Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

VII – La croissance économique : mutation des structures et dynamisme du déséquilibre

Michel Chatelus

Texte intégral

1L’histoire économique de la Syrie contemporaine fait apparaître un bilan contrasté, et peut donner naissance à des interprétations très divergentes. Les résultats obtenus sont en effet ambigus, de même que les conditions dans lesquelles ils ont pu être atteints (ce qui peut conduire à des perspectives contradictoires relatives à l’évolution au cours des prochaines années et à la consolidation des conditions fondamentales de la croissance).

  • 1 Banque Mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, 1978.

2Les résultats quantitatifs et les éléments clefs du « bilan chiffré » de l’économie syrienne au cours des vingt dernières années (et spécialement depuis 1970) mettent en évidence un certain nombre de transformations spectaculaires et des changements significatifs dans l’importance des diverses activités et sources de revenus. Le taux de croissance global ou le niveau du produit intérieur brut par tête permettent à la Syrie de figurer en bon rang parmi les « pays en développement ». Avec un P.I.B. par habitant évalué à 780 dollars en 1976 par la Banque Mondiale1, la Syrie se trouve dans le tiers supérieur des pays « à revenu intermédiaire », aux côtés du Pérou, de la Tunisie, et peu après la Turquie. Avec une croissance de 7 % par an entre 1970 et 1976, elle dépasse la moyenne de ce même groupe de pays à revenu intermédiaire (6 % par an) et devance le Maroc, l’Algérie ou le Mexique. Compte tenu des aléas de la politique intérieure, du poids de l’environnement et de la lourdeur des charges militaires (évaluées au minimum à 16 % du P.I.B.), ces résultats sont loin d’être négligeables. Comparés, au contraire, au potentiel du pays, aux objectifs affichés par les équipes au pouvoir et traduits dans les plans, détaillés surtout par secteurs et traduits en termes d’amélioration réelle pour les Syriens et d’établissement des conditions d’une croissance régulière et autonome, l’ambiguïté du bilan est évidente. Retards dans les réalisations, hypertrophie du « secteur gouvernemental », déficits budgétaires considérables, endettement extérieur et dépendance accrue, ces dernières années, à l’égard des dons arabes, constituent quelques-uns des aspects inquiétants de l’évolution économique syrienne.

Carte 2 – Géographie économique de la Syrie.

3Le présent chapitre a pour objet l’analyse des grandes tendances et des conditions d’évolution de l’économie syrienne, l’étude détaillée de l’agriculture et de l’industrie faisant l’objet des chapitres suivants. Nous dresserons d’abord le bilan d’ensemble, à partir des résultats quantitatifs et des données générales sur l’économie syrienne. Nous situerons ensuite ce bilan dans la perspective globale des transformations du système économique et des grandes étapes de l’évolution des structures et de la politique économique. Nous tenterons alors d’apprécier la signification des « déséquilibres dynamiques » de l’économie syrienne et des contraintes qui pèsent sur sa croissance.

I. DES CHANGEMENTS SPECTACULAIRES MAIS UN BILAN CONTRASTÉ

1. Une première caractéristique de l’économie syrienne est la croissance rapide des 15 dernières années

  • 2 Pour alléger le texte, nous n’indiquons pas systématiquement les références de chacun des indicateu (...)

4Le Produit Intérieur Brut a augmenté de 7,3 % par an entre 1963 et 1976, ce qui constitue une performance non négligeable en valeur absolue et qui permet, nous l’avons noté, de classer la Syrie dans le premier tiers du groupe des « pays en développement ». Le revenu par tête a augmenté, pendant la même période, de 4,4 % par an et est passé de 800 L.S. en 1963 à 1 400 L.S. en 1976 (en livres constantes 1976)2. Il est intéressant de remarquer que le taux de croissance global du P.I.B. prévu par le 2e plan (1966-70) était de 7,2 %, et donc très proche du taux moyen de longue période. La période 1971-1975, qui correspond au 3e plan syrien, est marquée par une accélération de la croissance, qui atteint 10,5 % par an (alors que le 3e plan prévoyait un taux déjà très élevé, de 8,2 %, sur la période). Comme on le verra, cette accélération est très largement due au transfert massif dans l’économie, pendant les années 1974 et 1975, des fonds reçus des pays arabes à la suite de la guerre de 1973. C’est essentiellement par augmentation des dépenses publiques que ces transferts ont été réalisés, celles-ci quadruplant entre 1971 et 1976. Les investissements, instrument important de cette croissance, ont augmenté de 13,5 % par an entre 1970 et 1976, et représenté, en 1976, plus de 25 % du P.I.B. Le caractère « induit de l’extérieur » de l’accélération de la croissance explique le ralentissement observé en 1976 et 1977, qui traduit l’évolution de l’environnement et la diminution de l’aide arabe. On ne doit pas moins tenir pour acquis des résultats importants et prendre en compte ces résultats pour apprécier les perspectives syriennes au cours des prochaines années.

2. Les chiffres globaux ne sont guère significatifs lorsqu’il s’agit d’un agrégat tel que le Produit National, et ils doivent être complétés par une observation des taux de croissance différentiels selon les secteurs, qui accompagnent cette croissance et en sont en même temps les éléments constitutifs.

  • 3 pour laquelle nous renvoyons à la contribution d’E. Longuenesse, chap. X.

5L’évolution sectorielle ne peut être saisie que de manière approximative, car souvent les données sont insuffisantes, et leur estimation est plus ou moins précise selon le secteur concerné. On notera, en particulier, les incertitudes introduites par la confusion dans une même rubrique des « industries manufacturières » et du « pétrole et des mines ». Compte tenu de la part du pétrole et des phosphates dans la période d’expansion récente de la Syrie, le rôle joué par l’extension réelle de l’industrie manufacturière risque d’être surestimé, si on examine la seule rubrique générale « industrie ». Une décomposition plus fine est dès lors indispensable pour une étude spécifique de l’industrialisation3.

  • 4 Pour une présentation plus détaillée, voir l’annexe statistique.

6Ces restrictions faites, deux aspects des mutations sectorielles sont particulièrement intéressants : celui qui concerne l’emploi et celui qui exprime la répartition sectorielle du P.I.B. Les données essentielles de la période 1963-1976 sont résumées dans les tableaux I et II4.

7Ces deux tableaux juxtaposés révèlent clairement l’ampleur des changements, leurs limites, et les difficultés de certaines interprétations en l’absence de données cohérentes. On remarque en particulier les imprécisions du secteur « services » et de sa composante gouvernementale, qui n’apparaît pas dans le tableau emploi, tandis que la diminution du nombre des emplois dans les « autres activités » (en fait non précisées) n’a aucune signification statistique autre que celle d’une amélioration des imputations à des activités mieux définies entre 1960 et 1975. On remarquera aussi l’absence de correspondance exacte entre les périodes couvertes par les statistiques du produit et celles de l’emploi : elle est due aux périodes relativement longues qui séparent les recensements ou les enquêtes sur l’emploi, alors que le produit est estimé chaque année, et ses estimations publiées.

8Ces tableaux nous permettent de présenter rapidement quelques remarques concernant l’évolution de l’économie syrienne. La part de l’agriculture dans le produit global diminue beaucoup (même si le produit agricole augmente un peu plus rapidement que la population). Mais à cette évolution logique correspond un phénomène moins évident : le maintien, et même l’augmentation, du pourcentage d’agriculteurs dans la population active, et donc un accroissement sensible (compte tenu de l’évolution de l’emploi total) du nombre des travailleurs agricoles (près de 400 000 en 15 ans). Ceci implique que l’écart entre revenu moyen et revenu des agriculteurs s’est sensiblement accru au cours de la période, entraînant une forte paupérisation relative du paysan. Par ailleurs, le fait qu’un emploi sur deux se trouve dans l’agriculture indique l’ampleur des efforts à accomplir pour améliorer le revenu et la productivité dans l’agriculture, tout en évitant un exode rural massif vers des activités ne constituant pas de vrais emplois.

TABLEAU I. Répartition du Produit par secteur en 1963 et 1976 (prix constants 1963)

TABLEAU I. Répartition du Produit par secteur en 1963 et 1976 (prix constants 1963)

Source : Bureau Central des Statistiques.

TABLEAU II. Emploi par secteur en 1960 et 1975, en nombre et en pourcentage

TABLEAU II. Emploi par secteur en 1960 et 1975, en nombre et en pourcentage

Source : Bureau Central des Statistiques

9On constate en effet, et il s’agit d’une autre perspective importante, que l’industrie (au sens large) a créé moins de 100 000 emplois, malgré sa part croissante dans le P.I.B., soit moins que le commerce, dont le changement de régime économique n’a pas empêché la croissance à un rythme égal à celui du P.I.B. Il serait évidemment intéressant de disposer d’une évaluation des emplois liés à l’activité administrative (y compris militaires) : pour des raisons évidentes, les données ne sont pas disponibles. On observe cependant dans le tableau I que le secteur « gouvernement » (sans doute conçu de façon restrictive) connaît le taux de croissance sectoriel de longue période le plus élevé (9,6 %) après la construction (12,8 %). Si l’on prend l’année 1975, et non 1976, ce phénomène est encore accentué puisque le secteur « gouvernement » représente alors 14,5 % du P.I.B. On peut aussi remarquer, lorsqu’on examine le tableau détaillé retraçant les évolutions depuis 1970 (voir annexe), que la part de la construction a presque triplé entre 1974 et 1976, reflétant les conditions exceptionnelles de financement de l’économie syrienne au cours de cette période.

10Ce bref survol nous permet de saisir l’importance des revenus transférés dans l’économie syrienne (depuis les secteurs productifs et depuis l’extérieur) par rapport aux revenus d’activités productives. Ces dernières, néanmoins, sont en expansion, et il importe de préciser quelque peu les implications, pour la croissance future, de leur évolution.

3. Evolution sectorielle et dynamique de la croissance

  • 5 Cf. chap. VIII et IX les contributions de J. Hannoyer et F. Métrai.

11a) Les perspectives agricoles syriennes sont relativement bonnes à moyen terme5, et l’importance des investissements au cours des deux derniers plans, spécialement dans le barrage de l’Euphrate et les autres projets d’irrigation et d’aménagement des terres, devrait permettre de surmonter le handicap majeur constitué par l’irrégularité considérable des récoltes dans les zones non irriguées, essentiellement pour les céréales. L’objectif peut être triple : assurer l’alimentation d’une population croissante et dont le niveau de vie augmente, contribuer à réduire le « déficit alimentaire arabe » en exportant vers les « pays frères », assurer certaines des bases industrielles du pays en fournissant les industries agroalimentaires (betteraves à sucre, semoulerie et biscuits, conserves, corps gras et textiles – coton – ) tout en accroissant les débouchés de nombreux produits industriels nécessaires à l’agriculture.

12Les difficultés et les problèmes de l’agriculture étant étudiés dans le prochain chapitre, on peut se contenter de noter que la Syrie, à l’encontre de bien des pays en développement, devrait pouvoir renforcer cet atout potentiel que représentent les conditions favorables du pays pour le développement agricole. Il s’agit sans doute, pour le futur, d’un problème politique et de modèle de développement (réforme agraire, coopératives, statut des paysans et revenu rural, etc...), plus que d’une contrainte essentiellement technique et économique. Le fait que les exportations de coton brut ne représentent que 13,3 % des exportations syriennes en 1975, au lieu de 43,7 % en 1970, devrait confirmer cette évolution vers des choix explicites et une politique de développement maîtrisé de l’agriculture (celle-ci étant affranchie des biais que peut introduire un secteur dominant de culture d’exportation). De gros efforts restent en tout cas nécessaires pour que les exportations alimentaires équilibrent les importations, puis dégagent un excédent net (le déficit en fruits et légumes a dépassé 150 millions de L.S. en 1976, alors que les conditions sont très favorables dans une bonne partie du pays).

13b) La situation présente de l’industrie peut paraître quelque peu en-deçà des efforts accomplis en sa faveur (46 % des investissements, par exemple, au cours du 3e plan) et des espoirs que faisait naître son taux de croissance élevé sur la moyenne période. En fait, il faut, dans notre prise de vue globale, nuancer l’impression d’échec relatif laissée par le 3e plan (la croissance effective a été de 11,2 %, alors que les prévisions la plaçaient à 15,8 %).

  • 6 On trouvera une analyse détaillée dans la contribution de E. Longuenesse.

14En ce qui concerne l’industrie manufacturière6, elle a été durement touchée par la guerre en 1973, et les difficultés d’organisation et de gestion, traditionnelles au début de l’industrialisation, sont aggravées par l’affectation prioritaire à la satisfaction des demandes militaires de nombreux cadres et techniciens, ainsi que de certaines, ressources rares en machines et équipements. Les trois grandes « Unions » qui regroupent les entreprises nationalisées fournissent les deux tiers de la production totale.

15Les industries intermédiaires restent encore peu développées et un certain nombre de projets ont pris du retard : il s’agit surtout de l’usine métallurgique de Hama, produisant essentiellement des fers et ronds à béton : les nombreuses extensions prévues sont inscrites dans les plans, puis les budgets successifs, mais les réalisations prennent apparemment beaucoup de retard (une extension pour la production de produits semi-finis est en cours de réalisation par les Allemands de l’Ouest). Les principaux projets achevés ou en cours concernent des usines d’engrais azotés et d’engrais phosphatés, des cimenteries (Alep, Hama, Tartous, Rastan, Adra) dont la production devait passer de 1 million de tonnes en 1975 à 16 millions de tonnes en 1980, une usine de câbles électriques (Alep), des verreries (Alep, Damas), une usine de pâte à papier (Raqqa), tandis que sont « en réserve » des projets portant notamment sur un laminoir d’aluminium (à Lattaquié), des laminoirs d’acier, la fabrication de carbonate de soude et de carbure de calcium.

  • 7 L’objectif du 4e plan (1976-1980) est de couvrir les besoins du pays en sucre grâce à une augmentat (...)

16Si l’on exclut le raffinage du pétrole, sur lequel nous reviendrons ci-dessous, on constate que, pour l’essentiel, l’industrie syrienne est une industrie de transformations de produits locaux et de substitutions à l’importation. Les projets en cours ne cherchent pas à créer une « base industrielle lourde », mais plutôt à utiliser les produits disponibles (filatures et tissages du coton, transformation des phosphates et du pétrole, production de sucre7, jus de fruits, huile et savons, conserves) et à répondre à la demande dans les domaines où il existe des possibilités : pneumatiques, verre, ciment, électro-ménager, papier, constructions métalliques, etc... Les seules exportations industrielles notables sont constituées par des produits textiles (6,2 % des exportations en 1975).

  • 8 Voir section suivante à ce propos.

17Le pétrole et les mines jouent un rôle majeur dans la mutation spectaculaire des structures économiques syriennes au cours des dix dernières années. Nationalisée dès l’origine8, la production de brut a commencé en Syrie en 1968. Elle frôlait les 10 millions en 1976, la production de 1977 étant légèrement inférieure à 9 millions de tonnes.

18Les débuts ont été difficiles, car le pétrole trouvé dans les trois champs du Nord-Est, dans les années 60 (Karachuk, Soueidiyé et Rumelan), était très « lourd » (19° A.P.I. pour celui de Karachuk) et très sulfureux (entre 3 et 4,5 °o de soufre). Ces caractéristiques techniques, jointes au handicap d’un pétrole « nationalisé », rendirent l’exportation difficile. Ces problèmes sont aujourd’hui surmontés et, depuis 1974, le pétrole a représenté la source majeure de devises, remplaçant dans ce rôle le coton. Les exportations ont représenté 2 377 millions de L.S. en 1975, soit 72,2°% des exportations totales du pays (2 600 millions de L.S. en 1976).

  • 9 Voir section suivante pour l’analyse de ce changement de politique.

19Les perspectives ont été longtemps limitées par la faiblesse des réserves connues (environ 300 à 400 millions de tonnes seulement, soit environ 35 ans d’exploitation au rythme de 1976). Depuis quelques années, de nouvelles zones ont été mises en production, produisant du pétrole de meilleure qualité (Jbaïssé, près de Hassaké, et Habari, en Syrie Centrale). De plus, on a pris conscience du fait que 75 000 km2 du pays étaient susceptibles de recéler du pétrole, alors que 500 km2 seulement ont été sérieusement explorés. Des appels d’offre ont été lancés pour le développement de la prospection en « joint venture » entre des firmes étrangères et la Syrian Petroleum Company (qui, jusqu’ici, ne recourait qu’à des contrats de service avec l’URSS ou d’autres pays d’Europe de l’Est)9. Les projets comprennent une importante prospection en mer, et un rapport de l’O.P.A.E.P. a réévalué les réserves probables en avançant un chiffre supérieur à 1 milliard de tonnes. Membre de l’O.P.A.E.P., la Syrie pourrait devenir prochainement membre de l’O.P.E.P. S’il apparaît donc extrêmement peu plausible de voir en la Syrie un futur « grand » du pétrole, il y a toutes raisons de penser que le pétrole pourra fournir un support croissant à la politique d’industrialisation et au financement des projets de développement.

  • 10 Les droits de transit payés par l’Irak Petroleum Company ont longtemps représenté un important reve (...)
  • 11 The Middle East. octobre 1977.

20La capacité de raffinage du pays s’est développée initialement autour du pétrole irakien traversant la Syrie pour être exporté par le terminal de Bânyâs. Une raffinerie a été construite à Homs ; détruite en 1973, elle a retrouvé sa capacité initiale de 2,5 millions de tonnes en 1975, puis cette capacité a été doublée en mars 1976. Une deuxième raffinerie est en cours d’achèvement à Bânyâs, dont la capacité atteindrait 6 millions de tonnes. La capacité de raffinage atteindrait ainsi 11 millions de tonnes, ce qui correspondrait aux besoins estimés du pays en 1982 (la consommation de produits raffinés a atteint environ 3 millions de tonnes en 1975). Après la querelle avec l’Irak10 et l’arrêt des exportations irakiennes, les installations de Homs ont été révisées pour pouvoir traiter davantage du brut syrien (50 % au lieu de 20 % ), tandis qu’à Bânyâs est raffiné du pétrole séoudien. Un projet d’une troisième raffinerie, à Tartous, a été abandonné, puis réétudié, et pourrait être réalisé avec des capitaux séoudiens pour traiter du pétrole séoudien non plus à Tartous, mais dans la zone franche syro-jordanienne de Dar‘â11.

21La pétrochimie, comme nous l’avons noté, reste encore peu développée, mais représente un des secteurs en extension, avec une usine d’engrais azotés à Hama, une usine d’urée et d’ammoniaque à Hama et une usine d’urée à Homs.

22Comparativement à l’importance du pétrole, les autres ressources minières sont limitées, mais cependant non négligeables.

  • 12 La production effective de 1977 aurait à peine dépassé 500 000 tonnes.

23Les phosphates sont produits dans plusieurs mines dans la région de Palmyre, depuis 1972 (Kneyfiss et Charkié), avec la coopération de firmes d’Europe de l’Est. La production était de 650 000 tonnes en 1974 et la capacité de production atteindrait en 1977 le million de tonnes, pour un objectif de 2 millions de tonnes en 198012. Deux usines pour la production de trisuperphosphates sont en construction (contrat avec les Roumains) à Homs (450 000 tonnes) et à Deïr ez-Zor (225 000 tonnes). Les exportations de phosphates représentent en 1975 un peu moins de 2 % des exportations ; le prix est relativement bas par rapport au cours mondial du fait de la teneur relativement faible du minerai.

24Les autres ressources connues sont constituées par l’uranium (associé aux phosphates, à raison de 200 à 300 grammes par tonne, il pourrait donner naissance à une petite production commercialisée en 1979), le chrome et le manganèse (sans doute en quantités insuffisantes pour une exploitation), le sel (dans la région du bas Euphrate, 58 000 tonnes ont été produites en 1976). Le minerai de fer est présent en plusieurs points du territoire, l’estimation des réserves variant entre 100 et 530 millions de tonnes d’un minerai à faible teneur (30 à 35 % de fer seulement). Une exploitation limitée permettrait d’alimenter les activités sidérurgiques de Hama (ronds à béton, semi-produits, comme nous l’avons signalé).

c) L’énergie et les communications

25L’évolution de l’économie syrienne est très fortement marquée, depuis le début de la période de planification (1960), par une forte préférence pour les infrastructures, qui implique un effort considérable d’investissements pour des résultats qui ne peuvent apparaître qu’après un délai important et de manière progressive. Ainsi peuvent s’expliquer nombre de tensions et de déséquilibres mais, en même temps, on peut considérer que les bases d’une croissance rapide sont ainsi posées, et les goulets d’étranglement progressivement levés.

26La production d’énergie électrique s’est considérablement accrue au cours des dernières années, et a atteint 2,152 milliards de kilowatts/heure en 1977 : l’augmentation de production est supérieure à 12 % par an et permet de répondre à la croissance des besoins (45 % de la puissance produite est utilisée par l’industrie). La mise en service des six premières turbines du barrage sur l’Euphrate a permis de devancer nettement la demande, tandis que d’autres centrales sont construites ou prévues (Méhardé, Bânyâs, Homs...). La puissance installée atteignait, fin 1977, 4,032 mégawatts. Au total, 40 % de la production électrique est d’origine hydraulique et 60 % d’origine thermique, ce pourcentage étant conservé dans le 4e plan. Parallèlement au développement du potentiel de production, un effort considérable d’unification du réseau, de développement des lignes de transport et de l’interconnection, et d’électrification rurale (800 villages devraient être reliés au réseau au cours du 4e plan) est entrepris.

27Les transports et les communications. Les transports constituent souvent un goulet d’étranglement majeur dans les pays en développement. La Syrie, en raison de sa position géographique qui en fait une zone de transit entre les producteurs de pétrole et la Méditerranée, puis d’une politique systématique d’investissements pour désenclaver les régions et unifier le pays, peut être placée parmi les rares pays qui échappent à cette contrainte. Le réseau routier a été considérablement développé et amélioré (95 % du trafic total utilise la voie routière) depuis le début des années 60 : 10 000 kms de route environ sont asphaltés, et des voies rapides relient progressivement les grandes villes (Damas-Homs-Alep, Damas-Dar‘â (frontière jordanienne), Alep-Raqqa-Deïr eiz-Zor, Alep-Lattaquié, Damas-frontière libanaise, route côtière Tartous-Lattaquié, etc...). Plusieurs de ces projets sont inscrits au 4e plan, qui prévoit d’affecter plus de 12 % de l’investissement total aux transports et communications, et attend de ce secteur une croissance supérieure à 16 % par an.

28Les chemins de fer, longtemps mal utilisés, car vétustes et en partie constitués par un réseau à voie étroite (la voie Beyrouth-Damas-‘Ammân), ont fait l’objet d’investissement importants, et un réseau modernisé est en voie d’achèvement, reliant la côte (Lattaquié et Tartous) à Alep, avec prolongement vers l’Est (Qâmichlî), où elle dessert les plaines à blé de Djézireh. Les projets du IVe Plan (580 km) portent sur une ligne Damas-Homs, et la desserte des mines de phosphates proches de Palmyre par une jonction avec Homs. Si un accord avec les Irakiens le rend possible, le réseau syrien pourrait, à partir de Deïr ez-Zor, rejoindre le réseau irakien, tandis que le passage au gabarit standard de la voie Damas-Dar‘a (frontière jordanienne) est entrepris. Ainsi, malgré les retards accumulés, la Syrie disposera bientôt de 1 500 km de voies ferrées modernes.

29Jusqu’aux récents « événements » du Liban, et malgré les efforts syriens en faveur des ports de Lattaquié, puis de Tartous, le principal port syrien était Beyrouth. La conjonction des investissements, de l’amélioration des liaisons avec l’intérieur (voie ferrée, route) et de la fermeture de Beyrouth, conduit à une forte augmentation du trafic de Lattaquié (qui a presque doublé entre 1973 et 1976) et au « décollage » de Tartous, qui traite près d’un million de tonnes. Les objectifs du IVe Plan portent sur un doublement, puis un triplement, de la capacité de Lattaquié (engorgé aujourd’hui), sur l’extension de Tartous et la création d’un troisième port, sans doute près de Lattaquié. On notera pour mémoire les installations de Bânyâs, port pétrolier en eau profonde, pouvant traiter annuellement plus de 20 millions de tonnes.

30Récemment modernisé et étendu, l’aéroport de Damas a lui aussi bénéficié des troubles libanais, et son trafic a plus que doublé entre 1973 et 1976 (plus de 500 000 passagers par an).

31Depuis quelques années, un effort important, qui doit être accru par le IVe Plan, a été entrepris en faveur des télécommunications. Les objectifs portent sur 25 000 abonnements au telex, le doublement entre 1975 et 1980 du nombre d’abonnés au téléphone (qui passerait de 130 000 à 265 000), la fabrication sous licence, par une société mixte syro-française (C.I.T.-Alcatel) de centraux téléphoniques, la pose de câbles coaxiaux vers l’Irak, vers Alexandrie et vers la Crète.

32d) Parmi les richesses potentielles de la Syrie, le tourisme a longtemps été négligé et, de manière délibérée, le régime a renoncé à utiliser cette source de devises. En l’absence d’infrastructures d’accueil qu’un secteur privé incertain de son sort laissait à l’abandon, et face à une attitude officielle propre à décourager les organisateurs de voyages les visiteurs restaient peu nombreux. Depuis 1973, la politique « d’ouverture » s’est exercée dans ce domaine, et de nombreux hôtels et centres de séjour sont en construction dans les grandes villes et les sites touristiques. L’afflux de Libanais pendant la guerre civile a d’ailleurs abouti à une saturation des installations existantes, les nouvelles réalisations n’étant pas encore achevées. 680 000 touristes auraient visité la Syrie en 1975, et on peut considérer que le tourisme constituera un apport croissant à la balance des paiements, sans que soit à redouter une « invasion touristique » destructrice comme en connaissent certains pays riverains de la Méditerranée.

  • 13 Intervie » de M. Subbi Kabhaleh. ministre du barrage, The Middle East, oct. 1977.

33e) Il est logique de terminer cette prise de vue globale des efforts et des perspectives de croissance syriennes par quelques remarques sur le grand projet des décennies 1960 et 1970 : le grand barrage de l’Euphrate. Cet énorme projet concerne en effet l’agriculture, l’énergie, le tourisme, l’industrie, et constitue l’expression la plus remarquable de la volonté des responsables syriens de modifier profondément l’économie du pays et leur maîtrise de certains aspects essentiels (irrigation, énergie électrique). C’est en 1966 qu’après l’échec d’un accord avec la République Fédérale Allemande, qui prévoyait l’octroi d’un financement de 500 millions de D.M. (ramené à 350 millions dans un deuxième temps), fut signé avec l’U.R.S.S. l’accord sur le financement et la construction du grand barrage près de Tabqa. Les travaux débutèrent en 1968, absorbèrent près de 25 % des allocations du IIIe Plan (1,5 milliard de L.S.) et devraient recevoir près de 20 % des allocations du IVe Plan (1976-1980), soit 8 milliards de L.S. Le détournement de l’Euphrate fut réalisé en 1973, et le lac (12 milliards de m3 d’eau) a pratiquement atteint en 1978 son niveau définitif et couvre environ 700 km2 (80 km de long, 8 km de large). Il est à noter que les premières turbines (il doit y en avoir huit) ont commencé à fonctionner au début de 1974, quelques mois avant la date prévue. En fin 1978, 6 des 8 turbines fonctionnaient, permettant d’approcher la puissance énergétique prévue pour la première étape (800 000 kilowatts). On devrait ensuite passer à 1 200 000 kW. La production annuelle dépasse 2 milliards de kW/h, et est limitée en fait par l’insuffisance de la demande13. Cet apport énergétique est vital pour les projets industriels en cours ou envisagés.

34L’autre aspect majeur du projet du barrage est l’irrigation de 640 000 hectares (alors qu’en 1977, 335 000 hectares seulement étaient irrigués dans l’ensemble du pays). Le schéma implique d’énormes travaux d’adduction, de construction de villages, de routes, d’installations agricoles, ect., et l’installation de dizaines de milliers de cultivateurs, semi-nomades à fixer sur place et émigrants venus des régions agricoles surpeuplées. Le IVe Plan prévoit, nous l’avons noté, 8 milliards de L.S. pour des réalisations qui devraient permettre d’irriguer une première tranche de 240 000 hectares, dont 135 000 seraient cultivés. Ces prévisions sont certainement beaucoup trop optimistes, comme le prouvent les difficultés rencontrées dans la réalisation du projet pilote (environ 27 000 hectares). Fin 1977, outre ce projet pilote, un projet de 10 000 hectares et un autre de 21 000 hectares étaient en cours : les accords de coopération sont conclus ou en négociation avec les pays de l’Est (Roumains) ou de l’Ouest (Etats-Unis) pour la réalisation de ces périmètres. Le ministre du barrage considérait, fin 1977, que le coût de mise en culture était d’environ 20 000 L.S. par hectare (soit 14 milliards de L.S. pour les 640 000 hectares à prendre en compte). On voit ainsi que les coûts et les difficultés sont à la mesure des espoirs et des objectifs : le grand barrage est à cet égard très représentatif de la situation d’ensemble de l’économie syrienne. Rappelons pour mémoire qu’un conflit sérieux oppose la Syrie à la Turquie et à l’Irak pour le partage des eaux. Le « rapprochement syro-irakien », fin 1978, devrait favoriser une solution.

35f) Les autres secteurs d’activité sont essentiellement constitués par le secteur de la construction, qui, après une longue stagnation, a presque triplé d’importance entre 1973 et 1976 (reflétant ainsi l’afflux de revenus spéculatifs et de capitaux d’origine extérieure), le commerce, qui retrouve son dynamisme et constitue en 1976 près de 20 % du produit intérieur, le secteur « gouvernement », qui s’accroît au rythme de l’extraordinaire extension des dépenses publiques et passe de 9 % en 1963 à 12 % en 1976 du P.I.B. (la consommation publique en monnaie constante augmente de 15 % par an entre 1970 et 1976). A l’évidence, ces deux secteurs, qui constituent plus du tiers du produit syrien, ne sont pas les causes du dynamisme économique, mais plutôt des parties prenantes dans la circulation des revenus. Ils constituent une dimension majeure de l’ambiguïté de l’évolution de l’économie syrienne.

4. Consommation et niveau de vie : les bénéficiaires de la croissance

36On sait que les données relatives à la répartition et les données sociales sont, en général, dans tous les pays, les parents pauvres de la statistique officielle. La Syrie n’échappe pas à cette règle, et on ne saurait attendre des informations précises sur la répartition, et sur son évolution en fonction de la croissance des années récentes. On ne peut que s’attacher à des indices et prendre en compte quelques tendances sectorielles dégagées ci-dessus, pour suggérer certaines hypothèses.

37La croissance du revenu par tête n’est évidemment pas un indicateur satisfaisant de l’évolution du niveau de vie des diverses catégories de la population. Rappelons seulement que le revenu par tête s’est accru de 4,8 % par an entre 1963 et 1976 et représente en 1976 l’équivalent de 670 dollars E.U., soit 2 630 L.S. Globalement, les conditions sanitaires, éducatives et sociales, se sont améliorées, et la Syrie n’est certainement pas un « pays de la misère ». Le tableau cependant est loin d’être pleinement satisfaisant, et la réduction de la part du revenu revenant au secteur agricole (de 30 % à 18 % entre 1963 et 1976), alors que les agriculteurs constituent toujours la moitié de la population, laisse supposer une forte dégradation du revenu relatif des agriculteurs. Cette hypothèse est confirmée par l’importance de l’exode rural (la population urbaine s’est accrue de 60 % depuis 1959). Des « annexes urbaines » improvisées s’étendent désormais autour des villes principales, elles-mêmes démesurément grossies. La paupérisation relative d’une partie au moins des masses rurales rejette vers la ville des masses déracinées, selon un modèle courant dans le Tiers-Monde.

38A l’autre extrémité de l’échelle des revenus, l’expansion des années récentes, les mesures en faveur du capital privé, le « boom » de la construction et, a contrario, les campagnes contre la corruption, donnent quelque crédit aux bruits qui circulent sur les « nouveaux millionnaires », souvent enrichis dans les allées du pouvoir. L’importance du secteur « commerce » en dépit de l’ampleur des nationalisations dans ce secteur (notamment en ce qui concerne le commerce extérieur) témoigne de la possibilité pour un groupe social de continuer à s’approprier des revenus importants.

  • 14 Voir à ce sujet, par exemple, la rubrique « Syria » dans la Middle East Annual Review, 1978.

39Plus généralement, les observateurs s’accordent à reconnaître l’ampleur de la spéculation sur les terrains et sur les loyers (accrue par l’exode des Libanais vers Damas et accessoirement Alep, en 1975-1976) et le rôle démesuré des prélèvements opérés par les « intermédiaires », qui se chargent de faire obtenir les commandes et les contrats. La pratique des « comités ad hoc », mis en place pour accélérer les procédures et court-circuiter la bureaucratie, aboutirait en fait à accentuer le phénomène en permettant aux firmes étrangères intéressées de mieux identifier les intermédiaires utiles14. Le phénomène de clientèlisme est lui aussi renforcé par de telles pratiques.

40Pour ne pas être spécifique à la Syrie, cette évolution n’en est pas moins inquiétante, et risque de conduire à des tensions sociales insupportables entre la « nouvelle classe », et particulièrement sa fraction « nouveaux riches », et la masse de la population, durement touchée par l’inflation. Ces tensions seront accrues si la « pause » enregistrée dans la croissance syrienne en 1977-1978 devait se prolonger et ralentir fortement l’augmentation du revenu par tête. La consommation privée a en effet augmenté de 10°% par an (en volume) entre 1970 et 1976 (soit environ 6,5 % par tête), mais au prix d’un très fort déficit extérieur. Les déséquilibres économiques, que nous analyserons dans la 3e section, peuvent donc gravement porter atteinte au système socio-politique actuel. Non seulement les investissements « à long terme » de la Syrie ne portent que progressivement leurs fruits, et les dons étrangers constituent des palliatifs aléatoires, mais le fonctionnement du système social tend à se dégrader avec l’accroissement des richesses en circulation et l’inégalité croissante de leur répartition.

II. LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE ET L’ORGANISATION DE LA PRODUCTION ET DES ÉCHANGES

  • 15 Ces problèmes sont étudiés dans le chapitre consacré à l’histoire de la Syrie contemporaine.

41Les résultats importants, mais ambigus et parfois contradictoires, de l’économie syrienne depuis le début des années soixante traduisent les efforts, les succès et les échecs d’une politique volontariste de maîtrise de l’évolution économique à travers le contrôle des centres de décision et des activités essentielles. Les aléas extérieurs, et bien évidemment au premier chef le conflit avec Israël et les deux guerres ouvertes de la période, ont perturbé en profondeur les choix des objectifs et les conditions de réalisation (ne serait-ce, entre autres, que par l’influence des impératifs stratégiques sur les choix d’infrastructure, les localisations industrielles, et sur le drainage de ressources rares en hommes et en matériel vers les besoins militaires). Par ailleurs, les destructions d’octobre 1973 sont estimées à près de 8 milliards de L.S. L’évolution politique interne a elle aussi joué un rôle important, conduisant à un infléchissement des objectifs et parfois à des « redressements » spectaculaires15, en particulier en 1971. Une continuité certaine apparaît cependant à travers deux composantes majeures qui, pour l’essentiel, n’ont pas été remises en cause : le rôle dominant attribué au secteur public dans les domaines essentiels depuis les nationalisations de 1964- 1965, et que l’appel aux capitaux privés depuis 1971 n’a pas réellement remis en cause, et la recherche d’une maîtrise croissante de l’évolution au moyen d’une planification dont les instruments s’améliorent progressivement et dont les objectifs deviennent de plus en plus ambitieux. Nous présenterons donc les caractéristiques essentielles du contrôle public des moyens de production et d’échange, et les traits majeurs de la planification. Nous tenterons ensuite d’appréhender les hésitations du modèle syrien et les contradictions de la « voie syrienne ».

1. La difficile maîtrise d’une économie contrôlée

a) La mise en place d’un secteur nationalisé dominant.

  • 16 Sur l’ensemble de la question, l’étude de référence reste celle de J. Ducruet : « Secteur public et (...)

42La période de l’Union avec l’Egypte est, on le sait, à l’origine de mutations qui apparaîtront vite irréversibles dans l’organisation économique du pays. Avant 1951, le secteur public était inexistant16 et, au cours des années 1950, l’essor industriel (textile) et agricole (notamment dans la Djézireh) repose sur l’initiative privée, qui va cependant progressivement s’affaiblir. Crise économique et fuite des capitaux caractérisent la fin des « années 50 » et rendent évidente la nécessité d’une intervention publique plus importante. Au cours de cette période, la production et la distribution d’électricité seront nationalisées, ainsi que les chemins de fer. Le port de Lattaquié sera développé, et celui de Tartous créé. Une véritable Banque Centrale enfin fonctionne à partir de 1956. Les extensions de l’intervention publique se font par rachats ou prises de contrôle d’intérêts étrangers (par exemple, la Banque de Syrie et du Liban, française, assurait, sous contrôle de l’Etat, la fonction d’émission de monnaie jusqu’en 1956).

43Une véritable politique de nationalisations (banques, assurances, industries) débute en fait pendant la période de l’Union (1958-1961) par imitation des principes d’organisation économique de l’Egypte. Cette période est aussi marquée, on le sait, par le lancement d’une importante réforme agraire. Après les hésitations et les tentatives de retour en arrière de la période 1962-1963, la rupture décisive avec un système où prédomine l’entreprise privée intervient en 1964- 1965. Cette période est en effet caractérisée par une vague très importante de nationalisations, qui vont donner, pour l’essentiel, au système économique syrien la structure qui le caractérise aujourd’hui.

  • 17 Pour le 2e plan, par exemple, les investissements privés dans l’industrie devaient représenter 12,5 (...)

441) Toutes les entreprises industrielles importantes sont nationalisées et les nouvelles industries (métallurgie, chimie, engrais, etc...) relèvent du secteur public. Les entreprises sont regroupées en « Unions » ou « organisations générales », dont les principales sont : l’organisation générale pour les industries textiles, qui regroupe treize sociétés, dont les nombreux établissements produisent une gamme qui va des filés de coton à la confection et la bonneterie ; l’organisation générale des produits alimentaires, l’organisation générale des industries chimiques (verre, plastique, engrais, caoutchouc, pharmacie), l’organisation générale des industries mécaniques (appareils électriques et électroniques, appareils ménagers, constructions mécaniques, fer et acier, batteries, tracteurs, etc...), l’organisation générale pour le ciment. Les entreprises nationalisées produisent environ les deux tiers de la production industrielle, bien qu’elles représentent très nettement moins de 1 000 des 34 000 « entreprises » recensées. Elles reçoivent plus des trois quarts des investissements17.

  • 18 Pour le détail sur les productions du secteur privé, voir E. Longuenesse, chap. X du présent ouvrag (...)

45A côté de l’industrie nationalisée, il existe un secteur privé à double niveau. D’une part, un secteur « moderne » résiduel, constitué d’entreprises ayant échappé à la nationalisation ou récemment créées, couvre un domaine hétérogène et à l’avenir imprécis : de la production de savon à la bonneterie, aux cuisinières à gaz, en incluant de nombreux produits textiles, les productions ne peuvent être classées selon des critères économiques significatifs. La mise en œuvre d’une politique de « zones franches industrielles » pourrait conduire à une extension des entreprises « mixtes » associant capitaux publics et capitaux privés nationaux ou arabes18.

46Au dernier niveau se situe un secteur d’artisanat, héritier d’une très ancienne tradition, et qui, constitué de toutes petites « entreprises » (le plus souvent moins de 5 personnes), emploie sans doute le tiers de la main d’œuvre « industrielle ». La modernisation de l’industrie ne laisse guère de perspectives de survie à cet artisanat, d’autant moins que le groupe social qui le constitue représente un ferment d’opposition potentielle, ou parfois ouverte (de plus, souvent, artisanat et commerce traditionnel sont étroitement associés).

  • 19 Il faut noter cependant que Tripco a abandonné tous ses droits après des explorations sismiques, et (...)

472) Outre les mines et l’électricité, nationalisées à 100 %, une mention spéciale doit être faite pour le secteur pétrolier : secteur clef, on l’a vu, mais aussi secteur test des ambitions du régime et révélateur des compromis inévitables lorsqu’on veut l’efficience et l’accélération de la croissance. Après la renonciation de l’Irak Petroleum Company, qui avait conclu à l’absence de réserves exploitables (1951), puis les maigres découvertes américaines et allemandes (Concordia, filiale de Deutsche Erdoll), l’accord ne put se faire pour l’exploitation du champ de Karachuk. En 1964, l’une des premières dans le monde arabe, la Syrie nationalisa l’exploration et la production de pétrole, qui furent confiées à la Compagnie Syrienne des Pétroles, sous l’autorité de l’organisation générale du pétrole. Avec l’assistance technique soviétique, la C.S.P. réussit à atteindre le chiffre de production déjà cité de 10 millions de tonnes, transportées à la côte par un oléoduc de 650 km et de 12 millions de tonnes de capacité, et à développer une capacité de raffinage de 11 millions de tonnes. A partir de 1974, la nécessité de faire appel à des concours occidentaux pour accentuer l’effort d’exploration sur les 75 000 km2 susceptibles de recéler du pétrole conduit à une révision profonde de la politique pétrolière, le monopole absolu de la Compagnie Syrienne des Pétroles étant remis en cause. En mai 1975, une compagnie américaine, Tripco, signe un accord pour la prospection en mer (20 millions de dollars seront investis, la Syrie recevra 88 % de la production éventuelle, pour laquelle sera créée une entreprise mixte). En juin 1975, des appels d’offre internationaux sont lancés pour une dizaine de concessions pour la recherche en mer. Les premiers résultats, ainsi que nous l’avons indiqué ci-dessus, sont encourageants (découverte, à Habari, en Syrie Centrale, de pétrole de bonne qualité, indices en mer) et le montant des réserves a pu être fortement réévalué. L’avenir de la nouvelle politique pétrolière syrienne dépendra sans doute de l’évolution du marché international du pétrole, qui rendra plus ou moins attractive pour les entreprises occidentales une recherche dont les perspectives sont malgré tout limitées19.

483) Le secteur financier et bancaire a été successivement « arabisé » au temps de l’Union, puis nationalisé lors de la grande vague de nationalisations des années 1963-1965. Après diverses péripéties (et une tentative infructueuse de « reprivatisation » en 1961), un décret de mai 1963 nationalisa définitivement toutes les banques. Les banques commerciales furent regroupées en deux étapes pour fusionner en un organisme unique : la Banque Commerciale de Syrie. Il existe par ailleurs 4 banques spécialisées dans les crédits (de toutes natures) à certains secteurs : Banque Coopérative Agricole, Banque Industrielle, Banque Foncière, Banque de Crédit Populaire. Le contrôle total de l’Etat sur le système bancaire a facilité l’accroissement considérable du financement bancaire du déficit public au cours des dernières années, expression significative des déséquilibres de l’économie syrienne.

49Les assurances sont, elles aussi, nationalisées et constituées en une entre- prise unique : la Compagnie Syrienne d’Assurance.

TABLEAU III. Répartition des principales activités : secteur privé – secteur public (évaluation de 1975) (en pourcentage)

TABLEAU III. Répartition des principales activités : secteur privé – secteur public (évaluation de 1975) (en pourcentage)
  • 1 Le secteur public est organisé sous forme d’environ 140 « organisations d’Etat ».

Note (1)1

50Cette brève prise de vue sur le secteur nationalisé en Syrie montre son importance primordiale et sa prééminence indiscutable. Si on ajoute le quasi-monopole (de plus en plus contesté, cependant, dans la pratique) du commerce extérieur, on constate que l’Etat contrôle directement tous les leviers de l’activité économique. Le Tableau III (ci-dessus) résume cette situation. On constate cependant que subsistent des domaines d’activité assez vastes, où le secteur privé est majoritaire, ou même exclusif, en particulier l’agriculture, la construction, le commerce, les transports, auxquels on peut ajouter le secteur touristique en expansion rapide depuis quelques années. La politique d’ouverture, de rapatriement des capitaux syriens et d’appel aux capitaux arabes, menée à partir de 1971, s’est surtout appliquée à ces domaines, en particulier à la construction, qui a connu une expansion très forte (avec les conséquences inflationnistes que nous avons notées). L’une des grandes ambitions actuelles du gouvernement est d’attirer le capital étranger pour un développement massif des projets touristiques. De récentes mesures ont ainsi permis d’offrir des exemptions fiscales de 3,5 ou 7 ans pour les projets touristiques (la durée la plus longue de l’exemption étant proposée pour les projets les plus luxueux). De surcroît, la firme qui entreprend la construction d’un hôtel de luxe peut importer tous les matériaux nécessaires sans payer de droits de douane. La Banque de Paris et les Pays-Bas a accordé un prêt pour les réalisations touristiques. A l’issue du plan actuel (1980), le tourisme devrait devenir, après le pétrole et le coton, la troisième source de devises du pays.

51Les autorités syriennes espèrent aussi attirer les capitaux extérieurs dans des opérations industrielles, auxquelles seraient appliqués des régimes fiscaux très favorables. Ainsi est-il prévu, dans les accords de coordination des investissements syro-jordaniens, des exemptions d’impôt sur le revenu pour 5 ans et des exemptions de droits de douane pour des immobilisations supérieures à 150 000 dollars.

52Sept zones franches ont été prévues : Damas, Aéroport de Damas, Adra, Alep, Dar‘â, Lattaquié et Tartous. Seule la zone de Damas connaissait réellement un début d’activité en 1977. Une des difficultés invoquées par les investisseurs potentiels est l’absence de banques étrangères, mais le gouvernement syrien ne semble pas disposé à suivre l’exemple égyptien et à autoriser des succursales de banques étrangères, ou l’installation de banques extraterritoriales.

53D’importantes négociations se déroulent, surtout avec des groupes séoudiens, mais toutes les hésitations et les incertitudes ne sont pas levées. En fait, plus que des difficultés techniques, il semble que la conviction que le parti Ba‘th est réellement désireux de laisser fructifier le capital privé et le capital étranger n’est pas encore partagée par tous ceux qu’il sollicite. Nous rencontrons là l’une des ambiguïtés permanentes du modèle syrien, qui sera examinée ultérieurement : l’absence de politique claire et non réversible à l’égard des contributions attendues et acceptées du capital privé. L’organisation et l’évolution de l’expérience de planification ne sont pas de nature à lever l’incrédulité des capitalistes syriens émigrés ou des capitalistes arabes face aux discours et législations destinés à les séduire.

b) L’amélioration de la planification ne permet pas encore de parler d’une économie planifiée.

  • 20 Comme pour les nationalisations, la référence de base est l’article de J. Ducruet, « Secteur public (...)

54L’expérience syrienne de planification commence réellement en 196020, bien qu’à l’issue du rapport de la Banque Mondiale de 1955, un programme d’investissements décennal (1958-1968) ait été promulgué, car il ne revêtait pas grande signification. Les travaux préparatoires ont cependant permis l’élaboration d’un premier plan de 5 ans (mi-1960 – mi-1965), prolongé jusqu’à la fin de 1965. Le deuxième plan a couvert la période 1966-1970, le troisième la période 1971 - 1975, tandis que le dernier plan, publié avec retard en 1977, doit couvrir la période 1976-1980. Renvoyant en annexe les chiffres les plus significatifs des plans, on s’efforcera ici de mettre en évidence les aspects marquants de l’évolution de la planification et des choix majeurs de politique économique qu’elle exprime.

551) Organisation et modalités de la planification. Les techniques de planification et l’ampleur du champ ouvert se sont considérablement accrues au cours de la période, sans que pour autant les aléas, liés notamment aux relations extérieures et aux variations climatiques, aient été réellement maîtrisés. A cet égard, la « surréalisation » du 3e plan, comme les difficultés actuelles du 4e plan, sont révélatrices de l’ampleur des progrès à accomplir pour parvenir à une véritable économie planifiée. Si l’on prend en compte le fait que 35 à 40 % des 54 milliards de L.S. d’investissements envisagés dans le 4e plan doivent être obtenus de source extérieure, on perçoit clairement la fragilité fondamentale de tout le processus.

56L’organisme responsable de la planification est « l’organisme d’Etat pour la planification », présidé par le ministre d’Etat pour la planification. La coordination et les décisions sont assurées par le Conseil supérieur du Plan, regroupant les ministres concernés et quelques hauts responsables économiques. Les ministères économiques sont particulièrement nombreux : par exemple, en juin 1977, dans le cabinet Khlaïfâwî, on trouvait, outre les ministères généraux : finances, économie, agriculture, plan, un ministre du barrage de l’Euphrate, un ministre de l’électricité, un autre du pétrole, un autre pour le tourisme, un ministre des travaux publics et ressources hydrauliques, un ministre du logement, un ministre des transports, un ministre de l’approvisionnement et du commerce extérieur, etc...

57Les plans sont avant tout l’occasion, pour les responsables du pays, d’exposer leurs choix et de dresser une liste, de plus en plus longue d’un plan à l’autre, des objectifs poursuivis dans tous les domaines (y compris l’éducation, le logement et la culture), des réalisations envisagées pour les atteindre, et des investissements prévus, groupés par grandes catégories puis répartis par projet. Un certain nombre d’objectifs sont exprimés sous forme d’agrégats : taux de croissance global et sectoriel, emploi, revenu. Ainsi, la croissance du revenu national est envisagée de la façon suivante : 1er plan 7,9 % par an, 2e plan 7,2 %, 3e plan 8,2 % et 12 % pour le 4e plan.

  • 21 Nous examinerons dans la 3e section les problèmes posés par les ressources financières internes et (...)

58Les plans apparaissent surtout comme l’expression d’objectifs d’investissement : 2 720 millions de L.S. pour le 1er plan, presque le double pour le 2e, 4 955 millions, 8 000 millions pour le 3e, et un bond étonnant pour le 4e : 54 millards. On évalue en même temps la part de l’investissement qui devrait être assurée par le secteur privé : 36,7 % pour le 1er plan (conçu, on l’a vu, avant la grande vague des nationalisations), 30 % pour le 2e plan, 20 % pour le 3e plan, chiffre à peu près identique à celui fixé pour le 4e plan (mais rappelons que 35 à 40 % des ressources sont attendues de l’extérieur). Ces prévisions sont le plus souvent très aléatoires et surestiment les capacités de financement d’ensemble, et surtout les capacités du secteur privé et des revenus extérieurs pour les 2 premiers plans (52,1 % seulement des ressources prévues pour le 1er plan ont pu être effectivement collectées). L’ampleur des ressources attendues de l’extérieur pour la réalisation du 4e plan explicite clairement cet aléa financier21.

592) Du 1er au 4e plan. L’étude des plans successifs permet aussi de suivre l’évolution de la « stratégie de développement » et les priorités des divers secteurs.

60– Le 1er plan prévoyait d’affecter 40 % des investissements à l’agriculture (comprise au sens large, l’essentiel étant dans ce cas l’irrigation et la bonification des terres). Le secteur mines-industrie-électricité et celui des transports recevaient l’essentiel du reste, soit chacun environ 20 % des investissements prévus. Le taux de réalisation des investissements publics au cours du 1er plan n’a guère dépassé 50 % des prévisions : 28 % pour l’irrigation, 80 % pour l’industrie, 52 % pour les transports, 30 % pour l’énergie ; les secteurs sociaux et culturels enregistrent un taux de réalisation plus élevé. Le secteur privé, par contre, connaît des taux de réalisation supérieurs aux prévisions. Au total, les difficultés d’exécution sont grandes et, si le revenu total augmente comme prévu, le résultat est dû à d’excellentes récoltes : l’indice de la production agricole passe de 100 à 200, le revenu d’ensemble de 100 à 159, mais celui de l’industrie seulement de 100 à 137, entre 1960 et 1964, alors que le plan prévoyait une mutation structurelle renforçant la part de l’industrie.

  • 22 Dans ce total de 4 955 millions de L.S., 30 % environ devait être réalisé par le secteur privé.
  • 23 Le rôle des aléas météorologiques apparaît clairement dans les indices suivants (sur la base 1961-1 (...)

61Le 2e plan, après une année 1965 intermédiaire et médiocre, accorde une grande importance au barrage de l’Euphrate (qui reçoit 13,1 % des 4 955 millions de L.S. prévus)22, la part globale de l’irrigation et de l’agriculture dépassant à peine 28 % ; l’industrie et les mines reçoivent plus de 20 %, les transports conservent le pourcentage du 1er plan (18 % ), et un effort important est consenti pour les « services publics et travaux d’intérêt collectif » (plus de 25 % ). En fait, cette dernière rubrique correspond à la construction, au logement et au tourisme, etc..., qui doivent être pris en charge par le secteur privé. Les résultats du 2e plan sont assez décevants, à l’exception du barrage de l’Euphrate, qui bénéficie des concours soviétiques. Si, de nouveau, les chiffres de croissance prévus pour le revenu national sont à peu près atteints, l’indice de la production agricole (base 1961-1965 = 100) était de 84 en 1966 et de 86 en 1970 (après avoir atteint 107 en 1969)23. La dépendance à l’égard des caprices météorologiques reste très fort. La production agricole par tête passe de l’indice 77 à l’indice 70 entre le début et la fin du plan. La production manufacturière croît de près de 40 % (alors que les prévisions portaient sur 30 %), mais, en 1970, les industries « historiques » textiles et alimentaires représentent 72 % de la valeur ajoutée. Le montant de l’investissement brut cumulé des 5 années du plan s’élève à 3 568 millions de L.S. (en valeur constante 1963), soit un peu plus de 70 % des investissements prévus. Si l’on tient compte du déficit extérieur et des graves problèmes de financement, on peut considérer qu’au début de la décennie 1970, l’expérience de la planification en Syrie n’était guère convaincante, même si l’effort de programmation et de « suivi » des investissements auquel elle se réduisait pour l’essentiel était loin d’être négligeable.

62– La réussite du 3e plan (1971-1975) est par contraste éclatante au premier abord. Bien qu’il ait été marqué par la guerre et ses destructions, le plan a globalement dépassé les objectifs ambitieux qui avaient été retenus. La comparaison entre les objectifs d’investissements (aux prix de 1970) et les réalisations (en prix courants) fait apparaître un net dépassement des objectifs (au lieu des 6,5 milliards de L.S. prévus pour les investissements publics, dans un total de 8 milliards, l’investissement privé devant constituer 20 °o de l’ensemble, le montant de ces investissements publics a atteint près de 9 milliards) ; mais, en raison des glissements de prix, cette performance n’est guère significative. La croissance globale de l’économie au cours de la période paraît beaucoup plus impressionnante : elle atteint 10,5 % par an entre 1971 et 1975, alors que les prévisions (optimistes) du plan n’étaient « que » de 8,2 %.

63Une étude plus précise de certains aspects du plan conduit cependant à nuancer quelque peu les appréciations sur le rôle joué par la planification dans ce résultat, car plusieurs facteurs ont joué « hors plan », spécialement quelques très bonnes récoltes (1972 par exemple) et l’afflux énorme de capitaux arabes à partir de 1973 : ceux-ci ont plus que compensé les destructions d’octobre 1973 et expliquent en particulier l’expansion de la construction. La croissance rapide des exportations pétrolières a aussi joué un rôle, tandis que l’impact réel des mesures de libéralisation économique de 1971 n’est pas aisé à identifier. Sans minimiser l’importance des résultats (qui ont beaucoup contribué à consolider le régime de Hafez al-Asad), on ne peut affirmer sans précautions qu’ils constituent les bases d’une croissance saine et équilibrée. La comparaison, dans les tableaux IV et V, des objectifs d’investissements par secteurs et des réalisations effectives d’une part, des taux de croissance prévus et réalisés d’autre part, montrent clairement les limites du « volontarisme économique » et le rôle de la chance ou des aléas, voire des faiblesses politiques. Ainsi, le taux assigné à l’industrie n’est pas atteint, alors que la croissance agricole dépasse les objectifs, mais seules des moyennes comparées sur plusieurs années sont significatives dans ce domaine. On ne peut manquer d’être frappé par la croissance beaucoup plus rapide que prévue, et supérieure au taux moyen du P.I.B., des activités liées au commerce, à la finance et au gouvernement : il s’agit bien là de signes dangereux d’une économie de « redistribution de ressources » plus activement menée que les résultats de la production ne devraient le permettre. De même peut-on constater que le faible pourcentage d’investissement prévu pour l’agriculture n’a pu être réalisé, alors que le secteur « industriel » (mines et pétrole compris) absorbe près de la moitié des ressources d’investissement. En fait, le plan a pu être « surréalisé » à cause de l’afflux considérable des capitaux arabes (plus de 670 millions de dollars en 1975), qui ont permis une accélération énorme des investissements (plus de 25 % du P.I.B. en 1976), un quadruplement des dépenses publiques entre 1971 et 1975, et un déficit extérieur de près d’un milliard de dollars en 1975 sans pour autant acculer le pays à la banqueroute. De telles conditions rendaient précaire la poursuite d’une croissance à ce rythme et expliquent le freinage de 1976-1977.

TABLEAU IV. Le 3e plan 1971-1975 : investissements publics prévus et réalisations (en millions de livres syriennes)

TABLEAU IV. Le 3e plan 1971-1975 : investissements publics prévus et réalisations (en millions de livres syriennes)
  • 2 Rappelons que l’investissement total prévu était de 8 000 millions de L.S.

Note (1)2

Source : Commission d’Etat pour la Planification.

TABLEAU V. Taux de croissance prévus et taux effectifs durant le 3e plan 1971-1975

TABLEAU V. Taux de croissance prévus et taux effectifs durant le 3e plan 1971-1975

Source : Commission d’Etat pour la Planification.

TABLEAU VI. 4e plan : caractéristiques essentielles des perspectives d’investissement et de croissance

TABLEAU VI. 4e plan : caractéristiques essentielles des perspectives d’investissement et de croissance
  • 3 dont 10 milliards attendus du secteur privé et 30 % au moins du total venant de l’extérieur.

Note (1)3

Source : Commission d’Etat pour la Planification.

64Le 4e plan (1976-1980), conçu dans la période d’optimisme de la fin du 3e plan, était beaucoup plus ambitieux que ses prédécesseurs. Révisé, avant publication, pour tenir compte du « reflux » de 1976, il n’a été divulgué que partiellement en 1977. Même révisées, ses prévisions sont extrêmement ambitieuses et reposent sur un ensemble de « paris » dont tout donne aujourd’hui à penser qu’ils ne pourront être tenus. Les données essentielles sont résumées dans le Tableau VI ci- dessus.

65L’une des caractéristiques majeures du plan est l’énorme accroissement des investissements (54 milliards de L.S., à comparer aux 9 du plan précédent) ; en prix constants 1975, l’investissement s’élève encore à 40 milliards, et les prévisions initiales atteignaient 80 milliards de L.S. Un autre trait notable est le « retour » à la priorité pour l’agriculture, et l’ambition d’une croissance de 8 % par an pour ce secteur. Sans doute y a-t-il surestimation de la rapidité avec laquelle se feront sentir les effets des énormes travaux d’irrigation exécutés dans le cadre du projet de l’Euphrate. Compte tenu des résultats du 3e plan, les prévisions pour l’industrie peuvent aussi paraître optimistes. On notera surtout que la maîtrise du financement et de l’équilibre de la croissance n’est pas mieux assurée que précédemment : l’épargne interne devrait s’élever à près de 28 %, alors que la moyenne récente est de moins de la moitié ; et même dans le cas où cette augmentation serait possible (au détriment bien évidemment de l’accroissement de la consommation privée et publique), le recours au financement extérieur représenterait au moins 25 % des besoins. On peut aussi s’inquiéter de l’évolution que connaîtra la balance commerciale (les importations ne devraient croître que de 7,5 % par an, alors que, de 1976 à 1977, elles ont augmenté de 31 % mesurées en L.S. et de 25 % mesurées en dollars).

  • 24 Rappelons que les déséquilibres de la croissance seront examinés plus systématiquement dans la troi (...)

66L’optimisme du plan est donc sans doute déraisonnable, car excessif : outre les déséquilibres et les aléas qui viennent d’être rappelés24, la difficulté rencontrée dans l’achèvement des projets, et les retards, parfois très importants, qui s’accumulent, traduisent de graves difficultés d’organisation, de gestion et de limitations des « ressources humaines ». Avec des atouts incontestables, renforcés par de nombreux succès dans les 10 dernières années, le « modèle syrien » n’en est pas moins confronté à des problèmes de choix autant politiques et sociaux qu’économiques.

2. Les hésitations et les ambiguïtés du « modèle »

67Les contraintes extérieures, la guerre et un budget de la défense qui dépasse souvent 70 % des dépenses ordinaires, l’évolution heurtée des relations avec les voisins arabes (Liban, Jordanie, Irak), qui oscillent entre l’étroite coopération, le conflit ouvert, la dépendance rageuse et l’occupation militaire, ne suffisent pas à expliquer les divers « virages » de la politique économique syrienne, et les formes successives du compromis avec les pressions d’origine étrangère. Les bouleversements politiques jouent un rôle essentiel, et les grandes étapes (1963, 1966, 1971) marquent autant d’inflexions dans les méthodes mises en œuvre pour réaliser le « grand dessein » de modernisation et de développement accéléré du pays. La place nous manque pour une analyse approfondie de la « dialectique du volontarisme et de la contrainte économique » dans l’histoire de la Syrie contemporaine. Les analyses menées précédemment et les données fournies nous permettent de mettre l’accent sur les deux aspects qui nous paraissent les plus significatifs des ambiguïtés et des contradictions de l’expérience syrienne :

  1. Les difficultés du compromis entre une économie « contrôlée » et « socialiste » d’une part et le recours nécessaire aux capitaux extérieurs et au secteur privé d’autre part :

  2. Les problèmes de « centrage » du développement, et notamment de l’arbitrage entre les grands projets et les résultats rapidement ressentis par la population.

a) Le capital privé et l’ouverture extérieure

  • 25 Cf. R. Hilan, Le Monde Diplomatique, mars 1973.

68Dès le début de l’Union avec l’Egypte, le problème du secteur privé a été posé, et nous avons retracé les phases essentielles du processus de nationalisation. Le refus du secteur privé syrien d’assumer ses responsabilités dans la croissance et les investissements qu’elle exigeait, la fuite importante des capitaux, la recherche du profit rapide25, devaient conduire à un blocage économique, qui ne pouvait que renforcer les courants idéologiquement favorables aux nationalisations. Très vite cependant, il apparut que, non seulement l’Etat ne disposait ni des moyens financiers, ni des compétences techniques pour prendre en charge l’ensemble de l’effort de développement, mais encore que la bureaucratie et les contrôles trop tâtillons aboutissaient eux aussi à un blocage de plus en plus néfaste. Dans un pays traditionnellement ouvert sur l’extérieur, aux contacts multiples et permanents avec le Liban du « laissez-faire », la tension de l’effort de guerre et de l’accumulation intense ne pouvait manquer, malgré tous les durcissements doctrinaux, de nécessiter quelques soupapes de sécurité et des tolérances (par exemple, un marché libre de la L.S. a toujours existé de manière officieuse, y compris aux postes de douane). Jusqu’en 1971, cependant, les appels du gouvernement au retour des capitaux émigrés ne pouvaient à l’évidence avoir le moindre résultat, et ce d’autant moins que ce qui restait du secteur privé (les hôtels par exemple, ou certaines entreprises industrielles) vivait dans l’incertitude permanente sur leur avenir et sous la menace de nationalisations. La nationalisation du commerce extérieur n’était pas non plus sans entraîner des excès bureaucratiques et le développement de pratiques de réseaux parallèles et de corruption pour les licences d’importation et d’exportation.

69Le mouvement de « redressement » de Hafez al-Asad, fin 1970, se traduit dès le début de 1971 par des mesures « d’ouverture » et de libéralisation économique, qui se multiplieront dans les années 1973-1974. La nationalisation des secteurs fondamentaux étant irréversible, il paraissait économiquement efficient et politiquement utile pour le groupe au pouvoir (élargissement de sa clientèle) d’accélérer la croissance en attirant les investissements arabes, et en tentant de ramener au pays une partie des nombreux techniciens et cadres qualifiés qui l’avaient quitté avec leurs capitaux.

70Il s’agissait à la fois de créer un nouvel état d’esprit, et de prendre des mesures techniques susceptibles de créer des perspectives attirantes pour les capitaux étrangers. Les mêmes mesures, dans ce nouveau climat, pourraient aussi débloquer en partie l’épargne des milieux aisés et l’encourager à s’investir. Les divers exemples cités précédemment et les résultats des dernières années montrent à la fois le bien-fondé d’une « ouverture » pour une économie qui étouffait, et les risques de ne pouvoir maîtriser la dynamique ainsi engendrée, conduisant à des inégalités sociales considérables, sans pour autant détourner vers l’investissement productif l’argent de la spéculation et de la corruption.

  • 26 Voir M.O.C.I., juillet 1977.

71Les mesures prises sont multiples, de portée et de signification différentes, mais s’inscrivent clairement dans la même perspective,. Dès le début de 1971, une amnistie pour les capitaux émigrés entraînait certains rapatriements (limités), tandis que s’ouvraient les frontières libanaises à des importations bloquées depuis longtemps et jouant un rôle de « décompression ». Les principales mesures concernent l’octroi plus facile de permis et licences d’importation pour créer des activités, des exemptions fiscales, des franchises de douane pour certaines importations de biens d’équipement, le droit d’ouvrir et d’utiliser librement des comptes en devises étrangères, une diminution du contrôle des changes, etc... Une garantie accordée aux investissements étrangers est aussi une pièce importante du dispositif. Comme nous l’avons noté, les secteurs visés sont d’abord la construction et le tourisme, mais certaines industries sont aussi concernées. Ainsi ont été créées les zones franches industrielles de Damas, Lattaquié, Tartous, Homs et Dar‘â. Pour cette dernière, un accord syro-jordanien de 1975 a créé une société mixte au capital de 60 millions de dollars destinés à créer des activités industrielles. La Syrie n’hésite plus à étudier des « joint ventures », associant le capital syrien à du capital étranger, telle la Syrcotel, avec la France (C.I.T.-Alcatel), pour la production de centraux téléphoniques26. On peut analyser dans la même optique la nouvelle politique pétrolière de concessions étrangères amorcée en 1974. Beaucoup est fait aussi pour attirer le capital arabe, séoudien, koweitien, ou des Emirats, et de nombreux contrats sont discutés.

  • 27 Selon les dernières données du Bureau Central de la Statistique, les investissements bruts privés s (...)

72On voit donc que le rôle attribué au capital privé, national, arabe et étranger, est important. Sur les 54 milliards de L.S. du 4e plan, près de 10 devraient être d’origine privée, surtout dans l’agriculture (2,5 milliards), dans l’industrie (1,5 milliard) et dans le tourisme et l’habitat (4 milliards). Ces chiffres sont à comparer avec celui d’un milliard environ d’investissement privé pour 197427.

73Il n’est pas de notre propos d’argumenter sur le danger de « restauration du capitalisme » que pourrait entraîner ce recours au capital privé. A notre sens, une telle expression ne peut avoir de signification que politique, et doit donc être abordée de ce point de vue. L’exemple de l’Egypte montre bien qu’il ne suffit pas de le vouloir pour restaurer... le capitalisme. Techniquement et politiquement, l’appareil d’Etat contrôle l’économie et peut parfaitement assurer l’orientation qu’il désire à l’ensemble. Le refus de tout capital privé, notamment dans le tourisme, le commerce, la petite industrie, est une absurdité dogmatique très coûteuse. Par contre, le risque existe de dépaser les nécessités du compromis pour revenir à des comportements purement spéculatifs et antiproductifs. Il n’est pas facile d’attirer le capital privé pour le mettre au service d’un projet collectif ; ce dernier risque d’être déformé au profit d’une minorité complice, qui partage les résultats de la politique de « l’enrichissez-vous ». A notre sens, la nature du compromis « possible » est d’abord politique.

b) Quelles priorités pour le développement ?

74L’interprétation de l’effort de développement syrien et l’évaluation des résultats actuels et des perspectives ne permettent pas de classer sans équivoque la Syrie dans une catégorie précise de la typologie des « modèles de développement », à supposer qu’une telle typologie existe. Les hésitations, les échecs, les paris aventureux, caractérisent l’expérience syrienne autant que les résultats obtenus, qui sont indéniables. La nécessité des compromis internes et externes, la pression de la guerre, des voisins arabes, des tensions intérieures, laissent une impression de volontarisme parfois inconséquent et de retour périodique à une attitude pragmatique qui nuance, voire contredit, les affirmations idéologiques et la recherche parfois passionnée de l’indépendance.

75Sur un certain nombre d’options décisives, la Syrie souvent n’a pas voulu, plus souvent encore pas pu, faire les choix clairs qui pouvaient paraître nécessaires. Nous avons évoqué ces divers problèmes dans les pages précédentes. Rappelons l’échec relatif d’une politique agricole qui met trop l’accent sur les grandes opérations et pas assez sur les conditions de vie des paysans. Le « retour » de l’agriculture dans le 4e plan (près de 25 % des investissements) n’est guère convaincant puisqu’il s’agit pour l’essentiel du barrage de l’Euphrate. L’articulation agriculture-industrie n’est pas vraiment analysée, ni les priorités agricoles bien définies.

76La politique industrielle n’est pas non plus aisément identifiable : ni politique de l’industrie lourde, ni politique de substitution nette à l’importation, elle paraît reposer plus sur des « occasions » ou des choix accidentels que sur une véritable stratégie. Certaines filières (pétrole-engrais, coton-tissage-confection) ont une logique, mais l’ensemble manque beaucoup de cohérence, et les industries majeures restent liées au textile.

  • 28 Les échanges entre la Syrie et le Marché Commun sont moins déséquilibrés que l’ensemble de ses écha (...)

77On observe les mêmes hésitations dans les relations avec les marchés extérieurs : comme partout dans la région, le discours sur l’unité économique arabe débouche sur un constat de carence, voire sur des affrontements ouverts. Dès lors, le problème de la spécialisation régionale, permettant d’atteindre les dimensions techniques optimales, une réduction des coûts, une bonne utilisation des capacités et une maîtrise croissante de la technologie, est sans cesse éludé. L’appartenance de la Syrie, depuis 1964, au Marché Commun Arabe (avec l’Egypte, l’Irak et la Jordanie) n’a eu aucune sorte de conséquence. La politique « d’autosuffisance » dans un pays de dimensions réduites est impossible à appliquer, et la politique de spécialisation n’est pas plus concevable politiquement. L’appel aux capitaux arabes pourrait être un moyen d’ouvrir de nouveaux marchés aux produits syriens, mais à condition qu’ils soient compétitifs par leur prix et leur qualité. La Syrie a signé, comme l’Egypte et la Jordanie, en janvier 197728, un accord avec la Communauté Economique Européenne. Cet accord ouvre un quota aux exportations de tissus de coton syriens ; il ne paraît guère devoir bouleverser l’orientation du commerce du pays. A notre avis, l’effort de développement syrien n’a de sens que dans un contexte régional arabe, où les atouts accumulés par la Syrie lui permettraient de prendre une place de choix.

78Le tableau des limites et des incertitudes du « modèle » syrien ne doit pas masquer, en effet, la remarquable continuité de l’effort accompli depuis près de 20 ans, et la permanence de certaines orientations. Infrastructure, énergie, transports, ont été remarquablement développés, même s’il y a eu des retards. De nombreux projets permettent de devancer les besoins (énergie électrique par exemple), et leur coût doit donc être supporté par une production insuffisante. A terme, il s’agit d’autant d’atouts majeurs. Le Grand Barrage a été poursuivi et achevé, malgré la guerre : la phase de mise en valeur des terres doit être poursuivie avec la même obstination.

79Le pétrole a fait l’objet d’une politique suffisamment obstinée et finalement heureuse pour que l’ouverture actuelle aux capitaux étrangers ne risque guère de conduire à la contestation de la maîtrise de l’Etat. Plus généralement, les abus et les spéculations de « l’ouverture » ne remettent pas en cause la ligne générale de contrôle public des éléments essentiels de l’économie. Le succès sera acquis définitivement au secteur public s’il sait faire preuve de compétence et d’efficacité, tant nul ne semble remettre en question son rôle déterminant. On peut donc penser que, comme nous l’avons souligné au début, le problème à long terme de l’économie syrienne est un problème politique et humain ; fondamentalement, les éléments techniques et économiques sont positifs. A court terme cependant, les déséquilibres sont nombreux et le défi permanent.

III. DÉSÉQUILIBRES DYNAMIQUES ET DÉFIS PERMANENTS

80La Syrie illustre très clairement la conviction de beaucoup d’économistes, selon lesquels il n’est pas de croissance « équilibrée ». Non seulement la croissance, par définition, implique des bouleversements structurels, mais encore elle ne peut être financée que par des anticipations sur des résultats futurs, qui se traduisent par des déséquilibres financiers dans le temps (emprunts, déficits budgétaires, création monétaire et inflation) et dans l’espace (recours au financement extérieur). Le rythme accéléré de la croissance syrienne et l’ampleur des ambitions ont donné une importance particulière à cet ensemble de déséquilibres en Syrie depuis le début de la décennie 1970. On assiste ainsi à une véritable fuite en avant, et à un processus cumulatif d’endettement, qui risquent de mettre en cause l’ensemble de la tentative et ont conduit à un net ralentissement en 1977 et 1978, les limites du recours au financement extérieur ayant été révélées par la réduction des flux d’aide arabe en 1976. Nous examinerons les trois aspects les plus significatifs, à notre sens, de ces déséquilibres : l’insuffisance des ressources face aux dépenses publiques, les tensions inflationnistes croissantes, le déséquilibre extérieur.

1. Les déséquilibres du financement

a) Investissement et consommation

81Les résultats globaux du 3e plan ont été obtenus au prix d’un effort considérable d’investissement, qui devrait s’accentuer encore, comme nous l’avons noté, au cours du 4e plan. Entre 1970 et 1976, la Formation Brute de Capital Fixe en Syrie est passée de 788 millions de L.S. (aux prix 1963), dont 30 % par le secteur privé, à 2 768 millions (toujours en prix constants 1963), dont 24 % par le secteur privé. Cet accroissement représente un taux annuel de 23,2 %, qui est plus de deux fois le taux d’accroissement du Produit Intérieur Brut. Le pourcentage d’investissement est passé de 14 % du Produit Intérieur Brut à 28 %, entre 1970 et 1976. La comparaison de la situation en 1970 et en 1976 est fournie ci-dessous (les données détaillées sont fournies dans l’annexe, tableau IV).

TABLEAU VII. Le Produit Intérieur Brut et sa répartition en 1970 et 1976 (en L.S. aux prix de 1963 et en %)

TABLEAU VII. Le Produit Intérieur Brut et sa répartition en 1970 et 1976 (en L.S. aux prix de 1963 et en %)

Source : Bureau Central de Statistiques.

82Tandis que l’investissement augmentait considérablement, le taux d’accroissement de la consommation publique était de 15 % par an, celui de la consommation privée de 10 %, et la consommation totale augmentait ainsi de 11,5 par an, plus vite que le produit (10,05 % par an) ; ce qui, bien évidemment, signifie que l’investissement et la consommation cumulés dépassent le montant du P.I.B. La différence ne peut être couverte que par un recours aux ressources extérieures, qui ont représenté 23 % des ressources totales en 1976, ce qui est tout à fait considérable. Il faut voir là la raison essentielle du plafonnement des crédits d’investissement en 1977 et 1978 à la valeur nominale atteinte en 1976 (environ 10,5 milliards de L.S.), c’est-à-dire une diminution en valeur constante. La défaillance des financements extérieurs a conduit à diminuer les investissements, qui, de toutes façons, se heurtaient à des limites physiques et n’avaient été engagés que pour la moitié des crédits votés en 1976, les investissements de 1977 n’étant eux-mêmes engagés que pour 65 % environ des crédits votés. Les perspectives d’ensemble du 4e plan ne tiennent cependant guère compte de ces difficultés de financement, puisque, de 1975 à 1980, les investissements devraient croître de 11,8 % pour un taux de croissance total de 12 % par an du P.I.B. Il faudrait donc, pour limiter le déficit, que l’épargne passe de 10-12 % au maximum au cours des dernières années à 28 %, ce qui, évidemment, est politiquement exclu, tant l’austérité imposée devrait être intolérable. Même si le taux d’épargne passe à 20 % (chiffre encore très élevé), l’appel au financement extérieur serait d’au moins 1,3 milliard de dollars par an.

b) Déséquilibres budgétaires croissants

83Le rôle de l’Etat dans l’économie se traduit par l’importance du budget, dont les dépenses représentent au cours des dernières années près des deux tiers de la Production Intérieure Brute.

  • 29 On trouvera en annexe un tableau des composantes essentielles des budgets depuis 1970. On évitera d (...)

84Une étude de l’évolution des budgets syriens depuis 197029 révèle un certain nombre de tendances caractéristiques des déséquilibres systématiques des finances publiques.

  • Le pourcentage des dépenses publiques dans le P.I.B. ne cesse de croître de 1970 à 1977 : de 31,5 % il s’élève à 65 % en 1977. En prix courants, le budget consolidé passe de 2 milliards environ en 1970 à 18 milliards en 1978.

  • Les recettes fiscales couvrent une très faible partie des dépenses totales, 33 % en 1970, et seulement 17,8 % en 1977. Le budget ordinaire (hors investissement) est composé pour environ 60 % par les dépenses de défense (62,25 % en 1977, soit 16 % du P.I.B.), et ce budget ordinaire lui-même n’est couvert que pour moitié environ par les recettes fiscales, l’autre moitié provenant des « prêts et subventions », de nature mal identifiée.

  • Les dépenses de développement ont augmenté plus rapidement encore que les dépenses ordinaires entre 1970 et 1977, passant de 36,6 % des dépenses totales à 61 % ; il faut toutefois noter qu’il s’agit des pourcentages dans les prévisions budgétaires, alors qu’en 1975 et 1976, les dépenses effectives d’investissement ayant été très inférieures aux prévisions, leur part s’élève à environ 50 % du total. Les bénéfices et l’autofinancement du secteur public (essentiellement pétrole) constituent environ 1/3 des ressources (les surplus de la Compagnie Syrienne des Pétroles ont triplé entre 1973 et 1976). L’essentiel des dépenses d’investissement est couvert en fait par des ressources aléatoires (dons extérieurs, emprunts extérieurs ou intérieurs) ou nettement artificielles (facilités de crédits, et autres ressources non déterminées : « recettes exceptionnelles », qui en fait sont inscrites pour équilibrer les dépenses, mais ne correspondent à rien). Ainsi, en 1976, les recettes « exceptionnelles », autres que les facilités de crédits et les excédents de liquidité, représentaient plus de la moitié des investissements prévus, soit 5 812 millions pour un investissement de 10 645 millions. L’inexistence des ressources explique en grande partie que les dépenses de développement n’aient atteint que 5 212 millions, soit à peine la moitié de l’objectif. A titre d’illustration de cette situation de « financement par le déficit », poussé sans doute un peu trop loin par la pratique budgétaire syrienne, on peut présenter les caractéristiques des budgets syriens de 1977 et 1978.

TABLEAU VIII. Dépenses des budgets 1977 et 1978 (en millions de L.S.)

TABLEAU VIII. Dépenses des budgets 1977 et 1978 (en millions de L.S.)

(pour mémoire, évaluation du P.I.B. 1977 : 26 132 millions de L.S.)

TABLEAU IX. Répartition des ressources budgétaires 1977 et 1978 (en millions de L.S.)

TABLEAU IX. Répartition des ressources budgétaires 1977 et 1978 (en millions de L.S.)

85On voit donc que prêts, subventions et facilités de crédit, représentent près des deux tiers des dépenses totales. Le « volontarisme » de l’effort de développement syrien s’exprime par des choix dans le volume et la répartition des dépenses, mais ne peut encore se donner les moyens de maîtriser les ressources correspondantes.

2. Création monétaire, prix et inflation

86Le déséquilibre entre objectifs d’investissement et ressources disponibles se traduit par appel à l’extérieur (nous reprendrons cette question au point suivant), mais aussi par des tensions et des déséquilibres internes, dont les conséquences politiques et sociales peuvent être graves.

a) Monnaie et contreparties

  • 30 Nous prenons la définition large de la quantité de monnaie, c’est-à-dire l’ensemble des liquidités  (...)

87Le très large recours, pour « équilibrer le budget », aux facilités de crédit et à l’excédent de trésorerie des entreprises nationales et du secteur public ne pose aucun problème technique dans un pays où l’Etat contrôle tout le système financier et la quasi-totalité des entreprises importantes. L’étude des statistiques monétaires de la Banque Centrale de Syrie révèle un accroissement très important de la circulation monétaire, qui double pratiquement entre 1971 et 1974, pour doubler à nouveau entre 1974 et 1977 (alors qu’elle avait augmenté de 80°% environ entre 1965 et 1970)30. Elle passe ainsi de 1 780 millions de L.S. en 1965 à 3 236 en 1970, 7 850 en 1974 et 15 114 en 1977.

88En contrepartie de cet accroissement, on inscrit, pour l’essentiel, des créances sur l’Etat et sur les entreprises publiques. Pour s’en tenir à la période 1971-1977, les créances sur l’Etat (c’est-à-dire, en fait, le financement monétaire des dépenses publiques) passent de 2 122 à 5 047 millions de L.S., tandis que les créances sur organismes publics passent de 1 080 à 8 168 milliards. En fait, de 1971 à 1976, les dons extérieurs permettent à l’Etat de limiter ses appels au système bancaire, mais, depuis 1976, l’Etat a de nouveau utilisé massivement les crédits bancaires.

89Les créances sur entreprises publiques correspondent certes pour partie au développement effectif de leurs activités, mais une fraction importante (et très difficile à préciser) contribue à répondre, par création de monnaie, aux besoins de financement de ces organismes. Cette dernière hypothèse est renforcée par la constatation que les créances sur le secteur privé, pendant la même période, passent seulement de 570 à 1 322 millions, alors que l’activité du secteur privé, nous l’avons noté, est en expansion.

90Il semble bien que le secteur financier soit difficilement en mesure de répondre aux besoins des secteurs productifs (en particulier l’agriculture et les investisseurs étrangers), alors qu’il est au service de l’Etat, qui tend à abuser de plus en plus des « facilités de crédit » qu’il permet (ainsi, de 1976 à 1977, la quantité de monnaie proprement dite s’accroît de plus de 27 %, ce qui ne peut manquer de se répercuter sur l’évolution des prix).

b) Mouvements de prix

91L’évolution des prix, c’est-à-dire en fait leur augmentation à des taux croissants au cours des dernières années, est un fait reconnu par les autorités, et vivement ressenti et dénoncé par une partie importante de la population. Si les explications sont faciles à trouver et tiennent d’abord aux conditions mêmes de financement de l’économie, l’évaluation de l’ampleur du phénomène est très difficile, en l’absence d’indices satisfaisants. Les rares données disponibles sont peu vraisemblables et sous-estiment certainement l’ampleur des tensions inflationnistes, en particulier du fait de l’importance des subventions accordées par l’Etat pour empêcher la hausse de certains prix.

  • Les subventions figurent pour des sommes importantes au budget : 300 millions en 1974, 630 millions en 1975, les crédits de 1977 et 1978 restant à ce niveau de 600 millions (ce qui représentait en 1977 une somme comparable au montant des traitements publics). Ces subventions portent sur certains produits essentiels : sucre, riz, thé, café, huiles végétales, farine et certaines conserves importées ; sont aussi subventionnés le bois d’œuvre et les ronds à béton. A titre d’exemple, en 1977, le riz coûtait 1,45 L.S. sur le marché, et le sucre 3 L.S. ; les détenteurs de cartes de rationnement pouvaient acheter mensuellement 750 grammes de riz à 80 piastres le kg et 1,5 kg de sucre à 85 piastres. Le système de subventions peut être politiquement et socialement souhaitable pour accroître quelque peu le niveau de vie des plus défavorisés. Il n’en demeure pas moins dangereux, car il masque la véritable situation, et risque d’être à la fois de plus en plus coûteux et de plus en plus inefficace. L’exemple de l’Egypte montre aussi qu’au-delà d’un certain niveau de subventions, leur suppression est pratiquement impossible, et qu’elles entraînent des déséquilibres vite cumulatifs (avec éventuellement disparition des produits subventionnés que l’on peut acheter « librement » au prix fort).

  • Les indices de prix dans ces conditions ne sont pas très représentatifs, et ce d’autant moins que la conception même d’un « budget-type » pour l’ensemble de la Syrie, et d’un relevé systématique des prix, est quelque peu problématique. De plus, les loyers sont mal pris en compte par les indices, alors que leur accroissement est une véritable catastrophe pour de très nombreux groupes sociaux (phénomène qui ne se limite pas d’ailleurs à la Syrie et se retrouve avec la même ampleur à Alger, Le Caire ou ‘Amman...). Sous ces réserves, les indices disponibles peuvent donner une idée du sens des mouvements et de leur accélération. De 1962 à 1972, les prix de détail n’auraient que faiblement augmenté, la hausse étant de l’ordre de 3 à 4 % par an (sur la base 100 en 1962, on aurait, pour l’indice général des prix, 130 à Damas et 137 à Alep en 1972, la hausse étant plus forte pour les prix alimentaires : respectivement 136 et 144).

