverses d’un même phénomène profond. Importance de la petite production, faiblesse de la qualification de la main-d’œuvre, grippages permanents de la machine administrative, gaspillages, difficultés de la planification, etc. ne sont-ils pas des effets de la jeunesse de l’industrie, donc de l’absence de tradition, aussi bien technique qu’humaine, du travail industriel, en même temps que du poids des mentalités traditionnelles ? Une meilleure formation des travailleurs, en même temps que les progrès de l’alphabétisation, ne faciliteraient-ils pas, en même temps qu’ils la rendraient plus urgente, une participation des travailleurs, rendus plus conscients de leur rôle dans la société, et de ce fait mieux à même de lutter pour le déblocage des goulots d’étranglement et l’amélioration de l’organisation de la production : mais parler en ces termes, c’est poser un problème en dernière instance politique.

115Encore une fois, le cas de la Syrie me semble prouver qu’en matière de développement, non seulement il n’est pas de problème purement technique, mais que les dimensions humaines y pèsent de tout leur poids, rendant singulièrement difficile la maîtrise des orientations et donnant un rôle décisif aux choix politiques.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Les faits et les chiffres cités dans ce chapitre sont tirés pour l’essentiel de l’Annuaire Statistique de la R.A.S. et des publications (en arabe) du Bureau Central de Statistiques, et de la revue mensuelle « Syrie et Monde Arabe », publiée à Damas par l’Office Arabe de Presse et de Documentation (OFA). On a aussi utilisé certaines informations tirées de la presse, et plus particulièrement des quotidiens al-Ba‘th et al-Thawra.

Pour l’historique de l’industrialisation jusqu’aux premières années de l’indépendance, l’ouvrage de référence est Adnan FARRA, L’Industrialisation en Syrie, Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales, Genève, 1950.

On peut aussi citer, pour la région de Damas : Souleimane BAGH, L’Industrie à Damas entre 1928 et 1959, Etude de géographie économique, Université de Damas, Damas, 1961.

Pour l’analyse de la situation de l’industrie dans les années 50, voir : Edmund ASFOUR, Syria : Development and monetary policy, Harvard University Press, Cambridge, Massachussetts, 1959.

The economic development of Syria, rapport de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement, 1955.

Enfin, bien qu’elle soit inédite, nous devons signaler la thèse de Mohammed al-HAMMADI, L’Industrialisation de la Syrie, Pôles et axes de développement, Université Paul Valéry, Montpellier, 1977 (2 vol., 696 p.), qui est une somme de tout ce qui pouvait être rassemblé comme documentation sur l’état de l’industrie dans les années 1970, mais aussi sur ses origines et le sens du développement actuel ; inutile de dire qu’elle a été maintes fois utilisée dans les pages qui précèdent.

Deux ouvrages, récemment publiés par le CERMOD, doivent également être mentionnés : Jean HANNOYER et Michel SEURAT, Etat et secteur public industriel en Syrie, Beyrouth, 1979.

Philippe FARGUES, Les champs migratoires internes en Syrie, Beyrouth1979.

Il reste l’aspect humain de l’industrialisation qui n’a pratiquement pas été traité, si ce n’est dans :

Rizkallah HILAN, Culture et développement en Syrie et dans les pays retardés, Paris, Anthropos, 1969 (particulièrement chap. VI et VII).

Enfin, une esquisse sur l’état de formation de la classe ouvrière a été présentée dans :

Elisabeth LONGUENESSE, « La classe ouvrière dans les pays arabes : la Syrie », in La Pensée, n° 197, février 1978.

Notes

1 Corruption dénoncée en termes à peine voilés dans la presse syrienne, surtout syndicale : [La Syrie connaît] « une atmosphère de corruption aggravée, créée par cette classe [commerçante et immobilière] et ceux qui sont derrière elle... », d’où la nécessité de « prendre des mesures efficaces pour limiter la croissance de la classe commerçante et immobilière et son influence corruptrice sur les organismes de l’Etat... » (La réforme entre les bonnes intentions et le programme de lutte, in Le combat socialiste des travailleurs, hebdomadaire central des syndicats syriens, 16/8/76, p. 3). Ou encore : « La corruption de l’administration est un héritage enraciné dans la structure de l’Etat des pays du Tiers-Monde... La lutte contre la corruption administrative par tous les moyens et la recherche de ses causes et de ses facteurs représente une revendication économique et sociale, d’où découle l’importance du contrôle populaire... car la corruption de l’administration conduit à son alliance avec le secteur privé, à la mise en échec de l’expérience [de planification] et au freinage du processus de développement de façon générale. » (N. Adilah, Remarques importantes à propos du 4e plan quinquennal, 1976-80, même journal, 21/1/76 p. 3).

2 En effet, les évaluations annuelles par sondage de la population active, par le Bureau Central de Statistiques, sont peu fiables du fait de la jeunesse des organismes statistiques en Syrie, et leurs résultats apparaissent souvent fantaisistes.

Notes de fin

1 Prévisionnel

2 Estimation.

3 Chiffre estimé.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Part de l’industrie (y compris industries extractives) dans le P.I.B., en prix constants 1963 (en millions de L.S.)
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU II. Structure de la production industrielle
Légende Source : B.C.S., Annuaire statistique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU III. Valeur des exportations et des importations en 1977 selon le type de produit (en millions de L.S.)
Légende Source : B.C.S.. Annuaire statistique 1975.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU IV. Evolution de la production du pétrole (en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre TABLEAU V. Quantité de pétrole raffiné en Syrie (en tonnes)
Légende Source : B.C.S., Etude sur le pétrole en Syrie (en arabe)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre TABLEAU VI. Quantité de pétrole exporté
Légende Source : B.C.S., op. cit.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU VII. Evolution de la part respective du coton et du pétrole dans les exportations syriennes (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU VIII. Evolution de la production d’électricité
Légende Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU IX. Evolution de la production de phosphates (en tonnes)
Légende Source : B.C.S., Ann. Stat.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre TABLEAU X. Consommation, production et importation de ciment (en milliers de tonnes)
Légende Source : al-Ba‘th, 13.VIII.78 et B.C.S., Ann. Stat.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU XI. Productions existant dans les deux secteurs public et privé, en 1976
Légende Sources : B.C.S., Ann. , Stat. 1977
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU XII. Distribution et indice de la formation brute du capital par secteur (en prix constants 1963)
Légende Note *2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU XIII. Importations et exportations selon le type de produit et par secteur, en 1977 (en milliers de tonnes et millions de L.S.)
Légende Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU XIV. Nombre d’établissements industriels et de salariés par branche dans chaque secteur
Légende Note *3
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU XV. Caractéristiques économiques du secteur public des industries de transformation en 1972
Légende Source : Ministère de l’Industrie, in M. Hammadi.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU XVI. Effectifs de l’enseignement professionnel industriel et de l’enseignement secondaire général
Légende Source : B.C.S., Ann. Stat. 1978.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/747/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Pensionnaire au Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain de Beyrouth.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable