Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

VIII – Le monde rural avant les réformes*

Jean Hannoyer

Texte intégral

I – PRÉSENTATION

  • * Le chapitre VIII et le chapitre IX forment les deux parties d’un ensemble : « Transformations du m (...)
  • 1 M. FEGHALI, Proverbes et dictons syro-Iibanais, Travaux et Mémoires de l’Institut d’Ethnologie, XX (...)

1Au début de ce siècle le bédouin, le citadin et l’Etat se disputent le contrôle de la campagne syrienne. Le paysan, principal producteur du pays, y vit dans des conditions misérables. Politiquement dominé, économiquement asservi, le fellah est également méprisé. Les dictons et proverbes syriens nous rappellent à quelle place il est relégué dans la société : « la mesquinerie est dans le labourage et l’avilissement parmi les vaches », tel est le verdict du bédouin. A ce jugement fera écho la trivialité du citadin : « nourrissez le paysan de lait pendant quarante ans, son ordure restera noire »1.

2L’histoire du monde rural en Syrie est placée sous le signe de cette dépendance qui le rend profondément tributaire des variations du politique et entrave la mise en valeur d’une terre pourtant située au cœur du « Croissant Fertile ».

1. La dépendance des campagnes

  • 2 S. AMIN, Le Développement Inégal, Editions de Minuit, 1973, p. 270.

3C’est d’abord par sa faiblesse que l’Etat a contribué à la stagnation du monde rural. Légalement maître de vastes superficies, l’Etat ottoman n’a pu assurer son contrôle sur les terres et il n’eut d’autre intérêt au monde rural que d’en tirer le maximum de profits pour alimenter les caisses de la Porte, fortement endettée au capital financier européen : «... A la fin du xixe siècle plus de 80 % des recettes budgétaires perçues dans les vilayets de Syrie et de Mésopotamie sont reversés à la Porte sous forme de tribut... »2. D’autre part, en laissant une assez large autonomie aux provinces de l’Empire, la domination ottomane avait favorisé le pouvoir de ces Pachas qui n’administraient guère que les centres urbains et dont l’intérêt pour les campagnes se limitait à la recherche du profit maximum.

  • 3 M. SABRY, L’empire Egyptien sous Mohamed Ali et la question d’Orient, Paris, Librairie Orientale P (...)
  • 4 Id., p. 357.

4Une exception notoire concerne cependant l’intervention d’Ibrahim Pacha en Syrie qui parvint à redonner vie à des campagnes en ruines, notamment dans les régions du Haurân, de Homs, de Hama et surtout d’Alep : fondation du Crédit Agricole, peuplement de villages, sédentarisation des nomades, plantations en grand nombre, assèchement de marais, destruction des sauterelles, ensemencement d’immenses terrains incultes etc..., autant de faits rapportés par M. Sabry, qui nous présente I. Pacha comme un véritable entrepreneur « qui combattit le désert qui gagnait progressivement la Syrie et fertilisa ces campagnes dépeuplées »3. Mais ce ne fut là qu’une expérience de courte durée et dont l’exception confirma la règle selon laquelle les Pachas « n’ont pas été les gouverneurs mais les destructeurs du pays »4.

5Au total, les campagnes « sont demeurées dans un véritable néant politique... passives, offertes et livrées au plus fort. (Weulersse, p. 81). Du mandat aux interventions actuelles du pouvoir, la défiance du monde rural par rapport à ce dernier caractérisera l’attitude des paysans à l’égard d’une autorité dans laquelle ils ne se reconnaissent pas.

6La domination bédouine s’est maintenue longtemps sous le double signe de conditions naturelles qui ouvraient largement le pays au désert et de la faiblesse de l’Etat qui ne put contenir les tribus nomadisant sur le territoire syrien. A la fin du xixe siècle, celles-ci règnent encore sur les steppes orientales, soumettant les campagnes sous leur contrôle à une stagnation qui dure depuis des siècles. Assurés de leur supériorité sur des populations sans défense, les bédouins font payer leur soumission aux paysans sous la forme d’un tribut dit de fraternité, la khûwa. Malgré son nom, ce contrat oral, qui dépossède les paysans d’une partie de leur récolte, est bien l’institutionalisation d’un rapport de force, la reconnaissance de la supériorité bédouine et sa légitimation.

7Mais tous les bédouins n’étaient pas de violents prédateurs, et une certaine osmose s’établit souvent avec les paysans autour d’activités complémentaires ; la part des influences réciproques est alors difficile à établir.

  • 5 Lit. = lieu bâti. Région de contact entre nomades et sédentaires à l’Est de Homs et Hama.

8A la suite du déplacement des grands axes du commerce régional, le processus de sédentarisation des nomades (depuis longtemps entamé pour les plus faibles d’entre eux) fut accéléré. Il conduisit à la « bédouinisation » de certaines parties de la campagne syrienne et affecta profondément la vie rurale : outre les paysages et les modes de vie, c’est la relation même à la terre qui reste longtemps héritière des traditions nomades. En Djézireh, sur les rives de l’Euphrate et de ses affluents, dans la ma‘mûra5 et les régions d’oasis, depuis plus longtemps dans le Haurân, le double processus de sédentarisation et de bédouinisation rend la vie agricole toujours fragile, toujours susceptible de reculer face au désert.

  • 6 Op. cit.. p. 271.

9La sédentarisation des nomades en Syrie fut comme la revanche des campagnes sur ces maîtres d’hier. Mais libéré de la « menace » bédouine, le fellâh n’en reste pas moins dominé par la ville. Le rôle commerçant des villes syriennes avait commencé de s’estomper avec l’ouverture des routes de l’Atlantique et du Cap, et leur activité artisanale subit au xixe siècle la concurrence des produits européens. Autour de Damas, Hama et Alep, la vie paysanne s’était maintenue, mais sa contribution n’était pas l’essentiel de la prospérité des villes. La précarité de la vie agricole y était l’héritage de longs siècles de décadence (à la veille de la première guerre mondiale, nous dit S. Amin6, on évaluait la population syrienne à un million et demi d’habitants alors qu’elle aurait été de cinq millions d’âmes aux grandes époques de l’antiquité et du califat ‘abbasside). La ville se tourne alors vers les campagnes. L’usage de la monnaie et la pratique de l’usure permettent aux citadins l’appropriation de larges espaces qui assurent aux classes dirigeantes urbaines la base matérielle d’un pouvoir que le commerce ne leur fournit plus. La violence directe n’est d’ailleurs pas absente de ces rapports, et des fractions entières de villages peuvent être expulsées par suite de leur insoumission au maître citadin.

10Le souci de mise en valeur des terres de culture n’apparaît que plus tard, quand les perspectives d’un profit rapide amènent les citadins à investir à la campagne (aménagements hydrauliques et mécanisation de l’agriculture). Mais le monde paysan reste longtemps à l’écart de ces progrès.

2. La diversité régionale

11A la différence d’un pays comme l’Egypte, tout entier dominé par la civilisation nilotique, la Syrie rurale n’est pas réductible à un type particulier de paysage. C’est ici le règne de la diversité. Les conditions climatiques et en particulier le régime des pluies, mais aussi les conditions historiques qui ont présidé au peuplement des régions, et enfin la nature des rapports sociaux et politiques qui s’y sont développés, tout a contribué à l’éclatement de la société rurale syrienne.

Les régions de marge

12De l’extrême Nord-Est syrien au Sud du pays, entre le désert et les plaines traditionnellement contrôlées par d’importants centres urbains, se succèdent des régions dont le trait commun est la colonisation ou recolonisation agricole récente. C’est une zone de contact, où de la capacité de contrôle du gouvernement dépendait l’avancée ou le recul des cultures sédentaires. La culture sèche est très aléatoire à cause de l’irrégularité des chutes de pluie de cette zone semi-aride. C’est là pourtant que les développements agricoles sont les plus riches de potentialités et que l’irrigation peut rendre à la culture de vastes superficies, mais c’est là également que la tradition paysanne est la moins assurée.

13La Djézireh est un pays de passage par excellence et ce n’est que récemment qu’elle retrouva sa vocation antique de riche pays agricole. En effet, elle redevint zone de colonisation après que se fut accélérée la sédentarisation des tribus kurdes et bédouines (surtout entre 1920 et 1950 en Haute-Djézireh). Du point de vue agricole les résultats furent impressionnants. Avec la conjoncture économique favorable des années cinquante, les entrepreneurs citadins (surtout alépins) investirent leurs capitaux dans de grandes propriétés qu’ils louèrent ou achetèrent aux chefs de tribu souvent « repliés » dans les villes. La petite propriété y était rare (5 % de moins de 10 hectares en 1950), confinée aux abords des petites villes (Qâmichlî, Hassaké).

  • 7 Ghazou = opération de pillage menée principalement pour le vol de bétail. A donné razzia en frança (...)
  • 8 Nasba = appareil élévatoire pour l’eau d’irrigation composé d’un bâti de bois, d’une poulie et d’u (...)

14Au long de l’Euphrate, une bande presque continue de culture irriguée s’est reconstituée là aussi, à mesure que les conditions de sécurité le permettaient. Alors que l’élevage et le ghazou7 restaient les activités économiques dominantes aux abords de la vallée, l’agriculture reprit lentement ses droits et, de la nasba8 à la pompe à moteur, les étapes de la colonisation furent marquées par l’évolution de ces moyens d’irrigation qui amenèrent progressivement le recul de l’élevage et le contrôle de l’économie agricole par les citadins. Tout au long du fleuve, l’origine tribale des chawâya (pluriel de châwî, nom donné aux paysans semi-sédentaires de la vallée) continua d’être sensible dans la vie rurale qui s’y développait. La terre, d’abord répartie collectivement entre les fractions de tribus affaiblies et contraintes à la sédentarisation, fit l’objet d’une appropriation individuelle et les formes collectives de propriété reculèrent avec les progrès de l’irrigation et la mise en valeur des parties de la vallée jusque là réservées à l’élevage. Les cultures traditionnelles (blé, orge) cédèrent bientôt de larges surfaces au coton, comme en Djézireh.

  • 9 A. de BOUCHEMAN, Une petite cité caravanière : Sukhné. Documents d’Etudes Orientales, Damas, 1939.

15La Palmyrène compte également parmi ces zones de marge qui connurent des transformations importantes. Longue suite d’oasis, dont Palmyre est la plus célèbre, elles servirent longtemps de point d’étape aux bédouins qui les maintenaient dans des conditions misérables. La vie paysanne y était d’une grande précarité. Une étude d’A. de Boucheman9 nous décrit l’une d’elles, Sukhné, « petite cité caravanière », qui doit son nom à la nappe d’eaux chaudes sur laquelle elle est bâtie. « Les habitants y vivaient plus du désert que de l’oasis », pris entre les deux tendances du nomadisme et de la vie sédentaire qui les sollicitaient en sens contraire. L’agriculture s’y limitait à quelques céréales et à de rares arbres fruitiers ; les eaux d’irrigation faisaient l’objet de sourdes luttes entre les chefs locaux. L’eau n’était pas liée à la terre irriguée, elle appartenait à celui qui la découvrait et pouvait l’exploiter. C’est de la stabilisation des droits d’eau, plus que de la répartition de la terre, que naquit peu à peu l’attachement aux champs de culture.

16C’est dans le commerce que les habitants trouvaient l’essentiel de leurs ressources. Mais progressivement les maisons furent bâties auprès des sources et les bédouins vinrent s’accrocher aux flancs du village. « A la sédentarisation des nomades correspondra une certaine nomadisation des sédentaires et les deux mouvements concourront à une mise en valeur moins extensive et de plus en plus éloignée des coutumes du désert » (J. Weulersse, p. 310).

17Dans ces régions de marge, rares sont les sites qui auraient permis aux villages de se protéger et aucune défense physique ne fut élevée. Ils gardèrent longtemps l’aspect du camp bédouin, ouverts aux vents dont ne les protégeait aucun arbre. La tente par sa mobilité ou la hutte dans sa fragilité restèrent les signes de l’instabilité de la vie paysanne, jusqu’à ce que la maison de terre s’impose, à mesure des développements de la vie agricole.

Les régions de tradition paysanne : plaines et ghoutas

18Entre les régions semi-désertiques et les refuges montagnards s’étend la « plaine utile » de Syrie où le régime des pluies est favorable à une agriculture extensive (dans la plaine centrale la pluviométrie est en moyenne de 350 à 400 mm), et où l’irrigation est parfois possible. L’héritage paysan y est ancien, comme sont anciennes les villes qui dominent ces campagnes. Ancienneté ne signifie pas richesse et la misère de certaines campagnes n’avait d’égale que la fortune de leurs maîtres citadins. Hama est le meilleur exemple de cette exploitation profonde du monde paysan ; on ne s’étonne pas de trouver là un foyer de luttes politiques et la ville natale de nombreux leaders, qui appuyèrent leur mouvement sur le mécontentement paysan face aux seigneurs de la terre.

19La continuité du monde paysan n’est cependant pas acquise tout au long de la plaine. Si la permanence et la relative homogénéité du peuplement de la ghouta de Damas sont attestées par exemple, on constate qu’à l’Est d’Alep, de Hama et de Homs, avec la plus grande irrégularité des cultures, la steppe s’est ouverte à l’influence bédouine. L’économie mixte paysanne-bédouine y a longtemps régné. Salamiyyé n’est déjà plus du domaine de la plaine mais de celui de la ma‘mûra. On y rencontrait les pasteurs moutonniers pris dans la mouvance des villes proches, qui passaient contrat avec les paysans dont ils adoptèrent la vie sédentaire.

  1. La plaine d’Alep est un riche pays agricole. L’agencement des cultures (assolements longs avec faible recours à la jachère) et les méthodes paysannes témoignent déjà de la maîtrise avancée des paysans en régime de culture sèche. La petite et moyenne propriété indépendantes, à l’Ouest (où la mécanisation des cultures d’hiver était générale à la fin des années cinquante), contrastent avec les régions de grande propriété, à l’Est (où les cultures d’été sont rares).
  2. Plus au sud, la plaine de Hama et de Homs est une bande cultivée moins large qu’aux environs d’Alep, mais où le cours de l’Oronte a permis une culture irriguée intensive, à côté de l’économie céréalière traditionnelle. Nous sommes ici au cœur du pays, et l’on y retrouve nombre des aspects de la vie rurale qui affectèrent, à des degrés divers, les autres régions syriennes : zone de tradition paysanne où le travail du fellah a permis de subvenir aux besoins des villes voisines ; zone de nomadisme également sur son flanc oriental ; zone de migration aussi puisque c’est de Homs que partirent à la fin du viie siècle les Maronites qui allaient s’établir dans la montagne libanaise, que c’est à Salamiyyé que s’établit, au milieu du xixe siècle, une importante colonie ismaïlienne, et que c’est depuis Hama que fut dirigée la main-d’œuvre alaouite qui colonisa les steppes à l’Est de Homs et de Hama et au Sud d’Alep. Cité par excellence de l’aristocratie foncière, Hama mesurait son pouvoir au nombre de villages qu’elle contrôlait : « les quatre grandes familles qui la dominent possédaient, à elles seules, plus de cent villages en totalité rien que dans le Caza », nous dit J. Weulersse, à l’époque du Mandat (Weulersse, pp. 254-255). Symbole de sa puissance, on y voit aujourd’hui encore ses norias qui l’ont rendue célèbre. La richesse des jardins de l’Oronte qu’elles ont permis d’irriguer contraste avec l’austérité des plateaux qui les bordent.
  3. La fertilité des plaines du Haurân, à l’extrême Sud du pays, en avait fait le grenier à grain de la Syrie à l’époque romaine. N’était la nécessité pour Damas de s’y approvisionner en grain, le plateau basaltique n’aurait guère connu la stabilité relative de son peuplement. Porte de l’Arabie, « économiquement asservi à la ville, le Haurân l’est en esprit au désert » (Weulersse, p. 259). Dans ce terroir de monoculture presque exclusive, l’agriculture mécanisée ne se développa que très tard. Nombre de paysans étaient contraints à l’émigration pendant les années de sécheresse. La région fournit encore aujourd’hui au Liban une main-d’œuvre bon marché qui retourne au pays au moment des moissons.
  4. Le monde des ghouta10 est complexe et varié : il relève à la fois d’une économie d’oasis, d’une histoire paysanne ancienne et il eut parfois fonction de refuge. Dans les zones austères où elles se sont nichées, c’est d’abord à l’eau qu’elles durent leur existence. La communauté rurale a développé une organisation collective minutieuse pour en exploiter les eaux rares et irrégulières. La culture sèche n’est pas absente et elle y est parfois un complément indispensable bien qu’aléatoire. De même l’élevage est souvent pratiqué et le bédouin y devient parfois un associé. Des particularismes communautaires ont pu s’y maintenir longtemps (nombreux villages chrétiens, usage de la langue araméenne à Ma‘lûlâ par exemple) ; mais l’isolement que favorisait l’abri du relief (Anti-Liban, plateaux du Qalamûn) et l’exiguïté des exploitations (à Deïr‘Atiyé les plus grandes parcelles ont un hectare) ont contraint les paysans à des reconversions (beaucoup d’artisanat) ou à l’émigration, quand la pression démographique devint trop forte et quand les lois du marché s’imposèrent à l’économie locale.
  5. La plaine de Lattaquié et Tartous appartient à ce monde de tradition paysanne, malgré ses particularismes dus à son ouverture sur la mer. C’est une région de petites et moyennes propriétés, contrôlées par les petites villes de la côte. Dans ce sahel bien arrosé, la diversité des cultures est de règle : céréales, légumes d’hiver et d’été, cultures industrielles (3/4 du tabac syrien y étaient produits en 1953) et plantations s’y côtoient ou s’y succèdent, sans que le recours à l’irrigation ne soit nécessaire.

20A l’exception de cette dernière région, l’habitat groupé est de règle dans les plaines syriennes. Le regroupement serré des maisons y aura été le meilleur principe de défense élevé par le groupe pour sa protection ; il nous rappelle aussi que l’autorité a longtemps traité avec le village comme un tout (impôts, conscription) et non pas avec les paysans. Rares sont les maisons qui se détachent de l’ensemble, comme pour marquer l’égale condition des habitants. L’absence d’artisanat, la précarité des moyens de production et jusqu’aux rapports entre villageois (à la différence de la région de l’Euphrate par exemple, la cour ouverte à une jeune fille n’y était pas tolérée) placent ces villages, qui se succèdent en taches compactes dans la plaine, sous le signe de l’austérité. La terre semble y vivre plus que l’homme qui la cultive. Est-ce l’influence de la ville qui s’y affirme parfois par la présence de mosquées dont les minarets brisent l’uniformité de la masse villageoise ?

  • 11 R. THOUMIN, « La maison syrienne dans la plaine hauranaise, le bassin du Barada et sur les plateau (...)

21C’est sans doute dans le Haurân que la sévérité du milieu est la plus marquante : pays de lave, « les constructions massives et noirâtres se groupent en gros villages à l’apparence de forteresses » ; « le cadre n’en est pas moins désolé. Dès que l’on a rentré la moisson, toute trace végétale disparaît... La verdure qui, dans la Syrie intérieure, avoisine les points d’eau, n’existe même pas dans le Haurân »11.

Les zones refuges

22La population des montagnes syriennes fut avant tout composée de minorités qui tentèrent d’y préserver leurs particularismes religieux. Les villages du Djebel Alaouite et du Djebel Druze ont ce trait commun d’avoir offert à leurs habitants le refuge d’un relief parfois très austère, et qui ne permit souvent qu’une vie difficile. Cet isolement, hier facteur de protection et de survie, devint cependant la cause même d’un développement incertain ; la descente des montagnes s’effectua alors vers les plaines, les villes voisines ou des pays plus lointains.

23Le Djebel Alaouite est sans doute la moins favorisée de ces zones refuges. Les conditions de vie y restèrent très précaires ; luttes intestines et brigandage n’y favorisèrent guère de ces aménagements importants qui auraient permis de tirer tout le parti d’une terre déjà ingrate. A la dispersion des champs de culture entre garrigue et maquis correspond un peuplement également dispersé. La grande propriété est pratiquement inexistante. Sur les petites parcelles cultivées, blé et orge ne donnent que de faibles rendements qu’aucun travail d’irrigation ne vient améliorer.

24La fonction de refuge de la montagne ne dura pas et la pression démographique y fut particulièrement sensible, renforcée par la pénétration économique des commerçants de Lattaquié, qui s’approprièrent les profits que la culture de la vigne et surtout du tabac permettaient d’espérer aux paysans du Djebel, quand le Mandat décida d’en intensifier l’exploitation.

25Le Djebel Druze était plus riche de potentialités agricoles. En plus du blé et de l’orge traditionnels, on y cultivait aussi des lentilles, du tabac et du coton, et les paysans y élevaient moutons et chèvres, en association avec les bédouins voisins. La vie de la montagne n’en fut pas moins dominée par des problèmes d’intégration d’une population qui vint y chercher asile.

26Difficilement gagnée à la montagne, la terre de culture fut également âprement disputée aux chefs druzes. Les soulèvements paysans de la fin du siècle dernier révèlèrent la violence de l’oppression exercée par ceux-là. Dans ce lieu de refuge contre le pouvoir ottoman, celui-ci ne commença à imposer son autorité qu’en 1878. Là encore, le rôle de refuge deviendra un handicap : les difficultés d’écoulement des produits sur le marché, l’absence de tout travail d’adduction d’eau, le morcellement excessif des terres poussèrent les habitants à émigrer.

3. La société villageoise traditionnelle

27Les formes d’organisation de la société villageoise sont fonction du « jeu » et de l’importance relative, selon les époques et les régions syriennes, des rapports de parenté et des rapports issus de l’organisation de la production agricole. Mais la société villageoise est à son tour plus ou moins tributaire de l’organisation économique et politique de la société globale. La Syrie a connu longtemps un mode de développement dépendant, qui a favorisé l’émergence de pouvoirs locaux ou régionaux autour d’un marché essentiellement contrôlé par la ville. La dépendance et le cloisonnement du monde rural évoqués plus haut seront donc également des facteurs importants de la compréhension de la société villageoise.

Les liens du sang

28Ce n’est pas céder à un traditionalisme exagéré que de relever l’importance des liens du sang : évoqué sous le terme global de ‘achâ’iriyyé (tribalisme), le fait est aujourd’hui encore dénoncé comme un facteur essentiel de retard des campagnes vers le progrès social. Dans le travail de la terre, les occasions de conflit sont d’autant plus nombreuses que l’accès aux ressources est difficile : les tours d’eau, la répartition des semences, les limites des champs de culture, l’accès du bétail aux pâtures etc... sont autant de prétextes à faire jouer les solidarités familiales. Mais, alors que les conséquences de ces conflits, qui peuvent mener à l’éclatement du groupe, n’étaient pas trop coûteuses sur le plan de l’économie nomade, il en va autrement dans une économie sédentaire : aujourd’hui encore, dans toute la Syrie, on trouve des groupes entiers de maisons abandonnées à la suite d’un meurtre commis dans le village. La loi du sang, appliquée stricto sensu, quand elle n’entraîne pas la revanche pure et simple (mais alors c’est le village entier qui se vide), implique l’expulsion du coupable dont sont solidaires les proches parents. Le village est ainsi menacé par le principe même qui fonde son existence. Le rôle des liens du sang est également sensible dans l’organisation traditionnelle de l’espace villageois. Il est rare en Syrie qu’il soit ordonné autour d’un centre qui serait l’équivalent de « la place du village » en Occident par exemple. L’ensemble donne souvent une impression de désordre, sans plan apparent qui permette de poser un repère dans l’agencement des maisons. Il y a en fait autant de centres que de familles pouvant prétendre à en constituer un. Le village est formé d’un agrégat de quartiers, dans le cas d’un habitat groupé, ou d’un ensemble de hameaux quand l’habitat est « dispersé », chacun portant le nom de la famille fondatrice qui y règne.

  • 12 Mukhtâr. litt, « choisi ». Autorité administrative du village.

29La société villageoise est avant tout constituée de l’ensemble de ces familles réunies par leur descendance d’un ancêtre commun, réel ou mythique. Avec le développement d’intérêts d’ordre économique ou politique, nombre de relations ou d’alliances peuvent se créer hors des réseaux de parenté, impliquant des relations extérieures au groupe traditionnel et la constitution de clientèles. Le principe se maintient pourtant qui fait que le village est toujours susceptible d’éclater et de se diviser, selon le système de segmentation résumé dans le dicton « moi contre mon frère, mon frère et moi contre mon cousin... ». Les alliances extérieures, stratégiquement recherchées par les paysans comme étant le moyen d’éviter les graves conséquences d’un conflit local, aboutissent au même résultat. La segmentation s’exprime, comme il est fréquent en Syrie, par la division du village en deux groupes rivaux, en deux moitiés, concrétisées sur le terrain par l’existence de deux mosquées, de deux mukhtâr12, de deux écoles, de deux noms même pour un seul village (par exemple al-gharbî et al-charqî, « l’occidental » et « l’oriental »).

Le pouvoir traditionnel

30Homogène dans sa composition, le village traditionnel est donc également le théâtre de conflits plus ou moins ouverts, plus ou moins violents, qui en menacent l’équilibre interne. Signes et sources d’inégalités, des privilèges se dessinent, fondés sur la tradition (force, courage, honneur, générosité, etc.), mais qui se transforment en un pouvoir auquel la force économique et politique apporte une légitimation de plus en plus exclusive. A la grandeur de la lignée et du nom, source de richesse mais aussi d’obligations qui préviennent l’accumulation excessive, se substitue la force acquise par le contrôle du bétail, de la terre ou de l’eau, lorsque ceux-ci deviennent des instruments de domination légitimés par les nouvelles formes d’organisation économique de la société syrienne. Ainsi s’affirment les notables ruraux, chefs tribaux ou leaders de factions, sous l’autorité desquels le village est placé. « Produits » par le groupe dans la mesure où ils sont généralement choisis et reconnus par lui, ils s’en font les défenseurs pour régler les litiges avec les villages voisins ou pour assurer l’indépendance de la communauté face aux pressions extérieures. Mais ils servent également de relais commodes aux pouvoirs qui veulent s’assurer le contrôle du village. C’est à ces « chaïkhs » que l’on fait référence dans la presse paysanne en Syrie, où ils sont assimilés aux iqtâ‘iyyîn (« féodaux »), et dénoncés, au même titre que les grands propriétaires établis en ville, comme des accapareurs qui, « sortis par la porte au moment de la réforme agraire, rentrent maintenant par la fenêtre ».

  • 13 I. ANTAKI, « Deir-Atieh, essai d’ethnologie rurale », Cahier n° 5 du Journal d’Agriculture Tropica (...)
  • 14 S. KHALAF, Tribal politics and leadership in the Raqqa region of Syria, Thèse (Masters) de l’Unive (...)

31En fait, le pouvoir du chaïkh ou du mukhtâr est fragile et dangereux et donc susceptible de manipulations diverses. Qu’il se place comme défenseur du groupe et soutienne les intérêts du village, il sera facilement évincé avec le renforcement du pouvoir d’Etat ; un mukhtâr sera choisi parmi les notables rivaux pour représenter l’autorité du village à l’extérieur. Que le chef traditionnel choisisse de « jouer le jeu » du pouvoir, c’est du village que viendra la mise en cause de ses privilèges. A Deïr’Atiyé, sur les plateaux du Qalamûn, I.. Antâki nous rapporte que « jusqu’à l’époque du Mandat les grandes familles qui se passaient la fonction de mukhtâr ne permettaient à personne de descendre à Damas pour s’y inscrire comme candidat à la chefferie : il était aussitôt tué... ce privilège fut arraché aux Hassouané par la famille des Da’ass qui descendit à Damas de nuit et arracha le siège. Le gouvernement était inexistant, ajoute-t-elle, la loi était celle des grands »13. Dans la région de Raqqa, le village de Hâwi al-Hawa n’a pas l’ancienneté de Deïr’Atiyé et il est beaucoup plus éloigné de la ville de Damas. Il fut fondé en 1950 par les chefs Fed’an (tribu faisant partie de la grande confédération ‘Anaza) et ceux-ci y dominaient sur la base de la loi tribale et de la richesse foncière. A la suite de longues et violentes rivalités avec les autorités, le pouvoir du chaïkh fut remis en cause : « les forces d’Etat sont entrées dans sa maison pour y rechercher les fugitifs... »14, affront aux attributs significatifs du chef, sa maison étant le lieu de l’hospitalité et de l’asile. Une fois éliminée la justification de ses privilèges, les conflits internes se multiplièrent. Cela se révéla comme dans beaucoup de villages par la multiplication des madâfât, espace réservé dans la maison des grands à l’hospitalité et qui sert en même temps de centre à la vie politique locale.

La terre

32La terre a rarement représenté pour le village une sécurité suffisante à sa survie. Le paysan syrien est peu attaché à celle-ci car elle ne lui a jamais permis d’accumuler suffisamment pour y développer un certain bien-être. L’instabilité des récoltes (dans la majeure partie du pays qui n’était pas irriguée au début du siècle) a limité les possibilités de faire-valoir direct et accentué la dépendance du paysan.

33La tradition communautaire du monde paysan peut être interprétée comme une manifestation de résistance de la société villageoise dans ces régions de plaine où domine la culture céréalière sèche et où s’est développé un système d’exploitation caractéristique : le système muchâ‘. Celui-ci soumet les paysans aux mêmes contraintes face à l’instabilité des récoltes et aux différentes qualités de terres. Le principe en est la redistribution périodique et collective des terres du village sur la base de parts sociales attribuées à chaque famille, tous les deux ou trois ans, selon que l’assolement est biennal ou triennal. L’exploitation y est donc individuelle (ou domestique), mais la terre est considérée comme un bien collectif. La rotation régulière des parcelles répond au souci égalitaire de la société villageoise, qui tente ainsi d’assurer sa subsistance. Les causes de la destructuration du système sont nombreuses : diminution des parts sociales quand la pression démographique augmente, appropriation des terres par des personnes extérieures à qui sont demandés protection et financement, privatisation interne et blocage de la rotation par certaines familles qui privent ainsi les autres de leur part, etc. Cet ensemble de phénomènes favorisa la formation de grandes propriétés (on a vu que des villages entiers étaient possédés par des citadins) et conduisit au rapport d’exploitation dominant en Syrie : le métayage. La terre n’est plus alors pour le village que le support d’une production de biens destinés au propriétaire qui n’y intervient que pour prélever la rente. Le système productif primitif que la tenure muchâ’ imposait n’est pas modifié. Le principal souci du propriétaire est de maintenir, de stabiliser les métayers sur la terre du village. Il s’assure de leur dépendance économique (par le crédit, la retenue d’arriérés sur les paiements, le prêt à intérêt) et de leur contrôle direct en installant au village ce personnage important qu’est le wakîl (régisseur), intermédiaire qui peut n’être qu’un salarié mais aussi un associé intéressé aux transactions et qui pourra devenir à son tour un grand propriétaire.

L’eau

34Dans les zones irriguées, une certaine aisance a favorisé l’attachement du paysan à son exploitation, sur laquelle il a pu développer plus d’initiative et, même quand il n’était pas propriétaire, son travail y était mieux rémunéré.

  • 15 A. LATRON, La vie rurale en Syrie et au Liban, Institut Français de Damas, 1936.
  • 16 I. ANTAKI, op. cit., p. 36.

35L’irrigation en Syrie est d’abord le résultat d’initiatives individuelles devant l’absence d’un pouvoir organisé, qui aurait pu prendre en charge l’aménagement de projets correspondant à la relative richesse en eau du pays. Les moyens mis en œuvre sont donc modestes, mais l’existence de coutumiers très complexes atteste de leur ancienneté. Des « communautés hydrauliques d’irrigation »15 se sont développées autour des sources et dans les ghoutas où une discipline collective est indispensable à la permanence du groupe. A Deïr’Atiyé chaque exploitant dispose d’un droit d’eau dont la propriété se calcule en heures. Chaque ayant droit se voit attribuer sa part, sous le contrôle d’un maître d’eau, le chaïkh ‘addân (le ‘addân étant l’unité horaire correspondant à 12 heures) qui est l’élu des propriétaires d’eau. Autre personnage associé à l’irrigation, le Châwî est chargé du contrôle des canaux. Le dicton qui fait dire d’un grand menteur « plus menteur qu’un chaïkh ‘addân », ou la remarque que « pas un chaïkh ‘addân n’a pris cette charge pauvre et nu sans devenir à la fin de sa vie un grand propriétaire »16 nous renseigne bien sur les rivalités qui menacent l’équilibre de la communauté. De plus, quand il devient possible de vendre ou d’acheter des parts d’eau et quand l’argent est nécessaire à l’entretien ou à l’extension des réseaux, la communauté hydraulique dépend vite des citadins qui sont les seuls à disposer du capital financier suffisant. Là où l’eau est en quantité suffisante (Oronte, Euphrate), ou quand les exploitations disposent de puits particuliers, les formes de coopération se relâchent, et c’est sur les moyens d’élévation de l’eau que va se jouer la recherche du profit et le contrôle de l’économie du village. Quand celui-ci peut produire ses propres techniques d’élévation, il s’assure d’une certaine indépendance ; mais celle-ci lui échappe vite avec l’extension des surfaces irriguées et l’installation d’appareils coûteux. On trouve alors également le passage de la petite propriété traditionnelle des zones irriguées, où la société villageoise réalise en commun les travaux d’aménagement collectif, à la grande propriété sur laquelle les exploitants sont maintenus en métayage.

L’élevage

36Aux activités proprement agricoles qui ont diversement affecté l’organisation de la société villageoise, il faut ajouter l’élevage qui, dans certaines régions, a constitué la base d’une société particulière, plus ou moins stable, plus ou moins autonome économiquement et politiquement. Il s’agit des régions de marge, où l’élevage ovin a dominé longtemps l’économie paysanne et l’a placée sous le signe de la mobilité. Au contact de la société bédouine dont sont originaires beaucoup de paysans, le groupe est toujours attiré vers un retour au mode de vie nomade. Des déplacements d’amplitude variable par rapport au lieu de culture marquent toutes les nuances de cette hésitation entre le mode de vie sédentaire et celui des grands nomades. La liberté des grands espaces est bien relative certes, et un grand froid, une épidémie, une sécheresse excessive peuvent décimer des troupeaux entiers. Mais le groupe retrouve dans le désert ses valeurs traditionnelles, le code de l’honneur et de l’hospitalité, l’inspiration politique et poétique ; le troupeau lui assure également les ressources alimentaires et matérielles qui lui donnent son indépendance économique. Mais peut-on encore parler de société villageoise ? Il s’agit plutôt d’une fraction de la vie villageoise qui résiste encore à l’asservissement du travail agricole, ou, à l’inverse, de « débris » de tribus affaiblies qui ne survivent qu’en passant contrat avec un village ou des citadins. Dans les deux cas, élevage et agriculture sont complémentaires et des formes d’organisation se développent au niveau du village pour la répartition des tâches, soit que quelques familles se chargent de la transhumance de l’ensemble des animaux du village, soit que des éleveurs passent contrat avec de gros propriétaires villageois ou citadins, dont ils deviennent en fait les simples bergers.

37Là encore, la rentabilisation de l’élevage sur le marché entraîne une spécialisation plus grande, la production passant de plus en plus aux mains des détenteurs de capitaux. Dans les régions de marge, les progrès de l’irrigation font progressivement reculer l’élevage, qui devient une spéculation parmi d’autres, avec tous les changements dans le mode de vie que cela implique dans la société locale.

38Au total, la société villageoise au début du siècle apparaît comme une société bloquée, malgré les transformations qui affectent peu à peu le monde rural.

39Sur le plan matériel, c’est une grande précarité des conditions de vie et de travail qui domine. Les techniques sont réduites au minimum. L’araire reste l’instrument unique du labour, les semailles se font à la main et la moisson à la faucille. L’emploi des fumures est rare et les difficultés sont grandes à trouver le combustible nécessaire au chauffage et à la cuisson des aliments. Dans les régions de plaine, la nourriture est à base de céréales cuites en galettes ou en semoules, auxquelles est joint un corps gras dérivé du lait de brebis. Dans les zones plus riches quelques légumes sont consommés.

40En général le paysan ne dispose d’aucun numéraire : il n’est pas jusqu’à ses vêtements qui ne lui soient parfois avancés contre une partie de son travail. Il vit au jour le jour. L’initiative qu’il garde sur son exploitation ne lui est d’aucun secours, car il ne dispose d’aucune possibilité matérielle d’en modifier la production. Sa ténacité est tout entière déployée à assurer sa survie. Les petits propriétaires qui parviennent à utiliser le marché pour leurs spéculations, aux abords des villes, ne sont guère en meilleure position. Les commerçants et les courtiers se font les interprètes indispensables et coûteux des lois du marché et des termes de la ville.

II. – LA TERRE ET LES PAYSANS SOUS LE MANDAT

1. L’héritage juridique ottoman

41En 1860, débute l’enregistrement des propriétés sur les registres de l’Etat ottoman (le defterkhâné) et, à partir de 1861, l’exploitant d’une terre mîrî (propriété de l’Etat mais sur laquelle est laissé le droit de jouissance, tasarruf) a la possibilité de se faire délivrer un acte de possession (sanad tapu). Les commissions chargées de l’enregistrement des terres dans les villages furent l’occasion, pour les chaïkhs, mukhtâr, chefs de tribu et notables citadins, d’user de leur influence ou de la force devant des paysans qui ne pouvaient s’appuyer sur aucun pouvoir pour prouver le droit d’usage que la tradition leur avait accordé. Surtout, et c’est un phénomène bien connu dans tout le Moyen-Orient, les paysans enregistraient souvent leurs terres au nom de ces notables et chefs locaux, pensant ainsi éviter la conscription ou l’impôt dont ils voyaient la menace derrière ces nouvelles mesures administratives.

42La faiblesse des finances et de l’exécutif ottoman détourne une législation destinée à assurer le contrôle direct de l’Etat sur les paysans. L’influence des grands propriétaires s’accroît d’autant plus que la terre devient objet d’achat et de vente et que l’ambiguïté de la législation sur les terres mîrî leur permet de privatiser des terres dont la propriété revient « de jure » à l’Etat. En 1913, l’Etat turc tente de procéder à un enregistrement systématique des terres, mais la guerre qui survient y met un coup d’arrêt.

43L’action du Mandat ne modifiera pas la tendance qui s’impose alors d’une domination croissante des grands propriétaires sur les campagnes syriennes.

2. Les modes d’exploitation

44Le mode d’exploitation dominant pendant la période du Mandat reste le muzâra‘a, le métayage (terme impropre qu’il faut prendre ici dans son acception la plus simple, comme une « association » entre une partie qui apporte un fonds de terre et une autre son travail, les produits du fonds étant partagés entre les associés ; le métayage proprement dit supposerait en effet un contrat défini dans le temps et dans lequel le bailleur dirige l’exploitation, ce qui n’était pas le cas en Syrie, à de rares exceptions près).

45Le travail se fait sur de petites exploitations qui composent les grandes propriétés d’où le maître est généralement absent. L’exploitation varie en taille selon les régions et selon la capacité et le besoin d’une famille. La famille ne possède en général guère plus qu’une araire et parfois une paire d’animaux de trait.

46De multiples combinaisons sont possibles selon l’apport de chaque partie, les conditions naturelles, le lieu, etc. Les formules les plus répandues étaient les suivantes :

47murâba‘a (ou association du 1/4) : le paysan n’apporte que son travail et celui de sa famille ; le propriétaire fournit la terre, le cheptel, les semences et il paie l’impôt. Un quart de la récolte revient au premier.

48khums ou khammas (le 1/5) : en plus de son travail le paysan fournit le cheptel et les semences, tandis que le propriétaire apporte la terre, le logement et avance l’impôt qu’il prélèvera au moment de la récolte. Il prend alors le cinquième de cette dernière. Ce type de contrat est le plus répandu dans les zones où l’importance des pluies et la richesse des terres diminuent.

49Entre ces deux formes extrêmes on peut aussi noter La Hamâwiyyé (association de Hama) : terre et maison sont fournies par le propriétaire et le travail par le paysan ; les dépenses sont partagées par moitié, de même que la récolte.

50La Halabiyyé (association d’Alep) : le propriétaire fournit la terre, la maison, les semences ; il paie l’impôt et le paysan fournit son travail et les animaux de trait. A la fin de l’année et après déduction de l’impôt, la récolte est divisée en deux. Cette association touchait surtout les régions pauvres d’Alep, de Hama et de Salamiyyé, alors que l’association Hamâwiyyé ne se pratiquait que dans les zones riches de ces même régions.

51Le rôle du propriétaire sur l’exploitation, où il ne vient que rarement, est plus de contrôle que de gestion. Sa meilleure source de revenu est l’exploitation du métayer, non la terre dont il se soucie peu. La pratique de l’usure atteint des proportions considérables dans les années trente, et les possibilités de crédit qui sont offertes par les banques nouvellement créées n’ont souvent d’autre emploi que celui de renforcer l’exploitation du paysan, par l’avance de numéraire à des taux d’intérêt allant de 15 % à 100 % et parfois plus.

52Dans les zones de plantation, un contrat particulier était passé qui favorisait l’accès à la propriété, la mughârasa : « le principe est simple : le propriétaire concède au métayer un terrain nu, à charge pour lui de le complanter en telle ou telle espèce. Quand la plantation commence à entrer en rapport, elle est partagée entre les deux parties contractantes, chacune tenant désormais sa part en pleine propriété ; le partage met fin du même coup à l’association. » (Weulersse, p. 130).

53A l’époque du Mandat, le faire-valoir direct est rare et le besoin en numéraire y provoque souvent l’endettement du paysan propriétaire auprès des prêteurs citadins.

3. La politique foncière du Mandat

54L’intervention du Mandat dans le domaine foncier débuta par l’institution de la Régie du Cadastre (1923), dont le but était de reprendre systématiquement l’enregistrement des terres. Mais les opérations de recensement et d’enregistrement ne débutèrent réellement qu’en 1927 et, en 1938, la surface cadastrée était de 3 083 384 hectares (Liban compris), en particulier dans la ghouta de Damas, la plaine de l’Oronte, la région d’Alep, la plaine de Lattaquié, ainsi qu’une partie des domaines de l’Etat. Ni le Haurân, ni le Djebel Druze, ni la Djézireh ne furent cadastrées, la situation politique et militaire de ces régions ne le permettant pas.

55De mener à bien les travaux du cadastre et la distribution des titres de propriété impliquait de se prononcer sur deux points importants : le système muchâ et les terres d’Etat. Dans le premier cas, le régime ottoman avait déjà interdit la distribution périodique des terres, mais il n’avait pu l’empêcher. Le Mandat se prononça finalement pour le démembrement de ces terres (l9.XI.1929), pour permettre leur cadastrage et leur attribution à ceux qui y travaillaient. Cependant, jusqu’à l’indépendance, les terres en tenure muchâ devaient se maintenir sur une large échelle (à l’Est d’Alep et de Homs et surtout dans le Haurân). Les terres d’Etat représentaient environ 1 500 000 hectares, dont 600 000 étaient cultivés au début des années trente. Le Mandat entreprit de les distribuer. Le 5.IV.1926 fut publié le décret n° 275 concernant l’administration de ces terres, dans le but d’y favoriser la petite propriété paysanne, en spécifiant que leur location avec promesse de vente ne pouvait se faire qu’en faveur des paysans qui y travaillaient.

56D’autre part, la loi de 1926 donnait à quiconque mettait en culture, pour au moins cinq ans, les terres sur lesquelles aucun titre n’était enregistré et qui étaient inoccupées (revenant donc à l’Etat), le droit d’en acquérir la propriété.

57Enfin, dans les années 1940-1941, les terres d’Etat des régions Nord-Est furent distribuées aux chefs tribaux qui devinrent les propriétaires d’immenses domaines non cultivés.