92A partir de 1973, la hausse est beaucoup plus rapide, à la fois du fait des accroissements des prix des importations, des contraintes internes, de l’effort de guerre et de l’accumulation accélérée, des dons et prêts étrangers.

  • 31 Ces indications sont tirées de International Financial Statistics, déc. 1978, et reproduisent les i (...)

93L’indice des prix de gros, sur la base 1975 = 100, évolue de la façon suivante : 1972 :61,7, 1973 :81,8, 1974 :93,3, 1975 :100, 1976 :112, 1977 :122,5, ce qui correspond donc approximativement à un doublement en 5 ans31.

  • 32 mêmes sources que pour les prix de gros.
  • 33 Rapport sur le développement dans le monde, 1978.

94Les prix de détail (moins représentatifs encore, comme il a été indiqué) révéleraient un accroissement légèrement plus fort, puisqu’on passerait, toujours sur la base 100 en 1975, de 62 en 1972 à 125 en 197732. Selon des sources non précisées, la Banque Mondiale33 fait état d’ordres de grandeur inflationniste : la hausse moyenne des prix à la consommation est évaluée à 1,8 % par an entre 1960 et 1970 (chiffre remarquablement faible), mais passerait à 18,8 % par an entre 1970 et 1976. La hausse de 1977 est certainement supérieure à 20 %. La redistribution aveugle des revenus qu’entraîne nécessairement un tel taux d’inflation posera sans nul doute un problème politique de plus en plus sérieux aux autorités.

3. Commerce extérieur et financement des déficits

95Le déficit important des ressources nationales syriennes face aux besoins de consommation, d’accumulation et de guerre, a pu être transformé en un « déséquilibre dynamique », non dépourvu d’efficacité malgré les fortes tensions, dans la mesure où l’extérieur a largement été mis à contribution, tant pour permettre l’accroissement des importations que pour financer directement le budget. La réduction des concours extérieurs en 1976 a montré la fragilité de la situation et la dépendance croissante de la Syrie.

a) Les déséquilibres du commerce extérieur34

  • 34 Voir le tableau du commerce extérieur en annexe.

96Depuis le début des années 1970, la Syrie a fortement accru ses relations avec l’extérieur, tant pour les importations que pour les exportations. En 1971, le commerce extérieur (importations plus exportations) s’élevait à 2 420 millions de L.S., pour un P.I.B. de 6 433 (soit 37,5 % du P.I.B.) ; en 1977, les chiffres se montent à 14 milliards pour un P.I.B de 26 milliards, soit environ 53 %. Calculées en unités de compte du F.M.I. (D.T.S.), les exportations ont été multipliées par 5 entre 1971 et 1976, les importations augmentant à peu près dans la même proportion. En L.S., aux prix courants, les importations sont passées de 1 553 millions à 9 819 entre 1971 et 1977, les exportations sur la même période passant de 789 à 4 200 millions. Le taux de couverture des importations par les exportations (une des expressions les plus significatives des déséquilibres du commerce extérieur) n’a donc guère varié : il était de 44 % en 1971, de 47 % en 1976 et de 43 % en 1977. Il faut noter cependant que la hausse des prix du pétrole avait amélioré la situation en 1974 (taux de couverture 69 %) et en 1975 (60 %), les importations faisant un bond entre 1975 et 1976 (plus de 60 %).

97Par contre, en raison de l’importance des déséquilibres en valeur absolue, la différence importation – exportation par rapport au P.I.B. est passée de 14,5 % à 21,5 % entre 1971 et 1977. Ces divers pourcentages indiquent clairement que la Syrie ne finance que nettement moins de la moitié de ses importations par ses exportations, et que, au cours des années récentes, plus du cinquième de ses ressources ont été d’une manière ou d’une autre financées par l’extérieur.

98Le développement des exportations et les modifications dans leurs structures traduisent les résultats et les limites de l’effort de développement de la période. Le pétrole brut devient de très loin l’exportation dominante, son pourcentage dans le total passant de moins de 20 % en 1970 à 72 % en 1975 et 58 % en 1977. Inversement, la part du coton brut, qui atteignait presque 44 % en 1970, revient à 13,3 % en 1975 et 20 % en 1977. Les phosphates ne représentent que 2 à 3 % des exportations, tandis que les produits textiles, seuls produits manufacturés faisant l’objet d’une exportation non négligeable, passent de 10 % du total en 1970 à 6,2 % en 1975. Les exportations de céréales, fruits et légumes, tabac, sont désormais peu importantes par rapport à l’ensemble.

99Les importations (qui ont presque doublé de 1975 à 1977) ont conservé une structure beaucoup plus stable sur la période 1970-1977. Les biens de consommation représentent à peu près 25 % du total, les biens intermédiaires 55 % et les biens d’équipement 19 %. Il faut rappeler ici que les résultats insuffisants de l’agriculture se traduisent par d’importantes importations alimentaires, représentant environ 20 % des importations en 1975 (soit 1 155 millions de L.S. en 1975), le sucre constituant à lui seul 7,6 % des importations (427 millions).

100Destinations du commerce extérieur, l’évolution politique de la Syrie depuis 1971 s’est traduite par une modification sensible des courants d’échanges. Le rôle très important joué par les pays d’Europe de l’Est et la Chine a diminué depuis 1972, et la Syrie importe en 1977 près de 2 fois plus de la C.E.E. que de l’ensemble du Comecon et de la Chine, alors qu’en 1971 le montant des achats aux deux groupes était comparable. Les principaux fournisseurs de la Syrie sont, en 1977, l’Allemagne de l’Ouest, la France, l’Italie et le Japon ; pour les pays de l’Est, la Roumanie joue un rôle exceptionnel en 1977, mais, les années précédentes, les ventes de plusieurs pays (URSS, Chine, Cuba, Tchécoslovaquie) sont comparables. Il est à remarquer que le déficit commercial de la Syrie est beaucoup plus faible avec les pays de l’Est qu’avec les Occidentaux. Les plus gros acheteurs de produits syriens sont l’Italie, l’URSS, la France et la Chine. Les pays arabes jouent un rôle faible, et plutôt en diminution : ils absorbent 13 % des exportations en 1977 (33,5 % en 1964) et fournissent 14 % des importations (17,7 % en 1964), dont, pour les deux tiers, du pétrole séoudien.

b) Les évolutions de la balance courante et le solde de la balance des paiements (le financement du déséquilibre des échanges)

101Le déficit commercial syrien est une donnée permanente de l’histoire récente syrienne : déjà en 1951, le taux de couverture des importations par les exportations ne dépassait pas 64 %. Par contre, la situation de la balance des services a beaucoup varié d’une période à l’autre, de sorte que tantôt les services et les dons compensaient largement le déficit commercial, et tantôt la Syrie connaissait de graves difficultés et devait tirer sur ses réserves en devises. Ainsi la situation est-elle assez bonne de 1966 à 1968, se détériore entre 1968 et 1971, pour s’améliorer beaucoup de 1972 à 1975, de nouvelles difficultés survenant à partir de 1976.

102Le déficit commercial peut être comblé de plusieurs manières, correspondant à divers postes de la balance des paiements. Nous présenterons brièvement l’évolution de ces différents postes depuis 1971 (voir l’annexe VIII).

103En premier lieu, le solde net des services est positif en Syrie jusqu’en 1974, en raison de l’importance des droits de transit pétrolier et des envois des émigrés. Le conflit avec l’Irak, puis l’occupation du Liban, vont inverser le solde des services, qui sera sensiblement négatif en 1976 (de 191 millions de dollars). Au total, l’ensemble « biens et services », faiblement déficitaire jusqu’en 1973, est très fortement déséquilibré à partir de 1974.

104En second lieu, on trouve un poste « transferts sans contreparties », qui enregistre les dons intergouvernementaux et les envois de fonds privés (travailleurs syriens à l’étranger). Ce poste s’est très fortement gonflé à partir de 1973, pour atteindre plus de 2 600 millions de L.S. en 1975. La réduction de l’aide arabe en 1976 (1 765 millions de L.S. de transferts sans contreparties), jointe à la très forte réduction des droits de transit pétrolier, entraîne l’apparition d’un déficit important des paiements courants, pour la première fois depuis 1971. En 1977, la situation s’inverse à nouveau grâce à un redressement de la balance des services et un montant inégalé de dons et transferts gouvernementaux sans contreparties (1 136 millions de dollars, soit près de 5 500 millions de L.S.).

105On enregistrera dans un autre poste les mouvements de capitaux (à court terme et à long terme). Ce poste comptabilise le solde des investissements et dépôts bancaires étrangers et mesure donc, au moins partiellement, le résultat des efforts pour attirer le capital étranger. Ce poste est le plus délicat à interpréter, car les données ne sont pas toujours précises et concordantes. Les données les plus récentes fournies par le F.M.I. nous permettent cependant de prendre la mesure de mouvements de capitaux, courts et longs, enregistrés entre la Syrie et l’extérieur depuis 1971. Ceux-ci sont représentés dans le tableau simplifié X.

106Il apparaît que ce n’est qu’au cours des années 1976 et 1977 que la politique « d’ouverture » aux capitaux étrangers s’est traduite par une entrée nette de capitaux, et surtout de capitaux à long terme, puisque ces derniers dépassent largement le milliard de L.S. Il sera important d’observer si cette tendance se poursuit en 1978, et d’essayer alors d’identifier plus précisément l’origine et l’affectation de ces capitaux à long terme.

TABLEAU X. Mouvements de capitaux à long terme et à court terme en millions de dollars E.U. (le cours officiel du dollar sur la période varie entre 4,15 et 4,80 L.S. pour un dollar)

TABLEAU X. Mouvements de capitaux à long terme et à court terme en millions de dollars E.U. (le cours officiel du dollar sur la période varie entre 4,15 et 4,80 L.S. pour un dollar)

Source : International Financial Statistics, déc. 1978.

107Le solde de l’ensemble des postes précités correspond à l’évolution des réserves en devises du pays. L’importance des concours extérieurs obtenus par la Syrie lui permet, à partir de 1971, de compenser largement le déficit de ses échanges de biens et services par les transferts, et d’accumuler un excédent de devises important de 1973 à 1975. En 1976, les réactions des bailleurs de fonds arabes à l’opération au Liban entraînent une détérioration de la situation, et la Syrie perd près de 2 milliards de L.S. en devises. En 1977, les transferts reprennent et les mouvements de capitaux sont, nous l’avons vu, nettement positifs, les réserves augmentant à nouveau sensiblement. Les premières données relatives à 1978 laissent présager que la situation pourrait à nouveau devenir délicate. Le tableau XI résume les données essentielles de la balance des paiements syrienne pour quelques années représentatives de l’évolution et de la dépendance croissante de la Syrie à l’égard de l’extérieur.

TABLEAU XI. Résumé de l’évolution de la balance des paiements pour quelques années entre 1971 et 1977 (en millions de dollars des E.U.)

TABLEAU XI. Résumé de l’évolution de la balance des paiements pour quelques années entre 1971 et 1977 (en millions de dollars des E.U.)

( ) Comme il s’agit d’une balance, le signe (–) indique un résulat positif (accroissement des réserves) et le signe (+) une détérioration de la situation (réduction des réserves). Source : International Financial Statistics, déc. 1978. N.B. : voir le tableau détaillé en annexe.

108Les réserves de la Syrie en liquidités internationales se modifient brutalement en fonction de la conjoncture extérieure : inférieures à 100 millions de dollars fin 1971, elles s’élevaient à 750 millions de dollars au milieu de 1975, pour tomber à 275 au début 1977 (soit six semaines d’importations), et dépasser les 700 millions au milieu de 1977. On saisit ainsi pleinement la vulnérabilité de l’économie et les aléas d’une planification dont les investissements, rappelons-le, sont attendus de l’extérieur pour environ 30 %.

c) La dette extérieure

109Compte tenu du financement très déséquilibré de l’économie syrienne, on pourrait s’attendre à trouver un pays grevé d’une dette extérieure considérable. En fait, les estimations « officielles » font apparaître un endettement et une charge de la dette très « raisonnables » par comparaison avec la situation de beaucoup d’autres pays. Les estimations « officielles », cependant, bien que transmises par les organisations internationales, sous-estiment sans doute le poids réel de l’endettement pour deux raisons. D’une part, la dette contractée pour des achats d’armes (envers l’URSS surtout) est très mal connue, dans son montant comme dans ses conditions. D’autre part, certains mouvements de capitaux à court terme sont difficiles à enregistrer. Quoi qu’il en soit, même s’il faut majorer les estimations, la Syrie ne croule pas sous les dettes et demeure pour les fournisseurs occidentaux par exemple, un client jugé difficile mais sérieux et acquittant ses engagements (sous réserve des à-coups comme celui de 1976). Le F.M.I. et la Banque Mondiale estiment à environ un milliard de dollars le total de la dette extérieure en 1976 (soit moins que les dons et transferts sans contreparties de 1977). Le service de la dette représente environ 10 % des exportations, le montant de la dette 15 % du P.I.B. Dans ce domaine, comme dans d’autres, la situation de fait de la Syrie est nettement plus favorable que l’observation des déséquilibres et des conditions « aberrantes » de son financement pourrait conduire à le penser.

OBSERVATIONS TERMINALES : QUEL SENS CONFÉRER À UN BILAN AMBIGU ?

110Cette présentation de l’économie syrienne ne saurait évidemment avoir une conclusion car, si conclusion il doit y avoir, il faut en chercher les éléments dans chacun des chapitres de cet ouvrage. L’économie syrienne donne parfois le vertige, tant elle paraît sur le fil du rasoir et toujours prête à éclater sous les tensions intérieures et extérieures. Les déséquilibres fondamentaux du début des années 1960 n’ont guère été résolus ; dans bien des cas, au contraire, ils se sont aggravés, et de nouveaux déséquilibres sont apparus. Ni la maîtrise des éléments essentiels, ni l’indépendance, ou tout au moins une autonomie relative, à l’égard de l’extérieur, ne peuvent être considérées comme acquises. L’accumulation rapide donne peu de résultats immédiats, et doit être financée en tirant des traites sur l’avenir. Les structures productives sont toujours fragiles, et les revenus répartis tendent à excéder en permanence les biens produits. On pourrait multiplier les aspects que nous avons étudiés tour à tour, qui devraient logiquement conduire à une question décisive : jusqu’à quelle échéance la catastrophe et le chaos pourront-ils être ajournés ?

111Et cependant une telle question n’a guère de sens, tant, en dépit des contraintes et de la guerre, ces déséquilibres multiples ont produit une incontestable dynamique. Les progrès sont multiples, les résultats sont évidents et les bases de la croissance future sont posées. Le paradoxe de l’économie constitue donc bien l’un des aspects du paradoxe du pays tout entier : les maladies sont si graves et si nombreuses qu’on peut se demander comment le malade peut courir aussi vite. Certes, on ne peut être aveuglément optimiste et penser que la situation actuelle peut se prolonger sans limites. Le moment des choix arrive sans doute pour l’économie syrienne : choix de l’espace de développement et du modèle industriel ; choix du modèle de répartition et des canaux de l’accumulation ; choix des dimensions et du contenu effectif des plans ; choix des attitudes envers le capital privé et l’extérieur. Rien, dans le bilan actuel, ne conduit à penser que, si les « bons choix » sont politiquement acquis, la réussite doit être exclue. Encore faudra-t-il expliciter plus clairement le contenu et les objectifs de la croissance.

Annexes

ANNEXE I. Comparaison entre la Syrie et quelques pays

ANNEXE I. Comparaison entre la Syrie et quelques pays

Note (1)4

Source : Banque Mondiale. Rapport sur le développement dans le Monde 1978

ANNEXE II. Evolution de la part des secteurs dans le PIB (en millions de L.S. constantes 1963. Prix du marché)

ANNEXE II. Evolution de la part des secteurs dans le PIB (en millions de L.S. constantes 1963. Prix du marché)

Note (1)5

Source : Bureau Central des Statistiques.

ANNEXE III. Population active par secteurs

ANNEXE III. Population active par secteurs

ANNEXE IV. P.I.B. par catégories de dépenses (millions de L.S. 1963 au prix du marché)

ANNEXE IV. P.I.B. par catégories de dépenses (millions de L.S. 1963 au prix du marché)

Source : Bureau Central des Statistiques.

ANNEXE V. Tableau des objectifs et prévisions essentiels des quatre plans 1960-1980

ANNEXE V. Tableau des objectifs et prévisions essentiels des quatre plans 1960-1980

ANNEXE VI. Comptes du gouvernement central en millions de L.S. (1970 à 1976 : réalisations – 1977-1978 : prévisions) (Millions de L.S. courantes)

ANNEXE VI. Comptes du gouvernement central en millions de L.S. (1970 à 1976 : réalisations – 1977-1978 : prévisions) (Millions de L.S. courantes)

Source : Bureau Central de Statistiques.

ANNEXE VII. Evolution de la situation monétaire 1970-1978

ANNEXE VII. Evolution de la situation monétaire 1970-1978

Source : Central Bank of Syria.

On peut noter les ratios caractéristiques suivants :

Sur la base 100 en 1970, la masse monétaire est à l’indice 476 en 1977.

Le rapport monnaie/P.I.B. passe de 39 % à 45 % entre 1970 et 1977.

Les créances sur entreprises publiques dans l’ensemble « crédits à l’économie » passent de 64 % à 86 %.

ANNEXE VIII. Balance des paiements 1970-1978 (en millions de dollars U.S.)

ANNEXE VIII. Balance des paiements 1970-1978 (en millions de dollars U.S.)

Source : F.M.I., Balance of Payments Yearbook.

Notes de l’annexe VIII
Le dernier poste : variations des réserves, est de signe inverse du solde d’ensemble, donc, si la balance globale est positive, le signe (–) indique un accroissement des réserves. Inversement le signe (+) indique une diminution des réserves.
Le poste services, crédit, enregistre les droits pour le transit pétrolier, ce qui explique la diminution en 1976.
Les transferts de fonds des émigrés sont en partie recensés parmi les transferts sans contrepartie, mais pour partie aussi dans les services. Les taux de changes de la L.S. en $ et DTS sont les suivants pour la période :

ANNEXE IX. Commerce extérieur : principales importations et exportations. Principales exportations

ANNEXE IX. Commerce extérieur : principales importations et exportations. Principales exportations

n.s. : non significatif

Principales importations

Principales importations

n.d. : non disponibles ou regroupés dans d’autres postes

Notes

1 Banque Mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, 1978.

2 Pour alléger le texte, nous n’indiquons pas systématiquement les références de chacun des indicateurs chiffrés. L’annexe statistique recense l’ensemble des sources : essentiellement le Bureau Central des Statistiques et la Banque Centrale de Syrie pour les sources directes et. pour les analyses et les synthèses : Fiches du Monde arabe, L’économiste arabe, The Middle East and North Africa Yearbook. Financial Times, Revue The Middle East. Quaterly Economic Review, Middle East Economic Survey. etc... On observera par ailleurs que les aléas statistiques sont nombreux, les méthodes d’élaboration pas toujours précisées, les données relatives à un phénomène précis peuvent varier, d’après les mêmes sources. On ne saurait donc attacher trop d’importance aux valeurs absolues, ou à des différences mineures, dans l’évaluation d’une grandeur. L’important est le sens de l’évolution, et la cohérence ou la convergence des données. Ces observations sont particulièrement applicables au problème des prix (évaluation à prix constants ou prix courants), à la pondération des diverses activités, aux évaluations du revenu national ou du produit. Le lecteur ne s’étonnera donc pas de certaines différences avec les chiffres d’autres collaborateurs de cet ouvrage. Dans la mesure où les tendances dégagées sont les mêmes, ces différences ont même l’avantage d’attirer l’attention sur le crédit limité qu’on peut accorder à des statistiques trop « fines ». Une livre syrienne équivaut à un franc.

3 pour laquelle nous renvoyons à la contribution d’E. Longuenesse, chap. X.

4 Pour une présentation plus détaillée, voir l’annexe statistique.

5 Cf. chap. VIII et IX les contributions de J. Hannoyer et F. Métrai.

6 On trouvera une analyse détaillée dans la contribution de E. Longuenesse.

7 L’objectif du 4e plan (1976-1980) est de couvrir les besoins du pays en sucre grâce à une augmentation de 900 % de la production de betterave et la construction de 4 raffineries. Les importations ont représenté en 1975 7,2 % du total des importations, soit 427 millions L.S.

8 Voir section suivante à ce propos.

9 Voir section suivante pour l’analyse de ce changement de politique.

10 Les droits de transit payés par l’Irak Petroleum Company ont longtemps représenté un important revenu en devises pour la Syrie (270 millions de L.S. en 1969 et 1970). Après la nationalisation (1972), un accord est intervenu avec l’Irak en 1973, mais a été remis en cause après la hausse des prix de l’automne 1973. Aggravé par les mauvaises relations politiques entre les deux pays, le conflit s’est poursuivi, conduisant l’Irak à éviter la Syrie (nouvel oléoduc aboutissant en Turquie) et conduisant la Syrie à acheter du brut séoudien. Chacun des deux pays a ainsi cherché à réduire sa dépendance envers l’autre, à grands frais.

11 The Middle East. octobre 1977.

12 La production effective de 1977 aurait à peine dépassé 500 000 tonnes.

13 Intervie » de M. Subbi Kabhaleh. ministre du barrage, The Middle East, oct. 1977.

14 Voir à ce sujet, par exemple, la rubrique « Syria » dans la Middle East Annual Review, 1978.

15 Ces problèmes sont étudiés dans le chapitre consacré à l’histoire de la Syrie contemporaine.

16 Sur l’ensemble de la question, l’étude de référence reste celle de J. Ducruet : « Secteur public et planification en République Arabe Syrienne », Proche Orient-Etudes Economiques, janv-juin 1969 (publié par l’Université Saint Joseph de Beyrouth). Sur la situation en 1955, voir le rapport de la Banque Mondiale, The Economic Development of Syria. Voir aussi les études publiées par l’Office Arabe de Presse et de Documentation, Damas.

17 Pour le 2e plan, par exemple, les investissements privés dans l’industrie devaient représenter 12,5 % du total de l’investissement industriel.

18 Pour le détail sur les productions du secteur privé, voir E. Longuenesse, chap. X du présent ouvrage. On renvoie aussi à ce chapitre pour les données détaillées sur le secteur public.

19 Il faut noter cependant que Tripco a abandonné tous ses droits après des explorations sismiques, et que les permis de recherche trouvent difficilement des soumissionnaires.

20 Comme pour les nationalisations, la référence de base est l’article de J. Ducruet, « Secteur public et planification en R.A.S. », Proche-Orient – Etudes Economiques. 1969, où sont étudiés les deux premiers plans. Le 3e plan a fait l’objet de nombreuses études et de rapports de la Commission d’Etat pour la planification. Le 4e plan n’a été publié qu’en 1977.

21 Nous examinerons dans la 3e section les problèmes posés par les ressources financières internes et les déséquilibres du financement.

22 Dans ce total de 4 955 millions de L.S., 30 % environ devait être réalisé par le secteur privé.

23 Le rôle des aléas météorologiques apparaît clairement dans les indices suivants (sur la base 1961-1965 = 100) : indices de la production agricole : 1966 : 84, 1967 : 103, 1968 : 96, 1969 : 107, 1970 : 86, 1971 : 97.

24 Rappelons que les déséquilibres de la croissance seront examinés plus systématiquement dans la troisième section.

25 Cf. R. Hilan, Le Monde Diplomatique, mars 1973.

26 Voir M.O.C.I., juillet 1977.

27 Selon les dernières données du Bureau Central de la Statistique, les investissements bruts privés se seraient élevés (en prix courants) à 1,930 milliard en 1975, 2,496 en 1976 et 3,058 en 1977, ce qui rendrait plausibles les prévisions, mais en valeur nominale.

28 Les échanges entre la Syrie et le Marché Commun sont moins déséquilibrés que l’ensemble de ses échanges : en 1976, la Syrie exporte 573 millions de L.S. et importe 908 millions, en 1977, elle exporte 601 millions de L.S. et importe 856 millions.

29 On trouvera en annexe un tableau des composantes essentielles des budgets depuis 1970. On évitera dans cette contribution de s’étendre sur certains aspects juridiques des problèmes, qui ne nous paraissent pas essentiels. On rappelle pour mémoire les difficultés statistiques et, en particulier, les incertitudes relatives au système de prix utilisés (courants ou constants).

30 Nous prenons la définition large de la quantité de monnaie, c’est-à-dire l’ensemble des liquidités : monnaie proprement dite, quasi-monnaie et dépôts à l’importation, selon les classifications du Fonds Monétaire International. Un tableau détaillé est présenté en annexe.

31 Ces indications sont tirées de International Financial Statistics, déc. 1978, et reproduisent les informations fournies par le gouvernement syrien.

32 mêmes sources que pour les prix de gros.

33 Rapport sur le développement dans le monde, 1978.

34 Voir le tableau du commerce extérieur en annexe.

Notes de fin

1 Le secteur public est organisé sous forme d’environ 140 « organisations d’Etat ».

2 Rappelons que l’investissement total prévu était de 8 000 millions de L.S.

3 dont 10 milliards attendus du secteur privé et 30 % au moins du total venant de l’extérieur.

4 Industrie y compris Mines, pétrole, bâtiment.

5 Y compris Mines. Industrie manufacturière. Pétrole et Services Publics

Table des illustrations

Légende Carte 2 – Géographie économique de la Syrie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU I. Répartition du Produit par secteur en 1963 et 1976 (prix constants 1963)
Légende Source : Bureau Central des Statistiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU II. Emploi par secteur en 1960 et 1975, en nombre et en pourcentage
Légende Source : Bureau Central des Statistiques
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU III. Répartition des principales activités : secteur privé – secteur public (évaluation de 1975) (en pourcentage)
Légende Note (1)1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU IV. Le 3e plan 1971-1975 : investissements publics prévus et réalisations (en millions de livres syriennes)
Légende Note (1)2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU V. Taux de croissance prévus et taux effectifs durant le 3e plan 1971-1975
Légende Source : Commission d’Etat pour la Planification.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU VI. 4e plan : caractéristiques essentielles des perspectives d’investissement et de croissance
Légende Note (1)3
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU VII. Le Produit Intérieur Brut et sa répartition en 1970 et 1976 (en L.S. aux prix de 1963 et en %)
Légende Source : Bureau Central de Statistiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABLEAU VIII. Dépenses des budgets 1977 et 1978 (en millions de L.S.)
Légende (pour mémoire, évaluation du P.I.B. 1977 : 26 132 millions de L.S.)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU IX. Répartition des ressources budgétaires 1977 et 1978 (en millions de L.S.)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre TABLEAU X. Mouvements de capitaux à long terme et à court terme en millions de dollars E.U. (le cours officiel du dollar sur la période varie entre 4,15 et 4,80 L.S. pour un dollar)
Légende Source : International Financial Statistics, déc. 1978.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU XI. Résumé de l’évolution de la balance des paiements pour quelques années entre 1971 et 1977 (en millions de dollars des E.U.)
Légende ( ) Comme il s’agit d’une balance, le signe (–) indique un résulat positif (accroissement des réserves) et le signe (+) une détérioration de la situation (réduction des réserves). Source : International Financial Statistics, déc. 1978. N.B. : voir le tableau détaillé en annexe.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre ANNEXE I. Comparaison entre la Syrie et quelques pays
Légende Note (1)4
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre ANNEXE II. Evolution de la part des secteurs dans le PIB (en millions de L.S. constantes 1963. Prix du marché)
Légende Note (1)5
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre ANNEXE III. Population active par secteurs
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre ANNEXE IV. P.I.B. par catégories de dépenses (millions de L.S. 1963 au prix du marché)
Légende Source : Bureau Central des Statistiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre ANNEXE V. Tableau des objectifs et prévisions essentiels des quatre plans 1960-1980
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre ANNEXE VI. Comptes du gouvernement central en millions de L.S. (1970 à 1976 : réalisations – 1977-1978 : prévisions) (Millions de L.S. courantes)
Légende Source : Bureau Central de Statistiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre ANNEXE VII. Evolution de la situation monétaire 1970-1978
Légende Source : Central Bank of Syria.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre ANNEXE VIII. Balance des paiements 1970-1978 (en millions de dollars U.S.)
Légende Source : F.M.I., Balance of Payments Yearbook.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre ANNEXE IX. Commerce extérieur : principales importations et exportations. Principales exportations
Légende n.s. : non significatif
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Principales importations
Légende n.d. : non disponibles ou regroupés dans d’autres postes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/740/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

Auteur

Michel CHATELUS, professeur à l’Université des Sciences Sociales de Grenoble.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable