Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

V - La Syrie de 1946 à 1979

Élisabeth Picard

Texte intégral

1Trente années d’indépendance nationale ne sont qu’un bref instant au regard d’un pays à l’histoire millénaire. Et pourtant en Syrie durant ces trente années les événements se précipitent, les acteurs politiques se succèdent et les situations se modifient en cascade. Les transformations qui s’opèrent sont plus importantes que celles de toute l’époque du Mandat, plus profondes que l’évolution enregistrée en quatre siècles de domination ottomane. Après un temps de flottement à l’indépendance émerge progressivement l’enjeu du débat dont le pays est l’objet : sa délimitation, l’esquisse de ses relations avec ses voisins immédiats, pays arabes frères et aussi le nouvel Etat d’Israël ; la détermination de son engagement ou de son non-engagement dans le débat entre grandes puissances qui préside aux années de sa naissance. A l’intérieur surtout, les Syriens sont confrontés à des choix essentiels : pour qui le nouvel Etat ? avec qui gouverner ? quels objectifs économiques, sociaux, veulent-ils viser ?

2Le débat se prolonge durant de longues années, de 1946 à 1963, avec des revirements, des hésitations, et parfois violence. Comme dans nombre de pays arabes du Proche-Orient, les militaires font irruption sur la scène politique, devenant progressivement des acteurs à part entière ; si pendant cette période, ils sont trop divisés entre eux pour faire régner dans le pays l’ordre auquel ils aspirent, ils contribuent largement à la dégradation du système traditionnel. En 1963, finalement, une coalition de membres du Parti Ba‘th arabe socialiste et d’officiers s’emparera durablement du pouvoir, mettant fin à dix-sept années de République parlementaire et de tiraillements externes.

3Dans le même temps, de vastes transformations sociales sont intervenues, qui tiennent au développement de nouveaux rapports de production, de nouveaux modes de consommation et à une modification du patrimoine culturel par le biais de l’enseignement, de la conscription et des media. A cette nouvelle société, le nouveau pouvoir militaro-ba‘thiste des années 1963-1979 doit construire un nouvel Etat. Il s’en donne les moyens dans un premier temps (1963-1970) en s’emparant des secteurs-clefs de l’économie, en procédant à de profondes réformes de structure, et en inaugurant une ambitieuse politique de croissance ; pourtant, les querelles internes de la classe dirigeante ne cesseront d’accaparer la vie du pays, la paralysant au mépris des problèmes essentiels. Lorsque, enfin, le général Asad s’emparera de l’appareil d’Etat en 1970, il s’attellera avec son équipe au renforcement de l’administration civile et militaire, ainsi qu’à légitimer à l’intérieur, mais aussi face à la communauté internationale, son nouveau régime. La question fondamentale demeurera jusqu’en 1979 celle de l’adéquation de la société syrienne aux régimes politiques qu’elle subit : de cet accord dépendent sa stabilité et son développement.

I. LA RÉPUBLIQUE PARLEMENTAIRE (1946-1963)

4Les héritiers de la République syrienne qui fête le 17 avril l’évacuation des dernières troupes françaises en 1946, grands bourgeois et propriétaires fonciers des « cinquante familles » qui se partagent la fortune du pays, peuvent-ils légitimement conserver la direction d’un Etat en pleine mutation sociale ? La rapide croissance démographique s’est accompagnée d’une mobilité régionale accélérée et surtout du développement de l’instruction et de l’information. Une nouvelle génération va contester le pouvoir de ces héritiers, d’origine sociale et de formation différente, porteuse de nouveaux messages politiques et organisée en partis modernes ; le « combat pour la Syrie » se joue entre deux générations. Mais, deuxième caractéristique, il se joue aussi, à l’extérieur, entre ses voisins arabes, en particulier l’Égypte et l’Irak ; de plus, il se déroule dans le monde bipolaire de la Guerre froide ; le débat idéologique entre « conservateurs » et « progressistes » se répercute à l’intérieur de la Syrie où il aboutira au triomphe du panarabisme populiste et du socialisme arabe défendus par la nouvelle génération. L’introduction de l’acteur militaire sur la scène politique syrienne est le troisième élément déterminant de la République parlementaire : sous forme de putsches tout d’abord, puis en liaison avec les nouvelles forces partisanes en faveur desquelles il va progressivement éliminer les partis politiques traditionnels.

1. Ancienne oligarchie et Partis modernes

  • 1 Le seul parti digne de ce nom est à cette époque le PCS, autorisé à nouveau depuis 1941. Il est in (...)

5Comme dans la majorité des Etats récemment indépendants du Proche-Orient, le pouvoir reste entre les mains de l’oligarchie traditionnelle réputée avoir mené la lutte nationale pour l’indépendance. En Syrie, elle se circonscrit d’une part à des familles de riches propriétaires terriens (possédant jusqu’à cinquante villages, plusieurs dizaines de milliers d’hectares, comme les Atâsî de Homs, les Hourânî et les Barâzî de Hama, les Mardam et les ‘Azm de Damas) qui règnent sur les neuf capitales régionales du pays ; et de l’autre, à celles des grands commerçants et entrepreneurs des industries textiles et alimentaires ; leurs noms sont connus de tous et leur mérite rarement contesté ; mais entre elles règnent des rivalités et des alliances qui concernent peu l’intérêt national ; leur ambition s’attache à l’obtention du pouvoir et des intérêts qui y sont liés, intérêts redistribués à la masse des parents, clients et alliés qui ont assuré leur victoire électorale, souvent au prix de manipulations, d’intimidations et de fraudes. Comment qualifier de partis ces formations mouvantes et ces coalitions éphémères qui se succèdent depuis l’éclatement du principal acteur de l’indépendance, le Bloc National, en 1947 ? Autour des notables damascènes et en particulier de celui qui est président de la République depuis 1943, Chukrî al-Quwatlî, jadis chaud partisan du royaume de Faïsal, s’organise le Parti National (PN) qui mêle subtilement les intérêts de ses chefs à ceux de l’administration du pays. En 1948, les grands propriétaires d’Alep et de Homs (la famille de Hâchim al-Atâsî qui sera président de la République en 1949) lui opposent le Parti du Peuple dont le programme politique est aussi inexistant, mais les liens avec la monarchie hachémite d’Irak évidents. Autour gravitent des partis locaux ou rattachés à la personnalité d’un « za‘îm » (leader), le Parti Libéral de Hasan al-Hakîm et Ruchdi Kikhya, le Parti de la République Arabe, des familles Mardam et ‘Azm...1. Enfin, une forte portion du pays, près du quart, est directement administrée par les chefs de tribu qui représentent des groupes presque autonomes, échappant à la faible autorité du pouvoir central.

6La loi électorale favorise d’ailleurs le compartimentage régional du pays : les électeurs et les candidats doivent se tenir à leur localité d’origine et jusqu’à la réforme imposée en juillet 1953 par le dictateur Chichaklî, les minorités, c’est-à-dire les non-sunnites, disposent d’une représentation automatique à la Chambre, de même que les « tribus ». Tant aux élections de 1947 qu’à celles de 1949 provoquées par le dictateur Hinnâwî, l’administration a loisir d’obtenir des résultats conformes aux desseins des dirigeants, le PN, d’abord, puis les Populistes. Chichaklî fait mieux encore aux législatives d’octobre 1953 où son Mouvement de Libération Arabe triomphe des autres formations, suspendues depuis un an, avec 72 des 82 sièges. Les seules véritables élections syriennes à l’ère libérale, conformes à la Constitution de 1930 et à ses amendements successifs, ont été celles de 1954 et 1961 ; l’une et l’autre se déroulèrent après trois années de suspension de la vie parlementaire, la première après le régime de Chichaklî, la seconde pour clore l’aventure de la République Arabe Unie. Aprement contestées, concernant près de deux millions d’électeurs des deux sexes, elles donnent l’une et l’autre la photographie de l’électorat syrien après dix, puis après quinze années d’indépendance ; si les partis conservateurs récoltent encore la majorité des sièges parlementaires (en 1954 : 32 Populistes, 25 PN et apparentés, 49 divers indépendants sur 142 députés. En 1961 : 32 Populistes, 20 PN, 76 indépendants dont certains favorables aux progressistes sur 170 députés), le grignotage de la majorité traditionnelle n’en paraît pas moins inéluctable, donnant la mesure de l’affaiblissement de son audience auprès des jeunes générations.

7Aux yeux des couches montantes, en particulier de la petite bourgeoisie urbaine sensible aux sirènes du nationalisme arabe, les partis traditionnels qui président aux destinées du pays proposent des solutions inadéquates tant au problème de l’indépendance qu’à celui du développement. Un « progressiste » comme le très riche Khâlid al-‘Azm, plusieurs fois chef du gouvernement avant 1958, s’engage dans des accords financiers avec la France (7 février 1949) et avec la Tapline (16 février), soulevant des vagues d’indignation populaire. Les frontières héritées du Mandat sont elles-mêmes remise en cause par la persistance d’irrédentismes : local chez les Arabes originaires du liwâ' d’Iskanderûn ; idéologique chez les partisans de la Grande Syrie. L’entité nationale est menacée par les pressions politiques et financières des Hachémites de Jordanie soutenant les révoltes au Djebel Druze en 1947 et 1954, et surtout de ceux d’Irak qui n’ont pas renoncé à unifier sous leur couronne les régions naturelles du Croissant Fertile.

8De plus, à l’intérieur, les sujets de mécontentement populaire s’amplifient ; la spéculation sur les terres à céréales se développe après la rupture de l’union douanière avec le Liban (1950) consommateur traditionnel de blés syriens ; elle s’enfle durant la guerre de Corée, suscitant d’immenses fortunes mais aussi la naissance d’un prolétariat agricole nouveau dans la vallée de l’Euphrate et la région de Hassaké. Une série de mesures protectionnistes favorise un temps la croissance des entreprises industrielles urbaines et suburbaines, et par ricochet l’organisation et le durcissement des luttes syndicales ; mais elle ne débloque pas le système entier basé sur le népotisme et les relations familiales dans lequel s’ouvrent deux minces brèches par où l’ascension est possible : l’Académie militaire de Homs et les Ecoles normales. Le nombre des élèves scolarisés a décuplé entre 1945 et 1960 (plus de 400 000), et ce développement de l’instruction dans le cadre d’une économie moderne bouleverse les rapports entre les patrons locaux et leur clientèle traditionnellement soumise. En attendant de venir gonfler les rangs des employés de l’administration et des services publics, les étudiants agitent la rue contre les intrigues gouvernementales et les complaisances parlementaires, contre le laisser faire qui règne face aux problèmes de la sécheresse (après 1953) et de la fuite de capitaux spéculatifs vers Beyrouth.

9De tous, le signe le plus éclatant de l’impuissance – s’il n’est celui de leur trahison – des gouvernements de la Syrie « libérale » indépendante, est la défaite dans la guerre de Palestine (15 mai 1948-7 janvier 1949). Tant par des engagements individuels au sein de l’Armée de libération (Jaïch al-Inqâdh) de la Ligue arabe qu’avec l’entrée en Palestine de troupes régulières (plus de 5 000 hommes), les Syriens ont fourni une contribution supérieure à celles de leurs frères arabes, à la mesure de leur optimisme d’une part, de l’importance que revêt pour eux la Palestine, province syrienne du sud, de l’autre. En dix jours de mai 1948, la médiocrité de leur équipement et l’absence de coordination entre les armées arabes auront raison de cet élan ; dix nouvelles journées d’affrontement en juillet permettent à l’armée juive de tripler ses conquêtes et de négocier en position confortable les termes de l’armistice signé à Manahaim le 20 juillet 1949 ; la Syrie ne conserve plus que quelques kilomètres carrés du territoire palestinien. L’ensemble de la population du pays s’était mobilisé pour la guerre de Palestine et près de 400 soldats y ont trouvé la mort ; le sentiment national naissant reçoit ici une blessure profonde puisqu’en livrant sa première bataille, son armée, symbole de son unité, a été défaite ; à peine délivrée de la tutelle française, la Syrie se retrouve en conflit et même menacée par la colonisation sioniste qui donne naissance à l’Etat d’Israël ; son projet arabe unitaire populiste est contrarié par l’instauration à sa frontière sud d’un Etat juif indépendant, lié aux Etats occidentaux qui l’ont soutenu. Marqué – lui aussi – par des scandales de corruption, l’épisode de Palestine contribue à ruiner la légitimité des notables dont le discours triomphaliste se trouve totalement démenti. Ce sont précisément les formations politiques issues du courant nationaliste arabe qui vont alors prendre la relève en introduisant un véritable débat politique.

10Au lieu d’emprunter aux partis politiques occidentaux leur vocabulaire et leurs pratiques, les formations montantes de la Syrie indépendante puisent aux sources du nationalisme arabe, prolongeant et amplifiant le débat de la nahda sur l’identité arabe et syrienne, le rôle de l’Islam, les rapports avec le monde industriel... ; elles recrutent leurs adhérents sur la base d’une plate-forme idéologique et non pour l’allégeance à une personne, imposent à leurs militants une stricte discipline, structurent leur organisation en une hiérarchie complexe. C’est là l’essentiel de leurs traits communs puisqu’au demeurant elles relèvent de courants fort divers et même opposés. Ainsi le Parti Social Nationaliste Syrien, plus connu en français sous le nom de PPS (Parti Populaire Syrien) associe-t-il une aspiration à l’unification de la « grande Syrie » (du Taurus au canal de Suez et de l’île de Chypre au golfe arabo-persique) à un laïcisme si virulent qu’il est souvent ressenti comme anti-islamique. Plus encore que son programme corporatiste assez vague dans l’esprit du fondateur Antûn Sa‘âda et de ses successeurs, son organisation rigide et centralisée à l’extrême, la discipline cérémonieuse de sa milice attirent des sympathisants en milieu petit bourgeois. Il reste que le PPS demeure un parti essentiellement libanais, même s’il a en Syrie de nombreux adhérents, en particulier dans les milieux orthodoxes de la région de Sâfîtâ. Les élections de 1954 puis les tensions de l’année suivante et en particulier l’assassinat du commandant ba‘thiste ‘Adnân Malkî en avril 1955 à l’instigation d’un leader du PPS, Ghassân Jadîd, et du chef du Parti, Georges ‘Abd al-Massîh, marquent son déclin en Syrie ; il demeure depuis lors interdit ; pourtant le dictateur Husni Za’îm lui a montré un temps sa sympathie, le leader ba‘thiste Akram Hourânî y a appartenu dans les années 40 et combien de leaders ba‘thistes, jusque dans les années 70 sont encore sensibles à certains des thèmes laïques et syriens dont il fut porteur ?

11Car dès les années 50, le Parti Ba‘th (cf. chapitre VI) devient la principale force de l’opposition progressiste, aux dépens des autres formations contestataires. Son recrutement s’élargit et se diversifie : jusque là il comptait quelques centaines de militants seulement et il a eu à souffrir de l’interdiction des partis politiques imposée en 1952 par Chichaklî ; à partir de 1954, le nombre de ses adhérents va s’accroître sensiblement, en particulier dans les provinces excentriques, autour de Deïr ez-Zor, de Suwaïdâ et Dar‘â. De plus, ses efforts s’étaient essentiellement concentrés sur les intellectuels, laissant de côté la classe ouvrière urbaine et le monde paysan ; au début de l’année 1953, ‘Aflaq, Bîtâr et Hourânî, qui ont partagé le même exil beyrouthin depuis quelques mois, décident de fusionner le Ba‘th avec le Parti Socialiste Arabe de Hourânî. Ce fils de famille contestataire originaire de Hamâ avait créé le PSA en janvier 1950, après avoir appartenu un moment au PPS ; il avait mobilisé dans sa lutte contre les grands propriétaires de sa région les masses paysannes tandis qu’il gagnait à leur cause des élus parlementaires et des élèves officiers de l’Académie de Homs. Le nouveau Parti Ba‘th Arabe Socialiste ainsi constitué repose moins sur un programme commun que sur une stratégie à moyen terme, dont l’objectif avoué est de remplacer au pouvoir les formations traditionnelles.

  • 2 La chu’ûbiyya qui recouvre une notion importante de l’histoire arabo-musulmane à l’époque où des n (...)

12Dans cet effort de sape, le Ba‘th va bénéficier de la lutte du Parti communiste, lutte convergente bien que rivale ; le PCS, handicapé un moment par la prise de position soviétique favorable à la création d’Israël, renforce son implantation dans les milieux intellectuels et surtout ouvriers : en 1957, il contrôlera trois Fédérations syndicales ; son point faible provient de ce qu’il ne peut susciter dans l’armée plus que quelques sympathisants comme le colonel ‘Afif al-Bizrî, chef d’état-major en 1957. Le recrutement préférentiel du PCS dans les milieux minoritaires, en particulier dans la communauté orthodoxe, fait peser sur lui l’accusation de « chu‘ûbiyya »2, d’opposition au courant nationaliste unitaire ; de son côté, le PCS voit dans l’option neutraliste qui est celle du Ba‘th une manifestation d’anti-soviétisme et lui reproche la tiédeur de ses options en matière économique et sociale.

13Il peut sembler paradoxal d’associer les Frères Musulmans aux partis politiques progressistes qui s’efforcent de supplanter les formations traditionnelles dans la Syrie indépendante. Pourtant, eux aussi sont un avatar du courant nationaliste arabe, certes des plus attachés au retour à la « salafiyya », la tradition religieuse dans sa pureté originelle. Eux aussi ont élaboré un programme politique à contenu social, même s’il demeure entaché d’ambiguïtés et partisan d’un autoritarisme réactionnaire. Directement, ou par le canal de diverses organisations culturelles, charitables ou spirituelles, leur influence s’exerce sur les milieux sunnites urbains. Comme celui du PCS, leur militantisme va conduire le Ba‘th à aller de l’avant afin de ne se laisser déborder ni dans son programme, ni dans sa conquête du pouvoir.

  • 3 J. Devlin (o.c., p. 68) dit 16 seulement, et 8 indépendants sympathisants (« perhaps half as many (...)

14Mais il ne faut pas se leurrer à propos du caractère contestataire de ces partis à l’époque. Bien sûr, les quinze premières années de l’indépendance syrienne ont été rythmées par les grèves de commerçants et d’élèves des écoles secondaires, les manifestations de rue faisant écho, avec une sensibilité exacerbée, aux interventions extérieures dans la vie du pays. L’essentiel de la lutte politique se cantonne cependant au champ parlementaire, l’objectif des partis demeurant une conquête légale du pouvoir. Ainsi le Ba‘th a-t-il participé à toutes les élections législatives, celles de 1943, de 1947, celle de 1949 même, puis de 1954 et 1961 ; à ces deux dernières il a obtenu respectivement 22 et 24 sièges3. Par ailleurs, fait notoire, le secrétaire général du PCS Khaled Bagdâch est entré au Parlement comme député de Damas en 1954. Cependant, si la montée des partis modernes marque un changement des attitudes et des modes de pensée dans la Syrie indépendante, il est juste de noter la minceur des programmes économiques et la timidité de leurs options sociales ; même le PCS ne formulera de réflexion radicale sur les questions agraires et le monde rural qu’après 1960. Pour tous, l’obsession demeure le problème d’une réelle indépendance nationale et des rapports avec le reste de la nation arabe.

2. Le « combat pour la Syrie »

  • 4 « Domestic/External linkages, Syria 1961-1967 » in Comparative Political Studies, vol. 7 n° 4, jan (...)

15En dépit d’une idée communément reçue, les liaisons entre politique intérieure et politique étrangère d’un Etat s’avèrent ténues, difficilement perceptibles et rarement cohérentes ; à cet égard, le cas syrien fait figure d’exception, comme l’a montré une intéressante étude de R. Burrowes et G. de Maio en 19754, insistant sur le moment privilégié que constitue la période d’accès – ou de retour – à l’indépendance pour que les relations croisées entre événements internes et contexte international se multiplient. Incontestablement, on ne saurait apprécier la montée des forces progressistes en Syrie et la virulence du conflit qui les a opposées à partir de 1954 aux partis politiques traditionnels, sans prendre en compte la modification du rôle des grandes puissances au Proche- Orient : effacement des Britanniques et des Français, irruption des États-Unis, changements dans la politique soviétique ; ainsi la « crise syrienne » qui culmine à l’été 1957 est-elle le fruit de l’incursion, en partie mythique, des acteurs internationaux dans le jeu subtil des politiciens de Damas, précipitant la désorganisation du régime et provoquant le recours à un choix radical, celui de l’union avec l’Égypte de Gamal ‘Abd al-Nasser. Mais par ailleurs, est-il juste de qualifier « d’extérieure » la politique arabe de la Syrie ? A la recherche de son identité nationale, la Syrie indépendante est l’objet d’âpres rivalités, particulièrement entre Le Caire et Bagdad ; de ces rivalités, ses leaders jouent avec subtilité au point d’aliéner l’indépendance du pays dans la République Arabe Unie ; le choix du moment, les modalités techniques et constitutionnelles de la fusion, et surtout les rapports entre Nasser et le Ba‘th syrien pèseront lourdement dans cette première tentative unitaire.

16L’évolution de la Syrie indépendante se dessine dans un contexte international précis, celui de la Guerre froide ; elle n’est pas à proprement parler le produit de la conjonction de facteurs internes et externes puisque la situation internationale et le rapport des forces sont perçus en Syrie à travers le prisme des problèmes propres du pays. Ainsi, la politique de « containment » qui est celle des Etats-Unis et de leurs alliés dans le monde bipolaire des années 50 est-elle étrangère aux préoccupations majeures des Arabes ; à Damas, elle est fréquemment ressentie comme le dernier travestissement d’une volonté hégémonique qui n’a pas désarmé. La Déclaration tripartite américano-anglo-française de 1950, les appels lancés à l’Egypte l’année suivante pour qu’elle accepte d’entrer dans une alliance occidentale, sont accueillis comme autant de manœuvres visant à paralyser les Arabes dans un conflit avec Israël, précisément alors que les incidents se multiplient le long de la ligne d’armistice syro-israélienne et tandis que commencent les travaux d’assèchement de la région du lac Hûla ; les militaires syriens connaissent la médiocrité de leur équipement et, jusque parmi les membres des partis conservateurs, on envisage alors de se procurer des armes dans le camp socialiste ; car Israël est déjà l’ennemi désigné du monde arabe, tandis que l’Union soviétique, encore absente de la scène méditerranéenne, ne présente nulle menace ; d’où le succès du concept de « neutralité positive », né plusieurs années avant la conférence de Bandoeng (avril 1955) et interprété à cette époque par les Etats-Unis comme une option anti-occidentale.

17Il est vrai que la neutralité positive vise alors avant tout chez les Syriens à dégager leur pays de l’influence de la France et de la Grande-Bretagne ; la première, parce qu’ancienne puissance mandataire, est soupçonnée de vouloir conserver en Orient une place privilégiée par le biais de la coopération militaire, culturelle, ou même en jouant un rôle occulte dans le premier putsch de 1949, celui de Husni Za’îm. A la seconde est reproché son rôle dans la création de l’Etat d’Israël sur la province de Palestine qu’elle avait reçue en Mandat en 1920 ; d’autre part, elle s’est montrée l’alliée et la protectrice des monarchies d’Irak et de Jordanie dont elle contrôle étroitement l’appareil militaire ; elle est donc impliquée dans les immixtions des Hachémites sur la scène politique syrienne et ainsi rendue en partie responsable des crises gouvernementales qui se succèdent en cascade de 1951 à 1954. L’offre britannique faite à Damas, en février 1955, de se joindre au traité d’alliance irako-turc qui deviendra le Pacte de Bagdad y est clairement ressentie comme une invite à se ranger sous la bannière hachémite, mais aussi dans le camp occidental ; et le refus de ces deux options amène la Syrie (comme l’Egypte) à dénoncer le Pacte de Bagdad et à accepter (comme l’Egypte) des fournitures d’armes soviétiques à partir de 1956.

18L’agression tripartite (anglaise, française et israélienne) contre l’Egypte en octobre-novembre 1956 est pour Damas l’occasion de dénoncer l’influence des deux puissances occidentales, de rompre avec elles ses relations diplomatiques et de mettre une sourdine à leur influence. En ce sens, elle marque nettement la fin de l’ère post-mandataire. Pourtant, en dépit de la création d’un commandement unifié égypto-syro-jordanien le 25 octobre 1956, conformément au traité d’alliance conclu un an auparavant entre Le Caire et Damas, la participation des Syriens à la lutte a été négligeable : première esquisse de l’emploi de l’arme du pétrole, des militaires sabotent l’oléoduc de l’Iraq Petroleum Company sur le territoire syrien, qui ne sera remis en service qu’en mars 1957. Et l’éviction des Franco-Britanniques aura finalement pour principal effet de décider Washington à prendre leur relève dans la région : dans sa déclaration au Congrès de janvier 1957, le président Eisenhower définit le Moyen-Orient comme un champ de bataille entre l’Est et l’Ouest ; il propose aux Etats de la région une aide économique et militaire en échange de l’alliance américaine. Comment s’étonner que la doctrine Eisenhower ait été ressentie par la population syrienne comme une nouvelle forme d’hégémonie, tandis qu’en août 1957 un complot américano-irakien était découvert et dénoncé par le gouvernement syrien ? Des militaires, des membres du PPS et du Parti du Peuple, réfugiés pour la plupart à Beyrouth, avaient, semble-t-il, cherché à renverser le régime, avec la complicité de Bagdad et de l’ambassade américaine à Damas. Mais en visant les partisans du neutralisme positif, nationalistes et Ba‘thistes qui dirigeaient alors la Syrie, ces adversaires du communisme se trompaient d’ennemi ; et même, ils précipitaient le rapprochement amorcé entre Damas et Moscou.

19Car l’évolution des rapports entre l’Union soviétique et la République syrienne se présente comme une succession de réponses tactiques aux sollicitations du contexte international. Pour l’un et l’autre pays, il s’agit, en 1955, de rompre les restrictions que les Accords tripartites de 1950 ont imposées à l’armement des pays du Moyen-Orient ; les Etats socialistes se montrent sérieux négociateurs tout autant que partenaires discrets : « nous achetons des armes, dit Nasser qui engage à la même époque des tractations pour le compte de l’Egypte, non des idées » ; en février 1956, le premier contrat syro-soviétique est conclu. De bonnes relations avec l’U.R.S.S. offrent aussi l’occasion d’être énergiquement défendus aux Nations Unies au moment de la crise de Suez ; elles allègent la menace turque à la frontière nord de la Syrie dans les deux années qui suivent la signature du Pacte de Bagdad. Et surtout, après avoir refusé en mars un prêt de la Banque Mondiale, dont elle craint qu’il ne soit prétexte à des pressions politiques, la Syrie signe, le 6 août 1957, un traité de coopération économique avec l’Union soviétique, dans les domaines clefs de l’irrigation, des transports et de l’industrie. Trois ans plus tard (en septembre 1960 sous la R.A.U.), l’U.R.S.S. engage 275 millions de roubles dans la construction de la voie de chemin de fer Alep-Lattaquié et de deux usines d’engrais azotés et de lubrifiants. Ainsi se développent entre Moscou et Damas des liens solides qui vont s’intensifier dans la décennie suivante. Mais en 1956 et 1957, peut-on prétendre, comme le font maints commentateurs occidentaux, que la Syrie « rouge » est devenue un satellite du monde communiste ?

20Une telle assertion ne correspondrait guère aux desseins du Kremlin de développer une politique d’apaisement et d’échanges depuis les résolutions du XXe congrès du P.C.U.S. Elle serait contradictoire avec la réalité nationale en République syrienne. Bien sûr le P.C.S. est alors le fer de lance des luttes contre le système clientélistique traditionnel ; il mobilise les travailleurs et les étudiants contre tout ce qui lui semble une atteinte à l’indépendance nationale, en particulier tout rapprochement avec les Hachémites de Bagdad ; il est vrai aussi que le secrétaire général du Parti, Khaled Bagdâch, a été élu député de Damas aux premières élections relativement libres qui se soient déroulées dans le pays (1954) ; le P.C.S. représente une force organisée agissant à partir d’analyses concrètes, avec laquelle les Ba‘thistes jugent nécessaire d’établir en 1956 un « Pacte national pour la réalisation de réformes démocratiques et la défense du neutralisme ». Mais durant cette même période, l’U.R.S.S. lui impose une attitude effacée, refusant prudemment d’exciter la réaction. En retour, les dirigeants syriens entre 1954 et 1958 recherchent dans un rapprochement avec Moscou un bénéfice d’ordre interne, à l’exclusion de toute influence idéologique, afin de faire pièce au Parti du Peuple et à ses alliés hachémites et occidentaux : c’est ce que font successivement le Parti National, lorsque Chukrî al-Quwatlî, à nouveau président de la République, se rend à Moscou en octobre 1956, les « indépendants progressistes » et surtout Khâlid al-’Azm, le « millionnaire rouge », plusieurs fois ministre durant ces années ; chez les Ba‘thistes, l’orientation ne déplaît pas à Akram Hourânî, pragmatique et tout préoccupé de la lutte pour le pouvoir ; mais Salâh al-Dîn Bîtâr, plusieurs fois ministre des Affaires étrangères depuis 1954, montre plus de réticences.

21C’est que la préoccupation centrale du Parti Ba‘th, et la source de son audience croissante auprès des masses syriennes, demeure sa recherche de l’unité arabe. Or, à cet égard l’évolution de ses voisins arabes depuis la fin de la seconde guerre mondiale n’est guère réjouissante. Eloigné de la Syrie par la rupture de l’union douanière entre les deux pays (1950), le Liban indépendant vit sous les régimes pro-occidentaux de Bichâra al-Khûrî, puis de Camille Chamoun. Damas exclut d’autre part de nourrir des projets unitaires avec des régimes conservateurs comme ceux de Bagdad et de ‘Ammân ; d’ailleurs, aussi récemment qu’en 1957, un débarquement britannique met fin aux espoirs de changement révolutionnaire en Jordanie. L’ambition unitaire ba‘thiste, qui n’est ni celle de la Grande Syrie du P.P.S., ni celle du Croissant fertile hachémite, se porte donc vers l’Egypte ; jusqu’en 1955, celle-ci avait fait l’objet de sévères critiques, notamment en raison de son rapprochement avec l’Irak (1954). Mais depuis qu’il a condamné le Pacte de Bagdad et surtout depuis la crise de Suez, le régime de Nasser porte haut le flambeau de l’arabisme. La vague d’enthousiasme nassériste qui déferle sur le monde arabe atteint alors la Syrie et en particulier les dirigeants ba‘thistes qui semblent voir dans le Raïs le bras séculier capable de réaliser leur projet. Ils savent avec certitude que l’alliance avec Nasser leur permettra d’évincer le Parti communiste qui est devenu leur principal challenger dans l’atmosphère de crise interne et de menaces externes qui règne alors. Face au mécontentement général et pour éviter que la Syrie ne tombe dans l’anarchie ou ne vire au régime communiste, ils optent pour la réalisation d’une unité totale dans la République Arabe Unie.

22Nul n’ignore que l’expérience de la R.A.U., commencée dans l’enthousiasme en février 1958, s’est achevée dans l’amertume en septembre 1961. Sans nous attarder sur l’hétérogénéité profonde des deux provinces, nord et sud, de la République, sur la mauvaise conjoncture météorologique des années 59-61 ni sur le contexte international défavorable – l’intervention américaine anti-nassérienne au Liban, le refus du leader irakien Qâsim d’adhérer à la R.A.U. –, nous retiendrons deux aspects de l’échec de l’union, vus du côté syrien : celui des interlocuteurs de Nasser, d’une part, celui, ensuite, du partage des pouvoirs au sein de la R.A.U. Parmi les interlocuteurs syriens de Nasser, les militaires venus lui présenter en janvier 1958 une pétition signée par plusieurs dizaines d’officiers en faveur de la fusion se sont vus signifier que l’armée devait avant tout « refaire son union » et se cantonner dans les casernes. Aux politiciens qui discutaient des termes d’un accord, Nasser a fait entendre que leurs partis devaient disparaître au profit d’un large mouvement national dans les deux provinces ; l’exigence n’était pas au goût du P.C.S. qui savait comment l’Egypte traite ses communistes ; mais elle a été bien acceptée par le principal interlocuteur du Raïs, le Ba‘th, qui se sentait alors vocation pour animer idéologiquement l’expérience : « Nous serons officiellement dissous mais nous serons présents dans le parti unique de l’Union nationale. Né de l’union des deux pays, ce mouvement ne peut être mû par d’autres principes que ceux du Ba‘th » (Michel ‘Aflaq, 25 février 1958). Il lui faudra peu de mois pour comprendre que ses militants n’ont guère leur place au sein d’un régime autocratique et bureaucratique à la fois : après avoir hésité à participer aux élections des représentants de l’Union nationale, le Ba‘th (officiellement dissous) s’engage tardivement dans la bataille et recueille une centaine de sièges sur les 9 445 distribués (8 juillet 1959) ; six mois plus tard, les cinq ministres ba‘thistes syriens (A. Hourânî, S. Qannût, S. Bîtâr, M. Hamdûn et Kh. Kallâs), qui participaient au Caire au gouvernement unitaire, démissionnent. Mais en s’aliénant le Ba‘th, entré dans la clandestinité à partir du troisième Congrès national du Parti (Beyrouth, août 1959), Abd el-Nasser ne peut retrouver de base d’alliance dans la province nord : les politiciens traditionnels représentent des intérêts que la réforme agraire (1958) et les nationalisations dans l’industrie (1961) ont malmenés ; ils seront l’âme du mouvement sécessionniste qui tentera, de septembre 1961 à mars 1963, de restaurer le système parlementaire antérieur, édulcorant les réformes de la R.A.U., avec le soutien de la Jordanie et de la Turquie. En attendant, lorsque les ministres ba‘thistes démissionnent, Nasser choisit de restreindre encore la participation politique et la liberté d’expression en soumettant la province syrienne à la surveillance policière du Colonel Sarrâj. Ceci nous amène à examiner le second écueil de la politique unioniste, celui du partage des pouvoirs au sein de la R.A.U.

23Depuis l’approbation quasi unanime, par voie référendaire, de la naissance du nouvel Etat (22 février 1958), une constitution provisoire régit l’union syro-égyptienne. La R.A.U. est un Etat fortement unitaire puisque les conseils exécutifs de chaque province et les assemblées qui les assistent ont un champ de compétence limité aux affaires locales. C’est aussi un Etat centralisé dont les ministres et l’Assemblée nationale siègent au Caire et surtout dont les pouvoirs sont concentrés aux mains de Nasser assisté de deux, puis d’un seul, vice-présidents syriens. De plus, le caractère autoritaire du régime s’accentue au fil des mois : les Conseils provinciaux sont supprimés, l’Assemblée syrienne transportée au Caire, tandis que la représentation syrienne au gouvernement diminue. A partir de 1959, le contrôle politique de la province nord est délégué par Nasser au fidèle maréchal ‘Amer tandis qu’à la tête de l’Assemblée syrienne, où il succède à Akram Hourânî, Sarrâj poursuit les « réactionnaires » (rag‘iyya), les « provincialistes » (iqlîmiyya) et autres « opportunistes » (intihâziyya). Sous la pression étouffante et policière du nassérisme, les oppositions se développent et se retrouvent un moment unies dans le mouvement séparatiste de septembre 1961. En quelques heures, et sans coup férir, la Syrie retrouve son indépendance le 28 septembre ; deux mois plus tard, les partis traditionnels auront restauré les institutions du pays : Constitution provisoire et assemblée constituante élue ; Nazîm Qudsî est à la tête de l’Etat et Ma‘rûf Dawâlibî dirige le nouveau gouvernement civil. Mais pour mettre fin à l’Union, il leur faut en plus le concours de l’armée qui s’est rodée, en douze années d’indépendance, aux pratiques politiques et constitue alors l’acteur le plus puissant de la scène syrienne, en dépit de ses propres divisions.

3. Les dictatures militaires

24En l’espace de quelques années, la plupart des pays arabes récemment indépendants sont passés d’un régime monarchique ou républicain parlementaire, hérité de l’époque coloniale, à une dictature militaire. Si l’on excepte les tentatives avortées en Irak avant la deuxième guerre mondiale, la République syrienne a inauguré au Proche-Orient l’ère des coups d’Etat dès 1949. Les causes des premiers putschs (inqilâb) sont connues bien que controversées : transformation rapide de la société, pourrissement du système politique traditionnel, pressions et interventions de puissances extérieures, et même menace de guerre en Palestine. Toutefois, la Syrie indépendante dans sa période libérale (1946-1963) a connu deux types d’intervention des militaires dont les projets et les répercussions sont différents : les « dictatures » de l’année 1949 d’abord, et ensuite les révoltes qui ont sapé progressivement le système parlementaire comme en 1954, 1961 et 1962.

25Au moins, les « coups » syriens présentent en commun un certain type d’intervention, devenu presque routine depuis la prise de pouvoir par Husni Za’îm le 30 mars 1949. Hormis le renversement de l’aile « nationale » du Ba‘th par l’aile « régionale » de Salâh Jadîd en février 1966, les putsch militaires se déroulent presque sans coup férir, selon un scénario connu. A l’aube, une ou deux divisions rebelles ayant fait mouvement depuis une caserne peu éloignée, de Qatânâ par exemple, pénètrent dans la capitale et s’emparent des bâtiments officiels stratégiquement importants, ministère de la Défense, radiodiffusion, etc. Un communiqué n° 1 est diffusé au petit jour, ponctué de marches militaires, auquel se rallient progressivement les unités militaires de l’ensemble du pays ; rares sont les résistances, même à Alep, ville rivale de Damas, qui se prolongent au-delà de 48 heures, et encore restent-elles bien souvent verbales. Les personnalités du régime renversé passent rapidement la frontière libanaise et gagnent un exil arabe ou européen ; les militaires écartés sont nommés dans des ambassades ou parfois font l’objet de mesures d’emprisonnement. Dans l’ensemble, la population syrienne réagit avec sang-froid et sens critique devant l’inévitable.

26Les « dictateurs » de l’année 1949 sont tous trois des colonels, ayant tous trois servi dans les armées ottomanes puis dans les troupes du Mandat français : Husni Za’îm, d’origine kurde, né en 1894, arrive avec ses hommes du front de Palestine le 30 mars 1949 et se fait élire à la présidence de la République dont il a chassé Chukrî al-Quwatlî. Sâmî Hinnâwî et ses complices pro-hachémites l’arrêtent, le condamnent et le font exécuter le 14 août ; cet Alépin né en 1898 a moins d’envergure et surtout de panache que son prédécesseur. Le troisième, Adîb al-Chichaklî, est un chef énergique qui met immédiatement fin aux quatre mois de restauration parlementaire qui avaient suivi les élections – un triomphe du Parti du Peuple – de 1949. Kurde lui aussi, né en 1909 près de Hamâ, il résiste presque quatre ans à l’hostilité croissante de son armée et des partis politiques. Mais le 25 février 1954, conscient de la menace de guerre civile que fait courir le soulèvement du capitaine Hamdûn à partir d’Alep, il choisira l’exil.

27Au-delà de leurs similitudes biographiques, les révoltes de ces officiers, formés dans l’ère mandataire, procèdent de réflexions et de démarches analogues. Ils se préoccupent d’abord de la revalorisation de la fonction militaire parce qu’ils ont été traumatisés par la défaite de Palestine, l’utilisation partisane qu’en ont faite les politiciens et l’opprobre publiquement jeté sur l’armée ; c’est pourquoi ils choisissent, les uns après les autres, d’augmenter le budget de la Défense nationale ; un des résultats en est déjà l’accroissement de la puissance de la caste militaire, étendue au domaine de la sécurité intérieure du pays et tenant progressivement le pouvoir civil à sa merci. Sur le plan des rapports interarabes et internationaux, ils se sont tous trois efforcés de trancher dans le débat mouvant des alliances de la Syrie : Hinnâwî en élaborant avec le régent d’Irak, ‘Abdul-Ilâh, un projet d’union quelques jours avant sa chute ; les deux autres en développant une stratégie de rechange qualifiée de neutraliste ; c’est ainsi que Za’îm a bénéficié de l’appui amical de la France, tandis que Chichaklî, déjà encouragé par le futur leader ba‘thiste Akrâm al-Hourânî sur cette voie, évoquait la possibilité de « se tourner vers le camp oriental si les démocraties ne rendaient pas justice » à son pays. Les autres traits communs de ces hommes sont leur penchant tout militaire pour l’ordre, leur désir d’assainir l’appareil d’Etat, leur ambition personnelle placée plus haut que l’intérêt populaire dont ils n’ont guère prétendu être foncièrement préoccupés, enfin leur orientation nationaliste encore imperméable aux idéologies montantes de l’après-guerre.

28Tandis que les gouvernements qui se succédaient sous le régime parlementaire avaient été paralysés par le jeu de balance d’intérêts contradictoires mais conservateurs, ces dictateurs ont entrepris, non sans courage ni mépris de la popularité, des réformes touchant à l’ensemble de la vie politique, sociale et économique de la Syrie. Ils ont bénéficié certes du boom industriel et cotonnier qui prit précisément fin à l’époque de la chute de Chichaklî en 1954. Code pénal, code civil, code commercial, constitutions (1950 et 1953) octroyant le droit de vote aux femmes alphabétisées, abolition du régime spécial des bédouins, suppression de la mention religieuse sur les cartes d’identité, suppression des biens waqf : symboliques ou tangibles, ces multiples réformes font entrer leur pays dans le monde moderne. Et tandis qu’une modeste réforme agraire sera promulguée en 1954, la création d’une Banque centrale et le renforcement du secteur public stimulent dans l’immédiat les entrepreneurs privés et préludent au renforcement du centralisme étatique. On ne saurait assez prendre en compte ce travail de défrichage, mené par les prédécesseurs des socialistes ba‘thistes. Et la comparaison des systèmes constitutionnels et économiques élaborés sous les dictatures de 1949-1954 avec ceux des régimes ba‘thistes après 1963 et plus encore depuis la « rectification » des années 70 fait apparaître plus de continuité que de rupture.

29Mais cette cascade de réformes, parfois heureuses, engendrées par les régimes militaires n’a pas fait oublier aux Syriens qu’elles ont été opérées dans une atmosphère d’oppression et de suspension des libertés ; Za’îm, comme Chichaklî, a proscrit les partis politiques, interdit les manifestations, contrôlé la presse. Plusieurs leaders de l’opposition ont dû s’exiler tant et si bien que les partis interdits se sont entendus dans le Pacte de Homs (juillet 1953) pour boycotter les élections de 1953 manipulées par l’équipe d’Adîb al-Chichaklî. Et c’est finalement l’armée elle-même, traumatisée par des épurations successives, déçue par l’isolement des dictateurs, qui les renverse tour à tour. Mais avec la fin des dictatures, c’est aussi la fin de la république des Patriciens, usée par des mesures antidémocratiques, dépassée par les réformes. Au contraire, les forces progressistes se sont servi de ces régimes comme d’un tremplin pour entrer sur la scène politique. A partir de la révolte du capitaine Hamdûn, en 1954, chaque avance des militaires leur permet de se renforcer ; et la République parlementaire, de 1954 à 1958, et de 1961 à 1963, glissera chaque fois un peu plus à gauche.

30Les militaires qui interviennent dans la vie politique syrienne entre 1954, date de la chute de Chichaklî, et la prise de pouvoir par le Ba‘th en 1963 appartiennent désormais à la génération post-mandataire : géographiquement, socialement, ils se distinguent des officiers formés avant 1946. Au lieu de se référer comme eux principalement au code militaire et à l’esprit de corps, ils sont motivés par des engagements personnels et idéologiques ; ils deviennent des acteurs à part entière de la vie politique du pays, même lorsque leur révolte débouche, comme en 1954, 1961 et 1962, sur une remise du pouvoir aux civils. Les générations qui ont fréquenté l’Académie militaire de Homs entre 1946 et 1951 proviennent plus fréquemment de petites villes et villages des régions déshéritées, en particulier de la montagne alaouite et de la basse vallée de l’Euphrate, moins des cités agro-urbaines qui avaient fourni jusque là la majorité des contingents ; c’est ainsi que parmi les officiers qui occupent le devant de la scène politique dans ces années 1954-1963, seul ‘Adnân al-Malkî, connu pour ses sympathies ba‘thistes et assassiné en 1955 à l’instigation du PPS, est damascène. Quinze pour cent environ de ces nouveaux officiers appartiennent à des minorités ethnico-religieuses, ce qui correspond approximativement à la distribution des minorités dans l’ensemble du pays et représente une baisse en comparaison des promotions de la période précédant immédiatement l’indépendance. On trouve parmi eux une forte proportion de fils de familles rurales ou récemment urbanisées, aux ressources modestes, à qui l’Académie militaire offre une chance exceptionnelle d’ascension ; ces facteurs économiques et sociaux ont sans aucun doute pesé sur l’orientation majoritairement progressiste qui est celle de ces officiers entre 1954 et 1963.

31Leur formation politique joue un rôle encore plus déterminant : plus de 70 % des diplômés de l’Académie de Homs dans ces années appartenaient à un parti ou maintenaient avec lui d’étroites relations dès avant leur entrée à l’Académie. Certes, la période des dictatures et la répression qui s’abat sur le PPS à partir de 1955 conduisent nombre d’entre eux à occulter leurs sympathies politiques ou, en tout cas, à les faire passer par le canal des relations personnelles. A partir de 1956, les clivages au sein du corps militaire s’ordonnent nettement autour d’officiers rivaux : Ghassân Jadîd, appartient au PPS ; ‘Adnân al-Malkî est sympathisant du Ba‘th ; le chef d’état-major ‘Afif al-Bizrî réunit autour de lui un groupe d’officiers proches du Parti communiste ; ‘Abd al-Hâmid Sarrâj, fidèle de Nasser sous la RAU, est considéré comme le porte-parole des Ba‘thistes tandis qu’Amîn al-Nafûrî conduit la clique des « indépendants » libéraux. Par son émiettement, la multiplication des marques d’indiscipline, nominations, épurations, ruptures avec le système hiérarchique, par sa radicalisation aussi, l’armée syrienne évolue en symbiose avec le monde politique. Mais bien qu’elle s’immisce quotidiennement dans les débats du gouvernement, elle reste incapable, jusqu’en 1963, d’arracher le pouvoir aux civils et de s’installer durablement aux commandes de l’Etat.

32Ainsi en 1954, lorsqu’elle eut mis fin au règne de Chichaklî, l’armée s’empressa de remettre le pouvoir aux civils lesquels renouèrent, dans une atmosphère croissante de crise, avec le système parlementaire (une moyenne de quatre cabinets ministériels par an) et le jeu de balance des alliances régionales. Trois ans plus tard, lorsque la machine politique syrienne fut devenue si folle qu’il n’était plus personne dans le pays qui prétende la contrôler, c’est encore l’armée qui prit l’initiative de proposer l’union avec l’Egypte de Nasser : le 12 janvier 1958, une délégation de quatorze officiers représentant diverses tendances s’envolait pour Le Caire, contraignant les responsables civils, le président Quwatlî et le ministre des Affaires étrangères, Salâh al-Dîn Bîtâr, à s’engager à fond dans le processus unitaire. Mais une fois la RAU proclamée, Nasser exigea de cette armée syrienne qu’elle regagne ses cantonnements. L’espoir de transformation radicale nourri dans la révolte s’évanouissait une fois encore.

33Il fallut encore la période de l’infisâl, de la rupture avec l’Egypte (septembre 1961 à mars 1963) pour la convaincre que les partis politiques traditionnels ou même progressistes comme le Ba‘th n’étaient pas en mesure d’assumer la direction du pays : en septembre 1961, les différents clans militaires, un moment unis pour mettre fin à l’hégémonie de Nasser, voient se réinstaller à Damas le système parlementaire oligarchique de 1947 qu’ils avaient combattu depuis quinze ans. Une tentative de sursaut menée par le colonel damascène ‘Abd el-Karîm Nahlâwî le 28 mars 1962 échoue : Nazîm Qudsî, populiste alépin connu pour ses options conservatrices revient à la tête de la République ; il appelle au gouvernement Bachîr al-‘Azma qui amorce une timide ouverture ; comme le dit Nasser, « les réactionnaires modérés sont au pouvoir à Damas ». Réunie en congrès à Homs le 1er avril, l’armée étale ses divisions et hésite encore à trancher dans le vif. Seule la décision d’exiler Nahlâwî, soupçonné d’ambitions dictatoriales, est prise.

34Mais à la fin de 1962, le système est usé jusqu’à la corde, devenu étranger à la société syrienne. Les aspirations unitaires sont plus fortes que jamais, en dépit et peut-être à cause de l’échec de la RAU. Beaucoup de choses bougent dans le monde arabe, et en particulier chez les voisins de la Syrie : la monarchie irakienne est tombée en juillet 1958 au profit de la dictature militaire de Qâsim. Le Liban, un moment emporté dans une guerre civile, a retrouvé le calme sous l’égide du général Fu’âd Chîhâb. Cette fois, l’issue est claire : le 8 mars 1963, l’armée syrienne va s’emparer du pouvoir et, de concert avec la parti Ba‘th, ne plus le lâcher. Une page de l’histoire de la Syrie indépendante est tournée.

II. LE BA‘TH AU POUVOIR (1963-1970)

35La seconde époque de l’histoire de la Syrie indépendante est placée sous le double signe des régimes militaires et des transformations sociales. Suivie au jour le jour, cette tranche de huit ans apparaît encore plus tumultueuse et variée que la première période de l’indépendance : les gouvernements tombent et les régimes se succèdent sans égards pour la légalité ; la vie politique du pays paraît saisie par un mouvement de balancier, de droite à gauche, des civils aux militaires, des Sunnites aux minoritaires ; les observateurs n’ont pas assez de termes pour décrire ces phénomènes, radicalisme, virages, coups et, bien sûr, révolution ; leur analyse est d’ailleurs compliquée par le flou qui caractérise la situation constitutionnelle, l’aspect incohérent de bien des événements et leur apparente contradiction avec le discours des dirigeants ; enfin en raison de l’atmosphère de secret dont s’entourent les responsables dans la tradition du Parti Ba‘th.

1. L’armée et le Parti

36Avec du recul, la continuité et la profondeur des changements intervenus dans la société syrienne apparaissent par-delà les brisures conjoncturelles : l’irruption d’une économie liée au commerce international et aux technologies importées (cf. chapitre VII), la démocratisation de l’enseignement, le développement des media modernes, provoquent et enregistrent l’évolution des mentalités (cf. chapitre IV). Avec plus ou moins de conscience, les dirigeants successifs de la Syrie ont été porteurs d’un projet neuf animé par les thèmes du nationalisme et du socialisme ; c’est pourquoi il n’est pas abusif de classer la période sous l’appellation de « militaro-ba‘thiste ». De 1963 à 1970 et souvent même au-delà, on observe la permanence de quelques traits fondamentaux : 1) Le glissement perceptible de la base de légitimité des dirigeants, qui s’appuient au départ sur la paysannerie pauvre et la classe ouvrière, puis suscitent la montée d’une importante couche de bureaucrates au service de l’Etat, et favorisent en dernier ressort la renaissance de la moyenne et grande bourgeoisie commerçante. 2) Le renforcement des minoritaires au sein de l’armée et les conflits incessants entre factions rivales pour la domination du pouvoir civil. 3) L’invocation constante, ensuite, faite à l’idéologie ba‘thiste dans sa version nationaliste arabe puis dans sa version socialiste. 4) Enfin les relations ambiguës entre l’armée et le parti Ba‘th ainsi qu’entre les préoccupations idéologiques et les intérêts communautaires.

37La révolution ba‘thiste de 1963 s’est opérée contre la minorité de grands propriétaires et la bourgeoisie commerçante qui avaient relevé la tête durant le régime de l’Infisâl : à cette époque (septembre 1961-mars 1963), les nationalisations décrétées sous la RAU (juin 1961) avaient été rapportées et la réforme agraire d’octobre 1958 considérablement édulcorée par des amendements en novembre 1961 et mars 1962 ; le projet unitaire avait été renié au mépris d’un vivace courant nassériste en Syrie même. L’arrivée du Ba‘th au pouvoir est donc généralement bien accueillie, en particulier par la classe ouvrière – au demeurant peu nombreuse (cf. chapitre X) – et surtout dans la petite paysannerie dont sont issus la majorité des nouveaux dirigeants du pays. Au contraire, la politique économique plus radicale à partir de 1965 et l’abandon de l’objectif unitaire arabe seront durement ressentis par la majorité des salariés urbains dont les révoltes ponctuent la vie politique syrienne depuis lors. Parallèlement à la nouvelle bourgeoisie bureaucratique qui conforte ses positions grâce au développement du Parti, des syndicats, des entreprises nationalisées, de l’administration et de l’armée, les travailleurs indépendants apparaîtront, à partir de 1971, comme la force sociale la plus dynamique à la faveur de l’expansion économique et de l’« ouverture » du capitalisme d’Etat. L’histoire de l’expérience militaro-ba‘thiste qui débute en 1963 est ainsi celle de la déception du prolétariat urbain et rural devant les échecs puis l’abandon de la politique socialiste ; de la frustration croissante des salariés en raison de l’inflation qui accompagne la croissance économique et du blocage des processus de transformation sociale par la nouvelle bourgeoisie d’Etat. En revanche cette nouvelle bourgeoisie d’Etat, en liaison avec les entrepreneurs et les commerçants de l’« ouverture », déterminera à son profit les orientations du régime syrien.

38Tandis qu’évolue la base sociale des régimes qui se succèdent depuis 1963, le cercle des officiers qui s’en partagent la direction s’est progressivement rétréci : alors qu’en 1963 encore, les minoritaires étaient équitablement représentés au sein du corps des officiers (environ 15 % comme dans l’ensemble de la nation), leur proportion a inexorablement augmenté à partir de cette date pour atteindre, selon certains, jusqu’à 60 °o des officiers supérieurs en 1975. L’examen des gouvernements successifs de 1963 à 1978 et celui du Commandement régional (CR) du Parti Ba‘th, presque unique détenteur du pouvoir en Syrie durant la période, fait ressortir la part croissante de ces minoritaires dans la direction du pays, et en particulier celle des militaires minoritaires qui conservent la majorité au sein du CR durant les années 66-70. De quels minoritaires s’agit-il ? Tandis que leur hégémonie s’affirme essentiellement aux dépens de la majorité sunnite, on observe que la proportion des dirigeants chrétiens reste constante, voire même en légère régression, ce qui pourrait correspondre à une baisse relative de la population chrétienne du pays, réelle, mais généralement inavouée. Ce sont les Druzes, les Ismaïliens et surtout les Alaouites qui s’emparent progressivement des postes de commande de l’armée à dater de l’année 1963, tandis que le corps de troupes et même les officiers de grade inférieur demeurent en majorité sunnites.

39Comment s’opère ce glissement ? Depuis la prise de pouvoir par le Ba‘th en 1963, les candidats sunnites ont été systématiquement dissuadés d’entrer à l’Académie militaire de Homs. Lorsqu’ils ont persisté, leur carrière à été aiguillée vers des postes techniques et des emplois éloignés du centre de décision qu’est Damas ; bon nombre d’entre eux ont été aussi encouragés à démissionner et à embrasser une carrière commerciale ou diplomatique. Souvent certains moyens d’élimination, renvoi ou emprisonnement à l’occasion d’un changement de régime, ont été utilisés. Au contraire, le phénomène d’attraction a joué entre minoritaires originaires de la même tribu ou de la même famille. Les démissions et les expulsions de non minoritaires, puis, à partir de 1966, de non Alaouites, se sont accompagnées de nominations, intégrations et promotions de caractère exceptionnel : c’est ainsi qu’en cinq ans, les capitaines et les commandants qui avaient fomenté le coup de 1963 étaient devenus colonels et même généraux ; le ba‘thiste druze Salîm Hatûm, simple capitaine lors du putsch du 8 mars, était déjà commandant en 1965 lorsqu’il quitta le parti d’Amîn al-Hâfiz pour celui de Jadîd, leader des minoritaires ; il fut immédiatement promu colonel ; en août de l’année suivante, lors de son putsch manqué contre le groupe de Jadîd, il n’avait que 29 ans...

40Inévitablement, la dynamique communautaire joue au détriment des valeurs militaires traditionnelles que sont l’esprit du corps, la discipline, le respect de la hiérarchie. Les promotions répondent à des préoccupations de factions tandis que l’intérêt personnel prime la qualité technique ; la défaite de juin 1967 sera une illustration éclatante de l’impuissance d’une armée professionnelle transformée en armée politicienne, d’autant que le lien communautaire et les rapports des officiers avec leur communauté d’origine – en particulier avec les élites traditionnelles de cette communauté – paraissent l’emporter tant sur les affinités idéologiques que sur le sens de l’intérêt public.

41Depuis l’été 1963, pourtant, les dirigeants militaires du pays font constamment référence à l’idéologie ba‘thiste (cf. chapitre VI), les différents sympathisants PPS, les nasséristes et autres socialistes ayant été réduits au silence. Ceux qui l’ont emporté à dater de juillet, et plus clairement encore à l’automne après le VIe Congrès national du Parti Ba‘th, ne sont pas simplement des soldats à la recherche d’une idéologie qui aurait habillé leur dictature. Bien avant leur entrée à l’Académie militaire, la plupart d’entre eux étaient en contact avec les milieux nationalistes et socialistes du pays, en particulier avec Arsûzî par l’intermédiaire de Wahîb al-Ghânim, alaouite lui aussi. Ils ont milité au Ba‘th dans leur jeunesse et lui sont restés fidèles durant la période de la RAU où celui-ci était théoriquement dissous ; mais l’absence de structure officielle avait alors contraint les relations entre le Parti et ces militaires à emprunter le cheminement de contacts et d’allégeances personnels ; elle a favorisé une large indépendance des sections (far) du Parti les unes à l’égard des autres, en particulier militaires, des sections quasiment autonomes. On ne peut considérer leur référence au Parti comme formelle : tant par leur origine sociale et ethnique, par leur âge (ils sont nés dans les années 30) et leur formation purement nationale (à part de brefs séjours à l’étranger), ces officiers tranchent avec les générations « ottomanes-sultanistes » qui les ont précédés ; les minorités dont ils sont issus correspondent largement aux catégories les plus défavorisées du pays, négligées par le centre de pouvoir traditionnel ; et la transformation de la société rurale et montagnarde a été un thème de légitimation des officiers ba‘thistes à partir de 1963. C’est sur leur politique qu’il faudra juger leur référence systématique aux thèses progressistes proposées par les Ba‘thistes marxisants au VIe Congrès. Car leur lutte pour le pouvoir emprunte un langage dont la réalité des faits – choix économiques, attitudes envers les composantes sociales du pays – oblige à suspecter la sincérité.

  • 5 Voir ci-dessous § 2.2. La suppression du Comité militaire et le partage de ses tâches entre le Com (...)

42De plus, dans la pratique, les relations entre officiers dirigeants et Parti Ba‘th fonctionnent à sens unique : jamais le Parti ne réussit à contrôler l’appareil militaire, même lorsque, à partir du VIIIe Congrès national (avril 1965), l’incompatibilité des fonctions civiles et militaires est décrétée, et le puissant et occulte Comité militaire dissous5. Au contraire, l’influence de l’armée sur le Parti s’exerce à trois niveaux : au niveau local, puisque dès juin 1963 les sous-préfectures sont placées sous l’autorité militaire du mudîr al-mintaqa (chef de région) qui se comporte fréquemment en véritable satrape ; au niveau du gouvernement puisque le Comité militaire intervient, après consultation interne, sur chaque décision importante ; au niveau surtout du Commandement régional du Parti qui compte une moitié à un tiers de militaires et dont la majorité des membres sont en tout état de cause acquis au Comité militaire. Or ce Commandement dispose totalement du pouvoir sur la « région » syrienne en dépit des efforts et des remontées épisodiques du Commandement national détenu par une majorité de civils plus modérés. La « symbiose armée-Parti » va ainsi fonctionner avec des heurts successifs.

2. Nationalisme et socialisme (1963-1966)

43Le régime de l’Infisâl a été renversé par une coalition d’officiers se réclamant du Ba‘th, le 8 mars 1963 ; la décision des militaires de recourir à la force avait été confortée par l’arrivée des Ba‘thistes au pouvoir à Bagdad un mois plus tôt et précipitée lorsqu’avait été connue l’existence d’un projet concurrent des Nasséristes. Le changement de régime fut salué sans enthousiasme excessif par Le Caire tandis que la coalition des officiers conjurés désignait certains responsables du Parti Ba‘th pour constituer le nouveau gouvernement. Le ministère de Salâh Bîtâr, formé dans les heures qui suivirent le coup, réunissait l’ensemble des forces unionistes qui s’étaient opposées au régime séparatiste : Ba‘thistes pour moitié, représentants du Mouvement des Nationalistes Arabes, membres du Mouvement des Unionistes et d’autres formations nasséristes. Cette diversité répondait à celle des officiers qui s’étaient groupés autour du général indépendant Harîrî le 8 mars, d’autant que les projets et l’orientation du nouveau régime n’étaient pas encore tracés. On sut plusieurs années après que derrière la façade officielle du nouveau gouvernement s’exerçait déjà le pouvoir occulte du Comité militaire.

44Le Comité militaire ba‘thiste avait été fondé au Caire en février 1959 ; une douzaine de jeunes officiers syriens, alors en exil dans la province sud de la RAU, coupés de la direction nationale du Parti Ba‘th, déçus par son comportement défaitiste face à l’autoritarisme croissant de Nasser, avaient décidé de réagir et de préparer la relève de l’union syro-égyptienne. Dans ce comité, tenu secret jusqu’à sa dissolution officielle par le Commandement national du Parti en avril 1965, ont figuré les principaux acteurs de la période : Amîn al-Hâfiz, Muhammad ‘Umrân, Salâh Jadîd, Hâfiz al-Asad, Salîm Hatûm, Rabah al-Tawîl, ‘Abd al-Karîm Jundî, Ahmad al-Mir et Hamad ‘Ubayd. Il semble qu’une certaine hiérarchie correspondant à l’ancienneté dans la carrière ait été respectée en son sein ; mais les prises de position et les décisions qui émanaient du Comité étaient présentées à l’extérieur comme unanimes et généralement indiscutées. Le Comité contrôlait l’ensemble du corps des officiers puisqu’un de ses membres influents, Salâh Jadîd, était responsable des carrières militaires ; il exerçait une domination exclusive et autonome sur le secteur militaire du Parti et étendit aisément son influence en créant, entre septembre 1963 et février 1964, neuf nouvelles sections militaires. En combinant leur présence dans les hautes sphères du Parti, l’utilisation des liens communautaires et leur autorité militaire, les fondateurs du Comité militaire ont accaparé au fil des années nombre de fonctions de responsabilités relevant théoriquement du pouvoir civil (santé, éducation, travaux publics...) et développé une bureaucratie puissante. Contrairement aux apparences, ces « intellectuels en uniforme » comme ils se définissaient en février 1966, étaient décidés à « ne pas rendre le pouvoir aux civils » (Général Tlâs en mars 1966) ; si ce n’est pour la façade.

45Cette façade, c’est le Commandement National du Conseil de la Révolution (CNCR), transformé le 23 avril 1965 en CNR (Conseil National de la Révolution) et le gouvernement, l’un et l’autre désignés par le Comité militaire et le Commandement du Parti Ba‘th. Le CNCR avait d’ailleurs été originellement formé exclusivement de militaires ; à partir de juillet 1963, les officiers constituaient au minimum 20 % de ses membres. Son rôle est devenu exclusivement législatif après qu’il ait été coiffé d’un praesidium puis élargi en un CNR constitué d’une large proportion de représentants des syndicats et des organisations populaires choisis nommément. Au sein du gouvernement, les militaires représentaient au minimum 1/6e et parfois jusqu’à 1/4 des ministres, en particulier aux postes de la Défense nationale, de l’Intérieur et de l’Agriculture. D’une façon générale, ces gouvernements ont dépendu étroitement du courant dominant parmi les militaires et dans les rangs du Commandement régional du Parti que des querelles internes (en particulier entre Hâfiz, ‘Umrân et Jadîd) paralysaient fréquemment.

46Durant les premiers mois qui avaient suivi le renversement du régime parlementaire de 1961, le principal souci du Parti Ba‘th et de son allié le Comité militaire avait été d’épurer le commandement armé et les allées du pouvoir de leurs divers alliés indépendants et unionistes : dans les jours qui avaient suivi le coup, des démonstrations de rues conduites par les Nasséristes, en particulier le 31 mars 1963, avaient démontré la ténacité du courant unitaire arabe. Mais le 13 mai, le gouvernement Bîtâr mettait fin à la coopération entre le Ba‘th et les autres forces politiques du pays. La répression des manifestations fut confiée au général al-Hâfiz qui opéra énergiquement. Au sein de l’armée, des dizaines d’officiers indépendants ou pro-nassériens furent conduits à démissionner ; en juin, ce fut le tour du général Harîrî, ministre de la Défense. L’échec d’un putsch nassériste le 18 juillet et l’exclusion du général Lu‘ay Atâsî le 27 marquèrent en Syrie la fin du pluralisme. Indépendant, proche des Ba‘thistes, du moins de ceux qui étaient favorables à l’unité avec l’Egypte, cet officier avait été choisi par les conjurés comme premier président du CNCR. A dater de son envoi en exil, les Ba‘thistes occupent les rangs du Parti et de l’armée, du gouvernement et du CNCR à l’exclusion de toute autre formation politique jusqu’à la réconciliation du PCS avec le Ba‘th et l’entrée d’un communiste au gouvernement en avril 1966. Ce fut alors la fin des tentatives unitaires avec l’Egypte et l’Irak.

47Dès leur entrée sur la scène politique, les dirigeants ba‘thistes s’étaient préoccupés de réanimer le processus unitaire qui avait échoué en 1961, mais cette fois en s’engageant aux côtés de l’Irak face à un partenaire redouté, ‘Abd ai-Nasser. La précipitation des responsables à renouer avec un homme dont ils avaient appris à se défier s’explique en partie par leur désir de rompre avec les orientations du régime conservateur séparatiste auquel ils succédaient, ainsi que par une authentique et massive aspiration populaire dont la rue était témoin. Mais leur participation aux pourparlers unitaires qui se sont tenus au Caire entre le 14 mars et le 14 avril 1963 était empreinte d’arrière-pensées : le Comité militaire a laissé partir au Caire soit des hommes de second plan, comme ‘Abd al-Karîm Zuhûr, soit des vedettes sans grand pouvoir de décision, comme l’étaient déjà à cette époque ‘Aflaq et Bîtâr. Dans les discussions tripartites, la méfiance et les sarcasmes de Nasser allèrent surtout au partenaire syrien, persuadé qu’il était que les difficultés seraient plus grandes ensuite du côté de Bagdad ; il critiqua en particulier la légèreté du programme socialiste du Ba‘th et la faiblesse numérique de ses membres. Un accord empli d’ambiguïtés fut cependant signé le 17 avril : il prévoyait à la fois l’effacement des partis au profit d’une « organisation politique unifiée » et l’existence dans chaque région de « fronts politiques » fédérant les différentes forces unionistes, socialistes et démocratiques ; encore une fois Nasser s’y réservait des pouvoirs exorbitants, appuyés sur une Chambre des représentants qui aurait été aux trois quarts peuplée d’Egyptiens ; cependant des délais de proclamation et de réalisation étaient fixés. C’était plus qu’il n’en fallait aux trois partenaires pour mesurer leur erreur ; en trois mois leurs relations se tendirent considérablement et les Ba‘thistes à Damas se montrèrent ouvertement décidés à mettre fin à leur coexistence avec les Nasséristes. L’échec du putsch de juillet et la répression qui suivit marquèrent donc la rupture des projets d’union tripartite : au Caire, Nasser vitupéra contre le Ba‘th dans son traditionnel discours du 22 juillet. Quant aux rapports entre l’Irak et la Syrie, l’entente marquée par le VIe Congrès national du Parti Ba‘th en octobre et la signature d’une union militaire le 8, prit brutalement fin le 18 novembre lorsque ‘rif s’érigea en dictateur. Ensuite, la passion des dirigeants syriens pour l’unité fléchit ; leur présence aux sommets arabes du Caire (janvier 1965), d’Alexandrie (septembre 1965) et de Casablanca (1966) fut marquée par leur refus de coopérer et par un bellicisme qui visait principalement à embarrasser Nasser. Si pour la coalition militaro-ba‘thiste, les deux préoccupations principales ont été d’écarter ses adversaires et de faire avancer l’unité arabe, sur le plan des réalisations intérieures, de quoi était-elle capable ?

  • 6 Cf. leur analyse dans le chapitre VI de cet ouvrage.

48Le régime ba‘thiste semblait résolu à des transformations radicales de l’économie et de la société syrienne : dès le mois de mai 1963 fut décrétée la nationalisation des banques privées ; ensuite, le jour même où le général Harîrî était exilé à l’ambassade de Washington, le 23 juin 1963, un décret législatif (n° 88) limitait la propriété des terres cultivées à 50 ha maximum irrigués et 300 en sec. L’approfondissement de la réforme agraire et la nationalisation d’entreprises commerciales et industrielles furent parmi les thèmes dominants du VIe Congrès national du Parti Ba‘th (1963) où les thèses des marxistes comme Chûfî et Murqus furent adoptées sous la forme de « Quelques fondements théoriques »6 représentant une approche radicale du problème syrien. Cependant, jusqu’au coup d’Etat du 23 février 1966, les conflits entre factions et personnes seront si aigus qu’ils paralyseront systématiquement les efforts de réalisation, malgré les nationalisations massives de 1965. Pour schématiser, la lutte se déroule entre le CNCR et le Commandement national du Parti, d’une part, le Comité militaire et le Commandement régional, de l’autre. Les premiers représentent la vieille garde du Parti, ‘Aflaq et Bîtâr, mais aussi des partisans de Hourânî (retiré de la vie politique) comme le général Amîn al-Hâfiz, sunnite d’Alep. Ils demeurent sensibles aux aspirations des couches moyennes urbaines qui ont formé jusque là la masse des militants du Ba‘th, au respect de l’entreprise et de la propriété privées. Le Commandement régional, au contraire, est formé d’une majorité de militaires et de leurs alliés « marxistes » des jeunes générations, de ceux aussi qui ont maintenu la vie du Parti dans les provinces, Haurân, pays alaouite, vallée de l’Euphrate, durant les années difficiles de la RAU et qui portent l’étiquette de « qutriyyûn » (Régionalistes).

49Après le VIe Congrès et durant quelques mois, les seconds semblent dicter sa ligne au pays : les militaires ont apparemment donné raison aux « marxistes » tandis que le général Amîn al-Hâfiz accumule, à la satisfaction des divers adversaires qui pensent l’utiliser ou s’assurer de son alliance, les postes de responsabilité et de prestige : ministre de l’Intérieur dans le premier Cabinet ba‘thiste de Salâh Bîtâr, il est ensuite vice-président du Conseil, chef d’état-major, ministre de la Défense, puis chef du gouvernement en même temps que président du CNCR. Rapidement, sa rivalité avec Salâh Jadîd au sein du Comité militaire et du Commandement régional s’aiguise ; Jadîd, un Alaouite, regroupe autour de lui les membres des communautés minoritaires ; colonel, puis général de blindés, il démode le prestige de Hâfiz qui a fait sa carrière dans l’infanterie et reçu une éducation plus traditionnelle. Le conflit entre les deux hommes, mais surtout la violence des manifestations urbaines après les nationalisations de janvier et février 1964, amènent les modérés du Commandement national au gouvernement. Cette fois le mécontentement a atteint les couches moyennes et les petits commerçants alors que jusque là les entrepreneurs privés, grands commerçants, propriétaires terriens et banquiers étaient exclusivement touchés, qui trouvaient refuge avec leurs capitaux à l’étranger. Ce mécontentement exploité par les leaders traditionnels a pris une coloration religieuse, révolte contre les « athées » et les hétérodoxes au pouvoir, mais qui traduit une authentique inquiétude devant les difficultés croissantes dans le fonctionnement et la commercialisation au sein des entreprises nationalisées à Alep et Hama. Plusieurs mesures sont rapportées et le 23 mai 1964, Salâh Bîtâr inaugure une période plus libérale, appuyé par un autre rival de Hâfiz au sein du Comité militaire, alaouite lui aussi, au point d’en être qualifié de « confessionnaliste » (tâ‘ifî), le colonel ‘Umrân.

3. Le Néo-Ba‘th (1966-1970)

50La montée des « régionalistes » et la reprise du mouvement socialisant seront rapides et spectaculaires : dès octobre de la même année, la nationalisation des resssources pétrolières et minières est décidée, puis, en quelques mois, celle des plus grandes sociétés industrielles ; en février 1965, le commerce extérieur passe sous monopole d’Etat (cf. chapitre VII). Dans l’agriculture, un amendement à la loi sur la Réforme agraire simplifie les procédures d’expropriation, le 16 décembre 1964, au moment même où Amîn al-Hâfiz obtient l’envoi en exil, à l’ambassade de Madrid, de son adversaire ‘Umrân. Cette fois, les émeutes populaires et les grèves dans les souks seront réprimées avec plus de fermeté ; les Régionalistes prennent le pas sur la vieille garde progressivement écartée des Commandements du Parti et du gouvernement, le « néo-Ba‘th », avec Yûsuf Zu‘ayyin et Ibrahîm Mâkhus (encore un Alaouite), s’installe à la plupart des postes-clefs à la faveur d’un déplacement impératif des responsables civils et militaires.

51A partir du VIIIe Congrès national du Parti, en avril 1965, la bataille pour le pouvoir prend plus encore des allures de lutte entre les deux clans : remaniements au sein du CNCR, démission du gouvernement Hâfiz, puis de celui de Zu’ayyin, exclusions au sein du Commandement national et du Commandement régional, suspension du Comité militaire et mise sur pied d’une Organisation militaire dont le Commandement régional s’assure le soutien. Lorsque Hâfiz tente un dernier sursaut en décembre 1965, obtenant du Commandement national la dissolution du Commandement régional acquis à Jadîd, celui-ci est inexorablement acculé au putsch ; mais le 19, le colonel Tlâs, récemment rallié aux Régionalistes, échoue dans une tentative d’écarter son supérieur commandant la place de Homs : un consensus favorable au statu quo s’est dessiné dans l’armée qui préfère éviter d’exhiber et de faire éclater dans le sang ses divisions. Le renversement du régime et l’instauration d’un pouvoir révolutionnaire dirigé par le général Jadîd n’aura lieu que le 23 février 1966, non sans une résistance acharnée et meurtrière des partisans de l’ancienne garde du Parti Ba‘th, y compris les Hauranistes, et des fidèles du chef de l’Etat Amîn al-Hâfiz. Peu auparavant, Salâh Bîtâr, président du Conseil depuis le début de 1966, avait tenté d’écarter « toute tutelle militaire sur le Parti et le gouvernement » ; de leur exil commun, Michel ‘Aflaq et lui ne pourront que dénoncer la « tactique... élaborée depuis les premiers jours par le Comité militaire... et qui a mis en danger la révolution syrienne »...

52Qui sont ces Néo-ba‘thistes dont le goût du secret et l’isolement ont dramatisé la vie politique syrienne durant quatre ans ? Ils se considèrent comme les authentiques héritiers de la révolution du 8 mars 1963 et des « Fondements théoriques » du VIe Congrès. Nûr al-Dîn Atâsî, Ibrahîm Mâkhus et Yûsuf Zu’ayyin, les « trois docteurs », qui se partagent les principales tâches de gouvernement durant la période, la présidence de l’Etat, le ministère des Affaires étrangères et la présidence du Conseil, ont été formés à l’école de la guerre d’indépendance algérienne et conduisent le courant régional syrien dès le début des années soixante ; ils se réclament du « socialisme scientifique » et de la lutte des classes avec une fermeté qui n’est pas dépourvue de dogmatisme ; à partir de leur prise de pouvoir, un rôle croissant sera donc attribué aux organisations populaires cependant que les libertés démocratiques seront sensiblement restreintes. Cette période (1966-1970) sera celle de grands investissements économiques préparant l’entrée de la Syrie dans l’ère industrielle. Celle aussi d’une radicalisation de la politique étrangère, en particulier en ce qui concerne le conflit arabo-israélien, dans lequel le régime néo-ba‘thiste essuiera de coûteux échecs. Mais il ne faut pas perdre de vue que derrière ce trio de civils se tient le leader, pour un temps incontesté, des militaires ba‘thistes et du Commandement régional : Salâh Jadîd qui a dû renoncer à son rôle militaire en 1965 et ne conserve que le poste de secrétaire du CR, le Commandement national cessant provisoirement d’exister ; peu de Syriens connaissent à l’époque la réelle étendue de son pouvoir, même lorsqu’en août 1966 le colonel Hatûm, allié à d’autres officiers druzes, et avec la complicité de la vieille garde du Parti exilée à Beyrouth, tente de profiter d’un mécontentement populaire pour le renverser, lui et son équipe de fidèles alaouites et ismaïliens. La révolte des partisans de Hatûm rétrécit la marge de manœuvre de Jadîd et le contraint à se défier de ses alliés les plus proches ; entre factions rivales la lutte pour le pouvoir n’a pas cessé.

53Pourtant, une certaine unité de vue semblait au départ être partagée par les nouveaux membres du CR, concernant les transformations à opérer dans le pays. Les nationalisations et les réformes de 1964 et 1965 sont confirmées, prolongées par des décrets en décembre 1966. L’ouverture à gauche est symbolisée par le retour d’exil du secrétaire général du PCS, Khaled Bagdâch, qui apporte son soutien au régime. La plupart des associations populaires créées à partir du VIe Congrès connaissent une période d’intense activité : syndicats, comités de femmes, de jeunes, associations culturelles en milieu urbain et paysan et bien sûr sections locales du Parti Ba‘th dont les militants sont renouvelés. Le plus spectaculaire est le développement des « Forces de résistance populaire » qui viennent, sous la direction du militant révolutionnaire Khâlid Jundî, renforcer la Garde nationale, constituée depuis 1963 de volontaires et de jeunes de la futuwwa (préparation militaire), pour former « l’armée populaire ». Bien que relevant de la Défense nationale, ces milices exercent un contrôle policier sur la population civile tandis que les libertés civiques sont restreintes, et que les dirigeants syndicaux deviennent nommés et non plus élus. Les écoles privées sont brusquement nationalisées en septembre 1967 ; conservateurs musulmans heurtés par le laïcisme du régime, communautés chrétiennes, bourgeoisie urbaine, syndicalistes, le régime s’aliène de nombreuses couches sociales sans pour autant remettre en cause les orientations modernisatrices et socialistes qu’il a adoptées.

54Le mérite revient en effet aux Néo-ba‘thistes de s’être attelés de façon décisive à dégager l’économie syrienne de l’emprise étrangère et de la domination des anciennes classes dirigeantes ; à faire démarrer une politique de grands travaux dans le cadre du IIe plan quinquennal (cf. chapitre VII) pour doter le pays des infrastructures qui faisaient jusque là défaut, développement des réseaux routier et ferroviaire, utilisation industrielle des ressources minières (phosphates) et pétrolières. Certes, les ressources financières du capitalisme syrien et de l’aide occidentale font défaut ; les ouvriers s’adaptent difficilement au passage « de la production lente à l’économie dynamique », et plus difficilement encore les travailleurs agricoles. Mais la période voit triompher deux témoignages de l’indépendance et de l’ambition syrienne : la victoire dans le conflit avec l’Iraq Petroleum Company et l’accord pour le financement soviétique du barrage de Tabqa. De décembre 1966 à mars 1967, la Syrie a suspendu le passage du pétrole irakien vers Bânyâs et Tripoli du Liban, afin de faire pression sur la compagnie pétrolière occidentale à qui elle réclamait une augmentation de ses royalties. Elle perdait ainsi 28 millions de dollars de revenus annuels et en faisait perdre 250 à l’Irak avec qui elle n’était déjà plus en bons termes depuis l’automne 1963. Le compromis de mars 1967 entre l’IPC et le gouvernement de Damas fut salué comme une victoire syrienne. A cette même époque, les Ba‘thistes s’assuraient l’aide privilégiée de Moscou : l’assistance soviétique est deux fois et demie plus importante que celle des Etats-Unis, les programmes d’équipement militaire par les pays socialistes sont progressivement exécutés et le 18 décembre 1966 est signé l’accord soviéto-syrien portant sur la première tranche des travaux de barrage de Tabqa sur l’Euphrate.

55Ainsi gratifiés dans leur image de leaders révolutionnaires du monde arabe, les dirigeants du néo-Ba‘th s’opposent énergiquement à la politique « islamique » de l’Arabie Saoudite et de son allié jordanien. Mais le temps n’est plus de critiquer systématiquement les orientations du régime d’’Abd al-Nasser. Au contraire Damas s’efforce d’entraîner Le Caire dans le camp des progressistes et les relations entre les deux capitales sont sensiblement améliorées. En juin 1966, une visite d’Ibrâhîm Mâkhus en Egypte marque la reprise des relations commerciales ; le 7 novembre, un traité de défense mutuelle scelle la réconciliation. Mais cette fois l’accord ne se fait pas sur le thème de l’unité arabe ; la nouvelle équipe ba‘thiste se préoccupe de changements révolutionnaires et récuse la politique de compromission des sommets arabes. Désormais le thème mobilisateur des relations extérieures de la Syrie devient le thème palestinien. Là encore, le pays a connu une évolution sensible depuis le printemps 1963 où les militants palestiniens du Mouvement des Nationalistes Arabes avaient subi, dans les camps de réfugiés de la périphérie de Damas, la même répression qui s’était abattue sur les manifestants nasséristes. A dater du printemps 1966, les Syriens arment les fedayin du Fath et de la ‘Asifa avant de constituer, en 1968, leur propre mouvement de libération de la Palestine, la Sâ‘iqa ; comme prévu, la riposte israélienne aux opérations de commandos vise la Jordanie, le village de Samu’ en particulier, en novembre 1966. Progressivement, les incidents sur la ligne d’armistice syro-israélienne redoublent de violence et de fréquence ; en janvier puis en avril 1967, l’artillerie et l’aviation israéliennes interviennent dans la zone du lac de Tibériade et jusque dans la banlieue de Damas. Et lorsque éclata le 5 juin la guerre des Six Jours, la responsabilité de la Syrie était lourde dans l’enchaînement d’un conflit que ni l’Egypte ni la Jordanie n’avaient désiré.

56Le régime de Damas avait, lui, appelé de ses vœux une guerre populaire inspirée du mythe maoïste, qui mobiliserait les masses arabes « jusqu’à la victoire finale ». Pour lui, comme pour ses alliés, cet affrontement sera bref : soixante de ses avions de combat sont immédiatement détruits au sol ; les autres demeurent à l’abri en Irak. En trois jours, du 7 au 10 juin, la province du Golân avec la ville de Quneïtra tombe aux mains des Israéliens ; plus de 100 000 réfugiés syriens se mêlent aux nouveaux réfugiés de Cisjordanie. Pourtant certains régiments d’élite, en particulier la fameuse brigade 70 qu’ont commandée ‘Umran puis Jadîd, sont demeurés cantonnés aux abords des villes sans manifester la moindre intention d’aller combattre : n’est-ce pas plutôt une guerre civile qu’aurait craint le Commandement régional ? Et son objectif primordial n’était-il pas alors de protéger les acquis de la révolution ? En Syrie, la surprise et l’amertume sont violentes, comme dans l’ensemble du monde arabe. Rendant la trahison des occidentaux responsable de la défaîte, Damas décide de refuser les compromis préconisés au Sommet arabe de Khartoum, en septembre 1967 ; il rejette la résolution 242 du Conseil de Sécurité en novembre, rompt ses relations diplomatiques avec les USA, la Grande-Bretagne et la RFA ; soutenu par l’Irak, redevenu ba‘thiste depuis juillet 1968, il récuse successivement la mission Jarring et le plan Rogers en 1970, choisissant la voie solitaire du radicalisme.

57C’est encore une fois d’officiers, d’autres membres du Comité militaire de 1959, que viendra la contestation et finalement la chute du régime néo-ba‘thiste de Salâh Jadîd. A partir de 1968, une aile extrémiste du Parti Ba‘th prône l’application d’un « marxiste authentique » et l’accentuation de la lutte armée palestinienne depuis le territoire syrien. Cette faction est animée par le colonel ‘Abd al-Karîm Jundî, sunnite de Salamiyyé, membre de l’ex-Comité Militaire ministre de la Réforme agraire depuis octobre 1964 et chef des services de renseignements ; admiré dans le pays pour son militantisme et sa pureté révolutionnaire, A. Jundî est « suicidé » en mars 1969 : le colonel Zâzâ, qui appartient avec le général Tlâs au groupe des fidèles du général Asad lui succède, tandis que les Renseignements, comme les formations paramilitaires, sont rattachés à l’armée. Chef incontesté de celle-ci dont Jadîd s’est progressivement éloigné depuis sa réduction à la vie civile en 1965, Asad réclame énergiquement le partage de l’exercice du pouvoir et une certaine démocratisation qu’octroie d’ailleurs la Constitution du 1er mai 1969, en prévoyant l’instauration d’un régime parlementaire. Mais la majorité du Commandement régional, ainsi que le nouveau Commandement national élu au Xe Congrès d’octobre 1970 appuient la politique intérieure de Jadîd et sa tentative d’intervention aux côtés des unités de la Sâ’iqa et de l’Armée de Libération de la Palestine en Jordanie du nord le mois précédent (« Septembre noir »). Le général Asad qui a été au niveau syrien (les pressions américaines et soviétiques ont joué un rôle efficace) l’adversaire de l’opération en lui refusant l’appui de l’aviation, est mis en minorité ; à la mi-novembre, il choisit d’arrêter et de faire emprisonner ses adversaires politiques. Avec calme et efficacité, le régime de la Rectification (tashîhiyya) s’installe.

III. LA RECTIFICATION (1970-1979)

58L’instauration du Régime Rectificatif signifie plus que la victoire d’un homme sur ses rivaux à l’intérieur du cercle étroit des militaires ba‘thistes qui gouvernent la Syrie depuis 1963. Il marque un point final à la fuite en avant du général Jadîd et de son entourage progressiste : à l’intérieur, les nouveaux propriétaires-exploitants agricoles installés par la réforme agraire et les salariés ruraux qui constituaient la masse de soutien des Néo-ba‘thistes ont été généralement déçus par la lenteur et les conséquences négatives de la redistribution des terres. Les ouvriers des secteurs public et nationalisé, fer de lance du régime, ont payé par une austérité draconienne les entreprises et le développement économique de leur pays. Enfin les Syriens, dans leur ensemble, ressentent comme une erreur la politique vindicative et désordonnée qui a été celle de leurs dirigeants durant la guerre des Six Jours. Incontestablement, le « coup » du 13 novembre 1970 est accueilli avec soulagement et il suscite de grandes espérances. Deux objectifs fondamentaux devaient guider le général Asad et sa nouvelle équipe : déplacer et élargir les bases du régime, au moyen d’une politique d’ouverture économique et d’un dialogue démocratique, tant à l’intérieur du pays qu’en direction du monde extérieur, d’abord. En second lieu, revenir au réalisme qui caractérisait naguère la Syrie : construire l’Etat, légitimer le pouvoir aux yeux de la communauté nationale, dédramatiser les rapports avec les pays voisins, et réorienter les alliances et les interventions syriennes en fonction des intérêts régionaux du pays.

1. L’ouverture

59L’« ouverture » est la caractéristique la plus généralement reconnue au régime syrien à partir de 1970, encore que celui-ci mette en avant la tashîhiyya autant que l’infitâh. Elle s’est opérée concurremment dans le domaine économique, sur les plans interarabe et international, et à l’intérieur de l’espace politique syrien. Dans tous les cas, elle a rencontré certains écueils ; mais c’est dans le domaine social et politique qu’elle apparaît la plus contestable.

60A la recherche de partenaires, les nouveaux dirigeants de la Syrie proposèrent une série de mesures économiques visant à rallier les entrepreneurs exilés ou paralysés par les nationalisations. Sans renoncer au capitalisme d’Etat ni à la prépondérance du secteur étatisé dans l’industrie et le commerce extérieur, le programme présenté par le nouveau Premier ministre, le général Khlaïfâwî, en mai 1971 comportait une série de décrets destinés à relancer l’activité économique syrienne. Mais tandis que les anciens industriels parvenaient difficilement à retrouver leur place, la bourgeoisie commerçante a largement profité de ces mesures. Plus, une nouvelle bourgeoisie s’est développée, à la charnière entre le commerce d’Etat et la distribution et comme intermédiaire entre les compagnies étrangères et les entreprises d’Etat, ainsi que dans le secteur de l’immobilier. Cette bourgeoisie a trouvé son répondant dans la couche de hauts fonctionnaires qui profitent d’un enrichissement spéculatif à la faveur de la croissance économique.

  • 7 Le Mouvement Rectificatif a eu quatre ministères en neuf ans : le 3 avril 1971, celui du général K (...)

61Les excès de la libéralisation économique, allant jusqu’à remettre en cause la ligne socialiste publiquement défendue par les responsables ba‘thistes, ne vont pas sans inquiéter Hâfiz al-Asad : en août 1976, il a nommé un nouveau président du Conseil, encore une fois le général Khlaïfâwî7, avec la mission expresse de veiller à la netteté des opérations passant entre les mains des hauts fonctionnaires. Un an plus tard, le 18 août 1977, le chef de l’Etat promulguait un décret créant une « commission d’enquête sur le gain illicite ». L’opération d’assainissement, déjà difficile en raison des dédales de la vie administrative, fut rapidement bloquée par l’habileté bien connue des hommes d’affaires syriens. Car ce ne sont pas quelques hauts responsables ni quelques super-milliardaires qui sont au fond en cause, mais les orientations d’un régime clairement tourné vers le profit individuel ainsi que l’a confirmé le président Asad lors de sa réélection à la tête de l’Etat le 8 mars 1978 : * Il est nécessaire de stimuler le secteur privé et de le mettre en état de jouer son rôle dans l’économie nationale ; les investissements de particuliers seront garantis. Le profit, la propriété des particuliers ne seront pas remis en cause ». Certes, les particuliers dont les dirigeants syriens ont le souci ne sont pas exclusivement les capitalistes et la bourgeoisie d’Etat enrichie à l’ombre du régime ; sous l’effet de la croissance économique, la petite bourgeoisie urbaine et rurale ainsi que les travailleurs indépendants ont profité du dynamisme ambiant et de la circulation monétaire. L’équipe de la Rectification a retrouvé là une base d’appui plus large, puisqu’elle englobe en partie des milieux urbains sunnites jusque là hostiles aux militaires en raison de leurs options socialistes et de leurs origines minoritaires. Enfin les classes moyennes ont d’autant plus de motifs de soutenir l’ouverture du général Asad que celle-ci s’est également opérée en direction du monde arabe, dans un sens unitaire auquel elles sont restées particulièrement sensibles.

62Dans les mois qui ont précédé sa prise de pouvoir, le président Asad avait amorcé un rapprochement avec l’Irak ; il s’était concerté particulièrement avec le vice-président de la République, le général Takrîtî, lors des affrontements entre organisations palestiniennes et armée jordanienne en septembre 1970. Cette fois il se tourne vers l’ouest où s’ébauche un projet de fédération entre l’Egypte, la Libye et le Soudan. Acceptée dans son principe au printemps 1971, la création de l’Union des Républiques Arabes (URA) est entérinée le 1er septembre par un référendum où le oui l’emporte avec 96,4 % des suffrages. La contrainte unitaire est si légère et le rapprochement si imperceptible que l’URA survivra aux élans et aux brouilles des partenaires ; vue de Damas elle marque tout au plus la volonté syrienne de coopérer avec les autres Etats arabes dans le domaine économique, mais aussi face au problème israélo-arabe : dès 1972, certains indices permettent d’estimer que la Syrie tempère son hostilité à l’égard de la résolution 242 du Conseil de Sécurité. La concertation secrète d’Asad et de Sadate durant l’été 1973 et surtout l’intervention directe de la diplomatie syrienne dans le conflit libano-palestinien en mai 1973 sont d’autres indices de l’évolution de Damas.

63La guerre d’octobre 1973 marque clairement un tournant dans la politique extérieure syrienne : elle rend manifeste, et elle accélère le processus d’ouverture diplomatique en direction des partenaires arabes ainsi que du monde occidental, processus induit par le général Asad avec réalisme et habileté. Sur le terrain en effet, l’offensive syrienne, engagée le 6 octobre tandis que les troupes égyptiennes franchissaient le canal de Suez, s’est soldée par un échec : après une percée victorieuse dans les trois premiers jours du combat, elle s’est arrêtée le 8 aux confins du territoire syrien et de la Palestine occupée. En dépit du soutien énergique apporté par ses alliés marocain, irakien, et plus tard par des contingeants jordaniens et saoudiens, l’armée syrienne a dû céder du terrain sur l’Hermon au cours de violents combats que l’acceptation tardive du cessez-le-feu et – sous conditions – de la résolution 338 du Conseil de Sécurité, vint interrompre. De plus, dès les premiers jours de la guerre, le Commandement général à Damas, les équipements de Homs et les installations des ports pétroliers de Tartous et Bânyâs ont été bombardés et sévèrement endommagés ; les pertes subies représentaient une année entière de production nationale. Le recul temporaire sur le Golân et l’ampleur des dommages infligés au pays s’effacent cependant devant la conscience quasi-générale d’avoir conquis, en prenant l’initiative de récupérer le Golân occupé depuis 1967, une victoire morale ; comme la communauté internationale semblait prête à leur reconnaître cette victoire, il fut dès lors loisible aux dirigeants syriens de la transformer en succès diplomatique et financier.

64Pour l’U.R.S.S., la Syrie, même dirigée par Asad et non plus par les Néo- ba‘thistes, demeurait sans conteste le partenaire le plus fidèle du Moyen-Orient arabe depuis les tiraillements avec l’Egypte de Sadate ; avec ses alliés socialistes elle lui avait donc fourni en 1973 la totalité de son matériel de guerre et l’avait réapprovisionnée au moyen d’un pont aérien. Mais, comme l’Egypte, en dépit de réticences incontestables et de protestations réitérées, c’est vers les Etats-Unis que la Syrie décide depuis lors de se tourner, pour s’engager dans un processus de négociation avec Israël, bien que pendant six mois, jusqu’en mai 1974, elle mène une rude guerre d’usure sur le Golân, de part et d’autre des lignes de cessez-le-feu. Henry Kissinger, secrétaire d’Etat américain, est à Damas dès le 14 décembre 1973 ; en avril 1974 on apprend que la B.I.R.D. consent un prêt de 100 millions de dollars au gouvernement syrien ; en juin, Richard Nixon reçoit, dans la capitale du pays qui l’ignorait depuis 1967, un accueil amical. Depuis, les missions et les accords se multiplient avec les pays occidentaux, les projets communs s’accumulent tandis que la part relative des Etats socialistes dans le commerce de la Syrie décroit, de 37 % des exportations syriennes en 1969 à 25 % en 1977 ; de 30 à 19 % pour les importations. La CEE devient le premier partenaire économique de la RAS. Le signe de ce nouvel esprit conciliateur et réaliste de la part de la Syrie, c’est l’acceptation, à la suite de la cinquième mission Kissinger en mai 1974, d’un accord de désengagement qui suspend les hostilités avec Israël. Signé à Genève le 31 mai sous les auspices américano-soviétiques, il prévoit la restitution à la Syrie d’une partie du territoire occupé en 1967, dont la ville de Quneïtra ; la création des zones d’armement limité de part et d’autre d’une zone tampon que surveille la Force des Nations Unies pour l’Observation du Désengagement, dont le mandat est renouvelé depuis tous les six mois ; enfin, d’après Tel-Aviv, il comporte un engagement syrien à contrôler les éléments armés irréguliers (les fedayin palestiniens) le long de la ligne de cessez-le-feu.

65En 1976, les divers prêts occidentaux à la Syrie se sont montés à 540 millions de dollars, soit une part sensible de son budget d’investissement. Et jusqu’à cette année de crise ouverte par la guerre du Liban, l’aide arabe se chiffrait, elle, à un milliard de dollars par an : 700 millions lui sont octroyés par les monarchies pétrolières au titre de l’effort de guerre et de la reconstruction, depuis le sommet arabe de Rabat en septembre 1974 où il a été beaucoup plus question de solidarité arabe que de l’opportunité pour les pays du champ de bataille (Egypte, Syrie, Jordanie) de se rendre ou non à la négociation de Genève. On assiste depuis 1973 à un remodelage des solidarités inter-arabes autour du leadership saoudien tandis que les clivages des années 60 entre progressistes et conservateurs s’estompent au profit de la realpolitik : à Damas comme au Caire, on croit que le déblocage de l’économie et la solution du conflit israélo-arabe passent par l’axe Ryadh-Washington. En janvier 1975, le roi Faïsal est accueilli triomphalement à Damas et en décembre, son successeur Khâlid. Mais la foule enthousiaste qui acclame les souverains voit en eux les seigneurs de La Mekke et les chefs religieux beaucoup plus que les pourvoyeurs du trésor ; comment l’alliance saoudienne n’influerait-elle pas l’équilibre politique interne de la Syrie en même temps qu’elle modèle sa politique extérieure ?

2. Un retour à la démocratie ?

66Dès les premiers mois de sa prise de pouvoir, le général Asad a fait appel à des personnalités politiques « indépendantes » représentatives des anciennes élites urbaines écartées par le Ba‘th, ainsi que de la couche montante des nouveaux entrepreneurs et commerçants ; c’est ainsi que l’Assemblée constituante, désignée par lui en février 1971, faisait une place notoire aux représentants de « catégories sociales », dont les commerçants et... les femmes. On a vu aussi réapparaître au sein de l’Assemblée et même dans le gouvernement une proportion importante de non ba‘thistes et même de non socialistes : 9 par exemple dans le gouvernement formé le 30 mars 1978 par Muhammad ‘Alî Halabî qui compte 36 membres. A côté de membres de profession libérale proches des dirigeants, ont réapparu également des leaders d’ancien régime, aristocrates fonciers ou chefs de tribu dont les activités sont visiblement tolérées par les dirigeants ; ainsi Ma’arûf Dawâlibî, ancien chef du Parti Populiste, exilé en Arabie Saoudite, regagne-t-il Damas peu avant les législatives de juillet 1977 en vue desquelles il déploie une intense activité. D’année en année il apparaît que l’ouverture politique préconisée par le régime de la Rectification correspond à l’ouverture qu’il pratique dans le domaine économique. Pourtant, à en croire les promesses du général Asad dès novembre 1970, cette ouverture devait s’opérer en direction des forces progressistes du pays n’appartenant pas au Parti Ba‘th, afin d’élargir, mais non d’édulcorer, le projet socialiste et national du Parti.

67Après les Communistes, proches du pouvoir depuis 1968, diverses organisations nasséristes et socialistes ont accepté de collaborer avec le Ba‘th à l’élaboration d’un nouveau cadre constitutionnel et à la conduite des affaires nationales. C’est ainsi que certains partis font leur réapparition sur la scène publique, mettant un terme à huit années de monopole ba‘thiste : l’Union Socialiste Arabe, représentant la tradition nassériste en Syrie et dirigée par un ancien Ba‘thiste marxisant, Jamâl Atâsî ; l’Organisation des Socialistes Unionistes, groupe dissident du Ba‘th depuis 1967 ; enfin le Mouvement Socialiste Arabe qui se réclame de Akram Hourânî. Avec le PCS, ces formations sont représentées par un ou deux ministres chacune au sein des gouvernements successifs et la presse officieuse du pays, al-Ba‘th, al-Thawra et ensuite Tichrîn, leur est ouverte. Le 7 mars 1972, la signature d’une Charte commune vient sceller la constitution du Front National Progressiste qui groupe autour du Parti Ba‘th les quatre partis susnommés ; mais dans le texte de la Charte sont inscrites les limites fixées au retour du pluripartisme : la prééminence du Ba‘th est assurée par la distribution des voix au sein du Conseil directeur, 9 pour ce parti et deux pour chacune des formations alliées ; de plus celles-ci sont tenues de s’abstenir de toute propagande au sein de l’armée et de l’université. Incapables donc par définition de dégager une majorité de contestation, les partis progressistes apparaissent peu à peu prisonniers de la dynamique d’ouverture du président Asad à qui la création du Front a fourni une caution démocratique face à l’opinion publique interne et inter-arabe.

68Le caractère tout symbolique de l’« ouverture » opérée sur la scène intérieure par le Mouvement de Rectification ne pouvait échapper aux militants appelés à servir de garants aux nouvelles orientations du régime. Si ouverture il y avait, celle-ci paraissait plus orientée en direction des indépendants et autres centristes qu’en direction des progressistes. C’est ce que jugèrent assez vite certains membres du PCS, contrariés de la tolérance que Moscou manifestait à l’égard du général Asad et qui provoquèrent, en 1971, une scission interne dirigée par Daniel Nihma et Ryâdh al-Turk contre Khaled Bagdâch. Communistes « nationaux » et Communistes respectueux de la ligne moscovite se sont réconciliés en 1972 mais une fraction importante des anciens dissidents passait à l’opposition clandestine. Une scission semblable apparut en 1973 au sein de l’Union Socialiste Arabe, toujours sur les mérites de la collaboration avec le régime du général Asad : peu après la promulgation de la Constitution définitive qui réaffirmait dans son article 8 le rôle dirigeant du Ba‘th au sein du FNP, Jamâl Atâsî entraînait un grand nombre de militants des régions de Homs, d’Alep et Deïr ez-Zor dans l’opposition révolutionnaire, laissant Fawzî al-Kayâlî conserver le sigle du parti et le poste de ministre que lui valait sa fidélité au pouvoir. Les activités mêmes du Front National et les prises de position de son Conseil directeur étaient progressivement mises en sommeil tandis que l’opposition de gauche marquait davantage ses distances à l’égard du régime : une coalition d’anciens partisans du général Jadîd, de tenants de la ligne irakienne et de divers marxistes se retrouvent dans la condamnation de l’accaparement du pouvoir par une minorité finalement plus étroite, en tout cas plus clairement cernée comme telle par l’opinion publique syrienne, que du temps des Néo- ba‘thistes.

69S’il ne fait pas de doute qu’une nouvelle classe d’entrepreneurs et de commerçants prospère à l’ombre du régime et pèse sur ses orientations, il est manifeste également que l’armée a concentré entre ses mains les instruments du pouvoir (éducation, ordre intérieur et défense nationale, grandes entreprises économiques...) et confirmé son emprise sur l’appareil d’Etat en se réservant des positions de premier plan au sein du Commandement régional du Parti Ba‘th et du gouvernement. D’ailleurs, la préparation intensive que s’impose l’armée syrienne depuis octobre 1973 obère lourdement l’économie du pays. Selon le Military Balance, les dépenses de défense ont absorbé près du quart du PNB en 1977. L’armée est omniprésente et partout privilégiée : près du tiers des véhicules immatriculés dans le pays lui appartiennent ; immeubles, terrains, entreprises, sont réquisitionnés : de nouvelles usines sont créées chaque mois, dont les liens n’apparaissent pas évidents avec les besoins de la Défense nationale. Les militaires s’arrogent des libertés envers les directives ministérielles et les impératifs de la planification, importent du matériel contingenté, construisent dans des zones protégées. Pratiquement, la population entière est atteinte depuis sa jeunesse par l’emprise de l’armée : les adolescents des écoles secondaires, revêtus d’uniformes pétrole ou kaki, subissent un entraînement hebdomadaire avant de passer près de trois ans sous les drapeaux. Surtout, deux cent cinquante mille soldats et presque autant de civils employés par la Défense nationale sont directement concernés par les priorités militaires du pays.

70Enfin l’opinion publique syrienne désigne plus nettement les membres de la communauté alaouite au sein de la nouvelle classe dirigeante. Cette mise en avant du fait minoritaire correspond en Syrie à un stade délicat de la construction nationale, après la mise en sourdine des ambitions unitaires panarabes des années soixante ; elle doit beaucoup à la levée, au moins partielle, du secret qui entourait auparavant l’identité des responsables militaires et civils du pays. Mais elle correspond aussi à une indéniable réalité : isolés du reste de la communauté syrienne par des différences religieuses et un retard socio-économique accentué par la politique mandataire séparatiste et par l’exploitation des propriétaires sunnites du littoral méditerranéen, les Alaouites ont trouvé une occasion de revanche collective par le biais de la promotion d’instituteurs et de militaires dans les années 40 et 50. La solidarité des dirigeants alaouites avec leur milieu tribal et familial d’origine, en majorité des petits propriétaires-exploitants, ne s’est pas depuis démentie. L’importance des investissements consacrés à l’équipement du Muhâfaza de Lattaquié qui englobe la majeure part du Djebel Alaouite, avec les installations portuaires de Bânyâs et de Lattaquié, l’Université Tichrîn de Lattaquié, le développement du réseau routier, etc..., fait peut-être plus que combler un retard incontestable ; elle consacre le caractère privilégié de cette région dont sont originaires les principaux leaders du pays, à commencer par le chef de l’Etat.

71Hâfiz al-Asad concentre en sa personnalité et sa carrière les caractéristiques mêmes de cette nouvelle génération de montagnards périphériques qui se sont progressivement approprié le pouvoir central à partir de 1963. Fils de paysan de Qardaha, ba‘thiste dès sa jeunesse, élève à l’Académie de Homs puis à l’Ecole de l’air d’Alep, il est membre dès l’origine du Comité Militaire Ba‘thiste fondé au Caire en 1959. Comme ministre de la Défense nationale (depuis le 1er mars 1966), chef de l’aviation syrienne et membre du Commandement régional du Ba‘th (depuis septembre 1963), il progresse à l’ombre de Jadîd, son collègue et compatriote, jusqu’à se hisser au sommet, entouré de son équipe de fidèles, Tlâs, Khaddâm, Jamîl, Zâzâ et d’autres officiers supérieurs alaouites, sans oublier son frère Rif’at dont les Brigades de défense lui ont prêté main-forte pour la conquête du pouvoir. Au sein même de cette minorité qui représente 11 % de la population du pays et détient en 1975, 60 % des postes d’officiers supérieurs, les ambitions rivales épousent les clivages claniques ; certains hauts responsables disposent de véritables milices, recrutées suivant des critères communautaires, solidement équipées, à qui il advient de s’affronter en marge de la légalité et en vue du pouvoir. En tout état de cause, la politique d’ouverture du Mouvement rectificatif apparaît avoir offert des possibilités d’enrichissement et d’ascension pour une minorité socio-économique, la nouvelle bourgeoisie d’Etat, et ethnico-religieuse, les Alaouites.

3. La construction de l’appareil d’Etat

72Une telle « ouverture » s’opère nécessairement dans le cadre d’un processus de rationalisation et de construction de l’appareil d’Etat, processus sans lequel l’efficacité des nouvelles mesures serait amoindrie. Elle s’accompagne également d’efforts de légitimation : sur le plan interne, puisque le changement de novembre 1970 avait remis en cause les assises du régime militaro-ba‘thiste ; à l’extérieur, puisque la Syrie reconsidère son espace national et sa politique régionale face à la nouvelle attitude égypto-saoudienne à l’égard d’Israël.

73Durant les années 70 le régime ba‘thiste a développé les instruments modernes du pouvoir, en matière d’encadrement et de répression, également en matière de planification et de décision économique. La sécurité du pays est plus que jamais l’affaire des militaires et l’autorité au niveau de la région appartient toujours au Mudîr al-mintaqa, officier dirigeant local. Il est assisté de forces de police, environ 12 000 hommes pour l’ensemble de la Syrie, rattachées depuis 1971 au ministère de l’Intérieur, lui-même dirigé par un officier supérieur. Une des caractéristiques notoires de ces forces de police est le développement à leur marge de multiples services de renseignements, les « mukhâbarât » qui exercent un contrôle pesant sur les activités publiques des citoyens, en particulier des fonctionnaires, militaires et enseignants ; depuis 1963, le maintien des mesures d’urgence autorise arrestations et détentions préventives sans contrôle judiciaire, occasionnant des excès que le président Asad a dénoncés dans son discours de réinvestiture le 8 mars 1978.

74Dans le domaine économique, le renforcement de l’appareil d’Etat est tout aussi spectaculaire : le Bureau central des statistiques affine ses méthodes de travail et les recensements de 1970 et 1975 fournissent des données appréciables. Au sein du gouvernement, le ministère de la Planification prend une importance croissante ; depuis l’arrivée à ce poste de George Hawrâniyya le 7 août 1976, il constituait même une sorte de super-ministère ayant droit de regard sur les autres.

75Mais cette accentuation du contrôle étatique et la centralisation rigide des décisions grippent le fonctionnement du système, souvent même le paralysent. Certes, des tentatives inverses ont été faites, notamment en matière de développement des Assemblées régionales (de muhâfaza) élues en 1972 et 1976, mais celles-ci n’ont obtenu en fait qu’un rôle consultatif. Les décisions en Syrie sont prises au Palais de la présidence de la République, après un débat politique avec les membres du Commandement du Parti, représentatifs des instances militaires et syndicales du pays ; elles sont ensuite transmises à chaque ministère et la réunion du Conseil des ministres est pratiquement inexistante. Un tel fonctionnement provoque inévitablement cloisonnements, blocages et interférences, tous les phénomènes d’une bureaucratisation pléthorique : chômage déguisé des cols blancs, et développement d’une nouvelle clientèle du pouvoir, sur le plan social ; inefficacité et gâchis sur le plan économique. Il est aussi à l’origine d’un spectaculaire développement du système de la rachwa, des pots-de-vin, au cours de la lente navigation des dossiers à travers l’administration.

76Dans le même temps, l’emprise de l’Etat ba‘thiste sur l’ensemble des citoyens s’accentue, par le biais de l’école, des media, du service militaire et des organisations de masse. Le message de l’enseignement, et tout particulièrement le contenu des cours d’histoire, de géographie, puis, dans le secondaire, de « sociologie politique », est entièrement axé vers la construction d’un Etat syrien unitaire solidement encadré et nourri des thèmes ba‘thistes du nationalisme arabe et du socialisme. L’utilisation de la langue littéraire moderne par l’école, l’administration et surtout les media – la télévision a installé des relais dans le nord du pays et jusqu’à la frontière irakienne – est un autre facteur d’unification. L’armée, nous l’avons dit, est un puissant instrument de brassage national, qui se surimpose au phénomène croissant de l’exode rural. Enfin le Parti Ba‘th lui-même et les organisations populaires qui en dépendent, syndicats, Unions paysannes, mouvement de Femmes et associations de jeune Pionniers (talâ’i’) ont pris une vaste extension depuis l’arrivée au pouvoir du général Asad. Dans chaque région, ces mouvements sont gonflés de milliers d’adhérents tandis que s’accentue le fonctionnement du « centralisme démocratique ». L’inévitable contrepartie de cet élargissement et de cette ruralisation est l’affadissement du message ba‘thiste (cf. chapitre VI), transformé en slogans servant de caution au pouvoir militaire.

77A la recherche d’un consensus national, le Mouvement rectificatif recourt largement aux procédés constitutionnels et électoraux, caractéristiques des Etats « modernes » et « démocratiques ». Un referendum triomphal, le 12 mars 1973 (97,6 % de votes positifs), marque l’adoption d’une Constitution définitive, sensiblement différente des Constitutions provisoires de 1964 et 1969. A première vue, elle se situe dans une continuité idéologique, reprenant les notions de marche vers le socialisme et soulignant le rôle dirigeant du Parti Ba‘th (Préambule) ; en fait, elle a clairement abandonné le modèle soviétique et la collégialité en instaurant un régime présidentiel (art. 93 à 114), dans lequel l’Assemblée du Peuple ne joue guère qu’un rôle de chambre d’enregistrement. Certains n’hésitent pas à dénoncer la personnalisation du pouvoir puisque le général Asad, « Abû Sleimân », concentre, comme chef civil et militaire, l’essentiel du pouvoir en ses mains.

78Le triomphe plébicitaire ne peut d’ailleurs faire illusion : quinze jours auparavant, de graves émeutes dirigées contre les bureaux du Parti et de l’Union des femmes avaient éclaté à Hama, la foule réclamant l’introduction dans la Constitution d’un article stipulant que l’Islam est la religion d’Etat. L’agitation reprit ensuite à Damas et dans d’autres villes, contre le caractère « laïque, voire athée » du texte, et imposa finalement une modification avant même la mention de la jurisprudence musulmane comme « une source principale de la législation », il a été inscrit (art. 3 § 1) que la religion du président de la République est l’Islam. Le véritable referendum, n’est-ce pas dans la rue qu’il a eu lieu ? L’ensemble des opérations électorales du régime doit être considéré avec les mêmes précautions d’autant qu’il n’y a pas eu moins de huit consultations populaires en huit ans : l’élection présidentielle du 1er mars 1971 ; le referendum sur l’Union des Républiques Arabes le 1er septembre 1971 ; les élections aux Conseils de Muhâfaza des 3 et 4 mars 1972 ; le vote constitutionnel de mars 1973 ; les Législatives en mai 1973 ; de nouvelles élections régionales en 1976 ; des Législatives les 1er et 2 août 1977 et la réélection du général Asad à la présidence de la République le 8 février 1978.

  • 8 Cf. E. Picard, « Syria Returns to Democracy : the May 1973 Legislative Elections » in G. Hermet, R (...)

79Par une élimination efficace des opposants et le contrôle étroit des opérations électorales, le pouvoir s’assure dans la plupart des cas un taux de succès avoisinant l’absolu ; mais l’indice de participation effective – moins de 10 % parfois, rarement plus de 50 % – traduit la désaffection populaire à l’égard de pratiques qui n’abusent personne. Pourquoi alors le régime prend-il de tels risques, si minimes soient-ils, si ce n’est qu’il en attend certains résultats appréciables : une anesthésie des conflits ethniques et sociaux par l’unanimité apparente ; la transmission de ses slogans au travers des campagnes électorales, et la possibilité d’ausculter l’opinion publique ; la résolution des rivalités et des tensions entre les différents groupes membres du Front progressiste, assurant un pluripartisme limité ; la mise à l’écart, hors des processus « légaux », des groupes d’opposition ; enfin l’instauration d’une légitimité constitutionnelle, appréciable à court terme sur le plan interne et surtout face à l’opinion internationale, en particulier arabe, puisqu’elle permet à la Syrie de réintégrer la communauté en entrant dans l’U.R.A.8.

80Amorçant à partir de 1971 son processus de « démocratisation » contrôlée, le régime syrien cantonne, et parfois rejette hors de la légalité, des forces politiques qu’il se refuse à intégrer au système et même à reconnaître comme interlocuteurs. C’est ainsi que demeurent interdits les partis d’ancien régime et les mouvements d’inspiration religieuse intégristes tels les Frères musulmans. Pourtant, à la faveur de la renaissance islamique arabe, largement influencée – et financée – par l’Arabie Saoudite et la Libye, ces mouvements connaissent une audience croissante, en particulier au sein de la petite bourgeoisie sunnite frustrée du leadership économique et politique. Privée des moyens officiels de parole, sans presse ni parti déclaré, cette opposition emprunte volontiers le langage religieux pour contester le pouvoir et influencer la jeunesse par le biais de l’instruction islamique. Mais pour être parfois réactionnaire et même intolérant, son langage ne traduit pas moins une authentique opposition politique et sociale, paralysée par ailleurs. Elle a aussi recours à la violence, attaques armées contre des forces de l’ordre et incendies (en 1974 et 1975) qui font l’objet de sévères répressions policières. Au nom de l’authenticité socialiste, l’opposition de gauche recourt à des pratiques violentes similaires, attentats (par l’Organisation Communiste Arabe en 1975) et prises d’otages (celle de l’hôtel Semiramis en octobre 1976). La répression, jugement expéditif et pendaison publique, est particulièrement énergique et la dénonciation de complicités irakiennes systématique. Mais Socialistes, Nasséristes et marxistes de Syrie ne constituent pas un vaste mouvement populaire face à l’emprise solide de régime ; ils sont jusqu’alors réduits à un noyau d’intellectuels et de militants.

4. Une nouvelle politique régionale

81Banalisant pas à pas la vie intérieure syrienne, le régime de la Rectification conduit sa politique régionale avec réalisme et même cynisme. Tournant inattendu ? Il faudrait plutôt relever la continuité des orientations de la Syrie depuis son indépendance et la logique d’une volonté qui conduit le général Asad du refus de l’engagement en Jordanie en septembre 1970 à l’intervention au Liban de 1976. L’acceptation du Plan Rogers par certains Etats arabes à l’été 1970 (mais pas encore par la Syrie) marquait en effet l’avènement de la politique des Etats et le contrôle par la communauté arabe des aspirations radicales palestiniennes, voire leur abandon. Dès 1970, le Commandement militaire ba‘thiste tenait en main la Sâ’iqa et l’Armée de Libération de la Palestine partiellement stationnée en Syrie, se réservant ainsi d’exercer des pressions indirectes sur les autres forces armées palestiniennes. L’immixtion de Damas dans les affrontements libano-palestiniens de mai 1973 a préludé à l’initiative syro-égyptienne d’Octobre porteuse d’objectifs limités : la récupération des territoires occupés en conformité avec la résolution 242 du Conseil de Sécurité et, si possible, l’amorce d’un règlement israélo-arabe. Depuis cette guerre d’Octobre, le gouvernement syrien a accueilli avec des protestations plus ou moins véhémentes les démarches égyptiennes en faveur d’un règlement négocié et condamné entre autres l’accord intérimaire de septembre 1975.

82Ensuite, l’engagement unilatéral du Président Sadate dans un processus de négociation avec Israël a porté un rude coup à la solidarité arabe, cette solidarité qui avait transformé la difficile bataille d’Octobre en victoire diplomatique. Les pays arabes membres du Front de la Fermeté – Yémen du sud, Libye, Algérie –, et l’O.L.P., se sont réunis autour du général Asad à Tripoli en décembre 1977, puis à Alger au début de 1978, et enfin à Damas en octobre. Ils ont exprimé leur émotion et suggéré des représailles dans l’hypothèse où les projets de paix bilatérale prendraient corps. Mais ils n’ont pu faire plus en raison du manque de soutien saoudien et des critiques acerbes que leur ont adressées les dirigeants de Bagdad.

83Jusqu’en octobre 1978, l’absence de l’Iraq au sein du Front et la perpétuation de la querelle syro-irakienne accentuent son caractère formel et son inefficacité. L’instauration d’un régime ba‘thiste à Bagdad depuis 1968, les intérêts économiques communs – le pipe Kirkouk-Méditerranée et les eaux de l’Euphrate – loin d’être des moteurs de la coopération syro-irakienne, sont demeurés longtemps des sujets de controverse entre les deux pays : réfugiés à Bagdad, les dirigeants ba‘thistes de la première période (jusqu’en 1966) condamnent le mouvement de la Rectification qui attaque en retour la « clique de Takrît ». En avril 1976, le pipe-line irako-syrien est abandonné au profit d’une nouvelle conduite qui traverse le territoire turc ; le manque à gagner est de 127 millions de dollars par an pour la Syrie. Déjà, la médiation saoudienne de mai et juin 1975 sur le partage des eaux de l’Euphrate, qui devait tenir compte des nouveaux besoins de l’usine hydro-électrique de Tabqa et des techniques d’irrigation dans le chott mésopotamien, n’avait pas abouti. Et si lors de la guerre d’Octobre, l’Irak a effectivement envoyé des unités combattre sur le front du Golân, elle les a rapidement retirées ensuite ; depuis la petite guerre des communiqués, d’arrestations et de suspension des communications aériennes s’envenime parfois au point que des troupes fassent mouvement en direction de la frontière des deux républiques.

84Le rapprochement tenté entre la Syrie et l’Iraq fut incontestablement une des conséquences de la « défection » égyptienne. Les contacts entre les deux régimes ont été pris dès novembre 1977 et, à l’automne 1978, les résultats positifs de la conférence de Camp David précipitent la réconciliation spectaculaire, mais logique, des deux frères ennemis. Une Charte d’Action commune signée le 26 octobre sert de cadre à la coopération entre les deux pays, dans le domaine de la culture et de l’information, dans leurs relations politiques et économiques. Les agences de presse SANA et INA coordonnent leurs nouvelles ; il est prévu que l’enseignement sera unifié, le pétrole exploité en commun, des zones franches créées. Surtout, les deux directions proclament qu’elles visent « l’unité militaire complète » et la refonte du Commandement national (panarabe) du Parti Ba‘th.

85Mais après des mois de tractations laborieuses et l’échec manifeste de la rencontre entre les deux chefs d’Etat à Bagdad en juin 1979, la découverte en juillet d’un « complot » contre le nouveau président irakien S. Hussein qui dénonce des complicités syriennes, a mis fin à ce chapitre des relations syro-irakiennes.

86Si les négociations bilatérales ont échoué en raison de l’appétit syrien et de la difficulté d’imposer une hiérarchie unique aux dirigeants des deux Ba‘th, elles se sont surtout heurtées au problème de l’unification de toutes les forces militaires, milices comprises ; une armée ba‘thiste forte de 900 avions de combat, de 4 700 chars et de six divisions d’infanterie n’a pu voir le jour, malgré la volonté de Bagdad, malgré surtout l’importance qu’elle revêtait dans le cadre de la nouvelle politique régionale syrienne.

87Il va sans dire que cette nouvelle politique est tracée, sinon avec l’aval de l’Arabie Saoudite, du moins dans le cadre de la stratégie régionale de celle-ci. Dès avant la guerre d’Octobre, Ryadh a subventionné l’économie syrienne conformément aux décisions de Khartoum mais aussi grâce à des investissements privés. Cette aide s’est amplifiée après les Sommets d’Alger (1973), de Rabat (1974) et surtout de Bagdad (1978) : Damas reçoit environ 1,8 milliard de dollars chaque année des Etats pétroliers. Elle n’est pas étrangère à la libéralisation économique syrienne ; surtout, elle autorise les Saoudiens à sanctionner les initiatives syriennes de désengagement sur le Golân, de rapprochement avec la Jordanie, d’intervention au Liban. Depuis la guerre d’Octobre, le Mouvement Rectificatif a ainsi inauguré une stratégie ouverte et dynamique à l’égard de ses voisins arabes ; se sentant menacés à partir du Golân, mais aussi du Haurân, aux confins syro-jordaniens, et de la Bekaa libanaise, les militaires syriens cherchent avec constance à unifier le front oriental de Râs al-Nâqûra (au Liban) à ‘Aqaba. A Chtaura, en janvier 1975, lors de sa visite de réconciliation avec le président Frangié, Hâfiz al-Asad n’a pas obtenu la signature d’un accord de défense mutuelle ; en mars, il s’est entendu avec Yasser ‘Arafat sur le principe d’un accord syro-palestinien ; en août, il a obtenu réellement satisfaction avec la création d’un commandement militaire unifié entre son pays et la Jordanie. Mais cette harmonisation impliquait à la fois que la Syrie prenne en charge la question palestinienne et s’assure des choix du Liban, tout en privilégiant ses relations culturelles, économiques et même politiques avec le royaume du roi Hussein.

88On aurait tort d’en conclure que les ambitions hégémoniques de la « Grande Syrie » sont ravivées et que Damas poursuit une politique annexionniste visant à réaliser le rêve du royaume arabe de Faïsal ou le projet du PPS des années 40 ; certes, à Beyrouth, ce dernier participe au Front progressiste libanais allié de Damas depuis 1976, mais il est demeuré interdit en Syrie où ses thèses sont officiellement condamnées. Plutôt qu’à l’unité (comme en 1958) ou même à une confédération (comme en 1963), c’est à la solidarité militaire et économique que font appel les dirigeants syriens dans le cadre du Croissant fertile ; leur obsession, depuis 1973, est d’éviter une guerre israélo-arabe pour laquelle ils ne se sentent ni prêts ni assez soutenus, et d’assurer une solidarité sans faille du front Est du champ de bataille, tant en cas de déflagration que devant des possibilités d’évolution diplomatique. C’est dans cette optique qu’il faut analyser l’évolution de la politique libanaise de la Syrie à partir de 1975 tant il est vrai que la région arabe est solidaire dans la paix et la guerre avec Israël. En mai 1973, déjà, puis à partir des affrontements entre Palestiniens et Phalangistes en avril 1975, les Syriens jouent au Liban une partie de délicate balance qui les conduit à changer d’allié et de tactique immédiate à plusieurs reprises. Ces changements reflètent certainement des intérêts contradictoires parmi les dirigeants syriens, entre factions militaires et militants ba‘thistes, entre minoritaires et majorité sunnite. Ils sont surtout la réponse flexible du régime du général Asad à l’évolution de la situation régionale (position de l’Egypte), locale (rapport des forces à l’intérieur du Liban) et aux messages et avertissements israéliens.

89Le pouvoir ba‘thiste dans les années 70 a intérêt à la fois à préserver le Liban politique, tel qu’il fonctionnait tant bien que mal depuis 1943, et à supplanter Beyrouth, par la place de Damas et le port de Lattaquié. Ainsi s’explique le rôle provocateur joué par les miliciens de la Sâ’iqa dès l’automne 1975 ; par les troupes de l’ALP dans leur mission de séparation des forces dans Beyrouth en janvier-février 1976 ; et par ces « éléments incontrôlés » dont on sait que leurs provocations criminelles profitaient surtout à Damas. Dans le même temps, les négociateurs syriens, à leur tête ‘Abd al-Halîm Khaddâm, ministre des Affaires étrangères dans tous les gouvernements depuis novembre 1970, n’ont eu de cesse de remettre en marche le système politique libanais, avec des modifications mineures ; ce fut le succès éphémère du Document constitutionnel imposé aux adversaires libanais en février 1976. D’autre part, l’intérêt de Damas passe par la mise au pas des éléments palestiniens extrémistes qui s’opposent à un règlement inter-étatique négocié du problème du Proche-Orient et menacent l’existence de la république libérale au Liban. En aucun cas, les ba‘thistes ne pourraient tolérer qu’un régime révolutionnaire animé par un leadership palestinien s’installe à leurs frontières, pas plus en 1976 à Beyrouth qu’en 1970 à Amman. Tout en condamnant la politique des Palestiniens au Liban comme aventuriste, le général Asad, dans deux discours d’avril et juillet 1976, a donc offert de se faire le défenseur exclusif des intérêts palestiniens dans la région du Proche-Orient, exigeant qu’ils cessent de s’immiscer dans les affaires communautaires et sociales du Liban et d’encourager par là même l’entreprise sécessioniste de la droite chrétienne. Il reste cependant que le mythe d’un « plan américain » de partage de l’ensemble de la région en mini-Etats à base confessionnelle est conforté dans les esprits par le caractère récent et artificiel des tracés frontaliers et par la fragilité de la conscience nationale syrienne, concurrencée par l’appel nationaliste arabe et par les allégeances locales.

90C’est donc pour rétablir au Liban l’équilibre entre Libanais et Palestiniens, et entre les Libanais eux-mêmes, que les troupes syriennes pénètrent dans la plaine de la Bekaa le 1er juin 1976, desserrent l’étau palestinien autour de la montagne chrétienne, puis conquièrent lentement les régions tenues par les progressistes et leurs alliés de la Résistance, tandis que la Sâ’iqa reprend difficilement le contrôle des camps de réfugiés dans l’hiver 1977. Mais alors que la guerre est officiellement terminée, les troupes syriennes se heurtent en 1977 et 1978 à l’insoumission des zones chrétiennes du Liban central où les forces fédérées des Phalanges, du Parti National Libéral et des milices religieuses s’opposent à leur pénétration, leur occasionnant de lourdes pertes.

91Véhémentement critiquée par les Etats arabes progressistes, l’intervention syrienne s’est placée théoriquement dans le cadre de la souveraineté libanaise, le président Sarkis étant libre d’exiger le retrait d’une armée que son prédécesseur Frangié aurait appelée à l’aide. De plus, cette intervention a été officialisée et arabisée par le Sommet à Six (Arabie Saoudite, Koweit, Egypte, Syrie, Liban et OLP) de Ryadh en octobre 1976, avec la création de la Force Arabe de Dissuasion commandée par le chef d’Etat libanais et financée par les Etats arabes pétroliers. A la vérité, les contingents saoudien et soudanais adjoints aux troupes de Damas n’ont jamais compté plus de quelques centaines d’hommes tandis qu’on estime entre 25 000 et 40 000 le nombre des soldats syriens stationnés au Liban, sans parler des membres de la Sâ’iqa, en principe palestiniens. Après la Conférence des ministres des Affaires étrangères des Six à Beït ed-Dîn en octobre 1978, les Syriens se retrouvent seuls dans la FAD cependant que l’Arabie Saoudite et les Emirats conservent le pouvoir de contrôler leurs opérations par le financement des frais du corps expéditionnaire évalués à 80 millions de dollars par mois.

92Les dirigeants syriens s’étaient proposé de mener rondement la pacification du Liban. Mais après trois années de conflit violent ou larvé, force leur est de reconnaître que les problèmes majeurs subsistent. Certes, Damas était intervenu au Liban « pour empêcher que la Résistance ne soit liquidée » et il n’est pas entièrement faux que les Ba‘thistes aient sauvé l’OLP d’une aventure coûteuse, puisque les Israéliens auraient sans doute vivement réagi à une victoire des Palestiniens et de leurs alliés progressistes à Beyrouth en 1976. Ensuite, la réconciliation du Fath et de la Sâ’iqa au Liban, en mars 1977, a marqué le début du retour de l’OLP dans le giron ba‘thiste. Cependant, une partie des militants de la Résistance persistent à rejeter le patronage de Damas et le processus de négociations auquel ils accusent la Syrie d’être en réalité favorable. Ces Palestiniens du refus, soutenus par la Libye, et par l’Irak jusqu’au printemps 1979, entretiennent dans le sud du Liban, autour de Tyr et de Nabatiyeh, une tension que les forces de la FAD ne peuvent nullement contrôler.

93En effet, et c’est le deuxième écueil de l’intervention syrienne, les forces de la FAD se heurtent, dans le sud du Liban, à l’interdiction interjetée par les dirigeants de l’armée israélienne de franchir les fleuves Zahrani et Hasbani. La fameuse « ligne rouge » les cantonne à près de dix kilomètres au nord de la zone où s’affrontent depuis 1977 Palestiniens et miliciens chrétiens soutenus par l’armée israélienne, sous le regard impuissant des forces de paix des Nations Unies. Lors de l’invasion israélienne d’avril 1978, la FAD n’a pu qu’apporter son soutien logistique aux résistants libanais et palestiniens. Cependant, depuis le printemps 1979, forts de la réprobation internationale que soulève la stratégie israélienne de « représailles préventives » au Liban, et stimulés par des tensions internes dans leur propre pays, les militaires syriens ont entrepris de riposter aux incursions aériennes israéliennes au Liban ; mais dans l’immédiat, la supériorité de la chasse israélienne sur les Mig 19 et 21 est coûteuse ; de plus, les risques d’escalade, donc de confrontation bilatérale ou régionale, ne sont pas minces, surtout dans l’hypothèse d’une rupture des négociations égypto-israéliennes qui donnerait raison aux « faucons » des deux camps.

94Enfin, troisième élément de préoccupation pour Damas, le Général Asad a échoué dans sa tentative de rallier les chrétiens libanais à sa stratégie d’opposition au rapprochement égypto-israélien ; il les a finalement poussés sur la voie de la sécession (la « partition ») et de la collaboration avec Israël ; mais il ne rencontre pas plus de succès auprès de la majorité silencieuse du Liban ; ni la négociation de Chtaura (juillet 1977), ni le sommet de Lattaquié (juin 1978) ni celui de Damas (avril 1979), n’ont permis de dégager une formule d’entente entre les Présidents syrien et libanais.

95Pourtant, Damas a eu à plusieurs reprises l’occasion de vérifier que, sur la scène internationale, son « œuvre pacificatrice » est généralement bien comprise. L’URSS, depuis la guerre d’Octobre et les changements survenus en Afrique dans la deuxième moitié de la décennie, ne souhaite pas voir se déstabiliser la zone du Croissant fertile ni non plus s’aliéner le « régime rectificatif » : en décembre 1977, les promesses d’armement ont été importantes et suivies d’effet ; bien que l’URSS ait montré quelques réticences, en novembre 1978, à fournir à l’armée syrienne des Mig-27 que ses alliés du Pacte de Varsovie ne possèdent même pas, elle s’est à nouveau montrée compréhensive lors de la visite du président Asad à Moscou en octobre 1979. Nul n’ignore que pour se maintenir au troisième rang des puissances militaires du Moyen-Orient, derrière Israël et l’Egypte, la Syrie engage des dépenses en hausse de 10 % entre 1977 et 1978 (4323 millions de LS) qui représentent 57 % du budget de l’Etat.

96Les Etats-Unis, pour leur part, ont régulièrement exprimé leur compréhension de la politique syrienne depuis 1976 ; enfin la France, en condamnant, en octobre 1978, l’entreprise des milices chrétiennes au Liban, a confirmé qu’aux yeux de l’Occident la Syrie remplissait une tâche de normalisation préalable à un règlement d’ensemble du problème du Proche-Orient. C’est pourquoi A. Khaddâm pouvait affirmer, le 12 avril 1979, que l’armée syrienne « resterait au Liban aussi longtemps que l’exigeraient les intérêts supérieurs arabes ».

97Le souci majeur du président Asad, depuis la signature du traité égypto-israélien, semble être d’éviter une confrontation directe avec l’armée israélienne. Les responsables militaires souhaiteraient opérer un retrait honorable du « bourbier » libanais, le long d’une ligne de positions stratégiques qui leur permettraient de repousser une offensive israélienne empruntant le plateau libanais de la Bekaa. Tout confirme en revanche qu’une solution militaire globale est pour le moment exclue des projets de Damas, comme est exclue l’éventualité, évoquée par certains dirigeants israéliens, de voir la Syrie s’engager sur la voie d’une paix séparée. C’est pourquoi un désengagement syrien du Liban ne résoudrait pas le problème central de la région. La solidarité affichée à l’égard des Palestiniens, la nature militante du Parti Ba‘th et la conviction générale que la paix ne peut être obtenue sans la constitution d’une entité palestinienne, ne laissent en cette année 1979 au général Asad d’autre choix que de se maintenir au Liban, et d’attendre.

98Finalement, la politique régionale et internationale de la Syrie de la Rectification apparaît à la fois moins indépendante que celle de la période militante ba‘thiste de 1963-1970, et plus ferme que celle des premières années de l’après-guerre. En abandonnant la rigidité idéologique, l’isolement hautain et la surenchère entre l’Est et l’Ouest, la nouvelle équipe syrienne s’est engagée dans un réseau de contraintes et de dépendance, sensibles surtout dans le domaine économique ; 60 % des ressources du budget syrien de ces trois dernières années proviennent en effet de prêts et de dons occidentaux et arabes dont la contrepartie politique est moins visible que celle de l’assistance des pays socialistes, mais non moins présente. En revanche, le développement d’authentiques ressources nationales, la construction d’un Etat moderne et la compétence de ses dirigeants, font de la Syrie, non un objet convoité et manipulé par ses voisins et par les grandes puissances, comme au temps de la République parlementaire, mais un sujet autonome, apte à jouer des contradictions internationales et de ses atouts propres, si modestes soient-ils encore. La nouvelle politique régionale syrienne trouve son chemin entre dépendance et souveraineté.

CONCLUSION

99Ainsi, des élections de parlementaires patriciens en 1947 aux plébiscites du Président Asad, de la défaite de Palestine à la « pacification » du Liban, des premières réunions de la Ligue arabe au Sommet de Bagdad sans l’Egypte, s’est construite la Syrie indépendante aux intérêts plus nettement dessinés, à l’appareil d’Etat plus efficace, à l’économie plus solide. Après la période confuse de la République parlementaire, après les sévères années d’installation du Ba‘th et du passage à l’économie dirigée, elle semble avoir trouvé dans les années 70 une relative stabilité politique et la voie de la croissance, en attendant celle du développement social. Pour l’heure, le bilan global est positif en dépit du conflit permanent avec Israël, surtout si l’on compare avec bien des Etats voisins, paralysés par les désordres civils ou par les difficultés économiques.

100Certes, la Syrie de 1980 demeure une terre de paradoxes et de contradictions : contradiction entre l’idéologie socialisante du Ba‘th et la dépendance à l’égard du capitalisme mondial ; entre le fonctionnement théorique de la démocratie parlementaire et la réalité du régime militaire ; entre l’aspiration à l’unité arabe et un sens très pragmatique des intérêts syriens ; enfin entre le développement d’une authentique conscience nationale, forgée par l’école et l’armée, par les media aussi, et la persistance d’attachements communautaires dont les effets néfastes ont marqué ces dernières années.

101Est-ce à dire que le régime du Mouvement Rectificatif est menacé ? Durant la première année de la guerre du Liban, plusieurs attentats à la bombe et attaques armées de bâtiments officiels ont été revendiqués par des mouvements progressistes de soutien à la lutte armée palestinienne, telle l’Organisation des Communistes Arabes. Ensuite, de tels attentats, sans cesse plus fréquents, ont été attribués aux partisans du général Jadîd ainsi qu’aux alliés de l’Iraq. D’autre part, une quinzaine au moins de personnalités civiles et militaires du régime ont été assassinées depuis 1976, sans qu’on retrouve jamais leur agresseur ; elles appartenaient toutes à la communauté alaouite, comme la majorité des chefs militaires du pays et plus du cinquième des membres du Commandement régional du Parti Ba‘th. En 1979, la tension monte dans les principales villes ; à Alep, le couvre-feu est imposé ; à Hama, les militants du Parti vivent en état d’insécurité permanente ; le 16 juin, 82 cadets, probablement en majorité alaouites, de l’Académie d’artillerie, sont massacrés ; dans les premiers jours de septembre, l’assassinat d’un cheikh, alaouite lui encore, à Lattaquié, est suivi de plusieurs journées d’émeutes. Officiellement, le pouvoir a désigné le coupable de tous ces actes, qu’il pousuit avec âpreté : les Frères Musulmans, ou du moins leurs avatars intégristes et activistes, puisque la confrérie est interdite depuis 1963 ; Mouvement de Libération Islamique, Phalanges de Mohammad, Parti de la Libération Islamique, Phalanges du Droit, Guerre Sainte... autant de mouvements qui recrutent dans la jeunesse sunnite, surtout depuis la guerre d’Octobre et militent en faveur d’une théocratie rigoureuse, sociale, et strictement orthodoxe.

102Dans ces manifestations de violence et d’insoumission auxquelles répond une violence d’Etat non moins meurtrière, l’identité religieuse des victimes et des agresseurs (alaouites et sunnites) est non seulement repérée mais encore brandie comme explication ; le caractère primordial des clivages communautaires est réaffirmé et la comparaison vite amenée avec les événements du Liban. Ainsi la jeune nation syrienne serait-elle menacée d’éclatement en raison de l’accaparement de l’appareil d’Etat, civil et militaire, par une minorité religieuse. Mais c’est oublier vite que l’appropriation par les Ba‘thistes du discours politique contraint les opposants à recourir à la fois au langage religieux et au terrorisme pour exprimer leurs revendications économiques et sociales ; comme dans d’autres pays arabes, et particulièrement en Egypte, c’est dans la déviation et l’échec partiel des projets socialistes qu’il faut rechercher la cause de la vague de fondamentalisme religieux et des manifestations violentes contre le régime en place. De même que la montée des Alaouites est, avant tout, la manifestation confessionnelle de la revanche des déshérités de la périphérie syrienne, de même, le terrorisme à base religieuse est, en grande partie, le moyen d’expression auquel a recours une fraction des classes moyennes urbaines pour exprimer son mécontentement devant renchérissement croissant du coût de la vie et l’extension de la prévarication dans les hautes sphères de l’administration. Les attaques dont sont victimes les dirigeants alaouites affaiblissent, certes, le régime à l’heure où la majorité du pays aspire à la sécurité et à la stabilité.

103Ce qui est plus grave, dans la contestation en Syrie, c’est qu’elle déborde le cadre de l’opposition communautaire et gagne les trois piliers traditionnels du régime : la communauté alaouite, l’armée et le Parti, à l’intérieur desquels les troubles et les manifestations de mécontentement se sont multipliés. En clair, ce sont les orientations de la défense nationale et du développement économique qui sont en cause : le maintien de l’armée syrienne au Liban, l’isolement de l’Egypte et de l’Irak, la menace israélienne, à l’extérieur ; le respect de la ligne socialiste, le rapport avec les forces progressistes, le fonctionnement démocratique, à l’intérieur. Le VIIe Congrès Régional du Parti Ba‘th prévu pour la fin de 1979 sera l’occasion de débattre publiquement de ces questions. A moins qu’une faction militaire n’ait choisi entre temps de trancher par les armes les contradictions entre clans du pouvoir.

104Mais, au-delà de l’inquiétude que font naître les tensions récentes et de l’éventualité d’un changement d’équipe ou peut-être même d’orientation politique, comment ne pas reconnaître à la Syrie un authentique progrès national en trente années d’indépendance ? Croissance économique, développement social, conscience politique, compétence accrue des responsables, volonté de réussir sont finalement les traits positifs d’une adolescence orageuse et difficile.

Notes

1 Le seul parti digne de ce nom est à cette époque le PCS, autorisé à nouveau depuis 1941. Il est interdit, à la suite du vote de l’URSS à l’ONU en décembre 1947 en faveur du partage de la Palestine, jusqu’en 1954.

2 La chu’ûbiyya qui recouvre une notion importante de l’histoire arabo-musulmane à l’époque où des non-Arabes (en particulier des Persans) se mirent à jouer un rôle dominant dans l’empire khalifal connote actuellement l’identification centrifuge, ou supposée telle, de communautés proche-orientales non arabes ou non musulmanes ou non attachées au nationalisme unitariste arabe.

3 J. Devlin (o.c., p. 68) dit 16 seulement, et 8 indépendants sympathisants (« perhaps half as many more supporters from among the... independants... »).

4 « Domestic/External linkages, Syria 1961-1967 » in Comparative Political Studies, vol. 7 n° 4, janvier 1975.

5 Voir ci-dessous § 2.2. La suppression du Comité militaire et le partage de ses tâches entre le Commandement régional et le Bureau militaire au printemps 1965 (Congrès national d’avril ; Congrès militaire de Kisweh en mai : Congrès régional en juin) sont décrits différemment par Rabinovich pp. 168-176), Van Dusen (p. 362) et Devlin (p. 296-298). Tous trois s’inspirent des Mémoires de Razzaz (« Tajriba », p. 140-160) et s’accordent pour reconnaître qu’en réalité « l’Organisation militaire, représentée par une poignée d’officiers... opérait les choix ultimes en matière politique et idéologique » (Devlin, p. 227).

6 Cf. leur analyse dans le chapitre VI de cet ouvrage.

7 Le Mouvement Rectificatif a eu quatre ministères en neuf ans : le 3 avril 1971, celui du général Khlaïfâwî ; le 22 décembre, de Mahmûd Ayyûbî ; le 7 août 1976, à nouveau le général Khlaifâwî ; et le 30 avril 1978, celui de Mohammed ‘Alî Halabî.

8 Cf. E. Picard, « Syria Returns to Democracy : the May 1973 Legislative Elections » in G. Hermet, R. Rose et A. Rouquié : « Elections without choice », Londres, Macmillan, 1978.

Auteur

Attachée de recherche au Centre d’Études et de Recherches Internationales de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540