58Les résultats de la politique foncière du Mandat ne furent pas à la mesure des buts officiellement déclarés. La distribution des titres de propriété visait à favoriser une plus grande stabilité du régime foncier et à assurer plus de sécurité aux exploitants qui en seraient les bénéficiaires. Mais, en grande partie déterminée par ces buts politiques, l’action du Mandat ne fit que renforcer le contrôle des grands propriétaires sur les terres, accentuant ainsi la tendance qui s’était manifestée dès la seconde moitié du xixe siècle.

59En effet, à un moment où le pouvoir mandataire restait particulièrement fragile, ce dernier chercha, par l’attribution des terres mîrî ou mawat (litt. « mortes »), à assurer la reconnaissance des chefs locaux dans le même temps où ces terres restaient une importante source de revenu pour l’Etat. Ainsi, on a pu enregistrer, entre 1926 et 1932, la vente de 250 villages (sur 854 que comptaient les terres de l’Etat) et on a même pu parler d’un plan de vente de 50 puis 100 villages par an (Mustapha al-Chehâbî).

60En 1945, la répartition de la propriété rend compte de cette évolution quand on la compare à une estimation faite pour l’année 1913. Le tableau suivant nous en donne le détail par région administrative.

Répartition de la propriété en 1945

61Le trait le plus remarquable pour cette période dans le domaine de la propriété foncière est sans doute la progression de la moyenne propriété. Elle se renforce surtout aux dépens de la petite propriété (première victime de l’extension du phénomène de l’usure et des rapports monétaires à cette époque) et annonce la montée d’une classe qui se distinguera de celle des grands propriétaires par un souci de mise en valeur des terres et d’investissements plus importants. La montée de cette « classe moyenne » devait mener à des conflits parfois violents autour de la terre et surtout de l’eau avec les riches notables (certains de ces moyens propriétaires travaillaient eux-mêmes sur leurs exploitations).

4. Absence d’une politique paysanne

62Au moment de la seconde guerre mondiale, 3 500 000 ha sont cadastrés, la Régie des Etudes Hydrauliques (créée en 1929, supprimée en 1934) a permis d’engager les plans d’aménagement de l’Oronte dans la région de Homs-Hamâ, de nouvelles banques ont été ouvertes et l’exportation des produits agricoles a été encouragée. Mais « l’administration mandataire n’a pas toujours réussi à parer aux conséquences dangereuses de l’entrée trop soudaine dans le circuit mondial d’une économie paysanne demeurée jusqu’alors à peu près fermée » (Weulersse, p. 186). Si cette économie paysanne « s’ouvre », c’est bien à une exploitation plus intense de la part des commerçants citadins, qui sont les seuls à profiter du développement des voies de communication, du trafic automobile et du marché que la pacification militaire du Mandat a favorisé.

63Le souci de la ville de s’assurer les meilleures conditions possibles d’exploitation de la campagne est bien révélé dans la longue suite de requêtes adressées par les députés à la nouvelle Chambre syrienne entre 1936 et 1939 : l’impôt (demande de suppression de l’aghnâm – impôt sur les moutons – par les représentants de Quneïtra, Salamiyyé et de la Djézireh ; demande d’exemption par 41 députés pour les années 1928 à 1934 etc...), la santé des paysans (le député de Hama note que le ver solitaire affecte 80 % des habitants du Caza, que 40 % sont touchés par la dysentrie et que les épidémies tuent régulièrement 1/4 ou même la moitié des enfants des familles paysannes à cause de la pollution des eaux de l’Oronte), les travaux d’infrastructure (puits à creuser, canaux à aménager ; le député des tribus réclame l’aménagement d’une route entre Salamiyyé et Hama) etc..., autant de problèmes dont la solution déchargerait le « féodal » de toute responsabilité dans la gestion des problèmes ruraux et de sa propre responsabilité dans la situation misérable des paysans.

64Dans toutes les régions de Syrie, les paysans ne s’y trompent pas qui se révoltent contre leurs maîtres en occupant des terres qui leur reviennent de droit ou en refusant de céder leurs récoltes.

III. – LES TRANSFORMATIONS DES ANNÉES CINQUANTE

65Dans les dix années qui suivent l’indépendance, l’économie agricole en Syrie connaît un développement peu commun. Quantitativement impressionnant, ce « boom économique » des années cinquante aura sa contrepartie sociale et politique, mais ce sera la première impulsion vers un changement d’importance dans le monde rural en Syrie.

66La seconde guerre mondiale créera les conditions de cette expansion dans laquelle la production agricole, et en particulier les céréales, joueront un rôle primordial pour satisfaire la demande intérieure accrue par la présence des armées alliées. La guerre de Corée ensuite favorisera le développement accéléré de la culture du coton. Ces développements ne seront possibles que par la mise en culture de nouvelles terres et la mécanisation agricole, dans laquelle s’investira abondamment le capital commercial des citadins transformés en de véritables entrepreneurs.

1. La croissance économique agricole

67L’extension des surfaces cultivées est un premier indicateur des changements survenus dans l’agriculture syrienne dans les années cinquante. De 1936 à 1956, la surface cultivée est passée de 2 900 000 hectares à 4 590 000 ha ; cette multiplication par deux des surfaces est due en premier lieu à l’extension des céréales (dont la production a augmenté de 64 % ) dans les terres de la Djézireh nouvellement mises en culture (le Mandat en avait interdit l’accès aux exploitants syriens). En 1954, dans cette région où le régime des pluies varie entre 200 et 300 mm, entre Alep et la frontière irakienne, la production de grain (blé en particulier) représentait les 2/3 de la production nationale et l’essentiel des exportations du pays. Ces nouvelles mises en culture furent rendues possibles par le développement simultané de la mécanisation agricole. Le nombre de tracteurs, qui, en 1946, était de 230 pour l’ensemble du pays, passa à 1 786 en 1955 et à 2 792 en 1957, alors que dans le même temps celui des moissonneuses et moissonneuses-batteuses était respectivement de 157, puis 683 et 718. La Djézireh était la principale bénéficiaire de ces investissements, puisque, sur les chiffres cités pour 1955, elle comptait à elle seule 700 tracteurs et 300 moissonneuses.

  • 17 BU ALI YÂSÎN, Le coton et le phénomène de la monoculture dans l’économie syrienne (en arabe), Dâr (...)

68Tout aussi impressionnant est le « boom » cotonnier des années cinquante et le développement des techniques qui l’accompagne. C’est le début de « l’hégémonie du coton sur l’économie syrienne »17. Connu en Syrie depuis la conquête musulmane, il en avait pratiquement disparu en 1913. Le Mandat essaya d’en développer la culture pour les besoins du marché français (Toulouse) et, de 800 hectares cultivés en 1913, la surface était passée à 35 660 ha en 1924. La crise économique mondiale provoque un net recul, et ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale (montée des prix en 1949) que sa lente remontée en Syrie connaît un saut spectaculaire : 15 500 ha en 1946, 217 000 ha en 1951, 185 000 ha en 1952 (attaque du ver du coton), 127 000 ha en 1953, 248 000 ha en 1955. L’augmentation du nombre des pompes pour l’irrigation est significative : 45 en 1946, 2 870 en 1950, 8 697 en 1953, 13 267 en 1955. Les surfaces irriguées connaissent également un imposant développement puisque, de 284 000 ha irrigués en 1946, on passe à 583 000 ha en 1957.

69Principalement destiné à l’exportation, le coton est d’un revenu nettement supérieur au blé, et c’est aux dépens de ce dernier qu’il se développe (1 tonne de blé en 1951 vaut 310 L.S. contre 3 010 L.S. la tonne de coton). Les régions de production sont variées, mais là encore c’est dans le Nord et le Nord-Est, sur les rives de l’Euphrate et du Khâbûr que son extension est la plus spectaculaire. C’est Alep qui devient la capitale du coton, et de la vie agricole du pays, revanche sur Damas, ancienne capitale pour le blé hauranais. Dans le Sahel de Lattaquié, la culture sèche du coton avait pratiquement disparu depuis la crise de 1929. Dans la région de Homs-Hama par contre, il a facilement remplacé des cultures d’été traditionnelles et il a mené les grands propriétaires à adopter un assolement biennal, avec culture céréalière d’hiver et coton irrigué en été. Mais là, « le coton se heurte comme culture industrielle irriguée à la concurrence de la betterave sucrière dont la culture est encouragée par la raffinerie de sucre de Homs (1948). Aussi la culture du coton ne se développe-t-elle que dans la mesure où les prix sur le marché international la rendent plus rentable que celle de la betterave » (Dresch, p. 388).

