Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

IV - Les populations, l’état et la société

Michel Seurat

Texte intégral

1. Les populations

« Le peuple de Syrie est en général musulman ou chrétien : cette différence dans le culte a les effets les plus fâcheux dans l’état civil ; se traitant mutuellement d’infidèles, de rebelles, d’impies, les partisans de Jésus-Christ et ceux de Mahomet ont les uns pour les autres une aversion qui entretient une sorte de guerre perpétuelle. »
VOLNEY, Voyage en Egypte et en Syrie, Paris 1959.

1Volney visite la Syrie dans les années 1783-85. La « modernité » de cette citation du célèbre voyageur, et le seul fait que nous devions aujourd’hui, près de deux siècles après lui, aborder la société syrienne en reprenant la sempiternelle théorie des confessions religieuses et des minorités ethniques, des Chrétiens aux Kurdes en passant par les Alaouites, posent déjà problème. Cette société serait-elle restée figée au fil des siècles, dans un immobilisme dont Marx assurait qu’il constitue un trait spécifique des civilisations « orientales » ? En d’autres termes, la Syrie aurait-elle manqué sa « modernisation » ? Ce dernier concept impliquant en premier lieu la création d’une communauté politique et d’un Etat national.

2Sans vouloir aller à l’encontre de ce qui peut paraître relever de l’évidence, la double équation que l’on pose généralement ainsi : atomisation confessionnelle = tradition, et Etat national = modernisation, ne nous semble pas entièrement satisfaisante. Non pas que nous voulions joindre notre voix à celles des défenseurs de ce qui pourrait être une « authenticité » syrienne ; simplement, ce type d’analyse élude le plus souvent la question des mécanismes socio-politiques qui permettent, ou ne permettent pas précisément, le passage d’une société « traditionnelle » à une société « moderne ». Ainsi Moshe Ma’oz, qui, dans un article sur « La société et l’Etat dans la Syrie moderne » (in M. Milson, 1973), rend bien compte de l’échec des politiques de « modernisation » au xixe siècle, en insistant très justement sur la tentative d’Ibrahim Pacha dans les années 1830, mais ne fait que de timides allusions à une donnée de la problématique qui nous semble pourtant essentielle, et dans cette région du monde particulièrement : l’impérialisme. Car il faut bien rappeler que les bouches à feu de la marine britannique ne sont pas étrangères au fait que l’expérience égyptienne ait tourné court, et Abdallah Laroui dans « La crise des intellectuels arabes » (Maspéro, 1974) peut à juste titre parler à ce propos d’un « traumatisme de 1840 » dans les consciences arabes aujourd’hui, qui sentent confusément qu’une occasion a alors été perdue de créer une vaste communauté politique autour du noyau égyptien, à l’instar de ce que réalisera la Prusse pour l’Allemagne, ou le Piémont-Sardaigne pour l’Italie. De cela l’Occident est rendu en grande partie responsable. Pour la suite, à égrener le chapelet des « dates fatidiques » (1920, 1948, 1967), où la « classe » dominante du moment est accusée d’avoir failli à ses « tâches historiques », on comprend bien comment, depuis que la Syrie existe, son développement « naturel », si l’on peut dire, a toujours été entravé par la lancinante « question nationale », comme s’il ne lui avait jamais été donné d’aller jusqu’au bout de ses expériences successives en matière d’organisation socio-politique.

3Par ailleurs, à en juger par la situation présente, la constitution d’un système étatique hyper-développé ne signifie en rien, comme on le verra par la suite, la disparition de ce phénomène de cloisonnement du corps social. Ainsi nous suffit-il de comparer cette situation à celle qui prévalait dans les années 1950, lorsque l’Etat en question n’en était encore qu’à un stade embryonnaire, et sur ce point un intellectuel syrien nous confiait récemment : « Il y a vingt ans, nous étions nassériens, communistes, ba’thistes ou nationalistes arabes, aujourd’hui nous sommes sunnites, chrétiens, alaouites, druzes ou autres ».

4Force est donc d’aborder cette société par l’énumération des diverses communautés qui la constituent. Mais ce faisant, on gardera toujours à l’esprit les critères de différenciation d’une communauté par rapport à l’autre, lesquels peuvent être confessionnels (Chrétiens, Alaouites, Druzes...) mais aussi linguistiques, ethniques, voire « nationaux » (Kurdes, Arméniens...), ou encore, et plus simplement, se rattacher à des modes de vie particuliers (les bédouins). Certaines communautés enfin, tels les Arméniens, peuvent être doublement minoritaires, du point de vue ethnique et du point de vue religieux. Par ailleurs, il est bien évident que ce sont là des critères purement académiques, qui sont très atténués, sinon inexistants, au niveau de la conscience qu’en ont les individus, laquelle doit plutôt être analysée en référence au fameux concept khaldounien de la « ‘asabiyya », ou « esprit de corps ». Ainsi serait-il tout à fait erroné d’assimiler les luttes qui, dans la vie politique syrienne, depuis 1963 en particulier, opposent les différentes confessions entre elles (Druzes, Alaouites et Musulmans sunnites entre autres), à des « guerres de religions ».

  • 1 A la télévision par exemple, qu’il soit français, italien ou américain, un film est toujours prése (...)

5Un autre point mérite que l’on s’y arrête : une telle présentation de notre sujet, en « tranches » en quelque sorte, pourrait donner une image déformée de la réalité de cette société, si mention expresse n’était pas faite des facteurs qui tout aussi bien contribuent à la rendre homogène. En tête de ceux-ci, la langue arabe, dont T.E. Lawrence pensait qu’elle était une « patrie » pour tous ceux qui la véhiculaient, est assurément un élément de cohésion nationale ; et il n’est pas exagéré de dire qu’en Syrie toute la vision de l’univers se ramène à la dichotomie fondamentale : ‘arabî-ajnabî (arabe-étranger)1. Cependant, on saisit le hiatus qui existe entre ce sentiment national indéniable et l’état actuel des choses qui fait qu’aucune structure politique ne lui corresponde, savoir un Etat arabe. Et cela est d’autant plus vrai de la Syrie, dont les dirigeants sont toujours en porte-à-faux entre un souci de trouver une légitimité populaire et une profession de foi d’arabisme, qui sous-entend dans le principe même la négation de leur existence. Du reste, à lire le discours idéologique entre les lignes, on remarque que la contradiction est levée grâce à un artifice de rhétorique qui revient à poser l’équation : arabe = syrien.

  • 2 Les Arabes. Au Seuil, 1979, p. 148.

6Autre facteur d’unité des « populations syriennes » : l’Islam, la religion de près de 90 % des individus, qui semble aujourd’hui gagner autant de crédit que l’arabisme n’en perd. En effet, de plus en plus nombreux sont ceux pour qui l’idée de nation arabe tend à être reléguée au rebut des « idéologies importées », comme inadaptable à son champ d’application proche-oriental. Corrélativement, une certaine nostalgie de l’Empire ottoman ne craint plus de s’affirmer, qui voit en celui-ci l’ultime représentant de l’Etat islamique. Dans ce registre d’identification, il est bien évident que le lien peut encore plus difficilement s’établir entre l’Etat et la société syrienne, d’autant que, comme on le verra dans le prochain chapitre, le premier tend à être assimilé dans la conscience collective à cette secte hétérodoxe de l’Islam que sont les Alaouites. Dans son dernier ouvrage2, Maxime Rodinson écrit très justement que, pour la masse arabe sunnite, la loyauté va plutôt à l’Etat idéal qu’à l’Etat réel. En tout état de cause, on voit que la contradiction entre les deux est insurmontable, que le premier soit arabe ou islamique. Elle se solde par un isolement notable de la classe politique vis-à-vis de la société, sur lequel on reviendra plus longuement.

  • 3 Alain TOURAINE. Production de la société, Au Seuil, 1973, p. 278.
  • 4 Ce n’est pas un des moindres acquis de la crise libanaise que d’avoir montré que le concept même d (...)

7Mais par delà cette contradiction, on doit affirmer que le terme même de société syrienne, au demeurant central dans cet ouvrage, reste très ambigu et pour le moins d’un maniement difficile. L’économiste peut s’atteler à l’étude du cas syrien en ne considérant que les comptes nationaux (quitte à montrer la vanité des stratégies économiques dans ce cadre national étroit). L’historien peut s’en tenir aux faits, au niveau politique, sans se soucier de savoir ce qu’ils recouvrent au niveau de l’organisation sociale ; le sociologue, quant à lui, ne peut que jouer les empêcheurs de danser en rond, en affirmant d’emblée qu’il y a malentendu. En effet, s’il est déjà difficile de parler de « société française » ou « américaine » car « de telles expressions peuvent laisser croire à une correspondance directe, à un recouvrement exact entre un champ d’historicité, un ensemble institutionnel et une collectivité territoriale »3, dans un cas comme celui de la Syrie, il se pourrait bien que la formulation n’ait tout simplement plus aucun sens. On verra que l’unité ne peut en aucun cas être réalisée à un niveau purement social, elle est l’œuvre de l’Etat. D’où le titre de notre contribution4.

8A ce propos, on rappellera la controverse qui, au lendemain de la Grande Guerre, a opposé le Général Gouraud à l’administration chérifienne de Damas sur des questions de dénomination, avant qu’elle ne soit réglée par les armes à Maïsalûn. Le premier refusant l’existence, le mot même de « Syriens », pour ne parler que de « peuples syriens parlant l’arabe », la seconde cherchant à défendre la proposition contraire, mais sur des prémices « nationales arabes ». Ce n’est pas dénigrer l’expérience de Faïsal que de la qualifier de « volontariste », adjectif qui s’applique tout aussi bien à la société syrienne, dans son principe d’organisation, en tant qu’elle n’est pas commandée par une classe dirigeante nationale, de bas en haut si l’on peut dire, mais par un Etat, lequel se donne précisément pour tâche l’intégration de cette société, de haut en bas.

  • 5 Si l’on peut parler d’une « Syrie historique » (Bilâd al-Châm), elle correspond en fait à un terri (...)

9Au départ donc il s’agit d’un Etat allogène, et à plus d’un titre : Faïsal n’est pas « syrien » mais membre de la famille royale du Hedjaz ; la « Syrie » dont il hérite, dans son découpage territorial que nous lui connaissons encore aujourd’hui à quelques rectifications près, est le résultat des tractations des chancelleries occidentales, mais ne correspond à aucune unité historique5. Par la suite, l’Etat colonial occulte quelque temps la domination économique de la classe dirigeante syrienne ; laquelle se retrouve à l’indépendance, plus spéculatrice et rentière que productiviste, incapable de mettre en œuvre un système d’organisation et de fonctionnement de la société, en un mot plus dominante que véritablement dirigeante. Sous la pression du mouvement populaire des années 1950, on verra un nouvel Etat intégrateur remplacer cette classe dans le contrôle du système social, étendre son appareil à l’administration de tous les secteurs de l’organisation sociale, et finalement se substituer à la société elle-même ramenée au niveau d’une organisation politique. Aujourd’hui, alors que l’Etat hésite entre le maintien de cette « dé-socialisation » de la société, moyen comme un autre d’assurer son unité, et la mise en place d’une nouvelle classe dirigeante, qui pourrait soutenir que l’intégration de la société syrienne est achevée, ou, a contrario, que la situation est demeurée inchangée depuis le premier jour de l’indépendance ?

  • 6 Cité en bibliographie.

10Sans doute faut-il rechercher la réalité entre deux visions excessives de cette société : la première, qui suppose le problème résolu, analyse les faits sociaux et politiques à l’aide de catégories purement idéologiques telles que classe ouvrière et classe bourgeoise, petite-bourgeoisie, etc, et on ne s’étonnera pas de ce que cette première vision soit celle des auteurs arabes en général, peu disposés à aborder certains problèmes considérés comme tabous ou significatifs d’une société sous-développée ; la seconde voudrait ramener la complexité et l’hétérogénéité de l’organisation sociale dans un schéma unidimensionnel en termes de communautés confessionnelles et tribales. On peut citer dans cette ligne un ouvrage récent de N. Van Dam6 qui, nonobstant son immense mérite qui est de nous présenter le jeu politique syrien sous un jour nouveau, passe complètement sous silence le soubassement socio-économique des luttes inter-communautaires.

***

Les Alaouitess

11Après le Ba’th et l’armée, les Alaouites ont depuis peu toutes les faveurs des analystes. Ils complètent ainsi d’une touche ésotérique la trilogie passe-partout à laquelle on a généralement recours pour expliquer le fonctionnement du système socio-politique syrien.

  • 7 J. WEULERSSE. Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, 1946, p. 278.

12A l’origine pourtant, rien ne prédispose cette communauté à une telle notoriété. Géographiquement regroupés dans le massif montagneux qui porte leur nom, entre l’Oronte et la Méditerranée, dans le prolongement septentrional de la Montagne libanaise, les « partisans d’Ali » n’ont en effet jamais connu un destin historique comparable à celui de leurs voisins du Sud, les Maronites, auxquels ils s’apparentent par certains traits de caractères - J. Weulersse7 parle d’une « vigueur de la personnalité ». Et les derniers développements de la crise libanaise ont montré que des alliances tactiques pouvaient même rapprocher certaines factions de ces deux communautés.

13La secte entre dans l’histoire aux ixe-xe s. de notre ère, alors que le Califat abbasside périclite et que la propagande chiite est à son apogée. Elle naît dans ces terres du Bas-Iraq qui sont le creuset de toutes les doctrines ismaïliennes, à l’initiative d’un certain Ibn Nusaïr – d’où le nom de « Nosaïrites » qui était donné à la communauté avant le mandat français – et de là, gagne au xe s le Nord de la Syrie, alors sous la domination des Hamdanides d’Alep. La nature propre de la doctrine, fondée sur l’initiation, le secret, et l’extrême pauvreté de l’historiographie à son propos – effet de la normalisation sunnite qui gagne la Syrie à partir du xiie siècle – font que nous ne connaissons les Alaouites le plus souvent qu’à travers leurs détracteurs les plus venimeux. Tel Ibn Taïmiyya, qui au xive siècle lance contre eux l’anathème, en des termes passés à la postérité : « Sectateurs du sens caché, plus infidèles que les Juifs et les Chrétiens, plus infidèles même que bien des idolâtres... [ils] ont fait plus de mal à la religion de Mahomet que les infidèles belligérants, Francs, Turcs et autres... [Contre eux] la guerre sainte est agréable à Dieu ». (in J. Weulersse, op. cit., p. 43).

14Autant dire que la doctrine est en elle-même extrêmement complexe, du moins pour le non-initié. Si elle affirme son rattachement au tronc commun de l’Islam, manifesté par un conformisme de façade, elle s’en dégage cependant dans le fond selon le principe du « sens caché » (bâtin) : la sécheresse dogmatique de l’Islam orthodoxe pour la masse des fidèles et le sens profond du message divin pour les seuls initiés. Partant de là, une interprétation allégorique ouvre la voie à tous les syncrétismes religieux, tous les messianismes, toutes les cosmogonies et les panthéons orientaux. Ce qui explique qu’aujourd’hui encore, dans la mentalité collective des masses sunnites, les Alaouites soient parfois assimilés à des cryptochrétiens ou à des païens invétérés. Et de cette propension au messianisme, propre à la psychologie religieuse de ce peuple, l’épopée dans les années 1920 de Sulaïmân Murchid, qui, de jeune berger du village de Jobet Borghal, devient une grande figure régionale en ralliant de nombreux fidèles (40 000) autour de sa prédication avant de devenir député à la Chambre de Damas (1937), apporte la dernière illustration.

15Par ailleurs, cette « récupération » du « Messie » [Mahdi] par le pouvoir mandataire, et surtout son ultime aventure séparatiste contre le jeune Etat syrien en 1946, font qu’il ne jouit pas aujourd’hui d’un grand renom dans l’historiographie officielle. Pourtant, la position des Alaouites dans leur ensemble ne fut en son temps pas si défavorable à l’installation du mandat français en Syrie. Car depuis six siècles, à résister avec acharnement à la pression de toutes les orthodoxies, ce peuple avait fait de son bastion une prison, et la France, suivant en cela une politique coloniale traditionnellement en faveur des minorités, lui donnait d’en sortir. En août 1920, le Général Gouraud créait le « Territoire Autonome des Alaouites », qui devenait « Etat » en 1922, puis « Gouvernement de Lattaquié » en 1930. Le « pays » comptait alors près de 350 000 habitants dont plus de 200 000 Nusaïrîs, le reste étant à peu près également partagé entre Sunnites et Chrétiens, principalement Grecs orthodoxes, sur une superficie de 6 500 km2.

16Pour la première fois dans leur histoire, les Alaouites pouvaient quitter leurs hameaux isolés des hautes vallées et « se risquer » dans les bourgs de la montagne, voire même dans les villes du littoral. Dans les années 1930, Lattaquié voyait s’installer ses premiers Alaouites (guère plus de 500 sur un total de 25 000 habitants). Aujourd’hui, ils seraient environ 70 000, contre 100 000 Sunnites et 30 000 Chrétiens. Il était clair cependant, surtout après le traité franco-syrien de 1936, que lier son destin à la puissance occupante ne pouvait déboucher pour les Alaouites que sur une impasse politique.

  • 8 Tous les chiffres de population des différentes communautés ethniques et confessionnelles sont trè (...)

17Fort heureusement pour ce peuple, il n’eut pas, à l’instar des Assyriens en Iraq, à inscrire son nom au martyrologe de l’histoire, et sacrifier son existence même à la cause de l’Etat national. La fin tragique de Sulaïmân Murchid, pendu en place publique dans la capitale d’une nouvelle Syrie indépendante et unifiée, lui montrait, s’il était encore nécessaire, l’inanité qu’il y avait à poursuivre dans la voie des aventures autonomistes. Aujourd’hui les fils de Sulaïmân Murchid apportent d’une manière ou d’une autre leur soutien au régime, en particulier Saji, le continuateur spirituel d’une secte qui ne compte pas moins de 160 000 adeptes très fervents, et représente de ce fait une force politique non négligeable au sein d’une communauté, dont le chiffre de population doit dépasser les 900 000 habitants8.

18Mieux valait donc s’adapter au nouvel ordre des choses. Et dans cette génération qui sort de l’adolescence au moment où la Syrie recouvre son indépendance, les aspirations sont radicalement différentes et s’inscrivent stratégiquement dans le nouveau cadre politique national. A la fin des années 1940, l’enseignement supérieur est encore un privilège réservé aux fils des familles citadines les plus aisées, mais l’école militaire - gratuite quant à elle, comme l’école normale – offre un débouché rapide et plein de promesses. Les premiers lauréats des villages de la montagne, frais émoulus des collèges secondaires, embrassent donc la carrière des armes. En cela du reste, ils ne font qu’obéir à une tradition ancestrale dans cette région du monde qui veut que l’armée recrute essentiellement parmi les éléments minoritaires de la population, tels les Kurdes ou les Tcherkesses par exemple. Tradition reprise à son compte par la France durant le Mandat, pour écarter autant qu’il était possible des cadres de l’armée la majorité sunnite, la plus perméable aux idées nationalistes. Dans les années 1950, c’est dans cette masse d’étudiants et élèves officiers d’origine villageoise et minoritaire (alaouite donc, mais aussi, dans une moindre mesure, druze et ismaïlienne) que le Ba’th fait porter l’essentiel de son action militante. De par sa position subalterne à l’écart des coupes sombres répétées qui, depuis le coup d’Etat de Husni Zaïm en 1949, ont décimé les rangs de la hiérarchie militaire citadine, cette même génération est prête à prendre la relève du pouvoir à partir de 1963.

19Après le 8 mars 1963, le « Comité militaire » du Ba’th, dont les membres les plus influents sont alors Muhammad ‘Umrân, Salâh al-Jadîd et Hafez al-Asad, tous trois alaouites, entreprend la « colonisation » de l’armée par cette communauté, à tous les niveaux, en offrant une retraite anticipée aux dernières « charrettes » d’officiers issus de l’ancienne élite dirigeante, et en les remplaçant par des éléments « sûrs », sortis de leur campagne natale en échange de leur soutien inconditionnel. Ainsi sur les 700 officiers démis de leurs fonctions immédiatement après la « Révolution », près de la moitié de ceux qui les remplacent sont alaouites. Par ailleurs, nombreux sont les officiers sunnites qui sont envoyés sur le front israélien ou dans l’arrière-pays, le contrôle stratégique de la capitale demeurant l’apanage de chefs militaires aux attaches communautaires dûment établies (N. Van Dam, op. cit., p. 52). Autant de faits rapportés par des transfuges ba’thistes dans leurs mémoires d’orphelins d’une cause perdue : tels Munîf al-Razzâz, Secrétaire Général du Parti en 1965-66, dans son livre L’expérience amère (1967), ou Mutâ’ Safadî dans Le parti Ba’th : la tragédie de sa naissance et de sa fin (1964).

20Après le « coup » du 23 février 1966, et l’éviction de Salîm Hatûm et du noyau druze de l’armée en septembre de la même année, la « colonisation » alaouite devient plus systématique sous l’égide du Ministre de la Défense, Hafez al-Asad. Les positions clés de l’appareil militaire et policier sont méthodiquement investies, telles les mukhâbarât (services de renseignements) de l’armée et de l’aviation.

21Une consultation électorale légitimise l’auteur du putsch, qui devient ainsi Président de la République le 12 mars 1971. Mais la question de l’appartenance confessionnelle du Chef de l’Etat se retrouve posée, et de manière violente, à l’occasion du vote de la Constitution dite « permanente » du 1er février 1973. A la fin du même mois, des émeutes éclatent à Hama, le bastion traditionaliste sunnite, et gagnent rapidement Homs, Alep, et le quartier du Mîdân à Damas. Cette agitation, qui se poursuit jusqu’en avril, est motivée par la formulation même du texte constitutionnel, qui ne stipule pas que l’Islam est la religion de l’Etat. Peu désireux de se battre sur ce terrain dangereux – à l’instar du Sunnite Amîn al-Hâfiz qui, neuf ans plus tôt, avait bombardé la mosquée al-Sultan à Hama – Hafez al-Asad cherche la conciliation et amende le projet en y introduisant la clause selon laquelle la religion du Président de la République doit être l’Islam.

  • 9 La communauté est dominée politiquement par quatre grandes confédérations tribales : les Khayyatun (...)

22Pour répondre à cet ostracisme dont il est frappé, le pouvoir doit s’appuyer sur son appareil répressif, autrement dit sur l’armée ; et au sein de celle-ci, dont le loyalisme n’est jamais acquis, sur la communauté alaouite, laquelle est embarquée vers un même destin, suivant le principe : « Anta ma‘a Asad, anta ma‘a nafsak » (Tu es avec Asad, tu es avec toi-même). Ainsi les Alaouites constituent-ils aujourd’hui le noyau suréquipé d’une partie de l’armée qui, tenant les villes, est destinée à combattre « l’ennemi intérieur » ; les autres communautés suffisant à fournir le gros de la troupe nécessaire à la garde des frontières. Certes, la présence de quelques Sunnites peut être encore remarquée à des postes de responsabilité dans l’armée, et on cite toujours à titre d’exemple le Général Mustafa Tlâs, Ministre de la Défense depuis mars 1972, et Naji Jamil, qui commande l’aviation de novembre 1970 à mars 1978. Mais, comme le note très justement N. Van Dam (op. cit., p. 89), ces nominations ne sont destinées qu’à donner à l’opinion une image acceptable du commandement, car en fait ces hommes disposent d’une marge de manœuvre très limitée et ne peuvent en aucun cas représenter un danger réel pour le pouvoir. Aux échelons immédiatement inférieurs de la hiérarchie militaire, les officiers chargés de faire exécuter les ordres sont alaouites, et plus précisément de la faction de Hafez al-Asad. Ce dernier point doit être souligné, car on a vu que la communauté n’échappait pas aux divisions intestines, lesquelles s’opéraient suivant des clivages politiques, mais aussi tribaux9 et familiaux. En marge de la chefferie traditionnelle, certaines familles d’origine plus modeste, comme celle d’al-Asad précisément, originaire du village d’Al-Qardaha, ont pu mettre à profit leur position avantageuse dans l’appareil d’Etat pour asseoir une autorité nouvelle sur la communauté.

23Les cinq frères du Président, qui occupent des postes importants dans le Parti, l’armée et le Gouvernement, sont certainement pour lui une force d’appui non négligeable dans le maintien de cette autorité. Parmi ces derniers, Rif at al-Asad, le plus connu de la presse internationale, commande depuis novembre 1970 les « Brigades de Défense » (Saraya al-difa‘), corps d’élite stationné sur les hauteurs du Qassioun dominant la capitale, et chargé d’assurer la protection du régime.

24Aboutissement de cette logique confessionnelle, l’idée d’un « Etat alaouite » cesse d’être une simple hypothèse d’école. Elle est aujourd’hui colportée par la rumeur publique, comme une menace qui se réaliserait si le régime devait abandonner la capitale. Conjectures d’intellectuels ? Sans doute. Mais aussi perspective s’inscrivant parfaitement dans cette balkanisation que connaît le Moyen- Orient depuis les crises chypriote et libanaise de ces dernières années.

Les Druzes

  • 10 Toujours en fonction de l’évaluation de 1980.

25Si les Druzes méritent une attention particulière, ce n’est certes pas en raison de l’importance numérique de la communauté - qui ne dépasse pas 530 000 âmes au total, dont 260 000 en Syrie, soit moins de 3 % de la population10 – mais plutôt pour leur contribution éclatante à l’histoire de la région, et de la Montagne libanaise en particulier. Le temps a passé où le seul nom de ce peuple alimentait les conversations des salons européens, de même que les récits émerveillés des voyageurs illustres, de Volney à Gérard de Nerval ou Lamartine. Les Druzes ont désormais quitté l’avant-scène de l’histoire, mis à part le Liban où, durant la guerre civile, ils ont pu momentanément ramener le regard de l’actualité sur eux.

26La secte prend naissance dans les dernières années du règne d’al-Hâkim, Calife fatimide d’Egypte (début xie s.). Les extravagances du gardien de l’ismaïlisme officiel, tant dans sa conduite personnelle que dans sa vie religieuse, l’amènent à revendiquer pour lui-même les attributs de la divinité. Partant de là, la prédication d’al-Darazî, puis de Hamza Ibn ‘Alî, organise un large mouvement politique et religieux et, avec l’appui tacite d’al-Hâkim, proclame l’abolition de toutes les vieilles religions, y compris la charî a islamique et son interprétation ismaëlite. Après la mort d’al-Hâkim (l02l), disparu seulement, selon la tradition chiite de l’« imam caché », le culte s’éteint progressivement en Egypte et vient à point nommé pour servir de support idéologique à une vague de révoltes paysannes en Syrie, le terrain de prédilection de ce nouveau prosélytisme étant bien entendu les zones montagneuses (Wâdî Taym Allah sur les pentes du Mont Hermon, puis le Sud de la Montagne libanaise) où les nouveaux adeptes démolissent les mosquées, dépossèdent les propriétaires terriens et établissent leur propre système socio-politique. Phénomène classique des sociétés montagnardes et pourchassées : les Druzes deviennent rapidement une communauté refermée sur elle-même, étanche à toute intrusion, que ce soit par voie de mariage – les unions se font exclusivement à l’intérieur du groupe – ou même par conversion – le prosélytisme est abandonné. C’est ainsi que s’est constitué, sur un vieux fond tribal arabe, un peuple original et homogène de paysans, avec ses structures sociales distinctes, dominé par sa propre aristocratie de familles dirigeantes (chaïkhs 'Uqqâl pour la hiérarchie spirituelle et machâ'ikh al-zaman pour le pouvoir séculier).

27Un trait spécifique du peuplement druze en Syrie est son regroupement à 80 % au Sud du pays, dans le massif volcanique auquel il a donné son nom (en fait la dénomination officielle a opté pour le « Jabal al-’arab »). D’où une certaine tendance au séparatisme que l’on retrouvera comme une constante dans le destin politique de ce peuple. C’est à la suite des massacres de Chrétiens en 1860, dans la Montagne libanaise, et de l’intervention militaire française qui les a suivis, conduisant à la défaite politique des Druzes et à leur émigration, que la colonisation du « Jabal » par ces derniers est véritablement accomplie. La communauté s’organise alors, sous l’autorité éminente de la famille al-Atrach, en marge de la société ottomane qu’elle protège contre les incursions des nomades, en échange d’une exemption de la conscription militaire.

28L’installation du mandat français en Syrie, avec la proclamation en 1921 de l’« indépendance » du Djebel Druze dans ce cadre, est sans doute l’événement le plus marquant pour la communauté qui se voit accorder une stature politique que sa faiblesse numérique ne lui aurait jamais permis d’espérer. Du point de vue du mandataire, l’avantage à retirer d’une telle construction étatique, pour le moins insolite, ne peut se concevoir que dans l’esprit de la politique coloniale de cette époque, laquelle vise avant tout à donner à la France des « amis » sûrs, dévoués à sa cause et totalement déracinés de leur propre milieu. Ainsi les Alaouites au Nord, les Maronites à l’Ouest et les Druzes au Sud, l’ensemble constituant un triangle gardien de l’influence française dans un environnement « miné » par le nationalisme et donc destiné à lui échapper tôt ou tard. Pourtant, c’est précisément au Djebel Druze qu’éclate en 1925 une révolte qui reste désormais gravée dans les mémoires comme « La grande Révolution syrienne » (al-Thawra al-sûriyya al-kubrâ), certainement une date capitale dans l’histoire du pays.

29Avec l’indépendance, le problème du lien entre le Djebel et la capitale du nouvel Etat se retrouve posé au sein de la communauté, divisée entre une faction « Turchân » (c’est-à-dire soutenant la famille al-Atrach) favorable à un régime d’autonomie, et un large mouvement « populiste » (cha‘biyya) conduit par la famille Abû ‘Asalî, appuyé par le gouvernement central de Damas et s’identifiant à son idéal national. Sur ce conflit, qui en 1947 dégénère en véritable guerre civile, se greffent des oppositions de classes, les petits propriétaires et la masse paysanne cherchant à ébranler la domination séculaire des Atrach, voire le système « féodal » lui-même dans ses assises. Sultan al-Atrach rétablit finalement son autorité, et les fauteurs de trouble sont ostracisés. N’ayant pu venir à bout du bastion séparatiste druze par moyens détournés, l’Etat se résout finalement à user de la force en mettant en jeu son arsenal répressif, dont la puissance de dissuasion n’a pas encore été expérimentée ; d’abord avec Husni Zaïm (1949), mais surtout avec Chichaklî au début de l’année 1954, quand le soulèvement du Djebel, à la suite de l’arrestation de quelques-uns des fils de Sultan al-Atrach et d’officiers druzes pour conspiration contre l’Etat et intelligence avec le royaume hachémite, est énergiquement réprimé par les blindés et l’aviation. Cette dernière date marque un tournant dans l’histoire des rapports entre l’Etat syrien et les communautés, l’équilibre militaire étant irréversiblement rompu en faveur du premier.

30Restait alors à la « féodalité » druze une seule politique pour affirmer sa « spécificité » communautaire dans le nouveau cadre national syrien : le coup d’Etat. Liée à la Grande-Bretagne par tradition, et donc à la couronne hachémite de Jordanie, elle participe durant la République parlementaire à quelques putschs ou à des tentatives avortées, en règle générale pro-occidentaux : le « coup » de Hinnâwî en 1949, pour répondre aux ambitions de Husni Zaïm d’imposer l’autorité de l’Etat, le renversement de Chichaklî en 1954, pour se venger de son action militaire contre la Montagne, la tentative d’octobre 1956, à l’instigation de l’Iraq.

31Par ailleurs est menée une politique d’infiltration dans les appareils de l’Etat, l’armée principalement, et dans le parti qui, en 1963, s’empare du pouvoir. Ce qui permet à la communauté d’émettre quelques prétentions face à la suprématie alaouite, durant le court laps de temps qui correspond au « règne » d’Amîn al-Hâfiz (sunnite) (fin 1964-début 1966). Pour s’imposer contre lui, Salâh al-Jadîd (alaouite), commandant en chef de l’armée, s’entoure d’officiers alaouites et druzes, et renforce son contrôle de l’armée, de l’aviation et des forces spéciales. Après le « coup » du 23 février 1966 qui le porte finalement au pouvoir, la coopération entre les deux communautés contre l’autorité civile (à majorité sunnite) n’a plus raison d’être. En septembre de la même année, le Colonel Salîm Hatûm (druze) – un des conjurés du 23 février – tente un coup de force pour enrayer l’inexorable ascension de la communauté alaouite vers le pouvoir total. Et c’est finalement le Général Hafez al-Asad, maître de l’aviation, qui redresse in extremis la situation en faveur de Salâd al-Jadîd, obéissant en cela à des motivations principalement confessionnelles puisque, comme on l’a vu, sur le plan politique tout séparait les deux hommes. La malheureuse tentative de Hatûm, par la vague d’arrestations et de purges qu’elle a provoquée parmi les officiers druzes, sonne le glas de cette communauté en tant que bloc politique autonome et influent.

Les Chrétiens

  • 11 Les Grecs orthodoxes constituent la moitié de la population chrétienne en Syrie, si l’on ne tient (...)
  • 12 On a vu que le recensement officiel de 1960, première source « sérieuse » en la matière, était le (...)

32Qui sont ces « Chrétiens d’Orient » dont la dénomination aussi savante que pléthorique, suivant les différents rites, a de quoi rebuter l’esprit le plus curieux ? Pour simplifier à l’extrême, disons que la situation actuelle de cette grande famille est le résultat de deux séries de scissions : la première, dans le courant du ve siècle, avec comme date essentielle le Concile de Chalcédoine en 451, à partir du tronc commun de l’Eglise orthodoxe et pour divers motifs d’ordre doctrinal ou politique ; la seconde, du xvie au xixe siècle, au sein même de chaque rite ainsi constitué, entre une fraction faisant déclaration d’allégeance au Pape de Rome (Chrétiens dits « Uniates ») et l’autre restant fidèle à elle-même. En ce qui concerne la Syrie plus particulièrement, dans son découpage géographique actuel, le fond du peuplement chrétien est constitué par la communauté des Grecs Orthodoxes, autrement dit la survivance du rameau central de la Chrétienté orientale. Du point de vue numérique, elle est du reste une des trois communautés chrétiennes les plus importantes11 du Proche-Orient, avec les Maronites au Liban et les Coptes en Egypte. Il est toujours difficile d’évaluer l’importance numérique des communautés confessionnelles en Syrie puisque le recensement de la population ne fait pas cas de ce mode d’identification. Les Grecs orthodoxes seraient aujourd’hui environ 240 00012, auxquels on peut ajouter 80 000 Melkites (dits « Grecs catholiques », du fait de leur ralliement à Rome en 1724), principalement répartis le long du front maritime du pays, Lattaquié pouvant être considérée comme la métropole de la communauté, et dans quelques villages de la Montagne alaouite (Sâfîtâ et le Wâdî al-Nasârâ, vallée des Chrétiens), dans la plaine du Ghâb et à Alep, puis, en allant vers le Sud, à Damas, le siège du Patriarcat (que l’on continue d’appeler « Patriarcat d’Antioche »), surtout dans le vieux quartier de Bâb Charqî, dans les villages des contreforts de l’Anti-Liban (Saïdnâyâ et Ma‘lûlâ), enfin dans quelques villages du Haurân et du Djebel Druze. Est-ce la manifestation d’un profond enracinement dans le milieu, les Grecs orthodoxes sont de loin les plus « arabes » des Chrétiens orientaux, dans leur conscience et leur culture. Parmi les premiers, ils se rallièrent à la cause de l’arabisme et Sâti‘ al-Husrî, l’un de ses plus éminents théoriciens, écrit à propos de l’élection d’un Arabe au Patriarcat d’Antioche en 1899, à la place d’un Grec comme le voulait la tradition, qu’elle fut « la première vraie victoire du nationalisme arabe ». Leur participation au mouvement national, tant politique qu’intellectuelle, ne s’est jamais démentie par la suite, au fil des générations ; et l’on cite toujours, à titre d’exemple, l’Evêque de Hama qui fut vice-président de la Conférence panarabe de Bloudan en 1937, Fâris al-Khûrî, une des grandes figures de l’histoire nationale, seul chrétien à avoir accédé au poste de Premier Ministre (en 1944 et en 1955), sans oublier des intellectuels qui ont contribué à l’édification de la pensée nationaliste arabe tel Constantin Zuraïq, qui fut le premier recteur de l’Université de Damas, ou bien sûr Michel ‘Aflaq, le « père fondateur » du parti actuellement au pouvoir.

33Au Nord et à l’Est de Homs cesse la domination de la Chrétienté byzantine et s’épanouissent toutes les communautés schismatiques. Ainsi les Nestoriens, aujourd’hui également appelés « Assyriens », qui quittent l’orthodoxie à Ephèse en 431 et connaissent une histoire brillante avant d’être exterminés par Tamerlan : au nombre de 15 000 selon notre estimation, répartis dans la Djézireh et le long de la haute vallée du Khâbûr. Leur langue vernaculaire est le syriaque moderne. La branche uniate de la communauté (depuis le xvie siècle), les Chaldéens, beaucoup mieux représentée sur le plan régional puisqu’elle est en Iraq la première communauté chrétienne en importance (le siège du Katholikos est à Bagdad), ne compte en Syrie que quelques milliers de fidèles (9 000), à Alep et en Djézireh. Les Jacobites, ou Syriens orthodoxes, ou encore Orthodoxes non chalcédoniens, comme ils se présentent parfois pour bien préciser leur origine doctrinale et historique : environ 70 000. Pourchassés par les Turcs durant la Première Guerre Mondiale, ils quittèrent la région de Mardin pour s’installer dans les terres vierges de la Djézireh (Qâmichlî, Hassaké), à Homs, siège du nouveau Patriarcat, et à Damas. Ramenée dans le giron romain depuis 1783, la communauté des Syriens catholiques a connu le même destin dramatique en Cilicie et à Edesse durant la Grande Guerre : 28 000 personnes, toujours en Djézireh, à Damas et à Alep, mais ils sont également bien représentés dans toutes les grandes villes du Moyen-Orient. La première des Eglises chrétiennes orientales à reconnaître l’autorité du Pape (xiie s.), les Maronites, dont le destin est intimement lié à l’histoire de la Montagne libanaise, sont en Syrie quelque 23 000, regroupés à Damas, à Alep et dans le Wâdî al-Nasârâ.

  • 13 London, 1878. The Armenians. p. 8.

34Reste à faire une allusion rapide aux rites latin et protestant (une dizaine de milliers de fidèles pour chacun en Syrie) dont l’existence au Moyen-Orient est le fruit du prosélytisme des congrégations religieuses occidentales durant la seconde moitié du siècle dernier, avant d’aborder la communauté chrétienne la plus importante en nombre en Syrie après les Grecs orthodoxes : les Arméniens. En toute rigueur, ceux-ci ne devraient pas figurer dans ce chapitre sur les « Chrétiens de Syrie », ni être considérés comme une minorité confessionnelle fût-elle « non autochtone », puisque, par le fait de leur spécificité historique, linguistique et ethnique, ils constituent une nation, parmi toutes les nations que l’histoire dramatique de cette région du monde, faite d’invasions et de génocides, a laissées « inachevées ». Une nation qui compte aujourd’hui environ 5,6 millions d’hommes, dont 3,5 en URSS, un demi-million en Amérique du Nord. L’origine de la communauté, comme celle des Coptes et des Jacobites, remonte au Concile de Chalcédoine, la scission étant motivée par des raisons politiques, une volonté d’indépendance vis-à-vis de Byzance, plutôt que par des querelles véritablement doctrinales sur la nature du Christ (à noter l’existence d’une branche uniate depuis le xviiie siècle, dite des « Arméniens catholiques », qui regroupe en Syrie près de 30 000 fidèles). Au début de ce siècle, la réponse turque à la montée du mouvement national arménien, sous forme de massacres organisés en 1894-96, en 1909, en 1915-17 (1,5 million de morts selon Minority Rights Group Report n° 32)13, attire l’attention du monde sur ce peuple d’Anatolie orientale. En avril 1920, la Conférence de San-Remo propose la solution d’un mandat sur l’Arménie, qui serait confié aux Etats-Unis. Mais la défection du Sénat américain et surtout l’offensive kémaliste en septembre – avec l’accord tacite de Moscou – réduisent à néant ce projet. Première étape sur la route de la diaspora arménienne, la Syrie, déjà peuplée de fortes minorités chrétiennes, reçoit alors le flot principal des réfugiés. De 5 000 en 1914, sur un territoire correspondant à la Syrie et au Liban actuels, la population arménienne passe, à la veille du dernier conflit mondial, à un chiffre de 100 000 âmes pour la seule Syrie (et 80 000 pour le Liban). Les premiers immigrés s’entassent dans les banlieues sordides des grandes villes du Proche-Orient, principalement Alep et Beyrouth, mais très vite la situation économique de la communauté se rétablit et s’affirme même dans certaines branches d’activité comme le commerce et l’artisanat (bijouterie, photographie...) ou l’industrie, les portes de l’administration lui étant fermées du fait de son ignorance de la langue arabe (« Parler l’arabe comme un Arménien » est à peu près synonyme de notre expression : « parler le français comme une vache espagnole »). Aujourd’hui, près de 180 000 Arméniens vivent en Syrie, en bonne intelligence avec le reste de la population mais toujours jaloux de leur particularisme, même si, les années passant, l’éventualité d’un « retour » semble de plus en plus problématique. Si l’on ne tient pas compte bien entendu de la possibilité, ouverte depuis 1945, d’une installation en Arménie soviétique, qui, pour des raisons évidentes, n’a suscité qu’un engouement très passager puisque 25 000 Arméniens seulement ont quitté la Syrie et le Liban pour rejoindre le sol natal. Naturellement solidaires des Chrétiens dans le pays, ils suivent néanmoins scrupuleusement une règle de conduite qu’ils se sont imposée dès l’origine et qui leur interdit de s’immiscer dans les affaires politiques du pays d’accueil. Ainsi la vie politique ne déborde que très rarement les cadres de la communauté, même si les affrontements idéologiques qui ébranlent celle-ci de temps à autre (au moment de l’élection du Katholikos en particulier, le Katholicos de tous les Arméniens siégeant à Etchmiadzine en Arménie soviétique, celui de Cilicie, qui représente les Arméniens de Syrie et du Liban, à Antélias, dans la banlieue de Beyrouth), entre « pro-soviétiques » et « pro-occidentaux », peuvent sembler somme toute manquer d’originalité.

  • 14 Tous ces chiffres sont tirés de R.B. BETTS, op. cit.

35La règle de la non-immixtion n’a pas toujours suffi pour qu’aux yeux de la masse sunnite ce flot d’immigrants passe inaperçu, d’autant que ceux-ci ont pu parfois se laisser manipuler par la politique du mandataire contre le mouvement national, comme en 1925 par exemple lorsque les bataillons arméniens sont chargés de réprimer les insurgés, ou en 1930 lorsque l’opinion publique est secouée par des rumeurs selon lesquelles un « foyer national » arménien serait créé en Syrie du Nord-Est. Cependant, au-delà de ces quelques écarts de comportement, il faut bien admettre que c’est l’entrée en scène de cette nouvelle « minorité » en Syrie, au lendemain de la Grande Guerre, conjointement à d’autres de la même origine géographique comme les Jacobites ou les Nestoriens, qui en elle-même pose alors problème, en ce sens qu’elle renforce considérablement la position des chrétiens dans le pays. L’exemple d’une ville comme Alep est sur ce point très éloquent : de 22 000 habitants en 1890, la population chrétienne de la ville passe à 59 000 en 1925, alors que dans le même temps le nombre des Musulmans n’a crû que de 4 000 sur 115 000. Au milieu des années 1950, les chrétiens d’Alep sont 136 000, dont deux tiers d’Arméniens et 10 % de Jacobites, Syriens catholiques et Chaldéens. A l’échelle du pays tout entier, une estimation officielle établie en 1943, à la veille de l’indépendance, fait état d’une population chrétienne de plus de 400 000 habitants sur un total de 2,8 millions de Syriens, soit un pourcentage de quelque 15 %. Outre cette croissance conjoncturelle très rapide du chiffre de leur population, les Chrétiens peuvent alors se prévaloir d’une position traditionnellement favorable dans la pyramide sociale, comme le montrent ces chiffres : un taux d’urbanisation de 50 % en 1943, 32 % de la population scolaire syrienne en 193814. Toutes conditions pour que la communauté nourrisse quelques aspirations politiques, durant ce que l’on pourrait considérer comme « l’âge d’or » des Chrétiens de Syrie, la période du mandat dans une certaine mesure, mais surtout la première décade de la Syrie indépendante, jusqu’à l’Union avec l’Egypte en 1958. Or dans ce domaine, il n’est de choix pour une minorité qu’entre deux lignes politiques qui la situent par rapport à l’Etat, à l’extérieur ou à l’intérieur. L’obstacle le plus évident à la réalisation de la première tient au fait qu’en Syrie la communauté chrétienne ne forme pas un groupe homogène géographiquement, comme cela est le cas au Liban - encore que de manière imparfaite – où l’idée d’un repli sur le Kesrawan est toujours envisagée comme une solution possible, et comme cela est le cas en Syrie pour les communautés alaouite et druze. A l’origine pourtant, cette solution ne laisse pas de retenir l’attention du mandataire qui envisage – discrètement – une colonisation par les réfugiés chrétiens d’Anatolie de toute la province de Djézireh – où les premières prospections laissent espérer l’existence de vastes champs pétrolifères – qui échapperaient ainsi à l’emprise des « Nationalistes » syriens. En 1930, le Cardinal Tappuni, Patriarche des Syriens catholiques, se fait même l’avocat du projet devant la Société des Nations, mettant en avant l’importance de la population chrétienne et « non arabe » de la région pour en réclamer l’autonomie politique. Cependant, de telles prises de position ne suffisent pas à définir une ligne d’action politique qui vaudrait pour l’ensemble de la communauté.

36En effet, nonobstant un sentiment communautaire réel et très profond, les Chrétiens ont été traditionnellement les plus ardents zélateurs de l’idée d’Etat- nation en Syrie. Bien plus, ils en ont été les instigateurs et il suffit de rappeler pour s’en convaincre le nom de Butrus al-Bustânî qui dès 1860 fait entrer dans le vocabulaire de ses contemporains un terme nouveau : « Al-watan » (la Patrie), appliqué à un concept tout aussi hardi, celui de « Syrie » comme « pays », avant qu’Adib Ishaq ne vienne élargir le cadre de références à une « nation arabe ». La situation particulière des Chrétiens, en contact privilégié avec l’Occident, les prédisposait à jouer ce rôle de courtiers de l’idée d’Etat national dans un Orient arabe et musulman, totalement étranger à celle-ci. Au milieu du xixe siècle, cette proposition d’al-Bustânî d’un Etat séculier bâti sur le principe : « Al-Dîn lillah, al-Watan lil-jamî‘ » (La religion pour Dieu, la patrie pour tous), était assurément révolutionnaire. Si elle l’est toujours en 1979, ce n’est pas faute pour les Chrétiens de l’avoir défendue, non qu’ils fussent en cela plus « occidentaux » ou plus « avancés », mais parce que de fait c’était pour eux la seule solution pour sortir du ghetto politique dans lequel les avait enfermés la « Cité islamique ». Ainsi dans les années 1950, au faîte de leur puissance, les Chrétiens participent-ils activement à la vie politique et parlementaire du jeune Etat et aux élections législatives de 1954 – la seule consultation démocratique qui n’ait jamais eu lieu dans le pays – ils remportent seize sièges de députés (Parti National, Parti du Peuple ou indépendants), cependant que l’Etat réprimait encore au début de cette même année une révolte séparatiste dans le Djebel Druze, et deux ans auparavant un soulèvement alaouite sous la conduite de Mujib al-Murchid, le fils de Sulaïmân, tué dans la bataille.

37Aujourd’hui, au terme de la « Constitution permanente » de 1973, un Syrien chrétien ne peut briguer la fonction de Président de la République. A cette disposition légale, preuve manifeste que l’Etat national a fait long feu, il faut chercher plusieurs raisons. D’abord, sans aucun doute, l’hostilité des masses sunnites, encadrées par la hiérarchie religieuse, à l’égard de tout ce qui pourrait remettre en cause la prééminence de l’Umma des Croyants sur les communautés « protégées » (dhimmî). C’est ainsi par exemple qu’en 1955, un imam de la Mosquée des Omayyades devait déclarer qu’en ce qui le concerne il se sentait plus proche d’un musulman indonésien que du Premier Ministre chrétien de son pays (Fâris al-Khûrî). Cependant, la faillite de l’Etat moderne, tel que l’avaient rêvé les intellectuels chrétiens du siècle dernier, s’explique avant tout par le fait qu’il a été à l’origine un Etat bourgeois libéral sur le modèle occidental et de sorte qu’il n’a pu survivre à la classe à laquelle il s’est identifié.

38L’Union avec l’Egypte en 1958 sonne le glas de la bourgeoisie syrienne, chrétienne pour une bonne mesure, qui choisit de quitter le pays pour se réfugier au Liban ou en Occident. Les motivations de l’exode sont économiques certes (les premières mesures de nationalisation), mais aussi politiques et idéologiques, le nassérisme étant perçu par cette classe comme un retour en force de l’« Etat oriental » (la seule constitution à avoir proclamé l’Islam religion d’Etat en Syrie est justement celle de la République Arabe Unie), et donc comme un danger à terme pour la communauté. Idéologiquement, le Christianisme oriental n’a pourtant pas toujours été assimilé à l’esprit de libre entreprise et à la fin du xixe siècle, les Chrétiens syriens, encore eux, ont introduit dans le monde arabe les idées et concepts socialistes. Il n’est que de citer les noms de Farah Antoun, de Chibli Chumayyil ou de Nîqûlâ Haddâd. Mais la plate-forme idéologique des classes intermédiaires qui s’emparent du pouvoir dans la plupart des pays arabes du Moyen-Orient au début des années 1960 (Socialisme arabe, Ba’th...), puisant son inspiration directement aux sources du léninisme, ne doit rien à ces précurseurs d’un socialisme conçu – là encore – sur le modèle européen, c’est-à-dire en supposant l’existence d’un cadre social et politique démocratique. Sur la question religieuse, ces nouveaux idéologues, en quête d’une spécificité nationale et hostiles par principe aux schémas rationnels (et/donc « occidentaux ») de la génération précédente, sont naturellement enclins à grandir le rôle de l’Islam pris comme ordonnateur de la Cité. Ainsi Michel ‘Aflaq, le plus éminent d’entre eux, qui, dans une homélie prononcée à l’Université de Damas durant sa première période militante (1943), à l’occasion de la commémoration de la naissance du Prophète, voit en l’Islam « l’expression la plus pure du génie de l’Arabisme ». Par rapport à la nation arabe définie par un Sâti’ al-Husrî – par ailleurs musulman – en dehors de toute référence religieuse, on mesure le chemin parcouru en une génération. Et c’est précisément ce chemin, pris à contresens du sécularisme, qui, à la fin des années 1950 et jusqu’en 1966, amène une fraction importante de la population chrétienne à émigrer de Syrie.

39Une estimation du début des années 1960 évalue à plus d’un demi-million le nombre de Syriens ayant quitté leur pays pour le Liban ou l’Europe, dont une moitié de chrétiens. En quelques années la part chrétienne de la population syrienne diminue de moitié, pour se stabiliser à quelque 8 %. Des quartiers entiers sont désertés dans les villes à forte densité chrétienne telle Alep, où le chiffre de la population de la communauté passe de 123 000 en 1943 à 88 000 en 1960, malgré l’accroissement naturel sur dix-sept ans. Fait concomitant, le taux d’urbanisation de la population chrétienne s’accroit très rapidement (2/3 en 1960 contre 1/3 pour les Musulmans), celle-ci se regroupant sur six agglomérations principales : Alep, Damas, Homs, Lattaquié, Qâmichlî et Hassaké. L’exode a touché bien entendu la classe la plus aisée au sein de la communauté (entrepreneurs agricoles, industriels, commerçants...), mais aussi une grande partie de la petite bourgeoisie du commerce et de l’artisanat qui gravitait autour de la précédente. L’importance des chiffres cités indique bien qu’il ne s’agit pas simplement des quelque « cent familles » qui dans tous les pays font toujours les frais d’un changement politique radical. Le nouveau régime syrien ne cherche pas à retenir ces émigrants, dont la seule existence dans le pays posait en elle-même un problème, social d’abord mais aussi confessionnel. Aujourd’hui, l’apport des chrétiens dans la vie économique et culturelle semble « normalisé », c’est-à-dire en concordance avec leur pourcentage dans la population totale du pays. Ainsi, d’après les statistiques officielles du Ministère de l’Education, on peut évaluer la population scolaire chrétienne pour les dernières années à environ 10 % du total avec néanmoins une représentation plus forte de celle-ci au niveau du cycle secondaire (1 pour 6).

40Le « Mouvement de redressement » du Général al-Asad a entrepris depuis novembre 1970 de favoriser le retour de ces « enfants prodigues » pour relancer la machine économique dans le pays, mais il ne semble pas que ses encouragements aient quelque chance d’aboutir à un résultat tangible, malgré des circonstances en un sens proprices, comme la guerre civile libanaise par exemple.

Les Kurdes

41Minorité ethnique et non plus confessionnelle (ils sont sunnites pour la quasi totalité), les Kurdes représentent en Syrie moins de 7 % de la population, soit 600 000 habitants. Si l’on excepte les foyers isolés des grandes villes (à l’origine, garnisons installées par les Ottomans pour assurer la sécurité de la province), en particulier à Damas, le quartier dit « kurde », au pied du Mont Qassioun, les Kurdes sont géographiquement répartis sur les frontières Nord et Nord-Est du pays, en trois foyers principaux. Soit, d’Ouest en Est Le massif du Kurd-Dagh – ou Montagne des Kurdes – au Nord-Ouest d’Alep, limitrophe de la plaine d’Antioche. Région de forte densité de population, puisque les Kurdes y sont près de 150 000, vivant essentiellement du travail de la terre.

42La région d’’Aïn ‘Arab, à l’Est d’Alep, sur la rive gauche de l’Euphrate, dans l’enclave dessinée par le fleuve et la frontière turque (environ 30 000 habitants).

43La Haute-Djézireh, sur une ceinture de 20 à 60 km de large, le long de la frontière turque entre le Khâbûr à Ra s al-‘Aïn et le Tigre à son passage en territoire irakien, soit près de 300 km de distance. C’est la plus grosse agglomération de population kurde en Syrie (plus de 300 000 habitants sur une population totale de cette région de 450 000 habitants), en quelque sorte la continuation géographique du Kurdistan « turc », zone de transhumance traditionnellement disputée entre les tribus arabes chamelières des Chammar, Tay et Beggara, et les tribus kurdes semi-nomades moutonnières des Milli, Dakkori et Haverkan, descendant des montagnes de l’Anti-Taurus, et de la région du lac de Van.

44Descendants de tribus indo-européennes installées dans la région depuis plus de quatre mille ans, ils s’identifient eux-mêmes à ces peuples montagnards qui ont combattu Sumer, Babylone et les Assyriens. Toujours présents depuis dans l’histoire proche-orientale, ils ont manqué au cours de ce siècle la réalisation de leurs aspirations nationales. Prévue par le Traité de Sèvres de 1920, la création d’un Kurdistan indépendant a été remise en cause par les campagnes militaires d’Ata-turk ; et l’éphémère République de Mahabad en Iran (1941-46) n’a guère eu plus de chance face aux armées du Chah. Aujourd’hui les Kurdes sont la plus grande nation du Moyen-Orient à ne pas disposer d’un Etat - les diverses estimations font osciller le chiffre actuel de sa population entre 10 et 16 millions. Résultat déconcertant que celui du découpage politique de la région par les puissances occidentales, puisque des peuples dont les caractères nationaux sont peut-être les plus achevés, tels les Kurdes ou les Arméniens, sont précisément les seuls à ne pas disposer d’un Etat indépendant !

45Durant le mandat français sur la Syrie, quelques vagues d’immigrés, fuyant la répression kémaliste contre le mouvement kurde d’Anatolie (Chaïkh Saïd en 1925 et Ihsân Nûrî en 1930), viennent grossir le noyau autochtone de Djézireh. Encouragés par l’affermissement du pouvoir central qui les garantit contre les nomades, ils contribuent à la mise en valeur de la steppe de la Haute-Djézireh, au point d’en faire en quelques années le grenier à blé du pays. Un réseau de villages- champignons couvre vite toute la région, accueillant artisans et négociants depuis longtemps associés aux populations kurdes, comme les Chrétiens jacobites, les Syriens catholiques, les Arméniens, et venus de Turquie dans les mêmes conditions. Ainsi Qâmichlî, qui, avec quelque 20 000 habitants à l’époque, joue le rôle de petite métropole kurde. Cet afflux de réfugiés, et la politique du mandataire, toujours prête à encourager les particularismes de toutes sortes, ne manquent pas d’inquiéter l’opinion nationaliste syrienne, d’autant que les ambitions nationales du peuple kurde sont alors explicitement énoncées, de même que le particularisme kurde dans le cadre syrien ; en témoigne une requête établie le 23 juin 1928 à Damas par des notables kurdes, lettrés et chefs de tribus, à l’occasion de la réunion de l’Assemblée constituante syrienne, et réclamant l’octroi d’un régime spécial pour le peuple kurde de Syrie.

  • 15 Dans G. CHALIAND, Les Kurdes et le Kurdistan. Ouvrage collectif, Maspero, Paris, 1978p. 317.

46D’un autre point de vue, il faut bien admettre que les théories nationalistes, arabes ou syriennes, englobant le peuple kurde dans « l’Umma », au nom d’une histoire commune – et Salâh al-Dîn, vainqueur des Croisés, est immanquablement cité en renfort pour son origine kurde – n’ont pas toujours été suivies d’une application dans les faits. A preuve le plan dit de « ceinture arabe » (AI- Hizâm al-‘arabî), inauguré en 1962, dont les effets continuent de se faire durement ressentir par le peuple kurde. A la suite d’un « recensement exceptionnel » de la population de Djézireh, quelque 120 000 Kurdes sont décomptés comme « étrangers », et les droits attachés à la nationalité syrienne leur sont retirés. A l’origine, le théoricien de cette politique est le lieutenant Muhammad Tâlib Hilâl, chef de la police politique dans la province de Djézireh en 1962, qui publie, en novembre 1963, aux éditions du parti Ba’th un ouvrage fort remarqué : « Etude sur la province de Djézireh, du point de vue national, social et politique » ; lequel lui vaut une ascension rapide puisqu’on le retrouve Ministre de l’Approvisionnement dans le ministère Zu’ayyin. Sûr de l’infaillibilité de son idéal nationaliste arabe, et convaincu de ce que le peuple kurde est « un peuple qui n’a ni histoire, ni civilisation, ni langue, ni origine ethnique [et] n’a que les qualités de la force, de la puissance destructrice et de la violence [qui sont] inhérentes à toutes les populations montagnardes »15, Hilâl propose un plan destiné à « régler » le problème kurde par divers moyens : refus d’accorder toute possibilité d’emploi ou d’instruction à cette population, création d’une « ceinture arabe » précisément, de quelque 350 km de long sur 15 de large, de laquelle les populations kurdes seraient expulsées pour être remplacées par des « Arabes purs et nationalistes », selon la propre terminologie de Hilâl. Durant la première décennie, l’exécution de ce projet, au terme duquel plus de 30 000 paysans kurdes sont deplacés vers les grandes villes de l’intérieur ou vers Beyrouth, est menée par des personnalités éminentes du parti Ba’th – tel ‘Abdallah al-Ahmad par exemple – sans aucune publicité du fait de protestations émanant de divers partis politiques, dont le Ba’th lui-même.

47Plus récemment, de 1972 à 1977, c’est la politique de colonisation (iskân) proposée par Hilâl, qui semble avoir eu les faveurs du régime. Près de 25 000 paysans « arabes » du bassin de l’Euphrate, dont les terres ont été submergées après la construction du barrage de Tabqa, ont été envoyés en Haute-Djézireh et installés dans des villages « modernes » – unités-types de 800 habitants environ, au nombre de 33 – jouxtant les villages kurdes originels. Ces points d’implantation bénéficient d’un régime de faveur en ce qui concerne les équipements collectifs : eau, électricité, hôpitaux, écoles, routes, postes de police, etc., dont sont totalement dépourvus les villages kurdes. Il faut ajouter que ces colons de la nouvelle frontière sont équipés militairement, et mobilisés psychologiquement contre leurs voisins autochtones. Parallèlement à ces mesures, une politique d’arabisation de la toponymie est systématiquement menée : ainsi le Jabal al-Akrâd est-il devenu le Jabal al-Akhdar (La montagne verte), le Jabal Hûbkân, Jabal al-Thawra (La montagne de la Révolution), ‘Afrin, le bourg le plus important de cette région, Madînat al-‘Urûba (La ville de l’Arabisme)... (Décret du Ministre de l’Administration locale n° 580, 1977). Enfin, il serait trop long de s’attarder sur une répression plus « ordinaire », qui s’exerce quotidiennement contre cette communauté : radiations des cadres de l’administration pour les instituteurs, sous prétexte qu’ils sont « étrangers », mise au chômage pour les ouvriers, destructions de maisons, arrestations de dirigeants... (Amnesty International, Annual Report, 1973-74).

48Dans un tel climat répressif, on conçoit qu’il reste peu de chose du mouvement culturel qui, dans les années 1930, avait animé la communauté kurde de Syrie et du Liban, lorsque les frères Bederkhan et toute l’équipe de la revue Hawar (L’appel) avaient entrepris, à défaut d’actions politiques plus directes, de consolider le sentiment national de cette minorité en travaillant à faire renaître le kurde et la littérature populaire, en développant l’instruction dans cette langue (un alphabet kurde en caractères latins avait même alors été créé).

Les Juifs

49Avec à peine 4 500 habitants, la minorité juive a l’insigne privilège – s’il en est un – d’avoir en permanence les projecteurs de l’actualité braqués sur elle. C’est que, on le devine sans peine, elle représente un enjeu d’importance sur le terrain idéologique du conflit israélo-arabe. Et autant dire qu’en ce qui concerne la situation réelle de cette communauté, il est souvent difficile de faire la part de la vérité, entre les allégations de tous bords, les accusations portées par les uns, les témoignages « spontanés » des autres.

50Selon le dernier recensement de 1970, les Juifs seraient exactement en Syrie 4 574, dont 2 894 regroupés à Damas, 1 266 à Alep et 414 à Qâmichlî en Haute

  • 16 On peut lire en effet dans diverses brochures de propagande que les juifs syriens n’auraient pas l (...)

51Djézireh : principalement des petits et gros commerçants, des artisans (tailleurs et artisans du cuivre), quelques instituteurs et professeurs, et une minorité de professions libérales (médecins). Sur l’ensemble de cette population, 1 285 Juifs syriens étaient en 1970-71 scolarisés (996 dans le primaire, 186 dans le préparatoire, 50 dans le secondaire, et 53 dans l’enseignement supérieur). Quatre écoles juives dans le pays (trois à Damas et une à Alep) regroupent les élèves qui ne suivent pas l’enseignement public, et qui sont l’écrasante majorité. Elles dispensent un enseignement en hébreu et en arabe, et fonctionnent grâce à des crédits de l’Etat, des dons de la communauté et d’associations de soutien situées à l’étranger. Si les pourcentages recouvrent encore une signification pour une population aussi faible, on peut préciser que le taux d’analphabétisme n’y dépasse pas 3 %, et qu’il est pratiquement nul pour les tranches d’âge inférieures à 40 ans. Et à propos de ces derniers chiffres (qu’il faut mettre en rapport avec la moyenne nationale, sur laquelle on reviendra), ils apportent au moins la preuve que certaines allégations sionistes quant à la sitation de la communauté en Syrie sont totalement fantaisistes16.

52Concernant la situation politique de la communauté cependant, si les Israélites jouissent comme leurs concitoyens de tous les droits formels comme le droit de vote et le droit de participation à la vie politique, à tous les niveaux, on ne peut douter que cette dernière soit réduite à sa plus simple expression. Bien plus, la seule ligne envisageable pour la communauté, prise en tant que telle, est celle d’un soutien total au régime en place ; et il n’est pas exagéré de considérer les Juifs syriens comme les otages politiques des différents régimes qui se sont succédés dans le pays depuis 1948. Ils sont en cela victimes d’une situation que la Syrie n’a pas elle-même créée, d’une idéologie dont ils n’ont même pas été, à l’origine, en tant que Juifs « orientaux », les instigateurs. A preuve, l’accueil réservé qu’a suscité la propagande sioniste dans les milieux juifs des pays arabes voisins d’Israël. Et on peut rappeler à ce propos la marche de protestation contre le sionisme qui, en 1945, regroupe les Juifs d’Alep, ou encore le discours du député juif Wadih Mizrahi au Parlement syrien en 1947, suite à la Résolution onusienne de partage : « Nous considérons le sionisme comme un mouvement politique des pays de l’Ouest ayant un but complètement séparé des croyances religieuses, sans aucun rapport avec les coutumes, la langue ou la morale des Juifs vivant en pays arabes. » Pourtant, de telles manifestations d’allégeance, attestées par les sources israéliennes, ne pouvaient arrêter l’hémorragie de cette population (50 000 âmes au début de ce siècle, 30 000 en 1943, 18 000 en 1946), qui n’est plus aujourd’hui qu’une communauté fossile.

Les Tcherkesses, les Ismaïliens, les Yézidis

53Restent quelques minorités dont on se demande si ce n’est pas grossir leur importance que de leur consacrer ne fût-ce que quelques lignes, tant leur particularisme, ethnique ou confessionnel, est à présent minime et leur intégration nationale achevée.

  • 17 Cf. M. PROUX, « Les Tcherkesses ». La France méditerranéenne et africaine, IV, 1938.

54Ainsi les Tcherkesses, ou Circassiens17, descendants des tribus musulmanes du Caucase, rejetées par l’avance russe en Asie. Après plus d’un siècle et demi de résistance acharnée, de Pierre le Grand à 1861, ils émigrent dans l’Empire ottoman par dizaines de milliers, dans les provinces européennes tout d’abord, où la Porte les utilise pour mater les insurrections nationales des sujets chrétiens, puis en Syrie, en 1878, où leur installation, sur les hauteurs du Golân, suscite quelques difficultés de cohabitation avec leurs voisins immédiats : les Druzes du Haurân et les tribus bédouines, pour qui le plateau est partie intégrante de leur aire de mouvance traditionnelle. Là, les nouveaux venus s’adonnent à l’élevage – chevaux et bovidés – et à l’artisanat. Un régime familial patriarcal très strict, une structure sociale tribale archaïque, le sentiment affirmé d’appartenir à une communauté « supérieure » aux Arabes, la politique turque visant à employer ces tribus au maintien de l’ordre dans une province particulièrement turbulente : autant de facteurs peu favorables à l’assimilation rapide des immigrants. Par la suite, on sait que ce n’est pas du mandat français qu’un progrès pouvait être attendu dans ce sens. Reprenant à son compte les principes du pouvoir ottoman, le mandataire crée des escadrons tcherkesses qui très vite se distinguent dans leurs différents combats contre le mouvement national, et en particulier lors de la révolte druze de 1925. Après la répression qui a suivi, et dans une sorte de fuite en avant, un large courant au sein de la communauté présente des demandes précises en vue de l’octroi de l’autonomie au sandjaq de Quneïtra. Sur le plan intellectuel, une « union circassienne », ayant pour but de revivifier le sentiment national tcherkesse, par le maintien de la langue maternelle et le développement de la littérature, obtient en 1932 la création d’une école primaire tcherkesse à Quneïtra, dans laquelle l’enseignement est donné en tcherkesse, en arabe et en français. Un congrès de notables, réuni dans cette même ville en 1934, décide l’adoption d’un alphabet en caractères latins. Cependant, un nouveau courant, plus jeune dans son recrutement et favorable aux thèses du nationalisme syrien, prend peu à peu de l’importance, se heurte violemment au premier, et finit par l’emporter sur le terrain de la légalité parlementaire (élections de 1937). Aujourd’hui, son programme d’intégration est depuis longtemps réalisé – peut-être au-delà de ses vœux – à tel point qu’il est désormais impossible de déterminer l’importance numérique de cette communauté, qui, à la veille de la deuxième guerre mondiale, avoisinait les 25 000 âmes.

55Dans son ouvrage déjà cité sur Les minorités dans le monde arabe, paru dans les premiers mois de l’indépendance syrienne (1947), Albert Hourani ne consacre pas plus de deux lignes aux Ismaïliens de ce pays, pour les définir comme « une communauté compacte, arriérée, et sans autres revendications politiques que celle d’être laissée en paix ». Trente ans après, on ne voit pas quel fait pourrait être rapporté qui ait signalé depuis cette secte de l’Islam chiite, évaluée alors à environ 30 000 adeptes. On rappellera simplement qu’elle tire son nom du septième Iman de la Chi‘a, Ismâ’îl (mort en 765), promis à une réapparition future (Mahdi), que sa doctrine ésotérique a alimenté l’idéologie de mouvements sociaux, politiques et philosophiques comme les Qarmates (ixe-xie siècle), ou les Fatimides, fondateurs il y a quelque mille ans de la ville du Caire, capitale d’un immense Empire, de l’Afrique du Nord à la Syrie, et au Yémen. Les chroniques des Croisés ont immortalisé la branche nizarite de la communauté en Syrie : les « Assassins », qui, au xiie siècle, occupent et défendent quelques places-fortes comme Bânyâs ou, dans le Ghâb, Qadmous et surtout Masiyâf, sous le commandement de délégués des seigneurs d’Alamout (en Perse, sur les bords de la Caspienne), dont le célèbre Rachîd al-Dîn Sinân, le « vieux de la Montagne ». Par la suite sujets des Mamelouks, puis des Ottomans, les Nizarites syriens, sont, au xixe siècle, en butte aux attaques répétées des Nusaïrîs, leurs voisins turbulents, numériquement plus forts. Ils remettent alors en état la ville de Salamiyyé, à l’Est de Hama, et colonisent cette région, où habitent aujourd’hui les deux tiers des Ismaïliens. Toujours au siècle dernier, le Chah de Perse confère au 45e Imam nizari le titre d’Agha Khan, considéré comme le descendant des Califes fatimides et l’incarnation de la Divinité. En Syrie, la majeure partie de la communauté se range à ses côtés.

  • 18 « Les Yezidis ». La France méditerranéenne et africaine, III.

56Enfin les Yézidis, surnommés à tort les « adorateurs du diable », dont on ne sait s’il faut les ranger parmi les minorités « ethniques » (ils sont kurdes), ou confessionnelles du fait de l’originalité de la doctrine du Chaïkh ‘Adi (xiie siècle). En 1938 déjà, l’orientaliste R. Lescot18 écrivait à leur propos qu’ils étaient « arrivés au terme de leur histoire », et estimait alors à 1 500 ou 2 000 le chiffre de leur population en Syrie. Dispersée dans toute l’Asie mineure, la communauté est surtout bien implantée en Iraq (30 000 âmes à la même date), dans le Cheikhan qui en est le centre, au Nord-Ouest de Mossoul, et dans le massif du Sindjar, à l’Ouest de cette même ville. C’est du reste dans ce pays qu’elle se rappelle une dernière fois à l’attention du monde lors de l’insurrection du Sindjar en octobre 1935, durement réprimée. En Syrie, la secte est représentée dans les couches paysannes les plus pauvres en Haute-Djézireh, quelques villages autour de Amouda, et, non loin d’Alep, dans la vallée de l’‘Afrin et le Jabal Sim’ân ; la dépopulation rapide que connaissent ces zones rurales accélérant par ailleurs le processus, déjà fort avancé dans ce pays, d’intégration à la masse sunnite.

Les Bédouins

  • 19 Afif I. TANNOUS, « The Arab tribal community in a Nationalist State., Middle East Journal, 1947 Ja (...)

57On s’est entendu en introduction sur le fait que les bédouins ne sont ni « une race à part » ni une religion, et on pourrait penser qu’après toutes les minorités confessionnelles et ethniques déjà passées en revue, aborder le monde nomade ne posait a priori aucun problème particulier. Il n’en est rien. L’image des « tentes noires » dans la mentalité collective est loin d’être neutre. Elaborée en Occident au cours du siècle dernier par des voyageurs comme Burckhardt, Doughty ou Musil, le plus souvent d’ailleurs à partir de la vision que l’homme bédouin avait de lui-même – individualiste, chevaleresque, libre –, elle fut reprise au milieu de ce siècle par les consciences arabes en quête d’une identité nationale selon le principe maintes fois analysé du « jeu de miroirs » Orient-Occident. D’aucuns, s’inspirant tout à la fois des vieilles théories d’Ibn Khaldoun ou d’autres d’origine plus récente mais moins avouable, pensaient alors que les nouveaux Etats nationaux se devaient de puiser un sang neuf dans cette communauté, biologiquement pure, saine, « virile », gardienne de l’héritage culturel arabe19. Représentation totalement fantasmatique, mais qui réapparaît périodiquement, modulée dans sa formulation selon la syntaxe de l’heure.

58Ainsi aujourd’hui, la mode étant à « l’authenticité » (asâla), le thème du bédouin a de nouveau les faveurs des médias en Syrie, de la télévision entre autres, où l’on ne compte plus les feuilletons réalisés à son propos. A tel point que l’Union des Paysans, dans son organe officiel, s’est élevée contre cet engouement pour des « être inactifs », le suspectant d’être le résultat d’une manipulation idéologique destinée à occulter les vrais problèmes qui sont ceux des masses laborieuses, et en particulier des paysans « qui représentent 67,4 % de la population syrienne » (Nidâl al-Fallâhîn, 13 avril 1977). On retrouve par ce biais la rivalité ancestrale entre le sédentaire et le nomade, médiatisée ou non par la présence d’une autorité centrale, comme une contradiction de plus, inhérente à la société syrienne. De cette rivalité, la presse quotidienne, et l’hebdomadaire du syndicat paysan déjà cité, se font l’écho, en prenant généralement parti contre le bédouin accusé de « manquer de sens civique », de tout raser sur le passage de ses troupeaux, mais souvent aussi en reprochant aux agents de l’Etat au niveau local – du muhâfiz au chef de poste de police dans le village - de faire preuve d’une passivité complice à son égard. Ici c’est le chef d’une coopérative qui démissionne pour attirer l’attention des autorités sur les agissements des bédouins, là ce sont des paysans qui, dans une lettre ouverte au syndicat, menacent de déraciner leurs plantations et de « retourner à une agriculture primitive » si rien n’est entrepris pour assurer leur protection, là enfin c’est dans la rubrique des faits divers qu’il faut suivre les manifestations de cette même hostilité.

  • 20 Cf. les travaux du Cdt MULLER, de Robert MONTAGNE, ou d’Albert de BOUCHEMAN.

59Ainsi, favorable ou hostile, le portrait qui est dressé du bédouin par les organes d’information dans le pays ne peut servir à une connaissance scientifique de cette communauté ; et hormis quelques rares études récentes sur la question dans des revues étrangères spécialisées, force est de recourir aux enquêtes réalisées il y a près d’un demi-siècle par les fonctionnaires du Mandat20, quitte à extrapoler pour appréhender la situation présente. En ce qui concerne tout d’abord l’importance numérique de la communauté bédouine en Syrie, toute estimation se heurte au problème de la définition du nomade par rapport au sédentaire qui ne peut être établie de manière rigoureuse, et surtout au fait que, le code bédouin ayant été aboli en 1958, cette population n’est plus recensée en tant que telle. Le dernier recensement de 1970 fait simplement mention d’« individus sans résidence présente ou passée », dont le nombre, évalué à 76 000, ne correspond certainement pas à la réalité de la présence bédouine en Syrie. Sous-estimation qui s’inscrit dans le cadre d’une politique de l’Etat de négation des différences, telle que nous l’avons vue s’appliquer à l’encontre d’autres communautés hétérogènes. Les études les plus sérieuses s’entendent sur le chiffre approximatif de 230 000 bédouins, compte tenu du recensement de 1960 – le dernier à les dénombrer à part –, de l’accroissement naturel et du taux de sédentarisation, qui lui est supérieur. Du point de vue de sa répartition géographique, et par définition, cette population est dispersée dans la « Bâdiya », c’est-à-dire la steppe désertique qui s’étend au-delà de l’isohyète des 200 mm et que l’on nomme « Djézireh » au Nord de l’Euphrate et « Châmiyya » au Sud, avec regroupement notable dans la région Nord-Est du pays, en Djézireh précisément.

60Le fait de consacrer un développement particulier aux bédouins ne veut pas signifier qu’ils constituent en eux-mêmes une entité culturelle soudée par un sentiment communautaire, ainsi que nous l’avons vu pour les minorités confessionnelles. Au contraire, la règle de l’atomisation du corps social s’applique à l’intérieur même de la société bédouine que l’on peut ainsi diviser, de manière schématique et en fonction des modes de transhumance et de ressources, entre « grands nomades chameliers » et « tribus moutonnières ». Seuls les premiers, qui ont pour origine une des deux tribus mères Chammar et ‘Anaza, sont des « Badou », les autres, tribus « inférieures », ne sont que des « Chawâyâ », autrement dit des « éleveurs de moutons ». Jamais un « badawi » n’accepterait de marier sa fille à un « châwî », et un Chammar ou un ‘Anaza, qu’il vive dans le désert, élève des moutons ou même s’établisse en ville, reste toujours un « badawî ». L’aire de mouvance (dîra) d’une tribu bédouine, au sens strict du terme, s’étend sur 5 à 600 km, parfois 2 000, entre les pâturages d’hiver, les points d’eau pour l’été et les marchés urbains ; chaque tribu ayant sa dîra bien délimitée, hors de laquelle elle ne peut en principe s’aventurer qu’en cas de nécessité absolue (conditions climatiques par exemple). Ainsi les Rawalla, de la confédération des ‘Anaza, parcourent-ils une distance de 800 km entre les abords de Damas (l’été) et, en direction du S.E., le Wâdî Sirhan et les hauteurs de ‘Anaza dans le désert du Nefûd. On a tant écrit sur les bédouins, sur la structure de cette société (les liens du sang), les règles qui la régissent (l’honneur, le Ghazou comme mode de redistribution des richesses, la Khûwa ou l’impôt de « protection » perçu sur les sédentaires), qu’il semble difficile d’ajouter en quelques lignes une touche originale à ce qui tient de l’image d’Epinal. Le déclin du nomadisme chamelier, dû à des causes évidentes, à la fois économiques (développement des moyens modernes de transport et donc, corollaire, disparition du chameau) et politiques (capacité de dissuasion accrue du pouvoir central et donc disparition de la fonction de « protection » de la tribu vis-à-vis des sédentaires), a renforcé d’autant le système pastoral dans un rééquilibrage de la fameuse trilogie écologique du Moyen-Orient : citadin-paysan-nomade. A cheval sur l’isohyète 200, c’est-à-dire aux confins de la zone sédentaire (ma‘mûra), les tribus moutonnières ont une aire de transhumance qui ne dépasse pas généralement les 50 km (mais qui peut aller jusqu’à 300 km), avec campements fixes d’été et d’hiver et contacts étroits avec les ruraux sédentaires.

61C’est à la fin des années 1860 que l’équilibre des forces entre l’autorité centrale et les tribus est définitivement rompu au profit de la première. La « pacification » des secondes est rapidement menée, au Nord surtout, le long de la vallée de l’Euphrate et en Djézireh, et à l’Est de Homs et de Hama, les Druzes au Sud servant de zone-tampon aux incursions bédouines. Un réseau de garnisons, telles que Deïr ez-Zor ou Palmyre, assure le contrôle de toute la Bâdiya, et, à la fin du siècle, des voyageurs étrangers peuvent visiter la grande cité historique du désert sans problèmes. En retrait de ce nouveau limes, le flot des colons agriculteurs oblige le pouvoir ottoman à créer en 1870 une administration bédouine dont la compétence s’étend à toutes les questions et litiges concernant la population nomade dans ses rapports avec les sédentaires. Par ailleurs est engagée – fin xixe, début xxe siècle – une politique de sédentarisation des tribus, au profit des chaïkhs qui se voient attribuer par l’Etat de larges portions de terre dans tout le Croissant fertile, prises dans leurs dîra et enregistrées à leurs noms, les membres de la tribu sédentarisée devenant leurs métayers. Ayant ainsi acquis la richesse en plus du prestige, les chaïkhs élisent domicile en ville et participent à la vie politique du pays. Par la suite, le mandat français vient systématiser cette implantation des bédouins et intégration dans le cadre politique national. L’introduction de l’automobile encourage des chefs de tribus à habiter les métropoles comme Alep ou Damas, quitte à laisser les niveaux intermédiaires de la hiérarchie tribale prendre une importance nouvelle. Dans la capitale, certains sont désignés pour remplir les fonctions de députés au Parlement. Du point de vue du statut des bédouins dans la société, la loi du 4 juin 1940 leur laisse totale liberté dans la conduite de leurs affaires civiles, limitant le rôle de l’Etat à celui d’un arbitre qui n’intervient que lorsque la sécurité publique est menacée. Une telle bienveillance en faveur d’une communauté marginale – érigée comme on sait en principe de gouvernement – ne laisse pas d’éveiller la suspicion des milieux nationalistes dans le pays, et c’est le contre-pied de cette politique que le jeune Etat syrien entend suivre après l’accession à l’indépendance. Au terme de la loi de 1953, un meurtre commis dans la communauté est justiciable non plus de la seule juridiction bédouine mais d’une juridiction ordinaire. Enfin, en septembre 1958, c’est le code bédouin dans son ensemble qui est abandonné, les nomades étant soumis désormais aux mêmes lois que tous les citoyens syriens ; et sur le plan économique le pouvoir des chaïkhs est au même moment sérieusement entamé par la Réforme agraire. Leurs grands domaines, acquis depuis le siècle précédent, sont saisis et distribués entre les hommes de leurs tribus, qui pour certains refuseront l’offre qui leur est faite par solidarité tribale. Quant au régime actuel, issu de la « Révolution » du 8 mars 1963, sa position vis-à-vis des populations bédouines n’est guère différente, comme en témoigne l’article 43 de la Constitution du parti Ba’th qui stipule : « Le nomadisme est un état social primitif. Il affaiblit la production nationale et fait d’une partie importante de la nation un membre paralysé et une entrave à son développement et à son progrès. Le Parti lutte pour la sédentarisation des nomades en leur attribuant des terres, pour l’abolition des règles tribales et pour l’application aux nomades des lois de l’Etat ». Cependant, plus que ces déclarations de principe, c’est la politique des « grands travaux », menée durant la dernière décennie, qui a radicalement changé le cadre social des bédouins en les intégrant malgré eux au procès de développement de l’infrastructure économique du pays. Ceux-ci constituent une masse de main-d’œuvre disponible et peu exigeante pour des travaux conduits dans leur propre région : routes, pipe-lines, industrie des phosphates, etc., et bien entendu le barrage de Tabqa. L’exploitation des 600 000 ha de terres irriguées, prévues dans le projet dit du « bassin de l’Euphrate », nécessitera une force de travail que les paysans sédentaires de la région ne peuvent à eux seuls fournir. Les nomades, privés de leur aire de parcours, n’auront peu à peu d’autre choix que de se fixer et travailler la terre ou de se replier sur les régions les plus deshéritées du Hammâd. Mais perdront-ils pour autant leur caractère de « bédouins » en se sédentarisant ? On peut en douter, connaissant la pesanteur des modes d’identification dans les sociétés du Proche-Orient, et vu les expériences passées en matière de sédentarisation, récentes comme à Raqqa par exemple, ou plus anciennes comme à Deïr ez-Zor, où l’organisation de l’espace sociétal urbain est en partie calquée sur la vieille structure tribale.

62La sédentarisation n’implique pas nécessairement l’abandon des relations tribales et l’intégration nationale, laquelle ne peut être établie par décret, comme il est d’usage dans ce type de société. Pour que disparaissent les anciens rapports sociaux et que soit édifiée cette « nouvelle société » promise par l’idéologie dominante, il faudrait que l’Etat se manifeste autrement que par ses seuls appareils répressifs. Car les arguments présentés par celui-ci en faveur de la sédentarisation - dans le genre : équipement sanitaire, éducation, services publics – peuvent difficilement gagner l’assentiment des intéressés quand ce programme ambitieux n’est même pas encore appliqué aux populations sédentaires. Et là on pense au film d’Omar Amiralay. « La vie quotidienne dans un village syrien », tourné au début des années 1970 sur les bords de l’Euphrate, au réalisme criant en forme de réquisitoire.

63Depuis quelque temps, la question du nomadisme est de nouveau posée avec insistance par les organes d’information dans le pays, en corrélation avec le problème de la « désertification », à l’ordre du jour dans nombre de pays de la ceinture subtropicale. Le tapis végétal de la Bâdiya est en effet menacé de disparaître, malgré le bouclier de textes de lois qui est censé le protéger, tel le décret présidentiel de mars 1973 qui interdit le labour et la culture sur les terres non-irriguées du pré-désert syrien, sous peine de confiscation de la récolte et des machines employées. A la table-ronde sur l’agriculture syrienne qui s’est tenue à Damas en février 1977 à l’initiative du gouvernement, les bédouins se sont retrouvés à propos de cette question au banc des accusés. On a même entrepris de calculer à cette occasion le nombre d’arbustes arrachés en une journée par le bédouin pour la préparation d’une tasse de thé... avant que le Premier Ministre Khlaïfâwî lui-même ne vienne publiquement avouer que d’immenses étendues avaient été labourées dans la Bâdiya pour le compte de « grands responsables » au sein de l’appareil d’Etat. Aujourd’hui, alors que les experts internationaux commencent à se demander si l’économie pastorale n’est finalement pas la meilleure adaptation écologique envisageable pour une terre aride, le gouvernement syrien vient de céder une nouvelle fois aux pressions en autorisant la culture sur les terres de la Bâdiya (octobre 1978). Ainsi peut-on reposer la question de notre introduction, et se demander où chercher la tradition et où la « modernisation » ?

***

II. L’ÉTAT ET LA SOCIÉTÉ21

  • 21 Ce chapitre sur « L’Etat et la société » devrait être lu à la lumière et en complément des études (...)

64Au terme de ce long développement sur les « minorités » dans la population syrienne, on serait tenté de poursuivre sur l’étude de la « majorité ». On a vu cependant que celle-ci ne pouvait être saisie dans un cadre strictement syrien (mais plutôt arabe, ou musulman). Et outre qu’il est indéniable que ces communautés jouent dans la vie politique et social un rôle sans commune mesure avec leur importance numérique, ce qui frappe surtout l’observateur c’est, par delà l’hétérogénéité de cette société, son cloisonnement, à tous les niveaux d’analyse. Si des murs sont élevés entre les différentes confessions religieuses ou minorités ethniques, d’autres séparent tout aussi bien les paysans des citadins, une famille (au sens large) d’une autre, l’homme de la femme... Aussi ne serait-il pas tout à fait inconcevable de poursuivre cette étude comme on l’a commencée, c’est-à-dire en mettant l’accent sur les oppositions d’identité, les contradictions fondamentales.

Citadins et ruraux

65Concernant ces derniers antagonismes sociaux, il est vrai que l’on peut en relever du même type dans toutes les sociétés de la planète. Mais tout est une question de degré, et à propos de l’opposition entre citadins et ruraux en Syrie par exemple, J. Weulersse écrit que « l’on peut presque parler de deux populations différentes, coexistant à l’intérieur des mêmes cadres politiques, mais sans s’y mêler », ajoutant : « De cet antagonisme, le fellah fait tous les frais, car l’édifice économique et social est basé sur la primauté incontestée des cités. » (J. Weulersse, 1946, p. 85). D’une manière générale, la ville orientale est décrite comme un corps parasite, un point d’appui pris et abandonné par les vagues successives de conquérants, un centre improductif où se consument toutes les forces du pays. Ainsi, du point de vue du peuplement, la ville est-elle sans racines humaines dans le cadre écologique qui la porte. Et Weulersse de citer l’exemple frappant de Lattaquié, la capitale de « l’Etat alaouite » sous le mandat français, qui « ne comptait alors pour ainsi dire pas d’Alaouites en son sein » ; et de Hama, où les féodaux – kurdes et turcs (Barâzî et ‘Azm) –, installés à l’origine par la Sublime Porte, prospéraient aux dépens des campagnes environnantes, peuplées de paysans pauvres – alaouites et bédouins – qui, dans les années 1950, seront à la pointe du combat pour l’émancipation du monde rural. Cependant, on a vu, à propos de Lattaquié, que la répartition confessionnelle de sa population a largement évolué depuis, et donc que l’exemple ne vaut plus. Et il en est de Lattaquié comme de toutes les villes syriennes, qui ont subi des bouleversements radicaux dans la nature de leur peuplement et par là-même de leur fonction économique et sociale, cela depuis les changements politiques qu’a connus la Syrie à la charnière des années 1950-60.

  • 22 Un témoignage vivant nous en est apporté par Sâmî al-Jundî, membre fondateur du Ba’th, Ministre de (...)
  • 23 LECERF, « Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe », 1938 (2e année) Centre d’Et (...)

66D’une certaine manière, on peut considérer la prise du pouvoir par le Ba’th, et a fortiori par l’armée, dont on a vu l’extraction paysanne, comme la « revanche des campagnes », lesquelles montent littéralement à l’assaut des villes22 pour leur arracher leurs privilèges et mettre un terme à une tradition séculaire d’exploitation. Ce facteur proprement politique s’inscrivant par ailleurs dans une logique économique de développement et donc d’exode rural, la « ruralisation » des villes est sans aucun doute un des traits les plus fondamentaux de la Syrie d’aujourd’hui. Il n’est que d’interroger de vieux bourgeois damascènes ou alépins pour qu’ils s’épanchent dans le souvenir ému de leur ville, du temps où les « hordes » paysannes ne l’avaient pas encore « défigurée » ; ou de suivre le courrier des lecteurs dans la presse quotidienne, lourd de récriminations contre l’insalubrité de nombreux quartiers de la capitale et des grandes villes du pays. « Ruralisation » des villes et non urbanisation, car l’effet « libérateur » que suppose ce dernier phénomène, sur le plan des rapports sociaux et des structures mentales, n’a pas vraiment joué - pour le moment tout au moins. Autre trait significatif, à rechercher dans le comportement et le code des valeurs morales : la force, la virilité, le caractère un peu lourdaud du rîfî (paysan) sont vus comme autant de qualités inhérentes au peuple syrien et qu’il se doit de cultiver... en se laissant pousser la moustache par exemple. Alors que sous le règne de la grande bourgeoisie d’« ancien régime », il était de bon ton de raser ces attributs de la virilité23. Le paysan s’est installé en ville, il n’est pas pour autant devenu citadin.

La femme

  • 24 C’est pourtant là que sa force de travail est la plus employée, et à outrance. Sa « valeur » est d (...)

67En ce qui concerne un autre type de cloisonnement évoqué plus haut, celui qui, dans la tradition musulmane, enferme la femme dans un espace social et culturel bien limité, il est suffisamment connu pour qu’il soit inutile d’insister. On se contentera donc de donner quelques chiffres, appliqués au cas particulier de la Syrie, qui montrent bien cette marginalité de la femme dans les divers domaines. Economique et social d’abord : selon une étude menée par l’Union des Femmes, organisme d’Etat peu enclin à « dramatiser » la situation, 88,6 % des femmes syriennes n’exerçaient en 1974 aucune activité, autre que ménagère bien entendu. L’apport du sexe féminin dans la population active totale n’était alors que de 11,8 %. Ces pourcentages sont évidemment à prendre avec réserve, la question du travail des femmes à la campagne en particulier (65,2 % des femmes actives) étant sujette à des divergences d’appréciation24. Il reste que, traditionnellement, dans la mentalité collective, la femme qui travaille remet en cause l’ordre sexuel établi, tout simplement parce qu’elle sort alors de l’aire de mouvance qui lui est assignée et qui n’est autre que le domicile familial, la rue et les lieux publics étant réservés aux hommes. A l’école, la mixité est encore l’exception, et il n’y a pas si longtemps que les salles de cinéma étaient interdites aux femmes en Syrie. Marginalité culturelle également : selon les statistiques officielles, en 1970, 73,7 % des femmes syriennes étaient analphabètes (contre 36,8 % des hommes). Sur ce point, les chiffres varient en fonction de l’âge : 50,3 % d’analphabètes de sexe féminin entre 10 et 14 ans et 91 % au-dessus de 45 ans, et de la région considérée : 42 % à Damas et 90 % dans le muhâfaza de Hassaké.

68Marginalité ou marginalisation ? La question mérite d’être posée, car si la condition de la femme syrienne évolue tout de même rapidement de par les nécessités économiques (8,6 % d’actives en 1970 sur la population totale féminine en âge de travailler – au-dessus de 10 ans –, et 15,7 % en 1975, selon des documents publiés en 1978 par le Bureau Central des Statistiques), il apparaît clairement que les mesures drastiques qui devraient être prises au niveau politique, pour qu’un progrès sensible puisse être enregistré sur ce plan, ne le sont précisément pas. Ainsi les résolutions du Congrès des Femmes arabes, qui s’est tenu au Caire en 1944, en pleine période dite « d’ancien régime », sur la législation du divorce, l’égalité des droits en matière d’héritage, l’enseignement obligatoire... sont encore à l’ordre du jour dans la Syrie du Ba’th (Cf. T. Petran, p. 226). Sans aucun doute, un changement notable commence à se manifester sur ce dernier point : à l’Université, par exemple, où il y avait en 1976 sur l’ensemble de la population estudiantine 22,8 % de femmes, pour 17,8 % en 1970. Résultat appréciable en chiffres absolus (14 590 étudiantes en 1976 sur un total de 65 000), mais modeste en pourcentage relativement aux années précédentes (21 % en 1952). Finalement, malgré toutes les allégations sur les « conquêtes » sociales de la femme syrienne sous le niveau régime, sur sa « participation » active à la vie politique du pays au sein du Parti ou de l’Assemblée du Peuple, de même qu’à « la bataille du développement », il semble bien que l’image dominante de la femme dans la conscience de l’élite dirigeante n’évolue que lentement ; comme en témoigne ce mot du Président al-Asad, prononcé à l’occasion de l’année internationale de la femme en 1975, et repris depuis par tous les médias : « La femme, c’est la mère, l’épouse, la sœur, la fille. Comment la célébration de l’année de la femme ne serait-elle pas notre fête à tous ? »

La classe politique traditionnelle ou la société introuvable

69Devrons-nous, après cet essai sur la morphologie de la population syrienne, reprendre la célèbre formule de Metternich, énoncée à propos de l’Italie, et donc affirmer que la Syrie « n’est qu’une expression géographique » ? De fait, ce n’est certainement pas le discours politique aujourd’hui en vigueur qui nous contredira sur ce point, lui qui place le cadre national de référence au niveau de la nation arabe tout entière, niant – tout au moins de manière explicite – que la Syrie constitue en elle-même une entité nationale. De Butrus Bustânî à Antûn Sa‘âda, des tentatives ont bien été menées qui visaient à donner une expression idéologique à une supposée réalité nationale syrienne, tentative particulièrement fructueuse pour ce qui concerne l’inspirateur du Parti Social National Syrien. Mais ce n’est tout de même pas un hasard si ce pays n’a jamais donné naissance à un grand leader national, tel que Zaghloul en Egypte par exemple, et, a contrario, s’il fut historiquement le creuset de l’arabisme. En tout état de cause, et pour s’en tenir à la réalité concrète, lorsque la Syrie accède à l’indépendance en 1946, elle est plus ou moins unie territorialement, depuis le Traité franco-syrien de 1936 qui a mis fin aux autonomies druze et alaouite (et si l’on excepte bien entendu l’amputation du Liban, du Sandjaq d’Alexandrette, voire de la Palestine) ; mais en aucune manière on ne peut dire qu’elle constitue alors une nation, tant la diversité et l’atomisation de la société l’emportent sur les éléments de cohésion. Le fait est d’ailleurs attesté par un parlementaire de l’époque, qui dans ses mémoires décrit en ces termes une réunion de la Chambre : « Je regarde autour de moi et ne vois qu’un monceau de contradictions... des hommes que rien ne rassemble, ne partageant aucun principe... des analphabètes, et des hommes de lettres éminents ; certains ne parlant que le kurde ou l’arménien, d’autres le turc ; certains sont coiffés du tarbouch, d’autres du keffié ; des citadins et des bédouins... » (P. Seale, p. 32, qui cite les « Mémoires d’un député » de Habib Kahaleh).

70Après l’indépendance précisément, une des premières tâches du jeune Etat syrien sera de réduire, puis d’abolir le système de représentation confessionnelle au Parlement tel qu’il est encore aujourd’hui pratiqué au Liban, comme premier pas vers l’intégration politique. Ainsi, entre 1947 et 1949, la communauté chrétienne voit le nombre de ses députés passer de 19 à 14, les Alaouites de 7 à 4, les Druzes de 5 à 3, les Juifs de 1 à 0 ; quant aux Kurdes, aux Turcs et aux Tcherkesses, n’ayant plus de représentation propre, ils sont assimilés à la majorité sunnite. L’existence d’un pouvoir central suffisamment fort étant indispensable pour mener à son terme un tel programme, c’est à Chichaklî que revient, en 1953, l’initiative de la suppression pure et simple du confessionalisme en Syrie. En matière de statut personnel, les juridictions particulières aux Druzes et aux Alaouites héritées du mandat sont abolies, de même que sont interdites toutes les associations établies sur une base confessionnelle, ethnique ou régionale. Une arabisation systématique dans tous les domaines de la vie publique est engagée – l’arabe devenant ainsi la langue d’enseignement exclusive dans les écoles officielles – conjointement avec quelques mesures d’islamisation, comme si l’abandon du confessionnalisme (al-tâ'ifiyya) dans ce pays ne pouvait être envisagé que comme la domination de la « confession majoritaire », et non comme une véritable laïcisation de la vie sociale et politique. Un projet de constitution prévoyant l’instauration de l’Islam comme religion d’Etat est même étudié, mais devant la pression des milieux chrétiens il doit se contenter de la mention stipulant que l’Islam est la religion du chef de l’Etat (constitution de 1953).

71La suppression du confessionnalisme au début des années 1950 pouvait-elle radicalement modifier la vie politique du pays dans le sens d’une intégration nationale ? Sans nier l’importance de cette mesure, on peut tout de même en douter, quand on sait que le pouvoir est alors monopolisé par un club très fermé de cinquante familles, précisément pour la plupart musulmanes sunnites. Ainsi le cloisonnement de la classe politique traditionnelle n’est-il pas fonction des oppositions inter-communautaires, contrairement à ce que l’on pourrait supposer ; mais il correspond plutôt à une division du territoire en aires de domination de ces différentes familles, d’exploitation pour leur compte de la masse paysanne à partir de quelques métropoles régionales. A Homs, règne la famille Atâsî ; à Hama, les Kaïlânî, Barâzî et ‘Azm ; à Damas, les Mardam et ‘Azm entre autres ; à Lattaquié, les ‘Abbâs ; à Alep, les Kikhya et les Qudsî ; à Deîr ez-Zor, les Challach et les Sayyid... Cette élite « girondine » n’a jamais pu concevoir un programme politique « national » dépassant les horizons limités du « fief », chaque famille partant du principe qu’il valait mieux être premier dans sa ville que second à Damas. Fort d’une certaine prééminence sur la scène politique, acquise durant sa lutte contre le mandat, le « Bloc National » émet un temps la prétention de devenir une sorte de courant politique fédérateur, mais il est contrecarré par le « Parti du Peuple », représentant la classe dominante d’Alep dont les intérêts sont davantage orientés vers l’Iraq, par la vallée de l’Euphrate, que vers le sud du pays et la « capitale ». Le jeu politique n’est ici que le mince vernis d’une réalité plus fondamentale, celle de l’opposition séculaire entre les deux plus grandes villes syriennes, dont les maîtres ne se rejoignent que dans leur méfiance commune à l’égard des clans de la région de Homs et de Hama. Les Alaouites et les Druzes sont quant à eux alors exclus de la scène, suspects d’avoir gardé des contacts étroits avec l’ancienne puissance mandataire qui les aurait dotés d’un régime de faveur. On a vu du reste qu’en ce qui les concerne, ils n’étaient pas encore débarrassés de toutes velléités séparatistes et qu’il fallait attendre la date charnière de 1954 pour les voir changer radicalement de ligne politique. Au sein de cette élite traditionnelle, les clivages s’opèrent en fonction de l’ouverture sur l’Occident – français ou américain – ou de l’attitude adoptée durant le mandat vis-à-vis de l’occupant, une même famille pouvant tout aussi bien, par mesure de précaution, avoir placé à cette époque l’un de ses fils dans l’administration ou les « Troupes du Levant », et l’autre dans un mouvement nationaliste. Le « désastre » (al-nakba) de 1948, autrement dit la perte de la Palestine, ébranle sérieusement les assises d’un système politique à peine établi, en montrant au grand jour l’impuissance de cette élite dirigeante qui laisse libre cours à toutes les initiatives individuelles, sans chercher à faire front au nom d’une supposée nation. Des armées de volontaires sont levées et envoyées en Palestine, où elles représenteront telle ou telle famille de telle ou telle région. Cette faillite est l’occasion d’émerger pour certaines figures politiques, qui vont vite s’affirmer comme une force de relève. Un ancien métayer de la région de Hama, devenu par la suite propriétaire de son lopin de terre et dirigeant du mouvement paysan, explique ainsi à Eric Rouleau la signification de ces événements (Le Monde, 16-17 octobre 1966) : « Nous sommes partis par centaines rejoindre les forces irrégulières qui se battaient contre l’armée sioniste. Il y avait parmi nous des agriculteurs, des ouvriers, des étudiants, des intellectuels. La fraternité des armes et la souffrance endurée en commun nous avait rapprochés les uns des autres. L’humiliation de la défaite nous avait conduits à la conclusion que seules la suppression du régime bourgeois et l’expropriation des grands propriétaires restitueraient à la Syrie son honneur et aux Syriens leur dignité d’hommes. C’est ainsi que je donnai aussitôt mon adhésion au Parti socialiste de M. Akram Hourânî ». Mulqui ou Hourânî à Hama ; Touma, Bîtâr à Damas... une nouvelle élite se constitue alors, en opposition à la précédente. Plus hétérogène dans sa composition confessionnelle, elle dispose d’une puissance économique infiniment moindre que celle de l’élite traditionnelle, et ne peut rivaliser avec celle-ci que sur les bancs de l’école et à l’Université, dont les portes ne sont encore qu’entrouvertes. Alors que la « féodalité politique » tire ses ressources de la terre, les nouveaux venus sont officiers de carrière (recrues de l’armée française pour certains), professeurs, avocats, ou ont des intérêts dans le secteur commercial. L’atrophie de l’Etat laisse alors le champ le plus libre à la « société civile », et c’est sur ce terrain que vont s’affronter l’ancienne et la nouvelle classe politique durant la première décennie de l’indépendance syrienne, restée dans les mémoires comme la période la plus « démocratique » de l’histoire du pays. La masse paysanne – plus des deux-tiers de la population - et la jeunesse, force de contestation traditionnelle dans ces sociétés, constituent les secteurs névralgiques sur lequels la nouvelle élite politique fait porter tout son effort.

72En ce qui concerne le premier secteur, celui des paysans, l’exemple de Hama fournit encore la meilleure illustration de cette manipulation dont ils font l’objet, de la part des différentes forces politiques. A la fin des années 1940, la ville est le théâtre d’une activité politique très intense, le siège de la « forteresse féodale » étant déjà commencé. Nourris des concepts de démocratie et de socialisme lors de leur passage dans les universités occidentales, les Kaïlânî, ‘Azm ou Barâzî persistent à penser que ceux-ci ne sont pas incompatibles avec leurs intérêts et l’exercice de leur autorité traditionnelle, à condition que quelques touches réformistes soient apportées aux relations qui les lient aux villageois. Depuis près d’une décennie, leur pouvoir absolu est contesté par deux courants politiques antinomiques, mais qui recrutent dans les mêmes couches sociales de la jeunesse hamiote : les Frères Musulmans, courant alimenté par la puissance du sunnisme dans cette ville, et le Parti Communiste, section la plus forte du pays après celle de Damas, particulièrement influente dans les milieux chrétiens orthodoxes. Mais c’est évidemment Akram al-Hourânî qui représente vite le danger le plus sérieux pour l’élite traditionnelle, lui qui a pris fait et cause pour la paysannerie de Hama et s’est juré d’extirper la « féodalité » de sa ville. Dès les années 1940, il regroupe autour de lui dans sa lutte nombre de jeunes partisans (les fameux « Chabâb »), issus des milieux paysans ou petits bourgeois de la région, pour une bonne part encore élèves de l’enseignement secondaire. A la tête de son Parti Socialiste Arabe, et grâce à des alliances passées localement avec d’autres familles hamiotes de même rang, telles les Kalla, les Alwâni ou les Sarrâj, il parvient à se faire élire au Parlement et force ainsi l’enceinte sacrée de la classe politique traditionnelle. Suite à sa deuxième élection en 1949, il fonde à Damas un bureau de représentation des intérêts paysans qui lui permet de garder le contact avec sa base régionale. Fait intéressant à noter et qui explique par ailleurs le rôle capital joué par Hourânî durant toute la période dite de République parlementaire, la quasi totalité des jeunes Hamiotes entrant à l’Académie militaire après l’indépendance lui est politiquement acquise.

73Concernant la jeunesse précisément, le second secteur névralgique de la société au lendemain de l’indépendance, elle est également la cible des assauts convergents des principales formations politiques, dont les différentes plates-formes idéologiques en appellent toutes, de manière plus ou moins formulée, à la suppression de la « féodalité » politique et à l’intégration nationale : le Parti Social National Syrien, le Parti Communiste et le Ba’th. Sur ce terrain, l’élite dirigeante traditionnelle a perdu la bataille avant même de l’avoir engagée, car il est bien évident que les organisations de jeunesse paramilitaires telles qu’elles ont existé pendant le mandat, attentives aux ordres des aînés (La Ligue d’Action Nationale, les Chemises d’Acier...), ne pourront en aucune façon contenir le flot de jeunes, fréquentant toujours plus nombreux les lycées et collèges, mais aussi conscients de la précarité de leur avenir pour le temps que durera l’étranglement du système politique par le club des cinquantes familles. Assurément les années 1950 peuvent être considérées comme l’âge d’or de l’intelligentsia syrienne et aujourd’hui il n’est pas un officier, un homme politique ou un intellectuel, dépassant la quarantaine, qui n’ait alors fait ses classes dans un des trois partis mentionnés, et particulièrement dans les deux premiers, dont l’implantation est plus ancienne. Tout le mouvement de la société à cette époque semble cantonné dans un discours, tenu par la « classe intellectuelle » au nom des masses populaires, et destiné, par sa pesanteur mythique (nation arabe, nation syrienne...), à combler le fossé entre les différents niveaux du vécu. Fossé par exemple entre la volonté affirmée en théorie par un Khaled Bagdâch, Secrétaire Général du Parti Communiste, de s’unir avec la bourgeoisie dite « nationale » et sa pratique politique, qui utilise comme un tremplin le quartier kurde de la capitale, au pied du Mont Qassioun. A ce propos du reste, le caractère confessionnel très marqué de ce parti « marxiste » ne s’est jamais démenti par la suite, à tel point qu’on le désigne parfois sous l’étiquette de « Hizb al-'aqalliyyât » (Parti des minorités), ou encore de « Hizb al-hârât » (Parti de quartiers) par allusion aux rivalités au sein du Parti entre les membres du Hayy al-Akrâd (quartier kurde) et ceux de Qassâ‘ (quartier chrétien orthodoxe de Damas). Même fossé entre la théorie « nationalitaire » et la pratique confessionnelle ou régionaliste pour le Parti Social National Syrien, qui, à la fin des années 1930, s’implante dans les milieux chrétiens et alaouites de la région de Lattaquié, sans toutefois parvenir à forcer la citadelle sunnite par delà la montagne côtière ; ou pour le Ba’th dont la référence constante à une « nation arabe » du Golfe à l’Atlantique doit bien s’accommoder d’un système d’action politique laissant une large autonomie aux cellules locales, microcosmes régis par un code politique traditionnel plus que par une idéologie élaborée à partir de la capitale et supposée assurer une cohésion nationale. Ainsi durant la première décennie d’existence du Ba’th, n’y a-t-il pas un parti, solidement structuré, mais plusieurs, aux caractères spécifiques fortement marqués selon les régions ou les personnalités propres de leurs animateurs, et c’est après la prise du pouvoir en 1963 que le fait se fera surtout ressentir. Rien de commun par exemple entre la pratique politique d’un Jalâl al-Sayyid, membre influent d’une grande famille de Deïr ez-Zor, l’« agit-prop » d’un Wahîb al-Ghânim, médecin à Lattaquié, ou l’enseignement doctrinaire professé par Michel ‘Aflaq, le « père fondateur », et par Salâh al-Dîn al-Bîtâr dans le quartier sunnite du Mîdân à Damas.

L’Etat et l’intégration de la société

  • 25 Ayad AL-QAZZAZ, « Political order, stability and officers : A comparative study of Iraq, Syria and (...)

74Cet éclatement de la réalité sociale dans ses composantes traditionnelles, conjugué à une profusion d’idéologies « modernisatrices » en hiatus complet avec cette même réalité, tend à donner de la jeune Syrie indépendante des années 1950 l’image d’un pays anarchique. Des Mamelouks aux Ottomans et aux Français, avait-elle jamais eu d’ailleurs la possibilité d’exercer sa pleine souveraineté ? En février 1958, Chukrî al-Qûwatlî, débarrassé de sa charge présidentielle après la signature du protocole d’Union avec l’Egypte, aurait fait part en ces termes au Raïs de son sentiment profond : « Vous n’avez pas idée, Monsieur le Président, de la tâche que vous vous êtes assignée. Vous trouverez la Syrie bien difficile à gouverner. Vous avez accueilli un peuple dont tous les individus se prennent pour des politiciens, la moitié d’entre eux pour des leaders nationaux, le quart pour des prophètes et le dixième au moins pour des dieux »25.

Les fondements théoriques

75A cette société civile, sphère de l’atomisme social, des particularismes « naturels », il fallait un principe universel. Il fallait construire l’Etat. Par delà tous les changements politiques de surface qui marquent la période 1958-66, c’est à une nouvelle élite dirigeante qu’il revient d’accomplir ce programme, à partir des jalons idéologiques posés par son aînée durant la période précédente. Et si le coup du 8 mars 1963 se réclame effectivement du Ba’th, cette couverture idéologique cache difficilement une opposition de classe fondamentale entre ces jeunes officiers de souche provinciale et minoritaire, qui en sont les artisans, et l’arrière- garde doctrinaire usée par vingt années de lutte contre la « féodalité » politique et l’impérialisme. Arrivée au pouvoir par la filière école-armée, cette nouvelle élite plébéienne entend consolider très vite ses positions, en remodelant la société de telle sorte qu’un retour à l’ancien état des choses s’avère impossible. Au sein du Parti, le voile est levé sur ses intentions dès octobre 1963, lors du Sixième Congrès National qui, s’il reprend à son compte tout le bagage théorique du nationalisme arabe, accorde néanmoins une grande place voire la priorité à la « construction d’une société socialiste ». A la fin de 1964, l’éviction des dirigeants « historiques » Salâh al-Dîn al-Bîtâr et Michel ‘Aflaq, est consommée ; celui-ci abandonnant volontairement le Commandement National, et choisissant l’exil pour fustiger les « aparatchiks » du Comité Militaire et du Commandement Régional, à qui il refuse le droit de parler au nom de « son » parti. Cette « nation arabe » qu’il avait voulue « tout amour », à l’abri du concept « européen » de lutte des classes, lui échappait finalement pour être récupérée par la classe montante de la petite-bourgeoisie des zones rurales.

  • 26 M. KAMEL, « Le rôle politique et idéologique de la petite bourgeoisie dans le inonde arabe. » in R (...)

76Au niveau du discours, cette prise du pouvoir par ce qu’on appellera le « Néo-Ba’ th » est donc perceptible dans les « Quelques bases théoriques » du Sixième Congrès, qui restent aujourd’hui encore le premier ouvrage de référence du Parti. Ecrit pour contrecarrer l’hégémonisme du nassérisme, lequel pouvait se prévaloir de l’autorité idéologique de la « Charte », cet opuscule d’une centaine de pages traduit certes encore l’influence de ‘Aflaq, notamment dans l’introduction, entièrement rédigée par lui, et dans le choix de quelques termes comme inqilâbiyya (renversement) par exemple, de préférence à thawra (révolution). Mais l’inspiration marxisante du courant majoritaire transparaît entre toutes les lignes, dans quelques formules-clés faisant référence à une « doctrine révolutionnaire » ou à « la connaissance précise des lois qui gouvernent la transformation des sociétés », dans l’adoption - du bout des lèvres il est vrai – du concept de « luttes de classes », dans sa signature enfin, c’est-à-dire l’énumération des classes et catégories sociales dont ce discours est censé être l’émanation et qui sont « les ouvriers, les paysans, les intellectuels révolutionnaires (civils et militaires) et la petite bourgeoisie ». Inspiration marxisante plutôt que marxiste, le Parti voulant par ailleurs « échapper au dogmatisme et au sectarisme..., rejeter toute allégeance à une théorie monolithique, (pour s’en remettre) à l’expérience en tant que facteur d’intégration et d’approfondissement de sa position ». Et à cet effet, le texte initial de ces Muntalaqât, que l’on doit, selon toute vraisemblance, au théoricien marxiste Yâsîn al-Hâfiz, a été passablement remanié ; à tel point que dans son éclectisme final il est difficile de définir avec précision la plate-forme idéologique à partir de laquelle cette nouvelle élite dirigeante va entreprendre la restructuration de la société syrienne autour de l’Etat. L’apport léniniste est évident, de même que celui de l’Etat hégélien, par lequel l’individu devient citoyen. Avec la « corporation » comme courroie de transmission entre la société civile et l’Etat, étape nécessaire entre la « particularité subjective » et « l’universalité objective », et qui, dans le système instauré par le Néo-Ba’th, correspond à « l’organisation populaire ». Mais par ailleurs cette philosophie politique semble aussi bien plonger ses racines dans l’héritage propre de cette société quand elle ne veut considérer que le rapport Etat- nation, celle-ci étant entendue, à l’image de l’« ’Umma » des Croyants, comme la nation intégrée et exempte de contradictions, conduite par l’autorité souveraine de celui-là. Et le qualificatif d’« oriental » se retrouve souvent sous la plume d’intellectuels syriens, plus ou moins proches du marxisme, quand ils veulent porter un regard critique sur leur société. Ainsi le concept de « liberté » (hurriyya), la conscience de soi de l’individu comme d’une subjectivité, n’est en fait dans la fameuse trilogie ba’thiste que la liberté de la nation dans son ensemble, du Tout contre l’Autre, sinon sa « libération » (tahrîr). De même le concept de « lutte des classes », repris par les Résolutions du 6e Congrès en 1963, « se réfère plutôt au concept de stratification mis au point par la sociologie américaine pour défendre la théorie que l’équilibre des couches sociales peut être quelquefois perturbé, mais se rétablit finalement toujours »26. Dépassement hégélien des contradictions ou immobilisme « oriental » ? Ces « couches » peuvent être révolutionnaires ou timorées, « engagées » ou non, la seule lutte qui vaille d’être mentionnée est celle des masses populaires encadrées par l’Etat, pour la réalisation de ses objectifs « nationaux » et de développement.

La société comme organisation politique

  • 27 Cf. Cahiers du Cinéma, n° 290-291, juil.-août 1978.

77De là l’apparente facilité avec laquelle les conflits sociaux sont présentés – et « digérés » – par la presse quotidienne syrienne et les medias27 : contre toute attente, ils prouvent l’étonnante vitalité du peuple syrien, sa détermination nationale, sa volonté de conserver les acquis du socialisme, grâce à la petite bourgeoisie qui, au sein de l’appareil d’Etat, joue le rôle du « bon pasteur ». Ainsi, au terme d’un long processus de « mise au pas » de la société civile par l’Etat, cette effervescence politique qu’a connue la Syrie dans les années 1950 a fait place à une léthargie des masses populaires, lesquelles ne sont plus que l’instrument de l’Etat qui les « fait parler » quand bon lui semble, en fonction des circonstances et de ses intérêts propres. Pour s’en tenir à des exemples récents, à la suite de la visite d’Anouar al-Sadate à Jérusalem en novembre 1977, et durant trois mois, le peuple syrien a exprimé avec « colère et indignation son refus de l’initiative », dans de grandes manifestations qui ont ébranlé toutes les villes du pays... sous la conduite du Parti et des Organisations populaires. Ces défilés de « masses indignées » sont organisés de manière invariable, conformément à l’image dominante du système social. De la famille (Union des Femmes, Jeunesse de la Révolution...) à la corporation (Union des Paysans, Union des Syndicats Ouvriers, Union des Etudiants, Union des Ecrivains...) et à l’Etat (Muhâfiz et administration locale, cadres et dignitaires du Parti, mukhâbarât (services de renseignement et autres appareils répressifs), toutes les strates de l’édifice social sont représentées, brandissant des calicots avec slogans proposés par les organisations et approuvés en amont, marchant en ordre serré suivant un circuit bien établi. Ces rassemblements de plusieurs centaines de milliers d’individus sont vus par le régime comme des moments privilégiés et nécessaires, où l’Etat et la nation se retrouvent mutuellement et communient. A l’occasion, les masses peuvent aussi descendre dans la rue et manifester leur soutien inconditionnel à celui qui préside aux destinées du pays, le remercier personnellement pour ses largesses budgétaires (manifestation des instituteurs en janvier 1978, après une augmentation de leurs traitements dérisoires)... Assimilation manifeste du chef (al-qâ‘id) au père, qui prouve que, si réelle « communion » il y a, la liturgie en est encore hésitante et ne relève pas de la seule « universalité objective », pour reprendre la terminologie hégélienne.

  • 28 Centre d’Etudes et de Recherches Marxistes, Editions Sociales, 1974, p. 28.

78Après quinze années de régime Ba’thiste, l’Etat n’est pas parvenu au but qu’il s’était assigné, à savoir la création d’un « Syrien nouveau ». C’est que le « grignotage » évoqué de la société civile ne s’est pas opéré sur le champ des affiliations traditionnelles - qui se sont au contraire renforcées - mais au niveau de l’expression politique et idéologique de cette société. Il fallait enrayer ce large mouvement populaire que le pays connaissait avant la « Révolution » du 8 mars ; et le Président Hafez al-Asad l’a lui-même laissé entendre, lors de la première réunion du ministère Halabî, actuellement en place, arguant de ce que ce mouvement avait été en fait, de son point de vue, le jouet des ambassades et des services étrangers en Syrie. Curieuse manière, pensera-t-on, de considérer le parti au pouvoir, en tirant un trait de plume sur le mouvement dont il est issu. Et de fait, cette méfiance du pouvoir à l’égard du « politique » s’applique au Ba’th tout aussi bien. La contradiction n’est qu’apparente, car cette attitude s’inscrit parfaitement dans la logique de l’Etat, qui est de s’imposer à la société, et non d’être son émanation (selon le principe du « contrat social »). Et le Parti, fût-il au pouvoir, n’est-t-il pas encore potentiellement un organe d’expression de la société ? Dans ce système au contraire, ne parle que le plus fort, autrement dit celui qui est le mieux placé pour disposer de l’appareil répressif de l’Etat (« Unités spéciales », « Brigades de défense », « Services de renseignement »...). Et « faire de la politique » consiste à intriguer pour bien se situer – ou veiller à le rester – au sein de la constellation militaire ou bien, étant en dehors de cet appareil, à bénéficier d’un soutien actif au dedans (ce qu’en parler damascène on appelle « avoir un bustâr », et que l’on pourrait traduire par l’expression « avoir du piston », le « bustâr » étant plus précisément la grosse chaussure à clous du soldat qui pousse symboliquement l’intrigant dans le dos). D’où la méfiance réciproque de la société à l’égard de la « politique », activité traditionnellement peu recommandable du point de vue de la morale populaire. La coupure est ici radicale entre société politique et société civile. Ainsi de la fameuse définition allégorique de l’Etat par A. Gramsci comme « une hégémonie cuirassée de coercition », il est clair que le régime actuel n’a retenu que l’idée de la cuirasse, convaincu de son incapacité à créer un consensus social autour de lui. En quelques rares occasions il a pensé y être parvenu : lors de la construction du Grand Barrage de l’Euphrate (voir dans « Sur le mode de production asiatique » la signification idéologique des « travaux de prestige », ou Injâzât dans la terminologie officielle)28, ou avec la Guerre d’octobre 1973. Et depuis les medias ne laissent pas d’exploiter ces filons sur le thème de « la bataille du développement et de la libération ». Mais précisément, personne en Syrie n’accorde le moindre crédit à ce type de discours. Finalement, l’Etat choisit d’abandonner la société civile à ses maîtres traditionnels – quitte à trouver par la suite avec eux un terrain d’entente. Fait significatif : après le référendum du 8 février 1978 qui l’a reconduit au pouvoir, le Président a reçu, plusieurs jours de suite, nombre de « délégations populaires » venues de tous les muhâfaza pour le féliciter. Ce défilé de za‘îm locaux, de chaïkhs ou autres dignitaires religieux, n’a pas manqué d’irriter le parti Ba’th et les autres organisations politiques au pouvoir, qui se sont vus une fois de plus court-circuités dans leur rôle attitré de représentation des masses populaires. Corollaire de cet abandon, la marginalisation du pouvoir politique s’accentue (CERM, ibid., p. 29). Il s’opère un partage tacite des prérogatives entre l’Etat d’une part, qui s’arroge le rôle de représentation sur la scène internationale et de défense des intérêts de la nation, et le Parti, enfermé dans la lice de la société, chargé d’endosser toute la responsabilité de la situation intérieure.

  • 29 Principes de la Philosophie du Droit, Gallimard, Idées, 1968, p. 373.

79Hegel n’écrit-il pas à ce propos que « l’Etat oriental n’est vivant que dans celui de ses mouvements qui va vers l’extérieur » ? En ajoutant : « Car en lui-même rien n’est stable et ce qui est ferme est pétrifié »29. Cette « instabilité » pressentie tient au fait que, dans un tel contexte, tout réajustement ne peut se faire qu’en rupture avec le système. L’émeute reste alors la seule réponse possible de la société (entre autres à Homs, Hama et Lattaquié de février à avril 1973), en dehors des réactions « non déviantes » qui consistent à trouver refuge contre les agressions de l’Etat dans quelques « forteresses » de la société civile, traditionnellement prévues à cet effet : la religion, la famille... Forteresse spirituelle pour la première, base logistique de survie économique pour la seconde – prise au sens le plus large – fonctionnant sur le principe du « système D ».

La nouvelle classe dominante ou la contradiction du système

  • 30 Une livre syrienne se divise en cent piastres et équivaut à un franc.

80La contradiction fondamentale du système, tel qu’il vient d’être décrit, tient au fait que l’Etat n’est pas économiquement neutre, du point de vue de la production, du contrôle du surplus et de sa répartition. Il n’est pas le simple prolongement superstructurel d’une classe dominante au niveau des rapports de production, mais joue au contraire un rôle déterminant dans le procès de création de classes économiquement dominantes à partir de la nouvelle élite politique dirigeante. Contradiction parce qu’existe ainsi le « risque » permanent d’un « dérapage » du système vers une exacerbation des contradictions de classes, le développement corrélatif de consciences antagonistes, autant de phénomènes qui équivalent à redonner corps à la société civile (la classe, au sens le plus complet du terme, venant s’interposer entre l’individu et l’Etat). La littérature abonde sur ce thème de la naissance de « nouvelles bourgeoisies » dans la plupart des pays arabes du Moyen-Orient, il est donc inutile d’insister. Sur le plan économique, le mécanisme en est bien connu et diffère peu d’un pays à l’autre : réforme agraire, nationalisation de l’appareil productif (en Syrie en 1961 et 1965 principalement, le secteur public contrôlant désormais 70 % de la production industrielle et du commerce extérieur), instauration de plans de développement. Pour s’en tenir à l’exemple syrien, cette « nouvelle bourgeoisie » prospère en premier lieu en prélevant une rente sur le pactole que représente l’extraordinaire extension des dépenses publiques. Du modeste permanent syndical au haut responsable du Parti, en passant par tous les cadres administratifs, l’énorme appareil bureaucratique constitue sans aucun doute la base sociale du régime, laquelle n’est donc pas limitée à la seule « bourgeoisie », mais regroupe diverses classes, unies par une idéologie et des intérêts communs. Au premier rang de ceux-ci figure évidemment le maintien de la rente, dans ses retombées diverses, et donc d’un mode de développement étatique qui vise, plus qu’au fonctionnement optimum de l’appareil productif, à une « redistribution des ressources » budgétaires (impôts, recettes d’exploitation du secteur public, aide extérieure). Au niveau de la production, la ponction peut s’opérer de plusieurs manières : en agriculture par exemple, et entre autres, par la fixation des prix pour les cinq cultures de base (blé, coton, lentilles, betterave à sucre, orge), dont la commercialisation doit nécessairement passer par le circuit étatique. Ainsi, alors que le prix officiel du kilo de lentilles est aujourd’hui de 125 piastres, le paysan n’obtient jamais plus de 80 piastres, le fonctionnaire prétextant toujours de la mauvaise qualité du produit fourni30.

  • 31 in : « Le mouvement syndical et le développement économique et social de la Syrie », Bulletin stat (...)

81Dans l’industrie, la pléthore des sinécures administratives par rapport à la masse des ouvriers directement productifs est déjà en elle-même une ponction : ces derniers constituaient, en 1975, 64,4 % des travailleurs du secteur public industriel, mais ce chiffre, ne tenant pas compte de l’appareil administratif central (les différents ministères coiffant ce secteur), doit être reconsidéré. Rapporté au niveau du secteur public et d’Etat dans sa totalité, il passe à 27,9 % pour la même année, avec un total de 70 300 travailleurs productifs sur une population totale employée de l’Etat de 251 00031. On ne s’étonnera pas, à ce propos, de ce que le secteur public joue pour cette bureaucratie le rôle de « vache à lait » : en 1975, le revenu que l’Etat a tiré du secteur public dans les trois domaines, agricole, industriel et commercial, s’est élevé à 5,7 milliards de livres syriennes. Sur ce montant, l’Etat a prélevé 2,7 milliards et il n’est donc retourné au secteur public que 3 milliards sous formes diverses comme fruit de son travail (chiffres cités par Mahmûd al-Ayyûbî, alors Président du Conseil, au cours d’une discussion budgétaire au Parlement). Cela étant, la « crise du secteur public » est vite devenue un des « serpents de mer » de la presse syrienne ; laquelle s’interroge par exemple sur le fait que l’entreprise textile Al-Khumassiyya ait perdu en 1976 quelque 10 millions de livres syriennes alors qu’elle en avait gagné 14 en 1972, sur la justification d’une usine « d’allumettes et de bois compressé » qui produit des crayons à un prix de revient de 4 livres l’unité alors qu’ils sont vendus sur le marché à 25 piastres... Pour couper court à ce type d’argumentation, l’élite dirigeante a, dès 1965, au 8e Congrès National du parti Ba’th, proposé la notion d’un « profit socialiste », supérieur au profit matériel et immédiat parce que destiné à la société dans son ensemble.

82Autour de cet appareil bureaucratique, gravite une classe parasitaire qui exerce son emprise économique sur plusieurs secteurs d’activité : agriculture, commerce, spéculation immobilière. A la campagne, la Réforme Agraire n’ayant jamais fixé de plafond à la surface d’exploitation, une nouvelle bourgeoisie d’exploitants agricoles (muzâri‘ûn) a pu se constituer – avec la complicité de la bourgeoisie d’Etat qui lui a accordé toutes facilités de crédit – en louant les terres des paysans bénéficiaires de la Réforme (muntafi‘ûn), lesquels ne peuvent vendre leur lot au terme de la loi, mais ne peuvent davantage l’exploiter faute de moyens techniques et financiers suffisants. Il peut même se produire que le muntafi‘ travaille sur sa propre terre pour le compte de l’exploitant à qui il loue sa force de travail. Par ailleurs, si le muzâri’ peut prouver devant les autorités concernées (Banque agricole, muhâfiz, directeur de région...) qu’il exploite une terre depuis vingt ans, elle lui revient de droit. Ainsi à terme, les paysans risquent-ils de se voir déposséder de leurs terres, et il n’est que de lire la presse quotidienne syrienne, ou encore Nidâl al-Fallâhîn, l’organe de l’Union des Paysans, pour relever les commentaires acerbes de certains militants syndicalistes ou de simples lecteurs sur le fait que, si le régime a effectivement un jour mis les « féodaux » à la porte..., ils sont depuis rentrés par la fenêtre.

  • 32 Interview d’’Abdallah al-Ahmad dans la revue égyptienne Talî‘a de juin 1975.

83En ce qui concerne la bourgeoisie commerçante, elle a su au départ tirer profit du principal « créneau » laissé par les mesures de nationalisation de 1961-65, à savoir le commerce intérieur, contrôlé à 80 % par le secteur privé. Ainsi, un exemple parmi d’autres, les commerçants en gros achètent-ils au bas prix la production des entreprises textiles nationalisées, pour la revendre au commerce de détail avec bénéfices substantiels, en tout état de cause à des prix fixés par eux- mêmes, sans aucun contrôle de l’Etat. Quant au commerce extérieur, le « Mouvement de redressement » du Général Hafez al-Asad lui a fait l’effet d’un coup de fouet, et là encore le secteur privé a su exploiter l’occasion qui se présentait. De 1970 à 1971 seulement, la part de ce dernier dans le volume global des importations et des exportations est passée de 363 millions de livres syriennes (sur un total de 2 150 millions) à 983,3 millions (sur 2493)32. Depuis, cette participation s’est stabilisée à quelque 20 ou 25 %, ce qui, compte tenu de la masse monétaire engagée (de 1970 à 1976, les importations passent de 1 375 millions à 9 203 millions, et les exportations de 775 à 4 141 millions), représente de larges possibilités d’épanouissement pour cette nouvelle bourgeoisie. Toujours en étroite coopération avec la bourgeoisie d’Etat, quand ce ne sont pas les mêmes hommes qui, « un pied dans un cabinet d’études, l’autre dans un cabinet ministériel » (E. Picard, Le Monde Diplomatique, avril 1978), jouent sur les deux tableaux pour mener au mieux leurs affaires. Et à ce propos, on cite toujours l’exemple de Mohammed Haïdar, longtemps responsable de l’Economie au Commandement Régional du Ba’th, baptisé « Monsieur 5 % » par la rumeur publique.

  • 33 La Syrie entre le sous-développement et la croissance. Damas 1973 (en arabe), p. 313.

84Autre terre d’élection pour cette bourgeoisie montante : l’immobilier. Rien que pour la période 1963-70, et selon l’économiste syrien Rizqallah Hilan33, 3 231 millions de livres syriennes ont été investis dans la construction, ce qui représente 58 % de la somme globale affectée à la constitution du capital fixe. Et R. Hilan d’ajouter : « La plus grosse part de ce pactole a filé dans les poches des entrepreneurs, des commerçants, des spéculateurs, des intermédiaires et autres commissionnaires corrompus, sur le dos du peuple, du trésor public, et au détriment du développement économique ». Malgré cela, les prix des loyers, dans une ville comme Damas, ou Alep dans une moindre mesure, atteignent aujourd’hui des sommes faramineuses, dignes des plus beaux quartiers des capitales occidentales ; et la crise du logement est le troisième « serpent de mer » de la presse syrienne. Certainement le premier quant à l’importance qui lui est accordée, car le problème concerne directement ces petits fonctionnaires de la plume qui ont en général entre 30 et 35 ans, et attendent depuis des années de trouver à se loger pour quitter le domicile familial et fonder un foyer. Problème le plus souvent insoluble puisque le montant mensuel du loyer, pour un appartement le plus modeste soit-il, équivaut, dans la meilleure des hypothèses, au salaire de l’intéressé. De plus, la règle veut que les proprétaires ne louent leurs logements qu’à des étrangers, généralement plus fortunés, et surtout destinés à quitter les lieux après deux ou trois ans, ce qui laisse toute possibilité de réajustement périodique du loyer. Prisonnier de cette situation inextricable, un professeur d’Université a adressé par l’intermédiaire du journal al-Ba’th (1er novembre 1977) une lettre ouverte au Président du Conseil d’alors, ‘Abdal-Rahman Khlaïfâwî, dans laquelle il sollicite l’autorisation de planter une tente devant l’université pour régler son problème de logement, son salaire étant inférieur au loyer présumé d’une demeure décente. Pourtant, il suffit d’un tour rapide dans les quartiers de banlieue de la capitale pour réaliser le caractère artificiel de cette « crise » : des immeubles entièrement vides, inachevés pour des raisons juridiques et fiscales évidentes, s’alignent sur des kilomètres dans un décor digne d’Alphaville. D’après des estimations officielles, il y aurait plus de 80 000 logements vides en Syrie, dont 30 000 pour la seule ville de Damas. On voit que les spéculateurs peuvent jouer sur le marché en toute liberté. Pour s’en tenir aux données de la Direction des Statistiques, qui n’enregistrent que les montants déclarés et non réellement perçus, le renchérissement des loyers sur la seule année 1975-76 a été de 36 % à Damas, 59 % à Tartous, 82 % à Hassaké, etc. On parle également d’un quadruplement des loyers à Damas de 1974 à 1976 (E. Picard, op. cit.), mais il est difficile d’obtenir des chiffres précis sur cette question.

85Cette coopération étroite à laquelle nous avons fait allusion, entre bureaucratie d’une part, et bourgeoisies parasitaires dans l’agriculture, le commerce et l’immobilier d’autre part, peut passer par des moments difficiles quand la situation économique est moins favorable. Depuis près de deux ans, la presse syrienne redouble ses attaques contre cette même clique, pressant l’Etat d’intervenir énergiquement pendant qu’il est encore temps. On peut faire remonter cette campagne à un éditorial du quotidien al-Thawra (14 mai 1977), signé ‘Ali Sulaïmân, qui fit alors beaucoup de bruit, au point d’être repris en quelques extraits par une grande agence de presse internationale. En voici un passage éloquent : « Quand s’élargit “le cercle de ceux qui ne méritent pas d’être remerciés” (l’auteur reprend ici un mot du Président), quand certains profitent de ce que le commandement et la patrie sont absorbés par des questions essentielles (de politique étrangère), pour se laisser aller à la facilité, ne s’occuper que de faire fortune sur le dos du pays, répandre dans les âmes un sentiment de désespoir et les germes de l’irresponsabilité, il faut que s’élargisse alors le front de la confrontation (avec l’ennemi) et qu’il englobe le cercle de ceux qui méritent d’être châtiés ».

  • 34 Les caricatures de ‘Alî Farzat, reproduites dans cet article, en sont une illustration.

86Comment expliquer cette impatience de la part d’un intellectuel comme ‘Ali Sulaïmân, dont la loyauté envers le régime ne s’est par ailleurs jamais démentie ? De tels articles en effet, comme le ton parfois irrévérencieux des journaux syriens, peuvent donner à penser qu’une certaine liberté d’expression leur est laissée34.

87Le fait est indéniable, mais doit cependant être interprété à sa juste mesure. En critiquant certains excès, les « inévitables bavures », la presse remplit la mission qui lui est très explicitement demandée de « censure populaire » ; elle canalise en quelque sorte, dans le système, la « réponse » de la société à l’Etat. Et dans l’accomplissement de sa tâche, elle ne doit être elle-même sujette à aucune censure, sinon celle « de la conscience », selon la recommandation du Président. La presse quotidienne à grand tirage (al-Ba’th, al-Thawra et Tichrîn) n’est pas la seule à être chargée de cette fonction sociale, qui revient de droit à l’ensemble des organes d’expression de la société, comme le Parti en principe, mais avant tout les puissantes « organisations populaires » déjà évoquées. Celles-ci disposent du reste de leurs propres medias : hebdomadaires, publications à tirage limité, mais aussi programmes à la radio et la télévision (où la critique est beaucoup plus feutrée). On voit ainsi quel peut être le rôle de l’intellectuel dans ce système social : à la charnière entre l’Etat et la société, il vit la situation de la manière la plus dramatique. Fonctionnaire du premier, au titre de générateur de l’impossible consensus, il est en permanence à la recherche de la seconde dont il se voudrait l’interprète, soit dans le cadre qui lui est imposé, et au risque de tomber dans l’opportunisme, soit en dehors, et sans pouvoir échapper à la marginalité.

  • 35 Processus qu’Abdallah Laroui (op. cit.) traduit par le néologisme de « traditionalisation », pour (...)

88Quand la critique devient trop pressante, et surtout quand elle menace de déborder le canal institutionnel, l’Etat peut intervenir pour rééquilibrer l’ordre des choses, en envoyant par exemple quelques commerçants bien en vue en prison pour un temps (cf. la création des « cours de sûreté économique » et la campagne contre « le gain illicite », en août 1977). Et précisément, ce fait montre bien le caractère quelque peu artificiel de ces nouvelles « classes » bourgeoises, qui se développent non pas à partir de leur contrôle de l’appareil de production, mais en tant que classes parasitaires de la bourgeoisie bureaucratique. Quant à celle-ci, elle n’existe pas, par définition, indépendamment de l’Etat, au niveau des rapports sociaux de production. De là l’apparente facilité avec laquelle le Président, et quelques responsables suivant son exemple, ont généreusement fait « don de tous leurs biens à l’Etat », en août 1977, au début de la campagne contre « le gain illicite », et pour répondre à certaines interrogations. De même que ces « classes » ne suscitent pas la naissance d’une classe antagoniste (le prolétariat), au terme d’un réel processus d’industrialisation, et on a vu comment le maintien des structures traditionnelles de la société35 s’opposait à un tel développement. Ainsi le vœu secret de certains analystes marxistes sur cette évolution vers « la société de classes », comme issue possible et attendue au « despotisme oriental », ne nous semble pas devoir se raccrocher à une réalité qui, selon nous, montre au contraire la permanence de ce système d’organisation socio-politique tel que nous l’avons défini, compte tenu des amendements qui lui ont été apportés quant à son application concrète et qui tiennent pour la plupart aux résistances de la société civile face à l’Etat.

CARICATURES DE ‘ALÎ FARZAT.

CARICATURES DE ‘ALÎ FARZAT.

1 al-Thawra, 11 mars 1978 : la nouvelle bourgeoisie.
2 et 3 al-Thawra, 12 janvier 1978 et 15 octobre 1977 : la bureaucratie.
4 al-Thawra, 27 octobre 1976 : le « pillage » (nahb) du secteur public. Médaille d’or : le contrôleur financier. Médaille d’argent : le contrôleur administratif. Médaille de bronze : le contrôleur technique.
5 al-Thawra, 20 février 1979 : la bourgeoisie commerçante.
6 al-Thawra, 1er juin 1978 : la spéculation immobilière.

Les données nouvelles de la quotidienneté

89A ce niveau, c’est assurément le problème majeur de l’inflation, phénomène de portée mondiale mais dont la nouvelle bourgeoisie est dans une large mesure tenue pour responsable par l’opinion, qui, depuis le panier de la ménagère, conditionne aujourd’hui toute la vie du pays. On a vu quelles difficultés le Syrien citadin éprouvait à se loger. Les prix des denrées alimentaires, quant à eux, ont plus que doublé en moyenne depuis 1970, et certains produits comme la viande ou les fruits sont devenus un luxe inaccessible pour la grande majorité des individus. Lesquels, pour s’habiller, ont souvent recours au marché du vêtement d’occasion (Bâlé).

90A la campagne, l’état du budget du paysan est très variable, fonction de la position de celui-ci dans la hiérarchie sociale bien entendu, mais aussi de sa situation géographique. Il est d’autre part très difficile de le déterminer avec précision, le « camouflage » étant ici la règle : détournement de la production, cultures intercalaires entre celles qui sont imposées par l’Etat, solidarités familiales beaucoup plus fortes qu’en ville... Sachons tout de même que le salaire journalier minimum, fixé par la loi, d’un ouvrier agricole est de 7 livres syriennes (1976), et que, si l’on en croit les doléances des intéressés rapportées dans la presse, ce seuil légal correspond souvent à la réalité. A ce niveau de salaire, le budget alimentaire se limite à la fameuse trilogie de base : thé, sucre, pain, à laquelle il faut ajouter – peut-être pour en faire oublier la maigreur – l’inévitable paquet de cigarettes.

  • 36 Le salaire mensuel d’un jeune fonctionnaire, titulaire du baccalauréat, était en 1970 de 270 livre (...)

91En ville, si la situation financière des différentes couches sociales peut être mieux connue, elle n’est souvent guère plus enviable. Parmi les catégories les plus touchées par la crise, il faut compter celle des petits fonctionnaires de l’Etat, dont les salaires réels sont rognés d’année en année par l’inflation, malgré quelques hausses octroyées à grand renfort de publicité par le Président lorsque, écrit al-Ba’th du 17 janvier 1978, « il détourne son esprit de la situation internationale qui le préoccupe tant, pour s’intéresser aux conditions d’existence des citoyens ». Le corps des fonctionnaires et des travailleurs du secteur public comptait exactement 279 702 employés en 1976. Sur ce total, 46 % percevaient alors moins de 300 livres syriennes de salaire mensuel, et 87 % moins de 600 lires (al-Thawra, 13 janvier 1978). Depuis 1970, les traitements ont été augmentés de 60 %, ce qui signifie que pour la période 1970-76 la hausse du coût de la vie a été pour cette catégorie professionnelle, et en moyenne, plus de deux fois supérieure à la hausse des salaires36. A qui ne veut pas croire aux miracles, mais s’interroger sur les possibilités réelles de survie dans de telles conditions, il est invariablement répondu par le maître-mot déjà évoqué : « système D ». Et effectivement, il faut reconnaître que les facultés d’adaptation de l’homme de la rue sont étonnantes et dépassent de loin les marges admises en Occident : tel instituteur (350 LS/mois) conduit, après la classe, un triporteur dans les rues de Damas pour résoudre ses problèmes de fin de mois ; tel fonctionnaire du ministère des Affaires Etrangères se contente de « pointer » le matin au bureau, étant par ailleurs chauffeur de taxi sur la ligne Damas-Beyrouth, en accord avec son supérieur hiérarchique. Sans oublier le frère ou le cousin à la campagne, qui pourvoit aux besoins exceptionnels. On retrouve ici deux idées déjà énoncées, à savoir le lien très étroit entre la ville et la campagne dans ce système d’organisation sociale, par opposition au précédent ; et le fait, qui nous semble très important, de l’absence de masses populaires dans cette société, que nous avons traduit plus haut par le concept d’atomisation. Le but politique du nouvel Etat était, on le rappelle, de provoquer ce passage du particularisme à l’universalité, autrement dit du peuple aux masses, de l’individu au citoyen, sans autres liens organisationnels que ceux qui le lient à l’Etat. Mais par ailleurs le système ne survit économiquement aujourd’hui que par un appel constant aux forces vives de la société civile, définie par son réseau le plus traditionnel d’allégeances et d’identifications. Une autre solution, plus radicale, consiste bien souvent, pour le fonctionnaire ou l’employé du secteur public dans une situation financière difficile, à quitter son travail, quand il en a la possibilité légale, pour émigrer temporairement en Arabie Saoudite et dans les pays du Golfe arabe, ou plus simplement pour entrer dans le secteur privé où les salaires sont plus élevés, encore que les avantages sociaux y soient inexistants. D’où une hémorragie actuelle du secteur public qui ne laisse pas d’inquiéter les dirigeants syriens. Finalement, en dehors des profiteurs patentés du régime, les catégories professionnelles qui tirent un avantage certain de la fièvre inflationniste sont en toute logique les professions libérales et les artisans. Un plombier gagne aujourd’hui en Syrie davantage qu’un professeur d’Université. C’est à cette petite bourgeoisie que l’on doit l’accroissement spectaculaire du parc automobile syrien depuis la Guerre d’Octobre.

92Ce dernier phénomène n’étant qu’un indice parmi d’autres des multiples bouleversements que connaît cette société depuis ces dernières années, dans la première image qu’elle donne d’elle-même. Au niveau des consciences, ces tiraillements se traduisent par une érosion des valeurs conviviales traditionnelles, et l’émergence de comportements déviants que l’on croyait « réservés » aux sociétés occidentales développées. L’idée que la société puisse être « malade » – par ailleurs absolument étrangère au cadre idéologique musulman classique – a surgi récemment dans les esprits, suite à la découverte de la criminalité d’origine pathologique, sexuelle en particulier.

L’effritement politique

  • 37 En 1976, il était de 3 500, dont 350 pour la tranche supérieure à 100 millions de livres.
  • 38 « Aspects of the Political Elite in Syria », G.H. TORREY, in Political Elites in the Middle East, (...)
  • 39 Le nombre exact est en principe tenu secret, mais le Ba’th est connu de ses militants comme le « p (...)

93Quand à cette précarité de l’existence quotidienne est opposée l’opulence provocante d’une minorité (dans un article du quotidien Al-Ba’th, ‘Abdallah al-Ahmad, membre du Commandement régional du Parti, reconnaissait qu’en dix ans, de 1963 à 1973, le nombre des millionnaires, en livres syriennes, dans le pays était passé de 55 à 1 000)37, d’économique le problème devient éminemment politique. On a vu que sur ce plan, les possibilités d’expression et d’action sont plutôt limitées, en dehors de l’émeute. Pourtant, il ne faudrait pas exagérer le monolithisme de ce système ; et en tout état de cause, son « dérapage » au niveau économique et social ne laisse pas d’avoir des répercussions au niveau politique. Signe annonciateur ? Les consultations électorales sont de plus en plus « difficiles » pour le régime, nonobstant leur caractère non démocratique incontestable. En mars 1972 déjà, les élections aux conseils d’administration locale sonnaient comme un premier avertissement, en envoyant au Conseil de Damas 8 Ba’thistes sur un total de 90 élus38. Aux Législatives d’août 1977, il n’y eut que 10 % de votants et, pour s’en tenir à l’exemple de Damas, le meilleur résultat obtenu par un candidat ba’thiste fut celui de Muhammad ‘Alî Halabî, l’actuel Premier Ministre, avec 17 000 voix. Chiffre qui laisse supposer que les militants du Parti, eux-mêmes (60 000 à Damas), n’ont pas respecté les consignes de vote les plus élémentaires. Méfiance traditionnelle de cette société vis-à-vis de la classe politique une fois encore démontrée, ou plus simplement mécontentement conjoncturel ? Sans doute les deux faits doivent-ils être pris en considération. Par ailleurs, un mouvement de contestation se développe dans le Parti, mais aussi à l’intérieur même des organisations populaires, dont on sait qu’elles n’avaient pas été créées pour cela à l’origine, et qui risquent donc à terme, si l’évolution se confirme, d’être « détournées » de leurs fonctions. Leur capacité d’absorption de la contestation populaire, selon le principe évoqué de la « soupape de sûreté », n’est pas indéfiniment extensible. Et on conçoit fort bien, dans un tel climat, que les cadres ba’thistes éprouvent au sein de ces organisations de plus en plus de difficultés à « tenir leur base ». Au moment où ‘Alî Sulaïmân écrivait son éditorial, l’Union des Syndicats Ouvriers adressait un mémoire à la « branche » de Damas du Ba’th, dans lequel elle brandit la menace d’une grève générale, en accusant « certains camarades [du parti] de vouloir quitter le navire en criant sauve-qui-peut ! ». Depuis, il semble que la situation au sein de l’Union se soit plutôt détériorée pour le bloc politique dominant, comme l’ont montré les dernières élections générales dans les syndicats (Le Monde du 27 décembre 1978). Le Parti lui-même, énorme machine bureaucratique de quelque 275 000 militants39, n’est pas à l’abri de ce mouvement de « grogne », du fait de la poussée des jeunes recrues d’origine modeste, porteurs de l’idéal ba’thiste qui leur a été inculqué sur les bancs de l’école. On rapporte à Damas que les réunions de cellules sont parfois houleuses, surtout quand la base en vient à dire leurs quatre vérités à certains cadres haut placés dans la hiérarchie, dont le train de vie est en contradiction avec l’éthique du Ba’th. Jusqu’au niveau du Sixième Congrès Régional (1975), au cours duquel le problème a été abordé, non sans quelques violentes altercations entre les membres du Commandement (Nidâl al-Cha’b, septembre 1977). Dans un sens, on pourrait considérer ce renouvellement par la base de l’appareil du Parti, cette contestation par les élites dirigeantes de demain, des options politiques d’aujourd’hui, comme un signe de vitalité du système, lequel disposerait ainsi d’un des instruments de sa reproduction. Hypothèse à retenir, mais comme, historiquement, ce système s’est construit autant en dehors du Parti qu’il n’émane effectivement de lui, c’est surtout au sein de l’appareil militaire, la véritable source du pouvoir, qu’elle gagnera à être vérifiée.

Les instruments et le contrôle du changement social

L’armée

  • 40 E. BE’ERI, Army Officers in Arab Politics and Society, Praeger, New York, 1970, p. 337.

94Du rôle primordial joué par l’armée et l’école dans la stratégie du changement social, le régime a parfaitement conscience qui, au terme de la Charte du « Front National des Forces Progressistes » (1972), interdit toute activité politique dans ces deux secteurs aux partis membres du Front, à l’exception du Ba’th bien entendu. Historiquement, on sait que de cette « symbiose » (I. Rabinovich, 1972) entre l’armée et le Parti, en laquelle on a coutume de voir le principe même du système politique syrien, la première a retiré le bénéfice le plus grand, comme en témoigne Munîf al-Razzâz, en connaissance de cause : « L’armée a utilisé l’idéologie et les perspectives de changement du parti Ba’th, comme une symbolique à son entreprise de contrôle total et coercitif de la société » (op. cit., 1967). Et effectivement, l’idée d’une « armée doctrinaire », clairement énoncée dans les Muntalaqât du 6e Congrès National de 1963, doit être comprise comme une tentative pour celle-ci de briser le carcan d’une tradition de marginalisation, de trouver une assise populaire à son autorité. Rompant avec ce qu’Anouar ‘Abdel-Malek appelle « l’illusion civiliste » d’une armée de professionnels, à l’écart des affaires intérieures de la nation, le Néo-Ba‘th a voulu bâtir une armée dans laquelle la nation tout entière se reconnaisse, une armée à l’image de celle que leva le Prophète Muhammad, « la première armée doctrinaire de l’histoire » (Mustafa Tlâs, l’actuel Ministre de la Défense, in Jaïch al-Cha‘b, 7 mars 1972). On a vu quelle était la signification, du point de vue des rapports sociaux, de cette militarisation du régime ; le clivage civil/militaire se superposant, durant les premières années qui ont suivi la « Révolution » du 8 mars, à d’autres oppositions de type sunnite/ minoritaire, citadin/rural. Sur fond idéologique de « socialisme », l’ensemble transparaissant assez bien dans cette déclaration faite par un officier syrien en mai 196640 : « Ne vous attendez pas à ce que l’on abandonne le socialisme en Syrie, car une telle mesure signifierait en réalité un transfert de tous les avantages politiques, financiers, industriels et commerciaux vers les villes, autrement dit la communauté sunnite. Nous, les Alaouites et les Druzes, redeviendrions les pauvres et les domestiques. Nous n’abandonnerons pas le socialisme, parce qu’il nous permet d’appauvrir les citadins en ramenant leur niveau de vie à celui des villageois... ».

95Partant de là, il est permis de penser que tous les éléments sont en place pour une régénérescence périodique du système par le biais de l’armée, laquelle aurait pour tâche de canaliser les forces vives de la nation dans la société politique. Et selon ce point de vue, le Ba’th lui-même, par son action possible au sein de la force armée, représente dans une certaine mesure une menace de subversion pour le pouvoir en place. Ce nouveau radicalisme ba’thiste, évoqué plus haut, ne risque-t-il pas d’être repris par une génération montante d’« officiers libres », à peine sortis de leur campagne natale et désireux de « tenter leur chance » ? Fait qui semble corroborer cette analyse : les académies militaires – et celle de Homs en particulier – recrutent toujours dans le milieu rural petit-bourgeois, d’une promotion à l’autre, les fils de la « nouvelle bourgeoisie » préférant à la carrière des armes l’exercice de métiers jugés plus respectacles tels que médecin ou ingénieur. Or c’est ainsi que l’ancienne classe dominante a été renversée, pour avoir négligé de placer un nombre suffisant de ses représentants dans l’appareil militaire. Voyons alors dans les faits, c’est-à-dire à partir d’une analyse rapide des derniers remous qui ont secoué l’armée, ce qu’il faut penser de cette hypothèse.

96Premier exemple d’une tentative putschiste avortée, représentatif quant à ses traits généraux : le 22 juin 1973, 58 officiers sont arrêtés pour complot contre la sûreté de l’Etat. Du point de vue de la hiérarchie militaire, les conjurés recrutent essentiellement aux niveaux inférieurs, et on dénombre ainsi 33 lieutenants et 7 sous-lieutenants, le rang le plus élevé parmi eux étant celui de commandant (deux). Politiquement, ils sont pour la plupart nassériens (prolibyens) ou ba’thistes (pro-irakiens) : 11 et 8 sur un total de 34 dont les options politiques ont pu être précisées, et dans une moindre proportion « sunnites militants » (6 sur les 34), voire Frères Musulmans (deux), « nationalistes arabes » (deux), les 5 derniers se voulant « indépendants ». Sur le plan confessionnel, la majorité écrasante est sunnite. Quant à l’origine géographique des conjurés, elle est caractérisée par une prédominance manifeste des zones rurales telles que Deïr ez-Zor (14) ou Hama(11), par rapport aux deux grandes métropoles que sont Damas (5) et Alep (8). En ce qui concerne l’organisation interne du mouvement, on peut dire qu’elle est plutôt anarchique, sinon inexistante, rien à priori ne liant ces individus entre eux, sinon une volonté commune de s’emparer du pouvoir, et un même culte voué aux illustres prédécesseurs qui ont réussi les « coups » du 23 juillet en Egypte et du 8 mars en Syrie. En somme une aventure dans la pure tradition putschiste aflaqfienne de Vinqilâb, à cette différence près - mais qui est essentielle – que les putschistes n’ont aucun projet politique clairement défini et susceptible d’être appliqué après la prise du pouvoir.

97Autre mouvement séditieux au sein de la force armée : celui de Râ’iq al-Nuqarî, qui aboutit à l’arrestation de 130 officiers, à la fin du mois de novembre 1976. Histoire très rocambolesque que celle du capitaine Al-Nuqarî, issu d’une confédération tribale ayant pignon sur rue dans la communauté alaouite (Mata-wira), et dont la production intellectuelle plutôt confuse, empreinte de vieilles idées « vitalistes » quelque peu fascisantes, est vite montée en épingle par le pouvoir, lequel ressent la nécessité d’un second souffle idéologique propre à donner une nouvelle vigueur à son armée. Ses livres sont ainsi publiés par le Bureau politique de l’armée, présentés et glosés par tous les medias, imposés dans le Parti, introduits dans l’Université. L’éclectisme d’Al-Nuqarî lui permet de trouver une audience tant auprès de personnalités détenant des postes-clés dans les appareils de l’Etat, que parmi une masse grandissante de petits officiers, ba’thistes pour la quasi totalité d’entre eux (tendance dite du « 23 février 1966 »), et même alaouites. Ce sont du reste ces derniers qui vont donner une orientation plus nettement politique à un mouvement qui à l’origine se veut simplement « philosophique ». L’intervention syrienne au Liban en octobre 1976 précipite le dénouement en créant des conditions favorables à une initiative putschiste, mais le pouvoir brise toute velléité d’action de la part du mouvement en le démantelant par mesure préventive.

  • 41 Les récents troubles confessionnels pourraient nous persuader du contraire, d’autant qu’ils ont fo (...)

98De ces deux exemples, il est permis de tirer des enseignements concernant la situation présente, sociale et idéologique, dans l’armée. D’abord, une première constatation semble devoir confirmer nos hypothèses de départ, à savoir que ce sont les couches inférieures de la petite bourgeoisie, d’origine rurale surtout, sunnite mais aussi alaouite à l’occasion, qui constituent les « troupes de choc » de tous les mouvements séditieux. Dans la hiérarchie militaire, cette composante de classe est nettement perceptible par le fait que les auteurs des mouvements sont d’une manière générale issus des échelons les plus bas. Autre point important à noter, et déjà pressenti : le Ba’th ne peut en aucun cas être considéré comme un ciment idéologique destiné à assurer la cohésion de l’armée et donc à mettre celle-ci à l’abri de toute tentative de coup d’Etat. On a vu au contraire que, dans sa version gauchisante du « 23 février », il fournissait une arme idéologique aux conjurés, si peu efficace fût-elle à en juger par les développements survenus. Une dernière observation doit nous amener à expliquer cette longue période de stabilité relative dont jouit l’armée syrienne depuis 1970, et qui ne laisse pas d’intriguer les observateurs, lesquels ont gardé le souvenir des années 1950 et 1960, plus fertiles en rebondissements. Mises à part des raisons d’ordre plus proprement technique qui tiennent au caractère sophistiqué de l’appareil répressif au sein de l’armée (gardes prétoriennes) et qui font que le temps a passé où il suffisait de trois chars d’assaut pour prendre le pouvoir et neutraliser la capitale, le facteur essentiel de cette stabilité est à rechercher dans ce vide idéologique qui caractérise l’armée syrienne aujourd’hui, et qui explique par ailleurs la fulgurante ascension d’un Râ‘iq al-Nuqarî. Car si le Ba’th ne représente plus une force « idéologique » – au sens que donne Mannhein à ce dernier mot - susceptible de tenir l’armée, selon le principe de la « symbiose », il ne dispose pas pour autant d’un potentiel « utopique » suffisant pour la faire basculer. Déjà en novembre 1970, le Xe Congrès National Extraordinaire du Parti devait se rendre à cette évidence que la vie politique dans l’armée avait totalement disparu et que le loyalisme envers la « Révolution » ne se vérifiait plus qu’au niveau le plus haut de la hiérarchie militaire (T. Petran, 1972, p. 234). En fait, ce vide idéologique n’est que la conséquence directe de l’éradication par le Ba’th du large mouvement national qui a ébranlé le pays dans les années 1950, puis de l’éradication du Ba’th lui-même dans l’armée par l’appareil bureaucratique militaire. La société civile elle-même étant par la force des choses réduite au silence, on voit mal comment l’armée sécréterait sa propre idéologie de changement social. « L’armée doctrinaire » est devenue en réalité une énorme machine répressive, dans laquelle des contradictions de « classes » particulièrement criantes et une autorité souvent brutalement exprimée peuvent inciter quelques individus, hâtivement regroupés, à tenter l’impossible... sans que cela ne remette vraiment en cause les assises du régime41.

L’école

99Si historiquement l’armée a pu jouer un rôle déterminant dans le processus de changement social, la ruralisation de ses effectifs d’encadrement se situe à l’origine en aval d’un autre phénomène, qui est celui de la scolarisation en masse de la société syrienne, entreprise dès les premiers mois de l’indépendance et poursuivie systématiquement par le Ba’th.

100Durant les premières années du régime, le phénomène connut une ampleur telle-tant du point de vue des sommes budgétaires allouées (environ 20 % du budget national de 1964 à 1968) que de la masse des individus concernés – que la Syrie était alors présentée par la plupart des observateurs comme un pays dont les citoyens étaient tous mobilisés, de l’école primaire à la caserne. Sur ce plan, et au delà de l’utilisation idéologique par le régime de ce gigantisme – dont il n’est pas l’initiateur, mais pour une bonne part l’héritier – les chiffres parlent d’eux-mêmes : 2 millions de Syriens sont aujourd’hui engagés dans un cycle d’études, du jardin d’enfants à l’Université, ce qui représente le quart de la population totale. En 1977, le seul Ministère de l’Education (qui ne couvre pas l’enseignement supérieur) employait plus de 58 000 fonctionnaires de toutes catégories, soit 60 % de l’ensemble des fonctionnaires de l’Etat. Au sein de ce Ministère, la « Direction des livres d’école » aura imprimé en 1978-79 quelque 15 millions de livres scolaires. La progression des effectifs scolaires depuis la fin du mandat est également impressionnante : en 1945-46, 5 % seulement de la population étaient scolarisés, en 1958 ce taux passe à 10,5 % (non compris les étudiants), soit un chiffre de quelque 450 000 écoliers. Dix ans plus tard, ils sont deux fois plus nombreux (1 056 000 en 1969). Le principe de l’enseignement obligatoire (de 6 à 12 ans) a commencé à être appliqué avec le troisième Plan quinquennal (année scolaire 1970-71) ; il devrait l’être totalement à la fin du quatrième Plan, autrement dit en 1980. Il y avait, en 1977, en première année du premier cycle d’enseignement primaire, exactement 224 240 élèves, ce qui équivaut à un taux de scolarisation officiel de 84 % en moyenne (94 % pour les garçons et 74 % pour les filles). Finalement, on peut affirmer, sans crainte d’exagération, que l’école en Syrie conditionne la vie de la nation tout entière, dans sa plus triviale quotidienneté. Il n’est pour s’en convaincre que de sentir la fièvre qui s’empare du pays chaque année au mois de juin, période traditionnelle d’examens. La télévision elle- même écourte alors notablement ses programmes nocturnes pour ne pas tenter les jeunes Syriens, et leur permettre de bachoter.

101Sur le plan idéologique, on se doute qu’un secteur d’une telle importance dans la stratégie du changement social ne pouvait être laissé « en friche » après le « coup » du 8 mars. Et effectivement, au Congrès Régional Extraordinaire du Parti de mars 1965, l’accent est mis sur la nécessité, pour la « Révolution », de « jeter les bases d’un nouveau système éducatif propre à modifier le mode de pensée et de comportement du citoyen, de sorte qu’il s’adapte à une société fondée sur la science, l’industrie et le socialisme ». Pour ce faire, un plan ambitieux est proposé, de généralisation de l’enseignement primaire, de réécriture des manuels scolaires. Mais c’est surtout le maître d’école qui focalise les préoccupations du nouveau régime : en tant que pierre angulaire de cette politique, il est investi de la mission de créer l’homme nouveau, débarrassé des maladies séniles de sa société que sont le tribalisme ou le confessionnalisme, et croyant en la trilogie du Parti (Unité, Liberté, Socialisme). Gardant en mémoire le rôle majeur joué par l’instituteur dans l’implantation du Ba’th, du temps où celui-ci était encore une force d’opposition, le pouvoir veille à ce qu’il n’échappe pas à son contrôle pour devenir le dâ‘î (missionnaire) d’un nouveau et hypothétique mouvement de contestation du système. De là cette injonction du Président al-Asad aux enseignants, lors de leur dernier Congrès du mois de mai 1978 : « Vous n’êtes pas tous du Parti, mais vous êtes tous ba’thistes ». De là aussi cette aura idéologique dans laquelle baigne l’instituteur, « fêté » officiellement par la nation unanime, chaque année au mois de mars.

102Ce tableau idyllique de la nation-école, conduite par cet instituteur suprême qu’est le parti Ba’th, cache tout de même une réalité quelque peu différente. Au niveau idéologique même, celui qui est censé refléter les orientations de la société politique, rien n’indique que les résolutions du Congrès de 1965 aient été assimilées par la machine administrative, et un survol de la revue pédagogique Al- mu‘allim al-’arabî (« Le maître arabe »), publiée par le Ministère de l’Education, montre au contraire la permanence des conceptions traditionnelles en la matière, comme si les directives données par le Parti restaient lettre morte. La coloration générale ba‘thiste des programmes et manuels scolaires ne laisse préjuger en rien de la transmission réelle du message dans la relation maître-élève. C’est un fait unanimement reconnu que les cours d’éducation civique, donnés en général par un membre du Parti, extérieur à l’établissement scolaire, sont une bonne occasion de chahut pour les élèves. De même l’encadrement de la jeunesse dans des institutions paramilitaires comme « Les Avant-gardes du Ba’th », qui en 1977 ont regroupé 356 000 écoliers dans des camps occasionnels, ou la « Futuwwa » pour la préparation militaire des jeunes adolescents (60 000 garçons et filles pour cette même année), ne doit pas être surestimé quant à son efficacité idéologique. Au niveau de la société civile, la cellule familiale est assez solide pour résister aux intrusions de l’Etat, dans ce qu’elle considère comme relevant de sa mouvance propre.

103Autre ombre au tableau : la situation matérielle et morale très difficile du maître d’école fait que le recrutement s’avère de plus en plus problématique. Pour pallier la pénurie d’enseignants et de locaux, l’administration a recours à des expédients, comme l’instauration du système du mi-temps dans les établissements publics. Par ailleurs, cette situation oblige à revenir sur le principe de la scolarité obligatoire dont l’application pratique soulève, de fait, quelques difficultés, en particulier à la campagne, où nombreux sont les villages qui désespèrent de la venue de leur instituteur. Ainsi cette scolarisation revient-elle bien souvent, et dans la meilleure des hypothèses, à une alphabétisation rudimentaire, l’effort principal portant sur la première classe du cycle primaire, que l’administration essaie de généraliser autant qu’il est possible. Par la suite, et à mesure que l’on progresse dans le cycle primaire, la déperdition se fait plus importante, et seuls 30 % des écoliers entrent finalement dans le secondaire.

  • 42 Autre indice révélateur : la part du Ministère de l’Education dans le budget national n’a jamais é (...)

104Dans de telles conditions, le secteur éducatif peut-il être encore considéré comme remplissant le rôle, qui fut incontestablement le sien dans les années 1950 et 60, de « matrice » par laquelle les forces vives de la société pouvaient déboucher dans le système politique, ou bien est-il déjà cette machine à reproduire les contradictions sociales qui se dessinent aujourd’hui, en application parfaite de la théorie de P. Bourdieu ? Il ne manque évidemment pas d’indices probants pour confirmer cette deuxième hypothèse, comme par exemple le retour en force, ces dernières années, de l’enseignement libre, sous l’égide des congrégations religieuses, auxquelles la nouvelle classe dirigeante préfère confier ses enfants, certaine qu’ainsi ils bénéficieront d’un enseignement de meilleure qualité, en deux langues, à temps plein, et non pas dans des classes de soixante élèves42.

***

105Cependant, il est encore difficile de préjuger de la capacité du système de se renouveler, en puisant comme il l’a fait jusqu’à présent dans le substrat paysan de la société syrienne, ou au contraire de son « blocage » selon une terminologie connue. Divers indices peuvent, ainsi que nous l’avons vu, confirmer l’une ou l’autre de ces orientations. De fait, celles-ci ne sont pas encore nettement marquées, et l’élite dirigeante hésite encore entre un « despotisme modernisateur », dont le but ultime serait, par delà les revirements tactiques, la restructuration de la société autour de son Etat, et une dictature « orientale », c’est-à-dire exercée par une « classe » parasite, tirant jusqu’à épuisement sur sa base économique, pour le temps que dure sa mainmise sur l’appareil d’Etat. Dans ce dernier cas, l’effet sur la société peut être radicalement différent, cette « classe » jouant pour se maintenir au pouvoir sur les oppositions traditionnelles, avec le risque non négligeable que s’écroule tout l’édifice social (cassure confessionnelle par exemple, à l’instar de ce qui s’est produit au Liban).

  • 43 Selon L’Economiste arabe (n° 244, mars 1979), celle-ci doit représenter la moitié du budget 1979.

106L’impression que donne la Syrie à qui la découvre, d’un vaste chantier – surtout dans la capitale – d’un pays en pleine expansion, recouvre une part de réalité incontestable. Comme il est certain que cette « modernisation », dans laquelle l’Etat a engagé le pays, à marche forcée durant la dernière décennie, a déjà des effets irréversibles sur la société dans son ensemble. Mais ce mouvement est-il effectivement imprimé et guidé par l’élite dirigeante, dans le cadre d’un réel processus d’industrialisation ? On peut raisonnablement en douter, et la formule de « base économique » employée plus haut doit être ramenée à sa juste signification car, plus que dans la mise en place d’un appareil productif, on a vu que la finalité de ce système devait être d’abord recherchée dans le principe de « la distribution des ressources ». Pour une bonne part, celles-ci proviennent de l’aide extérieure43, d’Arabie Saoudite et des Emirats arabes du Golfe, laquelle est officiellement motivée par le fait que la Syrie fait partie des « pays de la confrontation » (avec Israël). Quelques mauvais esprits dans l’intelligentsia syrienne font à cet effet remarquer que si le Golân rapportait, avant la guerre de 1967, bon an mal an, 50 millions de livres au budget de l’Etat, au titre d’impôts divers et bénéfices d’exploitation, il est aujourd’hui le prétexte d’une rentrée de plus d’un milliard de dollars par an, pour les raisons indiquées. Et finalement, on peut se demander si cette fonction de prétorien du monde arabe que l’Etat entend faire remplir au pays, outre qu’elle constitue la clé de voûte de sa légimité au niveau idéologique intérieur, n’est pas tout simplement sur le plan économique une manière pour lui d’émarger à la rente pétrolière arabe, pour tenter de réduire les déséquilibres fondamentaux. Par ailleurs, et pour répondre à cette même exigence pressante, l’Etat a réorienté l’économie du pays sur des secteurs qui, s’ils ne participent pas de la constitution d’une véritable infrastructure industrielle, ni ne sont d’une incidence déterminante dans le procès du changement social, sont au moins d’un rapport immédiat et intéressant à l’exportation. Au premier rang de ceux-ci, le pétrole bénéficie de toute sa sollicitude, et les résolutions économiques du Sixième Congrès Régional du parti Ba’th (mai 1975) sont très explicites sur ce point. Avec le coton, il représente aujourd’hui environ 75 % des exportations syriennes.

107Le problème étant ainsi posé, on voit que la marge de manœuvre des dirigeants syriens est dangereusement étroite. Astreints, sinon enclins, à une politique d’ouverture (infitâh) économique du pays pour répondre au souhait des bailleurs de fond pétroliers, ils ne peuvent aller jusqu’au bout de cette libéralisation. Car elle conduirait inévitablement à un « désengagement » de l’Etat vis-à-vis de la société, c’est-à-dire à un renversement de toute la politique qui a été menée depuis quinze ans, et sous-entendrait à terme un règlement de la crise du Proche-Orient (et l’expérience de Sadate en Egypte en a apporté la preuve), donc en toute logique la remise en cause de la fonction politique et militaire arabe de l’Etat syrien, et de la rente qui lui est due à ce titre. De là les atermoiements de la politique syrienne, qui s’accommode fort bien finalement de la situation présente de « ni guerre ni paix », pour autant qu’elle ne commande pas de révisions déchirantes quant à l’organisation du système social.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

MA’OZ M., « Society and State in Modern Syria » in Menahem Milson, Society and Political Structure in the Arab World, p. 29-92, Humanities Press, New York, 1973.

BOURON N., Les Druzes, Paris, 1930.

BETTS R.B., Christians in the Arab East, A Political Study, Lycabettus Press, Athens, 1975.

RONDOT P., « Les Kurdes de Syrie », France méditerranéenne et africaine, 1939.

DAKER N., Sédentarisation des bédouins nomades en Syrie, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris, 1973.

WEULERSSE J., Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, 1946.

SEALE P., The Struggle for Syria, Oxford University Press, 1965.

DUSEN M.H. Van, « Political Integration and Regionalism in Syria », Middle East Journal, 26, 1972, p. 123-136.

SANTUCCI R., « La Syrie avant l’affrontement », Maghreb-Machreq, n° 60, 1973, p. 70-79.

RABINOVICH I., Syria under the Bath 1963-66, the Army-Party symbiosis, Israel University Press, 1972.

PETRAN T., Syria, Ernest Benn, London, 1972.

GHALIOUN B., Etat et luttes de classes en Syrie, 1945-1970, Thèse, Paris, 1974.

DAM N. Van, The Struggle for Power in Syria, Croom Helm, London, 1979.

Notes

1 A la télévision par exemple, qu’il soit français, italien ou américain, un film est toujours présenté comme « ajnabî » sans autre précision. Autre exemple : déchiffrer les caractères latins s’énonce en arabe parlé : « lire l’ajnabî »...

2 Les Arabes. Au Seuil, 1979, p. 148.

3 Alain TOURAINE. Production de la société, Au Seuil, 1973, p. 278.

4 Ce n’est pas un des moindres acquis de la crise libanaise que d’avoir montré que le concept même de société est tout à fait étranger à la réalité arabe, tout imprégnée des concepts islamiques en la matière. Existent seulement le peuple al-cha’b, confondu avec l’Umma des croyants, et l’Etat (al-dawla), au sens d’appareil bureaucratique et militaire mais jamais au sens occidental d’Etat-nation.

5 Si l’on peut parler d’une « Syrie historique » (Bilâd al-Châm), elle correspond en fait à un territoire plus vaste que la Syrie actuelle, englobant le Liban, la Jordanie et la Palestine.

6 Cité en bibliographie.

7 J. WEULERSSE. Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, 1946, p. 278.

8 Tous les chiffres de population des différentes communautés ethniques et confessionnelles sont très approximatifs, puisque le recensement de 1960 de la population syrienne est le dernier à faire cas du critère – confessionnel seulement – de répartition. Sur la population syrienne, voir la thèse de 3e cycle de Mouna Liliane Samman : La population de la Syrie, étude géo-démographique (Paris I, juin 1976), qui prévoit pour 1980 un chiffre moyen de 9 millions d’habitants. La communauté alaouite représente 11 % de ce total.

9 La communauté est dominée politiquement par quatre grandes confédérations tribales : les Khayyatun, Haddadun, Matawira et Kalbiyya.

10 Toujours en fonction de l’évaluation de 1980.

11 Les Grecs orthodoxes constituent la moitié de la population chrétienne en Syrie, si l’on ne tient pas compte de « l’apport » arménien (le tiers dans le cas contraire).

12 On a vu que le recensement officiel de 1960, première source « sérieuse » en la matière, était le dernier à considérer la répartition confessionnelle de la population syrienne. Il y avait alors 92,1 % de musulmans, 7,8 % de chrétiens (soit 345 000) et 0,1 % de juifs. A supposer ces pourcentages à peu près stables sur vingt ans, on peut estimer la population chrétienne en Syrie aujourd’hui à 700 000 habitants. Concernant la répartition de la population au sein de la communauté chrétienne elle-même, entre les différents rites, on doit se reporter à une estimation de 1943 (citée par A. HOURANI, Minorities in the Arab World, Oxford 1947, p. 76, et R.B. BETTS, op. cit., p. 101 ) qui correspond à une population chrétienne de quelque 400 000 habitants, et, supposant encore un comportement démographique égal d’une communauté à l’autre, de 1943 à nos jours (ce qui n’est du reste pas évident, vu les options politiques et idéologiques très diversifiées de ces communautés, lesquelles jouent un rôle non négligeable sur leur propension à l’émigration), multiplier les chiffres de 1943 par 7/4 pour obtenir la répartition actuelle. Les chiffres de population que nous proposons dans ce chapitre ont été obtenus de cette manière, et doivent plutôt être considérés comme des ordres de grandeur.

13 London, 1878. The Armenians. p. 8.

14 Tous ces chiffres sont tirés de R.B. BETTS, op. cit.

15 Dans G. CHALIAND, Les Kurdes et le Kurdistan. Ouvrage collectif, Maspero, Paris, 1978p. 317.

16 On peut lire en effet dans diverses brochures de propagande que les juifs syriens n’auraient pas le droit de recevoir un enseignement au-delà du cycle primaire obligatoire (6 ans). Cf. par exemple : Martin GILBERT, The Jews of Arab Lands, London, 1976.

17 Cf. M. PROUX, « Les Tcherkesses ». La France méditerranéenne et africaine, IV, 1938.

18 « Les Yezidis ». La France méditerranéenne et africaine, III.

19 Afif I. TANNOUS, « The Arab tribal community in a Nationalist State., Middle East Journal, 1947 Janv., Vol. 1, n° 1, p. 8-9.

20 Cf. les travaux du Cdt MULLER, de Robert MONTAGNE, ou d’Albert de BOUCHEMAN.

21 Ce chapitre sur « L’Etat et la société » devrait être lu à la lumière et en complément des études qui vont suivre et qui porteront plus spécifiquement sur le monde paysan, la classe ouvrière, la vie urbaine... Il se voudrait donc plus synthétique, en rendant compte du système social plutôt que de la société syrienne.

22 Un témoignage vivant nous en est apporté par Sâmî al-Jundî, membre fondateur du Ba’th, Ministre de l’Information dans le Gouvernement installé par les putschistes du 8 mars 1963 : « Dès que le parti est entré en scène, des colonnes de villageois ont commencé de descendre des plaines et des montagnes vers Damas. Le Qâf (consonne gutturale de l’alphabet arabe, non prononcée dans le parler syrien citadin), porteur d’anxiété, a alors envahi les rues, les cafés et les salons d’accueil des ministères, où les révocations en masse devenaient nécessaires pour (permettre) la nomination (des nouveaux venus) ». Dans al-Ba‘th, Beyrouth, 1969, p. 136. Cité dans N. Van DAM, op. cit., p. 99.

23 LECERF, « Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe », 1938 (2e année) Centre d’Etudes de Politique Etrangère, Paris, p. 82.

24 C’est pourtant là que sa force de travail est la plus employée, et à outrance. Sa « valeur » est du reste calculée en proportion. Ainsi il y a dix ans à Raqqa, une femme « valait » en moyenne 4 000 livres syriennes.

25 Ayad AL-QAZZAZ, « Political order, stability and officers : A comparative study of Iraq, Syria and Egypt from Independance till June 1967 », p. 31-49. Forum, vol. XLV, n° 2, 1969, Beyrouth.

26 M. KAMEL, « Le rôle politique et idéologique de la petite bourgeoisie dans le inonde arabe. » in Renaissance du Monde arabe, 1972, Duclot, Gembloux, p. 398.

27 Cf. Cahiers du Cinéma, n° 290-291, juil.-août 1978.

28 Centre d’Etudes et de Recherches Marxistes, Editions Sociales, 1974, p. 28.

29 Principes de la Philosophie du Droit, Gallimard, Idées, 1968, p. 373.

30 Une livre syrienne se divise en cent piastres et équivaut à un franc.

31 in : « Le mouvement syndical et le développement économique et social de la Syrie », Bulletin statistique 1970-1975, publié par l’Union Générale des Syndicats Ouvriers, p. 32, tableau 15, Ministère de la Culture 1976.
A noter par ailleurs que, malgré cette pléthore, le pays souffre cruellement d’un manque de cadres techniques et administratifs qualifiés.

32 Interview d’’Abdallah al-Ahmad dans la revue égyptienne Talî‘a de juin 1975.

33 La Syrie entre le sous-développement et la croissance. Damas 1973 (en arabe), p. 313.

34 Les caricatures de ‘Alî Farzat, reproduites dans cet article, en sont une illustration.

35 Processus qu’Abdallah Laroui (op. cit.) traduit par le néologisme de « traditionalisation », pour bien en montrer le caractère volontariste.

36 Le salaire mensuel d’un jeune fonctionnaire, titulaire du baccalauréat, était en 1970 de 270 livres. Il est en 1979 de 370 livres. La première somme permettait alors l’achat de 27 kilos de viande, la seconde aujourd’hui 14,5 kilos seulement.

37 En 1976, il était de 3 500, dont 350 pour la tranche supérieure à 100 millions de livres.

38 « Aspects of the Political Elite in Syria », G.H. TORREY, in Political Elites in the Middle East, G. Lenczowski, ed., Washington D.C. 1975, p. 160.

39 Le nombre exact est en principe tenu secret, mais le Ba’th est connu de ses militants comme le « parti du quart de million ». R. Hinnebusch est largement en dessous de la réalité avec une estimation de 100 000 (in : « Local Politics in Syria : Organization and Mobilization in four village cases », Middle East Journal, Winter 1976, vol. 30, n°1).

40 E. BE’ERI, Army Officers in Arab Politics and Society, Praeger, New York, 1970, p. 337.

41 Les récents troubles confessionnels pourraient nous persuader du contraire, d’autant qu’ils ont fortement ébranlé l’appareil militaire lui-même. Et nul doute en effet que l’attentat de l’école d’artillerie d’Alep du 16 juin 1979, organisé par un officier sunnite – par ailleurs ba’thiste – et au cours duquel 83 cadets alaouites ont été assassinés, restera longtemps gravé dans la mémoire collective. Cependant, de l’avis unanime, cette poussée de fièvre, qui n’est porteuse d’aucun programme politique, ne semble pas devoir inquiéter sérieusement le régime. On lira sur ces derniers développements : « L’agitation confessionnelle en Syrie », article anonyme, Le Monde Diplomatique, octobre 1979. Il y est écrit, à propos de cet attentat, que l’école d’artillerie d’Alep comptait 282 élèves officiers alaouites sur un total de 300. Ce chiffre est significatif de l’emprise de cette communauté sur l’armée, phénomène que nous avons évoqué plus haut.

42 Autre indice révélateur : la part du Ministère de l’Education dans le budget national n’a jamais été aussi faible (7 % environ durant ces dernières années).

43 Selon L’Economiste arabe (n° 244, mars 1979), celle-ci doit représenter la moitié du budget 1979.

Table des illustrations

Titre CARICATURES DE ‘ALÎ FARZAT.
Légende 1 al-Thawra, 11 mars 1978 : la nouvelle bourgeoisie.2 et 3 al-Thawra, 12 janvier 1978 et 15 octobre 1977 : la bureaucratie.4 al-Thawra, 27 octobre 1976 : le « pillage » (nahb) du secteur public. Médaille d’or : le contrôleur financier. Médaille d’argent : le contrôleur administratif. Médaille de bronze : le contrôleur technique.5 al-Thawra, 20 février 1979 : la bourgeoisie commerçante.6 al-Thawra, 1er juin 1978 : la spéculation immobilière.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

Auteur

Attaché de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540