2. Les changements socio-économiques

70Pour ces quelques années, le changement le plus important dans les campagnes syriennes semble bien avoir été l’irruption de la technique sur l’exploitation agricole. Le personnage central de ce changement est l’entrepreneur. La plupart du temps, il n’est pas propriétaire de la terre, mais il la loue à l’Etat ou à des chefs de tribu ; il se contente parfois même des revenus que lui rapporte la location de son matériel. En culture irriguée par contre, il s’efforce de s’approprier les terres sur lesquelles il installe ses pompes et où il réalise des travaux d’infrastructure. C’est par son intermédiaire que le paysan a recours au crédit. « Le capital de l’entrepreneur a son origine dans les profits commerciaux réalisés pendant la seconde guerre mondiale, mais il repose maintenant largement sur le crédit bancaire » (Warriner, p. 89).

71Les plus célèbres de ces entrepreneurs réalisent des bilans impressionnants. P. Ma‘marbâchî exploite 100 000 hectares dont 6 000 à l’Est d’Alep avec l’aide d’ingénieurs agronomes ; il développe la culture irriguée sur le Khâbûr ; il « crée » de nouveaux villages. Son dynamisme l’avait amené à concevoir une machine à faire la pluie, mais on raconte que ce fut un échec à cause de l’absence de... nuages (sécheresse de l’année 1955).

72Les frères Najjâr parviennent également à exploiter quelque 100 000 ha dans la région de Qâmichlî et 3 000 ha irrigués sur le Khâbûr.

73De petits et moyens propriétaires ont pu également profiter du développement de la culture du coton, réaliser pour la première fois des profits importants sur leurs exploitations, et améliorer sensiblement leurs conditions de vie.

74« L’esprit d’entreprise » qui s’installe à la campagne modifie les modes d’exploitation. On peut distinguer trois types de contrats agricoles qui régissent les rapports de production et qui correspondent schématiquement à trois types de régions et de cultures – En Djézireh, sur les grandes exploitations céréalières nouvellement mises en culture, sur l’initiative des entrepreneurs citadins, les ouvriers agricoles sont salariés à l’année, mais une rente continue d’être versée aux chaïkhs comme prix de la terre (10 à 15 % de la production totale). Cette forme d’exploitation de type capitaliste est cependant peu répandue encore.

  • Dans les régions irriguées (Khâbûr, Euphrate et Oronte surtout), le travail salarié se développe, en particulier sur les grandes exploitations cotonnières au moment de la cueillette, et pour les ouvriers chargés de l’entretien du matériel d’irrigation et la conduite des tracteurs. Mais le nombre des métayers recevant moins de 25 % de la récolte croît par suite de l’augmentation de la part dévolue à l’entrepreneur (sâhib al-machrû ou mustathmir).
  • La mécanisation affecte diversement les autres régions de Syrie ; le Haurân (où se perpétuent des formes d’exploitation mucha‘) reste totalement à l’écart de ce mouvement ; ailleurs des exploitants propriétaires, faute de capital, entrent en association avec un entrepreneur qui se charge du labour, des semis et du battage, et avec lequel ils partagent la récolte. Des formes collectives d’association entre paysans pour l’achat ou la location de matériel apparaissent également, et c’est de cette époque que datent les premières coopératives agricoles (de service) en Syrie.

3. Les limites de la croissance

75Dominée par la politique du laisser-faire, la croissance des années cinquante révèle les limites et les dangers d’un libéralisme qui accentue la dépendance du monde rural, en ignore les besoins et y développe les inégalités.

  • 18 A. HANNA, La question agraire et les mouvements paysans en Syrie et au Liban 1920-1945, 2e Partie (...)

76Le Code du Travail de 1946 a laissé de côté la question paysanne, et le problème des ouvriers agricoles n’y est pas mentionné en tant que tel. Le député Akram Hourânî (Hama), bien connu pour ses positions anti- » féodales », demande au gouvernement « d’établir le plus vite possible une législation pour les paysans qui représentent dans ce pays au moins 75 % de la population et qui y sont les classes les plus misérables ». Selon A. Hanna18, c’est la première intervention d’un député en faveur des paysans. Dans les années qui suivent, une série de réformes sont proposées dans lesquelles l’Etat essaie de définir une politique foncière qui puisse alléger les pressions de l’opposition parlementaire et ne pas contrarier la classe des grands notables. La constitution syrienne de 1950 avance ainsi le principe d’une réforme foncière basée sur une limitation de la taille des exploitations au moment de l’enregistrement des titres de propriété, sur l’encouragement à la petite et moyenne propriété et sur une politique de distribution des terres d’Etat aux paysans sans terre. Mais outre que le premier point serait sans effet rétroactif, l’absence d’enregistrement et de cadastrage des terres depuis la fin du Mandat laissait les grands propriétaires tranquilles quant au second et au troisième points.

77Suivent, à partir de 1952, une série de décrets qui visent à faire appliquer les principes de la Constitution : décret n° 96 de janvier 1952, contre les « féodaux » et autres « personnes influentes », interdisant la possession de terres d’Etat non enregistrées sur plus de 150 hectares en Djézireh et sur l’Euphrate et 50 hectares dans le reste du pays ; décret d’octobre 1952, abolissant la distinction des terres d’Etat enregistrées et non enregistrées, restituant à l’Etat toute autorité sur les terres « mawat » mises en culture, fixant la propriété maximum à 200 ha pour chaque membre d’une même famille et autorisant la vente des terres à des paysans qui en sont privés, à bas prix ; reprise des travaux du cadastre dans les nouvelles régions (mais avec une progression très lente), en 1953, pour définir les terres revenant à l’Etat et, la même année, décret établissant les conditions de distribution de ces terres aux paysans. Les personnes qui les cultivent déjà seront autorisées à les acheter dans les limites de 50 ha non irrigués, de 10 ha irrigués et 200 ha irrigués en Djézireh, la même surface étant accessible aux membres de la famille (femmes comprises...).

78En 1955, le Parti Socialiste Arabe d’Akram Hourânî insiste non plus sur les problèmes de limitation de surfaces mais sur la protection des métayers et des ouvriers agricoles. Il demande pour les premiers que les contrats de métayage soient écrits, qu’ils ne puissent être expulsés, que le droit de crédit soit accordé à tous les paysans et que, dans les contrats, la part du propriétaire ne puisse excéder 1/3 de la récolte en culture irriguée et 1/4 en culture sèche. Pour les ouvriers agricoles, il demande à les inclure dans le Code du Travail de 1946 et le droit de former des syndicats.

  • 19 R. HILAN, Culture et développement en Syrie et dans les pays retardés, Ed. Anthropos, Paris, 1969, (...)

79Dans le domaine économique également, l’intervention de l’Etat sera plus de réaction que de prévention ou d’initiative, en particulier quant à son contrôle sur les cultures industrielles, à la suite de l’importance croissante prise par le coton dans l’économie syrienne. Lorsqu’en 1951 le « ver du coton » attaqua une grande partie des récoltes, « on ne possédait pas les techniques propres à le combattre... On était, alors, en pleine guerre de Corée et les prix mondiaux était particulièrement élevés ; c’était donc une perte considérable en devises rares. L’expérience de ce « désastre national » poussa l’Etat à intervenir vigoureusement : un « Office du Coton » fut créé... »19.

80En 1952, un ensemble de mesures sont prises pour la vente de semences préalablement testées, le contrôle et la sélection des variétés, la limitation des cultures à certaines zones, le développement des pesticides, l’interdiction d’importer du coton égrené etc... Autant de décisions visant à assurer la qualité et le maintien d’une culture essentiellement destinée à l’exportation (la consommation de coton dans l’industrie en 1957 n’atteint que 10 % de la production de coton égrené).

81Parallèlement, l’importance de l’eau, qui assure la stabilité de la culture du coton et de ses rendements, amène l’Etat à prendre en charge les projets d’irrigation restés jusque là essentiellement affaire d’entrepreneurs privés. L’Etat achève les travaux d’aménagement de l’Oronte commencés sous le Mandat. En 1954, sur une surface irriguée estimée à un peu plus de 500 000 hectares, 48 000 ha seulement sont irrigués par des projets nationaux. D’autres plans d’aménagement sont à l’étude dont le plus important est celui du Ghâb.

82Au plan proprement agricole, la fragilité des premiers succès est vite apparue : méconnaissance des méthodes culturales, qui mène à un rapide épuisement des sols ; absence presque générale de drainage, ce qui favorisera la salinisation des terres ; pertes excessives des eaux d’irrigation ; grande vulnérabilité aux variations climatiques et absence de protection des cultures contre les parasites ; machines agricoles qui deviennent vite inutilisables à cause de l’usage abusif qui en est fait, du manque de compétence technique de leurs propriétaires et de la difficulté à se procurer des pièces de rechange ; limites du crédit bancaire ; faibles capacités de stockage ; absence d’un bon réseau de communications, qui permettrait l’écoulement plus rapide des récoltes... « Conquête citadine » (Hilan), la croissance agricole a consacré la rationalité du profit maximum immédiat aux dépens de la terre et aussi du fellah.

  • 20 B. ORGELS, « Contribution à l’étude des problèmes agricoles de la Syrie », Correspondance d’Orient (...)

83En effet, le progrès technique et le développement du capitalisme dans l’agriculture n’ont pas résolu les problèmes de la plus grande partie de la population paysanne. Au début des années cinquante, la distribution du revenu agricole s’établit comme suit : 15 % des personnes vivant de l’agriculture se partagent 60 % du revenu agricole, 10°% se partagent 10 % de ce revenu et 75°% s’en partagent 30 %20. Les inégalités fondées presque exclusivement sur l’accès à la terre (selon la formule de J. Weulersse : « qui cultive ne possède pas et qui possède ne cultive pas ») se développent et se renforcent autour de la propriété des moyens de production. De nouveaux déséquilibres apparaissent. En Djézireh par exemple, passée brutalement du nomadisme à l’agriculture hautement mécanisée, des problèmes d’adaptation se posent pour les nomades : « les Beni Chammar étaient tristement assis dans leurs tentes noires entourées de toutes parts de blés verts, se demandant pourquoi ils continuaient à garder des chameaux » ; (Warriner, p. 88).

84A Qâmichlî, capitale de la région, « Les vieux artisans cordeliers, tanneurs, travailleurs du cuir et bourreliers continuent leur travail à côté des ouvriers réparant de grosses machines agricoles », (Warriner, p. 88). En dix ans, la population de la ville est passée de 30 000 à 75 000 habitants.

85Sur les bords de l’Euphrate, ces déséquilibres sont moins spectaculaires, mais ils affectent profondément la vie des chawâya. Pour ces paysans semi-sédentaires, la vie se partageait entre une maigre agriculture irriguée (céréales) aux abords immédiats du fleuve et l’élevage ovin dans la barriyyé (ou zahra : désert de la chamiyya en rive droite et Djézireh en rive gauche). Les moyens artisanaux d’élévation de l’eau ne permettaient guère d’irriguer la vallée dans toute sa largeur, mais la faiblesse de la production agricole était la garantie même de l’indépendance du village. C’est l’élevage qui assurait l’essentiel de la nourriture et de la base matérielle de la vie du châwî (aux bonnes années et quand il ne fallait pas payer un tribut trop élevé aux grandes tribus nomades). Les commerçants citadins déployaient d’ailleurs surtout leurs talents à passer des contrats d’élevage avec les habitants de la vallée, pour alimenter ensuite les marchés de Damas, Hama, Homs et Alep. Les transformations survenues dans les années ciquante bouleversent les données de l’économie traditionnelle et l’organisation sociale des villages. L’exemple d’un village proche de Deïr-ez-Zor est à ce titre significatif. Les pompes à moteur, d’abord installées dans les années quarante, pour l’irrigation des céréales, permettent bientôt de développer les surfaces cultivées en coton et l’activité pastorale accuse un net recul. Les premiers tracteurs font également leur apparition.

86Les trois lignages (afkhâdh) principaux composant le clan qui constitue le village (lui-même un des clans de la tribu des Beggara qui occupe cette partie de la vallée) étaient répartis en trois hameaux, groupés au bord du fleuve, qui formaient comme des unités socio-économiques entre lesquelles étaient réparties les terres (en fonction de leur qualité selon une forme de petite propriété muchâ’ stabilisée). Dans les années cinquante, alors que le terroir atteint son extension maximum, grâce aux nouveaux moyens d’irrigation, le village éclate en une douzaine d’emplacements. Les solidarités traditionnelles se relâchent et les signes de la vie collective disparaissent (aire de battage commune, fours à pain collectifs etc...), la rab‘a (pièce de réception) du mukhtâr, centre administratif mais aussi culturel où se déroulaient les « veillées » du village, n’a plus que sa fonction officielle. Les entrepreneurs ont réussi à constituer des clientèles chez les paysans dépossédés qu’ils emploient comme métayers, après être entrés au village en utilisant des liens de parenté avec certains villageois. La seule résistance possible de ces derniers est de jouer des rivalités entre ceux-là (en 1958, quatre familles de Deir possèdent une grande partie des terres du village). On recherche de nouvelles formes d’association, par suite du morcellement des intérêts villageois et des rivalités auxquelles il donne lieu. Un glissement du tribalisme au « familialisme » s’opère, où les solidarités d’intérêt remplacent progressivement les solidarités de statut. Autour de certaines fermes, des arbres apparaissent, comme pour affirmer une individualité jusque-là spoliée. L’élevage bovin s’étend et la proximité de la ville permet d’y écouler la production laitière et de développer les rapports avec le marché.

87Les paysans qui ont pu résister à la dépossession s’enrichissent progressivement, ce qui leur permettra d’acheter un tracteur, une pompe, une terre aux entrepreneurs qui abandonneront le village au moment des premiers déboires culturaux et politiques.

***

88Dans l’ensemble du pays la politique agricole de l’Etat est encore dirigée par les intérêts des grands rentiers. L’agitation que l’on enregistre au parlement syrien est loin de déboucher sur des mesures d’envergure. A la séance du 4 mars 1957, quand une dizaine de députés proposent une loi pour l’interdiction du renvoi du paysan de sa... maison, la plupart des députés quittent la salle, laissant 38 députés (sur 144) adopter la loi par 36 voix contre 2...

89La conjoncture internationale, les initiatives individuelles et les lois du marché auront été les principaux agents des changements des années cinquante et aussi les causes de leurs limites. Les campagnes y auront gagné leur entrée sur le devant de la scène dans l’histoire du pays, mais le prix en sera élevé : graves problèmes écologiques, déséquilibre croissant dans la Syrie rurale entre régions « avancées » et régions marginalisées, divisions plus marquées dans la paysannerie où les conflits de classe viendront se superposer aux luttes d’influence et de pouvoir dans la société villgeoise.

Notes

1 M. FEGHALI, Proverbes et dictons syro-Iibanais, Travaux et Mémoires de l’Institut d’Ethnologie, XXI, Paris 1938.
Le chapitre VIII et le chapitre IX forment les deux parties d’un ensemble : « Transformations du monde rural et économie agricole » qui a été conçu en commun par les deux auteurs. La bibliographie, pour les deux chapitres, se trouve à la fin du chapitre IX.

2 S. AMIN, Le Développement Inégal, Editions de Minuit, 1973, p. 270.

3 M. SABRY, L’empire Egyptien sous Mohamed Ali et la question d’Orient, Paris, Librairie Orientale P. Geuthner, 1930, p. 358.

4 Id., p. 357.

5 Lit. = lieu bâti. Région de contact entre nomades et sédentaires à l’Est de Homs et Hama.

6 Op. cit.. p. 271.

7 Ghazou = opération de pillage menée principalement pour le vol de bétail. A donné razzia en français.

8 Nasba = appareil élévatoire pour l’eau d’irrigation composé d’un bâti de bois, d’une poulie et d’une outre tirée par une haridelle. Cf. description détaillée dans H. CHARLES, Tribus moutonnières du Moyen-Euphrate, Documents d’Etudes Orientales, Damas, 1938.

9 A. de BOUCHEMAN, Une petite cité caravanière : Sukhné. Documents d’Etudes Orientales, Damas, 1939.

10 Cf. chap. Damas et la ghouta.

11 R. THOUMIN, « La maison syrienne dans la plaine hauranaise, le bassin du Barada et sur les plateaux du Qalamoun », Documents d’Etudes Orientales I.F.D., Tome II, 1932, pp. 22-23.

12 Mukhtâr. litt, « choisi ». Autorité administrative du village.

13 I. ANTAKI, « Deir-Atieh, essai d’ethnologie rurale », Cahier n° 5 du Journal d’Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée, Paris, 1973, p. 5.

14 S. KHALAF, Tribal politics and leadership in the Raqqa region of Syria, Thèse (Masters) de l’Université Américaine de Beyrouth, Juin 1975.

15 A. LATRON, La vie rurale en Syrie et au Liban, Institut Français de Damas, 1936.

16 I. ANTAKI, op. cit., p. 36.

17 BU ALI YÂSÎN, Le coton et le phénomène de la monoculture dans l’économie syrienne (en arabe), Dâr al-Talî‘a, Beyrouth, 1974.

18 A. HANNA, La question agraire et les mouvements paysans en Syrie et au Liban 1920-1945, 2e Partie (en arabe), Dâr al Farâbî, Beyrouth, 1978.

19 R. HILAN, Culture et développement en Syrie et dans les pays retardés, Ed. Anthropos, Paris, 1969, p. 200.

20 B. ORGELS, « Contribution à l’étude des problèmes agricoles de la Syrie », Correspondance d’Orient, n°4, Bruxelles, 1963, pp. 44-45.

Notes de fin

* Le chapitre VIII et le chapitre IX forment les deux parties d’un ensemble : « Transformations du monde rural et économie agricole » qui a été conçu en commun par les deux auteurs. La bibliographie, pour les deux chapitres, se trouve à la fin du chapitre IX.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

Auteur

Jean HANNOYER, pensionnaire à l’Institut Français d’Études Arabes de Damas.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable